Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Les dessous de la presqu'île lyonnaise - Résultats des fouilles

Chapitre 3. De l'Antiquité tardive au haut Moyen Âge

Texte intégral

Deux sites abandonnés ou en cours d'abandon après le IIIe siècle

La place de la Bourse

1Après le IIIe s., l'espace est beaucoup moins fréquenté et seuls quelques vestiges attestent une occupation dans la zone ouest (fig. 50). Une série de calages de poteaux associée à deux solins de murs en galets et en moellons de micaschiste liés à la terre (US 536, 537) sont des traces révélatrices d'une construction de structures légères. Trois petits foyers (US 571, 413, 891), installés sans aménagement sur le sol, sont contemporains des constructions. Plusieurs fosses, pauvres en mobilier, complètent la liste des vestiges.

2Parmi les 2078 tessons recensés pour cette occupation, seuls quelques fragments de céramique luisante permettent de la placer au IVe s.

50- Localisation des vestiges du IVe siècle

50- Localisation des vestiges du IVe siècle

(Bourse)

3Le type de vestige et les rares éléments de datation ne traduisent pas une occupation intensive et organisée du site, mais plutôt une certaine désaffection. En revanche, ce sont les témoins de fréquentations ponctuelles qu'il ne faut pas minimiser. Leur présence prouve la pérennité d'une activité humaine au IVe s., sans doute sommaire et provisoire, mais il n'est pas prouvé qu'elle se limite uniquement à la zone ouest du site. En effet, dans tous les autres secteurs, le sous-sol a été perturbé jusqu'aux niveaux antiques par les constructions modernes et contemporaines.

4Aucune trace d'occupation postérieure au IVe s. n'a été recensée : le haut Moyen Âge est totalement absent sur ce site et il faut attendre le XIIIe s. pour voir de nouveaux témoignages d'une implantation humaine.

La place de la République

5Les niveaux intercalés entre les couches de remblais mises en place au IIe s. ou IIIe s ap. J.-C. et les premiers aménagements médiévaux ne sont préservés que dans l'extrémité sud du site. Cette partie a été protégée des recreusements car elle a été plus tard, aménagée en rue, alors que partout ailleurs, ces niveaux, s'ils existaient, ont pu disparaître lors du creusement des caves des immeubles à l'époque moderne et au XIXe s.

6Il s'agit de couches à dominante limoneuse (entre 164 et 164,75 m) qui contiennent peu de matériel anthropique. Ces dépôts semblent résulter d'un débordement du Rhône par transport en suspension uniforme dans une lame d'eau à courant lent parfois plus turbulent. Il faut noter la présence d'un micro-lit de cailloutis d'environ 2 cm d'épaisseur vers 164,67 m : s'il correspond à un dépôt de crue, cela suppose des courants tractifs déposant leur charge de fond. Il est possible que ces couches, scellées par des niveaux du XIIIe s., puissent correspondre à des épisodes d'inondations du haut Moyen Âge.

7Aucun niveau de sol, ni aucune trace de construction n'ont été retrouvés dans, ou sur ces dépôts d'inondation. Leur position stratigraphique permet juste de les situer dans une large fourchette chronologique entre le début de l'Antiquité tardive et la fin du haut Moyen Âge. Le mobilier céramique et les dix monnaies n'apportent pas d'information supplémentaire sur la datation. Il semble que ces éléments soient issus des couches de remblaiement sous-jacentes ou peut-être de sols d'occupation avoisinants et qu'ils aient été entraînés par les inondations. La grande diversité du numéraire recueilli illustre ce fait puisque se côtoient dans ces couches, des monnaies émises sous le règne d'Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.), d'autres sous celui de Domitien (81-96 ap. J.-C.), deux exemplaires du IIe s., un du IIIe s. et deux de l'Antiquité tardive.

8L'absence de traces d'occupation attribuables à l'Antiquité tardive et au haut Moyen Âge doit être avancée cependant avec prudence, puisque le sous-sol a connu, sur les 4/5e de sa surface, de profonds remaniements lors des constructions des caves.

9En revanche, la présence de dépôts issus d'inondations prouve que ces espaces, soumis à nouveau aux débordements du fleuve, ont un caractère particulier. Soit, ils correspondent à des terrains non urbanisés (terrains vagues ou cultivés ?) qui permettent l'écoulement des inondations, soit le retour des inondations a provoqué la désaffection des lieux. Le type de dépôt enregistré, s'il est conservé in extenso, révèle des courants peu contraignants qui permettent de privilégier la première hypothèse.

10La fouille des sites de Bourse et République n'a pas permis de mettre au jour des vestiges du haut Moyen Âge. Cette absence peut s'expliquer et ne doit pas conduire à des conclusions trop hâtives et trop générales sur l'occupation de la Presqu'île à cette époque, comme le prouvent les découvertes réalisées place des Célestins.

11Il paraît certain que la densité de l'occupation sur la Presqu'île s'est considérablement réduite dès la fin de l'Antiquité tardive et au haut Moyen Âge si on la compare à celle des trois premiers siècles. La physionomie de cette partie de la ville reste inconnue, mais il est fort possible que la Presqu'île ait, à cette époque, un aspect rural, avec une ville réduite, que certains auteurs situent autour de l'église Saint Nizier. Cette vision s'accommoderait de l'absence de traces d'occupations sur les deux sites ; de plus, les surfaces fouillées ne concernent qu'environ 3 000 m2, soit environ l/500e de la surface de la Presqu'île à cette époque.

12De plus, il est reconnu que les vestiges du haut Moyen Âge, par leur nature même (structures légères, sol en terre...), se conservent moins bien que les constructions en dur des époques antique et du bas Moyen Âge et laissent forcément des traces de moindre importance dans le sous-sol.

13Enfin, il faut reconnaître qu'une nouvelle approche du terrain prenant en compte toute la stratification, sans privilégier les niveaux les mieux conservés, permet depuis quelques années d'aborder méthodiquement les couches dites de "terres noires" ou "terres de jardin" et d'en découvrir enfin les secrets.

Le site des Terreaux abandonné aux Ve - VIe siècles

Zone IX

14Au nord de la place, l'ensemble du bâtiment antique est remblayé par une couche de graviers et de petits galets, sur laquelle est installé un sol en gravier damé (alt sup. 166,11 m). Dans le reste du secteur, outre la couche de démolition, on remarque aussi, sur le sol 3813, un remblai et de façon très localisée, une importante couche de destruction composée exclusivement de tuiles romaines. Quelques fragments de céramique commune à cuisson oxydante et réductrice proche des productions du haut Moyen Âge, s'ils sont contemporains de la démolition, indiqueraient que le seuil de la fin de l'Antiquité est franchi pour cette phase...

Zone VI

15À l'extrémité nord-ouest de la place, quelques vestiges illustrent la continuité d'une occupation, tous aussi difficiles à définir et à dater. Des sols successifs de graviers et petits galets, s'étalent sur toute la moitié est de cette zone, relayés à l'ouest par un sol (ou apprêt de sol) en mortier. Deux parements en hérisson de moellons de granite et calcaire liés à la terre, encadrent un blocage de briques, tuiles et cailloux. Un mur, qui doit être une fondation, subsiste sur plus d'une vingtaine de cm de hauteur. Le secteur est ensuite recouvert par un épais remblai de 40 cm d'épaisseur constitué de terre noire à laquelle sont mêlés quelques fragments de céramique du Ier au VIe s. Le matériel extrait (1989 vases pour 3052 fragments) a été apporté avec les remblais et contient une quantité non négligeable de céramiques résiduelles : amphores gauloises, sigillées du sud et du centre de la Gaule, parois fines lyonnaises. On trouve dans ces niveaux 40 % de céramique luisante, alors que la sigillée claire Β ne représente plus que 18 % de la céramique fine. Il faut surtout noter l'arrivée de la sigillée grise paléochrétienne ou D.S.P., attestée à partir de la fin du IVe et au Ve s. ap. J.-C. (Rigoir 1968). Apparaissent également, à l'intérieur de la céramique utilitaire, les ovoïdes en commune à cuisson oxydante avec un bord en bandeau.

La faune

16Des unités stratigraphiques offrent une originalité dans la découpe des quelques métapodes d'ovicaprins, inconnue autant en période romaine que dans les périodes médiévales et suivantes. Dans les unités stratigraphiques datées du Ve et VIe s., des diaphyses métapodiales sont sectionnées longitudinalement, alors que généralement elles sont sectionnées ou cassées transversalement. Plus original encore est le traitement dans une unité stratigraphique (2725), d'un métacarpe et d'un métatarse : leurs extrémités sont sectionnées obliquement suivant un plan de coupe qui part de la face caudale des métaphyses pour se terminer crânialement au voisinage des articulations distales (fig. 51). À ce jour et à notre connaissance, ce geste n'a été signalé que sur le site voisin de Larina (Hyères-sur-Amby, Isère) qui est considéré comme un habitat mérovingien (Columeau 1980).

51- Découpe de deux métapodes d'ovins adultes

51- Découpe de deux métapodes d'ovins adultes

(US 2725), place des Terreaux

17Ces éléments, certes ténus, associés (dans l'US 2725) à une présence affirmée de la chèvre, pourraient signaler l'existence de populations ayant des pratiques dans le traitement des carcasses différentes de celles des populations romaines ou dérivées.

