Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 5. Le mobilier céramique

Danièle Alexandre-Bidon

Note de l’auteur

Les dessins des illustrations sont tous à l’échelle 1/3 sauf indication contraire.

Texte intégral

1Le château d’Essertines et sa cour ont livré une quantité de fragments d’ustensiles céramiques considérable. Les fouilles ont procuré respectivement 5200 et 5800 tessons environ. Cette importance du mobilier sur le plan quantitatif n’a cependant pas autorisé une approche du vaisselier autre que globalisante : en raison des conditions lentes de l’abandon du site comme de sa longue durée d’occupation, la fragmentation est extrême et les recollages, rares, se limitent presqu’exclusivement à des remontages de vases partiels à l’intérieur de chaque couche archéologique.

2On ne connaît donc pour ainsi dire pas de forme complète. A l’exception d’un seul vase, dont la petite taille a été garante de sa conservation, les profils procurés ne représentent, au mieux, que des tiers de pots. En outre, certaines couches de l’occupation ne livrent aucun tesson. Le tiers des fragments sont de petit module et 60 % d’entre eux mesurent moins de 2 cm2..Ceux-là n’offrent la plupart du temps aucune information, mais c’est parfois sur ces tessons de petite dimension qu’ont été relevés les rares décors caractéristiques qui paraient pots globulaires ou pichets. Enfin, 10 % à peine des tessons ont une valeur informative : bords, lèvres, becs verseurs, fonds, anses, décors. Le reste se compose de fragments de panse sans caractéristiques qui ne peuvent être utilisés que pour une approche statistique des différents types céramiques en usage sur le site. Dans ce but, tous les tessons ont été prélevés, comptabilisés et étudiés.

3Cette grande fragmentation du mobilier céramique est due, manifestement, au mode de vie dans le château comme au destin du site. Le balayage des structures d’habitat, les phases d’incendie, la reconstruction du donjon, la longue durée de l’occupation humaine, n’ont pas permis que soient fossilisés in situ des pots entiers, intacts ou brisés sur place, comme ce fut parfois le cas sur d’autres sites médiévaux (Dracy, Brucato). La fouille, de surcroît, n’a pas exhumé le dépotoir domestique principal du château et le seul retrouvé ne comportait que des ossements animaux. A la difficulté constituée par la fragmentation du mobilier, s’ajoute enfin celle de son éparpillement : certains objets de terre cuite, jamais regroupés à l’intérieur d’une seule phase, se retrouvent dispersés dans plus de 19 unités stratigraphiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la tour du castrum : à partir de la phase originelle d’utilisation d’un vase, la fragmentation et la dispersion des tessons a continué dans les phases suivantes, au gré des travaux de reconstruction et des épandages, ou du rejet dans l’espace délimité par la courtine des matériaux de destruction après les incendies. Enfin, il n’existe pas de continuité stratigraphique entre la tour d’Essertines et sa cour. Les possibilités de recollages, entre ces deux zones, de tessons dont la majorité est à pâte uniformément grise et de petit module, ont été amoindries d’autant.

4Malgré ces limites imposées à l’étude céramologique, une telle quantité de tessons suffit cependant à garantir la représentativité de cet échantillon de mobilier. Elle permet de classer les vases selon leur forme ou leur technique de fabrication, et d’obtenir ainsi une vision globale du vaisselier, même si ce dernier demeure flou dans le détail et si l’on reste la plupart du temps incapable de restituer des formes et d’y associer les décors avec exactitude. Sans continuité de profils, les associations entre formes de lèvres et types de fonds, par exemple, restent d’ordre purement hypothétique. Mais le catalogue apparemment très limité des formes, à l’intérieur de chaque groupe céramique, restreint les possibilités de permutations éventuelles.

5Du reste, cette limitation de l’étude sur le plan typologique a eu elle-même un avantage : celui de chercher à compenser ce défaut d’information par une recherche parallèle et convergente, l’approche ethnographique d’un mobilier archéologique qui s’y prête particulièrement bien car en relation directe avec le « foyer » de l’habitation médiévale, les pratiques culinaires et la consommation des repas. Sur la totalité du mobilier, ce qui permet par ailleurs de reprendre en compte pour l’analyse une grande partie des 90 % de tessons sans caractéristiques morphologiques, nous avons recherché les traces d’usage, suie, noir de fumée, parcelles de charbon de bois, usure, ébréchures, remplois, ou plus simplement absence de ces traces, facteur révélateur de l’utilisation également. Il devient ainsi possible de définir des modes d’utilisations, et d’associer chaque type de forme à chaque type d’usage. Ainsi trouve sa justification l’étude de l’ensemble du mobilier céramique sans intérêt apparent autre que statistique. Mais on ne dispose pas, pour le vaisselier du château, d’un catalogue de formes complètes.

6Aussi, en un premier temps de l’analyse, le seul classement typologique autorisé par l’état du mobilier a été fondé, non sur une classification basée sur les formes et les dimensions des récipients, mais sur les techniques de fabrication et l’apparence extérieure de la pâte. Il est ensuite apparu que l’examen des traces d’utilisation, confrontées aux ébauches de formes suggérées par la masse des tessons, autorisait une approche « fonctionnelle » modeste, axée sur les modes d’utilisations manifestes ou supposées des pots. Ce deuxième temps de l’analyse s’avère indispensable sur un site non de production mais de consommation et d’habitation. Cependant, la fragmentation du mobilier ne permettant pas une exploitation maximale du sujet, que seule aurait autorisée la découverte du dépotoir du château, cette approche ethnographique, en l’absence de formes complètes nombreuses, ne saurait dépasser le stade de l’ébauche. Nous nous contenterons par conséquent de replacer les ustensiles céramiques dans le contexte des pratiques alimentaires du Forez médiéval, telles qu’elles nous sont connues par les sources écrites.

Typologie des céramiques

7La détermination d’une typologie du mobilier céramique, pour le site d’Essertines, s’est basée sur trois critères. Le premier est le type de cuisson employé par les potiers : réducteur ou oxydant, en ne tenant compte que de la coloration en surface des tessons, c’est-à-dire de la phase finale de la cuisson : sauf accident, c’est l’aspect même que le potier désirait obtenir. Dans la majorité des cas, la pâte est teintée très en profondeur, voire sur toute l’épaisseur : cette coloration n’est en rien accidentelle. Le critère semble donc pertinent.

8Le deuxième critère retenu est la qualité apparente de la structure de la pâte : homogène ou hétérogène, termes que nous préférerons à d’autres qui véhiculent inutilement un jugement qualitatif du genre « fin » ou « grossier ». Nous réservons ces appréciatifs ou ces dépréciatifs non à la description des tessons mais à l’appréhension des mêmes problèmes vus sous un angle plus ethnographique, où ils retrouvent un sens.

9Le troisième critère est la présence ou l’absence de glaçure. Il n’intervient qu’en un second temps de l’analyse. Il est en effet automatiquement exclu du groupe des céramiques cuites en atmosphère réductrice : la glaçure exige en effet une cuisson oxydante pour être de belle venue, surtout lorsqu’elle est apposée dans un but décoratif. A l’intérieur du groupe des céramiques cuites en atmosphère oxydante, la présence de glaçure ne suffit pas non plus à déterminer, sur le plan quantitatif, les valeurs comparées des deux sous-groupes glaçuré/non glaçuré. En effet, la glaçure ne suffit pas toujours à bien les distinguer : il s’avère que les potiers fournisseurs des Monts du Forez, comme ailleurs, n’ont pendant longtemps glaçuré que partiellement les pots. Or, le mobilier d’Essertines est extrêmement fragmenté. En raison de cette grande fragmentation des vases, une bonne part des tessons appartenant au groupe des céramiques glaçurées s’est sans doute vue attribuée à celui des céramiques non glaçurées, faussant ainsi les données quantitatives, de même qu’ultérieurement les données de l’étude ethno-archéologique. Si les chiffres obtenus pour le groupe des céramiques cuites en atmosphère réductrice restent fiables, ceux attribués aux céramiques à cuisson oxydante, glaçurées ou non glaçurées, sont à manier avec plus de précaution. On préfèrera donc, au bout du compte, comparer l’un à l’autre le groupe des céramiques réductrices à celui des céramiques oxydantes en général.

10Un quatrième critère aurait dû être le classement typologique des ustensiles céramiques selon leur morphologie et donc leur fonction. Bien que nous tendions à privilégier cette approche lorsque les découvertes le permettent (Alexandre-Bidon, 1986), la fouille du château, contrairement à celle du village, n’a donc pu permettre sa mise en œuvre.

11Tout au plus en effet peut-on reconnaître, dans le mobilier céramique de la zone castrale, quelques formes distinctes : grosse marmite à deux anses, petit pot globulaire à une anse - dont il semble avoir existé au moins deux contenances-, couvercle, pichet glaçuré, écuelle et jatte. Les écuelles sont rares, couvercle et la jatte uniques, cette dernière n’étant de surcroît qu’un remploi. La majorité des ustensiles, pots et couvercle, renvoie à la cuisine, mais leur stéréotypie, leur manque de différenciation, les rendaient assurément polyvalents. Seul le pichet glaçuré, parfois très décoré, de fleurettes ou de bandes peintes, ressortit d’une fonction plus précise : contenir l’eau ou, plus vraisemblablement, le vin. Pour la petite écuelle, on hésite entre l’affectation au domaine de la boisson - un bassin à boire - ou à celui de la consommation alimentaire - une écuelle à sauce. L’une et l’autre fonction sont, pour ce type d’objet, attestées par l’iconographie. L’ensemble de ces ustensiles, incomplets et fragmentés à l’extrême, ne peut être saisi autrement que par leurs silhouettes (fig. 56), dont l’exactitude, notamment en ce qui concerne les pichets, n’est qu’approximative.

56 – Le vaisselier céramique

56 – Le vaisselier céramique

12L’analyse typologique fondée sur les critères technologiques, ceux de la fabrication des vases, a délimité trois grands types de productions.

