Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Bresse et plaine de l'Ain

Poncin, la Châtelarde

Ain

Élise Faure-Boucharlat, Georges Vicherd, Grégoire Ayala, Jean-Claude BÉAL, Michel Feugère, Vianney Forest, Luc Jacquin et Dominique Lalaï

Note de l’auteur

Avertissement

L’intervention sur le site de La Châtelarde, à Poncin, occasionnée par la réalisation du viaduc de franchissement de l’Ain par l’autoroute A 40, s’appliquait à des terrains concernés par des aménagements d’accompagnement (installations de chantier et bassins hydrauliques). En 1981, une première campagne de sondages montra, outre de rares traces pré-et protohistoriques (rapport P. Hénon), des vestiges complexes attribuables au haut Moyen Âge. La décision fut alors prise de procéder à une évaluation précise de ce gisement et de moduler en conséquence l’utilisation des terrains concernés. L’année suivante, la réalisation de plusieurs tranchées, de quelques sondages stratigraphiques, la fouille d’un bâtiment particulièrement affleurant par rapport à la surface du terrain, permirent de circonscrire l’extension du site médiéval, sauf vers le sud, de recueillir un important échantillon mobilier et d’évaluer l’architecture dans l’emprise des travaux.

L’originalité des architectures, la puissance stratigraphique (dépassant parfois 2 m), la documentation historique et l’emplacement particulier des vestiges proches du débouché aval des gorges de l’Ain, justifiaient alors le choix de dispositions de protection et de conservation, suivies de l’inscription du site à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Ce cadre, mûrement réfléchi, est, bien sûr, très réducteur : en particulier, la restitution de l’architecture et de l’organisation spatiale de l’occupation reste indicative ; mais l’échantillonnage du mobilier et l’analyse chronologique sont suffisamment solides pour justifier, des années plus tard, la publication d’un site, exceptionnel.

Texte intégral

1. Le site de Poncin, La Châtelarde, dans son environnement

1. Le site de Poncin, La Châtelarde, dans son environnement

Département :

Ain

Commune :

Poncin

Lieu-dit :

La Châtelarde

Numéro de site :

01 303 002

Coordonées Lambert :

Xa : 837 300 Ya : 2125.860
Xb : 837.370 Yb : 2125.970

Altitude NGF :

257 m

Cadre d’intervention :

Autoroute A 40 : aménagements de chantier

Responsables d’opérations :

G. Vicherd, H. De Klijn. L. Françoise dit Miret et L. Olivier

Date d’intervention :

1981-1984

Surface explorée :

17 000 m2

Surface fouillée :

1 000 m2 (fouille partielle)

Extension totale du site :

inconnue

1Les découvertes de La Châtelarde ont fait l’objet de plusieurs présentations succinctes (cf. ci-dessus). L’attention s’est en effet beaucoup portée, à l’époque, sur les vestiges les plus remarquables, ceux d’un bâtiment aux puissants soubassements maçonnés et doté d’une abside. La vision partielle de l’édifice, tant en plan qu’en stratigraphie, interdisait de trancher sur sa nature exacte, tandis que la présence de niveaux de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge étaient à juste titre soulignée. Néanmoins, l’hypothèse d’un édifice religieux, quoique avancée fort timidement parmi d’autres (Vicherd 1995), est à abandonner définitivement. Le réexamen de la documentation de fouille confirme que ce fameux bâtiment à abside (appelé bâtiment A dans les lignes qui suivent) représente la partie septentrionale de constructions à plan complexe qui évoquent les développements successifs d’une vaste demeure. Ses relations avec les constructions environnantes, en particulier les bâtiments nord (bâtiment Β et secteur C), plus rustiques, ont été recherchées. Les étapes chronologiques de l’occupation du site (du moins dans les limites des sondages pratiqués) sont désormais mieux définies grâce à une meilleure connaissance de la céramique de cette période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge et au recours aux datations par le radiocarbone. Enfin, l’étude complète des collections archéologiques (y compris la faune) apporte des informations inédites sur les activités et modes de vie des occupants. On insistera donc ici sur ces acquis nouveaux, en renvoyant le lecteur aux descriptions monumentales déjà fournies, notamment pour le bâtiment à abside (Vicherd 1984 et 1995).

Le site dans son environnement

Le cadre physique

2Le secteur de Poncin apparaît assez favorable à l’occupation : un élargissement très localisé de la vallée de l’Ain, à l’amont de son dernier défilé avant la plaine, celui de la Colombière, et à l’aval d’un lit majeur souvent très étroit, enserré par des falaises ou pentes abruptes (fig. 1).

3Le site est distant d’environ 600 m de l’agglomération actuelle. Celle-ci s’est développée à partir d’un bourg fortifié au pied de la forteresse médiévale, entre le cours majeur de l’Ain et son affluent, le Veyron, sur des terrains à l’abri des inondations. Au nord-ouest du bourg médiéval, une étroite langue de terrain longe la rivière (fig. 2 et 3). Il s’agit d’une terrasse, ménagée par une incision de l’Ain et alimentée latéralement par des dépôts en provenance des pentes et des falaises qui la bordent à l’est. Cette terrasse est sans doute en partie inondable, comme le montre l’absence ou la rareté des apports latéraux, déblayés par les crues dans les secteurs les plus étroits de la vallée, à l’amont immédiat de La Châtelarde.

2. Le site sur la rive gauche de l’Ain

2. Le site sur la rive gauche de l’Ain

3. Localisation des vestiges

3. Localisation des vestiges

4L’étroit défilé de La Colombière marque donc la fin du cours montagneux de l’Ain. La rive gauche est restée impraticable jusqu’au XVIIIe s. et les communications terrestres empruntaient, en rive droite, l’étroit chemin de La Colombière qui occupait le faible espace disponible entre la falaise et la rivière.

Le cadre historique

5La région est connue pour la richesse et l’importance des sites préhistoriques : les cavités proches de l’Abri Gay (Poncin) et de La Colombière (Neuville-sur-Ain) ont livré d’exceptionnels vestiges du Paléolithique supérieur ; quelques indices du BasEmpire y ont été également observés.

6L’historiographie suggère l’ancienneté d’une agglomération. Poncin est en effet l’une des premières localités de l’Ain connues par les textes, en dehors de l’épigraphie antique qui nous désigne, ailleurs, quelques vici. Ainsi, l’Anonyme, auteur de la Vie des Pères du Jura, relate d’une part un miracle de saint Romain dans "la paroisse de Poncin" (Martine 1968 : 43-3) et, d’autre part, les inquiétudes du saint fondateur du monastère de Condat (plus tard abbaye de Saint-Claude, après son transfert) : la communauté préférant pour des raisons de sécurité, s’approvisionner en sel en Méditerranée plutôt que dans le "pays des Hériens" tout proche (le Jura ?), charge deux moines de cette expédition. Ces émissaires tardant à revenir, le saint abbé apprend alors en rêve que leur convoi est tout proche, "sur le territoire de la paroisse de Poncin" (op. cit. : 160-5). Ces épisodes, qui nous éclairent par ailleurs sur les questions des approvisionnements et des réseaux économiques de l’époque, s’assortissent de la désignation d’une paroisse, qualifiant ainsi l’importance du lieu dans l’organisation du territoire à la charnière de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Cette mention de paroisse révèle un statut et une ancienneté de fondation exceptionnels dans la région qui confirment l’origine antique du terroir et de son siège, ainsi que leur rôle dans les communications à longue distance. Enfin, l’historiographie régionale a longtemps suggéré que le nom du lieu, Pontianensium, se rapportait à l’existence d’un pont sur l’Ain. A défaut de preuves matérielles, cette hypothèse reste particulièrement spéculative, mais mérite d’être signalée.

7Au Moyen Âge, ce seuil à l’aval des gorges de l’Ain et au confluent de ce dernier avec le Veyron, dont la vallée conduit vers Cerdon et, au-delà, vers Nantua et le plateau d’Izenave et Hauteville, verra la construction d’une des plus importantes forteresses de la région : par le château de Poncin, les sires de Coligny, puis de Thoire et Villars assuraient solidement leur contrôle sur l’un des accès majeurs du Jura méridional. Le bourg fortifié du bas Moyen Âge, à quelques centaines de mètres du site de La Châtelarde, témoigne lui aussi de l’importance du lieu à une époque où sont âprement disputés par les puissances régionales tous les dispositifs de contrôle des communications.

Les vestiges archéologiques

8Les sondages de 1981 ont livré, à l’extrémité amont de la terrasse, de rares tessons préhistoriques ou protohistoriques et quelques éclats de silex, au pied de la falaise. En revanche, les tranchées de 1982 ont mis en évidence une large zone d’occupation du Bronze final.

9Les vestiges antiques et du haut Moyen Âge se situent plus en aval et correspondent à une légère terrasse des terrains actuels. C’est là que les vestiges sont à la fois plus denses et mieux organisés. Certaines structures ont été simplement repérées par les tranchées exploratoires, en particulier entre le bâtiment à abside et la rivière. Les observations permettent de noter une architecture soignée (murs et sols maçonnés), mais apparemment plus modeste que celle du bâtiment à abside évoqué ci-dessous (notamment moindre épaisseur des murs...).

10Deux zones ont été étudiées de manière plus approfondie (fig. 4). Au nord, un petit bâtiment rectangulaire en pierre sèche (bâtiment B) voisine avec un grand mur de clôture sur lequel se greffent quelques constructions très mal conservées (ensemble C). A une vingtaine de mètres au sud du bâtiment B, seule la partie septentrionale d’un édifice à plan complexe (bâtiment A) a pu être dégagée. Sa composition et la puissance de ses maçonneries, liées au mortier, lui confèrent un tout autre aspect et signalent une fonction et une chronologie différentes.

4. Plan d'ensemble schématique des vestiges

4. Plan d'ensemble schématique des vestiges

11L’extension du site n’est pas connue avec exactitude ; au nord, elle ne paraît guère dépasser le bâtiment B. En revanche, au sud, sur une centaine de mètres, l’ensemble des terrains jusqu’à la route d’accès au pont actuel ont montré, en surface ou dans des terrassements limités, d’assez nombreux éléments de constructions (moellons calcaires, terres cuites architecturales), sans qu’il soit possible de rapporter ces vestiges à l’Antiquité ou au haut Moyen Âge. Au-delà de cette limite, et dans le périmètre du bourg médiéval fortifié, aucun terrassement n’a livré d’indices d’une occupation de ces époques.

Le bâtiment A

Le bâtiment à abside

12Seul le plan de la partie nord du dernier état de l’édifice est connu. Les contraintes de préservation du site n’ont autorisé qu’une étude superficielle des maçonneries (fig. 5 et 6). Néanmoins, la lecture de leur agencement, au niveau d’arasement, montre que le bâtiment A s’est développé vers le nord en plusieurs campagnes de construction. Deux sondages profonds en A1 et A2, une tranchée dans l’axe de l’abside A9, à l’intérieur et à l’extérieur, ont permis de retracer les principales étapes de la vie du monument (fig. 7 à 9).

13Deux salles étroites (A6 et A2), larges de 4,20 m, flanquent un espace rectangulaire (A1), large de 9,50 m et doté d’une abside septentrionale (A9) ; celle-ci, profonde de 5 m, présente une ouverture de 6 m de large. Des petites annexes rectangulaires cantonnent l’abside. Si à l’est, la pièce A3 se greffe dans le prolongement de la salle A2, à l’ouest, les pièces A7 et A8, plus larges, jouxtent l’abside, au détriment de la symétrie de l’ensemble. Enfin, divers indices (tronçon du mur 33, fantômes de murs) suggèrent l’extension du bâtiment vers le nord en un espace trapézoïdal (A5) qui pourrait avoir englobé l’abside. L’analyse des maçonneries montre que la bâtiment A a connu plusieurs étapes de construction, tout en conservant une relative symétrie. Notamment, les pièces A3 et A7 résultent d’une deuxième campagne ; l’extension vers le nord par les espaces A8 et A5 appartiendrait à une étape ultérieure (le mur n° 9 qui les sépare chevauche celui de l’abside).

5. Plan du bâtiment à abside (A)

5. Plan du bâtiment à abside (A)

6. Vue du bâtiment A depuis l’ouest

6. Vue du bâtiment A depuis l’ouest

14Les parements des murs n° 1 et 5 ont pu être observés en sondages (fig. 5 et 9) ; ceux-ci sont conservés sur près d’un mètre de hauteur. Les maçonneries, larges de 0,60 m environ, sont composées de moellons en calcaire local de taille variée et de quelques gros galets organisés en assises irrégulières et noyés dans un abondant mortier. Il est très probable que de telles maçonneries étaient destinées à recevoir un enduit. Les fondations, légèrement débordantes, sont hautes de 0,30 à 0,50 m. Elles comportent des éléments de plus fort gabarit et l’assise inférieure est réglée sur un lit de mortier et de pierrailles (fig. 8, US 192 et 203).

15Une élévation entièrement en pierre peut être proposée, au moins pour le rez-de-chaussée du mur 1, compte tenu de l’importance de ses éboulis observés dans la pièce A1 (fig. 7, US 101 et 102). Mais des éléments de terre argileuse rubéfiée, relevés dans des couches superficielles en A2 (fig. 9, US 155 et 156), suggèrent le recours à une architecture en partie en terre, du moins à un certain moment de la vie du monument ou pour certaines parties. La nature de la couverture pose, en revanche, un sérieux problème. En effet, les fragments de terre cuite architecturale relevés dans les niveaux de destruction du bâtiment A sont étonnamment peu nombreux et ne permettent pas d’étayer la restitution d’une couverture de tuiles. Plusieurs hypothèses, toutes aussi fragiles peuvent être avancées : récupération systématique des tuiles avant abandon, couverture en matériaux périssables, programme de construction inachevé et recours à des solutions plus modestes que prévu ?

16Si aucun sol aménagé en dur n’a pu être identifié, les niveaux de circulation nous sont en partie connus, au moins pour le dernier état des constructions : l’abside est séparée de l’espace central par un seuil de 4,80 m de large, à l’origine bordé de deux piédroits (niveau : 257,20 m). Une ouverture pratiquée dans le mur nord de la pièce A2 (mur 5) assure la communication avec A3 (niveau : 257,40 m). Son équivalent peut être restitué entre A6 et A7.

