Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 9. Les trouvailles monétaires

Jean-Michel Poisson

Texte intégral

1Dans la zone castrale, seule la fouille de la tour a procuré des trouvailles monétaires. Il d’un ensemble abondant mais s’agit peu assez diversifié : on compte en effet huit pièces de monnaie, et quatre objets monétaires variés. Il s’agit de pièces appartenant au Moyen Âge, à l’exception d’une monnaie du XVIIe s. trouvée en surface, et qui proviennent pour l’essentiel des couches d’occupation ou de fondation de la tour.

Les espèces monétaires

Les monnaies

2Les espèces provenant des ateliers monétaires royaux appartiennent aux règnes de saint-Louis, Philippe Le Bel, Charles VII et Charles VIII : ce sont trois derniers tournois et un liard du Dauphiné. Quant aux monnayages seigneuriaux, ils ont procuré des deniers des archevêques de Lyon, des ducs de Savoie et des comtes de Namur.

3La période chronologique concernée couvre l’ensemble des XIIIe, XIVe et XVe s., avec une seule exception : le denier lyonnais frappé dans la première moitié du XIIe s. On peut en déduire une occupation continue de la tour depuis le milieu du XIIIe s. jusqu’à la fin du XVe s. Par ailleurs, le denier lyonnais, retrouvé dans une couche sous-jacente au sol du rez-de-chaussée, semble bien permettre de dater du XIIe s. la phase de construction de la tour.

4Ces données sont en accord avec les mentions documentaires : le premier texte citant Essertines comme castrum date en effet de 1194, et l’ensemble castral est décrit dans ses différentes composantes par un texte de 1203. On remarquera cependant que la période qui couvre la seconde moitié du XIIe et les débuts du XIIIe s. ne semble pas avoir fourni de vestiges matériels. En ce qui concerne l’abandon du château, les monnaies nous indiquent une période de peu postérieure au dessin de l’Armorial de Revel (milieu XVe s.).

5La chronologie proposée par les monnaies s’établit donc ainsi : sol du rez-de-chaussée : XIIIXIVe s. ; sol de l’étage (couche noire) : première moitié du XIVe s. ; réoccupation : (sommet couche noire) : première moitié du XVe s.

Autres objets monétaires

6Deux poids monétaires ont été trouvés dans la tour. Le premier, de forme rectangulaire, est le poids de la pièce appelée « lion d’or » frappée sous Philippe VI de Valois ; le second, circulaire, correspond à l’écu d’or frappé sous Philippe IV Le Bel. Ils appartiennent donc tous les deux au XIVe s. Ces objets avaient pour fonction de contrôler, au moyen d’une balance ou trébuchet, le poids des pièces d’or en circulation, qui pouvaient perdre de la valeur par usure. Les poids monétaires ou dénéraux étaient réalisés en bronze, au moment de la frappe de l’espèce correspondante. On leur donnait le poids exact de la monnaie qu’ils devaient servir à contrôler, et on y reproduisait l’effigie ou le symbole de la pièce afin qu’ils puissent être facilement identifiés par le changeur. Ce sont ce poids et cette effigie qui permettent de les identifier. C’est ainsi que le poids monétaire du « lion d’or » représente la figure héraldique qui caractérise cette émission, un lion « rampant », la dorure complétant la référence. Le poids de l’écu associe au symbole (un écusson fleurdelisé) une légende explicite : « poids de l’écu ».

7Un méreau ou jeton à compter a également été rencontré : il s’agit d’une petite pièce d’alliage d’argent et de cuivre (le billon) portant une légende sans signification, ce qui est souvent le cas des jetons, pour éviter une confusion avec les monnaies, dont ils sont très proches par la taille et l’aspect.

8Enfin, le dernier objet monétiforme est vraisemblablement une médaille religieuse : il porte sur un seul côté la figure d’un personnage barbu et nimbé.

9On doit également mentionner ici un anneau sigillaire en plomb portant sur le chaton de forme hexagonale l’empreinte gravée en creux d’une fleur de lis barrée, qui compose les armoiries des ducs de Bourbon. Ce signe héraldique se retrouve sur certaines de leurs monnaies (Poey d’Avant, 1961). Il est logique de dater cet objet postérieurement à 1368, date à laquelle le comté de Forez est passé dans le domaine des ducs de Bourbon.

Les fonctions de la tour

La circulation monétaire

10À la différence des émissions royales qui circulent uniformément sur l’ensemble du territoire quel que soit l’atelier dont elles proviennent, les monnaies seigneuriales informent sur les courants de la circulation monétaire, dans la mesure où leur lieu de provenance indique un parcours réel. Sans vouloir faire dire à ces trois monnaies plus qu’elles ne le peuvent, on remarque d’une part qu’elles proviennent d’ateliers situés tous dans l’Est, et d’autre part que l’une d’elles provient d’une région plutôt lointaine (Namur). Ceci est le signe de l’appartenance de la région d’Essertines à un courant d’échanges commerciaux à large rayon, tel que peut l’être l’axe Saône-Rhône. Par ailleurs, la présence de monnaies royales, qui circulent à peu près partout dans le pays, démontre l’existence d’activités commerciales qui ne sont pas limitées aux échanges locaux. Malgré son aspect reculé et enclavé, cette petite région du Forez participe à un courant de circulation des produits et des hommes qui déborde largement le cadre micro-régional.

Fonctions administratives

11La présence d’objets tels que poids monétaires, jeton et anneau sigillaire renvoie à une fonction de contrôle administratif et économique exercé par la forteresse sur la zone qui l’entoure. En effet, les poids monétaires supposent l’utilisation d’espèces d’or à cet endroit, et la présence d’une personne apte à en contrôler la valeur. On peut penser à la perception sur place de cens ou redevances en numéraire ou d’autres taxes ou droits, de péage ou de mutation par exemple, encore qu’il soit assez difficile d’envisager que le montant individuel des perceptions ait pu nécessiter l’usage de pièces d’or.

12Le jeton est un instrument de comptabilité. On sait en effet qu’on utilisait au Moyen Âge, pour effectuer les quatre opérations, une plaque de bois (comptoir) divisé en colonnes où l’on disposait (jetait) des jetons, le plus souvent métalliques. Là encore cet objet suppose la présence sur place d’une personne sachant compter, et renvoie donc à une activité de gestion ou de perception. On peut cependant se demander si ce type d’objet, extrêmement semblable à une monnaie, n’a pas pu être - consciemment ou non - utilisé comme telle : une légende sans signification (ici « AREDVASRIV ») n’intrigue pas qui ne sait pas lire. La fréquence des trouvailles de jetons sur des sites ruraux, où la présence de personnes sachant compter est improbable (exemples : Dracy, Rougiers, etc...) incite à se poser la question.

13Quant à l’anneau sigillaire, bien plus qu’un bijou, c’est un objet fonctionnel : il est destiné à être imprimé dans la cire pour authentifier des actes officiels avec les armoiries de la principauté. Le métal dont il est fait, un alliage de plomb très faible en argent, montre qu’il est destiné à l’usage d’un agent subalterne. Voilà un troisième indice de la présence à Essertines d’un personnage instruit et investi d’un pouvoir de contrôle, chargé de la gestion des droits seigneuriaux : perception des redevances, délivrance d’actes officiels (laisser-passer, quittances, etc...) Cet officier comtal, ministérial ou sergent, devait résider dans la tour, de façon permanente ou occasionnelle, et peut être assimilé aux châtelains des grandes principautés telles que la Bourgogne ou la Savoie.

Catalogue des objets monétaires

Monnaies royales

141 - + KAROLVS : FRAN : REX deux fleurs de lis dans le champ+ TVRONV : FRANCIE croix pattée
Charles VII roi de France (1422-1461)
denier tournois, 1429, billon
(LAFAURIE n°499 var.)

152 - + KAROLVS * FR [ANCOR ° REX] croix pattée
DALP[HS] VIENENSIS dauphin à gauche
Charles VIII roi de France (1483-1498)
liard du Dauphiné, 1488, billon
(LAFAURIE n°575)

163 - + LVDOV[ICVS REX] croix
+ TVRONVS CIVIS châtel tournois
Louis IX roi de France (1226-1270)
denier tournois, argent
(LAFAURIE n°201)

174 - + [PHILI]PPVS REX croix pattée
+ TVRONVS CIVIS châtel tournois
Philippe IV Le Bel roi de France (1285-1314)
denier tournois, 1307, argent
(LAFAURIE n°228)

185- L. XIIII. ROY DE FR ET DE NAV buste à droite
[] écu de France couronné
Louis XIV roi de France (1643-1715)
liard, cuivre
(GADOURY)

Monnaies seigneuriales

196 - + GVILLEM[VS] lion
[N]AMO * MON[ETA] croix cantonnée de deux trèfles
Guillaume Ier comte de Namur (1337-1391
) denier, billon
(CHALON pl. Χ, n°155, XI, n° 163).

207 - [+ PRIMA SEDES] dans le champ : L et G
GA/LL/IA/RV croix dont les bras coupent la légende
Archevêques de Lyon (anonyme)
denier, av. 1157, billon
(POEY D’AVANT n°5029 ; FOURNIAL)

218 - + LVDOVICVS [DVX] écu de Savoie dans un quadrilobe
+ SABAVDIE croix cantonnée de quatre croisettes
Louis II duc de Savoie (1439-1465)
maille de blanchet, argent
(C.N. I.t.I, pl. V,n°21)

Poids monétaires

229 - POI[S DE L ESCVT] écu aux fleurs de lis sans nombre
(revers lisse)
Poids de l’écu d’or « à la chaise » de Philippe IV Le Bel (1285
1314) et Jean II Le Bon (1350-1364)
bronze, 4,44 gr. circulaire
(DIEUDONNÉ, n°5e)

2310 - (anépigraphe) lion rampant à gauche, tenant un bâton
sur fond de petits cercles
(revers lisse)
Poids du Lion d’or de Philippe VI (1328-1350)
bronze doré, 4,64 gr. rectangulaire
(DIEUDONNÉ n°6 var)

Méreau

2411 - (anépigraphe) dans le champ : H accosté d’une fleur de lis
+ AREDV ASRIV croix
méreau, XIV ou XVe s,. billon

Médaille religieuse

2512 - (anépigraphe) tête barbue portant un nimbe radiant, accostée
d’un fleur de lis
(revers lisse)
médaille de saint Pierre ou saint Paul (?),
probablement médiévale, bronze

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access