Des sépultures

18Des sépultures, au nord-ouest de la place (zones VI et X) (cf. fig. 14) perturbent ces niveaux de terre noire. Une sépulture (zone VI) est orientée nord-sud. La longueur conservée est de 1,60 m ; sa largeur de 0,50 m. Le squelette (alt. sup. 166,50 m), dont la tête est au sud, est en position dorsale. Il est inhumé dans une fosse bordée de pierres ; 5 pierres plates de 15 à 30 cm de longueur sont encore en place autour du squelette. Une pierre de chant est dressée à la tête de l'inhumation (alt. 166,82 m).

19Une sépulture double (zone X) est composée de deux corps inhumés têtes à l'ouest en position dorsale, les mains croisées sur le pubis pour le squelette sud (alt. sup. du crâne 166,13 m), les bras le long du corps pour le plus au nord et le bras gauche de 3978 reposant sur le bras droit de 3979 (fig. 52).

20La fosse contenant cette sépulture double a une profondeur d'environ 0,60 m. Son remplissage est constitué de terre brune compacte. Un bloc de calcaire est posé de chant entre les deux crânes, mais la sépulture ne contient aucun mobilier.

52- Sépulture double

52- Sépulture double

(Terreaux)

21Dans le même secteur, une deuxième fosse est installée dans le remblai de terre noire, contenant un squelette dont la tête est au nord, en position dorsale, les avant-bras croisés sur le torse.

22Ainsi les trois secteurs fouillés au pied de la colline révèlent un abandon des structures antiques et un dépôt de terre noire autour des V-VIe s. Au nord-ouest, les sépultures mises au jour semblent indiquer que ce secteur de la ville antique, désormais inoccupé, est transformé lieu d'inhumation ?

Aux Célestins, continuité de l'occupation

À la fin de l'Antiquité tardive

23Un niveau d'occupation, limité en surface sur 10 m2, est présent dans la partie sud-est du site (fig. 53). Deux bases de solins, et une base de poteau, composent les éléments construits auxquels il faut ajouter des couches d'occupation et cinq fosses.

53- Localisation des vestiges de la fin de l'Antiquité tardive

53- Localisation des vestiges de la fin de l'Antiquité tardive

(Célestins)

24Le solin 67 est constitué en forte proportion de briques et de tuiles associées à des cailloux de micaschiste et des galets, l'ensemble lié par un mortier de chaux. Sa longueur n'excède pas 2,50 m pour une largeur de 0,40 m et une hauteur de 0,30 m. Le solin 69 retrouvé à 3 m du précédent, au sud-ouest, est aussi orienté nord-nord-est/sud-sud-ouest, mais ne présente pas du tout le même type d'appareil ; celui-ci est composé de moellons de granite ébauchés liés au mortier. Son état de conservation est moyen, sa longueur conservée est d'environ 2 m, pour 0,50 m de largeur et 0,15 m de hauteur. La différence de construction de ces deux éléments nous fait rejeter l'hypothèse d'une seule et même maçonnerie.

25Les cinq couches contemporaines de cette phase d'occupation comprennent trois couches de remblai, les vestiges d'un niveau de sol contemporain du solin 67 et portant des traces de rubéfaction, et une démolition de cloison ; cette dernière correspond sans doute à l'élévation du solin 67.

26Les fosses 62, 63 et 64 se situent au voisinage des solins. Les deux autres fosses, 65 et 66, sont localisées dans l'angle ouest du chantier et sont partiellement coupées par un égout moderne. Un petit recreusement circulaire rempli de terre noire est apparu au fond de la fosse 65 ; est-ce l'empreinte d'un calage de poteau ?

27Ce niveau d'occupation, assez lacunaire, a livré 1 147 fragments de céramique. Celle-ci est majoritairement résiduelle, avec parfois un, voire deux fragments typiques des Ve et VIe s.

  • 40 Les chantiers de l'avenue A. Max, de Tramassac-Carriès et de l'îlot Clément V.

28Seul le mobilier de la fosse 64 est intéressant car, malgré l'omniprésence des productions résiduelles, l'évolution de la céramique commune est très nette. Les formes recueillies en commune rouge (cuisson oxydante) semblent proches de celles des niveaux des Ve et VIe s. d'autres sites lyonnais40 : avec dans les formes fermées, des ovoïdes à lèvre éversée à section triangulaire, des prototypes de bord en bandeau, et dans les formes ouvertes, des coupes carénées à bord en bourrelet et des jattes à bord en poulie. En commune grise (cuisson réductrice), des formes nouvelles apparaissent : ovoïdes à lèvre triangulaire et gobelets à panse cylindrique. Le décor à la molette est utilisé dans les deux productions.

29La céramique luisante est bien représentée, mais les ateliers d'origine étant peu cernables, il est difficile de préciser si les formes présentes sont résiduelles ou contemporaines des vases en céramique commune. Aucune amphore tardive n'a été repérée (Tab. 10).

Tableau 10 : Céramiques provenant des occupations des Ve et VIe siècles

Tableau 10 : Céramiques provenant des occupations des Ve et VIe siècles

(Célestins)

30Quatre monnaies appartiennent également à cette phase. Un as, issu du remplissage de la fosse 62 et frappé dans la seconde moitié du IIe s., s'avère totalement résiduel. Les trois autres monnaies sont plus intéressantes : un nummus émis sous Valens (364-378), un minimus ou aes 4 fràppé à l'extrême fin du IVe s., et un aes 4 qui paraît être une imitation d'un minimus de la fin du IVe s. ou du Ve s., retrouvé dans la fosse 64. Leur datation est plus précoce que celle des céramiques, cependant cet écart peut être très réduit puisque la poursuite de l'utilisation du numéraire du IVe s. est reconnue au Ve s.

31Le caractère isolé de tous ces éléments ne permet aucune interprétation globale et prouve simplement que le site est partiellement occupé. Compte tenu de la situation des vestiges en limite d'emprise, on peut supposer que cette occupation était plus étendue vers le sud-est.

32Il est par contre difficile de situer dans le temps le début de cette occupation. La présence des monnaies de la fin du IVe s. dont l'utilisation a sûrement perduré au cours du Ve s., est un argument pour placer cette occupation dès le Ve s. Les vases ovoïdes à cuisson réductrice avec une lèvre éversée à section triangulaire et décor à la molette, plutôt attestés à la fin du Ve s., ne sont présentes que dans la fosse 64. Cette dernière occupation antique du site a peut-être débuté dans le courant du Ve s. ap. J.-C., elle perdure cependant à la fin de ce siècle, et même jusqu'au VIe s. ap. J.-C.

33La domus est-elle abandonnée, totalement ou partiellement, à la fin de l'Antiquité tardive ? Aucune trace d'occupation ou de réaménagement ne prouve la continuité ou l'entretien du bâtiment entre la fin du IVe s. et le VIe s. Par contre, l'abandon n'est pas non plus attesté matériellement par la fouille. Les épierrements des murs ainsi que les couches qui scellent les mosaïques, les sols de cour et les fosses renferment du mobilier céramique du haut Moyen Âge. Les caniveaux installés au cours de la phase précédente, sont certainement abandonnés en même temps que le bâtiment, malheureusement leurs couches d'abandon ne contiennent que du mobilier du IIIe s. En fait, les traces d'occupation de cette phase sont si ténues qu'il est difficile de les interpréter : la domus a-t-elle été épisodiquement "squattée" après son abandon ?

Durant le haut Moyen Âge (VIIe-Xe s.)

34La découverte d'une forte densité de vestiges du haut Moyen Âge constitue une première dans les recherches archéologiques réalisées sur la Presqu'île lyonnaise. Il existait un vide chronologique de huit siècles entre les derniers vestiges de l'Antiquité tardive (IVe - Ve s.) retrouvés à proximité, sur le site de l'îlot 24 (Rapport, Jacquin 1984) et le niveau d'occupation du XIIe s. mis au jour place de la Bourse et place de la République.

35Place des Célestins, le type comme la densité des vestiges retrouvés attestent une occupation organisée de l'espace avec des constructions (cabanes), des activités (fosses), des aménagements (chemin, fossé) (fig. 54).

54- Localisation des fosses, du fossé et du chemin durant le haut Moyen Âge

54- Localisation des fosses, du fossé et du chemin durant le haut Moyen Âge

(Célestins)

36Il est important de signaler que la physionomie du site n'a pas beaucoup changé depuis les premières installations de l'époque antique. L'occupation se poursuit en respectant une répartition spatiale déjà en place à partir du IIe s. ap. J.-C. La quasi totalité des vestiges est présente dans la zone sudouest du site, avec une très forte densité dans l'angle sud, tandis qu'à l'opposé la partie nord-est reste inoccupée et continue à être soumise épisodiquement aux débordements des cours d'eau. Entre ces deux espaces la limite n'est plus matérialisée par un mur de clôture, mais par un chemin empierré.