13Pour une meilleure intelligence des résultats de l’analyse, nous avons appelé A, B, et C, les trois groupes retenus d’après les caractéristiques suivantes : glaçure, absence de glaçure et cuisson. Les céramiques à cuisson réductrice, non glaçurées, ont été dénommées C. Les céramiques à cuisson oxydante et non glaçurées B.

14Les céramiques à cuisson oxydante et glaçurées A. La texture de la pâte a délimité les sous-groupes. On a appelé a. les pâtes homogènes et b. les pâtes hétérogènes. On a ainsi pu observer trois groupes, dont deux sont eux-mêmes divisés en sous-groupes. Le schéma des différents types présents sur le site du château se présente comme suit :

  1. Céramiques oxydantes glaçurées

    • A. a. Céramiques oxydantes glaçurées à pâte de texture serrée et homogène.

    • A. b. Céramiques oxydantes glaçurées à pâte de texture serrée et hétérogène.

  2. Céramiques oxydantes non glaçurées

    • B. a. Céramiques oxydantes non glaçurées à pâte de texture serrée et homogène.

    • B. b. Céramiques oxydantes non glaçurées à pâte de texture serrée hétérogène.

  3. Céramiques réductrices

  • Pour la période médiévale, le groupe C est un groupe particulièrement homogène. Nul sous-groupe ne peut être mis en évidence. A l’extrême fin de la période, pourtant, et plus encore au XVIe s., dans la zone du village, ce groupe, qui représente la technique de cuisson majoritaire sur le site, connaîtra une subdivision équivalente à celle des céramiques cuites en atmosphère oxydante.

15L’analyse des fragments de ces trois groupes n’a donné lieu, il faut enfin le souligner, qu’à une analyse visuelle, sans recours à des techniques de laboratoire élaborées : en effet, Essertines n’a pas d’équivalent à proche ou à moyenne distance dans les fouilles régionales. Par ailleurs, l’on ne connaît encore ni atelier de potier, ni gisement d’argile qui puissent servir de site de référence et de point de comparaison. Ces analyses auraient par conséquent été prématurées. Nous les réservons cependant pour l’avenir : le mobilier étudié, intégralement prélevé par les fouilles, reste donc dans ce but intégralement stocké. Nous n’excluons nullement le recours aux analyses de pâtes et de glaçures, pour confirmer les résultats des analyses visuelles, et pour comparer les rares importations étrangères sur le site avec les productions identiques ou analogues rencontrées sur d’autres sites.

16Les descriptions des pâtes et des glaçures sont donc ici le résultat de l’observation directe des tranches et surfaces des tessons, et des cassures soit anciennes, soit récentes : couleurs et dégraissants apparaissent en effet mieux si l’on brise en deux les tessons : la coloration des cassures anciennes est altérée par les conditions d’enfouissement, texture et dégraissants ne sont alors plus perceptibles. Nous les avons vérifiés sur brisure pour un échantillon de chacun des trois groupes.

Le groupe A

Le sous-groupe A. a.

17Dans ce groupe, faiblement représenté, seule une forme entière a pu être reconstituée : un petit pot ansé, globulaire, à fond plat. Des autres vases, l’unique information sûre est leur diamètre moyen à l’ouverture : environ 15 cm. Deux contenances au moins étaient donc disponibles.

18Fragment de bord droit légèrement éversé, à la glaçure nappée sur la lèvre et partielle sur l’intérieur de la panse.
-u. s. 902, tour, phase 2 D
-Diam. ouverture : 15 cm

19Fragment de lèvre éversée
-u. s. 1193, cour, phase 6
-diam. ouverture : 14 cm, largeur de lèvre : 2,5 cm

20Fragment de bord en bandeau
-u. s. 1189, cour, phase 7
-diam : non déterminable, hauteur du bord : 1,1 cm

21Pot globulaire à fond plat
-Petit récipient trapu à fond plat muni d’une anse plate à repli de terre sur sa face interne. La lèvre est le simple prolongement de la paroi, déversé. Le fond, mince, est souligné d’une légère arête concave. L’anse est rattachée à la lèvre, qu’elle dépasse à peine, ainsi qu’à la partie inférieure de la panse (fig. 57).

57 - Pot à sauce ( ?)

57 - Pot à sauce ( ?)

22La pâte homogène, est colorée en rouge sous l’influence de la cuisson oxydante. L’intérieur est entièrement revêtu d’une glaçure incolore plombifère qui prend une teinte orange sur la pâte rouge. La glaçure est bien nappée, comme par badigeonnage.

23La forme de ce récipient le destine probablement à la cuisine. Une glaçure intérieure, qui le revêt totalement, empêchait tout mets - ou plutôt toute sauce - d’attacher. Si sa faible dimension évoque une éventuelle utilisation comme vase à boire, son aspect extérieur sans apprêt le rattache plus vraisemblablement à la batterie de cuisine, peut-être à la préparation des sauces. En effet, son profil est sensiblement le même que celui des grands pots à cuire découverts dans le dépotoir du village, et des traces de suie marquent le fond et la partie extérieure de la panse opposée à l’anse.
-u. s. 900, tour, phase 4
-diam. ouverture : 10 cm
-plus grande largeur de panse : 11 cm
-diam. fond : 7 cm
-hauteur de l’anse : 7 cm
-largeur de l’anse : 2,5 cm
-hauteur totale : 8,5 cm
-contenance approximative : env. 0,5 litre

Le sous-groupe A. b.

24Ce sous-groupe comprenait surtout deux formes, l’une pour la cuisine, l’autre pour le service de la table. Leurs pâtes sont comparables, ils servaient sans doute concouramment. Il s’agit d’une part de pots à cuire globulaires, à fond lenticulaire, munis d’une ou deux anses larges, et glaçurés intérieurement de manière partielle seulement. D’autre part de pichets, très décorés pour quelques-uns d’entre eux, dont les motifs de fleurettes ou d’écaillés renvoient généralement au XIIIe s.

La tour

25Fragment de bord à double inflexion, souligné d’une bande appliquée épaisse à impressions digitales.
-u. s. 880, phase 2 D

26Fragment de bord à double inflexion et bande appliquée à impressions digitales disposées horizontalement autour de l’épaulement sous la lèvre. Le marli est creusé pour recevoir un couvercle (fig. 58).
-u. s. 880, phase 2 D
-diam : 18,5 cm.

58 - Bord de marmite à couvercle

58 - Bord de marmite à couvercle

27Fragment de pot globulaire ansé, à lèvre à double inflexion, une bande appliquée à impressions digitales soulignant la lèvre, une bande appliquée lisse au plus fort diamètre de la panse, des séries de stries en creux obtenues par tournassage, disposées deux par deux horizontalement sur la panse. L’anse est plate et présente un repli sur sa face interne. Un bombement médian léger la souligne longitudinalement (fig. 59).
-u. s. 880, phase 2 D
-diam. ouverture : 17,5 cm
-largeur de l’anse : 4,8 cm

59 - Marmite à anse

59 - Marmite à anse

28Fragment de bord de lèvre éversée aplatie, ansée.
-u. s. 902, phase 2 D.

29Fragment de panse de marmite ansée avec bande appliquée à impressions digitales qui encercle le récipient au niveau de la base de l’anse. La glaçure, intérieure, ne recouvre que la partie inférieure du profil conservé : seul le fond devait être glacuré (fig. 60).
-diam. plus grande largeur de panse : 24 cm.
-hauteur de l’anse : 10 cm.
-largeur de l’anse : 6 cm.
-contenance estimée : 4 à 6 litres.

60 - Panse de marmite

60 - Panse de marmite

30Fragments de panses de pichets décorés à l’engobe blanc sous glaçure plombifère incolore avec mouchetures vertes à l’oxyde de cuivre ( ?). Des incisions verticales divisent parfois la panse en bandes dont une sur deux est engobée (fig. 61). Cette partition évite la dispersion de la couleur verte et s’achève en un décor de pétales ou d’écaillés.
-u. s. 880, phase 2 D.

61 - Décor tricolore de pichet

61 - Décor tricolore de pichet

31Fragment de panse de pichet à décor floral en relief sous glaçure plombifère incolore. Les cinq pétales restituables sont formés de pastilles de terre, aplaties au doigt, cuisant rouge tandis qu’une pastille aplatie de terre blanche forme le cœur (fig. 62).
-u. s. 880, phase 2 D.

62 - Décor floral de pichet, échelle 1/1

62 - Décor floral de pichet, échelle 1/1

a - Pichet à décor floral. (London museum A 2001) Provenance : Greyfriars’Monastery, Smithfield. XIIIe s.

32Fragment de panse de pot globulaire ansé avec décor double de bande appliquée horizontale sur panse et de séries de stries en creux l’encadrant deux par deux (fig. 63).
-u. s. 902, phase 2 D.

63 - Panse de marmite à décor de bandes appliquées et stries

63 - Panse de marmite à décor de bandes appliquées et stries

La cour

33Bord ansé d’un pot à lèvre à inflexion intérieure. L’anse part de la lèvre. Une bande appliquée à impressions digitales renforce le dessous de la lèvre dont l’extrémité arrondie est rectifiée au tournassage. Un décor peigné ondé de 5 fines stries en creux parallèles orne l’épaulement. Une glaçure intérieure orange recouvre le bord et la concavité intérieure de la lèvre. Elle est stoppée à la jonction interne de la lèvre et de la panse. On note une tache de glaçure sur l’anse.
-u. s. 1255, phase 5 A.
-diam. ouverture : 20 cm.
-largeur de l’anse : 5,7 cm.

34Fragment de fond avec bande appliquée striée d’impressions arrondies non digitales. La bande a pour but d’équilibrer le vase (fig. 64).
-u. s. 1256 et 880, phases 5 A et 2 B.
-diam. fond : non déterminable.

64 - Fond de marmite

64 - Fond de marmite

35Fond de pichet glaçuré à décor à l’engobe sur l’extérieur.
-u. s. 1198, phase 5 A.
-diam. fond : 11 cm.

36Fond de pichet à glaçure partielle extérieure, traces d’usure dues à l’usage sur les pourtours du fond.
- u. s. 1256, phase 5 A.
- diam. : non déterminable.

