Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Bresse et plaine de l'Ain

Bény, garavand

Ain

Sylvain Motte et Élise Faure-Boucharlat

Note de l’auteur

Avertissement

Le site médiéval de Garavand à Bény fait l’objet d’une publication récente d’ordre général (Motte 1997). On y renverra le lecteur, notamment pour les données relatives aux constructions et au mobilier. Il nous a paru néanmoins justifié de faire une place à cet établissement parce qu’il se démarque, par certains aspects, des autres cas examinés dans ce volume : il est probablement le plus récent de tous et illustre, de façon assez claire, des pratiques agricoles encore peu ou mal observées jusque-là dans la région. Il complète notre approche synthétique en élargissant le champ chronologique de notre réflexion et en confortant des observations faites ailleurs dans des conditions moins favorables.

Texte intégral

Département :

Ain

Commune :

Bény

Lieu-dit :

Domaine de Garavand

Numéro de site :

01 038 005

Coordonnées Lambert :

X: 826.300 Y : 2152.300

Altitude NGF :

230 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A 39

Responsable d’opération :

S. Motte

Date d’intervention :

1994-1995

Superficie fouillée :

10 000 m2

Extension du site :

inconnue

1L’établissement rural de Garavand se signale par de nombreuses structures en creux qui définissent trois bâtiments de plain-pied à armature de bois, ainsi qu’au moins trois aires réservées au traitement et à la conservation de produits végétaux. L’attribution de l’ensemble à la fin du XIIe s. est assurée par une mesure dendrochronologique en accord avec l’estimation donnée par un mobilier céramique homogène. L’organisation spatiale d’équipements spécifiques, tels silos et foyers, qui livrent l’image d’une petite communauté se consacrant à la céréaliculture, retient particulièrement l’attention.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Dans ce vaste fossé d’effondrement qu’est le sud de la Bresse, comblé au Tertiaire, les terrains sont essentiellement marnoargileux, avec des apports de graviers et galets dus aux glaciers. Le réseau hydrographique actuel s’est mis en place durant le Riss, époque où les glaciers alpins ont avancé jusqu’au sud de Bourgen-Bresse et ont modelé un paysage légèrement vallonné que limite, à l’est, la ligne des premiers contreforts du Jura.

3Le site prend place sur le haut de l’un de ces reliefs, entre les bourgs de Marboz et de Bény, près du hameau de Poisiat, dont il dépend actuellement (fig. 1). Le couvert végétal environnant se répartit entre bois, prairies et champs. Un habitat dispersé typique (fermes bressanes) complète un réseau dense de hameaux et de villages.

1. Localisation du site

1. Localisation du site

Le contexte archéologique

4Les résultats présentés ici ne concernent qu’une partie des vestiges médiévaux reconnus sur le site (secteur D) (fig. 2). Si ceux-ci semblent donner l’image d’un établissement agricole cohérent, des sondages de reconnaissance pratiqués entre 80 et 100 m plus au sud (secteur C) ont livré les traces de constructions de même nature et de même période (au moins un bâtiment à poteaux plantés a été reconnu). La relation entre les deux zones n’a pu être explorée, interdisant toute vision d’ensemble de l’occupation ; du moins retiendra-t-on que les vestiges dont il est question dans cette notice ne constituent pas un ensemble isolé. Toutes proportions gardées, la situation médiévale peut être rapprochée de celle que présente le plan cadastral de 1836, où figurent deux "domaines de Garavand" distants d’une centaine de mètres.

2. Domaine de Garavand : topographie du secteur et emprise de la fouille

2. Domaine de Garavand : topographie du secteur et emprise de la fouille

5Par ailleurs, divers indices archéologiques suggèrent une occupation du site qui s’inscrit dans la longue durée. Des zones d’épandage ou de rejet ont livré du mobilier céramique datable du XIIIe au XVIIe s., sans que des installations correspondantes aient été reconnues (secteur B) (rapport Gourgousse et al. 1994). Par la suite, prend place une importante exploitation agricole (secteur A), occupée jusqu’en 1995, date de la mise en œuvre du projet autoroutier. Des divers bâtiments qui la composaient, la grange-étable construite à pans de bois répondait aux schémas de l’architecture bressane traditionnelle (fig. 3). Elle a fait l’objet d’une étude architecturale détaillée, étayée par la dendrochronologie (rapport Le Barrier 1996). Il ressort que, réalisée en plusieurs étapes à partir de 1721 au plus tôt, elle comportait de nombreuses pièces en remploi, datées entre 1455 et 1663, probablement prélevées sur des bâtiments plus anciens non localisés lors de l’intervention.