37La difficulté, pour définir la nature de l'occupation, provient d'une part que les fosses, qui constituent la majorité des vestiges retrouvés, ne peuvent pas être interprétées de manière catégorique et que d'autre part les autres vestiges, en particulier les restes de constructions, sont trop clairsemés pour apporter des informations complémentaires. Par ailleurs, ces découvertes constituant une nouveauté, il n'est pas possible de les comprendre en les intégrant dans un contexte global d'occupation de la Presqu'île au cours du haut Moyen Âge.

38En contrepartie, l'originalité de cet ensemble apporte à l'étude un caractère d'autant plus intéressant qu'il constitue le premier pas pour l'approche de cette période.

39L'analyse archéologique de cette période débute avec les chemins qui constituent la limite entre les deux zones, puis aborde la partie sud-ouest avec les niveaux d'occupation, les fosses, les restes de construction, le petit fossé et les deux sépultures.

Des chemins

40Des chemins sont installés sur — et dans — le dépôt alluvial limono-sableux qui se développe sur toute la partie nord-est du site (fig. 54, 55, 56). Les chemins sont superposés (191 couvre 190) et traversent le site. Ils constituent en fait deux états d'une même voie de circulation qui devait permettre de rejoindre la Saône et le centre de la Presqu'île. Le troisième chemin (217) est perpendiculaire aux précédents et se dirige vers le nord, il est contemporain du premier (190).

55- Localisation du deuxième niveau de chemin, des restes de construction et des sépultures durant le haut Moyen Âge

55- Localisation du deuxième niveau de chemin, des restes de construction et des sépultures durant le haut Moyen Âge

(Célestins)

56- Chemin 217

56- Chemin 217

41Leur surface de circulation est composée de graviers, de galets, de fragments de briques et de tuiles, et de cailloux de granite. Dans ce contexte de plaine d'inondation, l'empierrement est imposé par la nature limoneuse, donc peu stable, du sol. L'état de conservation des chemins (190 et 191) est meilleur dans la partie nord-est du terrain, où leur largeur atteint environ 5 m. Au sud-est, l'emprise de l'empierrement est beaucoup plus large, entre 7 et 8 m, mais la trame est également plus lâche comme si les éléments avaient été éparpillés en surface. Ces deux chemins forment une limite matérielle entre la zone sud-ouest occupée et la zone nord-est encore assujettie aux inondations.

42La présence du chemin 217 dans la partie nord-est prouve que cette zone n'était pas constamment insalubre et soumise aux inondations ; lors d'étiages elle devenait suffisamment stable pour que les habitants traversent ou circulent dans ce lieu. Le fait qu'il soit également recouvert par des limons de débordements montre par contre que ce secteur reste un lieu peu propice aux installations durables. De même, l'abandon du premier état de chemin semble provoqué par des crues qui déstabilisent sa surface et imposent la mise en place d'un nouvel empierrement.

Un niveau d'occupation au sud-ouest

43Le niveau d'occupation est constitué d'une couche de terre limono-sableuse, gris brun à noir, très organique, d'aspect homogène, épaisse de 0,10 m dans la partie sud-ouest à 0,40 m au centre. Elle s'étend sur toute la moitié sud-ouest du site (soit environ 1 000 m2), recouvre également la surface des chemins et se prolonge sur une petite partie du dépôt alluvial.

44La limite inférieure de ce niveau d'occupation a été facile à repérer, car les couches "tardo antiques" recouvertes n'ont pas la même texture et la même couleur. En revanche, la limite supérieure est très diffuse. L'intérieur de la couche ne présente pas de strates bien délimitées et apparaît très homogène. De plus, les parties sommitales des fosses et du fossé ont pu être tronquées, il est donc difficile de les utiliser comme repères stratigraphiques. En fait, ce niveau ne correspond pas à une succession de sols aménagés et entretenus, mais à une surface extérieure en terre battue, soumise aux intempéries (pluies, vents...), à des activités biologiques voire agricoles, sur laquelle s'accumulent également des sédiments apportés par une fréquentation humaine (rejets, apports volontaires), au cours de plusieurs siècles (niveau polyphasé). Sa couleur est due à la présence de micro résidus de végétaux carbonisés et de matières organiques décomposées. Sa structure est de type microstratifié. Toutefois, la structure de la partie supérieure de cette couche a pu être perturbée par des travaux agricoles (labours) car la couche immédiatement supérieure correspond au sol des jardins des Templiers, puis du couvent des Célestins. L'absence de limite supérieure perceptible est d'ailleurs un argument supplémentaire.

Les fosses

45Rares doivent être les sites archéologiques où les fosses ne sont pas représentées. Leur nombre peut atteindre des proportions telles, qu'une fois vidées, elles confèrent au terrain l'aspect d'un gruyère géant. C'est exactement le cas sur le site des Célestins où 56 fosses du haut Moyen Âge ont été mises au jour. Toutes sont situées au sud de l'axe de circulation constitué par les chemins, excepté cinq fosses retrouvées au nord. Leur densité est beaucoup plus élevée dans l'angle sud du terrain (fig. 57).

57-Les fosses en cours de dégagement vue du théâtre des Célestins

57-Les fosses en cours de dégagement vue du théâtre des Célestins

Cl. J.-Cl. Chuzeville, L.P.A.

46Toutes n'ont pas été utilisées au même moment : quelques-unes se recoupent, d'autres sont coupées ou scellées par des vestiges qui sont à leur tour tronqués par d'autres fosses. Il y a donc sur ce site plusieurs phases de creusement, d'utilisation et d'abandon.

47Du point de vue morphologique, les formes hémisphérique (9), cylindrique (15), et demi-ovoïde (9) sont les plus fréquentes (chacune représente 16 % du total).

Essai d'interprétation

48En l'absence de trace d'activités artisanales, l'interprétation peut s'orienter dans trois directions.

Extraction de matériaux ?

49Ces fosses ne sont pas suffisamment profondes pour atteindre les couches de gravier, de sable et de limon, qui sont des matériaux très recherchés pour les constructions. En fait, elles ont été creusées dans un terrain très hétérogène, composé essentiellement de remblais rapportés lors des deux exhaussements de la domus. Ces remblais ont pu être mis en œuvre comme matériaux de construction, et il existe des exemples de parois en terre crue constituées de "tout venant" à fort pourcentage de limon ou d'argile. Cependant, l'extraction de la terre se matérialise généralement par des fosses de grands volumes et non par une série de petits creusements de quelques décimètres cube. Cette fonction ne peut donc s'appliquer qu'à une petite minorité de fosses.

Dépotoirs ?

50Toutes les fosses sont comblées exclusivement par des sédiments anthropisés. L'absence de dépôts naturels, comme des alluvions, ou des traces de reprise de pédogenèse, prouvent qu'elles ne sont pas restées ouvertes longtemps. Quarante-cinq fosses, soit 80 % du nombre total, possèdent un remplissage non-stratifié qui correspond à un comblement rapide et volontaire avec des sédiments pris sur place.

51Onze fosses sont stratifiées : ces successions de remplissages traduisent-elles un comblement plus progressif ? Il est difficile de l'affirmer, comme il est également délicat d'établir un rapport entre la forme et le comblement, même si plus de la moitié des fosses stratifiées est de type en cloche ou globulaire.

52Dans la quasi-totalité des cas, rien ne prouve une réutilisation secondaire en tant que dépotoir. Seule une fosse (US 99), sur les 56 recensées, présente un remplissage particulier avec un crâne entier de cheval (ou d'âne). Toutes les autres ne contenaient que très peu ou pas de détritus alimentaires ou de rejets artisanaux.

Silos ?
  • 41 Il est possible également que certaines fosses de type hémisphérique ou demi-ovoïde furent à l'orig (...)

53L'hypothèse d'une aire d'ensilage vient à l'esprit en voyant le nombre, la densité et la forme de certains creusements. L'argument majeur est la présence de fosses globulaires et en forme de cloches, très caractéristiques des silos. Leur nombre représente seulement 14 % du total, mais il n'est pas exclu que des fosses de types différents aient pu servir de lieu de stockage41.

54Des indices comme des éléments de couverture (dalles), des traces d'aménagements internes ou d'entretiens des parois (enduit, rubéfaction) ou encore la présence de paléosemences, qui auraient confirmé cette hypothèse, n'ont pas été retrouvés.

55Le fait que les parois soient restées brutes est surprenant car ces fosses sont creusées dans un terrain qui ne paraît pas très sain (remblai et démolition des périodes précédentes). Or, au cours de cette période, des limons de débordements s'accumulent à proximité dans toute la zone nord-est. Le sommet du dépôt alluvial se situe à 164,50 m, soit à la même altitude que la plupart des ouvertures des fosses. Mais si leur période d'utilisation et la mise en place du dépôt alluvial sont placées entre le début du VIIe s. et le début du IXe s. rien ne prouve qu'ils sont contemporains : les occupants des lieux ont peut-être bénéficié, au cours de ces deux siècles, d'une période plus sèche pour installer et exploiter sans trop de risque une aire d'ensilage.

Les vestiges de constructions

56Les éléments construits sont matérialisés par quinze trous de poteaux et des bases de murs en pierres liées à la terre.