37Fond de pichet, à traînée de glaçure extérieure, sur la panse. Le fond a été grossièrement décollé du tour par le potier, au poinçon, laissant des traces en creux et un excédent de terre replié à l’extérieur forme comme un piédouche.
-u. s. 1256, phase 5 A.
-diam. fond : 10 cm.

38Fragment de panse glaçurée intérieurement par aspersion, avec décor tournassé extérieur composé de fines lignes horizontales traversées de lignes tracées en biais.
-u. s. 1196, phase 6.

39Fond de pichet à décor de bandes engobées blanches entrecroisées.
-u. s. 1193, phase 6.
-diam. fond : 6 cm.

40Anse plate de pichet, tournée, un repli sur la face interne, traces de mouchetures de glaçure sur la face externe.
-u. s. 1191, phase 6.
-largeur : 3 cm.

41Bec verseur, pincé, de pichet, à glaçure intérieure de coloration brun à vert en raison de la surface grisée de la pâte sous-jacente. Une tache de glaçure brune marque la surface extérieure, également grisée : il s’agit d’un virage de la couleur habituelle de la glaçure, orange. L’atmosphère de cuisson dans le four en est seule responsable.
-u. s. 1195. phase 7.

42Anse plate tournée, un repli sur la face interne.
-u. s. 1191, Hors stratigraphie.
-largeur : 4,5 cm.

43Fragment de pot ansé à glaçure orange intérieure et tache de glaçure sur la face externe de l’anse, dans sa partie supérieure. Le départ de l’anse intervient immédiatement au-dessous de la lèvre, à hauteur d’une bande appliquée à impressions digitales. L’anse est plate, tournée, à un repli sur la face interne, les bords relevés en bourrelets.

Le groupe Β

Le sous-groupe B. a.

44Ce sous-groupe, très faiblement représenté, semble ne correspondre qu’à une vaisselle du service de la table : bassin à boire ou encore, puisque le verre n’est pas absent du château, écuelle à sauce. Il faut cependant souligner que, dans l’iconographie de peu antérieure ou contemporaine de l’occupation du château, ce type d’objet apparaît plus souvent comme bassin à boire qu’en tant qu’écuelle à sauce. En témoigne une enluminure du Psautier de Jully-sous-Ravière, manuscrit du XIIIe s. conservé à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu (Lyon, ms 539 f° 235), où une femme attablée devant un plat de poisson porte une coupe du même genre à ses lèvres (fig. 65). Or l’artiste n’a pas figuré de gobelet sur la table. Il ne pouvait donc s’agir, dans ce cas, que d’une coupe à boire. Quant aux fragments de panse décorés d’impressions à la molette, il s’agit sans doute de vases globulaires. Rien n’indique que ces deux types d’ustensiles soient contemporains. L’identité n’est pas parfaite entre leurs pâtes.

65 - Psautier de Jully-sous-Ravière

65 - Psautier de Jully-sous-Ravière

France, XIIIe s.

Bibl. Mun. de la Part-Dieu, Lyon, ms 539 f° 235

45Fragment de bord droit (tasse ?).
-u.s. 904. tour, phase 2 D.

46Fragment de bord droit à l’extrémité épaissie en arrondi. Forme d’écuelle ou de bassin à boire.
-u.s. 1255, phase 5 A.
-diam. ouverture : 10,5 cm

47Fragment de bord droit à épaississement léger en arrondi, sans doute d’écuelle ou de bassin à boire (fig. 66).
-u.s. 1265, phase 5 A
-diam. ouverture : 10 cm

66 - Coupes à boire (?)

66 - Coupes à boire (?)

Le sous-groupe B. b.

48Ce sous-groupe comprenait vraisemblablement surtout des pots de stockage, dont certains de grande contenance. Certaines caractéristiques technologiques (le montage à colombin pour certains) ou morphologiques (la présence d’ouverture au diamètre réduit : 8 à 10 cm), sont des indices qui vont dans ce sens.

49Fragment de bord éversé renforcé d’une bande appliquée à impressions digitales :
-u.s. 880, tour, phase 2 D.
-diam. : 11 cm

50Fragment de panse de pot globulaire monté en colombins et lissée. La pâte, très rouge, diffère des pâtes brunes trouvées ordinairement. Il peut s’agir d’une production antérieure au bas Moyen Âge.
-u.s. 1271, cour, phase 5 A - ou phase 4.

51Fragment de rebord arrondi incomplètement éversé souligné d’une bande appliquée à impressions digitales. L’inclinaison inhabituelle de la lèvre et la petitesse de l’ouverture suggèrent un pot à stocker.
-u.s. 1255, cour, phase 5 A.

52Fragment de bord droit renforcé d’une large bande appliquée à grandes impressions digitales. Muni d’une anse présentant un repli sur la face interne.
-u.s. 1253, cour, phase 5 A.
-diam. ouverture : 11 cm
-largeur de l’anse 5,8 cm.

53Fragment de lèvre incomplètement éversée avec renfort de bande appliquée à impressions digitales.
-diam : 3 cm.

54Fragment de lèvre éversée à lèvre allongée et bande appliquée à impressions digitales épaisse formant de grandes empreintes.
-u.s. 1200, cour, phase 6.
-diam. ouverture : 22 cm
-largeur de lèvre : 2,5 cm.

55Anse plate à un repli sur la face interne et amorce d’un bombement longitudinal médian sur la face externe.
-u.s. 1194, cour, phase 6.
-largeur de l’anse : 4,6 cm.

56Fragment de panse avec décor imprimé à la molette de stries verticales alignées horizontalement
-u.s. 1255, phase 5 A.

57Fragments de panse à décor à la molette de petits motifs triangulaires alignés horizontalement (fig. 67).
-u.s. 1256, Hors stratigraphie.

67 - Décor à la molette

67 - Décor à la molette

Le groupe C

58Aucun groupe n’est mieux représenté que ces céramiques à pâte grise et hétérogène, dont la surface est plus foncée que la tranche, et qui portent souvent des traces d’usage en profondeur, suie voire charbons de bois collés aux fonds lors de leur découverte. Malgré le caractère rustique de ces vases, les décors sont nombreux mais les plus complexes, stries, molettes, ne sont présents que sur des tessons de module très réduit. Aussi ne s’agit-il sans doute que d’un mobilier résiduel et ancien ; les décors les plus courants, des bandes appliquées lisses ou, plus souvent, à impressions digitales, sont observables sur les tessons les moins fragmentés. Malgré le caractère indatable de ce genre de décor, ces derniers doivent correspondre aux dernières occupations du château.

59Pour la plupart, les fragments appartiennent à de grands pots globulaires de cuisine voire de stockage, des marmites à fond lenticulaire, même si, sur la fin de l’occupation dans la cour, la cruche globulaire semble apparaître avec des becs pincés et des goulots.

La tour

60Fragment de lèvre éversée à large bord (fig. 68).
-u.s. 904 G, phase 2 D.

68 - Lèvre de pot à cuire

68 - Lèvre de pot à cuire

61Fragment de panse à décor strié horizontal, à la molette.
-u.s. 902, phase 2 D.

62Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie.
-u.s. 1268.

63Fragment de panse à décor de molette complexe.
-u.s. 872, phase 3.

La cour

64Fragment de lèvre éversée.
-u.s. 1268, phase 2
-épaisseur de la paroi à l’épaulement : 5 mm.

65Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie. Le profil mou est rectifié par un tournassage suivi d’un lissage. L’extrémité intérieure de la lèvre est retaillée en pan coupé au niveau de la jonction entre la lèvre et la panse.
-u.s. 1456, phase 4 B.
-largeur de lèvre : 1,5 cm
-épaisseur à l’épaulement : 8 mm
-diam. : non déterminable.

66Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie.
-u.s. 1454, phase 4 B.
-largeur de lèvre : 1,8 cm
-largeur à l’épaulement : 5 mm.

67Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie, avec présence d’une légère arête à la jonction intérieure entre la lèvre et la panse.
-u.s. 1457, phase 4 B.
-largeur de lèvre : 1,7 cm
-largeur à l’épaulement : 6 mm
-diam. : non déterminable.

68Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie, gorge et arête marquée à la jonction intérieure entre la lèvre et la panse.
-u.s. 1456, phase 4 Β
-largeur de lèvre : 2,2 cm
-largeur à l’épaulement : 5 mm
-diam. : non déterminable.

69Fragment de panse à décor géométrique croisé de stries en creux, constitué de lignes horizontales traversées de lignes en biais (fig. 69).

70-u.s. 1296, phase 4 Β.

69 – Décor géométrique gravé, éch. 1/1

69 – Décor géométrique gravé, éch. 1/1

71Fragment de lèvre éversée à extrémité arrondie, avec trace de rectification au tournassage.
-u.s. 1265, phase 5 A
-diam. : 20 cm.

72Bord et fond de pot globulaire de petit module.
-u.s. 1255. phase 5 A.
-diam. : 15 cm
-épaisseur du fond : 2,5 cm

73Fragment de bord droit de pot ansé, à lèvre aplatie. L’anse s’inscrit à mi-chemin de la lèvre et de l’épaulement. Son profil est plat et elle possède sur sa face intérieure un repli à peine marqué.
-u.s. 1265, phase 5 A.
-diam. ouverture : 16 cm.
-largeur de l’anse : 4,1 cm.

74Fragment de bord droit à extrémité aplatie.
-u.s. 1265, phase 5 A.
-diam. : indéterminable.

75Fragment de fond plat de pot globulaire.
-u.s. 1253, phase 5 A.
-diam. : 19 cm.

76Fragment de fond lenticulaire de pot globulaire.
-u.s. 1255, phase 5 A.
-diam. : 24 cm
-épaisseur à la jonction panse/fond : 1,2 cm.

77Anse tournée, à deux replis sur la face interne et deux bombements médians longitudinaux sur la face externe.
-u.s. 1253, phase 5 A.
-largeur : 7,2 cm.

78Fragment de panse à décor de bande appliquée à impressions digitales de petit module.
-u.s. 926, phase 5 A.

