Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brandes-en-Oisans

 | 
Marie-Christine Bailly-Maître
, 
Joëlle Bruno-Dupraz

Chapitre 1. Le contexte géographique et politique

Texte intégral

1L’Oisans est une région naturelle dont l’unité physique, le climat nordique, l’altitude où s’est fixé de préférence l’habitat, un certain isolement des populations frappent. Le plateau de Brandes, à 1830 m d’altitude, recouvre un ensemble de filons minéralisés résultant de deux grandes phases géologiques qui ont affecté l’ensemble du massif : sulfures et quartz affleurent ainsi sous le modelé glaciaire.

2Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, le seul axe de pénétration est la vallée de la Romanche, occupée dans sa portion médiane par un vaste lac qui crée, à la hauteur de Bourg-d’Oisans, un passage obligé. Au milieu du XIe s. une seigneurie péagière située à La Garde, au castrum Sageti, est aux mains d’Adam, seigneur du Briançonnais. Elle contrôle ce passage sur la voie qui mène de la vallée du Rhône vers l’Italie par le Montgenèvre. Au moment où on la saisit par les textes, cette situation politique est en train d’évoluer vers une centralisation des pouvoirs au profit de l’église, et surtout du comte.

3Le plateau de Brandes ne porte pas encore, à cette époque, ce toponyme. Seul apparaît l’Alpe d’Huez, Alpe Veti, dans la dépendance du castrum Sageti, parcouru par les pasteurs et leurs troupeaux.

Le cadre naturel

4L’étude historique du village de Brandes-en-Oisans (commune d’Huez, Isère) commence par une brève présentation du contexte géographique et géologique, indispensable pour en comprendre les divers aspects.

Le massif de l’Oisans

5L’Oisans est une région naturelle très homogène dont la cohésion est d’abord faite d’unité physique (Allix, 1926). Ses limites coïncident avec les bassins moyen et supérieur de la Romanche. Cette région est bornée, au nord par la vallée de la Maurienne, à l’est par le Briançonnais, au sud/sud-est par le Valgaudemar, le Valjouffrey et le Valsenestre, et enfin à l’ouest par le Taillefer, le Valbonnais et la vallée du Grésivaudan. Les principales caractéristiques de ce massif sont sa compacité, la rareté de ses ouvertures vers l’extérieur et l’altitude de ses pics et de ses plateaux au relief profondément entaillé par des vallées glaciaires. Tous ces éléments concourent à l’isolement de l’Oisans, déjà ressenti comme un handicap dans les temps anciens (Allix, 1929).

6Une géologie mouvementée en a fait le conservatoire exceptionnel d’une grande variété de minéraux et explique les nombreux gisements polymétalliques anciennement exploités : mine d’argent des Chalanches, mine d’or de la Gardette, pyrite, chalcopyrite à Oulles et à Vaujany, plomb argentifère au Pontet, etc...

7L’unité de l’Oisans est non seulement physique, mais aussi humaine. Les villages permanents se sont presque tous implantés dans la zone située entre 1200 m et 2000 m d’altitude. De ce fait, le mode de vie est fortement marqué par les données naturelles et en particulier climatiques. Pour la zone habitée située entre les isothermes 0° C et 5° C, c’est-à-dire aux mêmes températures que les pays du nord de la Baltique, l’été peut être assimilé à l’été polaire, moins en raison du froid que de la neige. Cette dernière recouvre les pentes environ 6 à 7 mois par an, ce qui détermine un hiver très long, un été court et un bel automne, ne permettant qu’une végétation de type toundra et limitant les possibilités de vie. Les habitats, la plupart du temps, tournent le dos aux principales vallées et ont délaissé la large trouée de la Romanche, trop humide et mal drainée.

8Pendant toute la période médiévale, la vallée est occupée depuis Livet jusqu’en amont de Bourg-d’Oisans par un vaste lac, appelé lac d’Oisans (fig. 6). Un document de 1058 le mentionne et témoigne de son importance dans la vie du pays (droits de passage, droits de pêche, etc...) (Collino, 1908, VIII). Bourg-d’Oisans est alors situé sur un cône de déjection, un peu en hauteur, et s’appelle Saint-Laurent-du-Lac. Une étude récente a montré qu’en réalité, deux lacs s’étaient succédé dans le temps (Mathoulin, 1989). Le premier, formé dès le retrait du glacier de la Romanche, s’étendait de la confluence du Vénéon et de la Romanche jusqu’à la moraine des Clots. Le second se surimposa au premier à une période indéterminée, suite à une forte sédimentation, mais sans qu’il y ait eu de phase d’assèchement. Il eut ses plus hautes eaux entre 1191 et 1219, en raison d’un barrage sur la Romanche formé par la jonction accidentelle des deux cônes de déjection des torrents de l’Infernet et de la Vaudaine, jusqu’à la rupture de ce barrage (Allix, 1978). La limite amont restait le seuil marquant la confluence de la Romanche avec le Vénéon. Avec ses 2 km de largeur pour 15 km de longueur, il était le second lac naturel des Alpes, après celui du Bourget, et avant celui d’Annecy.

6- La plaine d’Oisans

6- La plaine d’Oisans

Coll. M. D.

Le plateau de Brandes

9Le plateau de Brandes est situé à 1830 m d’altitude. Il développe de lourdes croupes dénuées de toute formation arbustive et couvertes d’une herbe rase (pl. I, II). Les vallons qui le traversent ont un tracé sinueux, d’où le nom significatif de Rif Tort (rivo torto) donné à l’un d’eux. Dans les bas-fonds stagnent des tourbières.

10L’eau est abondante et le réseau hydrographique du plateau comporte le Rif Tort à Test, la source Font-Morelle à l’ouest et le Rif Bruyant qui draine vers le site les eaux du Lac Blanc situé 1000 m plus haut dans le massif des Grandes Rousses. Ce réseau fut aménagé et utilisé par les mineurs de Brandes.

11L’enneigement laisse une saison utile de quatre à cinq mois par an. Cette période, qui va de mi-juin à mi-novembre, se réduit à trois mois au Lac Blanc et au Lac du Milieu, respectivement à 2700 m et 2990 m d’altitude, où se trouve une partie de l’exploitation minière.

12Le temps est généralement sec et clair à l’heure actuelle. La présence du lac d’Oisans a peut-être contribué à adoucir le climat autrefois, tout en accroissant l’importance des brouillards.

13Dans le cadre d’une étude du paléoenvironnement du site, une recherche portant sur les moraines, les éboulis, les alluvions fluviatiles et torrentielles, les dépôts palustres et lacustres, a permis de mesurer les extensions glaciaires des versants sud et ouest des Grandes Rousses (Montjuvent, 1989). Il ressort qu’au Würm, le glacier de la Romanche a envahi la Sarenne en amont d’Huez. Les sites de l’Alpe et de Brandes ont été modelés par les glaciers locaux des Grandes Rousses. Vraisemblablement dès le Dryas ancien, le recul des glaciers würmiens a été important. À l’époque romaine et au Moyen Âge, la montagne était au moins aussi déglacée que maintenant. L’offensive du Petit Age Glaciaire Alpin ne viendra que plus tard.

14Malgré un contexte géographique propice à l’isolement, il était possible d’accéder au plateau de Brandes par quatre axes principaux :

  • de la vallée de la Romanche et Bourg-d’Oisans par La Garde et Huez,

  • de la vallée de l’Eau d’Olle par Oz et le col de Poutran,

  • de la Combe de Malleval par le Freney, le col de Cluy et le Gua,

  • de la vallée du Ferrant et Clavans par le col de Sarenne.

Les ressources minières

15Le site de Brandes est implanté sur une zone de contact entre un plateau recouvert de dépôts glaciaires würmiens (des argiles) et des roches cristallines (gneiss migmatiques et leptynites sériciteuses) qui constituent le massif des Rousses et le bedrock du plateau.

16Pour comprendre le contexte géologique dans lequel s’est développée cette entreprise, un bref aperçu des grandes phases géologiques qui ont affecté la planète et l’Oisans est indispensable (Grand, 1989).

