Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Chapitre 4. Échafaudage et iconographie médiévale du chantier

Texte intégral

  • 37 Nous remercions vivement M. Gunther Binding de nous avoir autorisé à reproduire ici les dessins tir (...)

1La recherche sur la construction médiévale fait de plus en plus appel aux sources iconographiques illustrant les procédés de mise en oeuvre connus par les textes, et confirmés par l'étude monumentale. Si des publications récentes37, notamment celles de G. Binding, ont fait connaître à un large public un nombre considérable de ces représentations médiévales de chantier, leur étude laisse toutefois à désirer. A côté des progrès de la recherche archéologique et de l'analyse des textes, l'approche de l'image se limite souvent à la simple illustration d'un propos, sans égard au contexte historique, géographique et artistique du document.

L'approche de l'image de chantier médiéval

2L'approche conventionnelle de l'image semble en effet ignorer l'évolution considérable de l'iconographie du chantier de construction du XIe au XVe s. S'il est difficile de déterminer dans quelle mesure cette évolution traduit, ou non, des changements dans le domaine des procédés techniques représentés, une première observation s'impose d'emblée : l'évolution dans la représentation des installations de chantier dépend de celle de l'organisation spatiale. Ainsi, le développement d'un espace pictural tridimensionnel exerce une influence considérable sur la façon de faire figurer la disposition de l'échafaudage, et d'autres aménagements intimement liés à l'architecture, en rapport avec un édifice, alors que les détails de l'assemblage changent peu.

3Le rapport étroit entre la représentation de l'échafaudage et celle de l'édifice peut donner lieu à des déformations très importantes si le développement d'une perspective n'aboutit à une image cohérente. C'est le cas d'une Tour de Babel dans un manuscrit de 1340-1350 (Rudolf von Ems, Histoire universelle, Zurich, Zentralbibliothek, Cod. Rh., f° 6 v°. Van Tyghem 1966, fig. 64 ; Binding 1987, n° 651), où un échafaudage encastré à bascule, situé sur la face latérale de la tour, représentée en perspective, reste parallèle à la façade frontale. Cette incohérence et le caractère sommaire de l'échafaudage représenté contrastent sensiblement avec le rendu très précis et détaillé de l'outillage et des engins de levage du chantier.

4La fiabilité inégale du détail et de l'organisation d'ensemble met en garde contre une surinterprétation de l'image : celle-ci ne reflète en effet l'évolution de l'architecture de son temps qu'à travers une lente transformation des conventions iconographiques, comme l'illustre, par exemple, l'introduction de l'arc-boutant dans le schéma conventionnel de l'image de l'église, à partir du début du XIIIe s. (Binding 1987, n° 502 ; n° 140).

5L'évolution de la représentation de l'échafaudage, intimement liée à celle de l'architecture et de l'espace pictural, est ainsi plus importante que celle que l'on peut discerner dans la figuration des différentes opérations du chantier, qui résument les tâches évoquées dans les textes contemporains.

6Le problème de l'espace pictural pourrait au moins partiellement expliquer la rareté des images d'échafaudages avant le XIIIe s., carence qui contraste avec l'abondance des données archéologiques et avec les mentions d'échafaudages et de cintres dans les sources écrites. Parmi les nombreux paramètres qui déterminent le degré de fiabilité d'une image, les modes de représentation particuliers à une époque, à une région et à un domaine de production artistique donnés, mais aussi la transmission et la transformation de ces derniers sont, par conséquent, particulièrement significatifs.

7La grande majorité des images de chantier médiévales proviennent de manuscrits et, à partir de la seconde moitié du XVe s, de sources imprimées. Avec la Construction de la Tour de Babel et la (Re-) Construction du Temple de Jérusalem, l'Ancient Testament et la littérature s'y référant fournissent deux thèmes majeurs auxquels se joignent ceux de la littérature historiographique et hagiographique. La comparaison avec des images sur d'autres types de support permet de rapprocher les enluminures des peintures murales et des mosaïques. Leur ressemblance s'explique d'une part par l'influence des modèles graphiques à échelle réduite, comme ceux du célèbre recueil d'Adhémar de Chabannes du début du XIe s. qui en serait un des rares exemples conservés, et d'autre part par des contraintes formelles souvent analogues.

45- Saint-Savin-sur-Gartempe, peintures de la voûte de la nef (vers 1100)

45- Saint-Savin-sur-Gartempe, peintures de la voûte de la nef (vers 1100)

Construction de la Tour de Babel

Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de France, Région Poitou-Charentes, 1994, cliché A. Maulny

8La représentation du chantier dans la sculpture monumentale romane illustre l'importance de la forme du support, qui peut imposer une réduction de l'image à l'essentiel. Sur un chapiteau du cloître de l'abbaye de Conques (vers 1125-1150) qui représente probablement la reconstruction de Jérusalem au son de l'olifant, la répartition des éléments est dictée par l'épannelage : sur la partie inférieure de la corbeille figure un édifice appareillé dont émergent les bustes de huit personnages aux angles et au centre de chaque face. Certains peuvent être identifiés par leurs outils comme étant des tailleurs de pierre (Vergnolle 1994, p. 20, fig. 12).

  • 38 Amiens, Bibl. municip., ms. 23, f° 116 r° et une autre image du même ms. sans référence précise. La (...)
  • 39 Cf. notamment une Construction de la Tour de Babel dans les Heures de Spinola de l'atelier de Gerar (...)

9La forme déterminée par la disposition de l'image sur son support semble donc être plus importante que la technique utilisée : si la célèbre Tour de Babel de Saint-Savin-sur-Gartempe (vers 1100) (fig. 45) intégrée dans une frise, est aussi haute que les manœuvres figurés à côté, celle de la cathédrale de Monreale (vers 1185) (fig. 46), conçue pour un emplacement plus haut que large, est deux fois plus élevée que les personnages. La Bible de Roda (1000-1050) (Paris, B.N., ms. lat. 6, t. III, f° 89 v ; cf. Gimpel 1980, p. 43 ; Kahn 1982, p. 293 ; Binding 1986, p. 34, fig. 1 ; Vergnolle 1994, p. 42, fig. 29) échelonne les opérations du chantier de la Reconstruction du Temple entre deux colonnes du texte, ce qui permet, tout en donnant à l'édifice une hauteur modeste, de représenter le levage des blocs à la main sans faire référence explicite à des échafaudages, des échelles ou des engins. A l'inverse, des images plus récentes, comme celles d'une Bible de Corbie datée de 1264 et celles d'un groupe d'Histoires universelles allemandes du XIVe s.38 (Binding 1987, n° 4, n° 5 (1264) ; n° 310 (début du XIVe s.), n° 334 (fin du XIVe s.), n° 335 et Erlande-Brandenburg 1993, p. 122, (vers 1370)), disposent sur un tel espace vertical une construction très surélevée, ce qui donne, à l'époque gothique tardive, l'occasion de représenter des échafaudages d'une hauteur inconnue dans d'autres images du genre39. La hauteur exceptionnelle d'une construction, ce qui est, selon la source biblique, la caractéristique essentielle de la Tour de Babel, favorise en effet la représentation de structures liées à l'élévation, comme l'échafaudage, les moyens d'accès et les engins de levage. Toutefois, si les images de la Tour de Babel prêtent davantage attention à ces installations à partir de la fin du XIVe s., le sujet iconographique en soi n'est pas le moteur principal de cette évolution : il s'agit en fait d'un regard nouveau sur le bâti et ses proportions dans un espace pictural, dont les prémices apparaissent dès la première moitié du XIIIe s. dans le domaine de la conception graphique des édifices gothiques et de leurs éléments constitutifs. Les dessins orthogonaux et perspectifs de Villard de Honnecourt, comme les plans et relevés proportionnels connus à partir du début de la seconde moitié du XIIIe s., en témoignent.

46- Construction de la Tour de Babel, mosaïque de la nef de la cathédrale de Monreale, vers 1185

46- Construction de la Tour de Babel, mosaïque de la nef de la cathédrale de Monreale, vers 1185

D'après G. Binding, 1987 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 16 ; Du Colombier 1973, p. 57, fig. 33

  • 40 On a depuis longtemps constaté la ressemblance de cette tour avec la tour méridionale inachevée de (...)

10Dans ce contexte, on constate que les représentations du chantier médiéval, où les effets de la perspective sur la cohérence des proportions sont respectés, comme par exemple celle de la Construction du Temple de Salomon de Jean Fouquet (fig. 47), ou celle du chantier de la tour qui accompagne en tant qu'attribut la Sainte Barbe de Jan van Eyck (1437) (fig. 48), dépendent de modèles graphiques liés soit directement, soit par l'intermédiaire d'autres domaines comme l'orfèvrerie, au relevé architectural de leur époque40.

47- Jean Fouquet La construction du Temple de Jerusalem

47- Jean Fouquet La construction du Temple de Jerusalem

Ill. dans Flavius Josephus, Antiquités et guerres des Juifs

Paris, Bibl. Nat de France, Ms. fr. 247, f° 163

48- Jan van Eyck, Sainte Barbe devant la tour (1437)

48- Jan van Eyck, Sainte Barbe devant la tour (1437)

Koninklijk Museum voor schone Kunsten, Anvers (Belgique)

11A l'évolution de la représentation architecturale s'oppose aussi un facteur de stabilité : celui de la copie d'un prototype donné, phénomène très important dans le domaine de la production des manuscrits enluminés. En comparant des images relevant d'un même prototype, on constate que l'intégration de nouveaux éléments se limite souvent à l'apport de détails, alors que la disposition générale du motif, et notamment celle de l'édifice représenté, restent inchangées. Ceci peut conduire à des anachronismes qui infirment la valeur de l'image comme témoin des réalités de son temps. Nous prendrons à titre d'exemple les représentations d'une visite du roi Offa sur le chantier de Saint-Alban dans deux copies de la Vie de saint Alban Amphibale de Matthieu Paris, respectivement du milieu du XIIIe (fig. 49) et du milieu du XIVe s. (fig. 50). Cette dernière matérialise l'édifice en construction selon un schéma roman, tandis qu'elle emprunte à l'image du XIIIe s. la figure de l'architecte au compas d'appareilleur et à l'équerre, d'origine plus récente. Il peut en aller de même pour l'échafaudage : un Speculum humanae salvationis du milieu du XIVe s. (Munich, Bayerische Staatsbibl., Cod. Lat. 146. ; cf. Binding 1987, n° 340) montre une construction avec échafaudage en bascule selon le mode de représentation sans perspective qui caractérise des images analogues de la fin du XIIe s. - début du XIIIe s.

49- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1250

49- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1250

Dublin, Trinity College Library, TLD 177, f° 59 v°. D'après G. Binding 1987, n° 168 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 27 ; Recht 1989, p. 25

50- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1350

50- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1350

Londres, Brit. Mus., Cott. Nero DI, f° 23 v°. D’après G. Binding 1987, n° 267 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 57 ; Recht 1989, p. 39 ; Coldstream 1992, p. 12, fig. 11a, Erlande-Brandenburg 1993, p. 38

Les représentations du XIe siècle au début du XIIIe siècle

12La majorité des représentations d'échafaudage étant postérieures au milieu du XIVe s., il nous a paru utile d'examiner à part les images de chantier du XIe au début du XIIIe s., période concernée par la plupart des études archéologiques sur lesquelles se fonde notre ouvrage.