17Les premiers niveaux d’occupation du bâtiment A ont été observés en A2 et A9 en rapport avec le ressaut de fondation des murs 1 et 5 et le seuil du mur 17 (fig. 7 et 9, US 159, 195). A noter que ces niveaux se situent 20 à 30 cm plus bas que les seuils mentionnés ci-dessus. Ils se signalent par une relative abondance de monnaies de la fin de l’Antiquité. Les derniers niveaux d’occupation sont organisés de façon plus irrégulière (fig. 7 et 9, US 156 à 158 ; fig. 8, US 103 à 107). Les couches, très riches en matériaux organiques, notamment fauniques, suggèrent qu’elles résultent en partie des rejets de l’exploitation de la corne et du bois de cerf (cf. infra), notamment en A2, mais aussi en A5 et A9. La vision est trop partielle pour que l’on puisse dire si l’activité en question s’est effectivement déroulée dans ces différentes parties du bâtiment, où si celles-ci (ou d’autres) ont seulement servi de lieu de décharge.

18Les indices concernant le processus d’abandon du bâtiment sont équivoques. Ainsi, en A1, les derniers niveaux d’occupation (fig. 8, US 103 à 105) pourraient être mis en relation avec une trace assez régulière, dans le mur n° 1, de pierres rougies par la chaleur, témoignage d’un incendie localisé, voire d’un foyer. Dans les autres zones étudiées, point de traces d’événement brutal ; au contraire, quelques trous de poteau pratiqués à partir des couches supérieures en A2 et A9 (fig. 9, US 197) pourraient signaler que la fréquentation s’est poursuivie dans un bâtiment en partie ruiné et livré à la récupération des matériaux, comme le seuil du mur 17.

Les constructions antérieures

19Le sondage pratiqué en A1 montre que, dans ce secteur au moins, le bâtiment A prend appui sur une construction plus ancienne et de même orientation (mur 31), irrégulièrement arasée (fig. 10). De ce bâtiment primitif, connu par cet unique sondage, on sait fort peu de choses. D’après les quelques assises observées, les techniques de construction sont assez proches que celles qui viennent d’être décrites pour les fondations du bâtiment A. Les niveaux de destruction qui encadrent le mur 31 contiennent d’abondants fragments de tuiles qui renseignent sur le mode de couverture (fig. 7, US 187, 182,191). Des niveaux d’occupation ont été repérés en A2 (US 194) ; l’un d’eux se matérialise notamment, au niveau moyen de 256,25 m, par un foyer rectangulaire de facture soignée, mais aucun critère de datation n’a pu lui être rapporté.

20On est aussi tenté de mettre en relation avec ces constructions les plus anciennes les éléments architecturaux repérés dans les sondages avoisinants ou en remploi dans les maçonneries du bâtiment A : gros blocs taillés avec traces de goujons et d’agrafes (fig. 5, n° 1 et 2), fragments de mortier de tuileau et de tubuli), qui pourraient être l’indice d’une vocation thermale de l’édifice, hypothèse renforcée par la proximité de sources dominant, en bordure de falaise, le site de La Châtelarde. La nature des fondations de l’abside n’a pu être observée ; il n’est pas exclu que cette dernière ne fasse que reprendre un tracé plus ancien, par exemple celui d’une abside thermale, qui aurait ainsi déterminé la forme de la nouvelle élévation.

7. Coupe 1, pièces A1 et A2

7. Coupe 1, pièces A1 et A2

COUPE 1

8. Coupe 2, pièce A1

8. Coupe 2, pièce A1

COUPE 2

9. Coupe 3, pièce A2

9. Coupe 3, pièce A2

COUPE 3

Les constructions nord

Le bâtiment Β

21Il s’agit d’une construction rectangulaire de 11,80 m par 5,50 m, orientée nord-sud (fig. 4 et 11). Les murs, non fondés, subsistent sur une ou deux assises seulement. Leur largeur moyenne est de 0,50 m. Ils sont constitués de parpaings et de dallettes de calcaire irréguliers, liés à l’argile. Il est possible de restituer une élévation en pierre, au moins pour la façade occidentale qui s’est effondrée en conservant le classement assisé de ses matériaux (fig. 12). Les renseignements manquent pour les autres façades ; on ne peut exclure une architecture hétérogène, combinant des élévations en pierre et d’autres en matériaux légers (terre et bois). L’absence de tout vestige de terre cuite architecturale suggère une couverture en matériaux périssables, probablement de chaume. Quelques trous de poteau ont été repérés dans la partie nord du bâtiment. S’agit-il de supports d’appoint pour la charpente, installés lors d’une campagne de réfection ?

10. Stratigraphies et maçonneries du bâtiment A

10. Stratigraphies et maçonneries du bâtiment A

22Le bâtiment Β couvre une superficie de 50 m2 environ mais n’a pas montré de traces de division interne. La fouille, pourtant exhaustive, a livré peu d’aménagements intérieurs. Le sol de terre battue a connu au moins deux recharges (altitude moyenne : 256,50 m). Aucune trace de seuil n’a été repérée. A noter, un vase à cuire écrasé en place près du mur 23. Un grand foyer intérieur fait la particularité du bâtiment. Il est décentré dans la partie sud-ouest, mais reste distant de toute paroi. De forme grossièrement trapézoïdale (1,40 x 1,20 m), il paraît surdimensionné par rapport à la taille de la pièce (fig. 13). Dans son premier état, la sole d’argile plaquée est entourée de blocs de calcaire. Une large zone d’épandage de cendres marque l’arrière du foyer. Enfin, les restes de plusieurs poteries brisées sur place ont été relevés tout autour. Dans un second état, le foyer conserve la même configuration, notamment son pourtour construit, mais la sole est recouverte d’une couche de petites dalles de calcaire. Entre ces deux aménagements, le sol de terre battue de la pièce est rechargé d’une dizaine de centimètres.

23L’analyse de la stratigraphie dans l’angle sud-ouest de la pièce montre que la construction est peut-être moins homogène qu’il n’y paraît. En effet, le sol le plus ancien, qui fonctionne avec le premier état du foyer, passe sous le mur sud (n° 23) qui pourrait correspondre à un remaniement d’un plan d’origine dont on ignore tout. Dans cet ordre d’idée, un alignement de pierres situé dans le prolongement ouest de ce mur sud pourrait signaler une construction en avant de la façade ouest (galerie ? appentis ?), mais l’hypothèse reste fragile.

24La fonction domestique du bâtiment transparaît à travers le mobilier abandonné sur les sols : vaisselle, accessoires de vêtement, ustensiles de métal, etc. En outre, les dimensions du foyer et son aménagement soigné s’accordent avec une utilisation culinaire et de chauffage.

Le mur d’enclos et les constructions avoisinantes

25À une quinzaine de mètres au nord du bâtiment A, un long mur barre une grande partie de la terrasse alluviale de l’Ain. Il a été repéré sur 80 m environ. Son tracé, pas tout à fait rectiligne, reste néanmoins orienté nord-est/sud-ouest. Sa configuration conduit à y voir un mur de clôture. Trois tronçons ont été dégagés.

  • Le tronçon est (mur 26) est le mieux connu, car il a donné lieu à deux petits sondages sur son flanc nord. Il en ressort que, dans ce secteur, le mur est installé sur les niveaux de démolition de constructions antérieures. Son parement nord a été observé sur une très courte distance mais témoigne d’une construction soignée : conservé sur six à sept assises, il est constitué de moellons de calcaire assez réguliers ; certains joints au mortier subsistent (fig. 14). On ne connaît pas l’extension du mur 26 vers l’est. On constate, en tout cas, qu’il s’interrompt pour laisser place à une couche d’éclats de calcaire qui évoque un hérisson de fondation. A environ 1,50 m à l’ouest de cette interruption, un autre mur (n° 25) vient s’appuyer en diagonale contre le mur 26. Il s’agit d’une construction assez fruste conservée sur une ou deux assises. Par son aspect, il s’apparente aux maçonneries du bâtiment B. Son tracé n’est connu que sur 3 m ; mais sa position et son orientation suggèrent une modification du tracé d’origine de l’enclos, établi cette fois-ci au profit du bâtiment B.

  • Le tronçon central (mur 28) présente les mêmes caractéristiques techniques que le précédent. L’espace de 2,50 m qui sépare les deux tronçons n’est pas fortuit. En effet, il peut être mis en rapport avec le petit mur (n° 27) établi en équerre contre le mur d’enclos. Comme le mur 29, très détérioré, le mur 27, en pierre sèche, appartient à une phase de réaménagement du secteur. Ces deux murs pourraient encadrer une petite construction appuyée contre le mur d’enclos (fig. 11). On est tenté d’attribuer à la même étape la trouée pratiquée dans celui-ci, le mur 27 amorçant alors un passage vers le bâtiment B.

  • Le tronçon ouest, enfin, est de constitution moins homogène. On note une légère rupture d’orientation et, à partir de celle-ci, la maçonnerie (mur 32) change de nature : parpaings irréguliers, non assisés et sans mortier. Elle n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle du mur 25 décrit plus haut. Autant de faits qui indiquent que ce vaste mur d’enclos n’est pas le fruit d’une seule campagne de construction.

11. Plan des constructions nord : mur de clôture, bâtiment Β et structures voisines

11. Plan des constructions nord : mur de clôture, bâtiment Β et structures voisines

12. Vue cavalière du bâtiment B et du secteur C

12. Vue cavalière du bâtiment B et du secteur C

13. Foyer principal du bâtiment Β

13. Foyer principal du bâtiment Β

14. Parement du mur 26 en secteur C

14. Parement du mur 26 en secteur C

La chronologie du site : les phases d’occupation

26L’apport du site de Poncin à la connaissance de la société rurale de l’Antiquité tardive et du début du Moyen Âge dans le nord de la région représente un enjeu important. Il était donc indispensable d’assurer les meilleures garanties aux datations proposées ici : on a donc procédé à un réexamen minutieux du mobilier en rapport avec les stratigraphies des sondages. Enfin, ces données chronologiques classiques (notamment céramologiques et numismatiques présentées de façon détaillée ci-dessous) ont été complétées par deux datations au radiocarbone.

Phase I : la ruine d’un premier bâtiment

27Compte tenu de l’exiguïté des sondages, on ignore jusqu’à quel point le bâtiment A tient compte des constructions préexistantes. Là où on a pu l’observer (pièces A1 et A2), l’installation du bâtiment A à l’emplacement du bâtiment ruiné semble avoir occasionné un important travail préalable : dégagement partiel et nivellement des couches de démolition afin d’assurer l’horizontalité du sol avant la construction des nouveaux soubassements. Ces niveaux de travail, bien évidemment, ne sont autres que les décombres du bâtiment primitif (fig. 7, US 182, 187, 191 et 193 ; fig. 8, US 193 et 194; fig. 9, US 182 et 187). Les sondages n’ont pas été jusqu’au terrain naturel ; on ne dispose donc pas de toute la séquence correspondant à l’occupation de celui-ci. Mais le mobilier contenu dans les couches de démolition permet de placer l’abandon du premier bâtiment à la fin du IIIe s.

28L’analyse du mur d’enclos a permis de repérer les vestiges de constructions antérieures à son édification. Leur datation repose sur un trop petit ensemble de mobilier pour être catégorique ; on signalera cependant que des niveaux sous-jacents au mur 26 restituent du mobilier de la fin de l’Antiquité. Ils pourraient être contemporains du bâtiment primitif.

Phase II A : construction et occupation du bâtiment à abside et construction du mur de clôture

29La phase IIa regroupe la construction et toute l’occupation du bâtiment A sur une durée relativement brève : le terminus post quem est fourni par une série monétaire de la deuxième moitié du IVe s., à laquelle sont associées des céramiques fines de l’Antiquité tardive : vaisselles luisantes, engobées, et surtout estampées grises, qui conduisent à englober une partie du Ve s. Mais, on l’a vu plus haut, l’organisation des sédiments montre que l’occupation a connu au moins deux périodes (qui ne sont pas perceptibles à travers le seul mobilier céramique). La première est probablement résidentielle ; c’est là que se concentrent les monnaies. Celles-ci assurent une assez bonne datation pour la phase IIa (construction et début de l’occupation du bâtiment A) : fin du IVe et peut-être début du Ve s.

30La seconde se caractérise surtout par les rejets d’un artisanat de taille du bois de cerf et de la corne. Une datation par le radiocarbone d’un fragment de matériau provenant de la couche 158 du bâtiment A2, donc de cette deuxième période, conduit à envisager la persistance de l’occupation du bâtiment à abside tout au cours du Ve s., voire au début du siècle suivant : âge 14C : 1600 +/-45 BP ; intervalle années réelles : 388-574 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 439, 490, 530 (Centre de datation par le radiocarbone de Lyon, réf. Ly 716). Certains objets métalliques provenant de cet horizon (couteaux, fiches à bêlière) rentrent dans la fourchette chronologique exprimée ci-dessus.

31Quant à la datation du long mur reconnu au nord du bâtiment à abside, elle se fonde sur le rare mobilier issu des sondages pratiqués sur son tracé. Il relève de la même phase de construction que le bâtiment A (monnaies de la fin de l’Antiquité, céramiques communes de la transition Antiquité et Moyen Âge). Ce constat chronologique est important, car il éclaire l’interprétation d’une telle construction. Celle-ci est bien en rapport avec l’édification du bâtiment à abside et constitue, à l’évidence, le mur de clôture de l’établissement de l’Antiquité tardive, même si un léger décalage chronologique peut être envisagé.

Hiatus ou continuité ?

32Il n’est pas aisé de déterminer quel laps de temps sépare les phases I et IIa. Autrement dit, l’édification du bâtiment à abside est-elle une étape de l’évolution continue d’un établissement au cours de l’Antiquité tardive, ou bien constitue-t-elle une création à part entière ?

33L’absence de mobilier probant de la première partie du IVe s. est un argument à utiliser avec prudence. En effet, le groupe des céramiques engobées peut renfermer des fragments de production tardive de sigillée claire B, encore fréquente au IVe s., qu’en l’absence d’éléments typologiques fiables et surtout d’analyses de laboratoire, il est toujours difficile d’isoler. Cette reconnaissance permettrait non pas de "vieillir" l’occupation du bâtiment A, dont la datation des premiers niveaux est conditionnée par la présence de céramiques estampées grises, d’indices monétaires datés du règne de Valens et d’ollae de la première génération, mais plutôt d’apporter un argument pour étayer l’hypothèse d’une occupation du site sans hiatus, au cours du IVe s. L’éloignement de l’aire de production de ces céramiques rhodaniennes peut-il être une raison de leur difficulté à rejoindre le site de Poncin ? Par ailleurs, on sait que le terrain a subi des décaissements importants en vue des nouvelles constructions. On ne peut donc exclure que les couches immédiatement antérieures à l’édification du bâtiment à abside aient pu faire les frais de ces aménagements.

Phase II B : fin de l’occupation du bâtiment A

34Dans les zones étudiées, l’abandon de cet établissement se traduit parfois par d’épaisses couches de démolition (fig. 7, US 101 et 102). En A1, par exemple, les gravats du mur 1 ont été laissés en partie en place.

