Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Chapitre 1. Les structures du pouvoir

Texte intégral

Le cadre religieux : de la création des diocèses au XIe siècle

  • 1 La tradition de l’évangélisation de la Maurienne par les saints Elie et Milet est tirée de la “Chro (...)

1Les origines de la christianisation de la Savoie sont imprégnées de légendes qui rendent parfois difficile la lecture de la réalité historique. Ces récits légendaires font remonter la christianisation de la Tarentaise et de la Maurienne aux premiers temps chrétiens : l’évangélisation de la vallée de l’Isère aurait été réalisée par saint Pierre et celle de la vallée de l’Arc par les disciples de ce dernier, les saints Elie et Milet1 (Gros 1948). Cette origine apostolique est revendiquée par les évêques afin d’asseoir leur autorité face au pouvoir grandissant soit des laïcs, soit d’autres prélats. Si, pour le Valais ou le Lyonnais, les premiers témoignages sur l’existence d’une communauté chrétienne remontent au IIe ou au IIIe s., les documents empreints de quelque authenticité sont, pour la Tarentaise et la Maurienne, beaucoup plus tardifs (fig. 2).

2- Les vallées de Tarentaise et de Maurienne, en Savoie

2- Les vallées de Tarentaise et de Maurienne, en Savoie
  • 2 Les grands bouleversements des cadres administratifs touchent, bien sûr, ces deux entités territori (...)
  • 3 Ces territoires sont soumis à la puissance de Rome au premier siècle avant J.-C. (an 15 avant J.-C. (...)

2Dès le IVe s., l’Église établit une organisation calquée sur le découpage administratif romain2 : à Grenoble (Gratianopolis), un évêque est mentionné en 381 (Baucheron et al. 1998 : 23) ; à Genève (Geneva), le premier ensemble cultuel chrétien est construit entre 350 et 370 (Bonnet 1986 : 22-23) ; à Aoste (Augusta Praetoria), la religion chrétienne s’impose pendant la seconde moitié du IVe s. (Bonnet et Perinetti 1986 : 9 ; Perinetti 1999 : 14-17) ; les premières constructions chrétiennes de Martigny (Forum Claudii Vallensium) s’installent dans le courant du siècle. La destinée de cet ensemble est modifiée lorsque, entre 549 et 585, le siège épiscopal est transféré à Sion (Lehner et Wiblé 1996 : 104106). Au regard de leurs voisines, à l’exception de Sion, l’établissement des communautés chrétiennes en Tarentaise et Maurienne est assez tardive. La destinée de Moûtiers et de Saint-Jean-de-Maurienne reste en effet liée à leur ancienne province3 : pour Moûtiers, les Alpes Pennines (Octodorus) et pour Saint-Jean-de-Maurienne, les Alpes Cottiennes, territoire sous la dépendance de l’évêché de Turin.

  • 4 Au Moyen Âge, le territoire savoyard est réparti sur cinq diocèses :
    - la moitié nord du Val du Bour (...)

3Les circonstances de la création de ces diocèses sont assez bien connues : l’homélie de saint Avit, évêque de Vienne, et le récit de Grégoire de Tours, historiographe des rois francs, apportent de précieuses indications. Jusque-là, les vallées de Tarentaise et de Maurienne, ainsi que la Combe de Savoie, se trouvaient sous la tutelle des évêchés de Genève, Grenoble ou Turin4. La création de ces nouvelles provinces ecclésiastiques procède moins de la christianisation de zones reculées que d’une volonté politique : elles sont issues du pouvoir royal burgonde, puis franc.

Le royaume burgonde et la création du diocèse de Tarentaise

4En 443, le peuple burgonde s’installe dans l’arc alpin, suite à l’intervention dAetius, chef des armées romaines en Gaule. Cet acte répond à des nécessités stratégiques et sociales. En installant ce peuple fédéré dans une zone hautement stratégique, Rome crée ainsi une véritable région frontière qui constitue une défense avancée des passages alpestres vers l’Italie. Les Burgondes acceptent alors que catholicisme et arianisme puissent coexister. Le clergé catholique va d’ailleurs jouer un rôle important dans la vie politique : ainsi certains clercs deviennent-ils des conseillers influents auprès du roi comme Avit, évêque de Vienne ou Rusticus, évêque de Lyon. C’est sous leur domination que l’évêché de Tarentaise est créé (fig. 3).

3- Les limites des diocèses de Tarentaise et de Maurienne

3- Les limites des diocèses de Tarentaise et de Maurienne

Les limites du diocèse de Tarentaise reprendraient celles de l’ancien territoire des Ceutrons (Barruol 1969 : 313-316). Ce territoire comprenait la haute vallée de l’Isère offrant l’accès au col du Petit-Saint-Bernard, la vallée inférieure de l’Arly et la vallée du Doron. Les montagnes qui enserrent ces vallées constituent une frontière naturelle avec ses voisins : les diocèses d’Aoste et de Maurienne. Au nord, le confluent de l’Arly et de la Chaise marque le point de jonction avec le diocèse de Genève, tandis que le contact s’opérait avec le diocèse de Grenoble sur la rive droite de l’Isère entre Saint-Vital et Montailleur.
À sa création, le diocèse de Maurienne, soumis à la juridiction métropolitaine de Vienne, possède un territoire qui inclut, dans ses limites, la ville de Suse (Albrieux et Billiet 1861 : 308 ; Barruol 1969 : 334-337). Cette ville, pourtant plus importante et au passé plus prestigieux que Maurienna, était trop proche de Turin et des velléités de reconquête de son évêque, mais aussi trop proche du territoire lombard, pour servir de chef-lieu au nouvel évêché. Pendant longtemps, les limites du diocèse ne seront pas connues avec certitude : les limites sont à peine esquissées dans un acte du roi Boson de 887, et dans une bulle pontificale de Serge III en 904 (Calmette et Clouzot 1940 ; Leguay 1983 : 351). Il faut attendre le Xe s. pour qu’elles soient mieux définies. Elles couvraient la vallée de l’Arc et une partie de la moyenne vallée de l’Isère jusqu’au diocèse de Grenoble ; durant le haut Moyen Âge, elles s’étendaient de Suse à La Roche-de-Rame et à la Bréda : en 1262, Anselme, évêque de Maurienne, fait constater que son diocèse s’étend jusqu’au pont de Volovia près de Suse (Albrieux et Billiet 1861 : 7-9).

5La plus ancienne mention attestant avec certitude l’existence du diocèse de Tarentaise est une lettre du pape Léon Ier. En 450, le pape consacre le rattachement de l’évêché à la métropole de Vienne (Chevalier 1890). Certaines sources proposent une création plus précoce encore. Après Pierre, l’évangélisation de la Tarentaise et la création du diocèse sont attribuées à saint Jacques d’Assyrie, événements relatés dans la Vita Sancti Jacobi (Besson 1871). Jacques serait un disciple de saint Honorat, fondateur du monastère de Lérins. Ce dernier, devenu évêque d’Arles, l’aurait sacré évêque de Darantasia en 426. Saint Jacques aurait créé le temporel de l’évêché en obtenant une donation du prince burgonde Gondicaire : la concession du roc Saint-Jacques, où il aurait construit son palais, ainsi que celle des principales vallées de basse Tarentaise (Besson 1871 : 190-192).

6Dans son étude critique des premiers évêques de Gaule, M. Heinzelmann ne paraît pas mettre en doute l’existence de cet évêque (Heinzelmann 1976 : 196). Il mentionne Jacobus de Tarentaise comme un évêque ayant subi l’influence de Lérins. Or, l’étude critique de J. Roubert montre que ce texte est un faux (Roubert 1960 : 422). Il est fait référence à des événements qui ne sont pas contemporains : les Burgondes s’installent en Sapaudia en 443 ; la mort de Jacques est située vers 429. J. Roubert suppose que ce texte a été rédigé au XIIIe s. (1220) comme preuve pour soutenir les droits des archevêques-comtes de Tarentaise contre les empiétements des seigneurs laïques : les comtes de Savoie et de Genève.

7Face à ces deux interprétations, nous sommes très gênée pour conclure : pour les uns, Jacobus a effectivement été évêque de Tarentaise ; pour les autres, il n’a pas d’existence réelle, et son apparition dans la liste épiscopale est tardive. Elle offrirait ainsi une origine apostolique au diocèse. Cette seconde hypothèse apparaît la plus vraisemblable, car les événements relatés dans la Vita de Jacques ont un caractère trop politique pour les crédibiliser. Le premier évêque connu est Sanctus, qui assiste en 517 au concile d’Epaone (Duchesne 1907-1915). C’est à lui que l’on attribue la construction de la cathédrale Saint-Pierre au VIe s. que saint Avit, évêque de Vienne, consacra avant 525, date de sa mort.

Le royaume franc et la création du diocèse de Maurienne

8Installé dans une région d’une grande importance stratégique et économique, le territoire burgonde suscite très vite la convoitise de son voisin franc. Les successeurs de Gondebaud, Sigismond et Godomar III, se montrent incapables de contenir l’avancée franque. La conversion de Clovis, acte hautement diplomatique, lui ménage la confiance de l’aristocratie gallo-romaine et le soutien des évêques. À la différence des Wisigoths ou des Burgondes, il refuse l’hérésie arienne et obtient la confiance des grands propriétaires fonciers. Le royaume burgonde est absorbé par les Francs en 534 (Duby 1996). Après l’annexion, les Francs occupent ce royaume tout en respectant les institutions et le peuple burgonde. À la mort de Clovis, la cité de Genève est confiée à Childebert Ier (495-558) et la cité de Grenoble à Clotaire Ier (497-561).

9Au VIe s., une série de campagnes militaires conduit les Francs en haute Italie et attire l’attention de leurs rois sur cette zone de franchissement des Alpes. La lutte que mènent les rois francs contre les Lombards, arrivés en Italie vers 568, les oblige à créer des marches défensives pour protéger le royaume. Pour s’assurer le contrôle des voies de passage, le roi Gontran stationne des troupes à deux carrefours importants des grandes vallées, à Aoste et à Suse. Après leur défaite en 574, les Lombards cèdent aux Francs les vallées du versant est des Alpes. Afin de renforcer son emprise sur les Alpes, il crée un nouvel évêché (Besse 1932). Vers 579, il convoque un synode à Chalon-sur-Saône qui érige les territoires de Maurienne, du Val de Suse, du Haut Briançonnais et du Val de Lanzo, en un diocèse. Ce territoire à valeur hautement stratégique devient une unité religieuse autonome, indépendante de la juridiction de l’évêque de Turin, dont il dépendait initialement, trop proche du royaume lombard et de ses influences. Maurienna, vilis locus mentionnée par Grégoire de Tours, se transforme en chef-lieu de diocèse. La ville est alors désignée sous le terme de Urbs Maurienna. Un document tardif tente de justifier cette création royale en la fondant sur des intentions plus religieuses qu’elles ne devaient l’être au départ : « Audiens autem gloriosus Guntrannus rex de reliquis B. Joannis Baptistae et de miraculis quae ibi Dominus ostendebat.. » (Gallia Christiana 1865 t. XVI, col. 613 et 614).

