Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Les dessous de la presqu'île lyonnaise - Résultats des fouilles

Chapitre 1. À l'origine, un site inhospitalier

Texte intégral

1Comme il a été rappelé, le Rhône a construit sa plaine alluviale formée d'un plancher caillouteux au plus tard à l'âge du Fer, sur les alluvions caillouteuses de la Saône mises en place au cours du Postglaciaire (Bravard et al. 1997). La réalisation de sondages profonds ainsi que le suivi des travaux de terrassement des parkings, hors contexte archéologique, ont permis quelques observations ponctuelles qui nous informent sur les premières phases de formation de la Presqu'île. Une bonne collaboration avec l'aménageur nous a permis de réaliser quelques relevés et notamment le prélèvement des troncs fossiles extraits de ces alluvions.

La genèse de la plaine alluviale

2Le contact de deux faciès alluviaux (Saône-Rhône) a pu être observé lors de la phase de construction du parking République au niveau de la rue Childebert. Un bras du Rhône ancien qui ravine les alluvions de Saône a été mis au jour (fig. 19). Le sommet des alluvions rhodaniennes a été atteint sur l'ensemble des sites sur une superficie variable. Les troncs fossiles prélevés dans ces deux formations fournissent des repères chronologiques dans la reconstitution de ces terres basses (op. cit. : 177-201).

19 – Vue des berges est et ouest du chenal du Rhône sous la rue Childebert

19 – Vue des berges est et ouest du chenal du Rhône sous la rue Childebert

(République)

Les alluvions postglaciaires de la Saône

3Elles s'étalent sur la majorité de la Presqu'île et culminent en moyenne à 155 m d'altitude. Elles ont été mises en place par la rivière lors d'une période où le Rhône s'écoulait en position topographique déprimée plus à l'est. Observées place de la République, elles ont été également datées par deux troncs extraits place des Célestins.

République

4À l'angle de la rue Childebert et de la place de la République, une grande stratigraphie, partiellement conservée entre deux étages du parking en construction, a permis d'observer ces alluvions de Saône, qui culminent à la cote 155 m. Elles sont composées de sables très grossiers de couleur rose orangé, de cailloutis et de quelques lits de graviers. Les cailloutis tractés appartiennent à la charge de fond d'un chenal de la Saône.

Célestins

5Lors des terrassements, deux troncs subfossiles (US 7934 et 7935) ont été dégagés, à une altitude moyenne de 155 m (-12 m) dans les alluvions de Saône, et datés respectivement de :
6690 +/-67 B.P. soit 5671-5444 B.C. (Ly 6582)
6684 +/-91 B.P. soit 5696-5435 B.C. (Ly 6581).
Il est possible que ces deux échantillons appartiennent au même tronc qui permet de dater au plus tôt (si remanié) le sommet de la formation alluviale de Saône du début de l'Atlantique.

Les alluvions caillouteuses du Rhône

6Les alluvions graveleuses mises en place par le Rhône ont été observées sur tous les sites avec une précision variable selon la profondeur des sondages.

Rue Childebert : un chenal ancien

7Les alluvions sablo caillouteuses de la Saône décrites précédemment ont été entaillées par le Rhône sur une largeur de 22 m et une profondeur de 2,50 m (fig. 20). Le chenal est orienté nord-ouest sud-est ; il est remblayé par des sédiments caractéristiques du Rhône.

20- Coupe schématique du chenal du Rhône repéré rue Childebert

20- Coupe schématique du chenal du Rhône repéré rue Childebert

(République)

8Au fond du talweg, à environ 152,5 m d'altitude, un tronc de pin est fossilisé par du cailloutis rhodanien qui participe au remblaiement du chenal (fig. 20). Ce tronc a été daté par radiocarbone de 5795 +-50 B.P., (4785-4530 cal BC) (Arc 768 - ARC 92/R1213C), soit de l'Atlantique récent.

9Le remblaiement de ce chenal est assuré principalement par des cailloutis et graviers à matrice sableuse de couleur grise, formation épaisse au minimum de 3 m. Dans ces sédiments de charge de fond exclusivement roulés et tractés, le tronc a provoqué un ralentissement du courant permettant le dépôt de sables piégés dans les racines.

10Lors de ces terrassements, un tronc d'orme extrait, à la cote 155 m au sommet du remplissage rhodanien, a été daté par radiocarbone de 3770 +-50 B.P. (2455-2030 BC) (Arc 768 - ARC 92/R1213C), soit du Subboréal.

11Les alluvions de la Saône de l'Atlantique ancien sont ravinées par le Rhône au cours de l'Atlantique récent. L'exhaussement rhodanien se poursuit au début du Subboréal.

12L'observation du sommet du substrat caillouteux rhodanien sur les quatre sites permet de décrire une topographie irrégulière de bancs et de mouilles caractéristiques d'une dynamique de tressage imprimant en surface des chenaux peu profonds et divagants.

Terreaux : une topographie de bancs partiellement émergés au nord

  • 19 À l'intérieur du fossé médiéval, le substrat caillouteux a été repéré en plusieurs points, mais le (...)

13Les observations restent ponctuelles en raison des nombreuses modifications du sous-sol au cours des périodes historiques19 Elles se limitent à trois sondages, au sud de la place (zone V), au nord (zone IX) et au nord-ouest (zone X).

21 - Coupes stratigraphiques Terreaux, zone IX

21 - Coupes stratigraphiques Terreaux, zone IX

Au nord, le cailloutis culmine entre 163,25 (US 3823) (fig. 21 A) et 164,05 m (US 3865), selon un pendage vers le sud et vers l'ouest. La stratification complexe fait apparaître des lits entrecroisés de cailloutis et de sables, lesquels séparent deux ensembles essentiellement caillouteux (fig. 22A). Les éléments grossiers, roulés et tractés au fond du lit, témoignent du passage du lit vif du fleuve (milieu aquatique) alors que les alluvions fines traduisent un affaiblissement de la turbulence des courants, en suspension uniforme ou en suspension graduée (milieu terrestre). Cet ensemble sédimentaire pourrait traduire une dynamique de tressage du chenal à l'origine du dépôt, puisque dans le cadre de cette dynamique instable, les chenaux changent constamment de tracé (déplacement latéral pour disperser l'énergie).

Au nord-ouest, le substrat caillouteux a été repéré à 163,44 m d'altitude en moyenne sur 10 cm d'épaisseur et 1 m de largeur.

Au sud, ce plancher repéré in situ au-delà de l'escarpe (zone V) cote à 163,64 m ; les 50 cm d'alluvions fines rhodaniennes, qui le fossilisent, prouvent qu'il est en place et non remanié.

22 - Coupe stratigraphique (1025) : Terreaux, zone IX

22 - Coupe stratigraphique (1025) : Terreaux, zone IX

14En résumé, ces observations ponctuelles réalisées au nord de la Presqu'île permettent de décrire un plancher alluvial du Rhône modelé par des chenaux peu profonds et instables qui isolent des bancs partiellement émergés, en moyenne entre 163,25 et 164,05 m.

Bourse : un chenal du Rhône isolant une île

  • 20 Ce secteur n'avait malheureusement pas pu être fouillé lors de la campagne archéologique menée de m (...)

15Ce chenal de tressage orienté nord-est, sud-ouest, large de 15 m, occupe l'angle nord-ouest de la place20 Le talweg, à une altitude de 161,60 m, est légèrement décalé vers la berge orientale observée à 164 m. Ces éléments définissent un chenal sinueux dont l'écoulement concentré s'effectue dans la concavité à l'est et provoque un exhaussement sableux sur la convexité à l'ouest (fig. 23 2).

16À l'est de ce chenal, le plancher alluvial rhodanien est compris entre 164,40 et 163,30 m du nord au sud. Une dépression à environ 163,50 m traverse le site de l'extrémité nord-est, vers le sud. Elle est limitée au sud-est et à l'ouest par deux bancs dont l'altitude est supérieure à 164,0 m (fig. 23 1). Une restitution de la topographie du cailloutis permet de définir une île dont les bancs culminent à plus de 164 m. Elle est bordée à l'ouest par un chenal peu profond à 161,60 m et à l'est par le tracé principal du fleuve. Cette topographie caillouteuse, caractéristique d'une dynamique de tressage du Rhône, peut être datée au plus tôt de la fin du Ier âge du Fer.

23- Le chenal antique du Rhône

23- Le chenal antique du Rhône

(Bourse)

République : une bande active de tressage du Rhône

17Sur ce site, le plancher alluvial rhodanien culmine en moyenne entre 163 et 164 m, mais sa topographie reste ondulée et irrégulière avec des axes de chenalisation dont l'altitude se maintient entre 160 et 162 m (fig. 24 1).

24 –

24 –

1) Reconstitution topographique du site de République
2) Interprétation topographique du secteur
3) Evocation du paysage de la place de la République au début de notre ère

Au nord, le toit du cailloutis oscille entre 163,60 m et 162,74 m d'altitude.

En aval, le plancher présente plusieurs niveaux de cailloutis qui alternent avec des phases sableuses. Une phase caillouteuse forme un banc à 163,55 m, orienté nord-est, sud-ouest, lequel domine une zone déprimée au nord jusqu'à 162,30 m, et une au sud-ouest inférieure à 163,00 m. Les lits de cailloutis qui composent le banc sont très hétérogènes et présentent plusieurs faciès déterminés par la granulométrie :

en tête de banc, au nord-est, des lits de gros galets semblent l'expression d'un pavage dû à l'érosion par la crue suivante, progression de banc en delta ou avalanching ;

en queue de banc, au sud-ouest, de nombreux lits de sables alternent avec des lits de graviers aux altitudes de 163,40 à 162,40 m, selon un pendage nord-est, sud-ouest et traduisent des processus différents (transport en suspension graduée et en suspension uniforme) avec des courants qui se sont dispersés et affaiblis.

Au sud-est, rue Childebert, le plancher alluvial est composé de plusieurs faciès vers l'est où se superposent des lits de galets à matrice sableuse et des lits de cailloutis et graviers. L'altitude supérieure évolue de 163,0 m à l'ouest à 164,40 m à l'est (près du tracé actuel du Rhône) et une légère dépression se dessine, d'altitude inférieure à 163,30 m en moyenne.

18Cette différenciation topographique du plancher alluvial, définit une zone alluviale dynamique fortement remaniée par des chenaux de tressage du Rhône. Dans un tel système, il est impossible de trouver des limites de berges car elles sont en constante évolution avec des chenaux peu profonds qui se remblayent et se recoupent à chaque phase de crues. On ne peut alors décrire que des ensembles qui appartiennent à un système de bande active ; une reconstitution en est proposée (fig. 24 2).

19La variabilité topographique et texturale s'expliquerait par le passage de chenaux multiples, qui construirait un banc ou une langue caillouteuse en progression vers l'ouest, dans un axe de chenalisation. Ainsi, on peut imaginer une lône du Rhône active, peu profonde, dont les courants drainés par plusieurs chenaux balayent les marges (alt. inf. 162,30 m). Le sable se dépose à l'aval et sur les marges latérales du chenal (au nord et au sud à 163,50 m de moyenne) alors que le cailloutis se dépose dans l'axe du talweg et construit peu à peu un banc (à 163,40 m min.).

20Le cailloutis au sud-est, avec un pendage est-ouest, correspondrait à un bourrelet alluvial caillouteux rarement inondé dans sa partie orientale. Celui-ci, construit par le Rhône, isolerait la bande active de tressage de l'axe principal des flux, localisés à l'est. La légère dépression observée dans ce secteur est peut-être le témoin de la marge est de la lône.

21Il est difficile de dater la formation de cette bande active qui a pu progressivement n'être utilisée que lors des hautes eaux ; à l'étiage, elle pouvait prendre l'aspect d'un bras inactif occupé par une nappe d'eau résiduelle (fig. 24 3). Le début de sa mise en place est probablement à corréler avec l'activité du Rhône au Ier âge du Fer.

Célestins : une topographie irrégulière à l'ouest

22Lors des terrassements profonds du parking, une formation caillouteuse mise en place par le Rhône entre 161,20 et 161,95 m d'altitude a été observée.

  • une couche entre 161,20 et 161,60 m d'altitude, composée de cailloutis, graviers et galets noyés dans une matrice sableuse grise abondante est caractéristique d'un dépôt de charge de fond du Rhône ;

  • l’unité alluviale postérieure est formée de graviers et galets de gros module (axe Β compris entre 5 cm et 10 cm de longueur) et de petits cailloutis jusqu'à 161,95 m. Ce niveau se caractérise par l'absence de matrice sableuse et cette structure en open work traduit la forte turbulence des courants tractifs du fond du chenal.

