Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1Nos recherches sur le chantier de construction à l'époque médiévale nous ont amenés à aborder un domaine méconnu mais essentiel ; l'échafaudage ancré. L'analyse archéologique d'un édifice ne peut pas, en effet, dissocier les modes d'échafaudement de la mise en oeuvre du bâti : tous deux évoluent conjointement.

2A l'origine d'une démarche méthodologique destinée à s'appliquer aux monuments, aux textes et aux images, la nécessité d'une approche pluridisciplinaire nourrie par la confrontation de données d'origines différentes s'est revélée riche en enseignements. Celle-ci a permis de replacer l'échafaudage dans la culture matérielle du Moyen Age, dans sa conception, dans sa réalisation et dans son usage. La lecture des élévations a entraîné la mise au point d'une méthode systématique d'analyse qui prend en compte toutes les données métriques, descriptives et quantitatives des structures. L'opportunité des investigations archéologiques sur les élévations et sur le sous-sol, souvent sur des édifices majeurs, a fourni la matière pour cette réflexion qui a été complétée par une approche historique spécifique des textes et de l'iconographie.

3L'espace géographique concerné par cette étude fut volontairement concentré sur une période (XIe-XVe s.) et une région témoin, le milieu rhodanien et l'axe Rhône-Saône. Il resterait à tester si son caractère exemplaire peut-être généralisé ; par ailleurs certaines parties de l'échafaudage n'ont volontairement pas été traitées, comme par exemple les cintres ou les engins de levage.

4Cette étude propose un certain nombre d'acquis, valables certes dans un cadre régional et pour un corpus donné de monuments, mais qui n'en constituent pas moins une base solide pour des recherches nouvelles.

5Ces acquis sont doubles : nous proposons d'une part une typologie de l'échafaudage médiéval - encastré, indépendant, en bascule - mais, celle-ci n'est pas une fin en soi. En effet les techniques de montage, dans leur simplicité, ont pérennisé des genres invariables d'échafaudement que l'on rencontre depuis l'Antiquité jusqu'au XIXe s., voire au XXe s. Ces différentes formes peuvent être employées simultanément. L'apport de nos recherches réside aussi dans la mise en évidence d'une réalité significative : si l'échafaudage a ses propres contraintes liées à des problèmes de sécurité, de circulation, et de dépôts…, la construction des maçonneries en dicte le montage. Comme les formes générales, les savoir-faire eux-mêmes sont susceptibles de durer : ainsi le marquage des trous bouchés en vue de leur réutilisation est pratiqué du Moyen Age jusqu'au siècle dernier. Ce souci est pris en charge dès la construction : ce n'est pas une marque laissée comme une cicatrice, mais elle garde sa fonction en vue de l'entretien. L'échafaudage encastré est donc conçu pour le présent comme pour l'avenir.

6Nous revenons par ailleurs sur certains a priori : ainsi le choix des essences, et la morphologie des pièces de bois mises en oeuvre ne s'effectuent pas seulement suivant des critères techniques, mais plutôt naturels et économiques ; de même les textes indiquent que les ligatures ne sont pas exclusivement réalisées à l'aide de cordages, mais aussi, entre autres, à l'aide de clous.

7Outre ces acquis d'ordre général, l'étude du trou de boulin a révélé des particularismes liés à la configuration du bâti, qu'il s'agisse des éléments saillants ou des vides. Ainsi la structure des conduits est-elle révélatrice d'un système d'échafaudement. Leur orientation varie, par exemple, en fonction du type d'échafaudage retenu, mais aussi en fonction de la nature du mur, de ses parements et de son appareil.

8La présence de trous traversants s'est, de ce fait, imposée comme étant une méthode d'analyse fiable pour prouver la contemporanéité des parements internes et externes d'un même mur.

9A partir de ces premiers résultats, il est possible de définir de nouveaux axes de recherche.

10- Alors que l'archéologie analyse aujourd'hui l'influence de la géologie sur l'art de bâtir, une enquête systématique, de même type, serait à développer sur le rapport entre le milieu naturel et l'échafaudage. Les solutions retenues dans les pays humides sont-elles différentes de celles adoptées dans les pays méditerranéens ?

11- L'aspect économique est-il un facteur déterminant dans le choix des essences et du type d'échafaudage ?. Les textes sont sans ambiguïté, du moins pour l'époque tardive : la cherté relative des bois longs a influé sur la structure et/ou la mise en oeuvre des échafaudages. Elle imposait parfois au constructeur d'économiser drastiquement le matériau, voire de se servir de pièces qu'il n'avait pas le droit de scier ou de tailler. Dans ce domaine également, une distinction est manifestement à introduire entre grands et petits chantiers, mais même pour les monuments prestigieux les maîtres d'ouvrage ont regardé à leurs dépenses.

12Cependant, le coût de l'échafaudage n'est pas le seul aspect de la question. Il convient de se demander dans quelle mesure la multiplication des chantiers à certaines époques n'a pas favorisé un commerce du bois d'échafaudage et développé consécutivement une spécialisation des matériaux selon la fonction (bois résistant à la flexion pour les boulins, les longerons ; à la compression, pour les perches ; bois adaptés aux planchers…). On doit envisager aussi la situation inverse : une relative pénurie, en favorisant une économie de récupération, ou de substitution, qui entraînerait une évolution significative des modes d'échafaudement ?

13- Les structures éphémères - estrade, tréteaux - déduites par l'absence de trous de boulin et illustrées par l'iconographie formeraient un thème de recherche complémentaire. On a été ainsi amené à négliger les structures autres que l'échafaudage encastré, seul ouvrage qui ait laissé des traces suffisantes dans les bâtiments, confirmées dans les textes et l'iconographie. Il a été nécessaire d'abandonner de nombreuses questions, que seul un travail d'envergure sur l'ensemble des structures temporaires en bois pouvait aborder. Qu'en est-il, par exemple, des relations entre l'échafaudage et la charpente ? Quel rôle jouaient les charpentiers reconnus dans le montage des échafaudages ? Les opérations étaient-elles laissées à des acteurs non spécialisés du chantier, ou, au contraire, spécialistes à plusieurs titres : charpenterie, taille de pierre et maçonnerie ? Comment s'articulaient, lors du voûtement, les ouvrages portant les cintres, qui ont laissé des traces d'ancrage similaires, et les échafaudages intérieurs ? Quel rapport les techniques d'échafaudement entretiennent-elles avec les savoir-faire d'une région ou d'un groupe humain ?

14- Il semblerait enfin qu'il existe une différence entre les modes de construction romans et gothiques. En effet, à l'époque romane, les dimensions des entrées de trous de boulin sont homogènes et de faible section, alors que dans les édifices gothiques, sur un nombre d'exemples malheureusement non encore significatifs, les dimensions des ouvertures sont très diverses. Ces données sont-elles suffisantes pour dégager des séquences chronologiques sur l'évolution du mode d'échafaudement et pour opposer un système roman à un système gothique ?

15La présente synthèse illustre l'intérêt d'une recherche systématique sur les installations éphémères du chantier dans la compréhension du bâti médiéval. Ainsi notre approche veut-elle contribuer à l'étude de la mise en oeuvre monumentale, et des conditions du travail de ses réalisateurs. Souhaitons qu'elle puisse devenir une utile introduction à de futurs travaux.

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access