  • 5 Leporius préside le concile de Chalon-sur-Saône en 650.

10Le premier évêque de Maurienne serait Felmasius. Son existence demeure incertaine. Cette mention apparaît dans un texte tardif qui soutient les prétentions de l’archevêque de Vienne sur l’évêché de Maurienne. Quelques auteurs admettent, néanmoins, que son nom aurait été conservé par la tradition, notamment Mgr. L. Duchesne. Cependant, aucune source du VIe s. ne l’atteste. Le premier évêque connu est Hiyonius qui assiste aux deux conciles de Mâcon en 581 et 585, peu d’années après la création du diocèse. C’est sous son épiscopat que le Pape Grégoire le Grand fait valoir auprès de Brunehaut les réclamations de l’évêque de Turin contre la création de ce nouvel évêché5.

L’essor des villes et le développement des groupes épiscopaux

  • 6 Darantasia est le nom conservé à l’agglomération depuis l’époque antique. C’est ainsi qu’elle est m (...)

11Les chefs-lieux de diocèses, Darantasia et Maurienna6, connaissent un essor important, renforcé par la proximité des voies de passage (fig. 4). La route Milan-Lyon passant par le col du Petit-Saint-Bernard, voie connue depuis l’Antiquité, est supplantée par le développement de l’axe de circulation PavieVienne, dont le franchissement se fait par le col du Mont-Cenis (Duparc 1969). Néanmoins, cette voie ne sera jamais une grande route commerciale, comme celle des Alpes centrales par le Grand-Saint-Bernard. Elle restera fréquentée avant tout par des voyageurs ou des pèlerins, ce qui explique le grand nombre de gîtes et d’hospices qui jalonnent cet itinéraire. En revanche, le développement de Darantasia reste lié à des relations régionales, facilitées par sa position au carrefour de plusieurs vallées.

4 - Les voies de passage à travers les Alpes

4 - Les voies de passage à travers les Alpes

Darantasia, cité épiscopale

  • 7 Acta Sanctorum : recueils relatifs à la vie des saints dont la rédaction fut initiée au XVIIe s. pa (...)
  • 8 Mon. Germ. Hist. Auct. antiquiss. (éd. Peiper), 1883, VI : 134.“... le temple, suffisant pendant la (...)
  • 9 “...Quod si et speciales fisti gaudium praecunio currente tangamus. Est quidem fabrica praesens joc (...)
  • 10 Le titre de Procurator Alpium Graiarum apparaît entre 81 et 96.

12Des traditions confuses relatent l’existence d’un groupe cathédral dès le milieu du Ve s. avec les cathédrales Saint-Etienne et Sainte-Marie et le baptistère Saint-Jean-Baptiste. L’église Saint-Etienne est mentionnée dans la biographie tardive de saint Jacques par les Bollandistes7 (Acta SS 1680). Les vocables de Notre-Dame et Saint-Jean-Baptiste sont cités par J. A. Besson (1871 : 192) et attribués par l’auteur à une construction de l’évêque Marcel. Là encore, les faits semblent très conjecturaux. Si l’existence du diocèse est connue par les textes dès 450, il convient de rester prudent quant au parti architectural développé à cette époque et aux vocables attribués à ces constructions, pour l’heure, hypothétiques. Les faits sont avérés pour le VIe s. Un passage de l’homélie prononcée par saint Avit, archevêque de Vienne, lors de la consécration de son suffragant8 atteste l’existence d’une église, sans doute à un emplacement proche du site actuel9. La construction d’un édifice important était nécessaire pour subvenir aux besoins de la cité. Darantasia, chef-lieu de diocèse, avait ainsi pris le pas sur Axima. Là se pose l’épineux problème du déplacement de cheflieu. Durant l’Antiquité, l’ancienne capitale administrative du territoire se situe à Aime (Axima, devenue Forum Claudii Ceutronum sous le règne de Claude)10. On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit les prélats à préférer Darantasia, station mentionnée sur les itinéraires routiers antiques (Itinéraire d’Antonin et Table de Peutinger). La position géographique de ce site est sans doute pour beaucoup dans cette décision. Darantasia s’étire dans un étroit bassin, enserré par de puissantes masses rocheuses. En dépit de l’encaissement du site naturel, la situation géographique du lieu est particulièrement privilégiée. En effet, la ville est située au carrefour des vallées de Haute-Tarentaise, bassin supérieur de l’Isère, et des Dorons (la vallée des Dorons de Belleville et des Dorons de Bozel).

Eléments de topographie urbaine

13Les efforts conjoints des autorités archéologiques, des collectivités locales et des associations archéologiques départementales ont permis d’augmenter incontestablement les découvertes sur la période gallo-romaine et le haut Moyen Âge, notamment par le suivi du plan d’occupation des sols lors des travaux d’urbanisme de la ville de Moûtiers. Bien sûr, on est loin des résultats obtenus à Aoste ou à Genève qui permettent d’avoir une vision synchronique de l’évolution de ces cités.

  • 11 Repéré par nous.

14Le bourg de Darantasia s’est développé de part et d’autre du pont qui enjambe l’Isère, comme l’attestent les différents vestiges antiques mis au jour ces dernières années au cours de travaux d’urbanisme, aussi bien dans le quartier Saint-Pierre (sur la rive droite) que dans le quartier Sainte-Marie (sur la rive gauche) (Rémy et al. La fouille de sauvetage de plusieurs dépotoirs antiques offre, par la diversité du mobilier recueilli, l’image d’une bourgade qui n’est pas à l’écart des courants commerciaux internationaux (op. cit. 1996). Des fragments de mobilier lapidaire témoignent aussi de ce passé. Dans l’escalier actuel de descente à la crypte, un bloc utilisé en remploi dans le mur présente un départ de colonnade qui suggère la représentation d’un temple11. Lors de la restauration de la cathédrale, l’architecte E.-L. Borrel a mis au jour dans les déblais de la crypte un fragment de marbre blanc portant une inscription romaine, qu’il suppose provenir du piédestal d’une statue élevée en l’honneur d’un procurateur impérial (peut-être un certain Gratus) (Borrel 1884).

  • 12 Ce site a fait l’objet de découvertes en plusieurs temps, mais jamais d’une fouille exhaustive. Gal (...)
  • 13 Gallia Christiana, t. XII, p. 394 - ’ecclesia de Sancto Albano de Mustero’ 1258 . Il existait deux (...)

15Sur les éléments de topographie urbaine postérieurs à la période romaine, nos connaissances sont partielles. Lors de travaux effectués à l’emplacement du lycée (situé au sud-ouest de la cathédrale), de nombreuses sépultures ont été mises au jour12 : des sépultures gallo-romaines, des tombes de dalles ainsi qu’un sarcophage sculpté d’une croix pattée. Une inscription datée du haut Moyen Âge a aussi été découverte (VIe-VIIIes.). Ici s’est développée une zone d’inhumation qui a débuté à la période romaine et a perduré pendant le haut Moyen Âge. On y situe traditionnellement le prieuré bénédictin de Saint-Alban13. Cette nécropole fut-elle accompagnée d’une église funéraire dès le haut Moyen Âge ? Seules des investigations complémentaires permettraient d’étayer une telle hypothèse.

  • 14 Observations faites lors de la construction des fondations de la chapelle nord de la cathédrale en (...)
  • 15 - P. A. Février contestait déjà cette suggestion (Février 1986a, t. III : 141-146).

16Les travaux réalisés par E.-L. Borrel fournissent des indications qui concernent plus directement l’emplacement du groupe cathédral. Un sol ancien (pavage) a été repéré à 3,20m en contrebas du niveau actuel des rues14, ce qui témoigne de l’exhaussement des niveaux de sol ; on ignore tout de la chronologie du phénomène. Le même auteur (Borrel 1905 : 196-201) signale aussi, lors d’une fouille exécutée sur le flanc nord de l’abside en 1897, la découverte d’un édifice circulaire (fig. 5). Il voyait dans ce bâtiment les substructions d’un temple gallo-romain. J. Vallery-Radot puis M. Hudry ont suggéré que cet édifice ait pu être réutilisé comme baptistère. Cette hypothèse séduisante ne repose sur aucune argumentation solide15 : les descriptions de E.-L. Borrel sont bien trop laconiques pour donner une idée précise de l’évolution et de la fonction de ce bâtiment. On ne peut donc pas raisonnablement identifier cette construction avec les soubassements d’un baptistère, sans une fouille de l’ensemble.

5 - Edifice circulaire mis au jour par E.-L. Borrel en 1897

5 - Edifice circulaire mis au jour par E.-L. Borrel en 1897

D’après l’architecte Borrel, situation du monument antique découvert au chevet de la cathédrale de Moûtiers par rapport aux édifices modernes (le pointillé allant sous le chevet de la cathédrale n’a pas été confirmé par des fouilles récentes).

  • 16 - Cette épitaphe était cachée derrière une armoire et fut dégagée par l’auteur (Barbier-de-Montault (...)

17Sur les édifices religieux qui se sont succédé à l’emplacement de la cathédrale romane, nous ne possédons quasiment aucune information, à l’exception de deux fragments sculptés qui appartiennent au haut Moyen Âge. L’un deux est conservé dans la crypte au-dessus de l’ouverture permettant l’accès à la chapelle sud. Cette sculpture, en faible relief, présente des motifs végétaux aujourd’hui très dégradés ; E.-L. Borrel en a proposé une restitution (Borrel 1884 : pl. 8687, fig. 1 et 2). E. Chatel propose les Ve-VIe siècles comme fourchette de datation (Chatel 1981 : 118). L’autre élément est l’épitaphe de l’évêque Teutran, mort le 8 mars 885, gravé sur un bloc de schiste et conservé dans le bras sud du transept16.

  • 17 - Ce document est conservé en Mairie de Villargerel.

18La ville s’est donc développée autour de sa cathédrale. On ne connaît pas le visage qu’elle avait à l’époque médiévale. Les deux représentations les plus anciennes datent seulement du XVIIe s. : le Theatrum Sabaudiae de 1682 et une évocation de Moûtiers vers 163017 (fig.6). Elles offrent l’image d’une agglomération qui s’étend principalement au nord et à l’ouest de la cathédrale, ainsi que sur la rive gauche de l’Isère, aux abords du prieuré Sainte-Marie. La ville n’est plus fortifiée depuis 1337. Au début du XVIIe s, un mur d’enceinte avec une porte monumentale est construit aux confins du quartier ouest (Breche 1980). Ces représentations sont à considérer avec prudence. Si le plan de 1630 précise maladroitement l’emplacement des principaux édifices sans souci de proportion, le Theatrum Sabaudiae propose une image emphatique de la ville, très classique, dont toutes les caractéristiques du Moyen Âge sont gommées. Cependant, compte tenu de ces interprétations, la structure générale de la cathédrale est globalement respectée.