23Sur l'emprise des fouilles, le substrat caillouteux rhodanien a été observé ponctuellement jusqu'à 162,60 m. A titre de comparaison, ce substrat caillouteux a été repéré en amont (îlot 24, rue de la Monnaie - Rapport, Jacquin 1984) à une altitude de 162,0 - 162,70 m avec une inclinaison en direction de l'ouest.

Synthèse : la Presqu'île, une construction du Rhône au Ier âge du Fer

24Les résultats obtenus sur ces quatre sites permettent d'approcher la chronologie de l'alluvionnement rhodanien et de décrire la topographie de la Presqu'île jusqu'à la fin du Ier âge du Fer.

25L'étude des données du substrat caillouteux rhodanien et des dates issues de troncs ou de matières organiques fossilisés en amont de Lyon et au niveau de la Presqu'île, conduit à émettre l'hypothèse de fluctuations hydromorphologiques au cours de l'Atlantique. Une première phase d'incision, vue place de la République vers 5800 BP, serait suivie d'une phase d'aggravation à forte activité de 5800 à 5450 BP. Les datations pour la période du Subboréal ne permettent pas de caractériser des fluctuations. Cette période pourrait présenter une phase d'activité fluviale modérée " matérialisée par des bancs à une altitude voisine de 160/162 m et des chenaux à 155-159 m dans la Presqu'île " (Bravard et al. 1997 : 188).

26Enfin une nappe alluviale composée de cailloutis, graviers et galets (axe b moyen 3-7 cm) noyés dans une matrice sableuse grise, caractérise une forte activité fluviale du Rhône au Ier âge du Fer. Cette formation construit de vastes bancs caillouteux observés pour les quatre sites étudiés.

27La datation radiocarbone de deux troncs subfossiles extraits lors des terrassements du parking des Terreaux, à près de 159 m d'altitude dans le substrat, apporte des éléments complémentaires de discussion. Un premier tronc, retrouvé à plat au nord de la place, présente un diamètre de près d'un mètre et une longueur proche de 8 m. Sa date de mort naturelle est 6790 +-62 B.P. soit 5730 - 5528 BC (Ly 6311). Le second, découvert dans la partie est de la place était orienté légèrement est ouest. Il est daté de 2251 +-52 B.P. soit 399/177 BC (Ly 6312). La date ancienne du premier tronc suppose un remaniement, qui serait confirmé par la date du second, puisque les deux troncs ont été trouvés à une altitude similaire. Néanmoins, en raison du volume du premier tronc, cette hypothèse apparaît critiquable ; dans ce cas il faut peut-être envisager que le second tronc date un ravinement de La Tène qui aurait atteint une formation caillouteuse plus ancienne.

28Alors que, avenue A. Max, un tronc a été daté de 761-591 BC (Arlaud et al. 1994) et place A. Poncet un peuplier de 2410 +-55 B.P. soit 765-400 BC (Becker et al, 1989), la datation des Terreaux confirmerait que le Rhône tressait et balayait la Presqu'île à l'âge du Fer, voire jusqu'au milieu de La Tène, au moins dans la partie septentrionale de la Presqu'île. Cette chronologie renforce l'image d'un lieu très inhospitalier.

29Une topographie irrégulière de bancs émergés, caractérise donc la Presqu'île à la fin du Ier âge du Fer. La partie occidentale, plus en aval, observée aux Célestins, révèle une topographie légèrement plus basse. Cette formation caillouteuse correspond à une bande alluviale active constamment remaniée par les fortes divagations du Rhône ; certains paléo-tracés ont pu être identifiés.

30Un chenal de tressage a été isolé lors des fouilles de la Bourse. Une bande active de tressage mise en évidence sur le site de République pourrait atteindre une largeur d'une centaine de mètres. Ces formes à topographie déprimée doivent probablement drainer les hautes eaux et les crues du Rhône.

31Cette dynamique de tressage, qui conduit au dépôt d'alluvions caillouteuses, dessine un paysage de bancs et de lônes, appartenant au lit majeur du Rhône, impropre à la colonisation humaine. Ces résultats étayent les premières interprétations sur la genèse de la plaine alluviale à Lyon (Macé et al. 1991) ; la mise en place de celle-ci et sa chronologie sont peu à peu précisées.

Stabilisation de la Presqu'île : une plaine inondable

32Dès le milieu de La Tène, la formation caillouteuse déposée par le Rhône est fossilisée par des alluvions fines témoins d'un changement de dynamique fluviale. Ces dernières exhaussent peu à peu le sol de cette formation. Le chenal de la Bourse se remblaye peu à peu, alors que la bande active de République se maintient et draine encore les flux d'inondation. Au niveau des Célestins, la Saône profite d'un Rhône en cours de retrait sur sa rive gauche et construit sur le site sa berge de rive gauche, délimitant une nouvelle Presqu'île.

Terreaux : un exhaussement sablo-limoneux des deux cours d'eau

33Cet exhaussement regroupe plusieurs unités alluviales fines qui fossilisent le substrat caillouteux.

Au nord (fig. 21B), le plancher caillouteux est exhaussé jusqu'à 163,30 m à l'ouest et 164,10 m à l'est (fig. 22 Β). Les faciès sédimentaires montrent différents processus alluviaux :

  • des sables moyens à grossiers témoignent de courants turbulents de crue ;

  • des sables fins plus ou moins limoneux traduisent des courants lents favorables à une décantation des fines dans la nappe d'eau inondante.

La morphoscopie des grains permet de caractériser des flux de la Saône, mais certains lits qui présentent des minéraux noirs et de la biotite ainsi que peu de feldspaths, tendraient à définir une influence concomitante du Rhône.

Au sud (zone V), le cailloutis est fossilisé par 50 cm d'alluvions fines qui présentent deux faciès superposés jusqu'à 164,20 m d'altitude :

  • une première couche sableuse de couleur grise résulte de courants d'inondation du Rhône, lents à turbulents, origine qui confirme la mise en place rhodanienne du cailloutis sous-jacent ;

  • une deuxième couche de couleur orangée où alternent des limons, puis des sables, caractérise des flux de la Saône qui deviennent plus turbulents.

34Ce secteur de Presqu'île remanié par le Rhône auparavant et ce jusqu'au milieu de La Tène (cf. infra) évolue vers un site de plaine d'inondation. Ce milieu terrestre est soumis épisodiquement aux débordements de la Saône et du Rhône lors des hautes eaux et des crues. Il est difficile de préciser si les deux cours d'eau débordent de manière alternée ou concomitante. La turbulence des courants assure un alluvionnement à granulométrie variable (du sable limoneux au sable grossier) qui conduit à l'exhaussement du site jusqu'à une altitude de 164,10 - 164,20 m en moyenne.

35Cette période d'alluvionnement peut être datée de La Tène au Ier s. ap. J.-C. sur ce site. L'évolution de ce secteur vers un site de plaine d'inondation offre enfin un espace potentiellement colonisable par les populations riveraines.

36L'arrivée d'alluvions issues de la Saône est probablement en relation avec son changement de tracé qui se décale vers l'ouest dès le début de notre ère, profitant d'un Rhône en retrait sur sa rive gauche.

Bourse : le remblaiement du chenal et l'exhaussement du site

37Le chenal dessiné par la topographie caillouteuse connaît plusieurs séquences de remblaiement qui se traduisent par une superposition d'alluvions fines à dominante sableuse (fig. 23 3).

Cette stratification a été repérée sur 15 m de large en ouest/est et sur 27 m de long du sud au nord. Le talweg, à une altitude de 161,60 m est légèrement décalé vers la berge est où se sont déposés des sédiments plus fins à dominante limoneuse alors qu'à l'ouest se succèdent des remplissages sableux très grossiers. Ces éléments laissent suggérer un chenal sinueux dont l'écoulement concentré s'effectue dans la concavité à l'est et provoque progressivement un exhaussement sableux sur la convexité à l'ouest : passage d'un style de tressage (faible profondeur) à un style de méandrage (sinuosité).

Sur le profil F, à 161,90 m, un lit de feuilles mortes isolées dans un remplissage limoneux a fait l'objet d'un prélèvement daté à l'accélérateur de particules : 2020 +-60 B.P. soit-179/+88 (Ly-OXA 3945). Dès la fin de La Tène, la dynamique alluviale du Rhône a évolué et seules des séquences de débordements lents alimentent sa rive droite et conduisent au remblaiement du chenal. Le sommet du remplissage culmine aux environs de 163,50 m jusqu'à la berge est, ce qui conduit à un remblaiement d'environ 1,90 m. L'aménagement anthropique qui scelle ces alluvions donne un terminus augustéen à cet épisode de remblaiement.

  • 21 L'épaisseur d'une phase reste relative dans la mesure où les courants de débordement postérieurs pe (...)

38Délimité par le chenal précédent et le Rhône à l'ouest, l'île caillouteuse est exhaussée au sud-ouest par des dépôts alluviaux de faible épaisseur21 (environ 10 cm) dont le sommet porte des niveaux anthropiques datés également du règne d'Auguste.

Les sables les plus grossiers, issus de suspensions graduées, "beurrent" les zones de cailloutis légèrement plus élevées qui dessinent des micro-bancs (altitude supérieure à 163,50 m) alors que les sables plus fins, transportés en suspension uniforme, remblaient les zones légèrement déprimées (altitude inférieure à 163,50 m) à l'ouest de ces bancs.

39Ainsi, les dépôts fins d'inondation enregistrés par ce site proviennent de courants lents de débordement alimenté par le Rhône, sur la partie est du site et par le chenal rhodanien en cours de remblaiement à l'ouest ; la vitesse d'écoulement dans ce dernier est probablement contrôlée par l'amont. Par rapport à la mise en place du substrat caillouteux, ces dépôts fins calés par les occupations anthropiques postérieures (augustéennes) démontrent le changement de dynamique du fleuve dès le milieu de La Tène et l'évolution de ce secteur en milieu terrestre, soit un espace libéré pour les populations riveraines.

République : le maintien d'écoulement hydrique dans la bande de tressage du site et l'exhaussement des bancs émergés

40Des alluvions fines ont été repérées au nord et au sud en bordure de la lône active. Elles fossilisent et exhaussent les secteurs jusqu'à 163,45 - 163,70 m au nord et 163,25 - 163,90 m au sud-est, alors que la lône au centre reste en eau. Les traces de fréquentation augustéenne qui recouvrent ces dépôts donnent un terminus post-quem à cet alluvionnement.

Au nord, le cailloutis est fossilisé par 4 séquences d'alluvions avant les premières fréquentations :

  • des sables très grossiers issus d'un transport en suspension graduée dont certains grains sont roulés participent au remblaiement des légères dépressions de la zone nord, nivelées en moyenne à 163,0 m ;

  • une alternance de sables fins et moyens et un mince lit de cailloutis traduisent une variabilité de la turbulence des courants (transport en suspension graduée dans un chenal proche aux courants turbulents et transport dans un chenal qui serait alors coupé des flux principaux). Cet ensemble pourrait refléter la construction d'une levée de berge par des débordements d'intensité variable qui proviennent des chenaux de crue balayant la bande de tressage, et ce jusqu'à une altitude voisine de 163,40 m ;

  • la troisième séquence est exclusivement composée de cailloutis à matrice sableuse grossière de couleur grise, dont le sommet culmine à 163,70 m au sud-est et seulement à 163,45 m dans la zone initialement déprimée au sud-ouest La mise en place de ce dépôt suppose le retour de courants tractifs liés à une forte crue ou au déplacement d'un chenal dans ce secteur qui a pu éroder les marges de la lône et les dépôts de la séquence antérieure ;

  • la dernière séquence est représentée par des dépôts sableux issus d'un chenal coupé des courants principaux de crue dont la turbulence diminue. Sur ces alluvions, témoins de l'éloignement des flux, se développent les premières fréquentations humaines (cf. supra) qui fournissent un terminus post-quem augustéen.

Au sud, le cailloutis est fossilisé par trois séquences alluviales qui présentent un gradient vertical granulométrique évoluant du grossier au fin :

  • des sables issus d'un transport en suspension graduée sont principalement localisés dans le secteur où le cailloutis est à une cote inférieure à 163,25 m. Cette légère dépression peut probablement guider les flux de crue de la bande de tressage, lesquels déposent alors leurs sables grossiers et remblayent le secteur à 163,20-163,25 m ;

  • des sables moyens, dont la médiane est plus faible que précédemment, fossilisent la partie la plus à l'est de la zone, soit le cailloutis élevé, entre 163,60 et 163,90 m. La présence de ces sables suppose l'existence de courants lents mais parcourus par des flux turbulents (percentile élevée) ;

  • la troisième séquence est formée de sables fins qui remblayent la zone déprimée jusqu'à 163,25-163,40 m (limite suspension graduée). La micro-dépression est alimentée par des débordements lents provenant de la lône active. D'ailleurs le pendage des couches indique une direction sud-ouest conforme à celles observées dans la lône.

