Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Chapitre 1. Pampailly au XVe siècle, lieu d’innovation

Texte intégral

  • 5 Il est venu à notre cognoisance que en nostre Seneschaulcée de Lyon a grant quantité de mynes et my (...)

1L’intérêt de la monarchie pour les mines de la région située à l’ouest de Lyon est antérieur à son intervention à Pampailly. Lorsque Charles VI décida, en 1413, de transporter l’atelier monétaire de Mâcon à Lyon, il expliquait sa décision par le fait que la région lyonnaise produisait plus d’argent que toutes les autres contrées du royaume5. De fait, les mines abondent dans le secteur, que ce soit dans les Monts du Lyonnais ou ceux du Beaujolais (fig. 10) (Deroin et Benoit 1992). Dans le district métallogénique, le type de gisement dominant est l’amas sulfuré stratiforme, comme à Chessy ou à Sain-Bel, dont les composants principaux sont les pyrites et les cuivres gris. Mais la galène* n’est pas absente ; on la retrouve dans des gisements de moindre importance, par leurs dimensions, contenue dans des filons à gangue* barytique ou quartzeuse. Ces filons, parfois de très médiocre volume, sont éparpillés dans tout le secteur. Certains, en raison de leur exiguïté, ne sont connus que par les archives, d’autres, en revanche, possédaient une importance telle qu’ils ont été exploités durant des siècles. Il en va ainsi des mines de Chessy et de l’ensemble formé par Sain-Bel et Saint-Pierre-la-Palud, où les minerais, d’abord extraits pour le cuivre, l’ont été du milieu du XIXe au milieu du XXe s., pour fournir de l’acide sulfurique (Bourgoin 1985 et 1989). Si, dans l’état actuel de nos connaissances, ces gisements ne semblent pas avoir été exploités à l’époque gallo-romaine, de nombreux gîtes filoniens secondaires étaient en activité à la fin du Moyen Âge dans les pays de la Brévenne et au voisinage. Valtorte, en Beaujolais, produisait du vitriol, c’est-à-dire du sulfate de cuivre, dans les trois dernières décennies du XVe s. et au début du XVIe s. (Bautier 1975), mais les sources fiscales ont surtout retenu la production d’argent. La mine d’Ancy, à une dizaine de kilomètres au nord de Pampailly, a connu au tournant du XVe s. une période d’activité relativement importante, passant de 30 marcs d’argent livrés en 1495, à 143 marcs en 1500, apogée d’une entreprise certainement rentable, mais dont l’activité n’a dû guère dépasser quelques décennies (Debombourg 1877). Les comptes de Pierre Granier, qui cumulait la direction de Pampailly et la recette des mines du Lyonnais, permettent d’établir la liste des mines qui ont produit dans les années 1455, 1456 et 1457 (tableau 1).

10 - Les mines du Lyonnais et du Beaujolais dans leur environnement géologique

10 - Les mines du Lyonnais et du Beaujolais dans leur environnement géologique

1 : Couverture mésozoïque et cénozoïque
2 : Stéphanien
3 : Rhyodacites
4 : Tufs volcano-sédimentaires
5 : Basaltes et spilites
6 : Serie de la Brevenne et groupe de Violay
7 : Granites hercyniens
8 : Gneiss des Monts du Lyonnais

Tableau 1. La production d’argent des mines du Lyonnais d’après les comptes de Pierre Granier

Tableau 1. La production d’argent des mines du Lyonnais d’après les comptes de Pierre Granier

Les poids sont exprimés en marcs, onces et deniers. Les valeurs en livres, sous, deniers tournois et oboles.

Naissance et développement d’une grande mine d’argent

  • 6 Au milieu du XIVe s., les mines d'Hurtière n'ont jamais produit plus de 12 kg d'argent, mais 60 t. (...)

2Hormis Joux, situé à 20 km au nord-ouest de Pampailly et Savigny, ces exploitations avaient une production très médiocre. À Pampailly, le salaire d’un ouvrier de martel français, c’est-à-dire d’un mineur qualifié, se montait, en moyenne, à 19 livres par an, soit une somme dépassant de la moitié ce qu’Etienne Bourguignon tirait de la mine de La Bâtie. Quant aux 13 livres 2 sous 6 deniers tirés de la nouvelle mine de Villechenêve, ils ne permettaient pas à un ménage de vivre ; l’exploitation minière n’était, ici, que le complément d’une autre activité. De plus, cette production s’avérait très irrégulière : des mines ne sont citées qu’une seule année sur les trois, alors que les mines de dimensions moyennes, comme celles d’Ancy, de Savigny et plus encore de Joux, autre propriété de Jacques Cœur, avaient une production plus importante et plus régulière. Or, Pampailly tranche par rapport à toutes ces exploitations. En 1454, elle fournissait neuf fois plus d’argent que la mine de Joux, seconde par la valeur du métal extrait. Avec plus de 900 marcs d’argent portés à la monnaie de Lyon en 1455, Pampailly se situe au premier rang des mines françaises, à un niveau très honorable parmi les mines européennes du XVe s.6.

Un filon de plomb argentifère dans les monts du lyonnais

3La colline de Pampailly s’élève au sein de la commune de Brussieu, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Lyon. Elle atteint 519 m, altitude médiocre, mais l’inclinaison des versants confère au pays une allure de moyenne montagne. Le Cosne, ruisseau venu de l’ouest, contourne la colline à des altitudes de 400 m à 350 m d’ouest en est (fig. 7). Sa pente est forte, environ 4 % dans le secteur de la mine, avec des ruptures bien marquées. Ces dénivellations, beaucoup plus que le débit, mettent à la disposition un potentiel hydraulique que les hommes ont su exploiter. Sur la carte de Cassini, quatre moulins apparaissent sur le Cosne à proximité de la mine et le moulin de Charfetian a fonctionné jusqu’au début du XXe s.