6- Vue de Moûtiers vers 1630

6- Vue de Moûtiers vers 1630
  • 18 On suppose que sa construction a débuté vers 1668, elle a remplacé une pièce voûtée édifiée hors-oe (...)

19Les nécessités urbanistiques du XIXe s. ont profondément transformé la topographie de la cité. Le quartier canonial a été en partie gommé par des destructions drastiques. Le plan de Revel, réalisé en 1862, figure pourtant une série de bâtiments appartenant à l’ensemble canonial ainsi qu’un cloître sur le flanc nord de la cathédrale (cf. fig. 30). Une chapelle néogothique18 était en emprise sur le cloître septentrional, ainsi qu’une sacristie, sans doute contemporaine de la reconstruction de la chapelle nord (Vallery-Radot 1965 : 109).

  • 19 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie-Moûtiers 2619, Dossier 1906 à 1924.

20Lorsqu’un programme de restauration fut mis en place par l’Etat au début du XXe s., l’architecte Bertin projeta19 « d’isoler » (sic) la cathédrale. Il renonça finalement à ce programme afin de ne pas compromettre la valeur architecturale du palais épiscopal attenant à l’église. En effet, le flanc sud de la cathédrale est partiellement caché par les bâtiments de l’ancien évêché. Disposés en U autour d’une cour, ces bâtiments sont accolés d’une part à la façade occidentale, et d’autre part, au bras sud du transept. Les plus anciens vestiges de ce palais ont été mis au jour par E.-L. Borrel dans le sous-sol de la partie du palais donnant sur la place Saint-Pierre. Il a reconnu des portions de murs qu’il attribua au XIe s. car caractérisés par un appareil de petits moellons bruts disposés en arêtes de poisson. Le palais est reconstruit en partie et restauré sous l’épiscopat de l’archevêque Germonio vers 1610, comme l’atteste une inscription incluse dans la façade méridionale, donnant sur la rivière. Une nouvelle restauration a eu lieu en 1864, puis plus récemment au début des années 90 (fig. 7).

7 - Le palais épiscopal de Moûtiers érigé directement en bordure de l’Isère

7 - Le palais épiscopal de Moûtiers érigé directement en bordure de l’Isère

21À l’ouest de la cathédrale, une avant-cour précède la façade. Construite en 1686, commandée par Mgr. Milliet de Challes, elle aurait été détruite partiellement pendant la Révolution et rétablie en 1864. Il est probable qu’une avant-cour préexistait à cette construction de la fin du XVIIe s. On constate en effet la présence d’un avant corps de bâtiment sur le plan de 1630. Le fait que celle-ci ne figure pas sur le Theatrum n’est pas une référence en soi. Il est fort probable que le dessinateur soit à peine venu sur le site. Toutes les représentations du Theatrum Sabaudiae sont très stéréotypées : pour la cathédrale de Moûtiers, la façade gothique est transformée en façade classique et le transept n’est pas représenté (cf. fig. 38). Un portail de style classique ouvre sur une cour pavée de galets, bordée par une aile de l’ancien évêché et par un ancien logement de gardien. Une tour d’horloge occupe l’angle nord-ouest. Cette tour est absente du plan de 1787, mais apparaît sur celui de 1862. La modénature laisse penser qu’elle a été construite au milieu du XIXe s.

Maurienna, cité épiscopale

  • 20 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, C. 13, (B. Krusch et W. Levison, 16, t. IV). Vieillard (...)
  • 21 Vie de sainte Thècle, Acta Sanctorum, junii, t. V, 1867 : 7275 ; t. VII, 1867 : 63-68.

22Dans son Liber in gloria martyrum, Grégoire de Tours fait le récit de l’arrivée des reliques de saint Jean-Baptiste20 à Maurienna. Il relate le voyage vers la Terre Sainte de sainte Tigris : « La route du Mont-Cenis était la voie empruntée par les pèlerins se rendant en Terre Sainte ou à Rome. Ils traversaient Valloire où une femme, Tigris, prenait soin d’eux. À son tour, elle décida de se rendre en Terre Sainte et se rendit sur le sépulcre de saint Jean-Baptiste. Elle ramena les reliques du saint à Maurienna où elle fit construire une basilique pour abriter les reliques ». Certains auteurs mentionnent trois doigts, d’autres le pouce uniquement (Acta SS 1867)21.

  • 22 Le culte de Jean-Baptiste est attesté en occident dès le IV e s. (baptistère du Latran). Il est cél (...)

Les reliques de Saint-Jean-Baptiste
(extrait, Gros 1948)

« Grégoire de Tours indique la venue de trois évêques qui vinrent vénérer les nouvelles reliques de l’église de Maurienne. La Vita de sainte Tigris précise le nom de ces prélats. Il s’agit des évêques de Turin, d’Aoste et de Belley. « Ayant veillé une nuit dans la prière, ils posèrent la relique au-dessus d’un linge, il en tomba une goutte de sang. Après deux autres veilles, il tomba deux nouvelles gouttes. Les évêques se partagèrent le linge et emportèrent leur part du voile dans leur cathédrale respective ».
La Maurienne dépendait de Turin dont Rufus était l’évêque. Un jour, son archidiacre lui dit : « il n’est pas concevable que cette relique si précieuse repose dans une si pauvre localité. Allez donc, prenez là et apportez-la ici à Turin, qui est une ville plus connue ». L’archidiacre vint en Maurienne. Mais à peine eut-il mis la main sur le reliquaire qu’il devint comme fou, fut saisi d’une fièvre violente et mourut au bout de trois jours. Une grande frayeur s’empara de tous les témoins de cet événement, et depuis lors personne n’osa toucher aux saintes reliques »22.

  • 23 La Légende des Saints dite Légende Dorée, écrite au XIIIe s. par Jacques de Voragine, relate l’exis (...)

23La possession de ces reliques entraîne la construction d’une église pour les abriter23. Cet édifice a-t-il existé ? Rien ne permet ni de confirmer ni d’infirmer cette hypothèse et le texte de Grégoire est trop tardif par rapport aux faits rapportés pour offrir une argumentation solide. L’appartenance de la Maurienne au diocèse de Turin, et son éloignement du chef-lieu de cité, milite en faveur de la présence assez tôt d’un lieu de culte chrétien dans cette petite bourgade, sans doute une des plus importantes de la région, dès la création de l’évêché de Turin. Maurienna, située dans une zone largement ouverte sur la vallée de l’Arc, le long d’une voie importante reliant l’Italie à la France par le passage du Mont-Cenis, est en effet idéalement localisée au débouché de deux vallées : les vallées de l’Arvan et de la Haute-Maurienne. On connaît très mal son développement à l’époque antique. Le terme de « vilis locus » employé par Grégoire de Tours désigne une bourgade peu importante. Quelques découvertes fortuites effectuées depuis le XIXe s. attestent une occupation à l’époque romaine (Rémy 1996 : 196-197). Cependant, aucune fouille ne permet d’en définir le périmètre et la nature.

24L’existence d’une ecclesia est mentionnée avec certitude à la fin du VIe s. Une nouvelle construction est érigée, après 579, sur l’ordre du roi Gontran. La ville doit sa prospérité aux miracles accomplis dans la chapelle qui abritait la châsse contenant les doigts du Précurseur et aux pèlerinages qui y furent organisés.

  • 24 Lors du décrépissage le décor peint néo-gothique fut supprimé. À cette occasion, les fresques de l’ (...)

25Des bâtiments qui constituaient le siège épiscopal pendant le haut Moyen Âge ne subsistent que des fragments sculptés d’époque carolingienne, inclus dans la maçonnerie des piles quadrangulaires de la cathédrale romane (fig. 8). Ces plaques ont été mises au jour lors du piquage des enduits intérieurs de la cathédrale effectué par le service des Monuments Historiques entre 1964 et 197524.

8- Entrelacs carolingiens découverts dans la cathédrale à Saint-Jean-de-Maurienne

8- Entrelacs carolingiens découverts dans la cathédrale à Saint-Jean-de-Maurienne

26Quelle physionomie possédait le premier ensemble épiscopal ? En 1041, la charte de l’évêque Teutbaldus mentionne explicitement la coexistence de deux sanctuaires : « ..je donne certaines terres de mon episcopatus aux chanoines de Sainte-Marie et Saint-Jean-Baptiste... ». La cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l’église canoniale Sainte-Marie sont implantées côte à côte, mais avec un décalage très marqué : Saint-Jean est construite beaucoup plus à l’est que Notre-Dame. Cette disposition n’est pas fortuite. À l’ouest de la cathédrale se dégage naturellement un espace libre que la tradition orale désigne toujours sous le nom de »vieux cimetière« . La physionomie du groupe cathédral du XIe s. constitue-t-il l’état fossile d’une structure qui préexistait à ces reconstructions ? Nos connaissances actuelles ne permettent pas de répondre à cette question. L’implantation de deux églises côte à côte constitue une organisation qui survit ce problème lié à la morphologie du groupe cathédral primitif pose la question de l’existence d’un baptistère. Sa dédicace et son emplacement sont inconnus. Etait-il à l’emplacement du clocher de l’église Notre-Dame comme le proposait J. Hubert ? Si tel est le cas, les vérifications seront rendues difficile suite à l’excavation complète du rez-de-chaussée. Etait-il situé entre les deux églises ou à l’ouest de Saint-Jean-Baptiste ? Ces hypothèses de travail devront être un jour vérifiées dans le cadre d’investigation sur les extérieurs de ces bâtiments. Aujourd’hui le problème reste entier et forme une des grandes inconnues pour la bonne compréhension de cet ensemble.

  • 25 Le palais est restauré en 1578 sous l’épiscopat de Mgr. Lambert, puis en 1614 par Mgr. Milliet, enf (...)

27Situé à l’ouest des deux églises, le palais épiscopal, réaménagé pour la plus grande part au XVIIIe s.25 présente un aspect massif avec un corps de bâtiment rectangulaire flanqué de deux ailes, qui encadrent une cour d’honneur (fig. 9). Cet édifice est-il construit à l’emplacement initial de la Domus depuis le haut Moyen Âge sur de nombreux sites - à Lyon jusqu’à la Révolution, à Grenoble jusqu’à nos jours. À partir de l’époque romane et dans le nord de l’Europe, la cathédrale regroupe plusieurs fonctions, la seconde église est soit réservée aux cultes privés des chanoines, soit dévolue à la liturgie paroissiale. J. Hubert, le premier, introduit l’ensemble épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne dans le groupe des églises doubles (Hubert 1963). Or, pour le haut Moyen Âge, les données sur la question sont souvent problématiques, et le colloque sur »les églises doubles« tenu à Grenoble en 1994 démontre l’ampleur des interrogations encore en suspens (Duval, Caillet 1996). En effet, en Maurienne, on ne possède aucun indice permettant d’établir une évolution commune des deux édifices avant leur construction au XIe s. Par extension, Ecclesia qui abritait l’évêque et ses prêtres pendant le haut Moyen Âge ? Aucun indice ne peut infirmer ou confirmer cette hypothèse. Ainsi, cette question vient rejoindre les points obscurs qui jalonnent l’histoire de ce groupe épiscopal.

