Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Côtière de Dombes

Trévoux, Prés de Corcelles

Ain

Élise Faure-Boucharlat, Charles Caclin, Jean-Claude BÉAL, Michel Feugère et Claude Olive

Note de l’auteur

Avertissement

L’opération conduite aux Prés de Corcelles à Trévoux a été motivée par une découverte fortuite : les circonstances de l’intervention, lors de travaux d’assainissement, en plein hiver, n’ont autorisé qu’une fouille limitée à une grande fosse quadrangulaire (seul vestige d’une construction à sol excavé ?). A vrai dire, l’intérêt du site réside avant tout dans la quantité, la qualité et la diversité des objets domestiques qui proviennent de cette fosse : vaisselle de terre et de verre, rejets de faune, outils, objets de toilette et de parure. Ceux-ci fournissent, en effet, un bon "instantané" de la culture matérielle du début du Moyen Âge (VIe s.), fait encore rare dans notre région. C’est la raison pour laquelle cette notice, essentiellement consacrée à des découvertes mobilières, se distingue quelque peu des autres monographies réunies dans ce volume. Son objectif est de livrer les résultats, revus et corrigés, des études entreprises dès 1987 et restés inédits à ce jour, et dont on peut estimer qu’ils fourniront aux chercheurs d’utiles références typologiques et chronologiques.

Texte intégral

1. Les sites de Trévoux, Prés de Corcelles et de Reyrieux, L’École, dans leur environnement

1. Les sites de Trévoux, Prés de Corcelles et de Reyrieux, L’École, dans leur environnement

Département :

Ain

Commune :

Trévoux

Lieu dit :

Prés de Corcelles

Numéro de site :

01 427 002

Coordonnées Lambert :

X: 787.720, Y : 2108.100

Altitude NGF :

188 m

Cadre d’intervention :

découverte fortuite

Responsables d’opération :

L. Blanchard et C. Caclin

Date d’intervention :

1986

Superficie explorée :

600 m2

Extension totale du site :

inconnue

Le site dans son environnement

1A 1 km environ au nord-ouest de l’agglomération actuelle de Trévoux, riveraine de la Saône, le site des Prés de Corcelles se trouve à l’écart du cours de la rivière, à peu près au centre de l’espace décrit par un vaste méandre. Il prend place en bordure sud-ouest de la Côtière de Dombes, en bas de pente, là où la retombée du plateau sur la basse vallée de la Saône connaît un relief adouci (fig. 1 et 2). Dans ce secteur, le substrat est constitué par des sables et des argiles à lignite, témoin de la fin de l’ère tertiaire.

2. Localisation des vestiges

2. Localisation des vestiges

2Les mentions archéologiques pourtant relativement nombreuses restent trop ponctuelles pour retracer l’histoire du secteur avant le XIIIe s. Il n’y a pas lieu de revenir ici sur les découvertes relatives à la période protohistorique, aux Ages des métaux et à l’Antiquité (Buisson 1990 :150-151). Si le riche passé médiéval de Trévoux, capitale de la souveraineté de Dombes au bas Moyen Âge, est assez bien connu, on sait en définitive peu de choses sur la formation de l’agglomération. Trévoux apparaît pour la première fois dans les textes en 1010, à travers un cartulaire de l’abbaye d’Ainay qui signale une "villa Trevoos" située dans l’ager de Genay (Philipon 1911 : 441). Par tradition, on place au début du XIIe s. la construction d’un premier château par le seigneur de Villars, alors que le site devient chef-lieu d’une châtellenie de Dombes. Mais les indices textuels et matériels concernant le haut Moyen Âge font encore défaut et la découverte présentée ici reste, à ce jour, un cas isolé. Toutefois, le mobilier mis au jour témoigne clairement d’apports extérieurs qui signalent que le secteur n’était pas à l’écart des réseaux de passages et d’échanges. L’enquête sur le Trévoux du haut Moyen Âge ne fait donc que commencer.

La structure excavée

3D’abord repérée en coupe dans la tranchée qui a occasionné sa découverte, la structure se présente comme une fosse creusée dans le substrat argileux (fig. 3). Bien que le terrain soit en légère déclivité à cet endroit, le fond du creusement est grossièrement horizontal. L’excavation est rectangulaire aux angles arrondis (4 x 3,50 m). Les conditions de fouille n’ont pas permis une observation détaillée de la stratigraphie du comblement, considéré alors comme homogène : terre très cendreuse sur 0,30 à 0,60 m d’épaisseur renfermant un abondant mobilier.

3. Coupe de la fosse (cabanes à sol excavé ?)

3. Coupe de la fosse (cabanes à sol excavé ?)

4La destination première de cette fosse n’est pas assurée. Aucune trace d’aménagement périphérique ou interne (trous de poteau, calages, parois) ne vient étayer l’hypothèse d’une fondation de "cabane". Mais on ne peut l’exclure ; il suffit de se référer au site de Château-Gaillard, Ain, proche dans l’espace et dans le temps, où un petit groupe de fonds de cabane montre des exemplaires dépourvus de tout aménagement (cf. supra monographie correspondante). On verra plus loin que l’examen du mobilier concourt également à restituer à la fosse de Trévoux une fonction architecturale : sol excavé ou vide sanitaire d’une petite construction.

5Bien que le suivi des tranchées d’assainissement pratiquées ailleurs sur le site n’ait pas révélé d’autres aménagements ou constructions, l’unique structure de Trévoux fait probablement partie d’un ensemble plus large. Il est évident que son remplissage est en partie composé de sédiments environnants. Si des débris de constructions d’une certaine qualité (tuiles, éclats de moellons, fragments d’enduit peint, tesselles de mosaïque) sont très certainement en position résiduelle, la forte concentration du mobilier du haut Moyen Âge suggère qu’une partie de celui-ci y a été rejetée, signalant une occupation qui dépasse le cadre de la seule construction qui nous est parvenue.

Le mobilier

6Par plusieurs aspects, le mobilier fait figure d’exception. Tout d’abord par sa quantité, déjà évoquée, mais dont une appréciation plus exacte peut être donnée grâce à la comparaison avec d’autres ensembles de la même période. Ainsi, à Trévoux, la seule structure décrite plus haut a livré 1480 fragments de céramique (soit un minimum de 158 formes), plusieurs récipients en verre, 1320 fragments de faune, et plus d’une douzaine d’objets de métal. Tandis que les six cabanes de Château-Gaillard livrent moins de 500 tessons et une demi-douzaine d’objets, et les vingt-neuf cabanes de Genlis, Côte-d’Or, totalisent moins de 2000 fragments de poterie.

7Par sa diversité et sa qualité, ensuite, qui le distinguent du répertoire habituellement rencontré sur les sites d’habitats ruraux, notamment en raison d’objets de métal peu ordinaires ou d’origine extra-régionale.