  • 7 Observations faites par Jean-Paul Bravard, professeur de géomorphologie à l'Université de Paris IV.

4Un relief est marqué par l’érosion périglaciaire, par l’ampleur du colluvionnement, qui masque autant les vestiges archéologiques et que certaines formes, héritées du passé géologique. L’importance des recouvrements s’avère très sensible au Vernay ; sur les fortes pentes un ruissellement intense entraîne encore aujourd’hui des quantités de colluvions, fait dont les métallurgistes ont dû tenir compte lors de l’exploitation7.

Pampailly appartient à l’ensemble géologique connu sous le nom de série de la Brévenne, ensemble volcano-sédimentaire d’âge dévonien. L’histoire de Pampailly remonte à plus de 300 millions d’années, lorsque des épanchements de laves sous-marines donnèrent naissance à la série de la Brévenne (fig. 10). Ces laves pouvaient être acides, de type rhyolite, ou basiques, de type basalte : la galerie du Vernay se situe sur le contact entre laves acides et basiques. À l’époque tardi-hercynienne, une fracturation orientée Ν 35° affecta l’ensemble : la minéralisation des failles se limita à quelques filonets de calcite, et parfois de baryte, recoupant les roches mises en place antérieurement. Le système de failles fut affecté ensuite par des mouvements qui conduisirent à un décrochement senestre, visible à l’examen précis des filonets calciques. Ce premier système de failles fut recoupé par un accident plus nettement marqué, de direction Ν 104°. La faille subit par la suite des mouvements de compression et de décompression qui favorisèrent la circulation hydrothermale en certaines zones : le gîte se présente sous la forme d’un filon de type lenticulaire, c’est-à-dire que. sur la faille, des zones minéralisées alternent avec des secteurs stériles. Dans les quartiers qui se situent sous le Puits du Jour, l’approfondissement de l’exploitation correspond certainement à des concentrations de minerais importantes, alors que 200 m plus à l’est, seul lieu où la faille porteuse du filon soit accessible, un remplissage de mylonite ne comprend d’autres minéralisations que d’infimes parcelles de calcite (fig. 11) (Deroin et Benoit 1992).

11 - La faille portant le filon au lieu de contact avec la galerie du Vernay

11 - La faille portant le filon au lieu de contact avec la galerie du Vernay

Aucune minéralisation exploitable n’est perceptible

  • 8 0,6 % dans le Haut-Altenberg à Sainte-Marie-aux-Mines (Fluck 1990) ; 0,10 % dans le baillage de Sai (...)
  • 9 Les échantillons ne fournissent, bien sûr, qu'une simple indication. Les chances que les mineurs ai (...)

La confrontation des textes avec les données du terrain et du laboratoire permet de se faire une idée des minerais extraits et de l’organisation de l’exploitation. En prenant pour base de calcul le rapport entre la production d’argent et celle de plomb, connues à travers les comptes, le minerai le plus répandu, la mine de glace de l’inventaire de Dauvet, aurait eu des teneurs de 0,22 % à 0,32 % d’argent avant tout traitement, teneurs remarquables qui dépassent celles qui sont connues dans la plupart des sites du Moyen Âge et de la Renaissance8. Les inventaires contenus dans le Journal de Dauvet signalent l’existence de différents types de minerais : la mine de glace, la mine de terre, la mine grasse et la mine cuivreuse. Les termes peuvent sembler vagues, mais l’analyse des échantillons découverts sur les haldes, dans le décombrement du Puits du Jour ou encore dans la fouille du porche du Vernay, autorise une interprétation. La paragénèse principale, étudiée à partir d’une dizaine de sections polies, est constituée de sulfures disséminés dans les micro géodes d’un gel siliceux, liant les éléments d’une brèche à dominante barytique (fig 12). Ces sulfures sont essentiellement de la galène argentifère, associée à un cortège de minéraux d’altération du plomb, de la chalcopyrite, toujours altérée dans les échantillons étudiés, de la chalcosite, de la pyrite et des cuivres gris à fort pouvoir réflecteur, probablement de la freibergite, minéral contenant une proportion d’argent non négligeable. L’examen au microscope électronique à balayage (M.E.B.) d’un échantillon retrouvé en surface, montre de très fortes concentrations d’argent lié au cuivre, en limite de la galène (fig. 13) (Deroin et Benoit 1992). Cette paragénèse, caractéristique de processus hydrothermaux superficiels, correspond à la mine de glace des mineurs du XVe s., un minerai contenu dans une gangue baryto-siliceuse. Riche en argent, ce minerai apparaît, à travers les échantillons retrouvés, très disséminé dans la gangue9. La mine grasse doit être assimilée à la mine de terre, il s’agit de la recomposition des éléments bréchiques dans un remplissage argileux, tel que celui qui se rencontre dans la fracture Ν 104°, à l’extrémité de la galerie du Vernay. Entre ce point et le Puits du Jour, dans un milieu en grande partie stérile, les mineurs ont découvert des concentrations intéressantes, puisqu’en 1456 la partie occidentale du Vernay a produit 7 marcs une once d’argent, représentant une valeur de 62 livres 15 sous. C’est très certainement du minerai de ce type qu’ont extrait les ouvriers chargés de creuser la galerie du Vernay (Comptes, 1603 et 1676-1678). L’interprétation du terme mine cuivreuse est plus délicate. Les inventaires de 1454 et 1455 mentionnent un tel produit, qui est souvent associé à la présence de lait de mine (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 261 et 301). La production de cuivre disparaît ensuite à Pampailly, pour reprendre en 1457. Le cuivre était donc un métal peu fréquent, qui semble avoir été extrait surtout des quartiers les plus profonds, atteints tardivement. Par ailleurs, la prospection de surface a livré un échantillon, malheureusement unique, formé de sulfures de cuivre et de zinc, qui rappelle le minerai typique d’un amas sulfuré. Le lait de mine des inventaires et des comptes pourrait bien provenir d’un alliage avec le zinc lors du traitement des minerais cuivreux. Au XVe s., les métallurgistes ne savaient pas isoler ce métal, mais si l’hypothèse est exacte, ils possédaient les moyens d’en extraire le cuivre que ce produit intermédiaire contenait (Comptes, 517, 695, 1394-1395, 1397-1398, 1627, etc.). L’hypothèse selon laquelle les mineurs de Pampailly auraient atteint un amas sulfuré sous le filon qui en serait l’émanation, devient donc très plausible. Elle rattacherait ainsi le site de Pampailly aux gisements voisins de Chessy et de Saint-Pierre-la-Palud. On sait, par ailleurs, que les filons de plomb argentifère, qui ont fait la richesse d’Iglésias dans la Sardaigne médiévale, émanent d’amas sulfurés exploités plus tard pour leur zinc.