17A l’origine, la terre est occupée par un vaste océan, au fond duquel des sédiments s’accumulent.

18Après disparition de cet océan (-370 Ma), la chaîne hercynienne se forme. Ce sont ces roches métamorphiques qui constituent l’essentiel de l’ossature cristalline de l’Oisans. L’érosion de cette chaîne ancienne accumule des matériaux qui se mêlent à des débris de végétaux de type équatorial. L’évolution du processus conduit à la formation des couches de charbon de l’Herpie, anthracite contenant de nombreux fossiles de fougères. Au début de l’ère secondaire, l’arasement de la chaîne hercynienne forme une pénéplaine prétriasique. Après le Trias débute le premier cycle alpin (-230 Ma). Tout commence par la présence d’un nouvel océan, la Panthalassa, qui recouvre la pénéplaine. De cette phase résultent les grès et les dolomies que l’on trouve en abondance dans l’Oisans et tout particulièrement le massif des Rousses. Les grès constituent le matériau du rocher Saint-Nicolas. Puis le continent unique, Pangée, se fracture et de longues fissures se créent. Elles laissent passer des fluides minéralisateurs qui se solidifient en filons. C’est la période de mise en place de tous les sulfates et sulfures exploités plus tard : pyrite, chalcopyrite, baryte, sulfure de plomb argentifère, etc... C’est à ce moment que se crée le gisement de Brandes, un sulfure de plomb argentifère pris dans une gangue principalement barytique.

19La fin du Trias est marquée par une période volcanique, bien visible en Oisans où les basaltes abondent. Vers-200 Ma, un nouvel océan, la Téthys, se crée à l’emplacement des Alpes. On est au Jurassique et c’est le moment où s’entasse l’essentiel des sédiments. De nouveaux mouvements entraînent de nouvelles fracturations. La fermeture de la Téthys se fait au milieu du Crétacé (-100 Ma). Elle s’accompagne d’un glissement de l’Afrique vers l’Europe. La collision débute à la fin de l’Oligocène/début du Miocène. Dans l’Oisans, le paroxysme du mouvement est atteint il y a 26 Ma. Il déclenche des chevauchements et des fracturations des niveaux en place. Sous l’effet de la compression et de l’élévation de la température, des fluides vont à nouveau circuler, être piégés dans des fentes avant de cristalliser. C’est la mise en place des filons de quartz. La plupart sont minéralisés : axinite, épidote, chlorite, etc., très nombreux en Oisans.

20Du fait de cette longue histoire, la minéralisation de Brandes est complexe, car elle relève des deux grandes phases structurales géologiques : celle de la mise en place des sulfures (très majoritaires) et la seconde, qui correspond aux filons de quartz.

21Les glaciations, phénomène récent, remodèlent cet ensemble.

22Cette présentation rapide du cadre géographique et géologique souligne l’originalité de ce site de haute montagne dont la place, dans les richesses du Dauphin et du Dauphiné, était de première importance au XIIIe s. et au début du XIVe s.

L’Oisans au XIe siècle : paysage politique

23G. de Manteyer datait la christianisation de l’Oisans du Ve s. en se fondant sur l’étude des vocables de ses églises (Manteyer, 1899). Cela reste fort critiqué et on se borne, aujourd’hui, à constater, pour le Dauphiné, le déséquilibre entre les plaines rhodaniennes et les hautes vallées alpines où la christianisation ne pénétra qu’au Moyen Âge (Barruol, 1992). À la fin du IXe s., deux archiprêtrés subdivisent l’Oisans, leurs sièges respectifs étant à la Grave et à Bourg d’Oisans (Bligny, 1979). Au XIe s., le réseau d’habitat actuel est en place. A. Allix expliquait cela par un mouvement de colonisation dont l’ampleur, pour l’ensemble du diocèse de Grenoble aux Xe et XIe s., est connue par le préambule de la Charte XVI du Cartulaire Β de l’église de Grenoble (Marion, 1869). La reconquête des terres après l’invasion sarrasine, ainsi que le renouveau économique et démographique qui caractérise alors l’ensemble de l’Occident médiéval avant l’an mil, seraient les causes principales de ce mouvement. Enfin le pays, situé sur l’un des deux grands itinéraires vers l’Italie, témoigne, au Xe s., du passage de Saint-Géraud d’Aurillac. Deux villages reculés et dominant la plaine de l’Oisans portent le nom de deux compagnons de l’homme d’église : Villard-Aimon et Villard-Reymond (fig. 7). Une chapelle de la commune d’Auris a également pour vocable le nom du saint auvergnat. Les nombreux déplacements des religieux et des pèlerins venant de Saint-Chaffre et se rendant en Italie ont probablement contribué à l’animation du massif (Chevalier, 1888).

7- La moyenne vallée de la Romanche

7- La moyenne vallée de la Romanche

Dominus Adam, seigneur péagier sur le lac d’Oisans

24Une hypothèse ancienne, émise par E. Pilot de Thorey (Pilot de Thorey, 1884), publiée par U. Chevalier, puis reprise dans les travaux de A. Allix (Allix, 1929) et G. Letonnelier (Letonnelier, 1925), identifie Brandes au castrum Sageti, château dont on possède plusieurs mentions dans le cartulaire de la prévôté d’Oulx, monastère en Briançonnais d’outremont (Collino, 1908, VIII). L’analyse de la donation faite par le seigneur Adam en 1058 aux chanoines d’Oulx met en lumière un personnage important de la féodalité locale, ainsi que les débuts de l’implantation comtale en Oisans.

25L’autorité du roi de Bourgogne, bien que lointaine, est reconnue en Oisans jusqu’en 1032 (Allix, 1929). En réalité, ce pouvoir central n’a guère d’impact sur le terrain où s’épanouissent les pouvoirs locaux. Rodolphe III, dernier roi de Bourgogne, disparaît en 1032 et déjà l’émiettement du pouvoir est effectif. Le comte Guigues-le-Vieux, chef de la famille d’Albon, est présent en Oisans en 1036, en Briançonnais et en Champsaur entre 1039 et 1043 (Bligny, 1973). L’acte de donation d’Adam témoigne du mouvement de restitution des biens d’église par les seigneurs laïcs, mouvement qui touche l’Oisans au milieu du XIe s. (Collino, 1908, VIII). Après la période d’usurpation qui accompagne la désagrégation du pouvoir central, les effets de la réforme grégorienne se font sentir localement au bénéfice des trois établissements monastiques dont le rayonnement atteint l’Oisans : les abbayes de Saint-Chaffre, Oulx et la Chaise-Dieu.

26Quatre chartes du cartulaire d’Oulx s’intéressent au castrum Sageti et à sa chapelle. Les trois textes les plus récents donnent le toponyme Fayeti et non Sageti ; pourtant l’analyse de l’ensemble des documents montre qu’il s’agit bien du même lieu. En 1058, pour la seule et unique fois en Oisans, on voit apparaître, comme donateur à l’abbaye d’Oulx, un personnage dont l’importance locale est manifeste. Adam est le maître du castrum Sageti dont le ressort territorial correspond aux paroisses d’Huez et de La Garde. Doté d’un lieu de culte privé, capella Beate Mariae, on ignore si ce château est tenu en franc-alleu ou de la main d’un puissant seigneur, comme le comte d’Albon que l’on sait présent non loin de là, sur l’autre rive du lac Saint-Laurent (Chevalier, 1888). À vrai dire, l’absence du comte comme cosignataire de l’acte nous laisse supposer qu’Adam agit comme alleutier, pour une partie au moins de sa donation : la chapelle castrale et sa dotation.