Avant le début de notre ère, les zones nord et sud en bordure de la lône active sont régulièrement alimentées par des crues débordantes.

41La variabilité granulométrique des sédiments et donc de la vitesse des courants peut s'expliquer par l'instabilité du secteur où les chenaux se déplacent à chaque crue et s'approchent ou s'éloignent des marges.

42L'arrivée d'alluvions fines sur le site confirme le changement de dynamique fluviale du Rhône qui se retire sur sa rive gauche. Néanmoins, la bande active de tressage continue de drainer des flux hydriques, maintenant une dépression ; seuls les bancs caillouteux en marge sont exhaussés. Ainsi la lône a drainé les hautes eaux du Rhône et/ou ses crues jusqu'à cette période.

Célestins : édification de la berge de la Saône jusqu'à la première moitié du Ie s. ap. J.-C.

43Les observations stratigraphiques permettent d'isoler trois grandes phases d'édification de la berge de Saône dès la baisse de l'influence rhodanienne sur ces terres basses avant toute occupation humaine (fig. 25, 26).

25- Coupe stratigraphique sur le site des Célestins

25- Coupe stratigraphique sur le site des Célestins

L'arrivée de la Saône et des crues rhodaniennes

44Le plancher caillouteux rhodanien est fossilisé dans un premier temps par des alluvions fines, puis dans un deuxième temps par des alluvions caillouteuses. Ces dernières caractérisent une importante séquence d'alluvionnement issue de la Saône (morphoscopie de la matrice) alors que parallèlement une séquence limitée au nord-est du site est issue du Rhône (fig. 25B, 26B).

26 - Les différentes phases alluviales de mise en place du site des Célestins

26 - Les différentes phases alluviales de mise en place du site des Célestins
Des formations sablo-limoneuses issues des deux cours d'eau

Les alluvions fines rhodaniennes sont représentées par un mince lit de sables fins limoneux transportés dans des courants lents de débordement de chenal. Ce passage entre un milieu aquatique (lit vif du cours d'eau) et un milieu terrestre (plaine d'inondation) confirme le changement de dynamique du cours d'eau (déplacement latéral des axes de circulation des flux rhodaniens ou/et baisse du régime fluvial). Le changement traduit par la variation de la granulométrie apparaît brutal sur ce site. Faut-il envisager une intervention humaine dans ce changement de dynamique fluviale Aucun élément ne permet de répondre précisément à l'heure actuelle.

Ce dépôt est fossilisé ensuite par 10 cm de sables grossiers jusqu'à 162,05 m d'altitude issus de courants plus turbulents que précédemment, proches de l'axe des flux principaux. Les grains gris orangé de ces sables permettent de déceler une influence concomitante du Rhône et de la Saône. Ce serait le premier niveau où l'influence de la rivière est mise en évidence sur ce site.

Une formation caillouteuse de la Saône

L'influence croissante de la rivière sur cet espace se traduit par la mise en place d'un dépôt caillouteux à galets, graviers et cailloutis (axe B, moyen : 2 cm et maximal : 4 cm), noyés dans une matrice sableuse orangée. La topographie sommitale de cette formation dessine un bourrelet caillouteux, dont le sommet est orienté nord-sud (de 163,04 à 162,50 m), et semble correspondre à un banc irrégulier. Il isole deux zones déprimées, une au nord-est, inférieure à 162,50 m, et une au sud-ouest inférieure à 162,30 m. Ces alluvions grossières, dont la mise en place a nécessité une forte compétence de la Saône, correspondent à la charge de fond du lit vif du cours d'eau. L'arrivée de la rivière sur le site suppose un changement conséquent et pourrait s'inscrire dans le processus de déplacement de la rivière mis en évidence sur les sites de la rive droite : en effet, dès le tout début du 1er s. ap. J.-C., la Saône abandonne peu à peu son lit primitif au pied de la colline et creuse un nouveau lit, correspondant sensiblement à son tracé actuel. Ce déplacement a dû être progressif et rendu possible par la baisse relative de l'influence rhodanienne. Cette séquence traduirait donc l'arrivée de la Saône sur la Presqu'île actuelle. La construction alluviale repérée ici serait le début de l'édification de la nouvelle berge de rive gauche de la rivière.

Une nouvelle formation caillouteuse rhodanienne

À l'est du chantier, un épandage caillouteux à matrice sableuse de couleur grise (galets, graviers et cailloutis), correspond à la charge de fond du fleuve (morphoscopie), et culmine à 163,05 m au nord-est. Ce dépôt présente un pendage en direction de l'est où le toit cote à 162,45 m. Le lit vif du Rhône atteignait l'angle est du site, alors que, dans la séquence décrite précédemment, la Saône noyait la quasi-totalité de la surface.

45La complexité des couches alluviales observées sur ce site permet de définir un secteur de confluence des deux cours d'eau dans cette partie de la plaine. Des cailloutis de Saône renferment des lits de cailloutis à matrice grise qui traduisent, dans cette partie orientale du site, l'influence du Rhône conjointement avec celle de la Saône. Il reste difficile de savoir si l'alluvionnement des deux cours d'eau est simultané ou au contraire séquentiel.

46Lors de cette phase, dont la chronologie ne peut être définie que par référence aux données de la rive droite, à savoir le début du 1er s. ap. J.-C., le site appartient au lit vif de la Saône qui y construit les prémices de sa berge de rive gauche, axée alors nord-sud ; le Rhône plus éloigné ne parvient à alluvionner que l'extrémité est du site. Les flux rhodaniens peuvent être issus de balayages de crues qui traversent la Presqu'île par les chenaux résiduels, remis en eau à cette occasion. Ces observations renvoient au confluent supposé par Audin (Russo et al. 1964), mais un large et profond chenal n'est pas obligatoire pour permettre aux flux du Rhône d'atteindre la partie occidentale de la Presqu'île. Des axes de chenalisation peu profonds ont pu se maintenir, comme celui de la Bourse ou de République en amont du chantier des Célestins.

Balayages de crues de la Saône et débordements lents du Rhône

47Cette phase est représentée par une succession de couches alluviales sableuses et limoneuses qui assurent le comblement des zones déprimées, décrites ci-dessus, au nord-est du site et ce jusqu'à une altitude voisine de 163,0 m à 162,70 m (fig. 25 C. 26 C).

Ces alluvions se caractérisent par une succession de lits de couleur orangée et grise qui témoignent de l'influence des deux cours d'eau (morphoscopie). L'étude détaillée permet d'individualiser quatre séquences dans cet alluvionnement :

  • des sables sont témoins d'une influence prépondérante de la Saône, mais les premiers lits plus fins laissent présumer une influence concomitante du Rhône. Il est possible que la lame d'eau déposant ces sables ait remanié le sommet du cailloutis sous-jacent et donc la matrice rhodanienne le composant. Le site fonctionne comme une plaine d'inondation. Les lits suivants, plus grossiers, supposent le rapprochement du chenal de Saône qui fournit des courants de débordement plus turbulents et participent à l'exhaussement de la berge (fig. 25, 26C1) ;

  • la séquence suivante est caractérisée par un litage d'alluvions issues de l'influence alternée de la Saône et du Rhône. Les sédiments du fleuve sont légèrement plus fins (suspension uniforme) et seuls des débordements à courant lent, Issus d'un chenal éloigné atteignent la partie nord-est du site, plaine d'inondation (fig. 25, 26C2) A l'opposé, les sédiments de la Saône traduisent la proximité du chenal dont les courants tractifs, liés au fond du chenal, permettent une dynamique d'accumulation active (suspension graduée) ;

  • ensuite des alluvions exclusives de la Saône démontrent le maintien d'une certaine turbulence des courants d'inondation (fig. 25, 26C3) ;

  • enfin, des courants lents de débordement du Rhône (suspension uniforme) alimentent la partie est du site et poursuivent le comblement des zones déprimées au pied du banc caillouteux de Saône (fig. 25, 26C4)

Par ailleurs, le sommet du banc mis en place dans la phase antérieure est recouvert par un lit mince, sablo-limoneux, jusqu'à une altitude moyenne de 162,90163,0 m à l'est et de 162,60-162,70 m au sud. Les débordements lents du fleuve ont pu noyer la surface du banc, ce qui expliquerait que des sédiments fins aient pu se retrouver piégés dans les cailloutis.

48La présence concomitante d'alluvions du Rhône et de la Saône sur ce site semble s'inscrire, comme la phase précédente, dans la période comprise entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le milieu du Ier s. ap. J.-C.

49La Saône connaît dans cette phase une baisse de sa dynamique fluviale par rapport à la phase antérieure : elle ne dépose sur le site que des sables alors qu'auparavant elle charriait des cailloutis. Cette évolution pourrait traduire le début de l'encaissement de la Saône dans son nouveau lit et la stabilisation progressive de son écoulement, ou simplement une période de calme hydrologique.

Retour de la Saône sur le site : consolidation de la berge de rive gauche

50Cette phase alluviale est représentée par le dépôt d'un ensemble grossier de cailloutis, de graviers et de galets noyés dans une matrice sableuse orangée (fig. 25D). Ce dépôt, dont les éléments sont principalement roulés et la matrice sableuse transportée en suspension graduée, correspond à la charge de fond d'un chenal de la Saône. Par rapport à la phase précédente, la Saône est capable de transporter des éléments grossiers soit par une augmentation de son régime hydrologique soit par une morphologie particulière de son nouveau bras, lui permettant de projeter des galets sur la berge. Ce nouveau banc exhaussé culmine ainsi à 163,30 m d'altitude en moyenne et son orientation se trouve légèrement décalée vers le sud-ouest (fig. 25, 26D).

Des zones déprimées de part et d'autre du banc se maintiennent :

  • dans la partie nord-est, des dépôts sableux fossilisent le cailloutis à 163,00 m. Le passage du cailloutis au sable démontre l'éloignement des flux principaux du chenal, qui se décale vers le sud ;

  • dans l'angle est, cette phase est représentée par des sables grossiers, dont le toit atteint 162,90 m d'altitude. Le secteur est resté à l'écart du lit du chenal et est alimenté par des courants turbulents de débordement dûs à la proximité de ce dernier ;

  • dans la partie occidentale, les dépressions présentent un pendage vers le nord-ouest de 162,68 à 162,30 m.

51Cette phase correspond à une construction caillouteuse issue de la Saône. La rivière n'est pas encore stabilisée et connaît sans doute des variations en plan de son écoulement : l'axe de ce dernier qui était éloigné du site dans la phase précédente, traverse à nouveau le site et poursuit la construction du banc ou de la berge de rive gauche repérée dès la première phase. Cette rive s'oriente peu à peu nord-nord-est/sud-sud-ouest Les références déjà citées nous permettent de situer cet épisode au milieu du Ier s. ap. J.-C.

52Enfin, il est intéressant de corréler cet alluvionnement avec les observations réalisées lors des fouilles de l'îlot 24 rue de la Monnaie (Rapport, Bravard 1984). En effet, la mise en place d'un mur digue alors que la rive gauche est pratiquement fixée autorise une occupation datée du règne de Claude sur ce site. Cet habitat fossilise des sédiments de la Saône : ceux-ci proviennent de courants de débordement assez rapides qui projettent des sables fins sur des dépôts limono-sableux issus de phases d'inondation plus calmes. Cet épisode hydrologique produit une sédimentation sur le site, jusqu'à une cote moyenne de 163,0 m.

53Face à ces éléments de comparaison, ainsi qu'à la datation des niveaux postérieurs, il est possible que la construction caillouteuse de cette phase soit légèrement antérieure au milieu du Ier s. ap. J.-C.

Synthèse : la Presqu'île, une plaine inondable au début de l'ère

54De La Tène au début de notre ère, le Rhône se retire sur sa rive gauche (fig. 27). Seuls des épisodes de débordement, durant les hautes eaux et/ou les crues plus marquées, ont pu reprendre d'anciens chenaux en cours de remblaiement en amont, comme place de la Bourse. Ces chenaux, plus ou moins marqués dans la topographie caillouteuse abandonnée par le fleuve, se traduisent par un paysage de lônes.