57Les trous de poteaux se présentent sous l'aspect de petits creusements de forme plus ou moins circulaire, à l'intérieur desquels sont généralement retrouvés des pierres et des fragments de terre cuite (tuiles, briques) qui constituent le calage. L'emplacement du poteau n'est pas toujours repérable dans les calages et le bois de la base n'est jamais conservé, même à l'état de traces : soit la nature du terrain n'est pas favorable à la conservation, soit les poteaux ont été récupérés ultérieurement.

58Les bases de murs sont dans un état de conservation assez médiocre ; cependant les alignements des pierres sont suffisamment nets pour retrouver les axes de ces éléments. Ces restes de construction sont trop ténus et trop dispersés pour pouvoir appréhender un plan d'occupation de l'espace ; ils peuvent appartenir à différents types de bâtiments.

59Première hypothèse : des vestiges de bâtiments d'habitation (ou de bâtiments annexes) en structures légères (terre, bois...) de type cabane. Les alignements de pierres constituent des solins sur lesquelles reposaient des sablières basses supportant des élévations en terre. Il s'agirait donc de bâtiments à pièce unique, de faible surface, avec un sol en terre battue ou un plancher, et une toiture soutenue par des poteaux. Avec cette solution, les fosses ou du moins une partie des fosses pourraient être associées à ces bâtiments, particulièrement les grandes excavations, comme la fosse 102 ou la fosse 108 qui pourraient constituer des fonds de cabanes.

60Deuxième hypothèse : ces vestiges construits sont sans rapport avec des bâtiments d'habitation et sont à mettre en relation avec l'ensemble des fosses. Ils constituent, dans les cas d'une aire d'ensilage ou d'une zone d'activité artisanale, des structures de protection (enclos ou abris), encadrant ou recouvrant certaines fosses, peut-être les plus volumineuses. Des exemples de ce type de structure ont été retrouvés sur d'autres sites (Lunel Viel, Raynaud 1982 ; Cucuron, Fixot 1979).

Le fossé 87

61Un petit fossé traverse la zone dans laquelle sont installées les fosses (cf. fig. 54). Il possède un fond plat et des parois évasées vers le haut. Sa largeur à la base est de 0,50 m, au sommet l'ouverture atteint 2,5 m. Son extrémité sud-est a été repérée à l'angle des tranchées de récupération des murs 29 et 30. La limite nord-ouest est tronquée par les galeries d'aération du théâtre des Célestins construites à la fin du XIXe s. Cependant, il devait vraisemblablement se prolonger dans cette direction, au-delà de l'emprise de la fouille. Son axe, sud-est/nord-ouest n'est pas parallèle à celui des chemins ; malheureusement les relations stratigraphiques entre ces vestiges n'ont pas pu être observées, car leur point de section n'est pas présent sur le site.

62Ce fossé est comblé par plusieurs couches. Sur le fond, le premier remplissage ressemble beaucoup à la couche d'occupation précédemment décrite. Il est de couleur brun, de structure homogène ; il contient des micro-résidus organiques (charbons de bois ou bois fossilisés) et de petits fragments de briques et de tuiles. Il est recouvert par un empierrement qui forme un alignement de blocs de granite, de fragments de tuiles et de briques sur toute la longueur du fossé. La dernière couche, qui comble le haut du fossé, possède une composition, une texture et une couleur semblables à la première couche.

Le rôle du fossé 87

63À l'origine, c'est certainement une structure ouverte sans comblement. Elle constitue peut-être une limite de terrain (ou de parcelle) ou une tranchée pour l'irrigation, le drainage du terrain. La couche, qui recouvre le fond, correspond dans ce cas à un dépôt de sédiments apporté par ruissellement, provenant de la couche d'occupation. Ensuite, l'empierrement sert certainement de drain ; le fossé est comblé après cet aménagement.

64Si ce fossé avait pour fonction le drainage ou l'irrigation, le pendage est excessivement faible : 163,54 m à l'extrémité sudest et 163,48 m au nord-ouest.

65Les couches de comblement du fossé ont livré un mobilier céramique presque entièrement résiduel (céramiques du IIIe s.) puisque seulement 2 % des tessons sont des formes attribuables au haut Moyen Âge.

Les sépultures

66Deux sépultures, l'une intacte (Sp. 131) (fig. 58 et 55) et l'autre tronquée (Sp. 130), appartiennent également à l'ensemble des vestiges datés du haut Moyen Âge.

58- Sépulture 131

58- Sépulture 131

(Célestins)

67La sépulture 131 est une inhumation primaire, orientée nord-ouest/sud-est (tête au nord-ouest). Le squelette, en très bon état de conservation, est en décubitus dorsal dans une fosse délimitée par des parois construites en moellons et dallettes de granite. Les dimensions de la fosse sont d'environ 2 m en longueur, pour une largeur ne dépassant pas 0,60 m ; ainsi le corps est calé, surtout dans la partie supérieure au niveau des épaules. La fosse n'est pas parfaitement rectiligne ; les membres inférieurs ne sont pas sur le même axe que celui de la partie supérieure du squelette.

68La forme de la fosse, l'état des connections anatomiques des os et la position du squelette ne permettent pas d'envisager l'existence d'un cercueil. Le corps a probablement été inhumé en pleine terre, ou éventuellement dans un espace rapidement comblé, si l'on suppose la présence d'une couverture de la tombe en matériau périssable.

69Cette sépulture est dépourvue de mobilier funéraire, quant au comblement il n'a livré que de la céramique antique résiduelle.

L'état de conservation du squelette est très bon (indice de conservation : 62,8), et les surfaces osseuses bien lisibles ; cependant, une partie de la face est détruite et la voûte crânienne s'est déformée (aplatissement de l'arrière-crâne et déplacement de toute la base du crâne vers la face), ce qui ne permet pas d'étude crâniométrique précise.

La parfaite connexion anatomique des os des extrémités (mains et pieds), du bassin et des grosses articulations (épaules, coudes, hanches et genoux), des rotules et de tout le rachis, atteste d'une inhumation en place colmatée rapidement. Toutefois quelques perturbations secondaires sont remarquables : ont été déplacés deux côtes et les clavicules (la première côte gauche par-dessus l'épaule du même côté, accompagnée par la clavicule gauche, la droite étant verticalisée), le deuxième métacarpien gauche (en lieu et place de la clavicule gauche) et le capitatum gauche dans la bouche ; le passage d'un animal fouisseur peut expliquer ces déplacements.

La bascule de la mandibule pourrait faire croire à l'existence d'un espace vide au niveau de la tête, secondairement colmaté ; cela aurait impliqué la présence d'un calage du crâne pour son maintien sur l'occiput (en matériau périssable). Pourtant, au nettoyage de la mandibule, il apparaît que le cartilage thyroïde ossifié est intimement appliqué contre la concavité de la région interne de la symphyse mandibulaire d'une part et au remontage du squelette céphalique, la déformation de l'arrière-crâne d'autre part écartement des temporaux et des pariétaux (région obéliaque et lambdoïde aplatie), la face "s'enfonçant par enroulement". La nature inondable du terrain ne paraît pas étrangère à ce type de déformation post-mortem par ramollissement des os de la voûte crânienne : la tête était probablement fléchie, menton sur le thorax lors de l'inhumation, ce qui rapproche le menton du larynx.

Le corps inhumé est celui d'un homme d'âge mûr (entre 40 et 50 ans), moyennement robuste, de taille moyenne à grande (entre 167 cm et 170 cm).

Les valeurs de stature sont un peu surestimées, car le rachis thoracique inférieur présente des lésions dégénératives secondaires à une dystrophie de croissance (maladie de Scheuermann), associées à une ostéoporose (vertèbres biconcaves et tassements cunéiformes antérieurs sur trois thoraciques) ; une cervicarthrose C5-C6 complète ce tableau, avec la présence d'une anomalie congénitale de la charnière lombo-sacrée (lombalisation de la première vertèbre sacrée, avec le rachis lombaire à 6 vertèbres).

Les têtes humérales présentent des lésions dégénératives de périarthrite scapulo-humérale, et de début d'omarthrose (confirmée par les modifications des glènes scapulaires). Des aspects évocateurs d'arthrose sont également visibles sur le poignet droit (tête de l'ulna) et le gros orteil droit (hallux valgus avec arthrose secondaire de la métatarso-phalangienne). Des sollicitations tendino-ligamentaires (enthésopathies) sont retrouvées aux coudes, aux talons, aux épaules et au rachis thoracique (ossification du ligament jaune de T3 à T6 et de Τ10 à Ll).

Outre le tassement du corps vertébral deT3, T1 1 etTI2,on peut relever une fracture du quart distal du deuxième métatarsien gauche (fracture de fatigue ?) et du tiers distal du cinquième métacarpien droit.

L'état de la denture est déplorable (perte ante-mortem de quatre dents mandibulaires — trois molaires et une incisive —, usure au stade 3 de Brabant et Sahly, et forte alvéolyse ; huit lésions périapicales maxillaires avec six abcès fistulisés, sept pertes antemortem, usure au stade 5 avec caries radiculaires sur deux dents restant en place).

