Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Préface

Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

1- La Presqu'île de Lyon

1- La Presqu'île de Lyon

Cl. F. Guy/A. U.

1Lorsque, à la fin des années 80, la Municipalité de Lyon lance un vaste programme de création de parcs de stationnement souterrains en centre ville, les archéologues sont troublés, partagés qu'ils sont entre l'inquiétude de voir des fragments importants des archives du sol vouées à la disparition et l'enthousiasme d'avoir l'occasion de les découvrir. Mais la réalité s'impose et à peine achevés les grands chantiers archéologiques préalables à la construction du métro, dont certains encore en cours de publication, la mobilisation doit être relancée sans relâche.

2Quatre places de la Presqu'île sont concernées par les choix d'implantation : la place des Terreaux, au nord, au pied de la Croix-Rousse, les places de la Bourse et de la République, près du Rhône, et enfin, celle des Célestins, à proximité de la Saône. Les sondages d'évaluation, conduits entre 1988 et 1990, font ressortir le riche potentiel archéologique que ces espaces avaient conservé jusque là et la décision est prise de fouiller l'emprise des différents chantiers d'aménagement. C'est ainsi que, de 1990 à 1994, les "dessous de la Presqu'île" sont systématiquement explorés sur près de 10 000 m2.

3Conformément aux pratiques désormais bien rodées dans une ville pionnière en archéologie préventive, les opérations se sont déroulées dans le cadre d'une convention entre l'Etat (Ministère de la culture et de la communication) et l'opérateur désigné par la Ville de Lyon, la société Lyon Parc Auto, dont l'intérêt pour ces recherches ne s'est jamais démenti tout au long des multiples péripéties qui ont émaillé ces cinq années de fouilles. Les moyens matériels et financiers mis à disposition par Lyon Parc Auto ont permis le recrutement par l'Association pour les fouilles archéologiques nationales des équipes archéologiques, l'équipement et le fonctionnement des opérations. Le Service régional de l'archéologie (Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes) en a assuré l'encadrement avec l'appui du Service archéologique municipal. Les pages qui suivent ne peuvent rendre compte du travail considérable fourni par tous les partenaires de cette aventure, maître d'ouvrage, entreprises de travaux public et responsables scientifiques, pour faciliter le bon déroulement de ce qui est la plus importante opération d'archéologie urbaine conduite à ce jour à Lyon. Qu'ils en soient tous remerciés.

4S'il était source de difficultés d'organisation, le télescopage du calendrier des chantiers était aussi une chance, puisqu'il a permis que les différentes opérations soient regroupées en un seul et même programme d'archéologie urbaine et confiées à des équipes, certes à géométrie variable en fonction des nécessités pratiques, mais dont le noyau de direction a pu travailler dans la durée. Il fallait bien tout le talent et la détermination de Catherine Arlaud, qui en assumait la coordination générale, pour en permettre la réussite. La dernière et incontournable étape de ce long parcours se clôt par cette publication que les Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes se devaient tout naturellement d'accueillir. Le Ministère de la culture et de la communication, sous-direction de l'archéologie, et la société Lyon Parc Auto en ont assuré le financement, tandis que l'association lyonnaise pour la promotion de l'archéologie en Rhône-Alpes apportait son soutien à l'entreprise.

5Après les fouilles préalables aux travaux de la ligne D du métro entre 1983 et 1987 (publiées dans cette collection sous les n° 3, 5 et 10), à l'occasion desquelles l'exploration des secteurs de Bellecour et de Saint-Jean, en centre ville, de Vaise à la périphérie, sans oublier le pont de la Guillotière, avait ouvert la voie à une archéologie urbaine extensive et éclectique, celles des parcs de stationnement ouvrent l'aire de la maturité. Nourries des acquis de décennies d'interventions, elles ont pu se forger une solide problématique, fil d'Ariane des observations de terrain et de l'élaboration des résultats : si chacun des sites explorés présente des caractéristiques propres, rapidement brossées au début de l'ouvrage, la classique présentation monographique fait place à une approche synthétique où se combinent et se complètent les informations réunies çà et là pour retracer comment l'homme a progressivement mis au pas une nature inhospitalière jusqu'à y inscrire une portion de ville, en cette contrée de reliefs et de confluence. Et voilà le grand mot lâché : confluence ! Car une bonne partie de la minutieuse enquête livrée sur ces chantiers est consacrée à retracer les divagations du Rhône et de la Saône et à détecter comment s'est opéré le passage d'une plaine inondable à une presqu'île suffisamment stabilisée pour que les Lyonnais, au début du Ier s. de notre ère, envisagent de s'y établir. Le cadre naturel ainsi questionné, les informations recueillies sur les différents sites sont présentées selon un découpage chronologique qui met en lumière les temps forts de l'occupation de cette partie septentrionale de la Presqu'île, du début de l'Antiquité à l'Époque moderne.

