Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône)

 | 
Gérard Aubin
, 
François Baratte
, 
Jean-Paul Lascoux
, 
et al.

Annexe

François Planet

Texte intégral

Trésors anciens du Rhône et de la région Rhône-Alpes

  • 33 Seuls les trésors monétaires attestés ont été comptabilisés pour la présente étude (à l’exception d (...)

1Quelle place les trouvailles monétaires occupent-elles réellement dans le patrimoine d’une ville, d’un département ou d’une région ? Sans être extrêmement fréquentes, elles ne sont pas rares puisque la liste établie en 1987 et 1988 pour les seuls volumes du corpus des Trésors monétaires Antiques de la France (TAF, tome V) consacré à la région Rhône-Alpes est riche de deux cent quarante-trois trouvailles locales recensées depuis le XVIe s.33 (fig. 122). Malheureusement, les circonstances de leurs découvertes - souvent fortuites - et la dispersion qui s’ensuit nous privent trop souvent des informations qu’on aurait été en droit d’en tirer. Nous devons alors composer à partir des données disponibles : articles de presse de l’époque, correspondances, comptes rendus de séances de sociétés historiques locales ou nationales et surtout inventaires de collections publiques ou privées.

2Tous ces trésors ne sont pas de la même importance, ni de la même nature. La plupart, composés de monnaies courantes, sont dissimulés en vue de paiements futurs et abandonnés ensuite (trésor de Chaponnay - TAF V/l, Rhône, 3). D’autres, constitués de monnaies en or, sont de véritables réserves de valeur dépassant les seuls besoins d’une personne (trésors de Perrache à Lyon ou de Lentilly - TAF V/l, Rhône, 7 et 9). Certains enfin appartiennent à des particuliers désirant, à la faveur d’une crise locale, dissimuler leur patrimoine, comme par exemple à Lyon, le trésor du Clos des Lazaristes (TAF V/l, Rhône, 12) ou, dans une moindre mesure, celui de Vaise. Des bijoux précieux, de la vaisselle et même des statuettes d’argent côtoient des monnaies d’or en nombre limité, parfois conservées sous la forme de bijoux monétaires.

122- Nombre de trésors antiques recensés dans la région Rhône-Alpes

122- Nombre de trésors antiques recensés dans la région Rhône-Alpes

3L’ensemble peut être associé à de larges séries de numéraire récent en argent. Ces monnaies correspondent alors à des liquidités initialement soustraites à la circulation monétaire pour un laps de temps plus court et abandonnées dans les mêmes circonstances que le reste du dépôt.

Réserves d’espèces courantes

  • 34 Le nombre estimé d’exemplaires varie entre 2000 et 5000 suivant les sources.

4Les trésors lyonnais ou régionaux sont le plus souvent constitués de monnaies en argent ou en bronze. Bon nombre d’entre eux sont abandonnés au cours de la seconde moitié du IIIe s. après J.-C. Les vagues successives d’invasion qui ravagent les Gaules de 253 à 276 sont habituellement évoquées pour expliquer cette sur-représentation (cf. Loriot supra). De manière générale, les guerres et l’insécurité qui les suit ont évidemment leur importance dans l’abandon des trésors monétaires. Le cas le plus fréquent est celui du dépôt que l’on ne vient jamais reprendre, comme par exemple les trésors d’Ouroux (TAF V/l, Rhône, 19) et de Sainte-Colombe (TAF V/l, Rhône, 20). Plus rare est celui d’une caisse militaire dissimulée avant la bataille comme, peut-être, à Genas (TAF V/l, Rhône, 4). En 197 après J.-C., les armées de Clodius Albinus, usurpateur soutenu par les Lyonnais, affrontent les troupes de l’empereur Septime Sévère dans la plaine de la Saône. Les troupes d’Albin sont défaites et Lyon est mise à sac. Personne ne vint rechercher cette partie de la solde après la défaite et il faut attendre 1826 pour voir plusieurs milliers34 de beaux deniers d’argent (frappés à Lyon en vue du paiement des troupes), apparaître sur le marché des monnaies anciennes (fig. 123). Outre le trésor du Clos des Lazaristes déjà cité, d’autres découvertes monétaires associées à des sépultures semblent liées à cet épisode de guerre civile :

  • À Saint-Didier-au-Mont-d’Or, un squelette enveloppé d’une sorte de cotte de mailles avait à ses côtés un cœur en bronze doré, dix-sept deniers d’argent et quatre pièces de bronze allant de Vespasien à Septime Sévère (TAF V/l, Rhône, 34) ;

  • À Lyon, au sud-est de la Croix Rousse, rue des Fantasques, un autre squelette de soldat romain portait une ceinture contenant un pécule d’un sesterce et douze deniers dont le plus récent était de 194 (TAF V/l, Rhône, 33 ; Audra, Mathey 1992, p. 54-55).

123- Denier de Clodius Albinus frappé à Lyon en 196/7 et provenant du trésor de Genas (Rhône-1826).

123- Denier de Clodius Albinus frappé à Lyon en 196/7 et provenant du trésor de Genas (Rhône-1826).

MBA Lyon, ML. 139

5Ces deux derniers ensembles sont interprétés comme des bourses de soldats romains tués lors de la bataille de 197. Plus récemment, à Vaise, quartier Saint-Pierre, un charnier renfermant les restes osseux de quatre humains et cinq chevaux a été rapproché, avec les réserves d’usage, des mêmes événements (Chastel 1995, p. 63).

  • 35 Ce trésor est recensé par les rédacteurs des TAF sous la forme de deux ensembles distincts. La lect (...)
  • 36 Selon les édits d’Aphrodisias et du Maximum de 301, le nummus vaut 10 ou 12,5 deniers et pèse 10g ( (...)

6L’enfouissement d’un trésor monétaire peut s’expliquer également par des considérations économiques, voire purement monétaires (Estiot 1996). Le IIIe s. de notre ère est une période d’inflation pendant laquelle la teneur de la monnaie en métal précieux ne cesse de chuter. En moins de cinquante ans, le double denier ou antoninien, créé par Caracalla en 215, voit sa teneur en argent fin passer du simple au tiers avant d’être réduite à une fine pellicule déposée à la surface d’une pièce de cuivre à partir de 266 (Carcassonne, Christol 1974). Dans un tel contexte, mieux vaut conserver la bonne et vieille monnaie qui, officiellement, n’a pas plus de valeur que la nouvelle, alors que sa valeur intrinsèque est largement supérieure. Les importantes réformes monétaires mises en place dans l’Empire sous Aurélien en 274 (Callu 1969) puis sous Dioclétien en 294-295 (Callu 1960) peuvent alors expliquer l’existence de trésors postérieurs aux invasions. L’obligation de rendre la monnaie ancienne en échange des nouvelles dénominations a pu provoquer l’enfouissement des anciennes espèces dans les années suivant les réformes. Ainsi, l’apparition en 294-295 de la monnaie taillée au 1/32 de la livre romaine et appelée communément follis ou nummus aurait été suivie par l’enfouissement d’importants dépôts monétaires dans la région lyonnaise ; les trésors de Lancié-Morancé35 (TAF V/l, Rhône, 5 et 18) et de Villette-d’Anthon (Isère) (Amandry et al. 1996, p. 117123) trouveraient ainsi leur origine36.

Trésors de monnaies en or

7Les trésors composés d’aurei sont naturellement beaucoup plus rares que les autres. Il est donc tout à fait exceptionnel de pouvoir évoquer trois trésors importants pour le seul département du Rhône.

8Le trésor de Lentilly (TAF V/l, Rhône, 7) est le plus spectaculaire. Avec plus de deux cents monnaies, il constitue la plus belle trouvaille de monnaies d’or antiques faite à ce jour dans la région Rhône-Alpes. À l’époque de sa découverte, en 1866, son propriétaire eut la bonne idée de le proposer au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Le conservateur du musée, Edme-Camille Martin-Daussigny, étudia le trésor dans son ensemble et acquit pour le musée un lot représentatif de dix-huit exemplaires. Grâce à ces exemplaires et en s’appuyant sur différents témoignages de l’époque, il a été possible de reconstituer le trésor dans sa globalité, puis de l’étudier précisément (Planet 1992).

  • 37 Nous connaissons seulement leurs poids (5 deniers 18 grains, 5 deniers 18 grains et 5 deniers 16 gr (...)
  • 38 Archives départementales du Rhône, série R-78WP8.

9On peut également signaler le trésor de Perrache (TAF V/l, Rhône, 9), dégagé en 1832 à l’occasion de la construction de la célèbre gare lyonnaise. Malheureusement, aucun inventaire détaillé des cinquante-quatre monnaies n’a été rédigé lors de l’entrée des pièces au musée de Lyon et seul un aureus unique de Faustine peut aujourd’hui être identifié dans le fonds ancien du Médaillier de Lyon (fig. 124). Nous savons cependant que sa constitution est antérieure au règne de Commode puisque les monnaies les plus récentes remontent à Lucius Vérus (trois aurei de Lucius Vérus et deux pour sa sœur Lucille). Toutes les autres monnaies sont postérieures à la réforme monétaire de Néron de 64 et les plus anciennes datent de l’époque flavienne (huit aurei de Vespasien et cinq de Domitien). La distribution chronologique du trésor est ensuite très classique : trois aurei de Trajan, trois d’Hadrien, dix-huit pour Antonin le Pieux, huit pour Faustine et trois pour Marc-Aurèle. On notera la forte concentration de monnaies de l’époque antonine ainsi que l’absence de monnaies de Commode, ces deux éléments limitant la possibilité d’un enfouissement en relation avec les événements de 197. À cet ensemble très cohérent viennent s’ajouter trois mystérieuses monnaies d’or « douteuses »37, sans qu’aucune autre précision ne soit apportée dans l’Etat descriptif du trésor rédigé à l’occasion de son dépôt au Musée par le Maire de Lyon, le docteur Prunelle, le 12 juin 183238.

124- Aureus unique de Faustine provenant du trésor de Perrache (Lyon-1832).

124- Aureus unique de Faustine provenant du trésor de Perrache (Lyon-1832).

MBA Lyon, MAV. 240

10Quant au trésor de Villeurbanne (TAF V/l, Rhône, 27), il est le plus récent (1936), mais aussi le plus mystérieux puisque les circonstances de sa découverte, sa composition exacte et sa localisation actuelle sont encore mal connues (Rémy 1984, p. 564-566).

Trésors mixtes

  • 39 Voir en dernier lieu François Baratte, La vaisselle d’argent en Gaule dans l’Antiquité tardive, Par (...)
  • 40 François Planet, « Autour du trésor de Ruffieu : une archéologie locale au service de l’histoire na (...)

11Alors que les réserves d’espèces courantes ou de monnaies en or correspondent généralement à des retraits massifs et ponctuels de numéraire en circulation, les trésors mixtes tel celui de Vaise semblent avoir été constitués sur le long terme39. Il s’agit le plus souvent de dépôts regroupant l’ensemble des biens précieux d’une même famille, ce patrimoine ayant été amassé sur plusieurs générations. Le trésor du Clos des Lazaristes à Lyon (TAF V/l, Rhône 12) contient des monnaies d’argent que l’on ne peut malheureusement pas identifier aujourd’hui (de Vespasien à Septime Sévère), mais également quelques monnaies en or et de superbes bijoux connus à l’époque de leur découverte, en 1841, sous le nom d’écrin d’une dame romaine (Comarmond 1844 ; supra p. 98) (fig. 125). Le trésor de Ruffieu (TAF V/2, Isère, 19) associe lui aussi des monnaies d’or allant d’Hadrien (117-138) à Gallien (260-268), des bijoux de provenance locale des IIe et IIIe s. et de la vaisselle d’argent40. Trois autres trésors mixtes de la région Rhône-Alpes, découverts au XIXe s., méritent d’être mentionnés :

  • À Saint-Georges-de-Reneins (TAF V/l, Rhône, 25), une cachette double a été exhumée en 1880 et 1901. Le premier lot renfermait dans une sorte de sac ( ?) cent cinquante monnaies d’argent associées à trois bagues en or et sept cuillers en argent. Le second était formé d’un bloc d’environ cinq cents deniers et antoniniens de Marc Aurèle au règne de Gallien (260-268). Seule une monnaie plus tardive puisque frappée par Carin pour sa femme Magnia Urbica reporte le terminus en 283-285 (à condition bien sûr qu’elle n’ait pas été « associée » à la trouvaille après sa découverte). Un petit vase d’argent contenant un collier (chaîne avec trois émeraudes et deux perles), dix bagues en or et quatre en argent (ornées pour la plupart d’intailles) se trouvait à proximité du second dépôt monétaire ;

  • À Saint-Genis-Pouilly (TAF V/l, Ain, 36), on découvrit en 1821, un trésor réunissant trois monnaies d’or et environ deux cents deniers et antoniniens de Vespasien à Valérien et Gallien (vers 260) à de la vaisselle d’argent (une petite assiette, une casserole à manche et deux cuillers), des bijoux et d’autres objets précieux. On trouva également une douzaine de monnaies de bronze, dont une à l’effigie de Iulia Domna sertie dans une monture d’argent (Loriot 1991, p. 81-83) ;

  • Au Sault-Brénaz (TAF V/l, Ain, 41) enfin, près du Sault du Rhône (qui donne au trésor son nom usuel), à environ trois cents mètres du fleuve, un vase de bronze fut déterré par un cultivateur en 1862. Il contenait six monnaies d’or de Vitellius à Gallien, deux multiples d’or dont l’un de Gallien serti dans une monture circulaire, au moins quatre cent quatre-vingt-cinq deniers et antoniniens de Néron à Postume (260-269) et un sesterce d’Hadrien. On dégagea également un collier d’or, un gros anneau d’or orné d’une intaille en nicolo et plusieurs bagues en argent. À cet ensemble assez classique dans sa composition viennent s’associer à des fragments d’un torque d’or, de bagues et de bracelets d’argent ainsi qu’un lingot d’argent. Ces derniers éléments amenèrent le premier éditeur de la trouvaille, J. Charvet (Charvet 1863), à penser que le propriétaire du trésor était un bijoutier colporteur (fig. 126).

125- Monnaies en or provenant du trésor du Clos des Lazaristes à Lyon. Quinaire en or unique et aurei de Commode (177-192)

125- Monnaies en or provenant du trésor du Clos des Lazaristes à Lyon. Quinaire en or unique et aurei de Commode (177-192)

À l’origine, les deux dernières monnaies d’or étaient enchâssées dans de lourds bracelets du même métal (voir gravure ci-dessus). Dans la nuit du 14 février 1901, des monnaies et des bijoux en or furent dérobés au Musée de Lyon. Alors que la plupart des monnaies furent retrouvées à Paris, Bordeaux et Marseille, certains bijoux furent fondus. Les deux bracelets monétaires du trésor du Clos des Lazaristes ont été détruits dans ces circonstances et seuls les aurei subsistent. La planche gravée à l’occasion de la publication du trésor (Comarmond 1844) est le seul document iconographique qui rappelle les bracelets disparus en 1901.

(MBA Lyon, MAV. 280, MAV. 281 et MAV. 282)

126- Le trésor du Sault du Rhône ou de Sault-Brénaz (Ain-1862).

126- Le trésor du Sault du Rhône ou de Sault-Brénaz (Ain-1862).

Planche extraite de J. Charvet, Notice sur des monnaies et bijoux antiques découverts en 1862 au Sault-du-Rhône, Paris, 1863

  • 41 Voir en dernier lieu Trésors Monétaires XVI, région Rhône-Alpes, Paris, 1997.

12Aux deux cent quarante-trois trésors antiques recensés dans la région Rhône-Alpes en 1988 (fig. 127, 128) s’ajoutent déjà de nouvelles trouvailles41, dont celle de Vaise. Derrière ce nombre élevé de découvertes se dissimule une variété de cas qu’il n’est pas toujours simple de discerner. Certaines grandes lignes dans la composition du matériel thésaurisé peuvent cependant être relevées et nous apporter des indications partielles sur sa nature et son origine. Mais il est toujours délicat de se tenir aux seuls faits historiques, quand ils sont connus, pour expliquer les causes d’un enfouissement. Et il est plus difficile encore de comprendre les raisons qui amènent un propriétaire à ne pas récupérer son bien. Ces multiples dépôts correspondent à autant des cas individuels ou collectifs que l’historien n’a pas toujours lieu de connaître. C’est bien là que la part de mystère qui accompagne la découverte d’un trésor reste complète.

127- Principaux trésors anciens du Rhône

127- Principaux trésors anciens du Rhône

128- Principaux trésors mixtes en Rhône-Alpes (hors département du Rhône).

128- Principaux trésors mixtes en Rhône-Alpes (hors département du Rhône).

Les tableaux ont été rédigés à partir des TAF, augmentés et corrigés par les inventaires du MBA de Lyon. Les informations apportées ici sont provisoires et les localisations actuelles (* pour MBA Lyon, ** pour MCGR Lyon etc.) concernent seulement une partie du matériel

Notes

33 Seuls les trésors monétaires attestés ont été comptabilisés pour la présente étude (à l’exception des trouvailles récentes, inédites ou publiées depuis la parution des TAF). Les auteurs des TAF distinguent plusieurs catégories de trouvailles : les trésors certains ou probables, les dépôts significatifs (funéraires, votifs, dépôts de fondeur, bijoux monétaires, etc...) et les trésors douteux. Un trésor conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon (Inventaire X, numéro 190, le 20 février 1855) a échappé aux rédacteurs des TAF : « 28 deniers en argent découverts sur le terrain des Hospices, place Grollier (Lyon) en 1855. Dans le nombre se trouve Othon, des Domitien, Vespasien, Maximin et Gordien père (Gordien Ier ?) ».

34 Le nombre estimé d’exemplaires varie entre 2000 et 5000 suivant les sources.

35 Ce trésor est recensé par les rédacteurs des TAF sous la forme de deux ensembles distincts. La lecture des inventaires du MBA de Lyon montre qu’il s’agit certainement d’une seule et même trouvaille.

36 Selon les édits d’Aphrodisias et du Maximum de 301, le nummus vaut 10 ou 12,5 deniers et pèse 10g (1/32 de la livre romaine). Si, à l’époque de l’enfouissement des trésors de Lancié-Morancé et de Villette-d’Anthon (vers 294-295), le nouvel antoninien ou aurelianus de 274 vaut toujours 2 deniers pour un poids théorique de 4,03g (1/80 de la livre romaine), sa valeur réelle est nettement supérieure à celle du nummus. En effet, ces deux dénominations sont similaires dans leur composition métallique (cuivre recouvert d’argent). Or le nummus vaut officiellement 5 ou 6 antoniniens, alors qu’il ne pèse pas 3 fois plus. Sa valeur effective est donc deux fois plus grande. Les propriétaires d’antoniniens n’ont donc pas intérêt à changer leurs doubles deniers contre des nummi, faute de quoi ils perdraient près de la moitié de leur capital.

37 Nous connaissons seulement leurs poids (5 deniers 18 grains, 5 deniers 18 grains et 5 deniers 16 grains) qui sont comparables à ceux des aurei contemporains contenus dans le trésor.

38 Archives départementales du Rhône, série R-78WP8.

39 Voir en dernier lieu François Baratte, La vaisselle d’argent en Gaule dans l’Antiquité tardive, Paris, 1993, p. 23-40 (rappel des vingt-quatre dépôts connus mêlant monnaies et argenterie). À propos du trésor de Vaise, voir Gérard Aubin dans ce même volume.

40 François Planet, « Autour du trésor de Ruffieu : une archéologie locale au service de l’histoire nationale », La monnaie, la cité, l’histoire : le Médaillier de Lyon, LyonParis, 1992, p. 56-67

41 Voir en dernier lieu Trésors Monétaires XVI, région Rhône-Alpes, Paris, 1997.

Table des illustrations

Titre 122- Nombre de trésors antiques recensés dans la région Rhône-Alpes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 123- Denier de Clodius Albinus frappé à Lyon en 196/7 et provenant du trésor de Genas (Rhône-1826).
Crédits MBA Lyon, ML. 139
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 124- Aureus unique de Faustine provenant du trésor de Perrache (Lyon-1832).
Crédits MBA Lyon, MAV. 240
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 125- Monnaies en or provenant du trésor du Clos des Lazaristes à Lyon. Quinaire en or unique et aurei de Commode (177-192)
Légende À l’origine, les deux dernières monnaies d’or étaient enchâssées dans de lourds bracelets du même métal (voir gravure ci-dessus). Dans la nuit du 14 février 1901, des monnaies et des bijoux en or furent dérobés au Musée de Lyon. Alors que la plupart des monnaies furent retrouvées à Paris, Bordeaux et Marseille, certains bijoux furent fondus. Les deux bracelets monétaires du trésor du Clos des Lazaristes ont été détruits dans ces circonstances et seuls les aurei subsistent. La planche gravée à l’occasion de la publication du trésor (Comarmond 1844) est le seul document iconographique qui rappelle les bracelets disparus en 1901.
Crédits (MBA Lyon, MAV. 280, MAV. 281 et MAV. 282)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre 126- Le trésor du Sault du Rhône ou de Sault-Brénaz (Ain-1862).
Crédits Planche extraite de J. Charvet, Notice sur des monnaies et bijoux antiques découverts en 1862 au Sault-du-Rhône, Paris, 1863
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre 127- Principaux trésors anciens du Rhône
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 128- Principaux trésors mixtes en Rhône-Alpes (hors département du Rhône).
Légende Les tableaux ont été rédigés à partir des TAF, augmentés et corrigés par les inventaires du MBA de Lyon. Les informations apportées ici sont provisoires et les localisations actuelles (* pour MBA Lyon, ** pour MCGR Lyon etc.) concernent seulement une partie du matériel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1970/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 957k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access