Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 6. Vivre et travailler à la campagne

Élise Faure-Boucharlat, Vianney Forest, Claude Olive et Dominique Lalaï

Texte intégral

1Restituer les activités qui se sont déroulées dans les établissements évoqués tout au long de ce volume est un exercice délicat qui comporte une large part d’hypothèse. Si la vocation agricole de la quasi totalité d’entre eux est, peu ou prou, révélée par l’archéologie, il faut bien le reconnaître, les preuves formelles manquent le plus souvent sur la destination exacte des constructions. Mais l’organisation spatiale des bâtisses et des équipements associés permet, de manière plus ou moins satisfaisante, de recomposer l’aspect général des exploitations. Les sites les plus lisibles — ce ne sont pas les plus nombreux — qui se rapprochent le plus nettement de la "ferme", au sens où nous l’entendons aujourd’hui, regroupent trois à quatre bâtiments distincts. On croit reconnaître les habitations dans les plus vastes d’entre eux, les mieux construits ou les mieux équipés. On restitue aux autres un rôle d’annexes agricoles ou de locaux techniques : étables, granges, greniers, ateliers, remises... Dans d’autres cas, où l’occupation de l’espace est plus étendue et moins structurée, et où les maisons ne sont pas identifiées, on a de bonnes raisons de douter qu’exploitations et habitats paysans soient systématiquement liés.

2À y regarder de plus près, les faits archéologiques ne manquent pas, qui témoignent des activités paysannes. Ce sont les structures de stockage et de conservation des récoltes qui en sont les témoins les plus courants ; d’autres vestiges illustrent parfois les pratiques de préparation des produits avant leur stockage. Ce sont aussi les restes de faune qui restituent les pratiques alimentaires et permettent d’approcher la composition et la gestion du cheptel. Ce sont encore quelques échantillons de végétaux qui rendent partiellement compte des espèces cultivées. Ce sont enfin les rares outils qui se rapportent aux travaux des champs.

L’organisation des établissements

3Dans notre région, il n’existe pas de "portrait type" de l’exploitation agricole ; il serait même exagéré de parler de similitude générale des habitats ruraux, comme on a pu le faire dans d’autres régions plus septentrionales, notamment pour l’époque carolingienne, où les chercheurs sont parvenus à établir une définition concrète de "l’unité d’exploitation", qu’ils mettent en rapport avec les manses citées par les textes contemporains : un bâtiment principal et un ou deux bâtiments annexes, auxquels s’ajoutent divers équipements, tels que quelques cabanes excavées, fours, greniers (L’Ile-de-France 1993 :180 ; Un village au temps de Charlemagne 1988 :139). Les cas évoqués ci-dessous soulignent, au contraire, la diversité des formes tout au long du Moyen Âge. De fait, les démonstrations sont souvent fragiles, car l’extension réelle des sites est rarement connue. A quoi s’ajoute une incertitude de taille, la chronologie relative des structures, dont l’exacte coexistence n’est probablement qu’apparente. Par conséquent, les modifications de l’occupation sur un même site, glissement ou extension par exemple, sont difficiles à saisir, faussant d’autant l’appréciation de l’organisation spatiale des établissements.

S’installer "à l’antique"

4On tiendra pour particulière la situation des grands établissements mérovingiens de la Châtelarde à Poncin et du Bivan à L’Albenc, dont on a démontré, tant dans les monographies qui leur sont consacrées que dans les chapitres qui précèdent, les relations topographiques avec une occupation antique bien structurée.

5La surface fouillée à Poncin n’a pas permis d’avoir une vision suffisamment large de l’organisation des lieux et donc de leur fonctionnement. On remarque cependant que l’occupation du haut Moyen Âge ne se contente pas de s’inscrire dans l’espace de l’établissement du Bas-Empire, comme le montre l’exemple de réutilisation d’un bâtiment à plan complexe (bât. A) ; on construit aussi de toutes pièces, dans le courant du VIe s., au moins un nouveau bâtiment (bât. B) à l’extérieur de l’enclos maçonné antique, lequel est modifié pour en permettre l’accès (fig. 4et 11, Poncin).

6On s’attardera davantage sur le cas de L’Albenc, dont la longévité, certes avec des interruptions, de l’Antiquité à l’an mil, autorise des observations intéressantes. Outre la fidélité au plan de la villa rurale, induite par la volonté de réutiliser les constructions préexistantes, on note que l’agrandissement des surfaces bâties, durant le haut Moyen Âge, pourrait pérenniser la distinction entre locaux résidentiels et locaux de service. Bref, il en ressort un ensemble structuré, délimité par un système de palissades ( ?), auquel échappe un seul bâtiment, dont l’identification comme grenier fait doute (fig. 4 et 5, L’Albenc). A vrai dire, la spécialisation des espaces, telle qu’elle est proposée, repose sur un double a priori : que les constructions les plus solides et les plus élaborées reviennent à l’habitat et que le schéma traditionnel, pars urbana, pars rustica, puisse se plaquer sur l’occupation du haut Moyen Âge. Les faits archéologiques sont beaucoup moins convaincants.

Les exploitations du haut Moyen Âge

7Ailleurs, sans rapport direct, du moins matériel, avec une occupation antique, les sites présentent les traits généraux de l’exploitation paysanne du haut Moyen Âge d’Europe occidentale. Il en ressort une image de précarité, liée à l’emploi du bois pour principal matériau de construction, et d’éparpillement, due à une utilisation de l’espace qui dédaigne les plans orthogonaux, caractéristiques de l’Antiquité ; en outre, l’absence de limite nettement matérialisée, type enclos, renforce cette impression.

8L’exploration du site des Grandes Croix à Beynost (VIIe-VIIIe s.) n’a pas été exhaustive : on ne connaît donc que partiellement l’organisation spatiale de cet établissement. Mais ce qui frappe, c’est la dispersion des structures sur près d’un hectare. Celle-ci pourrait résulter de ce que la fouille concerne la marge d’un établissement ou la zone de jonction entre deux unités d’exploitation. Le doute tient essentiellement au fait que deux bâtiments distants de plus de 50 m l’un de l’autre, de taille et de type bien différents, chacun doté d’un ou deux foyers, peuvent prétendre au rôle d’habitation. Mais les divers équipements qui se répartissent à leur voisinage, foyers de plein air. fosses, palissade, probablement un grenier et un grand four culinaire, ne composent pas des ensembles compartimentés (fig. 2, Beynost). Malgré ces incertitudes, on constate, au moins, une nette hiérarchie entre les bâtiments dotés de foyers (A et B) et les autres constructions plus petites et plus simples (C et D).

9Le cas de Château-Gaillard ne peut être évoqué qu’avec prudence, tant les difficultés de datation des constructions de ce vaste site sont grandes (superposition de structures d’époque différente, mobilier peu abondant et déplacé). Une chose est incontestable : la "phase pionnière" de l’occupation (Ve-VIe s.) s’illustre, entre autres, par de petites constructions à sol excavé, autrement dit fonds de cabanes, dont sept exemplaires ont été mis au jour. Il est tout à fait probable qu’elles ont fonctionné avec certains des bâtiments de plain-pied (à une ou deux nefs) et des constructions surélevées du type grenier, bien que l’on n’ait pu le prouver archéologiquement. Autre question : ces sept cabanes sont-elles les rescapées d’un groupe plus nombreux et plus dense ? Sinon, que penser d’une telle dispersion (près de 500 m séparent l’exemplaire le plus septentrional du plus méridional), très éloignée des répartitions habituellement restituées par les fouilles d’Europe occidentale où, sauf exception (par exemple Portejoie en Normandie ou Brébière en Pas-de-Calais), plusieurs cabanes gravitent autour d’une ou plusieurs constructions plus importantes, établies au niveau du sol (L’Ile-de-France 1993 ; Bayard 1995) ? Le site bourguignon de La Borde à Genlis, Côte-d’Or, fournit un précieux élément de comparaison en donnant la mesure de tout ce que l’on ignore encore du Château-Gaillard mérovingien. Sur seulement deux hectares, il réunit 22 cabanes excavées et presque autant de grands bâtiments de plain-pied, sans oublier toute une série de petits édicules annexes (Catteddu 1995). Si l’on admet que chacune des cabanes de Château-Gaillard est l’élément le plus lisible d’un groupe de constructions, on aurait, en pointillés, l’image d’un "chapelet" de petites unités agricoles, réparties plus ou moins régulièrement sur la bordure de la terrasse du Recourbe. Par conséquent, l’hypothèse, peu évidente de prime abord, d’un regroupement d’exploitations dès les premiers temps mérovingiens, peut être sérieusement envisagée.

10Pour autant, la destination des cabanes de Château-Gaillard pose problème, peut-être encore plus qu’ailleurs, du fait, on l’a dit, de l’impossibilité de les mettre assurément en relation avec d’autres bâtiments. De très nombreuses découvertes archéologiques, notamment en France, ces quinze dernières années, permettent, par analogie, de cerner les possibilités. En l’absence d’indices irréfutables, les chercheurs restent très prudents (Chapelot 1980 ; Schweitzer 1984 ; Cattedu 1992 ; Lorren, Périn 1995) et assimilent le plus souvent ces édicules à des locaux annexes des maisons d’habitation, réservés à des activités domestiques particulières ou à des travaux artisanaux, mais aussi au stockage et à la préparation de denrées (certains abritent des silos). Parmi ces différentes possibilités, il faut faire une place particulière à l’artisanat textile qui est l’activité la mieux illustrée par l’archéologie, notamment sur les sites d’Europe du Nord (Zimmermann 1982b), mais aussi par quelques cas français, comme par exemple Bussy-Saint-Georges, Seine-et-Marne (L’Ile-de-France 1993 : 187), la Grande Paroisse, Seine-et-Marne, Baillet-en-France, Val-d’Oise (Un village au temps de Charlemagne : 147 ; 281), Béon et Villemanoche, Yonne (Perrugot 1984). D’après certains chercheurs, les cabanes ont pu également servir d’habitation pour des groupes de statut inférieur ou des populations non stabilisées (Farnoux 1995) ; mais cette hypothèse connaît de moins en moins de succès. Pour en revenir à Château-Gaillard, le matériel issu du remplissage de plusieurs structures (vaisselle de terre et de verre, rejets culinaires, quelques objets de métal), probablement déplacé, n’est pas propre à évoquer d’activité spécialisée. L’absence générale de traces d’aménagement intérieur ne facilite pas davantage l’interprétation, d’autant que la présence d’un niveau de sol en fond de fosse ne peut être toujours confirmée et laisse ouverte l’hypothèse de sols surélevés (planchers ?), ramenant éventuellement certaines fosses à un rôle de simple vide sanitaire. La vocation de ces cabanes reste donc incertaine et un usage polyvalent peut être admis : ateliers, réserves, fenils, bergeries, voire même logement des hommes, ne serait-ce qu’occasionnellement, malgré leur surface restreinte.

11L’occupation de la terrasse du Recourbe sur la longue durée offre l’occasion, unique pour la région, d’observer la poursuite du processus d’agrégation de l’habitat paysan. Ainsi, lors de la dernière phase d’occupation, soit à la fin de l’époque carolingienne, prévalent des modalités d’installation particulières : on a parlé plus haut de proto-village (cf. chap. 1). On a également noté que la distribution des grands bâtiments qui le composent n’est pas régulière : lâche dans la partie nord du site, beaucoup plus dense dans la partie sud, où la disposition semble en partie contrainte par un chemin et des fossés (fig. 4 et 5, Château-Gaillard). Certains bâtiments voisinent avec des édifices de taille nettement plus modeste, au niveau du sol ou surélevés ; mais là encore les attributions chronologiques sont délicates et les associations non formellement démontrées. A la différence de grands sites, à peu près contemporains, découverts dans d’autres régions françaises (Picardie, Ile-de-France, Bourgogne), l’agglomération de Château-Gaillard ne semble pas procéder de la cohabitation d’unités d’exploitation plus ou moins autonomes. L’interprétation doit alors prendre en compte le caractère très particulier des longues maisons à trois vaisseaux, dont la structure et les dimensions laissent penser qu’elles ont abrité des espaces à vocations diverses : habitations et locaux agricoles (granges, réserves, étables...). Ce système du "tout en un" pourrait expliquer, notamment pour la partie sud du site, cette organisation originale de bâtiments rapprochés.

Les exploitations du Moyen Âge central

12Durant le Moyen Âge central, la diversité des formes de l’exploitation agricole se renforce. On rencontre encore des établissements de conception "classique" qui regroupent, sur un espace relativement restreint, habitat et dépendances agricoles. Mais parallèlement, se fait jour une pratique qui modifie la manière d’investir l’espace : la place généreusement dévolue aux activités de plein air, notamment stockage et traitement des récoltes. Cette suprématie des structures découvertes par rapport au bâti fait l’originalité de certaines exploitations, dont la vocation résidentielle semble passer au second plan.

Des équipements regroupés

13Ce tour d’horizon nous ramène, une fois encore, à L’Albenc. Au fond, aux Xe-XIe s., l’organisation spatiale de l’exploitation qui prend place au Bivan, avec ses quatre bâtiments de bois rapprochés et disposés perpendiculairement les uns aux autres, n’est pas si différente de celle de l’établissement mérovingien à plan groupé, elle-même prédéterminée par le bâti antique (fig. 5 et 7, L’Albenc). Partant du principe que les mêmes besoins produisent les mêmes effets, on est tenté de transposer aussi la dévolution des locaux : habitat au centre (bât. D), annexes au nord et au sud (bât. Β et C) et grenier ou grange à l’ouest (bât. A). On retire alors l’impression d’une ferme à part entière, n’occupant certes pas plus de 2 500 m2, mais regroupant les différentes fonctions autour d’une "cour" en L, où se concentre la majorité des fosses, silos et autres. Toutefois, quelques structures isolées gravitent autour de cet ensemble.