35La numismatique n’est pas d’un grand secours pour la datation des états postérieurs à IIa. En effet, la faible quantité d’espèces et leur état d’usure n’autorisent pas la précision. Ce monétaire si on peut l’appeler ainsi (flans, monnaies de petit module sans trace de frappe), a pu être utilisé assez longtemps, surtout pendant les périodes où les émissions de monnaies sont peu importantes et circulent avec difficulté ; même sur les sites urbains de cette époque, elles sont très rares.

36La datation de cette phase d’abandon repose donc essentiellement sur le mobilier céramique : on note le fléchissement de la proportion des céramiques fines au profit de la vaisselle commune ; mais la prédominance des pâtes oxydées et la présence exclusive des lèvres d’ollae de la première génération (proto-bandeaux) caractérisent le vaisselier antérieur au milieu du VIe s. La démolition du bâtiment A interviendrait donc à la charnière des Ve-VIe s., soit à peine un siècle après sa construction.

Phase III A : construction et occupation du bâtiment B

37Les arguments céramologiques invitent à placer la construction du bâtiment Β dans la continuité de l’abandon de l’édifice à abside. On ne constate pas, en effet, de rupture typologique ou technologique nette entre les lots fournis par l’un et l’autre. Mais on note, pour le bâtiment B, l’apparition de formes (ollae en pâte grise à lèvre en bandeau vertical) inconnues dans la région avant le milieu du VIe s. Par ailleurs, le mobilier métallique, notamment des garnitures de ceinture, appartient sans conteste au répertoire mérovingien. La présence de mobilier analogue dans les niveaux d’abandon du bâtiment A et dans l’horizon de la construction du bâtiment B (monnaies, déchets de bois de cerf) suggère soit des activités réparties entre les deux espaces qui auraient fonctionné simultanément pendant un temps, soit un transfert de ces éléments de A vers B, pour des raisons inexpliquées.

38La datation par le radiocarbone d’un échantillon de charbon de bois provenant du second état du foyer du bâtiment B incite à étendre la période d’occupation de celui-ci jusqu’au milieu du VIIe s. : âge 14C : 1410 +/-40 BP ; intervalle années réelles : 571-685 ap. J.-C. ; pic de probabilité : 651 (Centre de datation par le radiocarbone de Lyon, réf. Ly 8302). D’ailleurs, la superposition des sols et des foyers signalée plus haut s’accorde avec une certaine pérennité de l’occupation.

39En secteur C, les constructions adventices au mur d’enclos (murs 27, 29) ne sont pas datées avec exactitude puisque seuls les niveaux de démolition ont été dégagés ; le mobilier recueilli montre que leur abandon intervient en même temps que celui du bâtiment B. L’organisation topographique et la mise en œuvre de ces aménagements conduisent également à penser qu’ils sont contemporains de ce bâtiment. Les mêmes observations valent pour les modifications apportées au tracé d’origine du mur d’enclos (mur 25 et tronçon ouest 32).

Phase III Β : abandon des constructions nord du site

40Les données chronologiques proviennent avant tout des couches de démolition du bâtiment B. Plus que sur le moment précis de l’abandon de celui-ci, le mobilier renseigne sur la durée de son utilisation et complète les informations précédentes. La place majoritaire de la vaisselle de terre en cuisson réductrice comportant notamment des gobelets cylindriques et tronconiques, tout comme la présence de récipients de verre caractéristiques du VIIe s. (verres à tiges creuse et gobelets à lèvre en bandeau) confirment une occupation dans la durée, qui pourrait couvrir une bonne partie de la période mérovingienne. L’abandon du bâtiment Β pourrait intervenir à la charnière des VIIe-VIIIe s.

41Cet abandon et celui des constructions avoisinantes, mentionnées plus haut, marquent la désertion de l’ensemble du secteur de La Châtelarde. Les sondages exploratoires et les décapages ne livrent pas de mobilier postérieur au haut Moyen Âge et aucun remaniement (constructions, perforations) n’est venu perturber les sédiments archéologiques jusqu’au projet autoroutier.

Mobilier, activités et mode de vie

42Le mobilier recueilli à Poncin, abondant et varié, donne un bon aperçu de l’équipement d’une communauté rurale au haut Moyen Âge ; cependant, le caractère aléatoire de l’échantillon, constitué à la faveur de quelques sondages, invite à ne restituer le mode de vie de cette communauté qu’avec la plus grande prudence. Les monnaies, la vaisselle de terre et de verre sont aussi, pour des raisons évidentes, particulièrement sollicitées pour les indices chronologiques qu’elles fournissent. Les restes de faune, revêtent un double intérêt : ils témoignent, bien sûr, des pratiques alimentaires et, le cas échéant, de l’élevage, voire de la chasse, mais aussi du travail et de la transformation de la matière dure animale, en particulier par un lot important de bois de cerf plus ou moins ouvragés.

43Quant au mobilier métallique, s’il comporte quelques beaux outils, il se démarque surtout des séries habituellement rencontrées en contexte d’habitat par la proportion des objets de parure, ainsi que par quelques armes et un éperon qui renvoient au statut social de la communauté. Certains objets caractéristiques fournissent, en outre, des critères de datation qui confortent la chronologie des occupations présentée plus haut.

Le mobilier céramique

44Cette catégorie de mobilier totalise 1758 fragments. Sa relative abondance et son état de conservation satisfaisant ont permis une analyse détaillée. Un premier examen, lors de sa découverte, suggérait un contexte remontant à la fin du monde antique et au premier Moyen Âge. Une analyse plus fine s’imposait pour vérifier et préciser ces attributions chronologiques. En outre, aborder un tel contexte par le biais d’un mobilier bien stratifié, fait quasi exceptionnel en milieu rural, fournissait une bonne occasion d’affiner les connaissances pour cette période. Les résultats sont présentées ci-dessous en fonction des cinq phases chronologiques qui découpent l’histoire du site. Cette étude, rédigée en 1998, tient compte de la normalisation des termes typologiques mise en œuvre depuis par le Groupe de recherche sur le céramique du haut Moyen Âge (coordonné par M. Lenoble, DRAC Rhône-Alpes).

Aspects morphologiques

45La vaisselle de terre de La Châtelarde offre une relative variété où transparaît l’héritage de l’Antiquité. Les formes hautes fermées, essentiellement culinaires, comportent des pots à cuire (ollae et pots ovoïdes), des vases à verser (cruches à bec pincé) et des vases de stockage. Les récipients de table, formes basses ouvertes, appartiennent au répertoire antique : ce sont les mortiers ou bols à collerette, les coupes ou bols carénés et enfin les assiettes. Les gobelets cylindriques, rares dans la collection de Poncin et dont l’état fragmentaire n’a pas permis de restituer les dimensions d’origine, constituent un groupe intermédiaire entre formes hautes et basses et se rattachent à un répertoire strictement médiéval. Quelques bords à marli rainurés renvoient probablement à des marmites. Les autres formes (couvercle, petit pot à onguent ?) sont exceptionnelles. Le décor à la molette est le plus fréquemment rencontré. Il est de facture simple, organisé sur une ou plusieurs bandes superposées. Quelques rares tessons portent un décor strié.

46La présentation des céramiques communes est articulée selon la distinction des modes de cuisson et la répartition entre formes ouvertes et formes fermées. En l’absence de formes complètes, seul le profil du rebord ou de la lèvre est intervenu pour déterminer l’appartenance à une forme donnée. Ceci restreint la portée des conclusions sur l’évolution de la fréquence des formes au cours de l’occupation.

Aspects techniques

47Le site livre de nombreux fragments de céramiques fines et d’amphores propres à l’Antiquité gallo-romaine. Les céramiques fines se répartissent en deux ensembles dont la phase de diffusion est chronologiquement bien définie. Sigillées gauloises du Centre, métallescentes et sigillées claires Β sont des productions dont la circulation remonte à la fin du Haut-Empire (jusqu’au IIIe s.). Les céramiques à vernis argileux non grésé et les céramiques estampées grises sont, quant à elles, des productions de l’Antiquité tardive. Les céramiques à vernis argileux présentent une grande similitude de composition conférée par une pâte calcaire, fine, homogène, très savonneuse, recouverte d’un engobe brun rougeâtre dont il ne reste, dans la plus part des cas, que quelques traces. Nous avons distingué les fragments pourvus d’indices typologiques plus ou moins sûrs, tels que bords, fonds ou décors, pour les attribuer à des formes courantes du répertoire des céramiques dites luisantes. En l’absence de tout indice typologique, et afin de ne pas surestimer cette production typiquement savoyarde (Desbat, Picon 1986), les simples fragments de panse demeurent dans une appellation plus vague, dite "céramique à vernis argileux non grésé". Seules des analyses physico-chimiques des pâtes pourraient leur attribuer une origine plus précise.

48L’ensemble des céramiques communes se répartit entre cuisson en atmosphère oxydante, pour les pâtes claires et bistres, et réductrice, pour les pâtes noires et grises. La distinction repose sur la couleur mais aussi sur la texture de la pâte. Les communes claires sont, pour l’essentiel, attribuables à la période gallo-romaine. Leur présence, marginale dans les niveaux tardifs de Poncin, revêt un caractère résiduel. Le terme "sombre rouge" est employé pour des productions remontant également à l’Antiquité. Les niveaux de l’Antiquité tardive voient le développement d’une production dite "bistre", définie par une pâte siliceuse, souvent riche en mica, beige-orangé sur la face interne mais de teinte plus sombre sur la face externe en raison de coups de feu successifs. Les céramiques dites "noires" le sont uniformément, leur pâte est épaisse et moins fine que les bistres. Parmi les céramiques à cuisson réductrice, s’isole un groupe de fragments à pâte plus ou moins fine, grise en surface et dans l’épaisseur. Des risques de confusion avec les céramiques noires ne sont pas exclus. Aucune céramique à pâte kaolinitique n’a été recensée.

Phase I

49Le matériel en rapport avec le mur 31, seule maçonnerie observée appartenant au bâtiment antérieur au bâtiment A, provient des couches 187 et 189 (pièces A1 et A2). S’y ajoute celui prélevé lors de l’ouverture de deux autres sondages en zone C (US 183).

15. Échantillon de récipients de la phase I

15. Échantillon de récipients de la phase I

Composition du lot

Les céramiques fines

50Elles totalisent 17 fragments, correspondant à 6 restes de vases, ce qui équivaut à 18 % de l’ensemble des céramiques. Les 11 tessons de sigillée gauloise proviennent des ateliers du Centre. Ont été reconnus 1 coupe Drag. 37 ((fig. 15 n° 1), 1 fragment de mortier Drag. 45 et 1 bord de Ritterling 8 (n° 2). La présence de guillochis sur un fragment de panse en sigillée claire Β à vernis brun évoque un pot globulaire à col court, apparenté à la forme Desbat 64 ou 66 (n° 3). Un fragment d’anse et deux parois ont été associés à cette production. Un fragment de panse à décor de guillochis a été produit en céramique métallescente (n° 4).

51Les amphores rassemblent 11 fragments, soit près de 12 % du total des céramiques. Les 7 fragments de panses présentent une pâte qui évoque les productions d’amphores à huile de Bétique (Dressel 20). Un fragment de bord en collerette à pâte poreuse verdâtre a été rapproché de la forme Beltran II A/B, produite également en Bétique (n° 5). La présence de ce conteneur laisse deviner l’importation de conserves ou de liqueurs de poisson (salsamenta ou garum) sur le site de Poncin. Les trois tessons d’amphores gauloises attestent la consommation de vin de Narbonnaise.

Les céramiques communes

52Elles totalisent 65 fragments, soit près de 70 % du matériel céramique. Parmi les 19 tessons à pâte calcaire se distingue un fragment de gobelet à lèvre simple, légèrement déversé et à profil caréné (n° 6). Bien que présent dans le répertoire des céramiques claires récentes commun au monde romain occidental, ce vase s’écarte des formes standardisées (Lattara 6, CL REC 8 c). La production dite sombre rouge est représentée par 2 pots ovoïdes à lèvre en bourrelet déversé (n° 7) et par 13 parois. 1 fond de mortier, 1 bord de couvercle, 1 bord de coupe à marli, 2 bords de pots ovoïdes à bourrelet déversé, 1 lèvre de vase de stockage à gros bourrelet ont été produits en céramique dite sombre noire. 17 parois ont été adjointes à ce groupe. 1 fragment de vase de stockage à lèvre en gros bourrelet (n° 8) et 7 fragments de panse présentent une pâte grise, plus fine que le groupe précédent. Ils complètent les vases à cuisson réductrice.

Datation

53La forme 64 ou 66 en sigillée claire Β appartient aux vases de la deuxième période de production dont on peut situer approximativement le début de la diffusion entre les années 160-180 (Desbat 1988 : 96). Cette attestation assure un terminus post quem fixé au début du troisième quart du IIe s. L’apparition du mortier Drag. 45 suit ce même schéma chronologique. L’ensemble des productions et formes reconnues dans ce lot circule tout au long du siècle suivant. L’absence de céramiques tardives, fréquentes dans les niveaux immédiatement supérieurs, limite l’occupation de cette période à la fin du IIIe s. Le détail des céramiques appartenant à cette période placerait donc l’abandon d’un premier bâtiment à la fin du Haut-Empire, dans le IIIe s.

Phase II A

54Sont rattachés à cette phase les niveaux d’installation du bâti et les niveaux de circulation repérés dans le bâtiment A (US 145, 146, 156 à 159 et 191). En zone C, les niveaux d’installation du mur d’enclos rentrent dans la même période (US 136, 144, 149, 152, 177, 179, 181 et 182).

16. Échantillon de récipients de la phase IIa

16. Échantillon de récipients de la phase IIa

Composition du lot

Les céramiques fines

55Avec 105 tessons, elles totalisent près de 19 % de l’ensemble. On remarque encore quelques témoins de l’horizon chronologique précédent : 5 tessons de sigillée gauloise du Centre ((fig. 16 n° 1) dont un bord de Drag. 33 (n° 2), 1 tesson de parois fines à dépressions engobé brun rouge et 2 fragments de céramique métallescente. Mais la faible valeur de ces témoins (un peu plus de 7 %) trahit un caractère résiduel.

56Avec les céramiques tardives à vernis argileux non grésé arrivent les productions représentatives de l’Antiquité tardive. La céramique luisante s’affiche avec plus de 32 %. Le détail des formes recensées s’établit comme suit : 2 fonds annelés et 10 bords en amande de bol hémisphérique (Lamboglia 1/3 ou 2/36), 3 parois carénées à décor de guillochis forme Lamb. 1/3 (n° 3), 3 bords triangulaires de gobelet à décor de lunules apparentés à la forme Pernon 75/76, 3 bords d’assiette forme Lamb. 3 (n° 4), 1 bord de bol à marli, 2 fonds étroits de vase globulaire, 1 paroi de mortier apparenté à la forme Drag. 45, 8 parois à décor de guillochis. Les parois de céramique engobée s’imposent avec 66 % des céramiques fines. Les 4 fragments recueillis d’estampée grise constituent un précieux jalon chronologique : 1 fond ombiliqué (n° 5), 1 fond plat, 1 paroi et 1 marli à décor de rouelles Rigoir 1 (n° 6).

57Les amphores sont représentées par une trentaine de fragments (5,3 % des céramiques). Parmi ceux-ci émerge un fragment à pâte fine et compacte, de couleur beige, que l’on peut attribuer sans conteste à la forme Dressel 23. Des traces de coups d’estèque sur la face externe d’une paroi de couleur brique autorisent à rapprocher ce fragment des productions d’amphores africaines. Le reste des fragments se répartit entre productions gauloise (12 éléments), hispanique (forme Dressel 20, 3 éléments) et non identifiées (13 éléments).

Les céramiques communes

58Elles rassemblent 422 fragments, soit plus de 75 % de l’ensemble du mobilier regroupé dans cette période.

Cuisson oxydante
  • Si l’on excepte 2 fragments résiduels de la période précédente, 51 parois présentant une pâte claire et poreuse ont été associées à cette production. L’ensemble totalise à peine 12 % des céramiques communes.

  • La majorité des céramiques communes est de couleur bistre : 192 fragments soit 45,7 % des céramiques communes oxydées. Avec 12 exemplaires, l’olla est la forme la plus fréquente : 4 ont une lèvre à section triangulaire (n° 7) et 8 une lèvre à section rectangulaire (n° 8 et 9). Ces lèvres à profil anguleux bien en relief, formant bandeau, caractérisent les ollae dites de la "première génération". En outre, on dénombre 8 pots ovoïdes à lèvre en bourrelet simplement déversé.

59Les formes basses ouvertes sont attestées par 6 fragments de mortier dont 3 bords en collerette (n° 10), des fragments de bols carénés à bord droit (n° 11) et un bord rentrant d’assiette. Au total, 27 formes ont été distinguées. Parmi le vrac de parois, ressortent 8 fragments décorés à la molette (n° 11 et 12).

Cuisson réductrice
  • Les 127 fragments de céramique noire représentent 30 % des productions communes. Parmi les 19 formes répertoriées, 14 appartiennent à des pots ovoïdes à lèvre en bourrelet simplement évasé. L’olla fournit seulement 3 exemplaires : 1 lèvre à section triangulaire et 2 lèvres à section rectangulaire et gorge interne ; 1 mortier à bord en collerette et 1 bol caréné complètent le répertoire des formes en cuisson réductrice de ce lot.

  • La céramique grise regroupe 50 fragments, soit 12 % des communes. Ont été isolés : 1 lèvre à gros bourrelet provenant d’un vase de stockage, 3 pots ovoïdes à bord en bourrelet simplement déversé, 2 fragments de mortiers et 1 tenon de couvercle.

Datation

60La présence des céramiques luisantes, figurant au sein des productions fines avec un bon pourcentage et dans un répertoire de formes assez varié, signale le courant du IVe s. Mais la présence d’estampée grise permet d’aborder la fin de ce siècle, voire le début du suivant (fig. 20). L’apparition du bandeau en cuisson oxydante (à section triangulaire ou rectangulaire), était généralement attribuée dans la région aux alentours du milieu du Ve s. (Esquieu 1988 : 49 ; Des Burgondes à Bayard, 1984). La présence conjointe des céramiques luisantes et estampées grises, conjuguée au pourcentage majoritaire des communes en cuisson oxydante, permet désormais d’envisager la production de ces premiers bandeaux bistres dès la première moitié du Ve s. (fig. 21). A noter que la cuisson oxydante n’a pas l’exclusivité de ces lèvres puisque celles-ci figurent, quoiqu’en petit nombre, en cuisson réductrice. Cette dernière observation conduit à étendre la durée de la phase IIa sur une bonne partie du Ve s.

Phase II B

61Le mobilier provient des niveaux d’éboulis du bâtiment A, plus ou moins importants selon les pièces (US 108, 141, 142, 155, 157. 201 et 202), et des couches superficielles entamées lors du dégagement de ses murs.

17. Echantillon de récipients de la phase IIb

17. Echantillon de récipients de la phase IIb

Composition du lot

Les céramiques fines

62Elles sont toujours présentes, bien que leur fréquence soit en net retrait par rapport à celle enregistrée dans la phase précédente : 12 fragments, soit à peine 4,8 % de l’ensemble des céramiques. La luisante est attestée par 1 fragment de bol à collerette (Portout ?) et 1 bord de bol hémisphérique (Lamb. 1/3 ou 2/37). Viennent ensuite 10 parois de céramique engobée et apparentée. L’origine de 3 fragments d’amphore n’a pas été déterminée.

Les céramiques communes

63Elles fournissent 237 fragments, soit 66,5 % des céramiques.

Cuisson oxydante
  • La céramique claire connaît un net fléchissement : 17 tessons parmi lesquels ressort 1 paroi de mortier, fréquent dans le vaisselier du Haut-Empire. A noter une forme haute fermée à lèvre en bourrelet strié au raccord avec le col, qui n’est pas habituelle dans ce type de production.

  • Les communes bistres se taillent toujours la meilleure part, soit 158 fragments qui représentent 66,5 % du total du mobilier de la phase IIb. Parmi les formes fermées, on distingue : 3 ollae à lèvre à section triangulaire (fig. 17, n° 1) et 8 à lèvre à section rectangulaire et gorge interne (n° 2), 1 pot ovoïde à lèvre en bourrelet simplement déversé, 1 cruche (n° 3).

64Parmi les formes ouvertes ont été dénombrés : 1 bol caréné (n° 4), 1 bol à lèvre déversée, 1 gobelet à bord droit, 3 mortiers à bord en collerette (n° 5) ; 7 parois portent un décor à la molette (n° 6 et 7) et 2 autres un décor simplement strié.

Cuisson réductrice
  • Seul 1 bord de bol caréné en commune noire témoigne du répertoire morphologique en usage à l’époque. Il est accompagné de 36 fragments de parois. Au total, la production noire cumule 37 tessons, soit 16 % des communes.

  • Le groupe restreint des communes grises, 25 tessons soit 10,5 % des communes, renferme un bord simplement déversé de pot ovoïde et 24 parois.

Datation

65Le mobilier issu de cette phase IIb marque une nette évolution par rapport au lot précédent. La faible représentation des céramiques fines s’écarte des proportions fournies par les niveaux véritablement antiques. Mais la prédominance des pâtes oxydées, au sein desquelles les ollae à lèvre à profil anguleux tiennent une bonne place, et l’absence de bandeaux dits de la "deuxième génération" en cuisson réductrice, attestés dans les horizons suivants (phases IIIa et IIIb), interdisent de s’éloigner sensiblement du contexte chronologique de la phase précédente (fig. 21, 22).

Phase III A

66Cette phase rassemble les niveaux en rapport avec l’occupation du bâtiment B, autour d’un grand foyer domestique (US 161, 162 a et b, 163, 165, 166 a, b, c, et 172).

18. Échantillon de récipients de la phase IIIa

18. Échantillon de récipients de la phase IIIa

Composition du lot

Les céramiques fines

67Elles rassemblent 63 tessons, soit 14,1 % du matériel céramique. L’inventaire a démontré une légère remontée de l’indice de fréquence des céramiques antiques par rapport à la période précédente : 1 fragment de sigillée gauloise, 1 fragment de métallescente et 1 fond de plat à vernis rouge pompéien, 6 fragments de luisante et 54 tessons qui répondent à la définition des céramiques simplement engobées ou apparentées.

681 fragment d’amphore gauloise et 2 de parois non identifiées ont été enregistrés.

Les céramiques communes

69Elles comptent 379 fragments, soit 85,1 % du mobilier.

Cuisson oxydante
  • Les communes claires comptent 13 parois.

  • L’écrasante majorité est toujours réservée au groupe des pâtes bistres. Parmi les 250 fragments, 207 constituent un vrac de parois non attribuables. Le reste des tessons identifiés se répartit comme suit : 1 anse rubanée, 7 parois décorées à la molette (fig. 18, n° 1 et 2) et 2 simplement striées. Parmi les formes fermées rassortent les ollae dont 4 sont munies de simples bourrelets évasés. La diversité des profils en bandeau est à noter : 7 sont à section triangulaire (n° 3), 10 à section rectangulaire et gorge interne et 3 en bandeau à axe divergent (n° 4). L’apparition de cette deuxième génération de bandeau, plus haut et moins en relief que les précédents est l’élément qui distingue ce vaisselier des ensembles qui précédent.

70Parmi les formes ouvertes, on enregistre 1 bord en marli de coupe à large diamètre, 3 bords et 2 parois de mortier, 2 bords de gobelet (n° 5), un bord de bol caréné à large bandeau décoré à la molette (n° 6).

Cuisson réductrice
  • Sur les 33 fragments de commune noire inventoriés, 30 appartiennent à des parois et 3 sont des lèvres à section rectangulaire et gorge interne. La nouveauté est introduite par un bord en bandeau convergent.

  • La commune grise ne varie pas puisque les formes repérées dans ce lot ont déjà été recensées dans les ensembles précédents : 1 bord en gros bourrelet déversé de vase de stockage, 1 bord en bourrelet simplement déversé, 1 fragment de bol caréné et une paroi de mortier.

Datation

71L’apparition de Voila de la deuxième génération, en pâte sombre et munie d’une lèvre en bandeau vertical ou légèrement évasé (fig. 22) en même temps que celle du gobelet cylindrique ou tronconique revêt un caractère chronologique assez sûr qui fait office de terminus post quem. Mais ici le phénomène reste discret (1 ou 2 exemplaires) et traduit probablement les prémices de la diffusion de ces formes. Des données convergentes, à l’échelle de la région, démontrent qu’elles appartiennent à un vaisselier désormais médiéval, à partir du VIe s. au plus tôt (Reynaud, Faure-Boucharlat 1986).

72Les céramiques précoces, signalées plus haut, appartiennent à un autre horizon ; elles sont manifestement en position résiduelle ou déplacée, ce que confirme la présence d’une monnaie du IVe s. et de quelques pièces osseuses relevant des activités artisanales qui se sont déroulées dans le bâtiment A,

Phase III B

73Cet ensemble réunit le mobilier provenant des niveaux de comblement du bâtiment Β (US 111,113, 116,164, 171) et des quelques constructions qui prennent appui contre le mur d’enclos en zone C (US 119, 138, 139,144, 153).

19. Échantillon de récipients de la phase IIIb

19. Échantillon de récipients de la phase IIIb

Composition du lot

Les céramiques fines

74Avec 38 fragments, elles représentent encore 9,2 % du total. Comme les quelques fragments d’amphores, elles ne rentrent pas dans l’horizon chronologique du bâtiment B.

Les céramiques communes

75Elles prédominent nettement avec 388 fragments, soit 94,4 % de l’ensemble.

Cuisson oxydante
  • 2 anses rubanées, 1 fond annelé et 10 parois rejoignent le groupe des communes claires.

  • Bien que totalisant 165 fragments, soit encore 44 % des céramiques communes, les pâtes bistres cèdent le premier rang à la commune noire. Le répertoire morphologique ne varie cependant pas. En formes fermées, 9 lèvres en bandeau vertical, 9 lèvres en bourrelet simplement déversé, 1 lèvre à section rectangulaire, 10 à section triangulaire (fig. 19, n° 1) ont été recensées.

76Parmi les formes ouvertes on note 1 rebord de bol caréné à large bandeau lisse (n° 2), 2 bords horizontaux rainurés (n° 3), 3 rebords de mortier dont 1 en collerette finement décoré à la molette (n° 4), 1 fragment de fond de gobelet (n° 5), 1 rebord biseauté de gobelet (n° 6), 1 rebord de bol caréné.

20. Représentation des catégories de céramiques fines par phase

20. Représentation des catégories de céramiques fines par phase

21. Représentation des céramiques communes par type de cuisson et par phase

21. Représentation des céramiques communes par type de cuisson et par phase

22. Représentation des principaux types de lèvre de formes fermées par phase

22. Représentation des principaux types de lèvre de formes fermées par phase
Cuisson réductrice

77Sur un total de 177 fragments de commune noire les parois en totalisent 152. En formes fermées, on dénombre 4 lèvres en bourrelet simplement déversé, une lèvre de cruche, 10 lèvres en bandeau vertical (n° 7 à 10), 6 lèvres à section triangulaire et gorge interne.

78En formes ouvertes, on dénombre 3 bords horizontaux non rainurés, 1 assiette à bord rentrant, 1 bord de bol en bourrelet. Un décor à la molette orne 2 fragments de panse (n° 11).

79-Les 33 fragments de céramique grise se décomposent en 28 parois, 2 rebords en bourrelet simplement déversé, 1 bol à rebord en bourrelet droit et un petit pot à onguent.

Datation

80Le lot est assez abondant et, par sa relative hétérogénéité, traduit les remaniements du terrain. La vaisselle antique encore présente dans ces couches superficielles en est la preuve. Le mobilier provient pour une bonne part des derniers niveaux d’occupation du bâtiment B. On observe l’augmentation marquée de la proportion de la vaisselle commune en cuisson réductrice par rapport aux pâtes communes bistres (fig. 21). Parallèlement, on note l’augmentation du nombre des lèvres en bandeau, et ce exclusivement en cuisson réductrice (fig. 22). Enfin la présence de gobelets cylindriques, toujours en cuisson réductrice, complète le tableau. Dans notre région, ces caractéristiques se trouvent réunies à partir du VIIe s., la tendance s’accusant au cours du Ville s., jusqu’à totale disparition des récipients en pâte bistre (rapport Ayala et al. 1997).

La vaisselle de verre

81Poncin est l’un des rares habitats du haut Moyen Âge (avec Trévoux, L’Albenc) qui ait fourni, dans notre région, un ensemble significatif de récipients de verre. Quoique modeste (156 fragments pour seulement une dizaine de formes), celui-ci illustre une partie du vaisselier domestique de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. En outre, les quelques formes identifiées fournissent, pour le site de Poncin, des indices chronologiques qui corroborent les données céramologiques.

82Trois qualités de verre sont représentées : le verre de couleur vert d’eau à jaunâtre prédomine (en raison de l’intense fragmentation de quelques coupes) ; le verre bleuâtre est à peine moins représenté ; le verre plus sombre, olivâtre est minoritaire.

23. Principales formes de vaisselle de verre

23. Principales formes de vaisselle de verre

Les formes

83Le lot de Poncin offre une certaine variété morphologique (fig. 23). Les coupes ornées de filets blancs et les verres à boire constituent cependant l’essentiel du répertoire :

  • les coupes classiques, à profil largement évasé, petite lèvre ourlée et fond légèrement concave sont ornées de registres de filets de verre blanc opaque rapportés sur et sous la lèvre (n° 1 et 5). Elles sont en verre fin et translucide jaunâtre à verdâtre ;

  • une seule coupe, à rebord curviligne, est dépourvue de lèvre (type Isings 117). Il s’agit d’une matière jaune foncé sans décor (n° 2) ;

  • les verres à boire sont identifiés à partir de fragments de rebords et de pieds (n° 7, 8 et 10). L’absence de jambe ne permet pas de trancher entre verre à pied conique ou verre à tige. Les rebords sont du même type : petite lèvre ourlée, paroi apparemment rectiligne pour un profil conique.

84Les autres formes sont représentées par un seul exemplaire :

  • un col de bouteille ou de flacon, probablement à bec pincé (type Isings 120 ou 121), porte un décor de filet en relief disposé en spirale et exécuté dans la même matière que le récipient, en verre vert clair (n° 4) ;

  • une embouchure de gobelet ou de cornet à profil campaniforme (forme 21b ou 21c, Foy 1995) est munie d’une lèvre ourlée rentrante, en verre bleuté. Un registre de filets blancs est appliqué sous la lèvre (n° 3) ;

  • un rebord à lèvre largement ourlée forme un bandeau externe prononcé, en verre clair à peine bleuté (n° 9). Son orientation presque verticale et le développement de la lèvre font penser que le fragment appartient à un gobelet plutôt qu’à une coupe (type 60, Feyeux 1995 et 28a, Foy 1995). Ces récipients sont à fond nettement convexe.

85D’autres fragments peuvent être identifiés avec plus d’hésitation : un fond de coupe à profil concave, en verre jaunâtre ; des fragments de paroi à décor de cordons moulés, en verre bleuté ; un fragment de récipient à corps cylindrique (bouteille ?), en verre olivâtre épais ; une anse plate de cruche, en verre bleuté ; un fragment de fond (coupe, flacon ?) nettement concave portant un décor de guirlandes en verre blanc rapporté.

Datation

86Parmi le mobilier provenant du bâtiment A et du secteur C (phases IIa et IIb), on relève la place privilégiée des récipients à décor de filets de verre blanc rapporté (formes 21, Foy 1995 et type XX 1b, Feyeux 1995). Ce type de décor, qui affecte ici des coupes à lèvre ourlée et un gobelet, apparaît à la fin du Ve s. ; au début du VIe s., il concerne la moitié des productions des régions méridionales de la Gaule (Foy 1995 : 200-205). Deux pièces semblent un peu plus anciennes : le col de cruche à filets de verre en relief, d’un type connu dans tout l’Empire dès le début du Ve s. (Foy, Hochulu-Gysel 1995 : fig. 13) et la coupe dépourvue de lèvre, dont on ne trouve guère d’exemplaires audelà du Ve s. (Foy 1995 : 201 ; Périn 1995, fig. 5).

87Parmi le mobilier provenant du bâtiment Β (phase IIIa et IIIb), deux formes relèvent du répertoire de l’époque mérovingienne. Le verre à pied ou à tige est très commun dans le sud de la Gaule à partir du milieu du VIe s. (forme 23a, Foy 1995); le bol ou gobelet évasé à lèvre formant bandeau externe, quant à lui, est produit au VIIe s. dans les régions septentrionales (Alenus-Lecerf 1995 : 68); dans le Midi, ces gobelets convexes (forme 28a, Foy 1995 : pl. 18) apparaissent fin VIIe - début Ville s., souvent en verre bleuté. D’une manière générale, la prédominance des teintes bleuâtres, telles qu’on en trouve à Poncin, est caractéristique des productions de la fin de la période mérovingienne dans tout le nord de l’Europe (Foy 1995 :216).

Les monnaies

88La collection monétaire recueillie à Poncin présente le faciès d’une occupation de la fin de l’Antiquité, exceptés deux as (monnaies 1 et 2) qui pourraient être du Ier ou IIe s. ap. J.-C. Leur état d’usure permet de penser qu’ils ont circulé très longtemps, peut-être jusqu’à la fin du IVe s. Par contre, les monnaies 7 et 8 sont en très bon état. Elles proviennent de couches d’occupation du bâtiment A : pièce A2 (US 159) et pièce A9 (US 145 et 146). Les monnaies 8, 10, 12 (Valens), 6 (Constant), 5 (Constantin II) et 7 (Constance II) sont représentatives d’une occupation de la seconde moitié du IVe s. jusqu’au début du Ve s. Cependant, aucune monnaie au type VICTORIA AVGG ou SALVS REIPVBLICAE, monnayage émis à partir de 388 après J.-C. et trouvé en grande quantité à Lyon (églises de Saint-Just, groupe épiscopal, basilique Saint-Laurent) n’est présente sur ce site.

89Les monnaies 13 et 14 provenant d’un sondage au nord de l’abside du bâtiment A et dans le bâtiment B, à l’angle des murs 21 et 22 (15), sont de très petits modules. Il n’existe aucune trace de frappe sur ces espèces. Ce type de numéraire (s’il en est un) est assez courant sur les sites lyonnais (églises de Saint-Just, groupe épiscopal) à partir du VIe s., parfois mêlé au monnayage des monarques burgondes (Gondebaud).

1, 2 illisibles ; Ier, IIe s. ap. J.-C. ; AS

3
DN MAGNEN/TIUS PFAVG, buste nu tête à droite cuirassé
VICTORIAE DDAVG ET CAE, 2 victoires se faisant face tenant un bouclier posé sur un cippe et dans lequel on lit VOT V MVLT X;
à l’exergue SP/LPLG
352 ap. J.-C. Maiorina

4
CONSTANT/(IVS PF AVG), buste lauré à droite
GLOR/(IAEXERC/ITVS), 2 soldats face à face, 2 enseignes entre eux
330-335 ap. J.-C.

5
CONSTANTINVS IVNNOBC, buste à droite lauré cuirassé
GLOR/IAEXERC/ITVS, 2 soldats encadrant un enseigne à l’exergue SMNA, atelier de Nicomédie
LRBC p. 27, n° 1126
335-337 ap. J.-C.

6
(CONSTANS)/PFAVG, buste à droite diadème perles et rosettes
LOR/(IAEXERC/ITVS), 2 soldats encadrant un enseigne à l’exergue M/TRPU atelier 13
LRBC p. 6, n° 133
337-341 ap. J.-C.

7
(CON) STANTI/VSPF (AVG), buste à droite diadème perles et rosettes
VICTORIAE DDAV (GGQNN), légende deux victoires affrontées à l’exergue P/PA (RL)
LRBC p. 12, n° 448
341-346 ap. J.-C.

8
DN Valen/SPFAVG, buste à droite diadème perlé drapé cuirassé
SECVRITAS/REIPVBLICAE, Victoire à gauche avec palmes et couronne
à l’exergue OF I S/LVGP, atelier de Lyon
RIC IX, p. 41, n° XXI (a)
367-375 ap J.-C.

9
DN DALEN/SP (FAVG), buste à droite diadème perlé drapé cuirassé
SECVRIT (AS/REPVBLICA), victoire à gauche avec palmes et couronne
à l’exergue OF I S/LVGP, atelier de Lyon
RIC IX, p. 41, n° XXVI (a)
365-378 ap. J.-C.

10
DNVALEN/SPFAVG, buste à droite diadème perlé drapé cuirassé
SECVRITAS/REIPVBLICAE, victoire à gauche avec palmes et couronne
à l’exergue OF I S/LVGP, atelier de Lyon
RIC IX, p. 41, n° XXVI (a)
365-378 ap. J.-C.

11
Buste à droite
Type GLORIARO/MANORVM, l’empereur debout à droite tête à gauche traînant un captif et tenant un labarum
364-378 ap J.-C.

12
(DNVALEN/)SP (FAVG), buste à droite diadème perlé
(SECVRITAS/REI) PVBLICAE, victoire à gauche avec palmes et couronne
364-378 ap. J.-C.

13 à 17 ILLISIBLES

Le mobilier métallique

90Quelques scories métalliques dispersées sur le site indiquent que le travail du fer était pratiqué à Poncin. Mais aucune structure spécialisée n’est apparue dans l’emprise de la fouille. A noter cependant que des scories proviennent des niveaux d’occupation du bâtiment B, notamment autour du foyer. Celui-ci, qui présente pourtant toutes les caractéristiques d’un foyer domestique, a-t-il été occasionnellement utilisé à des fins artisanales ?

Charpenterie et huisserie

91Les couches d’occupation et d’abandon des bâtiments A et Β livrent nombre de pièces en fer, pour la plupart fragmentaires, en rapport avec la menuiserie ou la charpenterie : agrafe d’assemblage, plaques et garnitures rivetées ou non (fig. 24, n° 1), clous de toutes tailles, pitons (n° 2), tiges diverses...

92Dans cette catégorie d’équipement, peuvent se ranger les accessoires d’huisserie :

  • aile de charnière ; trou de fixation probable, mais non visible (n° 3) ;

  • clés : deux d’entre elles, de petite taille, sont en bronze (n° 4 et 5) ; à noter l’anneau ouvragé de la n° 5. Une autre (n° 6), en fer, beaucoup plus longue (157 mm) et rustique, est constituée d’une tige de section quadrangulaire, retournée à une extrémité en anneau de suspension ; le panneton en Τ est formé de deux dents tournées vers le haut. Ces clés grossières, probablement dévolues à des locaux utilitaires, sont très répandues dans l’Antiquité ; les exemples tardifs sont assez rares au sud de la Loire (Les objets en fer 1992 : 22). Mais dans le nord de la France, elles sont repérées dans des sépultures du VIe s. (Halbout et al. 1987, n° 653). Plus près, à Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie, une clé de même conception, mais à panneton en E, est datée des Ve-VIe s. (Des Burgondes à Bayard 1981, n° 39). L’exemplaire de Poncin, qui provient du bâtiment Β (phase IIIa), n’est pas antérieur au VIe s.

Outillage

93Parmi les outils, un seul objet évoque un instrument agricole (aratoire ?) ; il s’agit d’une épaisse plaque en fer en forme de "sabot" (fig. 24, n° 7). L’interprétation n’est pas aisée, car la pièce est incomplète : partie de houe, partie de soc ou de coutre d’araire ou de charrue ?

94D’autres outils se rapportent au travail du bois et du cuir ou de matériaux plus durs :

  • poinçon à tige conique de section circulaire (n° 8) ; la partie supérieure manque (L. 84 mm) ;

  • partie de gouge ou tarière (n° 9) ; seule l’extrémité servant à forer est conservée ;

  • langue d’herminette de charpentier ? (n° 10) ; la petite taille de cet objet (tranchant large de 35 mm), dont il manque le trou d’emmanchement, n’incite pas à y voir un outil agricole de type pioche ou piochon, en général beaucoup plus puissant (Les objets en fer 1992, n° 151 ; Halbout et al. 1987, n° 306) ;

  • gros poinçon ou burin (L. 103 mm) à corps pyramidal, pointe émoussée ; la surface de frappe est quadrangulaire et convexe (n° 11). Il pourrait également s’agir d’une petite enclume (à riveter, par exemple), dont la pointe pouvait être fichée dans une pièce de bois ;

  • râpe (L. 157 mm), formée d’une dense barre de fer parallélépipédique et piquetée (à froid ?) sur toutes ses faces pour former des aspérités (n° 12) ; il manque la partie qui permettait d’installer un manche.

24. Objets métalliques : outils et équipements domestiques

24. Objets métalliques : outils et équipements domestiques

Équipement individuel

95Quelques objets à usage polyvalent se rangent dans le petit équipement utilitaire :

  • trois lames de couteaux en fer à soie plate (fig. 25, n° 1 à 3). L’un d’eux est caractéristique des exemplaires du haut Moyen Âge (n° 3) : lame triangulaire relativement courte (L. 164 mm), à dos et tranchant symétriques, longue soie rectangulaire. Des objets analogues issus de sépultures, comme à Roissard, Isère (Colardelle 1983 : 36 et fig. 21 n° 17), sont datés des VIe-VIIIe s. ; à Beaune, Côte-d’Or (Gaillard de Sémainville et Sapin 1995 : 166), ils ne sont pas postérieurs au VIe s. L’exemplaire de Poncin provient des dernières couches d’occupation du bâtiment A (fin de la phase IIa), soit début VIe s., au plus tard ;

  • deux fiches à bêlière constituent des découvertes plus rares dans la région (n° 4 et 5). Toutes deux en fer et de même conception (tige de section quadrangulaire aplatie et retournée à une extrémité pour former un anneau, pointe effilée), elles sont de taille bien différente (L. 150 et 114 mm). Encore peu connu en contexte d’habitat, ce genre d’objet se rapporte à l’équipement individuel, généralement masculin, ce qui explique qu’il figure surtout dans la panoplie des sépultures habillées mérovingiennes. La série des six fiches à bêlière de l’habitat de Larina à Hières-sur-Amby, Isère, offre une référence proche, datée des VIIe-VIIIe s. (rapport Porte 1989, livre 2 : 209). Celles de Poncin sont plus anciennes puisqu’elles proviennent d’une des dernières couches d’occupation du bâtiment A (fin de la phase IIa).

96Des garnitures de ceinture, la plupart en bronze, et une petite pendeloque revêtent un intérêt particulier en raison des conditions de découverte en habitat, dans une région où la rareté des sépultures habillées durant le haut Moyen Âge rend ces objets peu communs. En outre, cinq de ces six objets proviennent du seul bâtiment Β ; une telle concentration interroge : simple hasard dû au mode de rangement des accessoires ou lieu de fabrication temporaire ? En tout cas, ils s’accordent avec les informations chronologiques recueillies ailleurs quant à l’occupation de ce bâtiment.

  • Boucle ovale en fer de grande taille (L. 60 mm), encore munie de l’ardillon droit à pointe rabattue (fig. 26, n° 1). Ces boucles simples en fer sont très répandues en Gaule de l’Est entre la fin du Ve et le VIIe s. Le rapprochement peut être fait avec un exemplaire de la nécropole de Roissard, Isère (Colardelle 1983 : fig. 21 n° 7) ou avec d’autres, plus petits, de Sézegnin, Suisse, datés vers 600 (Privati 1983, t. 263 et 530).

  • Boucle ovale en bronze munie des pattes de fixation à une plaque et de l’axe de rotation de l’ardillon (n° 2) ; la section de l’anneau est aplatie et légèrement facettée. Ce genre de boucle, assez répandu dans l’espace mérovingien, peut être associé à divers types de plaques, aux Vie et Vile s. Un exemplaire très proche, daté du Vile s., provient de la nécropole de la Rochesur-Foron, Haute-Savoie (Colardelle 1983 : fig. 58 n° 1).

  • Deux petites plaques circulaires en bronze presque identiques (n° 3 et 4). Elles sont ornées de trois bossettes disposées en triangle et possèdent trois tenons de fixation à l’avers. La mieux conservée présente quelques motifs incisés sur la face supérieure et une partie du système de fixation à la boucle. Le plus souvent en fer, les plaques-boucles circulaires accompagnent les sépultures les plus anciennes (fin VIe - début VIIe s.) des nécropoles mérovingiennes de l’aire romanoburgonde. Cependant, la nécropole de Curtil (Côte-d’Or) offre deux exemplaires en bronze, très proches de ceux de Poncin, et qui ont conservé leur ardillon ouvragé (Gaillard de Sémainville 1980 : pl. 4).

  • Ferret ou pendant de lanière en fer à décor repoussé d’inspiration antique : palmettes latérales, extrémité en bouton (n° 5). Un rivet de fixation est encore en place. Cet objet trouve peu de parallèles, si ce n’est un exemplaire plus ou moins proche trouvé dans une sépulture de Sézegnin, Suisse, datée des Ve-VIe s. (Privati 1983, t. 23).

  • Petite pendeloque en bronze étamé composée d’une croix inscrite dans un cercle ; les branches sont décorées de petites nervures ; l’anneau de suspension est conservé (n° 6). Cette trouvaille peut être rapprochée de deux pièces en plomb provenant des niveaux du début du Moyen Âge de l’oppidum de Saint-Blaise, Bouches-du-Rhône (Démians d’Archimbaud 1994 :220).

25. Objets métalliques : outils et équipements domestiques

25. Objets métalliques : outils et équipements domestiques

26. Objets métalliques : garnitures de ceinture et pendeloque

26. Objets métalliques : garnitures de ceinture et pendeloque

Équipement de cavalerie et armement

97Les objets en question proviennent de sondages pratiqués dans la partie nord-ouest du site, donc sans rapport direct avec les bâtiments fouillés. Les arguments chronologiques précis font donc défaut ; par déduction, mais cela reste une hypothèse, ils peuvent être considérés de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen Âge.

  • Pointe de flèche à douille et flamme lancéolée (fig. 27, n° 1). Ce type est présent en milieu funéraire, en Gaule du Nord, dès le VIe s., où il constitue une proportion importante des objets d’armement (Urlacher et al. 1998 : 87).

  • Fer de lance ou pointe de javelot ; si le fer losangique est peu développé, la douille conique est très longue ; elle a conservé un rivet de fixation à la hampe (n° 2).

  • Passe-guide ? (n° 3) ; anneau en bronze à contour externe octogonal et contour interne circulaire, à section plate ; appendice de fixation ( ?) en fer. Cet objet reste assez énigmatique faute d’éléments de comparaison datés.

  • Eperon en bronze à longue pointe moulurée (n° 4), branches relativement allongées et de section semi-circulaire (L. 150 mm). La fixation sur la chaussure s’effectuait au moyen d’une mince lanière de cuir, dont l’emplacement est marqué à l’intérieur des têtes par une encoche de 10 mm de large ; l’un des rivets de fixation de cette sangle, qui devait passer sur le cou-de-pied, est conservé en place. Chaque tête est ornée d’un motif en rondebosse, à deux moulures symétriques séparées par un étranglement à l’emplacement des rivets. Il s’agit d’un objet exceptionnel, non seulement par son contexte (début du Moyen Âge), qui en fait un objet précieux pour une période assez mal documentée en trouvailles analogues, mais aussi pour l’interprétation du site. De l’Antiquité au Moyen Âge, fer et bronze se côtoient parmi les éperons répertoriés. Connus depuis le IIe s. av. J.-C., au moins, en Europe centrale, les éperons se répartissent en deux groupes dont l’un, oriental, le mieux étudié à ce jour, conserve jusqu’à la fin de l’Antiquité la forme très courte des modèles celtiques, repris dans les zones d’influence germanique (Kazanski 1994a). L’éperon de Poncin se rattache clairement au groupe occidental, caractérisé au contraire par l’allongement des branches, et dont on peut faire remonter l’origine au début de notre ère (Brailsford 1962 : fig. 2, A28 et A29 ; pl. XIII, K39). Sa pointe conique est caractéristique des modèles les plus précoces se rencontrant en Europe septentrionale chez les Vikings et à l’époque carolingienne (Ward Perkins 1940 : 94). Sur les éperons carolingiens, voir Gossler, Posluschny 1998.

98Les éperons du haut Moyen Âge, plus souvent en fer qu’en bronze, comportent souvent des incrustations d’étain ou d’argent qui en soulignent le caractère soigné. C’est le cas du seul exemplaire de la période mérovingienne attesté dans la région, à Hières-sur-Amby, Isère ; il possède, comme celui de Poncin, une simple pointe conique, mais il est pourvu de gros oeillets de fixation formés par retournement des branches (Des Burgondes à Bayard 1981 : n° 38). Les découvertes d’éperons à pointe, dont certains en bronze, ne sont pas rares dans des sépultures des régions limitrophes (Bourgogne, Franche-Comté, Suisse) tout au cours du VIIe s. Un exemplaire de la nécropole de la Grande Oye, Doubs, bien qu’en fer, se rapproche particulièrement de celui de Poncin : système de fixation de la bride par rivets, section en ogive des branches et décor de cannelures à la base de la pointe. Il est daté de la 2e moitié du VIIe s. (Urlacher et al. 1998 : 87-88 et pl. 7). Des objets de la fin de la période carolingienne, également en fer, montrent encore le système de la pointe conique directement fixée sur l’arc ; ainsi à Saint-Romain ou à Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or (Bourgogne médiévale 1987 : n° 433 ; Il était une fois la Bourgogne 1990 : n° 389). Les éperons plus récents (Xe-XIe s.) présentent en général une pointe pyramidale à l’extrémité d’une tige plus ou moins longue ; c’est le cas de tous les exemplaires de Charavines Colletière, Isère (Colardelle, Verdel 1993 : fig. 148) et de divers sites castraux du Lyonnais et du Dauphiné.

27. Objets métalliques : armes et accessoires de cavalerie

27. Objets métalliques : armes et accessoires de cavalerie

L’exploitation du bois de cerf, de la corne et de l’os

99Parmi le mobilier issu des fouilles de La Châtelarde, figure un ensemble de 76 pièces (après recollage des fragments concordants) provenant de l’exploitation des matières dures animales. Il s’agit de 58 fragments de bois de cerf portant des traces de travail, auxquels s’ajoutent 3 objets achevés, de 14 cornillons de caprins mâles portant des traces de découpe et de 1 déchet de travail de l’os plat. Ils proviennent du bâtiment A, et principalement de la pièce A2 (phase IIa et IIb). Font exception une pointe d’andouiller trouvée dans les niveaux du bâtiment Β (phase IIIa) et une corne provenant des niveaux d’abandon du secteur C (phase IIIb). Les vestiges permettent donc de définir la nature et l’objet d’une petite activité d’exploitation de ces matériaux dans le courant du Ve s.

100L’étude présentée ici tire largement parti de l’identification, de l’inventaire et des dessins des pièces réalisés par L. Moyret (†), lors de la découverte.

Le bois de cerf

101Le matériau a été prélevé sur des cerfs adultes, dans un cas au moins sur un daguet (cerf de un à deux ans), et jamais sur des chevreuils, dont les bois sont très rarement travaillés (fig. 28). L’état des pièces étudiées empêche de décompter précisément le nombre d’animaux sur lesquels ces bois ont été prélevés, mais on sait que le daguet abattu a fourni au moins un bois de massacre, qu’un cerf abattu en a fourni deux autres (fig. 30, n° 1), tandis que, d’un autre cerf, provient un bois de mue (fig. 29, n° 11). Au vu du nombre restreint de pièces recueillies, il est vraisemblable que l’artisan travaille sur un nombre faible de bois ; on rappellera cependant que le site n’a pas été fouillé en totalité.

28. Vocabulaire des différentes parties de la ramure de cervidé

28. Vocabulaire des différentes parties de la ramure de cervidé

D’après Billamboz 1979 : 96

Le débitage du matériau

102À l’exception des trois objets en cours de finition ou achevés que nous avons évoqués, les pièces recueillies sont, pour l’essentiel, des parties détachées de la ramure et rejetées parce qu’on ne souhaitait pas les employer. Elles sont donc le témoignage en négatif de ce qui a été mis en œuvre. D’un point de vue technologique, ces fragments peuvent être classés en cinq catégories.

103-Extrémités d’andouillers ou d’épois (15 exemplaires), sciées à une distance variable de l’extrémité distale (fig. 29, n° 2, 3 et 10). Certains éléments (n° 3 et 10) présentent plusieurs attaques d’une scie à lame large (2 mm environ), qui sont dues au dérapage de l’outil. Sur deux pointes, on observe des caractéristiques communes : découpe transversale à la scie, et enlèvement longitudinal, au ciseau, d’une lamelle du cortex (n° 5).

29. Fragments de débitage et de façonnage de bois de cerf

29. Fragments de débitage et de façonnage de bois de cerf

30. Fragments de débitage et de façonnage de bis de cerf, de come et d'os

30. Fragments de débitage et de façonnage de bis de cerf, de come et d'os

104Une pièce (n° 4), prélevée sur une pointe d’andouiller, est d’interprétation plus difficile. La surface externe présente plusieurs attaques de scie près de l’extrémité distale. A cette extrémité, le cortex a été épannelé au ciseau, de façon à former deux biseaux opposés, où les traces de découpe sont nettes. L’extrémité proximale, sciée et de section ovale, présente une gorge sciée peu marquée, tracée selon le petit diamètre ; les lèvres de ces sciages ont un aspect émoussé. Au centre, la spongiosa apparaît légèrement surcreusée. Plutôt qu’une ébauche destinée à l’emmanchement d’une lame à soie médiane, il doit s’agir d’une chute réutilisée : ayant scié longitudinalement la partie proximale de l’andouiller, l’artisan a recoupé à la scie l’extrémité distale de la pièce, puis a repris cette chute pour en faire une utilisation secondaire, en biseautant l’extrémité calcifiée.

105On notera enfin qu’une empaumure complète, aux épois peu développés et au cortex mince et fragile, a été sciée transversalement à sa naissance, et rejetée (n° 1).

106- Articulations de la ramure isolées à la scie (6 exemplaires). On peut distinguer ici deux variantes dans le mode de découpe de ces portions du bois de cerf.

107La première variante concerne 3 pièces. Sur l’une, issue d’un bois de mue, le merrain a été scié transversalement au-dessus de la jonction avec l’andouiller, qui a été tranché à la scie à son départ (n° 11) ; sur une autre, la même opération a été conduite, le merrain étant tronçonné par sciage au-dessus et au-dessous de l’andouiller (n° 9). Sur une troisième pièce, l’andouiller a été arraché et la zone de jonction a été découpée au terme de deux sciages transversaux au-dessus et au-dessous d’elle, et de deux sciages longitudinaux de part et d’autre d’elle.

108Le second mode de découpe concerne 3 autres pièces. Là, le merrain a été scié transversalement au-dessous de la jonction, puis l’andouiller a été éliminé par un sciage vertical, ce qui permet de ne pas tronçonner le merrain ; dans un dernier temps, l’extrémité proximale de l’andouiller a été recoupée à la scie afin que disparaisse la zone de jonction (n° 8). Un départ d’andouiller (n° 7), isolé de cette manière, présente un trou perforant. Conduite en deux temps seulement, la même opération, aboutit dans deux cas, à un anneau de débitage vertical (n° 6).

109Trois pièces plus volumineuses, que nous n’avons pu examiner directement semblent elles aussi témoigner de la mise à l’écart de zone de jonction de la ramure.

  • Articulations de la ramure au crâne sur bois de massacre (2 exemplaires). Une calotte crânienne (fig. 30, n° 1) montre deux cas de figure différents : d’un côté, la ramure a été détachée à la scie, sous la meule, comme l’a été aussi le bois de daguet. De l’autre en revanche, le cercle de pierrure a été rogné par une série de coups de couperet presque verticaux, qui ont entamé le crâne, puis l’artisan a porté un premier coup de couperet à la hauteur de la jonction entre pédicule et meule, puis un second, plus haut et plus efficace, et la ramure a enfin été détachée par fracture au-dessus de la meule qui a été négligée. Une pratique analogue a été observée à Marseille, où les meules sont également peu prisées (Jourdan 1976 : 269270).

  • Eclats de cortex (12 exemplaires). Ils présentent une trace de sciage transversale et témoignent qu’ils ont bien été prélevés sur des pièces travaillées ; ils ont été isolés par des débitages longitudinaux au ciseau, ou des arrachements (n° 4).

  • Plaquettes (3 exemplaires), épaisses de 3,5 à 5 mm, prélevées dans le cortex : les longs côtés sont bruts (n° 7) ou dressés au ciseau, et dans les trois cas, les deux faces larges sont dressées au ciseau ; les extrémités sont séparées par découpe transversale à la scie. Elles peuvent provenir indifféremment de l’exploitation des parties droites des merrains ou des andouillers.

L’objet du travail

110Les artisans de La Châtelarde se sont montrés peu intéressés par les parties fournissant un matériau compact et calcifié (extrémités des pointes d’andouillers, pédicules ou meules) et se distinguent en cela de ceux de Drevant (Cher), par exemple, spécialisés principalement, au IVe s., dans la fabrication de fusaïoles en pédicule de cerf (Béai 1984). Ils ne façonnent pas non plus de poinçons, ou de ces Seilerhornchen "aiguille de cordier" dont la fabrication est, à partir d’andouillers complets, assez fréquemment attestée (Obmann 1997 : 78 et 156).

111Les fabricants ont également négligé les articulations de la ramure, aptes à fournir des pièces résistant à la traction et aux chocs, ce qui faisait leur prix dans les industries préhistoriques sur bois de cerf (Billamboz 1977); mais elles ne sont guère prisées dans les époques récentes. Au reste, même si elles semblent avoir été recueillies à Marseille (Jourdan 1976 : fig. 94), ces parties présentent des difficultés de mise en oeuvre qu’on peut comparer à celles qu’offrent les zones de nœud du bois végétal. Ils ont, en revanche, privilégié les parties droites, de merrain notamment, dont le lot de Poncin ne conserve plus guère de restes, et d’où l’on peut facilement extraire de longues lames de cortex. Les quelques plaquettes inemployées que nous avons rencontrées en sont les témoins ; le second mode de découpe des articulations de la ramure témoigne également de ce désir d’obtenir des plaquettes longues : c’est celui que mettent en œuvre, par exemple, les artisans médiévaux d’Haithabu désireux d’obtenir les plaquettes allongées dont ils équipent les peignes qu’ils fabriquent (Mac Gregor 1985 : 68-69, fig. 42).