De la non représentation de l'échafaudage

13Dès le XIe s., la composition des images de chantier reflète l'énumération des travaux dans les textes. Ainsi, l'illustration de la Reconstruction du Temple de Jérusalem dans la Bible de Roda fait apparaître distinctement le travail des operarii ou artifices, comme le transport du matériau à la charrette, le travail des lathomi ou lapicidae, et celui des cementarii, en conformité avec leur évocation dans les textes contemporains (Mortet 1911, passim, Binding 1993, p. 15 sq., 268 sq., Renoux 1991, p. 453 sq., Schlink 1978, p. 167 sq.). Vers la seconde moitié du XIIe s., ces mentions sommaires et quelque peu stéréotypées sont remplacées par des descriptions plus précises et plus différenciées, suivies en cela, avec un certain retard, par les documents iconographiques.

14Ce ne serait donc pas dû à un hasard si les représentations d'échafaudages restent rares jusqu'à la fin du XIIe s.. L'on peut reprendre l'illustration de la Bible de Roda, où des maçons travaillant à l'étage du Temple reçoivent des pierres à poser de la main de deux ouvriers restés au sol. L'édifice, dont le rez-de-chaussée s'ouvre par des arcades, est figuré selon un schéma abstrait que l'on retrouve dans la « Tapisserie » de Bayeux (1075-1080), où les représentations de l'abbaye de Westminster et du manoir de Bosham synthétisent apparemment les élévations intérieures (les arcades appartenant à l'ordonnance du rez-dechaussée) et extérieures. La Construction de la Tour de Babel de Saint-Savin-sur-Gartempe (fig. 45) fait abstraction de l'échafaudage, alors que la hauteur de l'édifice est clairement suggérée : un des manoeuvres placé à l'étage de la Tour reçoit une pierre de la main d'un personnage surdimensionné - Nemrod en maître d'œuvre -, tandis qu'un autre emprunte un engin de levage placé à la hauteur du niveau de travail. Si de telles images restent sommaires ou abstraites, les sources écrites contemporaines deviennent plus explicites lorsque la description d'un accident de chantier donne l'occasion de mentionner les échafaudages, cintres et autres installations éphémères (Binding 1993, pp. 427-444 ; Mortet 1911, p. 35, note 3), et ceci parfois avec une précision étonnante (Mortet 1911, p. 130, p. 169). C'est ainsi que l'échafaudage prend une place essentielle dans le célèbre récit de la reconstruction du choeur de la cathédrale de Canterbury (1174-1185), rédigé en 1185 (Stubbs (1879/1880) 1965, Mortet 1911, pp. 207-228, Binding 1993, pp. 1-10), son instabilité étant la cause de l'accident du maître d'oeuvre Guillaume de Sens. Vers la même époque, l'évêque Eystein de Nidaros-Trondjem se tue en tombant des échafaudages de sa cathédrale (Bur 1991, p. 239 ; voir la représentation d'un tel accident sur un vitrail de la cathédrale du Mans (fig. 51)). Ce contexte particulier expliquerait pourquoi un texte ou une image de l'époque se dispensent de l'évocation de l'échafaudage lorsque celle-ci paraît accessoire.

51- Le Mans, cathédrale Saint-Julien, d'après un vitrail de la baie 112

51- Le Mans, cathédrale Saint-Julien, d'après un vitrail de la baie 112

Le diable brise une perche, l'échafaudage s'effondre (échelles et platelage au sol)

  • 41 On peut, à titre d'exemple, se reporter à la position spatiale arbitraire des deux personnages plac (...)

15En outre, l'aspect équivoque de certaines images du XIIe s. résulte de la difficulté à définir le rapport spatial entre les personnages et l'échafaudage dans son rapport intime avec l'édifice41. L'échafaudage encastré à une rangée de perches et cinq niveaux de boulins superposés qui se greffe sur la Tour de Babel de Monreale (fig. 46), est en contradiction avec la représentation d'un personnage placé à pied d'oeuvre qui, tout comme à Saint-Savin-sur-Gartempe et dans la Bible de Roda, passe un bloc directement à l'un des deux maçons qui travaillent au sommet de la construction.

  • 42 Un engin semblable figure déjà dans une illustration de la Construction du Temple dans un psautier (...)

16Ainsi, la non représentation de l'échafaudage pourrait-elle obéir à des impératifs picturaux : la structure charpentée à poulie du chantier de la Tour de Babel de Saint-Savin-sur-Gartempe. première image connue d'un tel engin de levage dans l'art de l'Occident médiéval (Binding 1986, p. 35 ; Binding 1993, p. 393)42, suggère une certaine hauteur, que l'édifice et le rapport entre les personnages placés à pied d'oeuvre et au sommet de la tour ne font guère apparaître. Inversement, un échafaudage semble implicite dans la représentation de la Tour de Babel inhabituellement élevée qui figure dans les mosaïques du pavement de la cathédrale d'Otrante (1163-66) (fig. 52), où l'on voit, à côté de l'édifice, des personnages superposés à intervalles réguliers, formant une chaîne pour monter des blocs jusqu'au sommet de la tour. On peut penser qu'il s'agit ici d'une représentation abstraite des niveaux de platelages successifs. L'accès à cette partie de la construction se fait à la fois par un dispositif interne, matérialisé par deux personnages superposés qui apparaissent dans l'ouverture d'une porte du rez-de-chaussée, et par deux échelles extérieures empruntées par des ouvriers portant des pierres sur les épaules. Entre elles est figuré un tailleur de pierre qui, faute d'échafaudage, paraît suspendu dans le vide, devant une arcade à l'étage au-dessus de la porte du rez-de-chaussée, une position qui semble le placer sur un niveau de circulation non représenté.

52- Otrante, cathédrale, mosaïque de pavement : construction de la Tour de Babel (1163-1166)

52- Otrante, cathédrale, mosaïque de pavement : construction de la Tour de Babel (1163-1166)

D'après G. Binding 1987, n° 403 ; cf Haug 1977, fig. 3

17La mosaïque du Palazzo dei Normanni à Palerme (1166-1180) (Van Tyghem 1966, fig. 17 ; Binding 1987, n° 415) présente une Tour de Babel à deux étages en retrait munis de garde-corps où se tiennent des représentants, tous corps confondus, des différents métiers du bâtiment (maçon, manoeuvres, tailleur de pierre et charpentier). Cette image qui pourrait sous-entendre la présence d'un échafaudage, nous rappelle l'importance des appuis que peut offrir un édifice en construction lors de la mise en place des niveaux de travail.

Les représentations antérieures à la seconde moitié du XIIe siècle

18Ces réflexions en amont de notre étude peuvent aider à comprendre la rareté des représentations d'échafaudage avant la seconde moitié du XIIe s., une carence qui contraste avec l'importance réelle de l'échafaudage, notamment l'échafaudage encastré, dans la construction contemporaine. Certaines images romanes toutefois, à l'instar d'exemples antérieurs comme les mosaïques de Saint-Apollinaire-le-Neuf de Ravenne, intègrent l'aspect particulier des systèmes ordonnés de trous de boulin dans la représentation architecturale. Plusieurs chapiteaux du cloître de Moissac (daté de 1110) présentent des édifices dont les murs, courtines et tours sont parsemés de trous de trépan disposés très régulièrement. Au-delà de leur aspect décoratif, certaines forures figurent bien des trous de boulin :

19Les remparts de la ville de Jérusalem, figurés sur un chapiteau de la galerie sud (fig. 53), montrent deux rangées superposées de trous de trépan repris au ciseau. Disposés à intervalles réguliers à la base de l'une des assises de la courtine, ils figurent des trous de boulin échancrés percés dans le lit de pose des blocs. D'autres détails, comme par exemple les crénaux en encorbellement de la courtine, confirment l'intérêt du sculpteur pour les éléments caractéristiques d'une construction de pierre. Par contre, les autres représentations d'architecture n'utilisent que des trous de trépan bruts. Si certains parmi ces derniers sont disposés dans les écoinçons d'arcades, emplacement fréquent pour des points d'appui d'un niveau de platelage encastré, l'ensemble de ces forures et leur disposition en échiquier traduisent ici un souci décoratif.

53- Moissac, cloître, galerie sud, support des baies 8/9 (est-ouest), face nord : Jérusalem la Grande

53- Moissac, cloître, galerie sud, support des baies 8/9 (est-ouest), face nord : Jérusalem la Grande

20Plusieurs représentations d'édifices sur les chapiteaux des grandes églises auvergnates présentent le même type de trous carrés, disposés comme les trous de boulin par rangées horizontales superposées sur des enceintes, et sur les murs, tours et crénelages d'édifices. L'enceinte crénelée de Jérusalem sur un des chapiteaux du déambulatoire d'Issoire comporte trois niveaux de trous de boulin « échancrés », régulièrement répartis sur une figuration schématique d'opus quadratum (fig. 54). Il n'est toutefois pas sûr que son état actuel - outre la polychromie - ne résulte pas des campagnes de restauration du XIXe s. L'image reproduit les particularités du trou de boulin échancré, avec une précision étonnante : aux deux premières rangées, les trous sont tous taillés dans un des angles inférieurs des « blocs » ; au dernier niveau, plus rapproché du précédent que celui-ci du premier, ils sont taillés dans un des angles supérieurs. A l'église qui figure dans une scène de la Vie de saint Nectaire sur un chapiteau du déambulatoire de Saint-Nectaire (vers 1150 ?) (Craplet 1978, pl. 48), les trous de boulin de l'édifice et de l'enceinte crénelée qui entoure celui-ci sont taillés dans le lit d'attente au milieu du bloc. L'inhabituelle exactitude des détails de l'édifice, image-type d'une église de Limagne, prouve la familiarité du sculpteur avec les formes architecturales, et accuse le caractère intentionnel de la figuration des trous de boulin comme partie intégrante de l'appareil.

54- Issoire, église Saint-Austremoine, chapiteau du déambulatoire : Jérusalem

54- Issoire, église Saint-Austremoine, chapiteau du déambulatoire : Jérusalem

21Plusieurs motifs architecturaux sur des chapiteaux de Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (1100-1150) (Craplet 1978, pl. 15-18 ; Gimpel 1980, p. 71) assimilent des détails semblables au traitement décoratif, ce qui semble traduire une perception des trous de boulin apparents comme faisant partie du décor architectural.

Les types d'échafaudage dans l'image avant le milieu du XIIIe siècle

Échafaudage de pied

  • 43 L'image de chantier du psautier grec précité (voir note 42) présente une poulie fixée sur une struc (...)
  • 44 Un échafaudage du même type figure dans une image de chantier très semblable dans une Histoire univ (...)

