Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 10. Vie du château, vie au château

Françoise Piponnier

Texte intégral

1Abondantes et diverses, les données archéologiques viennent désormais s’ajouter aux documents d’archives et à de l’image l’Armorial pour retracer l’histoire de l’ensemble castral d’Essertines. Bien qu’elles informent très inégalement sur les différentes périodes de l’occupation du château, elles apportent sur les modalités d’utilisation de l’espace et sur les fonctions remplies par cette forteresse une masse de précisions qu’aucun texte ou image ne se révèle capable de procurer.

Les temps obscurs du premier château

2Sur l’installation et les débuts de son existence, les renseignements restent maigres. Les rares textes, trop laconiques, les structures castrales pratiquement anihilées, les lambeaux de sols pauvres en matériel n’ouvrent que des aperçus limités sur l’occupation antérieure au XIIIe s.

3L’environnement végétal dans lequel s’inscrit la construction du premier édifice est très dégagé par les défrichements ; les prairies à graminées y dominent, vouées sans doute à l’élevage. Mais cette situation ne dure pas. Comme le suggéraient les documents, le front de colonisation se déplace. L’analyse des pollens contenus dans les mortiers montre que dès le XIIIe s., la forêt a gagné la première place dans le paysage, avec une nette prédominance du pin.

4Le bâti évolue, mais les diverses fonctions du château sont inégalement représentées parmi les témoins archéologiques. Le site lui-même, l’implantation sur cet éperon d’accès difficile, ne laissent aucun doute quant à l’intention d’ordre essentiellement militaire qui a présidé à la naissance de l’ensemble. La qualité des matériaux utilisés pour construire le premier édifice castral et les mobiliers archéologiques qui lui sont associés tendraient à suggérer qu’il a joué à ses débuts le double rôle de réduit défensif et de résidence pour un groupe de milites. Abondants, et présents à toutes les périodes, les clous de ferrure attestent la fréquentation de cavaliers en ce lieu d’accès difficile et, dès la phase II, l’apparition de fragments de verre décoré trahit une consommation de luxe.

5S’ils restent peu abondants, les mobiliers sont clairement associés dans l’espace à cet édifice ; ils proviennent des lambeaux de sols intérieurs, des sols extérieurs, conservés devant sa porte, et d’un petit dépotoir constitué au pied du premier mur de courtine pendant la phase II. Les tessons de céramique relativement rares et très fragmentés, et les ossements animaux, trouvailles archéologiques les plus abondantes en toutes circonstances, concentrent l’information sur les aspects alimentaires de l’occupation. Bien que les vestiges ne permettent ni de restituer l’édifice en élévation, ni de se faire une idée de ses aménagements, pots à cuire et ossements ouvrent sur le régime alimentaire des occupants quelques aperçus d’une précision quasi microscopique. Les pièces de viande préparées sont prélevées sur des animaux d’élevage abattus jeunes, et choisies parmi les morceaux riches en chair ; les gallinacés figurent aussi au menu et caractérisent, comme dans les autres châteaux de la région, une consommation de qualité.

6On ne peut exclure que, dès le temps du premier édifice castral, d’autres bâtiments annexes ou même à fonction résidentielle aient été implantés sur l’esplanade située entre château et chapelle. Si l’on admet que le passage de la phase II à la phase III se produit au tournant des XII-XIIIe s., la « maison » et la « mure » d’Albert de Thizy appartiennent déjà à la phase II.

7Le lien entre vie seigneuriale et vie religieuse est souligné en tout cas par la proximité de la chapelle. Sans doute est-ce à la reconnaissance de son caractère sacré, et au respect qui lui était attaché à ce titre, que celle-ci doit d’avoir survécu. En l’absence de fouilles, il est impossible d’affirmer qu’elle fut édifiée dès les débuts du château. Pourtant, la taille soignée de ses pierres angulaires ne se compare guère qu’à celle des éléments du mur 1300, identifié comme appartenant au premier bâtiment castral construit sur le site.

8Pourquoi et comment cet ensemble connut-il une fin relativement rapide alors que la chapelle continuait d’exister ? Au cours de la fouille, aucune trace n’a été rencontrée d’une destruction brutale, ce qui bien sûr ne suffit pas pour en écarter l’hypothèse. Pour expliquer la disparition de ce premier ensemble, on peut aussi penser à l’écroulement partiel d’un bâtiment aventuré sur un terrain difficile, ou encore à la volonté de réaménager le château selon un autre plan.

La forteresse comtale

9Il est tentant de mettre en relation la restructuration de cet ensemble avec le changement d’appropriation de la partie haute du site, tel que le révèle, dans les premières années du XIIIe s., le testament d’Albert de Thizy, confirmant la donation faite au comte de Forez des droits que ce chevalier avait possédé sur une partie de la tour et de la courtine du château d’Essertines. En effet, les rares éléments datants situent au tournant des XIIXIIIe s. les remaniements de l’ensemble fortifié, qui se traduisent par l’édification d’un nouveau bâtiment, cette fois au sommet de l’éperon, et la transformation de l’espace compris entre cette tour et la courtine ; un léger remblaiement recouvre l’emplacement où se dressait le premier édifice et permet l’installation d’un bâtiment sur poteaux de bois. L’hypothèse paraît suffisamment étayée, pour admettre que l’ensemble castral se compose alors, outre ces nouveaux bâtiments, de la chapelle, de la « maison » et de la « mure » dont avait hérité Albert de Sury, et aussi d’une courtine, toutes trois préexistantes.

10Les couches archéologiques correspondant à l’incendie qui a détruit à la fois la première tour, de dimensions réduites, et l’édifice sur poteaux de bois, n’ont livré d’éléments de datation très sûrs ni concernant leur occupation, ni concernant leur destruction. Destruction, due à un accident ou plutôt à un fait de guerre ?. La vocation militaire de cet espace est mieux attestée que lors de la phase d’occupation précédente. Les objets sont peu nombreux, mais parmi eux figurent des pointes de flèches et deux éperons. L’édification de la tour, au point le plus élevé du massif rocheux, dominant la vallée, permettait de mieux la contrôler, et répondait sans aucun doute à des préoccupations d’ordre stratégique.

11Le bâtiment sur poteaux de bois n’était probablement qu’une annexe, mais ses éléments brûlés, laissés en place, ont permis la conservation d’un plus grand nombre de vestiges mobiliers que les traces de sols incendiés retrouvées dans la première tour. Ce que ces trouvailles apprennent sur le mode de vie des occupants de la période du XIIIe s. ne traduit pas de changement notable par rapport aux occupations précédentes. Un certain luxe de la table s’affirme avec l’apparition de coupes et gobelets de verre, qui accompagnent une consommation carnée de qualité.

12C’est seulement après l’incendie de la première tour et du bâtiment sur poteaux de bois, que le château prend son aspect final, avec le plan que suggéraient ses ruines et que l’exploration archéologique a permis de compléter. La tour est alors réaménagée et élargie vers l’ouest. La courtine est reconstruite en même temps, puisqu’elle vient constituer la paroi occidentale de la nouvelle tour. Puis, du côté sud, une seconde enceinte vient flanquer la courtine. Elle lui est postérieure, et fut édifiée aussi après que l’esplanade située entre la courtine et la chapelle, qu’elle entoure désormais, eût été débarrassée d’un ou plusieurs édifices antérieurs. Les appareils de ces deux enceintes ne présentent cependant pas de différences telles que l’on doive supposer un écart chronologique important dans leur réalisation.

13Comme le précédent, cet état du château s’achève par un incendie qui, cette fois, a fossilisé parmi les matériaux brûlés un mobilier riche d’éléments datants. Monnaies et poids monétaires attestent, dans la tour, une occupation régulière durant la seconde moitié du XIVe s. et la présence d’un anneau sigillaire aux armes de Bourbon situe la date de l’incendie après la prise en main du comté de Forez par le duc de Bourbon en 1368. La Guerre de Cent Ans et son cortège de destructions ne faisaient alors que commencer dans la région.

Le château du XIVe siècle

Ses occupants

14Grâce à l’incendie de la tour, les données archéologiques sont abondantes et donnent de l’édifice, de ceux qui le fréquentaient et de leurs fonctions une image particulièrement vivante (fig. 124). Châtelneuf a supplanté Essertines comme siège de la châtellenie, de nombreux documents le précisent, pourtant la tour d’Essertines continue de tenir son rôle dans le réseau du pouvoir comtal. La qualité de la construction en témoigne, ainsi que certains de ses aménagements. La rencontre de verre plat est, en effet, exceptionnelle à cette époque en Forez. Sa fonction administrative est attestée par plusieurs trouvailles. L’anneau sigillaire n’a pu être remis qu’à un officier comtal en exercice, pour sceller des documents officiels. D’un emploi plus banal, le style en os servait à jeter sur des tablettes recouvertes de cire des notes effacées par la suite. Les poids monétaires évoquent la vérification de paiements, vraisemblablement ceux des redevances seigneurales en argent.

124 - La vie au château

124 - La vie au château

Roman de Girart de Roussillon, duc de Bourgogne et de Berthe sa femme.
Manuscrit copié à Châtillon-sur-Seine, 1416.

Bibl. Nat. Paris, ms. fr. 15103

15La présence militaire au château est mieux représentée qu’au cours des périodes précédentes parmi les mobiliers. Les carreaux d’arbalètes sont les armes que l’on rencontre le plus couramment parmi les trouvailles faites sur les sites de châteaux, et aussi dans les énumérations de leurs inventaires. Depuis la première publication (Piponnier et Poisson, 1982), la rencontre répétée de fragments de trompes d’appel en céramique lors de la fouille de châteaux et de maisons fortes a confirmé que ce type d’objet correspond bien au service de guet dans les forteresses. A côté des annelets de cottes de mailles, apparaissent déjà, avec les rivures de brigandines, des armures d’un type nouveau et plus recherché. Si la présence d’une petite garnison ne fait aucun doute, celle-ci apparaît déjà, de ce fait, différenciée socialement. Les pièces de jeux retrouvées dans la tour reflètent aussi cette diversité des occupants. La pratique des échecs est jeu de nobles, celle des dés est plutôt répandue parmi les soldats.

16Les occupants du château n’étaient pas seulement des représentants de l’administration comtale ou des membres d’une garnison plus ou moins étoffée selon les circonstances. La charge de leur entretien devait être assurée par un personnage remplissant les fonctions d’intendant, résidant permanent. Il était accompagné sans doute de sa famille car de menus objets trahissent une présence féminine que l’on peut qualifier de ménagère.

17Il fallait bien en effet une cuisinière, assistée peut-être de servantes, pour assurer le service de bouche, largement attesté par les trouvailles archéologiques.

La table du château

18L’incendie a, bien sûr, détruit tous les éléments combustibles de l’aménagement et du mobilier de la tour. L’absence d’objets métalliques entiers laisse penser que les débris carbonisés ont été soigneusement fouillés pour récupérer les objets réutilisables. Les testaments contemporains (Gonon 1961) suggèrent ce qui échappe à l’inventaire archéologique. Chaudrons, poêles, trépieds, crémaillères, mais aussi mortiers de pierre et récipients de bois devaient être utilisés pour préparer les aliments, là où seule la céramique culinaire nous est parvenue. Diversifiée cependant (Alexandre-Bidon et Beck-Bossard 1984) elle est susceptible d’avoir été utilisée pour d’autres préparations que des potages. Les tréteaux et leur plateau, le linge de table, la vaisselle de bois échappent à l’archéologue. Les étains, largement diffusés à cette époque, ont pu être récupérés, même fondus ou déformés dans l’incendie. Toutefois, les fragments de pichets décorés de fleurettes colorées et la verrerie de table, abondante et variée, indiquent que les occupants du château, ou du moins certains d’entre eux, tenaient à un service de table raffiné.

125 - Un repas au XVe siècle

125 - Un repas au XVe siècle

La hure de porc. Barthélémy l’Anglais, Livre des propriétés des choses.
France (Berry) XVe s.

Bibl. Nat. Paris, ms. fr. 9140 f° 113

19L’alimentation carnée, la seule dont la fouille ait livré des vestiges, se compose comme aux périodes précédentes de mets de qualité. La place inhabituelle qu’y prend le porc doit-elle être mise au compte d’une préférence régionale ? L’importance des os crâniens parmi les déchets de table (plus de la moitié des fragments provenant de porcins) trahit une préférence pour certains types de préparations. La fréquence des hures de porc ou de sanglier dans les figurations de repas médiévaux confirme que ce mets était alors fort apprécié et jugé digne des tables seigneuriales (fig. 125) (Alexandre-Bidon 1992).

Survie et désertion

20S’il ravagea l’intérieur de la tour et détruisit ses planchers d’étages, le second incendie n’entraîna dans l’immédiat, ni l’abandon de l’édifice, ni celui du château. Des réaménagements internes, au moins la restauration de la toiture, durent alors intervenir. Les mobiliers correspondant à cette phase de réoccupation, au cours du XVe s., sont peu abondants. La monnaie de Charles VIII, retrouvée parmi les débris de la dernière toiture, situe son abandon dans les dernières années du XVe ou au début du XVIe s.

21La recherche archéologique apporte donc la preuve que les mentions récurrentes de la »tour«  dans le terrier du Chevallard, tout au long du XVe s., et la représentation du  »chatiau d’Issartines" dans l’Armorial de Guillaume Revel correspondent au dernier état d’un ensemble castral déjà détérioré. Les mobiliers peu abondants, les ossements animaux provenant en grande partie d’oiseaux sauvages et de rongeurs, font même penser à un édifice pratiquement abandonné. La fouille renseigne aussi sur le destin des édifices après leur désertion. Cœur et symbole de la forteresse, la tour est l’objet d’une destruction presque complète. Ses matériaux de démolition n’ont été retrouvés que très partiellement sur place. Une bonne part d’entre eux ont dû être réutilisés dans les maisons qui ont continué d’être construites ou réaménagées dans le castrum au cours du XVIe s. et en aval, jusqu’au fond de la vallée, beaucoup plus tardivement.

22Immuable dans son emplacement, sinon dans tous ses murs, la chapelle a vu son rôle de lieu de culte castral proche de la maison seigneuriale évoluer, après la destruction de la tour, vers celui d’église annexe utilisée par les habitants des maisons groupées au pied d’un château fantôme. Elle demeure encore, seul édifice conservé sur le site d’Essertines.

23Dépassé par les progrès de la poliorcétique, le château d’Essertines n’a donc pas survécu au Moyen Âge. Le castrum et les habitations dispersées dans la vallée ont alors poursuivi une vie autonome. L’exploration archéologique a concerné aussi le castrum et même quelques édifices situés au dehors, plus bas sur la pente. Les recherches viennent d’y être achevées. L’étude de leurs données a permis de constater très vite que les bâtiments avaient continué d’être occupés après le Moyen Âge. Des réaménagements, entraînant le surcreusement du rocher ont largement effacé les états médiévaux. L’espoir de présenter en parallèle la vie du château et celle de l’habitat associé se révélant vain, il a paru préférable de publier séparément les résultats des recherches concernant le château d’Essertines. Il fallait rappeler cependant que cette forteresse, résidence seigneuriale, réduit militaire et centre administratif à des degrés divers selon les périodes de son existence, vivait en symbiose, probablement dès ses origines, avec un habitat.

24Plusieurs siècles durant, le château a exercé son influence sur le schéma du peuplement ; perdant de son importance, il a cessé d’être un pôle d’attraction. Accroché à la pente qu’il dominait, le castrum a survécu un temps. Puis, sur les maisons écroulées ont été installées des terrasses de culture. Des éboulis de pierres et une végétation dense masquaient leurs vestiges lorsque commencèrent les recherches. Seuls restaient visibles la chapelle castrale, isolée, et quelques pans des murailles d’enceintes.

Table des illustrations

Titre 124 - La vie au château
Légende Roman de Girart de Roussillon, duc de Bourgogne et de Berthe sa femme.Manuscrit copié à Châtillon-sur-Seine, 1416.
Crédits Bibl. Nat. Paris, ms. fr. 15103
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 125 - Un repas au XVe siècle
Légende La hure de porc. Barthélémy l’Anglais, Livre des propriétés des choses.France (Berry) XVe s.
Crédits Bibl. Nat. Paris, ms. fr. 9140 f° 113
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 756k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540