112Trois plaques de bois de cerf semblent être des objets finis, issus de matrices de ce type :

  • plaque brisée à ses deux extrémités, dont les longs côtés sont perpendiculaires aux faces larges, et dressés au ciseau ;

  • plaque à bords droits, percée d’un trou (fig. 30, n° 6) ;

  • plaque incomplète, munie, sur un long côté, d’un bourrelet absent du seul petit côté conservé (n° 8). Le profil arqué du long côté conservé semble exclure que l’objet ait appartenu à un coffret. Mais sa fonction nous échappe.

113Ainsi l’artisan obtient-il, à partir d’un nombre sans doute restreint de bois, des plaquettes relativement nombreuses, en délaissant d’autres parties utiles de la ramure. Cela paraît répondre à une demande assez précise et ponctuelle.

La corne de caprin

114De l’exploitation de la corne ne peuvent subsister, ici comme ailleurs, que les cornillons, supports osseux de l’étui corné lui-même, qui, sauf exception, ne résiste pas au temps (Mac Grégor 1985 : 51-53, Krausz 1992). Sur l’ensemble des cornillons de caprins retrouvés sur le site, 14 au moins portent à leur base des traces de découpes comparables (fig. 30, n° 2 et 3). D’une part, l’artisan, travaillant au couperet, a entaillé presque verticalement la corne à partir de l’arrière de la tête ; d’autre part, il a pratiqué des découpes subhorizontales, à la scie ou au couperet, le plus souvent sur les faces latérales de la corne. Puis il a arraché la corne en la faisant basculer vers l’avant de la tête. La rareté des autres pièces du squelette céphalique suggère que cette opération n’ait pas été effectuée sur le site.

115Trois cornillons présentent, en outre, une entaille longitudinale et concave, apparemment faite par une gouge travaillant en direction du sommet du cornillon. La gouge a pu être employée pour faciliter la séparation de l’étui corné et du cornillon. La partie haute des cornillons ne présente jamais de traces de découpe. On aurait donc affaire ici à une activité de mise en forme de la matière cornée ; il est possible qu’elle contribue, sous forme de plaques, à l’ornementation d’objets.

L’exploitation de l’os

116Un seul objet témoigne, dans la phase IIa, de l’exploitation de l’os sur le site. Il s’agit d’une plaque découpée sommairement en triangle à la scie, sans doute dans une scapula de boeuf (ident. V. Forest). Le grand côté est scié parallèlement à l’épine scapulaire, dans un matériau qui comporte une zone spongieuse en son centre ; l’épaisseur décroît en direction du sommet du triangle, tandis que disparaît la matière spongieuse. Sur deux côtés, une série de forages sécants a été conduite au trépan à partir de la face supérieure de la matrice osseuse (fig. 30, n° 5) : on a sans doute affaire au négatif d’une plaque en V ornée sur ses bords d’un motif de festons (Röber 1995 : 895-896, fig. 132, c.), plutôt qu’à une matrice osseuse sur laquelle on aurait prélevé des rondelles ou des perles d’os (Mac Gregor 1985 : 101, fig. 58). Un exemple d’utilisation de plaques ainsi ouvragées est fourni par des peignes mérovingiens triangulaires à une seule rangée de dents (Bourgogne médiévale 1987 : n° 38).

Interprétation

117Au total, nous avons affaire ici à une petite activité de récupération et de mise en oeuvre de trois matériaux d’origine animale, le bois de cerf, la corne et l’os, qui présentent des caractéristiques assez différentes pour induire des pratiques artisanales également diverses. La corne est travaillée à chaud, déroulée, mise en forme à la presse (Béal 2000) ; le bois de cerf, travaillé à froid sans doute, a pu faire l’objet d’une mise en forme après trempage, mais, comme pour l’os d’ailleurs, cela reste à démontrer (Mac Gregor 1985 : 63-65). Même si l’on ne possède qu’un témoin du travail de l’os, la coexistence, ici, des trois activités, mérite donc d’être signalée, d’autant que la conduite de la découpe sur bois de cerf témoigne d’une conception claire de l’objectif à atteindre et de la méthode à employer : c’est celle d’un bon praticien. On notera au passage que la façon dont, sur les bois de cerf, les cercles de pierrures ont été attaqués n’est pas sans rappeler les coups frappés selon un angle analogue à la base des cornes d’ovicaprins retrouvées dans les mêmes contextes.

118Le statut de cet atelier n’est cependant pas défini. Le petit nombre de fragments travaillés ne plaide pas en faveur d’un artisan installé, mais on ne connaît pas la totalité du site ; l’hypothèse d’un artisan itinérant n’est pas à exclure, encore que nous n’en connaissions pas d’attestation claire. Au reste, si la mise en œuvre ponctuelle du bois de cerf dans un habitat isolé est connue par plusieurs cas gallo-romains tardifs (Béal 1994 : 125, note 20), peu nombreux sont les ateliers permanents qui, comme celui de Drevant (Béal 1984) travaillent majoritairement ou spécifiquement le bois de cerf.

Alimentation carnée et élevage

119Les restes de faune sont issus d’un grand nombre d’unités stratigraphiques qui, réétudiées à la faveur du travail de publication, ont été réunies en couches, qui ont chacune fait l’objet d’un traitement archéozoologique indépendant. Puis ces lots ont été regroupés en fonction des grandes phases chronologiques du site et des structures. Les restes proviennent des phases IIa (fin IVe et Ve s.), IIb (fin Ve et début VIe s.), IIIa (VIe-VIIe s.) et IIIb (fin VIIe et Ville s.) (fig. 31). Le ramassage a été manuel, et non accompagné de tamisage.

31. Origine stratigraphique des lots

31. Origine stratigraphique des lots

120L’étude archéozoologique a été menée rapidement par défaut de temps et de moyens techniques. Elle a essayé de concilier une durée d’intervention minimale avec une collecte la plus exhaustive possible de données. De plus, elle a dû être menée sur le lieu de stockage du mobilier en l’absence de collection de référence. Les identifications n’ont pu être poussées aussi loin qu’il est possible en laboratoire. L’intervention simultanée de deux spécialistes a pallié partiellement ce manque. Enfin, la pesée des ossements n’a pas été effectuée.

121Dans la fig. 32, où figurent les Nombres de Restes (NR) et la fig. 33 qui contient les Nombres Minimum d’Individus (NMI), les résultats sont détaillés par unité stratigraphique. Mais dans les figs. 34 et 35, ils sont présentés globalement par phase. Le nombre total des restes osseux déterminés (544) est assez faible (fig. 32). La quasi-totalité des couches compte moins de 30 restes. A l’exception du bâtiment B, les regroupements des unités stratigraphiques par structure et par phase ne permettent pas d’obtenir des effectifs suffisants pour dépasser le seuil de représentativité fixé, soit 50 restes déterminés pour la triade domestique. Après regroupement par phase chronologique, IIb demeure encore en dessous du seuil.

Formation et évolution des dépôts

122Le fort taux global d’indéterminés, 64 % des 1503 restes observés (fig. 32) ne trouve pas son origine dans une fragmentation excessive. En effet, ce nombre aurait pu être réduit dans des conditions d’étude plus favorables, notamment si nous avions pu disposer de temps pour approfondir l’observation des pièces douteuses qui. par comparaison avec nos collections de références, auraient pu être identifiées. Ce taux est plus faible dans le bâtiment A, car il recèle un grand nombre de chutes de travail de bois de cerf bien identifiables. Les vestiges indéterminés sont principalement des esquilles et des fragments d’os longs. Ceux de vertèbres, de côtes ou de crânes, sont assez rares.

123La rareté des mâchonnements par les détritivores suppose que ceux-ci ont peu attaqué ce mobilier ou que leur impact est hors de notre portée Par ailleurs, rien ne laisse supposer des actions mécaniques excessives de type piétinement. La bonne conservation générale de la matière osseuse et des surfaces semble indiquer que les destructions totales d’ossements sont de faible ampleur, la bonne tenue des ossements d’infantiles le confirmant. Les modalités de la fouille ont probablement conduit à négliger le ramassage des petits ossements, mais nous ne pouvons savoir s’ils étaient réellement présents. Le taux de restitution du mobilier scellé, c’est-à-dire présent dans une couche à la fin de la formation de celle-ci, à partir du mobilier osseux étudié est, semble-t-il, correct. Celui du mobilier déposé avant le scellement définitif est plus difficile à apprécier, ce qui rend nos interprétations plus incertaines.

Nature des restes

124Les vestiges fauniques composent deux ensembles distincts. Premièrement, une activité artisanale {cf. supra) qui s’appuie sur des bois de cervidés, cerf et éventuellement chevreuil, et sur de grands cornillons de caprins mâles, dont on n’a pas retrouvé les os de grand format correspondants. Deuxièmement, des activités alimentaires, reconnues, entre autres, par les quelques traces de découpe et l’identité des espèces en cause, regroupent la majorité des autres vestiges. Seuls ceux des équidés et du chien ne peuvent être clairement attribués à ces deux groupes. Les premiers peuvent être issus d’activité d’équarrissage, et les deux taxons du démantèlement post mortem de cadavres.

Restes et alimentation

125Dans cette optique, les restes potentiels d’artisanat, bois de cervidés et cornillons de caprins, doivent être exclus des dénombrements. Le nombre de restes déterminés de la pièce A2 passe ainsi de 181 à 108 (fig. 32). Au contraire, les individus cervidés sont conservés, car non calculés à partir des bois ; de même pour les caprins à partir des cornillons, en supposant qu’ils ont été abattus sur place.

32. Nombres de Restes (NR) par couche et par taxon

32. Nombres de Restes (NR) par couche et par taxon

126La liste des espèces consommées est variée. Elle compte les espèces domestiques traditionnelles comme le mouton, la chèvre, le porc, le bœuf et la poule. S’y ajoutent des espèces dites "sauvages", comme le cerf, le chevreuil, le lièvre, le canard, et fort probablement le sanglier, suggéré par 6 pièces porcines de très grande taille. Celui-ci est absent du bâtiment B, donc des phases IIIa et IIIb, tandis que le chevreuil n’est présent, dans ce même bâtiment, que dans la phase IIIa.

127Aucun indice ne permet d’entrevoir une sélection de pièce de viande particulière. Le choix s’est porté principalement sur de jeunes adultes de moins de 3 ans chez les ovicaprins, dont la viande offre de bonnes qualités nutritives, mais aussi sur des bovins adultes et des porcins de tous âges. Les cerfs sont consommés majoritairement à l’âge adulte, puisque les épiphysations tardives (extrémité distale du radius par exemple) sont achevées. Les poules ont été mangées adultes et juvéniles.

33. Nombres Minimum d'Individus (NM) par couche et par taxon

33. Nombres Minimum d'Individus (NM) par couche et par taxon

128En nombre de restes (NR), il règne une grande diversité de composition des séries osseuses entre les bâtiments et, au sein de ceux-ci, entre les phases. Mais les faibles effectifs empêchent de prendre en considération ces résultats. L’approche par phase clarifie les données, sauf pour la période IIb trop peu représentée (fig. 34). L’équilibre au sein de la triade domestique est similaire entre les périodes IIa, IIb et IIIa, à savoir une prépondérance des restes de porcins. Le cerf introduit une rupture entre les périodes II et III, puisqu’il passe de quelque 25 % à moins de 10 %. Un autre changement intervient entre la période IIIa et la période IIIb : les restes d’ovicaprins deviennent aussi nombreux que ceux de porcins, qui cèdent aussi un petit pourcentage aux restes de bovins. Les variations des autres taxons sont délicates à analyser du fait que l’on se situe dans de petits échantillons. Cependant, il faut noter que la concentration de restes de cerf en A2 est associée à la concentration des restes de sanglier et de lièvre.

34. Évolution chronologique des pourcentages des NR

34. Évolution chronologique des pourcentages des NR

Chaque taxon est comparé individuellement à la triade domestique

129L’estimation des parts de viande par l’intermédiaire du NMI (fig. 35) confirme les mouvements enregistrés par le NR, mais l’importance de chaque taxon est perçue différemment. Ainsi, au sein de la triade domestique, les bovins assurent 54 à 70 % de l’alimentation carnée, contre 22 à 33 % pour les porcins et 8 à 13 % pour les ovicaprins. Notons que le maintien des caprins comptés par les cornillons de la pièce A2 ne modifie que peu l’équilibre des espèces. Dans l’hypothèse d’une consommation des équidés, leur part n’est pas à négliger puisqu’elle atteint 22 % du total en phase IIIa (bâtiment B). Par ailleurs, le cerf apporte un cinquième de la viande en phases IIa et IIb. Si l’on extrait des porcins les grands individus pressentis comme sanglier, la part des animaux de grand gibier est forte pour ces deux périodes, puisqu’elle dépasse 25 % de l’apport carné (fig. 35).

35. Évolution chronologique de la part de viande estimée à partir des NMI

35. Évolution chronologique de la part de viande estimée à partir des NMI

Les 5 derniers taxons sont comparés individuellement à la triade domestique

130Les restes osseux livrent une image de la consommation carnée qui évolue. Bien que le bœuf en soit quantitativement le pilier, le porc et les animaux sauvages, cerf principalement, jouent un rôle important à ses côtés. Au fil du temps, la part de ces deux groupes diminue au profit du bœuf et des ovicaprins, bien que pour ces derniers cette évolution ne se traduise que par le nombre de restes. Toutefois, il n’est pas possible de distinguer une évolution qualitative des viandes au sein de chaque taxon.

Restes, élevage et chasse

131Les animaux traditionnellement élevés, porc, mouton, chèvre, bœuf, équidés, chien, poule, sont présents. L’existence de témoignages antiques décrivant des élevages de cerf en semi-captivité ou de lièvres en captivité, rend incertain le statut de ces espèces. Il l’est d’autant plus pour le cerf que des restes d’assez jeunes animaux sont présents, deux ont entre 4 et 7 mois, un entre 6 et 15 mois, proies qui a priori ne sont pas très prisées. Cependant, la conjonction dans le bâtiment A de restes de cerf, de sanglier, difficile à distinguer du porc domestique, et de lièvre est remarquable. Elle renvoie aux trois espèces classiquement figurées dans les scènes de chasse antiques. Le chevreuil et le canard réunis dans le bâtiment Β signalent aussi un prélèvement sur la faune sauvage. La chasse permettait également d’obtenir les ramures de cervidés mâles, soit la matière première de l’artisanat pratiqué à Poncin. Mais si effectivement un massacre est présent, il est accompagné d’un "sceau" de bois qui témoigne d’un ramassage des bois de chute. Ces constats plaident pour une activité cynégétique à double fonction, capture de proies pour la consommation et recherche de matériaux manufacturables ; la seconde fonction serait induite par la première, et non l’inverse.