27- Le site de Lugdunum avant notre ère, une Presqu'île sous la contrainte de la Saône et du Rhône

27- Le site de Lugdunum avant notre ère, une Presqu'île sous la contrainte de la Saône et du Rhône

55Parallèlement, la Saône qui était jusqu'alors plaquée contre la colline de Fourvière, a pu à son tour s'étaler sur sa rive gauche et débuter l'édification de sa nouvelle berge qui limite la Presqu'île. La rivière participe alors comme le fleuve à l'alluvionnement en sédiments fins du secteur septentrional de la Presqu'île (place des Terreaux). De même, lors d'une phase de répit, le site des Célestins redevient un milieu terrestre. Au début du Ier s. ap. J.-C. les cours d'eau confluent sur ce site lors des hautes eaux et/ou des crues du Rhône. A l'étiage des cours d'eau, les terres basses peuvent donc être fréquentées, notamment les bancs émergés ; elles fournissent au moins un espace de circulation.

Une lutte entre les hommes et les cours d'eau

Des aménagements d'assainissement au début du Ie s. ap. J.-C. (bourse et république)

Bourse : assainissement du chenal

56Le chenal bordant à l'ouest le site de la Bourse s'est donc remblayé dès le milieu de La Tène. Rapidement, les hommes ont investi ce nouveau secteur en accélérant son assainissement par une couverture d'amphores (fig. 28 et 23 3). Celles-ci sont disposées verticalement et à l'envers, le col en bas, enfoncées dans le dernier dépôt alluvial participant au remplissage. Elles sont concentrées dans la partie ouest, soit dans la convexité ; cette démarche est logique, le bras est ainsi assaini à partir de la berge la plus stable. Cet aménagement n'est pas sans rappeler les amphores mises au jour 19 me de la République, au nord de la place en 1951 (Audin 1964). Cette couverture d'amphores s'étendrait sur plusieurs mètres carrés.

28 - L'assainissement du chenal

28 - L'assainissement du chenal

(Bourse)

57L'ensemble des caractères typologiques du lot d'amphores recueilli et leur association présentent des caractéristiques très proches de celui de la rue Childebert (cf. supra) et seraient datés comme ce dernier entre 15 av. J.-C. et 15 ap. J.-C (Tab. 2).

Tableau 2 : Typologie des amphores utilisées pour assainir le chenal

Tableau 2 : Typologie des amphores utilisées pour assainir le chenal

(Bourse)

Republique-Childebert : aménagement d'un gué

58Dans la partie sud-est du site République-Childebert, la légère dépression topographique, partiellement remblayée d'alluvions fines, est couverte d'amphores entières (fig. 29, 30), allongées côte à côte. Les cols orientés à l'est s'imbriquaient plus ou moins entre les fonds de la rangée précédente.

29 - Relevé en coupe de l'assainissement rue Childebert

29 - Relevé en coupe de l'assainissement rue Childebert

(République)

30 - Amphores utilisées afin d'assecher le terrain, rue Childebert

30 - Amphores utilisées afin d'assecher le terrain, rue Childebert

(République)

59Les 39 amphores recueillies montrent qu'il n'y a pas eu un choix rigoureux des formes. Des amphores très ventrues comme des Dressel 20 sont mêlées à des amphores moins ventrues et plus courtes comme les Dressel 2 et des amphores longues de divers modèles comme des Dressel 2/4, des Dressel 6, des Pascual 1, des Haltern 70, des Dressel 7/11 ou des Dressel 12. La trame est donc forcément irrégulière (Tab. 3).

Tableau 3 : Typologie des amphores utilisées pour l'aménagement d'un gué

Tableau 3 : Typologie des amphores utilisées pour l'aménagement d'un gué

(République)

60Dans la stratigraphie, au-dessus de ces éléments, aucun aménagement qui expliquerait leur présence n'a été observé. Ces amphores, repérées à une altitude avoisinant 163,30 m, sont recouvertes par une couche d'alluvions caillouteuses, elle-même fossilisée par un nouveau dépôt sableux.

61Cet ensemble d'amphores se situe donc dans une zone inondable lors des hautes eaux et/ou des crues, non loin du chenal principal du Rhône. Ce secteur à topographie déprimée reste un lieu humide, peut-être marécageux. Afin de rendre plus accessible ce lieu de passage, l'amphore, matériau, très abondant, relativement solide, sert alors de soubassement à un aménagement de type gué ou permet de créer un vide sanitaire.

62La position horizontale des amphores est moins courante que celle verticale utilisée pour les vides sanitaires (toutes époques confondues), néanmoins elle rappelle celle décrite par A. Hesnard pour le dépôt de la Longarina à Ostie : "Couchées sur le sol, elles formaient de longues files parallèles de deux ou trois amphores de front.... Ces amphores semblent donc, une fois vidées de leur contenu, avoir servi à assécher ce terrain marécageux par leur masse" (Hesnard 1980 : 141).

63Contrairement à de nombreux vides sanitaires connus dans la région lyonnaise, l'éventualité d'un matériel résiduel est écartée grâce à l'homogénéité du lot. De ce fait, la datation générale des amphores et celle de leur mise en place se confondent.

64L'arrivée des amphores de Marseille autour de 15 av. J.-C. à Lyon fournit un terminus post quem relativement solide. Seule, la typologie des amphores Dressel 12 et Dressel 9 permet de remonter ce terminus jusqu'en 10 av. J.-C. Déterminer un terminus ante quem au gisement est plus délicat ; la présence d'amphores de Marseille et Pascual 1 assurerait l'enfouissement des vases antérieurement à 15 ap. J.-C. ou même 10 ap. J.-C. La typologie d'autres types (Dressel 20, Haltern 70, Dressel 12) et la cohérence des associations de types confirment une installation proche du changement d'ère.

Des installations précaires au milieu du Ie s. ap. J.-C. (Bourse et République)

65Sur les sites de Bourse et de République, à proximité de la rive droite du Rhône, ont été retrouvées des installations éphémères datées du début de notre ère à partir du mobilier céramique et des monnaies. Bien que relativement ténus, ces vestiges marquent cependant les premiers niveaux d'installations ; ils s'intercalent entre des séquences de crue qu'ils ont stratifiées et permis de dater.

66Les occupations suivantes conserveront, jusqu'à l'époque claudienne, un aspect toujours précaire, sans construction en dur ; elles se distinguent des toutes premières par leur étendue sur l'ensemble du site, par des aménagements de sol avec des graviers (nivellement, assainissement) et des recharges de mortier. Les structures associées, tels les calages de poteau, les fosses en assez grand nombre, traduisent une densification de l'activité humaine sur ces espaces et aux alentours.

Bourse : fréquentation et inondation jusqu'au règne de Claude

67La succession des événements est à remarquer : pas moins de quatre phases d'installation entrecoupées par des phases de crues rythment la stratigraphie pour la première moitié du Ier s. ap. J.-C. (fig. 31 et Tab. 4).

Les dépôts d'inondations et les premières occupations augustéennes

68Une première phase d'inondation est représentée par des dépôts de sables grossiers qui ont été repérés sur la majeure partie du site (épaisseur de 6 à 39 cm). Les zones les plus élevées du banc caillouteux, non concernées par les premières phases alluviales, sont exhaussées. Ces sédiments d'inondation sont transportés en suspension graduée dans des courants turbulents. Le dépôt repéré au sud-ouest du site semble définir des flux qui circulent temporairement dans l'ancien chenal remblayé. La présence d'un micro-chenal de crue au nord-ouest du site confirme une phase hydrique d'érosion dans cette partie occidentale. Son talweg cote à 163,50 m, alors que le banc culmine en moyenne à 164 - 164,4 m dans ce secteur.

31- Alluvionnement et installations anthropiques dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C.

31- Alluvionnement et installations anthropiques dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C.

69Le chenal actif qui alimente le site s'est probablement rapproché par rapport aux phases précédentes et a déposé des sédiments plus grossiers ; il est néanmoins possible d'envisager un changement de dynamique fluviale pour expliquer l'augmentation de la turbulence des courants d'inondations : augmentation de la vitesse, du débit...

70Ces dépôts portent le premier niveau d'occupation connu dans la partie sud-est. Un sol est matérialisé par des concentrations ou par des épandages de mobilier (céramique, os, tegulae, coquillages, charbons de bois), sans aménagement préalable et sans modifier la topographie alluviale préexistante (fig. 31 A). Il ne s'étend pas sur l'ensemble du site et reste limité en surface dans la zone sud-est sur environ 100 m2 (fig. 31). La quantité des éléments mis au jour et l'aspect du dépôt attestent une réelle occupation malgré l'absence de construction. Le mobilier a été recueilli, en grande partie, à la surface de l'inondation, mais il s'est aussi enfoncé dans l'épaisseur de cette couche (US 1101 et 1335).

  • 22 Seules les principales formes de céramiques fines et d'amphores sont évoquées pour introduire des d (...)

71Le détail des céramiques fines22 et des amphores s'accorde pour situer la constitution du lot dans un contexte strictement augustéen. Des sigillées non identifiées (Service I et II) et des imitations de sigillée, de forme Goudineau 1 à vernis noirâtre ou rougeâtre, se trouvent en connexion avec un matériel amphorique au sein duquel émergent véritablement les produits hispaniques (60,66 %). Les parois fines (35,40 %) sont représentées presque exclusivement par des vases à pâte siliceuse. Il faut noter la présence de quelques fragments apparentés aux productions dites d'Aco. L'inventaire a révélé un fragment de lampe à huile dont le bec est orné d'un motif de tête d'oiseau, type très répandu dans les époques tardorépublicaine et augustéenne (Ayala 1990 172). L'identification de deux restes de vases en céramique terra nigra, dont la date d'apparition communément admise est fixée au début du règne de Tibère, n'est pas absolument assurée. Cependant, cette présence ne saurait moduler la datation de l'ensemble puisqu'une étude sur cette production tend à remonter le début de la diffusion de ces produits (Laroche 1988 : 145). Les particules de mica contenues dans les quelques fragments d'amphores gauloises (3,28 %) permettent d'atribuer celles-ci aux productions issues des ateliers marseillais en activité à la fin du Ier s. av. J.-C. (Bertucchi 1983 : 89).

72Au regard de l'ensemble de ce matériel, il semble possible d'estimer la formation des premiers niveaux d'occupation dans la deuxième moitié du principat d'Auguste, soit dans une période située aux alentours de l'ère.

Une deuxième phase alluviale

73Une nouvelle phase alluviale fossilise ce niveau d'occupation par des sables, fins à limoneux, épais de 7 à 30 cm. Elle suggère un nouveau débordement du Rhône, mais plus lent : les lits les plus grossiers sont situés à l'ouest du site à une altitude supérieure à 164 m et les plus fins à l'est à une altitude inférieure à 164 m. Ces sables, issus d'un transport en suspension uniforme, attestent l'évolution progressive de ce secteur en plaine d'inondation moins soumise aux débordements de crue à faible courant.

74Cette phase alluviale alimente un secteur déjà fortement exhaussé par la crue précédente. La variabilité spatiale de la granulométrie du dépôt, à savoir des sédiments de plus en plus fins d'ouest en est et associés à un pendage ouest-est, laisserait envisager une alimentation du site par des flux provenant du nord-ouest : une telle hypothèse sous-entend que la lône remblayée à l'ouest du site continue de drainer les flux de débordement du fleuve. L'assainissement d'amphores augustéennes mis en place dans ce chenal pourrait donc être postérieur à cette deuxième phase alluviale et ces crues justifieraient cet aménagement.

75Le retour à des conditions hydrologiques plus calmes, moins turbulentes que dans la phase précédente, expliquerait la présence d'une nouvelle occupation qui est plus manifeste sur le banc alors que le chenal est assaini. Un niveau de sol. assez distinct, se développe à la surface des limons d'inondation dans les mêmes secteurs (partie sud-est du site) que le précédent et présente les mêmes caractéristiques. Il est surtout marqué par la présence d'un foyer constitué d'une petite zone rubéfiée avec des charbons de bois et de la cendre, d'un lit de fragments de tegulae et d'une grande quantité de mobilier céramique et d'os (fig. 31 Β). Il faut là encore noter l'absence totale de structure construite.

76L'ensemble du mobilier céramique ne présente pas de grande disparité par rapport à celui du premier niveau d'occupation. Les différents types de production attestés ici ne s'éloignent guère de l'époque de formation de la phase précédente. Cela signifie une succession de ces deux phases dans un temps très court.

77Le pourcentage de la terra nigra (23,08 %) tendrait à rapprocher la datation du règne de Tibère. Toutefois, l'absence de véritable sigillée gauloise interdit de franchir la fin de celui d'Auguste. Les importations hispaniques (43,75 %), au sein desquelles se trouvent quelques bords de type Haltern 70, "amphore vinaire dont la diffusion se limite presque exclusivement, pour le moment à la vallée du Rhône" (Tchernia 1986 : 142) sont toujours présentes. La production d'amphores orientales (6,25 %) est attestée par quelques exemplaires provenant de l'île de Rhodes.