12 - Minerai de Pampailly vu à la loupe binoculaire

12 - Minerai de Pampailly vu à la loupe binoculaire

13 - Échantillon de minerai vu au microscope électronique à balayage

13 - Échantillon de minerai vu au microscope électronique à balayage

Les points blancs correspondent à une forte concentration d’argent qui se trouve, lié au cuivre, en limite de la galène

5Au total, un filon riche en argent, mais où le minerai est souvent disséminé dans la gangue, et qui offre des possibilités d’extraire du cuivre ; un produit de plus en plus recherché dans la deuxième moitié du XVe s. (Benoit 1994 c).

De l’initiative rurale à l’intervention des capitaux urbains

  • 10 Une exploitation antérieure des affleurements est possible. Voir l'encart sur les charbonnières.
  • 11 De telles tranchées d'extraction, Verhau pour les Allemands, sont caractéristiques du début d'une e (...)
  • 12 Cette affirmation s'appuie sur les résultats des prospections, qui ont localisé un alignement de ha (...)

6Les dépilages* à ciel ouvert retrouvés sur le versant occidental de la colline prouvent que le filon affleurait, mais dans l’état actuel de la recherche, il est difficile de dater les débuts de l’extraction (encart : les charbonnières, p. 28). Les premières certitudes d’une exploitation sont données par des textes de la fin du XIVe s.10. En 1385, le prieuré de Saint-Irénée de Lyon achetait au seigneur de Chamousset une mine de plomb in loco vocato Pampalieu. Mais c’est Hugues Jossard qui fit la fortune du site, en même temps que la sienne. Fils d’un marchand de la petite ville voisine de l’Arbresle, il avait fait ses études de droit. Notaire de l’archevêque, il était passé au service du roi. En 1385, il se fit donner, en échange de services rendus, toutes les mines qu’un habitant de Brussieu possédait. En 1391, un villageois de Bessenay, la paroisse voisine, lui vendit une autre mine, des terrains en bordure du Cosne, parcelles destinées à l’édification d’une fonderie et d’une affinerie, et les bois nécessaires au fonctionnement de ces ateliers. Un an après, en 1392, il acquérait une nouvelle mine pour 60 sous. Il n’était cependant pas le seul à s’intéresser au site. En 1396, un autre habitant de Lyon y acheta une mine, pour 10 livres, à un charpentier de la même ville. Ainsi, au moment où les premiers textes signalent l’existence d’une extraction, Pampailly possédait déjà au moins cinq exploitations. Toutes, sauf une, appartenaient à des habitants du voisinage, trois à des paysans, une au seigneur de Chamousset. Seule la dernière était possédée par un artisan lyonnais. Dans les deux cas où leur valeur est connue, elle demeure faible : trois et dix livres tournois. Les textes ne fournissent que de maigres renseignements sur leur localisation : elles sont situées du côté du lieu-dit Cosne, c’est-à-dire sur le versant ouest (Fédou 1954 et 1964). Or, sur la pente qui descend du sommet de Pampailly vers le ruisseau, des traces d’exploitations anciennes sont perceptibles : déchets d’extraction, sol irrégulier, terres médiocres abandonnées au bois au milieu des prairies. Les résultats des prospections au sol ne permettaient guère d’aller au-delà de présomptions ; le travail des hommes a complètement remodelé les vestiges miniers. Les haldes, réutilisées pour les fondations des maisons ou l’entretien des chemins, avaient été en grande partie détruites, ce qui en restait, repoussé sur les bordures des champs. En revanche, les prospections et les sondages de l’Asturienne des mines, dans les années 1970, signalaient, en sous-sol, la présence du filon. Deux sondages effectués en juillet 1989 ont mis en évidence l’existence d’une tranchée à ciel ouvert, comblée par des haldes et des déblais d’épierrement des champs (fig. 14, 15). Il s’agit, de toute évidence, d’un travail minier ancien, une de ces exploitations à ciel ouvert sur l’affleurement du filon, comme il en a existé de nombreuses au Moyen Âge. Ainsi se trouve renforcée l’hypothèse selon laquelle les premiers travaux d’extraction à Pampailly se seraient développés par tranchées, puits ou galeries de médiocre importance sur l’axe du filon, comme des travaux récents l’ont montré à Brandes ou à Sainte-Marie-aux-Mines11. Les fouilles à venir permettront, peut-être, de caractériser ces exploitations, d’en connaître l’importance, de savoir si elles aboutissent à des puits ou à des galeries proches de la surface, donc de mieux comprendre les techniques employées. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’il s’agit des vestiges des premiers sites d’extraction installés sur l’affleurement du filon12. Ils permettent de se représenter ce qu’étaient les petites exploitations sur lesquelles Hugues Jossard avait mis la main à la fin du XIVe s. : des tranchées ouvertes avec des outils qui ne devaient guère différer de ceux des agriculteurs. La pioche servait à ouvrir le sol, la pelle et la houe à dégager les déblais. Seuls outils spécifiques, le marteau et la pointerolle brisaient la roche dure et extrayaient le minerai. Les connaissances techniques demeuraient très limitées, l’exploitation n’exigeait aucune infrastructure importante. Il n’était nullement nécessaire d’investir des capitaux pour produire, un travail intermittent était possible : l’activité minière pouvait être une activité d’appoint pour celui qui avait la chance de découvrir un affleurement sur ses terres. Par contre, les quantités extraites restaient faibles et les possibilités d’extension limitées.