22La plus ancienne représentation d'échafaudage dans l'art de l'Occident médiéval43 semblerait être celle de la Tour de Babel d'un De origine rerum de Raban Maur (1022-1023) conservé au MontCassin (fig. 55). L'échafaudage retenu est d'un type très rarement représenté44 qui utilise pour perche des grumes non affranchies, dont les fourches portent les moïses. Celle qui est représentée est équarrie, et soutient un maçon qui vide à la truelle le contenu d'une auge sur le lit d'attente de l'assise supérieure du mur. L'homme se tient de façon peu réaliste en porte-à-faux à côté de l'une des perches. La construction sommaire de l'échafaudage contraste avec les tenons traversants et mortaises d'une échelle empruntée par des manoeuvres, un mode d'assemblage soigné attesté par les restes d'un échafaudage de 1136/1137 retrouvés en fouille à Saint-Jean de Cerlier (Suisse) (fig. 56).

55- Raban Maur, De origine rerum, Mont-Cassin

55- Raban Maur, De origine rerum, Mont-Cassin

Bibl., Cod. 132
D'après G. Binding 1987, n° 327 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 6 ; Du Colombier 1973, p. 8, fig. 3a (16) ; Bechmann 1984, p. 255, fig. 4

  • 45 La date indiquée par Binding "deuxième quart du XIe s." est improbable et relève apparemment d'une (...)

23La perche fourchue figure dans un manuscrit anglais (1125-1150 ?) (Aelfric, Paraphrase du Pentateuque et de Josué, Canterbury, abbaye de Saint-Augustin. Londres, Brit. Mus., Cott. Ms, Claudius Β IV, f° 19 ; cf. Binding 1987, n° 265)45 comme soutien d'un boulin encastré. Un ouvrier placé à ce niveau fait partie d'une chaîne qui, tout comme dans la mosaïque d'Otrante, effectue le levage des matériaux.

24Bien que l'emploi d'échafaudage de pied soit attesté au nord des Alpes dès l'époque caroligienne (Binding 1993, p. 431-432), sa représentation semble pratiquement limitée à la seule Italie jusqu'à la seconde moitié du XIVe s.

56- Saint-Jean de Cerlier : restitution de la structure charpentée d'après les vestiges trouvés en fouille

56- Saint-Jean de Cerlier : restitution de la structure charpentée d'après les vestiges trouvés en fouille

D'après Mojon 1986, p. 83, fig. 8

Échafaudage de pied à un rang de perches de type encastré

25La Tour de Babel des mosaïques de Monreale (fig. 46) associe à un motif architectural fortement tributaire de conventions iconographiques, la représentation d'un échafaudage de pied à un rang de perches de type encastré. Celui-ci présente des détails d'assemblages précis. Dans l'iconographie architecturale romane, ce contraste entre une composition architecturale schématique, voire abstraite, et une reproduction fidèle d'éléments particuliers ne doit pas étonner, et les détails doivent être pris en considération pour étudier l'échafaudage médiéval. Représenté de part et d'autre de la tour et vu de profil sans autre développement spatial que celui de l'élévation, il comporte une rangée de perches sur lesquelles viennent se fixer cinq niveaux de boulins. Les ombres, indiquées sous forme d'épaisses bandes, diffèrent des doubles traits qui cernent les montants et les barreaux d'une échelle ou le manche d'un outil de gâchage, et pourraient indiquer des bois ronds. Les boulins, qui dépassent de l'alignement des perches, sont attachés à celles-ci par les ligatures attestées par les sources contemporaines. Les personnages qui, en raison des différences d'échelle, restent sans rapport avec l'échafaudage, accèdent aux niveaux supérieurs de l'édifice, et implicitement peut-être, des échafaudages, à l'aide d'une échelle, et par un escalier dont l'existence est suggérée à l'intérieur de la tour. La fréquence de la représentation de ce moyen d'accès paraît correspondre à une fonction réelle de l'escalier lors de la construction (voir aussi James 1977-1982, passim).

Échafaudage encastré en bascule sur perches suspendues

26La Tour de Babel de Saint-Marc de Venise (1225-1250) (fig. 57) montre un échafaudage encastré en bascule auquel on accède par une succession de trois rampes soutenues par des perches qui ne prennent pas appui sur le sol. Le platelage sommital qui constitue le niveau de travail est rabattu dans le plan de l'image. L'existence de quatre boulins est suggérée par les ligatures qui les fixent aux perches, régulièrement espacées. Celles-ci s'arrêtent au-dessus du platelage à des hauteurs plus ou moins égales, et sont prolongées vers le bas par des aboutements, disposés tantôt à droite, tantôt à gauche de la perche, et dont la longueur croissante vers la gauche correspond à l'inclinaison de la seconde rampe. Sous celle-ci, représentée comme les deux autres en fausse perspective, semblent apparaître les extrémités de quatre boulins fixés au côté droit des perches, qui s'alignent avec ceux de la rangée supérieure. Le platelage est formé de trois planches sans lien transversal, chaque rampe de deux planches reliées par des échelons. Les deux rampes supérieures sont pourvues d'une main courante fixée aux perches, un dispositif de sécurité qui est absent des niveaux de travail. La disposition des rampes paraît suffisamment claire pour préciser leur position et le sens de la circulation : celle du second niveau longe le parement du mur, la troisième juxtaposée à la précédente et au platelage supérieur, s'écarte du mur. Cette disposition logique reste ambiguë. La figure d'un ouvrier disposée sur la seconde rampe, mais passant devant la troisième, trahit la difficulté de représenter l'organisation spatiale d'une structure particulièrement complexe.

57- Venise, cathédrale Saint-Marc

57- Venise, cathédrale Saint-Marc

Mosaïque du porche occidental, représentant la construction de la Tour de Babel

Échafaudage encastré en bascule

27Selon le recensement de G. Binding, et dans l'état actuel de la recherche, l'échafaudage à boulins sans perches n'est représenté qu'à partir de la seconde moitié du XIIe s.. Plus fréquent au nord des Alpes, ce type reste rare dans les sources iconographiques italiennes (Binding 1993, p. 428). Le plus ancien exemple cité par G. Binding provient d'un manuscrit de la Saxe supérieure daté de 1168-1180 (Saint Augustin, De civitate Dei, Schulpforte, bibl., Ms. lat. A 10, f° 3 ; cf. Binding 1987, n° 510). Il s'agit d'une tour ceinte d'une chemise crénelée sur laquelle vient se greffer un platelage rabattu dans le plan de l'image. Il est composé d'éléments - des planches ou des claies - disposés dans le sens de la longueur, et reliés entre eux à intervalles espacés par des pièces transversales.

28Vers 1200 apparaissent les représentations d'échafaudages encastrés en bascule, vus de profil comme celui de la Tour de Babel de Monreale, dont les boulins sont soutenus par des aisseliers sans potelets, éléments structurels dont l'absence pourrait être due à la schématisation. Dans la Bible de Manchester (début du XIIIe s.) (fig. 58), les aisseliers droits sont engagés dans la structure horizontale qui résume le niveau de travail. Le Psautier de Huntingfield (vers 1200) (New York, Pierpont Morgan Library, Ms 43 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 12 ; Binding 1987, n° 354) présente des aisseliers courbes qui maintiennent le niveau de travail en son milieu. Les aisseliers « doubles » de l'échafaudage d'une Tour de Babel analogue dans un autre Psautier anglais (avant 1222) (Munich, Bayerische Staatsbibl., Cod. lat. 835, f° 10 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 24 ; Binding 1987, n° 346 ; Recht 1989, p. 66, fig. 7) font sans doute référence à la perspective. Ici, l'accès aux platelages se fait par des escaliers vus de profil, structures quelque peu énigmatiques, car abstraites, qui pourraient correspondre aux rampes en clayonnage munies de marches en bois qui apparaissent dans des illustrations du XIVe s..

58- Construction de la Tour de Babel, Bible française

58- Construction de la Tour de Babel, Bible française

Manchester, John Rylands lib., Ms. fr. 5, f° 16
D'après G. Binding 1987, n° 315 ;
cf. Van Tyghem 1966, fig. 23 ; Gimpel 1980, p. 34

29Comparés aux exemples du début du XIIe s., les édifices représentés dans ces images se développent nettement en hauteur. Aussi, le transport des blocs se fait-il par une échelle ou en empruntant des accès situés à l'intérieur des constructions (escaliers). Dans le Psautier de Huntingfield, le levage est effectué à la corde depuis les platelages. L'image de la Bible de Manchester, plus différenciée, fait intervenir une grue à double potence, qui prend appui sur le rez-de-chaussée de l'édifice. Elle est actionnée à la fois depuis le sol et depuis un platelage. Deux des quatre personnages, qui se tiennent sur l'échafaudage, empiètent sur la façade de la tour. Ceci pourrait suggérer soit un retour des platelages, soit un accès en hauteur. Le schéma équivoque de l'étage ou de la couverture d'un édifice comme dispositif pour la circulation en hauteur est d'ailleurs ancien : on le trouve déjà dans le Psautier de Saint-Gall (vers 850) (Psalterium aureum, Saint-Gall, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 22, f° 64.24 ; cf. Binding 1987, n° 540, Erlande-Brandenburg 1993, p. 13).

30Si l'interprétation des structures architecturales dans de telles images reste arbitraire, le rendu très précis de l'outillage nous incite à prendre en considération les détails des échafaudages représentés. On retient ainsi l'absence de deux ou de plusieurs niveaux de platelages dans la plupart des représentations d'échafaudages encastrés sans perches. Les images plus tardives confirment cette particularité, qui attesterait ainsi la pratique du transfert des boulins et des platelages d'un niveau à l'autre, au fur et à mesure de l'avancement du chantier, telle que la suggère l'étude des trous de boulin.

Les structures symbolisant un échafaudage

  • 46 Les vitraux du premier tiers ou de la première moitié du XIIIe s. accusent le caractère conventionn (...)

31Nous avons pu constater que les impératifs techniques, auxquels obéissent certains types de support, peuvent imposer une réduction de l'image du chantier à ses composantes élémentaires. Dans un tel contexte, il est possible que la présence d'une rampe d'accès, d'une échelle, d'un engin ou d'un personnage effectuant le levage implique l'échafaudage, sans que celui-ci soit explicitement représenté, ce qui caractérise en effet les images de chantier dans les domaines du vitrail, de la sculpture et de l'orfèvrerie des XIIe et XIIIe s.46.

Les représentations de la seconde moitié du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle

32A partir du début du XIIIe s. s'amorce une évolution considérable de l'image du chantier : l'échafaudage, ou du moins les structures qui le symbolisent, et les engins de levage s'intègrent comme éléments caractéristiques dans un ensemble où les personnages, qui sont le reflet des divers postes du chantier, sont échelonnés dans un espace pictural où se développe une certaine cohérence entre l'architecture et les installations du chantier qui lui sont intimement liées. Par conséquent, ce sont surtout les documents de la fin du XIVe et du XVe s. qui permettent d'évaluer avec plus de précision le rapport entre la représentation de l'architecture, tributaire de conventions et, dans la plupart des cas, d'une lourde tradition iconographique liée au sujet, et les éléments d'échafaudage dont les composantes relèvent de ces détails du chantier dont la représentation minutieuse étonne déjà dans les images des XIe et XIIe s.

33Compte tenu de la vaste étendue chronologique et géographique de notre enquête, et de l'impossibilité d'entreprendre l'analyse iconographique précise des images respectives, nous nous limiterons ici à la confrontation des représentations du XIIIe au XVe s. qui concernent les types d'échafaudage connus de l'étude archéologique.