78Compte tenu de sa position stratigraphique, cette phase se situerait à la fin de l'époque augustéenne.

Une nouvelle installation au début du règne de Tibère

79La troisième phase d'occupation du site se distingue des deux premières, puisqu'elle n'est pas seulement localisée dans de petits secteurs, mais s'étend sur une grande partie de la surface fouillée. Des sols en terre battue et en mortier sont aménagés, soit directement sur les niveaux d'occupation précédents, soit sur des couches plus ou moins épaisses de graviers rapportés pour assainir le terrain et pallier les variations du relief (fig. 31).

80La présence de trous de poteau, témoins de constructions de structures légères et les réaménagements des niveaux de sol avec des recharges de mortier dans certains secteurs, donnent à ce troisième niveau d'occupation un caractère moins éphémère et plus organisé.

81Le mobilier céramique provient des niveaux de sols et des comblements de plusieurs petites fosses qui ont également livré de la faune.

82L'apparition de la sigillée gauloise sud (le pourcentage est encore faible avec 3,73 %) et l'augmentation des amphores gauloises (15,52 %) constituent les témoins d'une séquence chronologique différente de la précédente pouvant être fixée à la charnière des règnes d'Auguste et de Tibère.

83Parmi les sigillées gauloises sud, aucune identification n'est possible en raison de l'absence totale d'élément typologiquement remarquable. Les parois fines (21,16 %) gardent encore dans leur ensemble un aspect très siliceux. Au milieu de quelques fragments d'amphores hispaniques (30,82 %) de type Haltern 70 et de type Dressel 20, qui durant les trois premiers siècles de l'Empire ont servi à exporter l'huile de la vallée du Guadalquivir, le type Pascual 1 est présent ; il est produit depuis les dernières années de la République jusqu'au début du règne de Tibère.

De nouvelles inondations et l'occupation Tibère-Claude

84Une phase d'inondation représentée par une couche d'alluvions d'une épaisseur de 6 à 15 cm couvre la quasi-totalité du site, soit à une altitude supérieure à 164,20 m (excepté au sud-ouest et sur le banc au nord-ouest). Ces dépôts sont issus d'un transport en suspension graduée dans des courants turbulents. La localisation d'un dépôt au sud-ouest signifierait que ces flux ont également pu transiter dans la lône assainie à l'ouest du site, mais toujours à topographie déprimée.

85Cet ensemble sédimentaire est assez peu homogène, mais cette inondation s'effectue sur un terrain occupé et des obstacles peuvent par conséquent influencer les conditions du dépôt. Le retour de courants énergiques et turbulents sur le site peut s'expliquer par une plus grande proximité du chenal actif ou des changements de dynamique fluviale.

86Des niveaux de sols et des éléments de maçonneries installés sur ce niveau de crue (164,31 m), ont été mis au jour dans la partie sud-est du site. Les sols sont constitués d'un épandage de graviers (alt. sup. 164,35 m). Les maçonneries encore en place se résument à deux bases de piliers arasés, en moellons de granit liés au mortier, auxquelles il faut ajouter deux négatifs de murs récupérés. Ces vestiges, peu étendus sur le site, restent dans l'ensemble difficiles à interpréter. Ils montrent cependant que le type d'occupation quitte peu à peu son aspect rudimentaire et éphémère du début de l'ère pour durer. L'existence de constructions en dur montre qu'il ne s'agit plus d'espaces fréquentés ponctuellement, mais bien de lieux de vie, zones d'habitat ou d'activité.

87En revanche, ces niveaux de sol n'ont pas livré de mobilier céramique excepté un fragment de dolium. Le mobilier provient essentiellement des comblements des fosses et des négatifs de murs qui contenaient également de nombreux éléments de démolition, tels que des fragments de tegulae et des moellons de granit. Une fibule en bronze, assez bien conservée, a été retrouvée dans le remplissage d'une fosse.

88Rien dans le nombre restreint de restes de vases, 43 au total, ne permet de dater cette phase, mais sa position stratigraphique la place au cours du règne de Tibère ou au début de celui de Claude.

La dernière phase d'inondation avant l'occupation claudienne

89Elle fossilise les vestiges précédents et présente un dépôt épais de 20 cm en moyenne. Ces alluvions sont issues d'un transport en suspension uniforme dans des courants lents de débordements. Le secteur sud-ouest du site enregistre cet alluvionnement et confirme ainsi sa particularité : il semble probable que des flux de débordements du Rhône soient encore drainés par la lône assainie.

90Cette phase traduit le retour de conditions hydrologiques plus calmes que précédemment ; des processus de décantation traduisent la fin de l'exhaussement et assurent probablement le remblaiement final du micro-chenal de la zone nord-est. La diminution de la contrainte hydrologique autorise une nouvelle occupation et le site se trouve à cette altitude définitivement à l'abri des crues.

91Une reprise de l'occupation, concentrée comme la précédente dans la zone sud-est du site, est visible sur cette dernière inondation. Elle est matérialisée par des sols en terre battue qui présentent de nombreuses traces d'incendie et un foyer rudimentaire.

92En ce qui concerne le mobilier céramique, chacun des pourcentages des trois types de production, révélateurs d'une large diffusion, confirme une fourchette chronologique aux alentours de la moitié du Ier s. ap. J.-C.

93La sigillée gauloise sud (76,74 %) est représentée par les formes Drag. 15/17, 18/31, dont la date d'apparition est située à partir du règne de Claude. A noter un fond de vase en sigillée marbrée dont la production est très localisée dans le temps (40 à 60 ap. J.-C.). La céramique à parois fines (13,95 %), à motifs d'écailles ou à paroi sablée, est à présent exclusivement représentée par une production à pâte calcaire qui peut être apparentée aux produits issus de l'atelier lyonnais de La Butte. Soulignons ici le seul fragment de céramique à glaçure plombifère que la fouille du site ait livré. Les amphores gauloises (50,70 %), parmi lesquelles le nombre de fragments micacés reste minime (2 fragments sur un total de 72), conserveront dorénavant une proportion relativement constante et un net avantage sur les productions hispaniques (7,04 %).

République : fréquentation et inondation au cours du Ier siècle ap. J.-C.

94Deux niveaux d'occupation s'intercalent entre des phases d'inondation au début du Ier s. ap. J.-C. Contrairement à la place de la Bourse, où les crues n'atteignent plus le site après le milieu du Ier s. ap. J.-C., place de la République, des séquences d'inondation sont relevées jusqu'à l'époque flavienne (Tab. 4).

Tableau 4 : Récapitulatif des premières occupations et des inondations sur les sites Bourse et République

Tableau 4 : Récapitulatif des premières occupations et des inondations sur les sites Bourse et République

Première fréquentation au nord du site à la fin de l'époque augustéenne et inondation

95Au nord du site, une première phase est représentée par des couches d'inondation qui sont composées de sables limoneux, issus de courants lents provenant des débordements d'un chenal éloigné. La présence de cailloutis dans cette formation peut s'expliquer par la fréquentation anthropique de ces niveaux, localisés entre 163,30 et 163,55 m à l'ouest et entre 163,50 et 163,80 m à l'est. Le pendage initial est-ouest de la topographie du secteur est conservé.

96Le niveau d'occupation, le plus ancien du site, est semblable à ceux augustéens de la place de la Bourse. Il s'agit surtout d'épandages de mobilier (céramique, tegulae, charbons de bois...) retrouvé sur une petite surface au sud-ouest et présents sur et dans les couches d'inondation.

97D'autres indices anthropiques, assez sommaires, appartiennent à ce niveau. Ils se résument à un petit fragment de base de muret en terre et en brique, conservé sur une longueur de 1,50 m. qui constitue l'unique vestige d'un élément construit, et à deux structures en creux, une fosse et une "dépression". Cette dernière structure, qui correspondrait à un petit fossé de 0,60 m de profondeur et d'orientation nord-est/sud-ouest, est comblée par cinq couches. Au fond, une couche anthropisée riche en amphores et en tuiles est fossilisée par quatres remplissages équivalents aux séquences d'alluvionnement contemporaines repérées au sud-ouest. Elles sont composées d'une alternance de lits à cailloutis dominant et de lits plus sableux. Il est possible que des épisodes de crues assez turbulents assurent le comblement de cette dépression, axe privilégié de drainage des flux, jusqu'à une altitude moyenne de 163,80 m, alors que les débordements beurrent en sédiments fins la légère dépression située plus au sud-ouest.

98Ces témoins anthropiques, encore très ténus, n'attestent pas une réelle installation humaine dans ce secteur de la Presqu'île. Par contre, ils sont révélateurs d'une fréquentation peu intensive, très assujettie aux débordements successifs du Rhône, qui commencerait au début de l'ère si l'on se réfère au mobilier.

99Des sigillées non identifiées (13,63 %) et des imitations de sigillée (34,09 %), formes Goudineau 26 et 27, Service 1, (Desbat, Savay-Guerraz 1986) sont associées à un matériel amphorique au sein duquel les provenances hispaniques (29,18 %) tiennent une bonne place. Cependant, les sigillées provenant de la Gaule du Sud offrent déjà un pourcentage assez conséquent (14,77 %). Elles sont représentées par un Drag. 18, deux Drag. 24/25, un Drag. 27, un Drag. 33 et une forme Ritt. 1. Ces formes issues des ateliers rutènes connaissent leur début de diffusion à la fin du règne d'Auguste (Bémont, Jacob 1986). Les parois fines (6,81 %) se répartissent en production à pâte siliceuse et pâte calcaire à revêtement sablé (Fiches 1986 : 101). Les fragments de lampes à huile (3,40 %) se réfèrent au type à volutes, mais leur état de conservation ne permet pas de les attribuer à une forme précise. La céramique dite terra nigra, dont la date d'apparition est communément fixée durant la deuxième décennie du Ier s. ap. J.-C., totalise déjà 9,09 % des céramiques fines.

100Parmi le matériel amphorique, il faut souligner qu'une partie des productions gauloises (15,02 %) présente une pâte beige rosée avec une inclusion très abondante constituée de nombreuses particules de mica (Becker et al. 1986 : 76). Cette caractéristique rattache ces fragments à l'atelier marseillais de La Butte des Carmes en activité à la fin du Ier s. av. J.-C. (Bertucchi 1983). Rien n'interdit, cependant, de penser que les produits issus de cette fabrique aient continué à circuler au début du siècle suivant.

101Au regard de l'ensemble de ce matériel, il semble possible de proposer, pour dater ce premier niveau d'occupation, la période située aux alentours de la fin du règne d'Auguste et au début de celui de Tibère. L'importance du matériel typiquement augustéen par rapport à un matériel véritablement tibérien s'expliquerait par un brassage dû à des phénomènes d'inondations successives.

102Des indices monétaires confirment cette proposition chronologique. Deux as de Nîmes ont été retrouvés dans la couche d'inondation anthropisée 6685 (alt. 163,30-163,50 m). Ce type de monnaie, qui fut frappé en grande quantité durant la période augustéenne (27 av. J.-C. 14 ap. J.-C.), alimenta en numéraire frais les colonies nouvellement créées en Gaule (Nîmes, Vienne, Lyon...) et connu un temps de circulation important ; il n'est pas rare en effet de constater son utilisation dans le courant du Ier s. ap. J.-C. Cependant, ces deux monnaies n'ont pas dû être utilisées très longtemps. Bien que fortement concrétionnées et corrodées, ces pièces ne comportent pas de traces accentuées de circulation. Un usage bref au début du Ier s. ap. J.-C. de ces deux as, frappés entre 27 av. et le début de notre ère, est possible.

Des installations précaires au nord sous le règne de Tibère

103Les installations décrites précédemment alternent avec des phases d'inondations du Rhône sur sa rive droite. La chronologie des occupations permet de caler en partie l'activité fluviale dans cette première moitié du Ier s. ap. J.-C. Certaines inondations sont datées du règne d'Auguste, d'autres phases alluviales marquent la transition entre les règnes d'Auguste et Tibère et entre Tibère et Claude.

104Une deuxième phase d'alluvionnement scelle les niveaux archéologiques précédents (163,40-163,60 m). Elle traduit une persistance des courants lents de débordement : le secteur reste en marge des flux principaux qui s'éloignent ou dont l'intensité diminue ; ceux-ci inondent principalement la partie en légère dépression topographique par rapport au reste de la zone. Au cours du règne de Tibère, ce secteur nord étant le plus souvent émergé, des installations précaires se développent, selon un pendage en direction du sud-ouest.

105Ces traces anthropiques repérées sur les couches d'alluvions sont, comme les précédentes, assez restreintes. Il s'agit là encore essentiellement d'épandages de mobilier (céramique, os, charbon de bois...), mais répartis en surface et qui marquent clairement un niveau de sol.

