Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 1. L’espace

Les conditions d’implantation des habitats

Texte intégral

1Le choix des sites archéologiques présentés dans ce volume ne doit rien à une recherche logiquement organisée en vue de l’établissement d’une carte raisonnée du peuplement. L’échantillon est le fruit de la collecte d’interventions dictées par les règles aléatoires de l’archéologie de sauvetage, d’où ressort avant tout la diversité des situations, nous invitant à nous écarter de toute tentation de modélisation. Son caractère disparate est évident : répartition inégale dans l’espace, densité renforcée aux abords des grandes voies actuelles de circulation, écarts chronologiques, opérations ponctuelles ou d’envergure, occupations éphémères ou de longue durée. Mais à l’intérieur de la région considérée, ressortent quelques ensembles géographiques ou typologiques qui apparaissent assez significatifs pour que soit tentée l’approche des conditions d’implantation des établissements. Le lecteur en jugera, nos prises de position sont toujours prudentes et se traduisent, le plus souvent, sous la forme de questions destinées à nourrir la réflexion.

L’environnement naturel

2Découverts, pour la plupart, à l’occasion d’aménagements ferroviaires ou routiers récents, les sites qui nous préoccupent prennent évidemment place dans des zones de faible relief. Ces "basses terres" constituent la partie occidentale et centrale de la région Rhône-Alpes, touchant pour partie les départements de l’Ain, du Rhône, de l’Isère et de la Drôme. Elles appartiennent à un même ensemble géographique, celui des plaines et plateaux du couloir Rhône-Saône, largement façonnés par l’avancée des glaciers quaternaires. Les établissements connaissent donc des altitudes peu élevées, comprises entre 200 et 315 m NGF.

Une région "mosaïque"

3Bien que moins de 150 km séparent le site le plus septentrional (Bény, Ain) du plus méridional (Chatuzange-le-Goubet, Drôme), présenter le couloir Rhône-Saône comme une région uniforme serait simplificateur. A y regarder de plus près, nos sites se regroupent en petites séries s’inscrivant dans autant d’entités géographiques. Signalons que l’ordre de présentation des monographies réunies dans la seconde partie du volume tient compte de ces regroupements. Les propos et les illustrations graphiques qui suivent s’appuient sur les ouvrages spécialisés suivants : Bravard 1987 ; Mandier 1988 ; Mottet 1999.

Le fossé bressan

4Dans partie méridionale de la plaine de Bresse, où prend place l’établissement de Bény, au nord de Bourg-en-Bresse, s’étale un paysage de molles collines humides et bocagères modelées dans les terrains marneux et imperméables d’un ancien lac tertiaire. Les sols humides et pauvres accueillent, encore aujourd’hui, de vastes espaces boisés (fig. 5).

5Non loin de là, mais au sud-est de Bourg-en-Bresse et séparé de la Bresse proprement dite par les cours de l’Ain et de son affluent, le Suran, le secteur de Poncin appartient déjà à un autre pays, celui du Bugey rhodanien que constituent les derniers chaînons arqués du Jura méridional. Y affleurent le faisceau plissé des anticlinaux calcaires, propices à l’extension des zones boisées et à la fourniture de pierre à bâtir, et les moraines de remblaiement des synclinaux aux sols caillouteux et argileux. Le site de Château-Gaillard, à peine plus au sud, s’inscrit dans les paysages moins accidentés des terrasses atténuées de la plaine de l’Ain, constituée d’épandages fluvio-glaciaires, où l’Albarine, un des principaux affluents de l’Ain, y décrit un tracé largement méandré.

La côtière de Dombes

6Au sud de Bourg-en-Bresse, le plateau de Dombes est un vaste quadrilatère de collines et d’étangs, dont la disposition en éventail témoigne de l’orientation des lobes glaciaires qui en ont modelé la surface au Quaternaire. Une épaisse formation loessique d’origine éolienne recouvre la morphologie glaciaire et fluvio-glaciaire, constituant des sols à dominante argilo-limoneuse. Par le jeu de l’érosion post-glaciaire, le plateau domine de quelques dizaines de mètres les fleuves et les rivières qui l’encadrent : l’Ain à l’est, la Saône à l’ouest, et au sud les divagations du Rhône en amont de Lyon, par un talus franchement découpé qui lui vaut le nom de Costière de Dombes. Installés à l’extrémité de la bordure sud-ouest du plateau, les sites de Trévoux et de Reyrieux appartiennent déjà aux hautes terrasses de la Saône ; en revanche, ceux de Rillieux-la-Pape et de Beynost, plus à l’est et légèrement en retrait de la côtière méridionale, appartiennent bien aux terres plus pauvres du plateau de Dombes (fig. 5).

5 - Contexte géographique et géologique des sites de la côtière de Dombes, de l’est Lyonnais et du Nord viennois

5 - Contexte géographique et géologique des sites de la côtière de Dombes, de l’est Lyonnais et du Nord viennois

D’après Mandier 1988

L’est lyonnais et le nord viennois

7La plaine lyonnaise, délimitée par le Rhône au nord et à l’ouest, et par la Bourbre à l’est, correspond à la petite région du Velin. Elle doit sa morphologie très caractéristique aux stades successifs d’avancée et de retrait des glaciers rissiens et wurmiens qui, sur un substratum de sédiments miocènes, ont modelé une alternance de buttes morainiques en lanière (collines radiales) et de larges couloirs résultant de l’érosion fluvio-glaciaire, selon une orientation générale nord-ouest-sud-ouest. Les collines tapissées de loess offrent les terrains les plus riches, tandis que la "plaine", aux sols secs et caillouteux, est peu fertile. Les sites de Jons et de Meyzieu, dans la partie nord du Velin, connaissent ce contexte de reliefs aux formes émoussées, tandis que les établissements plus méridionaux de Simandres et de Communay, au nord-est de Vienne, se sont installés dans un secteur un peu plus tourmenté, en limite nord des Balmes viennoises, zone de transition entre la basse plaine lyonnaise et le secteur plus élevé des Terres Froides du bas Dauphiné (fig. 5).

La basse vallée de l’Isère

8A l’issue de la partie alpine de son parcours, à partir de la cluse de Voreppe-Grenoble et jusqu’à sa confluence avec le Rhône, au nord de Valence, l’Isère adopte une direction nordest-sud-ouest. Son régime capricieux, jusqu’aux aménagements modernes, explique que les agglomérations se soient installées à l’écart de son cours, ainsi à l’abri des crues (fig. 6). Dans les pays du bas Dauphiné, entre piémont du Vercors, au sud, et plateau de Chambaran, au nord, la dépression s’inscrit dans un avant-pays montagnard au relief confus, sculpté dans les terrains détritiques arrachés aux Alpes par les glaciers. Les sites de L’Albenc et de Saint-Marcellin, sur la rive droite (département de l’Isère), de Beauregard-Baret et de Chatuzange-le-Goubet, sur la rive gauche (département de la Drôme), prennent place sur le système des terrasses étagées qui encadrent l’Isère, constituées de dépôts morainiques et de niveaux fluvio-glaciaires entaillés par les thalwegs relativement profonds de ses affluents. Il en résulte une mosaïque de sols d’inégale valeur, assez meubles et épais dans les dépressions, minces et médiocres dans les interfluves.

6 – Contexte géographique des sites de la basse vallée de l’Isère

6 – Contexte géographique des sites de la basse vallée de l’Isère

D’après Mandier 1988

Les lieux d’implantation

9Il n’est pas aisé de faire ressortir les raisons qui, dans cet environnement varié, ont pu déterminer le choix des lieux de résidence ou d’installation. Le handicap majeur de ce genre de réflexion réside dans notre méconnaissance de l’évolution des paysages depuis le Moyen Âge. Il est certain que le poids des aménagements et des transformations réalisés par l’homme dans une région fort peuplée et tôt industrialisée est considérable. Notamment, le tracé du réseau hydrographique ancien, que l’on a repéré ponctuellement pour l’Ain et pour l’Isère, ou observé de façon plus large pour le Rhône, était en partie différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Et l’on sait finalement peu de choses sur les conditions de navigation, si ce n’est que le régime capricieux du Rhône et de l’Isère a été un obstacle majeur jusqu’aux grands aménagements modernes. Par ailleurs, la reconstitution de la couverture végétale n’est pas possible pour les hautes périodes du Moyen Âge, dépourvues de textes. Et encore ce genre d’exercice ne peut-il concerner que des zones bien circonscrites. Les quelques analyses de vestiges de flore qui ont accompagné un nombre restreint de fouilles donnent, évidemment, des informations très ponctuelles, exploitables au cas par cas (cf. chapitre 6).

10En se limitant donc à l’observation de la topographie, on relève quelques traits qui pourraient expliquer en partie les choix d’implantation. Dans les régions régulièrement vallonnées, les occupants ont privilégié les terrains en position dominante, en évitant toutefois le sommet des éminences, toutes proportions gardées, puisqu’il s’agit toujours de faibles reliefs, de quelques dizaines de mètres d’altitude. Ce sont donc des versants à faible pente qui ont été préférés. C’est le cas pour Bény, unique site bressan, quelque peu à l’écart des terrains les plus lourds et humides des dépressions. Plus au sud, les établissements de la grande plaine lyonnaise, jusqu’au nord de Vienne, illustrent bien ce type d’implantation. Ainsi, Meyzieu et Jons occupent une légère surélévation entre deux collines radiales (buttes morainiques), tandis que Communay, Charvas et La Garde, ainsi que Simandres, prennent place sur le flanc de l’une de ces collines. On y trouve les terrains relativement fertiles de la couverture loessique qui tapisse les moraines caillouteuses ; en outre, à Jons, par exemple, on échappe aux zones marécageuses qui accompagnaient les divagations du Rhône en contrebas.

11Une autre catégorie d’installations pourrait être constituée par les sites de plateaux et de terrasses. Ainsi, la terrasse du Recourbe offre plus d’un avantage : un vaste espace plat, libre de contraintes topographiques, en surplomb et à l’écart de la plaine inondable de l’Ain, mais à proximité d’un petit cours d’eau, le Seymard, qui enserre la dite terrasse dans l’un de ses méandres. Beynost et Rillieux-la-Pape, sur la frange méridionale du plateau de Dombes, prennent place dans la zone de transition entre la partie marécageuse de la Dombes et la morphologie tourmentée de la côtière, festonnée de thalwegs assurant la retombée des eaux vers le Rhône. Les terrains combinent donc une topographie calme et un bon drainage.

12En rive droite, comme en rive gauche, les sites de la vallée de l’Isère parviennent, quant à eux, à concilier la proximité avec le cours d’eau et le retrait par rapport aux zones inondables. Installés sur des terrasses intermédiaires, relativement planes et peu inclinées, découpées en petites unités par les thalwegs prononcés des affluents de l’Isère, ils doivent, il est vrai, se contenter de terrains de médiocre qualité en raison de la faible valeur pédologique des sols érodés du toit des terrasses. Il se pourrait que les occupants aient privilégié les facilités de communication avec la basse vallée, dont certains toponymes (Le Port, Le Pont...) gardent le souvenir des lieux de fréquentation et de franchissement.

13D’une manière générale, la question de l’alimentation en eau des établissements ne trouve pas de réponse archéologique probante : deux puits seulement (l’un à Rillieux-la-Pape, l’autre à Simandres) ont été mis au jour. On soupçonne ainsi le rôle d’un approvisionnement de surface. S’ils semblent éviter les terrains d’une humidité excessive, en recherchant les "hauteurs", les établissements en question ne sont jamais éloignés d’un ruisseau ou d’une rivière, susceptible de les pourvoir en eau. La situation ainsi décrite n’a rien d’original. Les observations faites dans d’autres régions sont similaires : en règle générale, dans les paysages de vallées et de plaines, les établissements médiévaux occupent le versant d’une légère bute, à proximité d’un point d’eau (Peytremann 1995 ; L’Ile de France 1993 : 181).

14Avec des reliefs peu marqués, des terres bien arrosées, des "pays" faciles d’accès grâce à un dense réseau de communications induites par les tracés des grands cours d’eau et de leurs nombreux affluents, de direction tant nord-sud qu’est-ouest, la région est globalement hospitalière. Sans être particulièrement fertiles, les sols à dominante argileuse, qu’il s’agisse des dépôts glaciaires ou des alluvions des fleuves et rivières, sont favorables à la diversité de la végétation et des cultures.

Le contexte de peuplement : une image en filigrane

15Les opérations concernées, toutes menées dans une relative urgence, fournissent, pour la plupart, des informations ponctuelles : elles n’ont que rarement pu être accompagnées des recherches archéologiques et historiques complémentaires pour éclairer de façon circonstanciée la place et la vocation des sites fouillés en regard de leur environnement humain. Notre travail n’aurait pu combler de telles lacunes sans retourner au terrain pour compléter ou valider, par sondages ou prospections, des informations trop limitées ou sujettes à caution ; des enquêtes textuelles auraient été dévoreuses de temps, sans l’assurance de résultats pour les hautes périodes qui nous intéressent. Notamment, les informations sur l’origine des agglomérations actuelles font particulièrement défaut pour positionner, sans risque d’erreur, nos installations rurales par rapport au réseau de peuplement : habitats laïques et lieux de culte, dans des régions tôt christianisées ; habitats ordinaires et lieux de pouvoir, détenteurs des droits sur la terre exploitée ; habitats précaires, pour la plupart, et habitats durables à l’origine du réseau villageois. Les monographies s’efforcent, toutefois, de présenter le contexte historique et archéologique des sites, à partir des données immédiatement disponibles (en particulier à partir du fonds documentaire du SRA). Cependant dans un secteur circonscrit, est Lyonnais et nord Viennois, une approche plus détaillée de l’occupation du sol a pu s’appuyer sur les données conjointes de l’archéologie et des textes, en raison de l’implantation territoriale de grandes abbayes bien documentées. Cette étude "micro-régionale" est présentée dans le troisième chapitre.

Les habitats isolés : unités d’exploitation ou petits hameaux agricoles ?

16Parce qu’elles conditionnent une bonne partie de la réflexion sur les modalités d’implantation, les notions "d’habitat isolé" et "d’habitat groupé" paraissent devoir être examinées en priorité. En cherchant à caractériser les sites explorés en fonction de ce double critère, on est très vite gagné par la perplexité, ne serait-ce qu’en raison de la difficulté première qu’il y a à départir ces deux catégories. La réalité, du moins à travers l’éclairage archéologique, s’avère complexe et mouvante ; la limite entre les deux formes n’est pas toujours claire, loin s’en faut. C’est peut-être la fonction même d’habitat, au sens strict du terme, qui est à reconsidérer dans certains cas, comme on le verra plus loin.

17Certes, la démonstration de l’isolement des établissements est souvent handicapée, dans le cadre de l’archéologie préventive, par la sacro-sainte règle du respect de l’emprise des travaux. Le plus gênant, évidemment, est le manque de preuves formelles pour établir la vocation des différentes constructions mises au jour. Pour avancer, il faut donc bien admettre un certain nombre de présupposés qui ne sont autres que des références implicites à l’image de l’exploitation agricole traditionnelle. C’est ainsi qu’une demi-douzaine de nos sites, regroupant habitat et locaux annexes, pourraient correspondre à des habitats isolés, comportant une ou plusieurs unités agricoles.

18Les structures dégagées à Beynost, Les Grandes Croix, l’un des établissements les plus anciens de notre échantillon (VIIe-VIIIe s) montrent, sur près d’un hectare, une organisation spatiale lâche, sans ordre apparent ; se pose d’ailleurs la question de savoir si l’on a affaire à une ou à deux unités d’exploitation (fig. 2, Beynost). Dans la partie sud du site, un ensemble cohérent est constitué par le bâtiment B, muni d’un foyer, autour duquel gravitent deux greniers (C et D), un four, une palissade, une mare ( ?) et diverses fosses. Quelque peu à l’écart, le grand bâtiment A, doté de deux foyers, évoque la possibilité d’un deuxième ensemble se développant au nord et à l’ouest de la zone fouillée. En tout état de cause, l’inorganisation des constructions plaide pour l’absence d’un schéma directeur qu’aurait imposé un regroupement d’habitats. Les choses paraissent plus nettes à Chatuzange-le-Goubet, Pourcieux, dont le petit établissement des environs de l’an mil ferait presque figure de cas d’école avec ses trois bâtiments à peu près équivalents (on prête au bâtiment B, le plus grand, la fonction d’habitat), auxquels s’associe une vaste aire d’ensilage située à quelque distance des constructions (fig. 1, Chatuzange-le-Goubet). Un décapage étendu (10 000 m2) assure que l’on a bien affaire à un établissement isolé.

19La dernière occupation du Bivan, à L’Albenc, aux Xe-XIe s., pourrait également intégrer la catégorie des habitats isolés, avec son bâtiment principal et ses dépendances bien ordonnés autour d’une vaste cour investie par de nombreux silos et fosses diverses (fig. 7, L’Albenc). Mais ce cas se distingue quelque peu des précédents parce qu’il ne s’agit pas d’une implantation ex nihilo. Le site connaît en effet, entre le VIe et le Xe s., au moins deux occupations successives, avec une chronologie difficile à fixer entre ces deux limites (l’hypothèse d’un hiatus après le Ville s. a été retenue). En outre, le premier établissement médiéval (mérovingien) s’implante dans les ruines, ou plus exactement sur les ruines d’un édifice antique, déserté au milieu du IVe s. Selon un plan orthogonal, il combine des constructions "en dur" (murs de terre sur solins de pierre) et d’autres en matériaux périssables regroupées dans un enclos. Le Bivan est donc un des rares cas où transparaît, au début du Moyen Âge, une certaine forme de fidélité à l’organisation ramassée des établissements ruraux de l’Antiquité. En revanche, à la fin du millénaire, le site rentre dans le rang des installations paysannes décrites ici. L’extension du décapage (15 000 m2) confirme son isolement.

20À côté de ces exemples les plus caractéristiques, d’autres sites, moins lisibles, sont interprétés, à titre d’hypothèse, comme des habitats isolés. C’est le cas de Beauregard-Baret, Les Matras, ou de Saint-Marcellin, Les Basses Plantées, dans le même secteur que L’Albenc, également datés des Xe-XIe s., mais trop dégradés pour que leur organisation apparaisse clairement.

21Concrètement, tous ces sites ont en commun la simplicité de leur agencement, la coexistence des habitations et des dépendances et l’association, le cas échéant, de quelques installations agricoles (greniers, silos, fours et foyers) ou artisanales, suggérant une certaine autonomie de fonctionnement. Ils font tous appel à une architecture légère qui est en accord avec le caractère éphémère de l’occupation des lieux : un siècle tout au plus. En dehors du Bivan, où le rapport de l’habitat du plein Moyen Âge avec les occupations antérieures n’est pas définitivement démontré, il s’agit de créations ex nihilo.

22Un peu en marge géographiquement et chronologiquement, le site de Garavand à Bény pourrait correspondre à un regroupement de plusieurs unités agricoles, s’écartant ainsi du schéma de l’exploitation isolée décrit ci-dessus pour se rapprocher de celui du "hameau agricole". Il se distingue aussi des cas régionaux par sa chronologie tardive (fin du XIIe s.) et une certaine forme de longévité. Les repérages archéologiques ont montré que les vestiges de constructions à poteaux plantés s’étalaient sur une vaste emprise, bien que la fouille ait dû se limiter à une zone de 10 000 m2, qui pourrait correspondre à l’une des unités agricoles que compte le secteur (fig. 2, Bény). L’analyse précise des aires d’ensilage dégagées ici montre que leur organisation et leur capacité est sans rapport avec les ressources d’un simple groupe familial et évoque bien davantage une organisation collective. Mais le plus original, par rapport à la situation relevée ailleurs, ce sont les indices de la pérennité de l’occupation du site à travers les siècles jusqu’à l’exploitation agricole d’aujourd’hui, elle-même héritière d’une belle ferme bressane du XVIIe s. Du coup, Bény, constitue un exemple unique, dans notre région, d’habitat intercalaire durable, apparu au plus tard à la fin du XIIe s., alors que le réseau villageois est constitué.

23Pour conclure, une bonne série de nos établissements ruraux illustre assez bien le concept "d’unité agricole" qui s’est répandu ces dernières années dans la littérature archéologique, à partir d’exemples franciliens notamment. Cependant, mis à part à Beynost, pour la période mérovingienne, et à Bény pour le début du bas Moyen Âge, où il n’est pas exclu que cohabitent deux unités ou plus, on n’a pas mis au jour de regroupements systématiques, comme en Ile-de-France, où les fouilles montrent toujours la cohabitation de deux à quatre unités d’exploitation : Coupvray et Ecuelles, Seine-et-Marne, ou encore Villiers-le-Sec et Baillet-en-France, Val-d’Oise (L’Ile-de-France 1993 : 180-185).

Les habitats groupés : une démonstration difficile

24La démonstration du regroupement des habitats souffre des mêmes difficultés pratiques que celles évoquées plus haut quant à leur isolement. De vastes campagnes de sondages autour des zones décapées auraient peut-être atténué, dans un sens ou dans l’autre, le caractère hypothétique des propos qui vont suivre.

25Il n’est qu’à évoquer l’établissement de la Châtelarde, à Poncin, pour s’en convaincre. Des sondages largement répartis autour de l’espace fouillé ont bien livré des vestiges de constructions, mais l’organisation et la chronologie de ceux-ci n’ont pu être établies avec certitude. Par conséquent, aucun argument solide ne vient étayer l’hypothèse que l’occupation de l’Antiquité, probablement villa, à moins qu’il ne s’agisse d’un vicus, se soit perpétuée au haut Moyen Âge sous la forme d’un habitat aggloméré. Ce site "hors norme" restera donc, pour l’instant, en dehors de nos démonstrations.

26En définitive, un seul cas incontestable d’agglomération (au sens concret de regroupement de maisons d’habitation) ressort de notre échantillon, à savoir Le Recourbe à Château-Gaillard. D’autres cas, concentrés dans la plaine lyonnaise, pourraient révéler, à leur manière, l’existence d’un habitat groupé, mais à rechercher hors de l’emprise des fouilles : celui-ci transparaît par la concentration sur un espace circonscrit d’équipements agricoles, voire domestiques, à l’usage d’une communauté visiblement plus large qu’un simple groupe familial.

Le recourbe à Château-Gaillard : un cas d’agglomération pré-villageoise ?

27Sous quelque angle qu’on l’approche, le site du Recourbe constitue un cas particulier : superficie occupée, typologie des constructions, séquences chronologiques, etc. Ainsi, c’est le seul cas où la période carolingienne est bien attestée. Et l’on y trouve des formes architecturales qui n’ont pas d’équivalent dans le quart sud-est de la France et se rattachent à une tradition nettement septentrionale : de véritables "fonds de cabane", pour la phase mérovingienne de l’occupation, auxquels succèdent de grands bâtiments de plain-pied, à trois longs vaisseaux, ou à plan ramassé, se rapprochant d’exemples franciliens ou bourguignons pour les seconds, ou beaucoup plus éloignés (Grande-Bretagne, Allemagne) pour les premiers. A noter qu’il n’y a, au Recourbe, aucune présomption de lieu de culte ou de sépulture, ni de structure défensive. Autant de critères qui disqualifieraient cette agglomération à la prétention au titre de "village", du moins au sens où l’entendent les historiens (par exemple Fossier 1992 et 1995). Pourtant, si la partie nord de la zone explorée (autour de 10 ha), avec son tissu lâche, paraît peu ordonnée et se présente comme une juxtaposition d’entités plus ou moins régulières, la partie sud, plus densément occupée, suggère qu’une organisation rationnelle (orientation du bâti, axes de circulation, espacement des constructions) s’est imposée à la collectivité au moment de son installation (fig. 4, Château-Gaillard).

28Comme la plupart de ses homologues septentrionales, l’agglomération du Recourbe est désertée autour de l’an mil. Quid de la destination des habitants après cet épisode ? Le bourg castrai de Château-Gaillard n’apparaît que tardivement dans les textes, tout comme les localités voisines, Cormoz, Saint-Maurice-de-Rémeins... Le château actuel, construit au milieu du XIVe s., succède-t-il à une fortification plus ancienne ? L’église, dont le vocable Sainte-Foy pourrait être un signe d’ancienneté, a-t-elle été le premier facteur de regroupement de l’habitat ? La question des lieux funéraires n’est pas davantage résolue malgré les fouilles ou les observations conduites sur plusieurs des nécropoles qui gravitent autour du Recourbe, tant sur la commune d’Ambronay que sur celle de Château-Gaillard même. Datées des Ve au Ville s., ces nécropoles sont abandonnées alors que l’agglomération connaît son expansion maximum. Les défunts, dont ceux du Recourbe, ont-ils, dès lors, rejoint les lieux de culte paroissiaux, le transfert des morts précédant celui des vivants ? Si cette question reste en suspens, le site apparaît bien comme une agglomération précocement structurée, mais plutôt concentration d’unités d’exploitation que véritable village (Démians d’Archimbaud 1987 : 94).

Des "aires agricoles" à l’usage de communautés ?

29Les cas répertoriés dans la région lyonnaise, au sens large, semblent se rattacher à un tout autre modèle. S’il y a bien, dans un espace donné, regroupement d’installations et d’équipements agricoles, on ne saurait affirmer, à partir des données archéologiques disponibles, que la ou les habitations correspondantes y trouvent également place. En revanche, ces sites indiquent qu’à partir de l’an mil se multiplient les zones agricoles collectivement exploitées. C’est justement le rapport de ces établissements, que l’on qualifiera globalement "d’aires agricoles", avec l’habitat proprement dit qui pose problème. Sous des allures variées, qui tiennent à la nature, à la quantité et à la densité des équipements que regroupent ces aires agricoles, quatre sites illustrent assez bien notre propos. Ils sont tous attribués à la fin du Xe s. et/ou à la première moitié du XIe s. et se signalent par la brièveté de leur occupation. Les récentes découvertes faites dans le même secteur, à Saint-Priest, Rhône (ZAC des Hauts de Feuilly), pourraient en être une illustration supplémentaire (rapport Ayala et al. 2001).

30À Rillieux-la-Pape, Les Balmes, sur les 17 000 m2 explorés, les fours, silos, puits, fosses cendriers, fosses d’extraction et autres, se répartissent en "îlots" que séparent des zones vierges de tout vestige et de taille relativement régulière (fig. 2, Rillieux-la-Pape). Aucune trace de construction, ni de subdivision de l’espace (palissade, fossé) n’a été relevée. Il est clair que ces installations de plein air, destinées au traitement et à la conservation, voire à la transformation des récoltes, essentiellement céréalières, correspondent à une organisation collective. Le site des Mures, à Jons, offre le même constat d’absence de construction dans les trois zones explorées qui totalisent 10 000 m2. Six batteries de silos, plus ou moins fournies, apparaissent ainsi dispersées dans la nature. Dans le même ordre d’idée, on évoquera l’établissement de Meyzieu, La Chapelle. Sur une surface un peu supérieure (20 000 m2), se répartissent en plusieurs secteurs spécialisés des batteries de silos, des greniers surélevés et au moins trois petites constructions ou plutôt abris, ainsi que, fait rare, une probable aire de dépiquage des céréales. L’espace y est structuré par un réseau de fossés, voire quelques palissades (fig. 3, Meyzieu). Là aussi, la fouille ne livre pas de données irréfutables quant aux habitations qui seraient en rapport avec une telle série d’équipements. Enfin, des décapages relativement limités (5 000 m2 environ) à Simandres, La Plaine, et à Communay, Charvas, fragilisent les interprétations. Dans le premier cas, le regroupement d’équipements collectifs, dont subsistent plusieurs grands fours culinaires, suggère la présence d’une communauté quelque peu étoffée ; dans le second cas, un double système de fossés déterminant des parcelles en lanière évoque avant tout un espace agraire et les quelques petites constructions légères qui s’y insèrent ne sont guère que des locaux utilitaires.

31La compréhension du phénomène illustré par ces "aires agricoles" englobe la question de leur rapport avec les habitats contemporains. La présence de rejets domestiques (céramique, faune) dans certaines fosses transformées en dépotoir ne saurait, à elle seule, démontrer que ces lieux ont accueilli les habitations de la communauté qui y travaillait. D’ailleurs, les lots recueillis sont dans l’ensemble assez modestes. Quant à l’hypothèse, un temps avancée, du recours à des procédés de construction exceptionnels, sans supports plantés, qui nous priverait tout spécialement des traces archéologiques des bâtiments, elle ne saurait être acceptée sans réticence, eu égard aux pratiques architecturales généralement constatées dans la région. Pour le moins, ces données archéologiques signalent une organisation collective de l’exploitation et de la gestion des ressources du sol par une communauté, dont le lieu de vie permanent reste à localiser. Ce qui suppose donc, en corollaire, un groupe social fondé sur une certaine forme de solidarité, critère abstrait, certes, mais qui rentre en général dans la définition du village par les historiens. Faut-il voir dans ces aires agricoles des sortes de "postes avancés", voire de résidences saisonnières, situés au plus près des zones cultivées, à quelque distance des habitats ? Est-ce aller trop loin que de suggérer qu’elles témoignent des activités de communautés paysannes organisées ?

32Bien que trop partiellement fouillés (700 m2 explorés), les vestiges mis au jour à Reyrieux, à moins de 500 m du centre du bourg, apportent des arguments supplémentaires à cette hypothèse. Une petite construction à sol excavé et plusieurs batteries de silos, qui suggèrent des aires d’ensilage à usage collectif, ne sont probablement qu’une partie d’un ensemble agricole plus vaste, dont on ignore, une fois encore, s’il comportait la ou les habitations correspondantes (fig. 3, Reyrieux). L’ancienneté du bourg de Reyrieux est attestée par la mention d’une église Saint-Pierre dès 984. Les vestiges en question sont, quant à eux, attribués à la fin du XIe s., donc assurément contemporains d’un habitat villageois durable. S’il s’agit bien d’une simple aire agricole, à l’image des exemples évoqués ci-dessus, fonctionne-t-elle en marge du village, entre habitat groupé et espace cultivé ? S’il s’agit d’une exploitation à part entière, l’établissement doit-il la brièveté de son occupation au processus de regroupement de l’habitat autour du lieu de culte, puis du château ?

33En tout état de cause, la quasi contemporanéité de nos sites suggère une phase d’expansion agricole réussie ; et la brièveté de leur fonctionnement, qui induit la mobilité des installations et des hommes, n’en limite pas forcément la portée, puisque cette "itinérance", que les historiens se plaisent à souligner (par exemple Fossier 1995 : 10-15), est interprétée comme une réponse à la faiblesse des rendements agricoles. Dans les cas qui nous préoccupent, les conditions de cette mise en valeur sont en partie connues par des analyses de flore (notamment pour les sites contemporains de Meyzieu, Rillieux-la-Pape et Jons). D’une manière générale, mais avec des nuances locales, ces analyses renvoient en effet à un paysage ouvert ou semi-ouvert, où dominent les espaces cultivés (notamment céréales) et dégagés (champs et prairies), avec des zones circonscrites de taillis et de bois. Ces informations sont corroborées par les études de faune qui montrent que la composition du cheptel est adaptée à ce type de paysage et à ces activités. Partout, bien sûr, on retrouve l’assemblage classique pour le Moyen Âge avec la triade bœuf, porc, ovicaprins. Certes, les proportions en sont variables d’un site à l’autre, mais la place importante du bœuf et celle, relativement réduite, des ovicaprins plaident également pour un milieu ouvert avec des zones de pâture entretenues. Ces données n’indiquent donc pas une phase de défrichements stricto sensu ; elles assignent à nos établissements un rôle actif dans la mise en valeur de terroirs largement humanisés. Il pourrait d’ailleurs s’agir de la reprise, voire de la poursuite, d’une exploitation ancienne. A ce propos, soulignons que tous les sites en question livrent des indices (mobilier et fosses) d’une fréquentation durant l’Antiquité tardive ou le début du haut Moyen Âge. Certains (Rillieux-la-Pape, Communay Charvas et la Garde, Simandres) comportent, en outre, des petits ensembles funéraires isolés (deux à trois tombes), datés entre le VIIe et le IXe s. La chronologie de l’occupation de l’est Lyonnais, présentée en détail dans le troisième chapitre, montre bien la continuité du peuplement dans ce secteur depuis l’Antiquité.

Bilan provisoire

34Les vestiges archéologiques qui caractérisent la majorité des établissements ruraux présentés dans ce volume offrent, de prime abord, l’image répétitive de colonies de structures en creux, disposées selon une organisation plus ou moins rationnelle. En réalité, cette uniformité, n’est qu’apparente. Examiné de manière détaillée, l’échantillon régional révèle, en effet, une diversité certaine des modalités de l’occupation du sol.

35Les exploitations agricoles isolées sont sans doute les plus aisées à discerner. Exceptés Les Grandes Croix à Beynost (VIIe-VIIIe s.) et Garavand à Bény (XIIe s.), ces établissements prennent place majoritairement à la charnière des Xe-XIe s. Ils pourraient renvoyer à l’image d’une organisation rurale assez classique, abondamment illustrée par l’archéologie dans d’autres régions plus septentrionales (Guadagnin 1982 ; Barrai I Altet 1987 : 376-378), où de petites exploitations (manses) assurent la mise en valeur des terres regroupées dans le cadre de domaines, dont la matérialité nous échappe. Mais les quelques cas exposés plus haut ne sauraient démontrer, dans la région, que l’habitat dispersé ait prévalu par rapport à l’habitat aggloméré. Il n’est pas davantage démontré qu’il l’ait précédé : à ce jour, les données archéologiques et textuelles manquent pour faire le lien entre les deux. En définitive, la terminologie un peu rebattue "d’habitats intercalaires" pourrait être adoptée, car elle laisse la voie ouverte à la coexistence des deux phénomènes.

36En matière de regroupement d’habitats, on retire l’impression que notre région offre une image sensiblement différente de celle qui ressort de fouilles plus septentrionales. En effet, si l’on met à part le site du Recourbe à Château-Gaillard, le schéma du "proto-village", tel que peuvent le restituer les fouilles conduites dans le nord de la France et plus largement en Europe du Nord-Ouest, ne semble pas avoir cours ici. Mais il est vrai que rares sont les chantiers qui ont atteint les superficies décapées en Ile-de-France, en Champagne ou en Picardie, par exemple. Dans ces régions, le proto-village connaît deux formes d’organisation. La première, que l’on pourrait dire "du lotissement", joue sur l’agrégation d’unités d’exploitation, plus ou moins encloses et autonomes, où les équipements collectifs se réduisent souvent à quelques fours. Plus déterminant est le fait que certains établissements incorporent, à un moment de leur histoire, un lieu de culte et un cimetière ; ainsi en va-t-il des sites de La Grande Paroisse et de Serris-les-Ruelles, Seine-et-Marne, ou de Saleux, Somme, pour ne citer qu’eux. L’autre forme consiste en des agglomérations ouvertes, moins ordonnées, même si on discerne parfois une orientation privilégiée ou la juxtaposition de "noyaux" constitués de maisons et de structures annexes ; elle peut être illustrée par les sites de Genlis, Côte-d’Or, de Portejoie, Eure, ou de Torcy-le-Petit, Aube (Lorren, Périn 1995 et 1997). C’est bien dans cette dernière catégorie que rentrent les vestiges mis au jour au Recourbe à Château-Gaillard.

37Les "aires agricoles", dont nous avons mis en avant les traits originaux, ne viennent pas en contradiction avec la notion d’habitat groupé. Réparties dans la plaine à l’est de Lyon et de Vienne, elles gravitent toutes autour de l’an mil. Le paysage ainsi décrit dans cette petite région n’est-il pas celui de terroirs agricoles maîtrisés de façon durable, critère avancé dans la définition du village par les historiens. Pourtant, l’installation des hommes dans ce territoire n’est pas facile à saisir. On constate que la coïncidence chronologique de ces établissements avec la mise en place du premier réseau castrai (châteaux à motte), bien étudié dans la région, est à peu près certaine. Ces deux formes d’installation, apparemment aussi éphémères l’une que l’autre, concourent-elles à un même programme de mise en valeur du territoire ? En revanche, leur rapport avec le réseau villageois est difficile à démontrer, en l’état des connaissances, même si leur cohabitation, à la charnière des Xe-XIe s., peut être posée comme une hypothèse sérieuse. Bref, l’archéologie, quant à elle, constate ce qui est le fait de communautés paysannes organisées ; elle n’est pas encore, dans la région, en mesure d’en déterminer le lien avec les autres formes d’habitats, ni d’en révéler le moteur : initiatives ponctuelles et conjoncturelles de petits propriétaires privés, démarches plus globales de seigneurs fonciers, ou actions concertées de communautés déjà villageoises ? Il est évident, que l’existence d’une ville comme Lyon, cité épiscopale et centre du pouvoir temporel autant que spirituel, n’est pas étrangère au développement agricole de la plaine lyonnaise. L’Eglise de Lyon et les grandes abbayes y exploitent des seigneuries dont elles tirent des revenus substantiels, qui semblent d’ailleurs en augmentation à partir du XIe s. (Pelletier, Rossiaud 1990 : 307-315). Sans offrir des terrains d’une grande fertilité, la plaine à l’est du Rhône livre des espaces peu accidentés, où des itinéraires anciens, convergeant vers la capitale régionale et son fameux pont sur le Rhône, ancêtre du pont de la Guillotière, permettent l’approvisionnement relativement aisé du marché lyonnais.

38On touche ici du doigt la fragilité du discours historique fondé sur des faits archéologiques dont l’interprétation est rarement univoque. Ainsi, selon que l’on admet ou non la localisation des habitations au sein des aires agricoles que nous venons d’évoquer, l’image du peuplement qui en découle est bien différente. A notre avis, il est clair que l’agriculture est extensive, qu’elle se déplace, que la structure des grands domaines du haut Moyen Âge s’est modifiée, pour ne pas dire a éclaté (voir, par exemple, l’analyse de G. Bois pour le Mâconnais, 1989). Il n’est pas du tout assuré, en revanche, que l’habitat qui va de pair soit aussi "flou" et "incertain" qu’on ne le décrit (Fossier 1992). Seules des informations circonstanciées portant sur la formation des bourgs actuels pourraient alimenter le débat.

Table des illustrations

Titre 5 - Contexte géographique et géologique des sites de la côtière de Dombes, de l’est Lyonnais et du Nord viennois
Légende D’après Mandier 1988
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre 6 – Contexte géographique des sites de la basse vallée de l’Isère
Légende D’après Mandier 1988
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access