Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Avant-propos

Pierre Guichard

Texte intégral

1Travaillant dans un tout autre domaine géographique, et jusqu’à un certain point chronologique que celui que concerne cet ouvrage, mes compétences scientifiques ne me qualifient guère pour apprécier valablement tous ses mérites dans ce bref avant-propos, encore qu’il soit évident que sur bien des points il apporte, pour une région assez mal éclairée jusqu’ici, une vision renouvelée de problèmes fondamentaux de l’histoire médiévale, comme les questions de rupture ou de continuité avec l’Antiquité, la place de l’époque carolingienne et immédiatement post-carolingienne dans l’évolution des structures rurales, ou l’inévitable problème de la "révolution de l’an mil". Sur de multiples aspects précis, les constatations faites sur un échantillon déjà significatif de sites aussi bien datés que possible sont de toute évidence intéressantes, et immédiatement exploitables, qu’elles résultent des trouvailles faites (notamment sur le mobilier céramique) ou éventuellement de leur absence (celle de monnaie sur presque tous les sites, durant toute la période). On relèvera aussi, entre autres analyses particulièrement intéressantes, tout ce qui est relatif à l’organisation de l’habitat avant la féodalisation (ou l’ "incastellamento ?"), ses modes de groupement ou de dispersion et la typologie de la construction rurale.

2Au-delà des données monographiques et synthétiques qu’il met à la disposition de la "communauté scientifique", les objectifs et la nature du travail réalisé ne peuvent qu’entraîner l’adhésion de tout historien et de tout archéologue conscient des difficultés et des problèmes de ces disciplines, et à plus forte raison du directeur d’une importante formation de recherche médiéviste qui prétend être, dans la région Rhône-Alpes, l’un des principaux lieux de rencontre entre les historiens des textes et les historiens du terrain, des vestiges matériels du passé que sont les archéologues. Je ne peux à cette occasion qu’évoquer ici le souvenir de Jean-Marie Pesez, qui a particulièrement contribué à développer à Lyon cette perspective.

3Ce livre se propose de contribuer au dialogue entre historiens et archéologues du Moyen Âge, en partant du constat que les archéologues souffrent souvent de voir leur discipline réduite à l’apport de simples données matérielles, mais qu’ils ne parviennent pas toujours à livrer, non pas tellement aux historiens, mais à l’histoire. Bien des archéologues, en particulier dans le cadre universitaire, ressentent avec une particulière acuité la difficulté à maintenir une recherche programmée face à la prédominance des activités archéologiques préventives et de sauvetage que leurs conditions de réalisation privent trop souvent d’exploitation suffisante et de mise en perspective véritablement scientifique.

4Élise Faure-Boucharlat a eu l’intelligence de prendre, si l’on peut dire, le problème dans l’autre sens. Elle a conçu, autour d’un thème de recherche proprement historique - la vie rurale dans cette période critique qu’est le haut Moyen Âge, et dans un cadre régional - le projet d’exploiter dans leur ensemble les résultats des opérations d’archéologie préventive réalisées dans la région lyonnaise, résultats dont rien ne laissait prévoir une publication prochaine (ni même une publication tout court !). Archéologue et fonctionnaire du Ministère de la culture, bien informée de ces opérations, elle était sans doute particulièrement bien placée pour le faire. Mais elle s’est donné les moyens de le mener à bien en obtenant le détachement qui lui donnait la disponibilité scientifique nécessaire, et en le dirigeant et le coordonnant jusqu’à son terme avec ténacité et efficacité. Le résultat est probant et démontre clairement l’intérêt d’une exploitation systématique des résultats de l’archéologie préventive.

5Je suis particulièrement heureux que le beau programme qu’elle avait défini en 1996, programme répondant pleinement aux ambitions de la meilleure "archéologie historique", aboutisse maintenant, et que sa mise en œuvre se soit faite, pour une bonne part, dans le cadre de l’UMR 5648. Je souhaite vivement que cette initiative originale fasse école, et permette plus souvent que ce n’est le cas actuellement de valoriser les travaux d’archéologie préventive et de mettre à la disposition des chercheurs les "dividendes scientifiques" - pour reprendre l’heureuse expression qu’elle utilise dans l’excellente introduction qu’elle a donnée à ce livre - d’un effort considérable, mais dont les résultats se diluent trop fréquemment dans le quotidien d’opérations de sauvetage ponctuelles, sans aller plus loin qu’un enregistrement et un archivage de principe. Si cela était, elle aurait pleinement atteint le but qu’elle s’est fixé.

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’Université Lumière-Lyon 2
Directeur de l’UMR 5648

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access