106L'ensemble des céramiques inventoriées présente une sensible évolution par rapport à celui de la première phase d'occupation. Les céramiques sigillées de Gaule du Sud voient leur nombre augmenter (26,66 %). Cependant, mise à part la présence d'un Drag. 2.21, aucune forme nouvelle n'a été repérée : un Drag. 18, trois Drag. 24/25 et quatre Drag. 27. Cette augmentation s'opère au détriment des sigillées N.I. en très net recul (1,33 %). La céramique terra nigra disparaît de l'échantillonnage des céramiques fines. Une lampe à volutes à bec de forme triangulaire ressort de ce matériel. Le pourcentage de céramiques engobées (33,33 %) ou d'imitations de sigillée (18,66 %) est encore notable. Deux fragments de céramique peinte ont été attribués aux productions dites de Roanne, appellation impropre puisque d'autres ateliers, en particulier à Vienne et Saint-Romain-en-Gal, semblent avoir produit de tels vases.

107Le profil quantitatif du matériel amphorique se calque presque exactement sur celui de la phase précédente : les amphores d'Espagne (14,28 %) devancent encore les produits gaulois (3,96 %) au sein desquels les marseillaises micacées dominent (10,31 %). Seule une légère progression des amphores orientales est à souligner.

108Cette phase se situe donc, par rapport à la précédente, dans une succession chronologique tout à fait justifiée, soit sous le règne de Tibère.

109Aucun élément bâti lié à cette occupation n'a été découvert dans ces secteurs, ce qui permet de concevoir ces surfaces comme des espaces extérieurs utilisés pour des activités en bordure des lônes du Rhône. La fréquentation du site traduit plutôt une utilisation ponctuelle du secteur par les riverains qui vont conquérir progressivement des espaces encore soumis aux caprices du fleuve.

Des dépôts alluviaux antiques non calés

110Place de la République, seuls les témoins d'occupation découverts dans la partie nord permettent de fonder une chronologie des dépôts alluviaux. Plus au sud, deux phases alluviales sont donc traitées à part : l'une fossilise l'aménagement d'amphores augustéennes au sud-est, l'autre au sud exhausse la lône avant les premières installations claudiennes.

Après le règne d’Auguste, au sud-est (zone III)

111L'aménagement d'amphores, interprété comme un passage dans une zone déprimée, régulièrement inondée durant les hautes eaux, est fossilisé par une couche de cailloutis et graviers de couleur grise, épaisse en moyenne de 30 cm. Le toit de cette couche culmine entre 163,50 et 163,60 m d'altitude. Ce dépôt, limité au secteur déprimé, suppose un fort courant tractif et correspond à la charge de fond d'un chenal en crue qui a pu choisir cette topographie déprimée comme axe préférentiel de drainage (fig. 29).

112Ce niveau est ensuite recouvert par un dépôt sableux, entre 163,20 et 164,10 m ; il correspondrait à un exhaussement de bancs ou à la construction d'une levée de berge alimentée par des balayages de crues assez turbulents.

113Cette turbulence des flux se confirme dans la dernière séquence alluviale, puisqu'elle est formée principalement de cailloutis, c'est-à-dire d'éléments roulés sur le fond d'un chenal. Cette couche, dont le toit culmine à 163,30-163,60 m d'altitude, est en partie détruite par les niveaux d'occupation antiques postérieurs, mais non datés précisément.

114Le retour de courants turbulents après le règne d'Auguste est à corréler avec les dépôts d'inondation repérés sur d'autres sites de la Presqu'île, du règne d'Auguste à celui de Claude.

Avant le règne de Claude, au sud (zone II)

115La partie centrale de cette zone correspond à une bande active de tressage où des chenaux multiples fonctionnent au moins pendant les hautes eaux. Le sable se dépose à l'aval et sur les marges du chenal (au nord et au sud-ouest) alors que le cailloutis se dépose dans l'axe du talweg (au sud) et construit des bancs caillouteux. Dans le cas d'une dynamique de tressage, la zone est balayée par plusieurs chenaux de courte durée qui se remblayent peu à peu et parfois avec les mêmes sédiments que ceux dans lesquels ils se sont entaillés, aussi estil très difficile de déterminer leur limite et leur phasage.

116L'analyse stratigraphique permet tout de même d'isoler trois séquences qui participent au remblaiement des axes déprimés ou mouillés :

  • la première, entre 162,55 et 162,95 m, se compose de sables grossiers transportés en suspension graduée et dont certains grains sont roulés. Le secteur est donc parcouru par des courants tractifs liés au fond du chenal et dont les sédiments participent à l'exhaussement, peut-être d'un banc inférieur visible seulement à l'étiage ;

  • la deuxième séquence qui présente une variabilité de faciès (du sable fin aux lits de cailloutis) traduit la diversité de turbulence des flux qui alimentent le secteur. Un premier ensemble formé de sables limoneux résulte de processus de décantation à courant très lent voire inexistant, témoin de l'éloignement des flux (épisodes de décrue). Un deuxième ensemble résulte de courants lents, mais plus dynamiques que précédemment (suspension uniforme). Le troisième ensemble issu de courants turbulents (suspension graduée) traduit la proximité des flux. La présence de lits de cailloutis confirme l'éventail des vitesses de courant : un micro-chenal réentaille le sable, puis est remblayé par du cailloutis et enfin est fossilisé par un nouveau dépôt sableux (fig. 32). Cette alternance traduit l'instabilité de cette zone soumise aux épisodes de crues qui provoquent le remblaiement et l'exhaussement de la zone déprimée jusqu'à 163,20 m ;

  • la dernière séquence à sables grossiers démontre la persistance de flux turbulents. Quelques lits plus fins peuvent correspondre à des niveaux de décrue à courant plus faible. Cet épisode participe au remblaiement terminal de la lône récemment abandonnée et nivelle le secteur à une altitude de 163,40 m.

32 - Chenal caillouteux balayant la zone II

32 - Chenal caillouteux balayant la zone II

(République)

117La datation du fonctionnement de cette lône à chenaux multiples, comme celle de son remblaiement, est incertaine ; seule la stratigraphie permet de fournir un terminus post quem du règne de Claude. Il est possible aussi d'envisager que les dépôts d'inondation repérés au nord et au sud-ouest, mais aussi sur le site de Palais-Grillet où ils sont datés de la fin du Ier s. av. J.-C. au règne de Claude (Ayala et al. 1992) soient le résultat de courants de crue drainés dans cette bande active de tressage. Ces dépôts dateraient le fonctionnement de la lône !

La stabilisation de la rive gauche de la Saône (Célestins)

118Les phases de sédimentation alluviale démontrent que le site passe d'un milieu aquatique à un milieu terrestre. Une dernière phase caillouteuse de la Saône exhausse jusqu'à 163,40 m et isole deux zones à topographie plus basse au nord-est et au sud-ouest (fig. 33E). Suite à un retrait des flux turbulents de la rivière, des sables d'inondation remblayent partiellement les dépressions, (fig. 33F). La diminution de la contrainte de la Saône permet aux populations de commencer à investir les terres proches de la nouvelle rive gauche de Saône aux environs du milieu du Ier s. ap. J.-C. L'occupation qui débute un demi-siècle après celles des sites en bordure de Rhône (Bourse et République) se met, elle aussi, en place très progressivement. Les éléments anthropiques les plus anciens sont de petits fossés ( ?) retrouvés sur l'ensemble de la surface du site et un niveau de sol dans l'angle ouest. Ces vestiges donnent l'image d'un espace peu fréquenté, toujours assujetti aux débordements des fleuves.

Les premiers éléments d'occupation, au milieu du Ier s. ap. J.-C.

Des petits fossés ou micro chenaux

119Des micros structures en creux entaillent les dépôts alluviaux sous-jacents. Ces vestiges, très ténus, peu profonds avec des profils évasés ou droits, restent difficiles à interpréter. Leur remplissage est composé principalement de cailloutis à matrice sablo limoneuse marquée par l'influence de la Saône, mais également de quelques blocs de granite (ou gneiss), d'os, de fragments de tuiles et de briques, et de rares tessons de céramiques non identifiables. Leur origine peut être :

  • soit naturelle, auquel cas ces micros chenaux de crue, ou de décrue, témoignent de la variation des écoulements épisodiques de la Saône ;

  • soit anthropique, auquel cas ces fossés sont creusés pour assurer un drainage du site fréquemment noyé auparavant. Ils constitueraient alors les premiers témoignages d'une intervention humaine sur ce site (fig. 33G).

33 - Évolution topographique du site des Célestins dans la deuxième moitié du Ie s. ap. J.-C.

33 - Évolution topographique du site des Célestins dans la deuxième moitié du Ie s. ap. J.-C.

Un niveau de sol

120Dans l'angle sud-ouest du site, un sol relativement épais, d'environ 10 cm, se développe à la surface des alluvions. Il contient une forte concentration de fragments de céramiques, de tuiles, de briques et de charbons de bois. Ce sol s'adapte à la topographie préexistante ; il conserve un pendage en direction de l'ouest et épouse les formes en creux sans pour autant compenser le dénivelé.

121Les quelques fragments de sigillés présents proviennent tous des ateliers du Sud de la Gaule. Quatre formes sont identifiées : un Drag. 27, un Drag. 15/17, un Drag. 33, et un Ritt. 12. Cette dernière forme n'est pas produite avant le milieu du Ier s. ap J.-C. et l'apparition du Drag. 15/17 est postérieure à 30 ap. J.-C. environ.

122Les amphores gauloises sont déjà majoritaires avec 151 fragments. La seule forme identifiable est une G. 3 de Gaule narbonnaise produite tout au long du Ier s. Parmi les amphores hispaniques, les Dressel 20 dominent avec 67 fragments. Deux Dressel 7/11 fabriquées à partir de la fin du 1er s. av. J.-C., et durant tout le Ier s. ap. J.-C. ont été découvertes dans ces niveaux. Les importations italiques et orientales restent très minoritaires.

123Le matériel amphorique corrobore une datation autour du milieu du Ier s.

Fréquentation et alluvions à la fin du Ier s. ap. J.-C.

124Les premières tentatives d'installation, datées du milieu du Ier s. ap. J.-C. se sont en quelque sorte soldées par un échec, puisque le secteur est à nouveau envahi par les cours d'eau. Une nouvelle formation caillouteuse traduit le retour du chenal de la Saône sur le site. Elle exhausse le banc jusqu'à 163,50 m d'altitude et gomme les dépressions qui sont à 163,40 m environ (fig. 33H).

125Il faut attendre la fin du Ier s. ap. J.-C. pour constater les signes d'une réelle occupation sur ce site.

126Les vestiges de cette nouvelle phase d'occupation, certes très ténus, se résument à des calages de poteaux, des traces anthropiques à la surface des couches d'alluvions et à un sol en terre battue mis au jour dans l'angle sud du site (fig. 33J). En revanche, ils marquent le début d'une véritable installation humaine sur cet espace qui perdurera, presque sans interruption, jusqu'au IXe s.

127Une série de calages de poteaux (TP 4 à 9), repérés uniquement en stratigraphie, a été localisée dans la partie nord-est du site (fig. 33I). Leur répartition ne dessine pas une organisation spatiale. Ce sont en fait des traces trop succinctes pour faire l'objet d'une interprétation précise ; elles peuvent correspondre à des vestiges d'installations précaires dans un secteur encore assujetti aux inondations, donc peu habitable. Faut-il en déduire pour autant un système d'aménagements permettant le passage dans une zone insalubre ? Leur datation reste tout aussi incertaine du fait de l'absence de traceurs chronologiques (céramique ou monnaie) ; seuls des fragments de gneiss, de tuiles et de briques ont été isolés dans les remplissages.

128Ces calages sont fossilisés par un ensemble de couches alluviales composées essentiellement de sables fins anthropisés où apparaissent parfois de minces lentilles de cailloutis. Ces dépôts poursuivent l'exhaussement du site qui atteint 163,55-163,60 m d'altitude sur l'axe du banc, alors que la partie orientale conserve une légère dépression à 163,40 m.

129Ces alluvions résultent de courants lents de débordement (suspension uniforme). Le secteur des Célestins est localisé dans la plaine d'inondation de la Saône (détermination morphoscopique) et ce changement de dynamique rend enfin possible l'occupation du site. Les quelques lits de cailloutis repérés démontrent que la rivière connaît encore des épisodes turbulents de crue.

130Au sud-ouest, des niveaux contemporains présentent un caractère plus anthropique qu'alluvial ; le développement de ces niveaux de fréquentation (sols de circulation), s'explique puisque ce secteur reste à l'abri des flux d'inondation (fig. 33J).

