Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône)

 | 
Gérard Aubin
, 
François Baratte
, 
Jean-Paul Lascoux
, 
et al.

Catalogue raisonné du trésor de vaise

La statuaire du trésor de Vaise

François Baratte

Texte intégral

20. Buste masculin

1Inv. 93 1 104 25
Argent.
H. 17cm ; h. de la tête 8,6 cm ; large, de la tête 7,6 cm ; épaisseur de la tête 7,2 cm.

2Au moment de la découverte la tête était recouverte d’une épaisse couche de concrétions. On observait un manque à la pointe du menton et dans l’oreille droite, et un petit enfoncement sous la pommette gauche et au sommet du crâne. Une large pièce comprenant une partie de la cuirasse et du paludamentum et couvrant l’épaule gauche était détachée, ainsi que plusieurs petits fragments de manteau.

3Aujourd’hui, après restauration (cf. encart supra), le buste est en assez bon état (fig. 67). Les manques ont été bouchés et les parties détachées remises en place. La surface a été nettoyée. Le rebord du vêtement est cassé et déchiqueté. Un grand morceau du paludamentum manque du côté droit du buste. Plusieurs fissures affectent le métal, très fragile.

67a- Buste en argent, hauteur 17 cm

67a- Buste en argent, hauteur 17 cm

67b et c - Buste en argent, profil et dos

67b et c - Buste en argent, profil et dos

67d- Buste en argent

67d- Buste en argent

4Le buste est celui d’un personnage semble-t-il plutôt jeune, portant cuirasse et paludamentum. La tête, posée sur un cou massif et cylindrique, est de face ; les volumes et les traits sont fortement géométrisés. À peine plus haute que large, elle s’inscrit dans un cube. Le visage, très régulier, est triangulaire, mais ses contours sont faits de courbes molles et continues. Le modelé est presque inexistant ; on tiendra compte cependant du fait que les photographies existantes écrasent plutôt les reliefs. Le front lisse est à peine marqué par deux petites rides horizontales. Les arcades sourcilières sont particulièrement discrètes, très faiblement arquées ; quelques coups de burin, très espacés, indiquent les sourcils. L’arête du nez droit et mince est dans le prolongement du front ; le nez lui-même s’élargit à la base que marque un profond sillon labio-nasal, qui se poursuit sous la lèvre inférieure. Les yeux sont réguliers, cernés par de minces paupières ; la pupille, ovale, est marquée par un creux bien net.

5La bouche est plutôt petite, aux coins tombant ; son dessin est très caractéristique. La lèvre inférieure, petite, est encadrée par un profond sillon qui s’élargit de chaque côté : une façon de faire qui n’est pas sans rappeler un autre objet du trésor de Vaise, la tête aux deux “cornes” (infra n° 24). Le menton est assez fort. Les oreilles, pour leur part, sont tout à fait schématiques, aux lobes en creux, en forme de haricot. Le personnage porte une barbe abondante, mais courte, bouclée, dont les mèches sont soigneusement dessinées et individualisées par des sillons au ciseau dans une masse en léger relief qui prolonge la chevelure. Continue, elle dégage cependant le menton, sous lequel elle passe. Une courte moustache rase, dessinée par des incisions, souligne la lèvre supérieure.

6La chevelure est peu épaisse, formant une calotte tout autour de la tête, ainsi qu’une frange régulière au-dessus du front et sur la nuque. Elle est traitée par des scarifications sommaires au burin, contrastant avec le soin apporté à la réalisation de la barbe.

7Une couronne, faite d’une mince feuille d’argent, est posée dans les cheveux, assez bas sur le front ; les deux extrémités en sont repliées l’une sur l’autre. L’état est trop mauvais pour pouvoir préciser sa nature exacte ; sans doute s’agissait-il de feuillage, de laurier probablement, dont les feuilles, trop minces, ont été en grande partie cassées.

8Le vêtement comprend un manteau militaire, le paludamentum, drapé sur le torse. Agrafé sur l’épaule droite par une grosse fibule circulaire faite d’un bouton central entouré d’un bourrelet torsadé, il couvre le buste de manière assez régulière, presque symétrique, un large pli formant comme une sorte de col tout autour. Une série d’éléments en languettes arrondies, huit à gauche, cinq à droite où il y a une cassure, sortent de sous le pli sur les épaules, constitués chacun d’un bourrelet torsadé entourant une partie centrale ornée d’incisions en palmettes. On penserait donc au décor des épaulières de la cuirasse portée sous le manteau ; mais elles auraient été alors mal comprises : on peut imaginer que l’artisan a eu sous les yeux un modèle sur lequel le manteau était jeté en travers de l’épaule, découvrant encore la cuirasse et ses ptéryges en dessous. Le disque en argent trouvé à Niederbieber, qui appartenait sans doute à une enseigne de la Cohors VII Raetorum, en offre un bel exemple (fig. 68), puisque c’est la tenue que porte l’empereur représenté vainqueur en fort relief au centre, Caligula a-t-on dit, ou Salonin (H. G. Horn, Cohors VII Raetorum equitata. Signumscheibe aus Nierderbieber, Das Rheinische Landesmuseum Bonn, 4/82, p. 82 sqq ; E. Künzl, Zwei silberne Tetrarchenporträts im RGZM und die römischen Kaiserbildnisse aus Gold und Silber, Jahrbuch des römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, 30, 1983, p. 385-386, pl. 73, 1) ; elle est très proche de celle du personnage de Vaise, et comprend une cuirasse rigide moulante par-dessus laquelle est passé le paludamentum. Le rapprochement des deux fait ressortir la confusion introduite par l’orfèvre du buste lyonnais. Ce dernier porte en outre une cuirasse souple à écailles, bordée par une large bande plus rigide, portée sur un tissu plus léger visible autour du cou.

68- Niederbieber, disque en argent : un empereur triomphant.

68- Niederbieber, disque en argent : un empereur triomphant.

Bonn, Rheinisches Landesmuseum. Cl. du musée

9La statuaire en argent était beaucoup plus nombreuse dans le monde romain qu’on ne l’imagine souvent. Seul le buste de Lucius Vérus du trésor de Marengo (G. Bendinelli, Il tesoro di argenteria di Marengo, Turin, 1937, p. 11-16 ; G. Sena Chiesa, dans L. Mercando [dir.], Archeologia in Piemonte, II, L’età romana, Turin, 1998, p. 359-368) conserve le souvenir matériel des statues et des bustes de grandeur naturelle qui ornaient les bâtiments et les places publiques. Mais les inscriptions et les textes sont relativement nombreux à les mentionner : on rappellera seulement le passage des Res Gestae (IV, 24) dans lequel Auguste se fait gloire d’avoir fait fondre les statues de métal précieux qui lui avaient été élevées à Rome - 120 environ selon ses dires, en pied, équestres, dans un quadrige - pour en faire des ex-voto en or en l’honneur d’Apollon (D’autres attestations ont été réunies par G. Lahusen, Schriftquellen zum romischen Bildnis I. Textstellen. Von den Anfängen bis zum 3. Jahrhundert n. Chr., Brême, 1984). En Gaule même, 4 statues sont ainsi mentionnées à Arles (CIL XII 197), Nîmes (CIL XII 3058), Vienne (CIL XII5864) et Narbonne (CIL XIII4316).

10Cet honneur, lorsqu’il s’agissait de statues complètes, était évidemment coûteux en raison du poids d’argent qu’il réclamait, bien supérieur à celui d’un service de vaisselle de table de belle ampleur (on rappellera que le trésor de Boscoreale, enseveli en 79 ap. J.-C. par l’éruption du Vésuve, représente environ 25 kg d’argent, ce qui paraît insuffisant pour une statue de taille réelle, si mince soit le métal, sauf à utiliser la technique du placage) : on comprend donc qu’il soit attesté plus rarement pour des personnes privées.

11L’existence de bustes, tout au moins, est avérée, sans qu’on puisse toutefois être assuré de leur taille : mentionnons, pour les empereurs, le groupe de bustes en argent signalé à Ostie dans l’inventaire d’un collège, quatre d’Antonin le Pieux, deux de Marc Aurèle et de Lucius Vérus, accompagnés, on le notera, de statuettes de la Victoire et de Fortuna (A. Degrassi, La dedica alla Fortuna Melior del Tesoro di Marengo, Athenaeum, XVII, 1939, p. 227-232) ou bien les cinq imagines impériales en argent qui apparaissent sur une dédicace offerte à l’époque tibérienne par un praefectus castrorum d’Egypte (C. Letta, La dinastia dei Cozi e la romanizzazione delle Alpi occidentali, Athenaeum, LXIV, 1976, p. 37-76). Parmi tous les textes qui mentionnent des œuvres de cette nature, un est particulièrement significatif parce qu’il fait connaître le testament de Dasumius, consul en 108, un personnage bien connu par la qualité de certains de ses légataires, Tacite, Pline le Jeune. Or, parmi tous les legs mentionnés, il est fait état de statues du défunt - signa - d’or et d’argent, et de portraits - imagines - en argent. On peut discuter du sens exact des deux termes utilisés (encore que signum ne puisse guère être compris que comme “statue” ; imago est moins précis), mais le sens général ne prête pas à confusion ; ce testament (CIL VI 10229, 1. 74) est d’ailleurs confirmé par un passage du Digeste (XXXIV, 2, 6, 2) qui discute de dispositions analogues en plaçant les imagines argenteas, les portraits d’argent, sur le même plan que les portraits de marbre. L’exemple d’une grande statuette de Fortuna (h. 22 cm) découverte il y a quelque années à ClermontFerrand (Gallia Informations. Préhistoire et Histoire, 1989 - 1, p. 36-39, fig. 22) montre il est vrai qu’on pouvait pratiquer de substantielles économies en reprenant à échelle réduite la technique des sculptures acrolithes, c’est-à-dire en ne faisant pas exécuter en argent la totalité de l’œuvre : seule la tête, les bras et des éléments de draperie en effet sont en métal précieux. Mais nous ne connaissons pas d’exemple d’un tel procédé pour une statue de grandes dimensions.

12Bien plus nombreux étaient les portraits de dimensions moyennes, comme celui de Vaise : les exemplaires conservés le montrent, qu’il s’agisse de portraits impériaux ou privés. Ces bustes en argent obtenus par martelage ont été étudiés à plusieurs reprises : en 1968 F. Braemer, examinant principalement sous l’aspect technique un groupe d’objets exécutés de cette manière, s’était intéressé en particulier aux quelques portraits découverts de part et d’autre des Alpes (Braemer 1968, p. 329344). Plus récemment, E. Kiinzl a repris entièrement cette question (Künzl 1983, p. 381-402), puis G. Sena Chiesa en republiant le buste de Marengo (op. cit., dans Archeologia in Piemonte). Le buste de Vaise, comme la plupart d’entre eux, pose deux problèmes principaux : celui de sa présentation, qui dépend en partie de sa fonction ; celui de son identité. La technique d’exécution et sa qualité influent pour leur part sur les réponses que l’on peut apporter à ces interrogations.

13Le caractère relativement médiocre de la facture, sensible tout particulièrement lorsqu’on examine la face, molle et schématique (le profil est un peu plus énergique et plus marqué) complique en effet singulièrement l’identification du personnage. L’âge notamment n’est pas évident : l’homme semble relativement jeune, mais ce pourrait n’être qu’une impression due à l’incapacité de l’orfèvre à rendre plus précisément son apparence : on rappellera à ce propos le passage bien connu d’une lettre de Fronton à Marc Aurèle, dans lequel il explique à son ancien disciple combien certes ses portraits, partout présentés, sont nombreux, mais combien aussi ils peuvent donner de lui une image déformée, peu ressemblante et pour tout dire épouvantable (ad M. Caes. 4, 12, 4, éd. C. H. Haines, Loeb Classical Library, I, 1919, p. 206 : « cum interim numquam tua imago tam dissimilis ad oculos meos in itinere accidit, ut non ex ore meo excusserit rictum osculei et somnum »).