Le frontal est métopique et il reste les traces d'une cribra orbitalia cicatricielle bilatérale ; ces signes évoqueraient une période de carence protéino-énergétique durant l'enfance ; la maladie carieuse et les infections d'origine dentaire sont le fait soit d'une susceptibilité individuelle à la maladie, soit de la qualité de l'alimentation (riche en hydrates de carbone : céréales, farine), soit multifactorielle.

La topographie des lésions dégénératives est compatible avec la pratique des travaux de force (comme la maçonnerie, le terrassement, la manutention lourde ou encore l'activité agricole manuelle), pouvant exposer aux traumatismes (fractures) ; il n'est pas possible de préciser plus avant !

Du deuxième squelette (Sp 130), il ne reste que la moitié gauche du bassin, la totalité du membre inférieur gauche et pour le côté droit, le tibia, le péroné, deux os du pied (astragale et calcanéum) ainsi que l'épiphyse distale du fémur. Tous ces os sont cependant en connexion anatomique. Les limites de la fosse sont imperceptibles et les traces d'un éventuel cercueil sont absentes. La perturbation a été provoquée par l'aménagement des fosses avoisinantes (76 et 82). La découverte dans ces conditions de ce squelette "tronqué" n'indique pas forcément qu'il s'agit d'une sépulture.

70Ces deux sépultures peuvent être rattachées au contexte d'occupation du haut Moyen Âge ; sont-elles situées à la périphérie d'un espace funéraire beaucoup plus vaste qui s'étendrait vers l'est ou sont-elles des éléments isolés ? La question reste en suspens en l'état actuel des données...

Le mobilier céramique du haut Moyen Âge

  • 42 Ce mobilier a fait l'objet d'une étude plus approfondie pour le classement typologique et morpholog (...)

71Il totalise 4448 tessons représentant un nombre minimum de 714 vases. L'étude typologique a permis de répartir ce mobilier en de trois ensembles chronologiques42.

72Le premier ensemble (438 tessons et 82 individus) correspond à une période de transition située entre le VIe et le début du VIIe s. Cette transition est surtout évoquée par des changements d'ordre typologique et morphologique par rapport à l'Antiquité. Cette différenciation est matérialisée en outre par un appauvrissement du vaisselier et par l'absence de vaisselle fine d'importation. Le mobilier étudié provient de deux fosses. Il est constitué en majorité par de la céramique à post-cuisson réductrice (74 %) et par de la céramique à post-cuisson oxydante (26 %). Il faut signaler en outre la présence de mobilier antique résiduel (8 %) et d'un fragment de pierre ollaire. Le répertoire des formes issues de ces structures est encore empreint des traditions de l'Antiquité tardive avec l'utilisation du bandeau dit de "première génération" sur des ollae à fond plat (fig. 59 1 à 3), il ne varie pas suivant le type de production. La morphologie des bords est assez variée avec des lèvres en poulie et des lèvres rectangulaires qui annoncent par leurs caractéristiques les types rencontrés plus tardivement. Les parois de certains de ces récipients portent parfois des décors à la molette. Les ollae constituent les formes fermées les plus représentées aux côtés de quelques récipients destinés aux liquides comme les cruches à bec pincé (fig. 59 4). La présence encore non négligeable de formes ouvertes est également un marqueur chronologique avec les gobelets (5), les bols carénés (6) inspirés de modèles antiques et les mortiers (7). Parmi les formes rares, signalons une lampe en commune grise (8), imitant des modèles africains. En comparant les éléments constituant ce lot avec d'autres sites régionaux, il est donc possible de placer ces céramiques dans un contexte évoluant entre la fin du VIe et le début du VIIe s. Ce lot est très proche de celui de l'état 1 de la rue Pierre Audry (Faure-Boucharlat à paraître) et dont la datation est fixée dans le courant du VIIe s. par l'apport de données absolues (14C).

59- Céramiques du haut Moyen Âge

59- Céramiques du haut Moyen Âge

73Le second ensemble est le plus abondant avec 2567 tessons, 398 individus et 3 % de céramique antique résiduelle. Ce lot provient de fosses et de niveaux d'occupation. La vaisselle cuite en atmosphère oxydante subit une large baisse (17 %), et les céramiques à post-cuisson réductrice deviennent largement majoritaires (80 %). Le répertoire des formes est assez peu diversifié avec une prépondérance des formes fermées. Le type le plus fréquemment rencontré est l'olla (fig. 59 9) toujours équipée de bords en bandeau. Si la présence de bords de "première génération" connus lors de la phase précédente est encore largement attestée, la diffusion du bord en bandeau divergent (ou bord en bandeau de "deuxième génération") est plus affirmée. Ces ollae sont toujours équipées de fonds plats. Les vases à liquide sont essentiellement représentés par des cruches à bec pincé. Le pot à col convergent fait son apparition dans cet ensemble (11) ; il peut être parfois équipé d'un bec tubulaire (12). Sa vocation semble, par les traits morphologiques des récipients, plutôt dévolue au stockage. Les formes ouvertes sont encore présentes avec une baisse sensible de représentation, le gobelet tronconique ou cylindrique (13) reste la forme la plus diffusée ; certains sont ornés sur les parois de registres de décors peignés qui ne sont pas sans rappeler les formes en pierre ollaire ; les bols carénés sont encore présents de même que les mortiers.

74L'abondance et l'homogénéité de ce lot a permis d'effectuer une datation malgré l'impossibilité de recourir à une chronologie absolue. Nous sommes ici assez proches du mobilier de l'état II de la rue Pierre Audry, dont la datation est fixée entre les VIIe et Ville s. D'autres sites, en particulier de l'est lyonnais, offrent un faciès céramologique identique pour une datation comprise entre les VIIe et Ville s (op. cit.).

75Le troisième ensemble avec 1443 tessons, 234 individus et 9% de céramique résiduelle présente toujours les mêmes caractéristiques typologiques que celles du second ensemble avec l'apport de nouveaux éléments. Ces derniers permettent de fixer sa datation entre la fin du Ville et le Xe s. Le mobilier provient pour la plupart des couches d'abandon du site et de quelques fosses. Les céramiques réductrices sont majoritaires avec 92% contre 8% pour les céramiques oxydantes. Les ollae sont toujours majoritaires (fig. 60 1), mais sont équipées pour la plupart de bandeaux de "seconde génération" (ou bandeau divergent), certains exemplaires sont équipés désormais d'un fond lenticulaire ou d'un fond bombé (2). Les cruches à bec ponté font leur apparition (3 et 4). Les formes ouvertes se raréfient et ne sont plus représentées que par des gobelets (5). D'un point de vue chronologique, l'apparition du fond bombé est attestée en région lyonnaise dans le courant du IXe s. (Maccari-Poisson 1991 et Faure-Boucharlat à paraître) ; l'absence de marques sur ceux-ci peut également constituer un repère chronologique. En effet cette pratique est omniprésente sur les gisements datés des environs de l'an Mil (Bouvier et al. 1992, Faure Boucharlat, Maccari-Poisson 1993, Reynaud 1975). Enfin les cruches à bec ponté correspondent au modèle diffusé à partir du Xe s.

60- Céramiques du haut Moyen-Âge

60- Céramiques du haut Moyen-Âge
  • 43 Les différents sites du haut Moyen Âge de la région lyonnaise ont été intégrés au sein d'une étude  (...)

76Le mobilier céramique du haut Moyen Âge de la place des Célestins constitue à ce jour le lot le plus important découvert sur la Presqu'île. Par ses aspects typologiques et morphologiques, il est proche des ensembles étudiés sur les autres sites de Lyon et de la région lyonnaise,43 en particulier celui de la rue Pierre Audry.

77Il permet d'effectuer quelques remarques : le vaisselier tend très nettement à s'appauvrir avec une utilisation de plus en plus large des formes fermées au détriment de la vaisselle dite de table. Cependant, il faut peut-être prendre en compte l'éventualité d'une vaisselle de table en bois non conservée. Les vases sont presque exclusivement produits en céramique à post-cuisson réductrice dans une catégorie appelée commune.

  • 44 Analyses et observations effectuées par Cécile Batigne, Laboratoire de céramologie Maison de L'Orie (...)

78L'origine des argiles utilisées est à rechercher dans le val de Saône-Beaujolais44. Aucune production importée du bassin méditerranéen (céramiques fines) n'a été découverte, de même qu'aucun conteneur de type amphore. Le contexte du site est peut-être à mettre en relation avec ces différents aspects, il revêt en effet un faciès presque rural.

La faune

79Le matériel osseux présente 1998 restes déterminés, dont 48 % d'ovicaprins. À côté des restes découpés alimentaires, la majorité des 10,4 % d'éléments crâniens sont des cornillons isolés, très majoritairement caprins. Ils sont de toutes grandeurs, les petits étant probablement issus de femelles, les plus grands de mâles et même de mâles castrés (chez les caprins, les cornillons des mâles castrés seraient plus grands que ceux de boucs entiers, d'après McTaggart in Noddle 1974). Bien que l'hypothèse de déchets de découpe alimentaire puisse être retenue car tout le reste du squelette est représenté dans les lots osseux et est porteur de marques de découpe, une concentration de cornillons peut aussi être attribuée à des artisanats : peausserie (traitement de la peau) (Serjeantson 1989), corneterie (emploi de la matière cornée pour la fabrication d'objets "en corne"), (Forest à paraître), métallurgie du fer (emploi de la matière cornée carbonisée comme agent d'aciération superficielle du fer), (Bois et al. à paraître).