14En définitive, c’est peut-être Bény, le plus septentrional et le plus jeune de nos sites (XIIe s.), qui fournit l’image la plus claire de ce que pouvait être l’une de ces exploitations à composition groupée. Celle-ci se développe tout de même sur 8 500 m2 (fig. 2, Bény). Il ne s’agit probablement pas d’une unité agricole isolée, mais d’une partie d’une sorte de hameau (des sondages à plus de 50 m au sud de la zone étudiée ont montré l’extension des vestiges). Trois bâtiments de taille à peu près équivalente, disposés autour d’un espace libre de structures en sont les éléments majeurs. Aucun d’eux n’est doté de foyer intérieur ; mais le bâtiment B, qui possède un auvent et jouit de la proximité d’un grand foyer extérieur, pourrait être l’habitation. Le bâtiment A, le plus méridional, semble le pôle d’attraction de la majorité des silos et des foyers qui leur sont associés, particulièrement concentrés au sud (zone III). Toutefois, une autre aire d’ensilage, plus lâche, se trouve quelque peu isolée à la limite nord-est de l’espace fouillé. Enfin, une excavation de près de 120 m2 pourrait signaler une réserve d’eau, à proximité du bâtiment B. Outre ces éléments principaux, une multitude de petites installations (abris, supports, palissades ?) dont les points d’ancrage, poteaux ou piquets, ont criblé le sol, complètent le portrait d’une unité agricole particulièrement bien structurée.

L’aménagement "extensif" de l’espace

15Parmi les établissements susceptibles d’être rangés dans cette catégorie, tous datés des Xe-XIe s., celui de Chatuzange-le-Goubet constitue un moyen terme entre les deux formes d’organisation spatiale, regroupée ou dispersée. En effet, s’il comporte encore, comme dans les cas précédents, des bâtiments bien caractérisés, relativement rapprochés les uns des autres, l’occupation s’étale sur plus de 5000 m2 (fig. 1, Chatuzange-le-Goubet). En outre, la zone des constructions et l’aire d’ensilage, qui occupe près des trois quarts de la superficie reconnue, sont nettement séparées par un espace vierge de vestiges et d’autres espaces, apparemment vides, morcellent le site. Certes, les trois bâtiments ne montrent guère de hiérarchie (dimension, structure...) qui aiderait à en restituer la dévolution ; aucun foyer n’a été repéré, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur. Rien ne s’oppose toutefois à ce que l’un ou l’autre ait abrité l’habitat.

16Au nord-est de Lyon, le site des Balmes à Rillieux-la-Pape offre le paradoxe, souligné plus haut, de livrer la plus belle série d’équipements de plein air, mais pas de traces de construction. En réalité, le foisonnement de ces quelques trois cents structures en creux, réparties sur près de deux hectares, n’est qu’apparent; l’analyse montre une organisation relativement rigoureuse : ainsi s’individualisent une douzaine de batteries de silos, des aires de rejets et deux grandes zones foyères avec fours et fosses cendriers (fig. 17, Rillieux-la-Pape). La nature et le nombre des structures, ainsi que leur regroupement fonctionnel, font évidemment penser à une gestion collective des activités et des récoltes. Comme dans l’exemple évoqué ci-dessus, on est frappé par l’intégration de larges espaces libres dans cet agencement. L’hypothèse que ces étendues aient pu accueillir des constructions disparues sans laisser d’indices archéologiques ne peut être totalement exclue, mais la répétition du phénomène, ici comme ailleurs, conduit à envisager une autre interprétation : ces espaces ont pu être réservés à des activités ne nécessitant pas d’aménagement particulier, en rapport avec le traitement des récoltes, comme le séchage, le battage ou le vannage, sans oublier le pacage des animaux, voire certaines cultures. A Rillieux-la-Pape, le grand vide central (près de 3 000 m2) pourrait avoir été occupé par une prairie, comme le suggèrent certaines analyses polliniques.

17Les fouilles conduites à Meyzieu, La Chapelle, sur une superficie équivalente à celle des Balmes, livrent une image sensiblement différente. Mais l’organisation obéit aux mêmes principes : suprématie des aires de plein air et découpage de l’espace en zones d’activités plus ou moins spécialisées : stockage aérien, stockage enterré, zone réservée aux structures hors sol. etc. (fig. 3, Meyzieu). Ces aires paraissent plus nettement matérialisées que dans les autres cas, en raison du découpage de l’espace par un système de fossés, dont plusieurs segments ont pu être observés, notamment entre les zones 2, 3 et 5. Les "parcelles" ainsi délimitées sont beaucoup plus vastes que celles dessinées à Communay, Charvas, par un découpage du terrain en lanières étroites ; mais dans ce cas, s’agit-il davantage de caniveaux destinés à la gestion des eaux de surface que de fossés structurant l’espace ?

18Les cas qui viennent d’être évoqués s’intègrent à une série de sites répartis dans la plaine lyonnaise et le nord du Viennois, où, selon le cas, fours, silos et autres fosses, greniers et autres petites constructions utilitaires, sont les seuls témoins mis au jour. Ces équipements agricoles ne semblent pas en relation topographique étroite avec les bâtiments d’habitation, même si l’on doit faire la part de la disparition d’éventuelles installations de surface. Désignés dans le premier chapitre comme "aires agricoles", ces établissements s’écartent sensiblement du schéma de l’exploitation courante, non seulement par l’occupation dilatée de l’espace, mais aussi par des équipements agricoles conçus pour un usage collectif. Un tel phénomène ne semble pas propre à la région, puisqu’on en retrouve d’autres illustrations en France, sensiblement à la même époque. Les chercheurs qui se sont attachés à l’étude des terroirs agricoles dans la région de Lunel, Hérault, notent également le regroupement des équipements liés à la céréaliculture dans des aires spécialisées, à la limite des zones cultivées (Garnier et al. 1995 : 57). Dans le même secteur, à Aimargues, Gard, les fouilles récentes de Saint-Gilles le Vieux, montrent que l’espace dévolu à l’ensilage et au traitement des récoltes occupe une situation intermédiaire entre habitat et champs (Maufras et al. à paraître). Si ces découvertes livrent une image peu précise de l’habitat paysan proprement dit, elles apportent, en revanche, de précieuses données sur les façons agricoles.

Végétation et cultures

19Les données archéologiques réunies dans ce volume n’offrent pour ainsi dire pas d’informations directes sur l’environnement des sites explorés. Les programmes de fouille ne se sont pas élargis à l’approche du paysage et les moyens qui auraient contribué à une archéologie agraire n’ont pas été mis en oeuvre dans le cadre des opérations préventives. Des terroirs où s’inscrivaient les établissements fouillés et des traces de leur exploitation par l’Homme, on ne sait, hélas, presque rien. Une stratégie de prélèvements végétaux plus systématique aurait, à coup sûr, largement enrichi l’approche des activités agricoles et de leur contexte naturel. Toutefois, les informations fragmentaires glanées sur les différents sites, permettent, mises bout à bout, d’évoquer une partie des techniques agraires.

Les travaux des champs

Les espèces végétales

  • 1 Les sites ayant donné lieu à des analyses de flore sont les suivants (Laboratoire Archéolabs, Le Ch (...)

20Les plantes cultivées, ou celles qui composaient l’environnement végétal de quelques-uns de nos sites, peuvent être ponctuellement évoquées à partir de l’interprétation d’une petite série d’analyses de flore1. Les échantillons polliniques proviennent, pour la plupart, du comblement de fosses silos après vidange et abandon : plus que sur les produits stockés dans celles-ci, ils nous renseignent davantage sur leur environnement cultivé ou naturel (Rillieux-la-Pape, Jons, L’Albenc). Dans de telles conditions de gisement, les restes végétaux directement interprétables sont fort peu nombreux. Parfois, l’analyse de bonnes séries de charbons de bois complète les informations sur les essences arborées environnantes (Bény, Meyzieu).

21Les différentes informations recueillies pour la région lyonnaise sont complémentaires parce qu’elles appartiennent à la même fourchette chronologique : Xe-XIe s. A Jons, comme à Rillieux-la-Pape, l’environnement végétal reflété par les pollens indiquent un milieu humide, où dominent les espaces en prairies entretenues, ponctuellement occupés par des sous-bois ou des haies, où le noisetier et l’aulne sont majoritaires. La culture des céréales est directement attestée dans quelques échantillons ; mais elle l’est plus fréquemment, indirectement, par les pollens de plantes messicoles (mauvaises herbes) qui accompagnent les céréales cultivées, et par les plantes rudérales qui colonisent les espaces incultes (ruines, chemins) et dont la dispersion est favorisée par la circulation des hommes et des animaux aux abords des champs. Il est intéressant de noter que ces deux sites livrent des témoins de chanvre et/ou de houblon, peut-être cultivé. La végétation de secteurs plus ou moins éloignés des zones fouillées se signale, à Jons, par des pollens de pin. Mais c’est à Meyzieu, établissement tout proche, que l’environnement arboré est le mieux représenté (charbons de bois) : le paysage qui se dessine semble marqué par la forêt où domine le chêne, associé sporadiquement au saule, à l’orme ou au peuplier.

22Nettement plus au sud, dans la vallée de l’Isère, la situation restituée à partir des échantillons de L’Albenc (occupation Xe-XIe s.) n’est pas très différente, si ce n’est, une ambiance peut-être moins humide. On retrouve les plantes prairiales et rudérales, témoins d’espaces mis en culture ; une seule fosse fournit des restes de céréales cultivées. La forêt proche est représentée par le pin et le bouleau, les espèces de sous-bois ou de taillis par le noisetier et l’aulne.

23Au coeur de la Bresse, le site de Bény (XIIe s.) est le seul à avoir fourni des restes végétaux en quantité notable, dont la carbonisation partielle a assuré la bonne conservation. Il en ressort une image assez claire des espèces cultivées et stockées. Dominent les céréales à usage alimentaire, essentiellement du blé ordinaire et du millet. D’autres céréales, éventuellement pour les animaux (orge, avoine), ou des légumineuses (vesces), indiquent des cultures plus restreintes. La présence affirmée de plantes messicoles et rudérales signale des espaces humanisés dans un environnement de champs cultivés. On relève, enfin, quelques témoins de cueillettes ponctuelles (pommes, noisettes, pêches...).

24Les échantillons sont trop peu nombreux et les résultats trop disparates pour tirer des généralités sur l’agriculture régionale. On notera la prédominance des céréales, et, lorsqu’elles sont déterminées, celles des espèces panifiables (froment, millet). Ces données sont en accord avec la nature des structures fouillées et placent les découvertes régionales dans le concert des observations générales faites pour le Moyen Âge central en France (Ruas 1990 : 20-22; Rouche 1990 : 476). La sous-représentation des légumineuses sur nos sites est à noter, redevable en grande partie à la faiblesse et à la nature des prélèvements ; elle peut éventuellement signaler la spécialisation poussée des établissements concernés dans la céréaliculture.

L’outillage agricole

25Au total, peu d’objets en rapport avec les travaux des champs ont été mis au jour sur l’ensemble des sites explorés. Il est à souligner que ces outils de paysan proviennent tous d’occupations du Moyen Âge central (Xe-XIe s.). Certes, l’énumération qui suit ne donne qu’une vision bien partielle de la réalité : le déficit en outils métalliques tient pour une part à sa dégradation, évidemment, mais aussi au souci de récupération, d’autant que les établissements pris en compte ont été abandonnés sans précipitation.

26Une faucille à Simandres et une autre à Rillieux-la-Pape évoquent la moisson ou la récolte du fourrage. L’exemplaire de Rillieux porte encore les traces ligneuses de son emmanchement autour d’une soie (fig. 12 n° 2, Rillieux-la-Pape). Par rapport aux nombreux exemples médiévaux répertoriés (Pesez 1991 : 150), elle est de grande taille (envergure restituée : 45 cm) et du type à courbure peu prononcée ; la lame, large et peu effilée, est renforcée à l’extérieur de l’arc par un bourrelet, tandis que le fil ne semble pas avoir comporté de dents. Elle est très proche d’un outil de Charavines, qui, en revanche dispose d’un système de fixation du manche très différent (Colardelle, Verdel 1993 : fig. 145,1). Les artistes du Moyen Âge, qui se sont particulièrement plu à représenter les travaux des champs, nous en livrent plus d’un exemple, en cours d’utilisation (fig. 31). Enfin, un fragment de serpette provenant de Bény, qui peut d’ailleurs être mise en relation avec une pierre à aiguiser en ardoise (fig. 11, Bény) suggère d’autres cultures (vigne ?).

31 - Moisson à la faucille, calendrier, mois d’août

31 - Moisson à la faucille, calendrier, mois d’août

D’après le Recueil d’astronomie et de computation, composé à Salzbourg entre 809 et 818

(Vienne, Bibliothèque nationale)

27Si la lourde pièce de fer trouvée à Rillieux-la-Pape correspond bien à l’extrémité d’un instrument aratoire (fig. 12 n° 3, Rillieux-la-Pape), on tiendrait là un rare témoignage du labourage. Il est impossible de trancher entre soc d’araire ou de charrue. Les objets complets sont constitués d’une plaque triangulaire de moins de 20 cm de haut, symétrique ou non, plus ou moins incurvée ; ils comportent une solide soie de fixation (Pesez 1991 : 138). Un très bel exemplaire, muni d’une soie démesurée, provient du site méridional de Saint-Gilles le Vieux, mentionné un peu plus haut. On ne résistera pas à remettre ce type d’outil "en situation" par le truchement d’une image à peu près contemporaine (fig. 32).

28Les deux lames de forces (ciseaux à tondre) de L’Albenc, qui appartiennent à deux paires différentes, constituent, paradoxalement, les seuls exemplaires mis au jour, alors que le mouton est largement attesté sur tous les sites dont le mobilier faunique a été étudié (fig. 19 n° 1 et 2, L’Albenc).

29D’autres objets, bien qu’il ne s’agisse pas d’outils agricoles stricto sensu, peuvent être rangés dans cette rubrique. Ainsi en est-il des couteaux, relativement fréquents tout au long du Moyen Âge (L’Albenc, Trévoux, Beynost, Rillieux-la-Pape, Jons, Reyrieux, Simandres, Bény). D’usage éminemment polyvalent, ils ont pu servir, entre autres, à la cueillette de plantes cultivées ou sauvages. Par exemple, leur relative concentration (17 pièces) dans les aires de traitement des récoltes de l’établissement de Bény invite à en faire des outils agricoles.

32- Labour à l’araire

32- Labour à l’araire

D’après le Psautier d’Utrecht, exécuté entre 817 et 834

(Utrecht, Bibliothèque universitaire)

30Les fers à cheval ou à mulet mis au jour sont bien peu nombreux, alors que l’existence d’équidés est attestée sur la majorité de nos sites à travers le mobilier faunique. L’exemplaire complet de Rillieux-la-Pape est bien celui d’un cheval (taille et galbe) ; les deux fragments de Meyzieu ne sont pas identifiables. Ils sont à mettre en relation avec les animaux de trait qu’ils équipaient, nous ramenant ainsi aux travaux des champs. Mais il n’y a pas forcément contradiction entre les deux observations, puisque le ferrage des animaux n’est pas indispensable en terrain meuble (Raepsaet 1995 : 932). Ce sont bien des équidés (cheval et mulet ?) qui tractent une charrue et une herse dans deux scènes bucoliques de la tapisserie de Bayeux (fig. 33). Cependant, on estime que dans les exploitations ordinaires, les bovins, moins fragiles et moins coûteux, assuraient l’essentiel de la traction animale (Fourquin 1975 :413). Il n’y a aucune raison de penser que nos établissements se soient affranchis du sort commun ; d’ailleurs, la présence constante d’os de bovins plaide en ce sens.

33 – Labour à la charue, semailles et hersage

33 – Labour à la charue, semailles et hersage

D’après la Tapisserie de Bayeux, fin du XIe s.

Le traitement des récoltes

31On ne saurait prétendre, qu’à elles seules, les données archéologiques réunies dans ce volume permettent de retracer toutes les étapes du traitement des récoltes. Le recours à des études spécialisées, tant historiques qu’ethnographiques, comble, en offrant des analogies raisonnables, les lacunes de notre documentation (Sigaut, Gast 1979 et 1981 ; Guilaine 1991 ; Cornet 1992). Les lignes qui suivent sont essentiellement consacrées aux espèces céréalières, dont les manipulations successives ont laissé des indices archéologiques plus nombreux et plus groupés que le traitement des autres cultures.

Dépiquage, battage, vannage

32Ces travaux sont évidemment très peu attestés par l’archéologie, parce qu’ils donnent rarement lieu à des aménagements particuliers : n’importe quel espace dégagé, plat, plan et sec peut faire l’affaire (Cornet 1992) et accueillir les gerbes ou les épis dont les grains seront extraits par différents procédés (battage au fléau, dépiquage par foulage et piétinement). L’iconographie médiévale en rend compte, qui montre le travail exécuté en plein air (fig. 34). Les mêmes conditions valent pour d’autres étapes du travail : en amont, le séchage de la récolte à même le sol, en gerbes, voire en épis, si le temps le permet ; et en aval, le vannage, dernière étape avant stockage ou consommation, pour séparer le grain de son enveloppe.

34 – Battage au fléau, calendrier, mois d’août

34 – Battage au fléau, calendrier, mois d’août

D’après une peinture murale de l’église de Pritz, Mayenne XIIe s.

33Aussi, est-il proposé que les espaces vides, apparemment intégrés en tant que tels dans l’organisation de certains établissements, aient été voués à ces différents préparatifs, Rillieux-la-Pape en fournissant l’illustration la plus éloquente. Leur répartition régulière au sein des batteries de silos conforte cette interprétation. En outre, la structure empierrée circulaire d’environ 150 m2, mise au jour à Meyzieu dans un environnement de greniers et de silos (fig. 4 et 5, Meyzieu), indique que ces aires pouvaient être installées sur un soubassement empierré, soigneusement aménagé. Bien que rares, de telles découvertes ne sont pas tout à fait exceptionnelles : on signalera, contemporaines (Xe-XI s.) mais plus méridionales, les deux aires à battre ou à fouler de Dassargues (Hérault), elles aussi constituées d’un radier de pierres et installées parmi des groupes de silos (Gamier et al. 1995 :53).

Séchage, grillage

34On s’en doute, l’archéologie est impropre à signaler les procédés de séchage naturel des récoltes, notamment dans les champs, en gerbes ou en meules. Dans les exploitations, le séchage dans des abris ventilés, en gerbes, épis ou grains, peut laisser des traces matérielles, mais celles-ci ne sont probablement pas différentes de celles des greniers examinés un peu plus loin. Faut-il donc que des techniques artificielles rentrent en jeu dans la préparation des récoltes, avant stockage, pour que des témoignages nous parviennent.

35Deux établissements, Rillieux-la-Pape et Bény, montrent clairement l’association topographique et fonctionnelle de structures de combustion avec des fosses silos. On admettra, par analogie aux procédés traditionnels, que ces fours et foyers, dont la polyvalence n’est pas à nier, ont connu avant tout une vocation agricole. En effet, une chaleur habilement dosée assure le séchage complet des récoltes (en épis ou en grain), mais permet également une action de prévention, par un grillage léger, destiné à combattre les causes de détérioration ultérieures, en particulier la fermentation. Il s’avère également que le grillage facilite le décorticage des grains de certaines céréales dites vêtues (Sigaut 1981, Cornet 1992). Certes, les six grands fours semi-excavés de Rillieux possèdent les caractéristiques des fours culinaires dont l’archéologie rurale fournit de très nombreux exemples. Mais on admettra, en raison de leur localisation au plus près des groupes de silos, qu’ils semblent tout désignés pour entrer en jeu dans la préparation des denrées avant ensilage (fig. 6 et 7, Rillieux-la-Pape). C’est à Bény que la pratique du chauffage ou du grillage trouve la meilleure traduction archéologique : il s’agit de simples foyers en cuvette dont le nombre et la répartition parmi les silos (16 foyers pour 35 silos) ne laissent guère de doute (fig. 4 et 7, Bény). En outre, on observe un rapport entre la taille des foyers et celle des silos ; d’après des négatifs de poteau ou de piquet, certains d’entre eux semblent avoir été surmontés de dispositifs permettant de placer les denrées au-dessus de la source de chaleur, tout en assurant la ventilation ; enfin des grains calcinés proviennent du remplissage de deux silos. Ces exemples montrent le rapprochement des lieux de préparation et de stockage, de façon à limiter les risques de détérioration et de déperdition des denrées.

36Les témoignages de ces longs préparatifs sont désormais bien attestés pour le Moyen Âge occidental, notamment en Angleterre, par des découvertes déjà anciennes (Nash 1978). En France, de plus en plus de fouilles (Bretagne, Normandie, Ile-de-France, Bourgogne, Languedoc : Peytremann 1995 ; Lorren, Périn 1995) livrent des installations de chauffe ou de grillage des céréales, éliminant, du même coup, toute tentative de relation entre pratiques agricoles et ambiance climatique. Partout, ressort la préoccupation majeure des agriculteurs : la meilleure préparation possible des récoltes, garantie de la bonne conservation des semences et des réserves alimentaires.

Conservation, stockage

37Parmi les dispositifs de conservation et de stockage des récoltes, les faits archéologiques recueillis se rapportent à deux modes essentiels : en milieu confiné et en milieu aéré (fig. 35). Rappelons-en rapidement le principe. Le premier procédé, particulièrement adapté à la conservation du grain en vrac, battu et vanné, à long ou moyen terme, est apparemment le plus répandu. Mais cette appréciation doit être nuancée, car il fait appel à des structures en fosse qui ont bien plus de chance d’apparaître à la fouille que les dispositifs légers et hors sol du stockage aérien. Ce second procédé, qui combine ventilation et protection, est plus polyvalent et est souvent considéré comme complémentaire du premier (espèces céréalières et fourragères, légumineuses, plantes entières, en tiges ou en gerbes, mais aussi en épis, voire en grains) ; il peut également se confondre avec de simples dispositifs de séchage, mentionnés plus haut. Par conséquent, si l’inventaire des sites ayant comporté des fosses silos est une donnée assez fiable, celui des sites dotés de greniers aériens l’est beaucoup moins.

35 - Répartition des différents modes de stockage, silos ou greniers, attestés par l’archéologie

35 - Répartition des différents modes de stockage, silos ou greniers, attestés par l’archéologie

1. Bény (01), Garavand ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 5. Reyrieux (01), L’Ecole ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan : 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.

Conservation en milieu confiné

38Ce mode de conservation est, bien sûr, connu de longue date dans la région pour le Moyen Âge, mais les données réunies ici enrichissent considérablement l’échantillon régional, avec au moins 235 exemplaires supplémentaires de silos excavés, répartis entre huit établissements. Il n’est pas question de s’étendre sur une pratique, quasi universelle, déjà bien illustrée dans la littérature archéologique, et l’on renverra aux principales études qui ont contribué à divulguer ce type de structures : Fixot 1979 ; Sigaut 1981 ; Fixot, Pelletier 1983 ; Raynaud 1990 ; Conte 1993 et 1995 ; Garcia 1997.

39Sans en tirer un enseignement irrévocable, pour les raisons exprimées plus haut, il est à souligner que toutes les découvertes dont il est question ici sont datées du Moyen Age central (Xe-XIIe s.)· Une telle concentration chronologique est un trait original par rapport à ce que l’on connaît ailleurs, tant au nord qu’au sud de la région, où l’ensilage semble pratiqué tout au long du Moyen Âge (Un village au temps de Charlemagne 1988 : 218-222 ; Lorren, Périn 1995 ; Maufras à paraître ; Garnier et al. 1995). Ce procédé n’est donc, apparemment, pas soumis aux contingences géographiques : il est vrai que les séries régionales trouvent place dans des conditions pédologiques relativement constantes, en raison de la couverture morainique qui affecte une grande partie du territoire : terrains meubles, à dominante argileuse encaissant des éléments sableux à gravillonneux.

40Les superficies explorées en Rhône-Alpes autorisent des observations à portée générale. Tous les silos sont situés à l’extérieur des bâtiments. Lorsqu’ils se répartissent en batteries distinctes, celles-ci dépassent rarement la quinzaine d’unités. Apparemment sans contraintes spatiales, leur répartition est le plus souvent lâche, limitant, entre autres, les risques de recoupements. On ne relève pas d’indice de gestion ou d’entretien des aires d’ensilage, sauf un cas assez douteux de réparation entre deux silos adjacents à L’Albenc. Les fosses semblent creusées pour un usage de courte durée et laissées à l’abandon sans précaution, comme l’indique le comblement progressif de la plupart d’entre elles, probablement au profit d’aires nouvellement aménagées.

41Pour autant que l’état de conservation des silos permette d’en juger, dominent les profils sphériques ou piriformes, à ouverture en entonnoir ou en goulot. La seconde catégorie est loin d’être uniforme et comporte des exemplaires allongés (en ampoule) ou trapus (en lentille). Les fosses cylindriques ou tronconiques, souvent dépourvues d’étranglement, restent assez énigmatiques. Globalement, la hauteur depuis l’embouchure est comprise ente 0,90 et 1,50 m : le diamètre maximum entre 0,90 et 1,35 m. Le site de Rillieux-la-Pape est le seul à fournir des exemplaires nettement plus volumineux, pouvant atteindre 1,90 m de diamètre pour 2,20 m de hauteur. La forme et la taille des silos est généralement variable au sein d’un même établissement, voire d’une même batterie. Il n’est guère que le site de Bény où les silos semblent regroupés en fonction de leur taille. Une telle variété, que l’archéologie ne sait expliquer, est probablement à mettre en relation avec la nature des denrées stockées, leur destination (consommation immédiate ou différée, semence...), la durée de conservation envisagée et l’importance de la communauté détentrice.

42Quelques exemples d’aménagements secondaires ont été observés. Le mode d’obturation étanche n’est évidemment jamais conservé. Toutefois, plusieurs exemplaires de L’Albenc et de Chatuzange-le-Goubet comportent, dans leur remplissage, des séries de galets et de petites dalles de calcaire qui ont pu participer au dispositif de fermeture. Les parois livrent de rares traces d’un traitement particulier en vue d’en renforcer l’étanchéité. Un unique silo à Bény a reçu un enduit intérieur d’argile ; à Jons, dans six cas, le fond a été tapissé d’une couche d’argile cendreuse. A Jons, encore, et à Reyrieux, des trous de piquets visibles au fond de certaines fosses (un seul négatif par fosse à Jons, des groupes de 4 ou 5 à Reyrieux) témoignent d’aménagements difficiles à restituer : calage de systèmes d’accès amovibles ? C’est aussi, probablement, pour faciliter l’accès, que plusieurs silos de Reyrieux sont dotés de sortes de marchepieds en terre, rapportés en fond de fosse. L’établissement de Bény livre, quant à lui, des vestiges d’aménagements externes aux silos, laissant supposer que certains d’entre eux, notamment dans la zone III, étaient surmontés d’un abri léger.

Conservation en milieu aéré

43Le mode de construction des "greniers" surélevés a été décrit dans le chapitre précédent. Appréhendés maintenant dans leur v ocation agricole, il est quasi impossible de déduire leur contenu, sauf conditions exceptionnelles de conservation des denrées. De fait, c’est un peu tout à la fois le fenil, le gerbier, le pailler, le magasin, etc.

44Si l’échantillon régional paraît quantitativement assez fourni, ceci tient essentiellement aux établissements de Château-Gaillard et de Meyzieu. Mais les constructions, bien différentes d’un site à l’autre, n’ont probablement pas connu la même destination : les édicules quadrangulaires à quatre ou cinq supports de Château-Gaillard (fig. 25, Château-Gaillard) n’auraient pas supporté les charges encaissées par les platesformes polygonales ou circulaires de Meyzieu, solidement maintenues par des groupes de poteaux. Sur le premier site, le stockage en greniers est le seul procédé utilisé, alors que le terrain était tout aussi propice qu’ailleurs au creusement de silos ; sur le second, greniers et silos cohabitent. C’est d’ailleurs le seul cas attesté dans la région d’un double mode de stockage, à moins que l’on identifie aussi comme relevant du stockage ventilé les petites structures irrégulières, dont témoignent les nombreux trous de piquet et de poteau éparpillés au sein des aires d’ensilage de Bény.

45Il paraît bien délicat de tirer argument de ces observations pour évoquer les cultures pratiquées. Il serait invraisemblable d’imaginer, par exemple, que les habitants de Château-Gaillard ou de Beynost n’aient eu à conserver, eux aussi, des denrées en grain. Il faut admettre que d’autres procédés de conservation que le confinement ont prévalu, impliquant une gestion différente des récoltes et des réserves qui échappe à l’archéologie terrestre. De la même façon, il n’est pas plus facile d’expliquer pourquoi Rillieux-la-Pape et Jons, établissements contemporains et voisins de Meyzieu, ignorent les greniers surélevés. En l’état actuel des connaissances, il ressort que la complémentarité d’emploi de greniers et de silos, couramment révélée par l’archéologie dans différentes contrées tout au long du Moyen Âge (Longueil-Sainte-Marie, Genlis, La Grande-Paroisse, Serris, Villiers-le-Sec, Bussy-SaintGeorges...) reste exceptionnelle dans la région.

Mouture

46Proportionnellement au volume de céréales manipulées, les témoins de la dernière phase de préparation, avant consommation, se résument à quelques fragments de meules à bras. Il est vrai qu’avec la mouture des céréales panifiables, voire de certaines légumineuses, on s’écarte du domaine des travaux agricoles pour entrer dans celui des occupations domestiques. Quatre fragments proviennent de Meyzieu, autant de Château-Gaillard et trois de Bény. Presque tous trouvés en position de rejet ou en remploi, ils n’illustrent pas directement un poste de travail et leur attribution au Moyen Âge n’est véritablement assurée qu’à Bény. Les roches dures utilisées, adaptées à la fonction, ne sont pas présentes dans l’environnement immédiat des sites : granite et basalte à Meyzieu, grès à Château-Gaillard et à Bény. La plupart des pièces pourraient appartenir à de simples meules dormantes ; mais un fragment de Bény et deux de Château-Gaillard proviennent de meules rotatives. En définitive, la découverte d’instruments de mouture en situation n’est pas si fréquente sur les sites médiévaux. On soulignera donc qu’à Bény, une partie de meule rotative est issue d’un silo, ce qui indiquerait que la production de farine pouvait se dérouler sur le lieu même du stockage.

Les animaux : alimentation et élevage

47Si les informations livrées plus haut sur les rapports de l’homme à son environnement végétal sont particulièrement fragmentaires, celles qui concernent le monde animal sont plus éloquentes. En effet, les restes fauniques, parce que leur prélèvement s’imposait à la fouille, livrent un échantillon important qui a fait l’objet d’un programme d’étude poussé, grâce à la reprise des analyses et des interprétations dans le cadre même de la préparation de cette publication et dans la ferme intention d’établir une première synthèse des résultats pour la partie septentrionale de la région Rhône-Alpes.

48Huit des neuf sites dont le mobilier a été analysé constituent le socle de cette synthèse comparative (le site de Communay Charvas a livré trop peu de restes pour y être intégré). Les principales caractéristiques de ces huit sites sont récapitulées dans le premier tableau (fig. 36). Les périodes d’occupation se recouvrent de telle sorte qu’une continuité chronologique est établie du Ve au XIIe s. La majorité des structures archéologiques sont des structures en creux, fonds de cabane, silos, trous de poteaux, fosses. Seuls, les sites de Poncin et de Lyon P. Audry fournissent des restes issus de niveaux stratifiés.

36 – Descriptif général des sites ayant livré des vestiges fauniques

36 – Descriptif général des sites ayant livré des vestiges fauniques

49Afin d’obtenir une image régionale, le corpus a été enrichi des données provenant de sites voisins déjà étudiés (fig. 37). Archéologues et archéozoologues se sont entendus pour limiter ce travail à une aire géographique concernée par une similitude des conditions climatiques et culturelles, en résumé le nord de l’aire burgonde. Finalement, seul le nord de la région administrative Rhône-Alpes a fourni des études archéozoologiques pour les siècles en cause : onze sites, auxquels s’en est ajouté un du Genevois suisse, Sézegnin (Voser 1985). Ceux-ci sont intégrés dans les tableaux récapitulatifs, où ils ont été distingués des sites publiés dans ce volume par un graphisme particulier.

37- Localisation des sites dont le mobilier faunique est pris en compte dans cette étude

37- Localisation des sites dont le mobilier faunique est pris en compte dans cette étude

(chiffres : sites publiés dans ce volume ; lettres : sites de comparaison)

2. Poncin (01), La Châtelarde ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 4. Trévoux (01), Prés de Corcelles ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 13. Lyon 9e, rue P. Audry ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan
a. Sézegnin (CH) ; b. Portout (73), Chanaz ; c. Serrière-de-Briord (01), Les Grandes Terres ; d. Décines-Charpieu (69), Le Moléron ; e. Hières-sur-Amby (38), Larina ; f. Saint-Romain-de-Jalionas (38), Le Vernai ; g. Charavines (38), Colletière ; h. Chirens (38), Le Châtelard ; i. Lyon, Célestins, Sainte-Croix, Saint-Jean, Tramassac

Objectifs et méthode

Les modes de dénombrement

50Rappelons en préambule que les dénombrements sont des éclairages variés d’un ensemble d’ossements posé sur une paillasse de laboratoire ; ils sont directs comme le Nombre de Restes (NR) et la Masse de Restes (MR), ou indirects, autrement dit interprétatifs, comme le Nombre Minimum d’Individus (NMI). Les valeurs obtenues servent ensuite de support à une réflexion interprétative sur l’alimentation, l’élevage, etc., sans qu’il existe une relation mathématique prouvée, simple ou complexe, entre ces valeurs et les quantités réelles de viande consommée, de têtes de cheptel, etc.

51Comme la communauté des archéozoologues n’a pas encore défini des protocoles uniques et précis pour pratiquer ces dénombrements, toute synthèse se heurte à la diversité des chercheurs impliqués. Mais bien avant, lors de la fouille ellemême, les ossements sont exhumés bien différemment, tant d’un aspect qualitatif que quantitatif. Ainsi, la conjonction des variabilités archéologiques et archéozoologiques oblige à reconnaître qu’un nombre obtenu au cours de l’analyse n’est qu’une valeur indicative qui exprime une tendance. Aussi, une synthèse comparative peut, soit ne prendre en compte que les conclusions interprétatives de chaque auteur, en ignorant les résultats des dénombrements, soit ne s’appuyer que sur ceux-ci, en toute connaissance de leurs limites. C’est cette seconde voie que nous avons suivie. Mais toute analyse fine des valeurs est illusoire, car elle est beaucoup trop soumise aux aléas des disciplines qui les génèrent.

52Le dénombrement employé de préférence dans ce travail est le Nombre de Restes, traduit en valeurs relatives, car il est le plus largement répandu pour la quantification des espèces. De plus, à notre sens, il réduit au plus la variabilité dans l’obtention des résultats : il serait le plus "sûr", bien que par exemple le dénombrement des restes de côtes et vertèbres donne lieu à des pratiques différentes dont nous n’avons pas tenu compte. Pour tous les sites, en accord avec les archéologues, toutes les données issues des unités stratigraphiques ont été réunies en ensembles chronologiques (les noms des sites sont, le cas échéant, complétés par la mention de la phase d’occupation à laquelle l’exposé se réfère). Autrement dit, nous avons choisi de présenter des images globales, en postulant que les sommes des dénombrements des unités stratigraphiques donnaient l’assise la meilleure pour notre approche, négligeant ainsi d’éventuelles variations stratigraphiques. Nous avons retenu les lots osseux qui comptabilisaient plus de 50 restes déterminés pour la triade domestique, ovicaprins, porcins et bovins. Toutefois, nous avons exclu des dénombrements, chaque fois que le cas était signalé, les os provenant de squelettes en connexion, plus ou moins complets, lorsqu’ils correspondaient a priori à des animaux dont les cadavres avaient été abandonnés sans traitement humain important. En définitive, cette analyse prend en compte 36 lots osseux dont 17 proviennent des fouilles préventives publiées dans cet ouvrage.

Les angles d’approche

53Un axe d’investigation s’est porté vers les âges de mort des animaux. Pour ce faire, le Nombre Minimum d’Individus est le plus souvent employé par les spécialistes. Toutefois, ici aussi, dès que l’on entre dans le détail des âges, on se heurte à une diversité des présentations (Forest 1998b). En fait, le plus souvent, l’observation biologique, âge dentaire ou soudure osseuse, disparaît derrière une reconstitution interprétative de population, décrite par le Nombre Minimum d’Individu suivant des âges absolus dont les équivalents biologiques ne sont pas toujours faciles à retrouver. En conséquence, nous avons placé toutes ces données dans un cadre large. Les NMI sont répartis en trois classes, infantiles, juvéniles et adultes, définies par le format et l’aspect des ossements. L’os "adulte" est caractérisé par un format proche de celui d’un animal ayant terminé sa croissance. L’os "juvénile" est plus petit et de consistance osseuse pas tout à fait compacte ; l’os "infantile" correspond à un tout jeune animal. Parmi les "adultes", nous avons tenté de distinguer les "jeunes" (ou subadultes) des "matures" par des soudures osseuses tardives non terminées, les "vieux" étant essentiellement identifiés par les usures dentaires. Suivant les auteurs, c’est soit au NMI, soit au NR qu’il faut faire appel. Il en est de même lorsque l’on s’intéresse au sexe des porcins et à la discrimination entre mouton et chèvre.

54Une autre voie explorée est l’ostéométrie des ovicaprins, des porcins et des bovins. Les mesures ont été effectuées suivant Von den Driesch (1976). Il est assuré aujourd’hui que l’étude morphologique ne peut pas reposer sur la seule hauteur au garrot, produit d’un calcul éminemment incertain fondé sur la seule longueur des os (Guintard 1996 et 1998 ; Forest 1998a). Une analyse ostéométrique devrait être envisagée pour chaque mesure, notamment de largeur. Mais étant donné l’absence de référentiel absolu, c’est-à-dire une recension de la totalité des valeurs que peut prendre une mesure, il faut recourir à des comparaisons relatives au sein d’un échantillon de sites. Pour ce faire, nous avons choisi quelques mesures de largeurs et de longueurs dont les valeurs sont suffisamment nombreuses. Nous les avons replacées dans le cadre de la région Rhône-Alpes et dans la perspective chronologique de l’évolution entre la période gallo-romaine et le XIIe s. Mais les contraintes d’édition ont conduit à regrouper les valeurs en ensembles chronologiques. Toutefois, deux grandes séries provenant de sites urbains sont présentées de façon indépendante : Lyon Tramassac pour l’Antiquité et le haut Moyen Âge (Arlaud et al 1994 : 117-133) et Lyon Célestins pour le haut Moyen Âge (rapport Forest 1993).

La formation et l’évolution des dépôts

55L’étape initiale de l’étude archéozoologique est constituée par l’identification des phénomènes de formation et d’évolution des dépôts archéologiques. Elle permet d’estimer quelles ont été les pertes en mobilier osseux entre l’abandon des os et leur étude, et ainsi de définir la capacité du mobilier osseux à restituer les activités qui l’ont produit avant son dépôt. Cette investigation n’a pu être correctement menée sur de nombreux sites, à cause notamment des conditions de fouilles. En conséquence, nous avons préféré partir sur le postulat que chaque lot osseux étudié possédait la même qualité d’informations.

56Sur tous les sites étudiés en monographie ou mentionnés à titre de comparaison, les restes sont des déchets issus de la chaîne de préparation et de consommation de viande. Seul Poncin leur associe des restes d’artisanat qui concernent les bois de cerf et probablement l’étui des cornes de caprins mâles.

57Enfin, certaines structures ont recueilli des cadavres, montrant par là que ces rejets ne sont pas strictement alimentaires. Cependant ces dépôts sont très minoritaires. Ils concernent des animaux de petite taille (une oie à Meyzieu, des porcelets à Rillieux-la-Pape), ou de grande taille (un bovin à Rillieux). Deux fosses ont reçu des déchets de plus grandes tailles : Communay avec un thorax de bovin, Château-Gaillard 1 avec des restes mandibulaires d’équidés et un squelette de chien. Par ailleurs, les rachis, qui sont les parties éliminées en premier du fait de la découpe généralement parasagittale de la colonne vertébrale, sont peu présents. Aussi il est possible d’affirmer que les aires fouillées ne sont pas des dépotoirs généraux, mais à fonction ciblée.

Les animaux représentés

Ovicaprins

58Chèvre et mouton se côtoient dans la majorité des sites (fig. 38). Parfois l’un ou l’autre des taxons n’a pas été formellement identifié : dans 7 lots pour la chèvre, dans 2 pour le mouton. Généralement, la majorité des individus, ou des indices, sont ovins. L’abondance des pièces de caprins à Poncin IIa est imputable à une sélection probablement artisanale. L’ensemble régional confirme la présence généralisée de la chèvre durant le Moyen Âge (Forest 1998c), bien que cette espèce paraisse se raréfier entre le Xe et le XIIe s.

59Dans 11 des 17 lots, les adultes représentent plus des deux tiers des individus (fig. 38). Les infantiles et les juvéniles ne sont majoritaires qu’à Lyon P. Audry 4. Les adultes sont majoritairement jeunes. Un seul individu vieux est signalé, à Poncin IIIb. Sur les autres sites régionaux, la proportion d’infantiles et de juvéniles est plus forte, notamment à Larina (Columeau 1980), à Charavines (Olive 1993), Lyon Sainte-Croix (Forest 1987), Lyon Saint-Jean (rapport Argant 1997).

38 - Présentation récapitulative des ovicaprins

38 - Présentation récapitulative des ovicaprins

(+++, ++, + = densités par importance relative décroissante ; - = absence)
(mâ = mâchoires, os = épiphysations osseuses)

60Les séries ostéométriques riches sont rares : trois seulement ont été établies (fig. 39). En outre, interfèrent la difficulté dans la discrimination entre ovins et caprins qui n’est pas tentée dans certains travaux et un dimorphisme sexuel marqué, en particulier chez les caprins. Suivant la zone anatomique, les contrastes diachroniques sont plus ou moins accentués. La longueur latérale du talus est stable de l’Antiquité tardive au Xe s., à partir duquel elle diminue très nettement. La largeur de l’extrémité proximale du métacarpe est stable dès la période antique et esquisse à peine une diminution entre le VIIe et le XIe s. ; les dimensions demeurent légèrement supérieures à celles de La Tène finale. Enfin, la largeur de l’extrémité distale du tibia reste constante de La Tène finale au XIIe s., avec une simple baisse des valeurs maximales au cours du Moyen Âge.

39- Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les ovicaprins

39- Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les ovicaprins

(ov = mouton, cp = chèvre)
(mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)
Exemple de lecture : 4 métacarpes ont à Lyon-Célestins une largeur comprise entre 23 et 24 mm

Porcins

61Deux lots, Poncin IIa et Lyon P. Audry 4, livrent des restes de grande taille, qui évoquent le sanglier, si l’on postule qu’en Rhône-Alpes celui-ci est de format toujours supérieur au porc domestique. Cette rareté n’est pas exceptionnelle, puisque seulement trois autres sites régionaux le mentionnent formellement et que deux autres le suggèrent (fig. 40).

