Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Côtière de Dombes

Reyrieux, le bourg, l’école

Ain

Élise Faure-Boucharlat, Charles Caclin, Dominique Caclin et Louis Blanchard

Note de l’auteur

Avertissement

Repérés lors des terrassements préliminaires à l’implantation d’un nouveau groupe scolaire dans le bourg de Reyrieux, les vestiges ont été fouillés dans des conditions d’urgence absolue qui n’ont permis qu’une exploration partielle du site ; pour les mêmes raisons, on déplore que l’analyse de la flore et de la faune n’ait pas été réalisée. Sur les 16 000 m2 de l’emprise du chantier, quatre zones sensibles sont apparues. Nous nous intéressons ici à la zone centrale, la mieux étudiée : une construction à sol excavé et plusieurs groupes de fosses silos ont pu être datés de la fin du XIe s. Ces découvertes ont déjà fait l’objet d’une note de présentation (Caclin et al. 1991). Il nous a paru cependant intéressant d’intégrer le site de Reyrieux à ce volume, car il apporte des éléments de réflexion sur la pérennité, dans la région, d’un type de construction traditionnellement attribué au haut Moyen Âge ; en outre, c’est le seul des établissements paysans répertoriés ici qui soit installé à proximité d’un habitat groupé.

Texte intégral

Le site dans son environnement

1Située à 4 km au sud-est de Trévoux, l’agglomération de Reyrieux connaît un contexte d’implantation comparable, au pied de la côtière de Dombes, mais sensiblement éloignée du cours d’eau, sur les hautes terrasses de la Saône (fig. 1, Trévoux).

2Le riche passé antique de Reyrieux (fig. 1) est révélé, entre autres, par le site de Château-Vieux, villa antique occupée jusqu’au IVe s. ; diverses découvertes, notamment au lieu-dit Les Eaux, accréditent l’hypothèse d’un établissement thermal (rapport Blanchard et al. 1983). Enfin, plusieurs lieux d’inhumation attribués au haut Moyen Âge, dans le bourg même et aux environs (lieu-dit Saint-Sorlin), attestent une occupation continue du secteur après l’Antiquité (SRA Rhône-Alpes, carte archéologique).

1. Environnement archéologique du site de l’École

1. Environnement archéologique du site de l’École

D’après la documentation de la Carte archéologique du SRA Rhône-Alpes
1. Site archéologique de l’École ; 2. Église Saint-Pierre, actuelle paroissiale ; 3. Diverses découvertes de sépultures médiévales ; 4. Motte castrale du Châtel ; 5. Site antique de Château-Vieux, Le Bret ; 6. Site antique des Eaux ; 7. Motte castrale d’Herbevache ; 8. Site antique et médiéval de Saint-Sorlin (thermes antiques, sépultures médiévales, édifice de culte) ; 9. Site médiéval de En Pouilleux (église Saint-Martin et cimetière).

3La période du Moyen Âge central est assez bien documentée (fig. 1). Une première mention, en 980, par le biais d’une donation à l’abbaye d’Ainay, signale une "villa Rariaco" dans l’ager de Parcieux (Mottes castrales 1986 : 55). En 984, un dénombrement des biens de l’Eglise de Lyon, mentionne "l’ecclesia de Reiriaco" sous le vocable de Saint-Pierre (Philipon 1911 : 341), probablement église paroissiale. Un autre édifice de culte dédié à saint Martin, au lieu-dit En Pouilleux, existerait dès le Xe s. Seigneurie placée sous la suzeraineté des sires de Villars, installés à Trévoux, Reyrieux possède un château ; la petite motte castrale du Châtel, à 200 m à l’est du bourg actuel, pourrait marquer l’emplacement de l’établissement primitif. Un château y est signalé en 1301 (cartulaire d’Ainay). Mentionnée au XIIIe s. sous le terme Albavaca, devenu depuis Herbevache, un autre château à motte, à 2,5 km au nord-ouest du village au lieudit Les Bruyères, appartient également au dense réseau castrai qui caractérise la Dombes des Xe-XIIe s. Une tour y était encore visible en 1850 (Dubois 1939 : 279 ; Mottes castrales : 53-56). Le petit établissement agricole présenté ici n’est donc pas isolé puisqu’il s’inscrit dans le double voisinage d’une église (Saint-Pierre) et d’un château à motte (Le Châtel) (fig. 2).

2. Localisation des vestiges dans le bourg actuel de Reyrieux

2. Localisation des vestiges dans le bourg actuel de Reyrieux

Les vestiges archéologiques

4Répartis sur 500 m2 environ, des groupes de fosses silos s’organisent autour d’une petite construction à sol excavé. Les niveaux archéologiques étaient en partie décapés au moment de l’intervention : on estime à près d’un mètre l’épaisseur des sédiments disparus (fig. 3). Il est à peu près certain que d’autres structures s’étendaient au-delà des limites du terrassement, mais elles sont restées inaccessibles. Enfin, à quelques dizaines de mètres, deux sépultures (en pleine terre ?), dont une d’enfant, ont été en grande partie détruites avant la fouille. Dépourvues de mobilier et d’indices typologiques, leur datation est trop incertaine pour les rattacher à l’occupation médiévale.

La "cabane" à sol excavé

5La structure principale consiste en une fosse à peu près rectangulaire de 4,60 x 2,70 m (fig. 3, n° 16 et fig. 4). La profondeur conservée est de 0,40 m. Les négatifs de six poteaux ont été mis en évidence à l’intérieur de la fosse, contre ses parois : trois poteaux d’angle (le quatrième, dans une zone détériorée a probablement disparu), deux au centre des grands côtés et un au centre du petit côté ouest. Le diamètre des trous de poteau est compris entre 0,20 et 0.30 m. Deux d’entre eux, au moins, montrent des traces de reprise. Le poteau cornier sud-ouest, dont le négatif est bifide pourrait avoir été doublé ; le poteau médian sud pourrait avoir aussi reçu un renfort en partie ancré dans la paroi de la fosse.

3. Emprise de la fouille et plan des vestiges

3. Emprise de la fouille et plan des vestiges

4. Vue d’ensemble de la cabane à sol excavé depuis l’ouest

4. Vue d’ensemble de la cabane à sol excavé depuis l’ouest

6Le remplissage de la fosse, elle-même creusée dans le loess, est assez hétérogène : la partie inférieure est constituée d’une alternance de couches d’argile claire et de couches cendreuses et riches en mobilier, liées à l’occupation. Le fond de la fosse présente divers surcreusements dont la signification n’est pas claire. Aucun dispositif d’accès n’a été repéré (Caclin et al. 1991 : fig. 5).

5. Négatif du poteau cornier sud-ouest et du piquet associé

5. Négatif du poteau cornier sud-ouest et du piquet associé

7Par ses dimensions et son agencement, cette petite construction répond à une forme architecturale largement répandue, au haut Moyen Âge, dans tout le nord-ouest de l’Europe : édicules à sol ou sous-sol excavé dits "fonds de cabane". De nombreuses publications anciennes et récentes leur sont consacrées (voir notamment Chapelot 1980 et Nicé 1994). Il n’est pas utile de revenir ici de façon détaillée sur ces questions, abordées par ailleurs dans ce volume (cf. chapitre 5). Quelques aspects particuliers au cas de Reyrieux peuvent cependant être évoqués. Le nombre de poteaux (six minimum) correspond à une toiture à deux pans, ce qui est assez courant dans ce genre de constructions, mais il est moins courant que les poteaux d’axe, destinés à la poutre faîtière, soient placés sur les longs côtés. Le rôle de l’unique poteau médian du petit côté ouest n’est donc plus nécessairement porteur. Il peut avoir été utilisé pour l’aménagement d’une porte comme le suggère le trou de piquet qui jouxte le poteau cornier sud-ouest. Trop mince pour convenir à un système de renfort, il pourrait signaler un dispositif d’huisserie complémentaire, comme le calage d’un axe de ventail ou l’ancrage d’un mode de fermeture (fig. 5). Si l’on n’a reconnu aucune trace de fixation de clayonnage dans le sol, une grosse quantité de fragments de torchis provenant des fosses environnantes, notamment de la fosse 1, toute proche de la cabane, nous renseigne sur la nature des parois en terre et bois.

Les fosses silos

8Des 22 exemplaires repérés dans l’emprise explorée, il n’en subsiste que le fond hémisphérique. La majorité des diamètres maximum reconstitués se place entre 1,20 et 1,40 m. La fosse 22, la mieux conservée, présente le classique profil en ampoule (diam. : 1,20 m ; prof. conservée : 1,25 m). Les silos se répartissent en plusieurs groupes. Le plus fourni (8 unités) est proche du flanc sud de la cabane. Quelques autres gravitent plus largement autour d’elle. Deux autres ensembles de 4 unités chacun, à l’évidence tronqués par les parois est et sud du terrassement, pourraient être l’amorce de regroupements, éventuellement autour d’autres constructions.

9Bien que très détériorés, les silos de Reyrieux renseignent sur certains aménagements internes, rarement observés sur les autres sites. Ainsi, les fonds de certaines fosses (fig. 3, n° 2,4 et 9) montrent les vestiges de sortes de marches réalisées grâce à un bloc d’argile rapporté (fig. 6). D’autres (fig. 3, n° 4,7 et 17) conservent les négatifs de 4 à 5 petits piquets de section carrée, dont la destination précise nous échappe : subdivision de l’espace, calage du système d’obturation ?

6. Dispositif en terre, sorte de marchepied, rapporté au fond de l’une des fosse silos (n° 2)

6. Dispositif en terre, sorte de marchepied, rapporté au fond de l’une des fosse silos (n° 2)

10Ce qui subsiste du remplissage des fosses est constitué d’un sédiment très organique qui a livré nombre de rejets domestiques (vaisselle, faune, fragments de parois de terre, scories métalliques). L’homogénéité du matériel montre que les silos sont transformés en dépotoir au même moment, mais l’on ne sait rien du rythme de leur utilisation première comme équipement de stockage ; le recoupement des fosses 1 et 23, par exemple, laisse supposer de légers décalages chronologiques entre les fosses ou les groupes de fosses.

Le mobilier

11Seul le mobilier céramique a bénéficié d’une étude détaillée. Aucun objet de métal identifiable n’est parvenu. En revanche, les témoignages de l’artisanat du fer sont explicites : 3,5 kg de scories proviennent de différentes fosses. Parmi elles, on note les éléments de cinq petits fonds de calottes (diam. 10 cm environ). Les scories sont peu denses, spongieuses et huileuses. L’ensemble de ces éléments évoque la phase du traitement secondaire du métal, affinage et forgeage. Aucun élément ne se rapporte directement à l’étape de la réduction du minerai.

12La vaisselle de terre recueillie à Reyrieux constitue un ensemble homogène qui suggère une occupation de courte durée. Aussi, les observations qui suivent ont-elles été conduites sur l’ensemble du lot. Sur un total de 1668 fragments, 231 se rapportent à des formes identifiables ; les autres sont des fragments de panses. Le matériel se répartit inégalement entre les différentes structures : la majeure partie provient du remplissage de la cabane excavée (près de 600 tessons) et de quatre des fosses silos (2, 5,9 et 17) avec plus d’une centaine de fragments chacune. Le lot est toutefois suffisamment important pour que les traits technologiques et typologiques qui s’en dégagent fournissent des indications chronologiques relativement précises.

Aspects technologiques

13Toutes les céramiques sont tournées et montrent une bonne qualité d’exécution. Si la cuisson réductrice est généralisée, une certaine diversité de la couleur des pâtes, redevable à la maîtrise de la post-cuisson, a pour corollaire la diversité des argiles utilisées. La majorité des récipients est en pâte gris-clair, fine et homogène, dure et sonore ; des argiles réfractaires pourraient rentrer dans la composition de cette première catégorie. Un deuxième groupe est constitué par des pâtes grises à noires en surface et gris-clair à cœur ; elles comportent de nombreuses inclusions. Enfin, une minorité est de teinte irrégulière, plus claire, brune à rougeâtre, et de texture assez grossière et friable. Une telle diversité suggère différentes sources d’approvisionnement, sans qu’il soit possible de détecter des nuances chronologiques.

Aspects morphologiques

14Le répertoire, limité à des vases globulaires, comprend des pots à cuire ou à conserver, les plus nombreux, et des vases à liquide. La variété des gabarits révèle la probable polyvalence des utilisations. Le diamètre des ouvertures est compris entre 13,5 et 18 cm, celui des fonds entre 11 et 18 cm. Les fonds sont tous nettement bombés (fig. 7, n° 1); quelques exemplaires sont presque hémisphériques.

7. Sélection parmi la céramique recueillie à Reyrieux

7. Sélection parmi la céramique recueillie à Reyrieux

15Trois types de lèvres équipent les récipients :

  • les lèvres en bandeau (37 %) sont quasi stéréotypées : le bandeau, assez haut, est bien en relief et incliné vers l’extérieur ; la face interne est concave (n° 1 et 2) ;

  • les lèvres évasées sont majoritaires (63 %) ; à quelques exceptions près, elles comportent toutes une gorge interne accusée. Elles se répartissent en deux groupes : les lèvres dont la face externe est arrondie (n° 3 et 7) et celles dont la face externe, en ligne brisée, forme un bourrelet prononcé qui, dans certains cas, se rapproche du profil en bandeau (n° 4 et 5) ;

  • un seul exemplaire échappe à cette typologie ; il s’agit d’une lèvre infléchie, peu débordante, à profil arrondi (n° 8).

16Les cruches sont munies exclusivement de becs pontés et d’anses rubanées. Par la variété de leurs dimensions, ces accessoires trahissent également celle de la taille des récipients.

17Trois fragments de couvercles se rapportent au type médiéval courant à profil conique et muni d’un bouton de préhension.

18Les décors sur pâte fraîche concernent à peine 4 % des fragments. Les bandes appliquées repoussées au doigt représentent 80 % des ornements (n° 6 à 8). Le reste se répartit entre impressions à la molette et décors côtelés.

19On dénombre 4 fragments de fonds marqués en relief. Ils sont trop incomplets pour les rattacher au répertoire des motifs connus, si ce n’est une partie d’étoile à branches ramifiées et à extrémités bouletées.

Bilan chronologique

20Les céramiques de Reyrieux offrent toutes les caractéristiques du vaisselier répandu dans la région autour de l’an mil. Mais, grâce à l’importance quantitative du lot, certains arguments permettent d’en resserrer la datation, si on admet la comparaison avec d’autres ensembles du Rhône et de l’Isère, dont la chronologie est mieux assurée. A partir de ces derniers (Décines, Charavines, Chirens), on a pu, en effet, mettre en évidence quelques grandes tendances morphologiques entre la fin du Xe et la fin du siècle suivant (fig. 25, chap. 4). Le même procédé a été tenté dans ce volume pour dater le mobilier du site de Rillieux-la-Pape : aussi, on se reportera à la monographie correspondante pour en suivre le raisonnement. Pour résumer, avec 60 % de lèvres éversées et moins de 5 % de fonds marqués, le mobilier de Reyrieux s’éloigne sensiblement de celui de Décines (fin Xe-début XIe s.) et de Charavines (premières décennies du XIe s) ; il s’écarte aussi de celui de Rillieux-la-Pape où la proportion de fonds marqués est la plus forte des sites comparés ici, en accord avec la phase d’apogée de la pratique du marquage (milieu XIe s) ; en définitive il présente à peu près les mêmes caractéristiques que celui de Chirens (fin XIe s.).

21D’autres arguments plaident en faveur d’une datation "tardive" :

  • la relative variété dans le détail des lèvres évasées, qui s’écarte de la grande uniformité rencontrée dans les ensembles "précoces", conduit à créer des sous-groupes, comme ici les lèvres à bourrelet externe marqué. Ces dernières sont d’ailleurs très proches de certaines formes signalées à Bény, Ain (cf. supra monographie correspondante), habitat daté par dendrochronologie de la fin du XIIe s. ;

  • la présence d’un exemplaire de glaçure au plomb, brillante et couvrante sur pâte rouge sombre, qui, par sa qualité, se démarque des balbutiements technologiques repérés dans la région dès la fin du Xe s. (comme à Décines, Rhône).

22Ces différents constats conduisent à dater le mobilier céramique de Reyrieux des dernières décennies du XIe, voire du début du XIIe s.

Conclusion

23Les circonstances de la fouille de Reyrieux n’ont permis qu’une approche trop rapide et trop partielle du site pour aborder l’interprétation des structures avec assurance. Du moins peut-on retenir que, dans un premier temps, les aménagements composent une aire de stockage des récoltes. Dans ce contexte, l’association de silos enterrés, particulièrement adaptés à la conservation des céréales à l’abri de l’air, et d’une structure sur vide sanitaire, où pouvaient être conservées d’autres denrées, est tout à fait plausible.

24Sans régler la question de la destination de la cabane excavée, l’abondance du mobilier domestique qu’elle a restitué avec la fosse 2, sa voisine, qui semble avoir fait office de dépotoir attitré après abandon de sa fonction de silo, plaide pour la proximité d’un habitat. Il n’est pas exclu que la cabane elle-même ait pu servir d’abri temporaire.

25Ces aménagements s’intègrent probablement à un établissement plus vaste et plus complexe. On a suggéré plus haut une répartition des silos en plusieurs batteries, chacune gravitant, éventuellement, autour d’une construction analogue à la cabane mise au jour. D’autres observations vont dans ce sens : ainsi, les fosses 5, 9 et 17, tout comme la fosse 2 évoquée ci-dessus, sont transformées en dépotoirs réguliers et pourraient ainsi signaler l’existence d’autres bâtiments à proximité. Cette supposition se trouve confortée par la toute récente découverte à Saint-Priest, à l’est de Lyon, d’une construction excavée très comparable à celle de Reyrieux et qui plus est contemporaine, à l’évidence côtoyée par d’autres bâtiments de plain-pied à ossature de bois (rapport Ayala et Horry 2001).

26Mais l’intérêt majeur de cette découverte réside dans sa localisation et sa datation. En l’état actuel de nos connaissances, le petit édifice de Reyrieux est un des exemples les plus méridionaux de la forme "classique" de la cabane excavée. Il est en tout point analogue (dimensions, structures) aux fonds de cabane qui caractérisent l’habitat mérovingien d’Europe septentrionale. On le rapprochera évidemment des découvertes proches, mais nettement plus anciennes, de Genlis, Côte-d’Or, et de Château-Gaillard, Ain (cf. monographie correspondante). La cabane de Reyrieux se distingue donc, et c’est à souligner, par sa datation (fin XIe-début XIIe s.) et montre que, bien au-delà de l’an mil, l’habitat paysan et/ou ses dépendances utilise encore, dans notre région, des formes et des procédés inchangés depuis le haut Moyen Âge.

27Un autre aspect retient l’attention : la situation des vestiges à proximité immédiate du bourg actuel, dont on peut penser qu’il est héritier d’une agglomération médiévale : une église de Reiriaco est en effet mentionnée une première fois en 984 sous le vocable de Saint-Pierre (fig. 2). Se pose alors la question de la relation de ces installations légères, occupées de façon éphémère, caractéristiques de l’habitat paysan dispersé, avec des habitats villageois et durables. Les équipements agricoles du secteur de l’École fonctionnent-ils un temps en marge du village, comme une sorte d’antenne plus ou moins temporaire entre habitat groupé et zones de cultures ? S’ils relèvent bien d’une exploitation paysanne à part entière, doivent-ils la brièveté de leur occupation au processus de regroupement de l’habitat autour du lieu de culte ? Leur proximité avec la motte castrale du Châtel appelle d’autres hypothèses, comme celle d’une relation hiérarchique et économique entre un habitat fortifié et un habitat ordinaire dans le cadre de la mise en valeur des terres.

Département :

Ain

Commune :

Reyrieux

Lieu-dit :

Le Bourg (L’École)

Numéro de site :

01 322 003

Coordonnées Lambert :

Y : 792.900 X : 2106.700

Altitude NGF :

201-210 m

Cadre d’intervention :

découverte fortuite

Responsable d’opération :

C. Caclin

Date d’intervention :

1988

Superficie fouillée :

700 m2

Extension totale du site :

inconnue

Bibliographie

Documentation

Rapport Blanchard et al. 1983 : BLANCHARD (L.), BARTHOUX (H.), CACLIN (C.). — Reyrieux 1983 : sondage de Château-Vieux. Lyon : DAH Rhône-Alpes, 1983.

Rapport Caclin et al. 1988 : CACLIN (C.), CACLIN (D.), BLANCHARD (L.), BARTHOUX (H.). - Reyrieux 1988 : rapport de fouille de sauvetage du site de L’Ecole. Lyon : DAH Rhône-Alpes, 1989, 27 p., 26 pl.

Caclin et al. 1991 : CACLIN (C). CACLIN (D.), BLANCHARD (L.). — Le site de L’École à Reyrieux (Ain). Revue archéologique de l’Est et du Centre Est, 42, 2,160,1991, p. 305-310.

Table des illustrations

Titre 1. Environnement archéologique du site de l’École
Légende D’après la documentation de la Carte archéologique du SRA Rhône-Alpes1. Site archéologique de l’École ; 2. Église Saint-Pierre, actuelle paroissiale ; 3. Diverses découvertes de sépultures médiévales ; 4. Motte castrale du Châtel ; 5. Site antique de Château-Vieux, Le Bret ; 6. Site antique des Eaux ; 7. Motte castrale d’Herbevache ; 8. Site antique et médiéval de Saint-Sorlin (thermes antiques, sépultures médiévales, édifice de culte) ; 9. Site médiéval de En Pouilleux (église Saint-Martin et cimetière).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 2. Localisation des vestiges dans le bourg actuel de Reyrieux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre 3. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 4. Vue d’ensemble de la cabane à sol excavé depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 5. Négatif du poteau cornier sud-ouest et du piquet associé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 6. Dispositif en terre, sorte de marchepied, rapporté au fond de l’une des fosse silos (n° 2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 7. Sélection parmi la céramique recueillie à Reyrieux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2015/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access