27A travers la liste des biens et droits qu’il concède, on constate sa mainmise économique sur la plupart des cours d’eau et des lacs exploitables pour la pêche : rivière de la Sarenne, lacs du massif des Rousses. Leur localisation, désignée en 1058 par l’expression ...Lacubus Frigidi Montis... a été possible grâce au toponyme de Montfrais retrouvé sur la commune de Vaujany (Collino, 1908, VIII ; Chevalier, 1920 ; Marcellier, 1688-1710, vol. 6). Les revenus agricoles, que l’on appréhende grâce au transfert, sont le fruit de l’exploitation de chabanneries et de tènements. Ce sont les revenus de terres dont la localisation est très imprécise, ...inter duas vias..., ...super ecclesiam..., mais aussi de l’alpage. Pour ce dernier, l’identification a pu se faire puisque l’on situe un pré, ...pratum de Fonte Morelli in Alpe Veti..., dans l’Alpe d’Huez, à côté de Font-Morelle, source pérenne du plateau de Brandes. Dans le même secteur, on trouve le toponyme de Taburle. Ceci nous permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle ...cabannaria Taburli..., ou une partie de cette chabannerie, se trouvait à proximité du plateau, dans un environnement d’alpage. La redevance intitulée ...de ubliis de porcariis... et qui constitue une part de la dotation de la chapelle du château traduit, par sa nature spécifique, l’importance des revenus de l’alpage dans l’économie du lieu.

28Le plus intéressant pour la connaissance du personnage, c’est le droit qu’il accorde aux chanoines d’Oulx de traverser le lac en toute liberté : ...transicionem lacus quotiescumque illis opus fuerit... Le terme de lacus, employé sans déterminant, montre bien l’importance géographique qu’avait le lac d’Oisans au XIe s. On sait qu’il occupait la vallée de la Romanche sur toute sa largeur, entre Saint-Laurent, situé sur le cône de déjection du ruisseau Saint-Antoine, et la rive droite, où les premières terres émergées correspondaient au cône de déjection de la Sarenne, lieu-dit Essoulieux où se trouve, à cette époque, un vignoble (Collino, 1908, LVII). À partir d’Essoulieux, on pouvait s’élever sur les hauteurs jusqu’à La Garde, où les chanoines s’installent dans le prieuré, peut-être dès 1058, grâce à la donation d’Adam (Pilot de Thorey, 1884). Sachant que depuis l’Antiquité, la vallée de la Romanche est empruntée pour gagner l’Italie par le Montgenèvre, l’existence d’un lac important sur cet itinéraire a, sans doute, déterminé la création d’un passage obligé, lequel est dans les mains d’Adam au milieu du XIe s. (Barruol, 1969).

29Parallèlement à des biens ou à des droits hérités de la puissance publique disloquée (droit de fortification et droit de passage), Adam dispose de biens usurpés ou acquis en dehors des normes du droit canonique. Ainsi a-t-il acheté les églises de Saint-Pierre de La Garde et Saint-Ferréol d’Huez avec leurs revenus : dîmes et oblations. Ces biens étaient tenus en fief de deux puissants co-seigneurs originaires du Grésivaudan, Lantelmo de Matesania et Desiderio de Bello Monte, qui confirment la donation à la fin de l’acte : ...concedentibus Desiderio et Lantelmo... De même, il restitue à l’église de Saint-Pierre de La Garde une chabannerie usurpée autrefois. Enfin, il loue et confirme la donation de Constantin de Tufero, personnage non identifié, ce qui laisse entrevoir des liens de vassalité locale dont Adam s’avère le bénéficiaire.

Un seigneur issu du Briançonnais

30D’ores et déjà, à partir d’un seul texte, ont été mis en évidence les moyens et les bases de la puissance locale d’Adam. Une puissance fondée sur des biens allodiaux, des liens féodo-vassaliques, mais aussi sur l’usurpation de biens d’église et de droits publics. Parmi ces derniers, le plus important est, sans doute, le contrôle du passage sur une voie de rang « international », puisque celle-ci fait le lien entre le royaume de Bourgogne et l’Italie. Ce contrôle devait être assuré à partir du castrum Sageti. Le portrait d’Adam, déjà précis, restait malgré tout très local. Aussi a-t-on cherché ailleurs des informations complémentaires. Seul le cartulaire d’Oulx a donné des réponses à cette recherche.

31Sur l’ensemble des chartes consultées et dont les datations sont trop souvent imprécises, trois textes exactement datés ont permis d’étayer l’analyse et les conclusions qui vont suivre (Collino, 1908, VIII, XVIII, XXIV). La ténuité et l’insuffisance de chaque information en soi ont été compensées par leur recoupement. Toutes ces données d’ordre onomastique, social, géographique et chronologique, rassemblées comme les pièces d’un puzzle, autorisent l’identification de l’individu. Bien que le premier réflexe ait été de concentrer les investigations sur le nom d’Adam, c’est surtout le nom de l’un des témoins de la charte de 1058 qui a servi de fil conducteur : Bernardus Pilamultonus.

32Bernardus Pilamultonus (ce sobriquet signifie poil ou laine de mouton) est châtelain de Briançon en 1073 au nom du comte Guigues, de la famille d’Albon. Entre 1050 et 1079, il témoigne dans un acte aux côtés de Nantelmus Carbonel ; or ce dernier est le frère d’un certain Adam, possessionné dans la vallée de Bardonnèche entre 1060 et 1110, et le contemporain de Pons de Bardonnèche entre 1050 et 1061. Ce même Pons de Bardonnèche est témoin dans un acte passé entre 1055 et 1080 où Adam joue le rôle d’intermédiaire entre les chanoines d’Oulx et l’archevêque d’Embrun à propos des dîmes perçues à Monêtier, mandement de Briançon, et dont il est le bénéficiaire. L’étroitesse de la fourchette chronologique et les recoupements qu’autorise la présence de personnages contemporains, tour à tour auteurs ou témoins de donations dans les mêmes secteurs géographiques, permettent de faire une relation entre Adam, frère de Carbonel, seigneur du Briançonnais et châtelain de Briançon en 1063, et Adam, seigneur du castrum Sageti en Oisans en 1058. Dans cet acte de 1063, Adam conseille le comte Guigues-le-Vieux à propos d’une donation en faveur des chanoines d’Oulx.

33Par le biais de cette enquête, on apprend qu’Adam est un seigneur originaire du Briançonnais d’outremont (Collino, 1908, XV). Géographiquement, son implantation jalonne l’itinéraire de pénétration vers l’Italie : le castrum Sageti et le passage sur le lac d’Oisans, Monêtier, Briançon et Bardonnèche. Il est impossible de savoir si ces implantations sont simultanées ou se succèdent dans le temps, à cause de l’imprécision dans la datation de certains textes. Alleutier et maillon de la féodalité locale en Oisans, Adam apparaît politiquement très lié aux pouvoirs ecclésiastiques et laïcs les plus élevés.

34Ses liens avec l’abbaye d’Oulx, tout d’abord, sont importants. Si l’on reprend l’hypothèse de E. Pilot de Thorey, Adam semble avoir été le fondateur du prieuré de Saint-Pierre de La Garde (Pilot de Thorey, 1884). Dans la vallée de Bardonnèche, il est également donateur de biens en accord avec ses deux frères et sa mère. Par ses intercessions, il draine vers l’abbaye des biens et des restitutions qui sont le fait du comte, de l’archevêque d’Embrun et de Pons de Bardonnèche, puissant seigneur du Briançonnais (Collino, 1908, XVIII, V, II). L’autre puissance à laquelle Adam paraît attaché, en 1063, est le pouvoir comtal. Adam est, en effet, à cette date, châtelain de Briançon, mandement aux mains des Albon depuis vingt ans au moins (Collino, 1908, XVIII).

  • 1 Dans l’ouvrage de Marcellier, Inventaire des Titres de la Chambre des Comptes du Dauphiné (A.D.I., (...)

35En 1058, lorsqu’il donne ses biens à l’abbaye d’Oulx, Adam apparaît en quelque sorte le témoin d’une époque révolue (première moitié du XIe s.), antérieure à la poussée de la famille d’Albon. Le nom de ce seigneur briançonnais reste attaché deux siècles plus tard, en 1226, à un pont situé dans la plaine d’Oisans1 Une tradition qui prouve bien l’importance du personnage et confirme son rôle de seigneur péagier à une époque où le comte Guigues-le-Vieux prend progressivement pied en Oisans. En 1036 ce dernier est cofondateur du prieuré de Saint-Laurent-du-Lac.

36L’acte III du cartulaire d’Oulx constitue une pièce du dossier. Cet acte, mal daté, mais antérieur à 1079, reprend au nom de Guigues Mauclerc, doyen des chanoines de Grenoble, une partie des termes de la donation de 1058 (chabannerie d’Amalric et dîmes des églises de Saint-Pierre et Saint-Ferréol) et il est fait ...in presencia Guigonis comitis..., alors qu’en 1058 le comte n’apparaît pas dans l’acte d’Adam. On en déduit ainsi qu’entre 1058 et 1079, le comte Guigues-le-Vieux est passé sur l’autre rive du lac d’Oisans, sur les terres de l’ancienne seigneurie d’Adam (Collino, 1908, III). C’est également pendant cette période que le comte s’attache les services d’Adam, puisqu’en 1063, celui-ci est châtelain du mandement du Briançonnais, alors dans les mains du comte.

Seigneuries étrangères et favetiers

37Outre Adam et le comte, d’autres seigneurs issus des régions voisines et possessionnés en Oisans apparaissent furtivement en 1058. On a vu Lantelme de Matheysine et Didier de Beaumont, originaires du Grésivaudan, suzerains de ce même Adam, natif du Briançonnais. Le premier est issu de la branche des Aynard de Domène et le second appartient à un lignage lié, au XIIe s., à l’exploitation des gisements de fer des massifs de la Chartreuse et d’Allevard (Allix, 1929 ; Rivoire de la Bâtie, 1867 ; Bligny, 1960, XXIV). Dans le même acte, deux témoins peuvent avoir détenu des biens en Oisans : Bernardus Pilamultonus, de l’entourage d’Adam et qui sera également châtelain de Briançon en 1073, et Leucione, ancêtre probable des Leuczon de la Paute, dont la souche se trouve en Grésivaudan (Collino, 1908, VIII, XXIV ; Rivoire de la Bâtie, 1867 ; Allix, 1929). En 1096, Ismidon, apparenté aux Leuczon, concède à l’abbaye d’Oulx des biens situés à La Garde et à Essoulieux, lieu-dit de cette paroisse (Gaussin, 1981 ; Chevalier, 1913). Adon de Corenc, en 1131, donne à la prévôté d’Oulx les dîmes des paroisses d’Allemont et Oz (Collino, 1908, CIX). À l’occasion d’une donation en 1137, par Nantelme dit le Champ, des dîmes des paroisses d’Arènes, on voit apparaître les vassaux de ce seigneur dont l’origine est peut-être Champ sur Drac. Ceux-ci sont désignés sous le terme de fevatariis, favetiers* issus de la petite aristocratie locale (Collino, 1908, CXII).

38A ce groupe social, appartiennent peut-être les témoins relevés dans divers actes concernant le secteur géographique étroit de l’Oisans, et dont le patronyme est hérité de la toponymie locale : Pierre de Saint-Ferréol (d’Huez), Ponce et Chabert de Frasneto (le Freynet), et Guillelmus de Auriatico (Auris). À partir de ce sondage sur l’aristocratie uissane, il est frappant de constater le nombre de seigneurs étrangers à l’Oisans. Le Briançonnais et le Grésivaudan sont les pays d’origine les mieux représentés.

L’ascension de la famille d’Albon en Oisans

39Le premier document mentionnant la présence comtale en Oisans est une charte de donation, faite en 1036, en faveur de l’abbaye de Saint-Chaffre pour aider à la fondation du prieuré de Saint-Laurent-du-Lac (Chevalier, 1888). Le comte Guigues-le-Vieux apparaît ici avec d’autres seigneurs comme donateur. Sans doute est-il le plus puissant, mais il ne semble en aucun cas représenter l’autorité suzeraine du territoire. À priori, ce n’est pas avant le dernier tiers du XIe s. que se manifestent les intentions « impérialistes » comtales, ainsi que la réaction épiscopale qui ne se fait guère attendre.

40Trois textes jalonnent l’ascension du pouvoir comtal dans le secteur et permettent de saisir sa rivalité avec le pouvoir épiscopal, dans le dernier tiers du XIe s. Entre 1058 et 1079, le doyen des chanoines de Grenoble, Guigues Mauclerc, passe une convention avec les chanoines d’Oulx, dans laquelle il cède ses droits sur la chabannerie d’Amalric, dotation de l’église du Fayet, et sur les dîmes de Saint-Pierre de La Garde et Saint-Ferréol d’Huez (Collino, 1908, III, XXIII, XXVII, XVIII ; Marion, 1869, XLVII). On peut penser qu’il agit, à ce moment-là, pour le compte du chapitre cathédral de Grenoble. Dans cet acte, on signale la présence du comte Guigues-le-Vieux ou Guigues-le-Gras, selon la date. Quelques années après, en 1073, le prêtre Gorannus fait don à l’abbaye d’Oulx de plusieurs églises en Oisans et de leurs revenus. Le comte Guigues II le Gras et les chanoines de l’église cathédrale de Grenoble, dont Guigues Mauclerc, approuvent cette donation (Collino, 1908, XXIII). Comme dans l’acte précédent, on trouve associés le pouvoir comtal et le chapitre de la cathédrale de Grenoble. Trois ans après, pour la même affaire, la suzeraineté comtale est contestée par l’évêque de Grenoble, Pons, et le même chapitre cathédral de Grenoble. Pons déclare Gorannus usurpateur, reprend la donation à son nom et rend caduc le pouvoir de suzeraineté qui s’était affirmé en 1073 (Collino, 1908, XXVIII). On peut dire que, jusqu’en 1076, sur cette partie du territoire alpin, rien n’est joué entre le comte et l’évêque quant à la primauté de l’autorité.

41Guigues Mauclerc semble ballotté entre ces deux pouvoirs rivaux. Il a peut-être, à un moment donné, fait le jeu du comte, car on connaît par ailleurs l’existence de tiraillements entre l’évêque et ses chanoines. La transaction de 1116 qui fut passée entre les autorités comtale et épiscopale a réglé définitivement le problème du partage du pouvoir en ce qui concerne l’Oisans (Marion, 1869). On déduit de cette transaction que la région échoit au comte comme héritage de ses ancêtres. En effet, à aucun moment, l’Oisans n’est mentionné parmi les terres relevant de l’évêque, ni parmi les conquêtes récentes de Guigues III, devant être restituées. L’acquisition de l’Oisans peut être attribuée au règne de Guigue II, sorti sans doute vainqueur de cette rivalité locale, dont un épisode apparaît dans les années 1070 et 1080.

Le rayonnement des établissements monastiques

42Les seigneurs ecclésiastiques sont surtout représentés en Oisans par les établissements monastiques : Saint-Chaffre, Oulx, la Chaise-Dieu et par l’évêché de Grenoble. Les monastères ont été ici un instrument efficace de la réforme grégorienne.

43L’implantation la plus ancienne est celle du monastère vellave avec la fondation en 1036 du prieuré de Saint-Laurent du Lac. Le comte Guigues-le-Vieux, on l’a vu, est à l’origine de cette installation. Une bulle du Pape Alexandre III confirme en 1179 au monastère les églises d’Oulles, Venosc, Saint-Christophe et la chapelle de la Paute (Chevalier, 1888).

44Fondée en 1042, l’abbaye d’Oulx a essaimé plus tardivement en Oisans que Saint-Chaffre. Pourtant, le prieuré de La Garde est le plus ancien prieuré de chanoines réguliers de Saint-Augustin. Il apparaît pour la première fois en 1058. E. Pilot de Thorey voit dans la donation faite par Adam l’acte de fondation du prieuré (Pilot de Thorey, 1884). En 1250, l’enquête delphinale, appelée Probus, dit que cette maison a été fondée par le comte d’Albon et que celui-ci en est l’avoué (A.D.I. B2662, f° 401). En relation avec cette affirmation, on peut mettre la convention de Guigues Mauclerc et des chanoines d’Oulx, faite en la présence du comte et qui reprenait en partie la donation de 1058. Néanmoins, l’hypothèse de E. Pilot de Thorey paraît probable et l’on peut voir dans les assertions du Probus un texte de propagande destiné à asseoir les droits du Dauphin en gommant tout souvenir d’une période révolue où il n’était pas le seul maître. En 1080, Hugues, évêque de Grenoble, concède à Oulx, contre redevance, quinze églises du diocèse, dont onze en Oisans (Collino, 1908, XXXV). Dans cet acte sont réservés les droits que possèdent les moines casadéens de Saint-Robert de Cornillon sur certaines églises. À partir de ces textes de la seconde moitié du XIe s., on constate le succès de l’abbaye piémontaise dont le cartulaire témoigne, par ailleurs, des libéralités rivales entre Odon de Savoie et Guigues d’Albon (Bligny, 1960).

45La Chaise-Dieu fut la dernière à créer des filles. Son influence semble avoir été bien moindre que celle des deux autres. Elle paraît s’être heurtée au rayonnement de Saint-Chaffre. Le prieuré de Saint-Robert de Cornillon, fondé par Guigues II dans les années 1070, ne possède que quelques dîmes prélevées sur certaines églises de la haute vallée de la Romanche. Par contre, dans la basse vallée, à partir du XIIe s., les églises de Livet et de Saint-Barthélémy de Séchilienne dépendaient du prieuré casadéen de Saint-Robert de Cornillon (Collino, 1908, XXXV ; Gaussin, 1981).

46En résumé, quelques textes ont suffi pour brosser le tableau politique de l’Oisans au XIe s. Sur un fond de peuplement qui vient de se mettre en place, se déroulent, à petite échelle, les événements politiques et sociaux les plus importants pour l’histoire dauphinoise à cette époque. À travers la personne d’Adam, on saisit la faiblesse du pouvoir central et ses corollaires, l’usurpation de la puissance publique et l’accaparement des biens de l’église, facteurs de puissance locale. L’essor monastique, relayant auprès des lieux de culte paroissiaux et privés le clergé séculier défaillant, trouve son expression locale dans les prieurés de Saint-Laurent-du-Lac et de Saint-Pierre-de-La Garde. Ceux-ci drainent vers eux donations et restitutions de biens. L’ascension politique de la famille d’Albon, au détriment de l’aristocratie locale, dont Adam est un représentant, et de l’évêque se perçoit en filigrane derrière les actes d’Adam et de Guigues Mauclerc. Ce tableau a mis en évidence au milieu du XIe s., le siège d’une seigneurie importante, le castrum Sageti, qu’il reste à localiser avec précision.

Le castrum Sageti

La voie d’Oisans et le passage du lac

47La vallée de la Romanche est empruntée depuis l’Antiquité pour gagner l’Italie par le Montgenèvre (fig. 8). Si l’ensemble du parcours est à peu près reconnu, il demeure un secteur d’ombre, de la période antique jusqu’au XIIIe s., pour une partie de cet itinéraire. Cette lacune se situe entre Gavet-Fines et le Mont-de-Lans-Metroselon. Entre ces deux stations de la voie romaine, données par l’anonyme de Ravenne, la station de Cantourisia ou Catorissium dans la table de Peutinger n’est pas identifiée (Thevenot, 1942). On la localise par le calcul des milles aux environs de Bourg-d’Oisans, sans que cette commune soit pour autant proposée comme solution. Pour l’instant, aucune découverte archéologique ne vient préciser l’information précédente.

48Au milieu du XIe s., cette voie d’Oisans franchit le lac au niveau de Saint-Laurent et c’est le castrum Sageti ou Fageti, situé sur la paroisse de La Garde qui contrôle le passage. Le lac d’Oisans a toujours existé, a fortiori à l’époque romaine, jusqu’en 1219, date à laquelle, après rupture du barrage naturel, il s’est brutalement vidé. Une pièce d’eau résiduelle, localisée vers la confluence de la Romanche et de l’Eau d’Olle, a subsisté jusqu’au XVe s. Ce lac a imposé, dès l’époque romaine, un passage obligé dans ce secteur et la nécessité de gagner les hauteurs afin de fuir l’eau, la forêt et les marécages qui devaient occuper le reste de la vallée. Il n’est qu’à regarder, encore de nos jours, les environs de la confluence de la Romanche et du Vénéon pour se faire une idée du paysage d’alors. La présence du lac pourrait expliquer ce point d’interrogation qui perdure de l’Antiquité au XIIIe s. sur cette portion de voie.

49On peut supposer, étant donné la permanence de l’obstacle, que la voie antique et la voie médiévale ont eu sensiblement, pour ce secteur, le même tracé. On trouve les vestiges de cet itinéraire aux deux extrémités de la plaine de Saint-Laurent du Lac. Ils sont connus et attribués à l’Antiquité. Il s’agit de la voie rupestre de Rochetaillée en aval de Bourg-d’Oisans et du pont des gorges de l’Infernet (Rampe des Commères) en amont de cette même commune ; entre ces deux points, le lac et le rocher d’Armentier (Thevenot, 1942-1944 ; Mesqui, 1981 ; Rousset, 1972). Ce rocher schisteux porte le nom d’un des hameaux de la paroisse de La Garde.

8- Itinéraire des dauphins vers l’Italie

8- Itinéraire des dauphins vers l’Italie

50L’hypothèse du passage de la voie d’Oisans par La Garde et les terrasses d’Armentier a été émise en 1847 par J.H. Roussillon, mais sans preuves historiques. Cependant, en faveur de cette hypothèse, on peut rassembler des informations. Sur la portion méconnue qui se situe entre Rochetaillée et l’Infernet, on trouve, sur les hauteurs bordant à l’est la vallée, la paroisse ancienne de La Garde, dotée d’une tradition antique qui reste à vérifier par des sondages archéologiques. Au XIe s. elle paraît être le siège du castrum Sageti. On sait que ce château contrôle alors la circulation sur le lac. Le seigneur du lieu est fondateur du prieuré qui s’installe sur la même paroisse, or les prieurés sont souvent localisés sur des voies de passages (Duparc, 1969). À cela, il faut ajouter que le prieuré se trouve au carrefour de deux voies, l’une montant vers Huez et l’alpage, et l’autre conduisant, après avoir franchi la Sarenne, vers Auris et les gorges de l’Infernet. Le chemin qui suit le flanc du rocher de l’Armentier est ancien (Muller, 1899). D’ailleurs, on constate que sur les sept hameaux constituant la paroisse de La Garde, les trois plus importants, La Garde, la Ville et l’Armentier jalonnent cet itinéraire. Un quatrième, perdu, porte le nom de Madeleine, Magdalenam, toponyme évoquant un édifice, hospice ou maladrerie, souvent lié aux voies de communication (A.D.I. Β4443 f° 46v° ; Marion, 1869). Si la chapelle Saint-Géraud à Auris rappelle l’illustre voyageur que fut Géraud d’Aurillac, on peut penser qu’elle marque le débouché d’une voie cheminant sur les hauteurs, avant de plonger au fond des gorges pour passer sur l’autre rive vers le Mont-de-Lans (Allix, 1929). Etant donné la nature schisteuse du rocher de l’Armentier, il n’est pas sûr que l’on retrouve des restes concrets de ce tracé.

51Au milieu du XIIIe s., grâce au Probus, on obtient plus de précisions sur le tracé de la voie, mais le lac vient de disparaître (1219) et l’itinéraire risque de ne plus obéir aux mêmes impératifs. Dans l’ensemble, ce document donne peu d’informations sur les communications et les ouvrages qui les accompagnent. Saint-Laurent-du-Lac, chef-lieu de mandement delphinal, doté d’un prieuré et d’un hôpital, est sans aucun doute à ce moment-là une étape très importante sur l’itinéraire. Non loin de la Condamine, un pont appelé Pont-Méan permet, sur cette paroisse, le franchissement de la Romanche par le caminum en bordure duquel on signale une maladrerie. Le dictionnaire topographique d’U. Chevalier permet de faire la liaison entre le pons medius du XIIIe s., medianus au XIVe s. et le Pont-Méan de 1700 (Chevalier, 1920 ; A.D.I. B2662 f° 398v°, 369v°, f° 377, 378, 406. 407). Une autre maladrerie existe à cette époque au Mont-de-Lans, étape connue depuis l’Antiquité (A.D.I. B2662 f° 400, 371). L’indice le plus précieux est sans doute la mention, en altitude et aux deux extrémités de la plaine d’Oisans, de la strata.

52En aval de Saint-Laurent, à la Voûte, hameau de la commune d’Oz, on perçoit une portion de voie qui devait desservir la rive gauche de la vallée de l’Eau d’Olle et rejoindre la vallée de la Romanche par la rive droite ...ad Voutam sub strata... (A.D.I. B2662 f° 402v°, 373v°). En amont de Saint-Laurent, sur le territoire de la commune actuelle de Mont-de-Lans, l’entretien de la portion de la strata, située entre les ruisseaux de la Rivoire et des Commères, incombe aux tenanciers de la chabannerie de la Rivoire. Ce hameau est déjà une villa de la paroisse de Lentus en 1339 ...cavannaria de Rovoyria et debent inde refficere strata a rivo de Rovoyria usque ad rivum de les Comores... et ...Revoyre... (A.D.I. B2662 f° 412, 383 ; A.D.I. B4443 f° 47v°) Cette portion de voie, fréquentée au milieu du XIIIe s., est baptisée voie romaine par la carte topographique au l/25000ème. Elle aboutit en amont à la porte de Bons et en aval au pont romain de la Rampe des Commères (fig. 9). Sur son tracé, elle passe au pied d’un rocher appelé le Châtelard, au sommet duquel, comme le suggère le toponyme, une fortification aurait pu être édifiée. Une première prospection de terrain n’a pas encore mis en évidence de structure ou aménagement significatifs. La voie, quant à elle, est bien conservée. Elle est pavée et bordée de murs de pierres sèches. L’étude archéologique précise de cet ensemble, pont de la Rampe des Commères, portion de voie pavée, Châtelard et porte de Bons, est en cours et permettra d’attribuer chaque structure à la période qui lui convient.

9- Le pont Romain d’Auris

9- Le pont Romain d’Auris

ADI 8FI 32

53Pour l’instant, on ne peut que constater la continuité de fréquentation de cet itinéraire entre l’Antiquité, le Moyen Âge et les Temps Modernes. Encore une fois, les informations laissent dans l’obscurité la section de voie Saint-Laurent/Mont-de-Lans. Néanmoins, les indices dont on dispose sur la paroisse de La Garde, comme les données naturelles, conduisent à retenir l’hypothèse de J.H. Roussillon. D’ailleurs, A. Allix la fait sienne et l’un de ses arguments est l’expression « chemin général » attribué au XVe s. par la paroisse d’Auris au sentier appelé cheminée de la Balme qui gravit la falaise, du « pont romain » (Rampe des Commères) jusqu’à la Balme. Or, ce hameau se situe au débouché de la voie venant de La Garde par le rocher de l’Armentier.

Le siège du pouvoir en Oisans dans la première moitié du XIe siècle

54Le terme de castrum, comme celui de castellum, dont il est synonyme, désigne, en Dauphiné au XIe s., le château à motte (Colardelle, Mazard, 1979 et 1983). Les observations de A. Debord sur le vocabulaire employé par Adhémar de Chabannes au XIe s. sont donc valables pour le milieu alpin (Debord, 1979). Cependant, le terme de castrum peut aussi englober le domaine dépendant de la fortification proprement dite (Letonnelier, 1925). Il sera relayé progressivement au cours du XIIe s. par celui de mandamentum. En Oisans toutefois, la mutation n’apparaît pas avant le milieu du XIIe s. En fait, dans le Probus, en 1250, c’est le terme de castellanus qui est employé, prouvant l’existence d’une circonscription, la châtellenie (A.D.I. B2662, f° 347, 368). L’acte de donation à la prévôté d’Oulx par Adam montre, au milieu du XIe s., un castrum doté d’un lieu de culte privé et situé sur un passage obligé de la voie d’Oisans vers l’Italie. Compte-tenu de la période d’activité de ce château (XIe s.), de la terminologie de l’époque et des résultats de l’inventaire des fortifications du premier âge féodal dans la région Rhône-Alpes, on l’imagine concrètement sous la forme d’une motte castrale, adaptée au milieu montagnard.

55Cette fortification, dans la main d’un seigneur du Briançonnais, a pour assise économique le territoire des deux paroisses de Saint-Ferréol d’Huez et de Saint-Pierre de La Garde, ainsi que les revenus du droit de passage sur le lac. Le vocable de la chapelle : ...Beatae Mariae de Castro Sageti... est ancien. Dans l’étude de E. Zadoria-Rio sur les dédicaces de paroisses, il figure parmi les vocables attribués aux oratoires, antérieurement au XIe s. (Zadora-Rio, 1973). Le devenir de cette chapelle reproduit le même cas de figure observé par M. Fixot dans la région d’Apt (Fixot, 1973). L’édifice de culte, fondé par un lignage laïc est, en effet, agrégé au milieu du XIe s. au temporel d’une abbaye, en l’occurrence la prévôté d’Oulx.

56L’ancienneté du vocable de la chapelle castrale, comme la nature des facteurs de puissance locale dont a disposé le castrum Sageti (usurpation d’une partie des droits de la puissance publique et usurpation des biens d’église) laissent supposer, au plus tard, son érection dans la première moitié du XIe s. Sa fonction politique a dû être de premier plan avant que ne s’impose le pouvoir comtal dans le secteur, notamment à Saint-Laurent-du-Lac qui sera, à partir du XIIIe s., le siège du mandement d’Oisans.

Remise en question d’une hypothèse ancienne

57Le lieu-dit de Saget, Faget ou encore Fayet, selon les quatre chartes du Cartulaire d’Oulx, était considéré comme perdu par le dictionnaire topographique du département de l’Isère (Chevalier, 1920). Par ailleurs, l’importance politique et économique de Brandes, à partir de la fin du XIIIe s. est tout naturellement à l’origine de l’hypothèse d’une identification entre les deux sites (Pilot de Thorey, 1884). L’étude de la fortification de Brandes et de la chapelle Saint-Nicolas montre, on le verra, qu’il est difficile d’attribuer au XIe s. la construction de cet ensemble. Chaque fois, textes et résultats archéologiques ramènent vers le XIIIe s., au plus tôt au XIIe s. À partir de ce bilan, il convient de reconsidérer les informations apportées par le texte de 1058.

58Or elles ne vont pas dans le sens d’une identification avec le site de Brandes. On ne retrouve pas, en effet, sur celui-ci le toponyme initial du château, Saget, Faget ou Fayet, ni le vocable de la chapelle. Certes, le micro-toponyme de la Fayche ou Faschia donné par le cadastre napoléonien et par le regeste d’Huez, daté de la fin du XVe s., pouvait faire illusion ...in Fayssia in chavonno de Brandis juxta de Brandis (A.D.I. 4 Ε 29 1G1 f° 151). La racine étymologique a tranché la question. Le terme de fasciae signifie bandes de terre que le regeste du XVe s. localise au-dessus du village, alors que Faget ou Fayet ont pour racine fagus, c’est-à dire le hêtre (Du Cange, 1884 ; Dauzat, Rostaing, 1963). Si, de ce fait, l’assimilation du site de Brandes avec le castrum Sageti n’est pas évidente, par contre, le toponyme même de Brandes, comme le vocable Saint-Nicolas, évoquent l’activité minière.

