Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tombe à char de Verna (Isère)

 | 
Franck Perrin
, 
Martin Schönfelder

Annexes

Catherine Bellon et Stéphane Carrara

Texte intégral

Annexe 1. Transcription des manuscrits des archives

1Il s’agit ici d’un choix effectué parmi les deux manuscrits de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon (Ms 101/3 et Ms 357) et les deux de la collection privée. C’est en fait le même texte, recopié et simplifié pour la publication dans « Le Moniteur Universel », possédant parfois des indications supplémentaires (appels de notes, commentaires, planches, mesures des objets). Les planches mentionnées ne sont aujourd’hui présentes que dans la collection privée alors que deux (III et V) ont été reprises à la fin du Manuscrit de Lyon souterrain de Fr. Artaud (Ms 104), augmenté d’une nouvelle gravure des quatre tumulus (cf. 4e de couverture).

Notice extraite du Moniteur Universel du 24 décembre 1818
(non signée) (collection privée)

2Un ami des arts distingué par ses connaissances, transmet de Lyon les détails suivants sur les objets curieux trouvés dans un tombeau antique. Ce tombeau est un de ces monuments en forme de monticule connu sous le nom de tumuli, dont on trouve encore un assez bon nombre dans les diverses contrées de la France. Celui-ci est situé à Jalionas, département de l’isère, près de St Romain, à peu de distance du Rhône et du château de Verna. Son ouverture a fait trouver d’abord des ossements, des cendres, des charbons, et plusieurs armes et ustensiles de diverses sortes. Les plus remarquables de ces objets sont un casque de cuivre sans ornement, deux longues épées de fer très minces et à deux tranchants, dont l’une, fixée dans son fourreau, est repliée en trois parties ; un grand vase ou espèce de marmite en cuivre battu et tourné, une aiguière à anse avec son couvercle de style romain, des fragments de vase ou casserole de cuivre jaune et de poterie grossière de fabrique gallo-romaine ; des boucles, fibules et autres ornements, dont un a la forme d’une grenouille de grandeur naturelle ; des mors en fer, fabriqués de manière à serrer à la volonté du cavalier, la bouche du cheval ; des pièces de harnais.

3Parmi toutes ces ferrailles, ce qui est plus curieux et plus digne d’examen, c’est la ferrure aisée à reconnaître d’un char, laquelle paraît complète. Les quatre moyeux sont en bronze, avec deux rainures extérieures ; les clavettes qui retenaient les roues sont ornées ; les bandes de ces roues sont en fer : on distingue aussi les accoudoirs du char. Une faux de fer, arrondie comme une serpe, paraît y avoir été attachée pour l’armer ; cette faux est en effet percée de quelques trous à l’extrémité, qui a du tenir au char, et les clous sont restés dans ces trous. On croit qu’il ne serait pas impossible, d’après toutes ces parties, de former un dessin assez exact d’un char et d’un attelage antique.

4Tous ces objets ont été recueillis avec soin par M. de Verna, amateur éclairé des arts, qui se propose de faire ouvrir d’autres tombeaux semblables voisins du premier et qu’on appelle dans le pays les quatre Molards.

5Celui qui vient d’être fouillé, d’après ce qu’il contenait, paraît avoir renfermé un guerrier gaulois qui a vécu à l’époque des colonies romaines, et qui aura été enseveli avec ses armes et les principaux meubles à son usage. Nous aurions cru qu’on y aurait trouvé des monnaies ou des médailles ; mais il n’en est point question. Peut-être sera-t-on plus heureux dans les autres fouilles.

6On peut remarquer qu’il existe beaucoup de Molards dans le Dauphiné. On en voit plusieurs aux environs de Villeurbanne, près de Lyon, vers les anciennes Balmes viennoises ; le Docteur Spon en a remarqué un très apparent entre Vienne et St Symphorien. II est possible que la fouille dont nous venons de parler détermine à poursuivre ces opérations intéressantes pour les antiquaires et les artistes.

7Commentaire ajouté probablement par l’inventeur, M. de Verna (non signé) :

8L’on doit ajouter à cette notice insérée dans le moniteur par M. Artaud Directeur du Musée de Lyon quelques détails oubliés, qui peuvent aider à faire découvrir l’époque, où le guerrier gaulois a du être enseveli dans le monticule. Un lit de charbon et d’ossement en partie brûlé, d’un pied et demi d’épaisseur, sur six en carré, prouve, à n’en pouvoir douter, qu’à la dite époque, l’on était en usage de brûler les corps, et le feu même a du être si violent, que l’on a trouvé quelques parties des ornements du char et de l’armure entièrement fondues ; à cette observation, on peut joindre celle, que les trois sabres que cette fouille a produite, étaient tous repliés en trois parties, et aux fragments de leurs fourreaux on a pu reconnaître que deux de ces fourreaux étaient en fer, et l’autre en cuivre. Les roues trouvées sont au nombre de quatre, ce qui semble indiquer un attelage de quatre chevaux ; un d’eux a été le sujet d’un examen particulier de MM. les professeurs de l’école vétérinaire de Lyon qui ont du en faire un rapport à la Société d’Agriculture de cette ville.

Manuscrit de Fr. Artaud à M. de Verna
(avec les planches I, III, IV, V, non signé) (collection privée)

