Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône)

 | 
Gérard Aubin
, 
François Baratte
, 
Jean-Paul Lascoux
, 
et al.

Catalogue raisonné du trésor de vaise

La vaisselle du trésor de Vaise

François Baratte

Texte intégral

21- Le trésor de Vaise.

21- Le trésor de Vaise.

À gauche, les objets du dépôt 1, à droite ceux du dépôt 2

1. Coupe

Dimensions et état de conservation

1Inv. 93 1 1041
Argent.
Diam. 20,3 cm ; h. 2,5 cm ; diam. du pied 6,5 cm ; h. du pied 0,3 cm environ ; diam. du médaillon central 6 cm.
Poids 203,30 g.

2Nous n’avons pas relevé de graffiti. L’état de conservation n’est pas excellent. Le métal est fragile et la coupe présente deux lacunes importantes le long du rebord, d’où partent de nombreuses fissures, consolidées à l’araldite (voir rapport de restauration).

Description

3Coupe basse très ouverte (fig. 22 à 23). À l’intérieur du pied et du médaillon, de même diamètre, le fond est plat. Puis les parois se développent pour former une calotte au galbe régulier. Le pied annulaire est bas et assez large ; le revers est lisse.

22- Coupe n° 1 au Mercure, diam. 20,3 cm

22- Coupe n° 1 au Mercure, diam. 20,3 cm

23- Coupe n° 1 au Mercure, profil

23- Coupe n° 1 au Mercure, profil

4Traces de polissage au tour exécuté après la réalisation du décor figuré : le pointeau a laissé une trace profonde sur la face, au centre, qui empiète sur l’anatomie de Mercure, tandis que les contours du médaillon rognent un des sabots du bélier et la tête de la tortue ; au revers deux cercles concentriques (diam. 2,6 cm) correspondent à la fixation du tour.

5La partie intérieure est lisse, à l’exception d’une ligne gravée qui souligne le rebord et de la partie centrale. La première délimite la lèvre (h. 0,8 cm) qui ne distingue pas autrement. Une moulure en creux entre deux rainures, correspondant à l’emplacement du pied, cerne le médaillon qui présente un décor figuré entièrement gravé (fig. 24). À l’intérieur d’un cadre abstrait constitué par le cercle du médaillon à la partie supérieure duquel sont accrochées deux guirlandes, Mercure est représenté debout sur une double ligne de sol. Le dieu est nu, la partie inférieure du corps de face, le torse de trois quarts, la tête de profil vers la droite ; sa chlamyde est passée sur l’épaule gauche et enroulée autour du bras. La tête nue est coiffée en courtes mèches. La main droite étendue tient à poignée la bourse. La main gauche tient un grand caducée dans la saignée du coude.

6À la droite du dieu, au sol, se dresse un autel sur les flancs duquel se croisent deux guirlandes et sur lequel est posée une pomme de pin ( ?). À sa gauche, derrière lui, un bélier est debout vers la droite, la tête levée et retournée vers Mercure. À mi-hauteur, à droite, une tortue se dirige vers l’extérieur du médaillon, à gauche un coq est en marche vers le dieu. Les deux animaux reposent sur un sol constitué par des séries de courtes hachures juxtaposées par groupe de deux ou trois, que l’on retrouve à l’intérieur de la bande de sol sur laquelle se dresse le dieu (où elles dessinent des herbes) et sur l’autel de part et d’autre de la pomme de pin.

24- Coupe n° 1 au Mercure, le médaillon

24- Coupe n° 1 au Mercure, le médaillon

Analyse stylistique et commentaire iconographique

7D’une manière générale le décor est caractérisé par la multiplication des lignes hachurées qui remplissent les guirlandes supérieures, dessinent le plumage du coq et la toison du bélier, les guirlandes sur l’autel, des touffes d’herbe très schématiques au sol ou des festons à l’exergue. La carapace de la tortue est suggérée par de fins pointillés. Mercure est dessiné très fermement par des contours nettement incisés ; sa musculature est indiquée avec soin par des lignes plus ou moins profondes.

8Prise individuellement chaque figure est bien campée, sauf la tortue, assez caricaturale. Mais la composition est médiocre : elle ne tient aucun compte des proportions des différents éléments les uns par rapport aux autres ; on la comparera, pour mieux en saisir par contraste les caractéristiques, au médaillon d’une des coupes de Berthouville dont la disposition d’ensemble n’est pas sans analogie (Babelon 1916 n° 18 ; Trésors d’orfèvrerie, n° 21) : le dieu est dans la même attitude et le même costume (fig. 25) ; il est flanqué d’une tortue et d’un coq qui sont tous deux posés sur des cippes ; le bélier est remplacé par un bouc, l’autel n’existe pas (l’un des cippes occupe sa place) et un arbre complète à gauche la scène. La composition, malgré quelques variantes, est bien évidemment la même, et remonte à un modèle identique. S. Boucher (Boucher 1976, p. 114) a bien mis en évidence la parenté de la figure du dieu avec celle qui apparaît sur un tambour de colonne sculpté de l’Artémision d’Éphèse, exécuté à la fin du IVe s. av. J.-C. (conservé au British Museum. Une bonne reproduction dans J. Charbonneaux, R. Martin, F. Villard, Grèce classique, Paris, 1969, fig. 256) et sur laquelle Hermès ramène Alceste des enfers (c’est tout au moins une des interprétations qui a été proposée) : la position du corps de Mercure, la tête levée, le geste des deux bras en dérivent manifestement. Le traitement de la musculature, exprimée sur les deux médaillons d’argent avec des moyens très différents, un relief très sculptural à Berthouville, un dessin gravé à Vaise, pourrait même être un souvenir du relief de marbre. Mais des modifications non négligeables avaient été apportées au schéma d’origine. Le bras gauche était d’abord passé derrière le dos, appuyé sur les reins, drapé dans la chlamyde ; dans la version romaine, la main droite, qui tenait le kerykion, le bâton du héraut, est plus étendue et présente la bourse ; le caducée est passé de l’autre côté. Le réalisateur de cette nouvelle figure a ajouté en outre les animaux. Le jeune éphèbe de Berthouville conserve encore le souvenir précis du mouvement qui animait le dieu sur la colonne d’Éphèse ; il est à Lyon parfaitement statique.

25- Berthouville, coupe au Mercure, détail du médaillon.

25- Berthouville, coupe au Mercure, détail du médaillon.

Paris, B.N.F. Cl. du musée

9Sur une autre coupe de Berthouville (Babelon 1916, n° 16), le dieu est assis, et porte dans la chevelure deux petites ailes, absentes sur les deux pièces d’orfèvrerie déjà citées, un détail qui souligne leurs liens avec le modèle grec. Les trois animaux, coq, tortue et bouc, sont encore présents, comme l’autel et sa pomme de pin, placés cette fois à droite.

10On n’insistera pas ici sur le succès de Mercure en Gaule, où plus de 200 représentations sont connues ; il a déjà été souligné à maintes reprises (Boucher 1976 ; B. Combet Farnoux, dans Les dieux de la Gaule romaine, 14 avril - 15 juin 1989, Luxembourg, p. 55-57). Nous rappellerons seulement qu’il apparaît sous deux formes différentes : en pied, comme ici, ou bien trônant sur un rocher, les jambes croisées, la main droite appuyée sur le caducée, la gauche tenant la bourse et reposant sur le genou, une transcription de la statue colossale en bronze, création fameuse au milieu du Ier s. ap. J.-C. du sculpteur et orfèvre Zénodore pour la sanctuaire des Arvernes au Puy-de-Dôme (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 34, 45-47).

11L’argenterie fournit un certain nombre de représentations de Mercure, dont nous donnons ici l’inventaire :

1. Lyon-Vaise. Médaillon de coupe. Mercure debout de trois quarts. Décor gravé (fig. 24).

2. Berthouville (Eure). Emblema de coupe. Mercure debout de trois quarts. Décor en relief (Babelon 1916, n° 16) (fig. 25).

3. Berthouville. Emblema de coupe. Mercure assis. Décor en relief (Babelon 1916, n° 18).

4. Berthouville. Emblema de coupe. Mercure et Maia ( ?) en buste sur un fleuron d’acanthe au-dessus d’un caducée. Décor en relief (Babelon 1916, n° 17 ; Trésors d’orfèvrerie, n° 23).

5. Berthouville. Emblema de coupe. Mercure debout de face, appuyé sur le caducée. Décor en relief (Babelon 1916. n° 19).

6. Berthouville. Sur le manche d’un simpulum. Mercure debout de trois quarts. Décor en relief (Babelon 1916, n° 12).

7. Sans provenance connue. Turin, Museo di Antichità, n° 54231. Patère. Au sommet du manche, buste de Mercure ; sur le fond, corne d’abondance, autel et pomme de pin, tortue. bourse et caducée. Décor en relief (Ori e argenti dell’Italia antica, Turin, Palazzo Chiablese, juin-août 1961, n° 689).

8. Sans provenance connue. Turin, Museo di Antichità, n° 5424. Patère. Au sommet du manche, buste de Mercure avec pétase et caducée. Décor en relief (Ori e argenti, n° 693, pl. LXXX).

9. Sans provenance connue. Turin, Museo di Antichità, n° 5423. Patère. Sur le manche Mercure de face, très juvénile, le caducée au creux du bras gauche, la main droite levée et portée à la tête. Décor en relief (Ori e argenti, n° 694, pl. LXXX).

10. Provenance précise inconnue ; “au pied de la montagne du Salève” (Haute-Savoie). Il pourrait s’agit d’une pièce du trésor de Reignier, auquel appartiennent peut-être aussi certaines des patères du musée de Turin. Patère. Au sommet du manche, Mercure en buste portant le pétase. Décor en relief (Revue du Louvre, 5/6, décembre 1994, p. 89).

11. Sans provenance précise. Turin, Museo di Antichità, n° 5416. Patère. Sur le manche, Mercure en pied. Décor gravé, plutôt sommaire (Ori e argenti, n° 690).

12. Les Granges (Aube), disparu. Coupe. Mercure debout entre deux colonnes avec le pétase, le caducée et la bourse ; à ses pieds, un coq et une tortue. Décor gravé.

13. Chaourse (Aisne). Médaillon de coupe. Mercure de face, des ailes dans la chevelure, tenant le caducée et la bourse, entre un coq et un bélier. Décor en relief (Trésors d’orfèvrerie, n° 77) (fig. 26).

14. Saint-Jouin-sur-Mer (Seine-Maritime), disparu. Médaillon au fond d’un plat “creux et oblong comme une cuvette”. Mercure “posé sur un pied, un caducée à la main avec des ailes aux pieds et à la tête, entouré d’un cercle doré de la grandeur d’une pièce de 5 francs.”

15. Autun (Saône et Loire), disparu. Dans un trésor trouvé en 1614, une cuiller. Dans le cuilleron Mercure assis sur un rocher, entouré d’un coq, d’un bélier et d’une tortue. Décor en relief. Une cuiller identique, sans doute moderne, au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France (F. Baratte, Le trésor d’orfèvrerie découvert à Autun en 1614, BSNAF, 1992, p. 201-211).

16. L’identification avec Mercure d’un des personnages de la coupe découverte en 1929 à Lyon, assis devant une table sur laquelle est posée une bourse, une autre bourse à la main, est très discutable. L’homme est presque nu, un manteau passé dans le dos et sur la cuisse gauche, assis probablement sur un siège dont l’un des pieds, le seul visible, est en forme de silhouette humaine, les bras levés (un Atlante ? Il s’agit pour Ch. Picard d’un des montants de la table, ce qui paraît peu probable). Une autre bourse - une tortue a-t-on dit parfois - tombe sur la table, lâchée par un oiseau (un corbeau ?).Le personnage a le plus souvent été identifié à Mercure, parfois même à Mercure-Toutatès. S. Boucher a fait remarquer à juste titre l’absence des attributs les plus caractéristiques du dieu, le caducée et les ailettes (Trésors d’orfèvrerie, n° 11 ; Boucher 1976, p. 194-195).

26- Chaourse, coupe au Mercure, détail du médaillon

26- Chaourse, coupe au Mercure, détail du médaillon

Londres. British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum

12L’attitude du dieu sur la coupe de Vaise, debout entre un autel et un bélier, une bourse dans la main droite, le caducée au creux du bras gauche, une chlamyde enroulée autour du même bras, accompagné du coq et de la tortue, le rapproche avec quelques variantes de quelques-uns des objets de notre liste : les deux coupes de Berthouville (n° 2 et 3 de notre liste), celle de Chaourse (n° 13), celle des Granges (n° 12), connue seulement par une description comme celle de St-Jouin (n° 14), et deux des quatre manches de patère conservés à Turin (n° 9 et 11).

13Seuls le décor des Granges et celui d’une des patères de Turin sont gravés : il s’agit là d’une technique moins prestigieuse que le relief, qu’il soit au repoussé ou fondu ; les exemples dans l’argenterie romaine en sont rares : on la rencontre sur une coupe dans le trésor de Karnak, caché au début du IIIe s. ap. J.-C., pour une figure de divinité égyptisante (H. Mielsch, Romisches Silber aus Àgypten, dans Das Haus lacht vor Silber, H.-H. von Prittwitz, H. Mielsch (éd.), Bonn, 1997, p. 49, fig. 9), sur deux autres coupes à Berthouville sans figures humaines (Babelon 1916, n° 20 et 21), sur deux autres encore à NotreDame d’Allençon (F. Baratte, Le trésor d’argenterie gallo-romaine de Notre-Dame d’Allençon (Maine-et-Loire), 40e suppl. à Gallia, Paris, 1981, n° 7 et 8), ainsi que sur un miroir du même ensemble (ibid., n° 39). La grande coquille du trésor de Rethel est décorée de cette manière (Trésors d’orfèvrerie, n° 116) : au fond, en médaillon, Epona est représentée entre deux chevaux, tandis qu’à l’extérieur on voit un homme portant une amphore. Le seul plat conservé du trésor de Mâcon en offre un exemple original : une scène de sacrifice dans un réseau de motifs géométriques (Trésors d’orfèvrerie, n° 133).