59Au toponyme et au vocable du XIIIe s., étrangers à la charte du XIe s., il faut ajouter le trou documentaire correspondant au XIIe s. En effet, si l’on maintient l’hypothèse traditionnelle, on ne s’explique guère cette lacune, de même qu’un changement aussi radical de toponyme et de vocable. Brandes, en outre, ne s’avère pas être le site le plus recommandé pour contrôler la traversée du lac et, par conséquent, le passage de la route vers l’Italie. Pourtant, l’hypothèse fut émise de le situer à proximité de l’itinéraire antique, le nom de voie romaine ayant été attribué à un chemin dont l’étude montre le lien avec l’activité pastorale (Gras, 1840). Dans la troisième partie de cet ouvrage, on démontrera, par ailleurs, que les voies de circulation principales du massif des Rousses, au sens large, ignorent Brandes. Seule une ramification de la voie d’Huez vers l’Alpe et le massif des Rousses, située à l’Alpe d’Huez, conduit et aboutit à Brandes.

Le castrum Sageti à La Garde

60Il existe, dans l’enquête de 1339, une liste des paroisses du mandement d’Oisans où figure, parmi les hameaux ou villae de la paroisse de Garda, celui de Fayes ou Faye selon les copies (A.D.I. B4443, f° 46v°). Considéré par U. Chevalier comme lieu-dit perdu, A. Allix a proposé de l’identifier avec un lieu-dit de la commune de Bourg-d’Oisans : Farfayet (Allix, 1929). À vrai dire, cette hypothèse ne semble guère sérieuse. Farfayet se situe à l’ouest, en aval de Bourg-d’Oisans et sur la rive gauche de la Romanche. Il est, par conséquent, éloigné de la commune de La Garde et, du point de vue toponymique, il demeure malgré tout assez différent de Fayet. Néanmoins, ce qui nous permet d’écarter cette hypothèse, c’est la preuve, texte à l’appui, de la localisation à La Garde de ce toponyme.

61Dans une reconnaissance des habitants de La Garde au Dauphin, datée des XIVe et XVe s., deux maisons sont situées ...apud Gardam loco dicto el Faye juxta viam publicam qua itur versus Aramenterium (A.D.I. B3368 in feudo de Armenterio). Ce lieu-dit, que l’on peut situer sur la rive gauche de la Sarenne, se trouve en bordure de la route qui mène vers l’Armentier, hameau de la paroisse de La Garde, en direction d’Auris. À la fin du XVe s., un acte notarié plus précis mentionne ...in parrochia de Garda in villa de Fayete..., une pièce de terre appelée Giraudières (A.D.I. B2953, f° 68v°). Or, ce micro-toponyme existe encore sur la commune au lieu-dit de la Ville. Des travaux généalogiques confirment par des documents du XVIIe s. la localisation de la villa de Fayes ou Faye sur le hameau actuel de la Ville (A.D.I. 3E). Le castrum Sageti de 1058 se trouve donc sur le territoire de la paroisse de La Garde, puisque les textes du cartulaire d’Oulx permettent de montrer l’identité entre les édifices religieux désignés successivement, en 1058 par l’expression capellam Beate Mariae de Castro Sageti, en 1080 par ecclesiam de Fageto, entre 1050 et 1079 par ecclesie de Fageto et enfin, au début du XIIe s. à nouveau par ecclesiam de Fageto (Collino, 1908, III, XXXV, LXXV). La modification de l’orthographe du toponyme résulte probablement d’une erreur de copiste. Cependant, il n’a pas été possible de le vérifier, puisque les cartulaires édités par G. Collino n’ont pas pu être consultés, ni aux archives d’Etat de Turin, ni aux archives de l’évêché de Pignerol. Indépendamment de la découverte d’un toponyme satisfaisant, on doit reconnaître, par ailleurs, que l’altitude de La Garde (1000 m) se prête bien, à la différence de Brandes, à un peuplement végétal de hêtres (fagus). On fera la même remarque en ce qui concerne la situation géographique, optimale pour le contrôle du passage sur le lac.

62La mise en évidence, par les textes, du lieu de la Ville ne résout pas le problème de la localisation précise du castrum Sageti. Ceci, d’autant plus que l’historiographie de la commune de La Garde, peu rigoureuse, rend la démarche complexe. Le toponyme de La Garde en soi est déjà intéressant. Il apparaît dans les textes dès le XIe s. (Collino, 1908). D’origine germanique, ce terme, qui signifie forteresse, a été latinisé en warda ou wardia puis Garda ou Gardia (Dauzat, Rostaing, 1963 ; Du Cange, 1884). On le trouve dans le sud-ouest souvent associé à une motte castrale (colloque de Caen, 1981). Cette paroisse est le siège, au milieu du XIe s., d’un prieuré dépendant de l’abbaye d’Oulx. On a vu les circonstances de sa fondation. Après la simultanéité topique et chronologique du château et du prieuré, on peut déduire l’importance et l’ancienneté de cette paroisse. La Garde est, rappelons-le, l’une des trois paroisses d’Oisans siège d’un prieuré avec Saint-Laurent-du-Lac et Saint-Robert de Séchilienne. Le vocable de l’église Saint-Pierre qui deviendra église prieurale, fait référence à une vague de christianisation ancienne.

63La toponymie actuelle et les prospections suggèrent, en six points du territoire, l’existence de fortifications ou résidences de périodes probablement différentes. La Sale, hameau situé non loin du prieuré sur la route d’Auris et dont le nom évoque le haut Moyen Âge, conserve une tradition localisant à cet endroit une « tour romaine ». Le terme de sala signifie résidence seigneuriale à l’époque carolingienne (Du Cange, 1884). Toutefois, il n’a été retrouvé, pour l’instant, aucune trace de ce toponyme dans la documentation médiévale. La Tour, située au quartier de la Ville, alias Le Fayet, est une parcelle en bordure de falaise, au-dessus de la plaine de Bourg-d’Oisans. Un ancien chemin partiellement ferré, dont le G.R 54 reprend le tracé, y aboutit après avoir fait l’ascension du rocher depuis la plaine. La tradition, par l’intermédiaire de J.H. Roussillon, signale au pied de la falaise l’existence d’anneaux de fer pour l’amarrage des bateaux, hérités de la période du lac (Roussillon, 1979). La prospection sur le terrain s’est révélée décevante. Un énorme murger*, peut-être le résultat de la démolition d’un bâtiment, occupe le centre d’une parcelle. Aucune trace de fossé ou de levée de terre n’a été repérée à proximité. J.H. Roussillon, sans citer ses sources, informe que dans ce secteur fut érigée, au XVIe s., une tour « par le Baron de La Garde, soldat de fortune » et acquéreur de la seigneurie locale. À proximité immédiate du prieuré, subsistent les vestiges d’une ancienne tour carrée, en arrière d’une grande maison qui aurait été, un peu plus tard dans le Moyen Âge, une maison forte avec tourelles d’angles. Le Châtelard de Maronnes devait porter des bâtiments importants dont on perçoit encore les reliefs, au sol. Le Château et le Châtelard se faisaient face, de part et d’autre de la Sarenne. Le Château est un lieu qui surplombe au nord-ouest le prieuré. Ce toponyme a permis de repérer un site archéologique très intéressant.