La vaisselle de terre

8Des 158 récipients minimum recensés, 142 ont pu être rapportés à une forme déterminée. A l’évidence, l’importance de l’échantillon assure un aperçu assez complet du répertoire en usage, d’où l’impression d’une plus grande variété morphologique que sur bien d’autres sites. Dans le même temps, elle met en évidence des caractères propres à l’ensemble, dont on peut penser qu’ils sont redevables à la chronologie de l’ensemble. Mais globalement, les céramiques de Trévoux offrent de nombreuses analogies avec celles des sites proches de Château-Gaillard et de Beynost présentés dans ce volume. On renverra donc le lecteur aux observations d’ordre général et à certaines argumentations développées dans les monographies correspondantes.

9Les céramiques cuites en atmosphère oxydante représentent 82,4 % du lot. Il s’agit, à quelques exceptions près, de pâtes sableuses, beige-orangé, localement noircies au feu, désormais dénommées pâtes bistres, très caractéristiques dans notre région de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen Âge. Si les céramiques en cuisson réductrice constituent 20 % des formes fermées, elles ne concernent que 10 % des formes ouvertes.

Les formes fermées

10Par rapport à l’ensemble du lot, les formes fermées (dont 83 % sont des ollae) dominent largement avec 69,7 %. Les cruches sont relativement bien représentées avec plus de 9 %. Les autres formes fermées sont marginales (fig. 4).

4. Modes de cuisson des céramiques et répertoire des formes représentées

4. Modes de cuisson des céramiques et répertoire des formes représentées
  • Des ollae de Trévoux, on soulignera la diversité, tant dans la forme générale que dans le détail des rebords (fig. 5 et 6). Globulaires ou piriformes, avec ou sans col, à fond concave ou plat, plus ou moins étroit, elles offrent en outre une grande variété de taille. Le diamètre des ouvertures varie de 90 à 190 mm, celui des fonds de 70 à 130 mm ; la hauteur de 120 à 200 mm. Les lèvres illustrent maintes adaptations du type du "proto-bandeau".

11Les rebords dits à section rectangulaire (fig. 5), en raison d’une gorge interne, sont les plus nombreux (70 %). La gorge est parfois à peine suggérée (n° 1), le plus souvent nettement marquée, pouvant déterminer une lèvre bien détachée du col (n° 4 à 7). Le traitement de la face externe varie : rectiligne, concave ou convexe ; verticale, convergente ou divergente.

5. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section rectangulaire (bandeaux de première génération)

5. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section rectangulaire (bandeaux de première génération)

6. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire (bandeaux de première génération)

6. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire (bandeaux de première génération)

7. Pots à col convergent, cruches et couvercles

7. Pots à col convergent, cruches et couvercles

12Les rebords à section triangulaire (face interne en courbe continue) sont de facture assez constante (fig. 6). Toutefois, quelques cas présentent un repli extérieur marqué (n° 1 et 3).

  • Deux récipients, pots à col convergent, se distinguent des formes décrites ci-dessus par leur lèvre en simple bourrelet évasé et par l’absence d’épaulement de la panse (fig. 7, n° 1 et 2). Ils peuvent être rapprochés d’exemplaires plus complets de Beynost, (cf. monographie correspondante), ou encore des vases ovoïdes de Genlis, Côte-d’Or (Cattedu 1992 : 77-78), où ils sont également minoritaires.

  • Les cruches, pour la plupart en pâte oxydée, offrent des gabarits assez variés. Elles sont toutes munies d’un bec pincé et d’une anse rubanée fixée sur la lèvre en forme de petit bandeau peu en relief (fig. 7, n° 3 et 4).

  • Des couvercles sont particulièrement adaptés aux récipients dotés de lèvres à gorge. Assez rarement documentés sur les sites contemporains, on en dénombre ici 5 exemplaires. Ils ne se départissent pas des formes produites dans l’Antiquité, avec leurs parois très obliques et leur large bouton de préhension. Les rebords sont simples, biseautés ou moulurés (fig. 7, n° 5 à 9).

Les formes ouvertes

13C’est dans cette rubrique que la diversité propre au vaisselier de Trévoux est la plus sensible (fig. 4). Elle regroupe des formes basses, largement dominées par les bols carénés, et des formes hautes où se glissent au moins deux vases carénés biconiques, aussi connus sous l’appellation fautive de "vases burgondes", catégorie inédite dans l’aire géographique concernée par cette étude.

8. Formes ouvertes, bois carénés et mortiers

8. Formes ouvertes, bois carénés et mortiers
  • Les bols carénés constituent la forme la mieux représentée après les ollae (fig. 8, n° 1 à 6). Ils sont très majoritairement en pâte oxydée (18 ex. sur 21). L’échantillon de Trévoux permet de juger de la diversité des tailles (de 140 à 215 mm de diamètre à l’ouverture). La carène, toujours placée plus haut que la moitié de la panse, est généralement soulignée par un bourrelet plus ou moins marqué. La partie supérieure de la panse est verticale dans la majorité des cas mais peut être rentrante ou évasée. Le rebord est en bourrelet externe arrondi ou aplati. Tous les fonds connus sont concaves et la liaison avec la panse forme un léger bourrelet.

  • Les mortiers (ou bols à collerette) sont presque tous (11 ex.) produits en cuisson oxydante (fig. 8, n° 7 à 10). De profil hémisphérique ou tronconique, leur diamètre à l’ouverture varie de 165 à 220 mm. Le rebord, dont la lèvre est arrondie ou amincie, toujours rentrante est muni d’une collerette bien détachée de la lèvre (en boudin, triangulaire, étirée et pendante ou en crochet). Des becs verseurs sont attestés sur trois exemplaires.

  • Les autres formes ouvertes basses, jattes et coupes, sont ici, comme sur les autres sites du haut Moyen Âge, très peu représentées. On dénombre une coupe à col concave (fig. 9, n° 1), une coupe tronconique à carène haute et lèvre en bourrelet (n° 2) et une jatte hémisphérique à lèvre étirée en courte collerette (n° 3).

  • En nombre réduit, mais livrant des profils complets, les gobelets de Trévoux enrichissent notablement le répertoire de cette catégorie de vaisselle de table. Ils sont tous en pâte oxydée. Deux exemplaires, grossièrement tronconiques, sont munis d’une petite anse en ruban qui leur donne l’allure de chopes (fig. 9 n° 4 et 5). Leur paroi est plus ou moins galbée et leur rebord, arrondi pour l’un, rectiligne pour l’autre, est marqué par un simple épaississement. Des éléments de 4 gobelets à profil nettement ovoïde, plus proches des modèles antiques, font l’une des originalités du lot dans le contexte régional (n° 6).

  • Deux autres récipients, vases carénés biconiques, font aussi figure d’exception dans le répertoire des formes actuellement connues, surtout en milieu d’habitat. Du premier, en pâte claire, il manque la partie supérieure (n° 7). Son fond est concave et la carène (basse ?) est soulignée par un épais bourrelet. Du second, en pâte grise fine à surface lissée, il manque le fond, mais les proportions indiquent une largeur supérieure à la hauteur (n° 8). La carène est médiane et la partie supérieure affecte un profil concave alors que la partie inférieure est convexe. Le rebord est évasé et muni d’une lèvre arrondie. Trois registres de chevrons imprimés à la molette et deux profondes rainures incisées ornent la partie supérieure du vase.