6Cette problématique exigeante justifiait que les auteurs établissent, en préalable, un bilan critique des connaissances sur cette question, afin de faire ressortir les attendus scientifiques de chacun des quatre chantiers. L'historiographie de la Presqu'île qu'ils proposent en introduction offre désormais un bel outil aux chercheurs lyonnais. Dans cet esprit, il est fait part égale aux données archéologiques " classiques " et aux résultats des autres disciplines mises à contribution, parmi lesquelles la géomorphologie et la sédimentologie sont les auxiliaires privilégiés. Cette démarche, développée avec brio lors des fouilles des parcs de stationnement, est l'une des forces de la recherche archéologique lyonnaise, résultat de la collaboration volontariste de quelques chercheurs qui en ont mis au point les méthodes et tracé les axes de recherche. C'était il y a près de vingt ans, lorsque les fouilles du métro, sous la houlette d'un efficace tandem, l'archéologue Joëlle Burnouf et le géographe Jean-Paul Bravard, ont conduit à réviser l'approche traditionnelle de la topographie lyonnaise. La partie de ce volume consacrée à l'Antiquité est une belle illustration du succès de cette interdisciplinarité, aujourd'hui mise en oeuvre par leurs nombreux émules. On comprend comment, à des rythmes divers selon qu'elles sont assujetties aux débordements du Rhône ou de la Saône, ces terres basses ont été progressivement " colonisées " ; on découvre comment, au terme d'une lutte aussi acharnée que patiente entre les hommes et les cours d'eau, cette partie de la ville semble échapper à un plan d'urbanisme raisonné pour se développer dans une ambiance semi-rurale. C'est bien le mariage de l'histoire et de la géographie qui a permis d'écrire, preuves à l'appui, une nouvelle page sur l'évolution du Lyon antique.

7Mais cette approche environnementale n'est pas réservée aux périodes anciennes ; de la même façon, les auteurs s'interrogent sur les raisons de la déprise de l'occupation de la Presqu'île après l'Antiquité et durant une grande partie du Moyen Âge, contexte dans lequel les vestiges mis au jour place des Célestins, pour les périodes mérovingienne et carolingienne, ne prennent que plus de relief. Il s'agit de départir le rôle respectif des conditions naturelles, économiques et politiques d'un phénomène qui, en l'état des connaissances actuelles, se prolongera jusqu'au XIIIe s. Et ce sont encore ces méthodes d'observation qui sont mises à contribution, place des Terreaux, pour éclairer l'histoire d'un tronçon de la fortification septentrionale de la ville du bas Moyen Âge, des contingences topographiques qui ont dicté le tracé du fossé du XIIIe s. au processus de comblement et d'abandon du dispositif édifié au XVe s.

8Lorsqu'ils évoquent la ville médiévale et moderne, les chercheurs se livrent à un ratissage large de toutes les sources disponibles, transgressant allègrement, s'il en est une, la frontière entre histoire et archéologie. Les données du terrain n'en sont pas moins minutieusement décortiquées, comme le montre l'analyse architecturale des vestiges des places de la Bourse et de la République, où les premières maisons médiévales, tronquées et englobées dans les bâtis successifs, sont déchiffrées avec peine. Les archives écrites et iconographiques sont très habilement mises à profit pour éclairer l'interprétation des découvertes. Les éléments du puzzle se mettent en place dans un contexte élargi et une chronologie resserrée, grâce aux nombreuses mentions textuelles et à un mobilier abondant et varié, qu'il s'agisse des fortifications urbaines, du couvent des Célestins, de la trame des quartiers d'habitation et des rues qui les desservent. L'histoire de ces portions de ville se fait volontiers anecdotique, à travers la restitution d'une maison ordinaire, la composition d'un dépotoir domestique, la découverte d'un trésor monétaire, les discussions des édiles locaux, la description d'un jardin... Pour la première fois est démontré un processus d'urbanisation propre à la Presqu'île, dont la forme et le rythme lui confèrent une allure de faubourg, au moins jusqu'au XVIe s., lorsque les espaces inoccupés commencent à se lotir et que des mesures d'alignement sont prises par les autorités.

9Ainsi, six ans après l'achèvement des fouilles, la boucle est bouclée ! Les conditions du stationnement des automobilistes lyonnais se sont sans doute améliorées, mais au prix de la disparition de milliers de mètres cubes d'informations sur le passé de leur ville. Les opérations d'archéologie préventive ont permis de compenser en partie ces pertes par la description, la restitution iconographique, l'analyse et l'interprétation de ces vestiges. Les équipes qui ont oeuvré sur le terrain et les spécialistes qui ont mené à terme cette savante publication ont amplement rempli leur mission. Souhaitons que, dans une étape ultérieure, le grand public soit convié, lui aussi, à découvrir les « dessous de la Presqu'île ». En attendant, le parc des Terreaux offre une évocation du mur d'escarpe des fortifications médiévales et une série d'objets de la vie quotidienne provenant du comblement du fossé. Le parc des Célestins, quant à lui, visité pour son étonnant accès en double élipse, fait déjà partie du patrimoine lyonnais !

Table des illustrations

Titre 1- La Presqu'île de Lyon
Crédits Cl. F. Guy/A. U.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k

Auteur

Conservateur régional adjoint des Monuments historiques de la région Rhône-Alpes.

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access