9- Le palais épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne

9- Le palais épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne

28Les vicissitudes historiques et les nécessités urbanistiques des XVIIIe et XIXe s. ont grandement transformé la trame de la ville. On en rencontre l’écho, ici ou là, dans les comptes rendus de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Maurienne. Ces travaux touchèrent le cœur de la ville et principalement l’environnement immédiat des édifices religieux. Aucun document graphique ne présente le visage médiéval de Saint-Jean-de-Maurienne. L’unique évocation ancienne de cette ville est celle du Theatrum Sabaudiae de 1682. Le quartier canonial n’est presque plus visible aujourd’hui, alors qu’il formait un ensemble cohérent sur cette gravure du début du XVIIe s. (cf. fig. 71).

29En 1907, les services des Beaux Arts présentèrent un plan d’isolement de la cathédrale. L’architecte Bertin, en charge du projet, représente le quartier avant le percement de certaines voies et la démolition de quelques bâtiments aux abords de la cathédrale. La création de cette ‘bande d’isolement’ devait permettre une meilleure visite du site et un entretien plus aisé des constructions - notamment pour l’installation des échafaudages en cas de réparations. Ces travaux permettraient de libérer un espace autour de l’édifice. Il s’agissait donc d’assainir les abords de l’édifice, au détriment de l’environnement séculaire des bâtiments. Des excès identiques furent perpétrés un peu partout en France : au XIXe s„ la cathédrale de Paris se trouva coupée du fourmillement humain qui était le sien, et condamnée à rester isolée sur une île désertifiée (Erlande-Brandenbourg 1989). Ce qui survint à Paris servit d’exemple à bien d’autres sites. Le cas de Saint-Jean-de-Maurienne n’est qu’un des multiples avatars de la volonté de transformer toute cathédrale en objet d’art extirpé de son contexte social.

La christianisation des vallées intra-alpines

  • 26 Plusieurs auteurs ont tenté d’analyser ce phénomène : pour la Maurienne, F. Bernard (1928) et pour (...)

30Des études ont été consacrées depuis le XIXe s. à la christianisation des vallées de l’Arc et de l’Isère26. La recherche s’est heurtée ici, comme en de multiples endroits, à la rareté des textes et à leur difficulté d’interprétation. Pourtant, ces vallées, précocement romanisées, possèdent des localités susceptibles d’accueillir très tôt des communautés chrétiennes. Les quelques établissements fouillés, villae et vici, révèlent une occupation romaine assez développée bien qu’encore partiellement connue : cité d’Aime, sanctuaire et habitats groupés de Châteauneuf et Gilly-sur-Isère ou grands domaines et établissements ruraux d’Arbin, Fréterives, Saint-Jean-de-la-Porte, Saint-Avre et Aiguebelle (Remy et al. 1996).

  • 27 À Jongieux sur le site de Saint-Romain, une inscription conservée au musée d’Aix-les-Bains datée de (...)

31Pour le haut Moyen Âge, les renseignements à notre disposition sont encore plus fragmentaires. Cette période est connue par du mobilier lapidaire ou épigraphique, ainsi que par des sites funéraires partiellement reconnus (souvent l’ancienneté des découvertes interdit d’en donner une datation précise). Seul le diocèse de Tarentaise possède une inscription antérieure au Ville, qui rappelle le décès de Galla, morte à 26 ans (Hudry 1975). Les autres fragments connus, tous datés du VIe s., ont été découverts dans le Bugey savoyard, sur des sites qui longeaient la voie romaine reliant Lyon aux territoires alpins27 (Descombes 1985). Ces datations tardives renforcent le sentiment d’un pays christianisé tardivement. Par ailleurs, l’analyse documentaire met en lumière une fonction des églises tardivement précisée : la mention ecclesia apparaît au XIe ou XIIe s. (une trentaine de sites sont concernées). L’implantation des sites religieux à Aime revêt un caractère exemplaire, du fait même de la rareté d’autres investigations archéologiques dans le département. La topographie du vicus montre un réseau de constructions religieuses associées à une fonction funéraire : Saint-Sigismond et Saint-Martin, édifices qui reprennent partiellement comme fondation le tracé de substructions antiques.

32La rareté des fouilles et des résultats parfois insatisfaisants interdisent de voir une continuité assurée entre des établissements antiques et ceux du haut Moyen Âge. De fait, on doit aussi considérer que les constructeurs ont vu leur choix guidé par un emplacement remarquable géographiquement et/ou économiquement. Les sites sont, en effet, idéalement situés : soit sur un promontoire, soit le long des voies de passage, celles-ci jouant, ici comme ailleurs, un rôle essentiel comme vecteur de diffusion de la foi chrétienne.

33Pour les XIe et XIIe s., on détient plus de renseignements. Les réseaux paroissiaux sont constitués et l’on compte plusieurs mentions d’églises et de paroisses (ecclesia et parrochia). Le réseau prioral se met en place grâce aux donations des seigneurs laïcs, alors que les grands ecclésiastiques favorisent l’implantation, sur leurs terres, de communautés de chanoines réguliers. Les vestiges de cette époque sont moins abondants dans ces vallées alpines que dans d’autres contrées où l’architecture romane est mieux préservée. On rencontre quelques édifices romans bien connus dans la géographie de ce style : en Tarentaise, Saint-Martin ; en Maurienne, Sainte-Marie-de-Cuines ou Saint-Pierre d’Extravache. D’autres bâtiments contiennent de modestes vestiges qu’il convient de reconnaître patiemment sous les couches d’enduits grisâtres ou derrière les reconstructions de l’époque baroque. On compte ainsi dans chaque vallée une trentaine d’églises dont les murs sont ornés de lésènes et d’arcatures comme sur les monuments phares de ces contrées (fig. 10).

10- Carte des réseaux prioraux et des églises conservées de l’époque romane

10- Carte des réseaux prioraux et des églises conservées de l’époque romane

Les églises du haut Moyen Âge à Aime
Aime est située à mi-chemin entre Moûtiers-en-Tarentaise et Bourg-Saint-Maurice. À l’époque antique, elle était capitale des Alpes Grées, connue sous le nom de Axima, toponyme qui apparaît pour la première fois dans un document tardif, la Table de Peutinger (Février 1986b : 141-144). Plusieurs inscriptions des IIe et IIIe s., dédiées à des procurateurs d’Auguste, montrent l’importance de cette cité à l’époque romaine (Colardelle 1983 : 277-278). L’agglomération se développe sur la rive droite de l’Isère, le long de la route reliant l’Italie à la France par le col du Petit-Saint-Bernard. La topographie antique est peu à peu précisée par les différentes découvertes qui ont eu lieu depuis les trente dernières années (Rémy 1996).
Le haut Moyen Âge voit ce lieu péricliter. À ce déclin, deux causes principales sont attribuées : d’une part, la baisse du trafic alpin par le col du Petit-Saint-Bernard (Gimard1977 :41-48), et d’autre part, la création de la cité épiscopale à Darantasia (Moûtiers-en-Tarentaise), Axima devenant alors une simple bourgade de montagne.
L’ancienneté de ce bourg est révélée par de multiples découvertes de l’époque romaine, mais aussi par l’existence d’un des plus beaux fleurons de l’art roman savoyard : l’église priorale Saint-Martin (fig. 11). Des interventions archéologiques ont permis de découvrir l’existence de deux édifices chrétiens antérieurs au XIe s. : le premier, dans les parties basses du site à l’emplacement de l’église Saint-Martin, et le second à l’emplacement de la chapelle Saint-Sigismond sur la partie supérieure du bourg.

11- L’église priorale Saint-Martin d’Aime

11- L’église priorale Saint-Martin d’Aime
  • 28 Bibliothèque du Patrimoine - Savoie 2609 - Aime (Saint-Martin) - Dossier 1869 à 1935-1942 - Dossier (...)
  • 29 Il s’agit du muret qui traverse l’abside carolingienne. Sa facture se rapproche plutôt d’un mur en (...)
  • 30 L’église Saint-Etienne de Kriel (à proximité de Cologne) avec une travée de chœur de plan trapézoïd (...)

Les fouilles dans la priorale Saint-Martin
L’église priorale Saint-Martin a été achetée en 1865 par l’Académie de la Val d’Isère, afin d’en préserver l’intégrité. E.-L. Borrel y entreprit d’importantes investigations archéologiques (Borrel 1875 : 555-561 et 1884). Ces fouilles, menées de 1868 à 1877, vont excaver totalement l’intérieur de la nef. Ainsi furent mis au jour les vestiges de deux bâtiments antérieurs à la construction romane :
- un édifice de plan rectangulaire (11,30m x 6,50m), précédé à l’est d’un portique. Une couche de mortier, disposée sur un hérisson, a été retrouvée à 3,50m du sol actuel. Les murs sont constitués de petits moellons noyés dans un mortier abondant, les joints marqués d’un faux-appareil incisé : aux lignes horizontales sont associées des lignes verticales doubles. Un enduit ocre-rouge recouvre la partie supérieure des murs. Des chapiteaux, des fragments de colonnes et de bases furent également mis au jour. À ce bâtiment, l’inventeur attribua la fonction de temple et le data du Ier s., d’après l’étude de la céramique ;
- un bâtiment encore plus important succède à cette première construction. En partie installé sur les vestiges du précédent, ce bâtiment est de plan rectangulaire (s’étendant jusqu’à la façade actuelle de la priorale) terminé à l’est par une abside précédée d’une petite travée droite. Plusieurs sépultures auraient été découvertes dans l’espace compris entre un muret, identifié comme une barrière de chancel, et le chœur. Cet édifice fut reconnu comme la première église d’Aime, qui d’après la tradition orale aurait été consacrée en 427 (sic) par l’évêque saint Jacques de Tarentaise (Borrel 1884 : 108).
En 1875, le bâtiment fut classé au titre des Monuments Historiques. En 1885, l’État en devint propriétaire. Des travaux de consolidation furent dès lors régulièrement effectués, d’autant que la stabilité de l’édifice excavé par les fouilles était source d’inquiétude dès 189928 Ce n’est pourtant qu’à partir des années 1960 que la consolidation des murs gouttereaux du vaisseau fut entreprise. Ces derniers présentaient un déversement particulièrement marqué au niveau des grandes arcades, avec par endroits un faux-aplomb de plus de 0,50m. C’est l’architecte en chef P. Lotte qui s’attela à cet épineux problème (Lotte 1959).
Dans les années 1980, en vue de sa présentation au public, des travaux de drainage et d’assainissement ont été réalisés autour du bâtiment et ont bénéficié d’un suivi archéologique effectué par J. Tardieu, (Tardieu 1982 à 1984). Ces interventions ont permis à l’archéologue de vérifier certaines des hypothèses de E.-L. Borrel concernant les bâtiments antérieurs à l’église priorale, et de proposer une nouvelle lecture du plan et des élévations du bâtiment roman.
En ce qui concerne les aménagements de l’époque romaine et du haut Moyen Âge, J. Tardieu propose les interprétations suivantes (Canal, Tardieu 1997) :
- la restitution d’un temple prostyle parait très audacieuse et ceci pour plusieurs raisons. En premier lieu, les soubassements maçonnés de la colonnade sont difficilement identifiables comme tels29 et les éléments de son décor sculpté ne forment pas un ensemble homogène, mais proviendraient de structures différentes. Deuxièmement, l’analyse des murs de la cella montre de nombreuses reprises et des absences de liaisons entre les parois du quadrilatère, ce qui indique plusieurs phases de construction et notamment l’installation de la cella dans un bâtiment plus ancien. Enfin, les sondages extérieurs ont mis au jour des systèmes de chauffage, de circulation d’eau et des pièces à terrazzo. Ces indices ont amené J. Tardieu à formuler l’hypothèse suivante : un espace thermal, daté du Ier-IIe s., est en partie réaménagé et conservé en élévation (2 m à 2,15 m) sous un édifice chrétien. La cella reconnue par Borrel formait-elle déjà l’oratoire d’une demeure privée ? Ceci expliquerait, peut-être, en partie l’excellent état de conservation de cette structure ;
- les murs de l’église primitive sont aisément reconnaissables à l’utilisation de matériaux de remploi et d’un appareil en opus spicatum. Le parement est traité à pierres vues, le mortier largement étalé sur les blocs puis incisé en lignes verticales et horizontales formant un faux-appareil. Un enduit blanc recouvrait le parement ; il en reste dans l’abside des traces importantes. Les parois de la nef unique utilisent les vestiges antiques comme soubassements, alors que l’extrémité orientale est une création. La datation de ce bâtiment pose problème et les interprétations sont divergentes. En effet, la longueur du chœur, assez inhabituelle pour l’époque mérovingienne, inciterait à évoquer une datation plus tardive, inscrivant cet édifice dans une tradition plutôt carolingienne30.