3. Façade sud de la grange du Domaine de Garavand

3. Façade sud de la grange du Domaine de Garavand

Les vestiges archéologiques

6Les vestiges mis au jour, tous des structures en creux, sont inégalement répartis sur le site. Ces différences de densité dénotent, bien sûr, une organisation spécifique ; mais l’appréhension du site est probablement en partie faussée par les phénomènes d’érosion non homogènes sur l’ensemble de la surface : notamment, la partie nord, en pente et en labours, pourrait avoir subi davantage de dégradations. Pour plus de commodité, les structures décrites ci-dessous sont localisées selon un découpage de la fouille en six zones numérotées de I à VI (fig. 4).

4. Plan des vestiges du Moyen Âge

4. Plan des vestiges du Moyen Âge

Les bâtiments et autres installations sur poteaux

7Parmi les 313 structures réparties sur 10 800 m2, 246 ont été interprétées comme des trous de poteau qui se concentrent dans les zones III, IV et V. Mais nombre d’incertitudes demeurent quant à l’organisation de ceux-ci : il semble toutefois acquis qu’il existait au moins trois bâtiments à armature de bois (bâtiments A, Β et C). Orientés grossièrement nord-ouest-sud-est, A et C présentent certaines analogies de dimension (entre 105 et 115 m2) et de conception : deux nefs, trois travées, chevets polygonaux ou arrondis. Le bâtiment B, plus étendu, possède une adjonction sur le flanc ouest ; mais il faut probablement tenir compte des modifications et agrandissements d’un plan d’origine.

8La zone IV comporte en outre, à l’est du bâtiment A, de nombreux négatifs de poteaux et de piquets dont la destination ne peut être clairement établie (stationnement des animaux ?). En zone III, la situation est un peu différente, car les négatifs se répartissent autour et à l’intérieur de la batterie de silos et de foyers. Sans plaider pour l’exacte (et indémontrable) synchronie de toutes ces structures, l’hypothèse d’une relation fonctionnelle est toutefois envisagée.

Les aires de traitement des récoltes

9En tout, 35 silos identifiables par leur creusement volumineux au profil globulaire ou piriforme ont été distingués. Leur concentration en groupes plus ou moins importants et la présence de graines dans certains d’entre eux confirment leur destination. Leur remplissage résulte d’un processus de comblement qui combine plusieurs agents : ruissellements, effondrements des parties en surplomb et apports intentionnels. Aucun témoignage d’un dispositif d’obturation en dur n’a été relevé (dalles, empierrement). Les silos forment quatre batteries : une en zone I, une en zone IV et deux en zone III.

10Les 18 foyers recensés se répartissent sur toute la surface (sauf en zone IV) et présentent une forte concentration en zone III (9 exemplaires). La plupart se caractérisent par un profil régulier et une ouverture circulaire ou oblongue, résultant d’un creusement soigné, et une faible profondeur (entre 0,20 et 0,50 m). Leur remplissage comporte en abondance de la terre cuite et des charbons de bois (fig. 5).

5. Coupes des foyers associés aux silos

5. Coupes des foyers associés aux silos

L’aire nord (zone I)

11On dénombre 10 silos dans ce secteur (n ° 1 à 10). En général, les volumes sont assez modestes (diam. moyen : 1,10 m ; prof. : 0,70 à 0,90 m), à l’exception du silo 1 qui atteint 1,35 m de prof. pour 1,80 m de diam. Deux d’entre eux (1 et 2) ont conservé leur profil piriforme. Les autres sont en forme de cuvette, la dégradation naturelle ou intentionnelle des parties en surplomb pouvant expliquer leur profil presque vertical. Les fonds sont généralement plats. Les remplissages ont fourni une quantité non négligeable de mobilier céramique (fig. 6).

6. Coupes de certains silos des zones I et III-ouest

6. Coupes de certains silos des zones I et III-ouest

12Ces fosses sont comblées par des séquences successives, sauf deux d’entre elles (4 et 5) dont le remplissage est homogène (sédiment argilo-sableux à rares charbons de bois et céramiques). Le même type d’organisation affecte les remplissages stratifiés : une première série de remblais horizontaux plus ou moins riches en matière organique occupent le fond ; le comblement supérieur est constitué de dépôts latéraux de texture et couleur proches du terrain naturel, issus de l’effondrement des parois et d’un comblement central plus riche en charbon de bois. Ce niveau sommital affecte une forte proportion des silos : il pourrait correspondre à une sorte de bouchon de condamnation. La paroi du grand silo 1 a conservé, par endroit, une couche d’argile plastique qui a pu faire office d’enduit d’étanchéité.

13Au sud de cette batterie, distants de moins de 10 m, se trouvent 3 foyers (n° 101 à 103). Ils présentent une ouverture circulaire (diam. moyen : 1,38 m) et une profondeur moyenne de 0,38 m. Le profil du foyer 101 est arrondi et les deux autres ont un fond plat.

14Un fossé (n° 201), reconnu sur 23 m (I. : 0,80 m), selon un tracé nord-est-sud-ouest semble contenir l’extension des installations agricoles de cette zone. Vestige de drain, d’emplacement de haie ou de clôture, c’est la seule trace conservée de délimitation des aires de travail.

Les aires sud (zone III)

15C’est dans cette zone que se concentre la majorité des structures de stockage et de combustion. Cependant, on observe nettement deux regroupements distincts (fig. 7).

7. Plan de détail des vestiges de la partie sud du site

7. Plan de détail des vestiges de la partie sud du site

Le groupe est

16Cet ensemble de 12 silos (n° 17 à 28) est concentré sur un espace assez restreint. Exceptés trois d’entre eux (19, 21, 22), ils sont remarquables par leur grande taille : leur profondeur peut atteindre 1,30 m (moyenne 1,05 m) et leur diamètre moyen est de 1,35 m. Certains profils piriformes sont conservés (21, 23, 25). A l’exception de la fosse 22, les silos de ce groupe présentent des remplissages hétérogènes. Dans les silos 17,20 et 25, par exemple, on retrouve la séquence de comblement en trois parties décrite plus haut. Le remplissage des autres fosses est constitué d’une succession de remblais plus ou moins organiques et de couches plus proches du terrain naturel argileux issues de l’érosion des parois. Quelques exemplaires présentent des particularités :

  • les "silos doubles" (26 et 28) correspondent à deux fosses assez profondes et contiguës, qui ont fonctionné séparément, mais qui ont été comblées simultanément suite à un probable effondrement de leur partie mitoyenne (fig. 8) ;

  • le silo 27 montre un profil dissymétrique avec une fosse plus basse accolée à un silo piriforme. Cette structure pourrait être une avant-fosse, à moins qu’il ne s’agisse également de deux silos dont l’intersection se serait effondrée (fig. 8).

17Au sud-est, la batterie est bordée par 4 foyers (n° 110 à 113). Trois d’entre eux sont de grande taille (diam. moyen : 2,05 m ; prof. entre 0,05 et 0,50 m).

8. Coupes de certains silos de la zone III-est

8. Coupes de certains silos de la zone III-est

Le groupe ouest

18Les 7 silos (n° 29 à 35) de cet ensemble, situé en contrebas du précédent, sont de dimensions plus modestes (diam. moyen : 0,92 m ; prof. moyenne : 0,67 m). Les silos 33 à 35 ont conservé leur profil d’origine. La fosse 30 montre un remplissage en trois séquences qui traduit la dégradation d’un profil piriforme ; les effondrements latéraux du terrain encaissant sont bien visibles (fig. 6).

19À ce groupe sont associés 3 petits foyers circulaires (n° 114 à 116), peu profonds, à proximité immédiate de petits silos (diam. moyen : 0,76 m ; prof. moyenne 0,13 m). Légèrement décalées à l’ouest de cet ensemble, 2 grandes structures à combustion de forme oblongue (n° 117 et 118) limitent la batterie (fig. 5 et 7). Le foyer 117 attire l’attention par son état de conservation et la disposition des branchages calcinés (3,05 x 1,20 m ; prof. : 0,40 m) (fig. 9). Les parois n’ont curieusement pas gardé de traces du feu. On retrouve seulement des nodules de terrain naturel rubéfié et induré dans tout le remplissage. Le foyer 118 est du même type mais n’a fourni que quelques branchages.

9. Foyer 117 (zone III)

9. Foyer 117 (zone III)

L’aire centrale (zone IV)

20Cette zone réunit seulement une demi-douzaine de silos (n° 11 à 16) ; 5 d’entre eux sont disposés grosso modo en rangée à la limite nord-est de l’aire, tandis qu’un dernier, isolé (n° 16), est proche du bâtiment A (fig. 4). Ce silo est remarquablement bien conservé (diam. ouverture : 1,20 m ; prof. : 1,42 m). Sa forme en ampoule est encore nette malgré l’affaissement partiel de la partie supérieure en surplomb. Le remplissage est constitué essentiellement de niveaux charbonneux résultant de rejets de foyers (fig. 6 et 10).

21Deux grandes fosses ovales (n° 203 et 204) sont les seuls aménagement situés de l’autre côté du bâtiment A. Malgré certaines similitudes avec les grands foyers 117 et 118 (taille, disposition), leur profondeur importante (1,40 et 1,70 m) et la nature de leur remplissage interdit de les assimiler à des structures de combustion. L’hypothèse de fosses de stockage destinées à d’autres produits et mettant en œuvre d’autres techniques de conservation que les silos classiques est envisagée (stockage semi-enterré), à l’instar de cas signalés en Provence et en Languedoc, où cohabitent également, au sein des aires de stockage, silos et fosses ouvertes (Reynaud 1990 : 82 ; Gamier et al. 1995:55).

Les autres aires (zones II, V, et VI)

22Divers foyers sont encore dispersés dans la partie nord du site, mais on ne relève aucun silo. En zone II, deux foyers circulaires (n° 104 et 105) encadrent un puissant trou de poteau. En zone VI, le foyer circulaire 106 est proche de deux autres foyers allongés (n° 107 et 108) (fig. 4). Tout près, la fosse 202, étendue (15,50 x 7,50 m) mais peu profonde (0,30 m en moyenne) montre un remplissage homogène de sédiments argileux gris. L’hypothèse d’une mare paraît la plus probable. Enfin, un grand foyer de plan ovale (n° 109) est situé non loin du bâtiment B, côté est.

Chronologie des vestiges

23Tout en gardant à l’esprit les limites de la documentation archéologique (conservation inégale des vestiges, chronologie relative des structures inconnue), on tiendra pour acquis que les équipements qui viennent d’être décrits ont connu une durée d’utilisation assez brève, comme en témoigne l’homogénéité du mobilier céramique, la relative uniformité des processus de remplissage et le nombre limité de cas de recoupement de fosses. Dans l’état actuel des connaissances, le mobilier est datable de la fin du XIe à la fin du siècle suivant ; certains fragments glaçurés peuvent même être rapportés au début du XIIIe s. (rapport Motte 1995). L’apport de la dendrochronologie est essentiel puisqu’il date le fonctionnement de l’un des foyers (n° 105) postérieurement à 1176, avec une forte probabilité que la date d’abattage de l’arbre dont provient la pièce brûlée se situe vers 1200, sans exclure une date plus récente, qui ne devrait, toutefois, pas dépasser 1250 (rapport Archéolabs, réf. ARC 95/R1395D).

Témoins d’agriculture

24La conservation, tant dans les silos que dans les foyers, de vestiges d’espèces végétales cultivées ou collectées, aide à préciser la destination des structures qui viennent d’être décrites. Quelques objets complètent le tableau des activités paysannes.

Les espèces végétales

25L’analyse anthracologique de huit échantillons (issus des silos 6, 9,10, 33 et 34 et des foyers 103,105 et 118) qui ont fourni 475 fragments de charbons de bois, renseigne sur les espèces employées comme bois de chauffe à Garavand et, partant, sur l’environnement végétal du site (rapport Archéolabs réf. ARC 95/R1395B et B2). Parmi elles, le chêne à feuilles caduques domine largement avec 79 % des fragments. L’aulne ou le noisetier ne représente plus que 14 % et provient essentiellement du grand foyer 118. Les autres espèces réunies constituent 7 % du lot : bourdaine, érable, fusain, hêtre, genre Prunus, Pomoïdés. Si le nombre de fragments par essence n’est pas un critère déterminant pour la proportion d’arbres utilisés, il n’en reste pas moins que la sur-représentation du chêne distingue le lot de Bény des résultats habituellement obtenus pour les résidus de foyers domestiques, dont les bois, issus probablement de ramassages systématiques, sont plus diversifiés. Deux explications sont possibles et peuvent se combiner : la recherche de qualités particulières (bois à fort rendement calorifique et à combustion lente) ou la possibilité d’utiliser des pièces de charpente réformées disponibles sur le site, comme le montre l’échantillon provenant du foyer 105.

26Sur les huit prélèvements mentionnés ci-dessus, seuls les silos 33 et 34 contenaient des macrorestes végétaux dont la carbonisation partielle a assuré la conservation. Le stock est constitué en grande partie de céréales à usage alimentaire. Les plus nombreuses sont le blé ordinaire ou froment et le millet. Le chénopode blanc, plante rudérale, est présent en forte proportion ; on ne peut exclure qu’il ait été utilisé aussi pour l’alimentation. Les autres espèces identifiées sont des céréales ou des légumineuses issues de cultures restreintes (orge, avoine, vesces) ; des fruits, amandes et graines provenant probablement de cueillettes ponctuelles (noisettes, pêches, pommes, glands) ; enfin, des plantes rudérales poussant dans les champs cultivés, sans utilisation particulière. On retiendra donc la prédominance des céréales panifiables (blé et millet), mais aussi la mention de céréales susceptibles de nourrir des animaux (avoine et orge). La faible représentation des légumineuses est à souligner, car elle s’accorde avec la spécialisation céréalière du site suggérée par les structures dégagées. Enfin, la présence affirmée de plantes rudérales signale un environnement de champs cultivés.

L’outillage

27Il est essentiellement représenté par des couteaux : 5 lames presque complètes et 12 fragments. Cette relative abondance suggère leur emploi à une étape des activités agricoles se déroulant sur le site. Une pierre à aiguiser en ardoise (5 x 20 cm) complète cet ensemble (fig. 11).

11. Pierre à aiguiser

11. Pierre à aiguiser

28Trois fragments de meules se rapportent plus précisément à la chaîne opératoire induite par le traitement des céréales. Ils sont tous en grès siliceux gris. Deux appartiennent à de simples meules dormantes, présentant une face polie par l’usure. Le troisième, qui provient d’un silo, appartient à la partie inférieure d’une meule rotative (diam. : 36 cm ; ép. : 5 cm).

29La découverte de fragments de meules est moins banale qu’il n’y paraît. Elle prend un relief particulier à Bény, où un fragment de meule rotative provient précisément d’un silo. En réalité, l’association archéologique de meules et de silos à grains n’est pas si fréquente. Un cas très parlant est signalé pour le Xe s. à Bailleten-France, Val-d’Oise (Un village au temps de Charlemagne 1988 : 223). Si cet objet témoigne bien de la mouture des grains sur le lieu même du stockage, il plaide pour des réserves à caractère familial et destinées à la consommation courante. Dans cet ordre d’idée, on rappellera que la majorité des céréales identifiées à Bény sont des espèces panifiables. Mais rien n’empêche que cohabitent, dans une même aire de stockage, des réserves à court et à moyen terme, à consommer ou à semer. C’est l’impression qui ressort de l’analyse très pertinente des aires d’ensilage haut médiévales de Lunel Viel, Hérault (Reynaud 1990 : 89-91).

Portrait d’exploitation

30Si l’interprétation des vestiges mis au jour à Garavand comporte une part d’incertitude, comme pour la plupart des sites ruraux, leur organisation spatiale est, plus qu’ailleurs, évocatrice des activités qui s’y sont déroulées. Certes, la destination exacte des trois bâtiments mis au jour ne peut être définitivement tranchée. A titre d’hypothèse, on retiendra l’association d’un bâtiment d’habitation (éventuellement B, le plus grand et le plus complexe) et de deux annexes agricoles. L’absence de foyer à l’intérieur du bâtiment Β peut être en partie compensée par la proximité du foyer externe 109. Mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse dans tous les cas de bâtiments à vocation utilitaire. La relative abondance du mobilier domestique (près de 1400 fragments de poterie) dans le remplissage des structures en creux plaide, en tout cas, pour la proximité d’un lieu de résidence. Il faut rappeler, à cet égard, que l’extension de l’occupation médiévale n’est pas connue et que d’autres constructions équivalentes ont été aperçues par sondages à quelques dizaines de mètres au sud de la zone fouillée.

31Mais la fouille a été surtout l’occasion d’observer, réunis en un même lieu, les témoins des différentes étapes du traitement des récoltes. La place majoritaire prise par les techniques d’ensilage indique que l’essentiel des ressources concernées ici sont des céréales, ce que confirment les restes végétaux analysés où prédominent largement le blé et le millet.

Le stockage des récoltes

32Des aires d’ensilage se répartissent à l’est et au sud des bâtiments, soit sur la partie sommitale du site, la moins sujette aux ruissellements. Mais l’implantation des batteries pourrait répondre à d’autres contraintes. On a signalé plus haut le fossé 201 qui borde l’aire I à l’ouest. Pour le reste, l’espace vide qui sépare les aires I et II du reste des équipements correspond à l’implantation actuelle d’une haie qui limite deux parcelles. Il est donc impossible de déterminer si les structures étaient régulièrement réparties sur tout le site ou si des espaces vides (ouest du bâtiment A, par exemple) étaient réservés à des activités ne nécessitant pas d’aménagements particuliers, si ce n’est une surface dégagée : lieu de décharge des récoltes pour séchage en plein air, en gerbes ou en meules ; aire pour le dépiquage ou le battage au plus près des lieux de stockage, opérations réalisées en une fois ou au fur et à mesure des besoins, cette seconde solution étant préférée à la première en région humide (Garcia 1996, Cornet 1992).

33Les silos sont à peu près regroupés par taille : à la série des petits silos de la zone III-ouest, répond le groupe des grands exemplaires de la zone III-est. Les silos des zones I et IV constituent un ensemble intermédiaire. Mais, comparés aux exemples fournis par l’archéologie, ils sont globalement avantageux. Ainsi, par rapport aux observations faites pour le midi de la France, leur capacité est presque toujours égale ou supérieure à la catégorie estimée la plus volumineuse (11 hl en moyenne) (Raynaud 1990 :83-85). En revanche, pour prendre une comparaison plus proche, ils n’atteignent pas le volume des beaux spécimens de Rillieux-la-Pape, Rhône (cf. monographie correspondante).

34Les vestiges liés aux réserves alimentaires, notamment enterrées, font partie des découvertes archéologiques courantes. La relative variété des formes et dimensions de silos sur un même site est une constante, mais, à notre connaissance, leur répartition spatiale en fonction du gabarit offre rarement la lisibilité rencontrée à Garavand Vu le soin apporté au creusement des fosses, les différences de taille ne sont pas fortuites : à l’évidence, elles reflètent des conditions et des impératifs que l’on peut énumérer, sans être en mesure de privilégier telle ou telle interprétation. Les silos seraient adaptés à la diversité des espèces et des rendements ; ils accueilleraient des quantités différentes de grain selon qu’ils conserveraient les réserves à consommer ou à planter; chaque groupe de silos appartiendrait à une communauté donnée, dotée d’une capacité de stockage en rapport avec son importance et ses usages ; enfin, les différentes batteries témoigneraient de phases d’aménagement successives de l’aire d’ensilage, reflétant certains changements dans la gestion des récoltes. Plusieurs de ces hypothèses peuvent d’ailleurs se combiner.

35Des traces de divers aménagements sont à signaler sous la forme d’une constellation de trous de poteau de taille variée. Leur concentration en zone lll-est est sensible. Même en admettant que toutes ces perforations résultent d’aménagements successifs, certains regroupements de trois à six supports, sans dessiner au sol des plans vraiment réguliers, pourraient signaler l’ancrage de petits édicules en rapport avec le traitement des récoltes, greniers ou plates-formes surélevés par exemple, ou encore dispositifs de protection des silos. Ainsi, les exemplaires 17, 18 et 20 sont entourés de trois à quatre trous de poteau ou de piquet ; les silos sécants 26 voisinent avec un négatif de grande taille.

36L’association de silos et de greniers surélevés dans un même espace agricole, au Moyen Âge, est attestée à maintes reprises par l’archéologie européenne, en vertu de la complémentarité des modes de conservation, ventilés ou confinés, soit qu’il s’agisse de différentes étapes de la chaîne opératoire (séchage sous abri des récoltes en gerbes ou en épis avant décorticage des grains pour l’ensilage, par exemple), soit qu’il s’agisse de récoltes diversifiées nécessitant plusieurs techniques de stockage (plantes fourragères, légumineuses, céréales...) (Sigaut 1981). D’ailleurs, le site de Garavand pourrait compter une troisième solution de conservation, si les fosses oblongues proches du bâtiment A (n° 203 et 204) sont bien des sortes de silos semi-enterrés.

La préparation des céréales

37L’aménagement, dans trois des quatre batteries, de foyers circulaires est à souligner. La disposition n’est d’ailleurs pas constante : ils sont un peu à l’écart des silos en zones I et III-est, tandis qu’ils les jouxtent en zone III-ouest. Dans ce dernier secteur, les deux grands foyers allongés semblent faire partie intégrante du dispositif. En outre, il existe un rapport direct entre le volume des silos et la taille des foyers circulaires associés. Foyers et silos paraissent donc réunis à une certaine étape du traitement des récoltes. Rappelons que la conservation en silos est, dans nos contrées, réservée à des céréales battues, vannées et parfaitement sèches. Il ne serait pas superflu qu’à Garavand le séchage par simple ventilation soit complété par le chauffage artificiel des grains. Les traces d’ancrage au sol visibles autour de certains foyers (comme 110 et 112, cantonnés chacun par deux trous de poteau et 104 et 105 qui sont symétriques par rapport à un gros négatif de support) pourraient signaler des aménagements, sortes de claies, destinés à disposer les denrées au-dessus de la source de chaleur. Les grains carbonisés provenant de plusieurs structures ne sauraient prouver la pratique du grillage des céréales. Néanmoins, rien ne s’oppose à ce que les installations décrites ci-dessus y aient participé. Pour les spécialistes, le grillage préalable à l’ensilage assure une meilleure conservation de certaines céréales ; préalable à la consommation, il favorise le décorticage des espèces dites vêtues, comme le millet (Sigaut 1981 : 160-162 ; Cornet 1992 : 370-372). Les grandes fosses foyères allongées, proches ou en retrait, faciliteraient l’alimentation en braises des foyers circulaires.

38Ces procédés traditionnels, connus surtout par l’ethnographie, sont également révélés par l’archéologie. On citera les exemples de la Cocherais-en-Tinténiac, IIIe-et-Vilaine, où de nombreuses "tranchées-foyers", riches en restes végétaux carbonisés, voisinent avec des groupes de silos (Un bout de chemin 1992 : 44). A Vert-Saint-Denis, Seine-et-Marne, coexistent, près de silos, un simple foyer en fosse et un véritable petit four doté d’une superstructure (Koeler 1993 : 120). Le cas le plus proche de Bény est celui de Dassargues, Hérault, où des foyers en fosses circulaires, peu profonds, de 0,50 m de diamètre environ, sont installés au sein des batteries de silos de l’établissement des Xe-XIe s. Mais une ferme du VIe s. livre des vestiges analogues qui ont conservé les traces des dispositifs qui les surmontaient (Garnier et al. 1995 : 37 et 56).

Conclusion

39Le site de Garavand à Bény éclaire notablement notre connaissance des pratiques agricoles dans la Bresse du XIIe s. Mais, en même temps, le statut de ces installations soulève plusieurs questions. S’agit-il d’un établissement paysan à part entière, abritant de façon permanente une communauté paysanne, ou d’une aire de travail spécialisé, à l’écart de l’habitat proprement dit, mais à la limite des terres cultivées ? A ce point de la réflexion, il faut rapprocher le site de Bény de plusieurs cas régionaux présentés dans ce volume (Jons, Rillieux-la-Pape, Meyzieu), pour lesquels l’hypothèse de sorte de "postes avancés" dévolus au traitement des récoltes a été formulée. Dans tous ces cas, ressortent également les traits d’une organisation communautaire du travail et de la gestion des récoltes, que l’on est tenté de mettre en rapport avec un habitat groupé dont la configuration échappe.

40Mais la comparaison s’arrête là et Garavand fait figure, à ce jour, de phénomène isolé. En raison de sa chronologie d’abord : postérieur d’au moins un siècle aux exemples précités, l’hypothèse d’un habitat pré-villageois est exclue (l’église paroissiale de Bény, au bourg actuel, est mentionnée dès le XIIIe s) ; en raison, également, des indices d’une occupation agricole durable, au voisinage immédiat de la zone fouillée, qui se manifeste dès le XVIe s. par l’existence du Domaine de Garavand. En cela, notre site s’écarte nettement de l’échantillon régional où le caractère éphémère des établissements paysans du plein Moyen Âge est une constante. Cette pérennité vient à l’encontre de l’hypothèse d’une installation temporaire liée aux travaux saisonniers. Les vestiges décrits ici semblent donc bien s’intégrer à un établissement permanent, habitat intercalaire à l’origine de ce qui fut, jusqu’aux travaux autoroutiers, une très belle ferme bressane.

Bibliographie

Documentation

Motte 1997 : MOTTE (S.). — Bény, Domaine de Garavand (Ain). Pages d’archéologie médiévale en Rhône-Alpes, IV, 1997, p. 37-45.

Rapport Gourgousse et al. 1994 : GOURGOUSSE (Y.) dir. — Le site gallo-romain et médiéval du Domaine de Garavand à Bény (Ain). Rapport de sondages. Lyon-Besançon : SRA Rhône-Alpes et Franche-Comté, 1994, 18 p., 17 fig.

Rapport Motte 1995 : MOTTE (S.) dir. — Bény (Ain), domaine de Garavand. DFS de fouille préventive, autoroute A 39. LyonBesançon : SRA Rhône-Alpes et Franche-Comté, AFAN, SAPRR, 1995, 60 p., 29 fig.

Rapport Le Barrier 1996 : LE BARRIER (C.) dir. — Les bâtiments du domaine de Garavand à Bény (Ain) : archéologie du bâti. DFS, autoroute A 39. Lyon-Besançon : SRA Rhône-Alpes et FrancheComté, 1996, 53 p., 108 fig.

Table des illustrations

Titre 1. Localisation du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 2. Domaine de Garavand : topographie du secteur et emprise de la fouille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 3. Façade sud de la grange du Domaine de Garavand
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 4. Plan des vestiges du Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 5. Coupes des foyers associés aux silos
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 6. Coupes de certains silos des zones I et III-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 7. Plan de détail des vestiges de la partie sud du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 8. Coupes de certains silos de la zone III-est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 9. Foyer 117 (zone III)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 10. Silo 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 11. Pierre à aiguiser
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access