9. Formes ouvertes basses et hautes, coupes, jattes, gobelets, vases biconiques

9. Formes ouvertes basses et hautes, coupes, jattes, gobelets, vases biconiques

Les décors

14On relève deux types de décor : les registres de figures simples (carrés, rectangles, triangles...) imprimées à la molette et les rainures ou sillons plus ou moins horizontaux, avec, dans de rares cas, une association des deux. Des décors de molettes plus complexes (motifs de chevrons inversés) semblent réservés à des productions particulières en pâte grise fine (vase biconique). On note un seul cas de décor lissé, surimposé à des rangées de motifs moletés. A souligner qu’aucun décor peigné n’a été répertorié. Si les décors sont rares sur les mortiers à collerette (un seul exemplaire porte un décor imprimé sur la collerette), ils sont très fréquents sur les ollae (en général sur le haut de la panse) et sur les bols carénés (partie supérieure de la paroi). Ils affectent également des gobelets et des cruches.

Proposition de datation

15Par certaines caractéristiques d’ensemble et grâce à quelques pièces remarquables, la vaisselle de terre de Trévoux offre des repères typologiques qui contribuent à en préciser la chronologie à l’intérieur de la période mérovingienne.

16Ces repères ne peuvent être appréhendés sans une confrontation précise avec les ensembles proches de Château-Gaillard et de Beynost (fig. 10). On s’attachera à la place grandissante des poteries en pâte grise, au désintérêt progressif pour la vaisselle de table et aux timides modifications d’un répertoire dominé par les ollae et les bols carénés en pâte bistre depuis les premières décennies du Ve s. ; autant d’indices qui donnent l’occasion de suivre les étapes de la mise en place d’un vaisselier pleinement médiéval.

  • La place des céramiques en pâte grise, omniprésentes dans vaisselier régional à partir du milieu du VIIIe s., est à Trévoux (17,6 %) déjà nettement plus affirmée qu’à Château-Gaillard (4,5 %), mais bien plus discrète qu’à Beynost (73,5 %).

  • Autre évolution notable entre les trois sites, celle de la proportion relative des formes fermées et ouvertes : les récipients de table de Trévoux (30,3 %) sont à peu près équivalents à ceux de Château-Gaillard (31,6 %), mais s’éloignent nettement des chiffres observés à Beynost (17,5 %) où, en outre, l’éventail des formes est plus réduit (mortiers et bols carénés semblant achever alors la carrière des vaisselles en pâte commune imitées du répertoire antique).

  • A propos du répertoire, d’autres observations appuient les constats précédents : les jattes et coupes, issues elles aussi en droite ligne des productions antiques, sont représentées à Trévoux et à Château-Gaillard. Mais ce dernier site ignore les gobelets, alors que cette forme représente 4,2 % du vaisselier à Trévoux, mais surtout 8,5 % à Beynost, montrant la progression de cette forme au cours de la période mérovingienne. Autre nuance à noter : les gobelets de Trévoux sont en pâte claire et comportent des exemplaires ovoïdes, proches de leurs prédécesseurs antiques (notamment des produits des ateliers savoyards du Ve s.), tandis que ceux de Beynost sont tous en pâte grise et se cantonnent aux profils simples, cylindriques ou tronconiques, souvent ornés des très caractéristiques décors peignés, absents à Trévoux. Repérés pour la première fois dans la région parmi le mobilier funéraire de la basilique Saint-Laurent de Lyon, les gobelets cylindriques ou tronconiques étaient associés à des ollae de la deuxième génération qui constituaient l’essentiel des dépôts datés, pour les plus anciens, du courant du VIe s. (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986).

17Les pots à col convergent semblent connaître le même parcours : absents à Château-Gaillard, ils apparaissent timidement à Trévoux (3 ex.), tandis qu’ils représentent un peu plus de 10 % des formes fermées à Beynost.

18Encore plus significative est la présence affirmée à Beynost, exclusivement, des ollae dites de la deuxième génération (28,3 % des formes fermées), presque toutes en pâte grise, munies de la véritable lèvre en bandeau qui équipera une proportion variable des vases à cuire jusqu’au début du XIIIe s.

  • Enfin, certaines formes exceptionnelles dans la région, comme les vases carénés biconiques apportent d’autres informations chronologiques. Les biconiques connaissent, en effet, durant la période mérovingienne, une large diffusion dans le nord et le nord-est de la France ainsi que dans les régions alpine et lémanique, principalement en contexte funéraire. Les nécropoles franc-comtoises en fournissent de nombreux exemplaires datés des VIe-VIIe s. (Ex-pots 1995 : 37-46). En Suisse, en région vaudoise, les découvertes semblent marquer la limite sud de la diffusion de ces récipients ; les vases biconiques y apparaissent au deuxième tiers du VIe s. et sont présents au cours du VIIe s. (type 6 ou 7, in Haldimann, Steiner 1996 : 147-148). On en connaît néanmoins de rares témoins encore plus au sud, comme celui du cimetière des Fins à Annecy, Haute-Savoie, associé à des objets métalliques des VIe-VIIe s. (Colardelle 1983 : fig. 117).

19Tout se passe donc comme si l’ensemble de Trévoux se plaçait, en terme de chronologie, entre ceux de Château-Gaillard et de Beynost, se révélant, toutefois, bien plus proche du premier que du second. Or, ces trois sites ont donné lieu à des datations par le radiocarbone (fig. 14, chap. 4). Il faut souligner que la datation concernant Trévoux porte sur un dépôt organique prélevé au fond d’un vase ; elle concerne donc particulièrement la céramique (réf. Lyon 410 ; âge 14C : 1545 +/-50 BP. ; intervalle années réelles : 425-620 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 470, 510, 542, 590 ; Centre de datation par le radiocarbone de Lyon).

20Si Beynost est assez précisément daté du milieu du VIIe s., grâce à la coïncidence des pics de probabilité de deux datations, les fourchettes fournies pour les autres sites sont plus larges (1 à 1,5 siècle) et se recouvrent en partie ; toutefois la fourchette de Trévoux est décalée en aval d’environ un demi-siècle (dernier 1/4 du VIe et premier 1/4 du VIIe s.), décalage que semble également refléter le mobilier céramique. En privilégiant les deux derniers pics de probabilité de la courbe de l’échantillon, la combinaison des divers indices typologiques invite à placer le mobilier céramique de Trévoux dans la deuxième moitié du VIe s., sans exclure le tout début du VIIe s.

10. Confrontation entre la vaisselle de terre de Trévoux et celle de Château-Gaillard et Beynost

10. Confrontation entre la vaisselle de terre de Trévoux et celle de Château-Gaillard et Beynost

La vaisselle de verre

21L’ensemble de vaisselle de verre de Trévoux peut paraître bien modeste, mais il vaut la peine qu’on s’y arrête, tant les découvertes sont encore rares et limitées dans la région (fig. 11 et 12). Des pratiques funéraires qui privilégient le dépouillement nous privent, en effet, des dépôts qui ont, en revanche, fourni l’essentiel de la documentation des régions septentrionales. Il faut donc, aux archéologues régionaux, compter avant tout sur le mobilier des sites d’habitat, dont l’état de conservation laisse souvent à désirer.

22Le mobilier de verre comprend 99 fragments qui se rapportent à au moins deux types de formes : verre à pied et bouteille. Cependant, la diversité des fragments ne permet d’approcher le nombre de récipients que par approximation. On notera, en particulier, la sur-représentation des pieds de verre par rapport au nombre total de fragments. Quatre types de production ont été distingués : les pièces en verre vert d’eau à bleuâtre (7 fragments), celles en verre vert olive (36 fragments), celles en verre incolore (52 fragments) et, enfin, quelques fragments en verre bleuté. Il ne semble pas y avoir de corrélation entre la qualité du verre et la forme des pièces.

Rebords de verres ou de gobelets

23Parmi les 24 fragments de rebords, une partie peut vraisemblablement être associée aux verres décrits ci-dessous, mais aucune reconstitution n’a été possible (fig. 11, n° 1 à 3). Le type le mieux représenté est la petite lèvre ourlée, à peine évasée. Une seule est légèrement rabattue vers l’intérieur. Dans deux cas, on peut apprécier en partie le profil du récipient qui présente un galbe plus ou moins prononcé. On ne note aucun décor.

11. Verres à pied à tige creuse

11. Verres à pied à tige creuse

Pieds de verres à tige

24Les 7 pieds de verres à tige (type Isings 111) sont les éléments les plus caractéristiques du lot. Des profils ont pu être reconstitués : 5 d’entre eux, en verre olivâtre, sont très proches : ils sont pourvus d’une base en forme de cône plus ou moins aplati, à pourtour annulaire creux, d’un diamètre de 38 mm environ (fig. 11 n° 4 à 6 et fig. 12). L’exemplaire le mieux conservé présente une tige creuse complète, détachée du corps, de 15 mm de haut, ainsi que la base courbe de la coupe dont on ne peut restituer le profil tronconique ou campaniforme (n° 4). Un autre pied est plus grand (diam. 45 mm) ; son profil est aplati (n° 6).

12. Pieds de verres, disques et départs de tige

12. Pieds de verres, disques et départs de tige

Eléments de panse

25La plupart, sans décor, appartiennent également à des verres ou à des gobelets, voire à des coupes ; on reconnaît notamment le fond d’un verre à pied. Quatre fragments sont côtelés.

Bouteille

26Quatre fragments seulement signalent la présence d’une bouteille en verre bleuté à corps quadrangulaire. Le col présente un rebord aplati horizontal. L’épaisseur du verre et le diamètre du col indiquent un récipient de taille importante.

27En l’absence de données régionales, l’approche de la vaisselle de verre nous conduit à faire appel aux informations recueillies dans d’autres régions, où de récentes études fournissent des arguments de comparaison fiables : celles-ci confirment que la verrerie du haut Moyen Âge, dont le répertoire s’est appauvri par rapport à celui de l’Antiquité, offre une typologie commune pour l’ensemble de la Gaule.

28L’attribution chronologique du mobilier de verre de Trévoux pose la question de l’homogénéité du lot. Le type de la bouteille à panse quadrangulaire est connu pour la fin de l’Antiquité (IVe s.). Mais par la suite, la forme anguleuse semble réservée aux récipients de petite taille, notamment dans le nord de la Gaule, comme les flacons type Feyeux 23, répertoriés au cours de la première moitié du Vie s. (Périn 1995 : fig. 3). Dans le sud de la Gaule, des récipients à paroi épaisse (bocaux ou bouteilles prismatiques) sont répertoriés à partir du milieu du VIe s. (forme 24, Foy 1995). Il n’est pas exclu que les fragments de Trévoux correspondent à ce type, à moins qu’ils ne se trouvent en position résiduelle, comme c’est le cas pour une petite proportion de la vaisselle de terre.

29Les verres à tige, en revanche, trouvent facilement leur équivalent, surtout dans la documentation issue des régions méridionales, où, là aussi, l’essentiel des informations provient de sites d’habitat. Les exemplaires de Trévoux rentrent sans difficulté dans la récente typologie périodisée établie pour le Midi de la France, où ils correspondent à la forme 23 a (Foy 1995). Celle-ci, dont on place l’origine sur le pourtour méditerranéen, apparaît dans le sud de la Gaule à l’extrême fin du Ve ou au début du VIe s. Le verre à pied, doté d’une tige creuse, devient alors le récipient de table le plus répandu et le reste durant une partie du siècle suivant (Foy 1995 : 207-208).

30Les profils galbés mentionnés plus haut s’écartent des formes rectilignes, tronconiques ou campaniformes que connaissent la plupart des verres à tige creuse méridionaux. Ils pourraient évoquer les formes septentrionales à paroi biconique (type 43, Feyeux 1995). Ces fragments peuvent aussi appartenir à des gobelets à pied conique, connus du nord au sud de la Gaule au Ve et au début du Vie s. (forme 19, Foy 1995).

Outils et accessoires métalliques

31Le mobilier métallique des Prés de Corcelles consiste en une petite série d’objets personnels et d’ustensiles domestiques : accessoires vestimentaires, stylet, briquet, couteaux, etc. Certaines pièces, comme la fibule, méritent attention en raison de leur rareté dans les collections régionales. Globalement, le lot constitue un ensemble homogène, qui, daté avec une relative précision et confronté au reste du mobilier (vaisselle de terre et de verre), constitue un bonne série de références pour la chronologie du haut Moyen Âge dans la région.

Fibule

32L. 51 mm ; fer avec incrustations transversales de fils d’argent (fig. 13, n° 1 et 14). Elle a conservé quelques spires du ressort qui était monté sur un axe perpendiculaire à la tête de l’arc ; un petit fragment de l’ardillon subsiste dans la gouttière, montrant que la fibule a été enfouie dans le sol en position fermée (c’est-à-dire alors qu’elle était rangée, et non perdue en cours d’utilisation). Cet exemplaire présente une particularité assez rare dans sa catégorie : quand on place la fibule en position fonctionnelle, le pied en haut, en regardant l’extérieur de l’arc, le porte-ardillon s’ouvre à droite, et non à gauche comme sur toutes les fibules. L’objet aurait-il été fabriqué spécialement pour un(e) gaucher (ère) ?

13. Objets métalliques : parures et petit équipement

13. Objets métalliques : parures et petit équipement

14. Fibule vue de profil

14. Fibule vue de profil

33Cette fibule appartient au groupe défini sous le nom de Duratón/Estagel par M. Schulze-Dörrlamm en 1986. La distinction entre les deux séries n’est pas aisée : la présence du bouton à l’extrémité du pied, qui servirait à distinguer le type d’Estagel, prend sur certains exemplaires (comme à Trévoux) la forme d’une plaque, alors que le même auteur classe dans le type Duratón certaines fibules qui présentent ce traitement. D’autre part, les types sont strictement contemporains, comme le montre par exemple leur association en paire dans la tombe 303 de Nouvion-en-Ponthieu, Somme (Piton 1985 :135, pl. 64, 303). La distinction Duratón/Estagel ayant fait l’objet de plusieurs critiques (Feugère 1988 ; Kazanski 1994), nous préférons considérer en même temps ces deux modèles, à vrai dire très voisins. Il semble également nécessaire de compléter la carte de répartition de ces fibules par quelques découvertes dont l’appartenance au type Duratón/Estagel a été proposée par M. Kazanski (1994 :165). D’un point de vue chronologique, les fibules de Duratón/Estagel appartiennent à l’extrême fin du Ve et à la première moitié du VIe s., une date qui semble compatible avec les éléments de datation disponibles à Trévoux.

34Les fibules de Duratón/Estagel se rencontrent principalement, d’une part en Extrémature et en Gaule méridionale, d’autre part dans une vaste zone allant de la Normandie au Brabant (fig. 15). Ces fibules sont, pour la plupart, en bronze, notamment dans les régions méridionales, où l’on ne peut signaler qu’une exception en Aquitaine (Sainte-Bazeille), dont l’identification est du reste incertaine (Feugère 1988 : 6-7). De fait, les seules fibules de cette série que l’on connaisse actuellement en fer sont, outre celle de Trévoux, deux fibules d’une même tombe de la nécropole de Frénouville (Calvados) qui présentent le même décor d’incrustations transversales en argent.

35Il est clair que ces trois exemplaires, pratiquement identiques, se distinguent de tout le reste de la série. M. Kazanski a cependant fait observer que les décors de godrons transversaux se rencontrent "en Allemagne orientale et surtout en Prusse, près de l’embouchure de la Vistule, sur les sites baltes du Ve-VIe s.". Il émet donc l’hypothèse que d’autres Goths, et notamment des groupes venus de ces régions septentrionales, aient pu accompagner les Wisigoths lors de leur migration vers le sud-ouest, et finalement s’établir en route. Cette séduisante hypothèse permet de rendre compte des découvertes, relativement isolées, de Frénouville et de Trévoux.

15. Carte de répartition des fibules du groupe Duratón-Estagel

15. Carte de répartition des fibules du groupe Duratón-Estagel

1. Seefeld ; 2. Gustro ; 3. Nouvion-en-Ponthieu ; 4. Grand-Vély ; 5. Armentières ; 6. Saint-Pierre-du-Vauvray ; 7. Mondeville ; 8. Frénouville; 9. Trévoux; 10. Sainte-Bazeille ; 11. Montréal-du-Gers ; 12. Albias ; 13. Rodelle ; 14. Vindrac ; 15. Toulouse; 16. Montmirat ; 17. Montpellier ; 18. Aspiran ; 19. Roujan ; 20. Autignac ; 21. Sète ; 22. Estagel ; 23. Conimbriga ; 24. Cerro de San Juan ; 25. Zarza de Granadilla ; 26. Duratón ; 27. Carpio de Tajo ; 28. Madrona ; 29. Ventosilla y Tejadilla ; 30. Alcalà de Henares (d’après Schulze-Dörlamm 1986 ; Feugère 1988 ; mises à jour).

Ardillon de boucle

36L. 31,5 mm; bronze étamé ; décor de petits cercles estampés (fig. 13, n° 2). Le système de fixation sur la boucle, brisé, a été remplacé par un rivet de bronze traversant grossièrement la tête de l’ardillon. Forme et décor de cet ardillon se retrouvent sur des boucles et plaques-boucles de la première moitié du VIe s., par exemple dans la riche nécropole de Duratón (Molinero Perez 1948 : sep. 5, 42, ou encore 283). Des ardillons scutiformes sont connus dans des régions plus proches (Bourgogne, est de la France). On les trouve associés à d’autres objets funéraires qui permettent de les dater du VIe s. : nécropoles de Montmélian (Savoie), de La Roche-sur-Foron, Haute-Savoie (Colardelle 1983 : fig. 115) et de Beaune, Côte-d’Or (Gaillard de Sémainville, Sapin 1995 : 158). Un exemplaire de la nécropole de Sézegnin, canton de Genève, est quasi identique à celui de Trévoux (Privati 1983 : pl. XII c).

Stylet ( ?)

37L. 105 mm ; fer. Même si elle nous semble malcommode, la taille réduite n’interdit pas de voir ici un stylet (fig. 13, n° 3). Des objets plus courts, identifiés avec certitude, sont connus à l’époque romaine. Cet instrument se caractérise par sa très grande simplicité, puisqu’il est réduit aux seuls éléments indispensables : pointe, tige et palette oblique pour effacer le texte écrit dans la cire.

38L’identification des stylets dans le matériel du haut Moyen Âge est encore mal acceptée, bien qu’à cette époque, des objets très décorés soient encore très proches de leurs antécédents romains, comme à Hières-sur-Amby, Istre, au VIIe s. (Des Burgondes à Bayard 1981, n° 35). On suppose qu’à la fin du IVe s., l’arrêt des subventions municipales aux écoles primaires a entraîné une baisse rapide du niveau général d’éducation, seules les classes sociales les plus aisées pouvant désormais accéder à un enseignement privé. La question devrait pouvoir être abordée en comparant, en données pondérées, le nombre de stylets connus dans une région donnée du Ier au VIIe s., par exemple : les inventaires nécessaires font malheureusement défaut.

Tige

39L. conservée 124 mm ; fer. Section losangique, une extrémité torsadée, l’autre manque. Il pourrait s’agir d’un autre stylet incomplet (fig. 13, n° 4).

Applique

40L. 103 mm ; bronze. Il s’agit d’un renfort décoratif, travaillé sur une seule face et dont les trois rivets conservés indiquent l’épaisseur du support, soit environ 20 mm (fig. 13, n° 5). En l’absence de parallèle, on ne peut que conjecturer. Pourrait-il s’agir, par exemple, d’un renfort de reliure ?

Briquet

41L. 82 mm ; fer. Cet objet de forme classique, adapté à une bonne préhension manuelle, fait partie d’un nécessaire à feu dont les inhumations du VIe s. fournissent, dans certaines régions, de nombreux exemples (fig. 13, n° 6). On portait généralement à la ceinture, dans un petit sac de cuir, un briquet accompagné d’un fragment de silex et d’un peu d’amadou séché permettant d’obtenir du feu en toute circonstance. Dans son étude des sépultures du haut Moyen Âge dans les Alpes françaises, M. Colardelle ne répertorie que trois dépôts régionaux de briquets, en Haute-Savoie (Colardelle 1983 : 356) : cette rareté confirme l’intérêt de la trouvaille de Trévoux.

Fiche (broche ?)

42L. 228 mm ; fer. Longue tige à pointe effilée, dont l’extrémité opposée forme une petite boucle (fig. 13, n° 7) : s’agit-il d’une broche ou d’un ustensile domestique ?

Lames de couteau

43Elles appartiennent aux modèles courants du haut Moyen Âge, notamment ceux qui comportent un ressaut entre le dos et une soie particulièrement développée (au moins un tiers de la longueur totale) (fig. 16, n° 1 à 5). L’exemplaire n° 3 se distingue par une lame nettement asymétrique, le n° 4 par une soie plus courte et triangulaire. Les couteaux à lame relativement courte et de forme presque triangulaire, comme les n° 2 et 4 rappellent des exemplaires trouvés à Poncin, Ain (cf. monographie correspondante), à Hières-sur-Amby, Isère, et dans plusieurs nécropoles régionales des VIe-VIIIe s. (Colardelle 1983). Ces accessoires domestiques, qui peuvent avoir été des objets personnels, bénéficiaient de l’attention particulière accordée aux armes et aux outils : en témoignent, ici, les traces d’affûtages successifs bien visibles sur le tranchant du n° 1.

16. Objets métalliques : série de lames de couteaux

16. Objets métalliques : série de lames de couteaux

Les objets en os

44Deux peignes en os et les éléments d’un troisième témoignent encore de la diversité du mobilier provenant de Trévoux. Ils appartiennent au type Béal Β XVII, 1 (Béal 1983 : 107). Formés par la juxtaposition de plaquettes que réunissent deux barrettes fixées à l’aide de rivets en fer, ils s’inscrivent dans un rectangle allongé, et comportent deux rangées de dents, les unes plus fines que les autres, façonnées après l’assemblage des différents éléments, si bien que les barrettes transversales portent les marques du découpage des dents.

17. Objets en os : peignes et éléments de peignes

17. Objets en os : peignes et éléments de peignes
  • Le premier peigne (fig. 17, n° 1) est obtenu par l’assemblage de trois ou quatre plaquettes (le remontage moderne du peigne empêche de faire un décompte précis), prélevées sans doute, au moins pour celles des extrémités, sur des os plats, et fixées entre deux barrettes à section en D, larges de 14,2 mm au maximum, que retiennent cinq rivets. L’objet ne comporte aucun décor. Pièce archéologiquement complète (L. : 142 mm ; I. max. : 50,8 mm).

  • Le deuxième peigne (n° 2) est obtenu par l’assemblage d’au moins quatre plaquettes : l’objet est brisé contre le bord de la troisième plaquette ; la quatrième pouvait être celle de l’extrémité manquante. On peut observer ici que les rivets, à l’exception du premier fixé dans la plaquette de l’extrémité conservée, sont enfoncés contre les bords des plaquettes (autre ex. Perraud 1971, n° Β 20, p. 74, pl. 28, n° 13). Les barrettes transversales, plus larges que dans l’exemplaire précédent (I. : 16 mm), ont la même section en D. Les angles de l’extrémité conservée sont arrondis. L’objet ne comporte aucun décor. Une extrémité manque (L. actuelle : 107 mm ; I. : 49,5 mm).

  • De la troisième pièce (n° 3 et 4), sont conservés un fragment de chacune des barrettes transversales, quelques débris de dents et un fragment de plaquette permettant de connaître la largeur du peigne (L. actuelle : 51 mm ; I. : 43,5 mm). Les barrettes transversales, larges de 14,6 mm, portent un décor comprenant, pour la partie conservée, quatre gorges parallèles, puis un double chevron et un motif en X deux fois répété au moins, et limité, du côté conservé, par trois gorges.

45Si le type général des peignes à double denture connaît une très vaste diffusion en Europe occidentale dès l’Antiquité, les exemplaires composites, formés par la réunion de plaquettes d’os, appartiennent à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge. Ceux de Trévoux s’inscrivent dans un rectangle allongé (rapport L./l. vers 2,2 à 2,9) et présentent des extrémités rectilignes. On peut les comparer à de très nombreux exemplaires français et étrangers (Petitjean 1995 ; Mac Gregor 1985 : 92-94, fig. 51). Cette variante appartient plutôt à la période comprise entre la fin du Ve et le VIIe s. Les peignes composites plus anciens sont généralement plus courts, avec un rapport L./l. vers 1,2 à 2 (Petitjean 1995 : 154-155), et leurs extrémités ont souvent un profil mouluré (Petitjean 1995 : 146). En revanche, il n’y a guère d’indication chronologique à tirer des décors incisés sur les barrettes, longtemps utilisés ; l’exemplaire décoré de Saint-Martin-de-Crau, Bouches-du-Rhône, apparemment très proche de celui de Trévoux, est daté des VIe-VIIe s. (Congés et al. 1983 : 358).

Bilan chronologique d’ensemble

46La datation d’un tel ensemble de mobilier pose la question de l’exacte contemporanéité des éléments qui le composent au moment de leur enfouissement. On peut imaginer que certains objets, considérés comme précieux, aient été conservés pendant un certain temps et, de ce fait, voisinent avec des objets fabriqués postérieurement.

47La fibule ansée, objet le plus typé est aussi le mieux daté : 1ère moitié du VIe s. Pour les autres objets métalliques, les arguments convergent tous vers le VIe s., sans qu’il soit possible de préciser. La fourchette est encore plus large pour les peignes en os et la vaisselle de verre, puisque rien ne s’oppose à ce qu’ils appartiennent au début du VIIe s. La céramique, quant à elle, comporte de rares formes qui s’éloignent du répertoire hérité de l’Antiquité, et invite à envisager la 2e moitié du VIe s.

48Dans l’état actuel des connaissances, on retiendra donc que le mobilier de Trévoux est susceptible de s’étaler sur une assez longue période au cours du VIe s., les critères les plus récents plaçant l’abandon et le remplissage de la fosse dans la deuxième partie de ce siècle.

La faune

Les espèces représentées

49Les 1305 fragments osseux recueillis proviennent de rejets alimentaires. Une grande partie du matériel (environ 90 %) montre des traces de débitage, d’enlèvement de la chair. La fragmentation importante (environ 64 % des restes n’ont pu être attribués) relève de la découpe de boucherie. Les nombreuses traces de morsure observées sur l’ensemble du matériel indiquent que les animaux (chiens essentiellement, porcs et autres commensaux) ont participé activement à cette fragmentation. Parmi ces éléments résiduels, on peut évaluer à environ 35 % les lames d’os longs appartenant à des mammifères de grande taille, probablement des bovins ; le reste provient du squelette de mammifères de taille moyenne : porcs, ovicaprins...

50Sur les 478 restes osseux spécifiquement déterminés, 460 ont été attribués à des espèces domestiques. Les restes attribués aux mammifères domestiques consommés indiquent une représentation très proche des porcs et des bovins (fig. 18 et 19).

18. Les espèces représentées en Nombres de Restes (NR)

18. Les espèces représentées en Nombres de Restes (NR)

19. Représentation relative des espèces domestiques

19. Représentation relative des espèces domestiques

Les espèces domestiques et leur exploitation

Distribution anatomique des restes

51Cette distribution indique quels sont les éléments, parmi les quartiers fournissant le plus de viande, qui ont le plus contribué à l’alimentation ; elle permet d’estimer le nombre minimum d’individus abattus à partir des éléments différenciés (fig. 20).

20. Distribution anatomique des restes des espèces du cheptel, en Nombres de Restes (NR) et en Nombres Minimum d’Individus (NMI)

20. Distribution anatomique des restes des espèces du cheptel, en Nombres de Restes (NR) et en Nombres Minimum d’Individus (NMI)

52Comme le montre la distribution des restes des mammifères domestiques, l’ensemble des individus abattus n’a pas été consommé sur place. Un fort déficit des petits os des extrémités des pattes (carpe, tarse, phalanges) apparaît pour toutes les espèces. Les parois costales sont, quant à elles, particulièrement bien représentées. Certains éléments sont absents. Chez le porc c’est le fémur, partie importante du quartier arrière puisque c’est l’élément qui porte le jambon ; chez le boeuf, c’est l’humérus et le radio-ulnaire, parties charnues de l’épaule et du jarret antérieur. Enfin, aucune scapula de mouton, élément de l’épaule, n’a été retrouvée parmi les restes.

53Le nombre d’individus montre un abattage plus important des ovicaprins qui sont essentiellement des moutons. A ces mammifères domestiques s’ajoutent la poule et le pigeon. Il est probable que ces deux espèces ont été davantage consommées ; cependant, la présence de chiens (prouvée par les nombreuses traces de dents relevées sur l’ensemble du matériel) a certainement participé à la disparition des éléments osseux de petite taille, comme les os d’oiseaux, mais aussi en partie des phalanges et des os du carpe et du tarse. On dénombre 7 individus parmi les gallinacés. Les restes qui leur sont attribués correspondent aux ailes et aux extrémités des pattes.

Les espèces représentées

  • Le porc, avec 37 % des restes, est l’espèce la mieux représentée. Les âges d’abattage montrent un maximum entre 6 et 24 mois. Parmi les 8 individus abattus, 5 mâles ont été identifiés à partir des canines sur les maxillaires et les mandibules (fig. 21).

  • Les bovins comptent 32 % des vestiges (4 individus dénombrés à partir des éléments crâniens et post-crâniens). Tous les sujets avaient plus de 12 mois, mais un seul était nettement âgé. Après le partage des carcasses, les quartiers ont été fortement morcelés pour la préparation culinaire, le résultat de ces actions de boucherie nous est parvenu sous forme de lames et de fragments de diaphyses. Les vertèbres ont été fendues et les fragments de côtes portent très souvent des stries laissées par le couteau lors de l’enlèvement de la chair.

  • Les ovicaprins représentent 23 % des restes (11 individus dénombrés à partir des restes crâniens). La courbe de mortalité de ces animaux a été établie à partir de l’éruption et de l’usure dentaires. D’après cette courbe, on peut admettre une utilisation multiple des moutons : viande, reproduction, laine et peau. L’absence presque totale de phalanges (1 seule phalange retrouvée pour les 11 individus dénombrés, chaque individu comportant 24 phalanges) pourrait être attribuée à la préparation de la peau. En effet, ces petits ossements restaient généralement attachés à la peau destinée à la transformation (fourrure, cuir, parchemin) ; ils sont souvent retrouvés sur les lieux du traitement.

21. Distribution des âges d’abattage des espèces domestiques

21. Distribution des âges d’abattage des espèces domestiques

544 moutons étaient armés : les très robustes chevilles osseuses (support de l’étui corné) observées appartiennent à 3 mâles adultes. Ces os cornus ont été tranchés à la base, ce qui pourrait indiquer l’utilisation de la matière cornée pour la fabrication d’objets (Olive 1990b).

55L’étude métrique est très limitée. Pour les bovins et les moutons, les données de quelques éléments ne permettent pas d’envisager une description des sujets abattus. Une hauteur au garrot de 76 cm a été reconstituée pour un porc adulte, à partir d’un métacarpe III.

La faune sauvage

56La contribution de la chasse à l’alimentation paraît limitée.

  • Pour le cerf, les restes appartiennent à un mâle adulte (de plus de 2 ans au moins). Un fragment de frontal avec la meule (base de support du bois) indique que cet animal a été chassé entre février et mars, moment où les cerfs sont dépourvus de leurs bois. La présence de cette espèce pourrait indiquer la proximité d’une forêt.

  • Un fragment de bassin de lièvre porte des traces de découpe. La préférence de ce lagomorphe va vers les milieux ouverts : champs, prairies et limites de bois.

  • La faune aviaire est constituée par une espèce qui préfère les espaces boisés : la corneille et par le canard colvert et la foulque macroule, deux espèces qui nécessitent la présence d’étendues d’eau.

Interprétation

57Les problèmes d’interprétation du matériel osseux provenant de la structure excavée de Trévoux sont divers. On abordera ici deux aspects. Quelle était la destination de la structure excavée ? Quelle valeur alimentaire attribuer aux vestiges osseux ?

58Les observations faites sur les vestiges que nous venons de décrire — forte représentation des restes crâniens, des côtes et des vertèbres en regard du faible pourcentage des os longs, et très grande fragmentation de ces derniers, représentés, le plus souvent par des lames de diaphyses — nous incitent à penser que le contenu de la fosse s’apparente plus à un rejet de boucherie qu’à un dépotoir domestique, l’abattage ne s’étant pas forcément pratiqué sur le lieu de la distribution.

59Les pourcentages définis à partir du nombre de restes, indiquent peu d’écart entre les porcins et les bovins ; mais les ovicaprins dominent par le nombre minimum d’individus abattus. Ceci est important pour évaluer la valeur alimentaire des espèces. S’il s’agit d’un lieu de consommation domestique, le nombre de restes doit être utilisé comme représentant les pièces de viande ; par exemple, un tibia de porc correspond à la consommation d’un jarret, donc le poids de viande dépend du nombre de restes associés à un "morceau". Mais pour un lieu de boucherie, donc de distribution, c’est au nombre d’individus que nous devons faire référence et, dans ce cas, c’est avec le poids des animaux que nous devons travailler. La reconstitution du poids vif des animaux et, par déduction, du poids de viande, nécessite un minimum de renseignements sur la morphologie des sujets (hauteur au garrot, robustesse, sexe...) qui sont évalués à partir de l’étude ostéométrique ; ces données font ici grandement défaut.