  • 31 Borrel signale la découverte en 1830, à proximité de l’église paroissiale, d’un sarcophage en tuf d (...)
  • 32 Et cela en vertu de l’application du schéma remarqué en milieu urbain où le culte eucharistique est (...)

L’église Saint-Sigismond :
le point sur les fouilles anciennes

Dans le cadre de l’aménagement du quartier Saint-Sigismond en parc public, les fouilles31 de la chapelle du même nom ont été entreprises dans les années 70, d’abord par P. Borrione (Borrione 1972), pour la nef, puis par G. Gimard (Gimard 1972, 1977), pour l’abside et les abords du bâtiment. Les vestiges d’une église orientée ont, ainsi, été mis au jour : une nef unique de plan rectangulaire, une vaste abside et deux annexes formant un transept (fig. 12a et b).
Ce bâtiment s’est installé en partie sur des soubassements antiques. La fouille a, par ailleurs, mis en évidence la présence d’un grand nombre de sépultures aussi bien autour que dans la chapelle. Par endroits, elles se rencontrent sur trois niveaux : le niveau inférieur étant caractérisé par la présence de sarcophages et de coffres de lauzes couverts de tegulae ; le second par des coffres de dalles de plan trapézoïdal ; en surface, on rencontre des inhumations en pleine terre (Colardelle 1983 : 277). La période d’utilisation du bâtiment est révélée par la découverte d’un fragment en marbre décoré d’un chrisme daté des Ve-VIe s. (Gimard 1977).
L’absence d’une publication précise et exhaustive est extrêmement dommageable pour la compréhension de cet ensemble. De nombreuses questions restent en suspens. Si les sépultures mérovingiennes prouvent que l’église possède une fonction funéraire importante, qu’en est-il de la relation entre cet édifice et l’église Saint-Martin érigée en contrebas du bourg ? S’agit-il alors d’une église-mère32 avec son cimetière et Saint-Martin, d’une église à fonction uniquement funéraire ? Des sépultures antérieures à la période carolingienne n’ont pas, a priori, été mises au jour à Saint-Martin. On peut alors supposer le glissement de la fonction d’un site vers l’autre, Saint-Sigismond étant progressivement abandonné au profit de Saint-Martin.

12 - L’église Saint-Sigismond à Aime

12 - L’église Saint-Sigismond à Aime

a) levée de fouilles par G. Gimard
b) essai de reconstitution de l’église du haut Moyen Âge

Pouvoir laïc et pouvoir religieux

34À la fin du premier millénaire, le contexte politique et historique dans lequel sont comprises la Tarentaise et la Maurienne, est celui du royaume de Bourgogne (fig. 13). Depuis l’an 888, date de l’élection du marquis Rodolphe, le royaume de Bourgogne s’étend sur la zone médiane de l’ancienne Lotharingie carolingienne (cf. encart). Le cœur du royaume est constitué des territoires alpins, en particulier le temporel de l’abbaye Saint-Maurice d’Agaune. En s’appuyant sur les souverains ottoniens, Conrad le Pacifique va accroître considérablement les possessions royales en acquérant le Lyonnais, le Viennois puis le royaume de Provence. Ainsi les rois de Bourgogne contrôlaient-ils les principaux cols des Alpes.

13 - Le royaume de Bourgogne

13 - Le royaume de Bourgogne
  • 33 La Saboia carolingienne a fait ultérieurement l’objet de plusieurs partages jusqu’à l’établissement (...)

Les partages carolingiens
Sous la domination carolingienne, les territoires frontaliers jouent un rôle important. L’itinéraire du Mont-Cenis est emprunté par les troupes de Pépin le Bref, puis par celles de Charlemagne, dans la lutte que les rois francs mènent contre le peuple lombard.
Lorsque Charlemagne se préoccupe de régler sa succession et partage son royaume entre ses trois fils (Louis, Charles et Pépin), les territoires intra-alpins sont mentionnés. Dans ce document daté de 806, la »Divisio Imperii’, qui énumère les territoires assignés à chacun, apparaissent les unités « Saboia33 Morienna, Tarentasia » (Perret 1967 : 31-51 ; Lequin et Mariotte, 1970). Ce partage, jamais appliqué puisque deux de ses fils moururent avant Charlemagne, montre néanmoins l’organisation de l’empire carolingien, formé d’unités administratives et militaires dont les confins correspondent aux limites des diocèses.
À la mort de Charlemagne, ces provinces changent de souverain au gré des partages successoraux. En 843, le traité de Verdun place cette région alpine dans le lot de Lothaire Ier (843-855). À la mort de ce dernier, son royaume est démantelé :
- le Genevois, la Tarentaise, le pays de Vaud et le Valais forment les limites sud du royaume de Lothaire II.
-la zone d’Aix-Chambéry, le territoire de Maurienne et le Lyonnais sont intégrés à un territoire provençal attribué à Charles de Provence.
En 863, à la mort de Charles de Provence, ses biens sont partagés entre Louis et son frère Lothaire II, qui reçoit les pays de l’arrière duché de Lyon (Lyonnais, Viennois, Sermorens). En 867, il donne à sa femme Thietberge le domaine d’Annecy (Anesciacum). Il est donc curieux de constater que Lothaire fait don de biens qui a priori ne sont pas situés sous sa tutelle, en dehors de ses états (en Savoie, et en Maurienne, donation à l’église Saint-Pierre de Lyon).
Le partage du royaume de Lothaire II divise de nouveau la zone alpine : à Charles le Chauve, le Belley et la Tarentaise ; à Louis, Genève, Lausanne et Sion. À la mort de Charles, son frère Louis l’Aveugle prend possession de ses terres et forme ainsi un grand royaume italo-provençal.
Tous ces partages successifs sont le reflet de la dislocation de l’empire carolingien qui se traduit par la création des royaumes de Bourgogne et de Provence :
- en 879, à la mort de Charles le Chauve, Boson se fait proclamer roi de Provence ; son royaume comprend la Provence, le Viennois, le Lyonnais, la Tarentaise, la Maurienne et la Combe de Savoie.
- en 888, après la déposition de l’empereur Charles le Gros par ses sujets, Rodolphe Ier se fait proclamer roi de Bourgogne transjurane. Son territoire se compose du nord de la Savoie, du Jura et de la Suisse romande.
Finalement, en 933, par un traité aux circonstances mal connues, ces deux états sont réunis sous la tutelle des Rodolphiens. Ces partages sont réalisés de façon arbitraire. Les détenteurs de ces provinces n’ont qu’une autorité très officielle sur ces zones.

Pouvoir politique et monde monastique

35Trois grandes fondations monastiques sont intimement liées au développement des institutions religieuses et laïques : Saint-Maurice d’Agaune, la Novalèse et Saint-Michel-de-la-Cluse (cf. fig. 3).

36L’abbaye Saint-Maurice d’Agaune est fondée en Valais en 515, grâce aux libéralités du roi burgonde Sigismond, sur les reliques de saint Maurice et de ses compagnons de la légion thébaine martyrisés en 286 par l’empereur Maximien. Cet établissement a été particulièrement favorisé par les souverains carolingiens. Il est doté d’un hospice. Devenu par la suite collégiale de chanoines séculiers, ruiné par des raids sarrasins en 940, il n’est relevé qu’en 1017 par Rodolphe III de Bourgogne, puis réformé par l’abbaye d’Abondance, son ancienne fille qui y introduit la règle de Saint-Augustin.

  • 34 D’autres documents complètent cette liste épiscopale : Abbo qui, en 859 et 860, assista aux concile (...)

37L’abbaye de la Novalèse est un établissement bénédictin fondé en 726 au débouché transalpin du Mont-Cenis dans le diocèse de Maurienne, par le patrice Abbon, haut dignitaire de la cour impériale et avec l’assentiment de l’évêque de Maurienne. L’évêque Walchinus en consacrera les autels. Elle sert de lieu de sépulture pour les évêques de Maurienne. Le chroniqueur de la Novalèse, vers 1060, cite quatre noms d’évêque (Cipolla 1898 t. I : 248) dont il dit avoir vu les épitaphes, leurs tombeaux se trouvant dans l’abbaye : Mainardus qui vécut au milieu du Ville s. ou au début du IXe s., Ioseph, connu pour avoir participé au jugement d’un litige vers 853, Willelmus (Guillaume) assista en 899 à l’élection de l’évêque de Vienne Regenfridus et enfin Benedictus, cité dans le texte qui replace l’évêché de Maurienne sous la juridiction métropolitaine de Vienne34. L’abbaye de la Novalèse relève directement de la juridiction de Rome. Très puissante, elle devient le principal centre culturel de la région, avec notamment une bibliothèque de six mille manuscrits. Ruinée en 906 par des raids sarrasins, elle est réduite à l’état de prieuré dépendant de l’abbaye de Brême.