79Fragments de panse avec décor de bande appliquée lisse disposée verticalement et ponctuée d’une impression digitale unique.
-u.s. 1255, phase 5 A.

80Fragment de panse avec décor à la molette de traits fins verticaux alignés.
-u.s. 926, phase 5 A.

81Fragment de panse avec décor à la molette d’étroits rectangles verticaux alignés. Le décor semble hâtif, l’impression dans la pâte est faible.
-u.s. 1251, phase 5 A.

82Fragment de panse avec décor de bande appliquée en biais dont le sommet est régulièrement ponctué de petites dépressions de 4 à 5 mm de longueur, faites comme avec l’arrondi d’un bâtonnet de section circulaire.
-u.s. 1254, phase 5 B.

83Fragment de fond plat ou quasi plat. Le fond semble modelé et porte à l’inflexion intérieure avec la panse la trace d’une reprise ou d’un amincissement au tournassage sous forme d’une strie en creux qui souligne la circonférence interne.
-u.s. 1254, phase 5 B.

84Fragment de lèvre à rebord éversé, avec épaississement volontaire sous la lèvre pour lui conférer plus de solidité.
-u.s. 1197, phase 6
-diam. : 20 cm.

85Fragment de lèvre éversée
-u.s. 1197, phase 6.
-diam. : indéterminable.
-largeur de lèvre : 2,5 cm.
-épaisseur à l’épaulement : 5 mm.

86Fragment de lèvre éversée, tournassée, avec trace d’arrachement sur sa face externe (décollement d’une anse ?). L’extrémité de la lèvre n’est pas arrondie mais en pan coupé rectifié au tournassin.
-u.s. 1196, phase 6.
-diam. : 16 cm.
-largeur de lèvre : 2,5 cm.
-épaisseur à l’épaulement : 3-6 mm.

87Fragment de bec verseur, pincé, bord droit légèrement aplati.
-u.s. 1197, phase 6.
-diam. : indéterminable.

88Fragment de goulot, lèvre de section triangulaire.
-u.s. 1194, phase 6.
-diam. du goulot : 5 cm.
-diam. int. de la tubulure : 3,9 cm.

89Anse tournée, un bombement médian longitudinal obtenu par pression des doigts au tournage (selon la même technique que pour des cannelures) et un repli sur sa face interne (fig. 70).
-u.s. 1200, phase 6.
-largeur : 5,2 cm..

70 – Anse large de pot à cuire

70 – Anse large de pot à cuire

90Idem.
largeur : 5,8 cm
en relation avec une lèvre de pot dont le diamètre d’ouverture est de 16 cm.

91Fragment d’anse plate sans repli interne visible et marquée dans sa partie centrale de deux bombements longitudinaux médians. Le départ de l’anse se fait au niveau de la lèvre.
-u.s. 1194, phase 6.
-largeur : 7,5 cm.

92Fragment d’anse plate à un repli sur la face interne ornée d’une bande appliquée à impressions digitales disposée longitudinalement.
-u.s. 1193, phase 6.
-largeur : incomplète, conservée sur 5 cm.

93Fragment de panse à décor de bande appliquée à impressions digitales de petit module.
-u.s. 1197, phase 6.

94Fragment de panse renforcée d’une bande appliquée verticale lisse et aplatie hâtivement. Des traces de suie évoquent l’usage culinaire.
-u.s. 1191, phase 6.

95Fragment de panse à décor losangé à la molette.
-u.s. 1194, phase 6.

96Fragment de panse décoré horizontalement à la molette d’un motif de triangles alignés.
-u.s. 1197, phase 6.

97Fragment d’anse tournée, marquée d’une impression digitale à l’emplacement où le potier appuie pour la coller au rebord du pot. Cette empreinte, qui n’était pas masquée, pouvait également servir de substitut à un poucier en creux (fig. 71).
-u.s. 1190, phase 7.

71 - Impression digitale : poucier ?

71 - Impression digitale : poucier ?

98Fragment de panse porteur d’un décor à l’ongle disposé légèrement en biais par rapport à l’axe horizontal du vase.
-u.s. 1189, phase 7.

Les objets céramiques de cuisine ou de table

99Fragment de disque circulaire (fig. 72) ;
-sous-groupe B. b., u.s. 1193, cour, phase 6
-diam. : 22 cm
-épaisseur : 1,5 cm.

72 - Couvercle ( ?)

72 - Couvercle ( ?)

100Objet tourné dont la pâte comprend de fines traces de mica et de grosses inclusions quartzeuses. Les seules traces d’usage sont celles de brûlé, localisées en couronne sur le dessous du disque et sur le bord. Ce disque semble trop épais et grossier pour avoir été utilisé comme tranchoir sur la table. Deux hypothèses sont à évoquer. Il peut s’agir d’une plaque à cuire les galettes. En effet, on peut faire cuire le pain ainsi, sous la cendre (tel est le cas de la fougasse, galette plate et peu levée) tout comme dans « une marmite de terre hermétiquement close, voire à la poêle » (Laurioux, 1989). Cependant, s’il s’agissait d’une galettière, les traces de brûlé seraient sans doute plus importantes, sauf si l’objet avait été brisé après une courte période d’utilisation, ou moins précisément localisées. En revanche, ces même traces correspondent à l’emploi de cet objet comme couvercle, dont les parties débordant du diamètre du pot sont soumises aux flammes. Il s’agit donc plus vraisemblablement d’un fragment de couvercle plat, épais et pesant, dont la lourdeur peut être utilisée efficacement pour barrer le chemin aux animaux domestiques ou prédateurs des maisons.

101On connaît en effet de tels couvercles, avec ou sans bouton de préhension, sur les sites de Rougiers (Aujourd’hui le Moyen Âge, 1981) et de Toulouse où, dans l’ancien hôpital Larrey, a été découvert un couvercle en forme de disque plat à rebord, d’un diamètre de 21 cm et d’une épaisseur de 1 cm. Un second spécimen, daté également du

102XIVe s., a des proportions très comparables à celui d’Essertines : 19 cm de diamètre pour 1,5 cm d’épaisseur (Archéologie et Vie Quotidienne, 1990). Enfin, le diamètre de celui d’Essertines coïncide avec le diamètre d’ouverture de certains vases du groupe C et convient par conséquent aussi à ceux dont le diamètre est un peu inférieur.

103Fragment d’objet annulaire.
-u.s. 1189 Cour, phase 7, groupe B. a.
-diam. : inconnu.

104Cet objet se présente sous la forme d’une lèvre éversée au bord large de 1,6 cm (fig. 73).

73 - Fragment de dessous de plat. ( ?), éch. 1/1

73 - Fragment de dessous de plat. ( ?), éch. 1/1

105Cependant, ce qui aurait dû être l’inflexion entre le col et la panse est replié sous la lèvre, et le profil de cet objet ne présente aucune cassure. S’agit-il d’une fabrication potière usuelle ou de la récupération avant cuisson d’un objet imparfait, qui pourrait donc être interprété comme « accote-pot » ou dessous de plat, utilisé à table pour équilibrer le fond lenticulaire des pots globulaires. De surcroît, les diamètres des fonds sont, dans le cas des pots à cuire, équivalents à ceux de l’ouverture. L’adaptation parfaite d’un tel objet à un fond de pot globulaire rendait par conséquent possible la récupération par le potier du haut d’un vase au séchage défectueux.

Les remplois

106Les deux objets suivants, comme ceux présentés plus loin, illustrent la pratique d’une réutilisation d’ustensiles ayant perdu, par usure ou accident, leur usage premier.

107Fragment d’ustensile circulaire
-u.s. 880. tour, phase 2 D, groupe B
-diam. : 15,5 cm.

108Cet ustensile témoigne du remploi du fond d’une cruche, probablement comme tranchoir, après ponçage des bords de la brisure et sans doute aussi son égalisation. Malgré la finesse du fond, un remploi comme couvercle (de pichet) n’est pas à exclure.

109Fragments de jatte.
-tour, phase 4 A, cour 5 B.
-diam. ouverture : 17 cm.

110Il s’agit de la réutilisation d’une forme protohistorique découverte sur place, sans doute encore intacte, lors des réfections du château. Des tessons identiques ont en effet été découverts dans l’épaisseur de la couche argileuse jaune qui remplit les interstices du rocher dans la phase 1 de l’occupation du site. Le fond porte des traces de rayures d’usage à la lame de couteau. Or, ces poteries friables et à surface rayable n’étaient absolument pas adaptées à un tel usage qui évoque plutôt le hâchage d’herbes ou d’aliments carnés, soit pour une préparation médicinale, soit pour la cuisine. Son utilisation à une période où les jattes en terre cuite n’existaient pas encore dans la région à l’étal des potiers témoigne peut-être, de la part des consommateurs, d’une demande croissante en formes nouvelles. En effet, la forme « jatte », en terre, n’apparaît sur le site dans la zone du village qu’à l’extrême fin du XVe s.

Les petits objets céramiques autres que culinaires

Le luminaire

Moule à lumignon

111Un fragment de terre cuite présente sur une face une empreinte en creux de forme conique. Il s’agit sans doute d’un moule (fig. 74), mais l’objet qu’il devait reproduire reste d’usage indéterminé. Dans le laboratoire du Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris a été fait un essai de reproduction en cire (fig 74 a). La forme obtenue est celle d’un petit cône qui pourrait éventuellement être un lumignon (fig.74 b). Si l’on postule l’hypothèse d’un moule à lumignon, de tels luminaires pouvaient être utilisés soit plantés dans la bobèche d’un bougeoir soit, ainsi que l’a démontré l’expérimentation, flottant à la surface de l’eau dans un récipient de forme ouverte.

74 - Moule à lumignon, éch. 1/1

74 - Moule à lumignon, éch. 1/1

74 - a - b - moulage en cire de la forme en creux

74 - a - b - moulage en cire de la forme en creux

112Si cette attribution au luminaire de fabrication domestique nous semble l’hypothèse la plus plausible, d’autres ne sont pas à écarter. Le cône - alors d’argile crue ou de cire - pouvait aussi servir de support pour faciliter le moulage et l’extraction d’une rondelle de métal, jeton de présence ou bouton. Le système est connu pour l’Auvergne médiévale, avec l’aide d’une tuile creusée comme moule.