80Cet ensemble osseux témoigne de la présence d'une communauté humaine abattant et consommant des animaux domestiques, et pratiquant probablement au moins une activité artisanale spécialisée.

L'activité hydrologique durant le haut Moyen Âge

Des dépôts alluviaux en rive gauche de Saône (Célestins)

81Alors que des installations humaines se développent durant le haut Moyen Âge (VII-IXe s.) sur la partie méridionale du site, la partie septentrionale enregistre des dépôts d'inondation.

82Au nord-est du site des Célestins, un important dépôt alluvial limono-sableux se développe. D'une épaisseur minimale de 80 cm, cette séquence alluviale est comprise entre 163,80 m et 164,50 m d'altitude en moyenne. Assez homogène, cette couche comprend de rares témoins anthropiques représentés par des fragments de briques, de tuiles, de gneiss, quelques galets et de rares tessons de céramiques, le tout très dispersé dans la couche.

Si la légère anthropisation de ce dépôt a pu provoquer l'augmentation de la valeur du percentile par la présence de grains rapportés, la médiane, qui correspond au diamètre de 50 % de l'échantillon, est peu sensible à cette pollution ; elle traduit donc ici un transport des grains en suspension uniforme dans des courants très lents de débordemen. Certains lits sédimentaires semblent même issus de processus de décantation dans une nappe d'eau stagnante. Lors d'épisodes d'inondation de faible intensité, la Saône parvient donc à noyer cette partie du site. Ses flux n'atteignent pas la zone sud-ouest où aucun dépôt de limon de débordement n'est repéré sur les couches du deuxième exhaussement de la domus, ou intercalé dans le niveau d'occupation du haut Moyen Âge. Apparemment ces flux sont bloqués par un obstacle qui pourrait être le mur 32, puis le pendage sud-ouest/nord-est du terrain après la récupération de ce mur.

Certains échantillons se caractérisent, à l'analyse morphoscopique, par la présence de minéraux noirs et de biotite alors que les micas blancs (muscovite) sont très rares. Faut-il en déduire la participation de flux rhodaniens dans ces dépôts ! Cette solution reste plausible, d'autant que ces prélèvements sont les seuls localisés dans la partie est du site. Il faudrait donc envisager durant le haut Moyen Âge, d'une part que la dynamique fluviale du Rhône ait été suffisamment importante lors d'épisodes de crues, pour projeter des flux liquides et solides à travers la Presqu'île jusqu'au site, et d'autre part, que l'espace traversé ne présente pas d'obstacles, c'est-à-dire soit peu urbanisé.

83Dans ce dépôt alluvial sont installés les trois chemins présentés précédemment. Ils permettent de percevoir des étapes dans la stratigraphie de ce dépôt très homogène : les structures permettent de séparer des niveaux de limons qui ne présenteraient autrement aucune limite repérable. C'est d'ailleurs le cas dans la partie nord-est qui n'est pas traversée par les chemins. Ainsi, l'analyse de la stratigraphie du secteur des chemins a permis de diviser le dépôt alluvial en deux grandes parties. La première est composée de couches de limons qui se mettent en place après l'opération d'assainissement datée entre la fin du IIIe et le début du IVe s. et avant l'aménagement des premiers chemins. La deuxième partie concerne les niveaux supérieurs du dépôt qui sont postérieurs à ces mêmes chemins.

84Les échantillons prélevés à une altitude inférieure à celle de la base du premier chemin — 164 m — présentent une granulométrie assez semblable à celle de l'ensemble de tous les échantillons, mais montrent tout de même le plus faible pourcentage de limon au bénéfice du sable. Cette texture plus grossière peut signifier que les premières inondations sont plus intenses que celles qui fossilisent les premiers chemins, mais cette différence reste très relative.

85La datation du dépôt alluvial est délicate. En reprenant la conclusion concernant les niveaux d'assainissement antérieurs, nous pouvons avancer que les couches de la partie inférieure peuvent se mettre en place, plus ou moins rapidement, au cours d'une période comprise entre la fin du IVe s. et le haut Moyen Âge. La partie supérieure du dépôt s'accumule forcément au cours du haut Moyen Âge, puisqu'elle est intercalée entre des vestiges datés de cette époque. La datation de ce dépôt de limons se situe donc soit dans une large fourchette entre la fin du IVe s. et le début du IXe s., soit au cours du haut Moyen Âge (du VIe au IXe s.).

86Malgré l'absence de chronologie précise, il est intéressant de rapprocher cette phase hydrologique avec la "phase de torrentialité modérée" mise en évidence aux alentours des VI-VIIIe s. dans le bassin du Rhône. Par contre, actuellement rien ne permet d'assurer que cette phase de torrentialité soit suffisamment importante pour modifier la dynamique des grands cours d'eau comme le Rhône ou la Saône.

87Par ailleurs, la crue de 580 décrite par Grégoire de Tours, seul témoignage sur l'hydrologie du Rhône, s'inscrirait dans le cadre de cette phase. À partir de cet événement, A. Audin proposait le début d'une évolution du régime des fleuves, jusqu'à la fin du IXe s., qui aurait provoqué le remblaiement du chenal dit des "Jacobins" et l'ouverture d'un chenal sur le site de la place des Terreaux (Audin et Russo 1964).

Une lône (?) traversant le nord de la Presqu'île aux Terreaux ?

88Les données de terrain ont permis de mettre en évidence le négatif d'une topographie en creux, scellé en une phase terminale de remblaiement par des dépôts d'envasement (fig. 61F).

61- Coupe du fossé, localisation de la lône, du systhème de fortification et de son abandon

61- Coupe du fossé, localisation de la lône, du systhème de fortification et de son abandon

(Terreaux)

Le négatif d'une topographie en creux

89Si la partie nord du site ne fournit aucune donnée prémédiévale, puisqu'elle a été totalement arasée lors de l'agrandissement du fossé, au sud, les altitudes du cailloutis in situ sous le fossé présentent un pendage qui dessine une dépression en forme de cuvette (fig. 61B). La nappe phréatique présente à 162 m en moyenne, a noyé durant toute la fouille le fond de cette dépression, malgré un pompage continu. Néanmoins, la limite de fond de fouille permet de préciser que le talweg de cette dépression est à une altitude inférieure, en moyenne, à 161,70 m (d'est en ouest : 161,56 m, zone II ; 161,16 m, zone III).

90Aucun pendage, en direction de la Saône ou du Rhône, ne peut-être calculé sur ces seules données. La largeur de cette dépression est tout aussi imprécise, puisque la limite nord est probablement artificielle et doit résulter de l'arasement postérieur effectué lors de l'agrandissement du fossé. Seule une largeur minimale, assez constante sur le site, d'environ 12 à 15 m, peut être estimée.

91Par ailleurs, ces niveaux profonds ont pu être observés, lors du terrassement du parking, au sud-est de la place ; le fond de cette dépression a été repéré à 161,65 m, mais sa faible largeur (2,50 m) laisse soupçonner que l'axe du talweg était décalé plus au sud et donc localisé à l'arrière du mur d'escarpe délimitant l'emprise de la fouille.

92Au sud (zone V), le cailloutis in situ, conservé à l'extérieur du fossé médiéval, à 163,64 m d'altitude sous une couverture sableuse en place, présente un profil abrupt d'érosion vers le nord. Il pourrait correspondre à la berge sud de cette topographie en creux. À 38 m plus à l'est, le cailloutis atteint la cote minimale (car arasé) de 163,37 m et présente un profil transversal à pente forte et abrupte, rectiligne, d'une valeur d'au moins 56 % en direction du nord. La profondeur minimale de cette dépression peut donc être estimée à 2 m-2,50 m par rapport à la berge sud.

93Un autre témoignage, à l'angle sud-est de la place (zone VII), peut être relié à cette phase. Il est illustré par le passage sinueux d'une limite de creusement (tranchée ou séquence d'érosion) visible le long de la paroi nord du sondage à une altitude de 165,66 m. Ce négatif est rempli par une terre noire assez grasse qui marque l'arrêt brutal des niveaux d'occupation antiques dont l'extrémité nord-ouest d'un mur. Ce creusement pourrait être le témoin de cette dépression et expliquerait l'érosion des niveaux d'occupation antique ainsi que la destruction de l'extrémité nord-ouest du mur. Ce négatif, au tracé irrégulier, constituerait également la berge sud de cette lône, à 165-166 m d'altitude ; la profondeur minimale de cette lône serait alors de 4 à 4,50 m. Néanmoins, dans ce cas, il n'est pas possible d'exclure que ce négatif puisse correspondre au creusement du premier fossé à la fin du XVe s. Seule une extension de la fouille aurait pu confirmer l'une ou l'autre de ces deux hypothèses.

