Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Chapitre 2. La cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers-en-Tarentaise

Texte intégral

  • 37 Une longueur en œuvre de 58 m, pour une largeur moyenne de 19 m et une hauteur sous clef de 13 m da (...)

1Edifiée sur la rive droite de l’Isère, la cathédrale Saint-Pierre présente un plan simple de dimensions modestes37. Le vaisseau se divise en trois nefs de quatre travées. La nef est voûtée d’arêtes qui reposent, par l’intermédiaire d’une corniche, sur des piliers rectangulaires décorés de panneaux moulurés. La première travée occidentale accueille la grande tribune d’orgue réalisée en 1864, dont la partie inférieure forme le tambour de l’entrée. Le chevet, quant à lui, demeure un espace complexe : l’abside, précédée de deux travées de chœur est flanquée de deux tours d’inégale hauteur ; la crypte à trois salles s’articule sous cet ensemble. L’extrémité orientale de la cathédrale se greffe sur un transept peu débordant (2,50 m). Le flanc nord est masqué par une chapelle néo-gothique, aménagée en 1869, à l’emplacement d’une autre déjà mentionnée sur le plan de 1787. Sur le flanc sud, un bâtiment de style Renaissance, sans doute construit au XVIIIe s., est accolé contre le transept et la tour.

  • 38 Le Theatrum Sabaudiae publié en 1682, comprenant 135 vues en perspective cavalière, exécutées par T (...)

2Aujourd’hui, il est difficile de reconnaître en ce bâtiment austère et très marqué par des remaniements des XVIIe et XIXes. une ancienne église romane (fig. 15). Néanmoins, les murs extérieurs de l’abside festonnés par une succession de petites arcatures et la morphologie du chevet indiquent clairement l’appartenance de ce bâtiment au grand courant de construction qui prit place autour l’an mil. Plusieurs représentations du XVIIe s. offrent une image plus complète du bâtiment. Un dessin au trait daté de 1630 et la représentation en couleur de la ville de Moûtiers dans le Theatrum Sabaudiae (fin XVIIe)38 témoignent du plan initial de la cathédrale : deux hautes tours ponctuent, en effet, la façade occidentale. Or, ces tours ont été détruites à la Révolution. Les différentes études consacrées à l’église Saint-Pierre définissent toutes une même morphologie : un édifice à quatre tours surmontant une crypte orientale. L’existence d’un chœur occidental est, toutefois, soulevé par J. Vallery-Radot (1965 : 114). Ces études restent néanmoins tributaires des recherches archéologiques menées dans le dernier quart du XIXe s. par E.-L. Borrel, tant sur le problème de la datation de cette construction que sur celui de l’existence d’une quatrième salle à l’ouest de la crypte : le martyrium.

15 - La cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers -en-Tarentaise

15 - La cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers -en-Tarentaise

Les investigations archéologiques de E.-L. Borrel

3E.-L. Borrel est un architecte passionné d’archéologie (Histoire en Savoie 1991 : 63). De 1868 à 1905, il publie plusieurs ouvrages et articles qui regroupent et caractérisent des vestiges, allant de la Préhistoire au Moyen Âge, découverts dans la vallée de l’Isère. C’est un des érudits du XIXe s. qui œuvra pour la connaissance des édifices chrétiens de Tarentaise. Après avoir excavé totalement l’intérieur de l’église priorale Saint-Martin à Aime (entre 1868 et 1877), il entreprend des travaux de restauration à la cathédrale Saint-Pierre. Ils sont réalisés en plusieurs étapes, d’abord sur ses propres fonds, puis avec l’aide financière de l’Etat (fig. 16).

16- Plan et restitution de la façade et du chevet de la cathédrale Saint-Pierre par E.-L. Borrel

16- Plan et restitution de la façade et du chevet de la cathédrale Saint-Pierre par E.-L. Borrel

Les monuments anciens de Tarentaise 1884

4- En 1866, les premières fouilles mettent au jour une travée de la crypte et permettent de dégager aux trois quarts ce que Borrel nommera le « martyrium » (cf. fig. 21).

5- En 1877, X. Barbier de Montault offre une description des vestiges découverts sous le sanctuaire, la crypte étant encore partiellement comblée. Il identifie les murs de la crypte avec des vestiges de l’église primitive du Ve s., remployés en crypte au XIe s. : « ...on remarquera les joints presque imperceptibles des pierres, juxtaposées sans ciment puis aux impostes, des moulures et des ornements qui rappellent les traditions classiques. Toutefois, l’innovation se fait jour, du côté nord, avec une pierre striée de spirale... » (Barbier de Montault 1877 : 11).

6- En 1878, un carrelage et la base des colonnes et pilastres de la crypte sont dégagés. En 1882, les travaux de restauration et de reconstruction de la crypte et du sanctuaire débutent. Il est extrêmement difficile de se faire une idée réelle de ce que E.-L. Borrel mit au jour. Pour la crypte de Saint-Jean-de-Maurienne, on a la chance de posséder des minutes et des extraits manuscrits des notes de E. Stephens. Ici, on ne peut se référer qu’à des écrits imprimés qui ont le mérite de synthétiser l’approche historique et architecturale du monument, mais qui ôtent les éléments, parfois anecdotiques, susceptibles d’éclairer la démarche de l’architecte.

7Seules, la voûte et une partie des colonnes centrales semblent avoir été détruites. Que doit-on comprendre par « partie », d’autant qu’un peu plus loin dans le texte, il ne mentionne que la découverte des bases de ces colonnes. Ceci semble corroboré par les investigations que A. Tillier, architecte en chef, a fait réaliser sur celles-ci afin d’en déterminer la nature exacte. Les sondages dans les fûts ont en effet montré qu’il s’agissait de reconstructions en béton. E.-L. Borrel présente les dimensions des colonnes centrales : 3,30 m de haut pour un diamètre de 0,50 m. Cependant, il ne dit pas qu’il s’agit d’une restitution. Le diamètre des fûts peut être estimé à partir des bases ; en revanche, la hauteur des colonnes est une pure restitution.

8E.-L. Borrel relate aussi les conditions de son intervention dans la salle ouest de la crypte dite « martyrium ». L’existence d’une ouverture à « claire-voie maçonnée » au centre du mur ouest de la salle principale guide le choix de cette fouille (Borrel 1884 : 230). Que doit-on comprendre par « claire-voie maçonnée » ? S’agissait-il d’une porte bouchée, d’une baie, d’une claustra ? Une fenestella existait-elle ? C’est un point essentiel pour la compréhension de cet espace. Pour lui, cette ouverture indique un passage vers une quatrième salle souterraine, ce qui incite E.-L. Borrel à faire entièrement dégager cet espace. Une série de découvertes ont guidé son interprétation : l’existence d’une salle carrée aux murs proprement maçonnés ; un plafond formé de deux planchers, séparés par une aire en plâtre, recouvrait le quadrilatère ainsi formé (op. cit. : 234) ; des ossements humains en grande quantité. Il interprète naturellement cet espace comme un lieu de sépultures privilégiées, et lui attribue ce nom particulièrement évocateur de « martyrium ». E.-L. Borrel présente dès lors une crypte dont le plan complexe est constitué de trois salles côte à côte et d’une quatrième, à l’ouest de la crypte centrale.

9Les travaux de restauration du chœur supérieur débutent avec l’enlèvement systématique des enduits qui recouvrent les élévations. Lors de cette intervention, plusieurs ouvertures sont mises au jour : deux fenêtres bouchées et la forme primitive des deux portes reliant le chœur et les chapelles latérales. E.-L. Borrel indique que la structure de ces ouvertures (piédroits, colonnettes, dosserets, arcs et tympans) est réalisée en gypse. Ces pierres portent des traces de pigments de couleur : notamment le décor sculpté du tympan des baies jumelles. Les lobes de la rosace étaient peints en rouge et le fond losangé en creux en vert. À partir de ces observations, il a créé un décor avec des dominantes rouges et vertes qui couvre encore de nos jours les surfaces murales du sanctuaire.

10Il offre une restitution des clochers orientaux : chaque étage est éclairé par une baie simple, à l’exception du dernier niveau qui est largement percé par une grande baie jumelle. Il justifie cette restitution à partir de la découverte, dans les combles de la cathédrale, d’une colonnette en tuf (op. cit. 1884 :234).

11La démarche de cet architecte-archéologue s’inscrit pleinement dans l’esprit de son siècle. Au XIXe s., architectes, hommes de lettres et érudits se passionnent pour le Moyen Âge ; nombre de sociétés savantes locales sont créées. E.-L. Borrel est très marqué par la doctrine de Viollet-le-Duc : « ... restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné... » (Viollet-le-Duc 1854-1868, t. VIII : 14-34).

12Ces principes attachés à la restauration sont déterminés par la conception même que l’on avait du monument au XIXe s. Ce dernier est un témoin du passé, une leçon d’histoire bien plus qu’une œuvre d’art valable par ses qualités propres. Pour que l’évidence du témoignage soit plus grande, il convenait que le monument soit aussi complet que possible et suffisamment homogène.

13Le restaurateur n’apprécie pas la contemporanéité de plusieurs styles dans le même édifice, signe pour lui d’une certaine décadence. Au contraire, il impose une règle antihistorique. Il nie la continuité de l’histoire et préfère la diviser radicalement en époques qui définissent un style particulier. En conséquence, les restaurations doivent se faire le plus souvent possible selon la règle d’unité de style.

14La difficulté de saisir l’authenticité de l’édifice s’est traduite au XIXe s. par la reconstruction de monuments historiques imaginaires, reproduisant plus ce que l’architecte se représentait d’une époque que ce qui existait vraiment. Ainsi, la crypte et le sanctuaire de la cathédrale Saint-Pierre ont été restaurés à « la manière » de l’époque romane. Le décor mural peint, la mosaïque qui orne le cul-de-four (fig. 17), les vitraux et l’autel majeur constituent un ensemble très homogène caractéristique des restaurations historicistes de la fin du XIXe s.

17- Le chœur de la cathédrale Saint-Pierre restauré à la fin du XIXe s. par E.-L. Borrel

17- Le chœur de la cathédrale Saint-Pierre restauré à la fin du XIXe s. par E.-L. Borrel

La cathédrale Saint-Pierre : les vestiges romans

15En dépit des nombreux travaux qui ont affecté la cathédrale Saint-Pierre dans les siècles passés, d’importants vestiges de l’édifice roman subsistent. L’analyse du plan indique des anomalies en divers points de son tracé qui forment autant d’indices sur les remaniements qui ont affecté la cathédrale : chevet et transept présentent un schéma général désaxé vers le nord-est ; une absence dans l’alignement des piliers ; un mur de façade d’une surprenante largeur (3,20 m). Ces observations confrontées à l’étude archéologique des élévations offrent une plus grande précision dans l’évolution de cette cathédrale pour l’époque romane (fig. 18).

18- Relevé simplifié de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

18- Relevé simplifié de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

L’extrémité orientale de la cathédrale

  • 39 Intérieurement, cette travée possède une longueur de plus de 7 m.

16Le chevet de la cathédrale se compose d’une abside précédée d’une travée droite39 cantonnée de deux tours. Cet ensemble se développe au-dessus d’une crypte.

La crypte

17Elle se compose de trois espaces juxtaposés : la salle principale est cantonnée de deux salles latérales qui se situent dans la souche des tours. Elles forment des espaces carrés couverts d’une voûte d’arêtes et éclairés par une seule baie, percée dans le mur oriental. La communication entre la salle centrale et les espaces latéraux s’effectue par d’étroites ouvertures (fig. 19).

19 - Relevé de la crypte de la cathédrale de Saint-Pierre à Moûtiers

19 - Relevé de la crypte de la cathédrale de Saint-Pierre à Moûtiers

18Le corps central est divisé en trois nefs par un double alignement de trois colonnes. Les murs sont rythmés par des arcatures aveugles qui reposent sur quatorze colonnes engagées dans la maçonnerie par l’intermédiaire de dosserets. Colonnes, dosserets et colonnes engagées reçoivent la retombée des voûtes d’arêtes par l’intermédiaire de chapiteaux cubiques (fig. 20). Ce couvrement est restitué d’après les observations de E.-L. Borrel, les voûtes originelles ayant été détruites au XVIIe s. L’ensemble est enduit au ciment. De fait, il est difficile de distinguer les parties authentiques des éléments restitués lors de la restauration. Le sol est uniformément recouvert d’une chape de ciment, qui a malheureusement recouvert les éléments de carrelage retrouvés et mentionnés par l’architecte.

20- Les chapiteaux cubiques de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre

20- Les chapiteaux cubiques de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre

19Les accès sont aménagés dans le mur ouest de la salle principale. Deux escaliers tournants permettaient de descendre dans la crypte. Aujourd’hui, ces passages sont obturés. Le couloir nord a été en partie réutilisé pour créer un nouvel accès bétonné, utilisé dans de très rares occasions. À l’origine, ces couloirs aboutissaient dans les bras du transept, le long des parois orientales.

20L’originalité de cette crypte réside dans la présence du « martyrium », situé à l’ouest de la salle principale (fig. 21). On y pénètre par une brèche ouverte dans l’arcature centrale du mur occidental de la crypte. On ne retrouve aucune trace de la « claire-voie maçonnée » qui incita l’architecte à poursuivre ses fouilles dans cette zone. L’expression de « claire-voie maçonnée » doit être interprétée comme une maçonnerie dont les blocs ne sont pas jointifs et donc suffisamment espacés pour être facilement démontés. Il indique par ailleurs que le haut de la claire-voie est constituée d’une plate-bande.

21- Relevé de E.-L. Borrel de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

21- Relevé de E.-L. Borrel de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

Les monuments anciens de Tarentaise, 1884

  • 40 Borrel 1868. “... en opérant dans le déblais de cette crypte, on trouva trois cercueils en bois dan (...)

21Pourquoi E.-L. Borrel attribua-t-il une fonction funéraire à cet espace ? Les nombreuses inhumations, qui furent retirées lors du déblaiement, ont laissé supposer aux fouilleurs qu’il s’agissait d’un lieu de sépultures privilégiées40. Il n’est pas étonnant que le sous-sol de la cathédrale contienne de nombreuses tombes ; quant à une éventuelle hiérarchisation de leur disposition, aucune information sur la fouille ne permet de l’affirmer.

22Quels sont les indices qui firent supposer à E.-L. Borrel que cette salle était aménagée pour être vue ? La visite du lieu ne permet pas de trouver des éléments de réponses satisfaisants. Des quatre murs qui ferment le périmètre, trois sont de toute évidence des murs en fondation. La superposition du plan de la crypte avec celui de l’église haute montre clairement que ces murs sont les chaînages reliant les supports de la coupole du transept, et donc construits au début du XIXe s. (1826-1828) lors de l’aménagement du couvrement de la croisée. Cet espace ne peut donc plus être considéré comme une quatrième salle de cette crypte et cette hypothèse doit être définitivement écartée. Toutefois, l’étude du mur ouest, accessible depuis cette excavation, permet de mieux appréhender certains aspects relatifs au fonctionnement de cette crypte. Le mur ouest possède une largeur supérieure aux autres murs de la crypte (entre 3,50 m et 3,80 avec les dosserets). Alors que le parement intérieur est recouvert de ciment, le parement extérieur offre un champ d’investigation jusque là inexploré. La base du mur est constitué de pierres disposées sans ordre et liées par un mortier abondant. Le reste de la maçonnerie est, en revanche, parementée sur 1,50 m de hauteur : des galets organisés en arêtes de poisson sont liés par un mortier abondant, peu altéré, qui présente des joints marqués à la truelle. Ce mur est donc visible tant en élévation qu’en fondation. Ce fait est confirmé par la lecture de la stratigraphie des niveaux qui composaient le remplissage du dit martyrium, miraculeusement conservée dans l’angle nord-est de la salle.

23Une succession de niveaux est nettement discernable (fig. 22). Une dizaine de couches ont été repérées. Les couches inférieures, Κ et J sont constituées d’une matrice argilo-sableuse qui pourraient correspondre à des dépôts réguliers liés aux crues de l’Isère toute proche. Il s’agit semble-t-il d’un terrain peu modifié par l’action humaine. La couche I très argileuse est très compacte en surface : s’agit-il d’une simple lentille ou d’un niveau de circulation ? La couche suivante, H, est caractérisée par une grande quantité de déchets de taille et de nodules de chaux, dont la présence semble liée soit à la construction soit à la destruction de structures maçonnées. Le niveau F est constitué d’une fine couche de mortier pulvérulent qui pourrait correspondre à un deuxième niveau de sol. E, D et C forment une succession de remblais hétérogènes qui sont scellés par un sol de mortier de gypse, nommé greya. Les niveaux de sol ont donc fortement varié au cours des siècles. Les couches inférieures (I et F) constituent des niveaux de circulation qui paraissent assez bien en relation avec la paroi occidentale de la crypte, dont l’un d’entre eux paraît bien en relation avec cette paroi.

22 - La crypte : une la ouverture et aménagée dans le mur occidental

22 - La crypte : une la ouverture et aménagée dans le mur occidental

24Les cercueils découverts par Borrel crevaient une aire de plâtre d’une forte épaisseur, sur laquelle reposaient des dalles. On pourrait associer cette aire au niveau rapidement décrit par E.-L. Borrel.

25Ces observations permettent de mieux comprendre l’existence, dans la partie centrale du mur, des piédroits d’une large ouverture, constitués de grands blocs de tuf. Ce mur a été réalisé pour être vu et la qualité du parement en témoigne. Mais quelle fonction était attribuée à cette ouverture ? S’agit-il d’une entrée axiale utilisée lors de certaines cérémonies ? Ou bien cette ouverture désigne-t-elle l’emplacement d’un renfoncement que l’on rencontre parfois à l’avant d’une fenestella ? Cette dernière hypothèse a peut-être plus de validité que la première, et l’on pourrait rattacher la « claire-voie » mentionnée par E.-L. Borrel avec l’existence de cette éventuelle fenestella.

L’abside

  • 41 La surélévation du mur appartient à la phase de réaménagement des toitures qui a pris place au XIXe (...)

26Au trois quarts de son élévation extérieure, l’abside porte un feston de vingt-quatre petits arcs41 (fig. 23). Chacun d’eux est constitué de plusieurs pierres de tuf (au minimum trois) liés par un mortier abondant et couvrant. La retombée des arcs se fait sur une console composée de deux éléments trapézoïdaux superposés : le premier est un parallélépipède en tuf, dont parfois la face supérieur est abattue en V afin de recevoir la retombée des arcs ; le second est taillé dans un bloc de gypse portant un décor gravé. Ce décor, chaque fois différent, emploie des motifs géométriques ou de végétaux stylisés (étoile, losange, fleur...) empruntés à un vocabulaire décoratif purement ornemental.

23- Le chevet composé d’une vaste abside cantonnée de deux tours

23- Le chevet composé d’une vaste abside cantonnée de deux tours
  • 42 Ces corbeaux sont installés sous l'arcature à égale distance les uns des autres selon une horizonta (...)

27Sous cette arcature, quatre lésènes rythment le parement extérieur de l’abside. De largeur importante (0,80 m), elles sont relativement peu débordantes (entre 0,07 et 0,12m). Ces lésènes appartiennent à une phase de construction postérieure à celle de l’arcature. La position de ces pilastres ne crée pas un rythme en adéquation avec la retombée des arcs comme c’est le cas lors d’une composition homogène : à cet égard, l’exemple le plus significatif est sans doute celui du groupe épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne. Par ailleurs, les lésènes sont perturbées par l’installation de corbeaux moulurés destinés à supporter un hourd42 et par le percement des trois grandes baies qui éclairent l’hémicycle depuis le XVIIe s. L’étude du parement offre une chronologie relative précise pour la succession de ces différents éléments. En revanche, il est difficile d’apporter une datation absolue pour l’aménagement des pilastres et du hourd (fig. 24).

24- Relevé partiel en développé de l’abside et de la travée de chœur

24- Relevé partiel en développé de l’abside et de la travée de chœur

28Les tracés externes et internes de l’abside diffèrent. L’hémicycle est parfaitement circulaire à l’intérieur : un banc presbytéral devait en marquer le pourtour ainsi que le suggèrent les écrits de E.-L. Borrel (Borrel, 1884 : 230). À l’extérieur, le départ de l’abside est marqué, à sa jonction avec le chœur, par un léger épaulement (0,11 m) ; mais à l’est, la courbure de l’abside s’achève sur un replat, de 2,70m de long, perpendiculaire à l’axe du sanctuaire. La base du mur sud est contrebutée par un fruit important, constitué de galets maladroitement assemblés. Le mur nord, quant à lui, en est dépourvu. Ce fruit n’appartient pas au tracé original du bâtiment, mais correspond à un ajout tardif.

Les tours orientales

29Elles constituent d’imposantes masses qui dominaient l’ensemble de la cathédrale. Le chevet harmonique, ainsi constitué, forme une structure où l’espace sacré se développe dans toute sa complexité et sa multiplicité. Les tours se divisent en quatre niveaux, un souterrain, les autres aériens. Le premier est occupé par deux espaces en crypte, voûtés d’arêtes qui communiquent directement avec la salle centrale. Au sud, la baie orientale a été transformée en porte par E.-L. Borrel lors de ses travaux de restauration (cette ouverture a permis d’évacuer les déblais qui comblaient la crypte).

30Le deuxième niveau est de plain-pied avec le chœur et l’abside, des portes permettent de différencier les espaces. Là encore, la baie orientale a été considérablement agrandie lors des réaménagements du XVIIe s. Après avoir abrité les archives épiscopales, la chapelle nord est aujourd’hui aménagée en sacristie annexe. La chapelle sud est équipée d’un ensemble de stalles mal datées (peut-être du XVIIe s.) qui témoigne de son usage en chapelle canoniale, si l’on se réfère à l’indication portée sur le plan de 1787.

  • 43 M. Hudry met en doute la contemporanéité de ces ouvertures avec les clochers (1988 : 133-138). Or, (...)
  • 44 Cet aménagement compliqué n'est peut-être pas d'origine ; le haut de l'arcature forme ainsi un arc (...)

31Le troisième est d’une grande complexité. Cette pièce possède, en effet, plusieurs ouvertures cachées en partie sous un enduit épais, qui révèlent un fonctionnement complexe de cet espace. Deux fenêtres à double ébrasement ouvrent à l’est et au sud (la partie basse a été en partie détruite par l’aménagement de la porte de communication avec le bâtiment du XVIIIe s.). Le mur nord présente la trace d’un grand demi-cercle qui indique l’emplacement des baies géminées mises au jour par E.-L. Borrel43 Dans le mur ouest, une porte en plein cintre, légèrement enroulé, s’inscrit dans une haute arcature divisée en deux par une sorte de linteau dont la face inférieure est disposée en arc surbaissé et la partie supérieure forme une sorte de niche44 Cette porte, aujourd’hui bouchée, créait une circulation entre cette salle haute et les parties médianes du transept (fig. 25). Quel artifice avait-on choisi pour faciliter le passage d’un lieu à l’autre ? Des investigations sur les élévations intérieures permettront de répondre précisément à cette interrogation. On peut d’ores et déjà suggérer la présence soit d’un escalier, soit d’une tribune courant le long du transept.

25- Dans la tour sud-est, un espace privilégié est aménagé au premier étage

25- Dans la tour sud-est, un espace privilégié est aménagé au premier étage

On accédait à ce lieu depuis le transept, seule la porte haute subsiste

32Ces trois pièces sont, de fait, très compartimentées, mais appartiennent pleinement à l’espace sacré oriental. Chacune d’elles possède une communication directe avec l’espace majeur qu’elle flanque, c’est-à-dire la crypte, le chœur ou bien le transept.

33Le dernier étage de la tour sud forme un espace quadrangulaire de 3,90m de côté qui trouve son origine et sa justification dans l’organisation des combles. Les murs sont percés de trois ouvertures, deux baies à l’est et au sud, et une porte au nord. La fenêtre sud ne conserve que l’appui et le départ des piédroits, l’autre est préservée en totalité, en dépit de l’épaisse couche de ciment qui recouvre l’appui. Les claveaux en calcaire gris forment un arc en plein cintre légèrement outrepassé. Elles possèdent, toutes deux, un profil à double ébrasement. Celui-ci n’est pas symétrique : le tableau intérieur est plus large que l’extérieur (0,70 m pour 0,40 m). Par ailleurs, l’inflexion des angles n’est pas identique : le piédroit sud est marqué par un angle assez plat, alors que celui du nord est beaucoup plus aigu. Le regard est ainsi porté vers l’est, vers le sanctuaire. La porte permet l’accès au comble situé au-dessus de la travée de chœur à l’intérieur de cette petite pièce. D’une hauteur de 1,60 m, et d’une largeur de 0,74m, elle présente un arc en plein cintre constitué de blocs de schiste. Les tableaux sont parfaitement rectilignes et bien parementés. Cette ouverture est ancienne. Elle est, en effet, totalement homogène avec le reste de la construction.

Restitution de l’extrémité orientale

34La composition des volumes de l’extrémité orientale est la plus authentique, en dépit des remaniements subis. Les volumes du chevet ont été quelque peu transformés par la surélévation du chœur et de l’hémicycle ou par le dérasement des deux puissantes tours. Le chevet roman possède un aspect massif et austère, les surfaces murales étant exemptes de tout décor, seule l’abside est festonnée d’une arcature. Le chevet est organisé selon une formule harmonique, comme on peut en rencontrer dans d’autres édifices, ainsi les cathédrales de Verdun, de Metz et de Spire.

35À l’intérieur, l’éclairement a été modifié au XVIIe s. par le percement de grandes fenêtres ; les baies géminées, donnant dans les chapelles hautes situées au deuxième étage des tours, ont été obturées. Les espaces sont toujours très compartimentés. L’agencement interne des tours est marqué par la superposition de petites salles carrées qui communiquent directement avec le sanctuaire : au premier étage avec le chœur, au deuxième étage avec le transept par l’intermédiaire d’une tribune ou d’un escalier. On voit ici s’illustrer les principes de la multiplication des espaces de prière que l’on rencontre dans tant d’autres édifices, par exemple à Sainte-Marie d’Aoste, les tours orientales sont occupées par des chapelles hautes.

36L’espace inférieur de ce chevet est occupé entièrement par une crypte à laquelle on accède par deux escaliers tournants débouchant dans les bras du transept. L’espace central, actuellement dissimulé sous l’emmarchement du chœur (cette dizaine de marches constitue un dénivelé d’environ 1,80m), était occupé soit par un accès axial, soit par une fenestella ; l’un ou l’autre aménagement était précédé d’un petit couloir construit dans l’axe central de la salle principale de la crypte. Ce passage, sans doute voûté, n’est pas sans rappeler la petite pièce qui se développe à l’ouest de la cathédrale d’Aoste, espace à forte vocation funéraire.

Un transept haut à croisée régulière

37Le transept est un vaisseau trois fois plus long que large : 9 m de large pour 27,70 m de long en œuvre. Sa croisée est couverte depuis 1828 d’une coupole sur pendentifs, décorée de quatre grands médaillons peints à figures, entourés de rinceaux, candélabres et guirlandes en grisaille, d’une facture traditionnelle dans la région au XIXe s. Afin d’assurer la stabilité de cette construction, de puissants murs de chaînage, visibles dans la crypte, ont été construits pour asseoir les piliers cruciformes.

38La base du bras sud porte les traces de plusieurs transformations (fig. 26). L’ajout d’une maçonnerie en biais, grossièrement composée, formant un large fruit, peut s’expliquer par la proximité de la rivière et la nécessité de lutter contre les crues de l’Isère. Cette mesure de confortement est identique à celle appliquée au chevet.

26- Le transept et les larges fenêtres en triplet et le relevé pierre à pierre de l’extrémité sud de ce transept (façade extérieure)

26- Le transept et les larges fenêtres en triplet et le relevé pierre à pierre de l’extrémité sud de ce transept (façade extérieure)

39Au-dessus de ce fruit, la base du transept est ouverte par deux baies en arc brisé. Ces ouvertures sont partiellement cachées par la construction d’une maison au XVIIIe s. Le style de ces ouvertures et la qualité des pierres employées les rapprochent des aménagements réalisés au XVe s. : le calcaire gris clair est utilisé uniquement dans la composition de la façade occidentale.

40Les parties hautes du transept ont été bouleversées par le percement de larges fenêtres en triplet au XVIIe s. Leur construction est très rudimentaire : les arcs et les meneaux sont réalisés en petits blocs de tuf à peine équarris, l’intérieur étant même parfois renforcé par des montants en bois qui confèrent à l’ensemble une relative rigidité. La baie en triplet méridionale réutilise le piédroit d’une ouverture préexistante. La base de ce piédroit démarre à 11,40 m du sol actuel des abords de la cathédrale. Il est reconnu sur 2,20 m de hauteur et est constitué principalement de blocs de schiste longs. La partie supérieure de ce piédroit est tronquée pour recevoir la retombée du grand arc de décharge qui circonscrit la baie en triplet.

41Enfin, la construction de la maison contre le transept a entraîné quelques modifications (fig. 27) : son rez-de-chaussée se compose d’une petite galerie à deux arcades ; l’installation de la pile centrale, ancrée dans le mur, a entraîné le remaillage du mur du transept. Toute la partie médiane de l’élévation est obstruée par la maison. Un coup de sabre indique néanmoins l’emplacement de la chaîne d’angle orientale du transept.

27- Maison jouxtant le transept

27- Maison jouxtant le transept

42Visibles depuis le comble de la cathédrale, les parties sommitales du transept apportent des informations importantes sur la morphologie de ce dernier. Bien qu’en partie obturées par le couvrement actuel réalisé au XIXe s. (voûtes d’arêtes sur les bras et coupole élancée sur la croisée) les élévations intérieures romanes sont encore bien lisibles. Sur le mur occidental, on reconnaît l’emplacement de quatre fenêtres (fig. 28). Ces ouvertures sont de grandes dimensions (largeur comprise entre 1,60 m et 1,70 m). De fait, leurs piédroits ne sont pas visibles. Les claveaux des arcs sont réalisés indifféremment en schistes ou en galets (hauteur de l’arc ca 0,30 m). Ces arcs présentent une forme légèrement enroulée d’un côté qui leur confère un aspect en fer à cheval, témoignant peut-être d’une technique ancienne. Derrière la maçonnerie de bouchage, on aperçoit le départ du double ébrasement. Ces derniers étaient recouverts d’un enduit blanc très couvrant identique à celui déjà repéré sur les tableaux des ouvertures du massif occidental. Cet enduit recouvrait aussi les parements intérieurs du transept : on en aperçoit des traces piégées derrière les maçonneries des voûtes. L’agencement des claveaux des fenêtres n’est pas soigné. Ils étaient, sans doute, recouverts du même enduit couvrant, peut-être coloré afin de souligner les grandes lignes du bâtiment. En revanche, l’aspect extérieur de ces baies est très différent : l’extrados du plein cintre est souligné par de petits claveaux couchés qui terminent harmonieusement la composition décorative extérieure de la fenêtre. À l’extrémité des bras du transept, le mur oriental est percé d’une fenêtre haute. Bien que l’arc ait subi des remaniements, la structure d’ensemble est d’origine. Toutefois, ses dimensions sont inférieures à celles observées pour les fenêtres hautes occidentales. En dépit de tous ces remaniements, le plan général du transept est conservé dans son intégralité.

28- Relevé pierres à pierres des parties sommitales du transept, murs ouest, les ouvertures sont visibles au ras du sol du comble

28- Relevé pierres à pierres des parties sommitales du transept, murs ouest, les ouvertures sont visibles au ras du sol du comble

43La présence d’ouvertures dans les parties sommitales de la paroi ouest indique que le transept s’inscrit dans la catégorie des transepts hauts. Une structure maçonnée incluse dans le mur occidental des deux bras, à la jonction avec la nef centrale, suggère l’existence de deux arcs diaphragmes. Ces structures ne semblent pas perturber le parement des bras : ces murs et ces « moignons » sont donc contemporains. Un arc diaphragme existe à la limite des bras, mais les murs est et ouest ont disparu ; l’ensemble formait une croisée quadrangulaire. Il faut nous interroger sur la nature des supports montés dans la croisée : s’agit-il de piliers composés ou de piles massives ? La question reste ouverte.

44Le transept de la cathédrale Saint-Pierre est donc à ranger dans la catégorie des transepts hauts à croisée régulière. D’après L. Grodecki (1958 : 86-90), l’abbatiale Saint-Michel de Hildesheim forme l’expression la plus aboutie de ce type de transept, déjà initié dans la construction carolingienne. Cet édifice aurait été réalisé entre les années 1015 (+/-) et 1033. Les bras étaient charpentés, mais aucun indice ne permet de formuler une hypothèse sur le mode de couvrement de la partie centrale. Y avait-il une sorte de tour lanterne, formule que l’on verra se développer particulièrement dans le monde ottonien ?

45L’adjonction de la coupole sur la partie centrale du transept et des voûtes d’arêtes sur les bras a considérablement transformé le transept roman. Il est aujourd’hui difficile de se faire une idée précise de l’organisation interne de ce vaisseau transversal : les bras abritaient les accès à la crypte et une galerie haute (est-ce une de tribune ?) en relation avec la chapelle située au deuxième niveau des tours.

Les nefs et l’espace occidental

  • 45 La façade est percée de trois baies : le portail central est surmonté d'une large fenêtre à remplag (...)
  • 46 Calcaire compact subcristallin (faciès marmoréen des Etroits du Siaix).

46La façade occidentale de la cathédrale a été réalisée en 1461 par le maître maçon suisse François Cirgat, aux frais de la succession du cardinal d’Arciis, archevêque de Moûtiers de 1438 à 1454 (Borrel 1884 :236) (Grandjean 1992 :96-99)45. Construite entièrement en calcaire gris clair46 elle présente le profil primitif du vaisseau : la nef plus haute que les bas-côtés (fig. 29). Cette reconstruction semble avoir marqué plus profondément le bas-côté sud que le bas-côté nord. On constate, en effet, une importante différence de hauteur dans la reprise du parement ; comme si, au XVe s. on avait surtout repris les parties nord et centrale. E.-L. Borrel suppose que c’est lors de cette réalisation que les clochers occidentaux ont été supprimés (Borrel 1884 : 234). Ceci n’est qu’une hypothèse. Si on observe les deux plans du XVIIe s. - le plan de 1632 et le Theatrum Sabaudiae - la cathédrale est représentée avec ses deux clochers en façade. Le plan de Revel offre, par ailleurs, une représentation de la base de ces massifs (fig. 30). La seule période de bouleversements susceptibles d’avoir porté atteinte aux clochers est plutôt la période révolutionnaire.

29- Facade occidendale de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

29- Facade occidendale de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers

47Au revers de la façade, on constate la présence de deux pilastres engagés. Ceux-ci étant très enduits, il est difficile d’en évaluer le degré d’ancienneté. On peut, toutefois, supposer qu’ils ont été installés lors de l’aménagement de la tribune d’orgue. Reprenaient-ils l’emplacement de structures plus anciennes ? Nous ne saurions le dire dans l’état actuel de nos connaissances.

30- Le plan de Revel (1862) montre l’organisation de l’ensemble cathédral avec le cloître et le palais épiscopal

30- Le plan de Revel (1862) montre l’organisation de l’ensemble cathédral avec le cloître et le palais épiscopal

48Ce mur de façade présente une largeur extrêmement importante (3,20 m) par rapport aux dimensions des autres murs de la cathédrale. La construction gothique a-t-elle été plaquée sur une construction préexistante ? Cette hypothèse est suggérée par la présence de deux puits accessibles depuis le comble de la cathédrale. Il est tentant de voir en ces deux murs parallèles des vestiges de la nouvelle façade et d’une plus ancienne. Il faut rester prudent : les deux élévations sont très largement enduites et n’ont pas fourni d’éléments décisifs.

La cathédrale Saint-Pierre
Les reconstructions du XVIIe siècle

Les visites pastorales effectuées au XVIIe s. dans la cathédrale offrent de précieuses indications sur les réfections et sur certaines caractéristiques de sa morphologie avant les grands travaux des XVIIIe et XIXe s.
Les différents aménagements, qui ont modifié l’aspect du bâtiment roman, sont mentionnés dans la visite pastorale de 1661. Mgr. Milliet de Challes constate le mauvais état de l’édifice et ordonne la réalisation d’un certain nombre de travaux : « ..boucher les fentes du chœur, poser des clefs de voûtes, reconstruire depuis la base la façade du côté des cloîtres (c’est-à-dire au nord de la nef), réparer les fenêtres et les chapelles du côté des cloîtres (bras nord), refaire le toit du vieux-chœur ».
Ces travaux seront exécutés en 1669, par Louis Billot et Jean Rouge, maçons habitant à Moûtiers. Cette intervention consiste à consolider le vieil édifice tout en le mettant au goût du jour. On connaît la date approximative d’exécution des commandes de l’évêque par deux prix-faits datés du 9 février et du 30 octobre 1669, et publiés pour la première fois par Borrel (1884 P.J. n° 18 et n° 19).
La première campagne concernait le chœur et le transept. Cinq larges fenêtres sont percées dans le sanctuaire (trois dans l’abside, deux dans la travée droite du chœur). Les voûtes de la crypte ont été détruites ainsi que celles des « corps saints », afin que le chœur soit de plain-pied avec le transept.
La deuxième étape de travaux a touché le transept et, principalement, les nefs. Les murs de fond des bras du transept sont démolis et remplacés par un mur neuf ajouré de trois baies. Les piles de la croisée du transept sont reprises « depuis la terre ». Il est aussi mentionné la démolition et la reconstruction, en vue de leur surhaussement, des voûtes et des six piles (engagées) des bas-côtés de la nef. Enfin, les piles rondes de l’ancienne nef sont transformées en piles carrées par chemisage et adjonction des pilastres (fig. 31).

31- Cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers : vue intérieure

31- Cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers : vue intérieure
  • 47 Au sud, les travaux furent beaucoup plus importants qu'au nord.

49Les murs des collatéraux présentent un tracé perturbé notamment par le percement de plusieurs chapelles. Un premier désaxement très net s’observe au niveau de l’ancrage de la façade du XVe s., qui a entraîné des reprises en sous-œuvre considérables surtout au sud. Les pans de mur romans se caractérisent par des lésènes. Le reste de la construction a été refait en grande partie au XIXe s.47 Les épaisseurs de mur caractérisant les maçonneries anciennes sont identiques (1 m environ), alors que les autres forment une suite de mesures diverses.

50Une grande campagne de restauration intervient au XIXe s. (1826 et 1828) sous l’impulsion de Mgr. Martinet : la façade occidentale est surhaussée au moment de l’adaptation d’une couverture unique sur la nef et les bas-côtés. De la même époque date le percement des vastes ouvertures semi-circulaires qui éclairent désormais les collatéraux.

51Le vaisseau est partagé en trois nefs et quatre travées par six piliers quadrangulaires de dimensions massives - 2 m de long par 1 m de large.

  • 48 Archives du diocèse de Tarentaise.

52Or, la lecture de la visite pastorale de 166148 confrontée à l’examen du plan de Revel de 1862 prouve que ces piliers ont changé de formes. À l’origine, le vaisseau était divisé en nefs par des maçonneries circulaires. Ces piles ont, par la suite, été en partie chemisées afin d’être munies des dosserets qui recevaient la retombée des voûtes. Enfin, au XIXe s., ces structures cruciformes ont été entièrement chemisées pour prendre leur forme actuelle. La distance, qui sépare deux piliers consécutifs, est constante (6,70 m). En revanche, la première travée, plus longue de 1,10 m (7,80 m) se singularise par ses dimensions.

53La surélévation des murs gouttereaux et la couverture unique ont totalement gommé l’aspect initial des nefs : une nef et des bas-côtés. Les supports étaient circulaires. À cet égard, les édifices bourguignons apportent de nombreux points de comparaisons : Saint-Philibert de Tournus, les églises de Chapaize, de Farges ou Combertault en Côte d’Or ; sans oublier, dans le domaine franc-comtois actuel, Saint-Hymetière, situé au sud de Lons-le-Saunier.

L’espace occidental

54Les parements nord et sud du massif occidental sont rythmés par des lésènes. Seuls, deux de ces éléments subsistent : une large lésène d’angle (1 m) marquait la liaison avec le reste du bâtiment et ainsi différenciait bien la partie occidentale ; la suivante est plus étroite (0,50 m), plusieurs devaient se succéder et compartimenter les parois (fig. 32, 33). Les piédroits sont exécutés en galets ou en schiste. Les claveaux de l’arc sont réalisés avec des blocs de tuf mal taillés et liés par un mortier abondant qui compense les manques entre les blocs. Leur double ébrasement est recouvert d’un enduit blanc très couvrant.

32- Les lézènes décorant l’extrémité ouest du mur gouttereau sud

32- Les lézènes décorant l’extrémité ouest du mur gouttereau sud

33- Extrémité ouest du mur gouttereau sud : relevé pierre à pierre

33- Extrémité ouest du mur gouttereau sud : relevé pierre à pierre

55La structure des lésènes est identique. On remarque l’utilisation d’un appareil de dimensions moyennes lié par des joints marqués à la truelle et composé en majorité de blocs longs, où l’on rencontre un fort pourcentage de tufs, mais aussi des ardoises et des schistes.

56Deux étroites fenêtres sont superposées entre le pilastre et la lésène, située à l’extrémité ouest du mur gouttereau sud de la nef. La première est percée à 7 m du sol actuel, la seconde à 9,50 m. Ces deux baies ne présentent pas tout à fait les mêmes dimensions : la première est plus haute (0,91 m) que la seconde (0,75 m) ; en revanche, leur largeur est identique (0,35 m entre piédroits et 0,11 m au niveau le plus étroit de l’ébrasement).

  • 49 Nous n'avons pas pu réaliser l'étude de ce parement, ce dernier ayant été restauré au cours d'une t (...)

57Leur disposition et la faible distance qui les sépare (2,50 m) suggèrent la présence d’un escalier à vis. Ces fenêtres sont conçues comme des meurtrières, afin de laisser pénétrer une lumière peu abondante, mais suffisante pour éclairer un espace réduit. Sur le mur gouttereau nord, des anomalies identiques sont visibles49 : un pilastre, une lésène et une petite fenêtre en plein cintre à double ébrasement (fig. 34).

34- Détail d’une étroite fenêtre dans le mur gouttereau sud

34- Détail d’une étroite fenêtre dans le mur gouttereau sud

58À l’ouest de la lésène, est conservé le piédroit oriental d’une fenêtre haute. Celle-ci est préservée sur 1,35 m de haut. Son appui débute à 9,30 m du sol actuel. Le tableau de cette ouverture est droit, et ses contours extérieurs sont marqués par une feuillure. Le piédroit, réalisé avec de longs blocs de schiste et quelques galets, est recouvert par un enduit blanc très couvrant, identique à celui des petites fenêtres superposées. Il s’agit vraisemblablement du tableau subsistant d’une baie géminée, type d’ouverture très fréquent au XIe s. en Italie (citons pour exemple la façade de Saint-Michel de Pavie (Chierici 1978 : 31).

  • 50 Sur la gravure du Theatrum Sabaudiae, on voit l'élévation des tours occidentales ; sur le plan de 1 (...)

59Les hypothèses prenant en compte l’existence de tours à l’ouest de la cathédrale sont basées principalement sur la lecture des deux plans anciens connus : le Theatrum Sabaudiae et le plan de Revel50 (cf. fig. 38). Il était tenu pour acquis que les murs du vaisseau avaient été reconstruits en totalité au XIXe s. et donc qu’il ne subsistait rien de ces éléments. Or, l’analyse de l’élévation de l’extrémité du mur gouttereau sud a mis en lumière la réalité d’une telle structure, caractérisée, notamment, par l’usage de lésènes et d’ouvertures (aussi bien au sud qu’au nord).

  • 51 On peut rapprocher ce plan de celui de Merseburg ou Einsiedeln (1031/39).

60Peut-on restituer le tracé de cet espace occidental ? Il est difficile de répondre à cette question tant les vestiges mis au jour sont fragmentaires. On peut, néanmoins, apporter quelques précisions. Les murs gouttereaux paraissent alignés sur ceux du vaisseau, les volumes extérieurs étant bien différenciés des nefs par une large lésène d’angle. Dans chacune des tours, un escalier permettait d’accéder, depuis les nefs, à une chapelle haute. La position occidentée des escaliers n’est pas fréquente. Cette disposition est utilisée à la cathédrale de Spire, mais ce point de comparaison n’a de valeur que sur cet élément précis. Ces différentes structures (escaliers, espace à l’étage) appartiennent au même ensemble, l’escalier n’est différencié que par le rythme spécifique des lésènes extérieures51. La restitution du massif occidental est délicate : on en connaît avec certitude les parties orientales. Cependant, la représentation du Theatrum Sabaudiae, fiable dans ses grands lignes, montre que subsistaient encore au XVIIe s., malgré des remaniements du XVe s., deux tours de façade. Ces tours suggèrent le développement important pris par le massif occidental : les aménagements découverts à Aoste, à la cathédrale Sainte-Marie où des tours cantonnaient une abside occidentée (Perinetti 1994 : 157), permettent d’envisager un développement important de l’avant-nef. L’actuelle avant-cour qui subsiste à l’ouest du portail principal ne cesse de privilégier cet espace occidental.

61Par ailleurs, l’analyse conjointe du plan et des élévations tend à placer cette construction dans une deuxième phase d’aménagement du site cathédral. La construction de l’avant-nef s’inscrit dans une deuxième phase de l’aménagement de la cathédrale autour du milieu du XIe s. Cette structure reprendelle un aménagement de type westwerk qui aurait existé contemporainement à la construction de la partie orientale, voire antérieurement, dès l’époque carolingienne ?

62À la lecture du plan d’ensemble du site religieux, on remarque que le palais épiscopal présente un désaxement identique, plus ou moins marqué selon les périodes auxquelles ont été construites les différentes parties du bâtiment. Les observations effectuées sur les murs du chevet, transept compris, montrent une forte déviation vers le nord. La structure occidentale ne présente pas le même tracé : ces portions de murs anciens montrent un léger déport vers le sud. De tels indices suggèrent la construction du bâtiment en plusieurs campagnes : la première campagne voit la réalisation d’un édifice très fortement influencé par les partis architecturaux développés dans le monde germanique ; la seconde correspond à l’aménagement (ou réaménagement) de l’espace occidental.

Le couvrement de la cathédrale romane

63La cathédrale Saint-Pierre ne possède pas, comme sa proche voisine mauriennaise, les éléments en place d’une charpente romane. L’ensemble de la voûte actuelle a été installé au début du XIXe s. Si peu d’indices archéologiques ont pu être mis au jour pour l’ensemble de l’édifice, des éléments susceptibles d’être associés avec une structure charpentée ont été retrouvés dans les murs du transept ; il s’agit de traces d’aménagements, par chance exceptionnellement conservés. Le mur ouest du transept percé de quatre fenêtres hautes, a son extrémité supérieure reconstruite et supporte maintenant la toiture qui protège, notamment, la coupole. En revanche, les traces ont été repérées dans le mur oriental, conservé sur toute sa hauteur, les maçonneries du transept et des tours nord et sud faisant corps.

64Dix ouvertures, obturées par une maçonnerie très résistante, sont aménagées dans le mur oriental du transept (fig. 35). Leur disposition est rigoureusement identique, selon une ligne parfaitement horizontale - cinq au nord et cinq au sud. Elles sont traversantes : leur présence est visible sur le parement intérieur des deux tours.

65Les mêmes principes de construction régissent leur réalisation :

  • la partie basse est constituée du gros de mur, qui n’est pas caractérisé par un choix de pierres particulier. Au sud, on constate que cette base forme un léger ressaut, qui correspond au ressaut déjà observé sur le parement extérieur de la tour. Il n’intervient pas directement dans une fonction associée à ces trous, on constate en effet l’absence d’une telle réalisation dans la tour nord ;

  • les piédroits sont bien parementés avec des blocs de dimensions variables, les joints marqués à la truelle venant mourir en bordure de l’ouverture ;

  • le linteau est constitué d’un bloc monolithe en schiste.

35- Parties sommitales du transept, mur est, les murs sont aménagés pour recevoir une structure de couvrement

35- Parties sommitales du transept, mur est, les murs sont aménagés pour recevoir une structure de couvrement

66Leur mode de construction indique une réalisation contemporaine de l’élaboration du mur et non un percement postérieur.

67Ces percements possèdent des dimensions importantes :

    • 52 T1 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,40 m) ; T2 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m) T3 (hauteur : 0 (...)
    • 53 Entre T1 et T2 : 0,72 m ; entre T2 et T3 : 0,65 m ; entre T3 et T4 : 0,65 m ; entre T4 et T5 : 0,70 (...)

    au sud, leur hauteur oscille entre 0,70 m et 0,80 m pour une largeur moyenne d’environ 0,35 m52 La distance séparant chaque élément offre une valeur constante de 0,65 m53 ;

    • 54 T6 (hauteur : 0,85 m x largeur : 0,40 m) ; T7 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m) ; T8 (hauteur : (...)
    • 55 Entre T6 et T7 : 0,60 m ; T7 et T8 : 0,60 m ; T8 et T9 : 0,60 m ;T9 et T10 : 0,55 m.

    au nord, les dimensions répertoriées sont du même ordre : 0,80 m pour la hauteur et 0,30 m pour la largeur54 ; la distance entre chaque percement étant de 0,60 m environ55

  • 56 T5 à 0,70 m du chaînage extérieur ; T10 est situé à 1 m du chaînage externe.

68Les deux premiers de chaque série sont disposés respectivement à environ 1 m des chaînes d’angle intérieures des tours. L’espacement entre chaque percement est ensuite identique : il oscille entre 0,50 et 0,60 m. Bien que les extrémités nord et sud de ce mur oriental aient été détruites par l’installation de la toiture très pentue qui couvre aujourd’hui l’espace, des percements identiques existaient jusqu’aux murs nord et sud des bras56

69L’emplacement de ces percements permet d’envisager une fonction de couvrement. Le fait qu’ils soient traversants, donc visibles de l’intérieur des tours ou du transept, pouvait entraîner une ambiguïté quant à la situation de la structure qui s’en développait. Or, à l’intérieur de la tour, T1 et T6 sont en partie cachés par le retour du mur. Il parait donc difficile d’enchâsser un élément qui appartiendrait à la structure interne de cette salle haute. Par ailleurs, l’appui des fenêtres se situe nettement en dessous de l’appui des percements. Nous sommes donc assurés qu’ils ne contenaient pas de poutres destinées à servir de plancher pour cette petite salle. Dès lors, ces percements ne pouvaient qu’être utilisés pour une structure se développant sur le transept.

70La nature de cette structure est difficile à concevoir. Les dimensions importantes de chaque percement laissent supposer qu’ils ne renfermaient pas une simple poutraison. mais des éléments plus complexes. Ces empochements contenaient les têtes de ferme d’une charpente, au niveau de l’assemblage entre entrait et arbalétrier, l’ensemble étant peut-être même surhaussé par un corbeau décoratif. Des exemples de ce type d’assemblage sont encore visibles dans certaines églises italiennes : à Agliate, les fermes de la charpente reposent sur des corbeaux en bois (Chierici 1979 : fig. 119) ; à Sainte-Justine de Sezzadio, on rencontre la même association entre consoles et fermes dans la partie occidentale de l’église (op. cit. : fig. 36).

71Un autre problème concerne le maillage extrêmement serré de cette structure : il existerait une ferme tous les 0,60 m. Ce faible espacement indiquerait une structure charpentée soutenant des charges extrêmement importantes, sans doute dues en partie à la qualité du matériau de couverture (par exemple la lauze). Ce poids pouvait être amplifié par la stagnation de la neige dont la décharge ne pouvait se faire aisément, du fait de la présence des tours. L’absence d’éléments identiques sur le mur occidental du transept ne permet pas d’aller beaucoup plus loin. L’avenir infirmera ou confirmera peut-être cette hypothèse, si des découvertes similaires et plus complètes sont effectuées dans d’autres édifices.

  • 57 Cathedralem basilicam texit lapidibus, caput et campanaria plumbo operuit” - (Acta 55., 1680, maii (...)

72D’autres informations sur la couverture de la cathédrale sont indirectement apportées par la biographie de Pierre II de Tarentaise. La vie de ce prélat, ancien moine cistercien de Tamié, est relativement bien connue grâce à une biographie rédigée par Geoffroi, abbé de Hautecombe, contemporain et ami de l’évêque Pierre (Locatelli 1995 : 717-736) qui occupa le siège de Tarentaise de 1141 à 1175. Dans ces écrits, il est fait mention des travaux entrepris sous l’épiscopat de Pierre II : il dota la cathédrale de voûtes de pierre57 J. Vallery-Radot propose que ce voûtement ait recouvert la nef, puisque Geoffroi mentionne l’existence, dès l’origine, de voûtes en pierres sur l’extrémité orientale (1965,108).

73La présence de voûtes en berceau ou en arêtes sur l’ensemble de la partie orientale pose un problème de datation. E.-L. Borrel affirme n’avoir modifié ni les maçonneries ni les supports de cette zone. Or, les éléments de soutènement présents dans la travée de chœur apparaissent bien légers pour supporter une voûte d’arêtes ou en berceau - il s’agit de simples dosserets décorés de fines colonnes engagées qui reçoivent la retombée des voûtes. Bien sûr la présence des tours comme éléments de contrebutement n’est pas à négliger et a pu faciliter la construction d’une voûte, en palliant l’épaisseur relativement mince des murs.

74La construction de la cathédrale interviendrait dans la première moitié du XIe s. Mais il faut être plus prudent dans l’attribution de ces espaces voûtées à la construction d’origine. En effet, un siècle sépare l’érection de la cathédrale de l’aménagement de ce voûtement rapporté par le moine Geoffroi. Si l’extrémité orientale était entièrement voûtée à l’arrivée de Pierre II sur le siège de Tarentaise, cette réalisation a pu être effectuée par un de ces prédécesseurs. A contrario, certains pourront arguer que le prieuré Saint-Martin d’Aime possède aussi une travée de chœur voûtée d’arêtes. Mais là encore, il n’existe pas d’étude précise sur le voûtement de cet espace, qui permette d’affirmer que cette voûte a été montée au début du XIe s.

  • 58 On citera les exemples de Saint-Vincent de Cardona (Ferne 2000 : 243-256) ou de Sainte-Marie de Cas (...)

75On peut, en effet, concevoir que des espaces restreints, tels que la crypte, le cul-de-four de l’abside principale ou les chapelles latérales aménagées dans les tours, soient voûtés en pierres. Des exemples précoces le démontrent : on citera les voûtes de la crypte de Saint-Martin à Aime, ou en Italie, celles de Saint-Ours ou Sainte-Marie d’Aoste. En revanche, la travée de chœur offre des dimensions importantes (10 m x 7 m), qui nécessitent des techniques de construction bien maîtrisées. Les constructeurs du début du XIe s. les possédaient-ils vraiment ? Quelques édifices montrent une maîtrise précoce de ces techniques, notamment en Bourgogne. À Saint-Vorles de Châtillon-sur-Seine, la travée de chœur est de dimensions modestes (4,50 m). À Saint-Philibert de Tournus où les dimensions se rapprochent de ce que nous rencontrons à Moûtiers (6 m environ), les constructeurs ont été obligés de construire de puissants piliers maçonnés pour soutenir l’ensemble (Vergnolle 1994 : 72). À Romainmotier, autre exemple alpin, l’abbatiale a sans doute été voûtée dès l’origine (994-1049). Les techniques du voûtement de grands espaces commencent à être maîtrisées au cours de la deuxième moitié du XIe s. : à Saint-Savin-sur-Gartempe, la nef principale possède une largeur de 6 m ; à Saint-Martin de Tours ou Saint-Etienne de Nevers, les nefs sont de plus en plus larges (respectivement, 9,50 m et 8 m). La Catalogne apporte aussi des exemples où les constructeurs apportent des solutions techniques maîtrisées mises au service de projets audacieux58.

  • 59 Construction effectuée entre 1075 et 1077.
  • 60 Les dates d'abattage de poinçons utilisés en remploi se situent vers 1050 (Archéolabs, Saint-Bonnet (...)

76Qu’en est-il du mode de couvrement du reste de l’édifice ? Les supports initiaux de formes simples - piles rondes - ainsi que le contexte architectural alpin militent plutôt en faveur d’un couvrement charpenté. Plusieurs exemples sont à retenir : la charpente de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne59 et les éléments de charpente retrouvés dans les combles de la cathédrale d’Aoste60.

  • 61 Cet enduit badigeonné de blanc s'inscrit bien dans la pratique du blanchiment des églises à l'époqu (...)

La cathédrale Saint-Pierre
Les éléments du décor

Cette cathédrale ne possède quasiment pas de traces du décor roman qui se développait à l’intérieur de l’édifice ; ni vestiges d’enduit peint, ni de décor stuqué. Seuls les ébrasements des fenêtres du massif ouest et du transept et les quelques fragments subsistant entre les voûtes et les parois de ce dernier, témoignent, par la présence d’un enduit blanc laiteux, de l’existence de cet habillage intérieur61 ; on ne possède malheureusement aucune trace de polychromie.
Le décor sculpté, qui est présent dans l’abside et dans la crypte, est sujet à caution. En effet, il a subi de telles restaurations, qu’il est difficile de différencier les pièces authentiques des créations du XIXe s. (fig. 36). Il serait nécessaire de réaliser des sondages systématiques sur chaque élément afin d’en déterminer la nature exacte. De telles investigations, pratiquées sur les fûts des colonnes de la crypte, ont déjà montré que ces supports sont construits en béton, et qu’il ne s’agit pas des fûts d’origine, comme le laissaient supposer les écrits de E.-L. Borrel.
L’association du tuf et de l’anhydrite, dans la réalisation des consoles de l’arcature de l’abside, entre tout à fait dans le cadre d’une recherche ornementale, par le contraste des couleurs entre le brun du tuf et le blanc scintillant du gypse. Les ouvertures du transept présentent un décor soigné du côté extérieur : l’arc de la baie est extradossé par de petites pierres plates.
Les vestiges du décor de cette cathédrale sont d’une extrême pauvreté. Ce décor n’a pas résisté aux multiples remaniements subis par l’édifice. Seuls les culots des arcatures de l’abside témoignent de l’intérêt des constructeurs pour une ornementation basée sur le jeu des couleurs. On peut se demander si ce n’est pas l’art du stuc qui venait pallier l’absence d’une sculpture monumentale. La région est, en effet, aussi riche en affleurements que le territoire mauriennais. L’absence de l’emploi de l’albâtre est, peut-être, liée à la qualité de ces gisements. La carte géologique ne différencie malheureusement pas les deux matériaux, anhydrite pour les éléments sculptés et gypse employé dans la constitution des mortiers et du stuc.

36- Culot décoré, dans l’abside de la cathédrale

36- Culot décoré, dans l’abside de la cathédrale

77Dans la deuxième moitié du XIIe s., un couvrement en pierre est alors construit sur les nefs. Cette construction est précoce pour cette partie des Alpes. En effet, la cathédrale de Maurienne n’a reçu un voûtement qu’au XVe s., et encore s’agissait-il d’un voûtement en bois pour la nef. Ceci indique peut-être tout le prestige dont était auréolé Pierre II. Il met son église au goût du jour en introduisant des techniques propres aux moines bâtisseurs que sont les cisterciens. Bien sûr, les caractéristiques architecturales de cette structure sont inconnues, le surhaussement des bas-côtés ayant réduit à néant les chances d’en retrouver des traces.

La cathédrale du XIe siècle - évolution chronologique

78La confrontation des observations effectuées sur le plan et sur les maçonneries permet de mieux définir l’architecture de cette cathédrale romane (fig. 37), en dépit des adjonctions gothiques et des rhabillages néoclassiques qui la cachent en partie. Un espace occidental précédait un vaisseau composé d’une nef et de deux bas-côtés ; un transept peu débordant permettait la jonction avec la partie orientale, constituée d’une grande abside et d’une travée de chœur cantonnée de deux tours massives. La partie basse était occupée par un espace semi-enterré reprenant le plan décrit plus haut. Les caractéristiques architecturales de cette cathédrale en font un des édifices majeurs de la Savoie, édifice qui diffère à plus d’un titre de la cathédrale mauriennaise (fig. 38).

37- Hypothèse de restitution de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers au XIe siècle

37- Hypothèse de restitution de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers au XIe siècle

38- Moûtiers : la cathédrale Saint-Pierre et le quartier canonial

38- Moûtiers : la cathédrale Saint-Pierre et le quartier canonial

Extrait du Theatrum Sabaudiae

A. D. de Savoie

Le problème de la datation

79La construction de la cathédrale romane est attribuée à l’archevêque Amisus (996-1044). E.-L. Borrel est le premier à avoir utilisé cette datation, qui est rapidement devenue une interprétation courante. Or, on est confronté à la longévité (près de 50 ans) de l’épiscopat d’Amisus. La liste épiscopale est, pour cette période, lacunaire et divergente selon les auteurs. Le chanoine Gros indique la présence de l’évêque Baldoph en 1006 au concile de Francfort, puis celle de Amisus II en 1025. Selon Mgr. L. Duchesne, les informations apportées par le chanoine Gros manquent de certitude, mais il ne tranche pas sur l’existence effective de deux évêques portant le même nom. Dans son Histoire du diocèse de Tarentaise, J. Lovie (1979 : 19) réaffirme l’existence de deux évêques : Amisus I et Amisus II.

80Un renouveau économique et intellectuel touche la Tarentaise à la fin du Xe s. Une manifestation de ce renouveau est illustrée par l’attribution des droits comtaux à Amisus, archevêque de Tarentaise par le roi de Bourgogne en 996. Il est certain que ces droits viennent renforcer, peut-être artificiellement, le pouvoir temporel de l’évêque en le nommant représentant du souverain dans le diocèse. La conjonction de ce facteur politique et des références architecturales au premier art roman italien a amené bien des auteurs à conserver cette datation haute, sans refaire une étude exhaustive du bâtiment proprement dit.

81Si l’attribution de cette construction à la première moitié du XIe s. est tout à fait justifiée, définir le nom du commanditaire est, en revanche, beaucoup plus délicat.

82J. Hubert, le premier, a réfuté cette datation et parle de simple conjecture de la part de l’architecte. L’auteur a même eu tendance à rajeunir de beaucoup la construction, chose qu’il avait déjà effectuée à Saint-Jean-de-Maurienne, en plaçant la construction à l’extrême fin du XIe s., voire au XIIe s. (Hubert, 1952). Là non plus l’argumentation ne tient pas. Puisque les sources historiques sont de peu de secours, les comparaisons morphologiques apportent quelques éléments de datation. Les caractéristiques architecturales de la cathédrale Saint-Pierre, principalement la morphologie du chevet et du transept, l’austérité des surfaces murales et des lignes architectoniques simples, l’apparentent à des constructions d’influence lotharingienne, notamment les cathédrales Saint-Etienne de Metz et Notre-Dame de Verdun.

83F. Heber-Suffrin offre une relecture minutieuse du plan de la cathédrale de Metz (Heber-Suffrin 1995). L’auteur restitue un chevet avec une abside semi-circulaire recouvrant une crypte à trois chapelles échelonnées. Ce chevet est cantonné de tours de forme circulaire. Le transept haut possède une croisée marquée par de forts piliers supportant des arcs diaphragmes. Les problèmes de datation de cet édifice sont importants.

84L’initiative de cette construction est attribuée à Thierry I (965984). Or la consécration n’intervient que tardivement vers 1040 sous l’épiscopat de Thierry II (1005-1046). F. Heber-Suffrin propose les hypothèses suivantes : Thierry I aurait fait reconstruire la nef en conservant le chœur antérieur, la reconstruction de la partie orientale serait une œuvre plus tardive comme le suggère une reprise visible à la naissance du bras nord du transept. La morphologie de cette structure appelle des comparaisons avec le monde germanique et notamment des constructions érigées pendant le deuxième quart du XIe s.

85La cathédrale Notre-Dame de Verdun présente des dispositions orientales semblables à celles de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers : un vaste transept précédait un chevet constitué d’une travée de chœur, sans doute terminée en hémicycle, et cantonné de deux tours possédant une chapelle orientée. La question de la datation de ces structures est sujette à deux interprétations divergentes. H. Colin situe la construction de ces parties sous l’épiscopat de l’évêque Thierry (1047-1089), alors que H.G. Marschall place la construction de la plus grande partie de l’édifice (parties ouest, nefs, transept oriental et bases des tours orientales) sous l’épiscopat de Heimon (988-1024) (Colin 1995). Il n’est pas de notre compétence de trancher entre ces deux hypothèses.

86L’examen de ces deux édifices montre que l’analyse comparatiste est un exercice difficile. Il nous faut donc revenir au monument lui-même. La morphologie du chevet et du transept, nous l’avons vu, s’apparente à des constructions du monde ottonien : austérité des surfaces murales, lignes architectoniques simples. L’église de Einsiedeln présente à certains égards une morphologie similaire à Moûtiers. Le chevet composé d’une abside et d’une profonde travée de chœur appartient à la construction commencée vers les années 987 ; le transept à croisée régulière est, quant à lui, érigé dans les années 1031-1039 (Sennhauser 1993).

87Cependant, la dimension importante des fenêtres du transept nous incite à placer la construction de la partie orientale relativement haut dans le XIe s. L’utilisation des piliers circulaires s’inscrit, par ailleurs, dans une mouvance bourguignonne illustrée par l’abbaye de Tournus, dont la construction s’inscrit dans le premier quart du XIe s.

88Si la construction de la cathédrale de Metz est une référence pour les évêques de Moûtiers, il faut alors supposer que ces derniers ont entrepris la construction de cette cathédrale dans le deuxième quart du XIe s. ; ce qui, par ailleurs, la place à peu près contemporaine de la construction de la cathédrale de Spire (1030-1060 pour le gros-œuvre). Or, l’espace occidental de Moûtiers possède pour une part la morphologie du massif ouest de Spire.

89Ces différents indices permettent de proposer une hypothèse de datation. Le parti adopté pour le chevet peut être choisi dans le premier quart du XIe s. (1020 ?), et l’espace occidental, construit aux environs de 1050. Il serait, néanmoins, tentant de situer la construction du chevet plus tôt dans le premier quart du XIe s. en référence aux reconstructions qui se déroulent à la cathédrale Sainte-Marie d’Aoste, particulièrement bien datées par une analyse dendro-chronologique. Mais le fait que cet évêché soit suffragant de Moûtiers n’est pas une raison suffisante pour justifier une même période de reconstruction sur les deux versants des Alpes. Il faudra donc attendre une fouille du sous-sol de la cathédrale et de ses abords pour assurer ou infirmer ces propositions de datation, et pour collecter des informations sur les édifices antérieurs qui ont préparé les dispositions du XIe s.

Notes

37 Une longueur en œuvre de 58 m, pour une largeur moyenne de 19 m et une hauteur sous clef de 13 m dans la nef.

38 Le Theatrum Sabaudiae publié en 1682, comprenant 135 vues en perspective cavalière, exécutées par T. Borgonio entre 1677 et 1678, décrivant les villes du duché de Savoie. Il a été réalisé à la demande du duc.

39 Intérieurement, cette travée possède une longueur de plus de 7 m.

40 Borrel 1868. “... en opérant dans le déblais de cette crypte, on trouva trois cercueils en bois dans le martyrium, à 1,40 m au-dessous du plancher de l'église...”. L'auteur indique que ces cercueils ne sont pas antérieurs au XVIIe s.

41 La surélévation du mur appartient à la phase de réaménagement des toitures qui a pris place au XIXe s.

42 Ces corbeaux sont installés sous l'arcature à égale distance les uns des autres selon une horizontalité quasi-parfaite.

43 M. Hudry met en doute la contemporanéité de ces ouvertures avec les clochers (1988 : 133-138). Or, l'analyse des maçonneries montre que toutes les parties du chevet sont liées et contemporaines.

44 Cet aménagement compliqué n'est peut-être pas d'origine ; le haut de l'arcature forme ainsi un arc de décharge ; et les tableaux sont légèrement ébrasés.

45 La façade est percée de trois baies : le portail central est surmonté d'une large fenêtre à remplages, puis d'une petite lucarne avec un linteau en accolade qui éclaire les combles. Cette ouverture remplace une fenêtre à remplages flamboyants, visible du comble. L'étage du bas-côté nord présente les traces d'une ouverture qui, semble-t-il, n'a jamais été réalisée. En effet, les blocs de gypse qui marquent l'emplacement présumé des piédroits, montrent plusieurs anomalies. D'une part, ils ne sont pas construits selon un alignement vertical rigoureux. D'autre part, la retombée de l'arc, qui lui est construit parfaitement, ne se fait pas à l'aplomb des piédroits, ceux-ci étant situés légèrement en retrait. Le comble est éclairé par une petite baie rectangulaire à linteau en accolade flanqué de deux écus effacés, que l'on identifie avec les armes du cardinal d'Arciis. Alors qu'il exécutait la façade, le maître maçon eut sans doute l'intention de voûter la nef sur croisée d'ogives, comme le prouve le formeret en tiers-point en place au revers de la façade et visible des combles. Les réfections intérieures de la période gothique n'ont pas laissé d'autres traces que celles-ci.

46 Calcaire compact subcristallin (faciès marmoréen des Etroits du Siaix).

47 Au sud, les travaux furent beaucoup plus importants qu'au nord.

48 Archives du diocèse de Tarentaise.

49 Nous n'avons pas pu réaliser l'étude de ce parement, ce dernier ayant été restauré au cours d'une tranche de travaux antérieure.

50 Sur la gravure du Theatrum Sabaudiae, on voit l'élévation des tours occidentales ; sur le plan de 1787, c'est leur emplacement au sol qui est reporté, les tourelles d'escalier ayant sans doute conservé un certain usage en dépit de la destruction de l'espace occidental.

51 On peut rapprocher ce plan de celui de Merseburg ou Einsiedeln (1031/39).

52 T1 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,40 m) ; T2 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m) T3 (hauteur : 0,75 m x largeur : 0,35 m) ; T4 (hauteur : 0,70 x largeur 0,35) ; T5 (hauteur : 0,70 m x largeur 0,35 m).

53 Entre T1 et T2 : 0,72 m ; entre T2 et T3 : 0,65 m ; entre T3 et T4 : 0,65 m ; entre T4 et T5 : 0,70 m.

54 T6 (hauteur : 0,85 m x largeur : 0,40 m) ; T7 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m) ; T8 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,32 m) ; T9 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m) ; T10 (hauteur : 0,80 m x largeur : 0,30 m).

55 Entre T6 et T7 : 0,60 m ; T7 et T8 : 0,60 m ; T8 et T9 : 0,60 m ;T9 et T10 : 0,55 m.

56 T5 à 0,70 m du chaînage extérieur ; T10 est situé à 1 m du chaînage externe.

57 Cathedralem basilicam texit lapidibus, caput et campanaria plumbo operuit” - (Acta 55., 1680, maii II, 327) - cité par J. Vallery-Radot 1965.

58 On citera les exemples de Saint-Vincent de Cardona (Ferne 2000 : 243-256) ou de Sainte-Marie de Casseres (Catalunya romanica 1996 : 368).

59 Construction effectuée entre 1075 et 1077.

60 Les dates d'abattage de poinçons utilisés en remploi se situent vers 1050 (Archéolabs, Saint-Bonnet-de-Chavagne).

61 Cet enduit badigeonné de blanc s'inscrit bien dans la pratique du blanchiment des églises à l'époque romane (cf. supra).

Table des illustrations

Titre 15 - La cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers -en-Tarentaise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 16- Plan et restitution de la façade et du chevet de la cathédrale Saint-Pierre par E.-L. Borrel
Légende Les monuments anciens de Tarentaise 1884
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 17- Le chœur de la cathédrale Saint-Pierre restauré à la fin du XIXe s. par E.-L. Borrel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 18- Relevé simplifié de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 19 - Relevé de la crypte de la cathédrale de Saint-Pierre à Moûtiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-5.png
Fichier image/png, 290k
Titre 20- Les chapiteaux cubiques de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 21- Relevé de E.-L. Borrel de la crypte de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers
Crédits Les monuments anciens de Tarentaise, 1884
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 22 - La crypte : une la ouverture et aménagée dans le mur occidental
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 23- Le chevet composé d’une vaste abside cantonnée de deux tours
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 24- Relevé partiel en développé de l’abside et de la travée de chœur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-10.png
Fichier image/png, 595k
Titre 25- Dans la tour sud-est, un espace privilégié est aménagé au premier étage
Légende On accédait à ce lieu depuis le transept, seule la porte haute subsiste
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 26- Le transept et les larges fenêtres en triplet et le relevé pierre à pierre de l’extrémité sud de ce transept (façade extérieure)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 27- Maison jouxtant le transept
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-13.png
Fichier image/png, 571k
Titre 28- Relevé pierres à pierres des parties sommitales du transept, murs ouest, les ouvertures sont visibles au ras du sol du comble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-14.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre 29- Facade occidendale de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 30- Le plan de Revel (1862) montre l’organisation de l’ensemble cathédral avec le cloître et le palais épiscopal
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-16.png
Fichier image/png, 280k
Titre 31- Cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers : vue intérieure
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 32- Les lézènes décorant l’extrémité ouest du mur gouttereau sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 33- Extrémité ouest du mur gouttereau sud : relevé pierre à pierre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 34- Détail d’une étroite fenêtre dans le mur gouttereau sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 35- Parties sommitales du transept, mur est, les murs sont aménagés pour recevoir une structure de couvrement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 36- Culot décoré, dans l’abside de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 37- Hypothèse de restitution de la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers au XIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 38- Moûtiers : la cathédrale Saint-Pierre et le quartier canonial
Légende Extrait du Theatrum Sabaudiae
Crédits A. D. de Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1870/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter