Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Introduction

Texte intégral

1 - Pampailly dans la région lyonnaise

1 - Pampailly dans la région lyonnaise

1Au milieu du XVe s., des documents écrits éclairent de manière exceptionnelle l’histoire de la mine de Pampailly (fig. 1), signe de son importance, mais aussi de l’absolue nécessité que représentait l’argent pour les hommes du temps. À cette époque, la France, comme tout l’Occident, sort d’une crise séculaire d’une rare ampleur : dans bien des régions le nombre des hommes a diminué de moitié, la production s’est effondrée tout comme les revenus ruraux, alors que la transformation des structures politiques s’effectue dans un climat de guerres et de tensions sociales. La disette de métal monétaire, chronique tout au long du Moyen Âge, s’accentue, la naissance de l’Etat moderne, la reconstruction de l’économie européenne à partir de 1450 multiplient les besoins. Pour y répondre, les recherches de métaux précieux se développent en Europe, mais aussi hors du continent. Si la quête d’or et d’argent fut un des moteurs essentiels des « Grandes découvertes », l’immense fortune de Jacob Fugger, au tournant des XVe et XVIe s., reposait en grande partie sur la production et le commerce de l’argent d’Europe centrale, des mines du Tyrol ou de Hongrie. Dans toutes ces opérations, des liens étroits unissaient le pouvoir politique aux hommes d’affaires ; des solutions nouvelles, nouveaux sites ou nouvelles techniques, étaient recherchées pour produire davantage de métal blanc (Benoit 1984 et 1994b).

2L’aventure industrielle de Pampailly marque les débuts de cette ère de recherches frénétiques de métaux précieux qui se manifeste en Europe. Déjà, le roi de France et le plus grand homme d’affaires du royaume, Jacques Cœur, sont impliqués dans l’entreprise, déjà un effort considérable pour développer des techniques de pointe se manifeste, déjà des capitaux importants sont investis dans l’entreprise. Ces faits apparaissent à travers une série de textes liés au procès et à la condamnation de Jacques Cœur, documentation unique concernant un site minier européen, mais limitée à la fois dans le temps et dans son propos.

3La place tenue par Pampailly, sensible à travers ces sources écrites, n’a pas échappé aux historiens. Dès 1861, deux ingénieurs lyonnais, Poyet et Fournet, présentaient devant l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon des communications traitant de l’exploitation du site surtout au XVIIIe s. (Poyet 1861, Fournet 1861). Quelques années plus tard, Siméon Luce publiait un article dans la Revue des questions historiques qui prenait pour base le règlement de la mine édicté par Jean Dauvet (Luce 1877). En 1928, A. Joly présentait les exploitations minières, parmi les autres possessions de Jacques Cœur en Lyonnais, dans un article de la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes (Joly 1928). Mais ce sont les travaux de Michel Mollat sur Jacques Cœur qui relancèrent les recherches concernant Pampailly. La publication du Journal du Procureur Dauvet en 1953 (Journal, Mollat éd. 1953) s’accompagnait quatre ans plus tard d’un mémoire de D.E.S. soutenu devant l’Université de Lille où il enseignait (Vandevoorde-Couder 1957). La question de Pampailly intéressa même les Allemands pourtant riches en documents miniers. A. Laube consacra, à Leipzig, sa thèse à la naissance des rapports de production capitaliste à travers le cas des mines du Lyonnais et du Beaujolais, dont la plus importante et la mieux connue était Pampailly (Laube 1963). Enfin, au cours des dernières décennies, la mine attira l’attention d’Alexis Chermette, professeur de géologie à Lyon, comme celle d’Alain Bourgoin, dernier directeur des mines de Sain-Bel et de Saint-Pierre-la-Palud, autrefois possédées par Jacques Cœur (Chermette 1981 et 1989, Bourgoin 1985 et 1989). À ce moment déjà, les travaux de notre équipe avaient commencé, Anne-Thérèse Rendu entreprenait l’édition des comptes de la mine au XVe s.

4Cependant, jusqu’à notre intervention (fig. 2), la vision du site restait partielle dans sa chronologie et dans sa problématique. Tous les aspects touchant à l’organisation du site en fonction des données naturelles, à l’outillage et aux techniques d’exploitation minière ou de traitement des métaux restaient très mal connus. Une opération archéologique s’avérait indispensable, d’autant plus que la documentation écrite manifestait l’importance exceptionnelle du site. Une nouvelle phase de l’histoire de Pampailly commençait en 1981 avec les premières interventions archéologiques, prospections d’abord, puis fouilles et études de laboratoire. Désormais, l’enquête allait se développer avec une intensité qu’elle n’avait jamais connue jusqu’alors, en alliant systématiquement les recherches dans les textes et sur le terrain.

2 - Les débuts de la fouille à Pampailly, l’ouverture de la galerie du Vernay

2 - Les débuts de la fouille à Pampailly, l’ouverture de la galerie du Vernay

Des sources écrites exceptionnelles

  • 1 La référence aux comptes de la mine, rédigés sous la responsabilité de Pierre Granier, gouverneur e (...)

5L’importance de la mine apparaît à travers son histoire : elle a fait la richesse d’Hugues Jossard, notaire royal qui, à son décès, possédait un capital le plaçant à la seconde place des fortunes lyonnaises (Fédou 1954 et 1964). Jacques Cœur s’en rendit acquéreur et, lorsqu’après la saisie des biens de l’Argentier, Charles VII ne put trouver immédiatement de fermiers pour l’exploitation, l’administration royale reprit l’entreprise en régie directe, formule exceptionnelle alors, qui montre l’intérêt porté à Pampailly par la monarchie. Cette histoire a laissé des documents qui en font la mine la mieux connue d’Europe au XVe s. L’homme chargé par le roi de saisir les biens de Jacques Cœur, le Procureur Jean Dauvet, a consigné dans son Journal les pièces essentielles concernant sa mission ; les questions minières y tiennent une place notable. Visitant les lieux, Dauvet a tracé un tableau des installations de Pampailly et a fait dresser deux inventaires des biens meubles. Dans un second temps, le Procureur fut chargé de relancer l’exploitation, son Journal contient alors les actes royaux, les procès-verbaux des réunions avec les techniciens, comme le nouveau règlement donné à l’entreprise (Dauvet, Mollat éd. 1953). Dauvet en confia la direction à Pierre Granier, qui a tenu les comptes de l’entreprise exploitée en régie directe pour l’année 1455 (Comptes)1. De cette exploitation par l’administration royale, qui dura du début février 1455 à la fin février 1456, il reste une comptabilité d’une précision exceptionnelle pour l’époque (fig. 3). Elle concerne la production de la mine et des fonderies, les dépenses industrielles, l’alimentation des mineurs et les salaires. Au terme de ces treize mois, la monarchie donna à ferme l’exploitation, mais elle continua à financer certains travaux d’investissement. Les comptes de la mine affermée en 1456 et 1457 deviennent moins précis, mais fournissent encore des chiffres de production et le montant des dépenses et des revenus royaux. Le roi avait, en effet, gardé à sa charge certains travaux, en particulier le creusement d’une grande galerie d’évacuation des eaux, d’exhaure selon le terme propre. En 1457, Pampailly est restitué aux héritiers de Jacques Cœur, la documentation écrite disparaît alors presque totalement. L’historien dispose ainsi, pour une brève période d’environ trois années, d’une documentation comme il n’en existe pour aucune autre mine d’Europe de la fin du Moyen Âge.

3 - Les comptes de Pierre Granier, première page du premier compte (février 1455)

3 - Les comptes de Pierre Granier, première page du premier compte (février 1455)

COMPTE PREMIER DE MAISTRE PIERRE Granier, commis par maistre Jehan Dauvet, conseiller et procureur général du Roy n. d. s., commissaire en ceste partie, et par ses lettres rendues et copiees cy devant, au gouvernement et recepte des mines du pays de Lyonnois et de Beaujoloys, des recepte et despense par lui faictes a cause de la revenue et emolument des mynes d’argent de de plomb de la montaigne de Pampilieu assises et situees en la jurisdicion de Chamosset ; des mines d’argent et de plomb de Joz en Beaujeuloys ; des mines de cuivre de SaintPierre la Palut et de Cheissieu oudit pays de Lyonnois, qui furent et appartendrent a feu Jaques Cuer, en son vivant conseiller et Argentier du Roy ; vendues et delivrees au Roy n.d. s. par l’execucion de l’arrest prononce a l’encontre de Jaques Cuer, et appliquees au domaine du Roy n.d. s.
Pour treize mois commençons le premier jour de fevrier, l’an mil 400 cent cinquante quatre et finissons le derrenier jour de semblable mois, Tan mil 400 cent cinquante cinq. Ce present compte randu a court par Guillaume Dubois, procureur dudit commis, par vertu de sa procuracion cy rendue (transcription A. Th. Rendu, Comptes f° 26 r°).