113Ainsi, en 1449, tel bûcheron de Saint-Chamond s’est essayé à mouler de la fausse monnaie dans des « tuiles qu’il perça au milieu et y mist de la terre en laquelle il fit l’emprainte en forme d’un gros de pape et d’un demy gros de Savoye (...) et fondit de l’estain dont il fist forme de monnaye » (JJ. 180 fol. 33 n° 74) (Feller, 1986, p. 49). Sans aller jusque là, on pouvait également façonner dans un moule de ce genre des méreaux ou jetons de présence en plomb, dont la présence sur un site castral est plausible, d’autant que les chroniqueurs médiévaux, tel Froissart (Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge, 1963, p. 834) signalent des enseignes à montrer au portier du château pour se faire ouvrir la porte. On trouve aussi, dès les années 1150, dans des chartes de confirmation de communes, mention de signes, intersigna, que l’on remettait à la sortie des portes de la ville, aux barriers, comme preuve de paiement effectué pour les droits imposés sur des marchandises. Même si l’objet découvert dans la zone castrale peut convenir à cet usage, son aspect rustique ne contribue pas à emporter la conviction, d’autant qu’un moule à méreaux bien caractéristique a été découvert dans la barbacane de l’entrée du village : or, il présente, outre le motif du méreau, imprimé en creux dans l’argile, un aspect parfaitement calibré et lissé tout-à-fait différent du premier. On penchera donc pour l’appartenance de ce moule au domaine du luminaire.

Les remplois

114Quoique évoqués dans le catalogue des petits objets, un certain nombre de pièces, fusaïoles, jetons ou pièces de jeux de table relèvent tout de même du domaine de l’étude du vaisselier céramique, de cuisine ou de table. Il s’agit en effet de retailles domestiques effectuées dans des tessons de poteries brisées. Elles représentent la « seconde vie » des céramiques et soulignent la récupération courante des ustensiles cassés, phénomène plus fréquent, au XVIe s., dans la partie villageoise du site. Il est enfin intéressant de noter que toutes les fusaïoles sont retaillées dans des tessons du groupe C, aux parois plus épaisses et de plus forte densité : la fonction de ces petits objets étant justement d’alourdir le fuseau pour le faire mieux tourner.

Les fusaïoles

115Quatre fusaïoles de 2,5 à 4 cm de diamètre sont retaillées dans des fragments de panse de pot du groupe C. La perforation pratiquée d’un seul côté de l’objet est donc plus large sur une face que sur l’autre : ceci pour s’adapter à l’extrémité conique d’un fuseau de bois. Le diamètre intérieur procure par conséquent, en négatif, celui de la pointe du fuseau de bois, qui n’a pu résister aux conditions d’enfouissement. Ces fusaïoles s’adaptaient à des fuseaux de 5 mm ou de 1 cm de diamètre (fig. 75).
-u.s. 1265, phase 5A

Jetons et pièces de jeux

116Contrairement au phénomène qui a affecté les fusaïoles, la réutilisation des tessons pour fabriquer jetons ou pièces de jeu n’a pas concerné le seul groupe C. On observe donc des retailles dans des fragments de coloration soit grise soit rouge. Ce n’est pas sans implication sur le plan de l’interprétation de ces retailles comme pièces de jeu. En effet, plusieurs indices concourent à cette attribution : d’une part, leur grande taille, d’autre part, les couleurs adverses des jeux d’échecs ou de table (le tric-trac et la marelle) qui, encore à la fin du Moyen Âge, n’étaient pas nécessairement le blanc et le noir, déjà connus mais non diffusés partout, mais souvent le rouge et le noir (Pastoureau, 1990, p. 34). Les deux principales techniques de fabrication présentes à Essertines, cuisson réductrice et cuisson oxydante, respectivement de coloration grise et rouge, coïncident avec cette distribution des couleurs pour les pièces de jeux. Enfin, l’une des retailles utilise le fond d’un gobelet ( ?) dont les anneaux concentriques en relief, (marques laissées lors du tournage), la font ressembler fortement aux jetons de jeu en os tel qu’un specimen en a été découvert au château de Rubercy (Lorren, 1977, p. 157 n°4).

117Jeton de jeu retaillé dans un fragment de panse de poterie du groupe B. Ponçage des bordures (fig. 76)
-u. s. 1455, cour, phase 4 B.
-diam. : 4 cm.
-épaisseur : 0,8-0,9 cm.

76 - 77 - Jetons, éch. 1/1

76 - 77 - Jetons, éch. 1/1

118Jeton de jeu retaillé dans un tesson de poterie à pâte très rouge et surface lissée, caractérisée par la texture fine de sa pâte et son toucher plus lisse que les productions ordinaires de sa période d’appartenance. S’agit-il d’une production antérieure ? Les bords de la découpe sont soigneusement polis.
-u.s. 1455, cour, phase 4 B.

119Fond d’ustensile domestique du type C réutilisé après retaille et ponçage sommaire comme jeton de jeu. Sans doute l’objet d’origine a-t-il été choisi pour la petite dimension de son diamètre (un gobelet ?) qui équivaut à celui des jetons de jeu en os, de même que pour le « décor » sommaire que constituaient les anneaux concentrique en relief dus au tournage (fig. 77).
-u. s. 926, cour, phase 5 A.
-diam. : 4,5 cm

120Retaille d’un tesson du groupe C, de coloration grise, pris dans l’arrondi d’une panse. La courbure, faible parce que prélevée dans un pot de large diamètre de panse, n’est cependant pas une gêne à l’échelle d’un tesson de si petite taille. Le module semble en effet exclure l’usage comme pion de jeu. S’agissait-il de jeton à usage d’enfant, du type jeu de puce ou jeu de table en miniature ? Ou encore d’une forme de bouton, à recouvrir, pour l’attacher, de cuir ou de tissu ?
-u. s. 1292, cour, phase 5 A.
-diam. : 2,5 cm.

121Retaille dans un tesson du type C d’un jeton ou fusaïole. La petitesse du fragment ne permet pas de trancher.
-u. s. 901, tour, phase 4.

Objets céramiques à usage militaire

122Les fouilles du château et de l’espace délimité par la courtine ont livré les fragments de plusieurs trompes, les unes à pâte rouge, une autre à pâte blanche ornée de flammules rouges, une au moins à glaçure bleutée. La découverte de ces tessons sur un site castral semble donc confirmer le fait que les trompes sont des instruments à vocation militaire généralement liés à la fonction du guet (fig. 78). On constate en effet que les découvertes archéologiques de ce type sont particulièrement nombreuses sur les sites de châteaux et particulièrement rares (voire absentes) dans les villages. Dès le XIe s., la trompe en céramique apparaît à Cucuron, dans le Vaucluse (Faure-Boucharlat et al., 1980, p. 435, pl. IV, n°2). On la retrouve ensuite pour les XII-XIIIe s., à Moulins-sur-Céphons , dans l’Indre (Querrien, 1990). A Rougiers, dans le Var, elle est attestée surtout dans les couches stratigraphiques datées de la fin du XIIe s. et du début du XIIIe s. Au XIVe s., enfin, on la retrouve sur le site du château de Seray, à Préaux, en Ardèche (Des Burgondes à Bayard, 1981, p. 183 et 508) et sur le site fortifié de la Bastide de Gironville, dans l’Ain, fouilles dirigées par J.-M. Poisson et dont l’étude du mobilier céramique est en cours.

78 - La trompe de guetteur

78 - La trompe de guetteur

Œuvres de Virgile, Stase, Lucain, et all. Vers 1200

Bibl. Nat., Paris, ms Latin 7936 f° 53 v°

123Plus précisément, les fragments de trompes du château d’Essertines, qui se distinguent des productions de céramiques à usage domestique trouvées sur le site par leur couleur et la qualité de leur pâte, s’apparentent à des objets de ce type découverts sur d’autres sites. Il devait s’agir de productions extérieures au Forez, diffusées dans les sites castraux par l’intermédiaire des grandes foires ou marchés. C’est ainsi qu’on relève, à la date de 1403, la mention, dans les comptes des ducs de Bourgogne, d’une « trompette de terre achetée à Lyon » (Gay et Stein, 1887-1928, p. 429, article trompette). Or, des correspondances précises s’établissent justement avec la Bourgogne. Ainsi, le château de Blancy, à Savigny, a livré des fragments de trompe à flammules peintes à l’ocre sur une pâte blanche (Maerten, 1987, p. 96 et fig. 42, n°66). Et à Moulins-sur-Céphons, dans l’Allier, on a découvert une trompe à glaçure bleutée qui est à rapprocher des fragments du château d’Essertines (fig. 79).

79 - Dessin en marge d’un terrier de Saint-Germain-Laval, Forez, 1351

79 - Dessin en marge d’un terrier de Saint-Germain-Laval, Forez, 1351

A gauche de la fortification, une bannière ; à droite, sortant d’une échauguette, la tête d’un guetteur sonnant de la trompe

Bibl. de Verna

Les Trompes à pâte rouge

124Fragments d’une (ou plusieurs ?) trompe à pâte rouge lissée et facettée à la lame de couteau sur la surface extérieure. La pâte cuisant très rouge se signale par l’absence de mica apparent et son dégraissant très fin et calibré, au contraire des pots des groupes A. b., B. b. et C.
-u. s. 1193, 1196, 1197, 1253, 1256, 1265, 877, 883, 880, 899, 902, 904.

125Fragment du pavillon. Le pavillon est lissé, le bord en est aplati par découpe à la lame de couteau. Le facettage a donné des parois d’épaisseur inégale selon la quantité de matière enlevée à l’emplacement de chaque facette.
-u. s. 1193
-diam. : indéterminable.

126Fragment de trompe avec attache pour le passant des enguichures de cuir qui permettaient de la porter en bandoulière. L’attache, de forme triangulaire, est modelée et percée d’un trou de 1 cm de diamètre. Le faible diamètre de la trompe au niveau de l’attache indique qu’il s’agit de celui des deux passants qui était proche de l’embouchure (fig. 80).
-u. s. 1196 :
-diam. : 3,5 cm.