38Les dirigeants carolingiens vont porter à ces centres monastiques un grand intérêt, notamment en soutenant leur développement par des donations foncières. Ils reconnaissent ainsi le rôle majeur que ces établissements peuvent jouer dans plusieurs domaines. Tout d’abord, ils forment un réseau de points d’appui politiques d’autant plus importants qu’ils étaient, comme la Novalèse, situés dans des zones de grand intérêt stratégique. Ensuite, les moines participent à la mise en valeur des terres et ainsi à la restauration de l’économie locale.

  • 35 En Maurienne, cette abbaye possède les prieurés suivants : Mont-Cenis (825), La Corbière (1093), Co (...)

39Enfin, ils contribuent au rayonnement de la culture franque comme centre de formation pour les jeunes de l’aristocratie (Picard 1988 : 169-269). Ainsi l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune a-t-elle une histoire étroitement mêlée à celle des rois qui successivement possèdent cette région alpine et qui la dotent d’un temporel important. La Novalèse connaît une expansion liée aux carolingiens. Enrichie par Charlemagne, notamment à la suite du séjour qu’il aurait effectué à l’abbaye lors de ces campagnes contre les Lombards, elle possède de nombreux prieurés sur les deux versants des Alpes qui jalonnent les voies de communication35.

40Fondée au Xe s., l’abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse est un établissement bénédictin situé dans le Val-de-Suse. En 999, l’auvergnat Hugues de Mont-boissier s’engage à construire en ce lieu un monastère pour les pèlerins. Le gouvernement de l’abbaye est confié à l’abbé Arvert de Lézat. Cet établissement est richement doté ; il abritait une école et une bibliothèque importante. Cette abbaye connaît une large expansion dans le domaine alpin. Dans la vallée de l’Isère, elle possède plusieurs prieurés : Aime, Allondaz, Montailleur et Fréterive, dans la vallée de l’Arc, La Chambre, La Corbière et Aiton.

Les exactions sarrasines

41Dans le contexte alpin, les raids sarrasins ont une importance toute particulière. Leurs exactions sont, en effet, relatées avec force par les auteurs du XIXe s. Certaines graves déprédations ont effectivement eu lieu : le pillage de l’abbaye de la Novalèse, ruinée par un raid sarrasin en 906, ou la dévastation de l’abbaye Saint-Maurice d’Agaune en 940. Or, la gravité de ces raids est à relativiser (Bligny 1960). Les historiens du XIXe s. ont trop souvent expliqué nombre de bouleversements - qu’ils soient politiques, économiques ou architecturaux - par l’impact de ces invasions sur la région. Ainsi a-t-on expliqué systématiquement les reconstructions de la période romane par des destructions subies lors de ces fameux raids. Par ailleurs, les Sarrasins ont été délogés des zones montagnardes et de leur point d’ancrage dans le dernier tiers du Xe s. (entre 972 et 983), alors que les cathédrales de Moûtiers et de Saint-Jean-de-Maurienne ont été reconstruites entre trente et quatre-vingts ans plus tard pour les estimations les plus tardives. En revanche, on constate des interruptions très importantes dans les listes épiscopales. Pour la Tarentaise, on connaît les noms de trois prélats : Pandanus et Adaubages, sans que l’on puisse préciser les dates effectives de leur épiscopat, puis Anizo I (ou Amizus) autour de 994. Pour la Maurienne, seulement deux noms nous sont parvenus : Odilaf autour de 915 et Everard vers 994. Les raids sarrasins ont, avant tout, entraîné ou amplifié des dérèglements politiques qui s’étaient amorcés à la suite du partage de l’Empire carolingien.

Le royaume de Bourgogne et l’Empire

42À la mort de Rodolphe II (937), son fils Conrad le Pacifique lui succède. Dès cette époque, Otton Ier manifeste son intérêt pour le royaume de Bourgogne. Il établit des liens forts avec Conrad. Dans un récit de Flodoard (940), il est dit qu’« Otton s’était emparé par ruse de Conrad et le gardait captif auprès de lui ». Il lui rend le gouvernement de ses états, mais conserve sur lui une très forte influence. Il établit, par ailleurs, des liens familiaux en épousant Adélaïde, la sœur de Conrad (Poupardin 1907 : 72-79).

  • 36 L’érection de Moûtiers au rang d’archevêché date de l’époque carolingienne. En effet, l’évêque de T (...)

43Son successeur, Rodolphe III (993-1032) commence son règne par un acte dirigé contre la noblesse laïque, au profit des évêques plus faciles à désigner et contrôler. Afin de remettre un peu d’ordre dans son royaume, par le diplôme de 996, Rodolphe III confie à l’archevêque de Tarentaise36 les droits comtaux. Ces droits seront rapidement attribués aux prélats des diocèses voisins : à Sion en 999, à Lausanne en 1011, à l’archevêque devienne en 1023. Ce « comitatus » consistait, non en une dotation territoriale, mais en un ensemble de droits qui faisait de l’évêque le représentant du souverain dans son diocèse. Les évêques étaient, ainsi, détenteurs de certains droits régaliens et exerçaient la justice ; ils disposaient d’officiers et de vassaux assez nombreux. Rodolphe III cherchait à s’appuyer sur une puissance ecclésiastique susceptible de contrebalancer le pouvoir laïc. Mais dans quelle mesure cette disposition a-t-elle été efficace ? Elle n’a pas, semble-t-il, suffi à enrayer la montée en puissance des seigneurs locaux. Ce document évoque l’impuissance du pouvoir central à contrôler certaines parties du royaume. Rodolphe III apparaît comme le souverain d’un vaste territoire, qui s’étend du Rhin (Bâle) à la Méditerranée, sujet à d’incessants bouleversements.

La puissance seigneuriale

44À partir de la seconde moitié du Xe s., les structures économiques, politiques et sociales connaissent une transformation qui aboutit progressivement à la mise en place d’un nouvel ordre seigneurial. Le pouvoir est véritablement détenu par les seigneurs locaux qui constituent de véritables petits états dont le développement est favorisé par le rétablissement de la sécurité des voies de passage (élimination du brigandage) et l’essor économique qui en découle (activités agricoles diversifiées et reprise du commerce international). La prospérité s’affirme d’ailleurs par une renaissance matérielle et morale. Ces siècles sont marqués par un retour progressif à la sécurité, ce qui entraîne une expansion économique. Cet état de fait est connu, d’une part par certaines sources documentaires, d’autre part, par l’accroissement du nombre de constructions prestigieuses, qu’il s’agisse de châteaux ou de monastères, seigneurs et moines tournant leurs efforts vers une incitation aux défrichements et une mise en valeur des terres.

45Le paysage porte encore les traces de l’émergence de petites seigneuries, les mottes et les tours que l’on qualifie parfois au XIXe s. de sarrasines, datent de la mise en place du tissu seigneurial (fig. 14). On assiste à la naissance des seigneuries qui constituent un système complexe d’encadrement des hommes, établissant de nouvelles structures politiques, économiques et sociales. En l’absence d’un pouvoir royal fort, il résulte une réorganisation de la société établie sur des liens de dépendance de terre à terre et d’homme à homme.

14- Le château du Châtel

14- Le château du Châtel

La tour du Châtel, appelée également tour de Bérold de Saxe, se dresse sur un promontoire rocheux qui domine de 300m la vallée de l’Arc et le bassin de Saint-Jean-de-Maurienne. Ses dimensions, son aménagement et ses arases débordantes font de la tour du Châtel un monument singulier, qui trouve peu de termes de comparaison en Savoie et dans les régions avoisinantes

46Les familles seigneuriales mauriennaises et tarines qui existent en ces périodes de transition sont encore mal connues. Les documents sont peu nombreux et les événements parfois difficiles à mettre en perspective. Il reste encore à les reconstituer et à donner une géographie de leurs possessions.

47En Maurienne, les seigneurs de La Chambre jouent un rôle important, d’abord comme relais du pouvoir central auprès de l’évêque, puis dans l’administration de l’état savoyard. Ils portent le titre de vicomte et jouent un rôle essentiel dans le développement de la Maison de Savoie : ils sont les premiers conseillers du comte et participe de façon très active à l’expansion religieuse des XIe et XIIe s.

48En Tarentaise, les Chevron-Villette constituent une des plus anciennes familles aristocratiques de la vallée.

49L’arrivée des Humbertiens dans la région alpine est liée au problème de succession qu’entraîne la mort du roi de Bourgogne. En 1016, Rodolphe III, roi de Bourgogne, signe avec Henri II, empereur germanique, le traité de Strasbourg. Ce texte certifie qu’à la mort de Rodolphe, l’empereur sera le seul bénéficiaire de son état (Poupardin 1907 : 128). À la mort d’Henri II, son successeur, Conrad le Salique, influence Rodolphe pour qu’il signe à son profit un traité selon les mêmes termes : cet acte est désigné sous le nom de traité de Bâle. Les liens de parenté entre Rodolphe et Conrad le Salique étant moins évidents, une guerre successorale se déclare à la mort de Rodolphe en 1032. Eudes de Blois, comte de Champagne, conteste la validité de cet héritage. Le comte de Champagne rallie à sa cause des seigneurs, en particulier le comte de Genève. L’empereur trouve, quant à lui, un appui auprès d’Ermengarde, reine de Bourgogne, et de son conseiller Humbert. À la mort de son rival, en 1037, Conrad II fait couronner son fils, Henri, roi de Bourgogne. La loyauté d’Humbert envers l’Empereur est grandement récompensée.

50En premier lieu, Humbert reçoit la donation de plusieurs territoires alpins appartenant à l’ancien royaume de Bourgogne : le Bugey, la Savoie propre, la Maurienne, la Tarentaise, le Chablais et le Pays d’Aoste. Plusieurs documents permettent d’en préciser la date : en 1023, celle de la vallée d’Aoste ; entre 1039 et 1043, la cession des droits sur la Maurienne. Humbert prend le titre de comte, charge qui est une rémanence de l’administration carolingienne. Par délégation du souverain, le titulaire obtient le contrôle de la circonscription territoriale désignée. Il est alors investi de certains droits régaliens et pourvu d’attributions administratives, judiciaires et militaires.

51En second lieu, Humbert bénéficie de la protection impériale, ce qui facilitera l’ascension rapide de cette famille dans le monde alpin au cours du XIe s. À cet égard, une énigme subsiste sur les origines d’Humbert, le fondateur de la Maison de Savoie. Elle a suscité de nombreuses hypothèses, toutes invérifiables à partir des sources textuelles connues. La thèse principale identifie une origine saxonne et impériale pour Humbert : son père aurait été l’hypothétique Bérold, fils de Hugues de Saxe, lui-même frère d’Otton III et le fils d’Otton II. On doit cette origine à Jean d’Orville dit Cabaret, premier historien officiel des Savoie. Cette chronique est rédigée entre 1417 et 1419, à la demande d’Amédée VIII, dont les états venaient d’être élevés au rang de duché et qui souhaitait célébrer l’événement en faisant rédiger une histoire de la dynastie (La chronique de Savoye 1995). Cette thèse connaît un grand succès et reste juqu’au début du XIXe s. un élément déterminant de l’historiographie officielle (Andenmatten et De Raemy 1990). Aujourd’hui, le problème reste entier : qu’il soit bourguignon, saxon ou bugiste, Humbert sut créer les conditions pour que sa famille domine des terres sur les deux versants des Alpes.

