Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Au XVIIIe siècle, la Révolution de la houille

Chapitre 5. Pampailly au XVIIIe siècle

Texte intégral

1Alors que l’enquête sur le site de Pampailly avait pour objectif la connaissance d’une grande exploitation minière et métallurgique à la fin du Moyen Âge, les aléas des découvertes archéologiques ont conduit à poursuivre la recherche jusqu’à la fin du XVIIIe s. Au départ, il s’agissait uniquement, dans notre esprit, d’effectuer correctement la fouille des couches supérieures du niveau médiéval, mais rapidement l’importance des vestiges mis au jour a imposé une étude plus complète. La chose était d’autant plus aisée que les travaux menés sur le site, s’ils échappaient chronologiquement au cadre que nous nous étions fixé, s’inscrivaient parfaitement dans notre problématique. Deux questions se posaient en effet. Il importait en premier lieu de savoir ce que le système d’exploitation des mines et les méthodes de traitement du minerai employées devaient aux techniques de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Par ailleurs, en présence des innovations révélées par la fouille, il s’agissait de connaître les raisons qui avaient fait abandonner les techniques anciennes, donc de percevoir dans le temps long leurs limites, et de saisir les modèles qui avaient pu alors être suivis, de la même manière qu’au dernier siècle du Moyen Âge l’influence du monde germanique avait fortement marqué l’exploitation (Benoit et Grandemange 1986, Benoit 1989, Benoit et Leclère 1994 et 1995, Benoit et Rendu 1989).

Les hommes de la reprise

2Les découvertes touchant à l’exploitation au XVIIIe s. ressortent de l’étude du porche et de la galerie du Vernay, où les vestiges de l’Epoque moderne recouvraient parfois ceux du Moyen Âge. Elles tiennent surtout aux fouilles réalisées au Vernay, sur l’emplacement d’installations métallurgiques. Dès 1981, des sondages sur le site présumé du martinet du Vernay avaient mis au jour des murs et de la céramique datée du XVIIIe s., caractéristiques d’un habitat. Les fouilles ont repris en 1987 et, au terme de sept années de travaux, ont dégagé un vaste ensemble de structures industrielles, allongé sur une centaine de mètres dans la vallée du Cosne, dominant le ruisseau sur un emplacement en partie creusé dans le versant de la colline et en partie construit en terrasse.

3À l’extrémité nord, une fosse rectangulaire allongée, perpendiculaire au ruisseau, a été identifiée comme l’emplacement d’une roue de moulin alimentée par-dessus. Elle est bordée au sud par un replat qui portait les traces d’installations de lavage. Plus au sud subsistent les restes d’une bâtisse arasée. On sait, par le cadastre napoléonien, que la maison a été occupée jusqu’aux environs de 1830. À l’extrémité sud du site enfin, un quatrième édifice, de plan grossièrement carré d’une dizaine de mètres de côté, contenait un four de réduction du plomb.

  • 79 L’étude palynologique a montré que la forêt était beaucoup moins abondante alors, que de nos jours. (...)

4Dernier indice d’une activité industrielle, l’omniprésence de la bruyère qui remplaçait la couverture arborée79. Ce sont là les vestiges d’une activité métallurgique dont les sources du XVIIIe s. permettent de fixer les débuts et de connaître, au moins partiellement, les acteurs.

Les intéressés aux mines de cuivre du lyonnais

  • 80 La biographie de Jars reste à écrire. Les auteurs ne sont même pas d’accord sur la naissance et le (...)

5Dans les régions proches de Lyon, comme dans toute l’Europe, la fin du XVIIIe s. a été marquée par un fort besoin de métaux. Pour répondre à la demande, il fallait à la fois trouver de nouveaux gisements de minerais et les moyens de les convertir en métal. L’est du Massif Central, vieille zone de production des métaux non-ferreux, connut alors une regain d’activité, encouragé par les concessions accordées par la monarchie. Les mines de plomb du Forez furent exploitées par la famille Blumenstein (Chermette 1989). Dans les Monts du Lyonnais et du Beaujolais, l’extraction reprit sur des sites tout ou partiellement abandonnés depuis le Moyen Âge. Le marchand de fer lyonnais Jean Blanchet obtenait en 1745 une concession qui lui accordait le monopole de l’exploitation du cuivre, du vitriol et de la couperose, dans un rayon de plus de 13 kilomètres autour de Saint-Pierre-la-Palud (Bourgoin 1985, Poyet 1861). L’année suivante, il fondait avec le métallurgiste Jars et le financier Pernon, l’association des Intéressés aux mines de cuivre du Lyonnais. L’exploitation de Pampailly au XVIIIe s. s’inscrit dans le cadre d’une grande entreprise, bénéficiant de capitaux importants, grâce à Blanchet et à Pernon, mais aussi à la présence d’ingénieurs de très haut niveau : les Jars. Le fondateur de l’association des Intéressés eut trois fils, dont deux impliqués dans le développement de l’entreprise. Le troisième Gabriel le Jeune, né à Lyon en 1732, est un personnage célèbre. Dès sa jeunesse, il entra à l’Ecole des Ponts et Chaussées, probablement en 175480. En 1757, le gouvernement l’envoya en tournée en Europe Centrale puis en Grande-Bretagne, pour prendre connaissance des techniques métallurgiques utilisées dans des pays d’ancienne tradition comme dans les régions où s’effectuait une véritable révolution industrielle. Correspondant de l’Académie des Sciences dès 1761, à vingt-neuf ans, il en devint membre à part entière en 1768, en même temps que Lavoisier dont il était le concurrent. À cette époque, il voyageait encore, non plus pour apprendre les secrets de l’étranger, mais pour porter la bonne parole dans les provinces du royaume. En août 1769, un coup de soleil le frappa au cours d’une de ses tournées ; il en mourut. Cette activité de métallurgiste officiel ne l’empêcha pas de mener des recherches « appliquées » dans les mines du Lyonnais où s’employaient ses frères, Gabriel l’Aîné et Antoine Gabriel (encart : les Voyages métallurgiques de Jars, p. 94).

  • 81 Datation en dendrochronologie obtenue en 1992, Archéolabs réf. RC92/R1264D.
  • 82 Il est possible que les recherches poursuivies dans les fonds des notaires locaux apportent un jour (...)

6Il est difficile de savoir combien de temps et dans quelles conditions ces hommes exploitèrent le site. Blanchet fit rouvrir la mine en 1764 et, pour les auteurs du XIXe s., Pampailly aurait cessé de produire en 1772, année au cours de laquelle les Intéressés ont abandonné le site (Poyet 1861, Fournet 1861). Cependant, les données de l’archéologie infirment cette idée, puisque des boisages du porche d’entrée ont été datés de 178681. Il est donc raisonnable de penser que Pampailly a été exploitée jusqu’à la veille de la Révolution, dans des conditions que les sources écrites ne permettent pas d’élucider entièrement. Il est probable que les Jars restèrent impliqués dans l’affaire, puisque le cadastre de 1826 porte plusieurs propriétés à leur nom sur des terrains industriels82.

7Encore une fois, la mine de Pampailly a bénéficié de l’apport de capitaux lyonnais, mais, à la différence de ce qui s’est produit au Moyen Âge, jamais l’intérêt qu’elle a suscité auprès des industriels ou des banquiers n’a dépassé le niveau régional. En revanche, la présence de la famille Jars a certainement été un facteur essentiel, permettant d’expliquer l’importance novatrice du site.

Des mineurs et des métallurgistes mal connus

  • 83 Dépouillements effectués par Martine Rege-Gianas et Bruno Chazallet.
  • 84 Samuel Berger apparaît à cinq reprises dans le registre paroissial de Brussieu, il est d’abord qual (...)

8À la différence des propriétaires de l’entreprise, les mineurs et les métallurgistes du temps de la reprise de l’activité minière restent beaucoup moins bien connus que leurs prédécesseurs du XVe s. Les registres paroissiaux contiennent, dans les mines liées à la série de la Brévenne, de nombreuses indications concernant les mineurs de Saint-Pierre-la-Palud et de Sain-Bel, mais beaucoup plus rarement relatives à Brussieu. Huit noms seulement apparaissent, dont un ouvrier maçon mort accidentellement sur le site. Les autres apparaissent comme mineurs, maréchal ou forgeron. Parmi eux, deux portent des noms français. L’un est qualifié de mineur à Chevinay, village situé à une dizaine de kilomètres de Brussieu et l’autre, d’ouvrier aux mines de cuivre et de plomb, est originaire de Saint-Germain-Laval en Forez, à environ 40 km. Les cinq derniers portent des noms germaniques, trois sont originaires de Sainte-Marie-aux-Mines. Leur qualification semble supérieure, puisqu’à côté de deux ouvriers mineurs sont cités un maréchal et deux maîtres mineurs dont un à Saint-Pierre-la-Palud83. Au moins dans un cas, la famille s’est établie, puisque Samuel Chesre, dit aussi Berger, originaire de Sainte-Marie-aux-Mines, fils du maître mineur de Saint-Pierre, a abjuré l’hérésie calviniste pour se convertir au catholicisme avant d’ouvrir une auberge84. Les registres paroissiaux, de par leur nature, ne portent aucune indication touchant les mineurs dont le passage sur le site n’est marqué ni par un mariage, ni un décès, ni un baptême, ou, cas plus rare, une abjuration. L’inscription de trois noms gravés sur une porte en bois confirme la présence sur le site d’ouvriers allemands inconnus des autres sources écrites (fig. 59).

59 - Porte de ferme en bois retrouvée à Brussieu avec les noms de trois ouvriers Allemands : Joseph Worez, Fincenz Huefholz et Pilsic, l’orthographe de ce dernier nom demeure incertaine

59 - Porte de ferme en bois retrouvée à Brussieu avec les noms de trois ouvriers Allemands : Joseph Worez, Fincenz Huefholz et Pilsic, l’orthographe de ce dernier nom demeure incertaine

Le nom de Joseph Worez se retrouve, gravé dans le pierre, sur le soubassement de la croix du lieu-dit le Chambeau, à la sortie du village, sur le chemin menant à la mine. Renseignements communiqués par B. Chazallet

Les voyages métallurgiques de Jars
De son vivant, Gabriel Jars a rédigé des rapports concernant ses voyages à travers l’Europe. Il présenta ces communications devant les différentes sociétés dont il était membre. En 1761 il avait été élu membre associé de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon et correspondant de l’Académie Royale des Sciences de Paris, quatre ans plus tard, en 1765, il fut honoré de la même fonction à la Royal Society of Arts de Londres avant d’être élu membre de l’Académie des Sciences en 1768. À la mort du grand métallurgiste, son frère Gabriel l’Aîné, métallurgiste et écrivain lui aussi, puisqu’on lui doit plusieurs mémoires présentés à l’Académie
de Lyon, portant en particulier sur l’usage de la houille en métallurgie et le traitement des minerais de cuivre, rassembla les œuvres du défunt et les publia chez Regnault à Lyon, en trois volumes, la parution s’échelonna de 1774 à 1781 (fig. 4).
L’ouvrage, connu depuis sous le nom de Voyages métallurgiques, possédait en fait le titre de Voyages métallurgiques ou recherches et observations sur les mines et forges de fer, la fabrication de l’acier, celle du fer-blanc, et sur plusieurs mines de charbon de terre, faites depuis l’année 1757 jusques et y compris l’année 1769, en Allemagne, Suède, Norwege, Angleterre et Ecosse. Suivies d’un mémoire sur la circulation de l’aire dans les mines et d’une notice sur la jurisprudence dans les mines de charbon dans le pays de Liège, la province de Limbourg et le comté de Namur. Le titre, malgré sa longueur, ne donnait qu’une idée partielle de l’œuvre puisque plusieurs mémoires traitent des non-ferreux.
Après la dédicace et la préface, l’ouvrage contient un Eloge à M. Jars, prononcé à l’Académie Royale des Sciences de Paris, le 23 avril 1770 par M. de Pouchy, secrétaire perpétuel, qui est encore une des meilleures sources sur la vie du grand métallurgiste. Les œuvres de Jars débutent par un Premier Mémoire servant d’introduction, ou Dissertation sur le fer et l’acier, qui présente les idées de Jars sur la nature du fer et de l’acier, sujet alors débattu. Suivent ensuite différents mémoires d’importance très inégale qui décrivent les exploitations minières et métallurgiques, les techniques mises en œuvre, mais aussi, parfois, la juridiction régissant ces activités dans différents pays. Les textes sont accompagnés de gravures de grande qualité. Les Voyages métallurgiques de Jars constituent une des meilleures sources pour la connaissance de l’extraction des minerais et de la production des métaux en Europe dans la seconde moitié du XVIIIe s.