Arch. nat. KK 329, f°26

6Ainsi, l’histoire de la mine de Pampailly est-elle éclairée par une documentation unique, mais pour un temps très bref, quelques années. Les sources écrites concernant les époques antérieures ou postérieures sont loin de posséder la même richesse. Les premières références à la mine remontent aux dernières décennies du XIVe s., lorsque le prieuré Saint-Irénée de Lyon, puis le notaire royal Hugues Jossard, se rendirent maîtres de plusieurs petites mines sur la colline de Pampailly. Huit textes ont à ce jour été dénombrés concernant l’histoire de Pampailly entre 1385 et 1414 (Rendu 1986, Benoit et Rendu 1989). Une fois la mine rendue aux enfants de Jacques Cœur, la documentation s’éteint ou presque. Un seul document prouve que les héritiers de l’Argentier ont continué d’exploiter la mine. En 1475, Geoffroy Cœur livre à l’artillerie royale 61 livres de plomb provenant de Pampailly (Clément 1853). Le dernier texte qui se rattache à cette phase d’exploitation, allant de la fin du XIVe au début du XVIe s., provient des comptes du dixième, c’est-à-dire l’impôt royal levé sur toutes les mines, exceptionnellement conservé dans le Lyonnais pour l’année 1525. Il cite pour Pampailly une production de 2 marcs 6 onces, quantité ridicule comparée aux 858 marcs de 1455. Tout laisse à penser que la mine a été abandonnée et que le métal provient du retraitement des haldes (Valous 1865).

  • 2 Arch. nat., F 14 8132.
  • 3 Les recherches sur les documents écrits ont été menées dans la région lyonnaise par Martine Rege-Gi (...)

7De 1525 à la seconde moitié du XVIIIe s., l’écrit n’apporte aucun renseignement sur une éventuelle activité de la mine. Le premier texte qui atteste une reprise date du 20 février 1765. Jean Blanchet présente un mémoire pour obtenir la permission d’exploiter la galène laissée par les anciens du village de Brussieu (Poyet 1861). Il s’associa avec le métallurgiste Jars et le financier Pernon pour créer la société des Intéressés aux mines de cuivre du Lyonnais. De l’exploitation par les Intéressés, peu de documents nous sont actuellement parvenus. Les Archives nationales de Paris ont livré un état de la mine et une Notice historique sur la richesse minérale des monts du Forez, du Lyonnais et du Beaujolais par Jars2. Par ailleurs, les notaires locaux ont conservé quelques actes de vente concernant l’implantation de l’exploitation à la fin du XVIIIe s.3. Enfin, à Brussieu même, le cadastre napoléonien garde trace des propriétés de la famille Jars et les registres paroissiaux ont fourni exceptionnellement des informations sur la vie des mineurs.

8Ces archives renseignent sur la propriété de la mine, citent parfois des travaux, mais ne fournissent guère de données sur les techniques utilisées. D’autres sources les complètent. La fin du XVIIIe s. et les toutes premières années du XIXe s. ont été particulièrement productrices de littérature technique. En particulier, un des membres de la famille Jars, Gabriel le Jeune, fils du fondateur des Intéressés aux mines de cuivre du Lyonnais fut un des plus célèbres métallurgistes de son temps. Il voyagea dans toute l’Europe à la recherche d’innovations et écrivit de nombreux mémoires que publia son frère, Gabriel l’Aîné, qui dirigea les exploitations sur le terrain et collabora à l’œuvre de son cadet (voir encart ch. 5). L’essentiel de l’œuvre de Jars est contenue dans les Voyages métallurgiques (Jars 1774) (fig. 4), mais d’autres opuscules s’avèrent tout aussi utiles pour comprendre les techniques mises en œuvre à Pampailly. Aux écrits de Jars s’ajoutent ceux d’ingénieurs, ses contemporains ou ses cadets, tels Antoine Grimoald Monnet, ou des auteurs qui décrivirent différents sites dans le Journal des Mines, publié de 1792 à 1815, date à laquelle il fut remplacé par les Annales des Mines (Beaunier et Gallois an XII a et b, Daubuisson an X, Lelivec an XII, Monnet 1990).

4 - Page de titre de l’ouvrage, Voyages Métallurgiques ou recherches et observations de M. Jars publié en 1774 à Lyon

4 - Page de titre de l’ouvrage, Voyages Métallurgiques ou recherches et observations de M. Jars publié en 1774 à Lyon

Bibliothèque de l’École des Mines de Paris

De nombreuses références iconographiques

9Alors que la documentation iconographique est une source de première importance pour l’histoire des mines et de la métallurgie de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, il n’existe aucune image, aucun plan, aucun document figuré qui donne une représentation du site de Pampailly avant la carte de Cassini qui n’apporte d’ailleurs que des renseignements très médiocres. Il faut attendre le début du XIXe s. et les cadastres napoléoniens de Brussieu, Bessenay et Brulliolles pour avoir des sources significatives qui éclairent d’ailleurs beaucoup mieux nos connaissances sur la reprise des travaux au XVIIIe s. que sur la grande époque d’exploitation de la fin du Moyen Âge.

