Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 4. Haut Moyen Âge et datations archéologiques

Une enquête à part entière

Texte intégral

1Les chercheurs s’accordent à reconnaître que la difficulté à établir la chronologie des sites est actuellement le handicap majeur de l’archéologie du haut Moyen Âge. C’est par ce constat amer que s’ouvre une des récentes synthèses sur ce thème, proposée à l’occasion du Congrès de l’Association française d’archéologie mérovingienne tenu à Paris en 1993 (Lorren, Périn 1995 : XIII). Il n’est donc pas surprenant que les historiens médiévistes soulignent la faiblesse de notre discipline dans ce domaine. Ainsi s’exprime l’un d’eux à propos de la publication mentionnée plus haut, en des termes assez polémiques, il est vrai, mais évocateurs des circonstances bien réelles rencontrées au cours de notre travail :

"Remarquons, après bien d’autres, que la plupart des sites dont il est question posent de redoutables problèmes de chronologie. Les idéologues de l’archéologie autocentrée entonnent le thrène de la stratigraphie mal établie ; il n’y a pourtant guère d’espoir de ce côté, ni non plus du côté de la sacro-sainte typologie morphologique des céramiques. Il me paraît tout à fait clair qu’une réflexion approfondie sur les besoins exacts de l’archéologie à l’égard de l’archéométrie et de ses diverses méthodes de datation devrait permettre en cette matière des investissements beaucoup mieux ciblés..." (Guerreau 1996).

2Que l’on se rassure, la situation évolue rapidement depuis quelques années. Conscients de ce handicap, les chercheurs s’attachent à faire sortir l’archéologie du haut Moyen Âge de cette sorte de cercle vicieux où la maintenait un certain manque d’esprit critique par rapport aux attributions chronologiques traditionnellement admises. Le renfort désormais régulier des données archéométriques, que l’auteur précité appelle de ses voeux, est la source essentielle des progrès enregistrés. La démonstration en est faite, toujours par le Congrès de l’AFAM, qui consacre entièrement l’édition de 1994 (Rouen) à la question des datations et des chronologies pour le haut Moyen Âge, largement orientée, il est vrai, vers le domaine funéraire (Delestre, Périn 1998).

3C’est un vaste débat que nous ne comptons pas épuiser ici. Mais nous souhaitons exposer l’esprit qui a présidé à notre travail et montrer comment toutes les garanties ont été prises afin d’asseoir au mieux la datation des habitats dont il est question dans ce volume. Dans cet objectif, chacune des monographie comporte une argumentation serrée. Pour des raisons évidentes, la céramique se taille la part belle dans ces exposés, car elle est souvent le marqueur chronologique exclusif des sites ruraux. Le mobilier métallique, voire la vaisselle de verre, sont également mis à contribution dans les rares cas où des objets, sortant de l’ordinaire, apportent des informations complémentaires. Mais ce sont surtout les datations par le radiocarbone qui ont contribué à réduire la marge d’incertitude constatée au début de notre enquête. Au terme de cette démarche, en cumulant les expériences méthodologiques et les informations fournies par les différents sites, il est désormais possible de faire ressortir quelques enseignements à valeur générale, susceptibles de servir les recherches ultérieures sur une période que nous espérons désormais mieux connue.

Les limites des critères de datation traditionnels

4Si, lors de la préparation de cette publication, l’exploitation des données de terrain pour la description et l’analyse des faits archéologiques n’a pas posé pas de problème de fond, il en est allé tout autrement lorsque les questions liées à la chronologie des occupations ont été abordées. Pour presque tous les sites pris en compte, les critères de datation traditionnels, fondés sur l’exploitation des témoins de la culture matérielle, se révélèrent insuffisants. D’autant plus que nous nous intéressions à des lieux ordinaires, habitats civils, établissements paysans pour la plupart, qui livrent en général des vestiges archéologiques relativement discrets. Ni la topographie des sites, ni les formes et les techniques architecturales reconnues ne sont susceptibles de fournir d’indications d’ordre chronologique : le chapitre consacré à ce thème montre la permanence de la plupart des modes de construction à travers toute la période considérée (Ve-XIIe s.). Parallèlement, le mobilier restitué ne contribue que modestement à en établir la datation, que certaines catégories d’objets en soient absentes (monnaies) ou qu’il soit par nature indatable (objets domestiques, outillage...), ou encore que les typologies régionales restent à établir (céramiques).

La contribution limitée des objets de métal...

5Les monographies en rendent compte, il est rare que le mobilier métallique ait été sollicité pour étayer les datations proposées. L’indigence des établissements étudiés en objets de métal, fait quasi général quelle que soit l’époque à laquelle ils appartiennent, n’est pas la seule explication. Ces témoins d’activités domestiques, agricoles ou artisanales, souvent difficiles à interpréter avec précision, sont le plus souvent sans âge : lames de couteau, fragments de forces, pièces de menuiseries et autres clous, clés, instruments pour le travail du textile, outils de paysans... Trois sites, toutefois, échappent à cette fatalité. Ils ont en commun d’avoir été occupés durant tout ou partie de la période mérovingienne. Pour deux d’entre eux, Le Bivan à L’Albenc et La Châtelarde à Poncin, l’hypothèse de communautés à statut privilégié a été avancée, car la qualité du mobilier va de pair avec une architecture "en dur". Mais la surprise vient du très rustique site des Prés de Corcelles à Trévoux, qui livre lui aussi, à côté d’objets utilitaires, des pièces peu ordinaires. Ces lots sont présentés de façon détaillée dans les monographies correspondantes.

6En définitive, de la belle série métallique de L’Albenc, deux objets seulement (une fiche à bélière et une petite plaque-boucle) ont fourni quelques indices chronologiques, et encore ceux-ci restent-ils vagues puisqu’ils se réfèrent à une fourchette de plus de deux siècles (milieu VIe-VIIIe s.). A Poncin, des armes et des pièces de cavalerie d’une part, des garnitures de ceinture d’autre part, ont apporté des arguments plus précis, par comparaison au mobilier funéraire de l’aire romano-burgonde. Ces dernières ont notamment contribué à confirmer que la datation de l’occupation du bâtiment Β s’étendait bien durant une partie du VIIe s. Mais c’est à Trévoux que le mobilier métallique a pu être considéré comme un marqueur chronologique de premier plan, en raison de la présence, entre autres, d’une fibule du groupe de Duratòn/Estagel, datée de la première moitié du VIe s. Il est à noter que les attributions faites à Poncin et à Trévoux concordent avec des datations radiocarbone. Le mobilier métallique des sites ruraux, et plus précisément des établissements agricoles, est donc susceptible d’offrir quelques arguments de datation, pour peu qu’il comporte des objets et accessoires particuliers, a priori peu ou pas accessibles à la simple condition paysanne.

7L’expérience montre d’ailleurs que cette capacité se limite à la période mérovingienne, puisque des conditions équivalentes ne se rencontrent jamais par la suite. Une mention particulière pourrait, à la rigueur, être faite des agrafes à double crochet en fer ou en bronze, qui deviennent les objets de parure les plus courants dans la région à partir du VIIe s. Considérée dans un premier temps comme caractéristique de la période mérovingienne, cette catégorie d’objets a perdu toute chance d’être un marqueur chronologique efficace depuis la multiplication des découvertes, notamment en contexte d’habitat, et en raison de la diversité des datations émises (du VIIe au XIe s.). En définitive, cinq exemplaires seulement ont été mis au jour dans l’ensemble des établissements étudiés ici. Provenant de fosses comblées de façon hétérogène, elles n’ont pu recevoir d’attribution chronologique précise.

...Et de verre

8Ce n’est probablement pas le simple fait du hasard, les trois établissements précités ont également livré de la vaisselle de verre. Aussi modestes soient-ils (200 fragments en tout), ces lots revêtent un intérêt certain pour la région, où l’on ne dispose pour ainsi dire pas de matériel de référence issu de contextes d’habitat, a fortiori ruraux. Dans ces conditions, l’étude de la vaisselle de verre (cf. monographies correspondantes) nous a conduit à faire appel aux informations recueillies dans d’autres régions (nord de la Loire, vallée du Rhône, Provence), où de récentes études fournissent des arguments de comparaison fiables. Si certaines formes très répandues, comme les verres individuels à jambe ou à tige, connaissent une chronologie relativement large en raison de leur succès prolongé du Ve au VIIe s, certains détails techniques, certains types de décors, peuvent donner des informations plus précises. C’est le cas à Poncin, par exemple, où l’ensemble est suffisamment diversifié pour repérer une succession chronologique entre les lots provenant des bâtiments A et B. Certes, l’apport du verre à la datation des occupations n’est pas à négliger, mais les données sont encore trop neuves et trop lacunaires dans notre région pour que cette catégorie de mobilier prétende, pour l’instant, au rang de marqueur chronologique fiable. Demeure en effet une question de fond : si la verrerie du haut Moyen Âge, en raison d’une organisation commerciale "internationale" de cet artisanat (Foy, Picon 2000), offre une typologie commune à l’ensemble de la Gaule, justifiant donc des rapprochements formels entre découvertes fort éloignées, on ignore à quel rythme s’est effectuée la conquête des marchés ; les datations ne sont pas transposables sans risque d’une région à l’autre.

La discrétion des monnaies

9La raréfaction des espèces monétaires constitue, on s’en doute, un inconvénient majeur pour le haut médiéviste à la recherche de fossiles directeurs. Les sites évoqués dans ce volume illustrent particulièrement bien ce phénomène sans doute accusé par leur caractère rural : une quinzaine de monnaies à Poncin et une seule à L’Albenc constituent la totalité des découvertes, quantité infime assurément en regard des surfaces explorées.

10Pour être précis, la série de Poncin est en grande partie redevable à l’Antiquité tardive, puisque qu’il s’agit encore d’un monnayage impérial, dont la majorité à l’effigie de Valens (3e quart du IVe s.) offre un solide terminus pour situer la reprise de l’occupation d’un établissement antique. Mais si Poncin ressort une fois encore du lot commun, c’est surtout en raison de quelques spécimens du haut Moyen Âge, petits modules probablement lisses, constituant une sorte de monnayage local de substitution, assez répandus à partir du VIe s. sur les sites urbains de Lyon, où ils peuvent côtoyer des espèces frappées par les souverains burgondes (Des Burgondes à Bayard 1981 : 45-48). Si les découvertes faites à Poncin présentent de l’intérêt au regard des échanges qu’elles reflètent, elles n’offrent pas un grand secours en terme de chronologie, compte tenu du mutisme d’une partie de la série et de la durée d’utilisation qu’elles ont pu connaître, en raison des pratiques de thésaurisation qui marquent la fin de l’Antiquité.

11La monnaie provenant de L’Albenc, quant à elle, nous amène en plein coeur du Moyen Âge (960-1020), époque pour laquelle le matériel monétaire réapparaît peu ou prou sur les sites archéologiques. Cette unique découverte, en regard de la douzaine de sites qui ont connu une occupation dans la fourchette Xe-XIe s., conduit à nuancer un constat qui reposait essentiellement sur les données livrées par les sites castraux ou aristocratiques, cible privilégiée de la recherche programmée régionale. Une telle rareté n’est certainement pas le seul fait du hasard et reflète globalement la pénurie des espèces monétaires pour les communautés paysannes, privant, encore une fois, l’archéologue de jalons chronologiques.