14Difficiles à dater, la plupart de ces objets sont à placer sans doute aux IIe-IIIe s., de même que le grand plat trouvé dans une tombe à Piestany, en Slovaquie, qui combine des reliefs sur le marli et la gravure sur le médaillon central, une scène de serment sur un porcelet (C. Wölfel, Die Lanx von Stráže, dans Das Haus lacht vor Silber, p. 162, fig. 8) : les personnages sont en grande partie incrustés sur le fond d’argent, mais les détails sont bien gravés, annonçant ainsi une façon de faire volontiers utilisée plus tard. Au IVe s., la technique continue d’être employée, de manière parfois spectaculaire, en raison du goût qui s’affirme alors pour les décors plats et colorés : le grand plat de Cesena (P. E. Arias, Il piatto argenteo di Cesena, Annali della Scuola Archeologica di Atene, 24-26, 1946-1948, p. 309-344) est orné de cette manière (on y voit notamment un banquet en plein air), de même que la partie centrale de deux coupes fragmentaires de Traprain Law, en Écosse, représentant une néréide sur un monstre marin et une Vénus anadyomène, et d’un plat en forme de cœur sur lequel apparaît un poisson (A. O. Curie, The Treasure of Traprain, 1923, n° 30, p. 36-39, et n° 44, p. 49, et n° 208, p. 72). La dorure intervient alors souvent abondamment, et l’effet est meilleur que sur des objets plus anciens, la coupe de Vaise notamment, sur lesquels la gravure apparaît plutôt comme un pis-aller par rapport au relief, et le décor comme un pseudo-emblema remplaçant incomplètement les médaillons, rapportés ou non, dont les coupes de Berthouville et ou celle de Chaourse donnent de bons exemples.

15La coupe de Vaise fournit ainsi une représentation supplémentaire de Mercure en Gaule, qui se rattache, comme on l’a vu plus haut, à un type dérivé d’un modèle grec du IVe s. av. J.-C. Elle met en évidence, une fois encore, la faveur dont le dieu jouit en Gaule, qu’il doit à son assimilation à une divinité gauloise importante. Sa présence dans la trouvaille de Vaise n’implique pas plus qu’à Chaourse le caractère religieux du dépôt. À Berthouville en revanche, à Saint-Jouin et aux Granges, des dédicaces sur les autres objets indiquent clairement la nature votive de l’image de Mercure.

2. Petit plateau

Dimensions et état de conservation

16Inv. 93 1 104 3
Bronze plaqué d’argent.
Diam. 10,5 cm ; diam. du pied 4,5 cm ; long, de la frise 1,2 cm.
Poids 144,3 g.

17Nous n’avons pas relevé de graffiti.

18L’état de conservation est relativement bon, mais la feuille d’argent, fendue par endroits, sur la tranche du plateau et à l’intérieur, notamment au ressaut entre le fond et le marli, comporte quelques manques sur les reliefs ; elle adhère mal au bronze et apparaît comme froissée sur presque toute sa surface.

Description

19Petit plateau à pied annulaire bas (fig. 27). Le fond plat est relié par un ressaut légèrement concave au marli, qui est lui-même à peine convexe. La tranche du rebord est verticale. Les différentes parties de l’objet sont soigneusement marquées par des arêtes vives. Le rebord est décoré d’une frise de reliefs entre deux moulures. La première, à l’extérieur, est faite d’un listel sur lequel ont été sommairement dégagées des perles carrées ; la seconde, à l’intérieur, comportait sans doute le même décor, mais, soit usure, soit maladresse de l’exécution, les perles ne sont presque pas visibles.

27- Petit plateau n° 2

27- Petit plateau n° 2

Diam. 10.5 cm, bronze plaqué d’argent, face et revers

20Le décor est fait d’une succession d’éléments habituels sur ce type de frise, divisée ici en deux sections égales par deux têtes bachiques sans cou (fig. 28). La première, tournée vers la gauche, est précédée d’un tympanon ; on y reconnaîtra donc une ménade. Les cheveux, tirés sur la nuque où ils sont rassemblés en une sorte de catogan, sont organisés en outre en deux rouleaux de part et d’autre du front qui entourent la tête vers l’arrière, passant par-dessus le catogan. La seconde tête, moins nette, est sans doute celle d’un jeune satyre tourné vers la droite ; les cheveux mi-longs sont ramenés vers la nuque et dressés en un toupet très dru au-dessus du front ; aucun accessoire ne l’accompagne.

28- Petit plateau n° 2

28- Petit plateau n° 2

Profil et relevé du décor

21Chacun des deux segments ainsi déterminés est à son tour divisé en deux en son milieu par un arbre noueux dont la ramure se répartit en deux branches divergentes aux extrémités feuillues. Ces arbres sont à leur tour environnés d’autres arbustes en forme de cyprès ou surmontés au contraire d’une large corolle plate : trois cyprès d’un côté de la frise, deux cyprès et un “pin” de l’autre côté.

22De part et d’autre de ces deux bosquets deux animaux s’élancent l’un vers l’autre : un lion face à une antilope aux longues cornes d’un côté, un lion opposé à une sorte de biche de l’autre. On note encore la présence de deux arbres devant le satyre et derrière la ménade et d’un arbre au feuillage fait de deux touffes divergentes derrière le satyre. Un petit carré (rocher, accessoire ?) est placé au sol à côté d’un des arbres.

Commentaire

23Le plateau appartient bien évidemment au même groupe que le suivant. Le commentaire concernant la forme et le décor sera donc présenté plus loin. On doit cependant attirer l’attention ici sur la technique de cet objet, en bronze plaqué d’argent. Aucune étude n’a encore été consacrée à ce procédé qui permet d’économiser le métal précieux. Si de petites pièces, comme des cuillers ou des récipients à usage semble-t-il culinaire, paraissent avoir été enduites d’une fine pellicule de métal blanc (ainsi plusieurs objets de la trouvaille des Ilettes, près d’Annecy : Trésors d’orfèvrerie, p. 211-212), les objets plus importants sont véritablement plaqués : l’âme en bronze est recouverte d’une feuille d’argent plus ou moins épaisse, qui l’épouse d’autant plus étroitement que c’est elle qui porte le décor ; la technique est alors apparentée à celle de la dorure à la feuille, telle qu’on la rencontre sur certaines pièces d’argenterie (par exemple une coupe du trésor de Rethel : Trésors d’orfèvrerie, n° 108), et est utilisée également pour la statuaire (statuette de Fortuna de Sainpuits, Trésors d’orfèvrerie, n° 129). La qualité du travail se mesure à la manière dont le placage adhère au bronze : dans le cas du plateau de Vaise, la feuille de métal précieux s’est en partie détachée du fond, ce qui lui donne un aspect froissé caractéristique. La manière différente dont travaillent les deux métaux en contact l’un avec l’autre peut aussi expliquer des défauts dans l’état de conservation. On peut penser enfin que certains objets aujourd’hui exclusivement en bronze ont en fait perdu totalement leur placage ou leur couverte de métal blanc : ainsi peut-être pour un grand plat ovale de Billig, au Rheinisches Landesmuseum de Bonn (M. Menninger, Die romischen Silbergefâsse, dans Das Haus lacht vor Silber, op. cit., n° 4, p. 105-107, fig. 11), ou pour le plat circulaire en bronze décoré de reliefs au centre et sur le marli au musée Bargoin de Clermont Ferrand (inédit).

24Même si elles n’ont pas été systématiquement recensées, on connaît un certain nombre d’exemples de pièces de vaisselle en bronze plaquées d’argent, découvertes souvent mêlées à de l’argenterie : le trésor de Rethel contenait un grand plat circulaire sans décor recouvert de deux feuilles d’argent (Trésors d’orfèvrerie, n° 120), celui de Saulzoir un plat circulaire fragmentaire au rebord orné de reliefs (Trésors d’orfèvrerie, n° 106) ; plusieurs objets plaqués appartenaient au trésor de Chaourse : un miroir et deux petits plateaux (Trésors d’orfèvrerie, n° 65-66 et 86). À Niederbieber, deux plats sont plaqués : l’un sans autre décor qu’une moulure de perles et de pirouettes sur le rebord (E 18123), l’autre (E 18122) dont le marli porte une frise d’un type traditionnel (quatre masques séparant des animaux se poursuivant) ; les deux objets pourraient bien avoir constitué une paire comme on en trouve dans d’autres trésors, qui oppose un plat creux à rebord et un plat horizontal sans marli (M. Menninger, dans Das Haus lacht vor Silber, op. cit., p. 113-123, n° 12 et 13, fig. 36-42). Par sa technique, le plateau de Vaise est proche de ce petit groupe.

25Ces objets plaqués posent un intéressant problème, celui de leur valeur. Mêlés à l’argenterie, ils se confondaient aisément avec elle. Leur rôle paraît être de tromper l’observateur, en faisant illusion sur leur qualité réelle. Intacts, ils devaient y parvenir. Mais on peut aussi s’étonner de les trouver dans des trésors comme celui de Chaourse, où ils ne représentent pratiquement rien. Substituts de l’argenterie, ils n’étaient peut-être pas aussi mal considérés que nous pouvons le penser.

3. Petit plateau

Dimensions et état de conservation

26Inv. 93 1 104 2
Argent.
Diam. 12,3 cm ; diam. du pied 5 cm ; largeur de la frise 1,5 cm ; h. du pied 0,3 cm.
Poids 167, 20 g.

27L’objet, sans doute fondu, a été terminé au tour : les trous de pointeau, au centre, sont si accentués qu’ils ont traversé le métal de part en part. On observe aussi au revers une zone particulièrement polie sous le pied (diam. 1,9 cm) cernée par une rainure très nette (fig. 29).

28L’état de conservation est très bon : les reliefs présentent une certaine usure, mais le décor est intact ; le métal est piqueté sur la face et au revers, à l’extérieur du pied.

29 a- Petit plateau n° 3

29 a- Petit plateau n° 3

Face, diam. 12,3 cm

29 b - Petit plateau n° 3

29 b - Petit plateau n° 3

Profil

29 c - Petit plateau n° 3

29 c - Petit plateau n° 3

Revers, diam. 12,3 cm

Les inscriptions

29Quatre graffiti sont visibles au revers (fig. 30) : une indication de poids (a) et deux noms (b - c) à l’intérieur du pied, un nom sous le rebord (d) :
a - indication pondérale en lettres pointillées entre deux palmes. P(ondo) semis uncia scripula (quinque), soit 183,04 g.
b- un graffiti très fin à la pointe. On lit : TAVRAV[
c- un graffiti gravé à la pointe, fait de lettres enchevêtrées, irrégulières et sommairement tracées. Je lis : SECI[
d- un graffiti finement gravé à la pointe, assez soigneusement tracé : COCNCO[

Description

30Petit plateau à pied annulaire bas. Le fond est plat, en léger creux par rapport au marli convexe. Ce dernier, bordé une moulure en faible relief, est doté d’une lèvre pendante.

31Les différentes parties de l’objet sont soigneusement distinguées. À l’intérieur, le fond, délimité par une rainure nette, est relié au marli par un ressaut concave. Au revers, plusieurs rainures soulignent le passage du fond au rebord et la limite extérieure de ce dernier.

32Le décor est constitué d’une frise de reliefs sur le marli ; quatre têtes bachiques (a-d) la divisent en autant de secteurs égaux entre lesquels sont représentés des scènes rustiques, en partie cultuelles (fig. 29a et 31).

30- Petit plateau n° 3, relevé des graffiti 31- Petit plateau n° 3, relevé du décor

30- Petit plateau n° 3, relevé des graffiti    31- Petit plateau n° 3, relevé du décor

Les têtes bachiques

33a- Une ménade est tournée vers la gauche, les cheveux soigneusement coiffés en bandeaux et tirés sur la nuque en chignon. Le personnage semble porter un diadème au-dessus du front.

34b- Un jeune satyre tourné vers la droite est caractérisé par une mèche en toupet au-dessus du front. Devant lui, un thyrse enrubanné.

35c- Un jeune satyre est tourné vers la gauche ; la chevelure abondante, coiffée en longues mèches, se termine en toupet. Devant lui, un pedum.

36d- un satyre âgé, tourné vers la droite, porte une chevelure et une barbe abondante. Devant lui, un pedum.

Les secteurs figurés

37a-b : deux scènes distinctes sont séparées par un arbre en forme de cyprès. Les deux personnages représentés sont tournés vers la droite :
1. Une femme vêtue d’un vêtement long serré à la taille est agenouillée devant un four sur lequel est posé une marmite et à l’intérieur duquel elle enfourne du bois ou un récipient.
2. Un personnage masculin en tunique courte s’apprête à traire un animal. L’absence de queue et la position du paysan qui trait les mamelles entre les pattes arrière désignent de préférence une chèvre. Devant le quadrupède, un cyprès.

38b-c : Un premier personnage s’avance vers la droite d’un pas dansant. Nu ( ?), il tient le bras droit rejeté en arrière, un objet rectangulaire (un instrument de musique ?) à la main ; le bras gauche n’est pas visible. Devant lui un petit édicule - une sorte d’autel ? - formé d’un socle quadrangulaire, de deux colonnettes et d’un plateau sur lequel sont posés deux vases tronconiques. Il s’agit peut-être d’une table si l’on admet une différence volontaire d’échelle avec le personnage.
Devant cette installation, un personnage masculin tourné vers la droite, une tunique courte autour des reins, s’accroupit pour prendre, poser ou verser quelque chose sur un objet rectangulaire placé en oblique devant lui ; plus loin, sous le pedum du satyre (c), un objet en forme d’ombilic.

39c-d : Derrière le satyre, un arbre à deux branches divergentes ; à son pied, un autre objet en forme d’ombilic. Puis, tourné vers la droite, une femme vêtue du liknon - une sorte de tablier – par-dessus sa tunique et voilée se penche en avant pour tendre un petit vase qu’elle tient par une anse ; au sol, un autre vase ( ?) ; en l’air, un objet en forme de losange. Faisant face à la femme, un homme maîtrise en le chevauchant un quadrupède (mouton, porc ?) dont il tient la tête. Derrière lui, un cyprès puis une colonne sur laquelle est posée un globe ou un cadran solaire.

40d-a : Sous le pedum du satyre, un objet rectangulaire. Puis viennent deux personnages tournés vers la droite. Un homme tout d’abord, debout en tunique courte, statique, le bras droit en arrière tenant un objet arrondi comme le fait le bras gauche levé. Devant lui, au sol, une masse ronde, en l’air un objet rectangulaire. Plus loin un sacrifice rustique : une femme en tunique longue se penche au-dessus d’un van ( ?) pour le dévoiler, la tête tournée vers un hermès, sans doute un Priape ithyphallique ; derrière, un cyprès.