10Cependant, l’indigence des sources locales ne doit pas faire oublier le recours à l’iconographie pour interpréter les résultats des fouilles et parfois même guider la démarche de l’archéologue. Or, dans les années où se termine l’exploitation médiévale à Pampailly, les premières œuvres représentant les mines d’argent apparaissent dans le monde germanique. Vers 1470, ce sont les fresques d’Imst et le premier manuscrit minier de Kutna-Hora. À la charnière des XVe et XVIe s., maître Mathias peint la magnifique miniature du graduel utraquiste de Kutna-Hora. Dans la première moitié du XVIe s., les œuvres se multiplient, miniatures, tableaux ou pièces d’orfèvrerie. Au cours du siècle, la gravure et l’imprimerie mettent à la disposition d’un public plus large des images à caractère plus technique, comme le De re metallica d’Agricola (Agricola, France-Lanord trad. 1987) (fig. 5), La Pyrotechnie de Vanuccio Biringuccio (Biringuccio 1540) ou la Cosmographie de Sébastien Münster (Munster 1550). Les illustrations du Schwazerbergbuch ont permis de comprendre que les bagues, les rondelles et les clavettes retrouvées dans la galerie du Vernay provenaient des petits chariots, ou chiens de mine, dans lesquels le minerai et les stériles étaient évacués (fig. 6) (Schwazerbergbuch, Winkelmann éd. 1977).

5 - Gravure représentant l’abattage au feu, tirée de l’ouvrage De re metallica d’Agricola 1556

5 - Gravure représentant l’abattage au feu, tirée de l’ouvrage De re metallica d’Agricola 1556

Bibliothèque de l’École des Mines de Paris

11À travers les illustrations des ouvrages de l’époque, comme le Traité de l’exploitation des mines de Monnet, des articles du Journal, mais surtout celles des Voyages métallurgiques de Jars, l’apport d’une iconographie extérieure à l’histoire propre du site s’avère encore plus importante pour comprendre les résultats des fouilles portant sur le site au XVIIIe s. Utile pour interpréter les vestiges du bocard, elle a été décisive pour la compréhension du four de réduction.

6 - Rondelle de fixation de la roue et clou de guidage du chariot ou chien de mine transportant les minerais et les stériles dans la galerie

6 - Rondelle de fixation de la roue et clou de guidage du chariot ou chien de mine transportant les minerais et les stériles dans la galerie

d’après le Schwazerbergbuch éd Winkelmann, 1977

L’archéologie

12Malgré la richesse des textes, bien des lacunes subsistaient, en particulier pour tout ce qui avait trait aux techniques et à l’organisation de l’espace industriel. Une enquête archéologique s’avérait donc indispensable, non seulement pour combler les vides laissés par les archives, mais surtout pour éclairer ces archives d’un jour nouveau. Les prospections initiales de 1981 furent bientôt suivies d’une fouille programmée dès 1982 et, sauf en 1986 où seules eurent lieu des prospections, tous les ans deux campagnes de fouilles se déroulent sur le site. L’enquête durera encore plusieurs années, elle a déjà beaucoup apporté grâce aux fouilles et aux prospections, donnant une image beaucoup plus concrète, et surtout plus vraie, de la chronologie du site, des méthodes d’exploitation, de l’organisation de l’espace et des techniques mises en œuvre au XVe s. (fig. 7, pl. 1 : dépliant en fin de volume) Pour arriver à ces résultats, il a fallu, plus que sur aucun autre site, croiser systématiquement les données de textes exceptionnels avec celles du terrain et du laboratoire, il a fallu aussi mettre en œuvre des moyens importants et coûteux en raison de la nature même du site minier et de l’importance du colluvionnement.

7 - Le site de Pampailly d’après les textes et les données de l’archéologie

7 - Le site de Pampailly d’après les textes et les données de l’archéologie

L’emplacement du martinet de Brussieu est hypothétique

Les prospections

13Après une première étude des textes, l’enquête de terrain a commencé en 1981 par des prospections à vue qui ont permis de découvrir, sur le versant occidental de la colline, des haldes*, c’est-à-dire les amas de déblais laissés par les mineurs et qui constituent les vestiges les plus caractéristiques d’une activité minière (fig. 8). L’allongement des haldes indique l’affleurement du filon et leur disposition laissait comprendre que plusieurs exploitations de surface avaient pu se développer sur cet affleurement. Malheureusement, le remaniement des haldes, nécessaire à l’agriculture, et les prélèvements effectués pour l’empierrement des chemins ou la fondation des maisons ont considérablement limité la possibilité de tirer des conclusions précises de l’examen de ces vestiges (Fluck 1979, Ancel et Fluck 1988). La toponymie et la présence d’une source évacuant l’eau de la mine ont permis de repérer le porche du Vernay, alors que de rares vestiges apparents de construction signalaient la présence du site métallurgique du XVIIIe s., interprété en première analyse, à la suite de la lecture du Journal de Dauvet, comme un ensemble d’ateliers du XVe s. Très positives au cours des deux premières campagnes, les prospections à vue n’ont cessé depuis, mais malgré des aspects concrets, elles n’ont pas toujours fourni les résultats espérés, en raison même de la nature du site, de la couverture forestière et surtout du recouvrement colluvionnaire.

8 - Haldes remaniées sur le versant ouest de la colline de Pampailly

8 - Haldes remaniées sur le versant ouest de la colline de Pampailly

14Des méthodes plus performantes s’avéraient donc indispensables. Outre l’examen des photographies aériennes de l’I.G.N., un survol à basse altitude a fourni des données intéressantes, mais limitées, souvent pour les mêmes raisons qui avaient nui à la prospection à vue. Enfin, si une vue de l’extérieur et l’examen des photographies aériennes indiquent assez clairement que le martinet de Cosne, le plus ancien des ateliers métallurgiques connus par les textes, se situe à l’ouest de la colline, sur la rive gauche du ruisseau, il a été impossible d’y pénétrer en raison du refus du propriétaire.

L’archéologie minière et la spéléologie

15À ces prospections de surface, qui ne diffèrent guère par les moyens d’investigation des méthodes employées dans d’autres branches de l’archéologie, s’ajoutent d’indispensables prospections souterraines. Les topographies, coupes, relevés et photographies, sont les principaux moyens d’étude des mines anciennes. Il va de soi que pour étudier ces mines, il faut être capable d’y circuler, d’y voir, de maîtriser dans la mesure du possible un milieu a priori hostile, donc d’adapter à l’archéologie les moyens développés par les spéléologues. À Pampailly, les conditions rencontrées sont particulièrement difficiles en raison des contraintes imposées par la géologie. Le filon s’inscrit dans une faille située dans des roches volcaniques fortement métamorphysées et dotées, souvent, d’un fort coefficient de schistosité. Sur le filon*, c’est-à-dire dans une zone de faille dont les mouvements ont broyé au cours des millénaires les épontes et l’encaissant voisin, la roche est particulièrement ébouleuse. Aussi, malgré de nombreuses tentatives, il a été impossible de pénétrer dans les quartiers d’exploitation.

16Le Puits du Jour, découvert à la suite d’une campagne de prospection complexe, a été l’objet d’une tentative de réouverture. Malheureusement, malgré des aménagements importants, un blindage de la partie supérieure et un boisage ensuite, il a été impossible de descendre au-delà de 10 m dans des conditions de sécurité suffisantes (fig. 9). La réouverture de la galerie, taillée en travers-banc, c’est-à-dire hors de l’axe filonien, a nécessité de très importants travaux. Elle se trouvait enfouie sous plus de 6 m de colluvions qu’il a fallu dégager manuellement, faute de moyens. Des engins mécaniques ne sont intervenus que dans une seconde phase d’aménagement du site. À l’intérieur de la mine, il a fallu lever un éboulement situé sous une cheminée d’aérage, à 50 m de l’entrée de la mine, et déboucher une galerie abandonnée où les mineurs avaient stocké leurs déblais. Cependant, le chantier le plus important, qui a mobilisé les forces d’une bonne part de l’équipe en 1985 et 1986, se situe sur le filon, à plus de 400 m du porche, à proximité de l’endroit où le travers-banc du Vernay rencontre l’axe filonien. Une grosse opération de désobstruction, rendue difficile par la très grande fragilité du milieu, l’éloignement de l’extérieur, l’abondance d’eau et le manque d’air, a dû être interrompue en raison d’un éboulement. Une masse estimée à plusieurs dizaines de tonnes s’est effondrée et a entièrement comblé le passage qui venait d’être désobstrué. Dans de telles conditions, il a été décidé d’arrêter l’opération. Les efforts consentis n’ont pas cependant été totalement perdus, ils ont permis d’acquérir de nombreuses informations tant dans le domaine des techniques d’avancement que dans celui de la géologie du site.