34Les exemples étudiés montrent un grand nombre de détails se rapportant à la construction d'un échafaudage : la forme, la section et les dimensions des bois, leur fixation à l'aide de ligatures, chevilles ou clous, l'emploi de taquets, ainsi que la nature des platelages, composés de claies ou de planches, simples ou juxtaposées, plus ou moins rapprochées ou espacées, et disposées parallèlement ou perpendiculairement au mur. Il est même parfois possible de déterminer le mode de débitage des billes de bois. On trouve aussi la représentation de dispositifs de sécurité (gardecorps, mains courantes...) et de moyens d'accès (échelles, rampes faites de planches ou de claies à échelons ou marches...).

35Ces détails ne pouvant être dissociés du contexte de l'image, leur description restera liée à la présentation des types d'échafaudage suivants :

L'échafaudage volant

36La Tour de Babel dans une Histoire Universelle de la seconde moitié du XIIIe s. (fig. 59) comporte un échafaudage encastré représenté, comme celui de la Tour de Babel d'un manuscrit de 1340-1350 déjà commenté, à cheval sur l'angle entre deux parements de la construction. Les deux boulins, qui soutiennent un platelage à l'angle de la tour, sont maintenus par deux cordes qui forment une boucle autour de leurs extrémités, et qui semblent passer au-dessus du lit d'attente de la dernière assise du mur en construction. La position assise du maçon, maintes fois attestée, est obligatoire lorsque la hauteur de l'arase sur laquelle il oeuvre dépasse le platelage de peu.

59- Construction de la Tour de Babel, Histoire Universelle, Dijon

59- Construction de la Tour de Babel, Histoire Universelle, Dijon

Bibliothèque municipale, Ms. 562, f° 9, r°.
D'après G. Binding 1987, n° 159 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 30 ; Gimpel 1980, p. 79

L'échafaudage en bascule

37Depuis le début du XIIIe s., l'échafaudage encastré sans perches est la forme la plus couramment représentée dans l'iconographie médiévale, comme l'illustre le grand nombre des exemples des XIVe et XVe s. dans les publications citées.

38Le caractère sommaire, voire abstrait, d'un bon nombre de ces représentations semble être dû à leur valeur quasi emblématique : de nombreuses illustrations du XVe s. reproduisent en effet invariablement le même platelage porté par deux boulins, qui deviendra aussi l'échafaudage-type de la plupart des images de chantier imprimées dans le dernier tiers du XVe s. Un groupe d'exemples datés des années 1472-1480 (Binding 1987, n° 15, 24, 26, 27, 46, 652) montre que les dimensions de ces vignettes imprimées et les contraintes techniques de la gravure sur bois ont dû conditionner une restriction du chantier aux éléments significatifs. Aussi est-il douteux que la surface toujours réduite de l'échafaudage et l'absence fréquente d'aisseliers ou de perches correspondent à une réalité.

39Certaines images de chantier du XVe s. indiquent plusieurs échafaudages en bascule de largeur restreinte, greffés chacun sur une face distincte de l'édifice à des hauteurs différentes. Les platelages dénivelés communiquent entre eux par des échelles, les niveaux inférieurs semblant servir de palier. Le rapport de ce type d'échafaudage spécifique avec la réalité du chantier, telle qu'elle se présente à travers les variations de l'organisation des trous de boulin dans une élévation, reste toutefois à vérifier. Il distingue un groupe d'images de la Tour de Babel des années 1460-1475 qui pourraient dériver d'un modèle commun, quoique varié dans ses détails. Deux versions analogues d'un Recueil de textes de saint Augustin (Paris, B.N., Ms. fr. 19, f° 81 v°, et Ms. fr. 27, f° 122 ; cf. Binding 1987, n° 453, 456) présentent une tour de plan carré, alors que plusieurs copies de La Bouquechardière de Jean de Courcy, dont deux exemplaires quasi identiques à Vienne (fig. 60) et à Chantilly (Musée Condé, Ms. 728 ; cf. Du Colombier 1973, p. 25, fig. 10 ; Binding 1987, n° 129), ainsi qu'un autre à Waddesdon Manor (Collection Rothschild, Ms. 11, f° 201 ; cf. Binding 1992, n° 601c), figurent une tour hexagonale.

60- Jean de Courcy, La Bouquechardière

60- Jean de Courcy, La Bouquechardière

Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 2543, f° 218 r°. D'après G. Binding 1992, n° 619 c

40Lorsqu'un platelage est représenté sans accès, il sert souvent à entreposer du matériel, comme les auges et les pierres. Ceci est illustré par une Tour de Babel des environs de 1470 (Berlin-Dahlem, Staatliche Museen, cabinet d'estampes, n° 63 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 155 ; Du Colombier 1973, p. 25, fig. 9, ici daté « vers 1430 » ; Binding 1987, n° 71 ; R. Recht 1989, p. 340). Une autre illustration (fig. 61) montre ce type de platelage en bascule au sommet du mur en construction, où une auge posée sur les planches sert à un maçon qui travaille depuis l'intérieur de la tour.

61-

61-

Londres, British Museum, Cott. Ms. Aug. A V, f° 22. D'après G. Binding 1987, n° 262 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 134 ; Coldstream 1992, p. 45, fig. 46

Les engins de levage en encorbellement

41Si notre enquête exclut les engins de levage, l'étude iconographique ne peut toutefois faire abstraction des documents qui renseignent sur l'emploi de la technique de l'ancrage en bascule pour encastrer en encorbellement des engins de levage. Une Haggadah d'Or espagnole du début du XIVe s. (fig. 62) présente à deux reprises un moufle fixé sur un boulin dont l'un soutient une volige servant de platelage. Le chantier de la Tour de Babel dans la Bible de Wenceslas (1390-1400) (fig. 63) dispose, en plus de ses échafaudages en bascule, de non moins de trois engins de levage en encorbellement, qui signifient l'envergure de l'édifice ambitieux. Aussi, la charpente des cages accueillant des roues à échelons et l'assemblage des grues sont représentés avec beaucoup de minutie, alors que leur lien avec la maçonnerie reste arbitraire. Un Speculum humanae salvationis rhénan de la seconde moitié du XIVe s. (Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, Ms. 5970 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 69 ; Binding 1987, n° 363), souligne la parenté d'une telle structure avec l'échafaudage : un engin du même genre repose sur un plancher qui est identique au platelage de l'échafaudage en bascule encastré dans une autre face de la tour carrée.

62- Haggadah d'Or

62- Haggadah d'Or

Londres, British Museum, Add., Ms. 27210, f° 3 r° et 11 r°. D'après G. Binding 1987, n° 252-253 ; cf. Gimpel 1976, p. 54

63- Tour de Babel, Bible de Wenceslas

63- Tour de Babel, Bible de Wenceslas

Vienne, Ôsterreichische Nationalbibliothek, Cod. 2759, f° 10 v°. D'après G. Binding 1987, n° 628 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 68 ; Binding 1993, p. 413

L'échafaudage encastré

Boulins et trous de boulin

42Il est tentant de chercher dans la représentation de la forme des bois d'échafaudage le reflet des sources textuelles et des rares données archéologiques. Les bois non façonnés paraissent traduire l'emploi du tout-venant. Un bon nombre d'images précise la section circulaire, carrée ou rectangulaire des boulins et perches qui peuvent, comme nous le verrons, varier dans un même échafaudage. Cependant, il demeure souvent impossible d'apprécier si cette différenciation est délibérée, c'est-à-dire si elle cherche à représenter la réalité du chantier. Une telle intention semble plus claire lorsque la représentation distingue un boulin rond engagé dans un trou carré, comme dans les Heures Visconti de la fin du XIVe s. (Florence, Bibl. nat. Rinata, BR 367, f° 122 v ; cf. Binding 1992, n° 176 b).

Soutiens des boulins

43La tendance plus ou moins affirmée vers une schématisation interroge sur l'absence d'aisseliers dans la majorité des représentations d'échafaudages en bascule. Or, il est douteux que cette carence corresponde bien à une réalité. On constate que les images les plus détaillées mettent en relief des structures d'appui et des contreventements complexes, en précisant parfois la forme des bois et le système de leur ancrage et de leur liaison.

44Une illustration tirée d'un manuscrit français du milieu du XVe s. (fig. 64 et 10) montre l'emploi de bois non façonnés comme aisseliers pour un échafaudage en bascule. La construction s'effectue à partir de platelages situés au même niveau de part et d'autre d'une courtine. Du côté extérieur, deux branches fourchues de faible section soutiennent un platelage en clayonnage à l'aide d'une moise tordue. La forme irrégulière des bois est confirmée par le tracé des ombres sur le mur en pierre de taille, où apparaissent des trous de boulin échancrés à l'angle inférieur des blocs. Les aisseliers semblent être engagés dans des trous de boulin du même type, ce qui suggère l'emploi de ces derniers pour les boulins, ici invisibles, comme pour les aisseliers.

64-

64-

Manuscrit français, Londres, British Museum, Cott. Ms. Aug. A V, f° 51 v° D'après G. Binding 1987, n° 263 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 133 ; Coldstream 1992, couverture

45Aux aisseliers peuvent se substituer des raidisseurs plus complexes. La représentation de la Tour de Babel dans un manuscrit anglais des environs de 1300 (fig. 65) indique des équerres fixes appuyées sur des consoles, au-dessous d'un platelage en clayonnage. Plus courant est le raidissement de boulins superposés par des contreventements parallèles et/ou perpendiculaires au mur, comme l'illustre bien la Tour de Babel datée de 1473 citée ci-dessus. Comme Viollet-le-Duc l'a démontré pour le donjon du château de Coucy (Viollet-le-Duc 1854-1868, figs. 1-3) (fig. 87), cette technique utilise en effet un système de trous de boulin doubles. Or, l'exacte superposition des trous de boulin, qui est nécessaire pour l'emploi d'un tel système de raidissement, apparaît dans plusieurs représentations d'échafaudages en bascule, où les platelages sont par ailleurs continus sur tout le pourtour de la construction.

65- Construction de la Tour de Babel, manuscrit anglais

65- Construction de la Tour de Babel, manuscrit anglais

Londres, British Museum, Egerton Ms. 1894, f° 5 v°. D'après G. Binding 1987, n° 268 ; cf. Coldstream 1992, p. 53, fig. 58

46La Tour de Babel représentée dans un tableau de Sanders Bening daté de 1480 (La Haye, Het Mauritshuis, cat. n° 784 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 161 ; Binding 1987, n° 152), est munie de trous carrés au-dessous des boulins d'un niveau de travail entourant la construction de toutes parts. Dans l'image d'un chantier urbain de l'Allégorie du Bon Gouvernement d'Ambrogio Lorenzetti (1337-40) (fig. 66), ces trous s'alignent exactement sur les boulins au niveau supérieur. A un trou de boulin de taille réduite à proximité de l'angle de l'édifice correspond un boulin de plus faible section au niveau supérieur. Placé en biais, il soutient le chevauchement angulaire des planches d'un platelage continu, une technique confirmée par l'observation archéologique.

66- Ambrogio Lorenzetti, Allégorie du Bon Gouvernement, détail

66- Ambrogio Lorenzetti, Allégorie du Bon Gouvernement, détail

Sienne, Palazzo publico, Sala della Pace. D'après G. Binding 1987, n° 520 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 58

47D'autres illustrations présentent des boulins laissés en place au-dessous du niveau de travail.

48Dans un Speculum humanae salvationis du milieu du XVe s. (fig. 67), on trouve une construction où s'échelonnent en hauteur trois rangées de trous de boulin échancrés. A un quatrième et dernier niveau, des boulins ronds soutiennent un platelage. Les deux niveaux précédents ont conservé la plupart de leurs boulins, de section carrée. Ce curieux détail apparaît encore plus clairement dans une Annonciation de la collégiale de Heiligenkreuz (vers 1400) (Vienne, Kunsthistorisches Museum, n° d'inventaire 239 ; cf. Binding 1987, n° 608). Des boulins laissés en place figurent quelquefois parmi les éléments qui résument un échafaudage dans les images de chantier imprimées (Peter Drach, Spiegel menschlicher Behaltnis, Spire, 1479, f° 137 v°; cf. Van Tyghem 1966, fig. 158 ; Binding 1987, n° 522).

67- Speculum humanae salvationis

67- Speculum humanae salvationis

Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. Series nova 12883, f° 110 v°. D'après G. Binding 1987, n° 639

49L'éventuelle utilité des boulins laissés en place est confirmée par le retable de Saint-Wolfgang de Michael Pacher (1471-1481) (Saint-Wolfgang, église paroissiale, volet extérieur droit du retable ; cf. Binding 1987, n° 546 ; Binding 1993, p. 317, fig. 86), où plusieurs niveaux de platelage servent à l'application d'un enduit.

50Ici, le travail progresse de haut en bas, en enlevant les boulins et platelages au fur et à mesure. Ainsi, la partie déjà enduite s'arrête au dernier platelage qui est en cours de démontage. Dessous, d'autres niveaux de boulins sont encore en place, et seuls les platelages en rapport avec les surfaces utiles du mur ont été conservés : ils enjambent deux lancettes latérales sans englober une grande arcade centrale brisée.

Échafaudage encastré à une rangée de perches : échafaudage mixte

51De nombreuses images de chantier du XVe s. confirment l'adaptation aux besoins spécifiques d'une même construction par l'emploi de différents types d'échafaudage, telle qu'elle est démontrée par l'archéologie monumentale. La plupart des exemples combinent l'échafaudage en bascule et l'échafaudage encastré à une rangée de perches.

52Certaines représentations de la construction d'une tour circulaire à l'aide d'une rampe hélicoïdale mettent en évidence le remplacement des perches du niveau inférieur par des aisseliers au niveau supérieur, selon le célèbre procédé dont la construction du donjon de Coucy (vers 1225) est l'exemple le plus connu (fig. 87). Ν. Coldstream (Coldstream 1992, p. 52, fig. 56) en cite un autre avec le châtelet d'entrée du château de Harlech. Dans un Recueil de textes de saint Augustin français des environs de 1400 (Paris, B.N., Ms. fr. 21, f° 87 ; cf. Binding 1987, n° 454), des grumes non affranchies remplacent les perches de la partie basse pour soutenir les boulins ronds d'une rampe en clayonnage. L'illustration très proche d'une Historia scholastica du début du XVe s. (fig. 68) indique au niveau inférieur de la tour une rampe de planches transversales sur des boulins liés à des perches qui dépassent chaque fois le niveau du platelage.

68- Guyart des Moulins, Historia scholastica

68- Guyart des Moulins, Historia scholastica

Londres, Bristish Museum, Royal Ms. 15 D III, f° 15 v°. D'après G. Binding 1987, n° 281 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 94, cf. aussi fig. 90 de cet ouvrage

53Si l'échafaudage encastré à une rangée de perches figure, au même titre que le platelage installé en encorbellement sur deux boulins, parmi les éléments fortement schématisés, il apparaît souvent dans des images de chantier qui renseignent avec minutie sur des structures complexes, ce qui permet de préciser le rapport entre la construction de l'échafaudage et celle de l'édifice. Destiné à servir sur toute la hauteur de la construction projetée, l'échafaudage l'entoure souvent de toutes parts. Les longues perches peuvent largement dépasser le niveau du dernier platelage, prévoyant ainsi l'évolution du chantier.

54La célèbre image de la construction des murs de Jaffa dans une Chronique de Jérusalem réalisée avant 1467 pour Philippe le Bon de Bourgogne (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 2533, f° 17 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 118 ; Binding 1987, n° 619 ; Recht 1989, p. 74) montre avec précision les types de contreventements nécessaires pour raidir un échafaudage de grandes dimensions : les échafaudages de deux des tours de l'enceinte conservent un niveau de moises, raidies sur une travée par des aisseliers, à la hauteur d'un platelage démonté dont les trous de boulin apparaissent dans le parement du mur. Entre ces moises et celles du niveau de travail excédé par les hautes perches, se croisent des contreventements. La construction de la courtine, moins avancée, se fait depuis des platelages plus bas. De longues perches, enfoncées dans le fossé et raidies à leur base, annoncent le progrès de la construction, au même titre que la rangée de trous de boulin destinés à recevoir le niveau de travail suivant.

55Les boulins, directement attachés aux perches dans la plupart des images, peuvent être fixés à l'aide de tasseaux et de moises.

56Dans une illustration d'un exemplaire flamand des Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime (1470/1475) (Bruges, Groote Seminarie, 158/189 ; cf. Binding 1992, n° 98 a ; Binding 1993, p. 445, fig. 194) un édifice est démoli à l'aide d'un échafaudage encastré, constitué d'un assemblage de bois équarris et de ligatures. Ici, les deux boulins prennent appui sur une moise soutenue par deux tasseaux chanfreinés cloués sur la face antérieure des deux perches. Ces dernières, calées dans des trous de poteau, sont raidies par deux croix de Saint-André que sépare une moise intermédiaire.

57Dans un échafaudage encastré, on peut limiter l'emploi des perches à des emplacements stratégiques, sans que l'on ait à soutenir chaque boulin avec une perche ou un aisselier.

58L'extraordinaire échafaudage qui entoure la Tour de Babel de Benozzo Gozzoli au Camposanto de Pise (1468-1485) (fig. 69), possède des perches très espacées. Liés aux moises, les boulins, de section circulaire ou carrée, sont tantôt libres, tantôt attachés à l'une d'entre elles, soutenus par des tasseaux et serrés à l'aide de cordages contre le flanc de la puissante bille affranchie.

69- Benozzo Gozzoli, Construction de la Tour de Babel, Pise, Camposanto

69- Benozzo Gozzoli, Construction de la Tour de Babel, Pise, Camposanto

D'après G. Binding 1992, n° 477 a et couverture ; cf. Binding 1993, p. 438, fig. 190

59Le maintien de plusieurs niveaux de platelages paraît caractériser un échafaudage comme très élevé. Puisque la représentation d'une telle installation complexe demande une maîtrise de la perspective et du rapport entre la représentation architecturale et celle des composantes de l'échafaudage, les images qui les attestent se distinguent par leur qualité inhabituelle.

60Dans la Tour de Babel de Gozzoli figure un avant-dernier platelage resté en place sous le niveau de travail sommital. La perspective linéaire suggère assez clairement que l'écart entre les deux niveaux est trop réduit pour que les deux personnages qui se tiennent sur le platelage inférieur puissent se redresser. L'image confirme donc l'observation du bâti qui atteste la succession de niveaux de trous de boulin à intervalles serrés, bien inférieurs à la hauteur d'homme. Les platelages sont ici composés de planches perpendiculaires au mur qui reposent sur deux moises parallèles, structure inhabituelle qui permet de ménager des trappes pour une échelle et pour la corde d'un treuil à contrepoids dont l'arbre est engagé dans deux perches très rapprochées. Le chantier de la Tour de Babel dans les Heures de Spinola (vers 1460) (note 39), représentation encore plus complexe, indique non moins de sept niveaux de platelages. Au premier, les puissantes perches à jambages. disposées aux angles et au centre du mur, maintiennent les moises d'un platelage sommaire, posées sur des taquets biseautés. A la hauteur d'un premier étage de la tour, les moises du second niveau sont soutenues par des boulins de section ronde dont les aisseliers sont engagés dans les trous de boulin d'une rangée inférieure. L'illustration atteste à nouveau l'emploi de perches sans contact avec le sol : au deuxième et au cinquième niveau, une perche supplémentaire s'appuie sur un boulin équarri de plus forte section. Les contreventements, disposés sans rigueur apparente, sont formés d'aisseliers, de liens et de croix de Saint-André, fixés par des ligatures ou par des clous et chevilles.

61Dans d'autres cas, des boulins laissés en place au-dessous du niveau de travail servent à amarrer des perches très longues, sans que le platelage correspondant soit maintenu. Le témoignage de ces représentations pourrait expliquer l'utilité de trous de boulin ou de rangées de trous de boulin isolés dans une élévation.

62Dans une illustration d'un Livre de Rustican des prouffiz ruraulx de la fin du XVe s. (Londres, British Museum, Add., Ms. 19720, f° 27.60 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 135 ; Binding 1987, n° 251 ; Erlande-Brandenburg 1993, p. 38-39), les boulins d'un premier platelage sont toujours en place alors que ceux des deuxième et troisième niveaux ont été démontés, à moins d'être éclipsés par la perspective. L'absence des contreventements habituels paraît intentionnelle, puisque l'image indique méticuleusement les taquets biseautés fixés à la perche angulaire sur lesquels viennent s'appuyer les moises.

63Le montage d'un échafaudage en fonction de la structure de l'édifice et de sa mise en oeuvre est illustré dans un Livre d'Heures flamand de la fin du XVe ou du début du XVIe s. (fig. 70). Ici, la surélévation d'un échafaudage que l'on encastre au fur et à mesure du progrès de la construction, est représentée avec une exceptionnelle richesse de détails. Mais cette surélévation reste limitée à une avancée partielle des travaux.

70- Construction de la Tour de Babel, Livre d'heures

70- Construction de la Tour de Babel, Livre d'heures

By permission of the British Library', Ms. Add., 35313, f° 34. Voir détail en couverture

64Cette représentation illustre la construction d'une tour polygonale entourée de toutes parts d'un échafaudage encastré à une rangée de perches. Ces dernières dépassent la hauteur de l'édifice, et apparaissent donc également à l'arrière-plan. Les perches étayées au sol s'amincissent vers le haut et se terminent à des hauteurs différentes, mais toujours supérieures au niveau de travail. L'organisation de l'échafaudage, de ses ancrages et des moyens d'accès reflètent le même rapport étroit avec le bâti que démontre l'étude archéologique des élévations. Une première rangée de moises est placée à la hauteur de deux trous de boulin de section rectangulaire intégrés dans l'assise qui nivelle les appareils du mur au-dessus de l'arc d'une porte au rez-de-chaussée. Celle-ci sert d'accès, bien que son arc soit encore sur cintre. Le platelage du niveau de travail, de plein-pied avec l'appui d'une baie située au premier étage de la tour, repose sur des boulins difficilement identifiables, car ils sont doublés d'une seconde rangée de rondins qui reposent sur les moises soutenues par des tasseaux. Dans la partie droite, où la construction laissée en attente est avancée jusqu'au sommet d'un second étage, deux ouvriers sont en train d'exhausser l'échafaudage : l'un, qui travaille sur le platelage sommital à côté de deux maçons, cloue un tasseau sur une perche plus haute que lui. Le platelage étant encore trop court, le second ouvrier, qui met en place une moise, ne peut atteindre le même niveau qu'à l'aide d'une échelle. Celle-ci est posée sur le platelage précédent et appuyée contre une perche aboutie, que raidissent deux ou trois rangées de moises sur taquets et des contreventements.

