Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Conclusion

Texte intégral

1Il est difficile de conclure, car ce livre ne présente qu’une étape de la recherche.

2Le site de Pampailly est loin d’avoir livré toutes les informations qu’il contient. Les prospections, menées depuis quinze ans maintenant, les campagnes de fouilles de 1995 et 1996, montrent à quel point le travail à effectuer reste important (fig. 83). Les fouilles prévues sur l’affleurement du filon permettront de mieux comprendre les débuts de l’exploitation, les techniques employées par les paysans mineurs du XIVe s., l’importance des travaux effectués par Jossard, mais aussi, peut-être, de vérifier ou d’infirmer les hypothèses qui ont pu naître de la découverte de fabrication de charbon de bois par les Gaulois. Pour s’en tenir à la partie du site la mieux connue, Le Vernay, les travaux à venir pourront apporter des données neuves au moins dans deux domaines. Ils devraient aboutir à une chronologie plus fine de l’histoire du site, afin de connaître les phases de l’exploitation et peut-être d’estimer la part jouée par les héritiers de Jacques Cœur ou leurs successeurs. Autre domaine qui devrait bénéficier de la poursuite des travaux archéologiques sur cette partie du site : l’histoire de la métallurgie de non-ferreux au XVe s. en France, mais aussi en Europe, secteur industriel parmi les plus innovants à l’aube de la Renaissance. La question se pose de savoir si, à Pampailly, les métallurgistes n’utilisaient pas déjà le procédé de traitement du cuivre par liquation et ressuage, le Saigerprocess des Allemands. Problème essentiel quand on sait l’importance du cuivre argentifère dans l’économie européenne de l’Europe au XVe et au début du XVIe s., lorsque l’argent reste la base de la fabrication de la monnaie, au temps où le cuivre devient une matière stratégique utile à la frappe des monnaies divisionnaires comme à la fonte des canons. Or, pour l’instant, nos connaissances en ce domaine, même si elles ont considérablement progressé au cours de ces dernières décennies, restent très théoriques, fondées sur des comptes ou sur le De re metallica d’Agricola publié seulement en 1556. Seuls la fouille et les travaux de laboratoire pourront apporter des réponses à ces questions. Or, le site de Pampailly peut proposer des solutions à ces problèmes comme à bien d’autres.

83 - Le Vernay rive gauche

83 - Le Vernay rive gauche

Atelier de traitement du plomb découvert en 1996

3Constat d’une étape plus que synthèse, ce livre permet cependant d’avancer un certain nombre d’hypothèses et même de conclusions. Tout d’abord, les résultats obtenus confirment la démarche initiale : il est impossible de retracer l’histoire de l’activité minière de la fin du Moyen Âge sans croiser les données fournies par le terrain, les textes et le laboratoire. Si, au départ de l’étude, se trouvent des documents laissés par le procès de Jacques Cœur et ses suites, le Journal du Procureur Dauvet et les Comptes de Pierre Granier, il n’a été possible de comprendre l’organisation spatiale de la production, les techniques mises en œuvre, les conditions de travail des mineurs, la culture technique des exploitants et la chronologie du site que grâce aux prospections, aux fouilles et aux analyses. À bien des points de vue, les opérations archéologiques menées sur le site ont été novatrices, que ce soit dans le domaine de la fouille d’une galerie d’accès à une mine, de l’utilisation de la géophysique sur un site minier ou encore de l’analyse des outils. L’étude des pointerolles des mineurs, l’outil du Moyen Âge et de la Renaissance sans doute le mieux connu, a commencé à Pampailly (fig. 84). Les recherches ont acquis un caractère archéologique de plus en plus prononcé au fil des années, mais sans que cesse jamais le dialogue entre les textes et le terrain. La qualité des sources, les Comptes et le Journal de Dauvet n’a jamais été remise en question par les données de l’archéologie, mais elles ont, cependant, conduit parfois à une lecture nouvelle, à la fois plus rigoureuse et plus nuancée, des documents. Certaines contradictions ont été résolues, ainsi en était-il du sommet de la montagne où devait se trouver le Puits du jour, ou encore de la surface de la forge du Vernay beaucoup plus petite que le bâtiment dégagé. En fait la surface concernée du Vernay n’était pas celle de la construction, mais plutôt d’un agrandissement et Dauvet ne considérait pas, dans sa description, le sommet de la colline, mais le point le plus haut du passage du filon à Pampailly. Surtout l’archéologie fournit des datations qui remettent en cause la vision qu’une interprétation trop rapide des textes, ou de leurs silences, avait imposée aux historiens. Il est maintenant évident que la mine restituée aux héritiers de Jacques Coeur n’était pas une entreprise en perdition, qu’elle a continué à fonctionner activement pendant des années, et que l’Argentier a très probablement repris, en 1444, une exploitation qui connaissait une certaine activité. Ainsi, pour intéressantes qu’elles soient par elles-mêmes, les méthodes utilisées à Pamapilly ont surtout l’intérêt d’avoir permis d’accéder à une connaissance d’une toute autre ampleur que celle des historiens qui se fondaient sur les seules sources écrites.

84 - Pointerolle du XVe s. retrouvée sur le site de Pampailly

84 - Pointerolle du XVe s. retrouvée sur le site de Pampailly

Macrographie de l’outil scié dans sa longueur, l’insert d’acier apparaît en clair.