94Cette topographie n'est pas sans rappeler le "fossé primitif" mis en évidence à l'est, sur le site de l'Opéra dans le secteur sud du fossé (Rapport, Raynault 1990) : observé sur une largeur minimale de 3,50 m, son talweg cote à 162,35 m et le sommet du cailloutis atteint sur la "berge sud" 163 m d'altitude minimum (niveau arasé). Si cette forme déprimée est assimilée à celle repérée sur le site des Terreaux, un pendage minimal de 0,4 % du fond de la dépression peut être estimé sur une distance de 270 m en direction de la Saône (de la zone II du site de l'Opéra à la zone III du site des Terreaux).

95Le fond de cette topographie en creux n'a pas été atteint durant la fouille et les premiers remplissages au fond de cette dépression sont inconnus : s'agit-il de dépôts naturels ou anthropiques ? Seules les couches accessibles de ce remplissage, aux environs de 162 m NGF, témoignent de processus d'envasement.

Les dépôts d'envasement

96Les premiers niveaux de remblaiement de la dépression qui ont pu être observés présentent une succession de lits sableux de couleur plutôt ocre et de lits vaseux gris bleutés (couleur résultant de processus de réduction) (fig. 61F). À nouveau, en raison de la hauteur de la nappe phréatique, ils n'ont été observés que sur les bords de la dépression, puisqu'ils se développent à une altitude moyenne inférieure à 162,00 m. L'observation à la loupe binoculaire des sédiments composant ces couches démontre l'origine croix-roussienne des grains ; en aucun cas l'influence de la Saône ou du Rhône n'a pu être isolée (morphoscopie). Les processus sédimentaires mis en évidence révèlent la succession :

  • d'épisodes de ruissellement diffus qui lavent le talus formé par le versant de la Croix-Rousse lors de précipitations et qui drainent les sables fins triés dans le fond de la dépression.

  • d'épisodes plus calmes où seules les fines se décantent dans une lame d'eau résiduelle qui se maintient au fond du "talweg".

97Ces dépôts issus de processus naturels sont scellés par des niveaux de fréquentation qui fournissent un terminus antequem situé au Moyen Âge. En effet, la présence de tessons à pâte rouge recouverts d'une glaçure plombifère saupoudrée n'autorise qu'une fourchette chronologique assez large, de leur date d'apparition (fin XIIe - début XIIIe s.) à la date de disparition de cette technique (fin XVe s.).

98Sur le site de l'Opéra, les niveaux qui participent au remblaiement du "fossé primitif" sont hétérogènes et non datés. La nature des couches semble correspondre à des remblais anthropisés, lavés par une nappe d'eau résiduelle favorisant la décantation des argiles. Ils sont observés jusqu'à l'altitude de 163,00 m qui est celle du niveau d'arasement du fossé médiéval.

Creusement artificiel au Moyen Âge ou lône naturelle antérieure ?

99À l'appui de ces données dispersées, trois hypothèses peuvent être proposées et critiquées pour expliquer cette topographie déprimée et sa chronologie :

  • elle résulte d'un creusement artificiel pour la mise en place d'un fossé médiéval (hypothèse 1) ;

  • elle est le témoin d'une lône naturelle (hypothèse 2), mais dont la mise en place peut être datée soit de l'époque antique (hypothèse 2a), soit du haut Moyen Âge (hypothèse 2b).

Un creusement anthropique ?

100L'éventualité d'un creusement pour l'aménagement d'un fossé médiéval bordé ou non au sud par un mur ne peut être exclue, compte tenu de la datation XIIIe-XIVe s. fournie par l'analyse céramique des niveaux qui fossilisent l'envasement de cette dépression. Pourtant, l'interprétation du tracé assez sinueux de ce creusement confirmerait plutôt une mise en place naturelle par l'ouverture d'un chenal, à l'origine de la dépression. En effet, si nous prenons comme référence le tracé rectiligne du mur d'escarpe conservé, ce dernier est désaxé par rapport au tracé de la dépression :

  • sur le site des Terreaux, ce mur est localisé, tantôt à proximité de la "berge" sud, tantôt à l'intérieur de la dépression, voire dans l'axe du talweg, ou encore au sud du site, proche de la "berge" nord éloignée seulement de 2,50 m ;

  • par contre, ce mur est localisé à l'extérieur de la dépression, c'est-à-dire côté sud, sur le site de l'Opéra.

101Ces observations laissent penser que le tracé de la dépression est indépendant de la construction du mur et que l'hypothèse d'un creusement anthropique pour un fossé bordé d'un mur d'escarpe est peu probable.

Une lône ?

102Le profil transversal abrupt du cailloutis, observé au sud (zone V), pourrait s'expliquer par une érosion de crue lors de l'ouverture d'un chenal et viendrait confirmer les arguments cités précédemment. Par contre, la chronologie de la mise en place de cette lône supposée reste incertaine.

Durant l'Antiquité ?

103Les études antérieures ont mis en évidence une hydrologie abondante des cours d'eau entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le milieu du Ier s. ap. J.-C. sur la Presqu'île. Elle se traduit par le retour d'une sédimentation grossière : crues débordantes qui assurent l'exhaussement des bancs et crues qui transitent dans des chenaux en cours de remblaiement (Macé et al 1991). Ainsi nous pourrions assimiler cette dépression à un chenal supplémentaire, peu profond et sinueux, du Rhône ou de la Saône coupant la Presqu'île au niveau des Terreaux. Cette lône pourrait être contemporaine de celles repérées sur les sites de Bourse, République et Bellecour (Vérot et al. 1989). Les altitudes respectives du talweg, inférieures à 162,50 m, et de la berge supérieures à 163,50 m, sont similaires.

104Pourtant plusieurs arguments viennent à l'encontre de cette proposition chronologique :

  • sur le site de l'Opéra, la présence d'un puits gallo-romain sur le tracé d'une lône contemporaine peut surprendre. Quelle utilité aurait cette structure dans un tel contexte topographique de chenal ? Le négatif de la dépression semble plutôt être à l'origine de l'arasement de ce puits, et par conséquent au moins postérieur au Ier s. ap. J.-C. (date post quem de cette structure) ;

  • les différentes études démontrent que les chenaux repérés se remblaient naturellement dès la Tène sans doute par modification de la dynamique fluviale et cet alluvionnement fin qui se poursuit jusqu'au cours du Ier s. ap. J.-C. nivelle les dépressions à une altitude moyenne de 163,50 m. De plus, ce processus naturel est souvent accéléré par des remblais anthropiques qui assurent l'assainissement de ces zones insalubres souvent jusqu'à une altitude moyenne de 163,50164,50 m, niveau nécessaire, pour conférer aux sites antiques de plaine alluviale, une position le plus souvent émergée face aux crues moyennes connues à cette époque. Or, sur le site des Terreaux, aucun dépôt purement alluvial n'a pu être mis en évidence à l'intérieur de cette lône pour ces altitudes, ni aucune trace de niveaux antiques. Dans ce cas, le maintien d'une lône en eau, durant cette époque, supposerait un entretien permanent qui aurait effacé les dépôts de crues, voire l'existence d'un aménagement anthropique qui protégerait le site des inondations...

105À l'appui de ces critiques, cette deuxième hypothèse est contredite notamment par la présence du puits qui oriente vers la troisième hypothèse à savoir une lône plus tardive qui aurait érodé les niveaux antiques sur son passage.

Une lône du haut Moyen Âge ?

106Cette lône a pu, en effet, se mettre en place entre la période antique et les XIII-XIVe s. Cette hypothèse répondrait aux problèmes soulevés précédemment. Elle a l'avantage notamment de justifier d'une part la conservation de niveaux antiques à l'extérieur du tracé de la lône (au sud de la berge sur le site de l'Opéra voire au nord, place L. Pradel, ainsi qu'au pied du versant, zones VI, IX et X localisées au nord de la place des Terreaux), et d'autre part d'expliquer l'absence de ces témoins à l'intérieur de la dépression : ils auraient été complètement détruits par l'érosion, exceptée la base du puits, structure en creux.

Conclusion : un chenal de crue au haut Moyen Âge

107Il est certes regretable que la hauteur de la nappe phréatique lors de la fouille du site des Terreaux ait gêné considérablement les observations malgré l'utilisation d'une pompe en continu, et que les niveaux profonds n'aient pu être analysés. L'intervention en 1993, au sud de la zone I, n'apporte pas d'éléments à ce sujet, puisque la stratigraphie relevée fait apparaître la berge nord de cette topographie en creux à proximité de la limite de fouille (escarpe). Aussi, à ce stade de la recherche, étant donné que la première hypothèse paraît la moins probable, il semble que l'on puisse conclure à l'origine naturelle de la formation de cette dépression. En ce qui concerne la date de l'ouverture de ce chenal, la troisième hypothèse reste privilégiée et sera retenue dans la suite de notre propos : une lône naturelle ouverte par une crue, postérieure aux occupations antiques et antérieure au creusement du fossé médiéval.

108Cette lône sinueuse présente au sud de la place (zone V), une rive sud à pente forte, caractéristique d'une berge concave (pente de 56 % où affleure le cailloutis en place). La rive nord arasée (en zone II) doit dessiner une pente de convexité faible dans ce secteur. Or, on peut comparer le fond du talweg (inférieur à 161,65 m d'altitude) à la topographie du pied de versant, déterminée en fonction des données obtenues sur les zones nord de la place (VI, IX et X), aux environs de 166,30 - 166,40 m d'altitude à la fin de l'Antiquité. Le pied du versant dominerait donc la dépression d'au moins 4,65 mètres, dans cette hypothèse chronologique. Du pied de la colline à la rive nord conservée de cette dépression (soit 33 m de longueur), la pente serait d'environ 14 %, si elle est continue du nord au sud : cette valeur reste plausible pour la pente d'une berge convexe.