10 - Le site de la motte de La Garde

10 - Le site de la motte de La Garde

64Le lieu-dit le Château à La Garde apparaît au milieu du XIIe s. dans le Probus. Ce n’est, à ce moment-là, qu’une simple localisation pour une pièce de bois : ...medietatem Rovoyrie in Castello... De même aux XVe et XVIe s., on le retrouve avec la même fonction ...item loco dicto el Chatel... et dans le voisinage immédiat d’un ...iter publicum... Une seule fois, on trouve l’expression ...in Castro... (A.D.I. B3368, XIVe-XVe s) ...item magister feudo...feudum claustri de Garda... (4 Ε 28, S7, Ρ 14). À aucun moment, on ne voit apparaître la fortification signalée par ce terme et que l’on retrouve aujourd’hui sur le terrain. À 1118 m d’altitude, surplombant au nord-ouest le village de la Garde, le site du Château est installé sur un éperon naturel d’orientation nord-sud, extrémité méridionale de la dorsale qui aboutit à la Grande Sure (fig. 10). Il domine de 400 m à l’ouest la plaine de Bourg-d’Oisans et à l’est la vallée de la Sarenne. Le relief naturel, fait de bancs de schistes feuilletés, a été aménagé, terrassé et fossoyé. L’éperon porte, surélevée de quelques mètres, une structure de terre ronde au profil tronconique et dépourvue de construction apparente, dont le sommet est à peine aplani. Elle est isolée à l’ouest et à l’est par l’abrupt de la pente. Alors que la bordure occidentale utilise le rebord de la falaise, il semble qu’à l’est on ait volontairement accentué, par des travaux de terrassement, la pente naturelle. Au nord, un fossé rectiligne, dont le profil est émoussé, sépare le monticule du reste de l’éperon. Au sud, la plate-forme sommitale s’ouvre sur une aire plane, délimitée sur trois côtés par une rupture de terrain importante. Un petit bâtiment ruiné, très remanié et orienté nord-sud, occupe le centre de cette aire. La trace de deux autres constructions se remarque au sud-ouest. Un ancien chemin rural dessert le site du château. On le suit aujourd’hui grâce à une haie qui le borde sur toute sa longueur.

65Ce site, appelé Castellum au milieu du XIIIe s., est parfaitement identifié par la pièce de bois, une rouvraie (la rivoire) qui le jouxte. Sa description conduit à localiser en ce lieu une motte castrale précédée, au sud, d’une basse-cour. Le bâtiment situé au centre de cette dernière est une chapelle dédiée à Sainte-Marie-Madeleine (Muller, 1899). L’existence d’une motte castrale à La Garde, attestée par la prospection de terrain et un toponyme clair, permet de proposer ce site pour la localisation du castrum Sageti. De surcroît, le site du château est accompagné d’une chapelle dont le vocable exact est ...capella Beate Mariae-Magdalenes. Le Pouillé de l’église cathédrale de Grenoble cite, en 1497, parmi les bénéfices, cette chapelle qui est dite bâtie en dehors du prieuré, mais dépendante de celui-ci ...capella Beate Mariae-Magdalenes extra dictum prioratum honorifice constructa est de dependenciis ejusdem prioratus (Marion, 1869, chartae supplementariae, XIII, Polletus, 1497). Si l’on retient l’hypothèse du tronçon la Garde-Auris, pour la voie d’Oisans, la situation du château est parfaite pour le contrôle du passage sur le lac, comme pour celui de la voie.

66Il demeure, malgré tout, comme obstacle à une identification sans restriction, quelques discordances. Il n’y a pas d’adéquation totale entre le toponyme du XIe s., certes voisin géographiquement (le Fayet ou hameau de la Ville) et celui actuel, de même, pour le vocable de la chapelle ...Beata-Maria et Beata Maria-Magdalenes... Enfin la prospection de terrain n’a pas livré de matériel. La datation du site reste donc conjecturale. Pour la chapelle, on peut imaginer le glissement du vocable initial vers un autre, évolution qui a peut-être suivi un déclassement politique du château lui-même. Du point de vue religieux, à la suite de la donation de 1058, on imagine sans peine une éclipse de la chapelle castrale au profit de l’église prieurale dédiée à Saint-Pierre, qui se traduit dans la documentation, puisqu’on en perd la trace pendant deux siècles. Du point de vue politique, le castrum Sageti n’apparaît pas dans la documentation avant 1058. Or, on l’a vu, il pourrait bien avoir été le siège du pouvoir local au XIe s. À partir de 1250, le chef-lieu de l’énorme mandement delphinal de l’Oisans est Saint-Laurent-du-Lac. Depuis 1227, en effet, on constate par la publication des itinéraires des Dauphins, que ceux-ci séjournent régulièrement à Saint-Laurent dans leur château (1251-1311-1324-1326-1332) (Chevalier, 1886-1887). Le transfert du siège du pouvoir politique de La Garde à Saint-Laurent a pu se faire progressivement dès la fin du XIe s. Cependant, la vidange brutale du lac survenue en 1219 a dû définitivement fixer le chef-lieu de l’Oisans à Saint-Laurent. En effet, la catastrophe eut comme répercussions secondaires non seulement la libération des terres de la vallée au profit de l’agriculture, mais aussi la disparition d’un obstacle de taille pour la voie d’Oisans, faisant perdre simultanément tout l’intérêt de la position du castrum Sageti. En 1250, le Probus ne mentionne même pas parmi les fortifications dignes d’intérêt ce castellum de La Garde. L’une des rares fortifications citées dans ce document est la maison-forte de la Paute, berceau d’une des familles de l’Oisans les plus puissantes : ...item domini Odo et Eymido de Pauta fratres... tenent domum suam de Pauta fortem reddibile... (A.D.I. B2662 Ρ CCCC, 371).

Conclusion

67La moyenne vallée de la Romanche et les trois paroisses voisines du lac sont le théâtre, aux XIe et XIIe s., d’événements dont la répercussion est locale mais qui participent à un mouvement de mutation politique plus large. À travers la documentation ecclésiastique, on saisit la disparition, en 1058, d’une seigneurie importante, héritière d’une société aux pouvoirs politiques et économiques morcelés et usurpés. Les causes exactes de cet effacement échappent. Cependant, les bénéficiaires de cette évolution, abbaye d’Oulx et pouvoir comtal, ainsi que le lien étroit d’Adam avec ceux-ci, laissent supposer une volonté centralisatrice émanant de la famille d’Albon, héritière de la puissance publique. Le castrum Sageti, au sommet de la falaise de La Garde, a dû constituer, du fait de sa position exceptionnelle pour le contrôle des échanges vers l’Italie, un enjeu politique et économique important.

68L’identification du castrum Sageti avec le site du Château de La Garde permet de relier après la traversée du lac, le secteur de la Rampe des Commères par Auris et donne tout son sens à la localisation du prieuré d’Oulx à La Garde, à celle de la chapelle Saint-Giraud à Auris et au pont dit « romain » qui franchit la Romanche.

69Localiser à Brandes le castrum Sageti ne résiste pas à l’analyse micro-toponymique. L’Alpe Veti, comme le nomment les chartes d’Oulx, n’est fréquenté, au XIe s., que par les pasteurs et leurs troupeaux et reste à l’écart du grand axe de circulation joignant la vallée du Rhône à l’Italie par le Montgenèvre. L’étude archéologique des vestiges de Brandes, on le verra, ne fait que confirmer cette première démonstration. Il faut renoncer définitivement à une quelconque assimilation entre les deux sites de Brandes et du castrum Sageti qui chacun ont appartenu, chronologiquement, à des épisodes différents de l’histoire de l’Oisans : le castrum Sageti au premier âge féodal et Brandes à l’épanouissement du pouvoir comtal auquel il contribue.

Notes

1 Dans l’ouvrage de Marcellier, Inventaire des Titres de la Chambre des Comptes du Dauphiné (A.D.I., f° 2764), un acte du 11 mai 1226 fait apparaître une transaction entre Aymard Allemand et le Dauphin André. Le premier échange un bois situé entre le pont de Porte et celui d’Adam. La localisation des biens échangés notamment dans le secteur d’Oulles, Ornon, La Paute et le fait que Livet soit considéré comme la porte de l’Oisans, permet de situer, sous réserves de recherches ultérieures, ce bois sur l’emplacement actuel du bois des Faures. Situé sur la rive droite de la Romanche, il est sur la commune de Livet. Le texte précise que le bénéficiaire de l’échange pourra y installer des fourneaux. Si l’hypothèse est bonne, le pont Adam serait sur le site actuel du pont de la Véna ou de l’Infernet, c’est à dire à l’emplacement exact où se terminait le lac d’Oisans, côté aval, confirmant a posteriori la maîtrise d’Adam sur le passage du lac.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 6- La plaine d’Oisans
Crédits Coll. M. D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 7- La moyenne vallée de la Romanche
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 8- Itinéraire des dauphins vers l’Italie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 9- Le pont Romain d’Auris
Crédits ADI 8FI 32
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre 10 - Le site de la motte de La Garde
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access