60Le contenu de la fosse révèle cependant que les porcs et les ovicaprins étaient plus souvent abattus que les bovins ; de plus, la conservation de leur viande par salage ou fumage permettait une consommation plus régulière tout au long de l’année. Le mode de préparation culinaire semble indiqué par les déchets de la découpe de boucherie : les quartiers ont été morcelés afin d’obtenir des éléments à bouillir, à cuire en ragoût ou à l’étouffée. La sous-estimation des restes d’oiseaux est probablement le résultat d’une conservation différentielle (ossements plus fragiles, plus souvent absorbés par les animaux commensaux) ; c’est un phénomène que l’on retrouve régulièrement sur les sites terrestres.

61Les résultats de cette étude doivent être considérés comme une tendance de l’élevage, et donc de la consommation, dans un lieu et à un moment donnés, apportant leur contribution à une étude plus globale des habitudes alimentaires des populations médiévales. L’intérêt du matériel faunique des Prés de Corcelles tient en grande partie au fait que la période à laquelle il appartient est encore mal connue.

62La taille de l’échantillon et le caractère ponctuel de la découverte ne nous permettent pas de tirer des conclusions à portée générale. Cependant, son analyse s’intègre aux données fournies par d’autres sites qui lui sont proches dans le temps et dans l’espace (cf. chap. 6).

Conclusion

63La dévolution de la structure excavée de Trévoux ne saurait être définitivement tranchée. La quantité et la qualité du mobilier recueilli fournissent des arguments contradictoires. Il est évident qu’une partie de ce mobilier provient de rejets ou de l’apport mécanique de sédiments chargés de déchets : rebuts de foyers, matériaux de construction. Mais que dire de poteries quasi complètes, de séries d’objets (comme les couteaux et les peignes) et d’une panoplie de pièces métalliques de valeur et en fort bon état de conservation (fibule, stylet, briquet), si ce n’est qu’ils ont été placés là intentionnellement et sont parvenus jusqu’à nous sur le lieu de leur dernière utilisation ou, du moins, de leur dernier dépôt.

64L’analyse archéozoologique, par la mise en évidence de certaines anomalies dans la distribution anatomique du lot, apporte un argument supplémentaire en indiquant que la faune ne reflète pas un dépotoir domestique courant, mais des activités spécialisées de découpe bouchère. La raison du rassemblement en un même lieu d’objets d’usage aussi éloigné (cuisine et alimentation, parure et toilette, voire écriture) nous échappe. Lieu de vie ou de travail ou encore simple resserre, on ne peut que constater l’opposition entre la richesse relative du contenu et la modestie du contenant. Mais au fond, cela est-il si différent de la coutume répandue jusqu’à la première guerre mondiale dans certaines zones montagneuses, notamment alpines, où le grenier, édicule plus ou moins distant de la maison, servait à stocker les réserves alimentaires, mais aussi à tenir à l’abri des risques d’incendie les biens du propriétaire (Raulin 1977 :50-52). Ce constat confirme l’appartenance de la découverte de Trévoux à un ensemble de constructions disparues où prenait probablement place l’habitat proprement dit.

65Ponctuelle, mais riche d’enseignements, la découverte de Trévoux fait largement progresser la connaissance de la culture matérielle du haut Moyen Âge, plus précisément pour le VIe s., dans une région assez mal documentée jusque-là. Le répertoire de la vaisselle de terre témoigne d’habitudes culinaires et de consommation encore très proches de l’Antiquité Quelques traits propres au Moyen Âge se font timidement jour et indiquent que les pratiques domestiques ne se sont pas sensiblement modifiées avant la fin de la période mérovingienne. Si rien ne s’oppose à ce que la majorité des céramiques soit de production locale, la présence, quoique marginale, de vases carénés biconiques traduit quelques apports extérieurs à la région.

66Le reste du mobilier reflète une certaine aisance à travers l’approvisionnement de cet établissement rural en objets diversifiés. Parmi eux, la pièce exceptionnelle que constitue une fibule du type Duratôn/Estagel nourrit l’hypothèse de relations avec des populations d’Europe septentrionale. Ces apports culturels sont-ils à mettre en relation avec la diffusion, jusque dans notre région, de procédés et de techniques de construction caractéristiques d’Europe du Nord comme le sont les cabanes excavées ? Si les données recueillies à Trévoux sont trop lacunaires pour trancher, les vestiges en partie contemporains du site voisin de Château-Gaillard rentrent sans ambiguïté dans cette catégorie.

Bibliographie

Documentation

Rapport Blanchard, Caclin 1986 : BLANCHARD (L), CACLIN (C.). — Trévoux 1986 : rapport de fouille de sauvetage des Prés de Corcelles. Lyon, DAH Rhône-Alpes, 30 p., 36 pl.

Table des illustrations

Titre 1. Les sites de Trévoux, Prés de Corcelles et de Reyrieux, L’École, dans leur environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 2. Localisation des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 3. Coupe de la fosse (cabanes à sol excavé ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 4. Modes de cuisson des céramiques et répertoire des formes représentées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 5. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section rectangulaire (bandeaux de première génération)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 6. Pots à cuire ou ollae, lèvres à section triangulaire (bandeaux de première génération)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 7. Pots à col convergent, cruches et couvercles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 8. Formes ouvertes, bois carénés et mortiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 9. Formes ouvertes basses et hautes, coupes, jattes, gobelets, vases biconiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 10. Confrontation entre la vaisselle de terre de Trévoux et celle de Château-Gaillard et Beynost
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 11. Verres à pied à tige creuse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 12. Pieds de verres, disques et départs de tige
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 13. Objets métalliques : parures et petit équipement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 14. Fibule vue de profil
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 15. Carte de répartition des fibules du groupe Duratón-Estagel
Légende 1. Seefeld ; 2. Gustro ; 3. Nouvion-en-Ponthieu ; 4. Grand-Vély ; 5. Armentières ; 6. Saint-Pierre-du-Vauvray ; 7. Mondeville ; 8. Frénouville; 9. Trévoux; 10. Sainte-Bazeille ; 11. Montréal-du-Gers ; 12. Albias ; 13. Rodelle ; 14. Vindrac ; 15. Toulouse; 16. Montmirat ; 17. Montpellier ; 18. Aspiran ; 19. Roujan ; 20. Autignac ; 21. Sète ; 22. Estagel ; 23. Conimbriga ; 24. Cerro de San Juan ; 25. Zarza de Granadilla ; 26. Duratón ; 27. Carpio de Tajo ; 28. Madrona ; 29. Ventosilla y Tejadilla ; 30. Alcalà de Henares (d’après Schulze-Dörlamm 1986 ; Feugère 1988 ; mises à jour).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 16. Objets métalliques : série de lames de couteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 17. Objets en os : peignes et éléments de peignes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 18. Les espèces représentées en Nombres de Restes (NR)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 19. Représentation relative des espèces domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 20. Distribution anatomique des restes des espèces du cheptel, en Nombres de Restes (NR) et en Nombres Minimum d’Individus (NMI)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 21. Distribution des âges d’abattage des espèces domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2012/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access