Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise

 | 
Daniel Frascone

Conclusion générale

Texte intégral

1L’aménagement du versant à l’époque gallo-romaine illustre les rapports de force sans cesse entretenus entre l’homme et la nature. Dès le Ier s., les installations routières et funéraires sont confrontées à des difficultés naturelles mal évaluées. Pour y remédier, la mise en oeuvre de nouveaux aménagements entraîne des conséquences toujours plus complexes qui tendent à aggraver le mal initial. Pris dans cet engrenage, les hommes n’auront finalement d’autre ressource que d’abandonner progressivement des installations pour lesquelles, dès l’origine, ils avaient réalisé des travaux de grande ampleur.

2Les constructeurs de la voie avaient manifestement conscience des risques encourus puisque ses bas-côtés ne présentaient pas, dès l’origine, un profil des plus courants. Cependant, il faut penser que le choix de cet emplacement présentait, en contrepartie, certains avantages. L’existence d’une dépression naturelle (cf. développement sur la voie) a pu motiver le franchissement de la colline suivant cet axe, mais surtout l’accès à une zone peu accidentée (le plateau lyonnais), une fois ce rebord franchi.

3Ces installations au pied d’un versant montrent donc, dans un premier temps, la capacité des occupants à s’adapter à des conditions autres que celles, classiques, de la plaine. On conçoit mieux également, à travers les divers aménagements et le suivi minutieux des travaux de construction, la mise en place d’une étude de terrain semblable à celles pratiquées de nos jours avant la réalisation de grands travaux.

4Enfin, malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés, aucun secteur n’est abandonné, mais de nouvelles solutions sont recherchées pour répondre aux contraintes imposées.

5Dans leur ensemble, les conditions d’installation des Gallo-Romains dans le secteur fouillé ne permettent guère un quelconque relâchement dans l’entretien des structures. Ceci confirme l’opinion de Drinkwater (Drinkwater 1975), reprise par Goudineau (Goudineau 1989, p. 35), selon laquelle Lugdunum ne présentait nullement les caractéristiques d’un site favorable à l’installation humaine. Ces opérations de terrassement et d’assainissement traduisent bien cet état de fait, qui ne devait guère différer sur les pentes de la colline de Fourvière, principal centre d’urbanisation.

6Au débouché du vallon de Trion, à environ 2 km au sud du site, des aménagements (drains, murets, fossés...) du tout début du IIe s. visent à contrôler, avec plus ou moins de succès, les processus naturels de sédimentation, qui s’avèrent de plus en plus intenses à la suite d’un déboisement important du versant (Vérot-Bourrély et al., 1995). Une domus, mise au jour à 100 m au nord de ce dernier gisement, présente, dans son deuxième état (début IIe s.), un doublement du mur du côté du versant est (Plassot, 1995). De même, une voie au pied de ce même versant (éperon de Loyasse), est à plusieurs reprises protégée des phénomènes de versant par des murs de soutènement (Chastel et al., 1995). Ces faits trahissent une recrudescence des ruissellements sur le versant au début du IIe s. ap. J.-C. Toujours plus au nord par rapport au vallon de Trion, mais cette fois dans la plaine, un important talweg, dont la charge très grossière n’avait jusque-là jamais été observée sur le site, ruine les installations humaines des Ier-IIe s. (Bellon et al., 1994).

7L’équivalence de la réponse du milieu, dans des lieux dont la situation géomorphologique est différente, conduit à ajouter à la cause anthropique une possible péjoration climatique. Celle-ci est notée dans la plaine du Rhône, où l’occurrence des crues augmente, durant le Ier s. après J.-C. (Bravard et al, 1990, Macé et al., 1993), tandis que, comme nous venons de le voir, la réponse est décalée au IIe s. après J.-C. sur les bassins versant. De même, dans d’autres régions et en Europe occidentale, cette hydrologie marquée est légèrement plus tardive (Bravard et al, 1992, Berger, 1995).

8L’originalité du site est de connaître un processus de réponse quasi immédiate du versant à l’impact anthropique. La phase hydro-climatique plus humide ne fait qu’aggraver des bouleversements déjà bien amorcés. Sur le site du périphérique nord, l’équilibre est partiellement rompu dès l’Age du Bronze, mais c’est surtout la période gallo-romaine qui met fin à 6000 ans de stabilité du versant. L’homme reste le principal perturbateur, en supprimant un équilibre fragile.

9Par chance pour nous, cette accumulation imprévue de phénomènes alluviaux dans une zone restreinte du versant a permis de préserver l’essentiel des infrastructures.