9Des objets curieux viennent d’être trouvés dans un tombeau antique situé à Jalionas département de L’isère arrondissement de Crémieux près du Château de Verna. Ce Tombeau est de ces monuments en forme de Tumuli dont on trouve encore un assez bon nombre dans les diverses contrées de la France. Son ouverture a fait rencontrer d’abord des ossements, des cendres, des charbons et plusieurs armes et ustensiles de diverses sortes. Les plus remarquables de ces objets sont un casque de cuivre sans ornement (pl. IIP.), deux longues épées de fer très minces et a deux tranchants, dont l’une fixée dans son fourreau est repliée en trois parties (pl. III.BB.AA.), un grand vase ou espèce de marmite en cuivre battu et tourné (pl. I.A.), une aiguière à anse avec son couvercle de style romain (pl. III.EE.), des fragments de vases ou casseroles de cuivre jaune et de poteries grossières de fabrique gallo-romaine (pl. I.O.) (1), des boucles fibules et autres ornements, dont un a la forme d’une grenouille de grandeur naturelle (pl. II.M N.), des mors en fer () fabriqués de manière à serrer à la volonté du cavalier la bouche du cheval (pl. III. II.), des pièces de harnais etc.. Parmi toutes ces ferrailles ce qui est plus curieux, plus digne d’examen c’est la ferrure aisée à reconnaître d’un char, laquelle paraît complète ; les quatre moyeux sont en bronze (pl. II.Z) avec des rainures extérieures. Les clavettes qui retenaient les roues sont ornées (pl. H.X.), les bandes de ces roues sont en fer (pl. III.C.C.). On distingue aussi les accoudoirs du char (pl. U.K.). Une faux de fer arrondie comme une serpe paraît y avoir été attachée pour l’armer ; cette faux est en effet percée de quelques trous à l’extrémité qui a dû tenir au char, et les clous sont restés dans ces trous (pl. II.I.). On croit qu’il ne serait pas impossible d’après toutes ces parties de former un dessin assez exact d’un char et d’un attelage antique (v. pl. V.). Strabon en parlant des peuples de la grande Bretagne dit qu’ils combattaient sur des chars ainsi que les peuples de la Gaule, c’étaient Les Efsedarii [sic !] nommés par César qui vraisemblablement avaient retenu cet usage des Troyens. Le même Strabon nous dit que l’armure des Gaulois était proportionnée à leur taille, un long sabre leur pend au côté droit (v. pl. III.AA.), leurs boucliers sont aussi forts longs et leurs lames à proportion (v. même pl. DD), ils portent de plus une espèce de pique qu’on appelle Mataris et quelques uns font usage de l’arc et de la fronde etc..

10Tous les objets trouvés dans le Tumulus Gaulois ont été recueillis avec soin par M. de Verna amateur éclairé des arts qui se propose de faire ouvrir d’autres tombeaux semblables voisins du premier qu’on appelle dans le pays les quatre Molards. Celui qui vient d’être fouillé d’après ce qu’il contenait parait avoir renfermé un guerrier Gaulois qui a vécu à l’époque des colonies romaines () et qui aura été enseveli avec ses armes et les principaux meubles à son usage. Ce qui nous fait pencher pour cette idée, c’est que la forme des objets qui ont été trouvés dans son tombeau sont de style Romain et qu’un débris de vase semblable à celui de la planche I. lettre G. a été trouvé récemment dans les ruines d’une habitation romaine, chez M. Nugues président à la cour royale de Lyon dans le territoire de Pian (?) près de Bourgoin département de l’isère. D’autre part M. Revoil directeur de la poste aux lettres à Aix a découvert dans sa terre de Servanne une longue épée en fer fort mince avec son fourreau (v. pl. III.KK.) semblable à celle qui a été trouvée dans le Tumulus Gaulois (v. même pl. lettre BB.). Nous aurions cru qu’on aurait rencontré des monnaies ou des médailles dans ce tombeau mais il n’en est point question peut-être sera-t-on plus heureux dans les autres fouilles.

11On sait que l’usage d’élever de la terre sur les sépultures est d’une haute antiquité, Amyntar entre autre dans son itinéraire rapporte suivant Athenée livre XI. tome IV. qu’on voyait devant les murs de Ninive un rempart de terre élevé par Cyrus, et qu’il avait pris d’un tertre très haut qu’il fit raser lorsqu’il assiégea cette ville ; ce tertre selon Amyntar était le monument même de Sardanaple et l’on y avait dressé une colonne avec une inscription Caldéenne (digne de la Secte d’Epicure).

12Le traducteur d’Athénée ajoute qu’on a trouvé en Amérique cet usage d’élever des tertres ou buttes de terre sur les tombeaux et que Semiramis en avait fait élever ainsi sur ceux de ses amants qu’elle avait fait égorger. Ce sont ces sortes de monuments qui ont reçu parmi nous le nom de Molards. On peut remarquer qu’il en existe beaucoup dans le Dauphiné ; on en voit plusieurs aux environs de Villeurbanne près de Lyon vers les anciennes Balmes Viennoises. Le Docteur Spon en a remarqué un très apparent entre Vienne et St Symphorien. Il est possible que la fouille dont nous venons de parler détermine à poursuivre ces opérations intéressantes pour les Antiquaires et les Artistes.

Manuscrit Ms 101/3 de l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Lyon
(non signé)

13Le texte étant quasiment le même, ne sera reportée ici que la liste des planches, absentes, avec les mesures des objets, non répertoriées dans les autres manuscrits.

Planche. I :

14A. Un pied, 2 pouces de hauteur sur un pied de large pour la marmite en cuivre battue et tournée

15B. Bouton en cuivre un pouce de large ; tous les autres ornements en bouton sont faits de même. Celui-ci doit avoir servi à orner la bride ; voir KK, pl. IV.

16C. Terre cuite d’un vase avec les mamelons en relief. 2 pouces de large ; Un morceau semblable a été trouvé à St Agrève, (Agrix ?) département de l’Isère près de Bourgoin chez M. Nugues. (Dessin du tesson de céramique intitulé Pl. II).

17D. Ornement en bronze ; 2 pouces dans la queue ; cuivre ; autres moins conservés.

18E. 2 pouces 1/2 de haut. Cuivre. Il y en a d’autres moins conservés. A peut-être servi à fixer le couvercle d’un vase.

Planche. II

19I. Faux en fer ; 2 pieds 2 lignes en hauteur. 1 pouce 6 lignes de surface de la lame.

20K. En bronze ; 2 pieds 3 pouces de long, 5 lignes d’épaisseur ; peut-être un accoudoir.

21L. Un pied 3 pouces 6 lignes de haut, bronze, peut-être un des bras du char.

22M. En bronze ; 1 pouce 8 lignes de haut ; ornement en relief. 0. En bronze ; 2 pouces de large et 2 de haut ; boucle.

23P. 9 pouces 6 lignes de long sur 5 pouces de large ; cuivre battu. Q. 11 pouces de haut ; Cuivre.

24R. Cuivre ; 10 pouces de long sur 2 pouces de large ; espèce de ressort.

25S. 9 pouces 4 lignes de haut ; cuivre.

26T. Cuivre ; 10 pouces 6 lignes de long 7 lignes d’épaisseur ; comme L plus petites.

27V. Cuivre ; Minces ornements frappés. 6 pouces 3 sur 1 pouce 6 lignes de haut ;

28X. 5 pouces de haut sur 4 pouces 6 lignes de large ; cuivre ; il y en a une autre incendiée à moitié fondue.

