Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Côtière de Dombes

Beynost, les Grandes Croix

Ain

Sylvain Motte et Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

1. Les sites de Beynost

1. Les sites de Beynost

Les Grandes Croix et de Rillieux-la-Pape, Les Balmes, dans leur environnement

Département Commune :

Ain

Beynost

Lieu-dit :

Les Grandes Croix

Numéro de site :

01 043 017

Coordonnées Lambert :

X : 806.500 Y : 2098.500

Altitude NGF :

315 m

Cadre d’intervention :

construction du TGV Rhône-Alpes et de l’A 46 nord

Responsables d’opération Date d’intervention :

G. Vicherd, S. Motte 1990

Surface explorée :

10 000 m2

Extension totale du site :

inconnue

1La fouille de sauvetage du site des Grandes Croix a révélé trois grandes phases d’occupation : début de l’âge du Fer, Antiquité, haut Moyen Âge. L’établissement médiéval mis au jour, daté essentiellement du VIIe s. par un abondant mobilier céramique et des analyses par le radiocarbone, se définit par au moins trois bâtiments à ossature de bois et par de nombreuses autres structures en creux comme des foyers et des fosses de taille variée, etc. Les décapages ont permis de délimiter le site à l’est. Au sud du tracé, le rétablissement d’un gazoduc a occasionné la fouille partielle de quelques structures et démontré ainsi l’extension du site vers le sud.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Le site des Grandes Croix prend place sur le rebord méridional de la Dombes, plateau qui s’étend au nord de Lyon entre les vallées de la Saône, du Rhône et de l’Ain à une altitude moyenne de 300 m (fig. 1). Le plateau de la Dombes est constitué d’un cailloutis du Pliocène supérieur recouvert par des moraines du Mindel et du Riss. Au Würm, les glaciers n’ont pas atteint le plateau, mais une épaisse formation loessique s’est déposée, évoluant en limons argileux par altération et ruissellement. Aux Grandes Croix, les terrassements ont montré un limon argileux brun ocre d’au moins 7 m de puissance, sans galets ou cailloutis.

3La morphologie du plateau est caractéristique d’un modelé glaciaire. Seule sa bordure occidentale est marquée par des cordons morainiques frontaux très lisibles dans le paysage. Sur le site, une pente est-ouest d’environ 1 %, caractérise le relief général. L’ancien marais des Echets, dont le bassin versant est situé juste à l’ouest des Grandes Croix, est une dépression fermée correspondant à un ancien lac constitué par surcreusement local par le glacier.

4Des sols assez riches bien que lourds, des reliefs peu marqués, la proximité du marais des Echets, réservoir d’eau et lac très poissonneux encore au bas Moyen Âge, et un terroir très boisé propice à la chasse, sont autant de facteurs susceptibles de favoriser l’installation d’une communauté.

Le contexte archéologique et historique

5L’occupation ancienne du plateau de la Dombes n’était connue que par de rares découvertes isolées. Depuis, les récentes études archéologiques liées aux grands travaux ont permis l’identification de sites néolithiques et protohistoriques, preuve d’une occupation précoce du plateau. Aux Grandes Croix, les structures protohistoriques sont constituées de fosses dépotoirs associées à des fosses silos qui évoquent une activité agricole. Une importante batterie de foyers excavés est également à noter. L’ensemble est daté du début du Hallstatt, grâce à un riche mobilier céramique et à des analyses au radiocarbone.

6Dans la région proche, les sites gallo-romains sont surtout recensés au bas de la côtière de Dombes et dans la plaine, les plus proches étant la villa des Vernes et la nécropole de Prés Rands sur la commune de La Boisse (Vicherd, Baudrand 1982). La proximité d’une grande cité (le site se trouve à 16 km de la presqu’île lyonnaise) reste un facteur influent qui s’est traduit au début de notre ère par une forte romanisation. Plusieurs découvertes sont enregistrées à l’emplacement de l’agglomération actuelle de Beynost (cf. carte archéologique du SRA) : substructions diverses et mosaïque, dédicace de Vicani, dont l’origine précise est inconnue, mentions de nécropoles. Une intervention récente à montré l’existence d’un établissement du Haut-Empire au lieu-dit les Grandes-Terres, sur le territoire de Beynost (rapport Motte et al. 2000). Sur le site même des Grandes Croix, les structures antiques se résument à deux fossés parcellaires augustéens, deux fosses dépotoirs et trois foyers du milieu du Ier s. ap. J.-C., ainsi qu’à un mur de galets associé à du matériel des IIe et IIIe s. Ce mur correspond à la partie septentrionale d’un édifice qui s’étendait hors de l’emprise des fouilles. La mise au jour de fossés parcellaires peut apporter des éléments intéressants sur une première organisation rationnelle de ces campagnes dès le début du premier millénaire, prémices d’une trame dont certaines orientations aurait pu perdurer jusqu’au Moyen Âge.

7Les textes et l’archéologie restent discrets sur le passé médiéval du territoire de Beynost. Le secteur paraît éloigné de voies de communication ou de lieux de culte importants. Toutefois, sur les cartes post-médiévales et modernes, antérieures à la création de la route royale en pied de terrasse, apparaît un itinéraire majeur entre Lyon et la plaine de l’Ain, empruntant le plateau de la Croix-Rousse à Miribel, puis le versant et la terrasse fluvio-glaciaire à partir de Beynost. Il semble que, jusqu’au XIIIe s., époque où sont aménagés les étangs et où l’on défriche à grande échelle, l’occupation soit restée modeste, en tout cas au centre du plateau. La Dombes était encore très boisée à l’époque moderne, comme le prouve le couvert forestier figuré sur les cartes du XVIIe s.

Les vestiges archéologiques

8Le décapage mécanique de la terre végétale, décidé après une campagne de prospection positive, a révélé plus de 200 structures, toutes périodes confondues. Outre la difficulté de dater ces structures, pas toujours pourvues de mobilier, s’ajoute la complexité de l’identification de leur fonction. Signalons que l’attribution au haut Moyen Âge des structures qui n’ont pas fourni de mobilier se justifie par des similitudes d’aspect et par leur situation par rapport aux autres vestiges de cette période. Dans la présentation qui suit, les structures sont regroupées par type et par fonction. Pour plus de commodité, la représentation du site a été divisée, d’ouest en est, en trois secteurs (I à III) (fig. 2).