14Plusieurs éléments le caractérisent : la présence d’une couronne tout d’abord, rapportée, très usée (les feuilles sont à l’heure actuelle à peu près indistinctes), mais qui paraît bien avoir été assez sommaire (elle est fixée par un simple pincement du bandeau à l’arrière) ; celle de la cuirasse et du paludamentum, si maladroits soient-ils, ensuite. La présence simultanée de la couronne et du costume militaire conforte l’idée du caractère impérial du personnage. Physiquement, celui-ci est caractérisé par la forme de sa tête, plutôt massive, dont on tiendra compte cependant avec une grande prudence, mais surtout par la présence d’une moustache très discrète et par le contraste très net entre la chevelure et la barbe. La première est traitée par grandes incisions, presque a penna sur une surface pratiquement sans relief : on la comparera à la coiffure du buste en argent de Velleia au musée de Parme (fig. 69), elle aussi a penna et dotée de sourcils qui évoquent, en plus réguliers, ceux de Vaise (le personnage est glabre, mais le traitement du portrait n’est pas sans analogie avec la tête de Vaise : F. d’Andria, Un bustino d’argento da Veleia, Rendiconti. Atti delia Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 40, 1967/1968, p. 103 sqq, fig. 1-4 ; Braemer 1968, p. 335-337, fig. 10-12). Les mèches bouclées de la barbe sont pour leur part soigneusement individualisées : si elles sont traitées seulement au burin, c’est-à-dire plates, elles ressortent néanmoins sur une masse en relief. On observera que cette barbe couvre assez largement les joues et qu’elle passe sous le menton, mais qu’elle dégage complètement le cou : se trouvent ainsi exclus, en apparence au moins, plusieurs empereurs du IIIe s. sur les effigies monétaires desquels on remarque la même opposition entre une chevelure rase et une barbe à longues mèches. C’est la cas par exemple de Carin (283-285), sur ses monnaies (belle illustration sur un aureus de 284, J. P. C. Kent, B. Overbeck, A. U. Stylow, Die romischen Miinzen, Munich, 1973, 564v) ou sur le portrait du musée du Capitole qui lui a souvent été attribué (Kl. Fittschen, P. Zanker, Katalog der romischen Porträts in den Capitolinischen Museen, I, Mayence, 1985, n°117, p. 141-142, pl. 145). Ce détail il est vrai peut ne pas apparaître sur toutes les représentations du même souverain, ce qui complique la réflexion : sur un médaillon d’or de Carus, son fils apparaît avec une barbe arrêtée au ras du cou (M. Wegner, Das römische Herrscherbild. Gordianus III. bis Carinus, Berlin, 1979, pl. 58e).

69- Velleia, buste en argent. Parme, musée archéologique

69- Velleia, buste en argent. Parme, musée archéologique

15Une fois écartés les empereurs dont l’apparence ne peut s’accorder avec celle du buste en argent (absence de barbe ou de moustache, barbe ou chevelure non conformes à celles du portrait), il n’en reste guère qui puissent entrer en ligne de compte ; mais il est difficile de trancher entre eux, d’autant plus que la datation du buste ne s’impose pas, que la physionomie n’est manifestement pas d’une ressemblance très grande et que les portraits en ronde bosse clairement identifiés manquent souvent pour la période concernée. À première vue assez différents de l’image que donne le buste de Vaise, les deux fils de Septime Sévère, Caracalla et Géta, méritent d’être pris sérieusement en considération, le premier en particulier : le visage large correspond assez bien aux portraits du type « Tivoli » (d’après un buste trouvé dans la Villa d’Hadrien : H. B. Wiggers, Caracalla. Geta. Plautilla, Berlin, p. 87, pl. 11d) ; mais le contraste entre barbe et chevelure n’est alors jamais aussi marqué. Il va sans dire qu’à Lyon, où Caracalla est né, et dans le contexte du trésor dont les monnaies accordent une place particulière aux fils de Septime Sévère et notamment à celui-ci, la présence d’un de ses bustes serait particulièrement significative. Mais la part de hasard dans la localisation du trésor est trop importante pour que le lieu de sa découverte puisse constituer un argument solide. À considérer le format de la tête, enfin, Géta pourrait aussi convenir - en tout cas en prenant en considération ses portraits les plus tardifs ; mais il serait à tous égards moins satisfaisant que Caracalla.

16Si la facture très lisse du visage, presque sans modelé, peut rappeler Sévère Alexandre, la barbe bouclée l’exclut, encore que certaines de ses monnaies ne soient pas loin d’en suggérer l’apparence. Il en va de même pour Volusien (Wegner 1979, pl. 36c ; la barbe paraît un peu raide). D’une manière générale, il semble que l’on doive préférer pour le buste de Vaise une datation après le milieu du siècle.

17Peu d’empereurs portent alors une barbe bouclée et floconneuse. L’un offre des similitudes intéressantes avec le buste de Vaise : Gallien. La tête n’a, il est vrai, rien de très caractéristique. On observera tout de même que le profil, inscrit dans un rectangle très ramassé, au menton et au sommet du crâne arrondis, peut évoquer les portraits de jeunesse de l’empereur ; quant à la face, très géométrique, elle n’est pas tellement dissemblable de celle du portrait bien connu du Musée des Thermes (bonne photographie dans R. Bianchi Bandinelli, Rome. La fin de l’art antique, Paris, 1970, fig. 24) : la structure ne s’oppose donc pas à une identification avec Gallien. La barbe floconneuse (c’est ce que l’orfèvre a voulu suggérer), les cheveux ras, a penna, et la moustache très discrète orientent vers le type I de Gallien : les deux bustes du Musée du Capitole (inv. 360) et du Palais Braschi (inv. 487) en offrent deux exemples intéressants sur lesquels la chevelure aux mèches à peine dégagées d’une masse peu épaisse pourrait avoir été rendue par l’orfèvre au moyen de quelques incisions, compte tenu du caractère schématique et, peut-être, provincial du buste en argent (ce dernier point doit être sérieusement pris en considération, d’autant plus que les erreurs dans le détail des vêtements, cuirasse et surtout paludamentum, soulignent l’inexpérience de l’artisan). On peut donc envisager, à titre d’hypothèse et avec prudence (car la barbe tend à déborder sur le cou), cette identification, d’autant plus que d’autres portraits contemporains, privés ceux-là, comme une belle tête de Detroit (M. Bergmann, Studien zum romischen Porträt des 3. Jahrhunderts n. Chr., Bonn, 1977, pl. 18, 3) montrent nettement l’opposition entre la coiffure traitée a penna et la barbe bouclée. Mais on ne perdra pas de vue que d’autres empereurs, plus tardifs, pourraient aussi avoir été représentés : le cas de Carin, déjà évoqué, mérite attention, la structure de la tête étant plus massive et donc plus proche du buste de Vaise. Mais peut-être faut-il, plus modestement, laisser ouverte l’identification, qui pose en tout cas la question de savoir de quel modèle l’orfèvre a pu disposer.

18Le buste de Vaise, avec ses 17 cm de hauteur, appartient à la catégorie des portraits impériaux en ronde bosse de petites dimensions, dont on connaît des exemples aussi bien en métal précieux qu’en pierre dure (portrait de Trajan en calcédoine de l’Antikensammlung de Munich) ou en verre (Auguste et Constance II du RömischGermanisches Museum de Cologne : D. Harden, H. Hellenkemper, K. Painter, D. Whitehouse, Glass of the Caesars, Corning, Londres, Cologne, 1987, n° 2, p. 21-22 et n° 4, p. 24) qui tout en ayant le caractère d’objets précieux devaient être plus répandus qu’il n’y paraît aujourd’hui, avec des fonctions diverses. Aux bustes en métal, or ou argent, réunis il y a quinze ans par E. Künzl, on ne peut ajouter qu’un seul exemple, en argent, assez grossier comme travail (il était, il est vrai, très déformé au moment de la découverte). Il s’agit sans doute de Licinius : le petit buste appartenait au trésor de vaisselle découvert sur les bords de la Mer Noire, conservé à la Pràhistorische Staatssammlung de Munich (J. Garbsch, B. Overbeck, Spatantike zwischen Heidentum und Christentum, Munich, 1989, n° S10, p. 58-64).

On rappellera ici, après d’autres, la brève liste :

en or :
- buste de Marc Aurèle (h. 33,5 cm, poids 1590 g), caché devant le temple du Cigognier à Avenches (Suisse) (Künzl 1983, p. 394, pl. 81, 1).
- buste de Septime Sévère (h. 25 cm) en cuirasse et paludamentum, de Didymoteichon (Grèce) (ibid., p. 395, pl. 81, 2-3).
- à ces deux portraits on hésitera à ajouter le petit buste masculin (h. 4,2 cm) du trésor d’orfèvrerie de Monaco, aujourd’hui disparu, dont la facture est si sommaire qu’il est difficile d’y reconnaître avec certitude un empereur, et plus précisément encore un tétrarque (A. Héron de Villefosse, Trésor de Monaco. Notice sur les bijoux, dans Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1879, p. 203 ; Kiinzl 1983, pl. 81,4-5).

en argent :
-
buste de Galba, en cuirasse et paludamentum (h. 41 cm), découvert à Herculanum, très déformé au moment de la trouvaille, plusieurs fois restauré, récemment encore (W. Geominy, Cl. Franchi, Die Silberbiiste des Kaisers Galba. Il busto argenteo del imperatore Galba, Bonn, 1995 ; plus succinct : À l’ombre du Vésuve. Paris, Musée du Petit Palais, 1995-1996, n° 59, p. 172).
- buste de Lucius Vérus de Marengo (h. 55,3 cm), en cuirasse et paludamentum, déjà cité.
- buste de Gallien ( ?) (h. 17 cm) de Lyon-Vaise.
- buste de Trébonien Galle ( ?) de Brigetio (h. 26,3 cm) (Ε. B. Thomas [éd.], Archäologische Funde in Ungarn, Budapest, 1956, p. 246-247 ; Kiinzl 1983, p. 399, pl. 85, 2).
- buste de Magnence, en bronze argenté (h. 17,5 cm) en cuirasse et paludamentum, découvert dans la Saône à Chalonsur-Saône (Braemer 1968, p. 341-344, fig. 18-20).
- 2 bustes de tétrarques (11 et 12 cm) au Rômisch Germanisches Zentralmuseum de Mayence, en cuirasse et paludamentum, provenant peut-être d’Asie Mineure (Kiinzl 1983, p. 381-393, Spatantike, op. cit., n° 7-8, p. 69-70).
- buste de Licinius ( ?) à Munich, provenant des bords de la Mer Noire, déjà cité.

19On voit, à la lecture de cette liste, que l’exemplaire de Vaise occupe avec le Magnence de Chalon une position intermédiaire entre les bustes de taille naturelle, ou presque, ceux de Galba et de Lucius Vérus, voire celui de Trébonien Galle déjà plus petit, et les effigies de petite taille, les trois tétrarques de Mayence et de Munich.

20On considérera également que, du point de vue de la fonction, ils doivent être rapprochés à la fois des portraits impériaux en bronze de petit module, eux-mêmes parfois dorés, comme le bel exemplaire découvert en Pannonie (h. 12 cm), attribué par R. Delbrueck à Valentinien II (autour de 388) et plus récemment par J. Meischner à Théodose II (vers 410-420), et des portraits privés en argent, de dimensions analogues et souvent de qualité remarquable, comme les portraits de Velleia, déjà cité, et de Vaison-la-Romaine (Braemer 1968, p. 337-339, fig. 13-16) (fig. 70).

70- Vaison-la-Romaine, buste en argent.

70- Vaison-la-Romaine, buste en argent.