L'échafaudage de pied indépendant : l'apport de l'iconographie

65Si l'étude de l'échafaudage encastré peut se fonder sur la comparaison critique de l'interprétation des images avec la restitution de l'échafaudage, de ses appuis et de l'organisation de la circulation d'après l'étude du bâti, nos connaissances de l'échafaudage indépendant relèvent davantage de l'iconographie. La relative rareté des données archéologiques pose alors le problème d'une approche critique des sources iconographiques, dont le rapport avec la réalité reste plus difficile à évaluer.

66Les images de chantier proposent plusieurs types d'échafaudage indépendant, dont certains ne sont pas de nature à laisser des traces permanentes au sol : l'échafaudage à double rangée de perches, les platelages sur tréteaux et de véritables plateformes charpentées qui se distinguent d'un échafaudage ordinaire par l'assemblage soigné de bois équarris, et par l'absence de perches dépassant le niveau de travail, auxquelles peuvent se substituer de véritables poteaux portant sablière. La largeur du platelage, toujours représenté sous la forme d'un assemblage de planches, apparaît, par conséquent, plus importante que celle d'un platelage courant. La régularité et la solidité de cette structure, soulignées par la forme et les dimensions des bois mis en oeuvre, par des liaisons à tenons et mortaises, et par l'importance des contreventements, laisse supposer qu'il s'agit de constructions préassemblées, démontables et mobiles.

Échafaudage à double rangée de perches

67Si la plupart des représentations d'échafaudage de pied ne montrent qu'une seule rangée de perches, il est difficile de déterminer si cette prédominance reflète une réalité, ou si elle traduit avant tout un besoin de simplifier la représentation complexe des doubles rangées de perches. Force est en effet de constater que des échafaudages de pied indépendants ne figurent en général que dans des illustrations tardives où la perspective est traitée avec une aisance inhabituelle.

68Dans un exemplaire des Chroniques et conquestes de Charlemaine de Jean de Tavernier du milieu du XVe s. (Bruxelles, Bibliothèque Royale, Ms 9068, f° 289 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 121 ; Binding 1987, n° 106 ; Recht 1989, p. 26) (fig. 2), le chantier de la Fondation d'une abbaye par Charlemagne présente simultanément les deux types : la construction de la nef est effectuée à partir d'un échafaudage à deux rangées de perches, et celle du choeur à partir d'un échafaudage à une rangée de perches. C'est une des représentations les plus riches en renseignements sur les détails de montage, tels qu'ils ont été vus et mis en évidence par le miniaturiste.

69Contre le mur gouttereau de la nef, représentée sous la forme d'une travée unique, s'appuie un échafaudage à double rangée de perches, bloquées au sol dans des trous à l'aide de coins, et dont les deux travées sont raidies par deux rangées de croix de Saint-André séparées par des moises. Un grand lien transversal est tiré sur toute la hauteur d'une perche angulaire à l'autre jusqu'à la moise du platelage sommital. Une déformation de la perspective fait apparaître les tasseaux de la moise, fixés sur le côté arrière des perches.

70Si l'échafaudage du choeur polygonal, séparé du précédent par une travée non échafaudée, ne possède qu'une seule rangée de perches, il semblerait qu'il soit doublé par un échafaudage indépendant placé à l'intérieur, dont le platelage du niveau de travail est situé à la même hauteur. La représentation n'est, à cet égard, équivoque qu'en un seul point : au-dessus du platelage dépasse une perche supplémentaire dans l'angle du contrefort du second plan absidal, élément peu cohérent qui pourrait être le fait d'une erreur. La construction de cet ensemble est semblable à celle de l'échafaudage de la nef.

71Comme celle des Heures de Spinola, l'image est riche en détails qui précisent les modes d'assemblage. Les contreventements sont tantôt cloués (ou chevillés), tantôt attachés aux moises et aux perches avec des ligatures tendues à l'aide de gastons fichés dans les noeuds. Les deux types de fixation peuvent être employés sur un même bois, et l'image ne laisse pas apparaître de système régulier.

72Aucune représentation précise d'un échafaudage à double rangée de perches ne semble faire référence à un encastrement de boulins. Les deux systèmes sont contemporains, ils peuvent cohabiter sur un même chantier, mais ils relèvent tous deux de besoins différents.

71- Grandes Chroniques de Saint-Denis

71- Grandes Chroniques de Saint-Denis

Toulouse, Bibl. municipale, Ms. 512, f 96

73Une enluminure des Grandes Chroniques de Saint-Denis du début du XVe s. (fig. 71) reste toutefois équivoque : l'un des boulins de l'échafaudage indépendant se prolonge au-delà de la seconde rangée de perches jusqu'à l'aplomb du mur, sans qu'il ne paraisse s'y engager. Une série de traits - représentation schématique des ligatures ? - brouille la position précise du bois non équarri, qui semble être placé au-dessus du platelage.

Plate-formes charpentées

74Une plate-forme charpentée figure souvent à côté d'autres types d'échafaudage dans une même image. Toutefois, cette diversité ne semble pas toujours correspondre à des besoins spécifiques liés à la construction, car elle peut aussi illustrer la grande variété des installations du chantier, au même titre que l'outillage et les fonctions affectées aux personnages.

75La Tour de Babel du manuscrit de 1473 résume l'échafaudage par quatre structures dissemblables, disposées autour des quatre faces de la tour à des hauteurs différentes. Une plate-forme charpentée placée derrière l'édifice représente le niveau de travail le plus bas.

76Les images de chantier associent des plates-formes charpentées essentiellement à la construction des parties basses des édifices lorsque celles-ci ont dépassé la hauteur d'homme.

77Les Secondes Chroniques de Hainaut (vers 1468) (Bruxelles, Bibli. Royale, Ms 9243, f° 168 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 151 ; Binding 1987, n° 115 ; Binding 1993, p. 29, fig. 16) montrent la mise en oeuvre d'un édifice dont les murs atteignent une hauteur inégale : au premier plan, deux maçons travaillent à même le sol, alors que deux autres, à l'arrière-plan, se tiennent sur une plate-forme posée contre le parement interne d'un autre mur dont la construction est plus avancée. La plate-forme, large de deux travées, est robuste, construite en bois droits équarris, les poteaux d'angle étant de plus forte section que les moises hautes et basses et les contreventements en croix de Saint-André sur le devant. La représentation, peu claire dans les menus détails, suggère que les contreventements assemblés en croix à mi-bois sont embrevés dans les moises.

78De solides structures charpentées du même type apparaissent également comme support d'engin de levage.

79Il en va ainsi pour deux illustrations des TrèsRiches Heures du Duc de Berry (Chantilly, Musée Condé, Ms. 65). Celle du Psaume 12 (fig. 72) montre une grue posée sur le plancher d'une haute plate-forme charpentée. Dans la Construction du Temple qui accompagne le Psaume 98 (f ° 35 v ; Longnon/Cazelles 1970, n° 31 ; Binding 1992. p. 19, n° 126 a), une solide superstructure charpentée avec grue en potence surmonte une plate-forme sur perches plus sommaire.

72- Les Très-Riches Heures du Duc de Berry, Chantilly

72- Les Très-Riches Heures du Duc de Berry, Chantilly

Musée Condé, Ms. 65, f° 49 v°. D'après G. Binding 1987. n° 126 ; cf. Lognon/Cazelles 1970, n° 47

  • 47 Cette construction (fig. 56), interprétée comme échafaudage par le fouilleur, a aussi été identifié (...)

80Une représentation précoce d'une plate-forme charpentée figure dans une illustration des Cantigas de santa Maria d'Alphonse le Sage, datée du troisième quart du XIIIe s. (fig. 73 et 80). Assez élevée, elle est ici utilisée pour l'exécution d'un décor peint au-dessus d'un arc. Son assemblage, qui n'est pas sans rappeler celui de la construction charpentée du XIIe s. retrouvée à Saint-Jeande-Cerlier47 (fig. 56), est réalisé avec des bois chevillés, dont l'enchevêtrement peu réaliste semble vouloir reproduire l'échelonnement dans l'espace des deux rangs de perches, de leurs moises et de leurs contreventements. La solidité de l'ensemble est toutefois mise en cause dans une seconde image qui illustre son effondrement (fig. 80), même si celui-ci est occasionné par l'intervention personnelle du Démon, qui cherche en vain à faire périr l'artiste. Un curieux détail est le beau siège à dossier décoré, installé sur le platelage pour le confort du peintre.

73- Alphonse le Sage, Cantigas de santa Maria

73- Alphonse le Sage, Cantigas de santa Maria

Madrid, Escorial, Biblioteca real, Ms. Τ I,1.
D'après G. Binding 1987, n° 299 ; cf. Gimpel 1980, p. 101

Les utilisations particulières d'un échafaudage

81Si la plupart des représentations de chantier associent l'échafaudage à la construction, nous avons présenté des exemples qui illustrent l'emploi d'échafaudages indépendants, à bascule ou encastrés à un rang de perches pour enduire ou décorer un édifice. Il en va de même pour l'entretien et la réparation, et l'image des Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime nous rappelle qu'il faut également échafauder pour démolir. L'iconographie confirme ainsi l'observation archéologique, puisque la réutilisation tardive des ancrages d'un échafaudage encastré, laissés en évidence ou marqués sur l'enduit, comme à Cluny III, est attestée par la date de certains boulins trouvés in situ..

Les moyens d'accès et la circulation d'après l'iconographie

82L'iconographie reste la source documentaire principale pour la restitution des accès et de la circulation sur l'échafaudage. Si l'accès peut se faire par l'édifice lui-même, une fonction que certaines représentations de la Tour de Babel idéalisent en faisant évoluer autour de la construction un plan incliné en spirale, les images représentent surtout des échelles et des rampes à échelons, plus ou moins inclinées, les rampes étant souvent semblables aux platelages auxquels elles sont associées.