9 - Mise en sécurité du Puits du Jour

9 - Mise en sécurité du Puits du Jour

Au cours des siècles, dans une roche fragile, les bords du puits se sont fortement érodés nécessitant la mise en place d’un blindage

17Les méthodes de relevé utilisées viennent directement des pratiques de la spéléologie en milieu karstique : relevé de l’azimut à la boussole et mesure des distances au double décamètre. Les largeurs sont prises à partir des perpendiculaires relevées sur le décamètre tendu. Le fil à plomb, le décamètre et le clinomètre permettent de mesurer les dénivellations et de prendre des mesures sur des terrains en pente. Une simple opération trigonométrique donne distances et altitudes. Cette méthode permet de passer bien des obstacles dus au mauvais état de conservation de la mine : étroitures, éboulements, présence d’eau. Cependant, pour des mesures plus précises, en particulier pour déterminer la pente de la galerie, l’usage du théodolite s’est avéré indispensable.

L’archéométrie

18Pour toutes les recherches sur les techniques anciennes, l’archéométrie apporte des données indispensables à la compréhension des faits et à l’élaboration des hypothèses. Le rôle des sciences de la terre devient primordial lorsque la recherche s’étend aux activités minières. Le recours aux disciplines relevant des sciences physiques ou naturelles fait partie intégrante de l’information, au même titre que les textes ou les données des fouilles.

Les datations

19Les méthodes de datation utilisées à Pampailly ne se distinguent en rien de celles qui sont pratiquées sur d’autres sites. Cependant, la rareté du mobilier daté, face à l’abondance du bois et du charbon, a fait du site un champ d’application privilégié pour les techniques de datation s’appuyant sur des échantillons de bois et de charbon. Le radiocarbone, malgré son imprécision pour des périodes récentes, a été d’un grand secours. Il a daté d’avant la conquête romaine des charbonnières qui sont la première trace d’activité humaine. Mais surtout, étant donné que l’activité minière ne s’est développée qu’à des époques bien déterminées, en particulier de la fin du XIVe s. à la fin du XVe s. et durant les décennies 1760-1780, il a été possible, en croisant l’apport des textes et de la datation radiocarbone, d’attribuer à la seconde moitié du XVe s. le bâtiment industriel retrouvé au Vernay sur la rive gauche du Cosne. Cependant, c’est essentiellement la dendrochronologie qui a été utilisée, comme fréquemment en archéologie minière. La présence de boisages, de vestiges de voies de roulage conservés dans l’humidité de la mine, de restes d’installations de surface en bois ont été d’un grand secours. Il a été possible de retrouver, pour le XVIIIe s., des campagnes de travaux aussi bien sur les cuves de décantation que sur les boisages de l’entrée de la mine. Ainsi, à Pampailly, les deux voies de roulage du porche du Vernay ont pu être datées, l’une de la fin du XVIIIe s., l’autre de la seconde moitié du XVe s., date qui en fait la plus ancienne installation de ce type jamais fouillée (Benoit 1989 b). Malheureusement, si les bois sont bien conservés à l’intérieur de la mine et dans l’humidité du porche, le plus souvent les éléments ligneux ont été détruits dans le sol. En particulier tous les éléments en bois des canalisations qui apportaient l’eau à la mine, au Moyen Âge comme à l’Epoque moderne, ont disparu. Cette destruction fut naturelle, puisque des clous encore en place attestent que les hommes n’ont pas détruit ces canalisations.

20Cependant les relations entre l’archéologie minière et les techniques de datation actuelles sont unilatérales : elles ont davantage apporté à l’archéologie que celle-ci ne les a fait progresser. Il en va tout autrement de la géophysique.

La géophysique

21La résistivité électrique a permis de situer les principales structures enfouies sur bien des sites, ce fut le cas à Pampailly pour les ateliers métallurgiques du XVe s. situés sur la rive gauche du Cosne (Dabas et Hesse 1988, Benoit 1989 b). Mais cette méthode ne se limite pas à retrouver des murs ou des fossés enfouis, elle a déterminé l’emplacement exact du Puits du Jour (Benoit 1989 b, Dabas et Hesse 1991). Les prospections magnétiques ont localisé le four à réverbère du Vernay. Mais le Centre de Géophysique de Garchy (CNRS), avec lequel une collaboration étroite s’est développée depuis plusieurs années, a mis au point, à Pampailly, des méthodes propres à l’archéologie minière et métallurgique. Une parfaite concordance des recherches géologiques et des mesures électromagnétiques (V.L.F. : Very Low Frequency) donne une vision très précise de l’étendue du filon de Pampailly, même dans les zones où les données archéologiques de surface et les prospections souterraines sont déficientes. Il s’ensuit une bien meilleure compréhension du site, de son étendue et de sa mise en valeur, confirmée par les prospections géologiques.