9La vie de ces mineurs et de ces métallurgistes nous échappe en grande partie, cependant certains habitaient sur le site. En effet, la fouille de la maison d’habitation située entre les installations de lavage et le four de réduction du Vernay apporte des données sur leur genre de vie, malgré la destruction du sol d’habitation et de tous les aménagements intérieurs. Le bâtiment comprend deux pièces de 4,50 m sur 5 m sans liaison entre elles (fig. 72, martinet 3). L’existence d’un étage apparaît peu probable selon le résultat de la fouille. On peut supposer donc qu’il s’agissait là de logements de petites dimensions mais relativement soignés, puisque les murs étaient enduits à l’intérieur. Des tessons ont été relevés en abondance, dans la maison, mais aussi dans les couches d’effondrement retrouvées devant les vestiges du mur de façade. Ils témoignent d’un habitat : vaisselle de cuisine dont un pot tripode allant au feu, des poêlons et des casseroles, de la vaisselle de table, des jattes, une assiette, de nombreuses écuelles, des pots à conserve et même un récipient percé de trous qui n’est rien d’autre qu’une faisselle à égoutter le fromage (cf. annexe céramique en fin de volume) (fig. 60). Les couches de destruction de cette maison ont livré la majeure partie, environ 65 %, de la céramique du site. La quasi-totalité des tessons du XVIIIe s. ramassée à Pampailly est glaçurée (93,2 % des tessons) et engobée (89,5 %). Les décors abondent, principalement les décors géométriques qui marquent la poterie la plus abondante sur le site et qui est commune à toute la région et même à d’autres provinces. Se distinguent certaines productions de faïence, à vrai dire assez rare, et de céramiques venues de centres connus, mais relativement éloignés : Meillonas, près de Bourg-en-Bresse et Lamage dans la Drôme. Par ses caractéristiques, la céramique retrouvée à Pampailly ne se distingue en rien de celle qu’employaient à l’époque les habitants de Lyon et des agglomérations voisines (Faure-Boucharlat et alii 1996 ; cf. annexe).

60 - Écuelles à oreilles retrouvées dans la maison d’habitation

60 - Écuelles à oreilles retrouvées dans la maison d’habitation

10Malgré les faiblesses de la documentation écrite, on retrouve à Pampailly au XVIIIe s. une population ouvrière dont certains traits rappellent ceux des travailleurs de la fin du Moyen Âge : la présence d’ouvriers qualifiés d’origine germanique s’accompagne de signes d’un niveau de vie loin de la misère. Il est malheureusement difficile d’aller au-delà.

Notes

79 L’étude palynologique a montré que la forêt était beaucoup moins abondante alors, que de nos jours. L’espèce la plus représentée à la fin du XVIIIe s. était la bruyère et parmi les arbres, le pin ; or le pollen de pin peut voyager sur de grandes distances. En 1990, la bruyère avait disparu et la végétation était celle d’une forêt où dominent les chênes, viennent ensuite les charmes et les noisetiers, Archéolabs réf. ARC90/R888P.

80 La biographie de Jars reste à écrire. Les auteurs ne sont même pas d’accord sur la naissance et le nombre des frères Jars ; pour Fournet (Fournet 1861) suivi par Chermette (Chermette 1981), le grand métallurgiste serait le troisième des frères, alors que pour Bourgoin, et Bishop, auteurs de la notice Jars Antoine Gabriel, du Dictionary of scientific Biographies, publié sous la direction de Gillispie C.C., il serait le second. La première hypothèse est à retenir (communication P. O. Ducreux).

81 Datation en dendrochronologie obtenue en 1992, Archéolabs réf. RC92/R1264D.

82 Il est possible que les recherches poursuivies dans les fonds des notaires locaux apportent un jour des précisions sur cette affaire. Il est cependant à noter que la famille Jars se trouvait, selon le cadastre de Brussieu de 1826, propriétaire en nom propre de terrains ayant appartenu aux "Intéressés". L’hypothèse d’une reprise de l’exploitation par un groupe d’hommes, dont les Jars, est à retenir.

83 Dépouillements effectués par Martine Rege-Gianas et Bruno Chazallet.

84 Samuel Berger apparaît à cinq reprises dans le registre paroissial de Brussieu, il est d’abord qualifié de maréchal (1769), puis de maréchal et cabaretier (1774), aubergiste ensuite pour retrouver enfin le statut de maréchal (1777).

Table des illustrations

Titre 59 - Porte de ferme en bois retrouvée à Brussieu avec les noms de trois ouvriers Allemands : Joseph Worez, Fincenz Huefholz et Pilsic, l’orthographe de ce dernier nom demeure incertaine
Légende Le nom de Joseph Worez se retrouve, gravé dans le pierre, sur le soubassement de la croix du lieu-dit le Chambeau, à la sortie du village, sur le chemin menant à la mine. Renseignements communiqués par B. Chazallet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre 60 - Écuelles à oreilles retrouvées dans la maison d’habitation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access