131Pour l'étude du mobilier céramique de cette séquence, le lot provenant des unités alluviales anthropisées situées dans les parties centrales et nord-est, a été traité séparément du lot issu d'un niveau sud-ouest mieux stratifié (7820).

132Les risques de pollution provoqués en grande partie par l'infiltration de tessons des couches supérieures sont très importants dans le premier lot et un regroupement du mobilier aurait faussé les résultats. En effet, les niveaux d'alluvions anthropisées sont situés sous un remblai daté du IIIe s. ap. J.-C. Des productions telles que l'amphore gauloise et la sigillée claire Β fortement représentées dans cet apport postérieur, sont également abondantes dans ces niveaux d'alluvions. Il est apparu rapidement que les 396 fragments de céramique retirés de ces couches provenaient, soit en partie, soit totalement, du remblai supérieur. De même, on ne peut tirer aucun enseignement fiable des deux monnaies, frappées au IIe s., retrouvées dans les couches 7747 et 7749.

133La couche d'alluvions (7820) se situe, par contre, dans un secteur où la stratification est nette et les risques de pollution quasi inexistants.

134Dans ce dépôt (7820), les 95 tessons présents sont essentiellement de gros éléments (fragments d'amphore, de mortier en commune claire) disposés de manière anarchique. À l'intérieur de la céramique fine, la présence d'un Drag. 37 du sud de la Gaule suggère un terminus post quem aux alentours de 70/80 (Pferdehirt 1986 :221-320). Les autres formes en sigillée du sud de la Gaule et la présence d'un fragment de sigillée du centre de la Gaule non grésé, donnent une fourchette chronologique autour du dernier quart du Ier s. et du début du IIe s.

  • 23 N° 4. planche IX (contexte 70/90) et n° 7. planche XI (contexte 150/200).

135En céramique commune claire, la présence de plusieurs mortiers à lèvre pendante (Desbat et al. 1979)23 offre aussi un horizon à partir de l'époque flavienne. Parmi les amphores, cette datation est confortée par la présence de G4 et de G1.

136Dans l'angle méridional du site, une autre unité (7834) est séparée du dépôt précédent (7820) par la tranchée de récupération d'un mur ; ces deux unités présentent chacune un aspect différent. L'unité 7834 évoque un sol d'occupation avec une texture très organique riche en charbon de bois et un lot de céramique très homogène composé de petits fragments écrasés sur place ; elle se différencie de la couche d'alluvions anthropisées (7820) qui contient essentiellement des parois d'amphores et des fragments de mortier. Cette observation conduit à émettre deux hypothèses sur la configuration du site au cours de cette phase :

  • dans la première hypothèse, un mur. qui sera ultérieurement récupéré, existe dès cette phase d'occupation et sépare 7820 et 7834. Ces deux couches sont donc différentes parce qu'elles n'appartiennent pas au même espace. Dans ce cas, la dissemblance provient vraisemblablement de la nature des activités pratiquées de part et d'autre de cette limite. Ce mur peut faire partie d'un bâtiment déjà construit dans une zone localisée au sud-ouest du site : il peut aussi constituer la limite nord-est d'une parcelle. Dans les deux cas. il sépare un espace intérieur, au sud-ouest, dans lequel se trouve le sol (7834), d'une zone extérieure au nord-est, recouverte par les couches d'alluvions dont 7820 fait partie. Mais la présence d'un mur dès cette phase n'est pas prouvée archéologiquement. Il existe bien les restes d'une maçonnerie au fond de la tranchée de récupération mais ses liaisons stratigraphiques avec le niveau de sol (7834) et la couche d'alluvions anthropisées (7820) ne sont pas perceptibles. L'altitude de l'arasement du tronçon de mur conservé (163 m) est située plus bas que celles des deux couches (entre 163,20 m et 163,40 m) ;

  • la deuxième hypothèse consiste à n'intégrer aucune structure construite en dur au cours de cette phase. Dans ce cas. le mur encore partiellement présent dans la tranchée de récupération fait partie d'un bâtiment qui sera construit plus tard et la nature des couches 7834 et 7820 est le résultat d'un épiphénomène (épandage de céramique) indépendant de la présence d'un bâtiment.

137Le mobilier extrait de l'unité 7834 contient des céramiques très fragmentées, parmi lesquelles certains vases auraient été cassés sur place (12 individus NMI pour 38 fragments en paroi fine). 176 tessons ont été recueillis, souvent posés à plat sur le sol. Pour cette phase, c'est la seule unité de ce type repérée sur le site ; elle n'a malheureusement été accessible que sur une surface de 3 m2.

  • 24 N° 7, planche IV, et n° 1 et 2 planche VII.

138Toute la sigillée a été produite dans le sud de la Gaule. Elle correspond à peu près à la même fourchette chronologique que celle de 7820. Les parois fines sont bien représentées avec 12 individus pour 38 fragments. Ce sont uniquement des productions de l'atelier de la Butte à Lyon qui a fonctionné à partir des années trente jusqu'à la fin du Ier s. ap. J.-C. On observe, entre autres, deux pots ovoïdes sablés de type XXXIII (Grataloup 1988), un bol à décor de pastilles cloutées de type XXIX, un gobelet à dépressions sablé de type XXXIV. Le gobelet à dépressions est une production tardive de la Butte, qui apparaît aux alentours de 60, ce qui confirme le terminus post quem donné par les autres types de production. Deux lampes à volutes proviennent aussi de l'atelier de la Butte. Les urnes carénées en commune grise, Merigoux n° 4 et 5 offrent également un horizon à partir de 60/70 (Merigoux 1980), (Desbat et al. 1979)24.

139La présence de ces traces d'occupation indique que les hommes ont cherché à conquérir des espaces jusque-là situés en zone inondable. Sont-ils devenus accessibles parce que la période est plus sèche avec une atténuation des inondations ou existe-t-il des aménagements (digue) qui les protègent des crues ?

140Si les traces de fréquentation du site sont repérables, il est par contre impossible de les interpréter et de définir un contexte à partir des données de terrain. Existe-t-il un bâtiment en dur dans la zone située au sud-ouest du site dont nous aurions la trace du mur nord-est. hypothèse qui expliquerait alors la différence de nature des couches 7820 et 7834 ? Ou bien, autre solution, les installations encore très précaires se limitent elles à des constructions en matériaux légers, comme le prouveraient les traces de calages de poteau repérées dans la partie nord-est du site ?

141Il semble que ces installations s'effectuent, au plus tôt, à partir du règne des Flaviens. L'espace fouillé et la quantité de matériel recueilli ne permettent pas de déterminer avec certitude jusqu'à quel point le seuil du IIe s. est franchi, mais l'atelier de la Butte cessant de fonctionner autour du changement de siècle, nous pouvons conclure que cette phase ne se situe pas très en avant dans le IIe s.

Un site impropre à l'occupation jusqu'au IIe s. (Terreaux)

142Les phases de sédimentation alluviale et colluviale, mises en évidence dans la partie nord de la place des Terreaux (zones VI, IX, X et sondages d'évaluation) (Rapport, Arlaud 1989) sont traitées ensemble, car le passage d'un processus sédimentaire à l'autre semble graduel, au point qu'aucune limite précise dans la stratigraphie ne peut être définie. En effet, ces phases correspondent à une sédimentation liée au contact des deux unités morphologiques que sont le versant et la plaine :

  • la première phase regroupe l'ensemble des unités où l'influence de l'activité des cours d'eau est reconnue ;

  • la seconde phase est représentée par des unités sédimentaires principalement d'origine colluviale en provenance du versant sud de la Croix-Rousse.

143Il est important de signaler que les dépôts peuvent être au départ des colluvions qui ont, par la suite, été lavés par des flux d'inondation au pied du versant. Il est également possible que des sédiments colluvionnés glissent en bas de pente dans une nappe d'eau inondant temporairement le site. L'imbrication des processus reste donc difficile à cerner.

144Dans cet ensemble sédimentaire, deux couches s'individualisent par leur composition et servent à la structuration chronologique du propos : d'une part, une couche composée de fragments de gneiss et granite qui semble indiquer un micro-aménagement d'origine anthropique (US 3847 = 3892) et d'autre part, une couche qui témoigne d'une importante séquence de colluvionnement.

Méthodologie

Cette sédimentation concomitante à double processus n'est pas évidente à déterminer pour chaque couche car, même si les processus sont successifs, les minéraux apportés par la Saône et ceux provenant du versant sont similaires puisque la rivière draine un bassin versant de même nature géologique que celle de la colline de la Croix-Rousse. Seule l'usure des grains (anguleux/roulés,) et la prépondérance des grains polyminéraux (grains non détruits par un transit trop bref) peuvent fournir des arguments en faveur d'un processus colluvial. De plus, chaque échantillon n'a pu être observé à la loupe binoculaire en raison du temps que demande cette opération qui permet une estimation qualitative de l'origine du sédiment. Ainsi, l'interprétation se base sur des indices morphoscopiques et l'évaluation du tri du sédiment à partir de l'étalement de la courbe granulométrique : valeur de l'écart-type du diagramme de fréquence des classes granulométriques. En effet, après observation des courbes granulométriques des échantillons, nous constatons que :

  • pour les dépôts d'origine alluviale, l'écart-type présente une faible valeur environ inférieure ou égale à 30 % en raison du bon tri assuré par les courants hydriques ;

  • pour les dépôts d'origine colluviale, cette valeur est supérieure à 60 % en raison d'une sédimentation globale en masse qui ne permet pas le tri des grains.

Cette constatation qualitative est très approximative, mais elle a fourni néanmoins quelques paramètres permettant de formuler des hypothèses d'interprétation de l'origine des sédiments. Ce constat serait bien entendu à développer et à argumenter par une analyse statistique comme l'analyse multivariée par exemple, mais dans le cadre d'une étude plus poussée et systématique.

Une sédimentation naturelle sous influence alluviale

145Cette sédimentation se caractérise dans les différentes zones, observées au pied de la colline (fig. 21C) par la présence de grains caractéristiques de la Saône (US 3819), des lits à structure alluviale comme des sables bien triés (US 3815, 3816,3817) ou encore un niveau fin de décantation (US 3818), et enfin des grains usés et arrondis. Néanmoins quelques paramètres propres à une sédimentation colluviale sont présents (US 3817, 3845).

146Au sud de la zone IX (strati. 1010) cette sédimentation exhausse le site de 163,60 m à 164,35 m d'altitude (US 3815 à 3819). Légèrement plus à l'est (strati. 1023.) plusieurs couches, qui témoignent du même événement, exhaussent le site jusqu'à une altitude moyenne de 164,70 m (US 3846, 3848 à 3850). A l'extrémité est de la zone (strati. 1025.) (fig. 22), une succession de couches confirme la complexité de la sédimentation dont le toit atteint 164,30 m d'altitude (US 3857 à 3862). Et à l'ouest de la place (zone X), deux dépôts repérés en sondage profond semblent appartenir à cette phase d'après les altitudes (entre 163,70 m et 164,40-164,60 m d'altitude).

Un niveau aménagé par l'homme ?

147Les dépôts naturels précédents sont fossilisés localement par une couche hétérogène (US 3847) (cf. fig. 21 C) (US 3892) (cf. fig. 22 C) qui se caractérise par un ensemble de fragments de gneiss granitiques (module moyen 7 cm) noyés dans une matrice sableuse et granuleuse, issue principalement de la décomposition des granites. La forte concentration de ces fragments quasiment imbriqués les uns dans les autres pose un problème car elle reste difficile à expliquer dans le cadre d'un processus naturel de colluvionnement ; aussi peut-on envisager un aménagement anthropique. Cet apport a pu être mis en place pour aplanir le secteur.

Ce niveau est compris entre 164,70 et 164,80 m d'altitude. Une petite fosse circulaire de 60 cm de diamètre et d'environ 15 cm de profondeur (164,40 - 164,55 m) a été repérée en décapage. Son remplissage hétérogène et meuble était principalement composé de sables fins dans lesquels ont été mis au jour un fragment de gneiss, un de granite, quelques galets accompagnés de charbons de bois, deux tessons de céramiques non identifiables et quelques fragments d'os.

Cette structure est le premier vestige anthropique repéré sur le site, mais elle ne peut malheureusement être datée. Il est possible d'imaginer que le site a été partiellement fréquenté par l'homme à cette époque. En revanche les indices sont trop faibles pour préciser l'importance et la fonction de ce micro-aménagement.

Ce niveau est fossilisé par un dépôt (US 3845) de sables fins homogènes et meubles (entre 164,56 et 164,92 m d'altitude).