52L’expansion territoriale de la maison humbertienne se concrétise en de nombreuses occasions par des mariages, qui lui permettent d’acquérir ainsi de nouvelles possessions territoriales dans la vallée de Suse et le Piémont. En 1046, le mariage d’Otton de Maurienne avec Adélaïde, la fille du Marquis de Turin, marque un tournant décisif dans la politique d’expansion des humbertiens. La double titulature de « Comte de Maurienne et Marquis de Turin » persiste jusqu’au XIIe s. (1150-1167), le titre de comte de Savoie n’apparaissant pour la première fois dans les textes qu’en 1143. La maison de Savoie consolide ainsi durablement ses positions sur les voies de passage qui assurent les relations internes d’un état se développant à cheval sur les versants des Alpes.

Les évêques et les Humbertiens

53C’est un temps difficile pour l’Eglise, nombre d’établissements sont aux mains de laïcs qui s’en sont emparés à la faveur de l’anarchie régnante et les exploitent comme leurs biens personnels. L’expansion rapide des Humbertiens bouleverse l’ordre préexistant. Les relations entre Humbert et les autorités religieuses ne sont sans doute pas toujours simples. Sa puissance territoriale s’est en effet bâtie au détriment des évêques, ses possessions enclavant le temporel de l’Eglise.

54L’empereur Conrad-le-Salique unit, en 1038, le diocèse de Maurienne au métropolitain de Turin au détriment de Moûtiers (Albrieux, Billiet 1861 : 325). Ce n’est qu’au XIIe s. (1123) que le pape Calixte II proclame de nouveau la suprématie de Vienne sur le diocèse de Maurienne (idem : 24-26).

55Suite à l’acquisition des droits comtaux, l’archevêque de Tarentaise est à la tête d’une seigneurie qui s’étend sur la basse Tarentaise, amoindrie par de nombreuses enclaves, appartenant notamment aux humbertiens. La ville de Moûtiers, les vallées de Belleville, des Allues et de Bozel, ainsi que la région de Conflans et le Beaufortain (qui par la suite passera des sires de Faucigny aux comtes de Savoie) lui appartiennent aussi.

56En Maurienne, l’origine des droits épiscopaux est mal connue. On les fait traditionnellement remonter à la création du diocèse par Gontran, ce dernier ayant conféré les droits régaliens au nouvel évêque. L’étendue du domaine épiscopal est mal connue. Néanmoins on voit apparaître un personnage qui est le vicomte de La Chambre. En 1025, il participe à la récupération des biens usurpés par les seigneurs laïcs.

57Les possessions seigneuriales en Maurienne se font au détriment du temporel canonial. La seigneurie épiscopale s’étend sur la rive gauche de l’Arc (sauf Argentine et Saint-André de Maurienne) : de la montagne de Rocherai et du pont d’Hermillon au ruisseau de Fresnay, en face de Saint-André, les vallées de Valloire et des Arves (jusqu’à la révolte des Arves en 1327, cette vallée devient terre commune, partage réalisé entre l’évêque et le comte) en font aussi partie. Déjà en 1041, l’évêque Teutbaldus se plaint de ce phénomène d’usurpation : « ... je donne certaines terres de mon episcopatus aux chanoines de Sainte-marie et Saint-Jean-Baptiste, parce que cet endroit dont je suis l’évêque me semble être en ruines... ». Les pertes territoriales se font au détriment de la mense capitulaire dont on connaît mal les limites pour le début du XIe s. L’évêque lance un anathème contre ceux qui tenteraient de contester ces donations.

58Les donations conjuguées du comte de Maurienne et du vicomte de La Chambre aux autorités épiscopales ou monastiques indiquent clairement que ces seigneurs bénéficiaient d’un temporel en partie usurpé. Vers 1073, Witfredus, seigneur de Miolans, restitue au monastère Saint-André de Vienne des terres qu’il possède dans la paroisse de Saint-Jean-de-la-Porte (Cart, de Saint-André, n° 231 : 174). C’est la première mention connue des seigneurs de Miolans.

59À Aoste, la situation est encore plus nette. Dès la dotation, Humbert s’empare de la totalité du territoire. L’évêque ne possède plus qu’une infime partie de la ville épiscopale, la vallée de Cogne, le château d’Issogne et une petite seigneurie à Rhins. On constate par ailleurs une vacance épiscopale importante qui laisse libre court aux agissements d’Humbert. Un membre de la famille humbertienne occupe dès 1030 le siège épiscopal d’Aoste. En 1037, un autre est nommé évêque de Sion (Amédée, fils du Comte de Savoie Thomas Ier).

60En Maurienne, les évêques et les comtes se partagent la possession territoriale de la vallée : aux comtes, la rive droite de l’Arc jusqu’à Pontamafrey et en aval les deux rives, aux évêques, la rive gauche où ils exerçaient les droits régaliens.

61Humbert II (1080-1103) a comme vassaux les vicomtes de Briançon, les La Chambre, ainsi que certains évêques (Maurienne, Aoste).

62Les évêques de Maurienne, ainsi que ceux d’Aoste, entretiennent des rapports cordiaux avec les comtes de Savoie, alors que les évêques de Tarentaise (Genève ou Turin) se sont reconnus, en 1175, vassaux directs de l’empereur Frédéric Barberousse, prenant ainsi parti contre les Humbertiens. Ainsi, en Maurienne, les évêques et le Chapitre jouiront d’une relative faveur de la part de la Maison de Savoie.

63Durant le haut Moyen Âge, les Alpes forment une frontière naturelle entre plusieurs espaces politiques, le royaume indépendant de Bourgogne et le royaume d’Italie. Cette unité n’est que factice et se traduit par une division politique très changeante. Seuls les IXe et Xes. sont marqués par une appartenance au même ordre royal ; le cas se reproduira aux XIVe et XVes. avec une structure identique dans un ordre princier. Ces différences sont amplifiées aux XIe et XIIes, époque où les territoires sont alors soumis à un ordre seigneurial.

64Le XIe s. est particulièrement difficile à aborder, car on se heurte aux problèmes des données disponibles et à l’absence d’une bibliographie d’ensemble. On bute, en effet, sur la coupure de 1032 instituée par la fin du royaume de Bourgogne alors que pour la zone méridionale - Maurienne et Val de Suse - la coupure semble se situer plutôt vers 1046 ; c’est l’époque du mariage d’un humbertien avec la fille du comte de Turin, mariage qui marquera la naissance d’une puissante aristocratie.

65La Tarentaise évolue vers une principauté bénéficiant d’une relative autonomie, c’est ce que l’on nomme un évêché de col. La puissance des évêques de Tarentaise est bien marquée et se renforcera notamment avec l’épiscopat de Pierre II au XIIe s. La Maurienne est une principauté comtale où l’évêque n’a plus qu’une puissance très relative et d’autant plus difficile à déterminer que la personnalité des évêques est là plus obscure. Le fait que le territoire mauriennais soit situé au centre des possessions des Humbertiens - ne parle-t-on pas de « comte de Maurienne », bien avant de les désigner sous celui de « comte de Savoie » - va d’évidence influencer la politique des prélats et va inciter les Humbertiens à faciliter l’accession au pouvoir épiscopal de prélats qui leur sont favorables.

Notes

1 La tradition de l’évangélisation de la Maurienne par les saints Elie et Milet est tirée de la “Chronique de la Novalèse” (datée du milieu du XIe s.).

2 Les grands bouleversements des cadres administratifs touchent, bien sûr, ces deux entités territoriales. Leur devenir est notamment connu par le biais d’un document du début du IVe s. “Le Laterculus Veronensis” (Février 1986a : 30) qui partage l’empire romain en diocèses : les Alpes Grées et Pénnines sont comprises dans le diocèse dit des’Gaules’(formé de huit provinces) ; les Alpes Cottiennes figurent dans le diocèse d’Italie (lui-même divisé en seize provinces).

3 Ces territoires sont soumis à la puissance de Rome au premier siècle avant J.-C. (an 15 avant J.-C.) (Février 1986a). Les Alpes occidentales sont alors constituées de quatre provinces : les Alpes Cottiennes (Suse), province qui est composée notamment de la vallée de l’Arc, les Alpes Grées (Axima) qui reprend le territoire des Ceutrons, les Alpes Pénnines (Octodurus) et les Alpes Maritimes (Cimiez). Cette organisation territoriale relève de principes stratégiques bien définis. En effet, chaque entité régionale contrôle une voie de passage distincte (Prieur 1983 ; Barruol 1969 : 53-71) :
- les Alpes Cottiennes, le col du Montgenèvre ;
- les Alpes Grées, le col du Petit-Saint-Bernard ;
- les Alpes Pénnines, le col du Grand-Saint-Bernard ;
- les Alpes Maritimes : une voie côtière.
Le découpage administratif romain entérine les divisions imposées par les barrières naturelles offertes par ces hauts reliefs ; découpage possèdant des caractéristiques hautement militaires et stratégiques.

4 Au Moyen Âge, le territoire savoyard est réparti sur cinq diocèses :
- la moitié nord du Val du Bourget, les paroisses du massif des Bauges et du Val d’Arly relèvent du diocèse de Genève ;
- le Petit Bugey dépend du diocèse de Belley ;
- le diocèse de Grenoble englobe le sud du Val du Bourget, la cluse de Chambéry (ou décanat de Saint-André), l’extrémité nord du massif de la Grande Chartreuse et la rive droite de l’Isère dans la Combe de Savoie ;
- les diocèses de Tarentaise et de Maurienne couvrent les territoires de leur vallée et les massifs montagneux qui les bordent, ainsi que la Combe de Savoie sur la rive gauche de l’Isère pour la Maurienne.

5 Leporius préside le concile de Chalon-sur-Saône en 650.

6 Darantasia est le nom conservé à l’agglomération depuis l’époque antique. C’est ainsi qu’elle est mentionnée sur les itinéraires romains. C’est au XIe s. que le chef-lieu de Tarentaise prend le nom de “Monasterium (vicus qui dicitur monasterium, quia sedes archiepiscopatus Tarentasie - Besson, Pr n° 11). Cette appelation se généralise au XIIe s. Cette désignation accompagne souvent le lieu où est établi un monastère. Ceci indiquerait que l’église était desservie par des chanoines vivant comme des moines, c’est-à-dire sous une règle commune.
En ce qui concerne la cité épiscopale mauriennaise, son nom moderne est une forme tardive qui dérive de l’association du saint titulaire de la cathédrale (Jean-Baptiste) et du nom ancien de la ville (Maurienna), nom qui par association provient du territoire qu’elle administre.