62La proportion d’adultes au sein du NMI total est très variable suivant les lots (fig. 40). Elle est très forte à Poncin IIIa et IIIb, à Trévoux, à Rillieux-la-Pape, généralement équilibrée avec les infantiles et les juvéniles dans les autres sites, voire minoritaire à Lyon P. Audry 4 et 5. Ces adultes sont le plus souvent jeunes, moins de 3 ans. Les indices d’adultes, matures ou vieux, sont bien moins nombreux, tout en étant fréquents dans les lots. Sur les sites de comparaison, la mortalité des infantiles et juvéniles est forte à l’exception de Saint-Romain-de-Jalionas 2.

63La majorité des individus dont le sexe a pu être déterminé sont mâles. Néanmoins, le nombre de femelles est loin d’être négligeable ; il dépasse même celui des mâles à Poncin IIIa.

40 - Présentation récapitulative des porcins

40 - Présentation récapitulative des porcins

(mâ = mâche ;, os = épiphysations osseuses)

64Chez les porcins (fig. 41) le handicap principal dans l’analyse ostéométrique est la difficulté à identifier les os d’individus juvéniles, à potentiel de croissance encore important : les valeurs inférieures sont à considérer avec prudence. De même, les valeurs supérieures peuvent appartenir à des sangliers, sans qu’il soit possible de situer la limite entre forme sauvage et forme domestique, qui peuvent se mélanger. Nous avons choisi de mentionner, à titre indicatif, les valeurs minimales des sangliers identifiés sur le site néolithique de Burgâschisee (Boessneck et al. 1963). La largeur minimale du col de la scapula, la largeur de l’extrémité proximale du radius et la longueur maximale abaxiale de la première phalange (antérieure et postérieure confondues), suivent la même évolution : valeurs du haut Moyen Âge similaires à celles de l’Antiquité avec des maximales un peu plus petites, diminution des valeurs à partir du IXe s. qui retrouvent celles de La Tène finale. Toutefois, les amplitudes de variations restent importantes, et les plages de recouvrement des séries entre périodes sont très amples, voire identiques de La Tène finale au XIe s. pour les phalanges 1.

41 - Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les porcins

41 - Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les porcins

(mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)
(sanglier : valeur minimale à Burgäschisee, Boessneck et al. 1963)

Bovins

65La proportion d’adultes est très importante pour tous les sites (fig. 42). Ces adultes sont de tous âges, jeunes à Rillieuxla-Pape, entre 2,5 et 4 ans, plutôt jeunes à Château-Gaillard 1, entre jeunes et matures, vers 4-5 ans, à Simandres, matures et vieux à Lyon P. Audry et à L’Albenc II. Sur les sites de comparaison, les juvéniles et les infantiles sont plus nombreux. En revanche, la répartition des âges parmi les adultes est comparable, abondance de jeunes à Saint-Romain-de-Jalionas 1 (rapport Forest 1998), Charavines (Olive 1993), ou de vieux à Lyon Célestins (rapport Forest 1993).

42 - Présentation récapitulative des bovins

42 - Présentation récapitulative des bovins

(mâ = mâchoires, os = épiphysations osseuses)

66L’analyse ostéométrique dispose, au moins pour le métatarse, d’un corpus référentiel volumineux (Forest, RodetBelarbi 1998) qui place les ossements dans un cadre précis (fig. 43). La largeur de l’extrémité distale de cet os chute fortement dans les sites du haut Moyen Âge, quittant les classes des os "très grands" et "grands", pour se concentrer dans la classe des os "moyens". Puis les valeurs des Xe, XIe et XIIe s. baissent encore pour glisser dans la classe des "petits", retrouvant les valeurs de La Tène finale. On remarque une très nette différence entre les valeurs de Lyon Tramassac, comparables à ceux de la période antique, et celles des autres lots du haut Moyen Âge. Si la diminution de la largeur de l’extrémité proximale du radius et de la longueur latérale du talus entre le haut Moyen Âge et le Moyen Âge central est marquée, elle ne se manifeste pas pour la largeur de la cavité glénoïde de la scapula (articulation de l’épaule). Par ailleurs pour ces trois mesures, le décalage entre Lyon Tramassac et les autres sites du haut Moyen Âge est beaucoup moins frappant.

43 - Variations diachroniques de quelques mesures osseuses chez les bovins

43 - Variations diachroniques de quelques mesures osseuses chez les bovins

(mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)

Équidés

67Leur fréquence d’apparition est élevée, 88 % sur les lots étudiés, 71 % sur l’échantillon global. Ils sont absents à Trévoux et à L’Albenc II.

68Au sein de ce taxon, la discrimination entre le cheval et l’âne est délicate, d’autant plus qu’elle est compliquée par l’éventuelle présence d’hybrides, mulet et bardot (Peters 1998). Comme les critères d’identification, morphologiques et ostéométriques, sont rarement explicités, nous avons présenté les seules conclusions des auteurs (fig. 44). L’âne est évoqué à Meyzieu et à Rillieux-la-Pape. Des animaux à tendance asinienne sont repérés à Château-Gaillard 1, à Poncin IIIa et à Meyzieu. Pour le reste, quand l’espèce est précisée, il s’agit du cheval. Les estimations de hauteur au garrot montrent que la majorité des animaux approchent 1,40 m, accompagnés parfois d’animaux plus petits, autour de 1,20 m, à Poncin IIa et Château-Gaillard 1. Corollaire de l’identification de l’âne, un équidé de 1 m est signalé à Meyzieu. Les autres sites de comparaison privilégient le cheval ; l’âne et les équidés d’environ 1,20 m sont absents.

44 - Présentation réca live des équidés

44 - Présentation réca live des équidés

69Mis à part un infantile à Château-Gaillard 1 et 2, un juvénile à Simandres 1, les autres équidés sont adultes. La mort est survenue à tous âges, environ 2,5 ans (Sézegnin), environ 3,5 ans (L’Albenc I), 5-6 ans (Lyon P. Audry 4), 6-7 ans (Château-Gaillard 1), environ 8 ans (Lyon P. Audry 4), entre 8 et 9 ans (Rillieux-la-Pape), entre 7 et 11 ans (Château-Gaillard 1), 13-14 ans (Château-Gaillard 1).

70Trois lots présentés ici (Poncin IIa, Château-Gaillard 1 et Rillieux) et un de comparaison (Lyon Célestins), comportent quelques ossements marqués par des instruments tranchants. Le but de ces manipulations n’est pas toujours clairement établi : équarrissage, dépouillement, alimentation humaine ou animale ?

Chien

71Il apparaît dans la moitié des lots, 17 sur 35. Les individus d’origine sont de format moyen à grand, entre 0,50 et 0,60 m au garrot (Udrescu, Nicolaescu-Plopsor 1990). Ce format correspond aux animaux du haut Moyen Âge où les morphotypes de petite taille sont rares (Forest 1994). Ces chiens sont adultes, avec un juvénile de 6-7 mois à ChâteauGaillard 1. Le bord caudal de l’ulna droite, provenant d’un squelette mâle en connexion (Château-Gaillard 1), est raclé par un couteau sur un centimètre en regard de la zone articulaire proximale. Cette marque peut être attribuée à une récupération de peau, comme celles observées sur quelques pièces à Lyon Tramassac. Aucune trace de découpe alimentaire n’a été notée.

Cerf

72Cette espèce se rencontre dans environ 40 % des lots, jamais en grand nombre (fig. 45). Fait exception Poncin IIa, où les vestiges se présentent sous deux formes : des fragments de bois issus d’une activité artisanale, des restes squelettiques portant de traces de découpe. Ce second groupe provient d’animaux infantiles, juvéniles et d’adultes matures. Les quelques données ostéométriques ne montrent pas de variation significative des dimensions des os entre les sites de Portout, Poncin et Lyon Sainte-Croix.

45 – Présentation générale des faunes de la région étudiée entre le Ive et le XIIe siècle

45 – Présentation générale des faunes de la région étudiée entre le Ive et le XIIe siècle

Chevreuil, lièvre et lapin

73Le chevreuil est mentionné à L’Albenc pour les deux phases et à Poncin. Il se retrouve à Charavines et à Lyon Sainte-Croix. Les lagomorphes, lièvre et lapin, sont présents dans 41-46 % des sites (fig. 45). Le lièvre figure dans tous les inventaires, alors que le lapin est mentionné seulement par un reste à Simandres 2 et Saint-Romain-de-Jalionas 2 (rapport Forest 1995b), par 45 restes à Décines (Bouvier et al. 1992 : 268-272). Le doute de l’intrusion plane toujours sur les ossements de lapin, d’autant qu’à Décines celle-ci explique sa forte abondance.

Autres mammifères de moyen et grand format

74Dans les sites d’étude, sont mentionnés le dromadaire à Lyon P. Audry 4 et le chat à Lyon P. Audry 3, le blaireau à Rillieux-la-Pape. Trois sites de comparaison livrent des vestiges de chat, Portout 1, Charavines et Lyon Sainte-Croix. L’espèce domestique est retenue dans ces deux derniers lots, la possibilité de chat sauvage n’est pas écartée dans le premier. La fouine se rencontre à Charavines, le castor à Saint-Romain-de-Jalionas 1 et à Portout 1 et, enfin, l’ours à Lyon Sainte-Croix.

Oiseaux

75Ce taxon a été identifié dans tous les sites étudiés et n’est absent que du site de Serrières-de-Briord, Les Grandes Terres (rapport Olive 1986) (fig. 45). La poule en est la principale espèce, présente dans plus de 90 % des lots. L’oie, probablement domestique, est identifiée à Lyon P. Audry 1, à Château-Gaillard 2 et à Meyzieu, et dans 30 % du total des lots (fig. 46). Les autres espèces sont plus rarement rencontrées.

46- Présentation générale des avifaunes

46- Présentation générale des avifaunes

(sq = squelette)

Caractères des lots osseux

76Nous avons insisté plus haut sur le fait que les dénombrements ne sont que des photographies d’une série osseuse et n’ont, en eux-mêmes, aucune signification immédiate quant aux aspects qualitatifs de l’alimentation et de l’élevage. En revanche, ce sont des instruments de mesure qui fournissent des valeurs pouvant servir à regrouper les lots suivant des caractères communs. Dans cette optique d’analyse, pour appréhender l’évolution chronologique, la répartition géographique et la signification socio-économique des lots, nous avons employé exclusivement le Nombre de Restes.

Approche chronologique

77Nous avons opté pour une présentation quantitative des données dans le tableau récapitulatif 45 et qualitative dans les tableaux suivants (fig. 47, 48 et 49).

78Au-delà des particularités des sites, au sein de la triade domestique, les ovicaprins (fig. 47, col. 1) ne dépassent pas 30 % des restes, voire 20 % tant que le terminus post quem demeure en deçà de 400. Si les données sont insuffisantes pour le Ve s., on constate qu’entre le VIe et le IXe s. leur part s’élève au-dessus de 20 %, dépassant même 40 % pour les cinq lots de Lyon P. Audry. A partir du Xe s., la proportion oscille entre 20 et 30 %, Meyzieu constituant le seul pic à 48 %. Les restes de porcins (col. 2) sont en retrait dans tous les lots dont le terminus ante quem va de 800 à 1000. En revanche, leur proportion est élevée au cours des Xe, XIe et XIIe s. La part des restes de bovins (col. 3) s’inscrit en négatif par rapport aux deux autres, puisque la somme des pourcentages des trois taxons est égale à 100. Forte avant 600, elle va s’amenuisant pour atteindre des valeurs minimales à partir du Xe s.

79Les nombres de restes des autres taxons, comparés individuellement à la triade domestique, montrent aussi une évolution. Les vestiges d’équidés (col. 9) sont moins nombreux et moins fréquents à partir du IXe s. Il en est de même pour les vestiges de cervidés (col. 5). A l’opposé, à partir du Xe s., les restes de lagomorphes (col. 6) se multiplient, sans qu’il s’agisse d’une substitution du lapin au lièvre. De même, de fortes concentrations de restes d’oiseaux (col. 8) apparaissent à cette période.

47- Présentation simplifiée des caractéristiques principales des lots osseux

47- Présentation simplifiée des caractéristiques principales des lots osseux

48- Âges et sexes au sein des espèces domestiques répertoriées

48- Âges et sexes au sein des espèces domestiques répertoriées

80Les âges de la mort des trois grands taxons domestiques ne montrent aucune caractérisation chronologique. Par ailleurs, avant le VIe s., la proportion porcine de femelles est très faible par rapport à celle de mâles (fig. 48, col. 3).

81Ces mouvements régionaux esquissés ne se retrouvent pas forcément au sein de chaque site (fig. 49). Si durant le haut Moyen Âge, la baisse de la part des porcins et l’augmentation de celle des ovicaprins est conforme à Poncin, aucune évolution n’est tangible à Lyon P. Audry. Les sites possédant un lot du haut Moyen Âge et un lot du Moyen Âge central (Château-Gaillard et Simandres, auxquels peut être rattaché Saint-Romain-de-Jalionas) n’offrent aucune augmentation significative du nombre de restes de porcins, à l’inverse de L’Albenc. C’est finalement Lyon Tramassac, qui par sa longue série d’échantillons, suit au plus près l’évolution régionale.

49 - Évolution chronologique de divers critères au sein d’un même site

49 - Évolution chronologique de divers critères au sein d’un même site

Approche géographique

82Il n’existe aucune relation entre les concentrations de restes des espèces de la triade domestique et la situation géographique ou l’environnement du site (fig. 47, col. 4).

83En revanche, les sites qui livrent les plus fortes quantités de restes de cervidés (2 % et plus), Serrières-de-Briord, Portout (Olive 1990a), Poncin, L’Albenc 1, sont appuyés à des massifs de 500 m et plus d’altitude ; mais Saint-Romain-de-Jalionas 1, Sézegnin et Lyon Sainte-Croix, également pourvus en restes de cervidés, ne connaissent pas de telles conditions géographiques. Inversement, des sites de même environnement, comme Château-Gaillard, Charavines et Chirens, en sont dépourvus. Cette relation n’est pas valable pour les autres taxons sauvages, lagomorphes et oiseaux. Ces derniers sont d’ailleurs liés aux premiers, sans que la réciproque soit vraie.

Approche socio-économique

84Cette approche est la plus difficile, car les caractéristiques socio-économiques d’un site sont délicates à établir. Nous avons retenu l’opposition entre contextes urbain et péri-urbain, d’une part, et rural, d’autre part (fig. 47, col. 7). Ces critères n’organisent absolument pas les sites en fonction des équilibres au sein de la triade domestique. Plus précisément, certains sites du Moyen Âge central sont considérés avoir abrité une population à statut social favorisé : motte castrale de Décines, quartier épiscopal à Lyon Sainte-Croix et Lyon Saint-Jean, habitat chevaleresque de Charavines (fig. 48, col. 1). Ils s’opposent aux autres sites ruraux dits "ordinaires", comme Château-Gaillard 2, L’Albenc II, Meyzieu, Simandres 2 et Rillieux-la-Pape, par l’abondance relative de restes porcins et la faiblesse du nombre des restes de bovins (fig. 47, col. 2 et 3), par la mortalité élevée d’infantiles et juvéniles, au moins pour les ovicaprins et les porcins, et par la faiblesse du nombre de femelles porcines (fig. 48, col. 2,3 et 5).

Interprétation

Alimentation

85Cette approche est essentielle dans cette étude puisque la quasi-totalité des restes osseux sont des déchets alimentaires.

Les espèces consommées

86Toutes les espèces domestiques traditionnelles sont présentes et consommées sur la plupart ou sur tous les sites : le mouton, la chèvre, le porc, le boeuf et la poule. La démonstration de la consommation des équidés reste en suspens. Certes, les traces observées plaident pour un traitement au moins partiel de leur cadavre et la fréquence élevée des découvertes de leurs vestiges, comparée à celle du chien qui ne semble pas consommé, souligne un rapprochement avec les espèces de la triade domestique. Mais les traces observées ne ressemblent pas à celles de boucherie présentes, par exemple, sur les os de boeuf, et il ne s’agit pas des mêmes organes osseux. Cette incertitude planait déjà sur les conclusions d’une synthèse récente (Forest 1998c). Enfin, l’oie complète la liste des animaux domestiques consommés.

87Les espèces sauvages mangées sont le cerf, le chevreuil, le sanglier, le lièvre, le lapin peut-être, et une liste limitée d’oiseaux, canard, perdrix, pigeon, foulque.

Proportion de chaque espèce dans l’alimentation

88Nous disposons de trois dénombrements pour évaluer l’importance de chaque taxon dans l’approvisionnement carné, tel que nous pouvons l’appréhender à partir des restes osseux, la viande désossée restant hors de notre portée : la fréquence d’apparition, le NR et la quantité de viande estimée (Forest 1998c).

89Les espèces de la triade domestique, présentes dans tous les sites, constituent le socle de cet approvisionnement. Au sein des ovicaprins, le mouton, plus fréquent, y pourvoit davantage que la chèvre. Parmi les oiseaux de basse-cour, l’oie signalée seulement dans quelques sites, s’efface devant la poule omniprésente.

90Les espèces sauvages, présentes dans moins de la moitié des sites, jouent un rôle secondaire. En première approximation, la pauvreté d’un lot en nombre de restes d’un taxon traduit un faible apport carné, d’autant plus que le format de l’animal est petit. C’est le cas pour la plupart des lots livrant des vestiges d’espèces sauvages. A l’exception de Poncin et de Sézegnin pour le cerf, l’apport carné des taxons sauvages est réduit.

91Les parts des masses de viande peuvent être estimées soit à partir du NMI (par exemple, Columeau 1991), soit à partir de la masse de restes considérée comme directement proportionnelle à celle de viande. Nous avons montré que l’estimation par le NMI minimisait la part des ovicaprins et accroissait celle des bovins, par rapport à l’estimation faite à partir de la masse de restes (Forest 1998c). Aussi, nous avons retenu cette deuxième méthode. Toutefois, comme les restes n’ont pas été pesés dans la majorité des études, nous avons estimé les masses de restes par l’usage de coefficients théoriques, dont nous avons justifié l’emploi dans le cadre d’une étude générale (Forest 1998c). Comme il existe un rapport direct entre le NR et la masse estimée, l’évolution chronologique observée par le NR reste valable pour l’approvisionnement carné. Toutefois, comme, théoriquement, avec quelques 20 % de restes, les bovins assurent déjà un apport de plus de 50 % de la viande, alors qu’il en faudrait 80 % pour les ovicaprins, ils jouent un rôle prépondérant ; d’écrasant au début de la séquence chronologique (42 à 94 %), leur pourcentage diminue faiblement entre le VIe et le Xe s. (37 à 89 %) pour devenir presque minoritaire à partir du Xe s. (13 à 84 %). C’est le pourcentage du porc qui gagne le plus lorsque celui du boeuf décroît. La part des ovicaprins demeure faible, toujours inférieure à 20 %, excepté entre le VIe et le Xe s., où elle les dépasse à Lyon P. Audry et Lyon Célestins. Les sites ruraux agricoles des Xe-XIe s. apparaissent comme de gros consommateurs de viande bovine, alors que les sites "socialement favorisés" consomment de la viande bovine, mais aussi des quantités importantes de viande porcine. Sur le site de Poncin, suivant les phases, le complément apporté par le cerf, le chevreuil et le sanglier, par rapport à la triade domestique, est évalué entre 8 et 18 % par le NMI et entre 9 et 27 % par la masse réelle d’ossements.

92La part prise par les volailles dans l’approvisionnement carné ne peut être correctement appréhendée par rapport à celles des mammifères de grand et moyen format. La présence régulière de leurs vestiges, ainsi que les miettes de coquilles d’oeufs à Meyzieu et à Château-Gaillard, font entrevoir un rôle non négligeable dans l’approvisionnement protéique.

Les types de produits

93L’aspect qualitatif de l’approvisionnement carné est abordé ici. D’après les observations faites durant toute la séquence chronologique envisagée, la consommation des animaux âgés est apparemment limitée pour les ovicaprins et les porcins, alors qu’elle est plus fréquente pour les bovins. Dans cette approche, une fois encore, deux groupes de sites du Moyen Âge central (Xe-XIe s.) s’opposent. Les sites "socialement favorisés" semblent privilégier la consommation de jeunes animaux, plutôt des mâles pour les porcins, tandis que les sites "ordinaires" consomment plutôt des adultes. En même temps, les espèces sauvages y sont moins représentées que dans les premiers. Un exemple caricatural est offert par Lyon SainteCroix, en tout point opposé à L’Albenc II ou à Rillieux-la-Pape. Il faut toutefois rappeler que sur la majorité des sites le mode de composition et d’évolution des dépôts a pu faire disparaître les témoins d’infantiles et de juvéniles.

Les pratiques de boucherie et d’alimentation

94La découpe des animaux ne s’organise pas selon des règles très précises. Les traces observées sont généralement rares, moins de 10 % de pièces en portent chez les ovicaprins, les porcins et les bovins, sauf à Poncin où, pour ces derniers, le taux d’os marqués est de 16 %. Globalement, il s’agit de stries de couteau et de sections au couperet qui accompagnent des gestes de désarticulations et de désossage.

95On note à Rillieux-la-Pape et à Simandres 1 les dépôts, dans des fosses, d’os entiers résultant d’un désossage soigneux de quartiers de viande, mais sans percussion ni éclatement de la diaphyse souvent pratiqués par ailleurs (pour récupérer la moelle ?). Ils suggèrent l’hypothèse d’un abattage simultané de plusieurs bêtes en vue de la constitution d’un stock de viande par un traitement conservatoire, comme le salage ou le fumage. La rareté des traces calcinées indiquent que les pièces à l’os n’étaient généralement pas grillées. Celles cuites l’étaient probablement en milieu liquide (ragoûts, sauces, etc.).

Élevage

96Si les ossements permettent d’estimer les quantités de viande par des calculs plus ou moins directs, il n’en est pas de même pour la composition des troupeaux. Ils ne nous donnent au mieux que le nombre minimum des animaux tués pour être mangés. Comment le choix en a-t-il été fait ? C’est la première réponse à apporter, et c’est poser simultanément une autre question : les consommateurs sont-ils les éleveurs ? Autrement dit, le choix des animaux abattus est-il imposé avant tout par la gestion des troupeaux ou est-il lié, et dans quelle proportion, aux choix de consommation et aux modes d’approvisionnement ?

Restes et élevage

97La différence de composition du régime alimentaire au sein des sites du Moyen Âge central montre bien que, suivant la situation initiale, l’interprétation des modes d’élevage sera radicalement différente. Ainsi, il est difficile d’imaginer au coeur du quartier épiscopal de Lyon, un élevage de porcs dans lequel on ne tue que les tout jeunes animaux, privant ainsi le troupeau de sa capacité de renouvellement : Lyon Sainte-Croix est le modèle du lot osseux de type "consommateur", tel que nous l’avions déjà défini (Forest 1987). Il permet, en retour, de considérer les sites contemporains (Château-Gaillard 2, L’Albenc II, Meyzieu, Simandres 2, Rillieux-la-Pape) comme "éleveurs". Les animaux consommés peuvent alors livrer des indices sur la gestion des espèces.

98Le choix des animaux consommés peut s’expliquer, chez les éleveurs, par l’option choisie dans la gestion des espèces. L’âge de mortalité des ovicaprins (la faiblesse des échantillons ne permet pas d’analyser séparément la gestions des ovins et celle des caprins pourtant a priori différentes, puisque, par exemple, la chèvre ne produit pas de laine) ne montre aucune spécialisation évidente et on peut avancer une utilisation très polyvalente de ces animaux dont tous les produits (viande d’animaux de tous âges, laine, lait) sont exploités. L’abattage des porcins juvéniles ou jeunes adultes s’inscrit dans la vocation de cette espèce pour la boucherie. Mais le nombre de femelles est proche ou supérieur à celui des mâles, sans que les animaux les plus vieux soient automatiquement des femelles reproductrices âgées. Les femelles sont tuées selon le même schéma que les mâles. Ceci pourrait expliquer la relative rareté des porcelets qui sont des femelles éliminées tôt. dans un contexte où l’élevage de mâles pour la boucherie est privilégié. Et si l’on suppose que les mâles sont généralement castrés, cela constituerait ainsi un indice de la castration des femelles (Forest 1997).

99S’agissant des bovins, deux groupes de sites se distinguent. Ainsi, Rillieux-la-Pape et Château-Gaillard 2 montrent une tendance à une mortalité de jeunes adultes, tandis que les bovins paraissent plus âgés à L’Albenc II. Communay et Meyzieu contiennent les deux types d’animaux. Dans les sites du premier groupe, la qualité de la viande pourrait être le critère de choix, alors qu’à L’Albenc II, la réforme après services rendus pour l’agriculture s’imposerait davantage. Néanmoins, la présence de quelques vieux adultes souligne que l’élevage des bovins n’a pas pour but de fournir des animaux à viande, mais, plus probablement, des animaux polyvalents dans un troupeau suffisamment étoffé pour que l’on puisse y prélever certains sujets (à moins qu’il ne s’agisse d’une réforme pour inadaptation aux services escomptés). Une constante apparaît : la quasi-absence de restes de veau et une amenée de tous les animaux au stade adulte.

100Par ailleurs, les lots issus des sites du Moyen Âge central dits "éleveurs", présentent des compositions différentes (NR par espèce). Peut-on considérer que plus l’espèce livre de restes et plus son importance est grande au sein de l’élevage ? C’est en fait cette relation qui demeure l’interrogation archéozoologique majeure. L’emploi du terme vague d’importance est volontaire : il recouvre aussi bien le nombre de têtes dans les troupeaux gérés, la part des services rendus (lait, laine, cuir, trait, fumure, etc.) que les surfaces mobilisées pour leur entretien... Si tel est le cas, la situation géographique du site ne semble pas influencer la prédisposition pour l’une ou l’autre des espèces. En revanche, l’opposition entre lots issus de sites "éleveurs" et de sites "consommateurs" se traduit en fait par une complémentarité flagrante entre porcins et bovins et entre classes d’âge au sein d’un même taxon, comme si les premiers approvisionnaient les seconds.

101Il est difficile d’étendre ce modèle au haut Moyen Âge. Toutefois, la rareté des restes d’ovicaprins durant l’Antiquité tardive et le début du haut Moyen Âge autorise à considérer que l’élevage du mouton et de la chèvre devait être faible dans la région à cette période et qu’il ne s’est développé que plus tard. Notons à Poncin IIa, l’éventualité de la conservation de mâles, peut-être castrés, pour, entre autres, la fourniture de produits secondaires (les étuis des cornes). Ce site est d’ailleurs le seul de cette période où des éléments suggèrent que les consommateurs sont étrangers au monde de l’élevage.

102La présence de jeunes équidés (moins de 5 ans), dont un juvénile à Simandres 1 et deux infantiles à Château-Gaillard 1 et 2, indique une probable reproduction des animaux sur place.

103L’absence de deux espèces domestiques actuellement courantes appelle un développement. La première, le lapin, cousin du lièvre, apparaît principalement comme animal intrusif. Son absence quasi systématique des sites du haut Moyen Âge et des Xe-XIe s. en Rhône-Alpes confirme que son extension naturelle (ou organisée par l’homme par les garennes) n’a pas encore commencé dans la moyenne vallée du Rhône à partir de la zone méditerranéenne, son aire d’origine. La seconde, le chat, n’apparaît qu’à Lyon R Audry 3 et dans trois sites de comparaison, Portout, Charavines et Lyon Sainte-Croix. Dans ces deux derniers, il est domestique alors que dans les deux autres, il n’est pas distingué de son cousin indigène, le chat sauvage, ostéologiquement très proche. Bien que déjà présent en Gaule romaine, le chat domestique est encore peu répandu au Moyen Âge, particulièrement dans le monde rural, surtout en comparaison avec la fréquence d’apparition du chien. A noter qu’en revanche, il est très fréquent dans les lots osseux de Lyon aux XVe-XVIe s (rapports Forest 1990, 1992, 1995b).

Chasse et élevage

104La rareté des restes d’animaux sauvages dans les sites étudiés permet d’affirmer que la chasse, soit nourricière, soit protectrice des cultures, devait être faiblement pratiquée. Il faut noter, dans le cadre de cette dernière, l’absence de restes d’ours brun, trouvé seulement sous forme consommée à Lyon SainteCroix aux Xe-XIe s. Or entre le XIIe et le XIVe s., celui-ci est chassé et mangé dans tous les sites péri-pyrénéens, où il abonde dans l’environnement (Forest 1998c). Doit-on en déduire qu’il a déjà disparu des régions où se trouvent les sites, notamment des montagnes environnant Poncin ?