Une sédimentation sous influence colluviale

148Une première séquence au nord-est de la place caractérise un dépôt colluvial qui a pu éroder la couche précédente (cf. fig. 21C) (Strati. 1010) : fragments de gneiss et de galets provenant de la moraine, noyés dans une matrice sableuse à granules de granite décomposé. Ces éléments concentrés dans la partie inférieure de la couche (tri dû à la gravité ?) indiquent une origine colluviale.

149La base de ce dépôt varie de 164,90 m à l'est à 164,34 m d'altitude au sud. Le toit de la couche culmine à 164,96 m à l'est et à 164,45 m au sud. Le fort pendage de 20 % (dénivelé de 0.50 m sur 2,40 m) peut traduire un ravinement des séquences sédimentaires antérieures.

150Ensuite, cette sédimentation colluviale s'exprime par plusieurs dépôts enregistrés notamment dans la zone IX, où se succèdent (cf. fig. 21C) (Strati. 1023 et 1010) :

  • une couche de sables fins ;

  • un niveau hétérogène qui présente des fragments de gneiss désagrégés et quelques fragments de granite, plus durs, noyés dans une matrice de sables fins ;

  • une nouvelle couche de sables fins homogènes et meubles, qui renferme de petits fragments (gneiss, deux blocs de calcaire, un micro-fragment de brique, de rares charbons de bois) ;

  • un dépôt de sables fins et de quelques cailloutis qui renferme des concrétions carbonatées de type "poupées de loess". Les courbes granulométriques montrent un classement moyen du sédiment où une influence alluviale n'est pas impossible. L'observation à la loupe binoculaire montre une faible proportion de polyminéraux et la présence de certains grains bien roulés. Est-ce que cette relative usure est due à un ruissellement concentré drainant le versant ou faut-il imaginer un lavage des sédiments par un débordement de chenal de Saône Les altitudes du dépôt nous orienteraient plutôt vers la première hypothèse. Ces unités sont fossilisées par des sables fins dont certains lits renferment des fragments de gneiss, de granite et de calcaire. L'exhaussement colluvial atteint 165,25 m à 165,45 m dans la zone.

151Au nord-ouest de la place (zone X), quatre couches subhorizontales séparées par une grande fosse médiévale, semblent s'inscrire dans cette séquence sédimentaire colluviale. Elle atteint ici l'altitude de plus de 166 m et est fossilisée par un apprêt de sol antique. Cette altitude élevée reste à expliquer.

  • 25 Rappelons que lors des sondages archéologiques préliminaires, quatre niveaux colluviaux ont été iso (...)

152Légèrement plus au sud (zone VI), trois unités sédimentaires, repérées entre 164,68 m et 165,28 m, sont à rattacher à cette phase colluviale25.

Conclusion

153Ces nombreuses unités stratigraphiques démontrent la complexité de la sédimentation et la limite de l'interprétation granulométrique et morphoscopique. Néanmoins, cette analyse permet de caractériser :

  • une phase sédimentaire sous influence alluviale qui conduit à l'exhaussement de ce site de plaine alluviale jusqu'à une altitude moyenne de 164,0 à 164,50 m d'altitude ;

  • une phase où l'importance croissante des processus sédimentaires, liés au versant dominant le site, contribue à un exhaussement de ce secteur septentrional de la place jusqu'à l'altitude moyenne de 165,20 à 165,30 m d'altitude.

154Les éléments témoins d'une fréquentation, même s'ils sont succincts, pourraient marquer le passage d'une phase naturelle à une phase anthropique. En effet, il est possible que le site subisse de moins en moins d'inondations et que l'homme commence à fréquenter le site et à coloniser ces espaces encore inondables comme cela a été mis en évidence sur d'autres sites de la Presqu'île, dès le règne d'Auguste (infra). Par ailleurs, cette fréquentation est probablement en relation avec les niveaux d'occupation de la colline qui débutent autour de notre ère et se développent au Ier s. ap. J.-C.

155Dans l'ensemble, le transit de matériaux de plus en plus grossiers, présents dans les dépôts colluviaux de la deuxième phase, suggère une accélération de l'intensité des processus d'érosion par ruissellement sur pente. Ainsi on assiste, sur le versant jusqu'au bas de la pente, au transit d'abord des fines (principalement des loess et des limons altérés) puis ensuite des éléments plus grossiers du socle (granite, gneiss, galets) qui fossilisent le pied du versant. Cette aggravation peut avoir plusieurs origines, mais il est certain que la construction des édifices monumentaux, le sanctuaire fédéral et l'amphithéâtre (Tranoy et al. 1994), ou encore la création de la voie (Montée des Carmélites) et des habitats ont dû nécessiter des travaux importants de talutage. Ces travaux ont pu provoquer une déstabilisation du couvert végétal puis de la couverture pédologique mettant au jour le matériel sédimentaire. De plus, facteurs anthropiques et climatiques ont pu se conjuguer. Lors d'épisodes pluvieux érosifs, le ruissellement est concentré et les sédiments sont plus ou moins drainés dans un chenal. Lorsque les conditions hydroclimatiques sont moins agressives, le ruissellement reste diffus et aréolaire et les sédiments sont transportés en nappe (colluvionnement en masse).

156L'ensemble de cet exhaussement alluvio-colluvial est fossilisé par des vestiges d'occupation du IIIe s. ap. J.-C.

La fréquentation de la Presqu'île au cours du Ier s. ap. J.-C.

157Les terres basses de la Presqu'île exhaussées par des alluvions fines, de La Tène à notre ère, se sont peu à peu stabilisées en raison de la diminution de la divagation des chenaux et du remblaiement progressif de ces derniers. La Presqu'île adopte peu à peu sa forme définitive et le nouveau tracé de la Saône libère un espace colonisable au pied de la colline de Fourvière. Dès le début de notre ère, les populations riveraines vont profiter de cette évolution pour investir les terres basses de la Presqu'île. Elles semblent, dans un premier temps attirées par les bords des lônes qui pourtant enregistrent des fluctuations hydrologiques. Même si les témoins de leur installation sont ténus, ils caractérisent plutôt des aménagements précaires qui ne craignent pas les inondations et qui sont renouvelés après les crues comme sur le site de la Bourse. Parallèlement, ils accélèrent en certains points (lieu de passage ?) les processus d'atterrissement des chenaux : assainissement du bras de la Bourse et de la dépression rue Childebert.

158En rive droite du Rhône, c'est seulement à l'approche du règne de Claude que l'homme aménage des remblais caillouteux qui semblent maintenir les sites hors d'eau. Dès la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C., les crues du fleuve ne transitent que par la bande de tressage de République et par le bras de Bellecour qui restent en position topographique déprimée.

159En rive gauche de la Saône, l'édification de la berge semble terminée au milieu du Ier s. Cette stabilité offre aussi de nouvelles terres à conquérir sur la Presqu'île. Les aménagements sont succincts et témoignent davantage d'un lieu de passage dans une zone encore inondable à la fin du 1er s. ap. J.-C.

160En conclusion le phasage de ces différentes inondations enregistrées par les quatre fouilles ainsi que celui répertorié sur d'autres sites lyonnais (cf. Palais Grillet, Opéra, Tolozan...) permettent de définir une crise hydrologique. Celle-ci est déterminée par l'occurrence de crues débordantes du Rhône de la fin du Ier s. av. J.-C. au siècle suivant. Des comparaisons régionales à partir de fouilles effectuées dans le bassin du Rhône tendent à confirmer cette péjoration hydrologique (Bravard et al. 1990 ; Macé et al. 1991) qui serait également enregistrée dans d'autres bassins européens (Bravard et al. 1992 ; Magny 1992).

161La partie septentrionale de la Presqu'île est également colonisée au début du Ier s. ap. J.-C. Les données du chantier des Terreaux, succinctes pour cette période, démontrent qu'au pied du plateau de la Croix-Rousse la sédimentation alluviale est relayée par une sédimentation colluviale probablement de la fin du Ier s. au IIe s. ap. J.-C. Le déclenchement de ces processus de versant peut avoir deux origines :

  • une origine climatique si l'on considère que la péjoration hydrologique est en relation avec une augmentation de la pluviosité ;

  • une origine anthropique, liée à l'urbanisation croissante du plateau, qui déstabilise les versants dès le début de notre ère. L'étude du chantier du Métro Vaise-Gorge de Loup, localisé au pied du versant ouest du plateau de Fourvière, a mis en évidence une augmentation croissante de la sédimentation colluviale de la fin du Ier au début du IIe s. ap. J.-C. : l'impact provoqué par le développement des occupations dès le début de notre ère sur le versant dominant entraîne une réponse du milieu décalé dans le temps (Vérot-Bourrély et al. 1995). Le même raisonnement peut s'appliquer pour le versant sud de la Croix-Rousse qui domine le site des Terreaux. Néanmoins, s'il est probable que l'occupation du versant joue un rôle dans le déclenchement de processus érosifs, il est plus difficile d'affirmer que cette sédimentation colluviale soit en relation avec la phase d'hydrologie plus abondante du Ier s. ap. J.-C.

Notes

19 À l'intérieur du fossé médiéval, le substrat caillouteux a été repéré en plusieurs points, mais le toit de cette formation ne correspond plus au sommet du dépôt originel, puisqu'il a été arasé lors du creusement du fossé des fortifications médiévales.

20 Ce secteur n'avait malheureusement pas pu être fouillé lors de la campagne archéologique menée de mai à septembre 1990. En septembre 1991, les travaux de terrassement interrompus deux journées ont permis d'effectuer ces observations.

21 L'épaisseur d'une phase reste relative dans la mesure où les courants de débordement postérieurs peuvent reprendre en charge les matériaux déjà présents sur le site.

22 Seules les principales formes de céramiques fines et d'amphores sont évoquées pour introduire des données chronologiques.

23 N° 4. planche IX (contexte 70/90) et n° 7. planche XI (contexte 150/200).

24 N° 7, planche IV, et n° 1 et 2 planche VII.

25 Rappelons que lors des sondages archéologiques préliminaires, quatre niveaux colluviaux ont été isolés. Les deux premiers entre 164,12 et 164,93 m sont composés de galets de quartzites, de fragments de gneiss plus ou moins altérés dans une matrice argilo-sableuse de couleur ocre riche en grains de quartz et grains polyminéraux. Le troisième dépôt est plus argileux et de couleur rouge. Le dernier niveau est identique aux premiers et son toit atteint 165,37 m (Arlaud et al. 1991).

Table des illustrations

Titre 19 – Vue des berges est et ouest du chenal du Rhône sous la rue Childebert
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-1.jpg
Fichier image/, 668k
Titre 20- Coupe schématique du chenal du Rhône repéré rue Childebert
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-2.jpg
Fichier image/, 152k
Titre 21 - Coupes stratigraphiques Terreaux, zone IX
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-3.jpg
Fichier image/, 2,0M
Titre 22 - Coupe stratigraphique (1025) : Terreaux, zone IX
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-4.jpg
Fichier image/, 220k
Titre 23- Le chenal antique du Rhône
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-5.jpg
Fichier image/, 300k
Titre 24 –
Légende 1) Reconstitution topographique du site de République2) Interprétation topographique du secteur3) Evocation du paysage de la place de la République au début de notre ère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-6.jpg
Fichier image/, 308k
Titre 25- Coupe stratigraphique sur le site des Célestins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-7.jpg
Fichier image/, 192k
Titre 26 - Les différentes phases alluviales de mise en place du site des Célestins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-8.jpg
Fichier image/, 296k
Titre 27- Le site de Lugdunum avant notre ère, une Presqu'île sous la contrainte de la Saône et du Rhône
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-9.jpg
Fichier image/, 168k
Titre 28 - L'assainissement du chenal
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-10.jpg
Fichier image/, 452k
Titre Tableau 2 : Typologie des amphores utilisées pour assainir le chenal
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-11.jpg
Fichier image/, 112k
Titre 29 - Relevé en coupe de l'assainissement rue Childebert
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-12.jpg
Fichier image/, 180k
Titre 30 - Amphores utilisées afin d'assecher le terrain, rue Childebert
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-13.jpg
Fichier image/, 252k
Titre Tableau 3 : Typologie des amphores utilisées pour l'aménagement d'un gué
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-14.jpg
Fichier image/, 128k
Titre 31- Alluvionnement et installations anthropiques dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-15.jpg
Fichier image/, 184k
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-16.jpg
Fichier image/, 588k
Titre Tableau 4 : Récapitulatif des premières occupations et des inondations sur les sites Bourse et République
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-17.jpg
Fichier image/, 284k
Titre 32 - Chenal caillouteux balayant la zone II
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-18.jpg
Fichier image/, 316k
Titre 33 - Évolution topographique du site des Célestins dans la deuxième moitié du Ie s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1852/img-19.jpg
Fichier image/, 230k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access