Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tombe à char de Verna (Isère)

 | 
Franck Perrin
, 
Martin Schönfelder

Chapitre 3. Le dépôt funéraire

Texte intégral

1Les relations de la découverte archéologique à l'origine de la collection de Verna (fig. 12) conduisent à conclure qu'on a affaire à la fouille d'une sépulture gauloise. La question se pose de savoir si les mobiliers attribués à cette découverte et présentés comme un ensemble corroborent une telle interprétation. En effet, en Gaule, à la fin de l'âge du Fer et au début du Haut-Empire, plusieurs découvertes d'aspect funéraire (chambre boisée, important dépôt de vaisselle, armes etc.) se caractérisent par l'absence de tout reste osseux humain (Boulestin, Buisson, Gomez de Soto 2002). Ces découvertes encore énigmatiques (cénotaphes, dépôts cultuels…) doivent être distinguées des ensembles dans lesquels le corps du défunt est encore présent avec des restes plus ou moins nombreux récupérés dans les cendres du bûcher.

12 – Objets métalliques de la collection de Verna

2A Verna, la présence d'ossements fut consignée dans les premiers comptes rendus de Fr. Artaud. Toutefois, ce dernier a écrit en marge du Ms 101 qu'il s'agissait “d'ossements d'animaux, d'ossements” dans les autres versions. En revanche, l'auteur insiste sur la présence “parmi les ossements dont nous venons de parler… à fleur de terre d'ossements de chevaux répandant une odeur infecte, que nous fîmes enterrer. Aucun reste humain ne fut alors signalé, mais les inventeurs ne disposaient sans doute pas des connaissances permettant de les identifier dans un contexte de crémation. Par chance, dans la collection de Verna figurent plusieurs esquilles et fragments d'os qui offrent l'opportunité de valider l'interprétation ancienne de “sépulture” et de confirmer la présence de faune.

OSSEMENTS HUMAINS ET ANIMAUX. Fr. Blaizot, D. Lalaï

3La collection de Verna conserve deux fragments osseux assurément humains :

  • Un fragment d'un pariétal droit humain mature conservé au niveau de l'obélion (postéro-latérale droit) de 6,5 sur 4,5 cm, porte le foramen pariétal droit, cassé sur la pars postica de la suture sagittale, ouverte. En vue exocrânienne, le fragment est légèrement altéré : l'os cortical est décoloré et a un aspect mousse ; en vue endocrânienne, l'aspect est normal. L'épaisseur varie de 6,5 à 8 mm.

  • Un fragment de voûte crânienne humaine mature, correspondant à la région du bregma, de 4 sur 5 cm, portant la pars bregmatica des sutures coronale et sagittale. L'oblitération des sutures est du stade 1 de Broca en vue exocrânienne et des stades 3 (coronale) et 4 (sagittale) en vue endocrânienne. L'épaisseur est de 5 à 6 cm, l'aspect de l'os est sain sur ses deux faces.

4Ces deux fragments ne sont pas brûlés, ni même chauffés. Il est difficile d'affirmer qu'ils appartiennent ou non au même sujet. L'aspect de surface en vue exocrânienne n'est pas le même, mais l'altération du pariétal peut être due aux conditions d'enfouissement, si le bloc crânio-facial reposait au contact du sol par sa partie postéro-supérieure. L'état des sutures diffère, mais l'on sait que la coronale se synostose plus rapidement que la sagittale. Toutefois, bien que l'épaisseur soit généralement plus importante au niveau de l'obélion qu'au niveau du bregma, la différence d'épaisseur entre les deux fragments est ici notable. Enfin, les particules de terre, incrustées à la surface du diploë au niveau des cassures, diffèrent profondément. Celles que l'on retrouve sur le fragment de la région bregmatique sont de couleur brun-rouge et relativement argileuses, tandis que celles qui adhéraient encore au fragment postéro-latéral du pariétal droit sont plus claires et plutôt sablonneuses. Après lavage, seules les particules du premier ont coloré le diploë. Il semblerait donc que ces deux fragments ne proviennent pas du même contexte, et nous émettrons ainsi des doutes qu'ils appartiennent au même sujet.

5De plus, aux restes du bassin de bronze adhère un fragment de côte brûlé, conservé sur une longueur de 16 mm et une largeur de 6 mm. Il se présente par sa face médullaire et a donc été cassé longitudinalement, ce qui correspond au mode de fragmentation classique des côtes durant la crémation. L'organisation des travécules, qui sont longs et parallèles, est compatible avec un fragment de côte humaine. La couleur grise de l'os, teint dans la masse, indique qu'il a été porté à une température proche de 550-560° (Bonucci, Graziani 1975).

6La faune, quant à elle, fut sans doute mieux représentée que ne le laissent penser les quelques vestiges conservés. L'échantillon comprend cinq fragments d'os brûlés ou chauffés dont deux recollent. On identifie l'épiphyse proximale d'un tibia droit, achevée, mais non soudée appartenant à un porcin juvénile. Sa couleur blanche indique que l'os a été porté a une température de plus de 650°. Deux fragments qui collent entre eux appartiennent à un métatarsien gauche d'équidé. Il est conservé sur une longueur de 7 cm, son diamètre est de 32 mm environ. Cet os a été chauffé, comme l'indique sa couleur qui varie du brun foncé au noir (température portée de 250-300° à 350°). Un fragment de diaphyse du même type équidé que le précédent est conservé sur une longueur de 3,5 cm. Sa couleur varie du gris au blanc (température portée de 550° à plus de 650°). Enfin, on recense encore un fragment de diaphyse indéterminée, conservé sur une longueur de 3 cm est de couleur noire (température portée à 300-350°).

L'ÉTAT DE CONSERVATION DU MOBILIER MÉTALLIQUE. B. Herbold

7Le mobilier de Verna a été trouvé à une époque où les fouilles archéologiques n'étaient pas vraiment scientifiques. Cependant, lors de la découverte, les grands et les beaux objets n'ont pas été les seuls ramassés ; l'intérêt s'est également porté sur de petits fragments, qui ne permettent pas toujours d'identifier les objets : les fragments de tôle de bronze et les gouttes de bronze fondu par exemple. Malgré cela, certains éléments manquent et d'autres ont pu être négligés complètement.

8La description des circonstances de la trouvaille de 1818 indique quelques détails sur l'incinération de la tombe principale : “Un lit de charbon et d'ossements en partie brûlés, d'un pied et demi d'épaisseur, sur six en carré. L'état de conservation des objets, qui étaient dans le feu, a été aussi remarqué : “le feu même a du être si violent, que l'on a trouvé quelques parties des ornements du char et de l'armure entièrement fondues. On a aussi noté le pliage antique des épées : “à cette observation, on peut joindre celle, que les trois sabres que cette fouille a produite, étaient tous repliés en trois parties […] (cf. annexe 1).

9Tout les éléments en fer portent des traces de feu qui se signalent par une couche d'oxydation particulière qui a très bien conservé les objets. La surface originelle pu être retrouvée par micro-sablage (Berducou 1990 :198-199). Aucune trace de tissus ou de restes organiques n'a été observée.

10L'inventeur a essayé de détordre quelques objets en bronze et en fer, comme les épées, après la découverte en 1818. Cette action se remarque grâce à l'éclatement de la couche d'oxydation et par la mise à nu du noyau métallique. Aujourd'hui, il est possible de bien discerner ces manipulations modernes, des pliages et des dégradations antiques, qui ont fait partie des rites funéraires.

11La surface de quelques objets en fer montre des tâches rouges éclatantes, qui ont été identifiées par Mme Dr. S. Greiff (RGZM) comme de l'oxyde de fer en forme d'hématite. La présence d'une couche d'hématite est la cause d'un rougissement des objets en atmosphère oxydante. Cette méthode est un moyen de conservation très simple et très ancien qui laisse éclater la couche de crasses (Rosenberg 1917 ; Scharff et al. 2000 : 64-65). La couche d'hématite se trouve sur la surface conservée par l'incinération antique ; des couches d'oxydation ont pu parfois réapparaître.

12Les objets en bronze sont tous très bien conservés, lorsqu'ils n'ont pas été fondus par le feu de l'incinération. La grande situle de type Beaucaire (cf. infra) était le seul objet couvert par une couche noire d'oxydation. Les couches d'oxydation ont été enlevées par grattage avec des outils appropriés.

LES PARURES VESTIMENTAIRES. J.-P. Guillaumet, M. Schönfelder

LES FIBULES

13Le mobilier de Verna comprend plusieurs fragments de fibules en fer qui ne figurent pas sur les planches anciennes - témoignant du peu d'attention qui leur était alors accordée - à l'exception d'un exemplaire, sans doute du type de Nauheim (fig. 5, objet n° VI). L'état de conservation de ces fibules, avec une patine noire caractérisant les objets passés au feu correspond bien aux autres objets de la tombe à char.

14Inventaire :

  • Une grande fibule de schéma La Tène moyenne est conservée en deux parties (arc et ardillon) ; l'arc filiforme est en forme de U très allongé, avec le début du porte-ardillon (long, conservée 9,5 cm). Le fil formant ce dernier, d'un diamètre plus petit, se replie sur toute la longueur de l'arc et y est maintenu étroitement par deux bagues. L'une se situe vers le pied et la seconde s'appuie sur les spires du ressort. La seconde partie (long, conservée 13,2 cm), l'ardillon, possède une spire d'un ressort à corde externe et à l'origine à trois spires. Le pied, ou porte - ardillon, non conservé, était rectangulaire (fig. 13, a).

  • Une petite fibule de schéma La Tène moyenne ; l'arc filiforme est en forme de U très allongé, (long, conservée 3,1 cm). Le fil provenant du pied disparu, d'un diamètre plus petit, se replie sur toute la longueur de l'arc et y était maintenu étroitement par deux bagues. L'une, qui s'appuie sur les spires du ressort est conservée. Le ressort est à corde externe et à quatre spires. Un anneau (dia. 1,3 cm) passé dans le ressort indique qu'elle faisait partie d'une paire reliée par une chaînette (fig. 13, b).

13 – Fibules et l'agrafe de ceinture

  • 14 Bibracte (à corde interne) : Rieckhoff, Fleischer 2001 : 98, fig. 11,23. -Col de Saverne : Fichtl, (...)

15Les deux fibules appartiennent à un petit groupe peu courant et mal connu des fibules de schéma La Tène moyenne ; elles pourraient en être d'un type évolué. Les comparaisons sont très rares et les contextes ne permettent qu'une datation peu précise : les oppida de Bibracte (dép. Saône-et-Loire/Nièvre), du Fossé des Pandours au Col de Saverne (dép. Bas-Rhin) et du Mont Terri (canton du Jura, CH) ont donné des exemplaires comparables14 dans des contextes de la Tène D1. Une fibule, très proche a été trouvée dans la tombe 1192 de Wederath (Kr. Bernkastel-Wittlich, D), associée à une épée avec fourreau de type Ludwigshafen en fer (Haffner 1978 : pl. 302, 1). Le fil formant le pied en partie disparu se replie sur toute la longueur de l'arc et y est maintenu étroitement par une bague, très proche des spires. Le ressort est aussi à corde externe et à quatre spires.

16-Un porte-ardillon ouvert, rectangulaire, avec amorce de l'arc (long, conservée 5,8 cm) ; schéma La Tène finale (fig. 13, c).

17-Un ardillon et ressort à quatre spires et corde interne avec départ de l'arc de section rectangulaire (long. 8,6 cm) ; schéma La Tène finale (fig. 13, d).

18Ces fragments de fibules sont des types classiques de La Tène finale ; toutefois leur taille ne permet pas de donner des précisions sur les types et sur les datations.

19-Une fibule à ressort à dix spires, à corde externe, arc facetté et départ du porte-ardillon ouvert rectangulaire (long, conservée 9,3 cm) ; schéma La Tène finale (fig. 13, e).

20Le type de cette dernière fibule est bien connu à Bibracte par plusieurs exemplaires (Guillaumet 1993 : pl. 5, 20-21). Leur construction filiforme et à corde externe, sans ergot ou griffe, en fait un type comparable aux constructions de la première série typologique de Bibracte datée de La Tène Dl. Cette proposition de datation est confirmée par les travaux de R Gebhard sur les fibules de l'oppidum de Manching (Gebhard 1991 : 22 pl. 47,738-740). Cette fibule appartient donc bien au dépôt de la tombe à char, daté de La Tène Dlb.

L'AGRAFE DE CEINTURE

21Il s'agit d'un anneau réniforme en alliage à base cuivre (dia. max 3,4 cm) avec deux pointes recourbées vers l'intérieur. En symétrie, un bouton émaillé (dia. 0,8 cm, hauteur 1,3 cm ; pour une ceinture de 0,2 cm d'épaisseur) se trouve au milieu de deux "cornes" (fig. 13, f et fig. 90).

  • 15 Bataille 2001. Voir liste et carte de répartition : Flecht 1998 : 32, fig. 16.
  • 16 Nîmes : Py 1981 : 166, fig. 75 ; Tendille 1988 : 70, pl. 10, 72. -Saint-Marcel : Fauduet 1992 : 243 (...)

22Ce type d'agrafe se rapproche du type 4E de la classification de G. Bataille (“agrafes à languette à appendices latéraux” “agrafes à ailettes” “geflügelte Ringgiirtelhaken”)15, daté par l'auteur de La Tène D1-D2. L'agrafe de Verna forme, avec quelques autres, un groupe particulier à cause de son anneau portant des appendices dirigés vers l'intérieur de l'agrafe. Ce petit sous-type regroupe les agrafes de Nîmes/Chemin de la Ranquette (dép. Gard), de Saint-Marcel/Argentomagus (dép. Indre), de Mâlain (dép. Côte d'Or) et de Nanteuil-sur-Aisne (dép. Ardennes)16. L'agrafe de la tombe de Nîmes est dans un contexte bien daté de La Tène D1 confirmé par l'usage de l'émail caractéristique de cette époque.

LA VAISSELLE EN BRONZE. M. Schönfelder, avec une contribution de A.-M. Adam

23L'ensemble de onze vases républicains en bronze, composé de types rares et de formes uniques, fait de Verna l'une des collections les plus importantes pour ces objets de prestige en Europe tempérée pour l'époque de La Tène. On recense une grande situle et deux plus petites, un gobelet, une cruche, deux patelles à manche, un bassin rectangulaire, un bassin à bec verseur, un couvercle et un fond de vaisselles inconnues, et enfin une pièce ancienne, un bassin étrusque, soit au moins onze pièces.

14 – Situle détériorée, n° 1

15-Situle de type Beaucaire (bronze), n° 1

  • 17 Lambot 1998 : 77, fig. 76 : Acy-Romance tombe I, 103 NM (patelle à manche type Aylesford).
  • 18 Metzler-Zens et al. 1999 : 312-313. Cruche anthropomorphe en bronze de la tombe 47 (30-15 av. J.-C. (...)
  • 19 Nuber 1972 : 127 sq. (pas plus tard que 80 ap. J.-C).
  • 20 Lindenthal, Rupp 2000 : 173-175, fig. 143 (dernier tiers du IIe s. ap. J.-C.).

24On peut clairement observer sur ces vases des traces de déformations anciennes. Des coups ont détérioré les parois de la situle de type Beaucaire (fig. 14) et de la cruche de type Kelheim. Les deux patelles à manche de type Aylesford ont des bords déchirés et leurs manches sont tordus. Quelques objets possèdent des surfaces avec des parties huileuses ; ces stigmates montrent que les objets ont été partiellement brûlés. Toutes les attaches, les pieds et les éléments figuratifs comme les têtes de canards des patelles à manche, ont été détruits intentionnellement. Les cassures possédant la même patine que la surface des vaisselles, il faut alors considérer ces déformations comme faisant partie du rituel funéraire. Le bassin étrusque montre également les mêmes altérations avec en plus ses anses fortement brûlées, ce qui donne l'impression qu'il a été déposé en même temps que les autres vases ; de plus, au XIXe s., on a tenté de les détordre, ce qui est reconnaissable aux éclats modernes visibles sur la surface de l'objet. Seule l'anse du gobelet de type Idria est relativement bien conservée, ainsi que deux des quatre pieds et certains fragments d'une anse du bassin rectangulaire. Les traces de destruction importante sur des vases en bronze sont exceptionnelles pour ces types d'objets qui sont généralement déposés intacts dans les tombes à incinération. Au cours de la restauration, des traces dues au feu, ont été également observées à la surface des vases. Avec ces destructions intentionnelles des bronzes, le rite funéraire de Verna fait exception à la règle des autres tombes de richesse comparable. De rares autres cas du Ier s. av. J.-C. sont connus à Acy-Romance (dép. Ardennes)17 et à Lamadelaine près de Titelberg (L)18. Par contre, la dégradation des vaisselles métalliques est un rite plus courant à l'époque romaine, aux Ier et IIe s. ap. J.-C., comme à Ludwigshafen-Maudach (Kr. Ludwigshafen, D)19 ou dans la tombe 5 de Wölfersheim-Wohnbach (Wetteraukreis, D)20.

SITULE DE TYPE BEAUCAIRE (N° 1)

  • 21 Boube in : Feugère, Rolley (ed.) 1991 : 19-20 : type Beaucaire. -Fitzpatrick 1987 : type Fällanden.
  • 22 Voir par exemple des graffitis (chiffres) sur d’autres vaisselles romaines : Künzl in : Künzl 1993  (...)

25Parmi les vases en bronze de tradition italique, le plus grand est une situle (fig. 15) de type Beaucaire (H. originale 36,4 cm, dia. max. 35,5 cm)21 Si la plupart des exemplaires de ce type possèdent des pieds et des attaches pour les anses, celui de Verna n'en porte aucune trace. Cette pièce se distingue également par sa taille exceptionnelle (tab. 2). De plus, elle a été détruite par un petit nombre de coups, notamment des coups de pied et sa surface porte aussi de légères traces de feu ; enfin, la restauration a peut-être mis au jour des signes “gravés”, qui ne sont pas vraiment identifiés22 (fig. 15).

  • 23 Wegewitz 1982 : 43 sq. -Fitzpatrick 1987 : 101 : un fragment d’os brûlé indique peut-être une incin (...)

26Ce type de vaisselle est très rare, tant dans les habitats que dans les tombes. Dans la tombe 700 de Ehestorf-Vahrendorf (Kr. Harburg, D), une situle a été utilisée comme urne cinéraire ; elle est datée de la fin de La Tène D1 grâce à deux fibules de type “geknickte Fibel” (Kostrzewski Var. K) (Wegewitz 1982 : 43). Un autre exemplaire incomplet provient d'un terrain marécageux à côté de Fällanden (Canton de Zurich, CH)23 Deux autres exemplaires, originaires de la tombe 19 de Beaucaire/Les Marronniers (dép. Gard), caractérisés par leurs attaches triangulaires avec des pointes foliacées, ont été décrits comme illustrant la variante A, par ailleurs bien connue. Les attaches plus larges en forme de feuilles de vigne, comme il en existe sur la situle de la tombe 12 de Beaucaire, définissent la variante B. Dans ces deux tombes, les situles sont accompagnées de simpula en bronze et de céramiques, qui permettent de dater cet ensemble entre 80 et 20 av. J.-C. (Fitzpatrick 1987 : 102). Un fragment d'attache de Cáceres el Viejo (Prov. Extremadura, E) est daté avec un terminus ante quem de 80/77 av. J.-C.

  • 24 Références pour des situles type Eggers 18 : Bolla in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 13 sqq. -Suppl (...)

27A cause du petit nombre d'exemplaires connus, une datation exacte de la situle de Verna est difficile. Mais il est remarquable que ce type ne soit presque jamais exporté vers l'Europe centrale celtique. Les attaches caractéristiques, qui sont assez bien identifiées, sont absentes dans les habitats (Boube in : Feugère, Rolley [éd.] 1991 : 19 sqq.). Ce type de situle était peut-être déjà remplacé à l'époque césarienne par d'autres formes (par exemple le type Eggers 18) alors que les importations de vases en bronze étaient plus importantes. Ainsi, la forme Eggers 18 est très fréquente dans l'Est de l'Europe centrale24 De plus d'autres grandes attaches, comme celles de Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) et de Podmokly (Okr. Rokycany, CZ) (Van Endert 1981 : 81), nous laissent penser qu'il existe d'autres formes de grands vases dont on ne connaît pas d'exemplaires complets.

28Dans l'ensemble de Verna, il n'est pas possible d'assigner une fonction précise à cette grande situle de type Beaucaire. A. Fitzpatrick est très prudent en parlant de son utilisation dans le service à vin, et il propose comme hypothèse l'emploi des grandes situles avec les strigiles. Pourtant on ne connaît à ce jour qu'une seule tombe avec cette association (Fitzpatrick 1987 : 108 spp.). Dans le service à vin, plusieurs types de vases sont utilisés, pour l'eau, le vin et leur mélange, mais ces vases n'ont pas encore été identifiés. Peut-être peut-on regarder les grandes situles comme des récipients à eau ? Elles ne sont pas forcément nécessaires au service du vin lors du rite funéraire, les petites situles pour le vin étant suffisantes ; cela explique peut-être le petit nombre des grandes situles (à eau) dans les tombes, la petite situle à vin caractérisant à elle seule le rite.

PETITES SITULES À ATTACHES D'ANSES. EN FER (N° 2-3)

  • 25 Salzani 1983/84 : 370, pl. 7, 2. -Keiling 1984 : 85, pl. 17,99. -Pour des attaches plus grandes en (...)

29Outre la situle de type Beaucaire, existent deux petites situles à attaches d'anses en fer. L'une est entièrement conservée (fig. 16) ; elle a une épaule arrondie, un corps droit et une partie inférieure conique (H. reconstituée 16,5 cm, dia. de l'ouverture reconstituée 14,5 cm, dia. du fond 10,4 cm). Les attaches en forme de deux triangles, joints par une passerelle, sont fixées au col par deux rivets. Des attaches similaires se trouvent à Ciringhelli (Prov. Verona, I) et à Wiebendorf (Kr. Hagenow, D) 25 La forme précise n'est pas figurée dans le catalogue de H.-J. Eggers, mais on classe tout de même ces vases dans l'ensemble des situles de types 21-23, car les parties terminales des attaches sont plus élaborées, seul critère qui les distingue des formes standard.

  • 26 Wielowiejski 1985 : 157. -Bolla in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 12-13. L’identification du fragme (...)
  • 27 Wielowiejski 1985 : 157 ; Bolla in : Feugère. Rolley (éd.) 1991 : 12 fig. 5. -Nothdurfter 1979 : 67 (...)
  • 28 Raddatz 1969 : 268 : Récipient d’un trésor monétaire de terminus post 104 av. J.-C.
  • 29 Vidal In : Feugère, Rolley (éd.) 1991, fig. 2,5, 8, 20,21, 19, 314-315.

30Un autre fragment (fig. 16 b) de col incomplet (dia. 13,6 cm) et une anse en fer peuvent être attribués à un autre groupe de vases, dans lequel les crochets des anses sont fixés dans un anneau en fer qui entoure tout le col26 Ce genre de dispositif se retrouve sur des formes de panses complètement différentes27. Les exemplaires avec des panses ovoïdes de Montefortino (Prov. Áscoli Piceno, I) et de Zubowice (Woi. Zamość, PL) sont datés des IIIe et IIe s. av. J.-C. (Brizio 1900, pl. 4,21). Des pièces avec un corps droit et une épaule courbée ou arrondie de Villanueva de Córdoba, (Prov. Córdoba, Ε)28 ou des “puits rituels” des environs de Toulouse29 proviennent de complexes datés après la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C.

16-Situles (bronze et fer), n° 2 et 3

31La typologie des petites situles en bronze fondée sur les descriptions existantes ne peut donc pas être considérée comme satisfaisante. Si on observe les vases entiers, l'impression qui domine est celle d'une absence de types propres, avec au contraire des combinaisons multiples entre différents critères de formes d'anses et de corps. Pour ces vaisselles au repoussé, il existe également plusieurs critères pour les épaules (courbées/arrondies), les corps (droits/ovoïdes) et les parties inférieures (coniques/rentrées) (tab. 3). Les variantes de cols et de fonds semblent n'avoir aucune importance pour le type. De plus, des yeux sont attachés de manières différentes pour les crochets des anses, avec de petites ou grandes attaches à noeuds et avec un ou deux rivets. Les combinaisons entre la forme des attaches et celle des panses ne nous semblent pas assez fréquentes pour pouvoir définir des types. Une attribution de variantes n'est donc pas nécessaire.

32Nous proposons une description standardisée (tab. 3) ou une appellation générale comme “situle de type Eggers 21-23”. Dans sa carte de répartition, H.-J. Eggers lui-même n'a pas fait de différence entre ses types et il a parlé de “seaux en bronze en forme de situles à attaches en fer” (Eggers 1951 :161 suppl. 11). Au vu de la multitude de combinaisons (tab. 4), on peut conclure que les situles sont produites dans des ateliers différents, qui n'ont pas eu besoin de suivre des règles uniformes. L'idée d'une fabrication standardisée n'existait donc ni pour le fabricant, ni pour l'utilisateur.

Tableau 2 -Situles en bronze de type Beaucaire. Hauteur des vaisselles complètes

Tableau 3 -Petites situles à attaches à anses en fer : liste des critères possibles

Tableau 4 -Petites situles à attaches à anses en fer : liste des vaisselles complètes (Bolla In :Feugère, Rolley (éd.) 1991)

GOBELET À ANSE DE TYPE IDRIA (N° 4)

  • 30 Pour la typologie voir Ulbert 1960 ; Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 53 sqq.
  • 31 Voir les exemplaires de Manching (Ulbert 1960 : 70) et de Casalandri tombe 46 : Salzani 1998 : 93, (...)

33Un gobelet à anse de type Idria30 est quasi complet (fig. 17) ; il ne manque que le fond et il ne présente pas de déformations importantes. Une marque est due à un coup de pioche récent. Le fond a été probablement perdu lors de la récupération de l'objet en 1818 car, dans les vaisselles battues, le passage entre celui-ci et le corps est habituellement très fin et très sensible à la corrosion, qui ici a rongé ses bords. Sur d'autres vases, on peut parfois observer des réparations antiques du fond31. L'anse soudée a été arrachée et détériorée délibérément. Avec une hauteur de 13 cm, ce gobelet est le plus grand appartenant à ce type (tab. 5), car la plupart des autres exemplaires mesurent entre 10 et 11 cm.

34La fonction de ces gobelets a suscité plusieurs interprétations : ils furent tout d'abord interprétés comme des gobelets à boire. M. Feugère, quant à lui, a proposé une fonction liée aux ablutions en contexte de symposium (Feugère, Rolley [éd.] 1991 :54) et enfin J. Metzler a proposé une utilisation avec des passoires, à cause de leurs diamètres semblables. Il conçoit un modèle où l'on puise le vin avec le simpulum, on le verse à travers la passoire dans le gobelet, pour ensuite le reverser dans d'autres récipients à boire (Metzler 1995 : 332).

  • 32 Par exemple la tombe 142 de Wederath (Haffner 1971, pl. 29). – La tombe de Casatenova “Cascina Cacc (...)

35On a probablement plutôt bu dans des gobelets hémisphériques (Raddatz 1969 : 86 sqq. ; Graue 1974 : 29 sqq.) que dans des gobelets type Idria, si toutefois on a utilisé des récipients métalliques. Pour les ablutions rituelles, l'utilisation des cruches de type Kelheim est plus fréquente que celle des gobelets. Dans les tombes avec patelles d'ablution (tab. 7) d'Italie du Nord, les cruches ont peut-être également été remplacées par des gobelets à anses. La fonction de ce type de vaisselle est peut-être multiple. Par contre, l'ensemble des tombes ne contient pas systématiquement des gobelets associés avec des patelles à manche32.

  • 33 Voir la liste des gobelets de type Idria, variantes Manching et Ornavasso, et des anses séparées : (...)

36La représentation quantitative de chaque type est également significative : les passoires sont les formes de vaisselle en bronze les plus courantes en Europe celtique. On retrouve souvent leurs petits éléments faiblement soudés qui se détachent. S'ils sont plus rares que les passoires, les gobelets le sont moins que les cruches, les situles et les patelles à manche33.

17-Gobelet à anse, de type Idria (bronze), n° 4

Tableau 5 -Gobelets de type Idria. Dimensions d'exemplaires complets

Tableau 6 -Cruches de type Kelheim. Dimensions des vases entiers

CRUCHE DE TYPE KELHEIM (N° 5)

  • 34 Déjà mentionné par Boube in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 41 : Hières-sur-Amby, tombe à char de La (...)

37La cruche en bronze comporte une panse piriforme avec un centre de gravité bas (H. totale 22,9 cm) et un bord redressé avec une lèvre verticale (fig. 18)34 Ses trois pieds, caractéristiques pour le type Kelheim, ont laissé des traces de soudure au fond (dia. 11,1 cm). Des marques circulaires signalent une production à l'aide du tour, avec lequel le fond a été rectifié. Le tour a aussi aidé à obtenir la forme finale ainsi qu'à polir la surface de la panse. Le vase est dans un très bon état de conservation, mais la panse a reçu un coup oblique avec un objet émoussé. Une partie de la surface couverte de quelques petites bulles témoigne que la cruche a été partiellement exposée au feu. L'anse soudée de cette "aiguière à anse" qui figurait sur une planche du manuscrit d'Artaud (fig. 4, objet EE), n'existe plus.

18-Cruche de type Kelheim (bronze), n° 5

  • 35 Boube in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 40. -Rieckhoff 1998 : 507 : Lt D1b-Lt D2a.
  • 36 Suppléments à la liste de Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 :41 : Titelberg (L) : Metzler 199 (...)

38Les cruches de type Kelheim font partie des types classiques des vases importés en Europe centrale à La Tène D135 Si des tombes et des dépôts ont livré des exemplaires complets, par contre, les habitats ne fournissent généralement que les pieds ou des fragments d'anses coulés en bronze massif36 Les dimensions de la cruche de Verna sont remarquables (tab. 6), comme celles du gobelet de type Idria et de la grande situle de type Beaucaire. Des vases semblables par leurs dimensions proviennent de la tombe de Hannogne-Saint-Rémy (dép. Ardennes), richement équipée avec des armes et un char, ainsi que de l'ensemble funéraire détruit de Château-Porcien (dép. Ardennes) (Flouest, Stead 1977 : 63-64, 69-72).

COUVERCLE À RIVETS ÉMAILLÉS (N° 6)

39Le couvercle se compose d'un disque en bronze avec des cercles concentriques (dia. 10 cm) et d'un élément appliqué par trois rivets émaillés (fig. 19). Seuls les dessins de 1818 et de 1994/96 en témoignent car aujourd'hui l'objet n'est plus à Hières-sur-Amby. Sur la planche III (fig. 4, objet EE) le couvercle est figuré sur la cruche de type Kelheim. On ne peut dire si cette association doit être considérée comme un montage, ou si elle est fondée ; la cruche ayant perdu son anse. On note toutefois que les diamètres de la cruche et du couvercle concordent.

  • 37 Thill 1967, pl. 1, 2. ; Baratte et al. 1984 : 91, pl. 44 n°. 134.
  • 38 Yverdon, chantier des Philosophes n° 13 ; Catalogue n° 1038. K6169-17. -Aimable renseignement de C. (...)

40Le disque rappelle les couvercles de vases en bronze qui sont bien connus à partir de l'époque augustéenne. Ces "couvercles à bouton" sont décrits pour la première fois dans la publication du camp légionnaire augustéen de Haltern (Kr. Recklinghausen, D) (Millier 1997 : 25, fig. 16-17). Les formes entières des vaisselles concernées sont connues uniquement par des découvertes dans des tombes, comme la tombe Β de Goeblingen-Nospelt (L)37 ou celle d'Antran (dép. Vienne) (Pautreau 1991 ; Pautreau 1999 : 38 sq.). Par son diamètre, le couvercle de Verna est très proche de l'exemplaire d'Antran, qui est associé à une forme plutôt trapue à col large. L'exemplaire de Goeblingen-Nospelt ressemble à une bouteille à col effilé. A Verna, aucun fragment de bronze (attaches massives ou fragments de panse) ne peut être attribué à un vase - dont la forme ne peut être déterminée - associé au couvercle. Les fouilles faites à Yverdon (canton de Vaud, CH) ont livré, sans contexte daté, le fragment d'une anse de style républicain à charnière38 qui ouvre d'autres pistes.

  • 39 Schulten 1929 : 222, pl. 43,11 (merci à M. Luik, Klagenfurt, pour ce renseignement) et Luik 2002 : (...)

41Dans les habitats laténiens, les couvercles sont très rares : deux fragments de “manches à bouton” se trouvent dans l'ancienne collection de Vieille-Toulouse (dép. Haute-Garonne), sans que leur datation à La Tène finale soit assurée (Fouet, Savès 1971 : 69, fig. 14, J. 14) ; un disque en bronze avec deux rivets fragmentés en fer, trouvé dans le camp romain de Numantia (Prov. Soria, E), peut aussi, être interprété comme un couvercle39

42Au vu du petit nombre d'objets connus, une datation précise de l'exemplaire de Verna n'est pas possible par comparaison avec d'autres vases à couvercles. Toutefois une datation à La Tène finale est assurée par la fixation de la charnière elle-même ; elle est réalisée à l'aide de trois rivets émaillés. Ces modifications appellent la remarque suivante : d'autres éléments de vases interprétés comme des anses laténiennes de cruches de type Kelheim sont fixés par des clous ou rivets émaillés aux vases (Feugère, Rolley [éd.] 1991 : 129 fig. 11).

19 – Couvercle (bronze), n), n° 6

PATELLES À MANCHE DE TYPE AYLESFORD (N° 7-8)

43Deux patelles à manche de type Aylesford sont présentes à l'état de fragments déchirés et pliés (fig. 20, a et b). Il manque la terminaison caractéristique des manches en forme de tête de canard, courante et souvent trouvée isolée dans les habitats. Ces objets semblent faire partie des rituels dans les habitats et nécropoles de l'époque. A Verna, un manche porte des incisions sur les côtés, interprétées comme des marques de fabrication ou de poids, que l'on retrouve par exemple à Saint-Germainmont (dép. Ardennes) (Feugère, De Marinis in :Feugère, Rolley [éd.] 1991 : 109, fig. 11).

  • 40 Feugère, De Marinis in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 108-112 (liste), suppléments : Wehrberger, Wi (...)
  • 41 Feugère, De Marinis in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 112. -Voir une patelle à manche entier au Mus (...)
  • 42 Goeblingen-Nospelt : Thill 1967 : 69, pl. 1,4.-Gautzsch : Eggers 1965. -J. Metzler a attribué des p (...)

44Par leur diamètre (n° 7 : 27,5 cm ; n° 8 : environ 26,6 cm) et leur hauteur (n° 7 : 6,7 cm) ainsi que par leur décoration sur le bord et sur les côtés des anses, les deux vases peuvent très bien être attribués au type Aylesford40 Leur fond est plat et sans trace de pieds soudés ; ils adoptent à plusieurs reprises la forme de coquillage41 et plus rarement celle, classique, de pelte comme par exemple ceux des tombes augustéennes précoces de Goeblingen-Nospelt, tombe Β (L) et Gautzsch (Kr. Leipzig, D)42

  • 43 Bolla in : M. Feugère, Cl. Rolley (éd.), 1991 : 148 avec contribution de Cl. Rolley p. 152-153. -Me (...)

45La patelle à manche et la cruche sont généralement considérées comme l'association classique du service des ablutions43(tab. 7). Peut-on pour autant douter de la provenance des deux patelles ?

46M. Feugère propose que des gobelets à anse de type Idria puissent aussi être utilisés pour des ablutions. Ainsi le gobelet remplace-t-il peut-être aussi la cruche dans le deuxième service de Verna, comme dans quelques autres (tab. 7).

20-Patelles à manche type Aylesford (bronze), n° 7 et 8 et restitution de la vasque

Tableau 7 -Associations des vaisselles en bronze dans les tombes à patelle à manche (ensembles clos)

21-Reconstitution du bassin, n° 9

BASSIN RECTANGULAIRE (N° 9)

47D'après plusieurs fragments de tôle en bronze, déchirés et pliés, il est possible de reconstituer un récipient en forme de bassin rectangulaire (fig. 21). Jusqu'à aujourd'hui, ce type reste unique. Le laboratoire de Mayence a beaucoup travaillé pour restituer sa forme : les fragments ont été copiés en résine artificielle, dépliés et assemblés par la restauratrice. Cela a permis de mettre en évidence un bassin avec un fond plat (39 cm x 26/27 cm), un bord haut et droit avec une lèvre pliée qui s'insère dans un tube coulissé (51 cm x 39/40,5 cm ; H. 10,2 cm ; dia. tube 0,9 cm). La tôle de bronze est plus épaisse que celle des autres vases martelés.

  • 44 Künzl in : Horn, Rüger 1979 : 295-300. -Voir Eggers type 95 : Eggers 1951 : 168 sp.

48Au fond, sont visibles les traces de soudure de quatre pieds ronds (dia. 4,8 cm), (fig. 22 a, b, c), alors que des traces semblables se retrouvent sur les petits côtés à mi-hauteur (dia. 3,8 cm), provenant de la double fixation des anses. Au cours de la restauration, aucune trace de feu n'a été découverte à l'intérieur ou à l'extérieur du bassin. Deux des pieds sont conservés (dia. 4,8 cm, H. 2,1 cm), ils portent des traces importantes de feu et ont la forme d'une bobine. Des gouttes de bronze sont détachées de la surface. Les pieds sont ouverts d'un côté et fermés de l'autre. Un trou central sur le côté fermé indique un travail au tour. Par contre, les traces de soudure ne sont pas conservées, dues au feu secondaire. La moitié d'une anse brûlée se rapporte également au bassin (fig. 22 d). De section ronde, elle est courbée et se termine par un disque par lequel elle était soudée au bassin. Ce montage des attaches trouve des parallèles dans la vaisselle hellénistique, comme par exemple le haut bassin en argent de la tombe royale de Es Soumâa du IIe s. av. J.-C., ainsi que dans d'autres vases en bronze44 Autre exemple, un vase étrusque du IVe s. av. J.-C., trouvé dans une tombe de La Tène finale à Langâ (Svendborg amt, DK) porte des anses de ce type (Sehested 1878, 174 pl. 37, b).

  • 45 Voir les vaisselles avec un bord simple et haut de Pompéi : Tassinari 1996 : 115, fig. 2 sq.

49Le bassin de Verna reste sans parallèle. Par contre, on connaît des plateaux rectangulaires de l'époque augustéenne, par exemple dans le dépôt d'argenterie de Hildesheim (Kr. Hildesheim, D) (Gehrig 1981 : 32, fig. p. 33), mais ils sont moins hauts, sans anses et sans pieds soudés. Ils sont alors interprétés comme faisant partie de la vaisselle à manger. Pour l'époque républicaine, nous ne connaissons aucune forme rectangulaire45. Tous les vases en bronze sont martelés et en partie rectifiés au tour. Aucune imitation en céramique d'une forme analogue comme il en existe ensuite à l'époque impériale n'a été à ce jour mentionnée. Seule l'anse est un élément qu'on peut retrouver dans le monde méditerranéen, mais sa fabrication manque de finesse et de décor pour qu'on y voit un vrai produit de la toreutique de première qualité. Cependant, il ne faut pas écarter l'hypothèse d'une production en marge de la fabrication républicaine en masse des vases en bronze. Bien que les anses de Verna n'aient pas de parallèles dans les formes connues de vaisselle en bronze du Ier s. av. J.-C., rien ne permet d'attribuer une datation ancienne au vase. De même il n'y a aucune raison pour une attribution à une production laténienne ; sa provenance reste simplement inconnue.

50La fonction de ce récipient n'est pas encore claire ; au vu de sa hauteur, il convient de parler d'un bassin plus que d'un plateau. Nous n'avons pas trouvé de traces de feu à l'intérieur, indices d'un emploi comme brasero, ni aucune trace de découpe au couteau qui indiquerait un plat à servir.

22 a - bassin rectangulaire (bronze), n° 9 ; b, c : pieds du bassin ; d : anse du bassin

23 a -bec verseur (bronze), n° 10 ; b et c : fragments du bord du bassin à bec verseur

24-Wiebendorf, Kr. Hagenow, D, tombe 26 -Bassin à bec verseur (type Eggers 74), bronze et fer d'après Keiling 1984 : 8, pl. 6

BASSIN À BEC VERSEUR, DE TYPE EGGERS 73/74 (N° 10)

  • 46 Voir Eggers type 90 : Eggers 1951. pl. 9. 90. -S. Künzl in : Künzl (éd.), 1993 : 197-214.
  • 47 Eggers 1951 : 167 : Type 73 : Korchow tombe 96, Harsefeld, tombe 126. -Type 74 : Harsefeld ; Övra Å (...)
  • 48 Eggers 1951 :41 : il parle de la possibilité de “l’erreur de petit chiffre”.

51Un petit tuyau (long. 3,2 cm, dia. 1,2 cm) (fig. 23 a), une tôle triangulaire avec des rivets (5,2 x 4,0 cm) (fig. 23 b) et un anneau en fer qui renforce une bordure en bronze (fig. 23 c), peuvent être attribués à un bassin à bec verseur (type Eggers 73/74). L'anneau en fer, de section carrée, est conservé en trois fragments, qui permettent de restituer un diamètre minimum de 29,5 cm. Les fragments sont déchirés et pliés. La forme du bassin à bec verseur est presque inconnue pour la protohistoire, elle est en revanche très courante à l'époque gallo-romaine46 Pour La Tène D, H.-J. Eggers a fait la différence entre un type à panse rectangulaire (type Eggers 73) et un type à panse ronde (type Eggers 74)47 Comme il ne disposait que de quatre exemplaires de ces bassins, sa typologie n'est pas assez précise48 pour une description plus détaillée, le détail technique de la construction du bord renforcé par un anneau en fer est de la même importance que la forme.

  • 49 Voir des autres exemples à Clémency et à Goeblingen Nospelt tombe A et B (Metzler et al. 1991 : 99)
  • 50 Manching : van Endert 1991 : 46-52. 91, pl. 9, 237. 27. 448 ; peut-être : Basel/Münsterhügel : Furg (...)
  • 51 Aimable renseignement de N. Ginoux, Paris.

52Aucune de ces deux formes ne figure dans les tombes celtiques jusqu'à récemment. Les exemplaires, connus depuis longtemps, se trouvent en Scandinavie du Sud et en Allemagne du Nord, comme dans la tombe 26 de Wiebendorf (Kr. Hagenow, D), avec un anneau en fer de section rectangulaire qui renforce le bord (fig. 24), comme à Verna (Keiling 1984 : 8, pl. 6). Ce bassin caractérise mieux le type Eggers 73 que son propre exemplaire de référence, plus proche des bassins romains49 H.-J. Eggers les a quand même considérés comme des importations celtiques en Europe du Nord à La Tène D. Les oppida ont seulement livré quelques petits fragments difficiles à identifier50 Une tombe riche de Raillencourt-Sainte-Olle (dép. Nord), fouillée en 2001, contient un bassin à bec verseur et à anse mobile très proche des exemplaires de Verna et Wiebendorf51 La combinaison du bassin de Raillencourt-Sainte-Olle avec une patelle à manche de type Aylesford pose à nouveau la question de la fonction.

  • 52 Van Endert 1991 : 46-52 -Voir aussi le bec verseur zoomorphe de Hellingen, tombe Β (L) : Krier, Rei (...)

53Les becs verseurs en forme de tête de chien, de la gueule duquel sort un tuyau comme ceux de Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm. D) et de Kelheim (Stadt Kelheim, D) indiquent une variante locale52 Ces éléments sont aussi fixés par un rivet à un vase dont la forme reste inconnue. Un bassin à bec verseur avec une anse mobile en forme d'oméga venant de la tombe de Welwyn Garden City (Hertfordshire, GB) constitue une autre variante de ce genre (Stead 1967 : 23-25 fig. 12-13) : son fond comporte un omphalos et le vase est fermé par un couvercle-passoire en demi-lune. L'anse montre une origine romaine, mais les modifications indigènes (Stead 1967 : 25) attestent une utilisation locale pour les liquides à tamiser, peut-être des vins de fruits ou des boissons enrichies d'herbes.

54Il est difficile de décider si ces types sont des récipients de tradition méditerranéenne ou de tradition celtique. La forme du bassin correspond bien aux bassins romains, mais le bec verseur riveté et le renfort en fer du bord ne correspondent pas aux traditions de la vaisselle romaine. Il évoque plutôt les chaudrons celtiques en bronze ou en fer à bord renforcé. En conclusion, si la forme de ces bassins est bien d'origine romaine, les versions connues sont plutôt des vases celtiques. Dans tous les cas, une production en Allemagne du Nord est exclue, comme pour toute la vaisselle métallique.

AUTRES FRAGMENTS : FOND (N° 11)

55Un fond plat (dia. environ 10,2 cm) avec des cercles concentriques interprétés comme des marques de tour ne peut être attribué à une forme connue (fig. 25). En tout cas, il n'appartient pas à un gobelet type Idria et probablement pas à l'autre petite situle (n° 3). Il est possible qu'il fasse partie du récipient anciennement fermé par le couvercle (n° 6).

25-Fond d'un récipient (bronze) n° 11

LE BASSIN ETRUSQUE (N° 12). A.-M. Adam

56Parmi le matériel de la tombe à char de Verna, sont conservés plusieurs fragments d'un exceptionnel bassin étrusque de type podanipter (bassin pour le lavement des pieds). Ces fragments ne permettent pas de reconstituer le récipient dans son intégralité, mais celui-ci appartient à une catégorie d'objets plusieurs fois attestée par ailleurs et caractérisée par deux anses à décor plastique qui représentent des couples de lutteurs.

26 a -Anse du bassin étrusque, n° 12

DESCRIPTION

57La plus complète des deux anses de Verna est connue par un moulage ancien (inv. 90-14-1), l'original étant conservé dans une collection privée (fig. 26 a et b). L'essentiel du corps des lutteurs est conservé, sauf les jambes qui ont été brisées au niveau des cuisses et la main droite de l'un des personnages qui tenait, tout comme son compagnon, une épée dont on voit encore la pointe plaquée contre sa taille. Tous les deux sont vêtus d'une cuirasse à lambrequins et épaulières ; ils sont tête nue, avec les cheveux coiffés vers l'arrière.

58De l'autre anse, on conserve, outre plusieurs morceaux très corrodés de l'un des deux personnages (la tête et le haut du torse, le bassin, un bras et une jambe incomplets), le second guerrier, reconstitué à partir de plusieurs fragments (fig. 26 c). Il repose sur une grande palmette à sept pétales aigus. Entre les deux grandes volutes qui surmontent cette palmette, un bandeau est orné de croisillons incisés. Le haut de cette attache, de même que les pieds de la statuette, sont très corrodés. L'attache est traversée par plusieurs rivets en fer (l'un sur le bandeau supérieur, l'autre sous le cœur de la palmette entre le deuxième et le troisième pétale à gauche). Ces rivets, disposés de façon irrégulière et sans le moindre soin, semblent témoigner d'une tentative maladroite de restauration.

26 b – Anse du bassin étrusque, dessin d'après un moulage ancien, n° 12

59D'autres fragments devaient appartenir à l'une ou l'autre des anses : une volute très corrodée et un bouton conique à décor de rosace (ces deux éléments constituant les extrémités décoratives des supports où reposent les statuettes-infra) et également un bloc informe de bronze fondu où apparaît ce qui doit être un autre de ces boutons-fleurons coniques qui ornaient les attaches d'anses.

60En dehors de ce qui subsiste des éléments plastiques, sont conservés plusieurs morceaux plus ou moins importants du haut de la cuve et du bord du récipient (fig. 27). Ce dernier était plat, replié vers l'extérieur et muni d'une lèvre débordante, avec décor d'oves et de perles. Ces fragments portent à plusieurs reprises des traces d'un rivetage plus ou moins anarchique (présence de deux trous superposés, distants d'un centimètre seulement, avec, dans l'une des perforations, les vestiges d'un rivet en fer). Ces détails confirment que le bassin a fait l'objet de restaurations antiques, au moins au niveau de la fixation des anses.

61Tous ces fragments de bord portent des traces de déformation brutale : ils ont été tordus et brisés certainement volontairement. Cette destruction volontaire est intervenue avant le contact avec le feu qui a fortement corrodé et même fondu l'essentiel des fragments. On constate, en effet, que cette action du feu s'est exercée de façon inégale selon les morceaux, voire même d'un côté à l'autre des mêmes fragments. La présence d'un morceau de bord complètement fondu auquel adhère encore une parcelle d'os incinéré fournit l'explication du traitement subi par le récipient : après destruction volontaire et violente, il a été probablement jeté sur le bûcher funéraire, où ses morceaux dispersés ont été soumis à une chaleur plus ou moins forte.

62Les mêmes signes d'une détérioration délibérée et d'un passage au feu marquent les autres récipients en bronze de la sépulture (supra) et cette application commune d'un traitement exceptionnel confirme l'appartenance du bassin étrusque au contexte de la sépulture principale du tumulus, malgré les questions que soulève sa présence même dans un ensemble funéraire de La Tène Finale.

26 c - Anse du bassin avec attache, n° 12

27-Bord du récipient

TYPOLOGIE ET COMPARAISONS

63En effet, si les autres pièces du service en bronze constituent un groupe homogène de vaisselle tardo-républicaine, le bassin aux lutteurs se rattache, lui, à une catégorie, recensée à plusieurs reprises et nettement plus ancienne, de récipients originaires d'Italie (Boucher 1986 ; Kimmig 1990). Même si l'on peut distinguer, à l'intérieur du type général, plusieurs séries en fonction de l'aspect des couples de personnages qui ornent les anses, le schéma d'ensemble est plusieurs fois reproduit, comme le montrent les deux bassins conservés complets (bassin provenant sans doute du Picénum, au musée de Boston - n° 1 de notre liste ; bassin trouvé dans la tombe II de la nécropole de Filottrano - n° 6 de la liste, cf. p. 57) (fig. 28,29).

64Ce sont des bassins larges et peu profonds, pourvus de chaque côté de deux anses horizontales plastiques : deux personnages luttant, corps inclinés et têtes appuyées l'une contre l'autre ; chacun des personnages repose sur un support qui permet la fixation de l'anse à la cuve et se compose d'une grande palmette, complétée par des volutes et une tige terminée en fleuron.

65Un certain nombre de détails morphologiques distinguent, en fait, le bassin de Boston, qu'il faut sans doute considérer comme le prototype de la série (fig. 28). Sa cuve, plus profonde et de profil arrondi, repose sur un petit pied annulaire : la forme s'apparente donc à celle des bains de pieds connus dans le monde grec, en particulier par des représentations figurées (Milne 1944 : pl. I-II). Un jonc décoratif (oves et perles) est rapporté sur le bord droit du récipient. Les deux lutteurs de chacune des anses combattent face à face : leur corps est donc vu de profil, sauf la tête tournée de trois-quarts. Les deux têtes sont appuyées l'une contre l'autre et les personnages s'agrippent mutuellement les deux bras. La composition des attaches est très complexe, avec plusieurs éléments superposés : une palmette formée de sept pétales à extrémité bouletée et surmontée de deux doubles volutes ; puis trois larges pétales retombants, d'où émergent à leur tour une tige redressée, terminée par un motif floral large et plat, à petit bouton central, et une tige plate recourbée en volute. Au-dessus de cette dernière, une courte tige en forme de double volute sert de support au genou fléchi de chaque personnage. Les deux anses plastiques sont complétées par deux poignées mobiles ovales, placées elles aussi en vis-à-vis sur le bord de la cuve et maintenues par une bobine moulurée, décorée comme les poignées elles-mêmes de bagues de motifs de perles.

Podanipteres àlutteurs, liste des exemplaires connus
Lutteurs nus
1
. Boston, Museum of Fine Arts, inv. n° 03.999, provenance : "Picénum" (Pernice 1925 : 36-37, pl. 9 ; Milne 1944, n° 85 ; M. Comstock, C.C. Vermeule, Greek, Etruscan and Roman Bronzes in the Museum of Fine Arts. Boston, 1971, n° 429 ; Rolley 1983, n° 130, p. 140 ; Boucher 1986, n° 8, fig. 14-15 ; Kimmig 1990, n° A1, p. 83, pl. 4).
2. Darmstadt, Hessisches Landesmuseum, provenance : Borsdorf (Boucher 1986, n° 6, fig. 10 ; Kimmig 1990, n° A2, p. 83, pl. 2-3 ; Menke 1991).
3. Bologne, Museo Civico, Archeologico (Collection Palagi), provenance inconnue (II Museo Civico, Archeologico di Bologna. Bologna, 1982, p. 191-192 ; Boucher 1986, n° 7, fig. 12-13 ; Kimmig 1990, n° A3-4, p. 83).
Guerriers
4
. Paris, Musée du Louvre, provenance inconnue (A. de Ridder, Les bronzes antiques du Louvre II. Paris, 1915, n° 2631, pl. 95 ; Provost 1983 :213, fig. 4 ; Boucher 1986, n° 2, fig. 3-4 ; Kimmig 1990, n° B2, p. 83).
5. Londres, British Museum, provenance inconnue (H.B. Walters, Catalogue of the Bronzes, Greek, Roman and Etruscan in the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum. Londres, 1889, n° 674 ; Flaynes 1985, n° 153, p. 213 ; Boucher 1986, n° 1, fig. 1-2 ; Kimmig 1990, n° B3, p. 83).
6. Ancone, Museo Arch. Nazionale delle Marche, provenance : Filottrano, Santa Paolina, Tombe 2 (Baumgärtel 1937, pl. XX ; Boucher 1986, n° 4, fig. 6-7 ; Landolfi 1987, p. 452-454 ; Kimmig 1990, n° B1, p. 83).
7. Vienne, Kunsthistorisches Museum, provenance inconnue (Maule 1977, p. 498-499, fig. 14 ; Boucher 1986, n° 3, fig. 5 ; Kimmig 1990, n° B4, p. 83).
8. Hières-sur-Amby (Isère), provenance : Verna.
9. Angers, Musée, provenance : Sainte-Gemmes-sur-Loire (Maine-et-Loire) (Provost 1983, fig. 2-3 ; Boucher 1986, n° 5, fig. 8-9 ; Kimmig 1990, n° B5, p. 83 ; Jannot 1995, p. 83).
Palmette isolée
10.
Provenance : Barzan (Charente-Maritime), Le Fâ, fouilles Κ. Robin (2001)(cf.note 76).

28- Bassin à lutteurs, d'après Pernice 1925, pl. 9. Musée de Boston,

29- Bassin à lutteurs, nécropole de Filottrano (Italie), d'après Baumgartel 1937, pl. XX

  • 53 L’hypothèse campanienne est déjà évoquée par C. Rolley 1983 : 140, conjointement à la possibilité d (...)
  • 54 Gauer 1991 : pl. 22 (Le 98, 99. 101) ; pl. 27-28 (Le 414 et 415). Sur la caractérisation des produi (...)
  • 55 Par exemple les cavaliers d’un chaudron du British Museum (n° 558) : Rolley 1983 : 140, fig. 132.

66On peut considérer que ce bassin, dont, selon les indications muséographiques successives, la provenance a été attribuée tour à tour à l'Italie méridionale et à la côte adriatique (Picénum) (Pemice 1935 : 36), constitue sur le plan typologique un intermédiaire entre les modèles grecs que nous présenterons plus loin et les séries étrusques. De style assurément non grec, les lutteurs allient à la rondeur encore très ionisante de certaines parties de leur corps un dynamisme du mouvement que l'on rencontre surtout dans l'art tardo-archaïque d'Italie centrale. On peut supposer que ce bassin a été fabriqué, dans le premier tiers du Ve s., par un atelier étrusco-campanien53 ce qui rendrait bien compte de son caractère hybride : en effet, certains de ses détails morphologiques, comme les poignées ovales fixées par une bobine à trois moulures, n'apparaissent guère en Etrurie et sont au contraire largement présents sur les récipients de bronze grecs54 Même si nous manquons pour les figures de lutteurs de comparaisons précises, une certaine parenté avec des statuettes décorant les lébès de Capoue55 confirme cette probable origine campanienne.

67Les autres exemplaires du type (il s'agit, sauf pour l'objet trouvé à Filottrano, de poignées détachées de leur bassin d'origine) ont tous en commun la position frontale des lutteurs, qui se tiennent de profil l'un par rapport à l'autre, et surtout le modèle des attaches, plus simples que pour le bassin de Boston : la palmette à sept pétales aigus autour d'un petit coeur losangique est surmontée de deux grandes volutes, “liées” entre elles par un bandeau, rectangulaire ou losangique, qui porte un motif incisé différent d'un exemplaire à l'autre (généralement des croisillons et sur la poignée de Borsdorf des triangles hachurés entre deux lignes de perles). Au-delà de cette barrette, les prolongements des volutes s'écartent de part et d'autre pour épouser le bord du bassin ; leurs extrémités redressées se terminent, d'un côté par une nouvelle volute où s'appuie le genou fléchi du lutteur, de l'autre par une courte tige quadrangulaire et un fleuron conique dont les pétales arrondis se rejoignent au sommet en une petite boule.

68Seul le bassin complet de Filottrano (et les fragments très endommagés de celui de Verna) (fig. 29) permettent de restituer l'aspect des récipients, qui se distinguaient du bassin de Boston par une profondeur moindre, un fond plat et probablement une absence de pied. Le rebord plat porte sur son pourtour externe une lèvre un peu épaissie, décorée d'une ligne de perles et d'une bande d'oves.

30-Anse d'un bassin à lutteurs : Borsdorf (Wetteraukreis, D)

31-Répartition des bassins à lutteurs

69Au-delà de cette relative unité morphologique, l'aspect et le style des figures de lutteurs peuvent varier sensiblement d'un exemplaire à l'autre. En dehors du bassin de Boston, deux autres objets sont caractérisés par la nudité des personnages : l'anse trouvée à Borsdorf, en Hesse (liste, n° 2) (fig. 30), se rapproche de celles de Boston par le geste des deux hommes qui se saisissent mutuellement les bras. Au contraire, les lutteurs de la paire d'anses de Bologne (liste, n° 3) s'empoignent par la chevelure ; leur main opposée, appuyée sur la hanche, pourrait, d'après sa position, avoir tenu une épée, mais aucune trace de celle-ci n'est conservée.

70Un second groupe, d'aspect plus homogène, réunit toutes les autres poignées, où les personnages, tête nue, sont revêtus d'une cuirasse à épaulières et lambrequins et armés d'une épée (liste, n° 4 à 9).

L'ORIGINE DES BASSINS À LUTTEURS

  • 56 Castel S. Mariano : U. Höckmann, Die Bronzen aus dem Fürstengrab von Castel San Mariano. Munich, 19 (...)
  • 57 M. Novotna, Die Bronzegefdsse in der Slowakei. PBFII, 11 ; Munich. 1991, n° 65 : 71-72, pl. 13.

71En dehors de ce type particulier des bassins à décor plastique, d'autres modèles de podanipter sont connus en Italie centrale dès le Vie s. av. J.-C., en particulier sur le flanc oriental de la péninsule (fig. 31) : leur cuve assez profonde, à profil arrondi, repose sur trois pieds minces d'inspiration animale (pattes de fauve ou d'équidé), fixés à la paroi du bassin par des plaquettes incurvées qui en épousent le galbe. Ils sont caractérisés surtout par la forme des anses arrondies ou rectilignes, coulées d'une seule pièce avec leur plaque d'attache, qui dessine sur son bord inférieur deux arcs surbaissés. Ce modèle est attesté dans les riches tombes de la seconde moitié du VIe s. en Ombrie (Monteleone di Spoleto et Castel San Mariano), à Orvieto et en Romagne (San Giovanni in Compito)56 Il a été exporté en Italie méridionale (Vaste, tombe 569)(Rolley 1991 : 204 et pl. XIII) et un exemplaire a été trouvé également en Slovaquie57.

  • 58 A Rudiae, Rutigliano. Cavallino. Ugento : Rolley 1991 : 190-196. Sur les récipients grecs, la premi (...)

72Pour ce qui concerne l'Italie méridionale, on y rencontre plus fréquemment les podanipteres de type grec où les trois pieds de lion, de plus grande dimension, sont réunis par une couronne de bronze où vient se poser le fond de la cuve58 D'autres sépultures, à la périphérie du monde grec, en ont livré un nombre important (à Trebenischte ou Novi Pazar en Illyrie) et la fabrication de ces objets grecs a été attribuée, soit à des ateliers corinthiens, soit aux ateliers de Grande-Grèce (Rolley 1991 : 196 ; Gauer 1991 : 79-81). En Etrurie, le modèle classique du podanipter grec n'a pas été retrouvé, mais il est illustré à plusieurs reprises dans des scènes de banquet à Chiusi, dans la peinture funéraire (“Tomba del Colle”) ou sur les cippes à reliefs (Adam 1995 : 106, 113, fig. 2).

  • 59 A Olympie : Gauer 1991 : Ρ 5, pl. 56, 1.

73Werner Gauer (Gauer 1981 ; Gauer 1991 : 70-82) a réparti les bains de pieds grecs en plusieurs classes en fonction de l'aspect de leurs anses. Un premier groupe, attesté par de nombreux exemplaires à Trebenischte et quelques-uns également en Italie méridionale, est caractérisé par des poignées à attaches discoïdes (Scheibenattasche), en forme de rosettes ou rosaces de différents modèles. Ce type de poignée apparaît un peu avant le milieu du VIe s. Les plaquettes de fixation peuvent être décorées également d'une palmette gravée, surmontée d'une double volute59.

  • 60 Gauer 1991 : pl. 57, 3 et 4 (Olympie. Ρ 32 et Ρ 38) ; pl. 61, 3 (Ρ 34).

74Dans l'autre groupe, la fixation des poignées à la cuve se fait de chaque côté au moyen de deux éléments incurvés (.Bogenattasche) puis redressés au-dessus du bord du récipient, pour se terminer en un motif floral (rosace, bouton) ou animal (serpents ou protomès de bélier)60 Une autre rosace se dresse souvent perpendiculairement au centre de la poignée elle-même. De façon générale, les exemplaires de ce second groupe se caractérisent par la richesse plus grande de leurs décors. Dans le podanipter de New-York publié par M. J. Milne, le système d'attache des poignées est complété par deux grandes palmettes avec double volute, appliquées sur le bassin avant l'appendice arqué, lui-même terminé par un bouton floral (Milne 1944 : fig. 2) (fig. 32).

32-Anse du podanipter de New York, d'après Milne 1944, fig. 2

  • 61 Bassin complet de Sala Consilina : Gauer 1981 : 117, fig. 53 ; anse isolée à Olympie (Br 5176) : Ga (...)
  • 62 Gauer 1981 : 120, note 28 ; A. De Ridder, Catalogue des Bronzes trouvés sur l’Acropole d’Athènes. P (...)
  • 63 British Museum, n° 73.8-20.217 : Haynes 1985. n° 39 : 259, fig. p. 146.

75Le corps de l'anse peut être remplacé par un motif plastique : le plus souvent, il s'agit de deux lions couchés, opposés par leur arrière-train, de part et d'autre d'une rosace61 ; une variante (attestée à Dodone et sur l'Acropole d'Athènes) remplace les lions par deux lézards disposés de la même façon62 Un bassin complet du British Museum présente une autre variante encore : les anses plates à attaches arquées, terminées en serpents, portent chacune un couple de banqueteurs étendus côte à côte. Ce bassin n'est pas grec : il a été attribué de façon hypothétique à la Campanie ou encore à l'Etrurie méridionale (les visages des banqueteurs, avec leur profil aigu, rappellent en effet des antéfixes campaniennes mais aussi certaines figures de terre cuite fabriquées à Cerveteri à la fin du VIe s.)63 Ce bassin, sans doute un peu antérieur au bassin à lutteurs de Boston (dernier quart du VIe s.), constituerait donc un autre exemple d'adaptation étrusco-campanienne des modèles grecs.

  • 64 Br 5110 : Gauer 1991 : Ρ 26, pl. 62, 1.

76Si nous poursuivons l'inventaire des types d'anses connus dans la production grecque, une dernière catégorie peut apparaître comme le plus proche modèle des poignées italiennes à lutteurs. Etudiée en détail par W. Gauer (1981) à partir d'un exemplaire d'Olympie64, elle comporte un riche décor plastique : deux lions affrontés se disputent un cervidé placé entre eux ; leurs pattes postérieures reposent sur le système d'attache de la poignée : une palmette surmontée d'une tige à fleuron et d'une grande volute. En dehors du fragment d'Olympie, deux autres exemplaires seraient connus : l'un d'eux, provenant de l'Acropole d'Athènes, a conservé d'un côté la palmette de fixation complète (Gauer 1981 : 123-125, fig. 54-55 et 59) (fig. 33). Un groupe de trois animaux, conservé à Copenhague (Musée Thorvaldsen) pourrait être complété, selon la reconstitution proposée par W. Gauer, par un fragment d'attache trouvé à Locres (Gauer 1981 : 124-128, fig. 56 à 58 et 60) (fig. 34 a et b). Il faut donc considérer le modèle représenté par ces trois anses comme le véritable prototype de nos anses à lutteurs, à la fois pour ce qui est du schéma des combattants affrontés, dont les corps inclinés forment l'arc de la poignée, et pour le système d'attache dont les bassins étrusques semblent s'être directement inspirés.

77Les trois poignées couvrent, selon la datation proposée par W. Gauer (1981 : 142), une période étendue : le groupe de l'Acropole, considéré comme le plus ancien, est situé vers 540, celui de Copenhague-Locres à la fin du VIe s. et le groupe d'Olympie à l'extrême fin de l'archaïsme (vers 480). Les trois exemplaires peuvent être issus d'ateliers différents : à l'origine de la série, Gauer restitue une production d'un atelier attique, il rattache la poignée d'Olympie plutôt à l'activité des ateliers corinthiens, et pour celle de Copenhague-Locres, il admet la possibilité d'une fabrication en Italie méridionale, probablement à Locres même.

78Sans entrer dans le détail de son argumentation ni à plus forte raison dans le débat récurrent concernant l'attribution de nombreux récipients en bronze à des ateliers corinthiens ou sud-italiens, il est surtout intéressant de constater que de nombreux modèles de podanipteres grecs sont connus sur les sites de Grande-Grèce, notamment les plus richement décorés et en particulier celui décoré d'animaux combattants, dont le premier représentant de notre série à lutteurs paraît s'être directement inspiré, avec un décalage de quelques décennies seulement. Rappelons que le schéma des lutteurs de profil, penchés l'un vers l'autre et se tenant par les poignets, est connu par ailleurs dans l'iconographie étrusque dès le VIe s. (par exemple dans la célèbre tombe peinte “des Augures”, à Tarquinia, vers 530). Le modèle du bassin à anses plastiques est ensuite repris et mis en oeuvre, avec un nouveau décalage (du moins dans l'état actuel de nos connaissances) par des ateliers d'Etrurie qui, au terme de l'évolution, modifient encore le schéma, en revêtant les deux combattants affrontés d'une cuirasse et en les armant d'une épée.

33-Poignées grecques avec deux lions et un cervidé, d'après Gauer 1981 (Athènes)

34 a -Restitution proposée par Gauer ; b : palmette de Locres, d'après Gauer 1981

STYLISTIQUE ET DATATION

  • 65 Hostteter 1986 : Spina 40, p. 73-75, pl. 49 (discophore de la tombe 44 ; datation proposée : 440-43 (...)

79Sur le plan stylistique, les trois poignées présentant des lutteurs nus sont assez sensiblement différentes les unes des autres et proviennent probablement d'ateliers distincts. La paire conservée au Museo Civico de Bologne n'a pas de provenance archéologique connue, mais il est fort probable qu'il s'agisse d'une découverte locale ou du moins originaire d'Etrurie padane. Un certain nombre de rapprochements avec des petits bronzes de cette région, en particulier plusieurs couronnements de candélabre caractéristiques de la production padane65, permettent de supposer que les ateliers de ce secteur ont produit également notre type de bain de pieds. Ces figures ont en commun avec celles qui nous occupent le traitement anatomique (aux proportions plutôt trapues, avec le cou épais, la musculature du torse accentuée) et aussi le style du visage, avec de grands yeux en amande, cernés d'un liseré saillant. Ces comparaisons, dont la datation s'appuie à la fois sur des critères stylistiques et, surtout pour Spina, sur les contextes archéologiques, autorisent à proposer, pour la paire d'anses de Bologne, une datation vers 400.

80La situation de la poignée de Borsdorf (fig. 30), en termes de style et d'atelier, est plus délicate à définir. Son aspect renvoie globalement à la production de l'Etrurie intérieure, qui a comporté probablement de la fin du VIe s. jusqu'au IIIe s., plusieurs centres (Orvieto, Chiusi, l'Etrurie septentrionale), dont les caractéristiques spécifiques ne sont pas toujours faciles à cerner, du fait des liens qui ont dû se tisser entre eux et d'une certaine communauté d'inspiration, résultant d'un contact privilégié avec les produits du classicisme grec (Maule 1977 ; Dohrn 1982 ; Cristofani 1985 : 33-34). On peut considérer que les ateliers d'Etrurie padane constituent aussi, par les relations que cette région a entretenues avec l'Etrurie septentrionale interne, et également avec Chiusi, un prolongement de ce courant. D'autant plus que la plaine du Pô et surtout les ports du delta, par leurs contacts privilégiés, au Ve s., avec la culture grecque, ont certainement joué un rôle de premier plan dans la transmission des schémas plastiques d'origine hellénique.

  • 66 Cristofani 1985 : 165, n° 57 (Monte Capra) ; 120-121, n° 7. 4, (Villa Cassarini).
  • 67 Cristofani 1985 : 104, n° 4.7, (grande statuette d’offrant, vers 400 av. J.-C.) et n° 4.8, p. 105 ( (...)

81D'ailleurs, les statuettes de Borsdorf rencontrent elles aussi des parallèles dans la petite plastique de la zone padane, par exemple le célèbre “Ephèbe Fruga” (statuette d'offrant de Monte Capra) ou l'Hercule drapé dans la léontè, trouvé dans le sanctuaire de Villa Cassarini à Bologne66. Plus largement, on trouve des rapprochements dans le nord de l'Etrurie, comme plusieurs figures, de taille diverse, dans le dépôt de Monte Falterona Le bronze de Borsdorf est peut-être un peu plus67. ancien que la paire d'anses de Bologne, mais pas de façon notable (dernières années du Ve s. av. J-C., ou vers 400 ?).

  • 68 Par exemple le célèbre groupe de Marzabotto “Mars et Vénus” : Maule 1977 : 498, fig. 12.
  • 69 Guerrier de Falterona : Cristofani 1985 : n° 4.6, p. 102-103 (datation : 420-400)
  • 70 L’un autrefois dans la collection Sarti à Rome : F. Messerschmidt, Römische Mitteilungen, 43, 1928, (...)

82C'est probablement aussi dans ces régions septentrionales qu'a lieu la transformation des lutteurs en guerriers. On y rencontre, en tout cas, dès la seconde moitié du Ve s., la figure du guerrier en armes sur des cimaises de candélabre68, tout comme parmi les bronzes votifs69. Un certain nombre d'entre eux, sur les candélabres, présentent la même tenue que les figurines des bassins : cuirasse laissant dépasser légèrement le bord plissé de la tunique, absence de casque. On peut citer, en particulier, les deux groupes, presque semblables, de Bologne et de Paris, où le guerrier est associé à un homme âgé barbu, et qui doivent dater de la fin du Ve s. (Sassatelli 1987, fig. 4-5-11 et 6 à 9), ou encore une autre paire de cimaises, un peu plus récentes (première moitié ou milieu du IVe s.), avec deux jeunes guerriers côte à côte70 (fig. 35).

  • 71 Landolfi 1987 : 452-454 ; M. Menke 1991 : 392-393 proposent une date plus récente, à la fin du IVe (...)

83Les six anses ou paires d'anses ornées de guerriers ne sont pas toutes contemporaines, comme le style de chacune permet de le reconnaître : elles doivent jalonner une partie du IVe s. La plus ancienne de la série pourrait être l'anse isolée du Musée du Louvre (n° 4 de notre liste, vers 375 ?), suivie de peu par celle du British Museum (n° 5) qui lui est apparentée par plusieurs aspects (traitement des visages et des chevelures). Le seul des bassins trouvé dans un contexte datable (Filottrano, Santa Paolina, tombe II, n° 6 de notre liste) (fig. 29) doit appartenir lui aussi à la première moitié, ou au plus tard au milieu du IVe s. En effet, la sépulture contenait également deux cratères attiques à figures rouges du “Peintre de Filottrano”, datables autour de 350 et qui fournissent probablement la datation du contexte funéraire71. L'anse de Vienne (n° 7) est proche de celles du bassin de Filottrano et pourrait ainsi dater du milieu du IVe s.

35-Cimaise de candélabre avec deux guerriers. Romisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz (Inv. n° 0.8919). Cl. V. Iserhardt, RGZM

84C'est également à partir de 350, ou peu après, que nous proposons de situer les anses de Verna, en particulier à cause du traitement des chevelures, plus “floues” que dans les exemplaires précédents. Il est vrai que l'analyse stylistique des bronzes de Verna est rendue difficile par l'état de conservation de l'ensemble, mais le style des figurines, si on le compare au reste de la série, paraît s'écarter un peu plus encore des schémas tardo-classiques en vigueur en Etrurie jusqu'à la première moitié du IVe s. On peut les rapprocher des deux guerriers des couronnements de candélabres de la collection Sarti et du Musée de Mayence (supra, note 70) (fig. 35), qui manifestent de la même façon une fusion des traditions classiques avec des éléments nouveaux (là aussi perceptibles notamment dans le traitement des chevelures). On peut dater les deux cimaises vers 350 au plus tard.

  • 72 Jannot 1995 : 83. Le cliché que nous publions, qui correspond à un cliché ancien, antérieur à la pl (...)

85En ce qui concerne le fragment d'anse trouvé en Anjou au milieu du XIXe s. (n° 9) (fig. 36), l'aspect émoussé de certains de ses reliefs, notamment le visage du personnage, l'a fait parfois soupçonner d'être un “surmoulage”, mais cela provient sans doute en partie des restaurations successives, et parfois brutales, auxquelles l'objet a pu être soumis depuis plus d'un siècle et demi72 Nous y verrions volontiers l'exemplaire le plus récent de toute la série, postérieur en tout cas à 350 et proche de certaines poignées de cistes prénestines, qu'on attribue en général à la seconde moitié du IVe s.

  • 73 Rome, Musée de la Villa Giulia, n° 15693 : Bordenache Battaglia 1979 : n° VIII, p. 18-19 et pl. XXI (...)
  • 74 Bordenache Battaglia 1979 : n° 30, p. 115-116 et pl. CXLI (Londres, British Museum, n° 84 6-14 35)  (...)
  • 75 Cristofani 1985 : 34-35. Cette proximité est bien illustrée par les poignées de cistes ajourées fig (...)

86Il est intéressant, en effet, de comparer l'évolution de nos anses à lutteurs avec celle des poignées des cistes prénestines qui, au cours du IVe s., présentent de plus en plus un schéma proche des poignées de podanipteres, mettant aux prises deux lutteurs aux bras entrecroisés. Un exemplaire ancien (probablement première moitié du IVe s.) est fixé sur le couvercle d'une ciste à corps ajouré73. D'autres, qui correspondent à des cistes à décor gravé, datent au plus tôt de 350, ou de la seconde moitié du siècle, et certains sont assez proches par le style des personnages des anses de Verna (poignées avec lutteurs masculins nus74). On peut d'ailleurs se demander si la composition des groupes de lutteurs de nos bassins a influencé la mise au point du schéma récurrent sur les poignées de ciste. Il a été en tout cas déjà souligné à quel point la production plastique des ateliers bronziers prénestins était redevable d'influences provenant d'Etrurie septentrionale et padane75.

36-Anse de bassin à lutteurs : Sainte-Gemmes (Maine-et-Loire)

87Pour résumer ces considérations sur la situation chronologique des bassins aux lutteurs, on peut souligner que ce type de récipient semble occuper une place particulière au sein de la production de vaisselle en bronze étrusque, à la fois par son caractère relativement exceptionnel et par la longévité du modèle : héritière d'une tradition venue de la production grecque, par l'intermédiaire de l'artisanat campanien, sa fabrication paraît connaître un nouvel essor à la fin du Ve s. et pendant une partie du IVe s., sans que l'on puisse reconstituer le cheminement qui a pu relier, au cours du Ve s., le bassin de Boston au reste des exemplaires, même si la filiation ainsi mise en évidence entre ateliers campaniens et ateliers d'Etrurie interne, septentrionale et padane, ne doit pas surprendre et connaît au cours du Ve s. d'autres illustrations.

LE BASSIN DE VERNA DANS LE CONTEXTE DES IMPORTATIONS

88Une autre particularité de ce groupe est la proportion importante d'exemplaires découverts dans des contextes nord-alpins (fig. 31), d'autant plus que la date de fabrication que nous avons assignée à plusieurs d'entre eux (jusqu'à la seconde moitié du IVe s.), en fait une catégorie exceptionnelle parmi les importations de vaisselle de bronze étrusque en milieu celtique. On constate, en effet, à partir de la fin du Ve s., un net ralentissement du flux, qui était caractérisé, en particulier, depuis plusieurs décennies, par l'arrivée de Schnabelkannen, de stamnoi et de plats avec ou sans anses.

  • 76 Fouilles Karine Robin, 2001 : K. Robin et C. Soyer, Un fragment d’anse de bassin étrusque découvert(...)
  • 77 F.-R. Herrmann et O.-H. Frey. Germania 75, 1997, 2, p. 459-550.

89On rencontre encore, dans les dernières années du Ve s. et au début du IVe s., quelques pièces intéressantes pour leur rareté, parmi lesquelles on peut placer le bassin de Borsdorf et peut-être celui dont une seule palmette a été récemment retrouvée à Barzan, Le Fâ, en Charente-Maritime (n° 10 de notre liste)76 (fig. 37), sur un site qui a livré de façon diffuse du matériel de La Tène Ancienne. La datation stylistique du bronze de Borsdorf peut fort bien correspondre à celle de son contexte de découverte, malheureusement inconnu : les récentes et spectaculaires découvertes du tumulus du Glauberg77 rendent plausible la présence dans ce secteur, à proximité du site de hauteur fortifié, d'autres tombes fastueuses datables au tournant de La Tène A et de La Tène B, dont l'une aurait pu contenir le bassin étrusque.

  • 78 Type recensé par L. Husty, Ein neuer etruskischer Gefässtyp. Trierer Zeitschrift, 53, 1990 : 15-54, (...)

90Peu d'autres récipients ont été découverts dans des contextes postérieurs à 400 avant J.-C. Un kyathos de bronze provient du tumulus 9 de la nécropole de Bescheid “Bei den Hübeln”, près de Trèves. Chronologiquement, la tombe se situe à la transition des phases Hunsrück-Eifel-Kultur II A 2/IIA 3, c'est-à-dire en chronologie absolue, vers 370. Mais le kyathos, qui appartient à une série bien attestée en Etrurie padane (Bologne, Sasso Marconi, Spina) dans la seconde moitié du Ve s.78 est antérieur d'environ un demi-siècle à la date de la déposition. On doit supposer une conservation de l'objet pendant environ deux générations, et sa déposition tardive montre que de tels objets conservaient encore tout leur prestige au début du IVe s. objets conservaient encore tout leur prestige au début du IVe s. C'est pour l'instant le seul récipient de ce type découvert en contexte assuré au nord des Alpes. Un autre de même forme (mais dépourvu de tout décor, alors que la plupart des kyathoi du “type Bologne” portent une ou plusieurs bandes d'un décor de tresse gravé) est conservé au Musée Denon de Chalon-sur-Saône : il proviendrait de Pourlans (Saône-et-Loire) sur la rive droite du Doubs (Guillaumet, Szabó 1985 : 71-72, fig. 1). L. Husty date ce vase, de manière globale, dans la deuxième moitié du Ve s., mais on ne peut préciser davantage et le contexte de la découverte est inconnu.

  • 79 U. Schaaff, In : Künzl 1993 : Teil I. p. 66-68, carte fig. 3, Medilerrcme Bronzegefässe und Spiegel (...)
  • 80 Publication de cette oenochoé par R. Chevallier : La troisième route de l’étain en Gaule. A propos (...)

91En revanche, l'oenochoè à bec de Saint-Etienne-de-Chigny (Indre-et-Loire) ne peut figurer dans cette liste, comme on l'a parfois suggéré79 Même si la forme du vase (“forme VI” de Beazley) est encore connue dans la production étrusque jusqu'au IIIe s., elle apparaît dès 500, et le personnage en course agenouillée qui orne la cruche de Touraine incite à placer ce vase dans la première moitié du Ve s.80 La forme est effectivement exceptionnelle en milieu celtique, mais cela ne suffit pas à indiquer une importation récente.

  • 81 H.-E. Joachim, éd., Waldalgesheim. Das Grab einer ketlischen Fürstin. Cologne, 1995 : 59.
  • 82 B. Shefton, The Waldalgesheim Situla : where was it made ?. In : Festschrift für 0.-H. Frey zum 65. (...)
  • 83 C. Rolley, Deux notes de chronologie celtique. II. La situle de Waldalgesheim et la date du Style v (...)

92En dehors des bassins aux lutteurs, et dans l'état actuel de nos connaissances, les quelques récipients en bronze méditerranéens parvenus au nord des Alpes aux IVe s. et IIIe s. sont d'origine grecque et non pas étrusque. Le plus fameux d'entre eux est la situle de Waldalgesheim qui date du troisième quart du IVe s. Ce vase a été longtemps attribué à un atelier de Grande-Grèce, voire de Campanie, et cette attribution figure encore dans la récente publication de la tombe de Waldalgesheim81 Pourtant, depuis plusieurs années, C. Rolley et B. Shefton ont réexaminé parallèlement la situle et conclu que ce vase, plutôt que d'Italie, est originaire de Grèce propre (origine “égéenne” pour B. Shefton82 ou de Macédoine selon C. Rolley83). En revanche, ces deux auteurs ne s'accordent pas en ce qui concerne une autre situle de la même catégorie trouvée elle aussi en pays nordique : celle de Keldby, dans l'île de Møn, au Danemark (Copenhague, Musée national). B. Shefton (1994 : 592-593) l'intègre à sa liste des produits du “Waldalgesheim Group”, tandis que C. Rolley, qui la rapproche de deux situles de Florence, semble la considérer comme un produit italique.

  • 84 S. Künzl, In : Künzl 1993 : Teil I : 69-72, avec carte de répartition du type, fig. 3, p. 71.
  • 85 Th. Weber, Bronzekannen. Francfort/Main, 1983, types II Ε et F, p. 92-105.
  • 86 Une anse isolée, correspondant à une oenochoè de même forme a été publiée par P. Lebel (Catalogue d (...)

93C'est sans doute encore à la Grèce proprement dite qu'il faut attribuer une oenochoé à embouchure tréflée, dépourvue de son anse, qui faisait partie de la masse de bronzes pillés par les Alamans au IIIe s. de notre ère, dans des sanctuaires ou des villas romains de Rhénanie et retrouvés dans le Rhin à Neupotz84. Le type, dont la diffusion est large, de l'Italie à la Thrace, a été fabriqué vers la fin du IVe s.85 Le contexte originel de l'objet est bien sûr inconnu ; on a supposé qu'il pouvait se trouver encore à l'époque romaine conservé dans un sanctuaire, jusqu'au pillage de celui-ci par les Alamans86.

37-Anse de bassin à lutteurs Barzan (Charente-Maritime)

94Plusieurs autres vases, dragués dans la Saône aux environs de Chalon, ont été considérés comme des objets grecs du IVe s., mais ils posent, pour certains, des problèmes d'attribution ou de chronologie. Une oenochoè à embouchure tréflée (Guillaumet, Szabó 1985 :71-73, fig. 2) se rattache pour la forme aux types II c-d de T. Weber, mais l'association sur ce vase de plusieurs motifs décoratifs (torsades, languettes) pourrait indiquer qu'il s'agit, en fait, d'un vase d'inspiration archaïsante, mais plus récent (vaisselle campanienne tardo-hellénistique ou romaine).

  • 87 Nous ne mentionnons que pour mémoire d’autres récipients, qui ont été considérés occasionnellement (...)

95De même, une grande anse surhaussée, trouvée dans les dragages de la Saône entre Chalon et Tournus, faisait, selon les témoignages recueillis, partie d'une paire appliquée sur un grand vase en tôle de bronze qui n'a pas été conservé (Guillaumet, Szabó 1985 : 74-76, fig. 4-6). Cette anse est décorée à sa base de la partie antérieure d'une léonté (mufle et pattes de lion), encadrée de volutes et surmontant une palmette au large pétale central évidé ; à la partie supérieure, entre deux bras assez courts, terminés par une demi-couronne d'oves, un reptile enroulé porte un motif d'écaillés gravées. J.-P. Guillaumet et M. Szabó, à l'issue d'un certain nombre de rapprochements, concluent à la fabrication dans la deuxième moitié du IVe s. par un atelier grec, peut-être d'Italie du Sud. En fait, l'objet qui constitue, par l'association de ses différents motifs décoratifs, un unicum, est difficile à classer. Malgré l'aspect encore classique du décor inférieur, d'autres particularités de cette anse s'accorderaient bien avec une datation plus récente (en particulier le noeud reptilien et l'excroissance arrondie au sommet du coude de l'anse qui apparaît fréquemment, sous la même forme schématique, sur différents types d'anses tardo-républicaines)87.

  • 88 Quincerot : C. Rolley, Bulletin de Correspondance Hellénique, 1962 :491-493, fig. 14-16 ; Faulx : M (...)

96En dehors des récipients métalliques, on mentionne l'éventuelle découverte en Gaule d'au moins deux représentants de la céramique italiote, dans des contextes toutefois mal définis (Morel 1990 : 259 et 272). Un skyphos campanien (“Cassandra-Parrish-Workshop”, datable vers 375) proviendrait de Quincerot dans l'Yonne. Un cratère en calice à figures rouges, avec des personnages, aurait été trouvé, à l'occasion de prospections minières sous le Second Empire, dans la région de Faulx (Meurthe-et-Moselle), au nord-est de Nancy88.

97Les mouvements celtiques de la fin du Ve s. et du IVe s. et l'installation des Gaulois en Italie ont donc modifié, comme on pouvait s'y attendre, en même temps que l'ensemble des relations transalpines, les courants d'importation, qui se réduisent très sensiblement au IVe s., surtout avec l'Italie centrale, tandis que les quelques objets méditerranéens sont en majorité d'origine grecque. Sans doute même n'est-il plus très approprié de parler de “courant d'importation” : les différents objets sont plus vraisemblablement parvenus au nord des Alpes de façon aléatoire et dispersée, à la faveur de conditions historiques nouvelles, y compris les plus récents des bassins aux lutteurs, même si ce modèle est attesté plusieurs fois hors d'Italie.

  • 89 Cette hypothèse a été retenue par M. Menke (1991) pour tous les bassins à lutteurs, mais elle repos (...)

98On a, à propos des objets grecs, évoqué la possibilité d'une arrivée “dans les bagages” de mercenaires (Morel 1990 : 281). Les rares objets originaires d'Italie ne seraient pas non plus liés à un circuit d'échanges de type “commercial”, mais plutôt à la circulation d'individus entre le nord des Alpes et l'Italie celtique89. Malgré une situation géographique favorable qui lui assure une prospérité certaine pendant toute la protohistoire, on remarque d'ailleurs que la région de Verna n'a jamais été concernée auparavant par la diffusion de la vaisselle en bronze (alors que pour les régions de France occidentale qui ont fourni d'autres exemplaires de nos bassins, les courants d'importation d'objets en bronze originaires d'Italie semblent mieux attestés depuis le début de l'âge du Fer). Seule une coupe cannelée étrusque du VIIe s. av. J.-C., conservée à Lyon et peut-être d'origine locale, pourrait se rattacher à ce secteur, antérieurement à l'arrivée du bassin. Les importations de céramiques méditerranéennes, notamment attiques, intéressant la région lyonnaise, doivent participer d'un autre courant, qui utilise la voie rhodanienne (Perrin, Bellon 1992).

99Peut-on, en conséquence, considérer le bassin de Verna comme un objet de prestige rapporté par un lointain Allobroge revenant d'Italie ? Les élites celtiques d'Italie connaissaient ce type d'objets, comme le prouve le bassin de Filottrano.

  • 90 Pour le Bassin Parisien : sépulture du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), avec deux coupes à vernis noir  (...)
  • 91 A Larina : un fragment, fabriqué à Teano (?), daté des environs de 300 ou du premier tiers du IIIe (...)

100Pour une période à peine plus récente (fin du IVe s. ou début du IIIe s.), les premières céramiques campaniennes trouvées au nord des Alpes ont été interprétées comme le signe possible de mouvements de personnes entre l'Italie et le Bassin Parisien ou la Suisse 90 et même plus précisément du retour “au pays” de guerriers ayant opéré en Italie. Des fragments de céramiques à vernis noir anciennes sont signalés aussi dans la région lyonnaise Les mercenaires connus sous le nom de Gésates, recrutés par91. les Insubres et les Boïens contre Rome au IIIe s., étaient originaires, selon Polybe (2, 22), des Alpes et de la vallée du Rhône. Selon Strabon (5,1,6), ces Gésates interviennent plus tôt dans les mouvements transalpins, puisqu'ils auraient accompagné les Sénons, lors de l'attaque de Rome au début du IVe s. Ces mouvements contribuent-ils à expliquer la présence dans la région d'objets d'origine italique aux IVe-IIIe s. ?

101Pour le bassin de Verna, une autre donnée vient compliquer l'interprétation : le décalage entre la date de fabrication du bassin et celle de son dépôt dans la sépulture. Cela pose d'ailleurs la question du moment où l'objet est arrivé d'Italie. Compte tenu des réflexions précédentes, il est plus probable que cette date d'arrivée est de peu postérieure à celle de la fabrication. Le récipient, rapporté par un “ancêtre”, aurait alors été conservé plusieurs générations avant sa déposition funéraire. Le cas n'est pas isolé, comme nous le verrons plus loin.

  • 92 Les bronzes antiques de Paris. Exposition Musée Carnavalet ; Paris, 1989 : 42-43, n° 5.
  • 93 Nantes 1999 : 74-75, n° 132,.

102Mais on ne peut exclure totalement une arrivée plus récente. Certains objets d'origine étrusque ou italique semblent avoir fait l'objet d'une circulation tardive en Gaule, comme objets de "collection" ou d'“antiquariat”. L'hypothèse a été avancée en particulier pour expliquer la présence d'un nombre non négligeable de petits bronzes votifs italiques sur des sites connus surtout à l'époque gallo-romaine (Adam 1992 : 22). Un miroir étrusque du IIIe s. av. J.-C. faisait partie du mobilier d'une sépulture parisienne du IIe s. de notre ère92 et deux fibules d'or étrusques du VIe s av. J.-C. ont été retrouvées à Saint-Aignan-de-Granlieu, près de Nantes, au sein d'un trésor monétaire du Ier s. de notre ère93.

LE BASSIN DANS LE CONTEXTE DE LA SÉPULTURE

  • 94 Un écart chronologique entre les différents éléments du mobilier funéraire a été mis en évidence ég (...)

103Si le bassin de Verna est plutôt, comme nous le supposons, un objet de prestige longtemps conservé en milieu celtique avant son dépôt dans la sépulture aristocratique, son exemple n'est pas totalement isolé, même si dans ce cas le décalage chronologique est exceptionnellement important. Les écarts, en effet, dans la plupart des cas, n'excèdent guère la durée d'une ou deux générations, par exemple dans la tombe princière de Vix, où le cratère doit être de 20 à 30 ans plus ancien que les coupes attiques et le matériel indigène. Le bassin étrusque à ombilic de la même tombe est lui aussi antérieur de quelques décennies à la date de la déposition. Pour le même secteur du Mont Lassois, on constate un écart un peu plus important dans le tumulus de La Garenne à Sainte-Colombe, où le trépied étrusque, fabriqué dans la première moitié du Vie s., est associé à des objets de parure locaux caractéristiques du Hallstatt D394.

  • 95 Sur ce contexte, en dernier lieu : J. Fischer, Germania, 68, 1, 1990 : 115-127.
  • 96 Exception dans la tombe de Waldalgesheim, où l’objet “ancien” conservé n’est pas la situle de bronz (...)
  • 97 M. Guggisberg, “Erbstücke in fürstlichen Gräbern diesseits und jenseits der Alpen”, communication a (...)

104On peut ainsi multiplier les exemples : l'hydrie de Grächwil, datée vers 600, est associée à un char de la fin du VIe s ; le trépied étrusque de Dürkheim, dans le Palatinat, est antérieur d'une ou deux générations à la déposition funéraire qui le contenait. Dans la tombe princière de Grafenbuhl, près de Ludwigsburg, dans le Wurtemberg, les objets importés, d'origine diverse, couvrent une période qui va de la fin du VIIe s. (pour le manche de miroir en ivoire) à la seconde moitié du VIe s., pour la klinè grecque, tandis que l'enfouissement définitif est daté, là encore par les objets de parure indigènes, au début du Ha D3 (vers 500 av. J.-C.) 95 On a constaté que ces objets plus anciens sont, en général, des pièces exceptionnelles et d'origine lointaine et on a proposé de voir dans le phénomène de96 thésaurisation de ces biens de prestige (keimèlia) un trait caractéristique de la mentalité aristocratique qui affirme, par la consécration de précieux objets “de famille”, la continuité de la lignée97. Certains cas d'antériorité d'une pièce du mobilier par rapport au reste du contexte recouvrent également un remaniement de sépulture (par exemple dans la tombe de Bouranton, dans l'Aube, où le chaudron de bronze contenait une sépulture à incinération antérieure à la déposition principale). Cette pratique n'est peut-être pas étrangère, non plus, à la volonté de mettre en évidence un lignage familial.

  • 98 Langâ au Danemark, tombes 1 et 2 : P. Stary, Mediterrane Einfuhrgüter während der Früheisenzeit in (...)

105Tous les exemples précédemment cités se réfèrent à l'époque hallstattienne et à La Tène Ancienne. La situation que nous rencontrons à Verna paraît beaucoup plus exceptionnelle pour la fin de La Tène. En dehors de deux sépultures Scandinaves, datées vers 100 av. J.-C. et renfermant chacune un récipient en bronze d'origine italique et nettement plus ancien 98, aucun autre cas en milieu proprement celtique ne nous est connu pour l'instant.

106Du fait de sa propre chronologie et de la datation du contexte archéologique dont il provient, le bassin aux lutteurs de Verna constitue donc à bien des égards une rareté. On peut se demander, pour terminer, si les Gaulois qui l'ont déposé dans la sépulture l'ont considéré du seul point de vue de son statut de keimèlion, bien de prestige que sa haute antiquité rendait plus précieux encore, ou s'ils l'ont intégré au service funéraire, lui restituant en quelque sorte sa fonction originelle de récipient à ablutions, en lieu et place d'un bain de pieds plus' “moderne” (comme les grands bassins de type Eggers 94) et en association avec d'autres récipients présents dans la sépulture, comme la cruche de type Kelheim et les patelles à manche de “type Aylesford”.

CONCLUSION. M. Schönfelder

107La vaisselle en bronze de Verna représente le plus grand ensemble connu pour une tombe de La Tène finale en France. Si l'on se réfère à la documentation de 1818, la majorité de la vaisselle appartient à la tombe à char : la grande situle, la cruche, le couvercle (avec une autre cruche ?), une ou deux patelles à manche. La petite situle qui est entière et une anse étrusque sont figurées également sur une planche d'Artaud. De même que le bassin rectangulaire, le bassin à bec verseur et le bassin étrusque, il est fort probable qu'ils fassent partie de la sépulture. Ils ont été fondus et détruits rituellement de la même manière que les autres vases. Ces récipients étant de formes rares, ils appartiennent certainement à un grand ensemble, plutôt que d'être les uniques récipients de tombes secondaires. Quelques objets ne sont pas identifiés dans la documentation ancienne, comme le fragment de la deuxième petite situle ou le gobelet de type Idria, mais l'état de conservation en général laisse penser qu'ils font également partie de l'ensemble.

108L'attribution d'une fonction à un type de vase comporte toujours le problème fondamental d'une utilisation différente entre le lieu de production et celui de l'utilisation finale. Si les services de vaisselle ont été créés au départ pour des usagers (italiens) d'un certain niveau social, on ne connaît pour les Celtes que leur utilisation dans les tombes. De plus, leur présence dans ces tombes dépend des courants d'importation : le dépôt funéraire est l'ultime destination régie par d'autres règles que celles qui présidaient aux usages de ces récipients. Les rites funéraires locaux sont dominants pour le choix des vases comme nous l'avons déjà évoqué. Reste enfin le problème de la dénomination moderne des vaisselles antiques, qui comporte déjà une fonction implicite.

109L'étude des dimensions de différents récipients de Verna (tab. 2, 5 et 6) montre que les vases destinés à la tombe sont tous plus grands que la plupart de ceux des autres contextes connus. Ces choix sont peut-être à mettre en relation avec une position sociale très élevée du défunt. Cette observation permet de porter un regard différent sur ce qui peut caractériser un statut élitiste, par rapport à la conception traditionnelle basée uniquement sur le nombre des objets.

  • 99 Flonheim (Kr. Alzey-Worms, D) : Behrens 1923 : 39, fig. 47. -Hofheim am Taunus, tombe 9 (Main-Taunu (...)

110La majorité des vases de Verna appartiennent à des types républicains connus. La fonction de plusieurs types demeure cependant incertaine (tab. 8). De plus, il est étonnant que la passoire et le simpulum soient absents ; il est possible qu'on ait renoncé à ces deux instruments de la cérémonie du vin du rituel funéraire comme pour les régions du Nord de la France. Par contre en Provence, les simpula sont les ustensiles les plus fréquemment utilisés dans le rite funéraire (Schönfelder 2000a : 365 fig. 234 ; Schönfelder sous presse). En Allemagne, dans la région autour de Francfort et Mayence, ce n'est pas un hasard si on trouve des passoires99 dans plusieurs tombes ; la présence des vases en bronze y est le reflet de rituels funéraires locaux.

  • 100 Voir Graue 1974 : 29 sqq. pour les gobelets en argent dans les cimetières à Ornavasso/San Bernardo (...)
  • 101 Voir Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 78 sqq. liste 3 n° 52, 57, 68.

111L'ensemble de Verna est un des plus grands de Gaule et il appartient à un complexe funéraire également très riche. Cependant, il ne compte pas de vases en métaux précieux ou en verre, comme dans d'autres tombes du Tessin100, ainsi que dans quelques dépôts et épaves, comme par exemple le simpulum et les passoires en argent de Mengibar (Prov. Jaén, E) (Raddatz 1969 :92-93 ; pl. 24,2-3.6) et les puisoirs des trésors de Arcisate (Prov. Varese, I), de Tivoli (Prov. Roma, I) ou de l'épave de Cap Taillat (dép. Var)101. Ceci montre qu'on a aussi fabriqué les types. les plus courants en argent qui ne sont, en général, pas déposés dans les tombes. Des vases en argent de tradition hellénistique, comme des kantharoi, kyathoi et des bols à pied ne sont pas connus dans les tombes et les dépôts laténiens. L'exception des trois vases de la Saône à Thorey (Saône-et-Loire) peut s'expliquer par les circonstances particulières d'un accident sur la Saône (Baratte 1989 ; Bonnamour 1989). Dans la vie quotidienne, les indicateurs de prestige chez les “aristocrates” celtes riches étaient plutôt - comme l'affirment les sources antiques - ces vases en métaux précieux. Malgré ces restrictions, on a besoin d'utiliser la vaisselle en bronze dans les tombes comme indices de hiérarchie sociale. Il faut aussi remettre ces objets dans le contexte des rites funéraires locaux. On suppose donc qu'il s'agit dans le cas de Verna de la tombe d'un défunt situé au sommet de la hiérarchie sociale, le rituel d'ablution et le rituel du vin étant présents. Enfin, les vases sont plus grands que les autres, et il existe des formes rares et anciennes.

Tableau 8 -Propositions de fonctions pour la vaisselle en bronze républicaine

LES PANOPLIES GUERRIÈRES. M. Schönfelder avec une contribution de B. Herbold

112D'après le rapport de fouilles de 1818, la fosse de la tombe centrale contenait deux épées et un casque. Puis dans un commentaire ajouté dans une copie du manuscrit originel (cf. annexe 1), ce sont trois épées pliées qui sont signalées, deux avec leurs fourreaux en fer, une autre avec un fourreau en bronze. L'attribution à cette sépulture de trois umbos et de six pointes de lances supplémentaires qui sont conservés, dans la collection de Verna n'est pas certaine, mais possible, le rapport de 1818 mentionnant “plusieurs armes” alors qu'un umbo et trois lances figurent sur les planches anciennes (fig. 38).

  • 102 Voir : Saint-Laurent-des-Arbres (dép. Gard) : Barruol, Sauzade 1969 (casque conique à pointe, de ty (...)
  • 103 Voir le casque en bronze de type celtique oriental de Šmarjeta-Vinji vrh (SLO) : Guštin 1984b : 352 (...)

113Le casque de la tombe, décrit comme “un casque de cuivre sans ornement, n'est pas documenté. Il était dessiné sur une planche (cf. annexe 1 : Pl. II. P), qui reste également introuvable. Il faut souligner que ce casque n'a pas été confondu avec une pièce de vaisselle en bronze, celle-ci ayant été reconnue par les fouilleurs. La description trop brève ne révèle pas d'indices sur la forme et le type de ce casque, qui permettraient de savoir si on a affaire à un casque de tradition romaine102 ou à un casque celtique en bronze103. Quoi qu'il en soit, la présence d'un casque valorise la tombe de Verna, par comparaison avec d'autres tombes de guerriers.

LES ÉPÉES

  • 104 Pour cette nécropole, voir Marcadal 2000.

114A ce jour, les fragments de cinq épées avec leurs fourreaux sont attribués à Vema. Tout d'abord, le rapport de 1818 mentionne et figure deux épées (n° 1 et 2) qui font partie de la sépulture (cf. annexe 1) (fig. 4, objets AA, BB). Une autre épée, présente sur la planche (fig. 4, objet KK) est une comparaison, qui provient du cimetière de Servanes à Mouriès (dép. Bouches-du-Rhône)104 ; cette planche est probablement l'une des premières, dans l'histoire de l'archéologie, qui propose une figure de comparaison. Puis dans le commentaire, trois épées sont mentionnées : “les trois sabres que cette fouille a produits [sic], étaient tous repliés en trois parties, et aux fragments de leurs fourreaux on a pu reconnaître que deux de ces fourreaux étaient enfer, et l'autre en cuivre. Cette phrase mentionne donc une épée à fourreau en bronze, sans renvoi à une planche, et que l'on trouve uniquement dans ce texte. S'il existe bien une épée avec un fourreau en fer et en bronze (n° 3), ainsi que des petits fragments d'un autre fourreau en bronze, l'attribution des épées au tumulus de Verna n'est pas absolument claire. La grande épée pliée (fig. 5, objet I) qui peut correspondre à l'épée au fourreau en bronze et fer (n° 3) provient probablement de cette fouille de Verna, mais peut-être pas de la tombe centrale. Quant à l'autre épée de cette planche (fig. 5, objet VIII) qui n'a aucun lien direct avec le texte et les matériaux indiqués, sa provenance reste douteuse. Dans la collection de Verna, on trouve également une quatrième lame d'épée (n° 4) et un petit fragment appartenant à une autre épée (n° 5). Ce dernier élément n'a peut-être pas été identifié à l'époque.

38-Une partie de la lie guerrière de Verna

115La première épée, dans son fourreau en fer, pliée deux fois (fig. 39) a pu être identifiée sur une planche ancienne (fig. 4, objet AA). Le rapport indique “l'une fixée dans son fourreau est repliée en trois parties. Son fourreau est aujourd'hui lacunaire : la bouterolle dessinée sur la planche ancienne a disparu, et il ne subsiste qu'un fragment caractéristique de la gouttière et la pièce de suspension. L'épée et son fourreau conservent les traces du feu du bûcher. Quelques éclats sur la partie inférieure de la lame témoignent d'une tentative récente de la redresser. D'après la terminologie actuelle, le fourreau peut être identifié comme un fourreau en fer de type Ludwigshafen.

116L'épée (long, totale 89 cm) a une lame plate (larg. 6 cm) sans nervure, avec une pointe triangulaire d'environ 13 cm formant un angle à 20°. L'extrémité de la soie (long. 11,3 cm) à section rectangulaire fine est courbée et forme un petit anneau. Le passage entre la soie et la lame est rectangulaire.

  • 105 Récemment : Wieland 1996 : 109 sqq. -Haffner 1989. -Schaaff 1985 : 623 fig. 12-13.

117Les fourreaux de type Ludwigshafen appartiennent aux armes de La Tène105 les plus soumises à discussion.

39-Épée à fourreau de type Ludwigshafen (fer)

Tableau 9 -Caractéristiques des fourreaux d'épées de type Ludwigshafen

40-Répartition des fourreaux d'épée du groupe Ludwigshafen. Bronze : 1Eich. - 2 Göppingen. - 3 Heuchelheim. - 4 Ludwigshafen. 5 Manching. - 6 Neuwied/Wollendorf tombe 2.- 7 Oberursel-Oberstedten/Heidetränke. - 8 Plaidt. - 9 Regensburg. - 10 Veringenstadt. - 11 Wederath tombe 296. - 12 Chalon-sur-Saône. - 13 Lux. - 14 Montmartin. - 15 Pouilly. - 16 Conthey. - 17 Giubiasco tombe 96. - 18 Port (3 exemplaires). - 19 Ornavasso/San Bernardo. - 20 Stradonice - Fer : 21 - Hahnheim. - 22 Mainzweiler. - 23 Wederath tombe 1192. - 24 Alizay. - 25 Beaucaire/Les Colombes, tombe 5. - 26 Nîmes/Camplanier. tombe 1.-27 Verna. - 28 Vienne. - (D'après Wieland 1996) - 29 Pommeroel - 30 Lyon (Saint-Vincent)

118Les recherches de U. Schaaff montrent qu'en plus des exemplaires les plus fréquents en bronze, il existe des fourreaux en fer présentant les mêmes détails typologiques. U. Schaaff remarque une distribution dominante de ces exemplaires (Schaaff 1985 : 623 ; Schaaff 1986 : 295) dans les régions occidentales (fig. 40).

  • 106 Chalon-sur-Saône (dép. Saône-et-Loire) : Déchelette 1913 : 175 sq. fig. 25,5, pl. 36,5. -Port (cant (...)
  • 107 Regensburg (Stadt Regensburg, D) : Stroh In : Germania t. 29, 1951 : 141 sqq. fig. 1, 3.

119Les fourreaux de type Ludwigshafen présentent de nombreuses caractéristiques qui permettent de définir différents critères typologiques. Ainsi, les pièces de suspension de schéma La Tène moyenne sur des fourreaux de Chalon-sur-Saône (dép. Saône-et-Loire) et Port (canton de Bern, CH) présentent une connexion typologique avec les fourreaux d'épées du groupe de La Tène moyenne106. Un exemplaire trouvé dans le Danube à Regensburg (Stadt Regensburg, D) avec une entrée en profil en cloche et un pontet peut-être de schéma La Tène moyenne permet aussi ce rapprochement. Par contre, la pièce de renfort de cet exemplaire est typique de La Tène finale107. Autre exemple, le fourreau de la tombe 131 de Mirandola (Prov. Verona, I) (Salzani 1996, pl. 60, 18), comporte une bouterolle qui ressemble à celle de Ludwigshafen, dont l'extrémité haute est décorée avec une paire de têtes d'oiseaux, comme les bouterolles de schéma La Tène moyenne ; toutefois sa partie supérieure se rapproche davantage du faciès de La Tène moyenne, ce qui ne permet donc pas de l'attribuer sans réserves au type de Ludwigshafen.

  • 108 Pièce de suspension en bronze (exemple) : Ludwigshafen (Kr. Ludwigshafen, D) : Engels 1970. -Pièce (...)
  • 109 Par exemple : Giubiasco tombe 96 (Kt. Tessin. CH) : Ulrich 1914 : 573 sq. pl. 76,4-5. -Conthey (Kt. (...)
  • 110 Voir : Illkirch-Graffenstaden (dép. Bas-Rhin) : Henning 1912 : 12 pl. 11,1.– Ormes (dép. Saône-et-L (...)

120La variété des matériaux utilisés pour les pièces de suspension rectangulaires des fourreaux classiques de type Ludwigshafen, laisse supposer des ateliers différents108. L'agrafe à double-D sur l'autre face du fourreau pourrait permettre de le caractériser109, mais elle se rencontre aussi sur les fourreaux qui sont habituellement attribués au type Ormes110. Les détails de la bouterolle autorisent encore d'autres classifications.

41 – Lame d'épée (fer), n° 2

121La diversité typologique des épées de La Tène finale est très vaste. Pour une discussion approfondie, il n'est guère possible de travailler avec l'ancien classement des différents types qui ne se réfère qu'à un seul fourreau pour caractériser chaque type. La totalité des critères de classification des fourreaux ne peut en effet être réunie sur un seul exemplaire (tab. 9). Seuls certains éléments, tels que la bouterolle, la pièce de suspension ou encore l'entrée du fourreau, permettent de définir des combinaisons de critères suffisamment cohérentes pour déterminer un “type”. Pour les fourreaux de La Tène, il semble préférable de distinguer un “groupe Ludwigshafen” d'autres groupes de fourreaux. L'utilisation jusqu'à maintenant de la terminologie de “fourreaux de schéma La Tène ancienne, moyenne et finale” n'est pas un hasard. Elle exprime la difficulté à établir une typologie précise. Les analyses des fourreaux du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (dép. Oise) par Th. Lejars (Lejars 1994 :17-38) suivent aussi cette idée pour La Tène Β et C.

122Une deuxième épée a été illustrée (fig. 4, objet BB) et décrite comme non pliée dès 1818. Elle correspond à une lame (n° 2), qui a été dessinée en 1986 (fig. 41), mais qui reste aujourd'hui introuvable. La longueur totale de cet objet est de 101,5 cm, sa largeur de 5,8 à 5,3 cm. La lame à nervure centrale munie d'une pointe arrondie est formée par les quatre derniers centimètres et passe par une courbure à la soie à section rhombique. La soie se termine par un petit bouton.

  • 111 Müller 1990 : 42 fig. 18 bas (largeur des lames) : 43 fig. 19 (index de longueur et largeur des lam (...)

123Pour une détermination typologique et chronologique de cette épée n° 2, seules les mesures peuvent être utilisées. Si l'on se réfère aux études de F. Millier concernant les dimensions des épées des grands ensembles laténiens, la lame de Verna correspond très bien aux lames de l'ensemble fluvial de Port (Kt. Bern, CH), daté de La Tène D1111.

124Une autre épée (n° 3) est pliée dans son fourreau en bronze et en fer de schéma La Tène moyenne évolué (fig. 42). Elle correspond à un dessin d'une planche ancienne (fig. 5, objet I), mais elle n'est pas mentionnée dans le texte. Le côté frontal en bronze a été éclaté plusieurs fois par le pliage, alors qu'il y a des traces de feu sur la bouterolle (long, total 102 cm ; larg. fourreau 4,3-4,7 cm).

  • 112 Aimable renseignement de U. Schaaff et M. Egg (RGZM).

125Le fourreau a une entrée en forme de cloche ; sa face postérieure porte un pontet asymétrique (long. 18 cm). La bouterolle à gouttières parallèles connaît un épaulement au niveau d'une paire de pattes de fixation et se termine en triangle. Son extrémité est un peu épaissie. Sur le côté frontal du fourreau, il existe une petite marque effectuée au repoussé qui correspond au sommet de la bouterolle. Cette petite marque est probablement un repère de montage qui permet de “clipser” la bouterolle au fourreau. Cette méthode est courante pour tous les fourreaux, notamment à partir de La Tène C2112.

42 – Epée avec son fourreau (fer et bronze), n° 3

43 a – Lame d'épée n° 4 ; b – Fragments de son fourreau (fer)

Tableau 10 -Choix de grandes pointes de lances en forme de feuille de laurier dans des tombes de La Tène C et D en France et en Allemagne. Les fers de lances en forme de feuille de saule, les lances à lames ondulées et les autres formes de pointes de lance ne sont pas inclus.

  • 113 Aimable renseignement de F. Hummel (RGZM), technicien de rayon-X.

126La lame, dans le fourreau, à nervure centrale et à deux cannelures droites, est divisée en cinq parties, les deux tranchants plus épais n'ayant pas été rajoutés par le forgeron113. Le passage entre la lame et la soie à section rectangulaire se fait par un épaulement.

127Il existe encore une quatrième épée (n° 4) avec une lame plus mince et exceptionnellement plus effilée que les autres (long. 90 cm, larg. 3,9-3,5 cm). Elle est pliée au milieu, formant un angle d'environ 60° (fig. 43 a). Sa section est ovale et ses tranchants sont parallèles avec une pointe courte. La lame se raccorde par un angle droit à la soie à section rectangulaire, avec un rivet terminal.

128Il existe également des fragments de fourreau en tôle de fer dont la largeur (larg. 3,9 cm) correspond à celle de cette lame (fig. 43 b).

129Une autre épée (n° 5) est représentée par un unique petit fragment de sa lame (long. 10,2 cm, larg. 4,6 cm), dont les bords indiquent qu'elle était aussi pliée (fig. 44). Peut-être correspond-elle aux restes d'un fourreau en bronze plié (larg. 4,7/5,3 cm). Toutefois, d'après son état de conservation, il est probable que ces fragments de fourreau appartiennent plus à cette épée qu'à l'épée entière non pliée (n° 2).

LES POINTES ET LE TALON DE LANCE

130Le matériel comprend aussi six pointes de lances et un petit talon de lance (fig. 38, 45, 46) en forme de petite douille (long. 4,1 cm, dia interne de la douille 1,5 cm). Cinq de ces flammes de lances sont en forme de feuille de laurier, un type que l'on distingue de celles à flamme symétrique et en forme de feuille de saule. Elles portent toutes les traces du bûcher et, sont très bien conservées. Trois de ces six fers de lances sont figurés sur les anciennes planches (fig. 4, objet DD ; fig. 5, objets IV et VII) qui représentent les trois types présents à Verna ; ils sont probablement évoqués par le term “plusieurs armes” de la documentation déjà mentionnée.

45-Talon de lance (fer)

131Une pointe de lance exceptionnellement grande (n° 1), d'une longueur de 48,5 cm, comporte une flamme en forme de feuille de laurier à nervure médiane (fig. 46a). La largeur des ailerons n'est pas déterminable avec précision à cause de la corrosion. Sa douille de 7,2 cm de longueur et de 1,9 cm de diamètre interne est très petite comparée à la grande flamme puisqu'elle possède la même taille que les douilles des lances plus petites (cf. infra).

132Sa forme et sa taille sont typiques des lances qui se trouvent, pour la plupart, dans les tombes de La Tène C2 et D1 (tab. 10) (Schumacher 1999 : 35-37). Les rapports entre longueur et largeur de la flamme, et longueur de la flamme et de la douille peuvent être retenus comme critères typométriques. Les minima et maxima de ces données relatives permettent de leur appliquer les termes “flamme mince” ou “large” et “douille courte” ou “longue”.

  • 114 Titelberg/Lamadeleine tombe 39 avec une pointe effilée en forme de feuille de saule (long. 30,3 cm) (...)

133Les lances avec des pointes de cette taille sont limitées dans leur utilisation réelle par la taille de leur douille. Lorsque les douilles sont trop petites pour laisser exercer une pression sur la pointe, il faut plutôt envisager une fonction d'insignes. Par contre, elles ne se rencontrent pas uniquement dans les tombes des élites militaires caractérisées par d'autres équipements. Il est remarquable que les grandes et larges pointes de lances sont moins nombreuses dans les tombes de La Tène D2 que dans celles des phases précédentes114. A cette époque, les épées sont souvent les seuls représentants d'une panoplie d'armes dans les tombes et les lances de dimensions extraordinaires jouent un rôle moins important dans les rites funéraires. Des tombes des membres de l'élite militaire, comme celles de Goeblingen-Nospelt (Thill 1967 : 97-98, pl. 3, 11-14), sont tout de même équipées avec des lances, même si, avec une longueur de 20 cm, elles sont moins impressionnantes.

44 – Fragment de l'épée, n° 5

46- Pointes de lances

134Il y a plusieurs explications à ce phénomène : l'importance de la lance comme insigne de puissance du guerrier dans le rituel funéraire et/ou dans la vie quotidienne a diminué. Peut-être ce processus est-il aussi en relation avec la cavalerie, qui gagne de l'importance à La Tène D2, et qui a besoin d'autres armes que d'une lance avec de grands ailerons.

135Dans ce contexte, il faut peut-être associer cette grande lance avec le troisième mors de la tombe, qui a pu appartenir à un équipement de cavalier. Dans une tombe exceptionnelle, la présentation du statut de cavalier et de guerrier à pied, chacun avec ses insignes funéraires, est possible.

  • 115 Voir Egg 1996 : 155 sqq. pour la phase Ha D1 dans le domaine Hallstattien oriental.
  • 116 Voir par exemple : Müller-Karpe 1951, fig. 3, 1 ; 8, 2 ; 9, 7.

136Dans les régions celtiques de l'Est, les pointes de lances très longues reflètent des traditions hallstattiennes115 et sont également assez nombreuses dans les tombes de La Tène C116.

  • 117 Voir par exemple : Bystrzec (Woi. Pomorskie, PL, l’ancien Weiβhof, Kr. Marienwerder) : Heym 1959/61 (...)
  • 118 Pour la surface de quelques épées de Bern/Tiefenau (canton de Bern. CH) : Müller 1990 : 37.

137Les autres lances (n° 2-5), à flammes en forme de laurier et à nervure médiane, ont des tailles plus raisonnables (b : long. 37,6 cm, larg. 3,9 cm ; c : long. 36,2 cm, larg. 4,1cm ; d : long. 34,0 cm, larg. 3,9 cm ; e : long. 31,3 cm, larg. 4,1 cm) (fig. 46 b à e). Elles sont décorées d'une ligne qui entoure la douille. La restauration a permis de découvrir sur les ailerons de plusieurs exemplaires (n° 4, 5) des décors très fins constitués d'un filet de petits rhombes (fig. 47). Les impressions peu profondes laissent penser à un travail à l'acide plutôt qu'au poinçon : la surface était recouverte par la cire, puis le décor incisé était traitée par l'acide. Ce type de décors est rare en Gaule, mais fréquent dans les régions orientales de la culture laténienne117 ; leur répartition a généralement été liée aux mouvements de populations “germaniques” par la recherche germano-centriste au début du XXe s. (Kossinna 1905 ; Jahn 1913). Cependant la culture de La Tène utilise elle aussi cette technique dont les rares exemples sont toujours le fait d'une conservation extraordinaire118.

47 – Décor sur un aileron de la pointe d'une lance

48 – Fer de lance très effilé, n° 6

  • 119 Port : Jahn 1913 -Bludenz : von Merhart 1940 : 87 fig. 1.
  • 120 Voir P. Luczkiewicz, Die verzierten Lanzenspitzen : Spuren germanischer Wanderungen ? In : Bewaffnu (...)
  • 121 Behrens 1923 : 21 fig. 25. -Krämer 1985 : 137, pl. 70, 2.

138Quant à leur morphologie, les lances décorées de Verna sont clairement de production celtique ; le seul décor dit “germanique” ne suffit donc pas à prouver une origine de l'Est de l'Europe centrale comme c'est probablement le cas pour des pointes de lances décorées de lignes en zigzag vertical, de forme plus effilée et à nervure forte, qui témoigneraient de contacts à longue distance. Ainsi, les pièces trouvées à Port (canton de Bern, CH) ou à Bludenz (Vorarlberg, A)119 correspondent en tous points aux exemplaires de Pologne120. Les objets de Verna, comme ceux de Walduelversheim (Kr. Mainz-Bingen, D) et de Kelheim (Lkr. Kelheim. D) semblent plus être des produits locaux121.

139La mise en évidence de ce type de décor sur les lances de Verna résulte de la conservation par le feu, de leur sauvegarde dans une collection aux XIXe et XXe s. et enfin d'une restauration moderne. Dès lors, il est possible d'envisager d'autres découvertes de tels décors sur armes.

  • 122 Sievers 1995 : 155-156. -Comme parallèle voir Feugère 1996 : 179 fig. 15, 13.

140Enfin, un fer de lance (n° 6) diffère totalement des autres pointes de Verna (fig. 48), très effilé, à forte nervure centrale (long. 24,9 cm, larg. 2,1 cm) et douille relativement longue et forte (dia. 2,3 cm, long. 10 cm). Cet exemplaire avec sa douille puissante et sa flamme en forme de baïonnette correspond plus que les autres lances à une arme de guerre. Ainsi, S. Sievers a, pour les armes comparables d'Alésia, privilégié l'interprétation guerrière à celle d'objets de prestige122.

LES UMBOS DE BOUCLIER

141Dans le mobilier de Verna, on distingue trois umbos à ailettes rectangulaires qui ne diffèrent que par quelques détails. Tous ont en commun des ailettes courtes et une coque sphérique à rebords à cornière. Des critères discriminatoires fins et fréquents permettent de proposer une typologie.

142Les trois umbos et leurs clous ont été arrachés de leurs boucliers puis brûlés ; de plus, suite à la fouille de 1818, on a tenté de déplier quelques-unes des ailettes.

  • 123 Voir Spagnolo Garzoli 1999 : 352 pour des types différents.

143Le premier umbo (n° 1) a des ailettes étroites et quasi rectangulaires (fïg. 49 a) avec deux trous (horizontaux) qui contiennent des clous courts (tiges courbées et petites têtes rondes). Ce type d'umbo, dénommé type de Nierstein d'après une tombe centrale de l'aire de répartition (tab. 11), est daté de La Tène D1 si l'on se réfère aux ensembles clos. Il se distingue des autres umbos de La Tène C, à ailettes plus larges et coques plus hautes123.

  • 124 Tischler 1886 pour le site de La Tène (Vouga 1923, pl. 37, 7) ; Manching/Steinbichel tombe 35, 36, (...)

144Les clous intérieurs de cet umbo se distingue par des têtes creuses avec des bords en bourrelet de 1,1 cm de diamètre, à l'origine recouverts d'émail dégradé par le feu du bûcher. Des clous émaillés, plus grands, sont caractéristiques des umbos de La Tène C124, mais inhabituels pour La Tène D, les décors striés étant plus courants pour l'émail. Toutefois la petite taille des clous correspond bien à ceux de ce type d'umbo.

145Aucun manipule n'a été trouvé à Verna, bien que parfois des exemplaires à bande en fer à bouts recourbés aient été conservés (tab. 11) comme par exemple dans les tombes 1178 et 1216 de Wederath (Kr. Bernkastel-Wittlich, D), dans la tombe I.12 de “La Noue Mauroy” d'Acy-Romance (dép. Ardennes) ou l'un des sept exemplaires de la Viereckschanze de Nordheim-Bruchhöhe (Kr. Heilbronn, D). Ces manipules sont caractéristiques de ce type d'umbo. Dans la tombe I.101 d'Acy-Romance “La Croizette” un manipule de ce type et un crochet de ceinture apparaissent comme les uniques traces de la panoplie de guerrier (Lambot, Friboulet, Méniel 1994 : 30-33 fig. 21, 17, 19).

  • 125 Type Sion : Sion/Saint-Guérin (canton de Genève, CH) : Kaenel 1983 : 48 fig. 11, 4. -Mirebeau (dép. (...)
  • 126 Voir : Marcilly-sur-Eure (dép. Eure) : Duval, Verron 1993 : 139 fig. 5, 2. – Mirebeau (Côte-d’Or) B (...)

146Quelques umbos à ailettes un peu plus courtes et avec un unique clou à tête un peu plus grande de chaque côté de la coque sont relativement proches du type Nierstein125. Une corrosion importante, une restauration insuffisante ou une forte utilisation de résines artificielles peuvent cacher les trous des clous et une confusion des types est alors possible126.

49 a – Umbo n° 1 ; umbo n° 2 (fer bronzé) ; umbo n° 3

Tableau 11 -Liste des umbos à ailettes de type Nierstein

Tableau 12 - Liste des umbos à ailettes de type Nîmes

147Un autre umbo (n° 2) est à ailettes courtes trapézoïdales (fig. 49 b), avec trois trous pour les clous dans les coins externes et au milieu des ailettes. La coque caractéristique des formes tardives est sphérique avec des bords à cornière. Cette forme de La Tène D1 peut être appelée type de Nîmes (tab. 12).

  • 127 Roualet et al. 1982 : 31,36, pl. V b, f : tombe 2/1960 (1 exemplaire). 3/1964 (2 exemplaires d’une (...)
  • 128 La Tène : Vouga 1923 : 99 pl. 36, 4 (aujourd’hui à Berlin. Museum für Vor-und Frühgeschichte). – Lo (...)
  • 129 Aimable renseignement de S. Sievers, Francfort.
  • 130 Haffner 1989 a : 181. L’épée de Wintrich, pour laquelle Haffner mentionnait un décor semblable (not (...)

148La surface de l'exemplaire de Verna est recouverte à l'intérieur et à l'extérieur d'une fine couche de bronze, appliquée selon une technique bien connue ; une poudre de bronze est brasée directement sur le fer à l'aide de cire, ce qui empêche une oxydation anticipée (Ankner, Hummel 1985 : 196-206). Ce traitement des objets en fer n'est pas très fréquent (cf. infra Β. Herbold). Il est connu par exemple pour trois “Hollow-piece rings” en fer de Écury-le-Repos “Le Crayon” (dép. Marne) de La Tène B2127 Pour La Tène C, on connaît deux mors bronzés d'un filet à canons articulés, un sur le site même de La Tène (canton de Neuchâtel, CH), l'autre dans le dépôt de Lozna (Jud. Botosani, RO)128. De plus, sur l'oppidum de Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) a été identifié un fragment de lame d'épée entièrement recouverte par du bronze129. Enfin, sur le fourreau de la tombe 1178 de Wederath, des feuilles de bronze ont été soudées à l'étain sur le fer. Avec cette dernière technique, la surface n'est alors plus entièrement recouverte, seul un ornement étant appliqué sur certaines parties du fourreau130.

149Les umbos en bronze demeurent très rares en Europe pour cette époque, alors que durant l'Empire romain les umbos ronds en bronze deviennent plus fréquents. Pour l'époque celtique, il est douteux qu'un umbo en bronze corresponde à l'idéal d'un umbo fastueux, plus prestigieux ou plus fonctionnel. L'utilisation de bronze à Verna pourrait l'avoir été dans un but décoratif, mais aussi pratique : l'oxydation des objets en fer pose de réels problèmes, alors qu'un traitement avec du bronze prévient une oxydation grave.

150Pourquoi le choix de ce procédé pour l'umbo de Verna ? Grâce aux moyens de restaurations modernes, il sera désormais possible de retrouver les traces de cette technique ; en effet les traces de cuivre restent habituellement masquées par les produits d'oxydation du fer.

151Le troisième umbo (n° 3) quant à lui, conserve une seule ailette détériorée (fig. 49 c). Un petit clou à tête triangulaire est placé au centre de l'ailette ; l'umbo ayant été démonté, le clou a perdu sa forme recourbée d'origine. De plus, les angles et les bords de l'ailette étant détériorés, il est impossible d'identifier un type précis ; toutefois la petite taille du clou laisse penser à un groupement à trois, avec d'autres exemplaires dans les coins de l'ailette.

152La forme de la coque n'est pas aussi bombée que sur les autres exemplaires, elle a un aspect plus cylindrique.

  • 131 Pour le type Nierstein voir par exemple : Gournay (entre autres n° 1425, 1484, 1561. 1930, 2706) : (...)
  • 132 Type Sion : Sion/Saint-Guérin (canton de Genève, CH) : Kaenel 1983 : 48 fig. 11,4.-Mirebeau (dép. C (...)

153Avec les exemplaires de Verna, s'ouvre la possibilité de décrire les formes les plus importantes des umbos à ailettes rectangulaires de La Tène D1. Le type de Nierstein comme celui de Nîmes ont des antécédents dans des formes de La Tène C131. Pour la phase D1, on peut ajouter d'autres formes, comme celle trouvée à Sion avec un seul grand clou dans chaque ailette132 ainsi que la forme de l'umbo de la tombe 1228 de Wederath (Kr. Bernkastel-Wittlich, D) avec des ailettes courbées vers le bas (Haffner 1978, pl. 314, 3), qui reste encore sans comparaison. Une autre forme à deux clous placés verticalement l'un en dessous de l'autre a été trouvée à Nîmes (tombe de l'Octroi de Beaucaire, dép. Gard) (Py 1981 : 146, fig. 64, 8) et dans la tombe 2000 de Wederath (Cordie-Hackenberg, Haffner 1997 : 34, pl. 543 d).

  • 133 Sievers 1995 : 139-140 fig. 30, 1. – Lejars 1996 : 95 fig. 9, 6. – Arcelin 1980 : 100 fig. 12.
  • 134 Type Owlesbury : Collis 1973 : 128 fig. 4, 6. – Soissons : inédit, renseignement D. Roussel, Musée (...)

154On trouve ensuite d'autres types d'umbos à ailettes rectangulaires, plutôt typiques de La Tène D2 (Oesterwind 1989 : 108 ; Haffner dir. 1989 : 71). Une forme spécifique, le type Lamadeleine, à ailettes triangulaires avec extrémités et coque presque rondes et des bords à cornière, commence déjà à La Tène D1, mais la plupart des ensembles datent de La Tène D2 (tab. 13). Leur concentration dans la région située entre la rivière Moselle et sa confluence avec le Rhin (fig. 50) est liée à la fréquence du rite funéraire avec armes et à sa continuité à La Tène D2 dans cette région, mais peut être aussi à une réelle concentration locale de ce type. Hormis ce type-là, on peut distinguer un autre type d'umbo tardif avec des ailettes hautes et trapézoïdales. On le connaît à Alésia (dép. Côte-d'Or), à Ribemont-sur-Ancre (dép. Oise) et dans la tombe 27 de “La Catalane” des Baux-de-Provence (dép. Bouches-du-Rhone)133 ; avec une pointe sur la coque, à Soissons (dép. Aisne) et à Owslebury (Hampsshire, GB)134. Contrairement aux autres umbos à ailettes rectangulaires, les deux derniers sont en bronze.

50-Répartition des umbos à ailettes de type Nierstein, Nîmes et Lamadelaine (voir tab. 11 à 13). Type Nierstein : 1 Acy-Romance/La Noue Mauroy. 2 Gournay. 3 Montmartin. 4 Verna. 5 Thayngen. 6 Oleggio, tombe 53. 7 Manching. 8. Nierstein. 9 Nordheim/Bruchhöhe. 10 Oderberg. tombe 1. 11 Offenbach am Main/Bürgel. 12 Plaidt/In der Kreuzchen. 13 Schwangau. 14 Wallau. 15-16 Wederath tombe 1178 et 1216. Type Nîmes : 17 Hières-sur-Amby/Larina. 18 Nîmes. 19 Nîmes/Mail romain, tombe 225. 20 Verna. 21 Villeneuve-Saint-Germain. 22 Barzio 1905. Type Lamadelaine : 23-24 Titelberg/Lamadelaine, tombe 3 et 59. 25 Ettringen/Sinberg, tombe 10. 26 Heimbach-Weis, tombe 2. 27 Ober-Olm. 28-30 Wederath tombe 90, 481 et 1726.

Tableau 13 -Liste des umbos à ailettes de type Lamadelaine

  • 135 Après les sources historiques : Dobesch 1996 : 14-16. – Pour les données archéologiques : Joachim 1 (...)

155A La Tène D1, les premiers umbos ronds apparaissent dans le domaine celtique oriental et dans la région des Trévires (Schumacher 1999 : 42 ; Luczkiewicz 1998). Que se passe-t-il pour la forme entière du bouclier ? Des boucliers ronds sont plus adaptés à la cavalerie, mieux attestée pour La Tène D qu'auparavant135. Mais des représentations comme celles du chaudron de Gundestrup ou des arcs de triomphe augustéens de Provence, montrent aussi des boucliers allongés et angulaires avec des umbos ronds (Hachmann 1990 : 760-766 ; Amy et al. 1962 : 109, pl. 46, 54, 59, 48). Les connaissances sur la question restent très limitées à cause du rite de l'incinération et du faible nombre d'éléments en bois. A Verna, il manque, comme dans beaucoup d'autres tombes de La Tène D, les gouttières des boucliers qui pourraient apporter plus d'informations. A La Tène D, les boucliers déposés dans les tombes deviennent plus rares que pendant La Tène C, qui a livré un nombre important de guerriers avec des panoplies entières.

LA COUVERTURE EN ALLIAGE CUIVREUX DE L'UMBO N° 2. B. HerboldETAT DE L'OBJET

156L'umbo a été restauré dans les laboratoires du Römisch-Germanisches Zentralmuseum durant l'été 2000 (fig. 51). L'état de l'objet laissait prévoir une surface couverte de magnétite formée lors du passage au feu. Toutefois, la surface présentait quelques tâches rouge éclatant, qui ont été identifiées comme de l'hématite. Ceci est le résultat d'un procédé thermique visant à faire rougir les objets en milieu oxydant. Dans le cas présent, l'hématite se trouvait sur la surface en magnétite de l'objet, partiellement couverte de crasses.

157A l'intérieur de l'umbo, une zone couverte de produits de corrosion au cuivre a été remarquée et d'abord interprétée comme les restes d'un objet inconnu en alliage cuivreux. Fondu lors de l'incinération antique, cet élément en alliage cuivreux aurait laissé des gouttes secondaires sur l'umbo. A l'aide d'une binoculaire, des traces ponctuelles de cet alliage cuivreux métallique de couleur or ont été discernées. Plusieurs petites zones avec des traces de corrosion de cuivre ont également été observées à l'extérieur de l'umbo.

LA PRÉPARATION DE LA SURFACE ORIGINELLE

158L'état de l'objet a pu être observé grâce à des photos prises à fort grossissement. Ensuite, la surface originelle a été dégagée par la micro-sableuse (abrasif : corindon, 1,5 bar, 1-2 VT).

51-Umbo (fer bronzé) n° 2

159Le fragment d'ailette a une surface très stable, bien conservée par le feu, ce qui a facilité la détermination et la recherche de la surface originelle. L'intérieur de l'umbo a été sablé avec notamment un intérêt particulier pour les tâches de corrosion de cuivre. L'examen a commencé sur le côté de la cassure, vers le milieu du bombement. Si l'on s'attendait à des délimitations très précises des gouttes secondaires d'alliage cuivreux, en travaillant, la surface de couleur bronze s'est étendue plus que la corrosion visible au début.

160Des discussions avec F. Hummel (RGZM) amènent à penser que cet umbo en fer était déjà couvert d'une pellicule d'alliage cuivreux durant l'Antiquité. Comme comparaison, on peut citer les cloches en fer romaines de moutons et de vaches, qui ont conservé une couverture en bronze comme protection contre la corrosion (Ankner, Hummel 1985 :196-206). La technique qui consiste à recouvrir un objet en fer avec du cuivre ou un alliage cuivreux est bien connue : de la cire est mélangée avec une fine poudre de bronze ou de cuivre ; cette mixture est enduite sur la surface de fer polie et l'objet est chauffé dans un four.

161Pour ce qui concerne l'umbo, la couche massive de magnétite se trouvant sur la couche d'alliage cuivreux semblait contredire cette interprétation. En fait, la magnétite a traversé la couche d'alliage cuivreux et s'est superposée pour donner l'image d'une couche originelle produite par l'incinération antique.

162Pour vérifier cette hypothèse, des expérimentations ont été réalisées : une pièce en fer, couverte de cuivre sur la moitié, a été chauffée dans un four à 1000° C environ. La couverture de magnétite noire s'est formée sur la couche de cuivre, mais aussi sur la surface du fer non traitée. D'après F. Hummel, ce phénomène est dû à la porosité de la fine couche de cuivre. Ces résultats s'appliquent à l'objet archéologique.

163Il a été observé lors de la restauration de l'objet que l'umbo était entièrement recouvert par l'alliage cuivreux, sauf sur des petites zones très corrodées.

164Nous avons décidé de laisser la couche en magnétite lorsque celle-ci était intacte ; par contre, là où elle avait éclaté, la couche d'alliage cuivreux a été dégagée avec la microsableuse (abrasif : microbilles de verre). La suite des couches (noyau en fer - couverture en alliage cuivreux – couche de fer oxydé/magnétite) reste ainsi visible sur l'objet restauré.

CONSERVATION FINALE

165Le fragment d'ailette a été collé au reste de l'umbo (colle : “Araldit, type 2020 A/B”) et la zone de cassure stabilisée par un tissu fin en verre à l'intérieur de l'umbo. A l'extérieur le joint a été réalisé par ”Akemi Marmorkitt”, et colorié avec une poudre de graphite pour l'harmonisation des couleurs. Finalement, l'umbo a été recouvert par un film de protection (“Paraloid Β 72”, dissout à l'acétone).

CONCLUSION

166L'umbo de Verna montre que le traitement de l'objet en fer par bronzage était presque complètement masqué par une couche de magnétite. Ceci pose la question de la fréquence du bronzage, peut-être sous estimée, sur les objets de l'âge du Fer. Enfin, on peut s'interroger sur sa fonction : protection contre la corrosion ou décoration.

167La couche de magnétite, produite par le feu de l'incinération antique, est normalement définie comme la surface originelle de l'objet avec toutes ses informations, et aide à la protection et à la conservation. Cela incite le restaurateur à ne pas l'enlever. Dans notre cas, les tâches de corrosion de cuivre ont permis de découvrir la couverture en alliage cuivreux. Ces phénomènes seront à prendre avec plus de considération dans l'avenir.

LE CHAR. M. Schönfelder

168L'étude du char de Verna suscite de nombreuses interrogations et discussions. Dès 1818, la présence d'un char à quatre roues était reconnue par l'identification de bandages de roues et d'autres éléments. A l'époque, c'est tout de même un char à deux roues qui a été restitué en dessin (fig. 52, pl. V), car d'autres types de char n'étaient pas envisageables. Cette reconstitution donne l'image d'un char de course antique, agrémenté de quelques éléments de Verna. En fait, il n'est plus possible de proposer une reconstitution entière car l'incinération a détruit trop d'informations.

169Lors de la découverte, la présence du char a permis de dater la tombe de l'époque celtique. Cette datation correcte avant Oscar Montelius, Joseph Déchelette et tous les autres fondateurs de l'archéologie protohistorique est très étonnante et témoigne des bonnes connaissances archéologiques et historiques de Fr. Artaud.

  • 136 Raddatz 1967. -Schönfelder 2000a. -Schönfelder 2000b : 74-76. – Schönfelder (2002).

170Les chars à quatre roues de La Tène ne sont connus que par un petit nombre d'exemplaires136. L'interprétation de la fonction des éléments métalliques de ces chars est fondée sur des idées générales concernant les chars du Hallstatt jusqu'à ceux de l'époque moderne. Les analogies possibles entre les pièces de char de Verna avec d'autres chars restent rares et les parallèles sont très isolés géographiquement. Dès lors, les interprétations proposées pour la plupart des éléments techniques ne peuvent que l'être à titre d'hypothèses.

  • 137 Miniero 1987 : 192. -Voir Dolenz 1998 pour un char du Magdalensberg (Kärnten, A) de l’époque tibéri (...)

171Quelques particularités, comme la tige de pivot en fer, sont probablement issues des méthodes méditerranéennes de construction des chars. Les chars romains de l'époque républicaine sont quasiment inconnus par l'archéologie. Seuls les chars des villes autour du Vésuve137 et quelques autres d'époque impériale restent la référence.

LES ROUES

172Le rapport de fouille mentionne des bandages de roues en fer. Sur une planche (fig. 4, objet C.C.), y figure un fragment, probable exemple ; aucun clou n'est visible. A La Tène C et D, les bandages de roues sont, en général, fixés sur les jantes d'une seule pièce en bois cintré (Schönfelder 2002) à la différence de La Tène A où des agrafes de jantes et des clous de fixations sont nécessaires. Ces bandages, encombrants, ne sont plus conservés ; le diamètre, la largeur et l'épaisseur des roues de Verna restent donc inconnus.

173Seules des frettes de moyeux en bronze sont conservées, entières ou sous la forme de fragments brûlés. De plus, quelques fragments ont été détruits volontairement après le bûcher – ainsi les frettes ont été pliées et déchirées. Étonnamment, de petits fragments de bronze, qui ne permettent aucune interprétation ni reconstitution, ont été collectés et gardés dans la collection.

52-Planche V, reconstitution du char en 1818 (Collection privée)

53- Des frettes de moyeux (bronze)

54-Frettes de moyeux, a : Armentières-sur-Ourcq (Aisne), d'après Raddatz 1967 : 47 fig. 11,11 ; b : Armsheim, Kr. Mainz-Bingen, D (La Tène A), d'après Behrens 1927 : 48 fig. 170,12

174Deux frettes sont conservées dans leur intégralité (dia. interne 12 et 12,3 cm), alors que d'autres sont quasi complètes (fig. 53). Leur grand nombre témoigne de l'existence d'un char non pas à deux, mais à quatre roues.

175Les frettes sont en bronze coulé qui a été retravaillé côté externe du disque ; la surface brute de fonte est conservée à l'intérieur. Les anneaux montrent de légères différences comme les trois nervures, plus ou moins massives qui étaient modelées dans la cire avant la fonte ; enfin, quelques anneaux présentent un sillon sur la crête. A l'intérieur de ces sillons, ont été identifiés des restes d'émail rouge, devenus vert clair par l'oxydation de cuivre des frettes à la surface. Une analyse au microscope électronique à balayage (ZEISS DSM ; 23/03/2000) par S. Greiff (RGZM) à l'Université Gutenberg de Mayence a indiqué surtout du silicium comme produit de décomposition de l'émail dans la cannelure.

  • 138 Voir par exemple les frettes de Bern/Tiefenau : Müller 1990 : 53.

176La largeur des frettes de 6,1 à 6,3 cm n'est pas induite par des considérations techniques, 2 à 4 cm étant suffisants138, mais est l'expression d'un souci de décoration. Le diamètre des frettes (12 cm), qui est aussi celui des moyeux de roues permet de restituer un essieu d'un diamètre d'environ 6 cm.

177Les frettes coulées à trois nervures sont rares pour l'époque de La Tène (Schönfelder 2002 : 150-155). L'exemplaire le plus proche est un fragment d'une tombe d'Armentières-sur-Ourcq (dép. Aisne) (Hubert 1902 : 203 sqq. fig. 35 ; Mariën 1961 : 176-177 fig. 68), qui date de La Tène D1 (fig. 54 a). Les autres frettes de moyeux ne possèdent pas de nervure, et pourraient, elles aussi, avoir été émaillées. De l'émail a ainsi été observé sur la crête des frettes en fer de Boé (dép. Lot-et-Garonne) (Schönfelder 2002 : 108). Les frettes en bronze de la tombe à char de La Tène A d'Armsheim (Kr. Mainz-Bingen, D) (fig. 54 b) sont également très proches, mais la datation est trop éloignée pour évoquer des relations directes. Les frettes de moyeux de Kappel (Kr. Biberach, D) (Fischer 1959 : 24-25. n° 10-14 ; Wieland 1996 : 104-105) et de Dejbjerg (Ringkøbing amt, DK) (Petersen 1888, pl. 1,4, 1a) ont des nervures de section triangulaire. Les éléments du char du dépôt de Kappel (La Tène D1) appartiennent aussi à un autre char à quatre roues : cinq frettes de moyeux sont plus qu'il est nécessaire pour deux roues. Les deux chars de Dejbjerg sont aussi des véhicules à quatre roues ; l'un est un char celtique (fig. 55), l'autre est une imitation locale, pour lequel peu de fragments ont été retrouvés dans un marais.

55-Dejbjerg,Ringkøbing amt, DK. -Le char celtique, d'après Petersen 1888 : 30

178Dans le mobilier de Verna, cinq tôles de fer pourraient être interprétées comme des agrafes de jantes. Il s'agit de tôles rectangulaires de 6 à 8 x 20 à 20,5 cm. (fig. 84). Chaque angle porte des clous de 4,3-4,6 cm de longueur avec une tête hémisphérique. Ces tôles ont été repliées en leur centre autour d'un élément (en bois ?). Deux de ces tôles ont été pliées à angle droit.

179L'interprétation comme agrafe de jantes, plus faibles normalement, ne peut être retenue : ainsi, les agrafes de jantes décorées de Dejbjerg (Petersen 1888 pl. 1,2 ; 4, 1c) ou de Husby (Kr. Flensburg, D) (Raddatz 1967 pl. 3,5-8) sont très différentes et les agrafes simples de Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) - qui n'étaient pas associées à un char - sont plus en forme de bande (Jacobi 1974 : 211 sqq. n°. 828-829). Enfin les clous de Verna sont trop massifs pour ce type d'objet. Ces tôles de fer seront donc placées avec les autres objets de fonction inconnue (cf. infra).

LES CLAVETTES DU CHAR

180Quatre clavettes de deux types différents coexistent. Une première paire de clavettes est en fer, à tête en demi-lune avec une tige courbée (fig. 56). La tête est accentuée par une nervure à l'intérieur vers l'essieu, connue aussi dans l'ensemble funéraire (à quatre chars) de La Mailleraye-sur-Seine (dép. Seine-Maritime) daté de la transition La Tène C2/D 1 (fig. 57) (Lequoy 1993 : 130, fig. 12, 35). Une datation assez lâche entre La Tène C et D est habituellement proposée pour ce type de clavette.

  • 139 Voir aussi Manching : Jacobi 1974, pl. 56 no. 846.
  • 140 Voir par exemple : Brežice tombe 6 (SLO) : Guštin 1984 : 117 pl. 3, 1-2. – Bouqueval tombe 3 (dép. (...)

181Les exemplaires de Verna se distinguent des exemplaires connus par leur section octogonale, par les deux perforations dans la tête en demi-lune139 et par le bouton final travaillé très minutieusement. L'étude des chars à deux roues nous apprend que les tiges des paires de clavettes étaient courbées dans deux directions différentes140. Par conséquent, ces deux clavettes à tête en demi-lune de Verna appartiennent au même essieu.

182La deuxième paire de clavettes est à tête décorée en bronze et à tige droite. Une des têtes étant fondue (fig. 58 b), on a pu observer sa structure en fer de support en T. L'autre exemplaire dessiné en 1986 n'est plus à Hières-sur-Amby (fig. 58 a). La forme basique de la tête est en demi-lune percée par trois trous avec des crochets aux bouts alors qu'une appendice en forme de fleur est visible sur le devant.

56-Paire de clavettes (fer)

57-La Mailleraye-sur-Seine, (Seine-Maritime), d'après Lequoy 1993 :130, fig. 12,35. -(fer)

  • 141 Westdeutsche Zeitschrift 19, 1900 : 400 pl. 18, 23 ; Landesmuseum Mainz Inv. Nr. R 5152.

183La typologie de clavettes à tête décorée en bronze n'est pas très précise et l'on trouve rarement des parallèles directs. On mentionnera une clavette du Rhin près de Mayence (fig. 59)141 ; sa tête en bronze et en demi-lune est structurée par les trois trous.

184Fixés dans l'essieu, les deux types, différents, ne se distinguent guère. On peut calculer un diamètre de l'essieu de 5,8 cm maximum, grâce au diamètre interne de l'espace inclus par les têtes en demi-lune.

58 a et b – Paire de clavettes (bronze et fer)

59 – Clavette du Rhin près de Mayence (bronze et fer)

ÉLÉMENTS DE LA STRUCTURE INFÉRIEURE DU CHAR

  • 142 Pare 1992 : 129-132. -Egg, France-Lanord 1987 : 28.
  • 143 Voir par exemple : Augsburg/Oberhausen (Stadt Augsburg, D) : Hübener 1973 : 15, 1. 6. 14 (p. 43 men (...)

185La rotation de l'essieu avant et des branches de traction par rapport à la caisse du char est rendu possible par une tige pivot (fig. 60). Cette tige était en bois pour les chars à quatre roues du Hallstatt142 ainsi que pour ceux de la vie quotidienne du deuxième âge du Fer. Ainsi, aucune tige de pivot en fer n'est connue pour les chars de Boé, Dejbjerg ou Husby. Le seul exemple en fer pour la protohistoire demeure celui de Verna (fig. 61 a) ; (long. 28,0 cm ; dia. tête 4 cm). Pour le début de l'époque impériale, des tiges de pivot comparables sont connues dans des camps militaires143.

60 - Dejbjerg, le char celtique. Eléments techniques de la structure inférieure, d'après Hayen 1983 : 458 fig. 16

61 a -Tige de pivot ; b : tige à deux têtes (a, b fer)

186Les sources archéologiques pour ces chars méditerranéens étant trop lacunaires, rien ne peut venir expliquer l'origine de ces tiges de pivot en fer. L'origine méditerranéenne demeure donc une hypothèse.

187Citons une tige de pivot comparable à celle de Verna à Manching, trouvée au détecteur de métaux hors contexte (Jacobi 1974, pl. 72 n°. 1358 [Inv. 1963/1257]), mais une datation romaine voire postérieure est possible pour cet exemplaire, les tiges de pivot n'ayant guère évolué. Les goupilles modernes pour atteler les remorques sont d'ailleurs identiques. Enfin, une tige de pivot de l'oppidum “La Pierre d'Appel” à Étival-Clairefontaine (dép. Vosges) fait partie du niveau I, daté entre La Tène D2 et l'époque augustéenne (Deyber et al. 1984 : 210 fig. 26, 3 : 214-215).

  • 144 Renseignements M. F. Hummel, RGZM.

188A ce jour, seules trois tombes à char ont livré des tiges en fer avec des têtes forgées sur les deux côtés. Celle du char de Verna, qui appartient à la catégorie des chars à quatre roues de La Tène D1, mesure 20,3 cm de longueur et la tige à section carrée est épaisse de 1 cm (fig. 61 b). Une des têtes est forgée minutieusement dans une matrice, l'autre est plate144.

  • 145 Information non publiée, renseignements J.-P. Guillaumet ; cf. rapport préliminaire : Quinn 1995 : (...)
  • 146 Pour la terminologie des structures des chars, voir Hayen 1983. Le terme Y ou YY présente l’image d (...)
  • 147 Dejbjerg : Petersen 1888, pl. 3, 10 ; 5, 7b, 6e. – Boé : Schonfelder 2000b. – Husby : Raddatz 1967, (...)

189Un élément comparable provient d'une tombe à incinération avec éléments de joug de la nécropole de la Croix du Rebout au Mont Beuvray (dép. Saône-et-Loire/Nièvre)145 ; une tige à deux têtes de 13 cm de long fait partie d'une tombe à char à deux roues de La Tène Β de Pont-Faverger/La Wardelle (dép. Marne) (Dupuis 1940 : 63-64, fig. 2). Ces tiges n'ont jamais été trouvées en place à la fouille. On observe que la tête plate ou forgée ne forme jamais un angle droit avec la tige. Il est possible que cette tige de section carrée fixe plusieurs éléments en bois de manière statique. On a introduit la tige incandescente avec une tête préfabriquée dans le trou percé, et l'autre tête a été forgée sur place. Les dimensions permettent de fixer le timon ou la longe écartée du char avec des structures en Y ou en YY146. Pour le timon ou la longe, l'utilisation des tiges à double têtes ne renseigne pas sur la présence de un ou de deux essieux. A Dejbjerg, Boé et Husby ce sont des bagues ovales de formes différentes qui fixent les bois fendus du timon et de la longe147.

190Deux groupes d'objets peuvent être associés au timon. Le premier est un disque convexe en tôle de bronze de 5,8 cm de diamètre, qui était fixé avec trois petits clous alignés en bronze sur un autre objet (fig. 62 a). De plus, deux bagues en fer (dia. max. externe 7,1-7,6 cm ; largeur 1,1 cm) ; (fig. 62 b) possèdent un diamètre un peu plus grand que celui de ce disque en bronze.

  • 148 Vierrädrige Wagen 1987 : 89 (Ohnenheim, dép. Bas-Rhin), 127 (Hochdorf, Lkr. Ludwigsburg, D), 129 fi (...)

191L'absence de comparaison dans d'autres tombes à char ou en contexte d'habitat, ne permet pas d'appréhender leur fonction. Les indices pour attester de l'existence d'un char à quatre roues à Verna sont suffisamment nombreux. On peut certes essayer de chercher des interprétations techniques comme leur utilisation à l'extrémité des essieux. D'autre part les chars à quatre roues ont une charnière de timon très fragile. L'axe de cette charnière est la tige en bois la plus vulnérable du char, qui résiste aux forces de traction de deux chevaux. Les chars hallstattiens ont souvent des fixations supplémentaires avec des anneaux148 et les deux bagues pourraient alors avoir la même fonction. Une autre hypothèse serait celle de deux fronts de la charnière de timon décorés avec des disques bombés en bronze.

62-Garniture de la charnière de timon (?) (a : bronze, b : fer)

63-Tige de la structure inférieure du char (fer avec bronze)

192Deux longues tiges en fer de 71,7 et 69 cm de long font également partie de la collection (fig. 63). De petits éléments décoratifs en bronze (long, environ 2,4 cm), à profil de scotie / tore / scotie sont visibles au milieu ainsi qu'aux extrémités des tiges, l'une pointue, l'autre arrondie, toutes deux courbées pour être fixée l'une par un clou, l'autre par deux clous.

  • 149 Molin 1984 : 101 “barres transversales”.

193Aucune comparaison n'existe avec les chars à deux ou à quatre roues de l'Europe tempérée mais par contre des chars romains possèdent des éléments semblables comme supports de la caisse149.

LA CAISSE

194Apparemment, la caisse du char était richement décorée. Aujourd'hui l'état de conservation du mobilier ne permet pas de reconstitution crédible. Du fait de l'incinération, aucune trace de bois n'est conservée sur le revers des objets. De plus, les objets métalliques ont fait l'objet d'un tri lors de la cérémonie funéraire. L'attribution à la caisse reste, pour la plupart des objets, le résultat d'études comparatives avec d'autres véhicules.

195Nous avons montré que les deux longues tiges (fig. 63) faisaient probablement partie de la structure inférieure du char. Deux autres tiges avec des décors similaires (fig. 64) étaient fixées sur un élément en bois massif (long. 40,4 et 30,3 cm). Elles sont courbées en double S, de section octogonale et également décorées : trois éléments en bronze avec un profil de scotie / tore /scotie. Ces tiges fixées sur le bois avec deux clous de chaque côté, sont décorées de la même manière que les grandes tiges. Ce sont probablement les poignées de la caisse ; leur position est incertaine. Deux comparaisons existent à Bern/Tiefenau (canton de Bern, CH) (Müller 1990 : 239 pl. 21, 143) et à Mons/Mont Eribus (Prov. Hainaut. B) (Mariën 1961 : fig. 37, 48). Ces objets sont là sans contexte, mais ils sont associés à un grand nombre de pièces de char.

64-Poignées (fer et bronze)

196Deux agrafes (long. 16,0/15,7 cm, larg. 2,7 cm (sans les crochets) sont aussi décorées d'une manière analogue (fig. 65 a et b). Elles étaient donc aussi utilisées pour le char, mais aucune fonction précise ne peut leur être attribuée. Trois dernières agrafes plus longues et sans décor ne peuvent être attribuées assurément au char, mais par contre correspondent à des fixations utilisées en menuiserie (cf. infra).

  • 150 Haffner, Joachiml984 : 74-75. – Cahen-Delhaye 1993 : 64 sqq.

197Deux groupes de pitons à oeil aux extrémités rabattues avec des anneaux insérés font partie de la décoration latérale de la caisse. Les pitons à œil sont les éléments constitutifs des structures inférieures des chars à deux roues laténiens 150, à raison de deux ou quatre exemplaires dans les tombes concernées. A Verna, ils sont plus nombreux : huit grands exemplaires (fig. 66 a), supportés par des plaques en forme d'amande (long. 13,4-15,0 cm ; larg. 4,1-5,1 cm), (dia. de l'anneau 7,2-9,0 cm ; long, du piton 4,6 cm) et sept petits (fig. 66 b), (dia. de l'anneau 3,5-3,7 cm ; long, du piton 3,2 cm). Les anneaux des petits pitons sont faits d'une bande de bronze (larg. 0,8-1,1 cm), quelques-uns sont brûlés ; dans un cas un piton est inséré dans une tôle en bronze décorée (fig. 67).

198Six anneaux sont attestés pour le char à deux roues de la tombe 6 de Bescheid “Bei den Hiibeln” (Kr. Trier-Saarburg, D) (Haffner 1992 : 49 fig. 23). Cette tombe est datée de La Tène A. Le plan de la fouille montre qu'un décor de caisse est probable dans cet exemple.

199A Verna, il existe un grand nombre de tôles décorées (fig. 67), liées par cet anneau en bronze et le piton avec les autres éléments décoratifs du char. Il est impossible de comprendre le fonctionnement de ces tôles décoratives. La restauration n'a pas révélé l'organisation du système ornemental. Il existe des décors de Ying/Yang de taille différente, liés par des lignes et des triangles courbés ; parfois les tôles sont ajourées. Deux tôles sont presque rectangulaires, avec une ligne repoussée au bord. Leurs fonctions ne sont pas claires, mais en tout cas elles ornaient un objet très complexe.

65 a et b – Deux agrafes décorées du char (fer)

66 a et b - Pitons à œil aux deux boots raattus (a, fer ; b, fer et bronze)

67- Tôles décoratives (bronze)

LE JOUG

  • 151 Schönfelder 2002 : 224-244.

200Deux anneaux profilés en bronze avec langue de fixation sur un côté sont des anneaux passe-guides. Ceux-ci sont fixés sur le joug, permettant de conduire les deux chevaux. Un des anneaux porte des traces de feu, l'autre est intact (larg. 5,7 cm ; haut. 5,1 cm) (fig. 68). Ce type d'anneau se distingue d'autres types fixés sur le joug par un étrier de fixation et sous une décoration couvrant une petite partie de la surface du joug (voir les types Estinnes, Bechtheim, Kappel, Alésia et autresl151

68-Anneau passe-guide (bronze)

  • 152 Schönfelder 2002 : 236, tab. 37, fig. 146.

201Ces anneaux passe-guides sont assez rares, sans contexte daté, et ont été découverts dans des habitats. L'exemplaire de Verna devient donc éponyme (tab. 14)152. L'anneau de la tombe 2 de Kollig (fig. 69 c) en forme de fer à cheval avec languette de fixation et clou unilatéral est le seul en fer ; les autres sont en bronze. La répartition ne privilégie aucune région.

202D'autres éléments du joug posent plus de problème comme un chapeau en bronze avec une grande tête hémisphérique émaillée (haut, total 9,3 cm, dia. tête 3,4 cm), fortement brûlée (fig. 70 a). Reste seulement le décor strié, l'émail ayant fondu dans le bûcher. Un côté du chapeau semble être ouvert, sa surface est décorée avec plusieurs stries verticales. Un petit trou témoigne d'une fixation sur bois avec des clous. Une deuxième tête hémisphérique émaillée (dia. tête 2,9 cm) atteste probablement l'existence d'un deuxième chapeau (fig. 70 b) qui a perdu son corps. Deux autres clous en bronze à tête émaillée (dia. 1,8/1,8 cm, haut. 1,2/1,0 cm) ont décoré le joug ou la caisse du char (fig. 70 c).

69 a -Levroux/Colline des Tours (Indre) ; b : Oberursel-Oberstedten / Heidetränke (Hochtaunuskreis, D) (bronze) ; c : Kollig Grab 2 (Lkr. Mayen-Koblenz, D) (fer) ; d : Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) (bronze)

70 a -Chapeau du joug (?) à tête hémisphérique (bronze) ; b : tète hémisphérique (bronze) ; c : clous (bronze)

  • 153 Schönfelder 2002 : 245 sqq. ; Alföldi/Radnöti 1937-40 : 312 pl. 24, 1-6 ; 28, 1-2.– Voiraussi : Pia (...)

203Ces deux chapeaux peuvent avoir orné le joug sur les deux côtés, comme les chapeaux de type Orešak153. Mais la forte dégradation du mobilier de Verna ne permet pas de trancher entre un emplacement sur le joug ou aux coins de la caisse du char.

Tableau 14 -Anneaux passe-guides du type Verna

CONCLUSION

  • 154 Voir Schönfelder 2000b : 74-76. -Schönfelder 2002 : 352-355 : Dans les tombes : Boé (Lot-et-Garonne (...)
  • 155 Vierrädrige Wagen 1987. – Pare 1992.

204Le char de Verna est un des rares exemplaires d'un véhicule à quatre roues du second âge du Fer154. Les chars à quatre roues étant assez rares, objets de prestige d'une longue tradition depuis l'âge du Bronze155, ils revêtent certainement une importance symbolique liée au pouvoir à La Tène Finale. De plus, le char de Verna est un véritable char de parade celtique, car les frettes et les clavettes sont décorées en bronze et la caisse est ornée de tôles et d'anneaux. Plusieurs parties montrent des influences romaines, comme la construction de l'essieu tournant à piton en fer et les tiges décorées.

205Cette synthèse entre celtique et romain correspond à la position géographique de la tombe et à la datation, donnée par les cabochons émaillés et la céramique. A La Tène D1b, entre 100 et 80 av. J.-C., l'oppidum de Larina et la sépulture du tumulus de Verna, faisaient partie de la Provincia. Le défunt de Verna a utilisé son char pour une démonstration officielle de son pouvoir, dont nous ne connaissons pas l'origine. L'entourage ou la personne au pouvoir après son décès a choisi de le laisser brûler et enterrer avec les restes de cet objet de prestige. L'utilisation d'un char traditionnel, qui reflète d'une certaine manière encore les traditions hallstattiennes, indique les besoins de l'élite de se rattacher à (ou de créer) des bases de pouvoir traditionnelles.

206Grâce aux découvertes des tombes de Verna et de Boé, on peut attester que les chars à quatre roues appartiennent aux tombes les plus riches de leurs époques. Par contre, les chars à deux roues se retrouvent dans de nombreuses autres tombes associés à des objets funéraires variés. Malgré tout la présence d'un char à deux roues dans une sépulture relève d'une sorte de privilège, dont on ne connaît pas les raisons précises. Quelques personnes ont le droit d'utiliser les chars, les autres pas. L'absence de chars à quatre roues dans les tombes au centre de la zone des oppida, de la Gaule à la Bohème, est explicable par les rites funéraires. Ils ne donnent pas en effet une illustration représentative de la vie et de l'utilisation des objets de prestige.

207Les chars à quatre roues étaient inhabituels dans le monde celtique. Aux marges de la culture celtique, les tombes de Verna et Boé nous donnent deux exemples, avec des contextes funéraires très riches. Les différences entre le noyau et la périphérie du monde celtique, mais aussi une réétude des découvertes nous permettront de développer une image plus variée de l'élite celtique, que celle donnée par les sépultures d'une région unique.

  • 156 Röring 1983. -Voir comme exemple : Mariën 1994.
  • 157 Timpel 1980. -Wamser 1984.

208La tradition des tombes à char pendant plus de cinq siècles diffère des modes éphémères comme celles d'autres objets de prestige, les torques en or ou les amphores à vin par exemple. Les époques romaine156 et mérovingienne157, ont repris cette coutume dans certaines régions. Les chars laténiens et les cérémoniels qui y sont associés, sont une des bases fondamentales de la notion de prestige à l'époque gauloise, comme l'or et les armes.

  • 158 Voir Ronke 1987 : 181 sqq.– Amedick 1993 : 146-147.
  • 159 Amedick 1993 : 146-147. Un “char à fauteuil” est représenté comme insigne aussi dans la notitia dig (...)
  • 160 Künzl 1988 : 85 sqq. – Versnel 1970 : 56.

209Pendant la République et à l'époque impériale romaine, le droit d'utiliser un char est le signe de certaines fonctions publiques. A Rome, c'était le magistrat qui avait le droit d'utiliser un char dans la ville158 ; sur un petit nombre de sarcophages on trouve des chars de course et des chars à fauteuil159. Le char de triomphe comme char héroïsant et archaïsant pour des occasions exceptionnelles n'a par contre rien à voir avec un usage quotidien ou un insigne personnel160. Le currus triumphalis est un véhicule haut, particulièrement décoré, et il diffère des chars de cirque légers. Bien que la tombe de Verna était placée dans la province romaine, il est improbable que le char corresponde à un de ces insignes romains.

210Une restitution du char de Verna est, nous l'avons vu, impossible avec les données laissées par le bûcher et par la documentation de la fouille. Manquent les dimensions de la caisse, des roues et des autres éléments en bois. Le char celtique du Dejbjerg (fig. 55), offre une bonne image des chars à quatre roues. Ce char peut servir d'exemple pour la dimension des roues et pour la taille de la caisse. Les positions exactes des tiges longues et des poignées, ainsi que les décors de la caisse, restent hypothétiques.

211Afin de ne pas donner d'idée, peut-être erronée, nous avons préféré ne pas réaliser de reconstitution. Seules de nouvelles fouilles de tombes à char, où ils n'auraient pas brûlés, pourraient apporter des réponses.

LES ÉLÉMENTS DU HARNACHEMENT. M. Schönfelder

212Dans le matériel de Verna, trois mors de bride (fig. 71, 72) et un anneau en fer appartiennent au harnachement ; ces objets portent les traces du bûcher. La présence conjointe de trois mors existe dans plusieurs tombes à char ; les chars étant tirés par deux chevaux, le troisième mors est alors attribué à un cheval monté (Frey 1976).

213La documentation de 1818 mentionne un “attelage de quatre chevaux [sic]”, les restes des quatre roues ayant été interprétés comme les vestiges de deux chars car les chars à quatre roues n'avaient alors jamais été découverts lors de fouilles et surtout, les sources écrites de l'Antiquité signalent des chars de guerre, rapides, donc à deux roues.

214Deux mors de bride semblables, peu décorés, forment une paire (fig. 72 a et c), alors que le troisième, est plus décoré (fig. 72 b). Les tiges latérales des deux premiers ont une section ronde, et la tige qui sert de gourmette est placée sur une pièce rectangulaire plus épaisse, à trois trous. Le troisième mors a quant à lui des tiges latérales facetées et l'épaississement est composé de trois disques percés. Ces mors, proches des exemplaires modernes, exceptée la gourmette à chaîne, ont apparemment été une attraction à l'époque de la découverte. Dès 1819, Monsieur Raynard, professeur à l'école vétérinaire de Lyon, publia une étude sur l'un de ces mors ; il avait alors “testé” le matériel archéologique sur des chevaux modernes “de taille moyenne” ! (Raynard 1819 : 193). L'article était accompagné d'une lithographie représentant un des mors de Verna et une reconstitution du harnachement. La lithographie, signée Ch. Lefèvre à Lyon, représente, outre le mors, un bouton en bronze orné de croisillons, manifestement un cabochon émaillé (fig. 6 et fig. 3, objet B). La combinaison d'un mors de bride avec un mors de filet dans la bouche du cheval (ensemble : bride ou embouchure double) était traditionnellement utilisée dans la cavalerie militaire des temps modernes (fig. 73 b). Cette combinaison permet d'avoir un contact plus ferme sur la bouche du cheval, de contrôler plus facilement le port de sa tête et de son encolure et donc de le diriger avec beaucoup plus de précision. L'embouchure double est aujourd'hui utilisée par des cavaliers expérimentés sur des chevaux dressés (Muir 2000 : 42 ; Frey 1984 : 119).

71-Mors de bride, Verna

72 a et b – Mors de bride (fer)

72 c -Mors de bride (fer)

  • 161 Canosa di Púglia (Prov. Bari. I) : Frey 1984 : 124 fig. 3. – Rocca San Casciano (Prov. Forli, I) : (...)
  • 162 Des fragments en forme d’oméga, qui permettent la fixation des montants, se trouvent dans plusieurs (...)
  • 163 Saint-Romain : Bourgogne médiévale 1987 : 177 no. 438 (site médiéval, qui a donné également du maté (...)

215Des mors de bride ont été découverts dans des tombes à armes celtiques en Italie, comme à Canosa di Púglia (Prov. Bari, I) et à Rocca San Casciano (Prov. Forlí, I)161, ainsi que dans les camps romains de Numantia (Prov. Soria, E) (Schulten 1929 : pl. 24,13 ; 37,8) datés de La Tène B. En Europe tempérée, les mors de bride commencent à apparaître dans certaines tombes de l'horizon des oppida à la transition La Tène C2/D1 (tab. 15), et également, mais plus rarement, dans des contextes d'habitat hors oppida162. Les exemplaires de Verna sont très proches de ceux de Saint-Romain “Verger” (Côte-d'Or) et de Léry (Eure) (fig. 74)163. Contrairement aux mors de filet (deux éléments liés, plus les deux anneaux), les mors de bride sont d'un seul élément droit et rigide. Cette caractéristique permet de mesurer leur largeur beaucoup plus précisément. Il est indispensable que la taille de l'embouchure soit adaptée à la bouche du cheval afin d'éviter des blessures qui rendraient l'animal incontrôlable. Le réglage des mors se fait grâce à des trous placés sur les tiges latérales rattachant la gourmette, ce qui permet une adaptation pour chaque cheval ; le trou central est généralement le plus utilisé. Seul un des mors de Verna (fig. 72 a) ainsi que celui de Malkowice (Pow. Pińczów, PL) présentent des réglages au plus proche de l'auge du cheval (Jamka 1939-45, fig. 9 ; Baranowski 1973, fig. 30).

216La largeur du mors reste constante, environ 10 cm pour tous les exemplaires de La Tène B jusqu'à la Tène D (tab. 15). Les trois mors de Verna sont de taille semblable, ce qui implique que le troisième cheval, le cheval monté, aurait été de même taille. Les progrès de l'élevage pourraient expliquer l'augmentation de la largeur du mors et de la hauteur au garrot à l'époque laténienne, mais la présence de quelques chevaux plus grands dans les oppida est aussi interprétée comme une influence romaine (Boesneck et al. 1971 : 30-31 ; Méniel 1987 : 36-37). Ainsi il est délicat de considérer que les mors de bride confirment cette évolution.

73 a -Embouchure antique ; b : embouchure double d'époque moderne, d'après Frey 1984 :125 fig. 4

217Outre les mors de brides, existe un anneau en fer de 10,5 cm de diamètre interne et d'une section de 0,8 cm, fermé par un emboîtement riveté (fig. 75). Les exemplaires de comparaison avec cet anneau sont en bronze (tab. 16), et ont deux systèmes de fermeture différents : soit, un emboîtement riveté comme celui de Verna, soit, un assemblage par demi ou à un ou deux rivets.

  • 164 Voir Ulbert, 1984 : 71 sqq. -Kotera-Feyer 1993. – L’anneau de “Ville-en-Tardenois” (dép. Marne) Bul (...)

218Ces anneaux sont souvent retrouvés en contexte d'habitats (Feugère 1994 : 148). Sans réelles possibilités d'identification, on les assimilait autrefois à des torques (van Endert 1991 : 3 ; Feugère 1994 : 148), quasi inconnus à La Tène finale. De plus, le façonnement simple de l'objet ne correspond pas aux traditions laténiennes. G. Ulbert présente des anneaux de Câceres (Prov. Extremadura, E) semblables, fermés par un assemblage par demi ou à deux rivets, et leur attribue la fonction de porte-strigiles (Ulbert 1984 : 71, pl. 12, 72-74) ; toutefois, quand des strigiles sont retrouvés en contexte avec leurs anneaux, ils sont décorés de têtes de canard et présentent d'autres types de fermetures164.

Tableau 15 -Les largeurs d'un ensemble de mors de bride de l'époque de La Tène (d'après bibliographie et figures)

Tableau 16 -Anneaux à fermeture rivetée

  • 165 Kull 1996. -Voir aussi un cheval de la phase LT C/D de Sopron (H) – renseignements E. Jerem.

219Les études de B. Kull sur quelques tombes de l'Europe de l'Est indiquent que ces anneaux sont trouvés dans les bouches mêmes des chevaux165. Aujourd'hui, des anneaux semblables sont utilisés pour les mors de filets de présentation en main : ces mors dits "Tattersall" servent également pour les jeunes chevaux rétifs (Muir 2000 : 47). Ils sont composés d'un anneau placé dans la bouche, la têtière fixée par deux anneaux latéraux placés sur l'anneau et la longe s'attachant à la base.

220Pour La Tène, l'interprétation comme mors de filets de présentation à la main est aussi possible. A Verna, on peut envisager un scénario suivant lequel le cheval de guerre du défunt aurait été exhibé, puis l'on aurait déposé son mors de bride dans la tombe.

221Trois mors annulaires en bronze (Kull 1996 : 429-430, fig. 8, 3) ont été trouvés dans la riche tombe à char de Mezek (BG) (Filow 1937 ; Fol 1991). Dans ce cas, les chevaux ont pu être conduits à la main par des garçons d'écurie, et non par le conducteur du char, le troisième mors étant pour le cheval monté. Ces objets en fer de Mezek étant inédits, l'interprétation avancée reste incertaine.

222Si l'on envisage une autre hypothèse, il semble possible d'utiliser le mors annulaire et le mors de bride ensemble, comme double embouchure. Aujourd'hui, les mors de bride sont complétés par des mors de filet (fig. 73 b). Cette combinaison permet d'avoir un contrôle plus précis du cheval, approprié au terrain et aux besoins du cavalier armé. Le mors annulaire a une action moindre sur les barres et la langue du cheval qu'un mors de filet, le cavalier le contrôlant plus difficilement. Il est tout de même possible de diriger un cheval sans mors, uniquement avec un licol. La combinaison mors de bride/mors de filet est une embouchure considérée aujourd'hui comme très dure et blessante ; mais le mors annulaire et le mors de bride ensemble comme double embouchure pouvait être possible à l'époque.

  • 166 Notici Scavi Ser. 8, vol 14, 1960 : 240-245, voir fig. 31.

223Du point de vue archéologique, il est peu probable que le cheval du cavalier (ou le statut du cavalier) soit montré deux fois séparément, par le mors de bride et par le mors annulaire. Pour Verna l'argumentation demeure hypothétique, l'association anneau et mors de bride étant déjà une interprétation à partir d'une collection ancienne. A contrario, un mors de bride et un mors annulaire font partie de la tombe 16 de Belgrade/Karaburma (YU) (Todorovic 1972, pl. 6). La tombe de Gela “Priolo” (Prov. Caltanissetta, I) est un autre exemple de cette combinaison : seules les deux tiges latérales d'un mors de filet étrusque et l'anneau en bronze sont publiés dans ce cas166.

74 a -Saint Romain "Verger" (Côte-d'Or) ; b : Léry (Eure) d'après Bourgogne médiévale1987 :177 n° 438 ;Normandie 1990 : 51.

75-Mors annulaire (fer)

Tableau 17 -Tombes de La Tène C et D avec un ou trois mors, ou avec des éperons chez les Celtes occidentaux (France, Luxembourg, Sud et Ouest de l'Allemagne, Italie du Nord)

224Enfin, dans la tombe de guerrier de La Tène Β1 de Landau in der Pfalz (Stadt Landau in der Pfalz, D) (Engels 1974 : 54, pl. 41, 5), un autre anneau en bronze de 8,6 cm de diamètre avec un assemblage par demi et par rivet avait été interprété comme un bracelet. Dans ce cas, il est difficile de savoir s'il s'agit d'un mors réutilisé ou d'un type particulier de bracelet.

  • 167 Joachim 1974 – Roymans 1990 : 247 sqq. (“horseman’s graves”).

225Aujourd'hui, les tombes dans lesquelles ont été déposés des éperons ou des mors seuls sont interprétées comme des tombes de cavaliers167. Si elles ne livrent pas toujours des objets qui permettent de déterminer le sexe de la personne enterrée, les armes indiquent qu'il s'agit d'hommes dans la plupart des cas (tab. 17). Aucune tombe contenant des parures féminines n'a pu à ce jour être interprétée comme celle de cavalière, ce que confirment les rares analyses d'ossements.

226La notion de cavalier n'existe pas dans les traditions funéraires de La Tène Β et C en Europe tempérée. Par contre, les sources historiques parlent de cavaliers à l'époque des migrations celtiques (Dobesch 1996). Un cheval décapité fait également partie du charnier des guerriers de La Tène C1 de Ribemont-sur-Ancre (dép. Oise) (Brunaux dir. 1999 : 203). Sur ce site, la présence de cavaliers est attestée, mais en général, elle n'est pas représentée par des objets dans les tombes.

  • 168 Sur l’existence des cavaliers à La Tène A en Champagne, voir Verger 1996.
  • 169 Voir par exemple Kull 1996 : 425 et Oesterwind 1996 : 86.

227Dans la tombe 6 de Kollig (Kr. Mayen-Koblenz, D) (Joachim 1974), les deux mors de filet droit sont des objets pars pro toto qui signalent le char ; de plus un éperon indique la présence du cavalier. Ainsi, un troisième mors associé à un éperon de cavalier ne doit pas être considéré comme celui d'un troisième cheval d'attelage, mais bien celui d'un cheval monté. Un troisième mors - en plus de la paire des chevaux de l'attelage - a été retrouvé dans plusieurs tombes à char de La Tène D168. Le char et les trois chevaux du cimetière d'Adria (Prov. Rovigo, I) reste le meilleur exemple : deux mors de filet pour les chevaux attelés et le mors de bride pour le cheval monté étaient en place (Frey 1976 : 173-174). De même, un mors de bride italique dans le dépôt funéraire à plusieurs chars de La Mailleraye-sur-Seine (dép. Seine-Maritime) indique qu'un des guerriers était aussi considéré comme un cavalier (Lequoy 1993 : 130 fig. 12, 28). Le mors de bride est, dans ce cas, une importation tout comme les deux pièces de vaisselle en verre. Autre exemple, le complexe funéraire de Léry (dép. Eure) (Normandie 1990 : 50-53) : une paire de mors de filet représenterait comme pars pro toto le conducteur du char, alors que le mors de bride indiquerait que le guerrier à l'épée était en même temps un cavalier. Cette image est plausible, mais hypothétique, l'ensemble n'étant pas clos. Citons aussi le guerrier de la tombe à char de Heimbach-Weis (Kr. Neuwied, D) qui a été enterré avec un mors de filet et deux éperons différents (Joachim 1973 : 33 ; fig. 11, 9-10 ; 12, 14) ce qui prouve qu'il était cavalier, mais aussi conducteur de char. Dans la tombe à char à quatre roues de Cugir (RO) (Crisan 1993, pl. 11), les mors de bride sont aussi au nombre de trois. La présence d'éperons ou de mors simples ou triples dans les tombes n'est pas forcément représentative d'une couche sociale uniforme des “equites” ou des “cavaliers”169. Ces objets ne correspondent pas aux insignes du statut social des “cavaliers”, les tombes concernées étant trop variées. De plus, César utilise la terminologie romaine pour désigner les classes sociales celtiques, ce qui n'a aucun rapport avec l'équipement funéraire.

  • 170 Thill 1967. -Metzler et al 1991 : 113 sqq. fig. 86-88.
  • 171 Caes. Gall. II 24, V 3 ; Tac. ann. II 42. – Metzler 1994 : 99. – Oesterwind 1996 : 97-98. -Krier/Re (...)
  • 172 Joachim 1969 : 99. -Joachim 1973 : 40. – Roymans 1990 : 249.
  • 173 Voir par exemple la tombe 16 de Belgrad-Karaburma (YU) : Todorovic 1972, pl. 6. -Roje pri Moravce ( (...)
  • 174 Voir Adler 1993 : 148 fig. 53. – Völling 1992 – Bockius 1991 : 499 fig. 2 avec liste p. 512 sqq.

228L'éperon et le mors de filet représentant le cavalier n'attestent aucun caractère social suprarégional. Par contre, leur forte présence dans les tombes de la région Rhin-Moselle (Joachim 1974 : 163) atteste un rite funéraire local, dans lequel sont inclus les conducteurs de chars. Quelques tombes comme celles de Goeblinge-Nospelt (L)170 et de Heimbach-Weis (Joachim 1973) sont très riches par rapport à celles de Konz-Filsen (Kr. Trier-Saarburg, D), présentées par H.-E. Joachim (Joachim 1974 : 166). On remarque la concentration des tombes de cavaliers dans la région des Trévires, cette forte présence de la cavalerie étant par ailleurs mentionnée dans les sources écrites171. H.-E. Joachim172 évoque la possibilité que les tombes à char soient devenues, par la suite, des tombes de cavaliers. Le rite funéraire du dépôt d'éperons et de mors se retrouve dans une autre région : la Yougoslavie173. Une forte concentration d'éperons est également connue autour d'Hambourg en Basse-Elbe174. Ces rites funéraires locaux doivent être interprétés différemment du reste de l'Europe, les cavaliers appartenant à des tombes à char riches. Dans les régions où leur répartition est très dense, les mors et les éperons ne sont plus des marqueurs sociaux comme dans les tombes de Verna, La Mailleraye-sur-Seine ou Léry, mais contribuent à la richesse funéraire de ces tombes. Les mors de bride attestent d'une importation ou d'une origine étrangère des objets.

L'OUTILLAGE. J.-P. Guillaumet, M. Schönfelder

229Un unique objet a été clairement identifié comme outil dans l'ensemble du mobilier.

230Il s'agit d'une faucille en fer (L. total 33 cm), à la lame large de 28,5 mm d'ouverture et d'un poids de 354 g (fig. 76). La fixation du manche en bois se fait à l'extrémité de la partie coupante (ou lame), au moyen d'une virole fixée sur le fer par un rivet et par un bouton enfoncé dans le bois. Ce système de fixation du manche est attesté sur une faucille du dépôt gaulois de Larina (Perrin 1990 : 74-75) et en Dacie entre le IIe s. av. J.-C. et la fin du Ier s. ap. J.-C. (Glodariu, Iaroslavschi 1979 : fig. 33). Ce type de manche avec virole se retrouve dans de nombreux sites de Bohème, Moravie et Slovaquie, comme celui de Kolín (CZ) (Rybová, Motyková 1983 : pl. 12) daté de la fin de La Tène.

231La présence d'outils est connue dans d'autres tombes aristocratiques des Bituriges et des Trévires (Ferdière, Villard : 209 sq., 275, 280-285 ; Metzler et al. 1991 : 64, 103, 172). Ces outils sont considérés par nos collègues, non comme les signes d'une activité artisanale ou paysanne, mais comme les symboles d'une responsabilité de la gestion de ressources minières ou agricoles. Ils sont aussi le fondement de la prospérité de la famille et de la tribu du défunt.

LES OBJETS MÉTALLIQUES DIVERS. M. Schönfelder

232Une partie du mobilier de la collection de Verna ne peut trouver de fonction précise. L'état de conservation de certains objets est néamoins identique aux autres objets de La Tène finale ce qui permet de les inclure dans cet ensemble funéraire.

1. Tôles en bronze profilées

233Plusieurs fragments de tôles en bronze en forme de bande (larg. 3,4-4,0 cm ; long. max. conservée 13,5 cm) devaient être fixés à l'aide de petits clous - seuls les trous en témoignent - sur un élément de bois (fig. 77). S'il a parfois été possible d'associer certaines tôles décorées avec le char, cela demeure impossible pour ces dernières en bronze profilées. Peut-être s'agit-il d'éléments de meubles, par exemple, mais nos connaissances sur le mobilier de La Tène autre que funéraire sont trop limitées.

2. Attache ajourée avec bouton émaillé

234L'attache en bronze (fig. 78 et fig. 3, objet D) ressemble à une agrafe de ceinture à bouton émaillé, composé d'une lyre à branches en forme de S de section triangulaire. A la base, il était fixé par un piton à œil sur une autre objet (en bois ?) inconnu.

76-Faucille et détail de la surface

77-Fragments de tôles (bronze)

3. “Nœud papillon” en bronze

235Un petit nœud papillon en tôle de bronze (long. 7,0 cm, larg. 2,0 cm) était fixé par un petit clou en bronze. La surface porte des traces de feu (fig. 79).

78-Attache (bronze)

79-Noeud papillon en tôle (bronze)

4. Anneaux en bronze

236On constate huit fragments d'anneaux en bronze de diamètres et de sections variables (fig. 80) ; quelques-uns portent des traces de feu. Un neuvième fragment est torsadé.

80-Fragments d'anneaux (bronze)

81-Elément de décoration (bronze)

5. Eléments massifs de décoration en bronze sur fer

237Deux éléments massifs de décoration sont singuliers et aucune fonction définitive ne peut leur être attribuée. Ce sont des tiges en fer de section carrée, courbées, portant un décor en bronze coulé. L'une des deux pièces, qui porte des traces fortes de feu (fig. 81) se termine par des crochets, l'un vers le bas, l'autre vers l'intérieur (long. max. 29,0/27,4 cm) alors que l'autre tige est symétrique. Par ces crochets les objets devaient être fixés dans un élément en bois massif. Les décors en bronze coulé ont la forme des tuyaux courbés et profilés (dia. 5,1 cm). Ils sont aplatis au milieu sur la base ; ces éléments étaient donc plaqués sur le bois sur lequel ils étaient fixés par les crochets. Ces décors peuvent être interprétés comme des éléments du char, situés peut-être dans les angles de la caisse, bien qu'aucun parallèle n'existe et que leur nombre ne témoigne pas en faveur de cette hypothèse.

82 a -Tige ; b : objet à deux trous ; c : cylindres en fer

6. Tige à deux trous

  • 175 Lavendhomme, Guichard 1997, 161 pl. 115,2. -Vercingétorix 1994, 112 fig 117r. -Jacobi 1974, 240 pl. (...)

238Une tige à deux trous (long. 13,5 cm), légèrement conique fait partie de l'ensemble (fig. 82 a). Les deux extrémités ne montrent pas de traces caractéristiques d'un outil. La section rectangulaire de l'un des trous, typique, trouve des parallèles dans l'habitat ouvert de Roanne (Loire), dans le sanctuaire de Nogent-sur-Seine (Aube) et sur l'oppidum de Manching (Lkr. Pfaffenhofen an der Ilm, D)175. Sa fonction n'est pas identifiable.

7. Objet en fer à deux trous

239Une tige à section rectangulaire (long. 7,4 cm) présente deux trous légèrement coniques (dia. 0,5-0,7 cm) (fig. 82 b) ; les extrémités amincies servaient probablement à maintenir l'objet. L'utilisation comme filière est à exclure, au vu de la forte épaisseur du fil exigé par l'outil, incompatible avec un travail manuel. La fonction de l'objet reste donc inconnue, ce dernier n'apportant pas d'élément nouveaux au dossier très discuté du tréfilage à l'âge du Fer (Jacobi 1979).

8. Cylindre en tôle de fer

  • 176 Jacobi 1974, pl. 64, 1122-1123.

240Deux cylindres en tôle de fer (dia. 2,4 cm, long. 7,9/8,1 cm) ont une fonction inconnue (fig. 82 c). Les tôles sont pliées en forme de tube non fermé. Des comparaisons existent sur l'oppidum de Manching en Bavière176.

9. Agrafes de charpenterie

241Deux agrafes peuvent être attribuées au char grâce à leur décoration. Trois autres agrafes (fig. 83) sont plus longues et sans décor (long. max. 31,2/28,2/25,6 cm ; larg. 3,1/3,3/3,3 cm) ; l'une est dessinée sur une planche de 1818 (fig. 4, objet FF). Ce sont d'ordinaire des agrafes de charpenterie. Peut-être ont-elles été utilisées pour une construction en bois avant de procéder à l'incinération, voire après, pour y recueillir les charbons et les restes du mobilier fondu.

10. Renforcements d'angles en tôle de fer

  • 177 Pour La Tène A en Champagne : voir Joffroy, Bretz-Mahler 1959 : 20 fig. 15, en Belgique voir Cahen- (...)

242Cinq tôles en fer rectangulaires (environ 6-8 cm x 20-20,5 cm) ont été pliées pour renforcer des angles droits en bois (fig. 84 a). Chacune était fixée par quatre grands clous à têtes hémisphériques (long. 4,3-4,6 cm) dans les angles. Elles sont aujourd'hui comprimées, mais leurs angles d'origine sont encore visibles en deux endroits. Un de ces objets figure sur une planche ancienne (fig. 5, objet V). Ces tôles ne sont probablement pas des agrafes de jantes des roues, les clous étant trop massifs ; de plus, les agrafes de jantes des autres tombes à char ne présentent pas la même forme177.

83-Agrafe de charpenterie

84-Renforcements d'angles en tôle de fer

11. Tôle rectangulaire à 2 trous

243Une tôle en fer quasi rectangulaire (7x12 cm) est percée par deux trous sur les petits côtés dont l'un est un peu plus mince (5,5 cm) que l'autre (7,1 cm) (fig. 84 b).

12. Tiges profilées avec anneau

244Deux tiges en fer (long, total 16,1/25,5 cm) portent à une extrémité un disque percé par un clou (dia. 4,2 cm), et à l'autre extrémité un grand anneau ouvert (dia. environ 8 cm) ; les tiges mêmes sont profilées (fig. 85 a). La fonction de ces deux pièces uniques est inconnue. Leur décor témoigne d'un emplacement de choix, peut-être aux essieux du char sensiblement du même diamètre que l'anneau. Toutefois, la présence de deux tiges ne correspond pas aux quatre roues du char.

13. Petites tôles en fer rivetées

245Deux tôles à languette (3,3/3,7 cm à la base, 4,2/5,8 cm en hauteur) et à bord courbé vers l'intérieur sont fixées ensemble par deux rivets (long. 2,0 cm) (fig. 85 b). Il existe deux de ces objets dont la fonction n'est pas évidente ; ils ne semblent faire partie ni de l'armement (pilum précoce), ni du char.

14. Bandes en fer de section courbe

246Six bandes en fer de section courbe font partie de l'ensemble, deux sont longues (long. 35,3/25,6 cm), deux moyennes (long. 18,1/17,5 cm) et deux petites (long. 16,6/13,5 cm) ; 5,1-5,4 cm de largeur, sauf la plus courte, qui a 4,5 cm de largeur. Elles ont des trous de clous et un bout pointu. De par leurs tailles et leurs longueurs différentes, ce ne sont pas des garnitures de stabilisation d'essieux (fig. 86).

15. Longue bande en fer

247Une bande en tôle de fer très longue (50,0 x 1,1/1,2 cm) a été pliée et repliée plusieurs fois. Sa longueur correspond à la longueur du bassin rectangulaire ; peut-être s'agit-il d'un renforcement du bord de ce dernier (fig. 87).

85 a -Tige avec anneau ; b : tôle rivetée

16. Anneau en fer avec ardillon

248Un anneau en fer (dia. 3,2 cm) de section ronde porte un ardillon pointu également en fer (fig. 88 a). L'objet ne correspond ni aux fibules en forme d'oméga ni aux boucles.

17. Tiges décoratives

249Deux tiges en fer de section rectangulaire (long. 5,3/5,5 cm) ont des têtes plates et rectangulaires (2,8 x 1,7 cm), décorées sur le bord (fig. 88 b). Leur tige est percée d'un petit trou allongé, par lequel il est possible de les fixer de manière réversible. Sur une des tiges, des gouttes de bronze fondu indiquent un contact avec d'autres éléments métalliques, peut-être du char. Aucune fonction ne peut leur être attribuée.

86-Bandes courbées (fer)

87 – Bande en fer

18. Petit ciseau ( ?)

250Un petit ciseau ( ?) en fer est long de 5,4 cm seulement ; sa tête rectangulaire (1,8 x 1,6 cm) a été beaucoup utilisée.

19. Clous

  • clou décoratif (long. 2,6 cm) à tête allongée (larg. 3,6 cm) avec des rainures pour l'émail (fig. 88 c).

  • clou décoratif (long. 5,4 cm) à tête allongée (larg. 2,4 cm).

  • petits clous à tête plate (fig. 88 d).

  • petit clous à tête hémisphérique (fig. 88 e).

  • clous fins avec tige de section ronde, long. env. 7 cm, partiellement courbés (fig. 88 f).

  • clous à pointe plate et à tête ronde, normalement étroits (fig. 88 g).

  • clous pointus de section rectangulaire et à tête ronde, souvent pliés deux fois (fig. 88 h).

  • clous pointus, souvent courbés.

  • clou à tête ronde (long. 7,6 cm) de section massive.

  • rivet à tête ronde et contre-tête rectangulaire (long. 7,5 cm).

  • fragments divers de clous.

88- Anneau, tiges et clous

LE MOBILIER CÉRAMIQUE. V. Guichard, F. Olmer

251A côté de nombreux objets métalliques, le mobilier de la collection comprend quelques dizaines de tessons de céramique. Infiniment moins spectaculaire, une partie d'entre eux peut néanmoins être attribuée de façon plausible à la sépulture et contribuer notamment à préciser la datation de celle-ci.

CATALOGUE

CÉRAMIQUE CAMPANIENNE

252On dénombre vingt tessons qui appartiennent à quatre récipients au moins. Tous sont assez fortement brûlés, ce dont témoigne une argile de couleur toujours plutôt grise, mais rarement uniforme. Les cassures modernes semblent rares et les remontages sont assez nombreux, ce qui conforte l'impression que l'on a affaire à un nombre réduit de pièces de vaisselle.

2531. Assiette en céramique campanienne A à marli ondulé, forme Lamb. 6 (fig. 89 a). Représentée par deux petits tessons jointifs du rebord et une partie du pied. Ce dernier possède un anneau de pose de profil anguleux. Les surfaces sont mal lissées, le vernis mat. Le fond présente un décor de profonds sillons concentriques. Une légère impression peut aussi laisser suggérer la présence d'un timbre. Le diamètre restitué du récipient est d'environ 20 cm.

2542. Assiette en céramique campanienne Β à lèvre redressée avec un raccord incurvé, forme Lamb. 5 (fig. 89 b). Représentée par un gros tesson de rebord pourvu de trois trous de réparation. Les surfaces sont lisses, le vernis noir mat. Le diamètre restitué du récipient est d'environ 23 cm.

2553. Plat en céramique campanienne Β de forme Lamb. 5 (fig. 89 c). Représenté par deux fragments non jointifs du rebord. Les surfaces sont lisses, le vernis noir mat. Le diamètre du récipient, non restituable précisément, est d'au moins 30 cm.

2564. Plat en céramique campanienne Β de forme Lamb. 5 (fig. 89 d). Représenté par six tessons jointifs attenant au rebord. Les surfaces sont lisses, le vernis noir mat. Le diamètre du récipient, non restituable précisément, est d'au moins 30 cm.

2574bis. Fragment de fond de plat en céramique campanienne Β (fig. 89 e). Il appartient sans doute à l'un des deux plats ci-dessus. Il est doté d'un anneau de pose en bourrelet pourvu d'une rainure sur le dessous et d'une gorge sur sa face externe. La face interne porte un décor guilloché.

258Les sept tessons non attribuables à l'un de ces récipients appartiennent tous à des parois d'assiettes et de plats en céramique campanienne B.

CÉRAMIQUE COMMUNE

259La céramique commune est moins abondante. Elle correspond à des récipients de facture et d'état de conservation très variables.

2605. Vase haut très altéré par sur-cuisson (fig. 89 f). Les deux tessons présentent un décor de cônes protubérants en fort relief réalisés par estampages répétés, sans doute avec apport de matière dans la matrice. La forme n'est pas restituable.

2616. Petit vase ovoïde à fond plat (fig. 89 g). Les cinq tessons jointifs permettent de reconstituer la panse sur toute la hauteur. Une amorce de cannelure devait souligner le départ du col. La pâte, non calcaire et grise, est sans doute partiellement altérée par sur-cuisson. La surface externe est simplement égalisée.

2627. Rebord de pot à cuire (fig. 89 h). La pâte, fortement micacée, est assez fine et ne présente pas de trace de surcuisson. Le récipient a été modelé sans tour. La finition extérieure de la panse est seulement égalisée. Le col rentrant et orné de trois cannelures est surmonté d'une lèvre évasée simple.

2638. Bouton de couvercle (fig. 89 i). La pâte, mi-fine et non calcaire, est gris clair à âme gris sombre. Les surfaces enfumées ne portent pas de traces de sur-cuisson. Les traces de montage au tour sont nettes.

2649. Petit godet (fig. 89 j). Ce récipient, intact, est modelé dans une argile non calcaire assez fine et fortement micacée. Les surfaces, partiellement égalisées, laissent visibles des coups d'outils destinés à dégager le fond. La surface externe, gris sombre, ne porte pas de trace de surcuisson. La surface interne est uniformément oxydée.

26510. Cruche (non figurée). Ce récipient est seulement représenté par deux petits fragments jointifs de panse. La pâte, beige clair, est calcaire. Elle ne présente pas de traces évidentes de sur-cuisson.

Amphore

26611. Deux petits tessons, jointifs malgré des cassures anciennes, appartiennent à la panse d'une amphore vinaire italique, plus précisément originaire d'Albinia à cause de sa pâte rose très serrée pourvue de très nombreuses petites vacuoles tapissées de calcite et d'inclusions émoussées d'oxyde de fer (Peacock 1977 ; Thierrin-Michael 1992). Les deux tessons portent des traces bien nettes de sur-cuisson.

89- Céramique campanienne et commune

Tuile

26712. Il s'agit de deux fragments jointifs d'une imbrex (dimension maximum de la partie conservée : 10 cm). La pâte fine rose vif évoque celle de certaines amphores vinaires italique, ce qui invite à ne pas exclure l'hypothèse d'une importation.

ANALYSE

268Les plats et assiette en céramique campanienne “du cercle de la B” sont un mobilier régulièrement signalé sur les sites gaulois de La Tène finale. La forme Lamb. 5 est la plus classique de ce répertoire. Elle est diffusée à partir du milieu du IIe s. av. J.-C., pour devenir bien plus fréquente au siècle suivant. Nos exemplaires présentent tous les détails caractéristiques des productions tardives, particulièrement fréquentes en Gaule : vernis mat, lèvre allongée non rentrante, pied en fort bourrelet. La céramique campanienne A fournit de la vaisselle dont les importations commencent plus précocement et qui sont concurrencées au Ier s. av. J.-C. par la campanienne B. Notre exemplaire se distingue toutefois par plusieurs caractères qui en font indiscutablement un exemplaire tardif : finition peu soignée, décor de sillons et forme d'apparition récente, attestée par exemple à partir du milieu du IIe s. dans le Midi, mais surtout fréquente dans cette région au siècle suivant (Dicocer 2 : 443-447).

269Au total, les quatre pièces de vaisselle à vernis noir peuvent fort bien être issues du même ensemble funéraire. Bien que le phénomène ne soit pas perçu en Gaule méridionale, où la céramique campanienne A reste largement majoritaire tout au long du Ier s. av. J.-C. (Dicocer 2 : 557), on assiste en Gaule interne à un basculement au profit de la campanienne B aux alentours de 100 av. J.-C. (par exemple : Colin 1998 : 73-74). Au vu des ensembles de mobilier disponibles en Gaule du Centre-Est, la coexistence de céramique campanienne A tardive et de campanienne B invite ainsi à réduire la fourchette de datation aux phases chronologiques La Tène D1b et La Tène D2a, soit l'extrême fin du IIe s. et les trois ou quatre premières décennies du Ier s. av. J.-C. Parmi les ensembles de référence bien caractérisés, on peut mentionner ceux qui se rattachent à la fin de l'horizon 3 et surtout à l'horizon 4 de Roanne (Morel 1997 :126-127). En Basse-Auvergne, ce faciès est postérieur à la désaffection des sites de plaine de La Grande Borne et du Pâturai, où la céramique campanienne B est quasiment absente. Il trouve en revanche des correspondances sur les sites d'oppida de Gergovie et surtout de Corent (Guichard et al. 1993 : 31-32). De façon plus générale, il est abondamment représenté sur les sites d'oppida du Centre-Est, notamment au Mont-Beuvray (Barrai, Colin, Luginbühl 1998), mais aussi en territoire allobroge, tant à Vienne (Chapotat 1970 : 119-124), qu'à Larina (Morel 1990).

270Le décor estampé original du vase est une variante inhabituelle du décor ocellé fréquent au Ier s. av. J.-C. en Gaule du Centre-Est (Arcelin 1981 : 61-62). Fr. Artaud s'est intéressé en particulier à ce fragment de vase qui figure sous la forme d'un croquis dans son Manuscrit 101/3, ainsi que sur la planche I prévue pour accompagner la publication de la tombe (fig. 3, objet c). Les comparaisons précises sont rares dans le contexte régional.

271Outre un fragment du site de Saint-Paulien en territoire vellave (Simmonet 1983 : 101, fig. 5, n° 8), on peut signaler un tesson à Soyons (Ardèche) (exposé au Musée Municipal), deux autres près d'Aoste et à Voiron (Musée d'Aoste et informations J.-P Jospin), ainsi qu'à “Pian” “sur les terres de M. Nugues, président à la cour royale de Lyon… près de Bourgoin département de l'Isère. Ainsi, ce type encore mal connu se rencontre sur un axe allant des Vellaves aux Allobroges, territoire sur lequel il est le mieux représenté. Constatant de plus qu'il a été fortement dégradé par le feu, son appartenance à la sépulture est plausible.

272Le petit vase ovoïde n° g présente une forme trop ubiquiste pour que l'on puisse préciser sa datation, qui ne saurait du moins être antérieure à La Tène finale. On peut notamment penser à une imitation de gobelet à parois fines tardo-républicain ou augustéen, mais la perte de la lèvre et l'absence de décor interdisent de trancher. Une datation plus tardive est tout aussi envisageable.

273Le pot à cuire n° h possède une forme bien connue dans la région lyonnaise et viennoise au Haut-Empire, qui se caractérise par son col rentrant cannelé. Il semble apparaître après le tournant du IIe et du Ier s., si du moins son absence est significative dans le comblement du fossé lyonnais du clos du Verbe incarné (Sandoz 1989 : 67-69). Il est ensuite bien représenté à Vienne au Ier s. av. J.-C. (Chapotat 1970, pl. 46-47) et déjà fréquent à Lyon dans un contexte immédiatement postérieur au milieu du même siècle, avec des exemples encore pour la plupart façonnés sans tour (Mandy, Monin, Krausz 1990 : fig. 9, n° 38-42 et fig. 10, n° 59).

274Le couvercle n° i présente une facture qui semble exclure une datation au Ier s. av. J.-C. On préfère proposer une datation à l'époque impériale, sans plus de précision. Son appartenance à la sépulture semble donc à exclure, ce d'autant plus que le fragment conservé ne présente pas de traces de sur-cuisson. De plus, l'une des planches figurant en collection privée illustre ce couvercle associé par erreur au vase campaniforme. Des inhumations sous tuiles auraient été découvertes dans le tumulus qui a donc été réutilisé à l'époque gallo-romaine tardive.

275Le petit godet n° j a une forme parfaitement ubiquiste. La pâte et le mode de finition semblent toutefois exclure son appartenance à une phase ancienne de la protohistoire. Par ailleurs, l'oxydation de la surface interne invite à y voir une lampe à suif, sans que cela soit une certitude en l'absence de comparaison précise. Des vases analogues figurent dans le mobilier du dépôt de la Chuire (information F. Perrin, inédit).

276Le récipient à pâte claire peut appartenir à une gamme très variée de productions méditerranéennes échelonnées durant le millénaire qui encadre le changement d'ère.

277Les deux fragments d'amphores appartiennent très vraisemblablement à une amphore Dressel 1, un type abondamment importé en Gaule aux IIe et Ier s. av. J.-C. On note plus précisément que les importations d'Albinia, sur la côte d'Etrurie, sont particulièrement fréquentes en Gaule. L'appartenance de ces tessons à la sépulture est corroborée par les traces de sur-cuisson qu'ils portent.

278On ne pourrait enfin envisager raisonnablement l'appartenance du fragment de tuile à la sépulture que s'il s'avérait qu'il s'agit effectivement d'une importation méridionale.

279On peut finalement classer la céramique étudiée en trois catégories :

  • attribution à la sépulture plausible, en raison de critères typologiques et taphonomiques (traces de surcuisson) : quatre plats et assiettes en céramique campanienne (a-e), un vase haut à décor estampé (f) et une amphore Dressel 1 ;

  • attribution à la sépulture seulement envisageable, en l'absence de critères typologiques rédhibitoires : vase ovoïde (g), godet (j), vase à pâte claire ;

  • attribution à la sépulture à exclure : pot à cuire (h), couvercle (i), imbrex.

280Du point de vue chronologique, ce mobilier apporte des données complémentaires de celles des objets métalliques. Il incite notamment à ne pas faire remonter avant l'extrême fin du IIe s. la mise en place du dépôt funéraire.

281En ce qui concerne la cérémonie funèbre, on remarque que les récipients ont tous été exposés au feu du bûcher. La présence d'une amphore vinaire dans cet ensemble n'est pas surprenante, tant c'est une constante des sépultures aristocratiques gauloises de la fin de l'âge du Fer. On s'étonnerait plutôt de ne retrouver que deux discrets tessons d'amphores alors que la vaisselle à boire en bronze est ici exceptionnellement abondante, mais il faut certainement compter sur le mode de prélèvement sélectif des fouilleurs du XIXe s. De ce point de vue, on doit imaginer que le site de la sépulture demeure encore aujourd'hui jonché de tessons d'amphores, ce qui pourrait aider à sa localisation.

282La présence de récipients de présentation en céramique campanienne n'est pas surprenante dans un tel contexte aristocratique. Ce genre de dépôt est très fréquent dans les sépultures privilégiées du Midi (Bats 1990 : 273-275), où les assiettes et plats sont également privilégiés vis-à-vis des autres formes. Il l'est bien plus rarement en Gaule chevelue. Sans viser à l'exhaustivité, signalons pour La Tène D, les ensembles suivants, tous inédits : deux incinérations de la nécropole de Feurs” Rue Saint-Antoine” (fouille Valette, 1984), une inhumation d'Aulnat-Gandaillat à Clermont-Ferrand (fouille Vermeulen, 2001) et une incinération de Brioude (fouille Hettiger).

283Aussi modestes soient-ils, les restes du vase à décor estampé témoignent de liens évidents avec la sphère culturelle allobroge, ce qui ne saurait étonner.

284La présence d'une lampe au sein du mobilier funéraire — ce qui ne reste qu'une hypothèse — trouve des comparaisons nombreuses dans le midi de la Gaule à la même époque, avec des lampes à huile en terre cuite (Bats 1990 : 277-278). Le phénomène affecte également les tombes aristocratiques d'autres régions (cf. notamment Goeblingen-Nospelt au Luxembourg pour une période un peu plus récente). Il peut parfois se traduire par la présence d'objets plus prestigieux : candélabre (Beaucaire, Boé), ou lanterne (Antran, Neuvy-Pailloux).

Notes

14 Bibracte (à corde interne) : Rieckhoff, Fleischer 2001 : 98, fig. 11,23. -Col de Saverne : Fichtl, Adam 2000 : 49, fig. 968-2. -Mont Terri (non daté) : Kaenel, Müller, Furger-Gunti 1984 : 103, pl. 1, 3.

15 Bataille 2001. Voir liste et carte de répartition : Flecht 1998 : 32, fig. 16.

16 Nîmes : Py 1981 : 166, fig. 75 ; Tendille 1988 : 70, pl. 10, 72. -Saint-Marcel : Fauduet 1992 : 243, fig. 4, 8. -Mâlain : Mediolanum 1988 : 307 n°. 1008. -Nanteuil-sur-Aisne : Lambot 1989 : 40, fig. 7 ; Lejars 1996 : 93, fig. 8, 6.

17 Lambot 1998 : 77, fig. 76 : Acy-Romance tombe I, 103 NM (patelle à manche type Aylesford).

18 Metzler-Zens et al. 1999 : 312-313. Cruche anthropomorphe en bronze de la tombe 47 (30-15 av. J.-C.).

19 Nuber 1972 : 127 sq. (pas plus tard que 80 ap. J.-C).

20 Lindenthal, Rupp 2000 : 173-175, fig. 143 (dernier tiers du IIe s. ap. J.-C.).

21 Boube in : Feugère, Rolley (ed.) 1991 : 19-20 : type Beaucaire. -Fitzpatrick 1987 : type Fällanden.

22 Voir par exemple des graffitis (chiffres) sur d’autres vaisselles romaines : Künzl in : Künzl 1993 : 400 avec fig.

23 Wegewitz 1982 : 43 sq. -Fitzpatrick 1987 : 101 : un fragment d’os brûlé indique peut-être une incinération.

24 Références pour des situles type Eggers 18 : Bolla in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 13 sqq. -Suppléments : Gars-Thurnau (A) : Urban in : Neugebauer (éd.) 1992 : 121, fig. 47, 3. -Kelheim (Lkr. Kelheim, D) : Pauli 1993, pl. 115 Β 2. -Schwangau (Lkr. Ostallgäu. D) : Maier 1985 : 242, fig. 9, 1.

25 Salzani 1983/84 : 370, pl. 7, 2. -Keiling 1984 : 85, pl. 17,99. -Pour des attaches plus grandes en bronze voir van Endert 1981 : 81.

26 Wielowiejski 1985 : 157. -Bolla in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 12-13. L’identification du fragment d’une attache de Jacobi 1974, 135 f. Nr. 629 et 631 n’est pas assez sûre.

27 Wielowiejski 1985 : 157 ; Bolla in : Feugère. Rolley (éd.) 1991 : 12 fig. 5. -Nothdurfter 1979 : 67 n°. 668.

28 Raddatz 1969 : 268 : Récipient d’un trésor monétaire de terminus post 104 av. J.-C.

29 Vidal In : Feugère, Rolley (éd.) 1991, fig. 2,5, 8, 20,21, 19, 314-315.

30 Pour la typologie voir Ulbert 1960 ; Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 53 sqq.

31 Voir les exemplaires de Manching (Ulbert 1960 : 70) et de Casalandri tombe 46 : Salzani 1998 : 93, pl. 27 A, 2.

32 Par exemple la tombe 142 de Wederath (Haffner 1971, pl. 29). – La tombe de Casatenova “Cascina Cacciabuori” (Prov. Como, I) avec gobelet et passoire : Tizzoni 1981, pl. 20.

33 Voir la liste des gobelets de type Idria, variantes Manching et Ornavasso, et des anses séparées : Feugère 1991. - Suppléments : Maria Lankowitz “Primaresburg” (VB Voitsberg, Steiermark, A) : Renseignement D. Kramer (Graz). -Dunaújváros/Intercisa (Kom. Fejér, H) : Alföldi et al. 1957 : 206 pl. 39,10. -Titelberg (L) : Metzler 1995, fig. 170,9. - Ciringhelli (Prov. Verona, I) : Salzani 1983/84, pl. 7, 2. -Forette (Prov. Verona, I) : Salzani 1983/84, pl. 14, 2. - Povegliano “Marinare” (Prov. Verona, I) : Salzani 1983/84, pl. 15, 2.

34 Déjà mentionné par Boube in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 41 : Hières-sur-Amby, tombe à char de Larina (Isère), 1818 : 1 cruche (rens. J.-P. Guillaumet).

35 Boube in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 40. -Rieckhoff 1998 : 507 : Lt D1b-Lt D2a.

36 Suppléments à la liste de Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 :41 : Titelberg (L) : Metzler 1995 : 328, fig. 170, 2. -Raitenbucher Forst (Lkr. Weiβenburg-Gunzenhausen, D) : Römer 2000 : 312.

37 Thill 1967, pl. 1, 2. ; Baratte et al. 1984 : 91, pl. 44 n°. 134.

38 Yverdon, chantier des Philosophes n° 13 ; Catalogue n° 1038. K6169-17. -Aimable renseignement de C. Brunetti.

39 Schulten 1929 : 222, pl. 43,11 (merci à M. Luik, Klagenfurt, pour ce renseignement) et Luik 2002 : 226 n°R108.

40 Feugère, De Marinis in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 108-112 (liste), suppléments : Wehrberger, Wieland 1999 : 253-254 note 64 ; pour l’Espagne : Mansel 2000 : 215-218.

41 Feugère, De Marinis in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 112. -Voir une patelle à manche entier au Musée de Nîmes : Tendille 1988 : 37 (n° 124, Provenance inconnue ; support en forme de coquillage).

42 Goeblingen-Nospelt : Thill 1967 : 69, pl. 1,4.-Gautzsch : Eggers 1965. -J. Metzler a attribué des pieds des patelles à manche à une réparation locale (“gallische Erganzung”) -Metzler 1995 : 329, note 652.

43 Bolla in : M. Feugère, Cl. Rolley (éd.), 1991 : 148 avec contribution de Cl. Rolley p. 152-153. -Metzler-Zens, Metzler 1998 : 419, fig. 1-2.

44 Künzl in : Horn, Rüger 1979 : 295-300. -Voir Eggers type 95 : Eggers 1951 : 168 sp.

45 Voir les vaisselles avec un bord simple et haut de Pompéi : Tassinari 1996 : 115, fig. 2 sq.

46 Voir Eggers type 90 : Eggers 1951. pl. 9. 90. -S. Künzl in : Künzl (éd.), 1993 : 197-214.

47 Eggers 1951 : 167 : Type 73 : Korchow tombe 96, Harsefeld, tombe 126. -Type 74 : Harsefeld ; Övra Ålebäck, tombe 10 (Öland, S) -pour la dernière tombe voir Rasch 1994. Le vase est sans doute en fer.

48 Eggers 1951 :41 : il parle de la possibilité de “l’erreur de petit chiffre”.

49 Voir des autres exemples à Clémency et à Goeblingen Nospelt tombe A et B (Metzler et al. 1991 : 99).

50 Manching : van Endert 1991 : 46-52. 91, pl. 9, 237. 27. 448 ; peut-être : Basel/Münsterhügel : Furger-Gunti, Berger 1980 : 75, pl. 11, 27 (tôle trop mince ?).

51 Aimable renseignement de N. Ginoux, Paris.

52 Van Endert 1991 : 46-52 -Voir aussi le bec verseur zoomorphe de Hellingen, tombe Β (L) : Krier, Reiner 1993 : 21. Il indique une continuité de la production à l’époque romaine.

53 L’hypothèse campanienne est déjà évoquée par C. Rolley 1983 : 140, conjointement à la possibilité d’une fabrication sur la côte adriatique elle-même, qui nous paraît moins probable, compte tenu du style sensiblement différent des figurines en bronze connues dans ce secteur.

54 Gauer 1991 : pl. 22 (Le 98, 99. 101) ; pl. 27-28 (Le 414 et 415). Sur la caractérisation des produits en bronze campaniens au début du Ve s. : A.-M. Adam. Mélanges de l’Ecole Française de Rome (Antiquité), 92, 1980 : 641-679.

55 Par exemple les cavaliers d’un chaudron du British Museum (n° 558) : Rolley 1983 : 140, fig. 132.

56 Castel S. Mariano : U. Höckmann, Die Bronzen aus dem Fürstengrab von Castel San Mariano. Munich, 1982 : 99, n° 57 ; Monteleone di Spoleto : Scarpellini 1979 : 373, fig. 13 ; Orvieto, Crocefisso del Tufo, t. 17 : Scarpellini 1979 : 373, fig. 12 ; S. Giovanni in Compito : Scarpellini 1979 : 367-372.

57 M. Novotna, Die Bronzegefdsse in der Slowakei. PBFII, 11 ; Munich. 1991, n° 65 : 71-72, pl. 13.

58 A Rudiae, Rutigliano. Cavallino. Ugento : Rolley 1991 : 190-196. Sur les récipients grecs, la première synthèse est celle de M. J. Milne 1944 ; sur leur usage : R. Ginouvès, Balaneutikè. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque. Paris, 1962 : 61-75.

59 A Olympie : Gauer 1991 : Ρ 5, pl. 56, 1.

60 Gauer 1991 : pl. 57, 3 et 4 (Olympie. Ρ 32 et Ρ 38) ; pl. 61, 3 (Ρ 34).

61 Bassin complet de Sala Consilina : Gauer 1981 : 117, fig. 53 ; anse isolée à Olympie (Br 5176) : Gauer 1991 : 27, pl. 62, 2.

62 Gauer 1981 : 120, note 28 ; A. De Ridder, Catalogue des Bronzes trouvés sur l’Acropole d’Athènes. Paris, 1896, n° 206, p. 67 sq., fig. 40-41 (le décor est complété par deux gorgoneia sous les éléments d’attache incurvés).

63 British Museum, n° 73.8-20.217 : Haynes 1985. n° 39 : 259, fig. p. 146.

64 Br 5110 : Gauer 1991 : Ρ 26, pl. 62, 1.

65 Hostteter 1986 : Spina 40, p. 73-75, pl. 49 (discophore de la tombe 44 ; datation proposée : 440-430) ; Spina 46, p. 80-81, pl. 56 (kyniskos de la tombe 65A ; datation : 400-375) ; figures d’Hermès des deux candélabres jumeaux, Spina 16 et 17 : p. 41-43, pl. 19-22 (tombe 136A, datation : vers 400) ; athlète avec strigile de Servirola S. Polo : Mostra I960, n° 809, p. 245, pl. LX (la datation proposée dans ce catalogue -début du IVe s. -est sans doute un peu basse). Sur la petite plastique tardo-classique d’Etrurie padane, en dernier lieu : Sassatelli 1987 ; Jurgeit 1986 : 115-117 ; F. Gilotta, Nota di plastica spinetica. Prospettiva, 77, 1995 : 51-57.

66 Cristofani 1985 : 165, n° 57 (Monte Capra) ; 120-121, n° 7. 4, (Villa Cassarini).

67 Cristofani 1985 : 104, n° 4.7, (grande statuette d’offrant, vers 400 av. J.-C.) et n° 4.8, p. 105 (jeune homme nu, une épée en bandoulière, 400-370) ; petit bronze votif considéré comme "nord-étrusque" au British Museum : Haynes 1985 : 214 et 302, n° 155,.

68 Par exemple le célèbre groupe de Marzabotto “Mars et Vénus” : Maule 1977 : 498, fig. 12.

69 Guerrier de Falterona : Cristofani 1985 : n° 4.6, p. 102-103 (datation : 420-400)

70 L’un autrefois dans la collection Sarti à Rome : F. Messerschmidt, Römische Mitteilungen, 43, 1928, p. 153, fig. 3 ; l’autre au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence (Inv. n° 0.8919) : Maule 1977 : 498, fig. 13.

71 Landolfi 1987 : 452-454 ; M. Menke 1991 : 392-393 proposent une date plus récente, à la fin du IVe s.

72 Jannot 1995 : 83. Le cliché que nous publions, qui correspond à un cliché ancien, antérieur à la plus récente restauration, montre en tout cas des reliefs plus marqués et un style plus conforme au reste de la série.

73 Rome, Musée de la Villa Giulia, n° 15693 : Bordenache Battaglia 1979 : n° VIII, p. 18-19 et pl. XXII. Le type des pieds (K 29) est également daté par F. Jurgeit (1986 : 119-150) de la première moitié du IVe s. (dernière période d’activité de l’“atelier A”).

74 Bordenache Battaglia 1979 : n° 30, p. 115-116 et pl. CXLI (Londres, British Museum, n° 84 6-14 35) ; n° 22, p. 95-97 et pl. CXIII (Karlsruhe, n° F 1859). Les poignées qui présentent un couple de lutteurs mixtes (“Pélée et Atalante”) sont les plus récentes (fin du IVe s.).

75 Cristofani 1985 : 34-35. Cette proximité est bien illustrée par les poignées de cistes ajourées figurant des soldats en armes (Rome, Villa Giulia, n° 25210 : Bordenache Battaglia 1979 : n° VII, p. 16-17, pl. XVI-XVII) ou encore deux personnages nus, portant le corps d’un troisième, qui ont été justement rapprochés de l’éphèbe “Fruga” de Monte Capra (Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, n° H 241 : Bordenache Battaglia 1979 : n° III, p. 8-9 et pl. VI) ; pieds et poignée de cette ciste sont datés par F. Jurgeit (1986 : 128-129) du premier quart du IVe s.

76 Fouilles Karine Robin, 2001 : K. Robin et C. Soyer, Un fragment d’anse de bassin étrusque découvert à Barzan (Charente-Maritime), à paraître dans Aquitania, (je remercie K. Robin et C. Soyer qui m’ont signalé cette découverte et permis de l’examiner).

77 F.-R. Herrmann et O.-H. Frey. Germania 75, 1997, 2, p. 459-550.

78 Type recensé par L. Husty, Ein neuer etruskischer Gefässtyp. Trierer Zeitschrift, 53, 1990 : 15-54, qui regroupe ces récipients dans la classe des kyathoi “de type A, variante Bologne”.

79 U. Schaaff, In : Künzl 1993 : Teil I. p. 66-68, carte fig. 3, Medilerrcme Bronzegefässe und Spiegel des 4./3. Jahrhunderts v. Chr. in Gallien. Sur cette carte figurent aussi l’anse de Borsdorf et celle de Sainte-Gemmes-sur-Loire.

80 Publication de cette oenochoé par R. Chevallier : La troisième route de l’étain en Gaule. A propos d’une oenochoè en bronze étrusque trouvée près de Tours. In : Homenaje a A. Garcia y Bellido, t. 2. Madrid, 1976 : 131-157, fig. 1-4.

81 H.-E. Joachim, éd., Waldalgesheim. Das Grab einer ketlischen Fürstin. Cologne, 1995 : 59.

82 B. Shefton, The Waldalgesheim Situla : where was it made ?. In : Festschrift für 0.-H. Frey zum 65. Geburtstag. Marburger Studien zur Vor-und Frtihgeschichte 16 ; Marburg, 1994 : 583-593.

83 C. Rolley, Deux notes de chronologie celtique. II. La situle de Waldalgesheim et la date du Style végétal continu. Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 38, 3-4, 1987 : 416-419.

84 S. Künzl, In : Künzl 1993 : Teil I : 69-72, avec carte de répartition du type, fig. 3, p. 71.

85 Th. Weber, Bronzekannen. Francfort/Main, 1983, types II Ε et F, p. 92-105.

86 Une anse isolée, correspondant à une oenochoè de même forme a été publiée par P. Lebel (Catalogue des Collections archéologiques de Montbéliard. 3 : Les bronzes figurés. Ann. Litt. Univ. Besançon vol. 57 ; Paris, 1962, n° 52, p. 32 et pl. 41), comme provenant de Mandeure.

87 Nous ne mentionnons que pour mémoire d’autres récipients, qui ont été considérés occasionnellement comme des importations du IVe s., sans fondement à notre avis (et l’authenticité de leur provenance locale est d’ailleurs loin d’être assurée) : une coupe, en fait campanienne, conservée au Musée de Lyon et passant pour avoir été trouvée à Mèves (Nièvre) ; ou encore un gobelet à bec verseur provenant, semble-t-il, de Thorigné-en-Chamy et conservé au musée de Jublains (Mayenne) : Nantes 1999 : 80, n° 143.

88 Quincerot : C. Rolley, Bulletin de Correspondance Hellénique, 1962 :491-493, fig. 14-16 ; Faulx : M. Leroy, In : L’âge du Fer en Lorraine. Exposition Musée de Sarreguemines ; 1987 : 36-37.

89 Cette hypothèse a été retenue par M. Menke (1991) pour tous les bassins à lutteurs, mais elle repose dans son étude sur un postulat de départ non recevable, puisqu’il date tous ces bassins sans distinction (y compris celui de Borsdorf) de la fin du IVe s.

90 Pour le Bassin Parisien : sépulture du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), avec deux coupes à vernis noir : N. Ginoux, Archéologia, n° 358, juil.-août 1999 : 19. Pour la Suisse : Coupe à vernis noir d’Ollon (VD) : G. Kaenel, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale. Analyse des sépultures. Cahiers d’Archéologie Romande vol. 50 ; Lausanne, 1990 : 297-298. Sur ces questions de mobilité des individus de part et d’autre des Alpes : D. Vitali et G. Kaenel, Un Helvète chez les Etrusques vers 300 avant J.-C. Archéologie Suisse, 23, 3, 2000 :. 115-122.

91 A Larina : un fragment, fabriqué à Teano (?), daté des environs de 300 ou du premier tiers du IIIe s. (selon J.-P. Morel, In : Perrin 1990 : 114) ; à Vienne : atelier des Petites Estampilles, fin IVe-début IIIe s. (Perrin,. Bellon 1992 : 426, note 55).

92 Les bronzes antiques de Paris. Exposition Musée Carnavalet ; Paris, 1989 : 42-43, n° 5.

93 Nantes 1999 : 74-75, n° 132,.

94 Un écart chronologique entre les différents éléments du mobilier funéraire a été mis en évidence également pour le tumulus de Strettweg en Autriche : Egg 1996 : 243-245.

95 Sur ce contexte, en dernier lieu : J. Fischer, Germania, 68, 1, 1990 : 115-127.

96 Exception dans la tombe de Waldalgesheim, où l’objet “ancien” conservé n’est pas la situle de bronze grecque, mais l’oenochoè à bec tubulaire, de fabrication celtique.

97 M. Guggisberg, “Erbstücke in fürstlichen Gräbern diesseits und jenseits der Alpen”, communication au Colloque Die Hydria von Grächwil, 1851-2001. Zur Funktion und Rezeption mediterraner Importe in Mitteleuropa im 6. und 5. Jh. v. Chr. (Berne, octobre 2001). L’article fondateur sur le sujet est celui de F. Fischer, Keimelia : Bemerkungen zur kulturgeschichtlichen Interpretation des sogenannten Sudimports in der späten Hallstatt-und frühen Latènekultur des westlichen Mitteleuropas. Germania. 51, 1973 : 436-459.

98 Langâ au Danemark, tombes 1 et 2 : P. Stary, Mediterrane Einfuhrgüter während der Früheisenzeit in England und Skandinavien. Römische Mitteilungen, 98, 1991 : 19-21.

99 Flonheim (Kr. Alzey-Worms, D) : Behrens 1923 : 39, fig. 47. -Hofheim am Taunus, tombe 9 (Main-Taunus-Kreis, D) : Ritterling 1912 : 394, fig. 110, 6. -Bad Nauheim, tombe 28 (Wetteraukreis, D) : Quilling 1903 : 19.

100 Voir Graue 1974 : 29 sqq. pour les gobelets en argent dans les cimetières à Ornavasso/San Bernardo et Persona, ainsi qu’à Giubiasco.

101 Voir Feugère in : Feugère, Rolley (éd.) 1991 : 78 sqq. liste 3 n° 52, 57, 68.

102 Voir : Saint-Laurent-des-Arbres (dép. Gard) : Barruol, Sauzade 1969 (casque conique à pointe, de type étrusque avec décor ondé). –Trier-Olewig (Kr. Trier-Saarburg, D) : Schindler 1971 (casque type Mannheim). –Deux autres casques douteux sont mentionnés à Sigoyer (dép. Hautes-Alpes) : Gallia 43, 1985 : 523 ; Ulysse, Guillaume 1991 : 139, 220 (reconstitution d'un guerrier à casque conique à pointe, de type étrusque avec décor ondé).

103 Voir le casque en bronze de type celtique oriental de Šmarjeta-Vinji vrh (SLO) : Guštin 1984b : 352, pl. 48.

104 Pour cette nécropole, voir Marcadal 2000.

105 Récemment : Wieland 1996 : 109 sqq. -Haffner 1989. -Schaaff 1985 : 623 fig. 12-13.

106 Chalon-sur-Saône (dép. Saône-et-Loire) : Déchelette 1913 : 175 sq. fig. 25,5, pl. 36,5. -Port (canton de Bern. CH) : Vouga 1885, pl. 3,1.

107 Regensburg (Stadt Regensburg, D) : Stroh In : Germania t. 29, 1951 : 141 sqq. fig. 1, 3.

108 Pièce de suspension en bronze (exemple) : Ludwigshafen (Kr. Ludwigshafen, D) : Engels 1970. -Pièce de suspension en fer sur un fourreau en bronze (exemples) : Wederath tombe 296 (Kr. Bernkastel-Wittlich, D) : Haffner 1971, pl. 73, 5a. ; Wollendorf (Kr. Neuwied, D) : Oesterwind 1989, pl. 6B,6.

109 Par exemple : Giubiasco tombe 96 (Kt. Tessin. CH) : Ulrich 1914 : 573 sq. pl. 76,4-5. -Conthey (Kt. Vaud, CH) : Peyer 1980 : 59 sqq. fig. 7, 6. – Regensburg (Lkr. Regensburg, D) : Stroh In : Germania t. 29, 1951 : 141 sqq. fig. 1, 3.

110 Voir : Illkirch-Graffenstaden (dép. Bas-Rhin) : Henning 1912 : 12 pl. 11,1.– Ormes (dép. Saône-et-Loire) et Champdivers (dép. Saône-et-Loire) : Wieland 1995 : 112 fig. 36,2-3.

111 Müller 1990 : 42 fig. 18 bas (largeur des lames) : 43 fig. 19 (index de longueur et largeur des lames d’épées).

112 Aimable renseignement de U. Schaaff et M. Egg (RGZM).

113 Aimable renseignement de F. Hummel (RGZM), technicien de rayon-X.

114 Titelberg/Lamadeleine tombe 39 avec une pointe effilée en forme de feuille de saule (long. 30,3 cm) : Metzler-Zens et al. : 164 fig. 165, 5. – Cottévraed tombe 130 : Blancquaert 1998 : 178 fig 8 (pliée, plus de 30 cm).

115 Voir Egg 1996 : 155 sqq. pour la phase Ha D1 dans le domaine Hallstattien oriental.

116 Voir par exemple : Müller-Karpe 1951, fig. 3, 1 ; 8, 2 ; 9, 7.

117 Voir par exemple : Bystrzec (Woi. Pomorskie, PL, l’ancien Weiβhof, Kr. Marienwerder) : Heym 1959/61 : 162, fig. 5, 8.

118 Pour la surface de quelques épées de Bern/Tiefenau (canton de Bern. CH) : Müller 1990 : 37.

119 Port : Jahn 1913 -Bludenz : von Merhart 1940 : 87 fig. 1.

120 Voir P. Luczkiewicz, Die verzierten Lanzenspitzen : Spuren germanischer Wanderungen ? In : Bewaffnung der Germanen und ihren Nachbarn. Collogue 1999. Lublin 2002, p. 15-40.

121 Behrens 1923 : 21 fig. 25. -Krämer 1985 : 137, pl. 70, 2.

122 Sievers 1995 : 155-156. -Comme parallèle voir Feugère 1996 : 179 fig. 15, 13.

123 Voir Spagnolo Garzoli 1999 : 352 pour des types différents.

124 Tischler 1886 pour le site de La Tène (Vouga 1923, pl. 37, 7) ; Manching/Steinbichel tombe 35, 36, 40 (Krämer 1985) ; München/Obermenzing tombe 12 (Krämer 1985. pl. 60.6) ; Gournay-sur-Aronde (Challet 1992 : 108-111).

125 Type Sion : Sion/Saint-Guérin (canton de Genève, CH) : Kaenel 1983 : 48 fig. 11, 4. -Mirebeau (dép. Côte-d’Or) : Brunaux et al. 1985 : 93-94 fig. 14.

126 Voir : Marcilly-sur-Eure (dép. Eure) : Duval, Verron 1993 : 139 fig. 5, 2. – Mirebeau (Côte-d’Or) Brunaux et al. 1985 : 94, fig. 14. – Acy-Romance NMI, 103 (dép. Ardennes) : Lambot 1998 : 77 fig. 76. – Lebach tombe I (Lkr. Saarlouis, D) : fragment d’umbo et manipule (Gerlach 1976 : 11 pl. 1 g ; 2 k).

127 Roualet et al. 1982 : 31,36, pl. V b, f : tombe 2/1960 (1 exemplaire). 3/1964 (2 exemplaires d’une tombe de guerrier). – Mentionné d’après Raftery 1988 : 52-53.

128 La Tène : Vouga 1923 : 99 pl. 36, 4 (aujourd’hui à Berlin. Museum für Vor-und Frühgeschichte). – Lozna : Teodor 1980 : Babes 1993 : 203 pl. 43, 11.

129 Aimable renseignement de S. Sievers, Francfort.

130 Haffner 1989 a : 181. L’épée de Wintrich, pour laquelle Haffner mentionnait un décor semblable (note 11) n’est pas encore publiée.

131 Pour le type Nierstein voir par exemple : Gournay (entre autres n° 1425, 1484, 1561. 1930, 2706) : Brunaux, Rapin 1988 ; Beckingen tombe 7 (Lt C2) : Miron 1986/87 : 127 pl. 3E ; type Nîmes voir La Villeneuve-au-Châtelot : Piette 1989 : 252 fig. 5a. ; Wallertheim tombe 5 (Lt C2) : Kessler 1929/30 : 132 fig. 15, 2.

132 Type Sion : Sion/Saint-Guérin (canton de Genève, CH) : Kaenel 1983 : 48 fig. 11,4.-Mirebeau (dép. Côte-d’Or) : Brunaux et al. 1985 : 93-94 fig. 14.

133 Sievers 1995 : 139-140 fig. 30, 1. – Lejars 1996 : 95 fig. 9, 6. – Arcelin 1980 : 100 fig. 12.

134 Type Owlesbury : Collis 1973 : 128 fig. 4, 6. – Soissons : inédit, renseignement D. Roussel, Musée Soissons.

135 Après les sources historiques : Dobesch 1996 : 14-16. – Pour les données archéologiques : Joachim 1974 : 163 ; Roymans 1990 : 247-249.

136 Raddatz 1967. -Schönfelder 2000a. -Schönfelder 2000b : 74-76. – Schönfelder (2002).

137 Miniero 1987 : 192. -Voir Dolenz 1998 pour un char du Magdalensberg (Kärnten, A) de l’époque tibérienne tardive. – Pour les chars romains du IIe/IIIe s. voir Visy 1993.

138 Voir par exemple les frettes de Bern/Tiefenau : Müller 1990 : 53.

139 Voir aussi Manching : Jacobi 1974, pl. 56 no. 846.

140 Voir par exemple : Brežice tombe 6 (SLO) : Guštin 1984 : 117 pl. 3, 1-2. – Bouqueval tombe 3 (dép. Val-d’Oise) : Guadagnin 1978 :52, fig. 43. – Plaidt (Kr. Mayen-Koblenz, D) : Joachim 1969, fig. 4, 5-6.

141 Westdeutsche Zeitschrift 19, 1900 : 400 pl. 18, 23 ; Landesmuseum Mainz Inv. Nr. R 5152.

142 Pare 1992 : 129-132. -Egg, France-Lanord 1987 : 28.

143 Voir par exemple : Augsburg/Oberhausen (Stadt Augsburg, D) : Hübener 1973 : 15, 1. 6. 14 (p. 43 mentionné comme essieu de char – éventuellement moderne ?). -Haltern (Kr. Recklinghausen, D) : Harnecker 1997, pl. 50 f. N°. 580-584. – Vindonissa : Unz, Deschler, Deschler-Erb 1997 : 50 pl. 68, 1947-1953 (nommée tige latérale d’un mors). – Etude exhaustive : Visy 1993, 279. – Une tige de pivot de Breisach-Hochstetten (Kr. Breisgau-Hochschwarzwald, D), en vitrine au musée de Breisach comme essieu laténien, a été trouvée dans un puits romain (structure 32/21) et n’a pas de relation avec l’habitat de La Tène finale (aimable renseignement de M. R. Dehn).

144 Renseignements M. F. Hummel, RGZM.

145 Information non publiée, renseignements J.-P. Guillaumet ; cf. rapport préliminaire : Quinn 1995 : 240-245 ; Gruel, Vitali (dir.) 1998 : 43 sq.

146 Pour la terminologie des structures des chars, voir Hayen 1983. Le terme Y ou YY présente l’image du timon ou de la longe écartée.

147 Dejbjerg : Petersen 1888, pl. 3, 10 ; 5, 7b, 6e. – Boé : Schonfelder 2000b. – Husby : Raddatz 1967, pl. 5, 1.

148 Vierrädrige Wagen 1987 : 89 (Ohnenheim, dép. Bas-Rhin), 127 (Hochdorf, Lkr. Ludwigsburg, D), 129 fig. 1 (Como Ca’ Morta, Prov. Como, I), 157 (Vix, dép. Côte-d’Or).

149 Molin 1984 : 101 “barres transversales”.

150 Haffner, Joachiml984 : 74-75. – Cahen-Delhaye 1993 : 64 sqq.

151 Schönfelder 2002 : 224-244.

152 Schönfelder 2002 : 236, tab. 37, fig. 146.

153 Schönfelder 2002 : 245 sqq. ; Alföldi/Radnöti 1937-40 : 312 pl. 24, 1-6 ; 28, 1-2.– Voiraussi : Piatra Rosie(Jud. Hunedoura. RO) : Daicoviciu 1954 pl. 5, 3.

154 Voir Schönfelder 2000b : 74-76. -Schönfelder 2002 : 352-355 : Dans les tombes : Boé (Lot-et-Garonne), San Maria di Zevio/Lazisetta (Prov. Verona, I) und Cugir (Jud. Alba, RO).

155 Vierrädrige Wagen 1987. – Pare 1992.

156 Röring 1983. -Voir comme exemple : Mariën 1994.

157 Timpel 1980. -Wamser 1984.

158 Voir Ronke 1987 : 181 sqq.– Amedick 1993 : 146-147.

159 Amedick 1993 : 146-147. Un “char à fauteuil” est représenté comme insigne aussi dans la notitia dignitatum.

160 Künzl 1988 : 85 sqq. – Versnel 1970 : 56.

161 Canosa di Púglia (Prov. Bari. I) : Frey 1984 : 124 fig. 3. – Rocca San Casciano (Prov. Forli, I) : Galli e l'Italia 1978 : 388 fig. 259, 28.

162 Des fragments en forme d’oméga, qui permettent la fixation des montants, se trouvent dans plusieurs habitats ouverts : Krämer 1964 ; Wamser 1982 ; Bayerische Vorgeschichtsblätter, Beiheft 4 (München 1991) p. 119, 126 fig. 77, 3.

163 Saint-Romain : Bourgogne médiévale 1987 : 177 no. 438 (site médiéval, qui a donné également du matériel laténien : Grappin 1985 : 64 ; renseignement U. Schaaff [RGZM]). - Léry : Normandie 1990 : 51.

164 Voir Ulbert, 1984 : 71 sqq. -Kotera-Feyer 1993. – L’anneau de “Ville-en-Tardenois” (dép. Marne) Bulletin de la Société Archéologique Champenoise 8, 1914, 42 ; Bretz-Mahler 1959, 487-488 n’est pas un torque ornitomorphe.

165 Kull 1996. -Voir aussi un cheval de la phase LT C/D de Sopron (H) – renseignements E. Jerem.

166 Notici Scavi Ser. 8, vol 14, 1960 : 240-245, voir fig. 31.

167 Joachim 1974 – Roymans 1990 : 247 sqq. (“horseman’s graves”).

168 Sur l’existence des cavaliers à La Tène A en Champagne, voir Verger 1996.

169 Voir par exemple Kull 1996 : 425 et Oesterwind 1996 : 86.

170 Thill 1967. -Metzler et al 1991 : 113 sqq. fig. 86-88.

171 Caes. Gall. II 24, V 3 ; Tac. ann. II 42. – Metzler 1994 : 99. – Oesterwind 1996 : 97-98. -Krier/Reinert 1993 – Fingerlin 1999.

172 Joachim 1969 : 99. -Joachim 1973 : 40. – Roymans 1990 : 249.

173 Voir par exemple la tombe 16 de Belgrad-Karaburma (YU) : Todorovic 1972, pl. 6. -Roje pri Moravce (SLO) : Knez 1977 : 119 pl. 8. – Bozic, 1984.

174 Voir Adler 1993 : 148 fig. 53. – Völling 1992 – Bockius 1991 : 499 fig. 2 avec liste p. 512 sqq.

175 Lavendhomme, Guichard 1997, 161 pl. 115,2. -Vercingétorix 1994, 112 fig 117r. -Jacobi 1974, 240 pl. 80, 1583-1587.

176 Jacobi 1974, pl. 64, 1122-1123.

177 Pour La Tène A en Champagne : voir Joffroy, Bretz-Mahler 1959 : 20 fig. 15, en Belgique voir Cahen-Delhaye 1993 : 62 fig. 6. – Pour La Tène C et D, voir : Bern/Tiefenau (Kt. Bern, CH) : Müller 1990 : 52 pl. 18, 130 ; 41,1113. -Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) : Jacobi 1974 :211 sq. No. 828-829. -Dejbjerg (Ringkøbing amt, DK) : Petersen 1888, pl. 1, 2. ; 4, 1c. – Husby (Kr. Flensburg. D) : Raddatz 1967, pl. 3, 5-8. – Stradonice (Bez. Beroun, CZ) : Pič 1906, pl. 22, 18.

Table des illustrations

Légende 12 – Objets métalliques de la collection de Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende 13 – Fibules et l'agrafe de ceinture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 14 – Situle détériorée, n° 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-3.png
Fichier image/png, 625k
Légende 15-Situle de type Beaucaire (bronze), n° 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-4.png
Fichier image/png, 416k
Légende 16-Situles (bronze et fer), n° 2 et 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-5.png
Fichier image/png, 439k
Légende Tableau 2 -Situles en bronze de type Beaucaire. Hauteur des vaisselles complètes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau 3 -Petites situles à attaches à anses en fer : liste des critères possibles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 4 -Petites situles à attaches à anses en fer : liste des vaisselles complètes (Bolla In :Feugère, Rolley (éd.) 1991)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 17-Gobelet à anse, de type Idria (bronze), n° 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-9.png
Fichier image/png, 371k
Légende Tableau 5 -Gobelets de type Idria. Dimensions d'exemplaires complets
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau 6 -Cruches de type Kelheim. Dimensions des vases entiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 18-Cruche de type Kelheim (bronze), n° 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-12.png
Fichier image/png, 304k
Légende 19 – Couvercle (bronze), n), n° 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-13.png
Fichier image/png, 608k
Légende 20-Patelles à manche type Aylesford (bronze), n° 7 et 8 et restitution de la vasque
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau 7 -Associations des vaisselles en bronze dans les tombes à patelle à manche (ensembles clos)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 21-Reconstitution du bassin, n° 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-16.png
Fichier image/png, 232k
Légende 22 a - bassin rectangulaire (bronze), n° 9 ; b, c : pieds du bassin ; d : anse du bassin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 23 a -bec verseur (bronze), n° 10 ; b et c : fragments du bord du bassin à bec verseur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-18.png
Fichier image/png, 323k
Légende 24-Wiebendorf, Kr. Hagenow, D, tombe 26 -Bassin à bec verseur (type Eggers 74), bronze et fer d'après Keiling 1984 : 8, pl. 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-19.png
Fichier image/png, 257k
Légende 25-Fond d'un récipient (bronze) n° 11
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-20.png
Fichier image/png, 361k
Légende 26 a -Anse du bassin étrusque, n° 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-21.png
Fichier image/png, 1018k
Légende 26 b – Anse du bassin étrusque, dessin d'après un moulage ancien, n° 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-22.png
Fichier image/png, 569k
Légende 26 c - Anse du bassin avec attache, n° 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 27-Bord du récipient
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende 28- Bassin à lutteurs, d'après Pernice 1925, pl. 9. Musée de Boston,
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 29- Bassin à lutteurs, nécropole de Filottrano (Italie), d'après Baumgartel 1937, pl. XX
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 30-Anse d'un bassin à lutteurs : Borsdorf (Wetteraukreis, D)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-27.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende 31-Répartition des bassins à lutteurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende 32-Anse du podanipter de New York, d'après Milne 1944, fig. 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 33-Poignées grecques avec deux lions et un cervidé, d'après Gauer 1981 (Athènes)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-30.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende 34 a -Restitution proposée par Gauer ; b : palmette de Locres, d'après Gauer 1981
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-31.png
Fichier image/png, 406k
Légende 35-Cimaise de candélabre avec deux guerriers. Romisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz (Inv. n° 0.8919). Cl. V. Iserhardt, RGZM
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-32.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 36-Anse de bassin à lutteurs : Sainte-Gemmes (Maine-et-Loire)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-33.png
Fichier image/png, 848k
Légende 37-Anse de bassin à lutteurs Barzan (Charente-Maritime)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-34.png
Fichier image/png, 742k
Légende Tableau 8 -Propositions de fonctions pour la vaisselle en bronze républicaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-35.png
Fichier image/png, 740k
Légende 38-Une partie de la lie guerrière de Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-36.png
Fichier image/png, 769k
Légende 39-Épée à fourreau de type Ludwigshafen (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-37.png
Fichier image/png, 429k
Légende Tableau 9 -Caractéristiques des fourreaux d'épées de type Ludwigshafen
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-38.png
Fichier image/png, 613k
Légende 40-Répartition des fourreaux d'épée du groupe Ludwigshafen. Bronze : 1Eich. - 2 Göppingen. - 3 Heuchelheim. - 4 Ludwigshafen. 5 Manching. - 6 Neuwied/Wollendorf tombe 2.- 7 Oberursel-Oberstedten/Heidetränke. - 8 Plaidt. - 9 Regensburg. - 10 Veringenstadt. - 11 Wederath tombe 296. - 12 Chalon-sur-Saône. - 13 Lux. - 14 Montmartin. - 15 Pouilly. - 16 Conthey. - 17 Giubiasco tombe 96. - 18 Port (3 exemplaires). - 19 Ornavasso/San Bernardo. - 20 Stradonice - Fer : 21 - Hahnheim. - 22 Mainzweiler. - 23 Wederath tombe 1192. - 24 Alizay. - 25 Beaucaire/Les Colombes, tombe 5. - 26 Nîmes/Camplanier. tombe 1.-27 Verna. - 28 Vienne. - (D'après Wieland 1996) - 29 Pommeroel - 30 Lyon (Saint-Vincent)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende 41 – Lame d'épée (fer), n° 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 42 – Epée avec son fourreau (fer et bronze), n° 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende 43 a – Lame d'épée n° 4 ; b – Fragments de son fourreau (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende Tableau 10 -Choix de grandes pointes de lances en forme de feuille de laurier dans des tombes de La Tène C et D en France et en Allemagne. Les fers de lances en forme de feuille de saule, les lances à lames ondulées et les autres formes de pointes de lance ne sont pas inclus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 45-Talon de lance (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-44.png
Fichier image/png, 135k
Légende 44 – Fragment de l'épée, n° 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-45.png
Fichier image/png, 682k
Légende 46- Pointes de lances
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 47 – Décor sur un aileron de la pointe d'une lance
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-47.png
Fichier image/png, 453k
Légende 48 – Fer de lance très effilé, n° 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-48.png
Fichier image/png, 135k
Légende 49 a – Umbo n° 1 ; umbo n° 2 (fer bronzé) ; umbo n° 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau 11 -Liste des umbos à ailettes de type Nierstein
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Tableau 12 - Liste des umbos à ailettes de type Nîmes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-51.png
Fichier image/png, 455k
Légende 50-Répartition des umbos à ailettes de type Nierstein, Nîmes et Lamadelaine (voir tab. 11 à 13). Type Nierstein : 1 Acy-Romance/La Noue Mauroy. 2 Gournay. 3 Montmartin. 4 Verna. 5 Thayngen. 6 Oleggio, tombe 53. 7 Manching. 8. Nierstein. 9 Nordheim/Bruchhöhe. 10 Oderberg. tombe 1. 11 Offenbach am Main/Bürgel. 12 Plaidt/In der Kreuzchen. 13 Schwangau. 14 Wallau. 15-16 Wederath tombe 1178 et 1216. Type Nîmes : 17 Hières-sur-Amby/Larina. 18 Nîmes. 19 Nîmes/Mail romain, tombe 225. 20 Verna. 21 Villeneuve-Saint-Germain. 22 Barzio 1905. Type Lamadelaine : 23-24 Titelberg/Lamadelaine, tombe 3 et 59. 25 Ettringen/Sinberg, tombe 10. 26 Heimbach-Weis, tombe 2. 27 Ober-Olm. 28-30 Wederath tombe 90, 481 et 1726.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Tableau 13 -Liste des umbos à ailettes de type Lamadelaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-53.png
Fichier image/png, 737k
Légende 51-Umbo (fer bronzé) n° 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-54.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende 52-Planche V, reconstitution du char en 1818 (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-55.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende 53- Des frettes de moyeux (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 54-Frettes de moyeux, a : Armentières-sur-Ourcq (Aisne), d'après Raddatz 1967 : 47 fig. 11,11 ; b : Armsheim, Kr. Mainz-Bingen, D (La Tène A), d'après Behrens 1927 : 48 fig. 170,12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-57.png
Fichier image/png, 585k
Légende 55-Dejbjerg,Ringkøbing amt, DK. -Le char celtique, d'après Petersen 1888 : 30
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-58.png
Fichier image/png, 619k
Légende 56-Paire de clavettes (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-59.png
Fichier image/png, 503k
Légende 57-La Mailleraye-sur-Seine, (Seine-Maritime), d'après Lequoy 1993 :130, fig. 12,35. -(fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-60.png
Fichier image/png, 70k
Légende 58 a et b – Paire de clavettes (bronze et fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-61.png
Fichier image/png, 562k
Légende 59 – Clavette du Rhin près de Mayence (bronze et fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-62.png
Fichier image/png, 355k
Légende 60 - Dejbjerg, le char celtique. Eléments techniques de la structure inférieure, d'après Hayen 1983 : 458 fig. 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-63.png
Fichier image/png, 178k
Légende 61 a -Tige de pivot ; b : tige à deux têtes (a, b fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende 62-Garniture de la charnière de timon (?) (a : bronze, b : fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-65.png
Fichier image/png, 286k
Légende 63-Tige de la structure inférieure du char (fer avec bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-66.png
Fichier image/png, 165k
Légende 64-Poignées (fer et bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-67.png
Fichier image/png, 253k
Légende 65 a et b – Deux agrafes décorées du char (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende 66 a et b - Pitons à œil aux deux boots raattus (a, fer ; b, fer et bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 67- Tôles décoratives (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende 68-Anneau passe-guide (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-71.png
Fichier image/png, 497k
Légende 69 a -Levroux/Colline des Tours (Indre) ; b : Oberursel-Oberstedten / Heidetränke (Hochtaunuskreis, D) (bronze) ; c : Kollig Grab 2 (Lkr. Mayen-Koblenz, D) (fer) ; d : Manching (Lkr. Pfaffenhofen a. d. Ilm, D) (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-72.png
Fichier image/png, 582k
Légende 70 a -Chapeau du joug (?) à tête hémisphérique (bronze) ; b : tète hémisphérique (bronze) ; c : clous (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-73.png
Fichier image/png, 355k
Légende Tableau 14 -Anneaux passe-guides du type Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-74.png
Fichier image/png, 552k
Légende 71-Mors de bride, Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-75.png
Fichier image/png, 441k
Légende 72 a et b – Mors de bride (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 72 c -Mors de bride (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende 73 a -Embouchure antique ; b : embouchure double d'époque moderne, d'après Frey 1984 :125 fig. 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-78.png
Fichier image/png, 586k
Légende Tableau 15 -Les largeurs d'un ensemble de mors de bride de l'époque de La Tène (d'après bibliographie et figures)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-79.png
Fichier image/png, 597k
Légende Tableau 16 -Anneaux à fermeture rivetée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-80.png
Fichier image/png, 663k
Légende 74 a -Saint Romain "Verger" (Côte-d'Or) ; b : Léry (Eure) d'après Bourgogne médiévale1987 :177 n° 438 ;Normandie 1990 : 51.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-81.png
Fichier image/png, 265k
Légende 75-Mors annulaire (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-82.png
Fichier image/png, 196k
Légende Tableau 17 -Tombes de La Tène C et D avec un ou trois mors, ou avec des éperons chez les Celtes occidentaux (France, Luxembourg, Sud et Ouest de l'Allemagne, Italie du Nord)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 76-Faucille et détail de la surface
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 77-Fragments de tôles (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-85.png
Fichier image/png, 698k
Légende 78-Attache (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-86.png
Fichier image/png, 317k
Légende 79-Noeud papillon en tôle (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-87.png
Fichier image/png, 407k
Légende 80-Fragments d'anneaux (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-88.png
Fichier image/png, 117k
Légende 81-Elément de décoration (bronze)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-89.png
Fichier image/png, 428k
Légende 82 a -Tige ; b : objet à deux trous ; c : cylindres en fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende 83-Agrafe de charpenterie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-91.png
Fichier image/png, 381k
Légende 84-Renforcements d'angles en tôle de fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-92.png
Fichier image/png, 630k
Légende 85 a -Tige avec anneau ; b : tôle rivetée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-93.png
Fichier image/png, 151k
Légende 86-Bandes courbées (fer)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 87 – Bande en fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 88- Anneau, tiges et clous
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-96.png
Fichier image/png, 277k
Légende 89- Céramique campanienne et commune
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1934/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 665k

© Alpara, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Alpara