132L’hypothèse d’animaux "importés" peut être formulée pour les ovicaprins et les porcins. En effet, la forte proportion d’ovicaprins, jeunes adultes, et de truies (13 des 25 canines sont femelles) ne s’inscrit pas dans une tenue générale d’élevage telle qu’elle est classiquement évoquée. En effet, il manque chez les ovicaprins les animaux de réforme, si on se place dans le cas d’un troupeau destiné à produire des ovins à viande, dont l’âge optimal de consommation tourne autour de 2-3 ans. De même, chez les porcins, on considère classiquement que les femelles sont réservées à la reproduction et sont abattues âgées. Ce n’est pas le cas ici. Il y aurait choix préférentiel d’animaux qui, associé à l’activité cynégétique, pourrait indiquer que les consommateurs de La Châtelarde ne pratiquaient pas nécessairement l’élevage, en tout cas n’en consommaient pas les animaux de réforme.

133La dissociation entre consommation et élevage serait confirmée par les cornillons d’ovicaprins. En effet, dans la mesure où ils sont issus d’une douzaine d’individus au moins, alors que dans un troupeau on compte un bouc pour au moins une trentaine de chèvres, l’absence de restes squelettiques pouvant leur être rattachés signale éventuellement un approvisionnement en cornes hors du site. Mais il est possible qu’il s’agisse d’un abattage de menons, jeunes boucs castrés, dont la préparation a été effectuée dans une autre zone de l’habitat non accessible à la fouille. On aborde ici l’organisation fonctionnelle du site.

134L’absence quasi totale de côtes, de vertèbres et de restes crâniens dans toutes les espèces suggère que l’aire fouillée n’a pas recueilli les restes du partage initial des corps. Les vestiges mis au jour sont issus du débitage secondaire et probablement aussi de la préparation culinaire et des repas. L’absence de portions de squelettes en connexion ou de cadavres enterrés, l’accumulation de chutes de travail de bois de cerf et de cornillons de caprins confirmeraient que le bâtiment A a été, un temps, le lieu de rejets spécifiques, alors que le dépotoir strictement domestique n’a pas été localisé.

Conclusion

135L’ensemble des études présentées ici renouvelle notre connaissance du site de Poncin, en nous permettant de reconsidérer sa place dans l’histoire locale, sans toutefois que soient résolus tous les problèmes d’ordre historique et archéologique générés par une approche trop partielle du gisement de La Châtelarde.

136Les quelques vestiges rassemblés dans la phase I, et d’autres mal définis et non datés observés ponctuellement entre la bâtiment A et la rivière, le réemploi dans la phase II d’éléments architecturaux et d’épais fragments de mortier de tuileau (probablement récupérés dans les ruines des édifices précédents), les dimensions de l’aire livrant des vestiges antiques, font supposer que si Poncin n’était pas à proprement parler un vicus ou une petite agglomération, il y existait au moins une architecture de qualité, peut-être une grande villa comme celles de Montréal-La Cluse, Ain, ou de Saint-Romain-de-Jalionas, Isère, par exemple.

137La double mention de Poncin comme siège de paroisse sous l’abbatiat de saint Romain, dans le courant du Ve s. ; mais la Vita Patrum Jurensium qui comprend ces citations a probablement été rédigée dans le premier quart du VIe s. (Vita Patrum Jurensium : Martine éd. : 56-57), alors même qu’y existe déjà au moins un édifice complexe (le bâtiment A) à l’architecture exceptionnelle pour notre région. Les occupations du Bas-Empire ne sont pas exceptionnelles dans toute la région proche, mais Poncin offre l’un des rares exemples régionaux d’établissement rural de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge qui prenne la suite d’un établissement plus ancien, occupé depuis le Haut-Empire. Ce schéma d’occupation d’un établissement rural, qui montre l’Antiquité tardive comme une phase de reconstruction assez brillante après un abandon brutal au cours du IIIe s., connaît de nombreux équivalents en Gaule, notamment dans les provinces méridionales. Un exemple en est fourni par la réoccupation affirmée, au Ve s., de la villa de Saint-Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans le sud de la Drôme (Odiot, Raynaud 1992). Mais le phénomène est encore peu étudié au nord de la région ; la reprise minutieuse des fouilles de Saint-Romain-de-Jalionas, mentionnée plus haut, devrait apporter des informations nouvelles (resp. R. Royet).

138L’évolution de l’occupation de La Châtelarde est complexe, et justifie que l’on revienne sur les étapes qui la marquent, entre la construction du bâtiment A et l’abandon définitif du site. La construction du bâtiment A, dans la deuxième partie du IVe s., intervient après la ruine du bâtiment auquel se rattache le mur n° 31, mais l’abandon, clairement exprimé par les vestiges mobiliers et la stratigraphie, a pu n’être que partiel. L’extension du site vers le sud, au moins jusqu’à la route d’accès au pont actuel sur l’Ain, et sans doute les vestiges entre le bâtiment A et la rivière, doivent être rapportés à la phase I, mais il est possible que tout le secteur soit occupé, voire construit, lors des phases II et III. La complexité et la symétrie du nouvel édifice, les agrandissements qui l’affectent, au moins dans sa partie nord seule explorée, la construction dans la même phase IIa d’un mur de clôture (n° 25-26), témoignent d’une volonté de réorganiser et maîtriser tout l’espace entre le versant et la rivière, sans qu’il soit possible de préciser les dispositions du tènement vers le sud. L’architecture du bâtiment A correspond, sans aucun doute, à un projet ambitieux, la qualité de la construction, la présence d’une abside et un rapide programme d’agrandissement révélant une volonté et des moyens qui dépassent le cadre d’une simple exploitation agricole.

139L’installation assez rapide d’un artisanat de la corne et de l’os pourrait suggérer une détérioration du statut du bâtiment A, voire une véritable reconversion. Le recul simultané de la céramique fine va dans le sens d’une telle hypothèse, mais reste conforme à l’évolution du vaisselier à l’échelle régionale. Cependant, il n’est pas certain que les activités sensibles dans les pièces de plain-pied soient véritablement significatives du fonctionnement d’ensemble d’un bâtiment qui pouvait comporter un étage et dont on ignore la dévolution des pièces situées au sud.

140L’abandon définitif du bâtiment A, à la charnière des Ve et VIe s, paraît sensiblement contemporain de la construction de la "maison" B, édifice qui se singularise par la simplicité de son plan et une relative modestie des moyens mis en oeuvre (absence de fondations enterrées et de mortier). Si la présence d’un foyer plusieurs fois restauré lui confère une fonction domestique, un mobilier abondant et de qualité indique un statut privilégié. La nouvelle construction est établie au nord du mur d’enclos, à proximité immédiate d’une ouverture pratiquée dans celui-ci, et est accompagnée d’aménagements périphériques, incomplètement étudiés, mais qui suggèrent un passage en chicane. Ainsi, la nouvelle configuration de la zone semble répondre au besoin de maîtriser la circulation dans un fonctionnement qui rappellerait ou prolongerait celui du bâtiment A. Mais il est clair que l’occupation correspondant à la nouvelle construction se différencie très nettement de la précédente : les ruines du bâtiment A ne sont pas mises à profit, l’édifice ne s’appuie même pas sur le mur de clôture pourtant mieux fondé, et, surtout, sa position, à l’extérieur du tènement, laisse soupçonner une cellule apparemment cohérente et autonome qui a fonctionné pendant près de deux siècles. L’édifice mérovingien de Poncin se différencie nettement des formes de l’habitat connues dans la région à même époque, et les ressources locales en matériaux ne peuvent en être la seule explication. Le seul point de comparaison proche est fourni par le village de hauteur de Larina à Hières-sur-Amby, Isère ; il s’inscrit dans un contexte topographique tout à fait différent, mais les systèmes constructifs et les dimensions présentent pourtant d’évidentes parentés.

141Les informations recueillies à La Châtelarde, en dépit de l’approche tout à fait ponctuelle d’un site étendu, nous indiquent donc un mode d’occupation qui se distingue des installations agro-pastorales du très haut Moyen Âge. Le statut social des habitants transparaît en partie à travers l’abondant mobilier recueilli, dont la qualité semble se maintenir tout au long de l’occupation. Tout d’abord, la qualité et la nature de certains équipements en fer ou en bronze (pièces d’armement et de cavalerie, fiches à bêlière et accessoires de vêtements...) traduisent des préoccupations et des activités qui se départissent des témoignages habituellement rencontrés sur des sites "ordinaires". Mais quelques outils, parmi lesquels les instruments agricoles sont d’ailleurs peu représentés, tout comme les traces d’un artisanat de la corne et du bois de cerf renvoient, quant à eux, à des activités domestiques. Ensuite, un monnayage relativement abondant attire l’attention ; s’il n’est pas à coup sûr un indice d’aisance particulière à la charnière des IVe et Ve s., il faut noter que Poncin est, au niveau régional, l’un des rares sites ruraux à livrer du petit numéraire au début de la période mérovingienne. Enfin, les vestiges fauniques complètent l’image d’une communauté dont la vocation agricole ne semble pas exclusive. Ils confirment l’intérêt porté au cheval et la place relativement importante de la chasse (cerf, chevreuil, sanglier, lièvre, oiseaux) dans l’alimentation carnée, tandis que les observations faites sur les modalités d’abattage des animaux domestiques (porc, boeuf, moutons et chèvres) tendent à montrer que l’approvisionnement ne résulte pas d’un élevage pratiqué par les occupants. Cette communauté apparaît socialement aisée par l’association du porc et de la chasse, notamment dans le contexte de l’Antiquité tardive et du début du Moyen Âge. Cette situation perdure, mais de manière atténuée avec peut-être un passage aux activités pastorales, dont témoignerait l’augmentation de la proportion des ovicaprins et des bovins aux VIIe-VIIIe s., à moins que celle-ci ne traduise une transformation des modes d’élevage dans la région, conduisant les occupants à modifier leurs pratiques alimentaires.

142L’ensemble de ces éléments évoque une certaine élite sociale, telle qu’elle a pu être mise en évidence sur le site contemporain de Larina. déjà évoqué, ou sur celui plus récent de Charavines Colletière (Collardelle, Verdel 1993 : 362-366). La communauté vivant à Poncin, pourrait correspondre, après les bouleversements du Ve s., à la reconstitution d’un groupe fortement structuré autour d’un pôle attractif. Le programme architectural, relativement ambitieux mais sans luxe, n’est pas sans évoquer la demeure d’un notable local ou bien, sinon à la fois, le siège d’une fonction officielle. Le toponyme La Châtelarde conforterait une telle hypothèse (bien que le terme n’apparaisse régulièrement qu’à partir du XIXe s.) et contribuerait à suggérer une forme d’occupation qui pourrait être qualifiée de "proto-seigneuriale".

Bibliographie

Documentation

Vicherd 1984 : VICHERD (G.). — Un important gisement archéologique à Poncin (Ain). Cahiers René de Lucinge, études archéologiques, historiques et littéraires des Pays de l’Ain, 3e série, 25, 1984, p. 17-27.

Vicherd 1985 : VICHERD (G.). — Poncin (Ain), La Châtelarde. Informations archéologiques : Circonscription Rhône-Alpes. Gallia, 43, 1985, p. 536-537.

Vicherd 1995 : VICHERD (G.). — Poncin, édifice de La Châtelarde. In : DUVAL (N.) dir. — Les premiers monuments chrétiens de la France (t. 1, Sud-Est et Corse). Paris : Picard et Ministère de la culture, 1995 (Atlas archéologiques de la France), p. 204.

Autoroutes dans l’Ain 1986 : Autoroutes dans l’Ain et Archéologie : grands sauvetages archéologiques sur le tracé des autoroutes A 40 et A 42 de 1980 à 1986. Lyon : SAPRR, 1986, 40 p.

Rapport Hénon 1993 : HENON (P.) et coll. — Le mobilier céramique du Bronze final et du premier âge du Fer des sites de Saint-André - Les Combes à Pont-d’Ain, de La Rochette et de La Châtelarde à Poncin (Ain). Lyon, Bourg-en-Bresse : Ministère de la culture, DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1993, 17 p.

Rapport Vicherd et al. 1983 : VICHERD (G), DE KLIJN (H.), FRANCOISE-DIT-MIRET (L.), OLLIVIER (L.), WAVRIN (L.). - Un important gisement archéologique à Poncin (Ain). Rapport de sauvetage urgent. Lyon : DAH, 1983, 45 p.

Table des illustrations

Titre 1. Le site de Poncin, La Châtelarde, dans son environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 2. Le site sur la rive gauche de l’Ain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 3. Localisation des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 4. Plan d'ensemble schématique des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 5. Plan du bâtiment à abside (A)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 6. Vue du bâtiment A depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 7. Coupe 1, pièces A1 et A2
Légende COUPE 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 8. Coupe 2, pièce A1
Légende COUPE 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 9. Coupe 3, pièce A2
Légende COUPE 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 10. Stratigraphies et maçonneries du bâtiment A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre 11. Plan des constructions nord : mur de clôture, bâtiment Β et structures voisines
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 12. Vue cavalière du bâtiment B et du secteur C
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 13. Foyer principal du bâtiment Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 14. Parement du mur 26 en secteur C
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 15. Échantillon de récipients de la phase I
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 16. Échantillon de récipients de la phase IIa
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 17. Echantillon de récipients de la phase IIb
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 18. Échantillon de récipients de la phase IIIa
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 19. Échantillon de récipients de la phase IIIb
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 20. Représentation des catégories de céramiques fines par phase
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 21. Représentation des céramiques communes par type de cuisson et par phase
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 22. Représentation des principaux types de lèvre de formes fermées par phase
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 23. Principales formes de vaisselle de verre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 24. Objets métalliques : outils et équipements domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 25. Objets métalliques : outils et équipements domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 26. Objets métalliques : garnitures de ceinture et pendeloque
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 27. Objets métalliques : armes et accessoires de cavalerie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 28. Vocabulaire des différentes parties de la ramure de cervidé
Légende D’après Billamboz 1979 : 96
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 29. Fragments de débitage et de façonnage de bois de cerf
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre 30. Fragments de débitage et de façonnage de bis de cerf, de come et d'os
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 31. Origine stratigraphique des lots
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 32. Nombres de Restes (NR) par couche et par taxon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 33. Nombres Minimum d'Individus (NM) par couche et par taxon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 34. Évolution chronologique des pourcentages des NR
Légende Chaque taxon est comparé individuellement à la triade domestique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 35. Évolution chronologique de la part de viande estimée à partir des NMI
Légende Les 5 derniers taxons sont comparés individuellement à la triade domestique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2002/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access