29Y. Cuivre ; 5 pouces 10 lignes de haut sur 1 pouce de large. Il y en a d’autres plus petits.

30Z. Cuivre ; 5 pouces 5 lignes de diamètre ; 2 pouces 2 lignes d’épaisseur ; il y en a 4 semblables ; moyeu.

31K( ?). 1 pouce 9 ligne de haut, 1 pouce, 4 lignes de diamètre.

Planche. III

32AA. Épée en fer dans son fourreau de même pliée en 3.11 pouces de long, 2 pouces de large, 1 pied 2 pouces de haut ; je soupçonne qu’elle a été renfermée dans la marmite A qui a 1 pied 2 pouces de haut et était de la même longueur que la suivante si elle était dépliée.

33BB. En ter ; 2 pieds, 4 pouces de long la poignée, largeur 2 ( ?).

34(Ce qui me fait penser qu’elle a été renfermée dans le grand vase n° Α.... : texte barré).

35CC ; En ter, 3 pieds, 1 pouce de contour, 1 pouce 6 lignes de large ;

36DD. En fer ; 9 pouces de haut ; 7 lignes de large

37EE. Cuivre battu et tourné ; 8 pouces 6 lignes de haut sur 6 pouces de large.

38FF. En cuivre ; 5 pouces 10 lignes de haut ; 1 pouce de large.

39GG. Cuivre ; 7 pouces 6 lignes sur 5 lignes d’épaisseur.

40HH. En cuivre battu et tourné, et anse en fer, à mesurer, environ un pied de haut.

41II. En fer, il y en a 4 dont 3 ruinés ; 9 pouces 6 lignes de haut, 4 pouces 6 lignes de large.

1- Notice extraite du Moniteur Universel du 24 décembre 1818

1- Notice extraite du Moniteur Universel du 24 décembre 1818

Collection privée

Annexe 2. Nouvelles données de numismatique massaliote et celtique dans l’environnement du tumulus de Verna

  • 1 Le site, au nord-est de la tombe à char, en est distant d’environ deux kilomètres. Il se manifeste (...)

42C’est le recueil de trois monnaies celtiques et marseillaises sur un site1 proche de la tombe à char de Verna, au lieu-dit « Molard Renard » (I.G.N.) qui a motivé cette recherche.

43Les inventaires de découvertes récentes et de différentes collections privées ont permis d’acquérir de nouvelles données sur la représentation des espèces monétaires celtique et marseillaise dans la région de l’Isle Crémieu et les abords du Rhône, qui viennent compléter le faciès numismatique mis en évidence par les travaux de B. Fischer (Fischer 1990 et 1991), sur le site de Larina (Isère).

  • 2 Neuf monnaies proviennent de Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; une de Boulieu commune d (...)
  • 3 Une monnaie provient de Serrières-de-Briord (le Point Vert) ; neuf de Villebois ; neuf de St-Vulbas (...)

44L’étude porte sur un groupe de cinquante monnaies, dont trente proviennent du plateau de l’isle Crémieu (Isère)2 et vingt des bords du Rhône, sur le département de l’Ain3. Ce lot monétaire se répartit entre sept monnaies massaliotes, trente-deux monnaies celtiques de Narbonnaise, et neuf de Gaule Chevelue. Deux monnaies n’ont pu être identifiées. Un élément particulier qui prend la forme d’une petite gouttelette d’argent, accompagne ce lot monétaire, il pourrait s’agir d’un flan de monnaie gauloise.

L’Analyse du lot

45Trois sites distincts ont donné trois ensembles homogènes de monnaies qui pourraient appartenir à de petits lots éclatés (fig. 1).

    • 4 Ce premier lot rassemble les types les plus anciens, sa composition permet d’envisager un enfouisse (...)

    Le lot de Villebois regroupe cinq monnaies au cheval galopant, un bouquetin, trois hippocampes Allobroges et une imitation des statères de Philippe II de Macédoine4.

  1. Le lot de St-Vulbas présente quatre cavaliers de la vallée du Rhône, un hippocampe, un potin à la grosse tête et un quinaire du type Sequanoiotos.

  2. Le lot de Faverges-de-Mépieu est constitué de huit monnaies au cavaliers de la vallée du Rhône et d’un statère imitant le monnayage de Philippe II de Macédoine.

1- Répartition générale du lot monétaire

1- Répartition générale du lot monétaire

Pour les Allobroges 7 monnaies au cheval galopant et au bouquetin, 22 à l’hippocampe et cavalier du Rhône, 2 statères

46La découverte de deux statères du type d’Annonay (BN 60666067), dont le profil de l’avers rappelle celui des monnaies dites Cavares au bouquetin, renforce l’idée d’un numéraire originaire de la vallée du Rhône. Bien que hors contexte, l’association de ce numéraire à des monnaies datées des environs de 90-75 av J.-C. et 75-52 av J.-C., semble confirmer la datation de la première moitié du Ier s. av. J.-C., déjà avancée pour ce type de monnayage (Deroc 1983 : 24). Le style dégénérescent de ces imitations, comparativement aux exemplaires de datation plus haute, et leur poids plus léger (5 à 6 g.), va encore dans le sens de cette datation.

  • 5 La situation de cette région par rapport à un axe de communication entre la Gaule Narbonnaise, la G (...)

47La prédominance des espèces monétaires allobroges paraît respecter la logique qu’impose le cadre géographique de ces découvertes. Néanmoins, vu la position frontalière de la région de provenance, on aurait pu s’attendre à un faciès beaucoup moins local que celui présenté ici. Malgré tout, le lot de monnaies provenant de part et d’autre du Rhône démontre une interpénétration des monnayages entre la Gaule Chevelue et la province de Narbonnaise5 (fig. 2).

48Sur la rive droite du fleuve (Ain), l’ensemble du lot monétaire provenant de cette zone, soit dix-huit monnaies identifiables, est constitué à 78 % de numéraire attribuable aux Allobroges. Seules deux monnaies sont marseillaises, deux autres appartiennent à la Gaule Chevelue. Les problèmes qui persistent sur les limites du territoire allobroge et la possibilité d’une extension sur la rive droite du Rhône pourraient en partie expliquer ces chiffres.

2- Répartition des monnaies de la rive droite du Rhône (Ain)

2- Répartition des monnaies de la rive droite du Rhône (Ain)

Pour les Allobroges 6 monnaies au cheval galopant et au bouquetin, 7 à l’hippocampe et cavalier du Rhône, 1 statère

49Le lot provenant de l’isle Crémieu démontre la prédominance du monnayage régional, soit dix-huit monnaies sur trente, et dont quinze sont des monnaies au cavalier de la vallée du Rhône. Le reste des espèces se répartit entre cinq monnaies marseillaises et sept de la Gaule Chevelue (essentiellement de l’est et du centreest) (fig. 3).

3- Répartition des monnaies de l’isle Crémieu

3- Répartition des monnaies de l’isle Crémieu

Pour les Allobroges 1 monnaie au cheval galopant et au bouquetin, 15 cavaliers du Rhône, 1 statère

  • 6 Ces chiffres sont à prendre avec prudence, le lot étudié n’étant pas très important. Si l’on associ (...)

50Les constats faits à l’échelle du site de Larina, d’une forte représentation des espèces massaliotes et de la pauvreté des types provenant de la Gaule Chevelue (Fischer 1991), semblent s’inverser à l’échelle de notre lot. Sur la totalité du monnayage, 14 % est d’origine (ou d’imitation) marseillaise, alors que 62 % est attribué aux Allobroges ; 2 % des espèces restent régionales. Le monnayage appartenant à la Gaule Chevelue est, ici, mieux représenté que celui de Marseille avec près de 18 %6.

  • 7 L’association des deux lots monétaire représente quatre-vingt-dix-sept individus identifiés, dont 2 (...)

51Néanmoins, l’association des monnaies étudiées par B. Fischer (1990 et 1991) et du lot présenté ici, donne un faciès local homogène, avec près de 58,8 % du numéraire attribuable au monnayage allobroge7. Ceci dans une zone frontalière, sur un axe de communication non négligeable, où l’on aurait pu s’attendre à une mixité plus marquée du monnayage celtique et marseillais.

  • 8 Il est entendu qu’une distribution secondaire peu être à l’origine de cette répartition du lot moné (...)

52L’étude de ce lot monétaire met en évidence, dans une certaine mesure, les courants commerciaux entre Marseille, la périphérie nord de la Gaule Narbonnaise et la Gaule Chevelue8. Le Rhône apparaît alors comme une voie et un axe de communication générant des échanges entre ces régions, et non comme une barrière les freinant (fig. 4).

4- Répartition des monnaies de Larina (Oppidum et la Chuire)

4- Répartition des monnaies de Larina (Oppidum et la Chuire)

Pour la vallée du Rhône 7 Cavares, 18 Allobroges, 1 Volques Arécomiques, et 1 potin au long cou. Pour ce graphique nous avons conservé les attributions aux Cavares des monnaies au cheval galopant et au bouquetin, lors de la parution de l’article de Mme B. Fischer

  • 9 Rappelons qu’un coin monétaire, du revers de ce type de numéraire, avait été découvert en 1987 sur (...)

53Du point de vu numismatique, la découverte, en territoire allobroge, de plusieurs monnaies au cheval galopant et au bouquetin (ou cervidé) qui étaient traditionnellement attribuées aux Cavares, liées au exemplaires déjà répertoriés en 19919, paraît confirmer une origine allobroge, aujourd’hui démontrée par la thèse de Y. Van Der Wielen. De plus, les statères du type d’Annonay, qui sont stylistiquement proche de ces monnayages, proviennent pour les exemplaires connus du territoire allobroge. II semble donc bel et bien s’agir d’un monnayage local.

Catalogue

Les monnaies de Marseille

Obole de Marseille, groupe II

54A/ Tête à droite, favoris

55R/ Roue à quatre rayons ; M A dans deux cantons de la roue.

  • 10 Brenot et Scheers 1996 ; De La Tour et Fischer 1994.

56Réf. Lyon cat. 111-115 p. 30, LT 580 pl. II ; Renne cat. 1475 p. 13710.

571- Verna ; Argent frappé ; 10 mm ; 0,63 g.

Obole de Marseille, groupe III

58A/Tête à gauche, sans corne frontale ; les mèches encadrant le front et les tempes sont en forme de crochets s’étirant vers l’arrière ; devant l’oreille, de courts favoris.

59R/ Roue à quatre rayons ; M A dans deux cantons de la roue. Réf. Lyon cat. 138-144 p. 30, LT 580 pl. II.

  • 11 Pour toutes les monnaies concernant les communes de Saint-Baudille-de-la-Tour et d’Optevoz voir Car (...)

602- St-Baudille-de-la-Tour « Marcolay I »11 ; monnaie n° 13 ; Argent frappé ; 10 mm ; 0,62 g.

613- Verna ; Argent frappé ; 10 mm ; 0,73 g.

Obole de Marseille, groupe IV, émise entre 90 et 49 av. J.-C. (imitation locale ?)

62A/ Tête à gauche, sans corne frontale ; les mèches encadrant le front et les tempes sont en forme de crochets s’étirant vers l’arrière. Gravure de style dégénéré ; le diamètre du flan inférieur à celui du coin.

63R/ Roue à quatre rayons dont la jante a disparu ; M A entre les rayons.

64Réf. Lyon cat. 146-147 p. 31

654- Optevoz « Batailler est » ; monnaie n° 108 ; Argent frappé ; 9 mm ; 0,45 g.

665- St-Vulbas « Marcilleux » ; Argent frappé ; 9 mm ; 0,51 g.

Bronze au taureau cornupète, série 18 (période III, 140-49 av. J.-C.)

67A/ Tête d’Apollon lauré, à droite.

68R/ Taureau chargeant à droite, M A Σ Σ A au-dessus du taureau Réf. Lyon cat. 206-213 p. 37 ; LT 2242

696- Serrières-de-Briord « Point Vert » (01) ; Bronze frappé ; 15 mm ; 2,15 g.

Bronze au taureau cornupète, émission tardive (imitation ?)

70A/ Tête d’Apollon lauré, à droite, peu soigné

71R/ Fruste

  • 12 Le flan de cette monnaie, par sa forme, a sans doute été coulé.

727- St-Baudille-de-la-Tour « Médille » ; Bronze frappé12 ; 13 mm ; 1,66 g.

Les monnaies de la Narbonnaise

Série au Bouquetin ou Cervidé attribuée traditionnellement aux Cavares13, classe III

  • 13 Depuis déjà quelques années une origine allobroge est pressentie pour ces monnaies. À la lumière de (...)

73A/ Tête laurée à droite, gravée avec peu de soin.

74R/ Bouquetin courant à droite, la queue au-dessus du dos ; au-dessous, une croix.

75A. Deroc (Deroc 1983) date cette série du premier quart du Ier s. av. J.-C. Elle pourrait être plus ancienne.

76Réf. Lyon cat. 143-145 p. 63 ; Deroc cl. III.

778- Villebois (01) ; Argent frappé ; 14 mm ; 2,28 g.

Série en argent au cheval galopant attribuée traditionnellement aux Cavares14, classe II

  • 14 Là encore, les nouvelles données disponibles et les travaux effectués ses dernières années, tendent (...)

78A/ Tête laurée à gauche ; grènetis au pourtour ; chevelure et bandeau stylisés en trois rangées parallèles de motif : traits obliques, chevrons, virgules.

79R/ Cheval galopant à gauche ; la crinière est représentée par un grènetis ; au-dessus du cheval, un rameau ou une épée, symbolisé par une ligne bouletée à son extrémité et accostée de quatre points ; cercle plein au pourtour.

80A. Deroc place cette frappe vers 90-75 av. J.-C., mais cette datation est considérée comme trop tardive.

81Réf. Lyon cat. 151-15 p. 64 ; Renne cat. 1497-1501 p. 140 ; LT 2895 ; BN 2637-44/2893-95, Deroc cl. II.

829- Villebois (01) ; Argent frappé ; 13 mm ; 2,15 g.

8310- Villebois (01) ; Argent frappé ; 15 mm ; 2,23 g.

8411- Villebois (01) ; Argent frappé ; 13 mm ; 2,18 g.

8512- Villebois (01) ; Argent frappé ; 14 mm ; 2,21 g.

8613- Villebois (01) ; Argent frappé ; 14 mm ; 2,21 g.

Série en argent au cheval galopant attribuée traditionnellement aux Cavares, classe III

87A/ Tête laurée à gauche, très schématisée ; grènetis.

88R/ Cheval galopant à gauche ; la crinière est représentée par un grènetis ; au-dessus du cheval, un rameau ou une épée, symbolisé par une ligne bouletée à son extrémité et accostée de quatre points ; au-dessous, VOL.

89Réf. Lyon cat. 159-162 p. 64 ; BN 2628-2635 ; Deroc cl. III.

9014- Porcieu-Amblagnieu (38) ; Argent fourré, frappé ; 15 mm ; 1 47 g. ; VOL, revers fruste.

Obole des Volques Arécomiques (?) imitant l’obole de Marseille du groupe IV

91A/ Tête nue d’Apollon à gauche, sans corne frontale ; les mèches encadrant le front et les tempes sont en forme de crochets s’étirant vers l’arrière. Gravure de style dégénéré

92R/Roue à quatre rayons dont la jante a disparue ; A R entre les rayons.

  • 15 Colbert de Beaulieu et Fischer 1998.

93Cette monnaie peut être rapprochée chronologiquement du monnayage massaliote qu’elle imite, soit vers 90-49 av. J.-C. Réf. RIG IV, n° 35 p. 90-9115.

9415- Optevoz « Batailler est » ; monnaie n° 107 ; Argent frappé ; 10 mm ; 0,42 g.

Série à l’Hippocampe des Allobroges, classe I

95A/ Tête casquée à droite ; le casque à cimier avec panache est stylisé ; grènetis. Le cou est parfois orné d’un torque. Sur certains exemplaire le profile est en buste et cuirassé (monnaie n° 13).

96R/ Hippocampe stylisé à droite ; cercle de grènetis.

97Selon A. Deroc la frappe remonterait vers 90-75 av. J.-C., mais cette datation est jugée trop tardive.

98Réf. Lyon cat. 164-167 p. 64-65 ; Renne cat. 1505 et 1506 p. 141 ; LT 2917 ; Deroc cl. I.

9916- Villebois (01) ; Argent frappé ; 13 mm ; 2,20 g.

10017- Villebois (01) ; Argent frappé ; 13 mm ; 2,21 g.

10118- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 14 mm ; 2,11 g.

Le monnayage au cavalier de la vallée du Rhône

102Ces monnaies, dont la métrologie est alignée sur celle du denier romain, ont pour prototype les exemplaires de Q MARCIUS PHILIPUS monétaire vers 119 av. J.-C. Les émissions, attribuées aux Allobroges, sont placées entre 75 et 52/51 av. J.-C., mais cette datation tardive est controversée.

Série au cavalier des Allobroges, en argent, anépigraphe

103A/ Tête casquée de Rome à droite ; grènetis.

104R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; grènetis

10519- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,85 g. (avers de la monnaie, fruste)

10620- Boulieu, commune de Courtenay ; Argent frappé ; 16 mm ; 1,73 g. ; fruste.

Série au cavalier des Allobroges, en argent, groupe I, 7

107A/ Tête casquée de Rome à droite ; devant BR-I coupant le grènetis.

108R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; au-dessous COMA

109Réf. Lyon cat. 181-197 p. 65 ; Renne cat. 1510 et 1511 p. 141 ; LT 5820 ; Deroc groupe l, 7 ; Colbert 1973, p. 296-298

11021- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,60 g. (monnaie en partie coupée) ; []/COMA

11122- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,78 g. (monnaie en partie coupée) ; légende non lisible.

11223- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 2,03 g. ; légende non lisible

11324- St-Baudille-de-la-Tour, « La Plaine » ; monnaie n° 91 ; Argent frappé ; 14 mm ; 2,10 g. ;[]/CO[MA]

Série au cavalier des Allobroges, en argent, groupe I, 7 ; avec rameau et annelet

114A/ Tête casquée de Rome à droite ; devant un rameau et BR-I ; grènetis.

115R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; au-dessous COMA surmonté d’un annelet centré.

116Réf. Lyon cat. 198-210 p. 65 ; Renne cat. 1512 p. 141 ; LT 5836 ; Deroc groupe l, 7 ; BN 5833-5854 ; Colbert 1973, p. 296-298

11725- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,61 g. (monnaie en partie coupée) ; []/C[OMA]

Série au cavalier des Allobroges, en argent, groupe II, 16

118A/ Tête casquée de Rome à droite ; devant ROW ; grènetis.

119R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; au-dessous CN.VOL ; grènetis.

120Réf. Lyon cat. 246-248 p. 66-67 ; Renne cat. 1516 p. 142 ; LT 5895 ; Deroc groupe 11,16 ; BN 5895-5905 ; Colbert 1973, p. 296-298

12126- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 17 mm ; 2,12 g. ; [RO]W/CN.VOL

Série au cavalier des Allobroges, en argent, groupe III, 18

122A/Tête casquée de Rome à droite ; derrière AMBILLI ; grènetis.

123R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; au-dessous EBVRO ; grènetis.

124Réf. Lyon cat. 253-256 p. 67 ; Deroc groupe 111,18 ; LT 5719 ; Colbert 1973, p. 296-298

12527- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 16 mm ; 1,92 g. ; [AMBIL]LI/EBVRO

  • 16 Cette monnaie a la particularité d’avoir été sur-frappée ou mal frappée, provoquant ainsi un dédoub (...)

12628- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 2,05 g. ; [AMJBILLI/[E]BVRO16

12729- Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,95 g. ; légende non lisible

12830- La Brosse, commune de La-Balme-Les-Grottes ; Argent fourré, frappé ; 15 mm ; 1,11 g. ; []/EBVR[O] ; avers fruste.

Série au cavalier des Allobroges, en argent, groupe IV, 23

129A/ Tête casquée de Rome à droite ; devant DVRNACOS ; grènetis.

130R/ Cavalier armé d’une lance au galop à droite ; au-dessous AVSCRO ; grènetis.

131Réf. Lyon cat. 263-273 p. 67-68 ; Renne cat. 1519-1524 p. 142 ; LT 5762 ; Deroc groupe IV,23 ; BN 5749-5771 ; Colbert 1973, p. 296-298

13231- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,77 g. ; [D]VRNACO[S]/AVSCRO

13332- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 14 mm ; 1,79 g. ; légende non lisible

13433- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 15 mm ; 1,63 g. ; DVRNACOS/[]

13534- St-Baudille-de-la-Tour « Levaray » ; monnaie n° 60 ; Argent frappé ; 14 mm ; 1,78 g. ; [DV]RNACOS/[]

13635- St-Baudille-de-la-Tour « Marcolay I » ; monnaie n° 14 ; Argent frappé ; 13 mm ; 1,76 g. ; [DVRNAJCOS/AV[SCRO]

13736- St-Baudille-de-la-Tour « La Plaine » ; monnaie n° 90 ; Argent frappé ; 14 mm ; 1,79 g. ; [DVRN]ACOS/AVSCRO

Série divisionnaire des cavaliers du Rhône, groupe IV, 22 (imitant l’obole de Marseille)

138A/ Tête nue à gauche (Apollon ?) ; la chevelure bouclée, vers arrière ; devant la légende DVRN.

139R/ Une roue, où les quatre cantons sont pourvus chacun d’une lettre formant la légende AVSC

  • 17 A Lyon, les fouilles entreprises sur "le sanctuaire de Cybèle" (sondage D2) ont permis de découvrir (...)

140L’inscription de ce type de numéraire permet de l’apparenter à la série au cavalier du Rhône DVRNACOS/AVSCRO, dont elle est une monnaie divisionnaire17 et contemporaine,

141Réf. Deroc groupe IV, 22 p. 9 et 49 n° 233 pl. X ; RIG n° 146 p. 243-244 ; BN 5780-5785.

14237- Optevoz « Batailler est » ; monnaie n° 106 ; Argent frappé ; 9 mm ; 0,47 g. ; []/AVSC

Série des statères imitant le monnayage de Philippe II de Macédoine, type d’Annonay

143A/ Tête laurée à gauche, la chevelure bouclée en forme de S

144R/ Char à deux chevaux, vers la gauche, conduit par un aurige. Il semble s’agir d’une émission tardive de statères, car en or bas ou fourré. Le style du profil au droit de ces monnaies, rappelle les monnayages au bouquetin et au cheval attribués traditionnellement aux Cavares. La datation de ces monnaies, qui appartiennent probablement aux numéraires de la vallée du Rhône (Van der Wielen 1999 :72, note 101), doit se situer dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. Une origine allobroge paraît envisageable si l’on accepte, pour le même peuple, la provenance des monnayages au bouquetin et au cheval galopant.

145Réf. Lyon cat. 314 p. 73-74 ; Deroc p. 24 ; LT 6067 ; BN 6066-6067.

14638- Faverges commune de Crey-Mépieu-Pusignieu ; Or bas fourré ; 18 mm ; 5,04 g.

14739- Villebois (01) ; Or bas ; 19 mm ; 6,32 g.

Les monnaies de la Gaule Chevelue

Les monnaies du centre et du centre-est de la Gaule

148Série des potins à la grosse tête du centre-est, attribués aux Séquanes.

Potin à la grosse tête au bandeau lisse, type A4,1

149A/ Tête humaine grossière à gauche ; un double bandeau lisse limite la chevelure ; la calotte crânienne remplit tout l’espace entre le bandeau et le pourtour du flan, divisant ainsi l’image monétaire en deux ; l’oeil est indiqué par une cavité ; le nez est séparé de la face ; petit front ; la lèvre supérieure est indiquée par un petit trait, la lèvre inférieure par un globule important ; le cou figuré par deux barres au relief aplati,

150R/ Quadrupède à corne, vers la gauche ; une longue queue fortement recourbée au-dessus du dos ; la patte avant formant un angle ouvert et touchant presque en son extrémité la ligne de sol créée par la patte arrière repliée à angle droit ; filet périphérique. Ces monnaies sont attachées, dans de nombreux cas, à des contextes de La Tène D1. Ce type de monnayage est antérieur à 52 av. J.-C.

151Réf. Geiser et Gruel 1993 type A4, 1 ; Lyon cat. 537-544 p. 91 ; Renne cat. 1283 p. 119 ; LT 5368 et 5401 ; Geiser et Gruel 1996 p. 11-15.

15240- St-Vulbas (01) ; Bronze coulé ; 19 mm ; 5,46 g.

Potin à la grosse tête à bandeau décoré, type B, 1

153A/ Grosse tête à gauche ; oeil en creux cerclé par un anneau ; oeil et nez reliés ; joue prononcée ; globule en guise de lèvre inférieure ; double bandeau décoré : perles ou feuilles ; un petit cou figuré par deux barres en relief aplati ; filet périphérique.

154R/ Quadrupède à corne, tourné vers la gauche, dérivé du taureau cornupète de Marseille ; tête courte et fine, œil globulaire ; échine redressée, la queue fortement recourbée au-dessus du dos touche presque la corne ;

155Réf. Geiser et Gruel 1993 type B1 ; Geiser et Gruel 1996 p. 11-15.

15641- St-Baudille-de-la-Tour « La Plaine » ; monnaie n° 93 ; Bronze coulé ; 19 mm ; 6,23 g.

Potin à la grosse tête à bandeau mixte, type B, 5

157A/ Grosse tête à gauche ; petit oeil réaliste ; bouche représentée par deux petits globules ; oreille figurée par deux cercles jointifs ; double bandeau mixte représenté par une bande lisse et une bande perlée ; légende Q DOCI ; filet périphérique

158R/ Quadrupède à corne, tourné vers la gauche ; tête haute ; queue en forme de S au-dessus du dos qui touche la corne dans certain cas.

159Ce monnayage en bronze coulé, de même que son parallèle à la légende Q SAM, font partie d’un groupe comprenant les quinaires à la légende Q DOCI SAM F. L’émission de ces quinaires est antérieure à 52 av. J.-C. et ne peut remonter au-delà de 57 av. J.-C., les potins sont probablement contemporains de cette frappe.

160Réf. Geiser et Gruel 1993 type B5 ; Geiser et Gruel 1996 p. 11-15 ; LT 5542 ; BN 5542-5545 ; Lyon cat. 531-532 p. 91 ; Renne cat. 1290-1291 p. 120.

16142- St-Baudille-de-la-Tour « La Plaine » ; monnaie n° 92 ; Bronze coulé ; 18 mm ; 4,40 g. ; DOCI

Potin au swastika de la Loire moyenne

162A/ Tête réduite à une silhouette et apparemment casquée, à droite ; filet périphérique

163R/ Swastika dont les bras se touchent ; filet périphérique.

164La forte similitude qui existe entre le droit de ces monnaies et ceux des potins à la tête diabolique des Turones, en fait une série parallèle et sans doute contemporaine, dont l’émission, largement représentée dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., ne semble pas remonter au-delà de la guerre des Gaules.

165Réf. Lyon cat. 822-828 p. 116 ; Fischer 1983 p. 291-298 ; BN 6293-6294.

16643- Optevoz « Le Couloup » ; monnaie n° 134 ; Bronze coulé ; 15 mm ; 2,71 g.

Série des quinaires incertains de l’Est, à la légende SEQVANOIOTVOS

167A/ Tête imberbe à gauche, chevelure représentée par deux rangées de boucles fermées ; grènetis

168R/ Sanglier à gauche, les soies hérissées au-dessus du dos ; autour se développe la légende SEQVANOIOTVOS

169Ces monnaies se rattachent au groupe des quinaires de l’Est, notamment ceux à la légende KA ETE_OY, les plus anciens. Le début de la frappe doit se situer bien avant la guerre des Gaules (seize exemplaires ont été trouvés dans les fossés de Grésigny-Sainte-Reine) ; l’attribution traditionnelle aux Séquanes est incertaine.

170Réf. Lyon cat. 569-571 p 93 ; LT 5351 ; BN 5329-5366

17144- St-Vulbas (01) ; Argent frappé ; 13 mm ; 1,78 g. ; SEQVANO[IOT-VOS]

Quinaire Lingons à la légende KALETEDV (ΚΑΛΕΤΕΔΟΥ)

172A/ Tête coiffée d’un casque ailé, à gauche ; le cou ceint d’un collier perlé ; grènetis

173R/ Cheval bridé galopant vers la gauche ; légende (ΚΑΛΕΤΕΔΟΥ) sous la forme d’un monogramme qui évolue selon les émissions, ici : ΚΑΛ-O/E-Y/Ε-Y

174D’abord classées comme incertaine de l’Est ces monnaies ont été attribuées aux Lingons, mais une origine éduenne d’une partie de ce type de monnayage n’est pas exclue. Le prototype est un denier romain au nom de P. Cornellius Sulla, émis vers 145 av. J.-C. Les émissions semblent commencées dès la fin du IIe s. av. J.-C., et se poursuivent jusqu’à la conquête romaine.

175Réf. Lyon cat. 464-470 p. 87-88 ; Renne cat. 1367-1371, cl. H, p. 125 ; RIG IV, n° 92 p. 169-170.

17645- St-Baudille-de-la-Tour « Le Cruy » ; monnaie n° 1 ; Argent frappé ; 12 mm ; ? g ; ΚΑΛ- O []

17746- Hières-sur-Amby ; Argent fourré, frappé ; 13 mm ; 1,74 g. ; ΚΑ - O []

  • 18 Le faible poids des exemplaires n° 46 et 47 pourrait indiquer qu’il s’agit ici d’exemplaires tardif (...)

17847- Verna ; Argent frappé ; 11 mm ; 1,61 g.18 ; ΚΑΛ-O[]Y

Quinaire Eduens EDVIS/ORGETIRIX

179A/ Buste drapé à droite, dont la chevelure est composé de six mèches enroulées ; devant EDVIS ; grènetis

180R/ Ours avançant vers la droite ; à l’exergue ORGETIRIX ; grènetis Cette série reprend le même profil que « les quinaires à la lyre », elle pourrait donc être contemporaine. Cependant leur absence des trésors monétaires datés semble indiquer leur postériorité à la guerre des Gaules. La présence de ce type de monnaies dans le trésor de Chantenay (Nièvre) indique une frappe antérieure à 36 av. J.-C.

181Réf. Lyon cat. 350-351 p 77-78 ; BN 4822-4829

18248- St-Baudille-de-la-Tour « Lacliou » ; monnaie n° 52 ; Argent fourré, frappé ; 13 mm ; 1,41 g. ; percée d’un trou central ; ED[VIS]/[]

Flan en argent (n° 51)

  • 19 Le poids de cet élément (1,72 g.) est proche des standards de certaines espèces régionales, notamme (...)
  • 20 Des moules de ce type étaient présents parmi le mobilier de la faille de "La Chuire" à Larina. Voir (...)

183Un élément particulier, pourrait s’avérer être un flan de monnaie gauloise, ou un numéraire à part entière fonctionnant comme un moyen de paiement et/ou d’échange. Il s’agit d’un nodule d’argent, ovale, de 9 mm de longueur par 6 mm de largeur, et d’un poids de 1,72 g.19. Celui-ci provient d’un petit habitat où les matériaux sont caractéristiques d’un établissement gallo-romain, et dont le mobilier permet d’envisager une occupation entre le deuxième quart du Ier s.ap. J.-C. et le troisième quart du IVe s. ap. J.-C. Mais, quelques éléments isolés attestent d’une occupation antérieure, au Ier s. av. J.-C., avec notamment la présence de tessons d’amphores Dressel 1A et d’une monnaie gauloise (cf. monnaie n° 47). L’existence de ce type de flan est attestée par la découverte de moules à alvéoles20 sur plusieurs oppida, et par la présence de flan de même forme notamment sur l’oppidum de Zàvist (Bohême).

Notes

1 Le site, au nord-est de la tombe à char, en est distant d’environ deux kilomètres. Il se manifeste principalement par la présence de tegulae, de céramique commune et de sigillée.

2 Neuf monnaies proviennent de Faverges, commune de Creys-Mépieu-Pusignieu ; une de Boulieu commune de Courtenay ; dix de StBaudille-de-la-Tour ; quatre d’Optevoz ; une de Hières-sur-Amby ; trois de Verna, une de Porcieu-Amblagnieu, et une de La Brosse, commune de La-Balme-Les-Grottes. Ces monnaies, hors stratigraphie, sont issues principalement d’établissements isolés, dont le matériel est caractéristique de la période gallo-romaine (seuls quelques éléments isolés : amphores italiques, céramique campanienne, objets métalliques, monnaies, attestent d’une occupation de La Tène D), et de l’agglomération secondaire, antique, d’Optevoz. Seule la monnaie provenant de Hières-sur-Amby est une découverte isolée, hors contexte, dans un sentier menant du village à Larina.

3 Une monnaie provient de Serrières-de-Briord (le Point Vert) ; neuf de Villebois ; neuf de St-Vulbas ; une de Marcilleux, commune de St-Vulbas. Ces monnaies sont issues du même type d’établissements que précédemment.

4 Ce premier lot rassemble les types les plus anciens, sa composition permet d’envisager un enfouissement plus précoce.

5 La situation de cette région par rapport à un axe de communication entre la Gaule Narbonnaise, la Gaule Chevelue, et l’Italie, ainsi que la présence d’un passage à gué sur le Rhône, au niveau de St-Vulbas, ne sont sans doute pas étranger à ce phénomène.

6 Ces chiffres sont à prendre avec prudence, le lot étudié n’étant pas très important. Si l’on associe ce lot à celui de Larina, les espèces massaliotes restent bien représentées, largement devant le monnayage originaire de Gaule Chevelue.

7 L’association des deux lots monétaire représente quatre-vingt-dix-sept individus identifiés, dont 23,7 % sont des espèces massaliotes et 12,4 % des espèces provenant de Gaule Celtique.

8 Il est entendu qu’une distribution secondaire peu être à l’origine de cette répartition du lot monétaire.

9 Rappelons qu’un coin monétaire, du revers de ce type de numéraire, avait été découvert en 1987 sur le site de Larina.

10 Brenot et Scheers 1996 ; De La Tour et Fischer 1994.

11 Pour toutes les monnaies concernant les communes de Saint-Baudille-de-la-Tour et d’Optevoz voir Carrara 2000, Vol. II.

12 Le flan de cette monnaie, par sa forme, a sans doute été coulé.

13 Depuis déjà quelques années une origine allobroge est pressentie pour ces monnaies. À la lumière des nouvelles découvertes et des travaux récents, il apparaît que ce type de monnayage soit bel et bien Allobroge (Van der Wielen 1999, Dhénin 2002)

14 Là encore, les nouvelles données disponibles et les travaux effectués ses dernières années, tendent à prouver l’origine allobroge du monnayage au cheval libre galopant. D’ailleurs les deux coins monétaires que l’on connaisse, pour ce type de numéraire, ont été découverts en territoire allobroge, et notamment un à Larina.

15 Colbert de Beaulieu et Fischer 1998.

16 Cette monnaie a la particularité d’avoir été sur-frappée ou mal frappée, provoquant ainsi un dédoublement de la légende EBVRO.

17 A Lyon, les fouilles entreprises sur "le sanctuaire de Cybèle" (sondage D2) ont permis de découvrir cinq exemplaires de ce type de monnayage, dans un contexte stratigraphique de 30/40 av. J.-C., voir 50/60 av. J.-C. (renseignements A. Desbat, A. Audra).

18 Le faible poids des exemplaires n° 46 et 47 pourrait indiquer qu’il s’agit ici d’exemplaires tardifs ou d’imitations.

19 Le poids de cet élément (1,72 g.) est proche des standards de certaines espèces régionales, notamment les cavaliers du Rhône du type DVRNACOS/AVSCRO (1,75 g. en moyenne).

20 Des moules de ce type étaient présents parmi le mobilier de la faille de "La Chuire" à Larina. Voir également Debord 1989.

Table des illustrations

Titre 1- Notice extraite du Moniteur Universel du 24 décembre 1818
Crédits Collection privée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre 1- Répartition générale du lot monétaire
Légende Pour les Allobroges 7 monnaies au cheval galopant et au bouquetin, 22 à l’hippocampe et cavalier du Rhône, 2 statères
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 2- Répartition des monnaies de la rive droite du Rhône (Ain)
Légende Pour les Allobroges 6 monnaies au cheval galopant et au bouquetin, 7 à l’hippocampe et cavalier du Rhône, 1 statère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 3- Répartition des monnaies de l’isle Crémieu
Légende Pour les Allobroges 1 monnaie au cheval galopant et au bouquetin, 15 cavaliers du Rhône, 1 statère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 4- Répartition des monnaies de Larina (Oppidum et la Chuire)
Légende Pour la vallée du Rhône 7 Cavares, 18 Allobroges, 1 Volques Arécomiques, et 1 potin au long cou. Pour ce graphique nous avons conservé les attributions aux Cavares des monnaies au cheval galopant et au bouquetin, lors de la parution de l’article de Mme B. Fischer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1938/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Alpara, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access