80 - Passant d’enguichure

80 - Passant d’enguichure

127Trois fragments de trompe, facettés, pavillon. Le bord présente une finition soignée. Le lissage a masqué toute trace éventuelle de tournage.
-u. s. 1197 et 1265
-diam. : 7 cm.

128Un fragment, proche de l’embouchure à en juger par son diamètre.
-u. s. 880.
-diam. : 3 cm.

Trompe à pâte rouge et à couverte bleue

129Sur une pâte à tournage fin et cuisant très rouge, au dégraissant très fin et calibré, une couverte de coloration bleu-vert semble, par son opacité, renfermer de l’étain. Il s’agit sûrement d’une glaçure stannifère. L’intérieur de l’objet présente un réseau de fines crevasses en biais, qui sont peut-être le résultat d’une torsion lors de sa fabrication, pour lui donner la forme courbe que de tels objets présentent habituellement. Une petite attache de forme triangulaire, percée d’une perforation pour le passant de cuir de la bandoulière, était modelée et collée à la trompe. Elle est également recouverte de glaçure. Le diamètre du pavillon est de 9 cm.

Fragment de trompe peinte à pâte blanche

130Trompe à pâte blanc-beige à décor de flammules peintes à l’ocre, légèrement facettée à la lame de couteau dans le sens de la longueur (fig. 81). La couleur blanche de la pâte, de même que son facettage longitudinal, ne sont pas sans évoquer les olifants d’ivoire du XIe et du XIIe s., qui sont décorés selon le même principe, en facettes (Beigbeder, 1965, p. 22). L’imitation en argile de matériaux plus nobles est désormais une pratique bien connue. Tel est sans doute le cas ici.
-u.s. 863. Tour, phase 4.

81 - Décor à flammules rouges, éch. 1/1

81 - Décor à flammules rouges, éch. 1/1

La localisation

131La localisation de ces fragments de trompes dans la stratigraphie permet-elle de déceler la phase chronologique à partir de laquelle ce type d’ustensile militaire s’est dispersé, par rejet ou à la suite des destructions, dans de si nombreuses unités stratigraphiques ? Il est pour cela nécessaire de reprendre en détail les lieux de découverte sur le site d’Essertines.

132En ce qui concerne les trompes à pâte rouge dépourvues de glaçure, dans la tour, les fragments apparaissent dans la stratigraphie à partir de la phase 2 D, pour lesquelles trois couches archéologiques en fournissent des tessons. Ces tessons sont des fragments localisés proches de l’embouchure de l’objet. Il en va de même dans la phase 6 de la cour : les tessons sont représentés dans 4 couches archéologiques et ce sont aussi, pour partie, des fragments du pavillon. On peut donc considérer la phase 2 D de la tour comme phase originelle de l’utilisation de la trompe dans les activités du château. Ensuite, avec les phases de destruction/reconstruction, les tessons se dispersent : les tranchées de fondation en contiennent également : trois u.s. en témoignent et il s’agit toujours, pour partie, de fragments de pavillons. Il en va de même de la phase 6 de la cour, comme dans la phase 4 de la tour. Comme cette phase correspond à la destruction de la tour, ces tessons témoignent vraisemblablement des nivellements de la couche de destruction de la tour, de la récupération des matériaux de construction et de la terre de(s) étage(s), évacuée et déposée dans la cour, peut-être pour la transformer en jardin. Ainsi, des tessons qui, en apparence, pourraient être jugés caractéristiques d’une phase, donc datants, peuvent en réalité être bien antérieurs à la couche archéologique dans laquelle ils ont été retrouvés. Et deux u.s. de date successive peuvent présenter le même schéma de répartition des tessons. En revanche, on ne relève plus d’exemples dans la phase 7 de la cour, phase d’abandon.

Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pâte rouge

Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pâte rouge

133Malgré la dispersion des tessons sur deux grandes phases chronologiques, on peut donc estimer que ce type de trompe à pâte rouge correspond à la phase 2 D seulement, et que leur présence dans les couches de la phase 4 s’explique par des remaniements.

134En ce qui concerne les trompes à pâte rouge et glaçure bleutée, l’étude de la dispersion des fragments donne des informations intéressant leur période d’utilisation et leur phase d’origine, ainsi que des indications sur les relations stratigraphiques que l’on peut établir entre les couches de la tour et celles de la cour.

135Les fragments de trompe bleue apparaissent dans 11 couches archéologiques. Les tessons de pavillon et d’embouchure appartiennent à la phase 2 D de la tour, à raison de 4 fragments. Un tesson relève de la phase 3 et deux de la phase 4. Dans la cour, on ne les trouv e que dans la phase 6, pour un tesson de pavillon, et dans la phase 7, pour un tesson également.

136On notera que les tessons les plus gros et aussi les plus caractéristiques (pavillon, attache et embouchure), n’appartiennent qu’au mobilier des phases 2 D de la tour et 6 de la cour, qui sont à notre sens respectivement les phases d’origine de l’utilisation de la trompe et de sa dispersion après la destruction.

Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pate rouge et à glaçure bleutée

Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pate rouge et à glaçure bleutée

137La comparaison avec la dispersion des tessons de la trompe à pâte rouge est elle aussi pleine d’intérêt.

138Sans correspondre tout-à-fait aux mêmes u.s., les deux trompes n’étaient pas localisées exactement au même emplacement dans la tour, il s’agit dans les deux cas des mêmes phases d’origine. Les deux sont sans doute aucun contemporaines.

Les céramiques architecturales : les tuiles

139La terre cuite est le matériau privilégié de la toiture dans cette zone montagneuse du Forez. Toutes les zones de fouilles ont livré des tuiles creuses fabriquées au moule sablé et lissées sur leur face visible, avec une gorge peu profonde tracée au doigt le long des grands côtés.

140La tuile n’est pas un mode de couverture rare en Forez au Moyen Âge. On connaît au moins une tuilerie à Pouilly-les-Feurs, deux fois mentionnée en 1375 et en 1378 (Gonon, 1967, p. 61).

141Les testaments livrent aussi 23 mentions de maisons couvertes de tuiles pour le XIVe s. Ils signalent telle « domum copertam de tegulis » et les tuiles sont diversement citées sous les termes de « tecular », « tegular » ou « tegulas ». Si ces mentions sont relativement rares, c’est d’une part parce que de tels documents ne décrivent que rarement les habitations, d’autre part parce qu’en plaine les maisons sont aussi parfois couvertes de chaume. Les textes signalent même des habitats à toiture mixte, partie en tuiles, partie en paille. C’est le cas d’une demeure paysanne à Pommiers en 1375 : « carneram suam tegular, inter domum palee et domum tegular ». En montagne, en revanche, la tuile constituait sans doute l’unique système de couverture sauf peut-être pour les appentis, ou bâtiments annexes (u.s. 2 126 ?). Les maisons du village d’Essertines ont livré d’abondantes traces de tuiles, dont certaines décorées de graffitis et une marquée de lettres en caractères gothiques. Au château, la tuile creuse est présente partout, mais la phase 1 et elle seule a livré des fragments de tuiles creuses à crochet disposé sur la crête. Deux types de tuiles se sont donc succédé sur le site. Une réfection de la toiture - après l’incendie ? - est manifeste.

142On examinera avec intérêt ces fragments de tuiles décorées, quoique sommairement, livrés aussi bien par la fouille du donjon que par celle de de la cour. Il s’agit de tuiles creuses fabriquées au moule sablé et portant un décor de crête. Ce type de tuiles couvre les arêtes faîtières d’une toiture. Le décor, modelé en forme d’ergot, est lissé au pouce, à la façon des bandes appliquées à impressions digitales du type C. Ces fragments, d’une dimension rarement importante, contrairement à ceux des classiques tuiles creuses de la dernière phase d’occupation, sont la plupart du temps retrouvés enrobés de mortier et dans des couches de destruction. Ceci indique qu’ils étaient mêlés au liant des murs du château ; on peut encore en observer sur les contreforts ouest de la tour, qui correspondent à une phase de réparation et de soutien des murs, intermédiaire entre la reconstruction du château et son abandon.
-u.s. 1265 : Crochet ornemental de tuile ronde (fig. 82).

82 - Crochet de tuile

82 - Crochet de tuile

143Enfin il n’est pas impossible que ce décor de crêtes ait accompagné un épi de faîtage ; un fragment à pâte rouge hétérogène, de forme tronconique, faiblement évasée, peut être interprété soit comme une céramique de poêle (Burnouf, Maire et alii, 1986, p. 105-106) soit comme un épi de faîtage (Verhaeghe, 1986, p. 112-116). Ce fragment appartient à la phase 2 Β de la tour (u.s. 1178). Son diamètre d’ouverture à la base est de 16 cm. Le fait qu’un unique tesson ait été retrouvé renvoie plus certainement à l’épi qu’à la poterie de poêle, même si ce dernier ustensile était déjà connu au XIVe s., en Bourgogne, dans le Beaujolais ou à Lyon (fig. 83).

83 - Décor faîtier : crêtes et épis de faîtage

83 - Décor faîtier : crêtes et épis de faîtage

Distiques de Caton, Psychomachie et autres textes, France, 1289

Bibl. Nat., Paris, ms. latin 15158 f° 57

Chronologie du mobilier céramique : approche d’une évolution

La tour

144Bien que le site d’Essertines-Basses présente l’intérêt d’une longue durée d’occupation humaine, il reste difficile de saisir dans le détail l’évolution des productions céramiques. L’absence de toute trouvaille monétaire et de tout élément datant dans les plus anciennes couches archéologiques du donjon ne permet pas d’attribuer une datation absolue au rare mobilier céramique qui y était inclus, ni de connaître le laps de temps écoulé, notamment entre les deux premières phases. Il semble cependant, au vu du mobilier, qu’un hiatus se soit produit : on ne retrouve pas dans la zone du donjon la succession stratigraphique complète telle qu’elle nous apparaît dans les fouilles de l’espace délimité par la courtine.