Géologie et minéralogie

22Indispensables pour comprendre à la fois les conditions d’extraction et de traitement des minerais, les travaux qui reposent sur les sciences de la terre constituent une spécificité nécessaire à l’archéologie minière. L’exploitation minière consiste à vider un gîte du corps minéralisé qu’il contient. Pour être capable de comprendre comment les hommes, à une époque donnée, ont pu effectuer un tel travail, il convient avant tout de savoir quel était ce gisement, sa forme, sa composition, les conditions de son accès. À Pampailly, l’étude géologique, très poussée, conduite dans la galerie, en corrélation avec l’analyse minéralogique, a seule permis de comprendre l’histoire géologique du site, sa fracturation, qui conditionne la minéralisation. Dès lors, s’expliquent les difficultés rencontrées par les mineurs dans le percement de la galerie du Vernay. De même, la minéralogie*, qui analyse le minerai et sa gangue, éclaire les données des textes du XVe s., dont le vocabulaire résistait jusque-là à toute analyse, ainsi que les résultats des fouilles touchant les opérations minéralurgiques. La découverte de minerais très disséminés où les concentrations d’argent peuvent être fortes, explique la place tenue par les moulins à mine et les installations de lavage (Deroin et Benoit 1992).

Minerais et scories : l’apport de l’analyse élémentaire

  • 4 Ces recherches sont menées dans le cadre du programme Artémise-scories, développé au Centre de Rech (...)

23La connaissance du minerai, sa teneur en métal, les composants qui facilitent ou non son traitement, tout nécessite le recours aux analyses physico-chimiques des minerais. Les métaux produits ont rarement été abandonnés par les métallurgistes. En revanche, ils ont laissé en abondance les déchets de leur travail : les scories. L’analyse chimique des éléments qui composent la scorie, accompagnée d’une analyse en diffraction des rayons X qui en donne la structure cristalline, fournissent des données sur les conditions de réduction, en particulier sur les températures atteintes dans le four. Elles doivent être menées de pair avec une étude similaire des minerais susceptibles d’avoir été réduits au cours de l’opération. Il devient alors possible de discerner, grâce en particulier aux éléments mineurs et aux éléments traces, l’origine du minerai, et les adjuvants qui, en certains cas, ont été joints à la charge (Benoit et Guillot 1989, Ploquin 1995). L’enregistrement de toutes les données analytiques et leur traitement par un programme informatique permettent de caractériser des groupes de scories, de mettre en évidence l’utilisation de minerais différents selon les régions, de mieux distinguer les scories de réduction des scories de forge, et, un jour, sans doute, de caractériser des processus techniques4.

La métallographie

24Tout objet métallique porte en lui les traces de son histoire, dont la métallographie donne une vision précise, même si elle est limitée. Sur un objet scié et poli, les analyses macrographiques et micrographiques renseignent d’abord sur la nature du métal employé, fer ou acier plus ou moins carburé. Les techniques de mise en forme apparaissent également : l’objet peut provenir d’un lingot ou d’un lopin formé de riblons corroyés à la forge ; il peut être de fer ou composé d’un assemblage de fer et d’acier ou encore avoir été formé à partir d’une barre ou d’une tôle. De même, les traitements thermiques et thermochimiques qu’il a reçus sont mis en évidence : cémentation, trempe ou nitrocarburation. Enfin usures, ruptures et réparations laissent des traces. L’analyse métallographique a été appliquée systématiquement à l’étude d’outils de mineurs, et a donné des résultats d’une exceptionnelle importance, puisque, partant d’objets, il a été possible de retrouver, au-delà des techniques de mise en forme, le processus d’élaboration du métal. Dans ce domaine, Pampailly, en particulier grâce à l’activité d’Ivan Guillot, dont les premiers travaux remontent à 1983, a joué un rôle d’initiateur dans une recherche qui s’est largement développée depuis (Benoit, Guillot et Ploquin 1995, Conin et alii 1995, Guillot et alii 1986 et 1987).