83L'échelle, adaptée à des contextes variés, est simplement posée contre le platelage sans être attachée. Par contre, la rampe à échelons, beaucoup moins inclinée, exige de solides appuis, ainsi qu'une organisation rigoureuse des circulations, qui alternent souvent de palier en palier. Cette disposition, déjà observée dans la mosaïque de la Tour de Babel de Saint-Marc de Venise (fig. 57), caractérise aussi la Tour de Babel d'une Histoire Universelle de 1385 (fig. 74). Enfin, l'accès à l'échafaudage de la Tour de Babel dans la Bible de Borso d'Este (1452-1479) (fig. 75), se fait par de longues rampes qui alternent d'une perche angulaire à l'autre, chacune d'elles étant soutenue à deux endroits par une paire de courtes perches posées sur le platelage, structure non insolite qui revient dans une enluminure tchèque du XVe s. (Van Tyghem 1966, fig. 128 ; Binding 1987, n° 673). Plus solidement charpentée est la rampe utilisée pour la construction d'une tour d'enceinte dans une illustration d'un Livre du Gouvernement des Rois et des Princes de 1430-1440 (Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms. 1015, f° 1 ; cf. Binding 1987, n° 429). Le dessin d'une rampe d'accès dans une Histoire universelle bavaroise (vers 1410) (Heidelberg, Universitätsbibliothek, cod. pal. germ. 336, f° 49 r°; cf. Binding 1987, n° 201) suggère que ses planches transversales soient cloutées ou chevillées sur des longerons.

74- Construction de la Tour de Babel, Rudolf von Ems, Histoire Universelle, Kassel

74- Construction de la Tour de Babel, Rudolf von Ems, Histoire Universelle, Kassel

Landesbibliothek, Ms. theol. 4, f° 28 r°.
D'après G. Binding 1987, n° 214 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 80 ; Recht 1989, couverture et p. 337, A 4 ; Erlande-Brandenburg 1993, couverture

75- Construction de la Tour de Babel, Bible de Borso d'Este, Modène

75- Construction de la Tour de Babel, Bible de Borso d'Este, Modène

Biblioteca Estense, Ms. V G 11, vol. 1, f° 9 r°. D'après G. Binding 1987, n° 319 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 159

  • 48 En Ile-de-France et dans les régions voisines, cette forme de rampe caractérise l'image de chantier (...)

84Si les rampes et les platelages qui leur servent de palier sont ici constituées de planches, bien d'autres images du même type attestent l'emploi exclusif de claies : l'exemple anglais des environs de 1300 (fig. 65) apporte des précisions sur leur forme, et suggère qu'un solide clayonnage permet même d'obtenir des structures de longue portée. Alors que la plupart des images indiquent des baguettes transversales intégrées dans la claie48 les rampes du manuscrit anglais comportent de véritables marches d'escalier, sortes de traverses de section triangulaire engagées dans les claies que nous avons déjà comparées aux rares mentions d'escaliers dans les textes contemporains (supra). Ce type d'aménagement apparaît parfois sous une forme très schématisée, s'il n'est pas éclipsé par la perspective, comme dans l'image de la Bible de Borso d'Este. On peut, à titre d'exemple, se reporter à deux représentations approximativement contemporaines (vers 13251330) dans un Speculum humanae salvationis de l'abbaye de Kremsmünster (Vienne, Stiftsbibliothek, Codex Cremifarnensis 243, f° 38 r°; cf. Binding 1987, n° 232).

La sécurité

85Les dispositifs de sécurité ne font pas partie des caractéristiques essentielles de l'échafaudage dans l'image médiévale. Leur rareté étonne peu, compte tenu de l'absence d'aménagements équivalents dans certaines structures permettant la circulation en hauteur dans les édifices eux-mêmes. Ils figurent parfois sous la forme de garde-corps ou de mains courantes limités aux accès, comme les ponts dans la Reconstruction des murs de Jaffa. Comme l'échafaudage de la Tour de Babel de Saint-Marc de Venise (fig. 57), celui représenté dans l'Histoire universelle de 1385 (fig. 74) est muni de rampes à garde-corps attachés aux perches. Ici, ce dispositif de sécurité s'étend exceptionnellement sur l'ensemble des platelages autour de l'édifice.

Conclusion

86Troisième volet de notre approche, l'étude iconographique est à la fois complément et résultat de l'analyse archéologique et de celle des textes, conjonction sur laquelle se fonde l'évaluation de la portée des données respectives et des limites de leur interprétation.

87Nos observations ont montré la richesse des informations que livrent les images de chantier sur les échafaudages anciens. Si la plupart des types d'échafaudage, qui figurent dans les nombreuses sources iconographiques de l'époque gothique tardive, sont déjà attestés par celles, beaucoup plus rares, qui sont antérieures au milieu du XIIIe s., et donc contemporaines des chantiers étudiés, la plupart des informations portant sur les matériaux et leur mode d'assemblage proviennent des représentations tardives. Le poids des thèmes, des traditions iconographiques, et celui de l'héritage que véhicule, en le transformant, l'enluminure, influent de façon décisive sur l'image, facteurs auxquels s'ajoutent la qualité très inégale de la production, novatrice ou non, les échanges entre les divers domaines artistiques, et les modifications qu'imposent les contraintes de forme propres aux différents types de supports : on peut ainsi rallonger à souhait la liste des paramètres dont une étude iconographique approfondie devrait tenir compte, et qui limitent les possibilités d'une confrontation avec les données archéologiques et textuelles.

88Si la perspective, linéaire ou empirique, permet à certaines images du XVe s. de décrire avec une grande précision l'organisation d'ensemble et les détails d'assemblage d'un échafaudage, il reste dangereux de limiter l'analyse à de telles représentations tardives dont la qualité, souvent à la mesure de celle du commanditaire, reste exceptionnelle. Puisque le souci d'exactitude fut sans doute considéré comme l'un des garants de cette qualité, ce sont toutefois ces images qui peuvent nous donner une idée au moins partiellement juste des pratiques du chantier de leur époque. Quant aux images courantes, leur caractère redondant interdit d'y reconnaître un reflet fidèle de la réalité, mais elles mettent en évidence les éléments essentiels de l'échafaudage, susceptibles de rendre aisément compréhensible un type d'image conventionnel. A ce titre, elles résument ce qui était perçu comme caractéristique de l'échafaudage, de son rapport avec l'édifice, et de l'usage que l'on pouvait en faire dans une construction.

76-

76-

a) Triptyque du Chariot à foin (vers 1485-1490), J. Bosch. L'enfer, détail : construction d'une tour, inspirée du thème de la Tour de Babel. G. Binding (1987), n° 281, d'après la version du Prado, Madrid,
b) Mosquée d'Al-Mu'ayyad (1415-1420), échafaudage sur l'arcade du portique septentrional, 1996

89La permanence des techniques d'échafaudement aide à évaluer l'apport de l'image pour la recherche archéologique. En s'inspirant du thème de la Tour de Babel pour l'Enfer de son célèbre triptyque du Chariot à foin (fig. 76a), Jérôme Bosch retient du schéma iconographique les mêmes éléments qui caractérisent encore aujourd'hui l'échafaudage en bois traditionnel : les boulins et moises attachés à de longues perches à contreventements et soutenant un seul platelage sommital sommaire, l'absence de dispositifs de sécurité, la longue échelle sans palier intermédiaire, se retrouvent dans l'échafaudage d'un chantier de restauration au Caire (Egypte) (fig. 76b) ; exemple contemporain dont les aboutements, attestés par de nombreuses sources iconographiques médiévales, et l'organisation en fonction du bâti, confirment aussi nos restitutions d'échafaudages à partir de l'étude des élévations.

90Essentielle pour l'interprétation des textes et des observations archéologiques, l'étude de l'iconographie de l'échafaudage médiéval reste avant tout un outil au service de ces deux approches. La fiabilité de l'image, tributaire de traditions iconographiques, d'influences multiples et de contraintes formelles, est souvent arbitraire, et la redondance de certains schémas de figuration trompeuse. Aussi, la valeur de l'image dépend-elle de son rapprochement avec les données archéologiques et textuelles, et l'étude iconographique ne peut répondre à elle seule aux questions qui se posent à une recherche future : le caractère commun ou rare des différents types d'échafaudage représentés, leur contexte régional et chronologique, ainsi que l'influence de l'envergure du chantier sur le système d'échafaudage adopté.

Notes

37 Nous remercions vivement M. Gunther Binding de nous avoir autorisé à reproduire ici les dessins tirés des importants catalogues et articles publiés sous sa direction (Binding 1972 a-b ; 1978 ; 1985,1.1, pp. 171-183 ; 1986. pp. 33-41 et 247259 ; 1987 ; 1990, pp. 158-176 ; 1992), auxquels se rajoute une récente synthèse due au même auteur (Binding 1993). Une grande partie des images publiées par G. Binding figure dans les ouvrages et articles suivants (pour une bibliographie complémentaire voir Binding 1987) : Van Tyghem 1966, Du Colombier 1973, Gimpel 1980. Vandekerchove 1989, Recht 1989, Coppola 1991, Coldstream 1991 (où l'origine des images non datées n'est pas précisée), Erlande-Brandenburg 1993. Il va sans dire que ces approches centrées sur les XIIIe, XIVe et XVes. utilisent le document iconographique comme simple illustration. Nous renvoyons à ces différentes références pour les images non représentées.

38 Amiens, Bibl. municip., ms. 23, f° 116 r° et une autre image du même ms. sans référence précise. La composition architecturale de ces deux illustrations manifestement archaïsantes accuse la copie d'un modèle plus ancien (fin du XIe ou début du XIIe s. ?). Il semble en être de même pour les images de la tour de Babel dans le groupe d'Histoires universelles allemandes du XIVe s. : Munich, Bayer. Staatsbibliothek, Cod. germ. 11, f° 15 r°; ibid., Cod. germ. 4, f° 25 r°; ibid., Cod. germ. 5, f° 29 r°, qui dérivent apparemment d'un même archétype.

39 Cf. notamment une Construction de la Tour de Babel dans les Heures de Spinola de l'atelier de Gerard Horenbout (Gand ou Mecheln, vers 1515, d'après V. Euw/Plotzek 1979, t. II, n° IX, 18) (Recht 1989, p. 27, Erlande-Brandenburg 1993, p. 123). Ancienne collection G. Ludwig, IX, 18, f° 32. Malibu, The J. Paul Getty Museum.

40 On a depuis longtemps constaté la ressemblance de cette tour avec la tour méridionale inachevée de la cathédrale de Cologne (voir E. Dhanens, 1980, pp. 264-265), un rapprochement qui peut être précisé : si la composition de la "penschilderij" de van Eyck n'en est pas la reproduction fidèle, elle fait néanmoins apparaître avec une précision suffisante les formes distinctives des couronnements à cinq trilobés du remplage des fenêtres et les trois lancettes aveugles des gâbles de la tour de Cologne : détails qui sont exécutés avec une finesse et une technique proches de celles du dessin architectural contemporain.

41 On peut, à titre d'exemple, se reporter à la position spatiale arbitraire des deux personnages placés de part et d'autre de l'Arche de Noé dans le panneau du Déluge de la nef de Saint-Savin-sur-Gartempe (voir l'interprétation quelque peu abusive faite dans Riou 1984. p. 29, fig. 30).

42 Un engin semblable figure déjà dans une illustration de la Construction du Temple dans un psautier grec du Xe s. (Paris, B.N., Psautier Gr. 20, f° 4, Ps. 95 ; cf. Du Colombier, 1973, p. 7, fig. 2, Erlande-Brandenburg 1993, p. 119) (voir note 43).