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

Les constructions de bois

9Les bâtiments se signalent par des concentrations de négatifs de poteaux. Ceux-ci, d’ouverture circulaire ou ovale, sont comblés d’un sédiment limoneux sombre, à charbon de bois et rares céramiques. Aucun témoin de matériaux de construction (pierre, terre cuite architecturale, mortier) n’a été observé dans les zones des trous de poteau. Tout porte à croire que ces bâtiments de plainpied, à armature de bois (charpente et supports) étaient entièrement construits en matériaux périssables. Dans plusieurs cas, des galets et des fragments de tuiles en remploi correspondent au calage des poteaux à l’intérieur des fosses.

Le bâtiment A

10Il s’agit d’une importante concentration de trous de poteau (72 unités) située dans le secteur I en limite ouest du site (fig. 3). Elle définit un espace rectangulaire régulier de 13 x 9 m dans lequel sont aménagés deux foyers domestiques (1 et 2). Sur l’ensemble, 16 trous de poteau ont conservé un calage constitué de galets ou de tuiles et 18 ont fourni au moins un tesson de céramique médiévale. Leurs dimensions sont assez modestes : diamètres compris entre 20 et 40 cm, profondeurs entre 10 et 30 cm.

3. Plan du bâtiment A

3. Plan du bâtiment A

11Une étude des éventuelles liaisons entre trous de poteau, d’après leur position, ne permet pas de proposer un plan précis des murs et parois. Une prise en compte des trous les plus profonds ne permet pas, non plus, de dégager de ligne directrice. Malgré tout, l’ensemble présente une orientation privilégiée. En effet, tous les essais de restitution aboutissent à un plan rectangulaire où les principaux alignements de poteaux sont axés selon une trame orthogonale nord-sud et est-ouest. On remarque que cette direction correspond à celle des fossés gallo-romains mis au jour sur le site. La profusion des traces de supports et la confusion qui s’en dégage dans l’espace du bâtiment A détonnent par rapport à la lisibilité des autres bâtiments. A cela on peut donner plusieurs explications :

  • traces des reprises et des renforts de la charpenterie (notamment trous de poteau contigus) ;

  • traces de subdivisions internes (parois) ou d’équipements particuliers, éventuellement surélevés du sol (coffres, platesformes ?), comme les espaces rectangulaires délimités à proximité du foyer 2 ou dans l’angle sud-est du bâtiment ;

  • imbrication de constructions successives sur un même emplacement. Cette dernière hypothèse est confortée par deux faits : les rares fragments de céramiques de l’Antiquité tardive proviennent de ce secteur (entre autres, du foyer 1). Et ce foyer a également fourni un charbon de bois daté par le 14C, indiquant une fourchette comprise dans le Ve et le VIe s. (cf. infra).

12Les dimensions importantes de l’édifice (117 m2 maximum) et la présence de foyers, dont un grand en position centrale, évoquent un bâtiment d’habitation. Le fait qu’il semble témoigner de plusieurs phases de construction, et donc d’une certaine pérennité de l’occupation, le désigne comme le pivot des installations voisines qui, pour leur part, offrent, au contraire, les indices d’une utilisation plus éphémère.

Le bâtiment B

13Comme pour le bâtiment A, les 22 trous de poteau situés dans le secteur III sont concentrés sur un espace bien délimité (fig. 4). Ils sont peu profonds (autour de 20 cm) et leurs diamètres sont compris entre 30 et 40 cm. Quatre d’entre eux comportent des galets de calage. Une proposition de restitution permet de dégager un bâtiment de 52 m2, d’orientation est-ouest. Une file de poteaux axiale le divise en deux nefs. L’une des petites façades présente un plan polygonal ou en abside, tandis que son opposée est rectiligne ; les longs côtés sont incurvés. L’orientation générale des fossés antiques est là encore respectée. Une large fosse (3), aménagée à l’intérieur du bâtiment, si elle est contemporaine de celui-ci, peut correspondre aux vestiges mal conservés d’un foyer excavé comparable à ceux du bâtiment A, mais de taille supérieure.

4. Plan du bâtiment B

4. Plan du bâtiment B

Le bâtiment C

14Dans le secteur III, cinq trous de poteau de même gabarit sont répartis d’une façon symétrique et forment le plan d’une construction régulière (3,40 x 2,20 m), d’orientation est-ouest. Il s’agit d’un petit bâtiment rectangulaire, comportant trois trous de poteau sur le côté sud et deux trous de poteau sur le côté nord ; les côtés est et ouest sont dépourvus de poteau d’axe. Les dimensions des creusements conservés sont modestes avec des diamètres compris entre 28 et 34 cm et des profondeurs entre 6 et 12 cm. L’hypothèse d’une construction à plancher surélevé peut être envisagée. Elle pourrait correspondre à un aménagement de type grenier ou petite grange (fig. 2).

Le bâtiment D

15Cinq trous de poteau sont regroupés au nord-est du bâtiment B. Trois d’entre eux, alignés, sont distants de 3 m ; un quatrième décrit un angle droit. La partie nord-ouest d’un bâtiment rectangulaire de 6 x 3,50 m minimum peut être reconstituée. Il affecte à peu près la même orientation que les autres bâtiments du site (fig. 2).

Autres

16Plusieurs groupes de trous de poteau inorganisés et dispersés sur le site n’autorisent pas de restitution. Dans le secteur III, cinq exemplaires, relativement profonds (30 à 40 cm), pourraient marquer l’emplacement d’une palissade (4) au sud du bâtiment B. L’identification de ces ensembles reste ouverte : petits édifices partiellement conservés, vestiges de piquets ou de pieux d’attache pour animaux domestiques ? Certains groupes, proches de fosses, témoignent-ils de dispositifs de protection ?

Les structures de combustion

17Le site des Grandes Croix, par comparaison à la plupart des établissements ruraux, est remarquablement bien fourni en structures de combustion. De taille et de forme variées, elles se rapportent aux activités domestiques et artisanales.