Les Charbonnières
À 140 m en amont de la forge du Vernay, des sondages effectués en 1992 pour retrouver des installations hydrauliques situées en contrebas d’un bief, dont l’usage reste pour l’instant inconnu, ont mis au jour des couches contenant du charbon de bois en abondance. Une première datation par radiocarbone a indiqué qu’il s’agissait là de vestiges remontant probablement au premier siècle avant J.-C. Une fouille a donc été entreprise en 1993 et 1994 pour comprendre la nature de ces vestiges, l’hypothèse d’une activité métallurgique très ancienne s’avérant toujours possible.
Les fouilles ont dégagé des structures originales. Perpendiculairement au Cosne, deux tranchées parallèles d’une dizaine de mètres de long et d’une soixantaine de centimètres de profondeur maximum, encadraient un espace délimité par des blocs de pierre formant des alignements aménagés grossièrement. Les structures ont été creusées dans une plate-forme empierrée, en pente douce, comparable à celle qui a été retrouvée dans le sondage effectué entre les installations métallurgiques et la mine au Vernay. La mise en place de ces plates-formes, d’origine naturelle, remonte au périglaciaire. Le profil des tranchées n’est pas strictement horizontal mais suit la pente générale du sol. La tranchée nord (charbonnière 1) est légèrement plus étroite que la tranchée sud, (charbonnière 3). Le remplissage des tranchées se composait de charbons de bois dans une matrice de terre grisâtre argilo-sableuse avec des inclusions de cailloux. Par endroits des lits charbonneux ou terreux se distinguent, mais il est impossible de les suivre sur plus de quelques centimètres. La charbonnière 3 contient un sol rubéfié interstratifié à l’intérieur des lits de charbon. Les fonds, dans la partie amont, portent la marque d’une forte rubéfaction. De toute évidence, ces tranchées sont des charbonnières, fosses destinées à produire du charbon de bois, d’un type jusqu’ici inconnu. Entre les deux charbonnières s’étend un espace plus large, dénommé charbonnière 2, contenant lui aussi du charbon et possédant un sol partiellement rubéfié.
Les charbons retrouvés dans les fosses présentent une grande hétérogénéité de calibre, comme le sont habituellement les produits du charbonnage aux époques anciennes. Aucun tri du bois n’a eu lieu avant qu’il soit soumis à la pyrolyse. La présence d’une couche intermédiaire rubéfiée dans la charbonnière 3 manifeste un arrêt puis une reprise, alors que l’alternance des couches prouve la répétition des opérations.
Entre ces deux fosses, indiscutablement charbonnières, s’étend un espace grossièrement rectangulaire dont l’utilisation reste à déterminer. Des rangs de pierres délimitent ses quatre côtés, environ 10 m en longueur pour 2 m en largeur. Ces alignements, formés parfois de blocs de grosses dimensions, sont anthropiques. Les couches issues des charbonnières 1 et 2 remontent sur les pierres, les recouvrent parfois. L’espace intérieur apparaît donc comme plus ancien que les fosses latérales. Le sol porte d’importantes traces de rubéfaction prouvant une utilisation répétée. Après plusieurs usages, le sol a été réaménagé en faisant disparaître les rubéfactions dans la partie centrale. L’épaisseur de charbon est moindre que dans les fosses, en général 2 à 3 cm, sauf à l’extrémité basse où le charbon s’accumule sur une épaisseur d’environ 20 cm. Les fragments retrouvés sont beaucoup mieux calibrés que dans les tranchées latérales. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une charbonnière d’un type différent. La structure est une fosse, nettement moins profonde que les tranchées qui la bordent, dans laquelle les charbonniers déposaient le bois sélectionné en fonction de son diamètre comme dans une meule moderne.
Les premières datations, effectuées lors des sondages de 1992, fournissaient des résultats compatibles avec la stratigraphie. L’ancienneté d’exploitation de la charbonnière 2 a été confirmée par l’analyse des prélèvements faits en fouille, puisque deux analyses ont donné respectivement 335-1 B.C. et 350 B.C.-30 A.D. Les charbons des tranchées latérales datent d’époque nettement plus récente ; le seul échantillon de la charbonnière 1 se situe entre 130 et 80 B.C. alors que ceux de la charbonnière 3 ont été carbonisés entre 235-85 B.C. pour le prélèvement effectué dans la couche supérieure et entre 230 BC-85 A.D. pour le fond de la tranchée.
Il apparaît donc que le site a connu deux phases de charbonnage qui se sont succédé à La Tène, la seconde correspondant à la fin de l’Indépendance. À ces deux phases correspondent des techniques différentes.
Il est pour l’instant difficile de relier ces faits à l’histoire du site. La diversité des techniques charbonnières à l’époque gauloise semble évidente. Ce charbon était-il destiné à une production métallurgique ? La réponse à une telle question demeure pour l’instant impossible. Tant que les fouilles, en particulier celles qui doivent se développer sur le versant ouest de la colline, n’auront pas donné d’éléments de datation pour les débuts de l’exploitation minière, il faudra s’en tenir à une prudente réserve.

14 - Bois des haldes, coupe nord-sud d’une tranchée d’exploitation sur le versant ouest de la colline de Pampailly

14 - Bois des haldes, coupe nord-sud d’une tranchée d’exploitation sur le versant ouest de la colline de Pampailly

1 : couche humide
2 : halde récente et empierrement
3 : terre et cailloux
4 : couche caillouteuse à forte teneur en minerai
5 : halde plus ou moins terreuse
6 : grosse pierre
7 : couche grise
8 : roche en place.