Vaison, musée archéologique. Cl. Chuzeville

21En ce qui concerne les plus grands de ces bustes, impériaux mais aussi privés, il ne fait guère de doute qu’ils étaient l’équivalent pur et simple des portraits sculptés : ils appartenaient certainement à ces imagines argenteas item marmoreas, ces portraits d’argent et de marbre destinés à être placés, selon le Digeste (XXXIV, 2, 6, 2), (in) porticum publicam. Pour d’autres, les plus petits, ils pouvaient orner différentes pièces décoratives (sur ces emplois, voir tout particulièrement les remarques de E. Künzl 1983, p. 385-393), des phalères éventuellement, comme on le voit à Xanten (Kiinzl 1983 p. 386, n° 19), ou des pièces de vaisselle, des coupes comme les nombreux exemples connus en argent, à Boscoreale (portraits masculin et féminin : Baratte 1986, p. 15-17) ou à Mzcheta en Géorgie (K. Matchabély, Les coupes d’argent d’Armaziskhévi, Géorgie, Tbilissi, 1970, pl. 10-14) ; c’était aussi la fonction, sans doute, du buste du Musée Thorvaldsen à Copenhague, un portrait privé plutôt qu’une effigie d’Antonin le Pieux auquel on a parfois songé (N. Hannestad, Thorvaldsen’s Small Silver Head - A Ruined Tondo Portrait, Meddel. Thorvaldsens Mus., 1982, p. 27 sqq). Le buste en verre de Constance II, à Cologne, devait lui aussi occuper le centre d’une coupe destinée aux distributions impériales. Pour les bustes impériaux de dimensions analogues (10 cm environ) on a pensé également à un couronnement d’enseigne militaire ou de sceptre.

22Le cas le plus délicat est celui des bustes de dimensions intermédiaires comme celui de Vaise. Le profil de la partie arrière et l’ampleur de celle-ci (on la comparera au buste de Velleia) suggèrent davantage la fixation sur une surface plane que sur un support vertical (qui en ferait un portrait indépendant). Mais son inclinaison par rapport au buste lui-même paraît indiquer que la plaque qui le recevait n’était pas très inclinée : elle ne devait guère faire un angle de plus de 30° avec l’horizontale pour préserver la verticalité de la tête. Il s’agissait donc d’une sorte de présentoir, un clipeus ou même une coupe de grand diamètre, qui ne pouvait lui-même être directement accroché au mur ou posé sur une table, mais qui était incliné. Une telle supposition n’a cependant rien de surprenant lorsqu’on observe que la coupe en argent du trésor de Boscoreale au fond de laquelle était fixée un portrait d’homme (un possesseur du trésor ou l’un de ses ancêtres) devait, pour offrir la meilleure vision du buste, être présentée de la sorte.

23Le buste de Vaise constituait ainsi soit un don fait par l’empereur lui-même dans le cadre de ses largesses, soit un objet offert à la vénération dans un contexte impossible à préciser davantage, public ou bien privé (on songe aussi à des associations), puisque la possession et la présentation de bustes impériaux par des personnes privées sont clairement attestées par les textes antiques y compris dans les laraires ou dans des contextes funéraires (G. Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom. Literarische und epigraphische Zeugnisse, Rome, 1983, p. 37-38).

21. Statuette D’apollon - Hélios

Dimensions et état de conservation

24Inv. 93 1 104 20
Argent doré.
H. de la statuette 27,5 cm ; h. du visage 2,2 cm. h. du socle 2,5 cm ; diam. du socle à sa partie supérieure : 10,2 cm ; diam. à sa partie inférieure 11,2 cm. Poids 737 g.

25La statuette, la plus grande du trésor, était relativement mal conservée ; complète, elle était néanmoins détachée de son socle et en plusieurs morceaux, cassée par endroits ou tout au moins très fragilisée : le bras droit était détaché et en trois fragments, comme la jambe du même côté ; il manque un morceau à l’extérieur de la cuisse.

26Le socle était cassé en plusieurs fragments qui ont été recollés. L’ensemble était assez corrodé (pour le processus et les étapes du nettoyage, voir supra et L’usure du temps, 1997, n° 15, p. 34).

Présentation matérielle

Description

27Statuette masculine debout (fig. 71). L’homme, jeune, est en appui sur sa jambe droite, solidement planté : un axe vertical descend de la tête au pied. La jambe gauche est nettement en retrait : le pied, soulevé, repose sur l’extrémité des orteils. Un léger hanchement est perceptible, complété par une torsion du buste vers la droite qui accompagne le mouvement de la tête, encore plus net. Le bras droit est levé ; la paume de la main est ouverte. La main gauche qui pend le long du corps tient une sphère. Le personnage est nu ; il porte un manteau jeté sur l’épaule gauche, qui s’enroule autour du bras correspondant. Un pan de vêtement étroit, isolé, replié en zigzag, est enroulé autour du bras droit.

28La tête, sans être levée, est fermement dirigée vers l’avant. Plutôt petite, elle est plantée sur un cou massif, haut et large ; le menton est presque inexistant, légèrement en retrait ; le nez, long et large à la base, est dans le prolongement d’un front large, mais relativement peu dégagé. Le modelé du visage est mou et assez inexpressif. La bouche est petite et entrouverte. Les yeux globuleux sous des arcades sourcilières obliques ont leur pupille marquée d’un léger creux. Les oreilles sont invisibles sous les cheveux abondants qui encadrent le visage d’une ligne de boucles ondulées en arrière desquelles est posé un bandeau continu. Au-dessus de la tête, ils sont tirés et presque lisses, à peine incisés. Sous le diadème, le chevauchant, cinq trous relativement larges ; dans l’axe du corps, au-dessus du bandeau, un trou est encore garni d’un appendice métallique (fer ?) : le personnage portait une couronne radiée.

71a- Statuette d’Apollon-Hélios, hauteur 27,5 cm

71a- Statuette d’Apollon-Hélios, hauteur 27,5 cm

71b- Statuette d’Hélios

71b- Statuette d’Hélios

71c et d- Statuette d’Hélios

71c et d- Statuette d’Hélios

Techniques de fabrication

29La statuette avait été exécutée en plusieurs parties qui faisaient appel à des techniques différentes : les deux bras sont pleins, donc vraisemblablement coulés, puis rapportés ; la jambe gauche elle aussi, d’après l’examen radiographique, est rapportée. Les deux draperies sont martelées ou embouties. Le reste du corps, en tôle d’argent mince, est creux, obtenu au repoussé par martelage. Le pan de vêtement droit porte des traces de dorure.

30Le personnage était fixé sur son socle par un alliage au plomb (la trace du pied droit était visible sur la surface, interrompue par un trou allongé un peu en avant du talon, peut-être destiné à un tenon).

31Le socle circulaire (fig. 72) offre des traces de tournage : au centre, une marque de pointeau entourée d’un petit cercle (diam. 2,5 cm) dessiné par une moulure en creux. Il présente un profil attique : deux moulures saillantes, ici verticales, séparées par une moulure concave. La moulure supérieure est en léger retrait par rapport à la moulure inférieure. Elles portent l’une et l’autre une inscription en lettres très soigneusement incisées, et dont les contours ont été redoublés.

72- Statuette d’Hélios, profil du socle et relevé de l’inscription

72- Statuette d’Hélios, profil du socle et relevé de l’inscription

L’inscription

32La hauteur des lettres est de 0,6 cm. Les différents mots sont séparés par un motif en flèche, une sorte d’hedera très stylisée.

33NVM(ini) AVG(usti) RAT(iarii)
EBVROD(unenses) FRAT(res ?)

  • 6 Je dois les remarques qui suivent aux observations que m'a généreusement communiquées M. Christol, (...)

34La restitution du texte (fig. 72) présente quelques difficultés, en particulier pour le dernier mot de chaque ligne6.

35Il s’agit clairement d’une dédicace au numen d’un empereur qui n’est pas autrement désigné, faite par des personnes originaires d’Eburodunum, dont l’origine prête à discussion. Trois localités peuvent en effet prétendre à ce nom, Embrun dans les Hautes-Alpes, sur la Durance, Yverdon (Suisse, canton de Vaud) à l’extrémité sud-est du lac de Neuchâtel, ou bien encore Yvoire, en Haute-Savoie, sur le lac Léman. En ce qui concerne les deux derniers sites, la discussion, souvent vive, n’a pas été encore été tranchée entre les spécialistes ; il s’agit en particulier d’identifier l’Ebrudunum Sapaudiae mentionné dans la Notitia Dignitatum. D. van Berchem, dans un article publié il y a un peu plus de 60 ans, a rappelé les arguments en faveur d’Yverdon, un nœud de communications particulièrement important où est stationnée, à la fin de l’Antiquité, une unité militaire, la flottille des barcarii (Ebrudunum - Yverdon, station d’une flottille militaire au Bas-Empire, Revue d’histoire suisse, 17, 1937, p. 83-95 [= Les routes et l’Histoire, Univ. de Lausanne, publications de la Faculté des Lettres XXV, Genève, 1982, p. 265 - 274], avec la bibliographie concernant Yverdon ; id., L’établissement des Burgondes en Sapaudia, dans Centre européen d’études burgondo-médianes, 14, 1972, p. 59-64 [= Les routes, en part. p. 280-281]).

36Sans revenir sur cette discussion, qui ne peut pas être tranchée ici, on observera que la fin de la première ligne de l’inscription de Vaise peut aisément être développée en Rat(iarü) Eburod(unenses) : les dédicants de la statuette seraient ainsi les membres d’une corporation de nautes qui acheminaient les marchandises, notamment sur le trajet entre Lausanne et Yverdon. D. van Berchem a souligné le caractère essentiel de ce parcours qui correspond au passage entre les bassins du Rhin et du Rhône : les ratiarii assuraient donc au besoin le portage des marchandises, à la manière des ratiarii superiores mentionnés sur une inscription de Genève (CIL XII 2597). Ni Yvoire, qui n’a pas eu la même importance comme nœud de communications, ni Embrun, où la Durance n’a jamais été naviguable, n’ont pu jouer ce rôle.

37Reste le dernier mot du texte : FRAT(.), le plus énigmatique. M. Christol a bien voulu nous suggérer une séduisante hypothèse, un développement en frat(res) qui associerait ainsi à Hélios une seconde statuette, celle de sa sœur Diane-Luna : le texte se serait donc prolongé sur une autre base. Un tel groupement, s’il n’est pas attesté par des œuvres conservées, n’aurait cependant rien d’étonnant.

38L’inscription se traduirait donc ainsi :

“Au numen de l’empereur, les pilotes de barque d’Eburodunum (ont dédié ces statuettes) du frère et de la sœur [...]”.

39On connaît de nombreux cas de dédicaces de statuettes en métal à des divinités inscrites sur leur base : en argent, on signalera l’exemple encore inédit de la base fragmentaire découverte dans un fanum à Dompierre-sur-Authie (Somme), de forme analogue à celle de Vaise (mais les tores y sont bien arrondis), consacrée à Rosmerta ; les lettres sont alors niellées. Si les dédicaces au numen impérial sont banales dans l’épigraphie monumentale, elles sont beaucoup plus rares pour des documents de cette nature : manifestation intéressante de la diffusion du culte impérial, célébré ici par une association professionnelle, si le développement de l’inscription proposé est correct.