La céramique : un domaine encore mal connu

12En général, des conditions peu favorables président au travail des céramologues du haut Moyen Âge. Certaines constituent le lot commun de la discipline ; d’autres paraissent plus spécifiques à notre région et à la nature des sites concernés. Ici comme ailleurs, la mauvaise conservation du mobilier métallique et la raréfaction des espèces monétaires, signalées plus haut, confèrent à la terre cuite une place de fossile directeur par excellence. Paradoxalement, les céramiques du haut Moyen Âge se prêtent particulièrement mal à assumer un tel rôle : du VIe au IXe s., les formes et les techniques semblent évoluer si lentement qu’il n’est pas aisé, de prime abord, de s’y retrouver dans un univers quasi uniforme de vaisselles communes. Les courants commerciaux, réduits à des échanges de proximité, rendent inopérants les rapprochements typologiques et les comparaisons au-delà d’aires géographiques très limitées. Sans parler de la place supposée, mais non estimée, des produits en bois qui fausse en partie l’image du répertoire des formes, notamment des pièces de table. En outre, dans une région "mosaïque", comprise entre les courants méditerranéens d’une part, rhodaniens et alpins d’autre part, le céramologue est confronté à différents faciès locaux qui ne favorisent pas une approche synthétique.

13En Rhône-Alpes, peut-être plus qu’ailleurs, on manque de repères chronologiques, extérieurs à la vaisselle de terre. Par exemple, l’apport de l’archéologie funéraire, dont on sait quels atouts elle représente pour le nord et l’est de la Gaule, se limite à la frange septentrionale de la région (nord du département de l’Ain). Ailleurs, pour des raisons diverses (nature du peuplement, christianisation précoce), les pratiques funéraires, au-delà de l’Antiquité, font peu de place aux dépôts d’objets, privant ainsi les archéologues de la découverte de poteries souvent bien conservées, associées à des ensembles d’objets métalliques bien caractérisés, comme parures et accessoires vestimentaires. En outre, la vaisselle funéraire proprement dite est particulièrement rare dans la région avant le XIe s. (Colardelle 1983 : 356), avant que les "pégaus" placés dans des tombes ne fournissent les premières bases d’une typologie des céramiques médiévales de la vallée du Rhône (Gagnière 1965).

14Mais si l’on en reste aux caractères intrinsèques de la vaisselle, les choses ne sont pas plus aisées ; à la différence d’autres régions, notamment septentrionales, on ne connaît pas, en Rhône-Alpes, durant ce long haut Moyen Âge, de productions "remarquables", susceptibles de fournir aux archéologues quelques points de repères, comme les décors de molette complexes qui prolongent les productions des ateliers antiques du nord de la Loire, les vases et gobelets biconiques de l’aire romano-burgonde, aux formes et aux décors si repérables, ou encore les poteries peintes du Centre, d’Ile-de-France ou de Champagne. Malgré tout, la mode des céramiques à fond marqué, sorte de "spécialité" régionale qui se répand à partir du milieu du Xe s., constitue un jalon fort appréciable pour la fin de la période considérée ici.

15Enfin, la plupart des sites pris en compte dans cette enquête sont dépourvus de stratigraphie et les niveaux d’occupation ne sont qu’exceptionnellement conservés (architecture de bois dont seuls les négatifs ont piégé les sédiments ou fosses rapidement comblées) ; les arguments de chronologie relative font donc généralement défaut. Pour les mêmes raisons, les ensembles mobiliers qu’ils restituent sont souvent relativement modestes et réduisent la portée des constatations à valeur statistique. D’où l’impérieuse nécessité de rechercher la vision la plus large possible, en accumulant les données fournies par des groupes de sites. Il faut également compter avec la disparité quantitative des lots. Pour donner un ordre d’idée, signalons que les six cabanes excavées de Château-Gaillard n’ont livré que 493 fragments, tandis qu’une seule à Trévoux en a livré 1480 ; toutes les structures en creux de Beynost restituent moins de 1000 fragments, tandis que les habitats de la rue P. Audry à Lyon, occupés dans la durée il est vrai, en fournissent près de 4600, toutes origines confondues. A partir de l’an mil, le mobilier est proportionnellement plus abondant, même des occupations apparemment de courte durée fournissent plusieurs milliers de tessons (5222 à Rillieux-la-Pape, 3093 à Meyzieu, par exemple).

16Au fond, chacune des difficultés évoquées ci-dessus n’est pas vraiment rédhibitoire à l’analyse du mobilier de terre cuite, mais leurs effets combinés ont probablement contribué à ce que le potentiel régional reste trop longtemps sous-évalué et sous-exploité.

L’apport essentiel des datations par le radiocarbone

17Dès le début de notre enquête s’est donc posée la question de la validité des propositions de datation appliquées aux sites pris en compte. Face au danger de fonder un discours historique, aussi prudent soit-il, sur une documentation quelque peu entachée de soupçon, il a été décidé, en accord avec les responsables de fouille, de réviser, en les complétant dans la mesure du possible, les arguments de datation proposés ; bref, de rouvrir les dossiers, parfois refermés depuis plus de dix ans. Si le retour au mobilier s’imposait, nous en connaissions les limites. Le recours à l’archéométrie, en l’occurrence les datations par le radiocarbone, a pu être envisagé grâce à plusieurs circonstances favorables. Quatre datations étaient déjà disponibles dans la documentation exploitée et divers échantillons de charbons de bois, prélevés mais non étudiés, attendaient des jours meilleurs dans les réserves. Le soutien financier du Service régional de l’archéologie et l’intérêt des chercheurs du Centre de datation par le radiocarbone de Lyon (J. Evin et C. Oberlin) pour notre enquête ont fait le reste : onze analyses supplémentaires ont pu être réalisées. Ce petit programme s’est déroulé au moment où plusieurs expériences européennes contribuaient à démontrer que la méthode de datation par le radiocarbone pouvait se révéler tout à fait appropriée à la période médiévale, en dépit de la longueur des intervalles de probabilité (minimum un siècle), pour peu que les questions posées tiennent compte de ses spécificités. Ses principes et ses applications ont d’ailleurs, ces dernières années, été largement expliqués et promus par les spécialistes auprès de l’ensemble de la communauté scientifique et les médiévistes sont de plus en plus preneurs (Evin, Oberlin 1998 ; 14C et archéologie 1999). Pour en revenir à notre enquête, les résultats des datations radiocarbone fournirent l’armature des chronologies de plusieurs sites importants, qui constituent désormais un premier corpus régional de référence.

L’échantillon disponible

18Les quinze analyses se rapportent à sept sites différents, assez bien répartis dans l’aire géographique et la période concernées (fig. 13). Deux tableaux (fig. 14 et 15) regroupent les informations relatives aux prélèvements et les résultats obtenus. La plupart des échantillons est fournie par des charbons de bois, certains en position secondaire (remblais, comblements de fosses ou de trous de poteau, niveaux de sol), d’autres provenant des structures de combustion où ils ont été produits. Des os, reliefs alimentaires, ont été utilisés à deux reprises (Château-Gaillard et Lyon P. Audry). A Poncin, des fragments de bois de cervidé (rejet artisanal) étaient disponibles. A Trévoux, s’est offerte la rare possibilité de prélever un dépôt alimentaire au fond d’un pot à cuire. Enfin, une seule sépulture a été mise à contribution à Simandres, La Plaine. La valeur de la représentativité archéologique des échantillons est donc à moduler (de très bonne à assez bonne) en fonction des diverses conditions de gisement évoquées (fig. 14, 10e col.), tandis que la fiabilité des résultats de laboratoire (de très forte à moyenne) tient aux matériaux utilisés et à leur teneur en carbone (fig. 14, 9e col.). Dans l’ensemble, les données sont satisfaisantes, mise à part la médiocre fiabilité d’un échantillon de Lyon P. Audry (état 4), heureusement compensée par les résultats à forte fiabilité d’une seconde analyse.

13 - Localisation des sites ayant donné lieu à des datations radiocarbones

13 - Localisation des sites ayant donné lieu à des datations radiocarbones

2. Poncin (01), La Châtelarde ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 4. Trévoux (01), Prés de Corcelles ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 13. Lyon, rue Pierre Audry ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan.

14 – Tableau récapitulatif des datations au radiocarbone prises en compte : échantillonnages et résultats

14 – Tableau récapitulatif des datations au radiocarbone prises en compte : échantillonnages et résultats

19Quant à l’imprécision évoquée plus haut, elle épargne le VIIe s. qui concerne justement quatre des sept sites en cause, renseignés par un seul pic de probabilité (Beynost, Trévoux, Poncin, Lyon P. Audry : état 1). La période carolingienne est la moins favorisée : intervalles, par exemple, de 290 ans pour Lyon P. Audry et de 251 pour Château-Gaillard (bâtiment 12). Ces données sont toutefois précisées, dans les deux cas, par d’autres prélèvements provenant a priori du même horizon archéologique : il est possible de raisonner à partir de la superposition des intervalles qui comportent, en outre, des pics de probabilité proches, voire équivalents. Ces présomptions sont alors à confronter avec les arguments du terrain.

Résultats de laboratoire et histoire des sites

20Comme c’est le cas général pour la période médiévale, le plus simple ne fut pas d’établir la corrélation entre les informations issues du laboratoire et les faits archéologiques observés. Toutefois, en combinant les données des intervalles de plus forte probabilité (à 95 % de chances) et des pics de probabilité, chaque prélèvement a apporté son lot d’informations utiles. C’est aussi la confrontation des résultats entre eux qui a conduit aux acquis les plus remarquables (fig. 15).

15 - Champs chronologiques couverts par les datations au radiocarbone : intervalles années réelles et pics de probabilité

15 - Champs chronologiques couverts par les datations au radiocarbone : intervalles années réelles et pics de probabilité

21Nous ne nous arrêterons pas sur les cas relativement classiques, comme Simandres où, à l’exclusion de tout autre indice, la datation d’une sépulture permet de situer l’épisode funéraire du site par rapport à sa vocation agricole ; ou comme L’Albenc, où la datation obtenue est un argument parmi d’autres pour placer la réoccupation de l’établissement antique au début de l’époque mérovingienne, confortant l’hypothèse d’une interruption de l’occupation ; ou encore Poncin, où la datation d’un fragment de bois de cerf confirme la poursuite de l’occupation du bâtiment A, après qu’il ait perdu sa destination strictement résidentielle, complétant ainsi les données stratigraphiques, numismatiques et céramologiques. Notre expérience montre surtout l’intérêt de disposer de plusieurs datations pour un même site, dont les résultats concordants ou discordants expriment une réalité imperceptible à l’archéologie. Plusieurs cas sont particulièrement révélateurs à cet égard.

22À Château-Gaillard, les dates radiocarbone font plus que nuancer les premières attributions chronologiques. Elles conduisent à "vieillir" la première phase d’occupation (fonds de cabane), en montrant que celle-ci pourrait englober une partie du Ve s., et aussi celle des grands bâtiments sur poteaux (au moins une partie d’entre eux comme 11 et 12), dont le seul mobilier céramique les plaçaient, de prime abord, à la charnière des Xe et XIe s. La surprise tient surtout à la datation du bâtiment 7, dont l’architecture très particulière avait conduit à l’écarter de l’époque médiévale. Ainsi, la réalité historique en ressort nettement plus complexe que ne le laissait penser le schéma livré par l’archéologie : le hiatus de l’occupation entre la phase des cabanes et celle des bâtiments de plain pied est remis en cause et l’ultime occupation pourrait avoir connu une certaine durée, englobant une partie de l’époque carolingienne, qu’elle soit synchrone ou non sur l’ensemble de ce vaste site. A Lyon P. Audry, les datations confirment l’étalement de l’occupation dans le temps que les nombreuses transformations du bâti laissaient présager. Mais elles indiquent aussi qu’il s’agit d’un habitat médiéval à part entière, probablement créé au VIIe s. et perdurant à l’époque carolingienne. Pourtant, la vaisselle de terre de la dernière phase d’occupation, dans l’état des connaissances au moment de la fouille, ne semblait pas être postérieure au Ville s. A Beynost, c’est un épisode particulier de l’histoire d’un bâtiment qui est mis en lumière. Ainsi, l’organisation très complexe des négatifs des poteaux du bâtiment A, comme la présence de plusieurs foyers internes, suggéraient plusieurs étapes de construction que l’absence de stratigraphie et la trop faible quantité de mobilier ne permettaient pas de décrypter. La datation radiocarbone indique, en fait, que le bâtiment A se superpose à une construction préexistante qui témoigne d’une occupation éphémère des lieux à la charnière des Ve et VIe s., tandis que l’occupation principale est calée sur le milieu du VIIe s. par deux autres datations, aux pics de probabilité très proches.

23Le travail de relecture peut également s’appliquer à des groupes de sites, d’où l’intérêt de considérer le corpus dans son ensemble. Si l’on confronte, par exemple, les datations fournies pour la première occupation de Château-Gaillard, pour celle de Trévoux, pour l’occupation principale de Beynost et pour le bâtiment Β de Poncin, on tient là des jalons relativement précis qui incitent à la comparaison du mobilier issu de ces établissements. Jugés dans un premier temps équivalents, les lots se sont avéré présenter des caractéristiques propres, révélatrices des écarts chronologiques signalés par les analyses et ont ainsi efficacement contribué à l’élaboration de la typochronologie régionale (cf. infra). Une démarche comparable, prenant en compte la phase carolingienne de Château-Gaillard et de Lyon P. Audry, conduit au constat qu’il n’y a aucun point commun entre le mobilier de ces deux sites. Tout en tenant compte de leur statut très différent, respectivement habitat rural et résidence périurbaine, on tiendra toutefois pour acquis que le mobilier reflète bien un décalage chronologique, invitant à privilégier pour Château-Gaillard les derniers pics de probabilité, et pour P. Audry, les premiers. Ces derniers cas montrent le bien-fondé du rapport dialectique entre les données de laboratoire et le retour aux autres sources archéologiques.

24Globalement, les datations radiocarbone ont constitué bien plus qu’une simple "béquille" aux moyens de datation traditionnels. Prises en compte tardivement, elles ont parfois renouvelé les interprétations historiques avancées à l’issue des fouilles. A notre sens, elles ont permis de franchir une étape décisive pour la connaissance du haut Moyen Âge régional. Dans le même temps, les conditions étaient réunies pour appréhender d’un oeil neuf les collections mobilières des sites concernés par ces dates et raccorder à ces nouveaux jalons les observations faites au niveau régional.

Au terme de l’enquête, la vaisselle de terre revisitée

25Parmi la documentation collectée en vue de la préparation de cette publication, peu d’ensembles de mobilier céramique avaient fait l’objet d’études détaillées et, d’une manière générale, l’argumentation chronologique était peu développée. Un tel constat réclamait une réaction appropriée : reprendre, voire réaliser, l’inventaire et l’analyse de toutes les collections de mobilier selon des méthodes harmonisées, favorisant la confrontation des résultats et susceptibles de faire ressortir les caractéristiques du vaisselier régional sur la longue durée. Le travail consacré au peuplement rural s’est, de fait, doublé d’un véritable programme de céramologie régionale, dévoreur de temps mais étape préalable indispensable à toute tentative de synthèse historique.

26Heureusement, notre entreprise a rencontré des circonstances favorables, résultant d’une longue tradition de travail collectif, qui en ont accéléré le déroulement et augmenté la rentabilité. D’abord consacrées au Moyen Âge central (Xe-XIe s.), les recherches ont permis de faire le point, dès 1975, sur les collections des régions lyonnaise et dauphinoise (Reynaud et al. 1975). Elles en assurèrent la datation et. du coup, fournirent aux médiévistes un bon point de départ pour l’approche d’un mobilier encore si mal connu. Les spécificités régionales furent mises en lumière, pour cette période, grâce aux rapprochements et comparaisons établies avec des productions plus méridionales (Faure-Boucharlat et al. 1980). Par la suite, durant près d’une décennie, la connaissance de la céramique postérieure à l’an mil a progressé dans le cadre d’un Projet collectif de recherche menant de front l’élaboration de la typologie du vaisselier régional et la recherche des lieux de production (A la fortune du pot 1990 ; Faure-Boucharlat et al. 1996). Et enfin, par une heureuse coïncidence, un autre Projet collectif de recherche a vu le jour en 1996, enfin consacré au mobilier du haut Moyen Âge. Il s’agissait, pour les instigateurs de ce projet (coordonné par M. Lenoble, Service régional de l’archéologie), de reprendre l’analyse des ensembles lyonnais porteurs d’informations datantes, telles qu’elles apparaissent en milieu urbain : importations, céramiques fines, indices de chronologie absolue ou relative... (rapports Ayala et al. 1996 et 1997). Le travail en parallèle sur les collections issues des sites ruraux, qui comportent rarement de telles informations, s’en est trouvé facilité.

Bilan préalable

En amont, la transition entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (IV-Ve siècle)

27Après une tentative pionnière pour la région, qui portait sur le mobilier provenant des édifices religieux de Lyon, notamment du groupe épiscopal (Reynaud et al. 1977), l’étude du mobilier céramique de l’Antiquité tardive est désormais régulièrement abordée sur les fouilles régionales, et la méthodologie mise en place dans les années quatre-vingts, à l’occasion des fouilles du métro de Lyon (Villedieu 1985 et 1990), porte ses fruits (Ayala 1994 et 2000). Certaines catégories de céramiques fines (céramiques engobées, estampées grises, luisantes...) offrent de bons repères dans les lots de cette période (fin IVe et Ve s., voire début VIe s.). Il en va de même pour quelques témoins des dernières importations d’amphores (Afrique du Nord, Proche-Orient). Les conditions de la recherche conduisent à connaître essentiellement le mobilier issu de contextes urbains ; on s’interrogera donc sur la validité d’exporter certains constats vers le milieu rural. Ainsi, la présence ou l’absence de céramiques fines s’explique-t-elle seulement par des considérations chronologiques ou est-elle aussi révélatrice d’un type d’approvisionnement et par tant du niveau social des communautés ? Ainsi, le mobilier provenant de l’établissement de la Châtelarde à Poncin soulève ce genre de questions.

28Les ateliers régionaux les mieux connus pour la fin de l’Antiquité se situent dans le secteur d’Aix-les-Bains (Portout, Conjux en Savoie). Ils semblent avoir largement alimenté le marché régional en poteries de qualité, notamment sigillées luisantes (Pernon 1990), mais sans éliminer la concurrence des ateliers de la vallée du Rhône. Qu’advint-il après la cessation d’activité de ces ateliers ? La diffusion soudaine, dès la première moitié du Ve s. et sur une aire géographique très étendue (Franche-Comté, Bourgogne, Suisse, Rhône-Alpes, Provence septentrionale), d’une nouvelle génération de vases à cuire en céramique commune formant un groupe étonnamment homogène (les ollae dites en pâte bistre), pose la question de l’origine de cette production. S’agit-il des derniers avatars de la commercialisation de poteries communes à partir des centres de production antiques ? Ou bien s’agit-il, au contraire, des premières productions de nouveaux ateliers ? Cette interrogation est l’une des pistes de recherche du groupe de travail mentionné ci-dessus, en collaboration avec le Laboratoire de céramologie de Lyon.

En aval, le Moyen Âge central (Xe-XIe siècle)

29En raison des choix scientifiques des médiévistes oeuvrant dans la région, cette période a été longtemps celle qui a fourni le plus d’ensembles datés. Aussi la céramique des Xe-XIe s. est-elle bien connue, grâce, entre autres, aux fameuses marques en relief qui ont très tôt attiré l’attention sur elle (Chantre 1871 ; Chauffin 1951) et lui ont valu, grâce à cet aspect énigmatique, de sortir de l’anonymat des poteries dites barbares. Mais les publications qui lui sont consacrées sont relativement anciennes (Faure-Boucharlat 1980 ; Reynaud et al. 1975), si l’on excepte la présentation monographique des séries provenant des fouilles de Charavines, Colletière (Colardelle 1980 ; Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993) et de Décines-Charpieu (A. Bouvier et al. 1992). Les observations récentes suggèrent quelques hypothèses nouvelles sur les premières manifestations de la pratique du marquage des fonds et sur sa phase d’apogée.

Entre ces deux pôles, les temps mérovingiens et carolingiens méconnus

30Il faut le reconnaître, en matière de céramologie régionale, les siècles du haut Moyen Âge méritaient bien le qualificatif d’obscurs. Nous disposions de matériaux de référence difficiles à exploiter : quelques ensembles provenant de fouilles urbaines bien stratifiées, mais déjà assez anciennes, malheureusement incomplètement ou pas publiés, ou encore en cours d’étude. Surtout, nous déplorons le report prolongé de la publication de l’habitat groupé de Larina à Hières-sur-Amby, qui diffère la divulgation d’une remarquable collection de référence. Du moins, deux ensembles lyonnais avaient fait l’objet d’études monographiques détaillées : les vases funéraires de la basilique Saint-Laurent (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986) et le mobilier domestique du quartier Saint-Jean (Maccari-Poisson 1991 et 1994). Quoiqu’il en soit, la période du haut Moyen Âge restait bel et bien un champ à défricher. Mais la situation évolue rapidement, semble-t-il, grâce à des travaux récents réalisés alors que se déroulait cette enquête. Ainsi, l’étude du mobilier de deux sites d’habitats civils lyonnais, place des Célestins (Horry à paraître) et, tout récemment, rue des Chartreux (rapport Ayala et al. 2000), ainsi que l’approche globale des ensembles issus des sites explorés sur le tracé du TGV-Méditerranée (Horry à paraître), ont largement fait progresser notre connaissance du vaisselier du haut Moyen Âge dans la région Rhône-Alpes.

31C’est une évidence, durant cette période de près de six cents ans, des changements importants marquent le vaisselier de terre : rupture technologique par l’abandon de la cuisson oxydante ; évolution morphologique par la disparition presque complète de la vaisselle de table qui traduit le recours à d’autres matériaux, périssables. En effet, c’est dans ce laps de temps que s’installe un répertoire simplifié, où la polyvalence des récipients témoigne de nouvelles pratiques culinaires. C’est une chose de constater le résultat ; cela en est une autre de décrire le processus. A quel rythme se sont opérés ces changements ? Il y a-t-il eu rupture ou évolution ? Quand ou à quel rythme ? Les modifications des techniques de fabrication (mode de cuisson, choix des argiles) vont-elles de pair avec une organisation nouvelle de l’appareil de production ?

Données nouvelles pour la région Rhône-Alpes

32Plus que par de longs discours, nous avons choisi de rendre compte des acquis obtenus au terme de notre travail par la représentation figurée de l’évolution du vaisselier, sous la forme d’une typologie périodisée (fig. 16 et 17). Cette restitution, encore "impressionniste", est complétée par des graphiques (fig. 20 à 23) qui rendent compte des observations quantitatives les plus significatives. Les calculs sont alors établis à partir de l’estimation du nombre minimum de récipients et les sites sont classés chronologiquement, du plus ancien au plus récent. Cette estimation a été tentée pour les lots du haut Moyen Âge (jusqu’au IXe s.) qui offrent une diversité typologique suffisante pour ce faire ; les lots plus récents sont seulement comptabilisés en nombre de fragments. Ces nombres, à la fois disparates et relativement faibles (fig. 18), peuvent éventuellement biaiser les constats et réduire la portée des interprétations ; les lignes qui suivent comportent donc encore une large part d’hypothèse et les résultats obtenus ne demandent qu’à être confrontés à de nouvelles découvertes.

16 – Typologie pérodisée de la vaissele de terre du Ve au XIe s. : Formes fermées

16 – Typologie pérodisée de la vaissele de terre du Ve au XIe s. : Formes fermées

Origine des récipients figurés : 1. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 2. Trévoux, Prés de Corcelles ; 3. Beynost, Les Grandes Croix ; 4. Beynost, Les Grandes Croix ; 5. Lyon, P. Audry (état 4) ; 6. Lyon, P. Audry (état 4) ; 7. Lyon, groupe épiscopal ; 8. Lyon, groupe épiscopal ; 9. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 10. Poncin, La Châtelarde (phase Iia) ; 11. Lyon, P. Audry (état 1) ; 12. Lyon, Célestins (horizon II) ; 20. Lyon, Célestins (horizon III) ; 21. Rilieux-la-Pape, Les Balmes ; 22. Lyon, Saint-Just ; 23. Lyon, quartier Saint-Jean ; 24. Charavines, Colletière ; 25. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 26. Beynost, Les Grandes Croix ; 27. Beynost, Les Grandes Croix ; 28. Beynost, Les Grandes Croix ; 29. Beynost, Les Grandes Croix ; 30. Lyon, quartier Saint-Jean ; 31. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 32. Groissy, Fontaine Vivie ; 33. Lyon, Saint-Laurent ; 34. Beynost, Les Grandes Croix ; 35. Lyon, P. Audry (état 2) ; 36. Lyon, Célestins (horizon III) ; 37. Lyon, P. Audry (état 3) ; 38. Lyon, Célestins (horizon II) ; 39. Lyon, P. Audry (état 3) ; 40. Lyon, groupe épiscopal, 41. Lyon, quartier Saint-Jean ; 42. Charavines, Colletière ; 43. Charavines, Colletière ; 44. Lyon, quartier Saint-Jean ; 45. Trévoux, Prés de Corcelles ; 46. Beynost, Les Grandes Croix ; 47. Lyon, quartier Saint-Jean ; 48. Lyon, groupe épiscopal ; 49. Charavines, Colletière ; 50. Charavines, Colletière.

Le choix des informations et leur organisation

33L’échantillon de référence couvre grosso modo sept siècles (de 400 à 1100). Par commodité, on a séparé formes fermées et formes ouvertes. Le recours à la couleur permet d’apprécier d’emblée les techniques de cuisson et les matériaux. En tout, 92 pièces (50 formes fermées et 42 ouvertes) contribuent à la démonstration. Elles résultent évidemment d’une sélection rigoureuse : ne sont retenus que les exemplaires les plus représentatifs de séries qui, par ailleurs, présentent une certaine diversité, ou au contraire, des pièces rares, voire exceptionnelles, qui marquent une étape significative ou signalent l’usage concurrent de matériaux autres que la terre cuite, comme la pierre ollaire ou le bois, dont quelques exemples sont figurés à titre indicatif. Il est à noter que seules les poteries communes sont prises en compte ici, puisque nous nous intéressons aux productions strictement médiévales. Cela ne saurait masquer que durant le Ve, voire une partie du VIe s., certaines catégories de céramiques dites fines et d’amphores caractéristiques de la fin de l’Antiquité trouvent encore place parmi le mobilier régional. Mais les données que nous avons recueillies sont trop lacunaires pour être exploitées : quelques dizaines de fragments de céramiques fines en tout et pour tout nous sont parvenus pour l’ensemble des sites pris en compte ici, à l’exception notable de Poncin, La Châtelarde, qui en a restitué suffisamment pour montrer comment leur proportion décroît entre les phases IIa (19 %) et IIb (4,8 %) de l’occupation, qui couvrent tout le Ve et le début du VIe s.

34Compte tenu de la "perméabilité" entre les différentes catégories de récipients, on ne s’est pas attaché à faire ressortir une typologie théorique. Les pièces de référence sont plus simplement regroupées par ensembles fonctionnels.

Les formes fermées

35Elles se répartissent en quatre groupes (fig. 16) :

  • la grande famille des vases culinaires, depuis les élégantes ollae du début du Moyen Âge, soeurs des pots ovoïdes plus anciens, jusqu’aux pots globulaires du Moyen Âge central (n° 1 à 24) ;

  • les vases à profil moins galbé, dits à rebord convergent, constituant un groupe hétérogène (taille, forme de la lèvre...) et dont l’appellation générique de pots (n° 25 à 30) traduit des utilisations diverses (stockage, transport, cuisson...) ;

  • les vases à liquide ou cruches qui couvrent, avec une belle diversité, l’ensemble de la période (n° 31 à 44) ;

  • quelques formes rares, tonnelets ou gourdes, ainsi que couvercles (n° 44 à 50).

Les formes ouvertes

36Elles comportent cinq groupes (fig. 17) :

  • les bols à collerette ou variation sur le thème du mortier (n° 51 à 55), jouant probablement le rôle de grandes jattes ;

  • les bols carénés qui forment probablement le groupe le plus homogène (n° 58 à 63) ;

  • les autres formes basses, coupes ou jattes, dont les profils sont diversifiés (n° 65 à 72) ;

  • les gobelets, dont la variété des gabarits et des profils laisse supposer une certaine polyvalence d’utilisation (n° 75 à 88) ;

  • les pièces rares regroupent, pour mémoire, des récipients en pierre ollaire (n° 89,91 et 92) et en bois (n° 56,57,73 et 74) et un vase biconique, très probablement d’origine non régionale (n° 90).

17 – Typologie péridisée de la vaisselle de terre du Ve au XIe s. : formes ouvertes

17 – Typologie péridisée de la vaisselle de terre du Ve au XIe s. : formes ouvertes

Origine des récipients figurés : 51. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 52. Trévoux, Prés de Corcelles ; 53. Lyon, P. Audry (état 1). 54. Trévoux, Prés de Corcelles ; 55. Poncin, La Châtelarde (phase IIb) ; 56. Charavines, Colletières ; 57. Charavines, Collières ; 58. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 59. Trévoux, Prés de Corcelles ; 60. Lyon, P. Audry (état 1) ; 61. Lyon, P. Audry (état 2) ; 62. Poncin, La Châtelarde (phase IIb) ; 63. Lyon, Célestins (horizon I) ; 64. Charavines, Les Grands Roseaux ; 65. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 66. Trévoux, Prés de Corcelles ; 67. Lyon , P. Audry (état 1) ; 68. Lyon, P. Audry (état 2) ; 69. Lyon P. Audry (état 3) ; 70. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 71. Trévoux, Prés de Corcelles ; 72. Lyon, Célestins (horizon III ?) ; 73. Charavines, Colletières ; 74. Charavines, Colletières ; 75. Trévoux, Prés de Corcelles ; 76. Lyon, Saint-Laurent ; 77. Beynost, Les Grandes Croix ; 78. Beynost, Les Grandes Croix ; 79. Lyon, Célestins (horizon I) ; 80. Lyon, Célestins (horizon II) ; 81. Lyon, P. Audry (état 4) ; 82. Lyon, P. Audry (état 4) ; 83. Lyon, P. Audry (état 4) ; 84. Lyon, groupe épiscopal ; 85. Trévoux, Prés de Corcelles ; 86. Beynost, Les Grandes Croix ; 87. Poncin, La Châtelarde (phage IIb) ; 88. Lyon, Célestins ; 89. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 90. Trévoux, Prés de Corcelles ; 91. L’Albenc, Le Bivan ; 92. L’Albenc, Le Bivan.

37Cette typologie périodisée se nourrit des informations chronologiques les plus sûres, collectées à partir des sites présentés dans cet ouvrage. Sont sollicités, au premier chef, les gisements qui combinent qualité des lots et critères de datations fiables (fig. 14, 15 et 19). Ainsi, sont mis en avant les résultats obtenus à Château-Gaillard, Le Recourbe (première phase de l’occupation médiévale), à Trévoux, Prés de Corcelles et à Beynost, Les Grandes Croix. Pris dans leur succession, chacun témoignant d’une occupation relativement brève, ces trois ensembles donnent un bon aperçu de l’évolution du vaisselier entre le milieu du Ve et le milieu du Ville s. Les sites de La Châtelarde à Poncin et de Lyon rue P. Audry, quant à eux, offrent d’autres avantages. Ils livrent, outre des datations radiocarbone (et, concernant Poncin, l’unique série monétaire rencontrée !), des stratigraphies importantes et restituent une occupation dans la durée : Poncin illustre la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, tandis que P. Audry inclut une grande partie de la période carolingienne. L’échantillon est complété par des exemples puisés sur d’autres sites régionaux, convenablement étudiés : ainsi Lyon Célestins et Saint-Laurent enrichissent le corpus du haut Moyen Âge, tandis que les fouilles du groupe épiscopal et du quartier Saint-Jean à Lyon, comme celles de Charavines Colletière, fournissent l’essentiel des données pour le Moyen Âge central, ce dernier site offrant en outre l’intérêt de compléter notre répertoire par quelques pièces de bois. Enfin, d’autres ensembles régionaux ou de régions limitrophes sont évoqués occasionnellement dans les commentaires, à fin de comparaisons, en particulier le site de Lyon Chartreux qui apporte des informations nouvelles, parfois contradictoires, pour la période mérovingienne.

18 - Estimation quantitative des principaux ensembles de mobilier céramique présentés dans ce volume

18 - Estimation quantitative des principaux ensembles de mobilier céramique présentés dans ce volume

Commentaires

38Les présentations monographiques des lots étudiés sont suffisamment précises pour ne pas reprendre ici une analyse typologique détaillée. Le lecteur y trouvera toutes les informations relatives à la composition des lots, la description des formes, les arguments de chronologie, les mentions comparatives, ainsi qu’une abondante iconographie. Nous nous contentons donc de mettre en lumière les grands traits morphologiques et techniques qui caractérisent la vaisselle durant la période considérée et marquent les étapes de son évolution.

Des pâtes claires aux pâtes sombres

39Les figures 16 et 17 restituent une image schématique de l’évolution des modes de cuisson. Cet aperçu est précisé par un tableau (fig. 20) qui réunit les proportions établies à partir d’ensembles bien datés (Château-Gaillard, Trévoux, Lyon P. Audry et Beynost).

40Au début du Moyen Âge (Ve et VIe s.), les poteries cuites en atmosphère oxydante sont très largement majoritaires (plus de 80 % par exemple à Château-Gaillard et à Trévoux). Cette proportion s’inverse rapidement, semble-t-il, puisqu’au milieu du VIIe s. les poteries cuites en atmosphère réductrice représentent près des trois quarts des lots (Beynost, P. Audry : état 3). Les dernières occupations de ce second site montrent la poursuite du mouvement durant la période carolingienne (fig. 16, n° 5, 6 et 14). On peut dire qu’à partir de 700, une des caractéristiques majeures du vaisselier médiéval est atteinte : la généralisation des pâtes sombres. Quelques exemplaires en pâte claire (fig. 16, n° 15 et 41) font figure d’exception au cours des périodes suivantes. Expérience faite, il s’avère que cette simple approche technologique du mobilier offre une indication chronologique assez fiable, comme le montrent les résultats tout à fait cohérents obtenus pour d’autres lots. Citons le cas de Lyon Chartreux, dont l’occupation n’est pas antérieure au VIIe s., où la cuisson réductrice représente entre 75 et 84 % du mobilier (rapport Ayala et al. 2000) et celui de Lyon Célestins, où cette proportion passe de 74 à 91 % entre la fin du VIe et la fin du IXe s. (Horry à paraître).

41Mais à y regarder de plus près, l’évolution n’est pas linéaire et son rythme diffère selon la catégorie de vaisselle considérée. Ainsi, il apparaît que les formes basses pour la table (mortiers, bols carénés, coupes et leurs dérivés), à l’évidence héritières du répertoire antique, offrent, jusqu’à 700 voire au-delà, une certaine résistance à adopter la couleur sombre. L’exemplaire de bol en pâte grise de Château-Gaillard (fig. 17, n° 65) fait figure d’unicum dans le contexte régional, tant par son mode de cuisson que par sa forme qui le rapprochent de types bien répertoriés dans le sud de la France (type Β1, Pelletier 1997).

42Par comparaison, les vases culinaires en pâte grise ou noire sont déjà bien représentés au cours du VIIe s. Il est intéressant de noter que les formes qui ne doivent rien au répertoire antique, mais qui émergent durant le haut Moyen Âge, comme les pots à rebord convergent (fig. 16, n° 25 à 29) et les gobelets cylindriques ou tronconiques (fig. 17, n° 76 à 83 et 86 à 88), sont produites essentiellement en pâte grise. Exception confirmant cette règle, les exemplaires de Trévoux (fig. 17, n° 75 et 85) qui reprennent justement des profils de l’Antiquité tardive, notamment le gobelet ovoïde, en pâte fine beige rosé, à rapprocher de la forme 60 de Portout (Pernon 1990).

43Ces constats sont probablement à mettre en parallèle avec les changements survenus dans l’organisation de la production céramique, dénotant une sélection moins rigoureuse des argiles ; c’est aussi le reflet de l’évolution des besoins des consommateurs qui recherchent des récipients adaptés à des emplois divers, d’où des produits "passe-partout". Tout se passe comme si, au-delà de 750, il devenait pour les potiers inutile de séparer techniquement la production de la vaisselle de table, en principe non réfractaire et pouvant donc se satisfaire d’argiles calcaires, de celle de la vaisselle culinaire, devant présenter des qualités réfractaires. Disparaît ainsi une pratique qui reliait le vaisselier médiéval à celui de l’Antiquité.

19- Périodes d’occupation des sites sollicités pour l’établissement de typologie des céramiques présentée dans ce chapitre

19- Périodes d’occupation des sites sollicités pour l’établissement de typologie des céramiques présentée dans ce chapitre

44Les productions en cuisson oxydante des Ve-VIe s. se signalent par une qualité de fabrication relativement hétérogène, qu’il s’agisse de la qualité des argiles utilisées (granulométrie) que des résultats obtenus (aspect de surface, couleur). Toutefois, parmi elles, un groupe s’individualise par des traits originaux : argiles à inclusions de mica, surface sableuse, et surtout couleur (orange à beige foncé avec larges taches sombres dues à des coups de feu) qui leur a valu la dénomination générique de "céramique bistre". Rien de tel pour les productions grises à noires qui les supplantent, où l’on ne décèle pas de caractéristiques techniques communes et qui renvoient probablement à des ateliers à diffusion tout à fait locale. Notre travail n’a pas inclus d’analyses des pâtes céramiques. Mais, parallèlement, une première approche a été tentée, dans le cadre du Projet collectif de recherche mentionné plus haut, sur les ensembles provenant de Lyon Célestins, couvrant la période VIe-IXe s. L’étude met bien en évidence une rupture technologique par rapport aux productions antiques, avec la disparition totale des argiles calcaires qui s’accompagne de la baisse sensible des pâtes à texture fine, réservées, encore un temps, à la vaisselle de table cuite en atmosphère oxydante (Batigne in : rapport Ayala et al. 1997). Ces constats peuvent très probablement être extrapolés aux autres ensembles présentés ici.

20 - Proportion relative des deux techniques de cuisson, oxydante et réductrice (Ve-IXe s.)

20 - Proportion relative des deux techniques de cuisson, oxydante et réductrice (Ve-IXe s.)

Un vaisselier de transition

45Mais avant d’enterrer définitivement l’héritage antique, il convient de revenir sur la vaisselle du début du Moyen Âge (Ve-VIe s.) et de faire une place particulière à ce que nous pourrions appeler un vaisselier de transition, tant il est vrai qu’il présente plus d’affinités avec la période qui précède qu’avec celle qui suit.

46Il paraît probable que, durant les premiers siècles du Moyen Âge, l’ensemble du vaisselier soit fabriqué en terre. Le répertoire semble, en effet, ne pas laisser place pour le bois ; celle du verre est difficile à estimer (deux sites seulement en ont restitué !) ; et les objets en pierre ollaire sont peu répandus dans la région. Aussi, jusqu’à 700 environ, les ensembles mobiliers constituent-ils un bon témoignage de l’équipement domestique. Avec les récipients pour les préparations cuites (pots ovoïdes et surtout ollae) ou autres (mortiers faisant office de grandes jattes), avec les formes de table pour la consommation collective ou individuelle (bols, coupes et jattes de toutes tailles auxquels s’ajoutent les gobelets après 600) et enfin les vases à liquide (cruches à bec pincé), on dispose d’un répertoire complet (fig. 16, 17 et 21). Par la diversité de la gamme des récipients disponibles, un tel équipement n’a rien à envier aux temps antiques, jusque dans certains décors de bols carénés ou de jattes qui cherchent à imiter l’ornementation de céramiques sigillées tardives (fig. 17, n° 60, 62, 66 et 67). On notera toutefois l’absence remarquable des plats et des assiettes dans tous les ensembles étudiés ! Le matériel provenant de Trévoux (fig. 5 à 9, Trévoux) illustre parfaitement ce vaisselier de transition en montrant la longévité, au cours du VIe s., de formes de la fin de l’Antiquité et leur adaptation au marché et aux conditions de fabrication du moment.

21 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier) : tableau récapitulatif

21 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier) : tableau récapitulatif

47Dans ce contexte, ressort plus particulièrement une association de formes produites en pâte bistre durant plus de deux cents ans environ (Ve-VIe s.) : il s’agit de la "triade" mortier, bol caréné et olla qui, parfois enrichie de la cruche, pourrait mériter l’appellation de "service bistre". En terme de datation, cette association offre un assez bon repère chronologique, même si la proportion relative des formes qui la composent varie d’un site à l’autre. Au-delà de 600, la fabrication de formes analogues, mais en pâte grise, bien que minoritaire, rompt l’unité technologique propre à ce service. Cette association n’est d’ailleurs pas une originalité régionale ; elle est également mise en évidence dans le Val de Saône bourguignon (Petident, Poil 1998) ainsi que dans le Jura (Ex-Pots 1995) et en Suisse occidentale (Haldimann 1994). Toutefois les auteurs situent son développement aux VIe-VIIe s.

Le pot à rebord convergent et le gobelet : deux "nouveautés" de l’époque mérovingienne

48Les potiers du haut Moyen Âge ne se sont pas contentés d’imiter les productions de leurs prédécesseurs. Ils ont également fait oeuvre d’innovation. Il semble que l’on puisse placer l’arrivée de ces nouveautés au milieu du VIe s., soit à peu près en même temps que les ollae de la deuxième génération (cf. infra), les unes et les autres étant d’ailleurs produites à plus de 90 % en pâte grise.

22 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier)

22 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier)

Tableaux détaillés

49Les pots à rebord convergent (fig. 16, n° 25 à 29), à panse peu renflée, munis d’une lèvre en léger bourrelet externe ou au contraire infléchie (rabattue vers l’intérieur), constituent un groupe numériquement faible. C’est à Beynost qu’ils ont été identifiés et immédiatement rapprochés des exemplaires contemporains de Genlis, Côte-d’Or (Catteddu 1992). Ces formes utilitaires ne dédaignent pas les décors : stries, molettes, incisions au peigne... En terme de chronologie, leur contribution au répertoire paraît relativement éphémère, centrée sur le VIIe s. L’exemplaire précoce ( ?) de Château-Gaillard, reste, pour l’instant, un cas isolé. Souhaitons que des découvertes ultérieures permettent de mieux cerner cette catégorie, dont, pour l’instant, nous ne possédons aucun profil complet. En l’état des connaissances, la série la plus représentative est fournie par les sites lyonnais, notamment P. Audry, Célestins (Horry à paraître) et Chartreux (rapport Ayala et al. 2000), qui confortent la datation retenue à Beynost. La lèvre infléchie, apparue avec cette catégorie de pots, leur survivra de manière prolongée, mais discrète au moins jusqu’à l’an mil, époque où elle équipe encore certaines cruches.

50Les gobelets plus ou moins hauts, cylindriques, tronconiques ou ovoïdes (fig. 17, n° 76 à 88) connaîtront plus de succès que les pots à rebords convergent. Ils sont en effet présents sur presque tous les sites à partir de 550 et supplantent souvent les autres formes de table à partir du milieu du VIIe s. (fig. 21 et 22). Ils représentent 19 % et 12 % de l’ensemble de la vaisselle à Lyon P. Audry (états 1 et 2) et 56 % des récipients de table à Lyon Célestins, horizon II, soit aux VIIe-VIIIe s. (Horry à paraître) ; à Lyon Chartreux, au VIIe s., ils constituent l’intégralité des formes ouvertes (rapport Ayala et al. 2000). Leur carrière sera également plus longue, puisque des gobelets équipent encore la table carolingienne (Lyon P. Audry : état 3 et 4) et l’exemplaire le plus récent, certes exceptionnel, est postérieur à l’an mil (fig. 17, n° 84). La famille des gobelets est loin d’être uniforme et, à vrai dire, les exemplaires les plus grands se rapprochent sensiblement des pots décrits plus haut et les plus petits pourraient être classés parmi les bols. Mais ils présentent des caractéristiques communes qui les rendent bien repérables : petites lèvres biseautées, à peine ourlées vers l’extérieur ou rabattues vers l’intérieur. Ils ont une prédilection pour les décors au peigne, rectilignes et ondés, mais aussi pour un système de stries et de cannelures horizontales ou en spirale qui, à notre avis, cherche à imiter les récipients en pierre ollaire (fig. 17, n° 77 et 78 à comparer avec n° 91 et 92), par ailleurs fort peu représentés dans l’ensemble de notre échantillon (moins d’une dizaine de fragments).

51Ces gobelets tiennent lieu, en définitive, des seules formes hautes ouvertes du répertoire régional, mais ils ne constituent pas, loin s’en faut, une originalité. Des objets comparables, attribués à l’époque mérovingienne, en pâte claire ou sombre, sont attestés en secteurs bourguignon, jurassien et alpin, mais ils sont, à des degrés divers, associés aux vases et gobelets biconiques attribués à l’aire burgonde (Renimel 1974, groupe I ; Catteddu 1992 ; Ex-Pots 1995 : 41 ; Haldimann 1994 : n° 44, 45). C’est l’occasion de préciser que la diffusion des vases biconiques n’atteint que très marginalement la région considérée ; deux exemplaires en tout et pour tout proviennent de Trévoux (fig. 17, n° 90), dont la proximité avec la Saône explique peut-être l’accès facilité aux produits d’origine extérieure. L’aire méridionale livre également des récipients relativement proches de nos gobelets, mais en séries limitées, toujours en céramique commune grise, dans des contextes du VIe s. (Cathma 1986, forme 10 ; Thiriot 1986, pl. VIII ; Pelletier, Vallauri 1994). La spécificité régionale semble donc résider dans la forte proportion et dans la longévité de cette catégorie.

La vaisselle de table : les chaînons manquants ?

52La planche consacrée aux formes ouvertes (fig. 17), dont une bonne partie peut être assimilée à des récipients pour la présentation des aliments ou la consommation individuelle, fait clairement ressortir la perte de diversité du répertoire à partir de 700. Une appréciation quantitative plus précise montre comment les formes ouvertes perdent progressivement du terrain, à des rythmes divers selon les sites (fig. 23). La proportion remarquablement élevée (40 %) et la diversité des formes de table (fig. 19, P. Audry) lors de la première occupation de Lyon P. Audry, en plein VIIe s., relativise la tendance. Sans sous-estimer les imperfections de la méthode, on peut aussi suggérer qu’un tel vaisselier reflète en partie le niveau de vie d’une communauté à un moment donné, ou le bon approvisionnement d’un marché de la périphérie urbaine, ou encore la conjonction des deux phénomènes. Par opposition, le mobilier de la rue des Chartreux à Lyon est encore plus étonnant : bien qu’à peu près contemporain (d’après des datations radiocarbones) de ceux de Beynost et de Lyon P. Audry (états 1 et 2), il ne comporte ni bol ni mortier ; des gobelets constituent les rares formes ouvertes (rapport Ayala et al. 2000). Le fait, qui reste à expliquer, attire l’attention sur la diversité des situations à prendre en compte, diversité que ne peut rendre une typologie à valeur générale.

53Dans cette ambiance, ce sont les mortiers (bols à collerette) qui résistent le moins bien ; leur présence se fait de plus en plus discrète à partir de 700. Il faut dire que leur forme et leur emploi, s’éloignant progressivement de ceux de leur prédécesseurs antiques, pouvaient aisément être relayés par d’autres récipients, comme de grands bols carénés. D’ailleurs, ceux-ci tiennent bien le coup, non seulement en terme de durée, mais aussi de proportion ; ils sont présents sur tous les sites jusqu’au Ville s. inclus et le type a su se perpétuer en pâte grise. Il est plus difficile de décrire comment évoluent les choses pour les autres formes basses, comme les coupes ou les jattes, car, pour être diversifiées, elles sont en définitive peu représentées dans le vaisselier (l’essentiel de notre échantillon provient de Trévoux et de Lyon P. Audry).

23 - Proportion relative des deux grandes familles de formes, ouvertes et fermées (Ve-IXe s.)

23 - Proportion relative des deux grandes familles de formes, ouvertes et fermées (Ve-IXe s.)

54On a montré plus haut comment les gobelets compensaient, à leur manière, le déficit de la vaisselle de table, bien qu’ils semblent plutôt adaptés à la consommation des liquides. Quoiqu’il en soit, à partir de 800 pour les formes basses, et de 900 pour les hautes, la vaisselle de table n’est pratiquement plus fabriquée en terre ; les pièces livrées par les derniers niveaux d’occupation de Lyon P. Audry en sont, actuellement, les ultimes avatars connus (fig. 17, n° 69, 81 à 83) et les deux objets lyonnais plus tardifs, coupelle (fig. 17, n° 64) et gobelet (fig. 17, n° 84), qui plus est à fond marqué, restent uniques. Par la négative, transparaît bien la place d’autres matériaux, à moins que les consommateurs aient renoncé à toute vaisselle de table. Pour des raisons évidentes de conservation, le prouver est difficile. Du moins, la démonstration est faite pour le Moyen Âge central (début XIe s.), grâce au site subaquatique de Charavines Colletière, où l’on constate que la vaisselle en bois tourné pouvait offrir un répertoire assez varié (fig. 17, n° 56,57, 73 et 74) et en proportion fort honorable. Selon les résultats obtenus en 1993, on dénombrait un minimum de 68 récipients de bois (bols, écuelles et plats) pour environ 265 vases en terre (pots à cuire et cruches). La complémentarité des deux catégories est donc évidente (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993). Si l’on étend ce constat aux siècles qui précèdent, les céramologues doivent-ils admettre qu’ils n’en apprendront guère plus sur la vaisselle de table de la période carolingienne ?

Les vases culinaires : une affaire de génération

55Quelle que soit la période considérée, les vases culinaires sont largement majoritaires. De 50 à 80 % entre le Ve et le IXe s. (fig. 21), ils constituent près de la totalité de la vaisselle au-delà de 950. La première génération est celle des ollae à panse piriforme et fond étroit, souvent de taille modeste (diam. ouverture entre 100 et 118 mm) (fig. 16, n° 2 à 4 et 9 à 11). Elles concurrencent très rapidement les pots ovoïdes issus du répertoire du Bas-Empire (fig. 16, n° 1). Si elles en reprennent le profd général, elles s’en distinguent par une lèvre plus nerveuse, à section anguleuse, bien détachée du col, affectant la forme d’un bandeau étroit. Selon que celui-ci comporte ou non une gorge interne, la section est rectangulaire (fig. 16, n° 2, 9 à 11) ou triangulaire (fig. 16, n° 3 et 4). Les bandeaux de la première génération, sont également appelés bords "en poulie" ou "proto-bandeaux". Débutant leur carrière au début du Ve s., en pâte claire (bistre pour la plupart), ces ollae sont aussi produites en pâte sombre, mais marginalement, à partir de la fin du VIe s. Elles sont exceptionnelles après 800 (encore quelques exemplaires à Lyon P. Audry : état 4). La présence de ces pots à cuire, encore empreints de caractéristiques antiques, ne constitue par une originalité régionale : des récipients comparables se répandent quasiment dans toute la Gaule dans les premiers siècles du Moyen Âge ; mais les faciès régionaux se distinguent nettement les uns des autres. Les productions du nord de la région Rhône-Alpes, quant à elles, sont proches de celles des régions septentrionales et orientales de la Gaule (actuelles Champagne méridionale, Bourgogne, aires jurassienne et alpine) où dominent également les pâtes oxydées. Les similitudes avec les exemplaires bourguignons et jurassiens se manifestent dans la qualité de la facture et jusque dans les détails de finition, à tel point que rien ne s’opposerait à ce que l’on pose l’hypothèse d’ateliers à large diffusion. D’ailleurs, les attributions chronologiques sont sensiblement les mêmes (Catteddu 1992 ; Haldimann, Steiner 1996), bien que les auteurs placent l’apparition de ces productions dans la deuxième moitié du Ve s. Il est pourtant assuré, grâce au site de Poncin, que le type de l’olla de première génération est bien fixé, dans notre région, dès le début de ce siècle.

56Avec l’arrivée, à la charnière des VIe-VIIe s., des ollae de la deuxième génération, qui adoptent d’emblée la cuisson réductrice, le type devient plus hétérogène. Les gabarits sont plus variés et tendent globalement à s’élargir, les profils sont plus trapus, les fonds, toujours exclusivement plats, et les ouvertures sont proportionnellement plus larges (fig. 16, n° 5,6,12 à 14,17 à 20). Ces nouvelles productions adoptent un nouveau type de lèvres, des bandeaux plus hauts et moins en relief que leurs prédécesseurs. Ces bandeaux, qualifiés parfois de "classiques" parce qu’ils connaîtront une impressionnante longévité jusqu’au XIIe s., ne constituent plus, hélas, un argument de datation. Ainsi, la deuxième génération de pots à cuire participe activement à la "médiévalisation" du vaisselier ; de Voila première manière, ils conservent la panse épaulée et le fond plat, mais la généralisation de la cuisson réductrice et la diversité des pâtes et des factures les en distinguent nettement. Toujours est-il que ollae de première et deuxième générations coexistent durant le VIIe s. et une partie du Ville s. Par rapport aux régions limitrophes, le bandeau de deuxième génération semble faire, ici, une entrée relativement précoce. Ainsi, en Suisse, comme dans le Midi de la France, les premiers exemplaires ne sont repérés qu’au Ville s. (Haldimann 1994, Gamier et al. 1995).

57Ce n’est que tout récemment, grâce au site de Lyon Chartreux, que le répertoire des vases culinaires du haut Moyen Âge s’est enrichi de la marmite. Deux exemplaires de grande taille, en pâte grise, munis de deux anses rubanées et d’un bec pincé restent à ce jour exceptionnels. Ils sont datés du VIIe s. (rapport Ayala et al. 2000).

24 - Céramiques de Lyon, quai Arloing, où l’on remarque l’association de fonds plats et de fonds bombés

24 - Céramiques de Lyon, quai Arloing, où l’on remarque l’association de fonds plats et de fonds bombés

À noter un fond plat marqué d’un motif simple

58Enfin, dans le courant du Xe s., apparaît une autre génération de vases culinaires. Toute référence à l’Antiquité est désormais oubliée, d’où la terminologie plus neutre de pots globulaires ou encore d’oules, pour reprendre un terme à consonance médiévale. Lorsque le type est fixé, vers l’an mil, ces vases à tout faire, de taille extrêmement variée, sont désormais munis de fonds bombés et une nouvelle forme de lèvre (évasée avec gorge interne plus ou moins marquée) concurrence les rebords en bandeau, toujours très prisés (fig. 16, n° 7, 16, 22 à 24). Quelques exemplaires présentent une anse (fig. 16, n° 8). Des couvercles peuvent leur être associés (fig. 16, n° 49, 50). Une certaine proportion de récipients, variable selon les époques, présente des marques moulées en relief sur le fond. La littérature régionale a déjà largement rendu compte de cette catégorie de vaisselle, mais on manque encore d’éléments pour observer le processus de sa mise en place. Ceci pose, de fait, l’hypothèse du parallélisme entre l’adoption des vases bombés et l’apparition du marquage des fonds. Du moins, notre travail aura permis de noter quelques faits inédits : quelques ensembles de la région lyonnaise (Lyon quai Arloing (Tranoy 1995), Rillieux-la-Pape, Communay et Simandres) montrent la coexistence de fonds plats et de fonds bombés, ainsi que de quelques exemplaires intermédiaires. En outre, on a relevé quelques spécimens de fonds plats, avec marques en relief : sur les cas connus actuellement, il s’agit de motifs très simples, pour ne pas dire maladroits (fig. 16, n° 21 et fig. 24, n° 12). Il n’empêche que ces fonds "rustiques" sont associés à des fonds nettement bombés, marqués de motifs plus élaborés. Qu’en conclure ? Aucun des sites mentionnés ne livre d’arguments suffisamment précis pour affiner la chronologie. En l’état actuel de la recherche, force est d’en rester au stade de l’intuition. Il semblerait que les mutations évoquées ont été rapides et que cette phase de tâtonnements, désormais identifiée, n’a précédé que de peu la pleine diffusion du type abouti. A titre d’hypothèse, disons que l’abandon du fond plat et les premières manifestations de la pratique du marquage seraient à porter au crédit de la fin des temps carolingiens.

Les vases à verser : une présence discrète, mais continue

59Toute périodes confondues, les vases à liquide, et en particulier les vases à verser que l’on pourrait ranger dans le service de table, représentent une faible proportion du vaisselier (10 % maximum à Lyon P. Audry) (fig. 21 et 22). On dispose donc de séries trop limitées pour faire ressortir une évolution morphologique. Mais les données recueillies laissent à penser que le type de la cruche à bec pincé est relativement stable entre 400 et 750, ôtant tout espoir d’y trouver un marqueur chronologique précis. Comme les ollae de la première génération, les cruches du début du Moyen Âge conservent nombres de traits du répertoire antique (fig. 16, n° 31 à 35) : profil élancé, panse ovoïde, col étroit, anse développée, lèvre largement pincée et parfois fond annulaire. Elles ne sont qu’exceptionnellement en pâte grise (fig. 16, n° 33). Certains exemplaires présentent des décors à la molette qui renforcent leur parenté avec les productions antiques (fig. 16, n° 32).

60À vrai dire, on connaît encore mal les transformations de ce récipient au-delà du VIIe s. Ce n’est que tout récemment que sont apparus quelques indices à Lyon (P. Audry, Célestins, Chartreux et Gorge de Loup), avec des cruches à lèvre infléchie (rabattue vers l’intérieur et horizontale, parfois étirée en collerette), anse plate et courte et, ce qui en fait l’originalité, large bec tubulaire évasé ; les parois semblent peu galbées ; on suppose qu’elles sont dotées de fonds plats (fig. 16, n° 36 à 39). Ces récipients, qui ne sont pas sans analogies avec des productions de régions septentrionales (Champagne, Alsace, Franche-Comté, Bourgogne, Suisse occidentale), sont employés concurremment avec les cruches "classiques" décrites ci-dessus, au moins pendant une bonne partie du VIIe s.

61Par la suite, dès avant l’an mil, la cruche globulaire à fond bombé débute une brillante carrière appelée à se confondre, par la suite, avec celle du pégau qui en est une adaptation. Les becs sont désormais presque tous pontés, encore peu développés, et les anses opposées sont courtes (fig. 16, n° 41 et 42). Quelques fantaisies ne manquent pas, comme le gros récipient du groupe épiscopal de Lyon avec son bec tubulaire étroit et sa lèvre infléchie (fig. 16, n° 40). C’est, à ce jour, le mobilier de Lyon Célestins qui offre l’image la plus claire de l’évolution de la cruche entre la fin du VIe et le Xe s. (Horry à paraître).

62En marge des cruches de table, le Moyen Âge a connu d’autres vases à liquide en terre. De grosses bouteilles ou gourdes, sorte de bonbonnes (fig. 16, n° 47 et 48), sont représentées sur la plupart des sites des Xe-XIe s., mais en quelques unités seulement. L’exemplaire précoce de Beynost (fig. 16, n° 46) reste à ce jour exceptionnel. Comme son homologue n° 48, il dénote une fabrication soignée et un goût du décor qui en font des récipients d’apparat.

La glaçure : une innovation de la fin du haut Moyen Age ?

63La réapparition de la glaçure plombifère dans notre région est une étape technologique à souligner. En l’état des connaissances, ses premières manifestations, sur pâte grise, se placent peu avant l’an mil, comme cela a été démontré à partir du mobilier du site castrai de Décines-Charpieu, dans la banlieue lyonnaise (Bouvier et al. 1992). Des découvertes plus anciennes (Lyon et Charavines), datées des Xe-XIe s., ont donné lieu à des analyses de pâtes qui ont révélé leur origine régionale (Reynaud et al. 1975). Ceci en fait une expérience pionnière par rapport au sud de la France où le phénomène n’est pas antérieur au XIIIe s., mais, en revanche, relativement tardive par rapport à certaines productions du nord et du centre de la France datées du IXe s. (Hanusse et al. 1998). L’originalité de la situation rhônalpine réside également dans le fait que la pratique de la glaçure apparaît bien avant le retour de la cuisson oxydante, d’abord réservée à la vaisselle de table, à la charnière des XIIe et XIIIe s.

64Les deux exemplaires présentés en figure 16 retiennent l’attention par leur facture soignée. La petite cruche de Charavines (fig. 16, n° 43), munie de deux anses et deux becs pontés, est couverte d’une glaçure épaisse et sombre qui suggère l’imitation d’un récipient de métal. Elle est datée des premières décennies du XIe s. Une pièce lyonnaise (n° 44), qualifiée de "très décorée" en raison de son revêtement au plomb couvrant, vert vif, appliqué sur un décor estampé pourrait être plus ancienne (fin IXe s.). L’hypothèse d’un produit importé d’Italie (forum ware) a été abandonnée au vue d’une analyse de pâte qui plaide pour une fabrication régionale (renseignements B. Maccari-Poisson). Ces objets démontrent que la glaçure est probablement davantage recherchée pour son effet décoratif que pour assurer l’étanchéité des vases à liquide. En tout état de cause, la glaçure est probablement un luxe : jusqu’à la fin du XIe s., elle concerne moins de 1 % des fragments étudiés et est quasi exclusivement réservée aux cruches.

La période carolingienne : des acquis, mais toujours des questions

65Si nous avons la satisfaction d’avoir contribué à dresser un portrait relativement précis du vaisselier en usage au cours des premiers siècles du Moyen Âge, celui de la période carolingienne nous échappe encore en partie. La reconstitution de la typo-chronologie laisse voir notre embarras, notamment pour la fin du IXe et le Xe s. Certes, divers indices présentés dans les chapitres qui précèdent plaident pour une déprise de l’occupation, en zone rurale tout du moins. Il n’est donc pas étonnant que le mobilier domestique soit numériquement inférieur à celui des autres périodes. Toutefois, le doute est permis quant à notre capacité à l’identifier. Ainsi, à partir de la fin du Ville s., les indications fournies par les proportions relatives des formes ouvertes et fermées, comme par celles des pâtes claires et sombres, ne sont pas aussi significatives que précédemment. L’arrivée, dans le même temps, des ollae de la deuxième génération et, avec elles, de la lèvre en bandeau "classique" qui équipera nombre de vases jusqu’au début du XIIe s., est une autre difficulté. Si les sites lyonnais (P. Audry, Célestins) ont en partie comblé le déficit d’informations constaté au début de notre enquête, la céramique des IXe et Xe s. reste encore fort mal connue. Ainsi, l’apparition des fonds lenticulaires, celle des marques de fond, ou encore celle de la lèvre évasée avec gorge, alternative au rebord en bandeau cité plus haut, ne sont pas encore situées avec précision ; autant de repères typologiques qui nous échappent encore. Enfin, pour cette période, l’aide des datations au radiocarbone est moins efficace en raison des intervalles relativement larges qu’elles fournissent. Force est donc d’admettre que nous ne sommes pas encore capables de distinguer le mobilier des décennies qui précèdent l’an mil de celui des décennies suivantes sans l’apport d’informations extérieures (monnaies, dendrochronologie).

66Pourtant, certaines pièces du puzzle se mettent en place, grâce à l’approche comparative que nous avons pu développer. Le parallèle établi, à l’instigation de datations radiocarbone relativement proches (fig. 14 et 15), entre les ensembles issus de Lyon P. Audry (état 4) et de Château-Gaillard (phase II) est prometteur. Le vaisselier du premier site, avec encore 16 % de formes ouvertes et près de 14 % de pâtes claires (fig. 20, 21 et 23), se rattache au répertoire du haut Moyen Âge, tandis que le mobilier du second appartient au plein Moyen Âge, ce que signalent l’absence de toute forme ouverte et l’exclusivité des pâtes grises. Par hypothèse, on proposera que le léger décalage chronologique dont témoignent les datations 14C entre les deux sites (au minimum un demi-siècle) pourrait correspondre au laps de temps où se sont opérées ces mutations, à savoir la deuxième moitié du Xe s.

67Depuis peu, d’autres pistes commencent à apparaître à travers l’identification de quelques fonds plats et d’autres dits intermédiaires (cf. supra), à travers les proportions relatives des deux types de lèvres concurrents (évasé et en bandeau), ou encore la proportion des fonds marqués. En prenant en compte ces deux derniers marqueurs, les comparaisons établies entre divers ensembles régionaux, dont les uns bien datés par des monnaies ou la dendrochronologie (Décines, Charavines), permettent de mieux estimer la chronologie des autres. Le procédé, qui reste encore à valider, peut être appliqué pour Château-Gaillard et L’Albenc (dernières phases d’occupation), Reyrieux et Rillieux-la-Pape (fig. 25). D’autres détails morphologiques ont également été notés comme signes d’archaïsme pouvant signaler des productions carolingiennes (Maccari-Poisson 1991) : parmi eux, les lèvres infléchies, connues depuis la fin de l’époque mérovingienne, associées à des becs tubulaires (fig. 16, n° 30,36 à 40). Ces observations, qui n’ont de sens que sur des lots très importants, mériteraient d’être poursuivies à l’occasion de nouvelles découvertes, voire d’être appliquées, avec le recul, à des lots anciennement étudiés.

25 - Mise en évidence de critères chrono-typologiques pour le mobilier des Xe-XIe siècle

25 - Mise en évidence de critères chrono-typologiques pour le mobilier des Xe-XIe siècle

Conclusion

68À partir du portrait qui vient d’être dressé, le vaisselier régional ne laisse pas ressortir de traits particulièrement originaux, exception faite, toutefois, des fameuses marques de fond qui distinguent une partie des récipients des Xe-XIe s. La spécificité régionale, si elle existe, transparaît à travers l’association répétée de certaines formes, comme l’illustre le "service bistre", un rythme propre à l’évolution du vaisselier, ainsi qu’en témoignent la désaffection relativement précoce pour la cuisson oxydante ou le prolongement, jusqu’au seuil de la période carolingienne, de certaine formes ouvertes inspirées du modèles antiques.

Vaisselle et particularisme régional ?

69D’une manière générale, on retire l’impression d’une région relativement imperméable aux produits "étrangers" et rapidement repliée sur les productions communes d’origine probablement régionale, voire locale. Certes, au début de la période considérée (Ve-VIe s.), les productions de l’Antiquité tardive (céramiques luisantes et autres productions à vernis argileux, dérivées de sigillées paléochrétiennes...) atteignent encore les sites régionaux. Les études conduites sur des lots issus de contextes urbains se sont attelées à démontrer la longévité de certaines d’entre elles au début du haut Moyen Âge (Villedieu 1985 ; Ayala 1994 et 2000 ; rapports Ayala et al. 1996 et 1997). Mais elles ne traduisent pas forcément des échanges au long cours, si ce n’est quelque mobilier amphorique d’outre-Méditerranée. Quant aux sites ruraux contemporains, pris en compte dans ce volume, à l’exception remarquable de Poncin, ils semblent échapper aux derniers effets des réseaux commerciaux antiques. Si la différence de composition du vaisselier entre ville et campagne est ainsi manifeste, il convient de garder à l’esprit que d’autres facteurs entrent en jeu. La comparaison établie entre les matériels de Château-Gaillard et de Poncin, pour cette même période des Ve-VIe s., est d’autant plus frappante que ces établissements se situent dans la même aire géographique (plaine de l’Ain). Les occupants des modestes cabanes excavées de Château-Gaillard n’ont pas accès aux céramiques fines "importées" que la communauté de Poncin, qui a investi les solides constructions d’un domaine antique, continue à se procurer jusqu’à la fin du VIe s. ; cela paraît dans l’ordre des choses. La différence de niveau de vie entre les deux groupes s’exprime aussi à travers le mobilier métallique, plus nombreux et plus diversifié chez le second.

70Ce serait trop rapidement conclure que de lier l’adoption généralisée des poteries communes avec un mode d’approvisionnement strictement local. On a signalé plus haut la grande parenté morphologique et technologique des récipients en pâte bistre qui équipent presque toutes les tables entre le Ve et le VIIe s., dans une aire géographique qui dépasse largement les limites de la région. A notre avis, l’hypothèse d’une circulation des produits peut être envisagée, à l’échelle régionale, voire interrégionale. L’expérience ponctuelle conduite sur le mobilier de Lyon Célestins (programme d’analyses physico-chimiques réalisé au Laboratoire de céramologie de Lyon) plaide en ce sens et suggère une origine depuis le Beaujolais et plus globalement le Val de Saône (Batigne in : rapport Ayala et al. 1997), secteur où, précisément, de nombreux ateliers céramiques haut médiévaux ont été révélés par l’archéologie entre Chalon-sur-Saône et Saint-Georges-de-Reneins (Renimel 1974 ; Petident, Poil 1998 ; Faure-Boucharlat et al. 1996). L’aire de diffusion de ces ateliers reste toutefois à mieux cerner.

71Parallèlement, entre le VIe et le VIIe s., les marchés du nord de la région rhônalpine reçoivent, certes en petite quantité, des produits que l’on pourraient qualifier de méridionaux, comme le montrent quelques céramiques en argile kaolinitique, peut-être originaires des ateliers de la vallée du Rhône et de l’Uzège. Dans ce cas aussi, le phénomène est surtout urbain. Les récipients en pierre ollaire sont un autre témoignage d’apports extérieurs, en provenance des régions alpines cette fois. Cependant, les apports semblent beaucoup plus limités que ce que l’on peut constater sur les sites de la vallée du Rhône et de Provence ; en revanche, les datations concordent (du milieu du Ve au Ville s.). Cette "pénurie" en vaisselle de pierre pourrait être compensée par les imitations en terre cuite que proposent les gobelets à décor strié. Enfin, on a suggéré plus haut l’arrivée de produits depuis le nord, peut-être par la vallée de la Saône. Dans cet ordre d’idée, les deux récipients biconiques de Trévoux constituent probablement la découverte la plus méridionale de ce type de vaisselle, à mettre en rapport avec un matériel métallique lui aussi hors du commun, où figure, en particulier, une fibule assurément importée.

72Outre ces échanges de produits, dont le tour est vite fait, l’adoption de certaines pratiques ou modes extérieures par les potiers régionaux paraît tout aussi limitée. Les cruches à bec tubulaire et lèvre rentrante (Lyon Saint-Jean, Célestins, Gorge de Loup), apparues à la fin de la période mérovingienne, pourraient trouver leurs modèles dans les régions bourguignonne ou champenoise (Lenoble 2000). En revanche, les rares marmites (Lyon Chartreux), quelques bols ou écuelles à paroi courbe (Château-Gaillard, Trévoux), ne sont pas sans analogies avec des formes méridionales du début du Moyen Âge (respectivement formes MA et B, Pelletier 1997). Quant à l’apparition de la glaçure au plomb, dès avant l’an mil, elle pourrait témoigner d’une étape dans l’expansion de cette technique depuis les régions septentrionales vers les méridionales. En définitive, en dépit de ces apports et adaptations, le marché régional s’avère relativement peu enclin à la diversification des produits, situation quelque peu paradoxale dans un secteur où le couloir Rhône-Saône aurait dû favoriser les échanges de produits et de savoir-faire.

Typologie périodisée : précautions d’emploi

73Le portrait évolutif qui vient d’être dressé ne cherche pas à masquer le caractère peu précis des jalons chronologiques fournis par la vaisselle de terre du haut Moyen Âge. Il est fort probable que, finalement, les archéologues doivent en prendre leur parti. Les indices sont rarement simples à détecter et les critères, pluriels, ne sont susceptibles de ressortir qu’à partir de lots numériquement importants. Tout est affaire de proportions, d’associations, de présence ou d’absence. Et des spécificités, toutes locales, sont susceptibles d’induire en erreur un observateur trop pressé. Seule une approche comparatiste et statistique apporte des informations fiables, à confronter, chaque fois que cela est possible, aux autres sources de datation. Notre enquête sur les habitats ruraux a été l’occasion de faire le point des connaissances et n’entend pas figer une image encore schématique du vaisselier de terre. Elle cherche avant tout à promouvoir une méthode d’approche qui permette, à l’avenir, de corriger et de compléter ce premier bilan d’ensemble.

74Celui-ci s’inscrit dans une aire géographique limitée à la partie nord de l’actuelle région Rhône-Alpes (Bresse et Bugey, Lyonnais, Viennois, nord Dauphiné). En tirer partie au-delà requiert la plus grande prudence. Certains critères de datation, efficaces ici, peuvent se révéler sans fondement, voire faux, ailleurs. S’il peut être admis que nos constats se rapprochent des données réunies dans les pays de la Saône, du Jura et du Léman ainsi que des Alpes occidentales, ils ne peuvent être transposés sans risque dans la vallée du Rhône, en deçà de la latitude de Valence, et ne sont pas exportables au secteur du Massif Central. L’étude du mobilier du Bivan à L’Albenc, un des sites les plus méridionaux présentés dans ce volume, a montré les limites de l’exercice. En particulier, les arguments fondés sur les proportions relatives des pâtes claires et sombres sont inopérants en raison des argiles utilisées dans ce secteur, riche en affleurements kaolinitiques. Les proportions relatives des formes ouvertes et fermées se rapprochent de celles rencontrées sur les sites languedociens et provençaux, où l’abandon des formes ouvertes semble plus précoce que dans notre région. Enfin, certains jalons, comme le "service bistre" des Ve-VIe s., ne sont plus guère pertinents. En revanche, apparaissent des formes et des détails morphologiques (lèvres en crochet, ollae à fond plus large, facture plus grossière due à la granulosité des argiles) qui caractérisent certaines productions méridionales du haut Moyen Âge (Cathma 1993). Les travaux de céramologie réalisés à l’occasion des fouilles du TGV Méditerranée viennent fort opportunément compléter notre travail, puisqu’ils offrent une synthèse des découvertes faites en zone rurale entre Valence et Montélimar (Horry à paraître). Enfin, la confrontation du mobilier issu d’une bonne série de sites fait apparaître des différences de composition qui ne doivent rien à la chronologie des occupations, mais sont probablement redevables à la nature ou au statut de celles-ci. Il convient donc de se méfier de certaines évidences, comme vient le rappeler clairement la différence notable de composition du vaisselier de deux sites pourtant très proches dans le temps et dans l’espace, Lyon R Audry (état 1 et 2) et Lyon Chartreux. Seuls des critères de datation extérieurs au mobilier (14C) lèvent tout doute quant à leur contemporanéité.

75Ainsi apparaissent les avantages et les limites de toute typologie périodisée appliquée à la vaisselle de terre du Moyen Âge, du moins de celle que nous avons construite, à utiliser, si ce n’est avec modération, toujours avec précaution.

Proposition de restitution du bâtiment 7 de Château Gaillard, Le Recourbe

Proposition de restitution du bâtiment 7 de Château Gaillard, Le Recourbe

Table des illustrations

Titre 13 - Localisation des sites ayant donné lieu à des datations radiocarbones
Légende 2. Poncin (01), La Châtelarde ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 4. Trévoux (01), Prés de Corcelles ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 13. Lyon, rue Pierre Audry ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 14 – Tableau récapitulatif des datations au radiocarbone prises en compte : échantillonnages et résultats
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 15 - Champs chronologiques couverts par les datations au radiocarbone : intervalles années réelles et pics de probabilité
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 16 – Typologie pérodisée de la vaissele de terre du Ve au XIe s. : Formes fermées
Légende Origine des récipients figurés : 1. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 2. Trévoux, Prés de Corcelles ; 3. Beynost, Les Grandes Croix ; 4. Beynost, Les Grandes Croix ; 5. Lyon, P. Audry (état 4) ; 6. Lyon, P. Audry (état 4) ; 7. Lyon, groupe épiscopal ; 8. Lyon, groupe épiscopal ; 9. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 10. Poncin, La Châtelarde (phase Iia) ; 11. Lyon, P. Audry (état 1) ; 12. Lyon, Célestins (horizon II) ; 20. Lyon, Célestins (horizon III) ; 21. Rilieux-la-Pape, Les Balmes ; 22. Lyon, Saint-Just ; 23. Lyon, quartier Saint-Jean ; 24. Charavines, Colletière ; 25. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 26. Beynost, Les Grandes Croix ; 27. Beynost, Les Grandes Croix ; 28. Beynost, Les Grandes Croix ; 29. Beynost, Les Grandes Croix ; 30. Lyon, quartier Saint-Jean ; 31. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 32. Groissy, Fontaine Vivie ; 33. Lyon, Saint-Laurent ; 34. Beynost, Les Grandes Croix ; 35. Lyon, P. Audry (état 2) ; 36. Lyon, Célestins (horizon III) ; 37. Lyon, P. Audry (état 3) ; 38. Lyon, Célestins (horizon II) ; 39. Lyon, P. Audry (état 3) ; 40. Lyon, groupe épiscopal, 41. Lyon, quartier Saint-Jean ; 42. Charavines, Colletière ; 43. Charavines, Colletière ; 44. Lyon, quartier Saint-Jean ; 45. Trévoux, Prés de Corcelles ; 46. Beynost, Les Grandes Croix ; 47. Lyon, quartier Saint-Jean ; 48. Lyon, groupe épiscopal ; 49. Charavines, Colletière ; 50. Charavines, Colletière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 17 – Typologie péridisée de la vaisselle de terre du Ve au XIe s. : formes ouvertes
Légende Origine des récipients figurés : 51. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 52. Trévoux, Prés de Corcelles ; 53. Lyon, P. Audry (état 1). 54. Trévoux, Prés de Corcelles ; 55. Poncin, La Châtelarde (phase IIb) ; 56. Charavines, Colletières ; 57. Charavines, Collières ; 58. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 59. Trévoux, Prés de Corcelles ; 60. Lyon, P. Audry (état 1) ; 61. Lyon, P. Audry (état 2) ; 62. Poncin, La Châtelarde (phase IIb) ; 63. Lyon, Célestins (horizon I) ; 64. Charavines, Les Grands Roseaux ; 65. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 66. Trévoux, Prés de Corcelles ; 67. Lyon , P. Audry (état 1) ; 68. Lyon, P. Audry (état 2) ; 69. Lyon P. Audry (état 3) ; 70. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 71. Trévoux, Prés de Corcelles ; 72. Lyon, Célestins (horizon III ?) ; 73. Charavines, Colletières ; 74. Charavines, Colletières ; 75. Trévoux, Prés de Corcelles ; 76. Lyon, Saint-Laurent ; 77. Beynost, Les Grandes Croix ; 78. Beynost, Les Grandes Croix ; 79. Lyon, Célestins (horizon I) ; 80. Lyon, Célestins (horizon II) ; 81. Lyon, P. Audry (état 4) ; 82. Lyon, P. Audry (état 4) ; 83. Lyon, P. Audry (état 4) ; 84. Lyon, groupe épiscopal ; 85. Trévoux, Prés de Corcelles ; 86. Beynost, Les Grandes Croix ; 87. Poncin, La Châtelarde (phage IIb) ; 88. Lyon, Célestins ; 89. Château-Gaillard, Le Recourbe ; 90. Trévoux, Prés de Corcelles ; 91. L’Albenc, Le Bivan ; 92. L’Albenc, Le Bivan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 18 - Estimation quantitative des principaux ensembles de mobilier céramique présentés dans ce volume
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 19- Périodes d’occupation des sites sollicités pour l’établissement de typologie des céramiques présentée dans ce chapitre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 20 - Proportion relative des deux techniques de cuisson, oxydante et réductrice (Ve-IXe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 21 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier) : tableau récapitulatif
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 22 - Proportion relative des principales formes céramiques du Ve au IXe s. (par rapport à l’ensemble du vaisselier)
Légende Tableaux détaillés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 23 - Proportion relative des deux grandes familles de formes, ouvertes et fermées (Ve-IXe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 24 - Céramiques de Lyon, quai Arloing, où l’on remarque l’association de fonds plats et de fonds bombés
Légende À noter un fond plat marqué d’un motif simple
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 25 - Mise en évidence de critères chrono-typologiques pour le mobilier des Xe-XIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Proposition de restitution du bâtiment 7 de Château Gaillard, Le Recourbe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1993/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access