4Il devient maintenant possible de replacer l’histoire de Pampailly dans un contexte plus large. Les recherches sur les mines de métaux non-ferreux du Moyen Âge et de la Renaissance se sont largement développées depuis une vingtaine d’années. Si à ce jour les mines du haut Moyen Âge, malgré les travaux en cours à Melle et quelques résultats obtenus dans les Vosges, restent encore mal connues, si les exploitations datées des XIe et XIIe s. ne commencent qu’à être perçues dans quelques régions et n’ont encore fait l’objet que de très rares publications, l’histoire de l’exploitation des métaux non ferreux aux XIIIe et XIVe s. a largement progressé. Malgré des sources écrites souvent lacunaires, il apparaît que les mines argentifères ont connu alors un développement important aussi bien en Europe centrale, en Bohême, en Forêt Noire ou dans le Harz, que dans la péninsule italienne en Toscane ou en Sardaigne. Dans ce contexte européen le territoire français actuel a participé à cet essor, sensible dans le Massif Central, les Pyrénées, mais plus particulièrement dans le monde alpin, à Brandesen-Oisans, à Hurtières ou à L’Argentière-la-Bessée. Au XIVe s., lorsque l’Occident s’enfonce dans une dépression d’une ampleur considérable, la crise frappe l’extraction minière : nombre de sites arrêtent leur production au milieu du XIVe s. Cependant, les besoins d’un état naissant, d’une économie menacée conduisent à la recherche de métal monétaire. C’est dans ces conditions que, profitant d’une rémission de la crise dans les années 1380, Jean Jossard lance à Pampailly une exploitation d’envergure sur un site déjà découvert sans doute par des paysans. L’intervention des capitaux urbains transforme un ensemble de points d’extraction sur les affleurements du filon en une vaste mine souterraine. Ce premier essor est brisé par une recrudescence des difficultés économiques et des troubles politiques, mais au terme de deux à trois décennies d’abandon, l’exploitation repart et Jacques Cœur, en bénéficiant de ses possibilités financières et de l’appui royal, relance l’entreprise dans une conjoncture nouvelle.

5Au milieu du XVe s., au moment où la croissance reprend, mais où l’Occident reste encore marquée par un siècle de difficultés extrêmes, l’activité minière européenne apparaît profondément modifiée. La production d’argent du monde alpin et méditerranéen s’effondre, alors que celle de l’Europe centrale, vieille terre de tradition métallurgique, se développe fortement au moment de la reprise. C’est dans ce monde que les exploitants de Pampailly vont chercher les sources de l’innovation. Des techniciens allemands apportent avec eux des techniques nouvelles, sans doute mises au point à la veille de la crise, mais qui n’avaient pu se développer faute du support d’une activité économique suffisante. Relancée avec des moyens importants, ceux de Jacques Cœur puis de la monarchie, Pampailly peut donc bénéficier des nouvelles techniques. Elles se manifestent dans le creusement du travers-banc du Vernay, longue galerie destinée d’abord à évacuer les eaux de la mine, mais qui devient grâce à la mise en place d’une voie de roulage portant de petits chariots de bois, un axe essentiel pour le transport de produits à l’intérieur d’une exploitation. Cette innovation, le roulage, est capitale, elle conditionne une nouvelle organisation de l’espace souterrain, la possibilité d’aller plus loin et plus profond, elle est un des fondements essentiels de la nouvelle organisation de l’espace minier souterrain, du système d’exploitation des mines de la Renaissance. Très sensibles dans les techniques minières, les innovations commencent à apparaître dans les opérations de traitement du minerai ; que ce soit dans le lavage, où des installations de systèmes complexes apparaissent, ou dans le traitement d’affinage du cuivre argentifère. Ainsi au XVe s. Pampailly se présente comme un site d’innovation, de façon certaine dans le domaine de la mine, et très probable dans celui de la métallurgie.

6L’innovation est tout aussi présente dans l’histoire de Pampailly au XVIIIe s. Là encore interviennent des capitaux urbains, ceux de Lyon apportés par l’association des Intéressés aux mines de cuivre du Lyonnais. Les Intéressés relancent, en quelques années, l’exploitation du site avec des techniques jusque-là très peu répandues sur le continent européen. Non dans l’extraction minière qui reprend largement les structures mises en place au XVe s. et se contente d’y appliquer des méthodes et des appareils connus depuis le XVIe ou le XVIIe s., ainsi l’abattage à la poudre et les pompes hydrauliques, mais bien dans le traitement des minerais. Sous l’influence de la famille Jars, Pampailly a été un des lieux où l’utilisation de la houille en métallurgie de base a été introduite en France. Alors que les frères Jars ont cherché à Chessy à réduire le minerai de cuivre avec du charbon de terre, c’est à Pampailly que, sans doute pour la première fois sur le territoire français, de la galène était traitée à la houille dans un four de réduction d’un type encore peu répandu, un four à sole de modèle anglais. Étape très importante sur la voie qui conduit à la généralisation de l’usage de la houille en métallurgie extractive, un des fondements de l’essor de la métallurgie au XIXe s.

Table des illustrations

Titre 83 - Le Vernay rive gauche
Légende Atelier de traitement du plomb découvert en 1996
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 84 - Pointerolle du XVe s. retrouvée sur le site de Pampailly
Légende Macrographie de l’outil scié dans sa longueur, l’insert d’acier apparaît en clair.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1811/img-2.png
Fichier image/png, 130k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access