15 - Vue d’un sondage effectuée dans la longueur d’une tranchée d’exploitation à ciel ouvert sur le versant ouest de la colline de Pampailly

15 - Vue d’un sondage effectuée dans la longueur d’une tranchée d’exploitation à ciel ouvert sur le versant ouest de la colline de Pampailly
  • 13 M.-Th. Lorcin, résume ainsi la situation : [...] les textes ne sont pas aussi explicites qu'on le v (...)
  • 14 Une telle définition se déduit de la lecture des équipements des martinets dans le Journal de Dauve (...)

7L’importance du gisement attira les capitaux urbains, en un moment où la grande crise européenne connut une phase de rémission, où le besoin d’argent de la monarchie comme des particuliers se faisait particulièrement sentir, où la paix et la relative stabilité permettaient d’espérer des profits13. Pampailly se trouvait à l’extrême limite de la zone où les Lyonnais investissaient à la campagne ; les archives ne laissent percevoir aucun placement en rentes dans le voisinage et seulement d’exceptionnels placements en terre. Les Lyonnais s’intéressaient aux campagnes plus proches de la ville (Lorcin 1974, pp. 369-414 et 531-535). Or, avec Hugues Jossard, les capitaux urbains arrivèrent en quantité. Il faut y voir une volonté délibérée d’exploiter les richesses minières. En acquérant, en 1391, des bois et des terrains au bord du ruisseau, c’est-à-dire l’accès à l’énergie et au combustible, il avait montré qu’il songeait à ne pas se contenter de l’extraction du minerai, mais bien aussi de sa transformation. Trois ans plus tard, il fondait une association avec quatre autres habitants de Lyon, dont un orfèvre d’origine allemande, Jacquemet de Fribourg, et un riche changeur, Humbert Vialet, deux spécialistes du travail et du trafic des métaux précieux. Hugues Jossard tenait la première place dans cette association, dont il percevait plus du tiers de bénéfices (Fédou 1954, Rendu 1986, Benoit et Rendu 1989). On ne connaît pas le capital investi, mais tout laisse croire que, si le changeur et l’orfèvre abandonnèrent leurs parts, ce n’était pas pour quitter une entreprise sur le déclin, mais plutôt pour réaliser leur bénéfice : en effet, Humbert Vialet tira 300 livres de la vente de sa participation, somme sans commune mesure avec les acquisitions d’Hugues Jossard. Il est difficile de se faire une idée précise de l’importance économique de l’exploitation dans les années 1410, avant que la crise ne frappe à nouveau les Monts du Lyonnais et que toute trace de Pampailly ne disparaisse des archives pour une trentaine d’années. Le dernier texte, antérieur à l’intervention de Jacques Cœur, qui fasse allusion à la mine, est le compte rendu d’une enquête lancée par le pouvoir royal pour faire appliquer la nouvelle législation qui attribuait au roi le dixième du métal extrait des mines du royaume (Benoit 1986, Benoit et Rendu 1989). À ce moment existaient trois mines déclarées sur la colline de Pampailly, Cosne, le Petit Cosne et Brussieu, ainsi que trois martinets, Cosne, Brussieu et La Giraudière. Le terme de martinet ne doit pas tromper : alors que la signification originelle de martinet s’applique à un marteau hydraulique, dans le cas de Pampailly, et des mines du Lyonnais en général, le terme prend le sens d’installation hydraulique de traitement du minerai14. Le martinet de La Giraudière, selon la toponymie, devait se situer en aval de la colline de Pampailly, et n’a pas été intégré dans l’exploitation de Jacques Cœur. Les renseignements touchant l’exploitation minière sont encore plus vagues. Pour se faire une idée relativement précise de l’impact de l’intrusion des capitaux urbains dans l’économie minière, il est nécessaire de recourir à des sources postérieures : les accords passés par le roi et Jacques Cœur, ainsi que les documents concernant le bilan de l’action de l’Argentier tiré par les officiers royaux au moment de la remise en marche de l’exploitation après la saisie. Enfin, l’archéologie apporte sa part d’informations. Le contrat qui, en 1444, donnait à Jacques Cœur d’importants privilèges pour mettre en valeur les mines du Lyonnais, l’obligeait à continuer, à ses frais, le grand travers-banc* d’exhaure* commencé par ses prédécesseurs. Ainsi, déjà au début du XVe s., au moment où cessait l’exploitation, la mine avait atteint une profondeur telle qu’il devenait nécessaire d’envisager d’importants travaux pour assurer l’épuisement des eaux. On est en droit d’estimer que la galerie de Cosne, ouverte par Hugues Jossard sur l’axe du filon à la fin du XIVe s., atteignait alors le Puits du Jour, et que déjà la colonne minéralisée était exploitée jusqu’à une profondeur de plus de 90 m sous l’ouverture du puits, posant de graves problèmes pour l’évacuation des eaux.

  • 15 Contrairement à ce que nous avons longtemps cru, il semble que la toise employée à Pampailly par Da (...)
  • 16 La vitesse d'avancement des mineurs à l'époque de Jossard reste inconnue, mais elle ne devait guère (...)

8Ces travaux étaient dus à Hugues Jossard et à ses associés, les premiers exploitants du site possédant les moyens suffisants pour se lancer dans une telle entreprise. Au moment où Jacques Cœur reprend l’affaire, la galerie du Vernay n’est longue que de trente toises environ, c’est-à-dire 77 m, selon l’estimation royale, faible distance en regard de celle qui restait à parcourir15. L’archéologie permet d’interpréter des textes, à vrai dire très peu concrets. L’intérêt de l’emplacement choisi pour attaquer le percement de la galerie était double. Les mineurs se plaçaient sur un accident tectonique qui facilitait considérablement leur travail, l’abattage, commencé à la pointerolle, a pu être poursuivi au pic dans des serpentines tendres. L’autre facteur favorable tenait à la situation du porche* nouvellement ouvert, assez bas pour évacuer la majeure partie des eaux infiltrées dans la mine. Il était éloigné d’environ 400 m du filon, distance considérable vu les moyens techniques. L’entreprise pouvait être réalisée à condition d’investir les capitaux suffisants pour supporter plusieurs mois de labeur sans profit16. Une telle opération demandait des outils métalliques en bon état ; c’est pourquoi il faut attribuer à cette époque la forge retrouvée dans les niveaux inférieurs de la fouille du carreau du Vernay. Il s’agissait d’un bâtiment en bois de petites dimensions, dont le foyer a été détruit par la tranchée de construction d’un mur ultérieur.

9Ainsi, Hugues Jossard et ses associés avaient réalisé, au début du XVe s., conformément aux pratiques médiévales, une galerie dans l’axe du filon qui dépassait 600 m de long, un puits au jour d’environ 80 m conduisant à des niveaux inférieurs situés au moins à 170 m sous la surface, un ou plusieurs martinets et forges. De plus, ils avaient entrepris une galerie d’exhaure en travers-banc qui annonçait les techniques des siècles ultérieurs et manifestait le désir de mettre en valeur un gisement profond. Cette réalisation nécessitait un investissement qui ne pouvait être productif qu’au terme de plusieurs années.

Du temps de Jacques Cœur à celui de l’exploitation royale

  • 17 Le nom des Baronnat revient très souvent dans le Journal de Dauvet, ils étaient en rapport avec Jac (...)

10Après 1414, la mine disparaît des archives pour trente ans et, à une exception près, aucun vestige archéologique ne peut être daté de ces années. À ce silence correspond une période particulièrement noire pour la région lyonnaise, qui subit le poids de la guerre et des révoltes populaires semant la désolation (Deniau 1934, Canat de Chizy 1961). En 1444, Jacques Cœur entame un processus qui débuta avec la prise à ferme de l’impôt du dixième frappant les mines du Lyonnais et s’acheva lorsque l’Argentier fit passer sous son contrôle les principales mines d’argent et de cuivre de la région. Michel Mollat a insisté sur l’importance de l’argent métallique ou monnayé dans les affaires de Jacques Cœur, mais les autres métaux l’intéressaient aussi (Mollat 1988, pp. 238-245). L’Argentier partageait la propriété des mines de cuivre de Chessy et Saint-Pierre-la-Palud et de la mine de plomb argentifère de Joux avec les frères Baronnat, marchands lyonnais qui sont aussi ses partenaires dans le commerce du textile17. La situation de Pampailly se présentait de manière très différente. Jacques Cœur s’associait avec deux maîtres mineurs de la région, mais le terme de maître mineur employé par Dauvet est ambigu : l’un des deux hommes, Philibert Magnin, apparaît aussi comme un marchand de Beaujeu tandis que le second, Mermet de Fontaines, est un fondeur. L’association s’est avérée très inégale, Jacques Cœur apportant tout le capital, retenait pour lui, outre le dixième, impôt qu’il tient à ferme du roi, 15 % des bénéfices comme détenteur des droits sur la terre, plus la moitié de ce qui reste une fois ces 25 % déduits : le total s’élevait à 62,5  %. En revanche, il assumait la responsabilité de tout déficit (Benoit et Rendu 1989).

  • 18 Cette vision des choses a été retenue par la plupart des historiens et en dernier lieu par Mollat q (...)

11Les sources écrites manquent pour savoir, avec exactitude, quelle a été l’activité de Pampailly au temps de Jacques Cœur. Les comptes de l’Argentier ont disparu, ainsi que toutes les pièces originales concernant Pampailly. Il faut recourir aux documents officiels, et aux écrits de ceux qui ont repris l’entreprise, a priori enclins à attribuer toutes les difficultés à leur prédécesseur, pour se faire une idée de l’action de l’homme d’affaires. Selon ses anciens associés, Mermet de Fontaines et Philibert Magnin, l’exploitation aurait été déficitaire18, mais au moment où le Procureur Dauvet mit en vente les biens de l’Argentier, les stocks de plomb et de cuivre étaient importants, signe d’une activité certaine de la mine (Benoit et Rendu 1989). Par ailleurs, une lecture non partisane des textes et les données de l’archéologie permettent de proposer une vision plus nuancée. La description de la mine en 1454-1455 montre une exploitation de grandes dimensions où avaient travaillé des spécialistes allemands renommés, qui ont donné leurs noms à certains puits. Ces hommes ont dirigé l’approfondissement de la mine qui atteignait le niveau - 220 m sous l’ouverture du Puits du Jour, performance remarquable pour l’époque. Mais ce gain en profondeur accrut les difficultés d’aérage et d’exhaure déjà rencontrées par Hugues Jossard et ses associés. Cependant, les lettres patentes que reproduit le Journal de Dauvet mettent en accusation Jacques Cœur. Il n’aurait pas respecté son contrat : l’avancement de la galerie du Vernay se serait limitée à 10 toises soit 26 m, ce qui est peu pour sept ans d’exploitation. Les chiffres sont exacts, confirmés par l’étude archéologique de la galerie, mais l’Argentier avait peutêtre des excuses. Il est certain qu’il a investi au Vernay et qu’il était décidé à faire avancer les travaux, sinon pourquoi aurait-il, à proximité du porche du Voyage du Vernay, remplacé la médiocre forge du temps de Hugues Jossard par un bâtiment allongé contenant deux pièces, l’une servant de forge, l’autre d’habitat ? Les remblais de construction, probablement mis en place lors de l’édification du bâtiment à l’époque de Jacques Cœur, contenaient des déchets d’exploitation provenant d’un abattage au feu. L’étude de la galerie explique les difficultés auxquelles se sont heurtés les mineurs. À l’emplacement où, selon les lettres patentes émises par le roi, les mineurs du début du siècle ont abandonné leur activité, la nature de la roche change et la forme de la galerie se modifie. Dans des laves acides très dures, le voyage prend une section ovoïde caractéristique de l’abattage au feu (fig. 16). Il suit encore sur quelques mètres l’accident géologique marqué par un filonet de calcite, puis le perd. Les mineurs continuèrent malgré tout à creuser, mais durent arrêter un travail devenant beaucoup trop difficile : un des experts commis par Jean Dauvet en 1455 reconnaissait que la roche est si tres dure que à peine se pourra persier (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 343).

16 - Front de taille caractéristique d’un abattage au feu dans la galerie du Vernay

16 - Front de taille caractéristique d’un abattage au feu dans la galerie du Vernay

12Si Jacques Cœur, à qui la tradition locale attribue la première place dans l’histoire de la mine, a certainement moins fait pour son développement que Hugues Jossard et ses associés, il a cependant largement contribué à la mise en valeur du site par la restauration des équipements tombés en ruine après un quart de siècle d’abandon, par l’approfondissement des quartiers en exploitation et par l’équipement en ateliers dont la forge du Vernay. Mais, hormis le cas du Vernay, le détail et la chronologie de son action restent impossibles à déterminer, faute de textes et de données archéologiques. Il faut se contenter d’un état de la situation au moment où le roi saisit ses biens.

13Au milieu du XVe s., Pampailly est une grande exploitation minière qui s’étend sur un filon, sa longueur dépasse 600 m. Un puits, le Puits du Jour, atteignait la galerie à environ 560 m du porche. Selon Dauvet, il était creusé sur ladite montagne et au plus haut d’icelle (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 273). En fait, des prospections à vue, des prospections électriques et l’étude géologique ont montré qu’il fallait rechercher le Puits du Jour au sud du sommet de Pampailly, à l’endroit où l’affleurement du filon atteint son altitude maximum, du fait de son pendage vers le nord. La profondeur de l’exploitation atteint plus de 200 m à l’aplomb du Puits du Jour. Il faut donc considérer que s’était formée en ce lieu une concentration de minerai, colonne minéralisée, que les mineurs ont cherché à exploiter au maximum, comme le prouve la poursuite des travaux au moment où Dauvet reprend l’affaire. Deux galeries parallèles suivent l’axe filonien, mais seule la galerie supérieure, le Voyage de Cosne, probablement la plus ancienne entrée à partir de laquelle s’est développée l’exploitation souterraine, sort au jour par un porche ; les galeries inférieures, où les travaux continuaient, n’étaient accessibles qu’à partir de puits, posant à la fois des problèmes de circulation, mais aussi d’exhaure et d’aérage que la galerie du Vernay cherchait à résoudre (fig. 17).

17- Coupe restituée de la mine d’après la description de Dauvet

17- Coupe restituée de la mine d’après la description de Dauvet

14Hormis les débuts de ce travers-banc, les travaux réalisés par Hugues Jossard et Jacques Cœur demeurent mal connus. Pour accéder au Puits du Jour, un chantier fut ouvert, malgré de très grandes difficultés, dues à une roche très délitée. Les travaux ont atteint, à une dizaine de mètres sous le sol de la prairie, des vestiges suffisamment bien conservés pour qu’il soit possible de se rendre compte que, selon les méthodes en usage au Moyen Âge et à la Renaissance, le puits avait été creusé sur le filon. Il semble être de section sensiblement carrée, ses côtés excédant légèrement un mètre. La question reste posée de savoir si le puits atteignait la galerie d’un seul jet, ce qui aurait nécessité un très gros travail pour hisser les produits, ou s’il se divisait, selon l’hypothèse la plus probable, en deux ou trois sections équipées chacune d’un treuil.

Notes

5 Il est venu à notre cognoisance que en nostre Seneschaulcée de Lyon a grant quantité de mynes et mynieres ouvertes et a ouvrir, lesquelles tiennent plomb, argent et cuivre, desquelles est yssu et yst nombre de matieres d'argent de plomb et de cuivre [...] (Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. X, Paris, 1763, p. 261).

6 Au milieu du XIVe s., les mines d'Hurtière n'ont jamais produit plus de 12 kg d'argent, mais 60 t. de cuivre. Vers 1230, la mine de Brandes (Isère), alors dans ses plus belles années, produisait environ 60 kg d'argent par an. Au XVIe s., les productions connues atteignent des quantités plus importantes : Saint-Joachimstahl produisait 169 marcs d'argent en 1516, mais plus de 50 000 en 1531, (Schenk 1985, p. 21). À Schwaz, alors au premier rang pour la production d'argent en Europe, la moyenne annuelle, entre 1470 et 1500, c'est-à-dire après la découverte des très riches gisements du Falkenstein, dépassait 12 t. par an, mais elle était le fait de plusieurs dizaines de mines (Egg 1964, pp. 10-11). À travers ces quelques données, il apparaît que, pour le milieu du XVe s., et en tenant compte qu'il s'agissait d'une exploitation unique et non de tout un district, comme à Schwaz ou à Sainte-Marie-aux-Mines, la production de Pampailly était loin d'être négligeable et situait l'exploitation parmi les mines de bonne importance en Europe. La croissance de la production, qui commence dans les dernières décennies du XVe s., rend difficile les comparaisons entre les productions médiévale et renaissante.

7 Observations faites par Jean-Paul Bravard, professeur de géomorphologie à l'Université de Paris IV.

8 0,6 % dans le Haut-Altenberg à Sainte-Marie-aux-Mines (Fluck 1990) ; 0,10 % dans le baillage de Saint-Dié au XVIIIe s. (Dietrich an VIII).

9 Les échantillons ne fournissent, bien sûr, qu'une simple indication. Les chances que les mineurs aient perdu la meilleur part de leur travail sont minces.

10 Une exploitation antérieure des affleurements est possible. Voir l'encart sur les charbonnières.

11 De telles tranchées d'extraction, Verhau pour les Allemands, sont caractéristiques du début d'une exploitation. Il en existe à Brandes-en-Oisans, sur l'Altenberg à Sainte-Marie-aux-Mines. Le plus bel exemple conservé sur le territoire français est sans doute celui du Mont-de-Vanne (Haute-Saône). Tous ces exemples peuvent être considérés comme médiévaux. En revanche, les Verhau du Neuenberg, à Sainte-Marie-aux-Mines, sont à dater du XVIe s., au moment où les filons de cuivre argentifère commencèrent à être mis en valeur.

12 Cette affirmation s'appuie sur les résultats des prospections, qui ont localisé un alignement de haldes d'ouest en est, sur les résultats de l'enquête géologique et géophysique qui permettent de bien situer le gîte et sur la nature des vestiges. Autant leur importance que la morphologie des haldes prouvent qu'il ne peut s'agir là de recherches datant du XVIIIe s., comme il en existe dans le voisinage.

13 M.-Th. Lorcin, résume ainsi la situation : [...] les textes ne sont pas aussi explicites qu'on le voudrait. Ils montrent cependant avec évidence que les seigneuries ont connu, jusqu'à la dernière décennie du XIVe s., de gros problèmes financiers, et de nouveau entre 1420 et 1440 environ [...] la situation [des seigneurs] s'améliore à partir de 1440-1450 (Lorcin 1974, p. 351).

14 Une telle définition se déduit de la lecture des équipements des martinets dans le Journal de Dauvet et de leur entretien dans les Comptes (Rendu 1983b, pp. 263-289).

15 Contrairement à ce que nous avons longtemps cru, il semble que la toise employée à Pampailly par Dauvet et Pierre Granier, officiers du roi, ne soit pas la toise royale de 1,96 m mais bien la toise de Lyon de 2,563 m. En effet si, au moment où Jacques Cœur a fait arrêter les travaux, la galerie s'étendait sur 40 toises, la mesure à la toise royale aurait donné moins de 80 m, alors que le front de taille est à 116 m de l'entrée telle qu'elle se présentait en 1982. Cette distance représente un peu plus de 45 toises de Lyon, or personne n'avait intérêt à surestimer le travail effectué par Jacques Cœur. Une telle hypothèse remet en cause les distances que nous avons présentées par ailleurs, en particulier la profondeur du Puits du Jour qui atteindrait plus de 80 m. Par contre, elle manifesterait, une fois encore, le poids de la tradition minière locale.

16 La vitesse d'avancement des mineurs à l'époque de Jossard reste inconnue, mais elle ne devait guère différer de celle des mineurs français avançant sur l'axe du filon dans les années 1450, soit environ 20 cm par jour (fig. 19).

17 Le nom des Baronnat revient très souvent dans le Journal de Dauvet, ils étaient en rapport avec Jacques Cœur dans de multiples affaires.

18 Cette vision des choses a été retenue par la plupart des historiens et en dernier lieu par Mollat qui affirme : Les mines du Lyonnais ne parvenaient pas à s'autofinancer, ce qui explique la lenteur sinon l'abandon du "grand Voyage". De plus, à la différence de beaucoup de ses entreprises, Pampailly ne fournit pas à l'Argentier d'auxiliaires dévoués jusqu'à toute épreuve [...] (Mollat 1988). En quelques lignes, il résume les opinions admises par ses prédécesseurs. L'idée d'une mine non rentable est fondée sur les assertions de Mermet de Fontaines et de Philibert Magnin. Selon eux, les comptes de l'entreprise se seraient avérés déficitaires de 1055 livres tournois entre 1450 et 1454, de plus les résultats des comptes de 1455 sont déficitaires. Mais cette année est celle d'une remise en route d'une exploitation restée, au moins en grande partie, à l'abandon. Or, l'archéologie a prouvé que les héritiers de Jacques Cœur ont continué l'exploitation plusieurs années, au moins quinze ans et sans doute plus, après que le roi leur ait restitué les biens confisqués. Argument supplémentaire qui incite à la prudence quant à l'absence de rentabilité de la mine de Pampailly.

Table des illustrations

Titre 10 - Les mines du Lyonnais et du Beaujolais dans leur environnement géologique
Légende 1 : Couverture mésozoïque et cénozoïque2 : Stéphanien3 : Rhyodacites4 : Tufs volcano-sédimentaires5 : Basaltes et spilites6 : Serie de la Brevenne et groupe de Violay7 : Granites hercyniens8 : Gneiss des Monts du Lyonnais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 1. La production d’argent des mines du Lyonnais d’après les comptes de Pierre Granier
Légende Les poids sont exprimés en marcs, onces et deniers. Les valeurs en livres, sous, deniers tournois et oboles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 11 - La faille portant le filon au lieu de contact avec la galerie du Vernay
Légende Aucune minéralisation exploitable n’est perceptible
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 12 - Minerai de Pampailly vu à la loupe binoculaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 13 - Échantillon de minerai vu au microscope électronique à balayage
Légende Les points blancs correspondent à une forte concentration d’argent qui se trouve, lié au cuivre, en limite de la galène
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 14 - Bois des haldes, coupe nord-sud d’une tranchée d’exploitation sur le versant ouest de la colline de Pampailly
Légende 1 : couche humide2 : halde récente et empierrement3 : terre et cailloux4 : couche caillouteuse à forte teneur en minerai5 : halde plus ou moins terreuse6 : grosse pierre7 : couche grise8 : roche en place.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 15 - Vue d’un sondage effectuée dans la longueur d’une tranchée d’exploitation à ciel ouvert sur le versant ouest de la colline de Pampailly
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 16 - Front de taille caractéristique d’un abattage au feu dans la galerie du Vernay
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 17- Coupe restituée de la mine d’après la description de Dauvet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access