10D’un point de vue purement archéologique, les installations gallo-romaines fouillées dans l’emprise du tracé du BPNL permettent de suivre l’évolution d’un terroir situé aux marges de la ville antique. Certes, les quelques aménagements habitables ne témoignent pas d’une urbanisation intense de ce secteur ; force est de constater que les habitations, au regard de l’architecture et du mobilier retrouvé, ne sont guère élaborées et ne correspondent pas à une population aisée ni nombreuse. On sort ici de l’urbanisation rationnelle et plus intense connue sur les pentes de la colline de Fourvière jusqu’à la plaine de Vaise. La probable présence de la partie la plus excentrée de la nécropole peut indiquer que les vestiges d’habitations mis au jour à proximité ne font déjà plus partie des faubourgs de la ville, mais peut-être plutôt des premières installations extra-urbaines.

11Cependant, ces différents éléments, associés à un aménagement de voirie très soigné au regard de ce qui se pratiquait généralement dans les secteurs ruraux, laissent à penser que cette zone, bien que placée en périphérie de la capitale des Gaules, reste fortement dépendante de celle-ci. La nécropole proche de la voie peut, par exemple, difficilement être liée à une population autre que celle d’une partie de la ville antique.

12Cette fouille de sauvetage permet enfin de mieux connaître le potentiel archéologique de ce bas de versant, d’en définir le caractère péri-urbain et, grâce aux axes de circulation, de matérialiser de façon certaine la direction de la voie de l’Océan au débouché nord de la ville antique de Lugdunum. Cela permet de constater que les routes actuelles reprennent assez nettement les orientations antiques. Ainsi, la rue de Bourgogne repose-t-elle probablement, dans la partie aval de l’emprise du site, sur la voie d’origine, alors que la montée de Balmont, prolongement de la rue de Bourgogne vers les Monts d’Or, suit la direction empruntée par la voie tardive, probable déviation de la première. Dans les deux cas, le prolongement se fait en direction de la Nationale 6 qui demeure l’axe principal vers le nord et qui reprend probablement le tracé de la voie de l’Océan. Ce schéma se retrouve pour la voie de l’Aquitaine, également bordée d’une nécropole importante, dont le tracé est repris par les rues de la Favorite, du Point du Jour, Jolliot-Curie pour traverser les Monts du Lyonnais et se diriger vers Feurs puis rejoindre, plein ouest, l’Atlantique dans la région de Saintes. La Nationale 7, qui rejoint Roanne puis remonte vers Paris, reprend de même un axe plus ancien, peut-être gallo-romain.

13La situation de la partie fouillée de la nécropole a également permis d’observer un certain nombre de caractères liés aux pratiques funéraires que les aléas géomorphologiques ont protégés par l’apport de sédiments, malgré l’effet destructeur de la dynamique des flux d’inondation. La présence de plusieurs fours et de nombreuses aires de crémation, « fossilisés » par les niveaux de ruissellement, fournit autant d’indices qui permettent de mieux connaître les à-côtés des funérailles et de la crémation des défunts. L’abondance de ces infrastructures et l’association des zones de crémation avec des fours destinés probablement à cuire les aliments du banquet funéraire confèrent un intérêt particulier à cette nécropole, où s’observe également une stratification très nette des tombes sur deux siècles. Toutefois, l’étude des tombes des deux nécropoles permet de constater leur relative pauvreté, tant en mobilier que d’un point de vue architectural. Les monuments sont absents tout comme les urnes de verre ou les objets précieux. Doit-on considérer que la population incinérée ici provenait d’un milieu social précis (ou de corporations particulières) et que la relative systématisation des rites puissent en être la confirmation ? Le statut de cette nécropole ne doit cependant pas être globalisé et considéré à travers les seules observations faites lors de cette fouille, puisque les tombes fouillées Place Valmy ou Quai Arloing, dont la richesse paraît plus importante, font probablement partie de la même nécropole. Si l’on considère que ce secteur est principalement lié aux rituels et que les crémations y sont effectuées de façon systématique, il est possible de supposer que de nombreux individus incinérés ici ont pris place dans des sépultures sortant de notre champ d’investigation. Il n’est donc pas impossible que des fouilles ultérieures le long de la rue de Bourgogne puissent apporter un regard nouveau sur la population de cette nécropole en proposant des tombes beaucoup plus riches et semblables à celles observées dans la nécropole de la Favorite par exemple.

14Enfin, les fondations placées en amont, doivent-elles être interprétées comme celles d’un mausolée ou comme les seuls éléments subsistants d’un monument ayant pu marquer l’emplacement de la nécropole ?

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access