La phase 1

145Plus que par des différences survenues dans la morphologie des vases, elle se caractérise par un changement du matériau de couverture, les tuiles. La forme des tuiles creuses, en effet, a évolué par la perte de leur caractéristique principale, les crochets de crête. Les tuiles à crochet ne se retrouvent plus dans la stratigraphie avant la phase de réparation de la tour, où elles réapparaissent noyées dans le mortier et incluses dans les contreforts du rez-de-chaussée et dans leur destruction. Il ne s’agit plus alors de matériaux en usage mais de vestiges antérieurs, réutilisés et récupérés pour la reconstruction.

146Deux groupes céramiques seulement sont représentés dans le mobilier de la phase 1. Le premier relève de la catégorie B. b., mais ses caractéristiques sont fondamentalement différentes de celles des phases finales. Il s’agit de céramiques d’apparence mal cuites, à pâte granuleuse, s’émiettant sous le doigt, extrêmement dégraissées, de coloration jaunâtre à beige. L’extérieur semble modelé. L’intérieur est lissé avec soin jusqu’à acquérir une texture douce au toucher. La surface de l’argile reste aisément rayable. Les tessons qui répondent à cette description sont inclus dans l’argile jaune qui nivelle le roc inégal du sommet sur lequel est bâti le donjon. Non tournés, mal cuits, de forme molle et retrouvés en association avec un fragment de hache de pierre, ils évoquent, plutôt que le Moyen Âge, la protohistoire.

147Le deuxième groupe de céramiques appartient à la catégorie C. Le mobilier, hélas, est rare et pauvre en tessons caractéristiques. L’absence presque totale de toute forme identifiable ne permet guère que de restituer un vaisselier composé dans sa totalité de formes globulaires et n’offre aucune indication de datation, s’agissant d’un mobilier qui reste presque identique dans son aspect global du bas en haut de la stratigraphie. La phase 1 se caractérise donc surtout par une absence totale de production de céramique glaçurée.

La phase 2

La phase 2 A

148Elle voit également coexister le groupe B et le groupe C. Aucune céramique glaçurée n’apparaît encore dans la stratigraphie. Pour le type B, la technique de fabrication a changé. Il s’agit désormais de céramiques tournées. La rareté des tessons ne permet pas d’affirmer autre chose que la forme globulaire des ustensiles dont nous savons seulement qu’ils pouvaient être ansés. Un seul exemple d’anse, hâtivement lissée, d’une largeur de 4,5 cm, a été retrouvé.

149Le groupe C livre des tessons définissant une forme globulaire à fond lenticulaire, à lèvres au profil mou et arrondi, d’une largeur moyenne de 1,5 cm. Les parois des vases sont épaisses ; leur diamètre de panse est large, les pots semblent généralement ansés. Seule forme à fond plat, un ustensile de plus petit module, de 8 cm de diamètre de fond, et aux parois plus minces : 3 mm d’épaisseur de fond. Sans en connaître plus précisement la forme, ce fragment permet d’établir que le vaisselier du groupe C ne se limite plus à la seule forme globulaire, même si elle reste largement prédominante. Sur le plan de l’ornementation, aucun décor remarquable n’autorise des comparaisons avec d’autres sites médiévaux français.

La phase 2 B

150Elle ne livre aucun renseignement utile et se signale par une grande rareté des vestiges en mobilier céramique.

La phase 2 C

151Elle voit l’apparition de la glaçure plombifère incolore de même que l’émergence ou la diffusion de décors ailleurs caractéristiques du XIIIe s.

152Les céramiques du groupe A, groupe désormais présent dans toute l’épaisseur de la stratigraphie, se caractérisent par l’association d’un décor en creux - stries d’à peine 1 mm de largeur - et en relief - filet - et d’une peinture épaisse à l’engobe blanche. Ce décor peint sous glaçure incolore correspond à la forme « cruche » ou « pichet ». Dans le cas des poteries globulaires, pots à cuire où la glaçure est seulement partielle et intérieure, un décor peigné très fin et serré s’organise sur un plan horizontal. Sur les mêmes ustensiles, des bandes appliquées sur panse avec impressions digitales sont associées à des séries de stries tournassées deux par deux au-dessus et au-dessous de la bande appliquée. Ce même décor de bande appliquée, malheureusement peu caractéristique, est alors l’unique décor des poteries globulaires du groupe C.

153La phase 2 C, qui témoigne d’accidents survenus au bâti (des traces d’incendie sur nombre de tessons) se caractérise donc par ces productions glaçurées par aspersion de grenaille de plomb, progrès technologique qui va de pair avec l’utilisation croissante de la cuisson en atmosphère oxydante et par une créativité nouvelle en matière de décor.

La phase 2 D

154Elle se caractérise à la fois par l’apparition de nouvelles techniques artisanales et par l’émergence de formes différentes qui restent cependant isolées. Le bord en bandeau reste à l’état d’unicum. En revanche, la coloration de la glaçure par un oxyde métallique, le cuivre ( ?), sur fond d’engobe blanc, se généralise dès lors.

155La phase 2 D voit également apparaître un nouveau sous-groupe, celui des céramiques « fines » non glaçurées (B. a). Comme on ignore si elles sont de fabrication locale - au contraire vraisemblablement des autres groupes, elles sont rares et relativement luxueuses - ce phénomène ne peut témoigner de leur émergence en terme de fabrication, mais d’utilisation seulement. Plus qu’à une évolution de l’artisanat potier, ce serait peut-être plutôt à une évolution des pratiques conviviales que cette émergence se rapporte : il s’agit en effet d’écuelles à sauce ou de bassins à boire, c’est-à-dire d’une forme en rapport avec la consommation des repas. C’est donc, sur le site d’Essertines-Basses, à cette période de l’occupation humaine que le mobilier de terre cuite déborde le domaine de la préparation culinaire pour envahir le domaine de la table. C’est aussi la période où s’affirme une première spécialisation du vaisselier céramique entre vaisselle de cuisine et vaisselle de table, distinction dès lors valable en milieu castral tout au moins. Cette évolution est tardive, si on la compare à d’autres sites archéologiques, urbains ou méditerranéens, tel Rougiers, où les formes ouvertes et la vaisselle de table sont courantes dès le XIIIe s.

156Pour le groupe C, des modifications morphologiques mineures sont désormais établies. Si la forme générale demeure globulaire à fond lenticulaire, les profils des lèvres évoluent, dans une proportion qui reste cependant faible. Ce phénomène correspond sans doute à une spécialisation croissante de la forme globulaire, à une différenciation dans l’usage de ces types d’ustensiles domestiques jusqu’alors polyvalents. Ainsi, aux lèvres évasées toujours majoritaires, s’ajoutent des bords raccourcis au profil triangulaire correspondant à des goulots, ainsi que des becs pincés correspondant peut-être à des cruches de forme également globulaire.

157Cependant, sur le plan des techniques de fabrication, cuisson ou glaçurage, aucune évolution ne semble affecter l’artisanat potier.

La phase 3

158Elle voit apparaître des motifs décoratifs connus sur d’autres sites pour être plutôt carolingiens (IX - XIe s.) : des molettes ornent les panses des céramiques du groupe C. S’agit-il de tessons plus anciens accidentellement mélangés (lors de la reconstruction de la tour) au mobilier contemporain, ou de la résurgence d’un type de décor anciennement tombé en désuétude ? Il est difficile de trancher a priori quoique plusieurs indices témoignent en faveur de la seconde hypothèse. Ainsi la contemporanéité de ces décors avec le décor peigné des poteries du groupe A. b.. Ainsi la certitude qu’au début du XVIe s., ce type de décor connaît, sur le site, un second renouveau temporaire, notamment dans l’ornementation des couvercles de pots à cuire. Contrairement aux sites de la région Rhône-Alpes, de ceux du Dauphiné notamment, le décor à la molette caractérise, à Essertines, la fin du Moyen Âge et le début des Temps Modernes.

159Mais ce décor à la molette reste cependant marginal face aux multiples bandes appliquées à impressions digitales qui, pour les céramiques du groupe C, s’associent désormais à des réseaux de bandes appliquées lisses et quasi aplaties, disposées verticalement sur la panse des pots.

La phase 4

160Elle connaît l’abandon de tout motif décoratif en creux et la désuétude croissante des bandes appliquées en relief. Ce phénomène rappelle celui observé à Rougiers pour les décors imprimés. Les impressions digitales disparaissent presque totalement et les bandes appliquées lisses, qui leur ont succédé, après avoir coexisté sur les mêmes pots, s’amincissent jusqu’à se confondre avec la paroi des vases. La tendance, confirmée par l’étude du mobilier du XVIe s., dans la partie villageoise du site, est à leur disparition. Les ustensiles de la vaisselle commune, réservés au domaine de la cuisine, perdent à cette période tout effet d’ornementation tandis que se développe, au contraire, la créativité en matière de décor de la vaisselle de table, phénomène lui aussi vérifié sur le mobilier moderne du village d’Essertines. Les rares décors qui persistent sur la vaisselle de cuisine sont plus souvent à mettre en relation avec leur caractère utilitaire qu’avec une quelconque volonté esthétique. Ainsi apparaît, dans le groupe A. b., la pratique des fonds marqués extérieurement de bandes appliquées striées, parallèles à la circonférence du fond. Ces bandes, très différentes de celles des fonds marqués de la vallée rhodanienne, aux Xe et XIe s., qui n’avaient d’ailleurs pas pénétré l’intérieur du Forez, ne servent manifestement qu’à compenser le caractère lenticulaire et instable des pots et à leur assurer une meilleure stabilité, notamment dans le service de table. Ce système coïncide avec l’évolution vers le fond plat, qui s’amorce dès lors mais qui n’est toujours pas achevée sur le site au début du XVIe s., ce qui n’a rien pour étonner puisque de tels vases sont encore signalés par les traités d’économie domestique au début du XVIIe s. (Alexandre-Bidon, 1990, p. 36).