105Poncin est d’ailleurs le seul établissement où l’activité cynégétique peut avoir joué un rôle important dans l’alimentation. En outre, les caractéristiques des espèces domestiques consommées plaident davantage pour une acquisition extérieure au site. Ainsi, la chasse, pourvoyeuse à la fois de viande et de matière première par les bois de cerfs, aurait relégué l’élevage à une forme d’appoint.

Élevage et taille des animaux domestiques

106La gestion des animaux domestiques peut s’imprimer sur leur corps. Les transformations morphologiques, ainsi occasionnées, peuvent se répercuter plus ou moins directement sur la charpente squelettique. Les séries osseuses que nous avons étudiées soulignent que tous les os ne réagissent pas de manière identique. Il faut donc rester prudent sur les conclusions, surtout quand les modèles biologiques sur lesquels devrait s’appuyer l’interprétation sont assez mal connus.

107Chez les ovicaprins, les valeurs des deux mesures de largeurs ne varient guère de la période antique au XIe s., à la différence de la longueur du talus. Peut-on en déduire que durant le Moyen Âge central les animaux sont moins hauts mais aussi robustes, autrement dit aussi larges ? Il est encore trop tôt pour se prononcer, mais il semble qu’aucun bouleversement majeur n’ait affecté le format de ce taxon durant la séquence historique explorée.

108La même impression se dégage de l’ostéométrie des porcins. Toutefois, dans cette espèce, on constate, par rapport à la période antique, une légère diminution des valeurs supérieures durant le haut Moyen Âge, puis de l’ensemble durant le Moyen Âge central. Mais l’écart entre les échantillons est faible. Ce changement ostéométrique lent et progressif plaide pour une évolution continue d’une même population au sein de laquelle les éleveurs n’ont pas privilégié la grande taille.

109Chez les bovins, mieux connus (Guintard 1996 et 1998), la hauteur et la corpulence des animaux diminuent au cours du haut Moyen Âge pour atteindre des valeurs minimales durant le Moyen Âge central. Ce mouvement se retrouve dans toute la France du sud, où il ne correspond probablement pas à l’introduction de nouvelles populations mais à une évolution des populations locales. Il y a donc eu modification dans la gestion zootechnique de cette espèce, sans qu’il soit possible actuellement d’en définir précisément les modalités : dégénérescence comme disent certains, ou plutôt adaptation à de nouvelles formes d’organisation de l’exploitation du milieu rural ? Pour l’instant, cette deuxième solution a notre faveur (Forest, Rodet-Belarbi 2000). Ainsi, il semble que durant une partie du haut Moyen Âge, les éleveurs aient maintenu en l’état les populations animales héritées de la période antique. C’est seulement à l’approche du Moyen Âge central que, d’une façon plus ou moins sensible suivant l’espèce, s’opère une diminution des formats des animaux.

Bilan

110Les lots osseux fauniques publiés dans le présent ouvrage, bien que souvent de faible effectif, doublent le volume de l’échantillon régional ; celui-ci s’en trouve ainsi considérablement enrichi en informations, notamment grâce au quadrillage d’un territoire rural. Le rassemblement de toutes les données disponibles en une esquisse régionale renouvelle les synthèses déjà anciennes en matière d’alimentation et d’élevage (Forest 1987, Olive 1993).

111La première constatation est la grande diversité de la composition des ensembles archéologiques. La présence des taxons varie au cours des siècles, autant qualitativement que quantitativement. Mais ce mouvement interfère avec le mode de formation des lots osseux, en particulier selon la relation qui unit le consommateur, producteur des déchets osseux, et l’éleveur, producteur des animaux vivants. Toutefois, certaines tendances se dessinent ; mais elles demeurent soumises aux aléas des découvertes.

112L’essentiel de l’apport carné est fourni par les espèces domestiques de rente : mouton, chèvre, porc et boeuf. La faune sauvage joue un rôle généralement très secondaire, tout comme les équidés, s’ils sont consommés. Au tournant de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, l’alimentation, et indirectement l’élevage, semblent privilégier les porcins et les bovins. Ils s’orientent vers les ovicaprins, mouton et chèvre, au cours du haut Moyen Âge et montrent moins d’intérêt pour le boeuf durant le Moyen Âge central. Cette dernière période est, en outre, caractérisée par une forme d’opposition entre des sites d’habitats ordinaires, à vocation agricole, et des sites ruraux ou urbains de statut privilégié. Les premiers consomment principalement du boeuf, des ovicaprins et des porcins adultes, autant femelles que mâles ; les seconds, outre du boeuf et des ovicaprins, se procurent une majorité de porcins juvéniles et infantiles et aussi davantage de faune sauvage.

113Dans l’histoire régionale des relations entre l’homme et l’animal, le passage entre la période antique et le haut Moyen Âge ne se traduit pas par une rupture, notamment dans les modalités de l’élevage. En revanche, pour le milieu du Moyen Âge, la modification nette de la composition des lots osseux traduit de nouvelles habitudes alimentaires, socialement marquées, et probablement de nouvelles pratiques pastorales, notamment illustrées par la transformation des formats des espèces domestiques de rente, exception faite des équidés. L’environnement animalier des siècles modernes n’est pas encore pleinement constitué : l’âne, le chat et l’oie sont rares ; le lapin est absent ; le canard et le pigeon sont encore peu représentés.

114En regard de l’aire géographique envisagée dans cette synthèse, la répartition des sites pris en compte est encore très lâche. Les interprétations proposées ici doivent donc être acceptées comme une étape dans notre découverte des animaux que côtoyaient et géraient les hommes du Moyen Âge. Ces nouveaux acquis sont redevables aux responsables d’opération qui, persuadés de l’apport des vestiges fauniques à la compréhension des sites et de leur environnement, ont encouragé notre démarche. Puisse cette recherche connaître de nouveaux développements.

Équipements et activités domestiques

Foyers et fours

115Des équipements et ustensiles du quotidien, l’archéologie retient surtout ceux qui sont en rapport avec la cuisson et l’alimentation. A commencer par l’omniprésente vaisselle de terre, suffisamment décrite dans le quatrième chapitre, consacré à la chronologie des sites, pour que nous n’y revenions pas ici. Dans sa simplicité, le foyer domestique, à usage culinaire en priorité, mais aussi source de chaleur et moyen d’éclairage, attribut symbolique de la "maison", résiste plus difficilement aux outrages du temps. En revanche, parce qu’ils donnent lieu à des excavations plus vastes et plus profondes, les véritables fours sont mieux préservés.

La maison et son foyer

116Les données réunies ici, relativement modestes, ne modifient pas l’image classique de ces structures rustiques, inchangées depuis la nuit des temps : feux ouverts, à fleur de sol, matérialisés, le plus souvent, par une simple fosse ; quelques éléments de pierre rentrent parfois dans leur composition, pour la sole ou la bordure (Pesez 1986b). En définitive, le constat le plus troublant, quant à notre région, est la rareté des bâtiments pourvus d’un structure de combustion interne. Le compte en est vite fait : 2 bâtiments à Beynost, 1 à Poncin et à Meyzieu. et 3 à Château-Gaillard pour plusieurs dizaines de constructions. Dans quelques cas, des foyers en plein air, proches de bâtiments, ont pu jouer le même rôle, enfumage et risque d’incendie en moins (Bény, Château-Gaillard). On ne saurait dire si la structure à feu mise au jour à Beauregard-Baret est un foyer interne ou externe, tant les vestiges des constructions environnantes sont dégradés. Bref, ressortent partout les effets de l’érosion sur des aménagements aussi sommaires.

117Le foyer du bâtiment A de Beynost, avec 1,50 m de diamètre, fait partie des plus vastes, mais n’est jamais qu’une simple fosse circulaire aménagée. Le foyer de la structure 11 de Meyzieu est plus modeste ; à noter que c’est le seul exemple reconnu dans une bâtisse à sol excavé. Les rares foyers des grandes maisons à trois vaisseaux de Château-Gaillard ne sont pas pour autant surdimensionnés, mais celui du bâtiment 52 est composé d’une double fosse. Malgré tout, ce site livre une information intéressante : à partir des négatifs des trois gros poteaux qui l’entourent, il est proposé que le foyer du bâtiment 12 ait été surmonté d’un dispositif d’aération. En outre, les traces d’ancrage observées dans le sol de ces maisons laissent imaginer la multiplicité des aménagements qui nous échappent. On est évidemment tenté de proposer, entre autres, des plates-formes ou des caissons, des sortes d’âtres surélevées, dont le grand foyer du bâtiment résidentiel de Charavines Colletière donne un exemple exceptionnellement conservé, en outre accompagné d’une cheminée (Colardelle, Verdel 1993 : 168-169).

118Peu de structures font appel à des aménagements "construits". Le site de Poncin se distingue encore des autres par le grand foyer quadrangulaire (1,20 x 1,50 m) du bâtiment B, dont la sole, à l’origine limitée seulement par un entourage de pierres, a été ensuite matérialisée par un dallage (fig. 13, Poncin). Un peu plus petit, l’exemplaire de Beauregard-Baret est tout aussi soigneusement agencé (fig. 4, Beauregard-Baret). Bien sûr, les dispositifs très élaborés des habitats périurbains de la rue P. Audry à Lyon sont à mettre à part, mais appellent un commentaire. Si le foyer 17 repose directement sur un sol dallé au centre d’une pièce, en général, on préfère les foyers d’angle (16) sur plate-forme en pierre. Le foyer 31 donne lieu, quant à lui, à l’édification d’un petit local séparé, se rapprochant de la conception d’un four. La découverte de foyers domestiques tout aussi élaborés dans d’autres habitats haut médiévaux de l’agglomération lyonnaise (Lyon rue Tramassac : Arlaud et al. 1994 ; Lyon rue des Chartreux : rapport Ayala et al. 2000) pourrait signifier que la maison urbaine, plus stable que la maison rurale, se voyait dotée d’équipements plus durables.

Les grands fours culinaires

119Les exemplaires rhônalpins (1 à Beynost, 6 à Rillieux-la-Pape, 4 à Simandres) rentrent dans une typologie désormais bien connue pour le Moyen Âge européen. En matière de chronologie, le spécimen le plus ancien est celui de Beynost (VIIe-VIIIe s.) ; tous les autres fours se placent dans la fourchette Xe-XIe s.

120Il s’agit toujours de structures installées en plein air, en grande partie creusées dans le sol, dont la chambre de cuisson, circulaire ou ovale, est séparée du foyer proprement dit, placé dans une avant-fosse plus ou moins développée (fig. 5 et 6, Beynost). Dans la plupart des cas, des arguments permettent d’avancer qu’une calotte en torchis constituait le sommet de la chambre de cuisson : la reconstitution du four 23 de Simandres en donne une bonne idée (fig. 50). Des détails d’exécution sont notés dans la facture de la sole, rarement empierrée (un cas à Rillieux), et dans le système d’obturation de la bouche du four. Il est évident que les terrains souples et compacts favorisent la réalisation de tels équipements. C’est le cas dans notre région où les qualités plastiques et réfractaires de la couverture argileuse ont été bien exploitées. Les grandes fosses d’extraction de matériau qui avoisinent les fours de Rillieux traduisent la nécessité de réfections fréquentes des parties supérieures.

50 - Proposition de restitution de l’un des grands fours domestiques de Simandres

50 - Proposition de restitution de l’un des grands fours domestiques de Simandres

La Plaine (Rhône)

121On a vu, à propos du traitement des récoltes, que tous n’ont pas connu un usage strictement culinaire, mais, d’une manière générale, on leur restitue une fonction de four à pain. Leur taille considérable (entre 4 et 7 m de long pour les cas régionaux), leur disposition en batterie (Simandres) et la composition de leur remplissage indiquent un usage intensif et une vocation collective. C’est avec les découvertes faites en Ile-de-France, pour l’époque carolingienne, que le rapprochement semble le plus pertinent. Ainsi, à Villiers-le-Sec, Val-d’Oise, un secteur de la fouille a pu être identifié comme "une boulangerie-cuisine", (Un village au temps de Charlemagne 1988 : 248-250).

Petit artisanat

122Il convient de préciser que le terme artisanat est employé ici dans son sens le plus limité, celui de travail manuel : aucun indice ne suggère une production autre qu’à usage domestique. Le doute est toutefois permis à propos du travail du bois de cerf et de la corne dans l’établissement de Poncin, qui a peut-être connu des débouchés extérieurs. Les sites pris en compte ici livrent essentiellement des outils ou accessoires en relation avec le travail du textile ou des matières souple et des témoins de la métallurgie du fer. Les objets mis en relation avec ces activités sont, en définitive, peu nombreux et dispersés dans des niveaux d’abandon ou des rejets. Aucun indice ne permet de localiser le lieu, l’atelier, où elles se sont déroulées.

Le travail du textile et des matières souples

123Une aiguille à chas en os provenant de Rillieux, des perçoirs, poinçons, alènes et emporte-pièce ( ?) en métal provenant de L’Albenc, Château-Gaillard, Rillieux et Simandres ont pu participer au traitement des matières souples (étoffes, cuir).

124Concernant la production de laine, la rareté des fusaïoles (2 à L’Albenc et 2 à Rillieux) appelle la même remarque que celle des lames de force, mentionnées plus haut, dans des contextes où la présence de moutons est bien attestée.

125Quant au traitement des étoffes, des lissoirs de verre (2 à Meyzieu et 3 à Rillieux) en sont des témoins désormais bien repérés par les archéologues français depuis les travaux qui les ont vulgarisés (Ferdière 1984, Macquet 1990). Après la découverte d’un premier exemplaire dans la région lyonnaise (Bouvier et al. 1992 : 267), ils sont assez souvent signalés en milieu rural, toujours dans des occupations des Xe-XIe s. Ces sortes de galets de verre plein pourraient avoir servi à assouplir les étoffes et à en lisser la surface, par pression et frottement (fig. 13 n° 5, Rillieux-la-Pape).

  • 2 - Renseignements fournis par Mme Dominique Cardon (chercheur au CNRS, UMR 5648. Lyon) que nous teno (...)

126Plus exceptionnelle est la mise au jour, toujours à Rillieux, d’un accessoire de métier, témoignage direct de la pratique du tissage. L’interprétation de cet objet, dont nous n’avons, à ce jour, pas trouvé d’équivalent en France, se fonde sur la comparaison avec des pièces originaires de la péninsule ibérique, en particulier du site de Conimbriga, où elles sont datées de la même période2. Toutefois ces exemples, également en fer, comportent au moins trois dents et sont munis d’une soie ou d’une douille (Velasco 1987). Le rapprochement a été possible avec un exemplaire mieux conservé, provenant du site proche de Décines (fig. 51), non interprété au moment de sa découverte (Bouvier et al. 1992 : 263). Les exemplaires rhodaniens ne possèdent que deux dents et sont du type à douille. Le templet est donc constitué d’une baguette de longueur réglable, dont chaque extrémité porte une griffe, qui, fichée dans la toile en cours de tissage, la maintient en tension. Il est possible que cette mention soit l’occasion de redécouvrir quelques objets de ce type dans les collections régionales.

51- Griffe de templet

51- Griffe de templet

Accessoire de tissage en fer provenant de la motte castrale de Décines-Charpieu, Rhône (fin Xe s.) ; une baguette de bois réglable, munie d’une griffe à chaque extrémité, permettait de maintenir les pièces de toile en tension sur le métier, dans le sens de la largeur

Le travail du métal

  • 3 - Identification et commentaires dus à M. Hervé Laurent (Conservateur du patrimoine, DRAC de Franch (...)

127Cinq sites comportent des traces du travail du fer, mais un seul d’entre eux, Beynost (VIIe-VIIIe s.), livre des foyers métallurgiques ; il s’agit d’installations sommaires, simples cuvettes circulaires creusées dans le sol, situées à l’extérieur des bâtiments. Durant la même période, le grand foyer du bâtiment Β de Poncin, pourrait avoir accessoirement servi à la métallurgie, puisque la majeure partie des scories a été trouvée à proximité de celui-ci. Ailleurs, à Château-Gaillard, à Reyrieux et à Meyzieu, au cours du Moyen Âge central, cette activité se signale seulement par la présence de scories ferreuses. Les observations technologiques les plus précises ont pu être faites sur les rejets assez volumineux provenant de Château-Gaillard (une dizaine de kg) et de Beynost (une vingtaine de kg)3. Les deux sites livrent, entre autres, des déchets sous forme de fonds de culot, dont la composition et la structure indiquent qu’ils résultent probablement du travail d’affinage et/ou de forgeage du fer. Des fragments de parois de foyer adhèrent à certaines scories. L’ensemble de ces éléments assure que le traitement secondaire du métal était pratiqué dans les établissements concernés. Quant au traitement primaire, la phase de la réduction du minerai, il est envisagé à Château-Gaillard, à titre d’hypothèse, en raison de la structure particulière de deux scories (masse, couleur, brillance). Toutefois, aucun indice archéologique de bas-fourneau n’a été relevé sur le site ; il est toutefois à noter que la majorité des rejets de métallurgie, scories et fragments de parois de foyer, proviennent de la zone sud du site, là où l’occupation de la fin de l’époque carolingienne est la plus dense et où l’on est tenté de replacer un éventuel atelier.

128Les faits méritent d’être relevés avec précision, car leur interprétation est bien différente selon les cas. Rien n’indique, en effet, que les établissements (en l’occurrence Beynost, Reyrieux, Meyzieu) aient été dotés d’atelier métallurgique spécialisé, susceptibles de pratiquer toute la chaîne opératoire, du minerai à l’objet fini. Ceux-ci auraient requis non seulement des savoir-faire appropriés, mais aussi un approvisionnement spécifique en matières premières. La présence généralisée de petites forges est une hypothèse plus raisonnable qui correspond bien à la nécessité de l’entretien répété, voire du remplacement des précieux outils et accessoires de fer. En revanche, la taille de l’agglomération de Château-Gaillard a pu entraîner une organisation économique différente, justifiant le développement d’un artisanat spécialisé.

Conclusion

129L’archéologie éclaire, de façon somme toute assez satisfaisante, la nature et la vocation de nos sites. Certes, le tableau dressé aujourd’hui mérite d’être complété et précisé par de nouvelles découvertes et, surtout, par le développement des disciplines paléoenvironnementales appliquées à la période médiévale. Il ressort néanmoins que la plupart de nos établissements prend activement part à la mise en valeur des terroirs dans lesquels ils s’inscrivent. Le tour d’horizon régional révèle avant tout la diversité des modes d’installation : aux unités agricoles "autonomes" du haut Moyen Âge, qu’elles soient isolées ou groupées, semble se substituer, autour de l’an mil, une organisation plus lâche, consommatrice d’espace, résultant du regroupement d’équipements agricoles à usage collectif, au plus près des zones mises en culture. C’est alors que les activités paysannes sont les plus lisibles, à travers les vestiges des étapes du traitement des récoltes, parmi lesquels les aires d’ensilage font figure de symbole. L’extraordinaire développement de ce mode de stockage, comme les restes végétaux qui ont pu être analysés, indiquent que la céréaliculture y tient une place de choix, tandis que les champs sont installés dans des paysages ouverts, où la prairie semble recherchée, si ce n’est entretenue. A titre d’hypothèse, on établira le lien avec la pratique de l’élevage, en particulier celui des bovins, plus exigeants en matière de pâture que moutons, chèvres et porcs. Ces faits, qui reflètent une organisation dilatée et évolutive des établissements du Moyen Âge central, plaident pour une forme d’agriculture itinérante.

130Dans ce bilan général, force est de constater que les temps carolingiens sont les moins bien illustrés. Les vestiges relevés à Communay ou à Simandres sont trop ténus pour en tirer des informations structurées. Pour la fin de la période, bien qu’il ressorte de l’échantillon régional par une topographie et une architecture hors normes, le site de Château-Gaillard livre finalement bien peu d’informations sur les modes de vie et de travail paysans : quelques foyers, pas de fours, pas de puits ni de mare, pas de silos ni de fosses, et enfin pas de véritables dépotoirs, et, par conséquent, peu de mobilier. Quant aux habitats de la rue P. Audry à Lyon, ils sortent du champ de cette approche, appliquée aux établissements voués à une économie de subsistance.

131C’est évident, les fouilles livrent peu d’informations sur le niveau de fortune des habitants. Les textes sont également peu explicites, mais fournissent quelques pistes, exploitées dans le troisième chapitre. Quelques constats, cependant, peuvent être faits à partir du mobilier archéologique. Ils nous conduisent à placer tout à fait à part l’établissement de Poncin, dont nous avons déjà souligné l’exceptionnelle architecture de pierre. Ici, des pièces d’harnachement et d’armement, des objets de parure, des monnaies, de la vaisselle de verre et des céramiques importées, mais aussi des vestiges de faune sauvage, suggèrent l’aisance relative des habitants. Partout ailleurs, le statut inférieur des communautés paysannes, par comparaison avec les occupants des sites "privilégiés", habitats nobles et religieux, transparaît : on ne trouve pas d’armes et le cheval, s’il est présent, l’est pour sa force de travail. La rareté des pièces d’harnachement, y compris fers à cheval, dans les établissements agricoles du milieu du Moyen Âge doit être soulignée, car elle s’oppose nettement à leur fréquence, attestée sur les sites contemporains de résidence aristocratique fouillés dans la région (Charavines, Chirens, Décines...). Par leur présence ou leur absence, ces pièces d’équipement signalent le statut différent des communautés, à travers celui qui est assigné au cheval : appui technique et apport alimentaire accessoire pour la paysannerie, symbole du pouvoir avant tout pour les catégories sociales privilégiées.

132Le travail du textile est assez bien représenté, mais de façon hétéroclite ; on ne dispose pas de séries d’outils ou d’accessoires qui justifieraient l’hypothèse d’une production en dehors du cadre strictement domestique. La métallurgie, en l’occurrence celle du fer, attestée sur de nombreux sites par des déchets, davantage que par des structures foyères, ne concerne guère que le forgeage, pour la confection et l’entretien de l’outillage courant. On s’interdira donc, en l’état actuel des connaissances, d’envisager des productions artisanales tournées vers des débouchés extérieurs.

133Cette autarcie relative est également sensible dans les objets du quotidien. Les habitats ruraux du haut Moyen Âge semblent, sauf dans le cas particulier de Poncin, cité plus haut, rester à l’écart des courants d’échange à longue ou moyenne distance. La vaisselle de terre en témoigne : si elle provient bien d’ateliers spécialisés, en sont absents les produits lointains (amphores méditerranéennes) ou plus proches (céramiques dites fines des ateliers rhodaniens ou savoyards), qui sont, en revanche, couramment attestés en milieu urbain (Lyon, Vienne, Grenoble) jusqu’à la fin du VIe ou le début du VIIe s. L’absence de monnaies postérieures à 400 sur l’ensemble des sites ruraux, toujours à l’exception de Poncin, pourrait être une autre manifestation de leur isolement économique.

134Mais les sites plus récents, du Moyen Âge central, sont tout autant dépourvus de matériel monétaire. On peut évidemment invoquer les conditions de gisement et le hasard des découvertes. Malgré tout, ne peut-on y voir un marqueur social et économique, par contraste avec la situation rencontrée sur les sites urbains, aristocratiques ou religieux, qui eux, livrent régulièrement des monnaies. Toujours ténues, parfois équivoques, les données de terrains commentées ici ne sont, au plan régional, que la traduction matérielle d’une tendance générale, telle qu’elle ressort des constats faits par les historiens du monde chrétien médiéval, à l’instar de Robert Fossier (1992 : 342) qui résume ainsi les conditions de la vie paysanne à la fin du IXe s. :

"...association culture itinérante et élevage extensif habitat instable et exploitations par groupes humains larges, subsistance sans souci de profit".

135Au moment de clore cette synthèse, nous avons plaisir à souligner l’apport des archives du sol à l’histoire des populations rurales. Réunis, interrogés, hiérarchisés, comparés, combinés, les résultats de la quête désordonnée qu’impose l’archéologie de sauvetage trouvent place, comme autant de pièces d’un vaste puzzle, pour dresser le tableau des manières de vivre à la campagne au Moyen Âge, entre Rhône et Alpes. Bien sûr, il reste beaucoup à faire pour en préciser les contours et les couleurs. Gageons que, sous peu, de nouvelles découvertes y contibueront !

Notes

1 Les sites ayant donné lieu à des analyses de flore sont les suivants (Laboratoire Archéolabs, Le Châtelard, 38840 Saint-Bonnet-de-Chavagnes) :
Lyon, 54 rue P. Audry : anthracologie (ARC 93/R1501B);
Meyzieu, La Chapelle : anthracologie, carpologie (ARC 95/R1807B);
Rillieux-la-Pape, Les Balmes : palynologie (ARC 90/R849P); Jons, Les Mures : palynologie (ARC 90/R847P);
L'Albenc, Le Bivan : palynologie (ARC 97/R1942P);
Bény, Garavand : anthracologie. carpologie (ARC 95/R1395B).
Les résultats des analyses sont présentés dans les monographies correspondantes. Un programme d'analyses assez ambitieux avait été prévu pour les sites de l'A 46 sud (est Lyonnais et nord Viennois) ; il a malheureusement dû être abandonné en raison de la mauvaise conservation des sédiments.

2 - Renseignements fournis par Mme Dominique Cardon (chercheur au CNRS, UMR 5648. Lyon) que nous tenons à remercier ici.

3 - Identification et commentaires dus à M. Hervé Laurent (Conservateur du patrimoine, DRAC de Franche-Comté), à qui va notre gratitude.

Table des illustrations

Titre 31 - Moisson à la faucille, calendrier, mois d’août
Légende D’après le Recueil d’astronomie et de computation, composé à Salzbourg entre 809 et 818
Crédits (Vienne, Bibliothèque nationale)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 32- Labour à l’araire
Légende D’après le Psautier d’Utrecht, exécuté entre 817 et 834
Crédits (Utrecht, Bibliothèque universitaire)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 33 – Labour à la charue, semailles et hersage
Légende D’après la Tapisserie de Bayeux, fin du XIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 34 – Battage au fléau, calendrier, mois d’août
Légende D’après une peinture murale de l’église de Pritz, Mayenne XIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 35 - Répartition des différents modes de stockage, silos ou greniers, attestés par l’archéologie
Légende 1. Bény (01), Garavand ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 5. Reyrieux (01), L’Ecole ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan : 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 36 – Descriptif général des sites ayant livré des vestiges fauniques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 37- Localisation des sites dont le mobilier faunique est pris en compte dans cette étude
Légende (chiffres : sites publiés dans ce volume ; lettres : sites de comparaison)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 38 - Présentation récapitulative des ovicaprins
Légende (+++, ++, + = densités par importance relative décroissante ; - = absence)(mâ = mâchoires, os = épiphysations osseuses)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 39- Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les ovicaprins
Légende (ov = mouton, cp = chèvre)(mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)Exemple de lecture : 4 métacarpes ont à Lyon-Célestins une largeur comprise entre 23 et 24 mm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre 40 - Présentation récapitulative des porcins
Légende (mâ = mâche ;, os = épiphysations osseuses)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre 41 - Variations diachroniques de trois mesures osseuses chez les porcins
Légende (mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)(sanglier : valeur minimale à Burgäschisee, Boessneck et al. 1963)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre 42 - Présentation récapitulative des bovins
Légende (mâ = mâchoires, os = épiphysations osseuses)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 43 - Variations diachroniques de quelques mesures osseuses chez les bovins
Légende (mx = maximum, my = moyenne, mn = minimum)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 44 - Présentation réca live des équidés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 45 – Présentation générale des faunes de la région étudiée entre le Ive et le XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 46- Présentation générale des avifaunes
Légende (sq = squelette)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 47- Présentation simplifiée des caractéristiques principales des lots osseux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre 48- Âges et sexes au sein des espèces domestiques répertoriées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 49 - Évolution chronologique de divers critères au sein d’un même site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 50 - Proposition de restitution de l’un des grands fours domestiques de Simandres
Légende La Plaine (Rhône)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 51- Griffe de templet
Légende Accessoire de tissage en fer provenant de la motte castrale de Décines-Charpieu, Rhône (fin Xe s.) ; une baguette de bois réglable, munie d’une griffe à chaque extrémité, permettait de maintenir les pièces de toile en tension sur le métier, dans le sens de la largeur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1995/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access