109Les arguments font néanmoins défaut pour préciser la topographie générale de ce secteur. Ces éléments descriptifs d'interprétation restent donc des indications à vérifier.

110La chronologie de sa formation et de son remblaiement s'inscrit entre la fin de l'Antiquité et avant le XIIIe s., date de l'aménagement du fossé médiéval. Aucun élément ne permet d'identifier quel est le cours d'eau à l'origine de ce chenal.

Une hydrologie accrue au haut Moyen Âge

111Ces vestiges, datés du haut Moyen Âge (Célestins et Terreaux), offrent un nouveau cadre de recherche sur la topographie de la ville et témoignent d'une reprise de l'activité hydrologique à cette époque. Pour la première fois, des dépôts d'inondation sont enregistrés à cette époque dans la plaine alluviale lyonnaise et ce dans la partie nord-est du site des Célestins. Parallèlement, une lône est mise en évidence au nord de la Presqu'île sur le site des Terreaux. Ces données précaires et sujettes à discussion appellent quelques commentaires, même si leur chronologie est large, à savoir entre la fin du IVe et la fin du IXe s. pour les dépôts d'inondation et entre le VIe et la fin du XIIe s. pour le chenal. De même, elles renvoient à l'hypothèse d'une mise en eau des remblais d'assainissement mis au jour sur le site de République par des débordements du Rhône ; la matrice limoneuse observée au sommet de ces remblais pourrait traduire un alluvionnement rhodanien fin dont la datation reste large entre les IIIe et XIIe s.

  • 45 A ce sujet, R. Latouche (1963) transcrit muros lugdunensis civitatis aliqua ex parte subvertit soit(...)

112Ces différents résultats nous ramènent aux hypothèses de A. Audin (Russo et al op. cit.) que nous pouvons brièvement rappeler. Cet auteur admet l'ouverture d'un bras de confluence sous le site de la place des Terreaux par déversement de la Saône à la suite d'une évolution du régime de fleuve dont le point de départ pourrait être la crue de 580 décrite par Grégoire de Tours : le Rhône, mêlé à la Saône, débordant de ses rives causa de graves dommages aux populations et renversa en partie la muraille de la ville de Lyon, (Livre V-XXXIII, Prodiges). L'interprétation bibliographique de A. Audin est cependant critiquable en ce qui concerne le lieu de la confluence ; dans son texte, Grégoire de Tours signale le déplacement du tracé de confluence plus en amont, mais sans aucune précision géographique. De plus, le fait qu'un mur ou la muraille de la ville soit détruit ne permet pas d'évaluer la réalité de cette crue dite catastrophique et narrée dans les "Prodiges"45. A. Audin déduit qu'en "amont" ne peut se situer que sur le site des Terreaux puisqu'il localise le tracé de confluence, durant toute l'Antiquité, sur le site des Jacobins. Il explique alors qu'entre 580 et 892, le bras des Jacobins s'est ensablé et que les eaux de crue ont été repoussées en amont sur le site des Terreaux.

113Or la réalité du tracé du bras des Jacobins n'a pas encore été prouvée, mais au contraire remise en question par les découvertes de niveaux d'occupations antiques dans le quartier de la rue Mercière (Rapport, Jacquin 1984). Par ailleurs, si la fouille de la place des Célestins permet de démontrer l'influence du Rhône sur cette partie occidentale de la Presqu'île et de définir un site de confluence des deux cours d'eau autour de notre ère, en aucun cas les crues du Rhône n'atteignent la rive occidentale de la presqu'île au delà du milieu du Ier s. ap. J.-C. À partir du IIe s. ap. J.-C., le site reste dans le domaine de la Saône qui ne fournit que quelques rares dépôts d'inondation jusqu'à la fin du IIIe s. Par contre, les dépôts du haut Moyen Âge indiquent un retour des flux d'inondation, probablement dû à une crise hydrologique suffisamment marquée pour que des balayages de crues du Rhône traversent la Presqu'île et déposent des limons à l'est du site. Si ces alluvions assurent effectivement le remblaiement final d'une zone déprimée et inondable au nord de la place, il n'est pas possible, à l'heure actuelle, de parler d'un chenal perdurant de l'Antiquité au haut Moyen Âge, comme le proposait A. Audin.

114Ces témoins d'une hydrologie accrue peuvent s'inscrire dans une période humide mise en évidence dans le bassin du Rhône aux alentours des VI-VIIIe s. notamment par le fonctionnement de cônes de déjection (Bravard 1953). Deux exemples peuvent être cités :

  • dans la vallée du Haut-Rhône, la formation du cône de déjection du Guiers postérieur à 1420 +-140 B.P. (Ly 2775) semble avoir provoqué un changement de tracé du Rhône ; cet ancien tracé est aujourd'hui occupé par le marais des Avenières dont le début de la tourbification remonte au haut Moyen Âge (Bravard, 1989) ;

  • dans la moyenne vallée du Rhône, la fouille de l'abbatiale de Cruas a permis de dater le fonctionnement du cône de déjection de la Crûle, sur lequel elle est installée. La présence de lits d'argile de décantation dans l'édifice carolingien semble caractériser des épisodes de crues datés du VIe s. alors que des traces de destruction et la présence de dépôts caillouteux traduiraient des épisodes torrentiels à la fin du Ville, voire au IXe (?) s. (Bravard et Tardieu, en préparation).

115Néanmoins rien ne permet d'affirmer que cette phase de torrentialité ait été suffisante pour provoquer une modification du fonctionnement de grands systèmes hydrologiques comme la Saône et le Rhône...

116Dans ce contexte climatique particulier, l'ouverture d'une lône, entre la fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge sur le site des Terreaux, même si elle n'est pas obligatoirement en relation avec les processus observés sur le site des Célestins, pourrait être un premier élément de réponse à utiliser avec précaution. En effet, l'intervention humaine peut être aussi un facteur déterminant dans le déplacement de chenaux naturels.

Notes

40 Les chantiers de l'avenue A. Max, de Tramassac-Carriès et de l'îlot Clément V.

41 Il est possible également que certaines fosses de type hémisphérique ou demi-ovoïde furent à l'origine globulaires et que leurs sommets aient été arasés par les labours du terrain (jardins), effectués lors des périodes suivantes.

42 Ce mobilier a fait l'objet d'une étude plus approfondie pour le classement typologique et morphologique dans le cadre d'un programme collectif de recherche : Groupe de recherches sur les céramiques de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, coordination Michel Lenoble, DRAC Rhône-Alpes, Service régional de l'Archéologie, Lyon 1996-1997. Voir aussi (Faure-Boucharlat à paraître) et (Rapports, Ayala et al. 1996 et 1997).

43 Les différents sites du haut Moyen Âge de la région lyonnaise ont été intégrés au sein d'une étude : Faure-Boucharlat à paraître,

44 Analyses et observations effectuées par Cécile Batigne, Laboratoire de céramologie Maison de L'Orient Méditerranéen, In Rapport Ayala 1997.

45 A ce sujet, R. Latouche (1963) transcrit muros lugdunensis civitatis aliqua ex parte subvertit soit des murs de la ville démolis alors que H. Omont (1886) transcrit murus lugdunensis

Table des illustrations

Titre 50- Localisation des vestiges du IVe siècle
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Fichier image/, 72k
Titre 51- Découpe de deux métapodes d'ovins adultes
Légende (US 2725), place des Terreaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-2.jpg
Fichier image/, 64k
Titre 52- Sépulture double
Légende (Terreaux)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-3.jpg
Fichier image/, 276k
Titre 53- Localisation des vestiges de la fin de l'Antiquité tardive
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-4.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Tableau 10 : Céramiques provenant des occupations des Ve et VIe siècles
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-5.jpg
Fichier image/, 260k
Titre 54- Localisation des fosses, du fossé et du chemin durant le haut Moyen Âge
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-6.jpg
Fichier image/, 116k
Titre 55- Localisation du deuxième niveau de chemin, des restes de construction et des sépultures durant le haut Moyen Âge
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-7.jpg
Fichier image/, 72k
Titre 56- Chemin 217
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-8.jpg
Fichier image/, 196k
Titre 57-Les fosses en cours de dégagement vue du théâtre des Célestins
Crédits Cl. J.-Cl. Chuzeville, L.P.A.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-9.jpg
Fichier image/, 360k
Titre 58- Sépulture 131
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-10.jpg
Fichier image/, 412k
Titre 59- Céramiques du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-11.jpg
Fichier image/, 244k
Titre 60- Céramiques du haut Moyen-Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-12.jpg
Fichier image/, 184k
Titre 61- Coupe du fossé, localisation de la lône, du systhème de fortification et de son abandon
Légende (Terreaux)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1854/img-13.jpg
Fichier image/, 373k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access