7 Acta Sanctorum : recueils relatifs à la vie des saints dont la rédaction fut initiée au XVIIe s. par le jésuite Bolland.

8 Mon. Germ. Hist. Auct. antiquiss. (éd. Peiper), 1883, VI : 134.“... le temple, suffisant pendant la dispersion, se trouva trop petit pour la bourgade devenue cité assise sur un emplacement bien choisi...” - Borrel 1884, n° l : 275-277.

9 “...Quod si et speciales fisti gaudium praecunio currente tangamus. Est quidem fabrica praesens jocunda loco, iminens fluvio et confragosum vicino torrentis tumultu velut inpendentis reverentiae terrore castigat. Cohibetur venerabilebus ripis amnis artatus, et pendolam interjecti pontis semitam ad altrinsecus expetenda sacrarum culmenum loca substernit. Aedis sufficiens diffusioni facta est angusta conventui quaequae sic jocundetate habitacoli tam terrestria quam superna sollicetans cum populo suo vix sufficiat, suffecit de fabrica multifurmi...”

10 Le titre de Procurator Alpium Graiarum apparaît entre 81 et 96.

11 Repéré par nous.

12 Ce site a fait l’objet de découvertes en plusieurs temps, mais jamais d’une fouille exhaustive. Gallia, vol. 31, fasc. 2, Paris, 1973 : 545 ; Mermet (C.), Rapport de fouille de sauvetage, S.R.A. Rhône-Alpes, 1990.

13 Gallia Christiana, t. XII, p. 394 - ’ecclesia de Sancto Albano de Mustero’ 1258 . Il existait deux autres prieurés, un clunisien à Saint-Martin, mentionné dès 1096 (G C., t. XII, p. 378) et un de chanoines de réguliers de Saint-Augustin à Saint-Michel (donation en 1140 ; Besson, pr. n° 18).

14 Observations faites lors de la construction des fondations de la chapelle nord de la cathédrale en 1870, et réitérées lorsque l’égout collecteur fut exécuté. On ne possède aucune datation pour ce pavage, l’auteur n’en donne pas. Borrel 1884 : 180.

15 - P. A. Février contestait déjà cette suggestion (Février 1986a, t. III : 141-146).

16 - Cette épitaphe était cachée derrière une armoire et fut dégagée par l’auteur (Barbier-de-Montault 1877 : 138-140). Chatel 1981 : 118, n° 215, Pl. LXXII. (hauteur : 0,91m ; largeur : 0,63m).

17 - Ce document est conservé en Mairie de Villargerel.

18 On suppose que sa construction a débuté vers 1668, elle a remplacé une pièce voûtée édifiée hors-oeuvre, également en emprise sur l’aire de l’ancien cloître et désignée sur le plan de 1862 comme “vestiaire”.

19 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie-Moûtiers 2619, Dossier 1906 à 1924.

20 Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, C. 13, (B. Krusch et W. Levison, 16, t. IV). Vieillard-Troiekouroff 1976 : 258.

21 Vie de sainte Thècle, Acta Sanctorum, junii, t. V, 1867 : 7275 ; t. VII, 1867 : 63-68.

22 Le culte de Jean-Baptiste est attesté en occident dès le IV e s. (baptistère du Latran). Il est célébré le 24 juin. La synaxe de saint Jean-Baptiste, qui commémore le baptême du Christ est fêtée le 7 janvier (Dictionnaire de Spiritualité 1974 : 186-187).

23 La Légende des Saints dite Légende Dorée, écrite au XIIIe s. par Jacques de Voragine, relate l’existence d’une ecclesia sancti Maximi, évêque de Turin de 398 à 460.

24 Lors du décrépissage le décor peint néo-gothique fut supprimé. À cette occasion, les fresques de l’Annonciation et de la Mise au Tombeau furent mises au jour.

25 Le palais est restauré en 1578 sous l’épiscopat de Mgr. Lambert, puis en 1614 par Mgr. Milliet, enfin vers 1765 par Mgr. Martiniana avec notamment l’aménagement du grand salon central et de l’escalier monumental.

26 Plusieurs auteurs ont tenté d’analyser ce phénomène : pour la Maurienne, F. Bernard (1928) et pour la Tarentaise, J. Garin (1885). La plupart de ces travaux anciens se basent soit sur une interprétation, parfois un peu excessive, de la répartition des vocables, soit sur l’étymologie des noms de lieux, comme le fait le chanoine A. Gros (1908). Plus récemment, des travaux ont été consacrés à ce problème. J. Hudry (1981: 81-88 et 1982) s’est, surtout, attaché à démontrer la progression du christianisme dans la vallée de la Tarentaise. J.-P. Leguay (1981 : 73-79), quant à lui, a tenté une synthèse de cette progression dans les Alpes françaises. Toutes ces observations restent une base importante de réflexion qui demanderait à être attentivement vérifiée sur le terrain.

27 À Jongieux sur le site de Saint-Romain, une inscription conservée au musée d’Aix-les-Bains datée de 504 est gravée au dos d’un cippe, daté du IIe s. , en marbre représentant le dieu Sylvain tenant une corbeille et un vase. À Yenne, dans l’église, une inscription remployée dans une piscine liturgique indique là encore le VIe (521). À Grésy-sur-Aix, une inscription remployée dans la construction d’une tour commémore un certain Auremundus mort vers 523.

28 Bibliothèque du Patrimoine - Savoie 2609 - Aime (Saint-Martin) - Dossier 1869 à 1935-1942 - Dossier 1944 à 1984.

29 Il s’agit du muret qui traverse l’abside carolingienne. Sa facture se rapproche plutôt d’un mur en fondation.

30 L’église Saint-Etienne de Kriel (à proximité de Cologne) avec une travée de chœur de plan trapézoïdal (Xe s. ca.) - (Jacobsen et al. 1991 : 165).

31 Borrel signale la découverte en 1830, à proximité de l’église paroissiale, d’un sarcophage en tuf de plan trapézoïdal dont un des petits côtés porte deux croix pattées sur une même ligne horizontale.

32 Et cela en vertu de l’application du schéma remarqué en milieu urbain où le culte eucharistique est installé sur un point élevé de la ville.

33 La Saboia carolingienne a fait ultérieurement l’objet de plusieurs partages jusqu’à l’établissement, par Rodolphe I, du second royaume de Bourgogne qui entraîna un plus grand morcellement des territoires. Le mot de Saboia ne s’appliquera plus désormais qu’au territoire restreint environnant Chambéry et Montmélian.

34 D’autres documents complètent cette liste épiscopale : Abbo qui, en 859 et 860, assista aux conciles de Savonnières et de Thusey ; Adalbertus, en 876, au concile de Ponthion, puis Asmundus, mentionné en 887 dans un diplôme du roi Boson.

35 En Maurienne, cette abbaye possède les prieurés suivants : Mont-Cenis (825), La Corbière (1093), Coise (1093), Hauteville (1097), Bonvillard (1275) et Saint-Pierre d’Extravache (1275).

36 L’érection de Moûtiers au rang d’archevêché date de l’époque carolingienne. En effet, l’évêque de Tarentaise est élevé au rang de métropolitain et, de lui, dépendent les évêchés d’Aoste et de Sion. Le diocèse de Maurienne fut d’abord suffragant de Vienne avant de dépendre de celui de Tarentaise, en 878. Mon. Hist. Patr., Chartae, t.I, col. 304.

Table des illustrations

Titre 2- Les vallées de Tarentaise et de Maurienne, en Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre 3- Les limites des diocèses de Tarentaise et de Maurienne
Légende Les limites du diocèse de Tarentaise reprendraient celles de l’ancien territoire des Ceutrons (Barruol 1969 : 313-316). Ce territoire comprenait la haute vallée de l’Isère offrant l’accès au col du Petit-Saint-Bernard, la vallée inférieure de l’Arly et la vallée du Doron. Les montagnes qui enserrent ces vallées constituent une frontière naturelle avec ses voisins : les diocèses d’Aoste et de Maurienne. Au nord, le confluent de l’Arly et de la Chaise marque le point de jonction avec le diocèse de Genève, tandis que le contact s’opérait avec le diocèse de Grenoble sur la rive droite de l’Isère entre Saint-Vital et Montailleur.À sa création, le diocèse de Maurienne, soumis à la juridiction métropolitaine de Vienne, possède un territoire qui inclut, dans ses limites, la ville de Suse (Albrieux et Billiet 1861 : 308 ; Barruol 1969 : 334-337). Cette ville, pourtant plus importante et au passé plus prestigieux que Maurienna, était trop proche de Turin et des velléités de reconquête de son évêque, mais aussi trop proche du territoire lombard, pour servir de chef-lieu au nouvel évêché. Pendant longtemps, les limites du diocèse ne seront pas connues avec certitude : les limites sont à peine esquissées dans un acte du roi Boson de 887, et dans une bulle pontificale de Serge III en 904 (Calmette et Clouzot 1940 ; Leguay 1983 : 351). Il faut attendre le Xe s. pour qu’elles soient mieux définies. Elles couvraient la vallée de l’Arc et une partie de la moyenne vallée de l’Isère jusqu’au diocèse de Grenoble ; durant le haut Moyen Âge, elles s’étendaient de Suse à La Roche-de-Rame et à la Bréda : en 1262, Anselme, évêque de Maurienne, fait constater que son diocèse s’étend jusqu’au pont de Volovia près de Suse (Albrieux et Billiet 1861 : 7-9).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 4 - Les voies de passage à travers les Alpes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 5 - Edifice circulaire mis au jour par E.-L. Borrel en 1897
Légende D’après l’architecte Borrel, situation du monument antique découvert au chevet de la cathédrale de Moûtiers par rapport aux édifices modernes (le pointillé allant sous le chevet de la cathédrale n’a pas été confirmé par des fouilles récentes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 6- Vue de Moûtiers vers 1630
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre 7 - Le palais épiscopal de Moûtiers érigé directement en bordure de l’Isère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 8- Entrelacs carolingiens découverts dans la cathédrale à Saint-Jean-de-Maurienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 9- Le palais épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 10- Carte des réseaux prioraux et des églises conservées de l’époque romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 11- L’église priorale Saint-Martin d’Aime
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre 12 - L’église Saint-Sigismond à Aime
Légende a) levée de fouilles par G. Gimardb) essai de reconstitution de l’église du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre 13 - Le royaume de Bourgogne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-12.png
Fichier image/png, 454k
Titre 14- Le château du Châtel
Légende La tour du Châtel, appelée également tour de Bérold de Saxe, se dresse sur un promontoire rocheux qui domine de 300m la vallée de l’Arc et le bassin de Saint-Jean-de-Maurienne. Ses dimensions, son aménagement et ses arases débordantes font de la tour du Châtel un monument singulier, qui trouve peu de termes de comparaison en Savoie et dans les régions avoisinantes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1869/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter