Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Chapitre 6. Réutilisation de l’échafaudage

Texte intégral

  • 51 L'un d'entre eux, situé au niveau d'arasement du mur antique, a même fait l'objet d'une restauratio (...)

1Le reéchafaudement d'un bâtiment peut être fait pour de multiples raisons : surélever, repercer ou reboucher une ouverture, rejointer ou réenduire, repeindre, dépecer, poser ou restaurer des vitraux,… Dans tous les cas, la nature de la tâche influence également le choix de l'échafaudage. Les conditions de sa mise en place vont être ainsi radicalement différentes, car elles s'accompagnent d'une recherche et d'une réutilisation des trous de boulin. A Sainte-Eugénie (Loire), par exemple, les trous antiques sont systématiquement réutilisés lors de la construction médiévale51.

Le réemploi des trous de boulin

2Après avoir servi à maintenir le premier échafaudage, la destination des trous de boulin est diverse : les parements les ont conservés soit ouverts soit fermés. L'obturation, quand elle existe, consiste en un bouchon*. Ceux des parements internes s'avèrent être mieux conservés, non seulement parce qu'ils sont à l'abri des intempéries, mais aussi parce que l'on a pris soin de les refaire afin d'entretenir l'étanchéité du bâtiment. A l'extérieur, comme l'ensemble des maçonneries, ils sont exposés à une plus grande dégradation qui finit par les percer et qui ouvre la voie à des animaux (rongeurs, oiseaux…) qui vont poursuivre et souvent achever le travail de dégagement.

Les différents types de bouchons

3Le bouchon est de faible profondeur, 0,10 à 0,20 m selon la section du trou et s'amincit souvent à la partie supérieure. Il est, la plupart du temps, constitué de petits matériaux divers. A Cluny (fig. 91), à Sainte-Eugénie ou à la crypte de Champdieu, des tuiles et des carreaux de terre cuite sont empilés à l'ouverture du fourreau, et soigneusement maçonnés avec du mortier. Le galet est aussi utilisé comme mode de bouchage, comme à Saint-Paul-de-Varax (fig. 92). Aux cathédrales de Saint-Jean-de-Maurienne et de Die, des opercules de mortier, consolidés par des inclusions de tuf, ferment l'ensemble des trous de boulin. Dans l'abside de Saint-Jean de Lyon, ceux de l'arcature aveugle sont finement bouchés avec un mortier comprenant également des déchets de taille. A Chambles, un procédé identique est utilisé sur le mur gouttereau sud de la priorale Sainte-Foy-du-Châtelet (fig. 93).

91- Cluny : bouchons de tuiles et carreaux

91- Cluny : bouchons de tuiles et carreaux

92- Saint-Paul de Varax (01) : bouchon en galet

92- Saint-Paul de Varax (01) : bouchon en galet

93- Chambles (42), prieuré Sainte-Foy-du-Châtelet

93- Chambles (42), prieuré Sainte-Foy-du-Châtelet

Bouchage d'origine : le mortier utilisé est le même que celui des joints du parement

4Dans le moyen et le grand appareil, les bouchons sont parfois constitués par des dés de pierre très ajustés. Tel est le cas à la façade de Sainte-Eugénie et au transept de la cathédrale de Lyon.

5Les bouchons de bois sont plus rarement conservés et probablement moins utilisés à cause de leur nature périssable ; pour exemple, le bouchon conservé dans l'assise surmontant la rose de Notre-Dame-du-Haut-Don (Saint-Jean de Lyon). Ce bois est parfaitement calibré et enfoncé à quelques centimètres du bord.

L'échafaudage après l'échafaudage

6Nous savons peu de choses sur la réutilisation des trous de boulin originels lors d'opérations ultérieures. Les photographies conservées de la restauration de l'abbatiale de Cruas par l'architecte Révoil à la fin du XIXe s. attestent, néanmoins, cette pratique (fig.14). Par ailleurs, il est difficile de dater les bouchons conservés : sont-ils d'origine ou bien sont-ils refaits à la suite de restaurations ? Les éventuels bouchages modernes et le remplissage organique des fourreaux ne prouvent pas que les trous de boulin soient restés libres à l'origine.

Réutilisation liée à la restauration

7L'étude des enduits du transept sud de Cluny (fig. 94) a montré que les trous de boulin ont servi aux échafaudages des restaurations successives. Les enduits sont soigneusement crevés à l'emplacement de la plupart des trous de boulin, prouvant que ceux-ci ont été débouchés et réutilisés jusqu'au XIXe s. Ce réemploi n'est pas systématique, car les échafaudages peuvent varier de points d'appui au cours des campagnes. En voulant repérer les trous de boulin « non débouchés » sur les enduits les plus anciens (datés entre le XIIe et le XIIIe s.), des marques réalisées sur enduit frais ont été observées à trois reprises. A proximité de la porte romane, elles dessinent soit une croix, soit un carré mal calibré reprenant approximativement l'ouverture du trou. Sur le mur oriental de la première travée du transept, les différents bouchages donnent de précieuses indications sur la chronologie entre les phases de reblanchiment et la pose du décor de faux joints. L'enduit qui accompagne cette dernière phase ne concerne pas l'ensemble des murs. Tous les trous de boulin ne sont pas réutilisés et des niveaux entiers de platelages sont ignorés. On peut alors s'interroger sur la manière d'accéder à cet échafaudage partiel. En revanche, au niveau des fenêtres, tous les trous de boulin ont été repris pour la restauration. Au fur et à mesure du démontage de l'échafaudage, on a bouché les trous de boulin avec des briques, puis masqué l'ouverture avec une couche d'enduit pour appliquer le décor de faux joints. L'enduit du bouchage non badigeonné se distingue aisément de l'enduit des murs.

94- Cluny III, transept sud de l'église abbatiale, marquage d'un trou rebouché

94- Cluny III, transept sud de l'église abbatiale, marquage d'un trou rebouché

8A l'intérieur de la chapelle de Sainte-Eugénie de Moingt, le rebouchage est également consécutif à l'application d'un badigeon. Un enduit couvre largement la surface du trou et s'inscrit en légère saillie. Comme à Cluny, la surface de l'enduit frais a été marquée, parfois d'un simple trait, mais le plus souvent par des lettres « M » et« D » (fig. 95) ; ces marques sont destinées à faciliter le travail du prochain blancheteur.

95- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, marquages pour le repérage de trous de boulin rebouchés

95- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, marquages pour le repérage de trous de boulin rebouchés

9A l'intérieur de la cathédrale de Lyon, dans les parties supérieures du chœur, le parement poli laisse difficilement deviner un bouchage discret. A l'extérieur, dans l'arcature aveugle de l'abside, les trous présentent une surface soigneusement lissée : les bords des ouvertures sont finement chanfreinés pour éviter sans doute qu'une ombre trop nette n'en souligne l'emplacement.

Déplacement de l'échafaudage dans le chantier l'exemple de Cruas

A Cruas, l'étude des élévations a révélé que l'église a été construite d'est en ouest, travée par travée. La technique utilisée consiste à amorcer l'arc des grandes arcades de la travée suivante jusqu'à l'angle limite de 30°. Elle permet, pour chaque travée, de raidir les parties porteuses : piles, colonnes et pilastres et d'économiser le boisage, puisque l'arc amorcé tient seul sans le soutien d'un cintre. Celui-ci est alors récupéré dans la travée précédente qui est terminée et déplacé dans celle en chantier. Au rez-de-chaussée, l'échafaudage, comme on l'a vu au niveau des installations au sol, est à deux rangs de perches. Il est monté jusqu'au niveau du cintre des grandes arcades. A partir de la plate-forme qu'il soutient, on peut faire riper le cintre de l'arcade précédente en restant au niveau de pose. Cette technique explique que l'échafaudage soit en place devant une travée non construite, et que celui-ci soit monté indépendamment du mur.
Grâce à l'observation des trous de boulin conservés dans les parties hautes, et de l'implantation des perches au sol, on peut proposer une restitution du montage de l'échafaudage et du déroulement des opérations : l'échafaudage au niveau des grandes arcades de type à deux rangées de perches reste indépendant du mur et se développe vers l'ouest, en avant de ce qui sera la travée suivante. L'arc monté, celui de la travée suivante amorcé jusqu'à l'angle limite de 30°, on ripe le cintre. Les deux niveaux supérieurs de la nef (étage aveugle, étage des claires-voies) sont montés à partir du second niveau, par le biais d'un échafaudage de type encastré. Le rang de perches qui était parallèle au mur n'est pas continué en hauteur, ce qui facilite les circulations et le déplacement du cintre. Les boulins viennent alors s'encastrer dans les trous prévus à cet effet dans le mur.
Les coups de sabre dans les maçonneries, et les différences de niveaux des platelages marqués par les alignements horizontaux des trous, laissent supposer qu'à partir du second niveau les échafaudages de chaque travée sont relativement indépendants les uns des autres. Dans les deux premières travées, quatre niveaux de platelage se lisent, séparés en deux séries, dont les horizontales se décalent, à la retombée de l'arc doubleau.
Nous sommes ici en présence d'un remarquable exemple d'économie de boisages, et cet exemple illustre bien le fait que le choix d'un type d'échafaudage, ou la simultanéité de types différents dans une même construction ne sont en aucun cas à étudier selon des critères chronologiques.
Joëlle Tardieu

Reprises tardives

10Plusieurs exemples témoignent de la réutilisation des trous de boulin dans le cadre de restaurations jusqu'au début du XXe s.

  • 52 Séance du 7 novembre 1846, dans Bulletin monumental, t - III, 1847, p. 70 sq., cité dans J.-M. Leni (...)

11En 1846, lors de la restauration de la cathédrale d'Amiens, l'abbé Jourdain condamne le recours à des échafaudages volants. L'emploi de ce « frêle et parcimonieux appareil » est alors récent, puisque la cathédrale disposait, aux siècles précédents, d'un échafaudage de pied à demeure, qui servait aux divers besoins d'entretien et de réparation. Il relate le percement d« 'autant de trous qu'il y a de pièces de bois à y engager » dans les « contreforts vierges ». Après utilisation, ces trous sont bouchés avec des pierres « qui ne prennent jamais la nuance de la pierre principale et dont le joint se creuse et se dessine bientôt à la pluie »52.

  • 53 D'après une note de Dominique Peyre, Conservation régionale des monuments historiques, Rhône-Alpes.

12L'étude des documents photographiques conservés à la Direction du Patrimoine est également riche en renseignements, notamment les clichés des photographes Mieusement et Durand53 qui effectuent, à partir de 1870, des campagnes de prises de vue à travers toute la France à la demande de la Commission des Monuments Historiques.

13Les trous de boulin de mauvaise qualité peuvent signaler des restaurations. Ils sont retaillés dans le bâti achevé et sont reconnaissables à leurs arêtes éclatées. Les bois sont emmanchés en force, et souvent dans les joints, au mépris de toute considération de sécurité. C'est pourquoi il faut être prudent sur l'interprétation des bois conservés, d'où l'intérêt d'effectuer une analyse dendro-chronologique. Dans d'autres cas, les textes complètent les données archéologiques. Ainsi, le boulin, pris dans la maçonnerie de la chartreuse de Champmol, atteste bien de l'utilisation des trous de boulin pour les échafaudages de l'église : en 1387, on fait fabriquer à la forge du chantier « deux ciseaux de fer baillies a Poinceot de Lyon eschaffaudeur pour couper et troussonner bois qui estoit dedens les pertuis des murs de leglise et lui aidier a faire eschaffaues diz ouvrages ».

14Au Montverdun, des éléments de charpentes remployés, et enfoncés en force, n'ont pu être extraits au moment du démontage et ont été sciés au ras du mur. C'est probablement ce type de boulin remployé que l'on risque de retrouver le plus fréquemment dans les murs.

96- Monastère copte de Sainte-Antoine-du Désert (Egypte), détail d'assemblage

96- Monastère copte de Sainte-Antoine-du Désert (Egypte), détail d'assemblage

Notes

51 L'un d'entre eux, situé au niveau d'arasement du mur antique, a même fait l'objet d'une restauration.

52 Séance du 7 novembre 1846, dans Bulletin monumental, t - III, 1847, p. 70 sq., cité dans J.-M. Leniaud ; Les cathédrales au XIXe s., Paris, 1993, p. 260.

53 D'après une note de Dominique Peyre, Conservation régionale des monuments historiques, Rhône-Alpes.

Table des illustrations

Titre 91- Cluny : bouchons de tuiles et carreaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 92- Saint-Paul de Varax (01) : bouchon en galet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 93- Chambles (42), prieuré Sainte-Foy-du-Châtelet
Légende Bouchage d'origine : le mortier utilisé est le même que celui des joints du parement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 94- Cluny III, transept sud de l'église abbatiale, marquage d'un trou rebouché
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 95- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, marquages pour le repérage de trous de boulin rebouchés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 96- Monastère copte de Sainte-Antoine-du Désert (Egypte), détail d'assemblage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1772/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access