Commentaire

41La forme des deux petits plateaux est l’une des plus répandues dans l’orfèvrerie romaine, tant en argent qu’en bronze argenté, en Gaule en particulier. La liste dressée naguère à l’occasion de la publication du trésor de la place Camille Jouffray à Vienne en recensait quatorze (F. Baratte, A. Le Bot-Helly et al, Le trésor de la place Camille Jouffray à Vienne (Isère), 50e suppl. à Gallia, Paris, 1990, n° 5-6, p. 53-64). Elle en compte désormais dix-sept après les découvertes de Vaise, dont nous redonnons la liste classée en fonction du décor de chacun de ces objets :

1. Pompéi. Conservé au Museo Archeologico Nazionale de Naples, inv. 110 850. diam. 9,4 cm. poursuites d’animaux. Inédit, signalé dans Baratte et al. 1990, p. 57, a.

2. Italie. Conservé au Metropolitan Museum of Art de New York (Rogers Fund, inv. 18.145.37). Diam. 12,6 cm, poids 164,4 g. Quatre têtes : deux satyres et deux ménades entre lesquelles courent quatre animaux, deux chiens, un lion et une antilope. Un listel simple en encadrement extérieur du marli. A. Oliver, Silver for the Gods, Toledo, 1977, n° 99 ; Baratte et al. 1990, p. 57, i.

3. Italie (fig. 32). Conservé au musée du Louvre, AGER (ancienne collection Campana, Bj 1955). Diam. 10,8 cm. Quatre têtes (deux satyres âgés et deux satyres jeunes), entre lesquelles courent quatre animaux, deux lions, un cheval et un chevreuil. Un filet simple en encadrement du marli. A. De Ridder, Musée du Louvre. Catalogue des bijoux antiques, Paris, 1924, n° 1955 ; Baratte et al. 1990, p. 57, h.

32- Italie ? Petit plateau, argent.

32- Italie ? Petit plateau, argent.

Paris, Musée du Louvre, AGER Bj 1955. Cl. Chuzeville

4. Italie (ou Hongrie ?). Conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne. Diam. 10,4 cm. Quatre têtes (deux ménades, deux satyres, l’un âgé, l’autre jeune) entre lesquelles courent quatre animaux, deux lions, un cervidé, un cheval ( ?). Un listel simple en encadrement extérieur du marli. Fr. Drexel, Alexandrinische Silbergefâsse der Kaiserzeit, Bonner Jahrb. 1909, p. 184, n° 9, pl. VIII, 2 ; W. Kubitschek, Grabfunde in Untersiebenbrunn, Jahrbuch fur Altertumskunde, 5, 1911, p. 72, n° 14, fig. 43 ; Fr. Mutz, Das Kunstdrehen des Metalls bei den Römern, Munich, 1972, p. 86-87, fig. 202 ; Baratte et al. 1990, p. 57, j.

5. France ? Conservé au musée du Petit-Palais, Paris (ancienne collection Dutuit). Diam. 12,8 cm. Quatre têtes (deux satyres et deux ménades) entre lesquelles courent quatre animaux, un lion, une lionne, une antilope et un cerf, au milieu d’arbres et de différents accessoires. Deux baguettes perlées encadrent le marli. W. Fröhner, Collection Auguste Dutuit. Bronzes antiques, Paris, 1897, n° 122, pl. 111 ; Baratte et al. 1990, p. 57, g.

6. Simféropol (Ukraine). Conservé au musée de Simféropol (inv. 97.504). Diam. 12 cm. Le décor du marli est réparti en deux secteurs égaux de part et d’autre de deux paires de têtes bachiques placées nuque à nuque ; dans chaque secteur, deux animaux affrontés (lion et antilope) ou se poursuivant (lion et cervidé) au milieu d’arbres et de constructions. Moulure d’oves schématiques sur le rebord. V. V. Kropotkine, Objets importés romains d’Europe occidentale, dans Archeologia SSSR, Moscou, 1970, p. 21, n° 21, et n° 742, pl. 81, 1-3 ; Baratte et al. 1990, p. 57,1.

7. Provenance inconnue. Conservé au Musée national de Belgrade. Diam. 12,2 cm. Poids 153,63 g. Listel simple ( ?) en encadrement extérieur du marli (aucune des photographies publiées n’est satisfaisante). Quatre têtes bachiques entre lesquelles sont disposés deux petits « tempietti », des arbustes et quatre animaux (dont deux griffons ?). Antique silver from Serbia, éd. I. Popovic, Belgrade, 1994, n° 201 ; I. Popovic, Miscellanea Argentea, Starinar, 48, 1997, p. 80-86.

8. Lyon-Vaise. Bronze plaqué d’argent (cf. supra).

9. Thil (Haute-Garonne) (fig. 33). Conservé au British Museum (G&R 1824. 4-89-72). Diam. 13,8 cm, poids 302,3 g. Le décor, doré, comporte quatre têtes bachiques (deux satyres jeunes, deux satyres âgés) entre lesquelles sont disposés six animaux, deux isolés et quatre groupés deux par deux : un lion et un chien poursuivant chacun un cerf. Moulure de perles et de pirouettes en encadrement extérieur du marli, moulure de petites perles à l’intérieur. M. Feugère-M. Martin, le trésor d’argenterie gallo-romain de Thil, dans F. Baratte (éd.), Argenterie romaine et byzantine, Paris, 1988, p. 66, n° 3 ; Baratte et al. 1990, p. 57, f ; Trésors d’orfèvrerie, n° 201.

33- Thil, petit plateau

33- Thil, petit plateau

Argent doré

Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum

10. Houdain-lès-Bavay (Nord) (fig. 34). Conservé au musée du Petit-Palais, Paris (ancienne collection Dutuit). Diam. 11,2 cm. Quatre têtes (deux ménades et deux satyres âgés) entre lesquelles sont disposés quatre animaux au repos : un sanglier, un cerf, un bélier et un bouc. Des deux animaux domestiques, le premier est accompagné d’un berger assis, au repos, le second d’un berger assis jouant de la flûte. Moulure d’oves et de rais-de-cœur très simplifiés et listel simple en bordure extérieure du marli. Fröhner 1897, n° 121, pl. 111 ; Baratte et al. 1990, p. 57, b ; Trésors d’orfèvrerie n° 103 ; CAG. Nord. p. 281, n° 17.

34- Houdain-lès-Bavay, petit plateau.

34- Houdain-lès-Bavay, petit plateau.

Paris, Musée du Petit-Palais. Cl. Bulloz

11. Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Conservé au Museo Lazaro Galdiano à Madrid (ancienne collection Combette, inv. 2154). Diam. 12,1 cm. Quatre têtes, groupées deux par deux : à deux reprises, un satyre âgé (ou Pan luimême) accompagné d’une ménade ; sur les deux secteurs du marli ainsi déterminé, un personnage couché (un homme ou une femme) nourrit un animal (un lion, une antilope) ; derrière lui, un autre animal (un lion, un cervidé). Pas de moulure en bordure du marli. Vienne 1990, p. 57, c ; F. Baratte, Un plato galorromano de plata en el museo Lazaro Galdiano, Goya, 222, 1991, p. 322-330, fig. 1-3.

12. Vienne (Isère). Conservé au musée municipal, Vienne. Diam. 12,6 cm ; poids 132,23 g. Quatre arbres entre lesquels sont couchés six personnages : quatre ménades groupées deux à deux, une cinquième isolée (Ariane ?) ainsi que Dionysos et sa panthère. Un listel sommairement perlé en encadrement extérieur du marli, une moulure de petites perles à l’intérieur. Baratte et al. 1990, n° 5, p. 53-57.

13. Vienne (Isère) (fig. 35). Conservé au musée municipal, Vienne. Diam. 13,1 cm, poids 224,63 g. Le décor est réparti sur le marli d’une part (A), sur son raccord avec le fond d’autre part (B). A : frise de monstres marins ; Β : frise bachique complexe dont les différents éléments (des groupes de personnages) sont répartis en quatre secteurs inégaux séparés les uns des autres par une colonne. Une moulure perlée en encadrement extérieur du marli. Baratte et al. 1990, n° 6, p. 58-64 ; Trésors d’orfèvrerie, n° 172.

35- Vienne, petit plateau.

35- Vienne, petit plateau.

Vienne, musée municipal. Cl. P. Plattier.

14. Lyon-Vaise. Argent (cf. supra)

15. Baguinéthi (Géorgie). Diam. 10,8 cm. Sur le marli, frise de poissons, d’animaux marins, d’oiseaux et d’accessoires de pêche. Un listel simple en encadrement extérieur du marli. K. Matchabély, La toreutique de la Géorgie dans l’Antiquité tardive, Tbilissi, 1976, p. 67, pl. 20 ; F. Baratte, La coupe aux poissons du musée du Louvre, Revue du Louvre, 1979, p. 9, fig. 8 ; Baratte et al. 1990, p. 57, k ; F. Baratte, Une nouvelle nature morte aux poissons : le plat d’argent de Mathay, Antiquités nationales, 26, 1994, p. 140.

16. Graincourt-lès-Havrincourt (Pas-de-Calais). Conservé au musée du Louvre, AGER (Bj 2211). Diam. 13,8 cm, poids 267 g. Deux rinceaux d’acanthe dorés. Listel et kymation stylisé à l’extérieur du marli, moulure perlée à l’intérieur. Baratte et al. 1990, p. 57, d ; Trésors d’orfèvrerie, n° 90.

17. Saint-Genis-Pouilly (Ain). Conservé au Musée d’Art et d’Histoire, Genève (inv. C 1372). Diam. 12 cm ; poids 96 g. Six motifs végétaux stylisés. Moulure perlée et kymation stylisé à l’extérieur du marli. Baratte et al., p. 57, e ; Trésors d’orfèvrerie, n° 155.

42La comparaison des profils de ces différents objets, de ceux qui ont été publiés tout au moins (fig. 36), fait apparaître une très grande similitude entre eux, quel que soit le décor. Le jeu, infime, porte notamment sur le diamètre du pied et donc sa position par rapport au rebord. Mais il est difficile de mettre en évidence des séries distinctes. Les dimensions sont très proches les unes des autres : l’exemplaire le plus petit est celui de Pompéi (9,4 cm), le seul nettement à part en raison de ce diamètre assez réduit, mais aussi de son décor, puisqu’il ne présente que des animaux. À l’inverse, ceux de Thil et de Graincourt (13,8 cm l’un et l’autre) se détachent du reste du groupe, dont les quatorze autres pièces s’échelonnent entre 10,8 cm (exemplaire du Louvre) et 13,1 cm (exemplaire à double frise de Vienne). Les poids, qui ne sont connus que pour quelques-uns des plateaux, sont en revanche très divers. Ils vont de 96 g pour celui de Saint-Genis à 302,30 g - presque une livre - pour celui de Thil. On observera seulement que l’exemplaire conservé à NewYork, provenant d’Italie, pèse à peu de choses près le même poids (168,4 g, soit une demi-livre) que celui de Vaise (167,20 g), à peine plus petit. En revanche le plateau à frise unique de Vienne pèse 36 g de moins, bien que de mêmes dimensions.

36- Profils comparés de six plateaux en argent.

36- Profils comparés de six plateaux en argent.

1. Vaise
2. Vaise
3. Thil
4. Graincourt
5. Vienne
6. Vienne (éch. 1/1)

43Ce sont les moulures d’encadrement du marli qui présentent le plus de différences : huit plateaux ne possèdent qu’un listel simple en léger relief, mais sans aucun décor sur la bordure extérieure, les quatre provenant d’Italie, ceux de Chalon-sur-Saône, de Vaise (le plateau en argent), de Baguinéthi et de Belgrade. Un seul offre des oves, celui de Simféropol, peut-être le plus ancien (milieu du 1er s. ap. J.-C. ?), un autre une moulure perlée (le plateau de Vienne à double frise). Deux exemplaires ont une double moulure à l’extérieur, celui de Saint-Genis (une baguette perlée et un kymation) et celui du musée du Petit-Palais découvert en France (deux baguettes perlées). Cinq enfin possèdent deux moulures d’encadrement, une à l’intérieur, l’autre à l’extérieur : un listel et des rais-de-cœur à Houdain-lès-Bavay, une baguette perlée et un kymation complété par un listel à Graincourt, une moulure de petites perles et une baguette perlée à Vienne (plateau avec Dionysos et Ariane), une moulure de petites perles et un astragale à Thil, une moulure de petites perles et une baguette perlée sur le plateau en bronze argenté de Vaise. Mais il paraît difficile d’opérer des regroupements sur cette seule base.

44Du point de vue du décor, plusieurs catégories apparaissent immédiatement à l’examen. On mettra à part les deux plateaux à décor végétal, ceux de Graincourt et de Saint-Genis, d’ailleurs très différents l’un de l’autre : le premier porte un double rinceau d’acanthe de type illusionniste, très soigné mais qui reprend des motifs de feuilles et de plantes bien reconnaissables que l’on rapprochera du décor de la coupe à collerette du même trésor (Trésors d’orfèvrerie, n° 94) pour la structure générale - mais les fleurons sont uniformément constitués de pétales rayonnants - et plus encore de l’une de celles du trésor de Chaourse (Trésors d’orfèvrerie, n° 74) qui présente une alternance analogue de fleurs à pistil allongé disposées têtes en haut puis tête en bas, ou de la frise extérieure du seau du même ensemble de Chaourse (Trésors d’orfèvrerie, n° 48) sur lequel toutefois ces éléments alternent avec des fleurs rayonnantes. Quant au plateau de Saint-Genis, les courts segments végétaux juxtaposés très stylisés qui le décorent se retrouvent sur la collerette d’une autre coupe de Chaourse (Trésors d’orfèvrerie n° 75), sur laquelle ils se combinent avec des têtes bachiques d’une allure très particulière et avec des monstres marins ; mais la structure des rinceaux est très proche, leur facture étant sans doute plus schématique à Chaourse qu’à Saint-Genis.

45On distinguera également des autres plateaux celui de Baguinéthi, pour une double raison : la présence sur le marli d’un décor de nature morte marine tout d’abord, qui se retrouve sur toute une série d’autres objets, grands plats - comme celui de Graincourt (Trésors d’orfèvrerie, n° 87) - petites coupes, et même sur une oenochoé en bronze et un fragment de rebord de plat rectangulaire en céramique sigillée claire africaine et sur le rebord d’un autre grand plat circulaire en argent de Baguinéthi (sur le thème de la nature morte marine sur les pièces d’orfèvrerie et la céramique, nous renvoyons pour la bibliographie en dernier lieu à F. Baratte, Une nouvelle nature morte aux poissons : le plat de Mathay, Antiquités nationales, 26, 1994, p. 135-144) le met à part des autres plateaux. Mais la facture très particulière de ces reliefs contribue par ailleurs aussi à en faire un objet assez original : si les différents motifs apparaissent sur d’autres pièces d’argenterie découverts ailleurs dans l’empire romain, plutôt dans sa partie occidentale (Gaule, Italie, Roumanie, Afrique également pour le fragment de plat en sigillée claire : Atlante delle forme ceramiche. I. Ceramica fine nel bacino mediterraneo (mediotardo impero), Rome, 1981, p. 143, pl. 71, 1), ils sont traités sur le plateau de Baguinéthi de manière plus schématique, certains des oiseaux notamment. Il en va de même, on le remarquera, pour le décor végétal qui figure sur le marli d’une coupe découverte au même endroit (Matchabély 1976, pl. 21) que l’on peut rapprocher des rinceaux segmentés du plateau de Saint-Genis. Les nombreuses pièces d’argenterie provenant de Géorgie, et plus précisément de ce site particulier, représentent une production originale, très proche par bien des côtés de celle des orfèvres de l’Occident romain (même si l’influence sassanide est aussi manifeste à bien des égards) par son répertoire, mais de facture un peu différente : imitations locales d’objets produits ailleurs - mais où les artisans auraient-ils vu les modèles ?-ou importation à partir d’un ou de centres qui restent à localiser.

46Parmi les treize autres plateaux, un premier critère de classement mérite d’être retenu : la présence ou l’absence de têtes bachiques sur le marli comme éléments organisateurs du décor. Ces têtes devraient être replacées dans une étude d’ensemble reprenant la totalité des pièces de vaisselle, en argent et en bronze, sur lesquelles elles apparaissent : leur type, généralement sans cou, mais plus proche de têtes réelles que de masques à proprement parler, et leur nature (il y a parfois d’autres têtes que des têtes bachiques) sont en effet à prendre en considération, mais dans un cadre plus large que celui de cette publication.

47Pour nous limiter aux petits plateaux, on observera que l’exemplaire de Pompéi n’en possède pas ; mais la simplicité de son décor le met à part. En dehors de lui, seules les deux pièces de Vienne ont cette particularité ; les dix autres utilisent ce motif, mais sous des formes diverses ; sans même considérer la variété purement formelle des têtes, ménades, satyres jeunes et plus âgés, on remarquera le plateau de Chalon sur lequel les quatre têtes sont regroupées deux à deux et adossées : une formule que l’on retrouve notamment sur le grand plat du trésor de Vienne (Trésors d’orfèvrerie, n° 174) ou sur celui de Léda à Graincourt (Trésors d’orfèvrerie, n° 88). Mais l’usage des têtes dionysiaques ne constitue pas une particularité des plateaux de petites dimensions ; il est bien plus largement répandu dans la vaisselle de métal, mais ailleurs aussi, jusque sur des frises architecturales comme à Lillebonne (L. Harmand, Dionysos à Lillebonne, BSNAF, 1968, p. 121-132), et ne saurait être analysé que dans un plus large contexte. Sur le plateau de Vaise en bronze plaqué d’argent, l’allure et la présentation des têtes bachiques rentrent dans la série la plus courante, mais elles ne sont qu’au nombre de deux, ce qui est exceptionnel.

48Une autre distinction doit intervenir entre les plateaux dont le décor ne comporte que des animaux, sauvages ou domestiques, et ceux sur lesquels interviennent également, de manière diverse, des figures humaines, ou bien mêlées aux animaux précédemment évoqués, ou bien occupant à elles seules toute la frise.

49Le premier groupe compte neuf exemplaires : ceux de Pompéi et de Thil, les trois provenant sans doute d’Italie et conservés au Louvre, à New-York et au Kunsthistorisches Museum de Vienne, celui provenant peut-être de France (au musée du Petit-Palais), ceux de Simféropol et de Belgrade et le plateau en argent de Vaise. Le second groupe en compte cinq ; deux mêlent personnages et animaux : deux figures couchées, dionysiaques peut-être, à Chalon, deux bergers à Houdain-lès-Bavay.

50Sur les trois derniers, les personnages occupent la place essentielle : sur l’un des plateaux de Vienne on rencontre des figures bachiques étendues, parmi lesquelles Dionysos et Ariane ; sur le second exemplaire du même ensemble, que distingue par ailleurs l’existence d’une seconde frise de monstres marins, et sur celui de Vaise ce sont des scènes rustiques et cultuelles plus complexes.

51Parmi tous les plateaux à décor figuré (personnages et animaux) interviennent enfin des différences de facture, parfois suffisamment nettes pour en mettre certains à part, ou pour au contraire en rapprocher d’autres. L’exemplaire de Thil, notamment, est caractérisé par une exécution de qualité, mais très vigoureuse, encore soulignée par un emploi abondant de la dorure. Les reliefs, plutôt accentués, ont des contours particulièrement nets et les détails eux-mêmes, les mèches de la chevelure des satyres par exemple, se détachent avec force. On remarquera qu’il s’agit aussi, avec l’exemplaire de Simféropol, d’un des deux objets qui se distinguent par une inscription en grec, en lettres pointillées très soignées : une indication pondérale sur les deux, complétée sur celui de Simféropol par deux inscriptions se référant aux possesseurs. On restera prudent toutefois sur les conclusions à tirer de cette observation qui n’implique évidemment pas une supériorité technique des orfèvres grecs.

52Les reliefs du plateau de New York sont pour leur part beaucoup plus simples et la composition est moins dense et plus aérée - mais on tiendra compte de l’usure assez prononcée de cet objet. L’exemplaire du Kunsthistorisches Museum de Vienne en est très proche, comme celui de la collection Campana au Louvre, l’un et l’autre bien conservés. Mais le dernier est de facture plus souple, plus raffinée, presque maniérée dans le traitement de certaines figures. Cette recherche se manifeste aussi dans le choix qui a été fait par l’orfèvre de présenter les quatre têtes bachiques de trois quarts et non mécaniquement de profil strict comme dans la plupart des cas, ce qui leur donne davantage de volume. Cette disposition, rare, est aussi celle qui revient, partiellement, sur l’un des grands plats du trésor de Vienne, avec les mêmes effets.

53Sur le plateau de Chalon, qui combine animaux et personnages, la facture est en revanche assez mécanique, maladroite même, dans le traitement des têtes comme des figures étendues, beaucoup mieux maîtrisées sur celui du trésor de Vienne à frise simple. Le plateau en bronze argenté de Vaise pour sa part est caractérisé par des formes arrondies, presque massives, très différentes par exemple de celles de Houdain-lès-Bavay ou de Thil, par une composition relativement aérée (on rappellera qu’elle ne comporte que deux têtes bachiques), et par des accessoires parsemés en assez grand nombre sur le fond. La facture est plutôt soignée, en dépit des déformations qu’a introduites le décollement partiel de la feuille d’argent sur l’âme en bronze.

54On rapprochera enfin les uns des autres trois objets sur lesquels les personnages se présentent sous la forme de petites silhouettes rapidement esquissées : les plateaux de Houdain-lès-Bavay, de Vienne (exemplaire à double frise) et de Vaise (exemplaire en argent). Le premier se range un peu à part ; les différents éléments figurés, de qualité, sont fortement modelés, mais sont aussi cernés assez profondément ; les détails en sont souvent marqués à grands coups d’outils qui creusent de manière rapide les volumes et contribuent comme les cernes à accrocher la lumière. Mais, comme sur les deux autres objets, les personnages qui apparaissent ici, deux bergers, sont seulement esquissés, sans aucun détail. À Vaise, entre les quatre têtes de petites dimensions vivement dessinées, quatre groupes d’images ont été représentés, des scènes empruntées à la vie campagnarde, la traite d’une vache ou la cuisson dans un four notamment, mais qui ont pour la plupart une tonalité religieuse ; évidente pour l’offrande à Priape, elle est également sensible, par exemple, dans la scène d’égorgement d’un animal. Comme à Houdain-lès-Bavay, tous les personnages sont réalisés sous forme de silhouettes et l’usure des reliefs, qui n’est pas excessive, ne suffirait pas à expliquer cette absence de détails, encore plus flagrante sur le dernier plateau de Vienne, celui à double frise. La tonalité religieuse y est encore davantage marquée : une partie des figures appartient directement au thiase bachique et plusieurs scènes d’offrande ou de sacrifice y sont présentées ; le répertoire est bien évidemment celui des « paysages sacrés et idylliques  », mais il évoque aussi, dans le cas de l’assiette à double frise de Vienne et de celle en argent de Lyon-Vaise, les cortèges qui apparaissent sur les flancs des coupes à relief en terre cuite sorties des ateliers de Corinthe à l’époque impériale (M. Bats, Dionysiastai. À propos de vases corinthiens à représentations dionysiaques d’époque romaine, Revue Archéologique, 1981, p. 3-26). On ne saurait affirmer toutefois, comme on l’a fait parfois (Ph. Filtzinger, D. Planck, B. Cämmerer, Die Romer in Baden-Württemberg, Stuttgart, 1986, 3e éd., p. 589, à propos de la coupe aux têtes bachiques et aux Amours de Stettfeld : « aus dem Mysterienkult des Gottes Bacchus ») que ces objets aient une véritable valeur liturgique : ils traduisent davantage une simple religiosité, si présente dans l’iconographie romaine.

55Ces figures rapidement esquissées suscitent un rapprochement avec les décors muraux. Elles évoquent en effet directement celles qui peuplent une partie des paysages idylliques de la peinture campanienne ou certaines frises, mises en place par de grandes taches de couleurs sans modelé ni contours fermes. Bien représenté à Pompéi ou à Rome - la « frise jaune » de la Maison de Livie en donne un belle illustration (R. Bianchi Bandinelli, Rome. Le centre du pouvoir, Paris, 1969, fig. 136)-, ce goût particulier se rencontre plus tard encore : la villa de Dar Bue Ammera, en Tripolitaine, en offre plusieurs exemples de qualité (R. Bianchi Bandinelli, Rome. La fin de l’art antique, Paris, 1970, fig. 241), marqués évidemment par un sens de l’espace qui est absent sur les pièces d’argenterie. On peut également rappeler pour le Ier s., à en croire tout au moins Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, XXXIII, 157), le goût des Romains pour une vaisselle aux reliefs usés qui peut ainsi prétendre à une ancienneté, réelle ou supposée, que plus de trois siècles plus tard Sidoine Apollinaire s’est plu lui aussi à souligner (c’est l’aspect terni des objets en argent qui, dans le texte de Sidoine Apollinaire - Ep., I, 2, 6-7 ; Carmina, XVII, v. 7-12-, suggère leur antiquité) et qui devait rehausser la distinction des propriétaires : peut-être le goût de ces figures comme en ombres chinoises sur les trois plateaux d’argent, s’il traduit fidèlement une certaine sensibilité esthétique, permettait-il en même temps au maître de maison des effets mondains qui rentraient pour beaucoup dans l’engouement dont la vaisselle d’argent jouissait dans le monde romain.

56L’analyse qui peut être menée sur le décor de ces plateaux fait apparaître quelques similitudes qui n’autorisent pas cependant à définir les contours d’ateliers particuliers. Les provenances elles-mêmes ne sont pas révélatrices. Sur les exemplaires, neuf (peut-être dix) proviennent certainement de Gaule, quatre d’Italie (mais un seul de façon assurée), un d’Ukraine, un dernier de Géorgie. La plupart comportent des graffiti en latin, indications pondérales ou noms du propriétaire, deux, ceux de Thil et de Simféropol, des inscriptions en grec ; ces dernières ne suffisent pas à assurer l’existence d’une production dans la partie orientale du Bassin Méditerranéen.

57Quant à la chronologie, elle n’est pas facile à établir ; quelques points cependant sont à souligner :

  • l’objet le plus ancien devrait être celui de Simféropol. Si son allure ne présente rien de particulier, l’une des inscriptions qu’il porte fait en effet référence à la reine Gépaepyris, une souveraine du royaume du Bosphore au milieu du Ier s. ap. J.-C. ;

  • le plateau de Pompéi doit être antérieur à l’éruption de 79 ;

  • plusieurs autres appartiennent à des trésors dont l’enfouissement est daté avec vraisemblance de la seconde moitié du IIIe s. :
    - la trouvaille de St-Genis était accompagnée de monnaies de Galba à Gallien ;
    - celle de Vaise de monnaies allant jusqu’au règne conjoint de Valérien et Gallien ;
    - les trésors de Graincourt, de Vienne et de Thil sont placés dans la même période (la seconde moitié du IIIe s.) sur des critères typologiques et stylistiques. La cachette d’un trésor n’implique pas, il est vrai, une date identique, ni même voisine pour les objets qu’il contient.

58Mais la grande ressemblance du plateau de Simféropol avec la plupart des autres exemplaires montre bien la difficulté d’établir une chronologie précise pour ce groupe au décor semble-t-il très conservateur. C’est sur des critères techniques - le développement de la vaisselle de bronze plaquée d’argent au IIIe s. - et sur la conception du décor - la complexité d’une frise à personnages multiples - que nous proposerons de placer dans le courant du IIIe s. les deux pièces de Vaise. Mais pour parvenir peut-être à une datation plus précise de ces plateaux, il conviendrait en fait de reprendre l’analyse de l’ensemble des décors bachiques du même type dans la vaisselle de bronze et d’argent, comme dans la céramique qui en donne d’intéressants exemples.

59Reste la question de la fonction : elle n’est pas aisée à définir. Les dimensions réduites, une dizaine de centimètres au plus pour la partie centrale, la seule utile, pourraient en faire peut-être des supports pour d’autres objets, vases à boire, récipients pour des sauces, plutôt que des présentoirs pour des aliments, ce qui ne saurait toutefois être totalement exclu. L’inscription grecque qui figure au revers de l’exemplaire de Thil indique, si l’on suit l’interprétation de M. Martin, que ce dernier appartenait initialement à un ensemble de huit pièces : « Ces huit (patères) (pèsent) 7 livres 4 onces », soit 2401,30 g (M. Martin, dans M. Feugère-M. Martin, Le trésor d’argenterie de Thil (Haute-Garonne), dit « trésor de Caubiac, dans Argenterie romaine et byzantine, 1988, p. 75). On observera cependant qu’ils n’ont jamais été trouvés par groupe de plus de deux dans un même trésor, à Vaise comme à Vienne, et qu’ils ne constituent jamais, dans ces deux cas, de paire véritable : à Vaise, l’un est en argent et l’autre en bronze argenté, et dans l’un et l’autre de ces deux trésors le décor des quatre plateaux est très différent.

60On posera en outre la question des rapports de ce groupe de plateaux à marli horizontal avec les “assiettes” de même module, mais sans rebord et sans décor autre parfois qu’un astragale sur la lèvre et un motif niellé au centre : les trésors de Reims (Trésors d’orfèvrerie, n° 97-99) et de Chaourse (Trésors d’orfèvrerie, n° 62-66) en fournissent plusieurs exemples qui se distinguent en outre des plateaux qui viennent d’être étudiés par une forme différente, légèrement creuse, uniformément concave. Les deux catégories semblent en fait sans lien l’une avec l’autre ; si l’on peut envisager une différenciation des fonctions entre un plateau doté d’un marli horizontal comme le fond, et un autre sans rebord et légèrement concave, dans la pratique l’usage était peut-être analogue, le creux des “assiettes” n’étant pas suffisant pour les empêcher de jouer le rôle de présentoir. Mais une semblable distinction de forme intervenait aussi pour les plats à proprement parler, parmi lesquels on distinguait des séries sans marli, creuses, ou plates, et des séries dotées d’un rebord, creuses le plus souvent, mais plates aussi parfois : le trésor de Rethel en offre les meilleurs exemples, puisque les objets en question portent alors un décor identique (Trésors d’orfèvrerie, n° 113-114).

4-19. Les cuillers et les petits ustensiles

Catalogue

61La trouvaille de Vaise comporte quatorze cuillers et deux petits ustensiles fragmentaires, disposés en vrac, semble-t-il, au-dessus des deux ensembles de vaisselle d’argent et de la bourse de monnaies qui, enfermés dans une caisse en bois, constituaient à côté des statuettes le second dépôt du trésor.

62On observera d’emblée, avant de présenter chacune des cuillers, que si plusieurs sont proches les unes des autres, elles ne forment aucun véritable service contrairement à ce qui se produit parfois ; le groupe est, comme bien souvent, passablement disparate. Par ailleurs, toutes, par la forme en bourse plus ou moins accentuée de leur cuilleron, appartiennent aux séries attribuées avec vraisemblance au IIIe s.

4. Cochlear

63Inv. 93 1 104 4
Argent (les dimensions de toutes les cuillers ont été rassemblées dans un tableau)
(fig. 56).
Excellent état de conservation. L’extrémité du manche est tordue.

64Cuilleron en bourse, de proportions assez allongées (la longueur est environ le double de la largeur). Il est bordé par un étroit méplat. L’étranglement arrière est net. Le manche, effilé, de section rectangulaire, est rattaché au cuilleron par un élément en arc de cercle d’où se dégage vers l’avant une sorte d’ergot (fig. 37).

65Deux graffiti dans le cuilleron : au-dessus de l’axe, MES[(l’abréviation d’un nom ?) ; vers l’avant deux hastes verticales soulignées d’un trait horizontal, qui correspondent peut-être aux lettres LI. Les deux hastes, si elles ont isolées, pourraient représenter un numéro d’ordre dans une série : 2 ?

37- Cochlear n° 4

37- Cochlear n° 4

5. cochlear

66Inv. 93 1 104 5
Argent.
Excellent état de conservation. Très légère usure à l’avant.

67Cuilleron en forme de bourse, de proportions allongées (la longueur est le double de la largeur). Il est bordé par un étroit méplat. L’étranglement arrière est marqué et allongé. Le revers est à facettes. Deux larges incisions en V à l’arrière du cuilleron. Le manche effilé, de section circulaire, est rattaché au cuilleron par un élément en quart de cercle (fig. 38).

38- Cochlear n° 5

38- Cochlear n° 5

68Trois graffiti dans le cuilleron : à l’intérieur MES(...) et une croix ; au revers (fig. 39), en grandes lettres GRECI(...). Le premier, sans doute l’abréviation d’un nom, apparaît déjà dans la cuiller n° 4. La croix pourrait être un numéro d’ordre : 10 ?

39- Cochlear n° 5, revers du cuilleron avec le graffiti

39- Cochlear n° 5, revers du cuilleron avec le graffiti

6. Cochlear

69Inv. 93 1 104 6
Argent.
Excellent état de conservation.

70Cuilleron en bourse très soigné : le rebord est cerné par une ligne gravée et par une incision en V à l’extrémité. La partie arrière est allongée et l’étranglement peu marqué. Le manche effilé, de section circulaire, est rattaché au cuilleron par un élément en arc de cercle (fig. 40).

40- Cochlear n° 6

40- Cochlear n° 6

71Plusieurs graffiti : au revers du cuilleron, on voit de grandes incisions qui ne forment cependant pas de lettres. Sur chaque côté, une incision en croix. Sur le côté gauche de l’attache, en fines lettres pointillées (h. 2 mm), SEX(...), probablement l’abréviation (Sextus par exemple) du nom d’un des possesseurs.

7. Cochlear

72Inv. 93 1 104 7
Argent.
Excellent état de conservation.

73Cuilleron en bourse de proportions assez trapues. Il est bordé par un étroit méplat. L’évasement de la partie arrière est assez accentué. L’extérieur est légèrement facetté. Le manche effilé, de section circulaire, est relié au cuilleron par un élément en arc de cercle, auquel il est lui-même rattaché en biseau (fig. 41).

74Dans la partie avant du cuilleron, un graffiti presque imperceptible, XI, peut-être un numéro d’ordre : 11 ? (des numéros analogues apparaissent, très soigneusement tracés, sur l’attache du cuilleron de quelques-unes des cuillers du « trésor de Porto » : S. Hauser, Spàtantike und frühbyzantinische Silberloffel. Bemerkungen zur Produktion von Luxusgütern im 5. bis 7. Jahrhundert, JbAC, Ergänzungsband 19, Münster, 1992, n° 50-52, p. 104, pl. 9a).

41- Cochlear n° 7

41- Cochlear n° 7

8. Cochlear

75Inv. 93 1 104 8
Argent.
Excellent état de conservation.

76Cuilleron en bourse bordé d’un méplat. L’étranglement arrière est nettement marqué. Le manche effilé, de section circulaire, se termine en saillie au-dessus du cuilleron auquel il est rattaché par un élément en arc de cercle (fig. 42).

77Pas de graffiti.

42- Cochlear n° 8

42- Cochlear n° 8

9. Cochlear

78Inν. 93/104 9
Argent.
Excellent état de conservation.

79Cuilleron en bourse (fig. 43). L’étranglement est large ; la partie arrière, relativement courte, est marquée par une incision en V. Au centre du cuilleron, un motif estampé que nous interprétons comme une fleur très stylisée, en forme de trident : une tige courte et renflée, un cœur globulaire et trois petits pétales étroits (fig. 44). Le revers du cuilleron est facetté. Le manche effilé, de section cylindrique, est raccordé au cuilleron par un élément en arc de cercle écrasé.

80Au revers du cuilleron, un graffiti incisé en grandes lettres maladroites : GRECI (...), le même nom qui apparaît déjà sur la cuiller n° 5

43- Cochlear n° 9

43- Cochlear n° 9

44- Cochlear n° 9, détail du cuilleron avec un motif estampé

44- Cochlear n° 9, détail du cuilleron avec un motif estampé

10. Cochlear

81Inv. 93 1 104 10
Argent.

82Le cuilleron, cassé un peu au-delà de son raccord avec le manche, a disparu. Il était sans doute en bourse, mais très peu resserré à l’étranglement, qui n’est pratiquement pas marqué et au-delà duquel la partie arrière, courte, ne s’élargit pas (fig. 45).

83Manche effilé en deux parties : la première, de section circulaire, se termine par un élément en balustre très schématisé, au-delà duquel, vers le cuilleron, se développe une partie plus courte, plate, qui se rétrécit vers l’avant. Le raccord au cuilleron se faisait par un élément en arc de cercle, bien distinct du manche qui est mouluré à son extrémité supérieure.

45- Cochlear n° 10

45- Cochlear n° 10

11. Cochlear

84Inv. 93 1 104 11
Argent.
Bon état de conservation. Néanmoins la pointe du manche est cassée.

85Cuilleron en bourse sans étranglement ni élargissement à la partie arrière (fig. 46). Son rebord est souligné par une ligne incisée qui se développe à l’avant en une fleur de lys. Le manche effilé est en deux parties : la première, de section octogonale, dont l’extrémité libre manque, se termine de l’autre côté par un élément en balustre qui se poursuit par une partie plate de section rectangulaire ; du côté du cuilleron auquel il est rattaché par un élément en arc de cercle, le manche s’achève par une petite moulure à sa partie supérieure.

86Deux graffiti, l’un dans le cuilleron, l’autre à l’extérieur, qui donnent le début d’un même nom : CO(...) (fig. 47).

46- Cochlear n° 11

46- Cochlear n° 11

47- Cochlear n° 11, détail du cuilleron (revers)

47- Cochlear n° 11, détail du cuilleron (revers)

12. Cochlear

87Inv. 93 1 104 12
Argent.

88Toute la première partie du manche manque. Le cuilleron, à la surface corrodée, est cassé en deux aux deux tiers de sa longueur ; il est recollé. Il est analogue à celui de la cuiller n° 11, légèrement plus petit toutefois. Le décor en est identique. Le manche lui aussi devait être semblable à celui de la cuiller précédente ; il est cassé au début du balustre. Il se termine également par une petite moulure à la partie inférieure (fig. 48).

89Dans le cuilleron, un graffiti : COR(...) qui donne le début du même nom que sur la cuiller n° 11. Sous la partie plate, un autre graffiti : PO.

48- Cochlear n° 12

48- Cochlear n° 12

13. Ligula

90Inv. 93 1 104 13
Argent.
Très bon état de conservation.

91Cuilleron en bourse analogue à ceux des cuillers n° 11 et 12, sans étranglement ni élargissement à la partie arrière ; il présente le même décor en fleur de lys. Le manche se termine par un empilement de deux balustres surmontés d’une petite boule. Il offre ensuite une partie de section octogonale qui s’achève par un nouveau balustre. Vient ensuite une partie plate. Raccordé au cuilleron par un élément en arc de cercle, il se termine par une petite moulure à sa partie supérieure, en saillie au-dessus du cuilleron (fig.49).

49- Ligula n° 13

49- Ligula n° 13

92Deux graffiti identiques, très ténus, à l’intérieur et à l’extérieur du cuilleron, le début du même nom déjà présent sur les cuillers n° 11 et 12 : CO (...).

14. Ligula

93Inv. 93 1 104 14
Argent.
Très bon état de conservation. Le cuilleron est légèrement usé à l’avant.

94Cuilleron en bourse bordé par un étroit méplat. La partie arrière, dont l’étranglement est à peine sensible, est très large et marquée par une profonde incision en V. Le revers est orné de trois séries de deux lignes parallèles, la première sur l’axe du cuilleron, les deux autres divergeant de part et d’autre vers l’avant (fig. 50).

95Le manche, de section circulaire, s’élargit progressivement vers l’arrière ; de son extrémité arrondie sort un petit bouton terminal. Il est rattaché au cuilleron par un élément en arc de cercle écrasé formant un ergot saillant.

96Dans le cuilleron, deux graffiti : un nom déjà rencontré à plusieurs reprises CO (...) et une lettre isolée, T. Au revers, deux autres graffiti : de nouveau CO (...) et une succession de quatre lettres PXPI, que l’on interprétera peut-être comme une indication pondérale donnant le poids de plusieurs pièces analogues. Le poids assez élevé de cette cuiller (34,70 g) ne correspond cependant pas au l/10e de la livre.

50- Ligula n° 14

50- Ligula n° 14

15. Cuiller à double fonction

97Inv. 93 1 104 15
Argent.
La cuiller est en très bon état de conservation. Mais l’ustensile en fer qui était fixé à l’extrémité du manche a disparu ; il n’en reste que la soie cylindrique.

98Cuilleron en bourse de la forme la plus courante, assez trapu (la largeur représente plus de la moitié de la longueur). Un élément en volute, en nette saillie au-dessus du cuilleron et d’où se détache un petit appendice, le rattache au manche. Celui-ci est court et massif : au-delà d’un élément d’astragale, une tige (L. 2,4 cm) de section hexagonale s’achève par une pièce en forme de cratère stylisé à l’intérieur duquel est plantée la soie qui appartenait probablement à une lame de couteau (fig. 51).

99Il n’y a pas de graffiti.

51- Cuiller n° 15

51- Cuiller n° 15

16. Cuiller à double fonction

100lnv. 93 1 104 16
Argent.
La cuiller est en très bon état de conservation. La pièce en fer qui la prolongeait, sans doute une lame de couteau, a toutefois disparu.

101Cuilleron en bourse très trapu et très arrondi. L’étranglement arrière est bien marqué, de même que l’élargissement terminal. Le cuilleron s’achève en pointe vers le manche. Le revers comporte trois facettes. Une volute massive le relie au manche. Celui-ci se présente sous l’aspect d’un double balustre de section octogonale qui s’achève à son extrémité en s’évasant. Dans la platine ainsi ménagée venait se fixer, dans un plan parallèle à celui du cuilleron, une lame en fer maintenue sans doute par une soie fixée dans le manche, mais aussi, de chaque côté, par deux éléments soudés au manche, ajourés et traités en pelte à leur extrémité (fig. 52).

102Il n’y a pas de graffiti.

52- Cuiller n° 16 et cuilleron

52- Cuiller n° 16 et cuilleron

17. Cuiller

103Inv. 93 1 104 17
Argent.
Excellent état de conservation.

104Le cuilleron est en forme de bourse, du type le plus répandu. Deux incisions en V marquent le talon. Toute la partie avant est bordée d’une bande de triangles niellés. Au centre, un svastika niellé de chaque extrémité duquel pendent deux petits appendices parallèles terminés par un petit triangle. D’un des angles sortent également deux appendices simples (fig. 53).

105C’est un motif en tête de griffon qui rattache le cuilleron au manche. Celui-ci est complexe : au-delà d’un élément en forme de lyre, il comporte une partie en balustre de section octogonale (à pans concaves) terminée par un astragale et une pièce facettée portant un disque ; un second disque identique au premier marque le début d’une deuxième partie : deux éléments d’un astragale, puis l’extrémité d’une patte munie d’un sabot dont les pinces sont nettement marquées.

106Un graffiti en grandes lettres incisées est visible au revers du cuilleron : GRECI, un nom qui revient aussi sur les cuillers n° 5 et 9.

53- Cuiller n° 17

53- Cuiller n° 17

107En plus des quatorze cuillers deux petits ustensiles incomplets figuraient dans le second dépôt de Vaise :

18. Manche et anneau

108Inv. 93 1 104 18
Argent.
L. 8,5 cm, diam. anneau 2 cm, diam. tige 0,25 cm.
Poids 9,6 g.

109Il s’agit d’une tige de section octogonale, cassée à l’une de ses extrémités, au-delà d’une bague moulurée. De l’autre côté, au-delà d’une seconde bague moulurée, la tige se poursuit en col de cygne qui s’achève par une tête de canard stylisée, aux yeux globuleux et au large bec plat. Dans le repli du col de cygne est passé un anneau de suspension (fig. 54 et 61).

110La tige se prolongeait donc vers le bas par la partie utilitaire de l’instrument, une passoire probablement.

54- Manche et anneau n° 18

54- Manche et anneau n° 18

19. ustensile fragmentaire

111Inv. 93 1 104 19

112Argent.

113L. 7,7 cm, diam. 0,25 cm, L. du “marteau” 1,9 cm.

114Poids 9,3 g.

115L’ustensile est fait d’une tige de section octogonale (ou plutôt carrée à angles abattus), cassée dans sa partie inférieure, au-delà d’une bague moulurée ; elle l’est aussi, vraisemblablement, à son extrémité supérieure qui se rétrécit. À 5,8 cm de la bague inférieure, elle porte, comme si elle était enfilée sur elle, une excroissance perpendiculaire en forme de petit marteau, parallélépipédique d’une côté, en pointe légèrement recourbée de l’autre (fig. 55 et 61).

55- Ustensile n° 19

55- Ustensile n° 19

56- Dimensions des cuillers du trésor de Vaise

56- Dimensions des cuillers du trésor de Vaise

Commentaire

La tige au marteau

116Le dernier ustensile présenté paraît de prime abord surprenant : on ne comprend ni la nature de l’outil qui le terminait, ni son usage exact. Un parallèle existe cependant, découvert en 1911 dans les fouilles de Lauriacum (Enns), en Autriche (M. von Groller, Grabung in Lager Lauriacum im Jahre 1911, Der romische Limes in Österreich, XIII, 1919, p. 20, fig. 10, n° 6). L’objet, en argent lui aussi, est très étonnant (fig. 57) ; il se présente en effet comme une fourchette à trois dents montée sur une tige complexe faite d’éléments successifs ; elle comporte précisément une bague moulurée dans sa partie inférieure ; vers le haut est insérée une pièce elle aussi en forme de marteau (ou de pic), comportant deux parties, toutes deux de section octogonale, l’une plus allongée et à l’extrémité arrondie, l’autre s’évasant vers l’arrière. Le raccord de la tige aux dents de la fourchette se fait de manière compliquée : il prend l’aspect d’une lyre. Quant à la partie finale, son allure évoque, mais à une toute autre échelle, les enseignes de beneficiarii : elle comporte en effet un élément en forme de cœur percé de deux trous circulaires que l’on rapprochera par exemple d’une extrémité de hampe en bronze (h. 24 cm) conservée au musée du Caire (J. Strzygowski, Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire. Koptische Kunst, Vienne, 1904, n° 9165, p. 301, fig. 340) (fig. 58).

57- Enns/Lauriacum. Fourchette.

57- Enns/Lauriacum. Fourchette.

Vienne, Kunsthistorisches Museum. Cl. du musée

58- Edfou ? Extrémité d’étendard ( ?).

58- Edfou ? Extrémité d’étendard ( ?).

Le Caire, musée national, d’après Strzygowski

117On connaît maintenant un nombre relativement élevé de fourchettes en argent : à celles que nous avions rassemblée à l’occasion de la publication du trésor de la place Camille Jouffray à Vienne (Baratte et al. 1990, p. 80-81), notamment les deux appartenant chacun à des ustensiles à usage multiple, l’un trouvé dans une tombe à Vintimille, l’autre longtemps dans le commerce des antiquités, s’ajoutent encore deux exemplaires inédits ; le premier provenant des fouilles des grands thermes nord de Cimiez (au musée de Cimiez), le deuxième conservé à Cologne, au RömischGermanisches Museum. Les fourchettes de Vienne et de Cimiez se terminent à leur partie supérieure par une pointe : elles auraient pu servir à manger des coquillages. C’est de cette manière que l’objet d’Enns a été décrit dans la courte notice qui en constitue la publication : “Gabel mit Hammer”, “fourchette avec marteau” ; celle-ci aurait servi pour les huîtres, celui-là pour les coquillages. On imaginera un outil analogue à Vaise, en reconstituant à titre d’hypothèse les trois dents d’une fourchette à l’extrémité inférieure, surmontées par un décor. Mais le poids très faible (moins de 10 g ; la fourchette de Lauriacum ne doit pas être beaucoup plus lourde) semble empêcher que le “marteau” ait servi à écraser les coquillages, sauf ceux qui étaient fragiles comme des escargots.

La tige au col de cygne

118Le second ustensile pourrait bien être une passoire ; l’anneau en effet indique que l’objet pouvait être suspendu, au doigt éventuellement comme le fait l’échanson représenté sur l’un des grands panneaux peints qui ornaient la salle à manger d’une maison découverte à la fin du XVIIIe s. à Rome sur le Coelius, dans le secteur de l’Ospedale Maggiore, près du Latran (G. Cassini, Pitture antiche ritrovate... in una vigna accanto il s. ospedale di S. Giovanni in Laterano, l’anno 1780, Rome, 1783 ; F. Baratte, La vaisselle de bronze et d’argent sur les monuments figurés romains, BSNAF, 1990, p. 89-95. Le panneau signalé ici a été commenté par M. Martin, dans H. Cahn, A. Kaufmann-Heinimann, Der spätrömische Silberschatz von Kaiseraugst, Derendingen, 1984, p. 112 ; bonne photographie dans R. Bianchi Bandinelli, Rome. La fin du monde antique, Paris, 1970, fig. 86). La peinture date sans doute de la fin du IVe s. Mais, M. Martin l’a bien montré à propos des passoires du trésor de Kaiseraugst (M. Martin, dans Cahn, Kaufmann-Heinimann, Kaiseraugst, p. 101-121), ce type d’ustensile commence à apparaître, sous sa forme individuelle, dès la fin du IIIe s., comme le montrent les exemplaires de La Alcudia (prov. Alicante), en Espagne (Martin, op. cit., p. 101, fig. 54, 1), de Strâze en Slovaquie (Martin, op. cit., p. 101, fig. 54, 2) et, peut-être un peu plus tard, de Glinisce près de Kertch (Martin, op. cit., p. 101, fig. 54, 3). Le trésor de la place Camille Jouffray à Vienne en contient également une, assez originale puisque la tige est remplacée par un dauphin (Baratte 1990 et al., n° 19, p. 78-79).

119L’aspect de l’exemplaire de Vaise ne peut guère être reconstitué avec certitude : la tige n’est pas trop courte pour que l’on pense que la passoire n’ait pas été fixée immédiatement sous la bague moulurée. L. sous la tête de canard 7 cm ; L. de la tige de la passoire de Strâze : 7,5 cm (9 cm à La Alcudia). Mais si l’on prend pour modèle les exemplaires de Kaiseraugst (L. 14 cm) on sera tenté de restituer sous la bague encore une certaine longueur de tige, éventuellement torsadée (fig. 59).

59- Kaiseraugst, passoire.

59- Kaiseraugst, passoire.

Römermuseum Augst. Cl. E. Schulz

120L’attache en col de cygne ne surprend guère : on la trouve couramment, plus grande, sur les puisoirs dans l’orfèvrerie grecque des IVe-IIIe s. av. J.-C. ; mais surtout elle est à la mode, après une période d’abandon, pour les grandes ligulae des IVe-Ve s. ap. J.-C. (Martin, op. cit., p. 87-91).

121On observera que le trésor de Vienne a livré un ustensile identique à bien des égards à celui de Vaise : la tige, complétée par un anneau, est fragmentaire ; elle s’achève par une petite moulure en panneton de clé, mais se prolongeait au-delà, peut-être par une passoire (Baratte 1990 et al., p. 85, n° 23, fig. 59).

Les cuillers

122Les cuillers de Vaise posent d’intéressants problèmes. Si elles ne constituent pas un ensemble homogène, tant s’en faut, on peut néanmoins les regrouper en plusieurs ensembles distincts soit en raison de leur forme, soit en raison des graffiti qu’elles portent, sans que les deux types de classement se recoupent exactement (fig. 60).

60- Cuillers du trésor de Vaise

60- Cuillers du trésor de Vaise

Les graffiti

123Quatre noms reviennent sur neuf cuillers, COR(...), GRECI(...), MESC(...), SEX(...), tracés à la pointe sur le cuilleron sauf dans un cas (n° 6) ; l’inscription figure alors sur l’attache du cuilleron au manche, en lettres pointillées

  • COR(...) :n° 11, 12, 13 et 14

  • GRECI(...) : n° 5 et 9

  • MESC(...) : n° 4 et 5

  • SEX(...) : n° 6

124Une des cuillers, n° 5, (un cochlear de type ordinaire) porte deux noms à la fois, GRECI et MESC. Ce dernier nom revient sur deux cochlearia de dimensions analogues, mais qui diffèrent par des détails de l’attache du manche au cuilleron. GRECI figure sur deux cochlearia presque identiques, y compris par l’aspect facetté du revers du cuilleron. L’un des cuillerons est un peu plus grand que l’autre, qui porte lui-même en son fond un motif floral estampé. COR revient enfin sur quatre cuillers, trois fois sous la forme CO, une fois sous une forme un peu plus complète. Deux des cochlearia, bien que différant légèrement par les dimensions, constituent manifestement une paire en raison de la forme du cuilleron et de son décor (fleur de lys gravée à l’avant). S’y ajoute une grande ligula au manche terminé par deux petits balustres empilés et au cuilleron sans étranglement, comme celui des deux cochlearia, décoré lui aussi d’une fleur de lys. Ces trois objets appartiennent à une même série. Le quatrième enfin est une ligula au manche terminé par un petit bouton.



Forme et décor

125Les quatorze cuillers ont leur cuilleron en bourse, avec des variantes : elles prennent place ainsi au sein des séries du IIIe s. (Sur l’évolution d’ensemble des cuillers, cf. M. Martin, Essloffel, dans Cahn, Kaufmann 1984, p. 76-82). On compte deux ligulae (n° 13 et 14), huit cochlearia (n° 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 11) et sans doute une neuvième (n° 12) dont le manche est cassé, et trois cuillers d’un type particulier. La distinction, qui repose sur les textes antiques eux-mêmes {cf. Thesaurus Linguae Latinae, s.v. cochlear et ligula) n’est pas très aisée à établir. L’usage moderne range parmi les cochlearia les cuillers à manche effilé, qui servirait ainsi à extraire les mollusques de leur coquille ; la ligula serait à l’inverse une cuiller au manche à l’extrémité arrondie ou moulurée. Mais elle apparaît aussi comme un cochlear de grandes dimensions. (Sur ces distinctions, E. Riha, W. B. Stern, Die römischen Loffel aus Augst und Kaiseraugst, Forsch. in Augst 5, Augst, 1982, p. 10).

126La première de ces cuillers particulières (n° 17) combine plusieurs particularités que l’on retrouve ailleurs ; à un grand cuilleron en bourse aux proportions très équilibrées, décoré d’un motif niellé, elle joint un manche complexe : une attache en tête de griffon, une tige épaisse en balustre à facettes, une terminaison en sabot d’ongulé.

127Nous ne connaissons pas d’exemplaire aussi complet, qui possède notamment l’extrémité en sabot effilé qui permettait de piquer ou de gratter, et qui joue donc le même rôle que la pointe des cochlearia (on observe que le sabot, de profil, ressemble davantage à une griffe). Mais cette terminaison a été exécutée à part : elle comportait une petite platine circulaire, qui s’adaptait sur celle de l’autre partie du manche, et deux éléments d’astragale ; elle a donc pu se détacher sur les cuillers analogues conservées, qu’il faudrait examiner toutes pour en reconnaître la structure. Le sabot lui-même n’est pas un motif rare : on le retrouve à l’extrémité d’autres cuillers, souvent plus anciennes, provenant des trouvailles de Campanie en particulier, mais il est aussi plus largement diffusé ; on en connaît ainsi un exemplaire d’un type du IIe s. à Ouréki en Géorgie (Matchabély 1976, pl. 25), un autre, très proche à Nova Bozurna en Serbie (Antique silver front Serbia, n° 196, p. 286) ; (le cuilleron est moins arrondi, en pointe vers l’avant, mais les deux cuillers possèdent un élément plat au raccord du manche et du cuilleron) ; deux exemplaires plus anciens (1ère moitié du Ier s.) ont été retrouvés à Jabucje en Serbie (Antique silver from Serbia, n° 160-161, p. 265), de forme analogue aux cuillers de Nova Bozurna et d’Ouréki, mais sans l’élément plat et sans méplat autour du cuilleron. D’autres ont été retrouvés en Russie du Sud et en Syrie (D. E. Strong, Greek and Roman Gold and Silver Plate, Londres, 1966, p. 156), mais aussi à Xanten, dans un petit ensemble de vaisselle d’argent dont l’enfouissement est daté par des monnaies des années 260 (F. Gelsdorf, Der Schatzfund aus Xanten, dans Das Haus lacht vor Silber, fig. 6 et p. 143) (fig. 62). Un exemplaire trouvé au Mont Tourveon, près de Beaujeu (Rhône) possède un grand cuilleron ovale et un manche en balustre particulièrement riche, relié au cuilleron par un élément en forme de pince dont les branches viennent embrasser une volute (cf. liste infra).

62- Xanten, deux cuillers en argent.

62- Xanten, deux cuillers en argent.

Bonn, Rheinisches Landesmuseum. Cl. du musée

128Si l’on fait abstraction de cette partie terminale, la cuiller n° 17 entre dans la même série que les deux autres de Vaise déjà évoquées (n° 15 et 16), à fonction multiple. La platine du manche recevait la soie d’une lame en fer. Une série assez fournie de cuillers de ce type est connue, dans laquelle les cuillerons sont souvent niellés, et le raccord du manche au cuilleron est fréquemment assuré par une tête de lion. Nous en donnons ici une première liste, certainement incomplète :

  • Cologne-Bickendorf, dans une tombe à incinération datée par des monnaies des années 280 (H. Hellenkemper, Trésors romains, trésors barbares, Bruxelles, 1979, n° 8, p. 78-79 ; Gelsdorf, op. cit., p. 144). L 7 cm. Tête de lion, cuilleron niellé : une bande de triangles sur le pourtour, un candélabre végétal au centre et une inscription niellée, ADELFI. Manche en balustre. (Römisch-Germanisches Museum Köln, 24 326).

  • Cologne (ancienne coll. Forst). L 10,7 cm. Tête de griffon, manche en balustre décoré de bandes de triangles niellés. Cuilleron niellé : bande de triangles sur le pourtour, touffe végétale au centre. Ouverture à l’extrémité pour une soie (RGM Köln. M 1091) (fig. 63b).

  • Cologne. L 10,2 cm. Tête de lion ; cuilleron niellé : une ligne de postes sur le pourtour, rinceau au centre. Manche en balustre, ouverture dans la platine pour une soie. (RGM Köln, M 25 482) (fig. 63a) ;

  • Cologne. Avant-train de lion à l’attache du manche et du cuilleron. Tige du manche en patte de lion terminée par une tête de fauve. Soie à l’extrémité du manche. Cuilleron niellé : bande de triangles sur le pourtour, canthare d’où sortent des feuillages au centre (fig. 63c).

  • Cologne (ancienne coll. du Schnütgen-Museum). L 11,8 cm. Cuilleron en amande, niellé : ligne de postes en bordure, rinceau au centre, tête de lion à l’attache. Manche en balustre assez sommaire, platine à l’extrémité et traces d’une soie en fer. (RGM Köln, M 30 151).

  • Cologne (anc. coll. Niessen). L 10,9 cm. Tête de griffon. Pas de décor dans le cuilleron. Manche en balustre cannelé, restes d’une lame en fer. (RGM Kôln, inv. 3861).

  • Cologne. L 6,7 cm. Tête de lion. Cuilleron en amande ; au centre, inscription niellée : VTERE FELIX. Manche : tige de section hexagonale, extrémité en forme de vase, traces d’une soie. (RGM Kôln. M 26 118).

63- Cologne, trois cuillers en argent.

63- Cologne, trois cuillers en argent.

Cologne. Römisch-Germanisches Museum. Cl. du musée

  • Cologne ? (anc. coll. Lückger, inv. 81). L 9,5 cm. Tête de lion, cuilleron niellé : bande de triangles en bordure, touffe végétale au centre. Manche en balustre, traces d’une soie. (RGM Köln).

  • Cologne ? (anc. coll. Lückger, inv. 88). Exemplaire très sommaire (antique ?). Tête de lion ou de griffon, manche en balustre cannelé (RGM Köln).

  • Mayence, sur le Kästrich. L 14,8 cm. Cuilleron ovale, à l’intérieur duquel est gravé un motif figuré : une panthère devant un arbre, en partie doré. Tête de lion, première partie du manche en balustre terminée par une platine circulaire sur laquelle est fixée une longue tige en os avec un petit anneau d’or à l’extrémité (fig. 64). Mittelrheinisches Landesmuseum, inv. R 2125.

  • Worms. Tête de lion très stylisée. Cuilleron en bourse, niellé : une bande de triangles en bordure ; volutes végétales au centre avec traces de dorure. Sur le manche en balustre à quatre pans, décor niellé : alternativement un rinceau et une ligne de triangles.

  • Worms. Cuilleron en bourse simplifié, sans étranglement. Pas de tête d’animal, mais une volute fixée entre les deux branches d’une pince qui se dégage du manche. Ce dernier, de section carrée, comporte un décor niellé, alternativement des postes et des triangles. On le rapprochera d’un autre manche en bronze incrusté d’argent découvert à Genainville, identifié comme appartenant à un miroir. Sur les quatre faces de la partie de section carrée alternent les deux mots de l’inscription VTERE FELIX et un décor géométrique, des postes et des feuillages très stylisés (Gallia, 19, 1961, p. 294-295).

  • Lyon, musée des Beaux-Arts. Cuilleron en bourse, niellé ; ligne de triangles en bordure, rinceau à l’intérieur. Tête de lion. Manche en balustre de section carrée. Sur les quatre faces, ligne de triangles niellés. L’extrémité en forme de petit vase est prolongée par une lame de couteau en fer dans le même plan que le cuilleron. L totale 18 cm, L de la cuiller 11 cm (A. Comarmond, Description des antiquités et objets d’art contenus dans les salles du Palais des arts de la ville de Lyon, Lyon, 1855-1857, n° 79, p. 494, n° 79).

  • au Mont Tourveon près de Beaujeu (Rhône), dans une petite trouvaille avec la cuiller signalée plus haut. Cuilleron en bourse ; bordure de triangles niellés, au centre, rinceau végétal. Manche en balustre terminé par une tête de griffon. La seconde partie est lisse et effilée (anc. coll. Claudius Cote, vente Drouot, 4 décembre 1936, n° 45, pl. III. Coll. privée en Grande-Bretagne).

  • Helpston (Peterborough, Grande-Bretagne). Christie’s, vente du 20 mai 1981 (British Museum, PRB 1984. 5 - 1. 1). Cuilleron en bourse, niellé : postes en bordure, au centre un sanglier en partie doré. Manche complexe : personnage masculin assis devant un pilier, un lagobolon dans la main droite, la gauche posée sur un lièvre. Le manche se termine par un petit chapiteau surmonté d’un vase. Restes d’une soie en fer. L 11, 5 cm. (C. Johns, A Roman Silver Spoon from Helpston, Britannia 1982, p. 309, pl. 32A).

  • Trèves, St-Irminen. Cuilleron d’un type particulier. La forme de base est la bourse, mais l’évasement du talon est remplacé par deux petits appendices en volutes. Décor niellé : candélabre végétal simplifié, à l’intérieur d’une ligne de petits triangles emboîtés. L’attache du cuilleron est en volute. Le manche s’y raccorde par un élément en forme de pince. Il se développe ensuite en balustre pour se terminer par un élément en forme de vase. Restes d’une soie en fer. (H. Ciippers, Kurtrierisches Jahrbuch, 16, 1976, p. 97-98, fig. 1 ; S. Martin-Kilcher, Ein silbernes Schwertortband mit Niellodekor, Jahresberichte aus Augst und Kaiseraugst, 5, 1986, fig. 15-1).

  • Xanten, dans un petit ensemble caché peu après 260. Cuilleron en bourse niellé, décoré d’un candélabre végétal à l’intérieur d’une ligne de triangles. Tête de lion à l’attache du cuilleron, manche en balustre portant un décor niellé : sur une des faces, une inscription (GALIKNI), sur les autres, une ligne de triangles. À l’extrémité du manche, restes d’une soie en fer (Gelsdorf, op. cit., fig. 6, p. 143) (fig. 62).

  • Preuseville (Seine-Maritime), trouvaille fortuite isolée. Cuilleron en bourse niellé, décoré d’un candélabre végétal à l’intérieur d’une ligne de triangles. Tête de lion à l’attache du cuilleron, manche court en balustre, qui se prolongeait par une lame métallique (restes d’une soie en fer), (F. Baratte, La vaisselle d’argent d’époque romaine en Normandie, dans L’art en Normandie. Actes du XXVIe Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Caen, 1992, II, p. 51).

À cette série de cuillers en argent s’ajoutent encore plusieurs exemplaires en bronze souvent argenté ou recouvert d’une pellicule de métal blanc qui montrent la faveur dont ce type particulier a pu jouir : ainsi dans la tombe 87 de la Viktorstrasse à Xanten, (RLMB inv. 70 0267, 10 ; Gelsdorf, op. cit., p. 144) et pour quelques pièces conservées à Cologne.

129La manière dont se présentaient ces objets à manche double lorsqu’ils étaient complets reste discutée. Plusieurs exemplaires intacts montrent que dans un certain nombre de cas au moins c’est une terminaison tout à fait ordinaire qui prolongeait le manche, en matière organique - ce qui justifiait pleinement la présence d’une soie en fer à la jonction des deux parties - ou en métal. La cuiller de Mayence à manche en os déjà mentionnée illustre le premier cas (fig. 64) ; du second on connaît un certain nombre d’exemples, parmi lesquels nous ne citerons qu’une cuiller de Niederbieber (E 1020) - antérieure donc aux années 260 - dont l’attache du manche avec le cuilleron se faisait par l’intermédiaire d’une volute, ce qui la rapprochait des deux cuillers de Vaise n° 15 et 16 (Oliver 1977, n° 108).

64- Mayence, cuiller en argent et en ivoire.

64- Mayence, cuiller en argent et en ivoire.

Mittelrheinisches Landesmuseum Mainz. Cl. du musée

130La seconde partie du manche toutefois peut prendre une autre allure que celle d’une tige à bouton ou d’une simple pointe, comme le montre la présence du sabot sur la cuiller de Vaise n° 17. Ce bel exemple est original par son traitement, qu’il s’agisse du sabot qui peut aussi servir de griffe, du balustre et de la tête de griffon, ou de la présence d’un petit élément en lyre servant de transition entre le manche et cette dernière. Si nous ne connaissons pas d’autre attestation de ce détail, on pourra le rapprocher de la terminaison en pince que l’on retrouve plus fréquemment, sur la cuiller de Trèves-St Irminen déjà citée, mais aussi sur des exemplaires de Mayence (Rheinisches Landesmuseum), de Worms, de la Saalburg (en bronze), de Lyon-Quai Pierre Scize (musée des Beaux-Arts, X 237), ou sur la cuiller du Mont Tourveon déjà citée. Il s’accompagne souvent d’un manche long, effilé et richement tourné.

131Dans le cas des cuillers à manche double la partie manquante correspondait aussi parfois à un autre instrument, comme on l’a déjà fait observer, sans doute souvent un couteau ; contrairement à ce qui a été récemment affirmé (Gelsdorf, op. cit., p. 144) il en existe en effet un exemple au moins : la cuiller à tête de lion du musée des Beaux-Arts de Lyon, sur laquelle la lame en fer est toujours conservée. La cuiller de Vaise n° 16 en offre par ailleurs une attestation très vraisemblable, puisque l’attache ajourée encore en place ne peut convenir à la fixation d’un élément cylindrique de petit diamètre : elle maintient une lame plate, cassée il est vrai, mais qui se prolongeait de toute évidence, en lame de couteau probablement.

132En ce qui concerne le raccord du manche au cuilleron, le lion est mieux représenté que le griffon ; il revient en effet encore sur quelques objets particuliers, d’une forme différente, comme une cuiller en or provenant d’Entrains dans la Nièvre (Trésors d’orfèvrerie, n° 128). D’une manière générale, on notera que l’utilisation d’une tête d’animal à l’extrémité du manche est également fréquente à la fin de l’Antiquité et au début de l’époque byzantine (sur ce point, et pour les références aux exemples cités cf. Hauser 1992) : des sangliers par exemple sur un lot de sept cuillers des VIe-VIIe s. sans provenance précise (environs d’Antioche ?) à Dumbarton Oaks (Hauser, n° 136142), un lion sur trois cuillers de Canoscio (Hauser, n° 144-146), datées, elles, sans doute du VIe s., ou bien encore sur une cuiller sans provenance du Musée d’art et d’histoire de Genève (Hauser, n° 148, pl. 3ld-e).

133Le griffon est plus rare sur les cuillers du IIIe s. : un exemplaire déjà cité de la petite trouvaille du Mont Tourveon en offre une autre attestation. Mais il faut attendre surtout la fin de l’Antiquité pour rencontrer ce motif : ainsi à Krefeld-Gellep dans une tombe masculine, à Crema, à Desana et à Isola Rizza (3 exemplaires) en Italie du Nord (Hauser, n° 1-6, pl. 4). Mais au IVe s. déjà, ce principe décoratif est fréquent : le trésor de Thetford, pour ne citer qu’un exemple parmi beaucoup d’autres, en offre plusieurs attestations (Johns, Potter 1983, n° 68-72, p. 121-125) et le goût se prolonge effectivement au Ve s. (trouvaille de Canterbury, C. Johns, T. Potter, Antiquaries Journal 65, 1985, p. 318, n° C 8-9, fig.7).

134S’il est donc certain, comme l’avait déjà observé D. Strong (1966, p. 178), que cette manière de placer une tête d’animal au raccord entre le manche et le cuilleron apparaît dans le courant du IIIe s. avec les cuillers dont le trésor de Vaise fournit un exemple, on notera que les formes plus tardives, dès le IVe s., sont tout à fait différentes, plus sobres : les manches complexes de cette série particulière si représentée à Cologne qu’on est tenté d’en situer l’origine dans un atelier sur place ne semblent guère avoir rencontré d’écho par la suite.

135Les deux cuillers n° 15 et 16 sont, du point de vue de la forme, une variante de la cuiller n° 17 : la tête d’animal est remplacée par une volute comme sur d’autres exemplaires du même type, ceux de Trèves St-Irminen ou du Mont Tourveon par exemple. Mais ce choix est particulièrement intéressant, dans la mesure où il est appelé à un grand succès au IVe s., où la volute est l’un des éléments les plus courants pour assurer la jonction entre les deux parties essentielles de la cuiller, le manche et le cuilleron.

136La présence d’un décor dans le cuilleron, sans être fréquent, est bien attesté, parfois sous la forme de motifs en creux ou en léger relief. Ils sont souvent purement ornementaux (une coquille par exemple), mais parfois davantage figurés : une pelte et des feuillages sur une cuiller de Wiesbaden (H. Schoppa, Die romische Kaiserzeit, Wiesbaden, 1963, p. 28), un canthare sur un exemplaire du Rheinisches Landesmuseum de Bonn, de provenance inconnue, (inv. 1519), une double hache sur une des cuillers du petit trésor de Xanten (fig. 62), mise en rapport avec Sabazios (Gelsdorf, op. cit., fig. 6, p. 141-142), ou bien encore une panthère pour la cuiller de Mayence à manche en os mentionnée plus haut (fig. 64), deux gladiateurs dans le cuilleron en bourse d’une cuiller de la trouvaille d’Hagenbach (H. Bernhard et al., Der romische Schatzfund von Hagenbach, Mayence, 1990, p. 32, fig. 19). Faute d’une étude directe ou d’analyses, il est difficile de dire si certains éléments de ce décor en creux, qui occupent le plus souvent le fond d’un cuilleron de forme ovale, n’ont pas pu être niellés.

137Les décors niellés sont les plus abondants, liés pour la plupart au groupe qui vient d’être étudié (celui des objets à manche en balustre complétés par un élément dans un autre matériau) ; on rencontre toutefois des exemples de cuillers de forme différente :

  • une cuiller du Rheinisches Landesmuseum de Bonn, inv. 1520. Cuilleron en bourse, attache en arc de cercle, manche effilé d’une seule pièce. Décor niellé dans le cuilleron : à l’intérieur d’une bande de postes, candélabre végétal.

  • Zülpich-Enzen, dans une tombe de la seconde moitié du IVe s. Cuilleron en bourse, attache en arc de cercle, manche effilé d’une seule pièce. Dans le cuilleron, à l’intérieur d’une ligne de triangles emboîtés, candélabre végétal très stylisé (Gallien in der Spätantike, Mayence, 1980, n° 178,1, p. 130).

  • Zakrzow (Pologne). Cuilleron en bourse, attache en arcde-cercle. Manche d’une seule pièce, terminé en biseau. Dans le cuilleron, à l’intérieur d’une bande de postes, candélabre végétal simplifié (W. Grempler, Der Fund von Sackrau, Brandenburg an der Heide, 1887, pl. V, 2 ; K. Majewski, Importy rzymskie w Polsce, Cracovie, 1960, pl. 30).

138La faveur dont jouissent ces décors niellés est à mettre bien évidemment en rapport avec celle qu’ils rencontrent au même moment en Gaule sur les plats et les coupes. La forme du cuilleron a imposé en règle générale un répertoire assez original. Si l’on excepte le canthare d’une cuiller de Cologne, il s’agit de variations sur des motifs végétaux : des rinceaux se développant sur toute la surface, ou bien une sorte de touffe ou de candélabre végétal encadré de pousses, un élément extrait des grands rinceaux couvrants que l’on rencontre aussi bien sur un grand plat niellé de Graincourt que sur deux grands plats de Rethel. Exceptionnelle est l’utilisation à Vaise du svastika, un motif souvent représenté sur les plats et les coupes, et que l’on retrouve sur une autre cuiller (au Rheinisches Landesmuseum de Bonn), mais de manière très simplifiée : dans un cuilleron circulaire, une série de perforations (il s’agit donc plus d’une petite passoire que d’une véritable cuiller) dessinent ce signe. Pour l’avoir étudié ailleurs en détail (F. Baratte, La vaisselle d’argent en Gaule dans l’Antiquité tardive, Paris, 1992, p. 96-111), nous n’y reviendrons pas ici, en rappelant toutefois les occurrences et en soulignant qu’il possède sur la cuiller de Vaise un caractère particulier : l’extrémité des bras est garnie de petits appendices en forme de flèches, que nous ne connaissons pas sur d’autres pièces d’argenterie, mais qui évoquent des motifs de broderie.

Svastika à extrémités pleines :

  • Chatuzange, plat circulaire (Trésors d’orfèvrerie, n° 194) (fig. 65)

  • Wettingen, plat circulaire (Chr. Simonett, Der römische Silberschatz aus Wettingen, Zeitschrift fur Schweizerische Archdologie und Kunstgeschichte, 1946, p. 13-14, n° 2, pl. 2,4). Svastika à extrémités échancrées :

  • Chaourse, plat circulaire (Trésors d’orfèvrerie, n° 78)

  • Chatuzange, coupe (ibid., n° 194)

  • Graincourt, coupe (ibid., n° 92)

  • Neupotz, plat circulaire (E. Kiinzl, Der Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupotz, Mayence, 1993, 2, Diam. 17, p. 23-24, pl. 32).

  • Reims, 4 petits plateaux circulaires (Trésors d’orfèvrerie n° 98) (fig. 66).

Svastika à extrémités échancrées et pendentifs en flèche :

  • Lyon-Vaise, cuiller n °17.

65- Chatuzange, plat niellé.

65- Chatuzange, plat niellé.

Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum

66- Reims, petit plateau niellé.

66- Reims, petit plateau niellé.

Coll. privée

139En revanche la bordure de triangles emboîtés les uns dans les autres, bien attestée comme les postes aussi bien pour encadrer des médaillons que pour garnir des manches de petits ustensiles (dont des cuillers), est fréquent, on l’a vu, autour des cuillerons.

140Les exemplaires précisément datés de ces cuillers sont rares : ce sont les alentours de 260 que l’on peut attribuer comme date d’enfouissement aux cuillers de Xanten et de Niederbieber, sur la foi des monnaies qui accompagnaient les deux dépôts ; celle de Cologne-Bickendorf provient d’une tombe des années 280. La tombe de Zülpich est près d’un siècle plus tardive ; mais la cuiller niellée devait faire figure d’antiquité dans le mobilier funéraire. En effet ce n’est pas le seul exemple de cuillers du IIIe s. dans des ensembles du IVe s., la récente trouvaille de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime), encore inédite, datée précisément du milieu du IVe s. par des monnaies, contenait un petit lot de cuillers tout à fait analogues aux cochlearia de Vaise n° 4, 5 et 8.

141Il ne fait guère de doute que les cuillerons en bourse sont essentiellement une production du IIIe s. et que, sauf exceptions comme celles qui viennent d’être signalées, elles passent ensuite de mode au début du IVe s. C’est la date (le IIIe s) que l’on assignera à la plupart des cuillers à manche en balustre, qui s’accorde bien avec la période pendant laquelle sont en faveur les décors niellés du type de ceux utilisés.

142Quant à leur origine, le seul indice précis est fourni par l’analyse de la carte de répartition : Cologne a livré à elle seule plus de la moitié des exemplaires (même compte tenu des incertitudes sur un certain nombre de provenances) ; la plupart des autres se regroupent dans la vallée du Rhin : c’est là qu’on cherchera les ateliers qui ont produit ces objets assez particuliers.

143Plusieurs éléments entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit de caractériser des cuillers : la forme du cuilleron, celle du manche (un élément parfois peu discriminant), la position du cuilleron par rapport au manche (dans le même plan ou non), la forme de l’élément qui éventuellement les relie l’un à l’autre. Les dimensions et le poids ont également leur importance. Si les cuillerons en bourse appartiennent avant tout au IIIe s., il est plus difficile d’en dater précisément les variantes (talon étroit, sans étranglement ni élargissement à l’arrière) dans la mesure même où ce n’est pas le seul type existant au même moment.

144La présence d’un élément plat plus ou moins épais sur certains des cochlearia de Vaise (n° 10 et 11) les rattache plutôt à des séries relativement précoces dans le IIIe s., en les rapprochant de certaines cuillers du Ier s. (les développements du IIe s. sont mal connus, faute de trésors suffisamment datés). Une des ligulae de Xanten dotée d’un tel élément a été récemment datée d’avant 235, mais sur des raisons iconographiques (présence d’une double hache rapportée à Jupiter Dolichenus dont le culte décline brutalement en Germanie après cette date) dont on peut discuter (Gelsdorf, op. cit., p. 141-142).

145La plupart des autres cochlearia de Vaise sont caractérisées par un manche effilé et une attache en arc de cercle relativement peu développée (notamment n° 4), parfois assez écrasé (n° 8 et 9), mais toujours ouvert, qui se situe plutôt au début du processus d’évolution qui conduit aux cuillers de la fin de l’Antiquité où le raccord entre cuilleron et manche a une grande importance.

146Quant aux volutes déjà signalées sur deux des cuillers à manche en balustre, elles connaîtront un grand succès au IVe s. notamment : ainsi un lot de cuillers du trésor de Kaiseraugst les utilise-t-il. Mais leur évolution a déjà été bien étudiée.

147La trouvaille de Vaise compte deux ligulae. La première (n° 14) ne se distingue des cochlearia analogues que par un manche un peu plus épais s’élargissant vers l’arrière et se terminant par un petit bouton, comme on en rencontre sur la cuiller d’Hagenbach déjà citée ou sur une autre de Brestovic en Serbie (au cuilleron en bourse, mais très arrondi, comme sur le cochlear n° 7 de Vaise : Antique silver from Serbia, op. cit., n° 213, p. 295).

148Des boutons de ce type se rencontrent plus tard encore, au VIe s. notamment, sur une cuiller de provenance inconnue à Londres par exemple, ou bien à Lambousa (Hauser 1992, pl. 40-41). La seconde ligula a un manche plus complexe. S’il est bien rattaché au cuilleron par un élément en arc de cercle, il offre à l’avant une partie de section rectangulaire puis, au-delà d’un petit balustre, une tige carrée à pans coupés terminée par un double balustre. Le trésor de Rudnik en Serbie a livré deux ligulae qui s’achèvent de manière analogue, l’une avec un seul balustre, l’autre - au manche guilloché - avec deux (Antique silver from Serbia, n° 209 et 210, p. 293-294) : une particularité dont l’écho se conserve encore au VIe et au VIIe s. sur des cuillers bien différentes pourtant par leur allure, à Crema (Hauser 1992, pl. 4b), Krefeld-Gellep (Id., pl. 4a) ou Antioche (Id., pl. 31a-b), ou bien encore, mais un peu adaptées, avec un manche beaucoup plus travaillé, à Lambousa (Chypre) (Id., pl. 44-47), Lampsaque (Id., pl. 23-29) et Sutton Hoo (Id., pl. 17b), parmi de très nombreux exemples. La mode est manifestement de nouveau à ces extrémités terminées par un bouton plus ou moins complexe.

149Il n’en demeure pas moins que les quatorze cuillers de Vaise appartiennent toutes, sans ambiguïté, aux séries du IIIe s.

Conclusion

150Il est difficile de dire à quoi correspond exactement le lot d’argenterie de Vaise : deux petits plateaux, une coupe basse, quatorze cuillers et deux autres ustensiles dont sans doute une passoire et peut-être une fourchette : de la vaisselle de table ? Sans doute à l’origine, mais l’ensemble paraît un peu hétéroclite. La présence de Mercure sur la coupe et l’existence de statuettes de divinités en argent pourrait faire songer à des objets votifs. Rien ne s’y oppose, mais aucun élément non plus ne confirme l’hypothèse. Réunion fortuite, dans une cachette, du contenu d’un laraire et de quelques pièces de vaisselle de table ? C’est aussi une possibilité. Rien ne permet cependant de trancher entre les différentes solutions envisageables.

Table des illustrations

Titre 21- Le trésor de Vaise.
Légende À gauche, les objets du dépôt 1, à droite ceux du dépôt 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 22- Coupe n° 1 au Mercure, diam. 20,3 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre 23- Coupe n° 1 au Mercure, profil
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 24- Coupe n° 1 au Mercure, le médaillon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-4.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre 25- Berthouville, coupe au Mercure, détail du médaillon.
Crédits Paris, B.N.F. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 26- Chaourse, coupe au Mercure, détail du médaillon
Crédits Londres. British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 27- Petit plateau n° 2
Légende Diam. 10.5 cm, bronze plaqué d’argent, face et revers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre 28- Petit plateau n° 2
Légende Profil et relevé du décor
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 29 a- Petit plateau n° 3
Légende Face, diam. 12,3 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre 29 b - Petit plateau n° 3
Légende Profil
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 29 c - Petit plateau n° 3
Légende Revers, diam. 12,3 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre 30- Petit plateau n° 3, relevé des graffiti 31- Petit plateau n° 3, relevé du décor
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-12.png
Fichier image/png, 499k
Titre 32- Italie ? Petit plateau, argent.
Crédits Paris, Musée du Louvre, AGER Bj 1955. Cl. Chuzeville
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 33- Thil, petit plateau
Légende Argent doré
Crédits Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 34- Houdain-lès-Bavay, petit plateau.
Crédits Paris, Musée du Petit-Palais. Cl. Bulloz
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 35- Vienne, petit plateau.
Crédits Vienne, musée municipal. Cl. P. Plattier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 36- Profils comparés de six plateaux en argent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 37- Cochlear n° 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 38- Cochlear n° 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-19.png
Fichier image/png, 149k
Titre 39- Cochlear n° 5, revers du cuilleron avec le graffiti
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-20.png
Fichier image/png, 228k
Titre 40- Cochlear n° 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-21.png
Fichier image/png, 145k
Titre 41- Cochlear n° 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 42- Cochlear n° 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 43- Cochlear n° 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 44- Cochlear n° 9, détail du cuilleron avec un motif estampé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 45- Cochlear n° 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 46- Cochlear n° 11
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 47- Cochlear n° 11, détail du cuilleron (revers)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 48- Cochlear n° 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 49- Ligula n° 13
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 50- Ligula n° 14
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 51- Cuiller n° 15
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 52- Cuiller n° 16 et cuilleron
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 53- Cuiller n° 17
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 54- Manche et anneau n° 18
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 55- Ustensile n° 19
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 56- Dimensions des cuillers du trésor de Vaise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 57- Enns/Lauriacum. Fourchette.
Crédits Vienne, Kunsthistorisches Museum. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 58- Edfou ? Extrémité d’étendard ( ?).
Crédits Le Caire, musée national, d’après Strzygowski
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 59- Kaiseraugst, passoire.
Crédits Römermuseum Augst. Cl. E. Schulz
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 60- Cuillers du trésor de Vaise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 61- Les ustensiles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 62- Xanten, deux cuillers en argent.
Crédits Bonn, Rheinisches Landesmuseum. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 63- Cologne, trois cuillers en argent.
Crédits Cologne. Römisch-Germanisches Museum. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 64- Mayence, cuiller en argent et en ivoire.
Crédits Mittelrheinisches Landesmuseum Mainz. Cl. du musée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 65- Chatuzange, plat niellé.
Crédits Londres, British Museum. Courtesy Trustees of The British Museum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 66- Reims, petit plateau niellé.
Crédits Coll. privée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1964/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access