Analyse iconographique et datation

40En l’absence d’indications plus précises fournies par l’inscription qui ne nomme pas l’empereur auquel la statuette est dédiée, on ne peut déterminer le destinataire de cet hommage, ni apprécier s’il existait un rapport précis entre lui et la divinité représentée, Hélios (et peut-être Séléné). On rappellera seulement qu’à la fin du IIe s. et au IIIe s. plusieurs empereurs avaient voué un culte particulier au soleil : Aurélien évidemment, mais déjà auparavant Caracalla et Elagabal. Dans l’iconographie, ce n’est guère avant la fin du IIe s. que se répandent les images d’Hélios seul, hors de son quadrige (sur l’iconographie de Sol/Hélios, cf. LIMC, s.v. Sol [C. Letta] et Hélios) ; rares en sont les exemples antérieurs. Ils montrent en général le dieu, la main droite levée (sur une peinture pompéienne, elle tient le fouet), la gauche portant un sceptre ou un globe. À partir des Sévères, un type presque unique s’impose, celui qui est utilisé ici : la main droite est levée, la gauche tient divers attributs, globe ou fouet. C’est ainsi que se présente notamment un Sol en bronze aujourd’hui au Kestner Museum de Hanovre. La statuette, dédiée par M. Aurelius Sila(nus), peut être datée de la fin du IIe s. (fig. 73) : sa présentation est presque identique à celle de l’exemplaire de Vaise, le traitement apparaissant toutefois moins mou que celui de la version en argent. Elle constitue sans doute le plus proche parallèle à l’exemplaire de Vaise, à côté de quelques autres statuettes plus lourdes et maladroites dans leur attitude, souvent présentées la jambe droite en retrait, et portant la chlamyde en travers du torse (LIMC, s.v. Sol, n° 114-117 : statuettes de Boscoreale au Metropolitan Museum de New York, de Montdidier au Louvre (fig. 74), du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France, de Sainte-Colombe à Genève et de Rhodes au British Museum). Un exemplaire inédit à New York, vente Sotheby’s, 8 décembre 1995, n° 100.

73- Statuette d’Hélios, bronze.

73- Statuette d’Hélios, bronze.

Hanovre, Kestner Museum. Cl. Kunstwerke der Antike.

74- Montdidier, statuette d’Hélios, bronze.

74- Montdidier, statuette d’Hélios, bronze.

Paris, Musée du Louvre. Cl. Chuzeville

41En dehors des bizarreries du vêtement, quelques points caractérisent la statuette de Vaise. C’est d’abord l’ampleur du retrait du pied gauche, qui accentue le mouvement de marche en avant en lui donnant un caractère déterminé. Mais c’est aussi le déhanchement qui accompagne cette attitude, que souligne encore la torsion du corps vers la droite. On remarque également combien le bras gauche est abaissé : quel que soit l’objet que porte le dieu, une lance ou un globe, la main est en général plutôt tendue vers l’avant. Hélios est de proportions élancées, ce qui contraste avec l’allure parfois un peu tassée de plusieurs autres statuettes : celle offerte par M. Aurelius Silanus, mais plus encore, par exemple, celle passée en vente à New York en 1995. L’effigie de Vaise est isolée : s’il existe plusieurs autres statuettes en argent, elles sont pour la plupart féminines, et vêtues. On ne peut guère citer comme parallèle qu’un des deux Mercure du trésor de Berthouville, de plus haute taille et sans rapport véritable (Trésors d’orfèvrerie, n° 27) (fig. 75). L’analyse stylistique en est d’autant plus délicate qu’il n’est pas aisé de comparer des œuvres réalisées dans des matériaux différents (l’argent et le bronze), donc suivant des techniques différentes. La mollesse du travail est néanmoins frappante à Vaise, en particulier pour le buste, et elle ressort davantage encore à la comparaison avec la statuette de Hanovre, comme la facture de la chevelure : assez proche dans son principe de celle de l’Hélios en bronze, elle ne possède pas le même aspect exubérant qui rapproche la seconde des portraits d’Alexandre.

75- Berthouville, statuette de Mercure.

75- Berthouville, statuette de Mercure.

Paris, Bibliothèque Nationale de France. Cl. B.N.F.

Le socle

42Le socle de cette statuette, caractérisé par sa forme circulaire, ses proportions basses, une mouluration très sobre de type attique - une scotie entre deux tores - se rattache à une série relativement fournie, en bronze comme en argent : une statuette de Génie en bronze de Weissenburg (Kellner-Zahlhaas 1993, n° 13, p. 57) fournit ainsi un exemple que ses proportions mettent en marge du groupe ; il est en effet relativement haut pour un diamètre réduit, et chacune des trois moulures prend une épaisseur particulière. Plusieurs socles d’argent, en revanche, sont bien plus proches de celui de Vaise : la statuette de déesse de Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre), proche par sa taille (23 cm) de l’Hélios de Vaise (fig. 81), n’en est guère éloignée (Braemer 1968, p. 346-348, fig. 2325), ni l’un des Mercure du trésor de Mâcon, pourtant plus petit (h. totale 14 cm) (Trésors d’orfèvrerie, n° 137) (fig. 76) ; une divinité féminine conservée au Louvre, provenant de Tortose en Syrie (A. de Ridder, Catalogue sommaire des bijoux antiques, Paris, 1924, n° 2089), présente pour son socle la même succession de moulures, mais le retrait de la première est bien plus considérable que sur les deux précédentes (fig. 82). Le socle de la Vénus de Kaiseraugst est, sur ce point, intermédiaire (Cahn-Kaufmann 1984, p. 318). On ajoutera enfin à ces quelques exemples celui, fragmentaire, découvert à Dompierre-sur-Authie (cité supra). Mais on observera aussi que le socle de Vaise se distingue de tous ceux qui viennent d’être cités par le profil des deux tores, presque plats.

76- Mâcon, statuette de Mercure.

76- Mâcon, statuette de Mercure.

Londres, British Museum. Courtesy Trusteest of The British Museum

22. Fortuna

43Inv. 93 1 104 21
Statuette féminine sur un socle hexagonal.
Argent doré.
H. totale 28,7 cm.

Dimensions, état de conservation et techniques de fabrication

Le socle

Dimensions du socle : h. 8,8 cm ; dimensions de chacun des six panneaux : 3,3 cm X 6,6 cm ; dimensions de la plaque de fond en alliage cuivreux : long. 10,8 cm, larg. 9,5 cm ; h. de la base 1,6 cm, saillie 1,8 cm. Hauteur de la partie supérieure 0,8 cm, saillie 0,6 cm.

44Le socle a été retrouvé en plusieurs éléments dissociés qui ont été réassemblés (fig. 77).

77- Statuette de Fortuna

77- Statuette de Fortuna

Profil du socle

45En tôle d’argent, de section hexagonale, il repose sur une large base à trois degrés en forte saillie. La plaque formant le fond, percée approximativement en son centre d’une fente rectangulaire, était soudée. Chaque panneau est encadré d’une moulure en léger creux, dorée.

46La partie supérieure est constituée d’une tôle d’argent en saillie plus faible, posée sur une moulure, repliée et sertie sur le socle.

La statuette

Dimensions de la statuette : h. 19,7 cm ; long. du bras droit 4,6 cm ; h. de la tête (de la pointe du menton au-dessus des cheveux) 2,3 cm ; larg. max. de la tête 1,9 cm.

47La statuette est exécutée en tôle d’argent travaillée au repoussé. Les deux bras sont pleins ; ils étaient fixés par soudure et renforcés par deux tenons, suivant une technique fréquemment utilisée sur les statuettes en argent d’une certaine dimension (Fortuna de Chaourse, déesse de Toledo, déesse de Saint-Honoré-les-Bains).

48Comme sur la statuette de la déesse aux oiseaux, une place importante est accordée ici à la dorure : outre les moulures des panneaux du socle, le diadème, la phiale, les fruits de la corne d’abondance et les feuillages de sa partie inférieure ainsi que les vêtements sont abondamment dorés au feu ; on remarque ainsi une large bande en bordure du manteau, le gros pli en travers de la taille, l’encolure de la tunique et une bande dans son axe, du haut en bas.

49La statuette, détachée de son socle, était en état relativement bon au moment de la découverte, à l’exception d’une lacune dans le cou. Les bras, dessoudés, étaient restés en place. Très corrodé, l’objet a été nettoyé (sur la restauration, cf. supra).

Description

50La jeune femme est debout de face en appui sur la jambe gauche (fig. 78) ; la droite est légèrement fléchie. Les pieds, chaussés de sandales, sortent à peine de sous la tunique. La déesse porte une tunique très longue, ample sur le buste (les manches couvrent les bras jusqu’au coude), plus serrée autour des jambes. L’encolure forme un pli autour du cou. Un manteau, passé sur l’épaule gauche, forme à sa partie supérieure un pan en écharpe dans le dos avant de retomber en larges plis ; à l’avant il constitue un large pli en travers de la taille, avant de se déployer comme un tablier en deux pans superposés et en sens opposé. Ce drapé compliqué n’a pas été rendu de manière parfaitement cohérente par l’orfèvre.

78a- Statuette de Fortuna, hauteur 28,7 cm

78a- Statuette de Fortuna, hauteur 28,7 cm

78b et c- Statuette de Fortuna

78b et c- Statuette de Fortuna

51Le bras droit est tendu vers l’avant. La main tenait une phiale dont il ne reste plus que le fond. La main gauche, dans la même position, tenait une double corne d’abondance issue d’un culot d’acanthe et d’où sortent à profusion toutes sortes de fruits, pavots, raisins, pommes, pomme de pin, grenades, et de fleurs.

52La tête est dirigée vers l’avant, légèrement tournée vers la droite. Elle porte un diadème. La chevelure abondante est coiffée en longues mèches ondulées, épaisses, tirées vers l’arrière ; elles se rassemblent pour former des bandeaux assez lâches au-dessus des tempes et des oreilles qu’elles cachent, et un chignon sur la nuque. Des bandeaux s’échappe une sorte de ruban qui passe très souplement sous le menton. Le visage arrondi, presque carré, est plutôt massif ; le menton est large, le nez court ; les yeux sont profondément enfoncés dans les orbites. Un coup d’outil marque les pupilles. La bouche, petite, est entrouverte.

78d- Statuette de Fortuna

Commentaire iconographique et stylistique

L’iconographie

53La phiale et la corne d’abondance désignent la déesse comme une Fortuna (sur l’iconographie de Tyché/Fortuna, cf. LIMC, VIII, 1997, s.v. Tyché [L. Villard], p. 115-125 ; ibid., s.v. Tyché/Fortuna [F. Rausa], p. 141). Si la phiale n’est pas l’attribut le plus fréquent (le personnage tient souvent un gouvernail), on en rencontre néanmoins d’autres exemples. La corne d’abondance est plus traditionnelle, mais elle prend ici une forme particulière puisqu’elle est double, une forme bien attestée ailleurs : on en trouve un exemple sur une statuette en argent de Regensburg en Bavière, qui représente Fortuna diadémée, et la main droite abaissée ; la déesse tenait alors sans doute la rame-gouvernail (LIMC VIII, s.v. Fortuna, n° 69). Une feuille d’acanthe sert à dissimuler à Vaise la séparation de l’une et de l’autre cornes, peu esthétique sans doute puisque les deux ont une extrémité commune, soigneusement moulurée.

54Ces cornes doubles existent en particulier dans l’iconographie hellénistique, dans laquelle elles sont parfois entrecroisées au lieu d’être jumelles, superposées en léger décalage ou séparées par un motif médian (sur leur signification et la faveur dont elles ont pu jouir, cf. en particulier H. Möbius, Alexandrin und Rom, Munich, 1964, p. 26-29). L’art ptolémaïque les a particulièrement appréciées : la double corne apparaît en tant que telle dans la grande procession organisée par Ptolémée Philadelphe à Alexandrie (Athénée, V, 202) ; mais surtout elle figure fréquemment sur les monnaies des Ptolémée, où elle prend la valeur d’un symbole religieux et dynastique ; elle représente sans doute le couple royal divinisé (M. Nilsson, Bulletin de l’Académie de Danemark, 1909, p. 168-173). Les monnaies lagides et quelques autres monuments mettent en outre en évidence le lien qui peut exister entre cet emblème, Isis et Sarapis (J. Charbonneaux, Sarapis et Isis et la double corne d’abondance, dans Hommages à Waldemar Deonna, coll. Latomus, XXVIII, Bruxelles, 1957, p. 131-141). Sur certaines monnaies du souverain séleucide Démétrios I Sôter, c’est Tyché qui tient le rôle qu’ont en Egypte les deux autres divinités (E. Babelon, Catalogue des monnaies grecques de la Bibliothèque Nationale. Les rois de Syrie, Paris, 1890, p. 97-98, n° 765, pl. XVII, 1). On rencontre également la double corne, par exemple, entre les mains d’Arsinoé II sur une série d’œnochoés en faïence (D. Burr Thompson, Ptolemaic Oinochoai and Portraits in Faïence, Londres, 1973).

55L’art romain a repris à son compte le motif de la double corne sous toutes ses formes, croisées, parallèles ou bien issues d’un unique culot, sans qu’il y ait, semble-t-il, de différence de signification. Marc Antoine, de façon logique, l’utilise sur des deniers frappés en Orient : c’est alors un caducée qui sépare les deux cornucopiae, comme sur certains autels (E. Sydenham, The coinage of the Roman Republic, Londres, 1952, n° 1189, p. 192). Dans le domaine politique, Auguste lui-même s’est saisi du symbole, dès avant 27 av. J.-C. : une pâte de verre du Kunsthistorisches Museum de Vienne le représente en buste au-dessus d’un globe entre deux cornes d’abondance entrecroisées, faisant ainsi pièce à son rival (C. Maderna-Lauter, « Glyptik », dans Kaiser Augustus und die verlorene Republik, Berlin, 1988, p. 453 et n° 245). Ses successeurs, julio-claudiens notamment, reprendront volontiers le motif. Ainsi Tibère salue la naissance des deux jumeaux Tiberius Gemellus et Germanicus par une émission de sesterces sur laquelle un caducée est encadré par deux cornes d’où sortent la tête des deux enfants, un type qui sera repris quelques 125 ans plus tard par Antonin pour commémorer la naissance de deux de ses enfants (belles illustrations dans J. P. C. Kent, B. Overbeck, A. U. Stylow, Die römischen Miinzen, Munich, 1973, n° 155, pl. 41 et n° 318, pl. 81). De même Caligula, trônant sur un camée de Vienne aux côtés de Roma (H. Kyrieleis, dans Archaologischer Anzeiger, 1970, p. 493-498 ; W.-R. Megow, Kameen von Augustus bis Severus Alexander, Berlin, 1987, p. 185, n° A 60, pl. 15, 3). On évoquera encore un autre célèbre camée du Kunsthistorisches Museum sur lequel les bustes de Claude, d’Agrippine la Jeune, de Germanicus et d’Agrippine l’Ancienne couronnent une paire de doubles cornes (Megow, op. cit., p. 200-201, n° A 81, pl. 31).

56J. Charbonneaux a rappelé la postérité du motif (op. cit., p. 141, n. 3) qui manifeste tantôt ”la fécondité de l’union impériale“ lorsque, comme sur les monnaies de Tibère et d’Antonin le Pieux, deux bustes d’enfant couronnent une double corne encadrant le buste de Messaline sur un camée du Cabinet des Médailles (Megow, op. cit., p. 303304, n° D 39, pl. 18, 1 ; l’identification des personnages a été récemment discutée sans raison véritable : Livilla pour D. Kasper, Drusilla pour W.-R. Megow), tantôt l’harmonie du couple impérial. Sur des monnaies d’Alexandrie, depuis Trajan, on voit en effet Homonoia portant une double cornucopia (R. Stuart Poole, British Museum Coins. The Ptolemies, Londres, 1883, n° 428, pl. VIII ; n° 965, pl. X ; n° 1238, pl. X ; n° 1958, pl. X) ; dans le monnayage d’Hadrien et d’Antonin le Pieux la même figure prend le nom latin de Concordia (H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum, Londres, III, p. CL, pl. 64, 18 ; IV, p. LI et LVI, pl. 4,2 et 24, 6).

57La faveur dont jouit la double corne ne se limite pas au monde politique ; on la retrouve sur les autels funéraires : ainsi à Rome, Vatican, Galerie des Candélabres, n° 2671, au revers duquel deux cornes encadrent un culot d’acanthe qui supporte un clipeus orné d’un buste, symbole d’immortalité à travers l’idée de fécondité (D. Boschung, Antike Grabaltäre aus den Nekropolen Roms, Berne, 1987, n° 958. Vers 125). Mais elle apparaît plus encore dans la petite plastique en bronze : plusieurs exemples, d’Isis ou d’Isis Tyché, souvent difficilement datables, montrent les deux déesses la tenant et portant dans l’autre main parfois le sistre, plus souvent le gouvernail. La Syrie, entre autres, en a fourni quelques-uns, comme une statuette de la collection de Clercq trouvée à Tortose (A. De Ridder 1924, p. 209, n° 313). Mais on en retrouve ailleurs. Le redoublement de la corne paraît alors simplement un moyen d’insister sur l’abondance et la fécondité : la double cornucopia apparaît donc entre les mains d’autres figures divines, comme les Genius (un exemple à Straubing : H. Kunckel, Der romische Genius, Heidelberg, 1974, F VIII, 3, pl. 67) ou les Lares (un bel exemplaire en bronze dans le trésor de Weissenburg : Kellner, Zahlhaas 1993, n° 14, p. 58-60, pl. couleurs), probablement pour les mêmes raisons, et la Tutela Panthée du trésor de Mâcon (fïg. 79) (Trésors d’orfèvrerie, n° 140) ; dans ce dernier cas, la double corne est aussi un moyen commode de placer deux bustes divins, Diane et Apollon.

79- Mâcon, statuette de Tutela Panthée.

79- Mâcon, statuette de Tutela Panthée.

Londres Britsih Museum. Courtesy Trustees of The British Museum

58Il est donc difficile de préciser la nature de la déesse de Vaise, une Fortuna certes, mais avec quelques particularités. On notera ainsi la curieuse ”mentonnière“ dont nous n’avons pas trouvé d’équivalent, ainsi que le costume plus compliqué que d’ordinaire. Le drapé du manteau en particulier s’explique mal, ainsi que l’encolure légèrement repliée sur l’épaule droite. On observe aussi les deux groupes de plis lâches sur la tunique, tombant des épaules et des seins, de part et d’autre de la partie centrale plus plate ; on s’interrogera aussi sur la raison d’être de la bande dorée médiane : simple élément décoratif laissé à l’interprétation de l’artisan, ou bien partie constitutive du vêtement ? Le caractère anépigraphe du socle ne permet pas de préciser davantage.

59Statuette votive, élément d’un laraire privé, la Fortuna de Vaise, comme la déesse aux oiseaux, pouvait faire partie purement et simplement d’un décor de table, comme la statuette de Chaourse, qui était sans doute accompagnée à l’origine dans le trésor d’une autre pièce, dont il ne subsiste aujourd’hui que le socle (Trésors d’orfèvrerie, n° 84), et d’un objet fonctionnel, mais figuré, le petit poivrier en forme de Noir (Id., n° 81).

Analyse stylistique

60La facture est sensiblement différente de celle de la déesse aux oiseaux (n° 23) : les plis y sont moins prononcés, marqués certes, mais plus larges et plus plats ; il suffira de comparer leur traitement sur le buste ; drus et serrés d’un côté, ils sont moins nombreux, plus géométrisés sur l’autre (on observera par exemple les deux plis arrondis à leur base sur le côté gauche de la Tyché à la double corne). En revanche le traitement de la tête est plus fouillé : les mèches de la chevelure sont davantage creusées et les pupilles sont plus marquées. L’une et l’autre pourtant nous paraissent pouvoir être contemporaines : fin du IIe s. - première moitié du IIIe s.

61On connaît une Fortuna en or (h. 16,5 cm), provenant d’Afrique du Nord, diadémée, tenant la corne d’abondance et la phiale ou le gouvernail, d’allure assez particulière (Kunstwerke der Antike. Auktion 34, Bâle, 6 mai 1967, p. 220). Une autre est en argent, un peu plus petite (12,8 cm), celle de Chaourse (A. Kaufmann-Heiniman, dans Trésors d’orfèvrerie, n° 83) (fig. 80), qui tenait aussi une corne d’abondance, et peut-être une phiale (le bras droit a disparu après la découverte) : l’attitude en est plus dynamique, le retrait du pied d’appui (le gauche) nettement plus marqué, la torsion du corps plus sensible. La physionomie est également moins figée. La statuette de Chaourse est manifestement plus proche des modèles classiques, même si elle présente des particularités dans son vêtement notamment (un chiton sans manteau). C’est d’ailleurs une certaine raideur qui caractérise la Fortune de Vaise. L’artisan a su avec une certaine compétence technique camper le personnage et rendre le détail du vêtement, dont les plis sont nombreux et plutôt adroits : s’ils apparaissent un peu moins plastiques que sur la déesse aux oiseaux, ils en sont en fait assez proches. Mais il est sans doute moins familier des modèles hellénisants, ce qui l’a conduit à des imprécisions ou même à des erreurs dans le costume. Il se distingue en cela non seulement de son confrère de Chaourse, mais aussi de l’auteur de la statuette de déesse du musée de Toledo, provenant du Liban (Oliver 1977, n° 103). L’origine gauloise, proposée dans Trésors d’orfèvrerie, p. 136, nous paraît bien hypothétique en raison de la provenance de la pièce.

80- Chaourse, statuette de Fortuna.

80- Chaourse, statuette de Fortuna.

Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum

62Comparées aux pièces analogues, les deux sta-tuettes féminines de Vaise, la Fortuna et la déesse aux oiseaux, ont beaucoup de points communs en dépit de différences notables dans le traitement du visage notamment. Qu’il s’agisse de la Fortuna de Chaourse et de la déesse de Saint-Honoré (fig. 81) (Braemer 1968, p. 346-348), que rapproche le traitement des étoffes en plis drus et abondants qui suggère la matière et le volume sans reliefexcessif, ou de l’Aphrodite d’Antioche (M. C. Ross, A silver treasure from Daphné-Harbié, Archaeology, 6-1, 1953, p. 39), à laquelle s’appa-rente davantage la déesse de Toledo, aux plis de vêtements moins nombreux, et de celle de Tortose (au Louvre, Bj 2089) (fig. 82), une version simplifiée des deux précédentes, toutes traduisent, chacune à leur niveau technique, une autre sensibilité et un goût moins miniaturiste.

81- Saint-Honoré-les-Bains, statuette d’une déesse.

81- Saint-Honoré-les-Bains, statuette d’une déesse.

Musée royal de Mariemont. Cl. du musée

63Le socle, relativement haut par rapport à la sta tuette qu’il porte, a une forme assez complexe, que l’on retrouve, en argent, sous une statuette d’Isis dans le laraire de la villa rustica de Scafati, près de Pompéi (S. De Caro, Il Museo Archeologico Nazionale di Napoli, Naples, 1994, p. 252), évi demment plus ancien que les deux statuettes de Vaise. Le décor et les moulurations sont tout à fait analogues. Une des statuettes en bronze de la trouvaille de Champoulet, au musée des Antiquités nationales, donne un autre exemple d’un socle de même forme (Joffroy 1978, p. 795-814).

82- Tortose, statuette de divinité.

82- Tortose, statuette de divinité.

Paris musée du Louvre, AGER Bj 2089. Cl. Chuzeville

23. Déesse aux oiseaux

64Inv. 93 1 104 22
Statuette féminine sur un socle rectangulaire.
Argent doré.
H. totale 23 cm.

Dimensions, état de conservation et analyse technique

Le socle

Dimensions du socle : h. totale 5,3 cm ; base : 7,2 cm X 5,3 cm X 0,9 cm ; partie supérieure 6,5 cm X 5 cm X 0,6 cm ; corps du socle : h. 4,8 cm ; 4 cm X 2,7 cm.

65Les moulures sont en forte saillie, 1cm pour celles du haut, 1,3 cm pour celles de la base (fig. 83,84).

83- Profil du socle de la déesse aux oiseaux

83- Profil du socle de la déesse aux oiseaux

66Le fond est constitué par une plaque sertie en alliage cuivreux ; traces d’une fente au centre.

67La section est rectangulaire. Les panneaux du corps du socle sont cernés par une ligne faiblement incisée. Base et socle, sobrement moulurés, comportent trois degrés.

68Le socle était relativement bien conservé ; le fond était détaché.

69La forme, plutôt simple, se retrouve, par exemple, pour une petite statuette de Vénus en argent de Boscoreale.

La statuette

Dimensions de la statuette : h. 16,3 cm ; h. de la tête, de la pointe du menton au voile, 2,3 cm ; larg. du visage 1,35 cm.

70La statuette est faite d’une feuille d’argent travaillée au repoussé. Le voile, exécuté à part, est rapporté, de même que le bras droit et la phiale aux oiseaux, la main gauche et les fruits dans le pli du vêtement. Le bras droit est plein et se termine par un tenon.

71Au moment de la découverte, la statuette était dans un état médiocre, détachée de son socle et cassée en deux au niveau de la taille. Les bras étaient détachés et plusieurs fragments de draperie cassés, notamment celui renfermant les fruits. Le manteau était cassé dans le dos à hauteur du bassin.

72La dorure, sans doute au feu, est très abondante ; elle couvre la bordure du vêtement, y compris dans le dos, en assez larges bandes, le repli du manteau, la coupe aux oiseaux et forme encore deux bandes verticales descendant de la poitrine jusqu’aux pieds.

Description et analyse stylistique

73La jeune femme est debout, de face, la jambe gauche très légèrement en avant (fig. 84) ; les pieds ne sont pas visibles, couverts par une longue tunique à manches courtes repliée sur la poitrine ; elle dessine une étroite encolure en V. Les seins hauts sont moulés étroitement par le tissu qu’ils retiennent et qui dessine une série de plis profonds et arrondis. Un manteau plus court est drapé autour de la taille en formant un gros rouleau de plis qui remonte autour du bras gauche. La femme porte en outre une grande cape qui tombe droit dans le dos et lui couvre étroitement la tête en formant une sorte de capuchon.

84a- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm

84a- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm

84b et c- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm

84b et c- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm

74La main gauche, qui seule sort du manteau, retient un pan de vêtement rempli de fruits ; mais le dispositif n’est pas clair : on ne distingue pas vraiment dans quoi sont posés tous les fruits, ni ce que tient précisément la déesse, non pas un tissu ou un objet, semble-t-il, mais les plantes elles-mêmes, à la façon d’un bouquet. On reconnaît une pomme de pin, des raisins, des grenades, peut-être des épis et du feuillage, soigneusement individualisés ; ces fruits surabondants donnent l’impression de déborder du tissu qui les contient. La main droite étendue vers l’avant tient une phiale dans laquelle sont posés deux oiseaux dont l’espèce est impossible à préciser (des colombes ?).

75La tête très ronde est tournée vers l’avant. Le visage est peu expressif, sans modelé véritable : la bouche est charnue, les lèvres sont bien dessinées sous un nez plutôt épais. Les yeux sont grands, dessinés par des paupières très nettes, mais sans pupilles. Le front est dégagé sous une chevelure qui encadre parfaitement l’arrondi du visage. Les cheveux sont répartis de part et d’autre d’une raie médiane en deux masses ondulées finement au-dessus du front, plus largement sur les tempes, et tirées vers l’arrière. Bien que rapportée, la cape était restée solidaire du reste de la statuette ; on n’a donc pu vérifier si le revers, en dessous du vêtement, est effectivement travaillé.

76L’exécution est soignée : la cape est faite d’une juxtaposition de grands plis travaillés directement dans la feuille de métal avec habileté et un réel effet décoratif. Sur le devant, le chiton et le manteau présentent des plis moins épais, mais néanmoins clairement modelés, disposés avec un souci que l’on peut qualifier de réaliste, sans monotonie en tout cas, plus drus et plus fins sur le chiton que sur le manteau : la statuette est l’œuvre d’un orfèvre de qualité qui maîtrise bien son métier et va au-delà d’une reproduction purement mécanique des schémas à sa disposition. Si la tête est régulière, le visage lisse et arrondi, le travail est dans l’ensemble plutôt nerveux. L’artisan est attiré par les effets plastiques et paraît rechercher à la fois le rendu des volumes et les jeux d’ombre et de lumière : le traitement des vêtements est significatif ; l’orfèvre lui a accordé une grande attention non seulement sur la face antérieure de la statuette, celle qui était immédiatement visible, mais aussi, ce qui est plus rare, à l’arrière ; l’exécution de la cape est particulièrement intéressante : les grands plis qu’elle dessine ne sont pas une simple manière de suggérer l’apparence du tissu ; ils témoignent aussi d’un véritable souci de volume, presque réaliste, comme l’indiquent les plis cassés qui parcourent l’axe du vêtement. La cape permet aussi d’encadrer la statuette d’une ligne d’ombre, à la manière de certaines sculptures de la fin du IIe s. Si la recherche n’est peut-être pas aussi délibérée que de la part des sculpteurs (que l’on pense - en choisissant volontairement un exemple extrême - au buste de Commode coiffé de la peau de lion du Palais des Conservateurs à Rome), elle traduit peut-être quand même un « Zeitstil », l’esprit d’une époque. C’est effectivement dans la seconde moitié du IIe s. que nous situerons la statuette.

77Elle est, à bien des égards, sensiblement différente de la statuette de Fortuna (fig. 78) : le traitement des têtes est particulièrement significatif. Le visage est ovale, encadré par la masse de la chevelure qui accompagne la forme sur l’une, davantage charpenté sur l’autre, et surmonté par des mèches qui sont fortement individualisées, à la différence des ondulations sans grand relief de la première. On notera en outre que les globes oculaires de la Fortuna portent, eux, des pupilles en creux. Mais les deux statuettes témoignent cependant d’une sensibilité commune. Nous analysons plus loin leurs rapports avec les figures analogues : la comparaison fait apparaître qu’elles ont en définitive entre elles davantage de points communs qu’avec les autres statuettes.

Analyse iconographique

78La statuette est, à bien des égards, unique. Certains éléments en font clairement une déesse de l’abondance : l’attitude générale, la présence de la phiale, qui n’est pas toutefois l’attribut le plus fréquent, celle des fruits débordant du vêtement qui constituent un équivalent de la corne d’abondance, mais qui caractérisent aussi, plus souvent, les déesses assises nombreuses dans le domaine galloromain (Matronen und verwandte Gottheiten, Beihefte der Bonner Jahrbucher, 44, Cologne, 1987) ; placés dans leur giron, ils en font des Matres.

79En revanche la cape est un vêtement inhabituel : on ne peut confondre le voile « à la romaine » qui couvre la tête de plusieurs déesses, Junon par exemple, et le manteau de la divinité de Vaise qui l’enveloppe complètement, formant en outre une sorte de capuchon. On observera également que la jeune femme ne porte dans sa chevelure ni bandeau ni diadème. Mais pour le reste le costume, tunique et manteau, est plutôt romain, même si l’artisan n’a pas su rendre clairement la superposition de ses différentes pièces

80Toutefois l’élément le plus révélateur sur la personnalité de la figure divine représentée est l’existence de deux oiseaux posés dans la phiale. Celle-ci, instrument du sacrifice, est en même temps, comme la corne d’abondance que les déesses tiennent parfois dans l’autre main, un symbole de fécondité : elle peut être remplie de fruits, lorsqu’il s’agit des déesses-mères notamment. C’est le cas par exemple d’une statuette en bronze trouvée dans la Haute-Vienne (au musée des Antiquités nationales : S. Reinach, Catalogue du musée des Antiquités nationales, II, p. 164). Mais nulle part ailleurs le personnage n’est complété ainsi par des volatiles, qui en font immédiatement une des divinités aux oiseaux connues en Gaule. Celles-ci, masculines ou féminines, ont fait l’objet à plusieurs reprises d’enquêtes pour tenter d’en préciser la personnalité et la fonction (A. N. Newell, The Dove-Deity of Alesia and Serapis Moritasgus, Revue Archéologique, 1939, II, p. 133-158 ; W. Deonna, L’Art national de la Suisse romande, Genava, 1941, p. 119-131 ; A. Colombet, Les divinités aux oiseaux en Gaule et le dieu aux colombes d’Alésia, Mélanges Charles Picard, Paris, 1949, p. 224-239) ; sans doute est-il impossible de les réunir toutes dans un unique ensemble, en dépit des tentatives qui ont été faites en ce sens. Non seulement le sexe diffère, mais aussi les attributs : on rencontre aussi bien un dieu accompagné de Cerbère à Alise-Sainte-Reine (E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, n° 7684 ; figure analogue à Corgoloin, dans la même région : S. Deyts, dans Lavagne 1989, n° 69) qu’une déesse assise, comme la statuette de la Haute-Vienne déjà citée ; quant aux oiseaux, ils peuvent entourer les divinités, perchés dans des arbres (Alise-Sainte-Reine, Espérandieu n° 7684) ou simplement disposés sur le fond de la stèle (autel d’Autun : Espérandieu n° 1895), ou bien être placés sur leurs épaules (Alise-Sainte-Reine, Espérandieu n° 2354, 2355, 2377, 7280, 7680 ; stèle de Corgoloin) ou posés sur leur main (stèle de Sainte-Sabine [Côte-d’Or] : Espérandieu n° 2224 ; statuette de bronze à Besançon : P. Lebel, Catalogue des collections archéologiques de Besançon. V. Les bronzes figurés, Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 26, Paris, 1961, n° 8, p. 20, pl. XI). On ne saurait exclure toutefois que sur un certain nombre de ces sculptures, souvent maladroites, la position apparente de l’oiseau, qui semble étroitement en rapport avec le personnage représenté, ne résulte pas d’une volonté délibérée de l’artisan. Les espèces représentées, enfin, sont diverses : échassiers, corbeaux, colombes ; mais le plus souvent (c’est le cas ici) elles ne peuvent être formellement identifiées.

81La statuette n’apporte guère d’élément nouveau sur les fonctions de la déesse, ni sur son identité : le socle est anépigraphe. On observera qu’un lien formel est établi entre la figure divine et les oiseaux, puisque ceux-ci sont indissociables d’un de ses attributs, la phiale. Comme sur la statuette de bronze de la Haute-Vienne - sur les genoux de laquelle sont posés deux volatiles - les éléments en rapport avec l’abondance sont mis en avant avec insistance, en particulier les fruits très abondants. Sans doute faut-il voir là l’indication la plus sûre sur la fonction du personnage, sans rentrer dans les débats plutôt stériles qui ont souvent accompagné les réflexions sur les divinités aux oiseaux.

24. Tête

82Inv. 93 1 104 24
Argent.
H. 7,5 cm ; larg. max. 5 cm ; h. de la tête de la base du cou au-dessus des mèches du front 5,6 cm ; larg. de la tête au niveau des oreilles 4,8 cm ; h. du visage 4,7 cm.

83Très encroûtée et corrodée au moment de la découverte, la tête a été consolidée intérieurement avec de la gaze.

84Il est difficile de se prononcer sur le sexe du personnage représenté. La tête est cassée au bas du cou. Le visage est ovale, très plein, peu modelé, posé sur un cou large (fig. 85). Le menton est arrondi, la bouche, petite, est légèrement entrouverte avec des lèvres charnues ; le nez, plutôt court, est large, notamment à sa base où les narines épaisses sont soigneusement indiquées. Les arcades sourcilières sont peu accentuées et les sourcils ne sont pas détaillés. Les yeux sont indiqués par le contour des orbites, dessinés par deux paupières charnues. Les pupilles, en léger creux, sont en forme de peltes tournées vers le haut. Le front, largement dégagé, est surmonté par la chevelure : deux gros bandeaux de mèches ondulées tirées vers l’arrière de part et d’autre du front et réunies sur la nuque en un chignon sommaire. Au-dessus, la calotte crânienne est rapportée ; les mèches y sont dessinées très sommairement.

85- Tète de divinité, hauteur 7,5 cm

85- Tète de divinité, hauteur 7,5 cm

85La tête de Vaise est exécutée au repoussé, en deux parties : le sommet de la calotte crânienne au-dessus des bandeaux de cheveux qui l’entourent est rapporté comme il l’était sur l’une des deux statuettes de Mercure en argent de Berthouville (Babelon 1916, n° 1, p. 73 ; Trésors d’orfèvrerie, n° 27) et sur plusieurs autres statues en bronze de grandes dimensions : dans le cas du Mars de Coligny, de l’Apollon de Vaupoisson ou du Mercure de Thienne, la calotte a disparu (Boucher 1976, p. 56) ; à Womrath ou Weissenthurn, c’est elle qui est en revanche conservée (H. Menzel, Die römischen Bronzen aus Deutschland, III. Bonn, Mayence, 1986, n° 170-171).

86Dans le cas des statues en argent, le procédé s’explique aisément par des considérations techniques (sur ce point, Braemer 1968, p. 351-354) : il facilite grandement le travail au repoussé, notamment, dans le cas de Vaise, l’exécution des deux excroissances au sommet de la tête ; mais il n’était pas indispensable puisque la tête féminine de Marengo est d’une seule pièce (Bendinelli 1937, p. 16, pl. VI ; Braemer 1968, p. 345 ; Baratte 1998, p. 369-379).

87La coiffure se caractérisait par deux excroissances coniques posées au sommet de la tête et comme formées de mèches enroulées en spirales. Nous n’avons pu trouver de parallèle exact à cette curieuse présentation qui évoque davantage des sortes de cornes qu’un arrangement de la chevelure. Elle peut toutefois évoquer la forme que prend parfois la coiffure de certaines têtes féminines idéalisées d’inspiration hellénisante dont le trésor de Marengo fournit un exemple particulièrement significatif (fig. 86), puisque réalisé dans le même matériau et avec des dimensions équivalentes (h. totale 10 cm ; h. du visage 4,2 cm ; la tête est conservée de la même manière, arrachée au bas du cou. cf. supra). Tirés vers l’arrière depuis le sommet du visage tout en étant moins strictement organisés en bandeau, les cheveux sont rassemblés d’une part en un chignon assez souple sur la nuque, et en un double nœud au sommet de la tête d’autre part, plat dans sa partie médiane, mais gonflé à chaque extrémité. Les Victoires ont très fréquemment adopté ce type de coiffure, plus ou moins déformé (il n’est pas impossible que la tête de Marengo ait appartenu à une divinité de cette nature) : ainsi le bel exemple clipéophore d’Augst (A. Kaufmann-Heinimann, Die romischen Bronzen der Schweiz I : Augst und das Gebiet der Colonia Augusta Raurica, Mayence, 1977, n° 75, pl. 77). Les statuettes de bronze en offrent de nombreuses attestations, sur lesquelles les deux extrémités du nœud de cheveux au sommet de la tête deviennent parfois plus importantes, constituant deux excroissances presque autonomes ou au contraire se transforment en une sorte de toupet ; ainsi sur une statuette de médiocre qualité de Niederbronn en Alsace (B. Schnitzler, Strasbourg, musée archéologique. Bronzes antiques d’Alsace, Paris, 1995, n° 149, p. 122). Mais jamais, même sur les objets les plus maladroits, le souvenir ne se perd complètement du lien qui existe entre les deux éléments proéminents.

86- Marengo, tête de divinité.

86- Marengo, tête de divinité.

Turin, Museo di Antichità. Cl. Chuzeville

88On doit observer encore qu’un type analogue de chevelure nouée se rencontre également dans le cas d’Apollon : celui découvert à Augst (insula 30), de qualité modeste, fournit l’exemple d’un nœud compliqué, mais très largement saillant au-dessus de la tête (Kaufmann-Heinimann, Augst, op. cit., n° 8, pl. 7). Plus significatif encore est l’Apollon du trésor de Weissenburg (KellnerZahlhaas 1993, n° 5, p. 36-38, pl. 16-18). Au sommet de la tête est posé un nœud en trois parties constituées chacune d’un rouleau : un élément médian horizontal de l’intérieur duquel se dégage en oblique vers le haut quatre autres éléments de grandes dimensions groupés deux par deux, tout à fait rigides et guère plus réalistes que les deux ”cornes” de la tête de Vaise. A Weissenburg en tout cas, il s’agit bien d’un nœud, si extravagant qu’il paraisse. Peut-être, faute de parallèle véritable, doit-on considérer qu’il s’agit à Vaise de la déformation ultime d’un nœud de cette nature mal compris par l’orfèvre, car trop loin des coiffures réellement en usage et effectivement interprété par lui comme des cornes ; dans le détail cependant, chacune donne bien l’impression d’être constituée de mèches enroulées en spirales. Mais on ne perdra pas de vue qu’on peut effectivement rencontrer de telles originalités dans le traitement des chevelures : ainsi les deux longues mèches ondulées qui sortent au-dessus du front d’une têtemasque en bronze du trésor de Weissenburg en donnent-elles un exemple significatif (KellnerZahlhaas 1993, n° 40, p. 81-82, pl. 70-71).

89Une comparaison entre la tête de Vaise et celle de Marengo n’est pas sans intérêt étant donné les analogies formelles entre elles, qu’il s’agisse de leur nature ou de leurs dimensions. Mais l’une est sortie des mains d’un praticien de qualité, l’autre d’un artisan compétent certes, mais moins habile. Dans les deux cas, la tête s’inscrit dans un ovale. Mais à Marengo le modelé est beaucoup plus volontaire, alors qu’il est fort mou à Vaise. Les procédés techniques sont identiques, comme le montrent le traitement de la gouttière labio-nasale ou la manière de cerner assez profondément la base du nez et de traiter la zone des yeux. Sur les deux têtes les pupilles sont en creux, en forme de pelte. Mais à Marengo le nez est fin, l’arcade sourcilière aiguë, les paupières bien individualisées. Les mêmes outils sont mis en œuvre dans le traitement des mèches de la chevelure ; mais leur action est davantage visible sur la tête de Vaise dont les mèches, qui tendent à être individualisées comme à Marengo, forment seulement une masse ondulée et passablement uniforme. La comparaison de la bouche, et plus particulièrement des lèvres, est tout à fait significative : nettes et charnues à Marengo, elles sont molles et presque indistinctes à Vaise.

90Cette différence de qualité cependant n’implique pas une différence de date : les deux têtes sont vraisemblablement contemporaines, se situant l’une et l’autre pour des raisons stylistiques - le traitement de l’œil notamment - à la fin du IIe ou dans la première moitié du IIIe s.

25. Tête masculine

91Inv. 93 1 104 23
Argent.
H. max. 4,3 cm ; larg. max. 3 cm ; profondeur max. 3,7 cm. La hauteur de la tête suggère une statuette d’une trentaine de centimètres.

92Tête en argent de petites dimensions, travaillée au repoussé. Le cou a été arraché (fig. 87). L’état de conservation est très médiocre : il manque un morceau du front, ainsi qu’une grande partie de l’arrière de la tête. La face, brisée en plusieurs morceaux, a été restaurée. Toute la partie inférieure présente des traces d’arrachement.

87- Tête de divinité barbue : Jupiter ? Hauteur 4,3 cm

87- Tête de divinité barbue : Jupiter ? Hauteur 4,3 cm

93Tête d’un homme dans la force de l’âge, à la chevelure abondante (elle dissimule les oreilles), à la longue moustache et à la barbe touffue dont les longues mèches couvrent tout le bas des joues. Dans un crâne aux proportions presque cubiques, aussi profond que large (mais on tiendra compte des déformations dues à l’écrasement de l’objet), le visage n’occupe qu’une surface réduite ; toute l’attention est ici attirée par les mèches, d’autant plus que le travail est relativement médiocre : le modelé paraît presque inexistant.

94La bouche, petite et très endommagée, est noyée sous la moustache. Le nez, allongé, est plutôt fin et se prolonge par deux arcades sourcilières aiguës sur lesquelles les sourcils ne sont pas indiqués. Les yeux sont rapprochés, assez petits, en amande, bordés par deux paupières charnues, en bourrelet ; la pupille circulaire est en creux.

95Les mèches de la chevelure tombent en ondulant depuis le sommet de la tête : deux séries, très saillantes, traitées comme des festons géométriques, encadrent le visage, creusées par un canal intérieur large et profond qui leur donne du volume et les individualise. Le même traitement est appliqué à la barbe et à la moustache, dont les mèches cependant sont moins épaisses, plus minces et moins ondulées. Sur le sommet de la tête la chevelure est plus sobre ; des mèches couvrent la nuque.

96Le type, une tête barbue plutôt solennelle d’allure, est celui des grandes divinités masculines, Jupiter, Poséidon, Neptune, Esculape notamment, ou même Sarapis dans sa présentation la plus hellénisante, comme sur un relief de la villa de Chiragan à Martres-Tolosane, même si, sur la tête de Vaise, il ne semble pas y avoir la possibilité d’un modius qui caractérise le dieu (Les dieux de la Gaule romaine, Luxembourg, 14 avril-15 juin 1989, n° 96, p. 121-122, pl. couleurs p. 23 ; pour Esculape, cf. par exemple la statuette en bronze de Reims, ibid., n° 15, p. 38). L’absence d’attributs interdit évidemment de préciser davantage, mais la présentation de détail de la chevelure fait pencher en faveur de Jupiter. La tête bouclée renvoie aux créations de la sculpture grecque du IVe s. av. J.-C., dont l’exemplaire de Vaise offre un bien médiocre écho.

97On la rapprochera notamment des exemplaires en bronze de qualité bien supérieure, ceux de Brée en Belgique, de Dalheim au Luxembourg ou du Vieil-Evreux (S. et J.-P. Boucher, Musée d’Evreux. Bronzes antiques, I, statuaire et inscription, Evreux, 1988, n° 7, p. 32-35) : la tête de Vaise en donne un équivalent beaucoup plus plat. Le Jupiter du Vieil-Evreux en particulier, assez proche par le foisonnement de la chevelure et d’une barbe envahissante qui couvre le bas du visage, montre tout ce que peut apporter un modelé puissant.

98Le Jupiter du trésor de Mâcon (Trésors d’orfèvrerie, n° 134) en donne une version en argent de dimensions réduites (h. totale 6,5 cm), à la chevelure et à la barbe particulièrement abondantes ; elles le sont moins sur le buste du sanctuaire de Jupiter Dolichenus au Petit-Saint-Bernard (fig. 88), plus grand, mais plus figé aussi en dépit de sa belle facture au repoussé (Trésors d’orfèvrerie, n° 188) ; le modelé du visage est délibérément accentué, de manière à donner au dieu une physionomie impressionnante, mais les mèches, pourtant soigneusement dessinées et individualisées, sont aussi plus stylisées.

88- Petit-Saint-Bernard, buste de Jupiter Dolichenus.

88- Petit-Saint-Bernard, buste de Jupiter Dolichenus.

Aoste, Museo archeologico. Cl. du musée

99La tête de Vaise, bien loin de la puissance du buste du Petit-Saint-Bernard, doit néanmoins en être contemporaine : fin du IIe - début du IIIe s.

26. Aile

100Inv. 93 1 104 26
Argent.
H. 16,4 cm ; larg. max. 6,8 cm ; larg. sans l’attache 6 cm.

101Aile en tôle d’argent, de grandes dimensions : on peut estimer qu’elle appartenait à une statuette de 25 à 30 cm de hauteur (fig. 89). Arrondie à sa partie supérieure, elle est soigneusement dessinée : la découpe de l’extrémité des plumes apparaît à la partie basse ; leur détail est gravé sur l’une des faces, celle extérieure ; il apparaît en négatif sur l’autre, qui n’était pas destinée à être vue. Il s’agit d’une aile droite. Elle est munie vers le haut, à 3 cm du sommet, d’un petit tenon rectangulaire légèrement replié.

89- Aile, hauteur 16,4 cm

89- Aile, hauteur 16,4 cm

102L’aile était au repos, verticale, la partie arrondie vers le haut.

103Il est impossible de préciser la statuette dans le dos de laquelle elle était fixée : une Victoire ? ou bien la Tutela dont nous possédons la couronne ? Nous rappellerons en effet l’exemple de la Tutela en bronze de Vienne (S. Boucher, Vienne. Bronzes antiques, Paris, 1971, n° 13, p. 51-54) ou de celle, en argent, de Mâcon (Trésors d’orfèvrerie, n° 140) (fig. 79), deux divinités tourelées, tenant une patère dans la main droite étendue, et dont les ailes déployées supportent les bustes des dieux de la semaine. La présentation n’était évidemment pas aussi complexe dans le cas de la statuette de Vaise.

27. Fragment de couronne tourelée

104Inv. 93 1 104 27
Argent.
H. 2,5 cm ; h. du mur 2,3 cm ; larg. d’un élément de mur 2,3 cm ; h. de la porte 1,7 cm.

105Fragment d’une couronne tourelée formée d’une alternance de tours et de sections de muraille percées d’une porte (fig. 90). Chaque tour se présente comme une sorte de colonne torsadée surmontée d’un couronnement aujourd’hui incomplet. La muraille comporte quatre assises de grand appareil terminées par une sorte d’arcade, et dans lesquelles s’ouvrent des portes cintrées.

90- Fragment de couronne tourelée

90- Fragment de couronne tourelée

106Deux tours sont conservées, dont les torsades s’enroulent en sens contraire ; une section de muraille est complète, une autre fragmentaire.

107Il est difficile de reconstituer exactement le diamètre de la couronne (3 cm env.) et le nombre de ses pans. Elle couronnait la tête d’une statuette féminine ou masculine de dimensions relativement importantes - 30 cm de hauteur environ - une Tyché (ou une Tutela) ou un Genius comme on en connaît de nombreux exemples, du Genius en bronze de Weissenburg (Kellner, Zahlhaas 1993, n° 13, p. 56-57) et de celui en argent de Mâcon (Trésors d’orfèvrerie, n° 141 ; sur les Genius en général, cf. H. Kunckel, Der römische Genius, op. cit.) à la Tutela du Musée du Petit Palais à Paris (J. Petit, Bronzes antiques de la collection Dutuit, Paris, 1980, n° 26) et à celles de Vienne (Boucher, Vienne. Bronzes antiques, op. cit., n° 13 et 13bis ; la dernière est en buste) et de Mâcon (fig. 79). La plupart de ces couronnes possèdent quatre tours, mais n’ont qu’une seule porte, dans l’axe au-dessus du front, cette face principale étant souvent caractérisée par la présence d’un fronton et par l’indication des assises, alors que les autres côtés sont plus sommaires.

28. Lunule

108Inv. 93 1 104 28
Argent.
Envergure (de pointe à pointe) 2,5 cm ; épaisseur 0,15 cm ; h. 2,1 cm.

109Le revers, lisse, ne porte pas de traces de polissage, mais au contraire de nombreuses griffures. La face, cernée par un léger bourrelet, présente trois gros points dont le contour est dessiné par une ligne en creux. Elle est dorée. Aucune trace de soudure (fig. 91).

110L’usage de cet objet est malaisé à établir : élément décoratif dont le revers n’était pas visible, il complétait peut-être une statuette en constituant un ornement. La valeur apotropaïque de la lunule et son rôle en tant qu’amulette ont été soulignés en particulier par H. Wrede (Lunulae im Halschmuck. Wandlungen, dans Studien zur antiken und neueren Kunst, 1975, p. 243-254).

29. Bras gauche

111lnv. 93 1 104 30
Argent. Bras gauche, cassé par pliure au-dessous du coude.
Sans doute fondu, l’objet est creux.
Long. max. 6,4 cm ; diam. au poignet 0,9 cm. L’état de conservation est assez satisfaisant.

112Bras gauche d’une statuette, étendu vers l’avant (fig. 92). Le pouce est serré, l’index étendu, les trois autres doigts repliés, comme si le personnage tenait l’extrémité d’une corne d’abondance ou un caducée : le bras pourrait ainsi appartenir à un Mercure analogue aux deux exemplaires du trésor de Berthouville (Babelon 1916 n° 1 et 2), à un Lare ou à un Genius comme ceux de Weissenburg et de Mâcon, déjà cités.

92- Bras gauche de statuette, long. max. 6,4 cm

92- Bras gauche de statuette, long. max. 6,4 cm

113La facture, sans être très soignée (les doigts sont assez brutalement exécutés) est différente de celle de l’autre bras fragmentaire ; le modelé est plus ferme, sur le bras lui-même, moins charnu, plus nerveux (on observe nettement les tendons sur la face inférieure du poignet) et sur la main dont l’ossature est parfaitement visible. Le caractère masculin paraît affirmé. On note que les ongles sont dessinés et profondément cernés.

30. Bras droit

114lnv. 93 1 104 29
Argent. Bras droit, cassé juste au-dessus du coude.
Long, totale 9 cm ; long, de l’extrémité des doigts à la pliure du coude 8 cm ; diam. au poignet 1,3 cm ; diam. max. 2 cm ; diam. de la phiale 3,2 cm.

115Le bras est probablement fondu, sans doute en partie plein. Un gros tenon en fer de section carrée (1,1 cm) est enfoncé à l’intérieur (fig. 93). La phiale est percée au centre par le pointeau du tour. L’état de conservation est médiocre : deux grandes fissures parcourent longitudinalement le bras du poignet au coude à sa partie supérieure ; la phiale est abondamment rayée au revers.

116Bras droit étendu tenant une phiale à ombilic entre le pouce et les quatre autres doigts écartés. Le bras, assez sommairement exécuté - le bras lui-même, plutôt charnu, est à peine modelé, les doigts sont grossièrement travaillés - était sans doute abaissé dans le geste de la libation. La phiale, un disque fait au tour, est lisse à l’extérieur, bordée par une ligne gravée à l’intérieur.

93a- Bras droit tenant une phiale, long. 9 cm

93a- Bras droit tenant une phiale, long. 9 cm

93b-Bras droit tenant une phiale, intérieur, long. 9 cm

93b-Bras droit tenant une phiale, intérieur, long. 9 cm

117Il n’est pas possible d’attribuer avec certitude le bras à une des statuettes fragmentaires du trésor ; peut-être appartenait-il à la Tyché dont on possède déjà la couronne tourelée. On imaginera une figure féminine du type de la Fortuna de Sainpuits (Nièvre), en bronze plaqué d’argent, coiffée d’un diadème (Trésors d’orfèvrerie, n° 129). La Tutela panthée du trésor de Mâcon en offre un autre exemple (fig. 79) (Trésors d’orfèvrerie, n° 140), qui porte précisément une couronne tourelée. Mais le bras, même s’il n’est guère musculeux, pourrait aussi bien appartenir à un Génie, comme celui du même trésor de Mâcon (Trésors d’orfèvrerie, n° 141). Mais l’angle de la pliure au coude, trop faible, permet sans doute d’exclure tant un Lare tenant une phiale, comme à Weissenburg, qu’un togatus sacrifiant, dont le même trésor offre un exemple (Kellner-Zahlhaas, op. cit., n° 15,p. 60-61).

31. Fragment de bras : coude

118Argent avec un remplissage en plomb.
Long, conservée 6,5 cm ; diam. 1,9 cm.

119Fragment de bras, cassé de part et d’autre du coude. D’un des côtés subsiste un noyau en plomb. Cet élément ne nous a pas paru se raccorder avec un des deux autres bras fragmentaires conservés (fig. 94).

94- Fragment de bras, coude

94- Fragment de bras, coude

32. Fragments de feuilles

120Argent.

121Parmi tous les fragments (de draperie notamment) qui n’ont pu être remontés sur des objets plus importants, on en mentionnera encore trois : deux fragments probablement d’un même objet, en tôle dorée, plate et mince (dimensions respectives : 5,5cm x 2cm et 4,5cm x 2cm), qui portent peut-être un décor de feuillage (palmes très stylisées). Un troisième, allongé (h. 5cm, largeur max. 1,8cm), cassé seulement à la partie inférieure, est plat et porte un décor de nervures. Il évoque l’extrémité d’une feuille votive du type le plus simple, comme il y en a dans la trouvaille de Vichy (au Musée des Antiquités nationales de SaintGermain-en-Laye) (Picard 1962, p. 10-30), mais peut constituer aussi, plus simplement, la pointe d’une draperie.

122D’autres petits fragments, plats, pourraient appartenir à un socle.

Notes

6 Je dois les remarques qui suivent aux observations que m'a généreusement communiquées M. Christol, auquel j'exprime toute ma gratitude.

Table des illustrations

Titre 67a- Buste en argent, hauteur 17 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 67b et c - Buste en argent, profil et dos
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 67d- Buste en argent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 68- Niederbieber, disque en argent : un empereur triomphant.
Crédits Bonn, Rheinisches Landesmuseum. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 69- Velleia, buste en argent. Parme, musée archéologique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 70- Vaison-la-Romaine, buste en argent.
Crédits Vaison, musée archéologique. Cl. Chuzeville
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 71a- Statuette d’Apollon-Hélios, hauteur 27,5 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 71b- Statuette d’Hélios
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 71c et d- Statuette d’Hélios
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre 72- Statuette d’Hélios, profil du socle et relevé de l’inscription
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 73- Statuette d’Hélios, bronze.
Crédits Hanovre, Kestner Museum. Cl. Kunstwerke der Antike.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 74- Montdidier, statuette d’Hélios, bronze.
Crédits Paris, Musée du Louvre. Cl. Chuzeville
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 75- Berthouville, statuette de Mercure.
Crédits Paris, Bibliothèque Nationale de France. Cl. B.N.F.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 76- Mâcon, statuette de Mercure.
Crédits Londres, British Museum. Courtesy Trusteest of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 77- Statuette de Fortuna
Légende Profil du socle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 78a- Statuette de Fortuna, hauteur 28,7 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 78b et c- Statuette de Fortuna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 79- Mâcon, statuette de Tutela Panthée.
Crédits Londres Britsih Museum. Courtesy Trustees of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 80- Chaourse, statuette de Fortuna.
Crédits Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 81- Saint-Honoré-les-Bains, statuette d’une déesse.
Légende Musée royal de Mariemont. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 82- Tortose, statuette de divinité.
Crédits Paris musée du Louvre, AGER Bj 2089. Cl. Chuzeville
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 83- Profil du socle de la déesse aux oiseaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 84a- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 84b et c- Déesse aux oiseaux, hauteur 23 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre 85- Tète de divinité, hauteur 7,5 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 86- Marengo, tête de divinité.
Crédits Turin, Museo di Antichità. Cl. Chuzeville
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 87- Tête de divinité barbue : Jupiter ? Hauteur 4,3 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 88- Petit-Saint-Bernard, buste de Jupiter Dolichenus.
Crédits Aoste, Museo archeologico. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 89- Aile, hauteur 16,4 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 90- Fragment de couronne tourelée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 91- Lunule
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 92- Bras gauche de statuette, long. max. 6,4 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 93a- Bras droit tenant une phiale, long. 9 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 93b-Bras droit tenant une phiale, intérieur, long. 9 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 94- Fragment de bras, coude
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1965/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access