Le grand foyer 1

18Il occupe une position privilégiée au centre du bâtiment A (fig. 3). C’est une fosse de forme quasi-circulaire présentant un diamètre de 1,50 m et un profil en auge profond de 0,30 m en son centre. Des fragments d’argile cuite, attribués aux parois rubéfiées, et une grande quantité de charbon de bois indiquent qu’il s’agit bien d’un foyer. De son remplissage limoneux provient également de la céramique, une dizaine d’éléments de tuiles, une petite scorie métallique et un fragment osseux indéterminable.

Les foyers 2, 5 et 6

19Ces trois foyers du secteur I sont de conception identique. Il s’agit de petites fosses circulaires d’un diamètre compris entre 60 et 80 cm et au profil de creusement en auge (14 à 26 cm maximum). Le fond et parfois les rebords présentent de larges plages rubéfiées qui correspondent à la cuisson du terrain naturel lors de la combustion. Le remplissage est constitué d’un sédiment limoneux gris riche en charbon de bois. Comme le grand foyer 1, le foyer 2, situé dans le bâtiment A, évoque un usage domestique. Les foyers 5 et 6 (fig. 2), placés à l’extérieur du bâtiment, dans l’axe de la construction, sont peut-être des foyers domestiques complémentaires. Cependant, leur proximité avec la fosse n° 7, qui a livré une série de calottes de forge ou de raffinage du fer, invite à les mettre en relation avec des activités métallurgiques.

Les structures 8 et 9

20Ces deux petites structures en creux (secteur II) aux dimensions réduites (34 à 36 cm de diamètre, profondeur 6 cm) sont peut-être les vestiges de fonds de petits foyers. En effet, leur comblement est de couleur cendreuse et contient des fragments de terre cuite. La structure 9 a fourni du charbon de bois et son fond est légèrement rubéfié. La présence de scories dans les deux structures suggère également le travail du métal (cf. infra).

Le four 10

21Située dans le secteur III, la structure 10 présente une ouverture de forme bilobée, longue de 4,20 m et large de 3,60 m. Le four est conservé dans sa moitié nord. Il est constitué de trois parties, la chambre de chauffe, la plus importante, la bouche du four, assez étroite, ainsi que l’avant-fosse (fig. 5 et 6).

5. Vue d’ensemble du four 10

5. Vue d’ensemble du four 10

6. Plan et coupe longitudinale du four 10

6. Plan et coupe longitudinale du four 10
  • Une chambre de cuisson conservée, de plan circulaire (diamètre de 1,70 m à la base), est creusée dans le terrain naturel et ses parois, montrant l’amorce d’une voûte, sont conservées sur une profondeur moyenne de 0,50 m sous le décapage. Une épaisse rubéfaction et l’induration des limons argileux composant les parois témoignent de l’intense chaleur subie par les voûtes et la sole. Une estimation large permet d’envisager une hauteur totale de la voûte de 0,70 m. Le comblement est un sédiment limoneux gris contenant de nombreux fragments de paroi rubéfiés. Le fond est pratiquement horizontal. Une consolidation de la sole, aménagée primitivement sur le terrain naturel, est visible au niveau de la bouche : on distingue un rajout de limon surmonté de pierres plates et de plaques de terre cuite. Le mauvais état de la sole à cet endroit s’explique clairement par la recharge de matériaux.

  • La bouche, à l’ouverture du four, est aménagée sur une largeur de 20 cm. Deux blocs de tuf superposés sur le côté et une dalle de grès calcaire posée à plat au centre de la bouche sont conservés. Les blocs de tuf sont rubéfiés sur les faces orientées vers l’intérieur du four. Ces blocs ont été installés lorsque la sole de la chambre de chauffe a été rechargée et font partie du même programme de consolidation de cette partie du four.

  • L’avant-fosse, ou aire de chauffe, est creusée en léger contrebas de la bouche. Elle a été préservée sur toute sa longueur et est caractérisée par un remplissage cendreux sombre riche en charbon de bois. Cette couche, épaisse de 20 cm, est formée par les vidanges du four.

22La forme bilobée de la fosse indique qu’il existait deux chambres de cuisson analogues pour une aire de chauffe commune. Celle du sud, pratiquement détruite, excepté des lambeaux de la couche noire charbonneuse de l’avant-fosse, est comblée par des remblais inorganisés. Les comblements ont livré quelques tessons de céramique. Ce double four semi-excavé n’a pas livré de traces liées à un artisanat (terre cuite ou métallurgie). Ainsi, l’absence de ratés de cuisson ou de scories, ajoutée au soin apporté à la constitution de la plate-forme de la chambre de cuisson, plaident pour une fonction domestique et culinaire. Mais un usage polyvalent, en contexte agricole, n’est pas à exclure : rien ne s’oppose à ce qu’un tel four ait permis le séchage de certaines céréales avant stockage, par exemple.

23L’archéologie rurale a livré, ces dernières années, maints exemplaires de ces grands fours, a priori culinaires, souvent disposés en batterie, probablement à usage collectif. C’est souvent le seul signe tangible d’une organisation communautaire. Identifié depuis une décennie sur les sites d’Ile-de-France (Un village au temps de Charlemagne 1988), ce type d’équipement est désormais repéré au sud de la Loire. Dans la région lyonnaise, le site de Creux Marceau sur la commune de Beynost, à quelques centaines de mètres des Grandes Croix, a fourni une batterie de six fours des Xe ou XIe s. (Motte 1992). A Simandres, comme à Rillieux-la-Pape, Rhône, des fours domestiques collectifs accompagnent des habitats de la même période.

Les fosses

24Deux grands types de fosses ont été distingués : les fosses de moyennes dimensions et peu profondes et les très grandes fosses. Le remplissage de toutes ces fosses est identique : la matrice est composée de limon argileux gris (fig. 2).

Les fosses de taille moyenne

25Ces fosses sont en général de forme ovale ou subrectangulaire. Leur dimension maximum d’ouverture est comprise entre 0,90 et 4 m. Leur profondeur, assez modeste, oscille entre 4 et 40 cm, à l’exception de deux d’entre elles qui atteignent respectivement 80 et 54 cm. Mais la forme et le remplissage de ces dernières ne permet pas de les dissocier de l’ensemble. Ces fosses ont accueilli des dépotoirs domestiques. Leur creusement a pu être motivé par l’extraction de matériaux ou par une activité artisanale qui reste indéterminée. A noter que quelques-unes se trouvent à l’intérieur de bâtiments, suggérant des aménagements divers (calage d’objets ?). On peut penser aussi à une superposition fortuite évoquant plusieurs phases d’aménagement.

Les très grandes fosses

26Ces structures ont en commun leurs grandes dimensions (entre 5 et 9 m), un plan de forme irrégulière, un fond à surface inégale, une profondeur importante (entre 1 et 1,60 m) et un remplissage identique. Etant donné l’importance du volume du creusement et le caractère irrégulier de celui-ci, l’hypothèse de fosses d’extraction a été retenue. Il n’est pas exclu qu’elles aient pu également servir de réserve d’eau. Comme pour les structures de moindre dimension, ces fosses ont été ensuite utilisées comme dépotoir. C’est le cas en particulier pour les fosses 11 et 12 qui ont livré d’importantes quantités de rejets.

La fosse 11

27De très grande taille, elle se situe dans le secteur II. D’une longueur maximum de 6 m, sa profondeur atteint presque 1 m au sud-ouest et 1,60 m dans la partie nord-est. La stratigraphie montre des niveaux de comblement successifs, plus ou moins riches en matière organique, qui soulignent les différentes phases du remplissage : il s’agit de niveaux de remblais constitués d’apports mixtes, volontaires et naturels. La durée du remplissage ne peut être estimée catégoriquement d’après la stratigraphie, mais il est clair que dans ce type de terrain, une dépression, même aussi importante, ne peut rester ouverte longtemps sans subir une érosion naturelle des parois déterminant un colmatage rapide. Il semble donc raisonnable d’envisager un comblement complet sur une durée maximum d’une dizaine d’années. Cette rapidité du remblaiement est confirmée par l’homogénéité du mobilier et, notamment, par les recollages de céramiques entre des niveaux inférieurs et supérieurs du comblement. Une grande partie des scories de métal récoltées sur le site proviennent de cette fosse.

La fosse 12

28Egalement de grande taille, elle présente une ouverture et un fond irréguliers. D’une forme plus ou moins rectangulaire se dégagent une longueur de 9,30 m et une largeur de 7 m. La profondeur maximum atteint 1,55 m. Une coupe transversale montre un remplissage semblable à celui de la fosse 11. Elle est également interprétée comme une fosse d’extraction de limon abandonnée et convertie en dépotoir. La grande quantité de matériel résiduel qu’elle comportait, notamment 90 tessons de céramique protohistorique, s’explique par la grande surface de la fosse située dans un secteur riche en structures plus anciennes détruites à l’occasion de son creusement.

La fosse 13

29Mise en évidence à la fin du chantier, elle a été fouillée en urgence et ses dimensions ne sont qu’approximativement connues. De forme ovale, son plus grand axe mesure 7,50 m et sa largeur maximale est de 3,50 m ; elle est profonde de 0,80 m. Aucune organisation stratigraphique significative n’a été relevée. Son mobilier est peu abondant et hétérogène, la relative abondance de céramique protohistorique montre qu’une structure de cette période a été malmenée lors de son creusement.

La fosse 7

30Elle n’est connue qu’en partie car elle se situe en limite ouest de l’emprise. Son plan, incomplet, présente une forme circulaire d’un diamètre maximum de 4,50 m et d’une profondeur de 1,40 m. II s’agit d’une fosse de grande dimension, semblable à la fosse 11. Comme cette dernière, elle a fourni des scories métalliques de grande taille.

31La structure 14, découverte dans la tranchée du gazoduc, n’est connue que partiellement. Repérée sur au moins 5 m, sa profondeur atteint 1,60 m à cet endroit. Bien qu’elle soit relativement distante des autres vestiges, le mobilier qui en provient montre qu’elle leur est contemporaine.

Le mobilier

32En dehors de la céramique et des scories de métallurgie, le mobilier des Grandes Croix est peu diversifié. Les objets métalliques sont plus rares que sur la plupart des sites régionaux et ne signalent pas d’activité spécifique. Quant à la faune, elle est quasi absente (moins de 10 fragments en tout !), probablement non conservée dans le terrain acide.

33Mais les lots de poteries provenant d’ensembles clos, en particulier des grandes fosses converties en dépotoir et rapidement comblées, sont d’un grand intérêt pour la connaissance de la culture matérielle du haut Moyen Âge régional. Cela justifie donc un assez long développement. On examinera auparavant la part qui revient au métal, dans laquelle sont intégrés les témoins d’un artisanat du fer qui semble avoir connu une place relativement importante à Beynost.

Le métal et la métallurgie du fer

34Fort peu d’objets métalliques nous sont parvenus. On ne dénombre en effet que deux lames de couteau en fer, provenant de deux fosses de grand gabarit (7 et 11). Ils présentent une soie plate et un dos abattu. Un couteau de même type provient de l’habitat de Larina à Hières-sur-Amby, Isère où il est daté du VIIe s. (Des Burgondes à Bayard 1982 : n° 27).

35En revanche, l’échantillonnage de scories de fer est assez important. Plus d’une centaine de pièces, pour une vingtaine de kilogrammes, provient de quinze fosses différentes, réparties sur l’ensemble du site. Deux petits foyers en ont également livré. Le matériel a fait l’objet d’observations à l’oeil nu. Les scories sont denses et résistantes et d’un aspect relativement constant d’un exemplaire à l’autre. Leur forme, leur couleur et leur structure indiquent qu’elles sont très probablement en rapport avec l’étape de l’affinage ou du forgeage du métal. L’étape de la réduction semble à écarter.

36On dénombre une dizaine de calottes ou culots de déchets, parmi lesquelles deux groupes se distinguent. Les calottes de grand gabarit pèsent entre 3 et 4 kg et mesurent entre 17 et 20 cm de diamètre ; l’une d’entre elles, complète, montre une disposition "en escalier". Les calottes de gabarit inférieur pèsent entre 1 et 1,5 kg pour un diamètre compris entre 11 et 15 cm. Dans plusieurs cas, des fragments de parois de foyer adhèrent aux scories. On note également une masse ferreuse, grossièrement parallélépipédique (7 x 5 x 4 cm) ; elle comporte des failles et des bulles. Cet objet suggère un travail de forge inachevé ou le rejet d’une masse impropre au forgeage.

37Les foyers correspondants à cet artisanat n’ont pas été formellement identifiés (cf. supra). A titre d’hypothèse, cependant, quatre structures de plein air peuvent être invoquées : elles se situent au voisinage du bâtiment A et sont disposées par paires, distantes deux à deux de 7 m environ (foyers 5 et 6 d’une part, 7 et 8 d’autre part). La part très faible du mobilier métallique abandonné n’est peut-être pas seulement le fruit du hasard ou d’une mauvaise conservation ; doit-elle être imputée à la capacité des habitants à renouveler les objets usagés en récupérant le matériau ?

La vaisselle de terre

38Le matériel céramique provient de 73 structures différentes. La plupart d’entre elles (trous de poteau, fosses) ont livré chacune de très petits lots (moins de 10 fragments) ; ceci interdit toute tentative de chronologie relative des structures. L’étude porte donc sur l’ensemble des céramiques du site. Les recollages entre des fragments provenant de différentes structures confortent cette méthode de travail. Cependant, trois ensembles plus conséquents, dépotoirs caractérisés, ont livré des quantités suffisantes pour les comparer entre eux (fosses 11, 12, 14 et 15). Les nuances de composition de ces lots n’offrent aucune indication susceptible de signaler des étapes chronologiques distinctes.

39Le site a restitué 969 fragments de céramiques, dont 353 sont identifiables. Parmi ceux-ci on dénombre 200 individus environ, à partir desquels 156 formes ont été identifiées. Cet ensemble important, où de nombreux profils ont pu être reconstitués, permet une approche assez satisfaisante du vaisselier. A Beynost, celui-ci comporte huit types de récipients, présentant chacun des variantes.

Aspects techniques

40Les récipients montrent une grande variété dans la nature et la texture des pâtes et regroupent des productions en cuisson oxydante et réductrice.

  • Les céramiques à cuisson ou post-cuisson oxydante représentent 24,4 % du nombre total de tessons et 26,3 % du nombre des formes. Elles constituent un lot assez uniforme. La couleur des pâtes varie du rouge-orangé au beige-brun plus ou moins soutenu (bistre), à surface partiellement noircie. En majorité, la texture est homogène, à inclusions fines, parmi lesquelles ressortent parfois des micas. La surface, non traitée, est savonneuse. Si l’on excepte quelques exemplaires en pâte grossière sableuse, qui semblent correspondre à des récipients de grande taille, la facture des céramiques à cuisson oxydante est régulièrement soignée.

  • Les céramiques à cuisson réductrice représentent 75,6 % du nombre total de tessons et 73,7 % du nombre des formes. Elles offrent un eventail de teintes et de textures dont il est difficile de dégager des regroupements significatifs. La couleur varie du gris clair au noir, en passant par le beige sombre. D’une manière générale, les pâtes sont assez grossières, comportant régulièrement des inclusions de quartz. La facture est très variable d’un exemplaire à l’autre.

Aspects morphologiques

41Les céramiques de Beynost offrent une typologie assez variée : vaisselle de table et de cuisine, incluant formes ouvertes et fermées, formes hautes et basses. Mais cette variété ne saurait cacher la forte prédominance des vases à cuire, en majorité en pâte grise. Le tableau (fig. 7) récapitule les différents types de forme rencontrés à Beynost, tout en indiquant leur répartition entre cuisson oxydante et réductrice.

7. Modes de cuisson et répertoire des formes représentées

7. Modes de cuisson et répertoire des formes représentées

Les formes fermées

42Les formes fermées (82,4 %) sont nettement majoritaires, aussi bien en cuisson oxydante que réductrice. Elles regroupent les ollae, les pots à col convergent et les cruches.

Les ollae

43Celles à panse piriforme et fond plat sont les plus nombreuses (83 % des formes fermées et 69 % de l’ensemble du vaisselier), en cuisson oxydante comme en cuisson réductrice. Le répertoire offre une large gamme de tailles (9 à 16 cm de diamètre d’ouverture). On note que les ollae en pâte oxydée forment un groupe plus homogène par la taille (majorité de petits gabarits) et par la facture (plus soignée) que leurs homologues en pâte grise. Tous les fonds sont étroits et plats, voire concaves ou annulaires (fig. 9, n° 1 à 5).

8. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire ou rectangulaire

8. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire ou rectangulaire

Bandeaux de première génération

9. Pots à cuire ou ollae, lèvres en bandeau vertical

9. Pots à cuire ou ollae, lèvres en bandeau vertical

Bandeaux de deuxième génération

44Elles connaissent de nombreuses formes de lèvres. Celles-ci peuvent être regroupées en quatre types principaux.

45Les deux premiers, à section triangulaire (26,6 %) ou rectangulaire (21,6 %), équipent des récipients en pâte oxydée ou réductrice. Il s’agit de deux variantes du bandeau de première génération (proto-bandeau) : dans le premier cas la face interne de la lèvre est en courbe presque continue (fig. 8, n° 1 à 4), dans le second cas la face interne intègre une gorge assez marquée (n° 5 à 7).

46Les lèvres évasées à extrémité arrondie constituent un groupe marginal (9,1 %). Elles se rapprochent des formes de la fin de l’Antiquité (n° 8 à 10). A ce titre, elles pourraient signaler les récipients les plus anciens.

47Les lèvres en bandeau vertical, les plus nombreuses (28,3 %), équipent quasi exclusivement des ollae en pâte grise (fig. 9, n° 6 à 14). Elles semblent donc marquer une évolution du vaisselier, se manifestant, entre autres, par l’abandon de la cuisson oxydante. On observe une grande variété dans le détail du profil. Si celui-ci présente toujours des arêtes vives, il est nettement moins en relief que son prédécesseur, le "proto-bandeau".

Les pots à col convergent

48Ils constituent un groupe minoritaire (13 % des formes fermées). Ils se distinguent des ollae par une panse moins galbée, sans épaulement et une ouverture moins resserrée, à rebords convergents (fig. 10, n° 1, 2, 3, 6 et 7). Deux formes de lèvres équipent ces pots : les plus simples sont constituées d’un bourrelet externe plus ou moins en relief (n° 1 à 3), les autres sont "infléchies", c’est-à-dire étirées et rabattues vers l’intérieur, de sorte que la face externe est horizontale (n° 6 et 7). Sur les 13 exemplaires dénombrés, 12 sont en pâte grise. Un exemplaire reconstitué, muni de deux anses, évoque par sa grande taille la forme d’un tonnelet (n° 7). Les autres, plus petits et incomplets, se rapprochent de celle du gobelet et ne semblent pas avoir été pourvus d’anses.

Les cruches

49Elles sont peu représentées (fig. 10 n° 4). Les 7 exemplaires minimum recensés montrent que cette forme est loin d’être stéréotypée. Si elles sont toutes pourvues d’un bec pincé, celui-ci est placé sur des lèvres évasées ou sur des lèvres en bandeau ; le col peut être étroit ou large ; les anses ont une section ovale, bifide ou en ruban.

10. Autres formes fermées

10. Autres formes fermées

Pot à col convergent, vase à lèvre infléchie, cruche, gourde

Gourde

50Un seul exemplaire de gourde assure du caractère exceptionnel de ce type de récipient (fig. 10 n° 5). La facture en est particulièrement soignée. Si une bonne partie de la panse est reconstituable, on n’en connaît pas le dispositif verseur ni le mode de préhension. Le corps est constitué de deux parties tronconiques accolées. La base est cannelée ; la partie haute est ornée d’un décor couvrant d’impression à la molette.

Les formes ouvertes

51Minoritaires dans l’ensemble du vaisselier (17,6 %), elles se répartissent en trois types principaux qui connaissent chacun quelques variantes : les bols carénés, les gobelets et les mortiers.

Les bols carénés

52Ils offrent deux variantes si l’on considère la partie supérieure de la paroi. Les bols à rebord galbé présentent une lèvre plus développée à évasement externe, formant une ouverture légèrement resserrée (fig. 11, n° 1 à 3). Les bols à rebord rectiligne reprennent la forme courante de l’Antiquité tardive. La lèvre est alors constituée d’un léger bourrelet (n° 4). Ces bols sont en majorité en pâte oxydée (7 des 9 exemplaires).

11. Formes ouvertes

11. Formes ouvertes

Bols, gobelets, mortier

Les gobelets

53Ils sont les plus nombreux parmi les formes ouvertes (48,1 %). Ils sont tous réalisés en pâte grise ou noire (n° 5 à 12). Leur taille, du simple au double, et leur profil varient d’un exemplaire à l’autre, mais ils forment une catégorie bien caractéristique qui semble chercher à imiter les récipients en pierre ollaire (n° 8). Leur fond plat et souvent épais est surmonté par une panse cylindrique ou légèrement tronconique, ou encore ovoïde. La lèvre verticale présente une extrémité arrondie avec ou sans bourrelet externe, aplatie ou biseautée, parfois inclinée vers l’intérieur, se rapprochant de la lèvre infléchie des pots à col convergent mentionnés ci-dessus (n° 7).

Les mortiers

54Ils présentent des aspects variés tant dans la couleur que dans la forme, notamment celle du rebord en collerette (n° 13 à 16). Cette catégorie de récipient, en raison de sa faible représentation (18,6 % des formes ouvertes) et de son caractère peu stéréotypé pourrait illustrer un type en voie de disparition. Au demeurant, le terme de mortier est probablement trop restrictif car il y a fort à penser que ces récipients ont servi plus simplement de jatte ou de coupe.

Les décors

55Globalement les vases ornés sont peu nombreux (15,5 % des fragments de panses). Il s’agit toujours de décors imprimés sur pâte fraîche.

  • Les rainures incisées horizontales (sorte de sillons simples, doubles ou triples) sont les plus représentées (63,7 %). Elles sont surtout caractéristiques des ollae en pâte sombre ou claire dont elles ornent l’épaulement (fig. 8, n° 1, 2, 4, 6). Quelques pots portent de telles incisions, mais disposées en spirale (fig. 10, n° 1 et 3).

  • Les décors à la molette (16,4 %) concernent d’abord les bols et les ollae en pâte oxydée. Ils sont disposés sur la partie supérieure des récipients en registres horizontaux de une ou plusieurs rangées de motifs simples : petits carrés, rectangles ou losanges (fig. 8, n° 3 et fig. 10, n° 2 et 5).

  • Les décors peignés (16,4 %) constituent un groupe particulier puisqu’ils ne concernent que les céramiques à cuisson réductrice, pots et gobelets. Ils ignorent les ollae. Ils forment un réseau de stries parallèles plus ou moins fines et régulières sur la surface des vases. Ils semblent contribuer ainsi à l’imitation de la facture des récipients en pierre ollaire. Un exemplaire de pot à col convergent (pot-tonnelet mentionné plus haut) a reçu un décor particulièrement soigné : alternance de registres horizontaux et ondés sur toute sa surface, y compris sur la face externe de la lèvre (fig. 10, n° 7).

Arguments de datation

56Pris globalement, le mobilier céramique de Beynost présente des traits contrastés, où cohabitent héritage antique et caractères médiévaux. En terme de proportion, la cuisson oxydante, qui concerne 24,4 % de l’ensemble, et le taux relativement élevé de formes ouvertes (17,6 %), placent sans conteste le matériel de Beynost bien avant le terme de l’évolution qui aboutit au répertoire et aux techniques du vaisselier médiéval, tel qu’on le connaît au plus tard vers le milieu du Xe s.

  • Des formes héritées du vaisselier antique : en priorité les mortiers et les bols carénés, pour la vaisselle dite de table, et bien sûr l’olla, équipement de base de la cuisine. Ces formes en pâte claire ou bistre, en Bourgogne, dans l’est de la France et en Suisse, en Dauphiné et en Provence, sont associées dans les niveaux de transition de l’Antiquité tardive au début du Moyen Âge. Les Ve-VIe s. en sont la période de plus forte diffusion.

57Les ollae, quant à elles, connaissent une évolution typologique et technologique qui permet de distinguer deux "générations" successives, toutes deux bien représentées à Beynost. Une minorité des ollae de la première génération conserve le col et les lèvres à profil arrondi des pots ovoïdes du Bas-Empire. Mais c’est l’adoption de la lèvre à section anguleuse, triangulaire ou rectangulaire (dite encore lèvre en poulie, en proto-bandeau ou en crochet), qui marque l’apparition d’un faciès véritablement médiéval. Celui-ci semble se fixer dès les premières décennies du Ve s., comme en attestent désormais de nombreux sites du sud-est de la France, mais aussi Poncin, Ain, où elles cohabitent avec des monnaies de la fin du IVe s. (cf. supra monographie correspondante). Des ollae de cette catégorie sont encore en usage à la fin du Vile-début Ville s. en territoire vaudois (Haldimann 1995 et 1996) et sur des sites lyonnais comme rue P. Audry et place des Célestins (rapports Ayala et al. 1996 et 1997). Les ollae de la deuxième génération, caractérisées par la lèvre en bandeau "classique", un fond toujours plat et une cuisson exclusivement réductrice, apparaissent dans la région Rhône-Alpes à la charnière des VIe-VIIe s. et sont attestées au moins jusqu’au Ville s. (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986). On ignore, en revanche, quand elles sont supplantées par les vases globulaires à fond lenticulaire.

  • Des formes illustrant la "médiévalisation" du vaisselier : les pots à col convergent et les gobelets, qui conservent, c’est à souligner, toujours un fond plat. Les gobelets sont presque toujours associés, dans la région, à des ollae de la deuxième génération. Ils couvrent la fourchette VIIe-VIIIe s. Les pots à lèvre infléchie posent un problème particulier. L’apparition de ce type de rebord, très original, semble coïncider avec celle des gobelets évoqués ci-dessus, dont les exemplaires de grande taille se rapprochent des pots par la forme générale et le profil de la lèvre. Un même registre décoratif renforce d’ailleurs la parenté entre les gobelets et ce type de pots : les décors peignés horizontaux ou ondés. Mais il faut bien souligner que la lèvre infléchie est couramment attestée au milieu du Moyen Âge dans tout le quart sud-est de la France ; elle est alors associée à des fonds lenticulaires et parfois à des becs tubulaires. Il en va de même pour la gourde, presque toujours représentée sur les sites régionaux du Xe et XIe s.

Chronologie du site

58Le site de Beynost n’échappe hélas pas à la règle : la difficulté à réunir des arguments de datation serrés. Ni monnaie, ni objet particulier (parure, arme, toilette) pour préciser les informations fournies par la céramique. Mais celles-ci sont heureusement complétées ici par des datations au 14C de trois échantillons de charbons de bois prélevés dans le foyer 1 du bâtiment A, la grande fosse 12 et le four 10.

59Il faut reconnaître que le site de Beynost pose avec acuité la question de la durée de l’occupation. En termes strictement typologiques, on peut dire que le vaisselier comporte des formes apparues dès le début du Ve s. et d’autres qui appartiennent au répertoire carolingien. Ce constat peut conduire à diverses interprétations :

  • le site est longuement occupé (quatre siècles environ), ce qui, en l’occurrence semble venir en contradiction avec la plupart des observations archéologiques. En effet, la stratigraphie du remplissage des fosses montre qu’elles ont été rapidement comblées ; ce fait, associé à la relative homogénéité des lots de céramique (certains recollages entre tessons de fosses différentes), milite pour une occupation relativement courte. Ceci doit toutefois être nuancé par les données issues du bâtiment A, où quelques fragments de céramiques (revêtements argileux, pâtes grises fines) et surtout un échantillon daté par le radiocarbone suggèrent que le site a été en partie occupé à la charnière des Ve-VIe s. (réf. Ly 8297 ; âge 14C : 1570 +/-40 BP ; intervalle années réelles : 424-589 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 470, 510, 534) ;

  • la période d’occupation du site se place au moment où le vaisselier est en pleine mutation, alors que coexistent les dernières manifestations de la vaisselle "antiquisante" (ollae de la première génération, bols carénés, mortiers, cuisson oxydante) et la mise en place de formes et de techniques strictement médiévales, à l’exception du fond bombé (ollae de la deuxième génération, gobelets tronconiques ou cylindriques, décors peignés, cuisson réductrice). Ceci suggère que le site de Beynost est occupé au plus tôt à la charnière VIe-VIIe s. La fin de cette occupation est encore plus difficile à fixer. Certains traits, comme la présence de formes assez répandues au Moyen Âge central (pot à lèvre infléchie, gourde), conduit à envisager au minimum le Ville s. Cependant, deux comptages de radiocarbone permettent de resserrer la datation sur le Vile s., avec une bonne probabilité pour le milieu de ce siècle (réf. Ly 8298 ; âge 14C : 1380 +/-40 BP ; intervalle années réelles : 613-754 ap. J.-C. ; pic de probabilité : 660 ; et réf. Ly 8299 ; âge 14C : 1415 +/-45 BP ; intervalle années réelles : 564-692 ap. J.-C. ; pic de probabilité : 650 ; Centre de datation par le radiocarbone de Lyon) ;

  • enfin, une troisième hypothèse concilie tous ces arguments. Après un épisode antique achevé au IIIe s., le site connaîtrait une courte reprise de l’occupation à la charnière des Ve-VIe s. ; il en subsisterait un premier état du bâtiment A et quelques céramiques. L’essentiel des installations correspondant à cette étape pourraient se situer hors des limites de la fouille. Puis, après une période d’abandon, du moins dans le secteur exploré, interviendrait une phase de construction centrée sur le milieu du VIIe s., à laquelle appartient la majorité des vestiges mis au jour.

Organisation spatiale du site et interprétation

60Les principales installations mises au jour aux Grandes Croix se répartissent comme suit. Le secteur I comprend le bâtiment le plus grand et le plus complexe (bâtiment A). De forme quadrangulaire, irrégulière en raison de modifications diverses, de plus de 100 m2, il abrite deux foyers. Deux autres foyers (domestiques ou artisanaux ?) et cinq fosses devenues dépotoirs se situent dans son voisinage. Le secteur II, sorte de zone intermédiaire, ne présente pas de constructions lisibles. Il comporte une grande fosse d’extraction transformée en dépotoir ainsi que huit autres fosses plus modestes et deux petits foyers isolés, probablement liés à la métallurgie. Le secteur III regroupe un deuxième bâtiment important (bâtiment B). Plus petit que le bâtiment A, il dénote cependant une construction soignée, dont le plan aux formes courbes se distingue nettement du premier ; la présence d’un foyer intérieur est supposée. Autour de lui se dispersent de nombreux aménagements : d’autres constructions sur poteaux, plus ou moins complètes (bâtiment C et D), deux vastes fosses d’extraction, trois fosses plus réduites et aussi un grand four domestique placé quelque peu en retrait des constructions. Diverses fosses repérées dans la tranchée du gazoduc révèlent l’extension du site au sud-sud-ouest, largement en dehors de l’emprise explorée.

61Les dimensions relativement imposantes des deux bâtiments principaux et la présence de foyers incitent à les interpréter comme des maisons d’habitation. Le petit bâtiment C, par sa taille et son plan régulier évoque un édifice de stockage des récoltes ; il pourrait s’agir d’un grenier ou d’une petite grange à sol surélevé. Les constructions D et E, moins bien conservées, ne peuvent se voir attribuer de fonction plus précise qu’annexes agricoles. Les dépotoirs sont présents sur tout le site, remplois pour la plupart de fosses d’extraction du limon utilisé, probablement, pour la construction des parois de terre des bâtiments et des calottes du four. Ainsi les trois grandes fosses (n° 11 à 13) ont un volume très important qui dépasse largement le cadre d’un dépotoir intentionnel. Le four témoigne des activités domestiques des occupants par sa vocation culinaire. Sa situation ne permet pas de le rapporter plus particulièrement à l’une des maisons et sa double structure suggère, au contraire, un usage collectif.

Conclusion

62La fouille des Grandes Croix a mis au jour une partie d’un établissement rural du haut Moyen Âge comprenant au moins deux maisons et leurs dépendances. Les deux habitations présumées sont assez distantes l’une de l’autre et une zone intermédiaire dépourvue de construction les sépare. Cette disposition fait penser à deux unités d’exploitation voisines mais distinctes. Mais les limites imposées à la fouille interdisent de caractériser définitivement le gisement entre habitat isolé ou habitat groupé de type hameau.

63Les traces d’activités spécifiquement agricoles sont discrètes : seul un petit grenier ou grange peut évoquer la conservation des récoltes et les vestiges d’outils ne nous sont pas parvenus. Pas davantage de témoins végétaux pour informer sur l’environnement végétal et les cultures pratiquées. L’élevage, ou en tout cas la consommation de viande, est attesté par les quelques restes fauniques. L’abondance de scories métalliques et de calottes d’affinage ou de forge signale un artisanat du fer.

64L’établissement de Beynost rentre dans l’échantillon désormais bien fourni des habitats ruraux mérovingiens, dont la forme, propre à l’Europe du Nord, semble se dégager : procédés architecturaux, organisation spatiale des constructions, activités et modes de vie. Mais, en même temps, certains traits l’écartent de ce schéma : une organisation assez lâche et l’absence de cabanes à sol ou sous-sol excavé, qui accompagnent généralement les bâtiments à poteaux plantés. Enfin, on ne trouve pas ici trace de silos enterrés ; ils sont pourtant fréquents sur les sites ruraux régionaux (Jons, Rillieux, Meyzieu, Reyrieux), encore que ceux-ci appartiennent au milieu du Moyen Âge (cf. monographies correspondantes).

65Les données archéologiques sont trop partielles pour retracer le statut social de la communauté installée aux Grandes Croix, si ce n’est d’évoquer la condition paysanne, puisque la vocation agricole de l’établissement ne fait guère de doute. La précarité des équipements et d’autres arguments de chronologie ne laissent pas entrevoir une installation dans la durée. L’occupation du site au Hallstatt, au Haut et Bas-Empire, puis au haut Moyen Âge évoque une implantation de type "clairière culturale", autrement dit d’un territoire occupé de façon intermittente de la Protohistoire au Moyen Âge avec, dans ce périmètre, un déplacement des lieux de vie proprement dits. On constate donc, ce que renforcent les affinités des occupations depuis la Protohistoire jusqu’au Moyen Âge — la coïncidence entre l’orientation des bâtiments médiévaux et celle des fossés parcellaires antiques pourrait en être l’illustration — qu’une certaine forme de continuité marque l’histoire de ce terroir, sans pour autant fixer l’habitat de façon pérenne.

66Documentation

67Motte 1996 : MOTTE (S.). — Beynost (Ain), Les Grandes Croix. Gallia Informations : l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 11.

68Rapport Motte, Vicherd 1992 : MOTTE (S.), VICHERD (G.). - Le site des Grandes Croix à Beynost (Ain). Archéologie préventive du TGV Rhône-Alpes, n° XIV. Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, SNCF, 1992,67 p., 65 fig.

Table des illustrations

Titre 1. Les sites de Beynost
Légende Les Grandes Croix et de Rillieux-la-Pape, Les Balmes, dans leur environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 2. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 3. Plan du bâtiment A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 4. Plan du bâtiment B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 5. Vue d’ensemble du four 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 6. Plan et coupe longitudinale du four 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 7. Modes de cuisson et répertoire des formes représentées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 8. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire ou rectangulaire
Légende Bandeaux de première génération
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 9. Pots à cuire ou ollae, lèvres en bandeau vertical
Légende Bandeaux de deuxième génération
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 10. Autres formes fermées
Légende Pot à col convergent, vase à lèvre infléchie, cruche, gourde
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 11. Formes ouvertes
Légende Bols, gobelets, mortier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2018/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access