Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Avant-propos

Joëlle Tardieu

Texte intégral

1En 1983, la recherche archéologique a repris sur le site de l'ancienne église abbatiale de Cruas dont la particularité était de pouvoir associer la fouille des vestiges conservés dans la nef à l'étude des élévations qui se sont révélées, au cours de la restauration, parfaitement conservées. L'édifice n'avait été jusqu'ici étudié que par des historiens de l'art. Ainsi, l'église abbatiale avait-elle trop souvent été datée à partir du décor archaïsant de sa crypte et de celui, encore fruste, de la tribune, par comparaison avec la sculpture de la travée occidentale. Or, l'étude a prouvé que lorsque les travaux sont réalisés, une crypte de type lombard est installée alors que le plan présente une ordonnance classique à trois nefs, transept saillant, chevet trilobé et arcs à doubles rouleaux.

2Ce n'était pas la première fois que l'on observait que l'étude stylistique de la sculpture amène à des contradictions sur les monuments et leurs chronologies. L'analyse menée à propos du groupe cathédral Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence par Rollins Guild en 1981 (Guild 1987), à laquelle j'avais participé, apporta une méthode architecturale nouvelle. Paul-Albert Février, qui fut l'un de mes professeurs, nous a inculqué, dans ses travaux et dans son enseignement, une grande méfiance vis-à-vis des études existantes qui souvent reposent sur des interprétations erronées des textes.

3Ainsi en 1987, l'église abbatiale de Cruas devant être totalement échafaudée, j'ai proposé un projet portant sur l'étude des élévations, avec l'appui de Jacques Lasfargues, alors Directeur des Antiquités Historiques de Rhône-Alpes. Le but de cette nouvelle démarche consistait à étudier le bâti à partir des problèmes d'architecture et de construction et non plus à partir de la sculpture.

4Parallèlement, ma fonction au sein de la Direction des antiquités historiques, puis du Service régional de l'archéologie, consistait alors à coordonner, en lien avec la Conservation régionale des monuments historiques, les nombreuses interventions sur les monuments protégés, et d'en assurer le suivi archéologique. La cohabitation sur les chantiers, et sur les échafaudages, a favorisé des contacts et des échanges avec les gens de métier et les entreprises de restauration. Ceux-ci ont permis d'aborder, de chantier en chantier, la construction antique et médiévale sous un aspect plus concret, qui, peu à peu, a donné vie à la construction elle même. Il est alors devenu de plus en plus évident que l'architecture, est aussi un matériau : ses choix, ses modes de façonnage et de mise en œuvre vont principalement expliquer le statut du bâtiment. A travers l'architecture, c'est l'homme, l'artisan de la pierre architecturale qu'il nous fallait retrouver. Cet artisanat est à étudier à travers l'archéologie, les textes, l'iconographie, les savoir-faire et les outils.

5Ces expériences ont développé l'archéologie des élévations en Rhône-Alpes, notamment en étroite collaboration avec l'Université de Lyon II, et l'équipe de l'ERA 26 (aujourd'hui UMR 5648) sous la direction de Jean-François Reynaud. Ainsi en 1989-1991, une importante opération fut menée sur le chevet de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, sous la direction de Nicolas Reveyron, qui préparait une thèse sur cet édifice.

6J'envisageai alors, afin de rassembler toutes les données éparses que livrait le suivi de ces chantiers, de constituer un groupe de travail sur le thème du "chantier de construction à l'époque médiévale." La réflexion fut d'abord informelle. Ma propre recherche fut, et dans un premier temps, axée sur la constitution d'une bibliographie, qui se voulait la plus exhaustive sur les questions de carrière, de taille de la pierre, de mise en œuvre, de chantier, et sur la réalisation d'un glossaire concernant les termes employés sur les chantiers afin d'homogénéiser les descriptions et les indications données par les gens de métier.

7En 1993, j'ai pris l'initiative d'un premier projet collectif de recherche portant sur "la taille de pierre et la mise en œuvre : le chantier de construction à l'époque médiévale (XIe-XVe s.) " qui a été soumis au Conseil supérieur de la recherche archéologique. Nous envisagions alors d'étudier le chantier médiéval dans une vaste extension, incluant des zones et des activités périphériques (notamment le chantier dans le cadre urbain : le transport et le déchargement (batellerie du Rhône...), l'approvisionnement et les carrières, les aspects ethnographiques (recherches et études de documents portant sur les métiers de la pierre...), les restaurations antérieures... Après examen, ce dossier avait reçu un avis favorable sous réserve que le sujet, jugé trop vaste, soit redéfini. Aprés réflexions et consultations de personnalités scientifiques extérieures à l'équipe, et devant l'ampleur des résultats de nos premiers travaux, nous avons décidé de resserrer le sujet et de le recentrer autour de la mise en œuvre de la pierre, c'est-à-dire des activités directement liées à l'érection du bâti : terrassements et fondations, échafaudage, bardage des blocs, taille de pierre et stéréotomie*, marques lapidaires...

8La réflexion des deux premières années a été consacrée à l'étude des échafaudages, car c'est leur implantation qui régit les temps de construction et qui permet l'approche de la mise en œuvre et du choix des appareillages. Ce sont les premiers résultats de ce travail collectif qui sont proposés ici.

9Pour les années 1995-1997, le projet collectif de recherche est devenu pluri-annuel. Un nouvel aspect de cette réflexion est aujourd'hui en cours : "Les installations de chantier" et "Les techniques de fondation" s'avèrent être une autre façon originale d'aborder la construction elle-même.

10Nous ne sommes, bien sûr, ni les premiers, ni les derniers à nous intéresser à ce sujet. La spécificité de notre groupe fut d'avoir pu, sur ce thème, fédérer des projets et des personnes d'horizons fort différents.

11L'équipe de base, rassemblée autour de Nicolas Reveyron et de moi-même, était constituée de chercheurs de Rhône-Alpes, tous archéologues, qui ont une longue habitude du travail en commun : Anne Baud, Bénédicte Bertholon, Christian Le Barrier, Ghislaine Macabéo et Isabelle Parron.

12Cependant, des liens établis, souvent de longue date, avec des chercheurs de régions limitrophes, ont permis d'élargir la réflexion à la Bourgogne et la Provence-Alpes-Côte d'Azur. Pour sa part, Andreas Hartmann-Virnich nous a fait bénéficier de ses études archéologiques d'édifices provençaux et a développé, à cette occasion, une réflexion sur l'iconographie de l'échafaudage médiéval (ch. 4). Philippe Bernardi et Eric Husson, à partir de leurs travaux, ont donné à cette recherche sa dimension historique (ch. 2). Et enfin, Mireille Goutouli dont les recherches portent sur l'architecture antique a contribué à faire la part de l'héritage antique dans les techniques médiévales. Ces études ont bénéficié de la fabuleuse documentation iconographique mise à notre disposition par Danièle Alexandre-Bidon.

13Ce projet collectif de recherche s'est associé au groupe de recherche "Société et cadre de vie au Moyen Âge" (groupe 10) sur "les matériaux de construction et leur mise en œuvre" qui a commencé ses travaux en juin 1994, sous la direction d'Yves Esquieu et de Christian Sapin.

14La réflexion a été menée personnellement par les différents membres de l'équipe : chacun d'entre nous a rédigé une notice faisant le point sur l'état de ses connaissances. Ces notices se présentent sous forme de monographies. Diffusées aux différents participants, elles ont fourni la matière première de la recherche et ont servi de fond à la rédaction de la synthèse réalisée par les coordonnateurs. Leurs auteurs en conservent l'exclusivité et restent libres de les publier dans d'autres circonstances. Des éléments chiffrés en ont été extraits afin d'alimenter des fiches métrées, dont seule celle se rapportant à l'abbatiale de Cluny est ici proposée en annexe.

15L'ensemble que nous proposons ici a été rendu possible grâce à ces monographies, elles ont mis en évidence des phénomènes et des procédés si proches d'un chantier à l'autre qu'ils ne pouvaient qu'attester des pratiques identiques.

16L'ensemble du programme a bénéficié du soutien financier de la Direction régionale des affaires culturelles en Rhône-Alpes (crédits d'étude), et du Service régional de l'archéologie (crédits de recherche).

17La confrontation de l'ensemble de cette documentation apporte une multitude de renseignements, et ouvre un spectre d'analyse très large. Cette identité, nous la revendiquons comme une signature intellectuelle car c'est dans l'échange des connaissances, dans la multiplicité des approches qu'il devient possible d'aborder la réalité historique d'un sujet particulièrement délicat à traiter. Qu'il nous soit permis d'exprimer, à cette occasion, nos plus vifs remerciements à ceux qui ont donné de leur temps et de leur savoir en nous accompagnant dans notre recherche : Gérard Charpentier et Richard Goulois, architectes ; José Gonçalvés, Jean-Paul Ziolkowski, et Maximilien Zyckla, tailleurs de pierre-appareilleurs et les échafaudeurs.

1 – Monastère copte de Saint-Antoine-du-Désert (Egypte), échafaudage d’un chantier de restauration (avril 1996)

1 – Monastère copte de Saint-Antoine-du-Désert (Egypte), échafaudage d’un chantier de restauration (avril 1996)

Table des illustrations

Titre 1 – Monastère copte de Saint-Antoine-du-Désert (Egypte), échafaudage d’un chantier de restauration (avril 1996)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access