43 L'image de chantier du psautier grec précité (voir note 42) présente une poulie fixée sur une structure charpentée figurée sous la forme d'une traverse portée par des poteaux. Un personnage se tient debout sur celle-ci, ce qui semble sous-entendre qu'elle matérialise aussi un platelage. Au-dessus de l'arcature du rez-de-chaussée, il est possible d'identifier une rangée de trous de boulins. Certains détails comme la forme de la poulie et les personnages semblent relever d'une source antique.

44 Un échafaudage du même type figure dans une image de chantier très semblable dans une Histoire universelle française du début du XIIIe s.(?) (Paris, B.N., Ms. fr. 9685 ; cf. Erlande-Brandenburg 1993, p. 28), qui dépend probablement d'un modèle plus ancien. Ici, les fourches servent aussi à la suspension d'un treuil, et la liaison des perches et des moises, qui indiquent en même temps des niveaux de platelage, est assurée par des clous ou des chevilles. Un échafaudage à perches brutes apparaît aussi dans un tableau de Piero di Cosimo, éxécuté vers 1487-1492 (Binding 1987, p. 353, n° 404) : le thème mythologique de cette oeuvre du Quattrocento et la référence à Vulcain expliquent le caractère volontairement rustre de la construction, un personnage herculéen travaillant même avec une massue.

45 La date indiquée par Binding "deuxième quart du XIe s." est improbable et relève apparemment d'une erreur d'imprimerie : le style des personnages et la composition de l'ensemble indiquent plutôt une date postérieure à la fin du XIe s.

46 Les vitraux du premier tiers ou de la première moitié du XIIIe s. accusent le caractère conventionnel de ce type d'image. Nous citons l'exemple des cathédrales d'Auxerre (chevet, chapelle Notre-Dame, La légende de Théophile ; Binding 1992, p. 1, n° 31a), de Bourges (déambulatoire extérieur, Lazare et le mauvais riche ; Binding 1987, n° 90 ; Gimpel 1980, p. 55), de Βeauvais (chapelle de la Vierge, La légende de Théophile (Binding 1987, n° 51 ; vitrail non localisé ; Gimpel 1980, p. 31 ; Binding 1987, n° 52) et de Chartres (collatéral sud, Les miracles de Notre-Dame ; Binding 1985, n° 10 ; 1987, n° 136 ; déambulatoire, Histoire de saint Silvestre ; Delaporte/Houvet 1926, pl. 81 ; Du Colombier 1973, p. 17, fig. 5a ; Binding 1987, n° 137 et n° 147 ; déambulatoire, Histoire de Charlemagne ; Delaporte/Houvet 1926, pl. 107 ; Binding 1987, n° 140 ; déambulatoire, Histoire de saint Thomas ; Delaporte/Houvet 1926. pl. 137 ; Binding 1987, n° 144 ; déambulatoire, Histoire de saint Julien l'Hospitalier ; Binding 1987. n° 143 ; chapelle septentrionale du choeur, Histoire de saint Chéron ; Delaporte/Houvet 1926, pl. 123 ; Du Colombier, p. 17, fig. 5b ; Binding 1987, n° 141 ; vitrail non localisé ; Binding 1987, n° 145).
Quant à l'orfèvrerie, le reliquaire de Mozac (Binding 1987, n° 328) et le retable de saint Remacle de Stavelot (Binding/Nussbaum 1972, p. 23 ; Binding 1972, p. 94, fig. 11 ; 1985,t. I, p. 184 ; 1987, n° 99, d'après un dessin du XVIIe s.) offrent deux exemples d'images de chantier analogues du XIIe s.

47 Cette construction (fig. 56), interprétée comme échafaudage par le fouilleur, a aussi été identifiée comme suspension d'une sonnette * pour enfoncer les pieux de fondation de l'édifice (M. Untermann dans G. Binding 1993. p. 525, note 1850), possiblité déjà envisagée par Mojon, que confirmerait en effet un des parallèles iconographiques cités par lui (Mojon 1987, p. 81, fig. 6 a, détail de la carta della catena, Florence).

48 En Ile-de-France et dans les régions voisines, cette forme de rampe caractérise l'image de chantier stéréotype des vitraux (note 46) et manuscrits de la première moitié du XIIIe s. (voir l'exemple de deux Bibles moralisées : Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 1179, f° 7 v° (cf. Binding 1987, n° 614) et cod. 2554, f° 3 v° (cf. Gimpel 1980, p. 100 ; Binding 1987, n° 622).

Table des illustrations

Titre 45- Saint-Savin-sur-Gartempe, peintures de la voûte de la nef (vers 1100)
Légende Construction de la Tour de Babel
Crédits Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de France, Région Poitou-Charentes, 1994, cliché A. Maulny
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre 46- Construction de la Tour de Babel, mosaïque de la nef de la cathédrale de Monreale, vers 1185
Légende D'après G. Binding, 1987 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 16 ; Du Colombier 1973, p. 57, fig. 33
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 47- Jean Fouquet La construction du Temple de Jerusalem
Légende Ill. dans Flavius Josephus, Antiquités et guerres des Juifs
Crédits Paris, Bibl. Nat de France, Ms. fr. 247, f° 163
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 48- Jan van Eyck, Sainte Barbe devant la tour (1437)
Crédits Koninklijk Museum voor schone Kunsten, Anvers (Belgique)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 49- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1250
Crédits Dublin, Trinity College Library, TLD 177, f° 59 v°. D'après G. Binding 1987, n° 168 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 27 ; Recht 1989, p. 25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 50- Visite du roi Offa de Mercie sur le chantier de Saint-Alban, Matthieu Paris, Vie de saint Alban Amphibole, vers 1350
Crédits Londres, Brit. Mus., Cott. Nero DI, f° 23 v°. D’après G. Binding 1987, n° 267 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 57 ; Recht 1989, p. 39 ; Coldstream 1992, p. 12, fig. 11a, Erlande-Brandenburg 1993, p. 38
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 51- Le Mans, cathédrale Saint-Julien, d'après un vitrail de la baie 112
Légende Le diable brise une perche, l'échafaudage s'effondre (échelles et platelage au sol)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 52- Otrante, cathédrale, mosaïque de pavement : construction de la Tour de Babel (1163-1166)
Crédits D'après G. Binding 1987, n° 403 ; cf Haug 1977, fig. 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 53- Moissac, cloître, galerie sud, support des baies 8/9 (est-ouest), face nord : Jérusalem la Grande
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 54- Issoire, église Saint-Austremoine, chapiteau du déambulatoire : Jérusalem
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 55- Raban Maur, De origine rerum, Mont-Cassin
Crédits Bibl., Cod. 132D'après G. Binding 1987, n° 327 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 6 ; Du Colombier 1973, p. 8, fig. 3a (16) ; Bechmann 1984, p. 255, fig. 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 56- Saint-Jean de Cerlier : restitution de la structure charpentée d'après les vestiges trouvés en fouille
Crédits D'après Mojon 1986, p. 83, fig. 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 57- Venise, cathédrale Saint-Marc
Légende Mosaïque du porche occidental, représentant la construction de la Tour de Babel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 58- Construction de la Tour de Babel, Bible française
Crédits Manchester, John Rylands lib., Ms. fr. 5, f° 16D'après G. Binding 1987, n° 315 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 23 ; Gimpel 1980, p. 34
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 59- Construction de la Tour de Babel, Histoire Universelle, Dijon
Crédits Bibliothèque municipale, Ms. 562, f° 9, r°.D'après G. Binding 1987, n° 159 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 30 ; Gimpel 1980, p. 79
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 60- Jean de Courcy, La Bouquechardière
Crédits Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 2543, f° 218 r°. D'après G. Binding 1992, n° 619 c
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 61-
Crédits Londres, British Museum, Cott. Ms. Aug. A V, f° 22. D'après G. Binding 1987, n° 262 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 134 ; Coldstream 1992, p. 45, fig. 46
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 62- Haggadah d'Or
Crédits Londres, British Museum, Add., Ms. 27210, f° 3 r° et 11 r°. D'après G. Binding 1987, n° 252-253 ; cf. Gimpel 1976, p. 54
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 63- Tour de Babel, Bible de Wenceslas
Crédits Vienne, Ôsterreichische Nationalbibliothek, Cod. 2759, f° 10 v°. D'après G. Binding 1987, n° 628 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 68 ; Binding 1993, p. 413
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 64-
Crédits Manuscrit français, Londres, British Museum, Cott. Ms. Aug. A V, f° 51 v° D'après G. Binding 1987, n° 263 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 133 ; Coldstream 1992, couverture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 65- Construction de la Tour de Babel, manuscrit anglais
Crédits Londres, British Museum, Egerton Ms. 1894, f° 5 v°. D'après G. Binding 1987, n° 268 ; cf. Coldstream 1992, p. 53, fig. 58
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 66- Ambrogio Lorenzetti, Allégorie du Bon Gouvernement, détail
Crédits Sienne, Palazzo publico, Sala della Pace. D'après G. Binding 1987, n° 520 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 58
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 67- Speculum humanae salvationis
Crédits Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. Series nova 12883, f° 110 v°. D'après G. Binding 1987, n° 639
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 68- Guyart des Moulins, Historia scholastica
Crédits Londres, Bristish Museum, Royal Ms. 15 D III, f° 15 v°. D'après G. Binding 1987, n° 281 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 94, cf. aussi fig. 90 de cet ouvrage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 69- Benozzo Gozzoli, Construction de la Tour de Babel, Pise, Camposanto
Crédits D'après G. Binding 1992, n° 477 a et couverture ; cf. Binding 1993, p. 438, fig. 190
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 70- Construction de la Tour de Babel, Livre d'heures
Crédits By permission of the British Library', Ms. Add., 35313, f° 34. Voir détail en couverture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre 71- Grandes Chroniques de Saint-Denis
Crédits Toulouse, Bibl. municipale, Ms. 512, f 96
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre 72- Les Très-Riches Heures du Duc de Berry, Chantilly
Crédits Musée Condé, Ms. 65, f° 49 v°. D'après G. Binding 1987. n° 126 ; cf. Lognon/Cazelles 1970, n° 47
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 73- Alphonse le Sage, Cantigas de santa Maria
Crédits Madrid, Escorial, Biblioteca real, Ms. Τ I,1.D'après G. Binding 1987, n° 299 ; cf. Gimpel 1980, p. 101
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 74- Construction de la Tour de Babel, Rudolf von Ems, Histoire Universelle, Kassel
Crédits Landesbibliothek, Ms. theol. 4, f° 28 r°.D'après G. Binding 1987, n° 214 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 80 ; Recht 1989, couverture et p. 337, A 4 ; Erlande-Brandenburg 1993, couverture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 75- Construction de la Tour de Babel, Bible de Borso d'Este, Modène
Crédits Biblioteca Estense, Ms. V G 11, vol. 1, f° 9 r°. D'après G. Binding 1987, n° 319 ; cf. Van Tyghem 1966, fig. 159
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 76-
Légende a) Triptyque du Chariot à foin (vers 1485-1490), J. Bosch. L'enfer, détail : construction d'une tour, inspirée du thème de la Tour de Babel. G. Binding (1987), n° 281, d'après la version du Prado, Madrid,b) Mosquée d'Al-Mu'ayyad (1415-1420), échafaudage sur l'arcade du portique septentrional, 1996
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1770/img-32.png
Fichier image/png, 960k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access