25Les nécessités de la présentation exigent un classement entre les différentes méthodes archéométriques. En fait, il est rare qu’une seule de ces méthodes soit pratiquée de façon isolée, et l’étude d’une mine requiert le plus souvent la présence d’un géophysicien qui s’appuie sur les données de la géologie en même temps qu’il les complète. Il en va de même pour la gîtologie, branche de la géologie structurale qui étudie les filons, et de la minéralogie. Les recherches sur les scories s’appuient sur l’analyse élémentaire, mais font de plus appel à l’examen métallographique des fragments métalliques contenus dans la scorie.

26L’étude du site de Pampailly a conduit à multiplier les approches, à croiser les sources. Les textes ont guidé les premières démarches et l’interprétation des données archéologiques, qu’elles proviennent des prospections, des fouilles ou des analyses de laboratoire a largement profité d’une documentation écrite exceptionnelle. Mais l’apport de l’archéologie ne s’est pas limité à une vérification sur le terrain du contenu des archives, il a considérablement élargi le champ de l’enquête, en particulier en démontrant que l’activité métallurgique avait perduré de manière active bien au-delà des dates données par l’écrit. Plus encore, les découvertes archéologiques ont conduit bien souvent à une relecture des textes, et, partant, à une nouvelle interprétation beaucoup plus précise et plus exacte.

Notes

1 La référence aux comptes de la mine, rédigés sous la responsabilité de Pierre Granier, gouverneur et receveur des mines du Lyonnais, apparaîtra sous la dénomination Comptes selon les normes utilisées par l'éditeur scientifique, Anne-Thérèse Rendu, qui a numéroté les articles. Le numéro des articles, sous forme d'un simple nombre, sera la référence la plus souvent utilisée. Les parties du texte qui ne sont pas numérotées seront signalées par leur page dans l'édition.

2 Arch. nat., F 14 8132.

3 Les recherches sur les documents écrits ont été menées dans la région lyonnaise par Martine Rege-Gianas, dans les fonds parisiens par Paul Benoit et François Leclère.

4 Ces recherches sont menées dans le cadre du programme Artémise-scories, développé au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) du CNRS à Nancy, sous la direction d'Alain Ploquin.

Table des illustrations

Titre 1 - Pampailly dans la région lyonnaise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 2 - Les débuts de la fouille à Pampailly, l’ouverture de la galerie du Vernay
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre 3 - Les comptes de Pierre Granier, première page du premier compte (février 1455)
Légende COMPTE PREMIER DE MAISTRE PIERRE Granier, commis par maistre Jehan Dauvet, conseiller et procureur général du Roy n. d. s., commissaire en ceste partie, et par ses lettres rendues et copiees cy devant, au gouvernement et recepte des mines du pays de Lyonnois et de Beaujoloys, des recepte et despense par lui faictes a cause de la revenue et emolument des mynes d’argent de de plomb de la montaigne de Pampilieu assises et situees en la jurisdicion de Chamosset ; des mines d’argent et de plomb de Joz en Beaujeuloys ; des mines de cuivre de SaintPierre la Palut et de Cheissieu oudit pays de Lyonnois, qui furent et appartendrent a feu Jaques Cuer, en son vivant conseiller et Argentier du Roy ; vendues et delivrees au Roy n.d. s. par l’execucion de l’arrest prononce a l’encontre de Jaques Cuer, et appliquees au domaine du Roy n.d. s.Pour treize mois commençons le premier jour de fevrier, l’an mil 400 cent cinquante quatre et finissons le derrenier jour de semblable mois, Tan mil 400 cent cinquante cinq. Ce present compte randu a court par Guillaume Dubois, procureur dudit commis, par vertu de sa procuracion cy rendue (transcription A. Th. Rendu, Comptes f° 26 r°).
Crédits Arch. nat. KK 329, f°26
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre 4 - Page de titre de l’ouvrage, Voyages Métallurgiques ou recherches et observations de M. Jars publié en 1774 à Lyon
Crédits Bibliothèque de l’École des Mines de Paris
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre 5 - Gravure représentant l’abattage au feu, tirée de l’ouvrage De re metallica d’Agricola 1556
Crédits Bibliothèque de l’École des Mines de Paris
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 6 - Rondelle de fixation de la roue et clou de guidage du chariot ou chien de mine transportant les minerais et les stériles dans la galerie
Crédits d’après le Schwazerbergbuch éd Winkelmann, 1977
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 7 - Le site de Pampailly d’après les textes et les données de l’archéologie
Légende L’emplacement du martinet de Brussieu est hypothétique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 8 - Haldes remaniées sur le versant ouest de la colline de Pampailly
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 9 - Mise en sécurité du Puits du Jour
Légende Au cours des siècles, dans une roche fragile, les bords du puits se sont fortement érodés nécessitant la mise en place d’un blindage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 399k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access