La cour

161Le mobilier céramique découvert hors du donjon vérifie la plupart de ces évolutions. Le groupe C, depuis son apparition, reste identique sur l’ensemble de la stratigraphie, aussi bien sur le plan des techniques de fabrication, dégraissant, tournage, cuisson, que sur celui de la morphologie, même s’il diffère, dans le détail, d’une phase à l’autre. Une remarquable pérennité des formes et des techniques, hélas néfaste pour sa datation, est pour ce groupe majoritaire sur le site, un argument en faveur d’une production locale, non évolutive, obéissant à la coutume, et ne variant que faiblement et dans le sens d’un abandon lent de tout système décoratif.

162Comme dans le cas de la tour, les couches archéologiques les plus profondes ne livrent aucun élément glaçuré. C’est bien, en l’occurence, à un phénomène de datation que renvoie cette absence, témoin négatif mais semble-t-il important. Plus généralement, les mêmes remarques que celles précédemment effectuées à propos de la tour peuvent être faites pour la cour. Nous ne reviendrons pas sur ces évolutions. Nous y ajouterons pourtant que le groupe C, dans la phase 4 B, connaît la coexistence de deux formes différentes de lèvres éversées, apparentées mais indiquant peut-être une spécialisation dans le domaine des poteries culinaires : le profil éversé à lèvre élargie est accentué d’une arête marquée à l’inflexion entre l’extrémité intérieure de la lèvre et la panse ; se forme ainsi une gorge apte à recevoir un couvercle. Ces deux formes de lèvres sont ici contemporaines et ne signalent pas l’appartenance à des phases chronologiques différentes.

163C’est dans la phase 6 de la cour qu’apparaît le décor peint à l’engobe blanc caractéristique de la phase 2 C de la tour. C’est la phase 6 également qui voit réapparaître un décor grossier à la molette sur les céramiques du groupe C, phénomène qui s’était produit dans la phase 3 de l’occupation du donjon. Ceci semble bien confirmer le caractère de résurgence, au bas Moyen Âge en Forez, d’un décor plutôt connu pour appartenir aux temps carolingiens, du IXe au XIe s. De la même manière, encore, que dans la tour, le décor peigné ondé orne les céramiques du groupe A. b. La phase 6 comporte à la fois des éléments de la phase d’occupation du château et des éléments contemporains de la réorganisation de la cour en jardin : en effet, sur le plan morphologique, la phase 6 de la cour témoigne également de la spécialisation accrue des pots à partir d’une forme qui reste majoritairement globulaire : le bec verseur pincé et le goulot tubulaire latéral témoignent de l’existence de cruches à eau ou à huile. Pour répondre aux considérations précédentes sur les deux formes de lèvres éversées dont l’une pouvait témoigner de l’usage d’un couvercle, l’apparition de cette forme dans le vaisselier de terre justement à cette phase de l’occupation confirme que l’on peut tenter de juger de la spécialisation d’un pot globulaire à l’examen du profil de sa lèvre.

164Sur le plan des techniques de fabrication, cette phase rend surtout compte d’un nouveau sous-groupe qui se caractérise par un mode de glaçurage nouveau. Il s’agit d’ustensiles aux parois plus finement tournées où la glaçure, plus épaisse et brillante, est nappée et ne présente plus ces cratères auxquels on repère aisément le glaçurage par aspersion, seul représenté sur le site jusqu’à cette phase. Mais ce progrès technique reste minoritaire et presqu’exclusivement réservé à la vaisselle de table, et les céramiques à glaçures par aspersion continuent d’être utilisées dans la vaisselle de cuisine et pour les cruches ou pichets. Il semble donc qu’il s’agisse de deux types de productions très différents, aussi bien par l’aspect de leur pâte, par le tournage, par la glaçure. Ces deux types de techniques pourraient révéler ici la césure entre production locale (le type A. b.), de luxe, et une production extérieure au Forez (le groupe A. a.), qui coexistent à la fin de la phase 6. A la suite des glaçures incolores avec usage du cuivre sur engobe blanc, les glaçures de couleur marron-noir, peut-être colorées avec un autre oxyde métallique - le manganèse ? - sont donc la marque de la phase 7. Conjointement, des décors différents sont élaborés, depuis un pseudo-sgraffitto à motif géométrique, exemplaire unique sur le site, jusqu’au décor rayonnant de bandes alternativement vert-bronze et blanches, qui orne désormais la panse des cruches ou des pichets. Enfin, les premiers « ratés de cuisson » par vitrification partielle, caractéristiques de la première moitié du XVIe s., sur le site, sont également présents dans cette phase finale de l’occupation dans la zone de la cour, devenue lieu de passage aux XVI et XVIIe s.

165Ainsi, le mobilier céramique d’Essertines-Basses, observé sur la longue durée, témoigne d’une évolution non linéaire où l’on voit resurgir de manière cyclique des motifs décoratifs plus anciens. Les caractères généraux des groupes céramiques sont inchangés mais des variations mineures dans le détail des formes et de l’ornementation apparaissent, qui constituent le seul critère applicable de datation relative pour comparer entre elles les couches archéologiques de la tour et de la cour, lorsqu’elles sont dépourvues d’éléments datant. Il reste à déterminer si ces critères seraient aussi valables sur d’autres sites foréziens du même genre, castra de médiocre importance. Seule la multiplication des fouilles pourrait l’indiquer. Rien ne permet de penser, en effet, que le site d’Essertines soit un site « modèle », même s’il reste à ce jour le seul à être étudié dans la longue durée.

166Cependant, les décors des pichets du château permettent de comparer Essertines à d’autres sites, castraux ou urbains, plus lointains. Motifs floraux (London Medieval Catalogue, 1965, pl. LXI et Nicourt, 1986, p. 263, n° 6 et 7), bandes blanches à l’engobe (A la Fortune du Pot, 1990, pl. II, tableau 50) bandes striées à glaçure foncée (ibid., p. 80-81) et décor ondé comme il en a été trouvé à Montferrand, dans le Puy-de-Dôme, dans une fosse dépotoir du XIIIe s. (Tixier, Moser et al., 1975, fig.6) évoquent les XIIIe et XIVe s., la Bourgogne (Maerten, 1986, fig. 35, n° 44, fig. 36, n° 47) et la région lyonnaise. Les premiers cas sont vraisemblablement de simples influences, les seconds peut-être des provenances.

Comparaison et statistique

TOUR : Résultats et totaux par phases

TOUR : Résultats et totaux par phases

COUR : Résultats et totaux par phases

COUR : Résultats et totaux par phases

167Si les phases 1 de la tour et de la cour ne coïncident pas sur le plan statistique, les pourcentages de représentation du groupe C étant plus faibles à l’extérieur qu’à l’intérieur de la tour, c’est manifestement parce que l’occupation du sol, dans la cour, relève d’une période antérieure à celle de l’occupation du donjon.

168Si la phase 3 de la tour connaît une proportion plus forte des groupes A. a. + B. a. , productions fines et plus luxueuses réservées à deux types d’objets, trompes et bassins à boire (avec 8,1 % du total des tessons contre 2,3 % pour la zone de la cour), c’est qu’il s’agit d’ustensiles de prix dont l’usage était circonscrit à l’intérieur de la tour. Les céramiques fines glaçurées notamment sont quasi absentes de l’inventaire de la cour, pour la même raison (avec, dans la phase 4 de la tour, 6,7 % du mobilier contre 2,7 % seulement dans la cour).

169Les productions du groupe A. b., pots à cuire et pichets glaçurés, connaissent la même disproportion (19,6 % dans la tour contre 4,26 % dans la cour) qui ne saurait s’expliquer autrement que par la présence de la cuisine dans le donjon.

170Par contre, les productions B. b. des phases 3 et 4 de la tour (6,9 % et 8,33 %) y sont plus faibles que dans l’espace de la cour surtout pour les phases 6 et 7 (6,56 % et 16,33 %). Même compte-tenu de la récupération, stockait-on dans un abri à l’extérieur de la tour certaines denrées alimentaires (grains, eau ou huile) ? Les formes relevées pour ce groupe correspondent en effet surtout à des pots à stocker et aux cruches à goulot verseur.

171De même, le groupe C est plutôt moins présent dans le château qu’à l’extérieur. Numériquement parlant, il reste pourtant le groupe le plus important (55,88 % et 76,78 % des phases 3 et 4 de la tour contre 86,54 % et 57,29 % pour la cour). Les réserves en pots à cuire étaient peut-être également rangées hors de la tour, l’absence de cave, dans le donjon, poussant à stocker dehors les réserves alimentaires. Mais un rejet dans l’espace délimité par la courtine des résidus du balayage auxquels s’ajoutent ceux de la destruction, suffit vraisemblablement à expliquer la différence des proportions.

172Ces chiffres soulignent surtout la phase d’apparition de certains groupes céramiques dans la chronologie de l’occupation du site. Les glaçures restent absentes jusqu’à la phase 2 D de la tour et 4 de la cour. Les productions à pâte fine débutent avec la phase 4 A de la cour et 2 A de la tour. Des rapports relient manifestement entre elles ces deux phases des deux zones de la fouille pourtant sans continuité stratigraphique.

173Enfin, si l’évolution n’est pas linéaire, si des différences importantes dans les pourcentages comparés semblent séparer deux phases qui coïncident pourtant par le type de mobilier, c’est que l’évolution chronologique n’est pas seule à jouer : le type de mode d’occupation est à l’évidence tout aussi important : une cour ne fournit pas les mêmes mobiliers que l’étage noble d’un château, ni le rez-de-chaussée que l’étage...

174Au bout du compte, à titre d’hypothèse et pour compenser l’absence de recollages réunissant deux à deux les couches archéologiques de la tour à celles de la cour, nous avons tenté de nous appuyer à la fois sur les parentés stylistiques des groupes céramiques et sur leurs représentations statistiques lorsqu’elles semblent coïncider. On obtient, à l’aide de ces deux paramètres, les résultats suivants :

175La phase 1A de la tour correspond au bas de la phase 1 de la cour. Les phases 1 B, 2 A, 2 B de la tour correspondent respectivement aux phases 3, 4 A, 4 B, 5 A de la cour.

1762 D est sans équivalent statistique dans la cour : s’agissant d’un sol de mortier aisément balayable, le mobilier est trop rare pour être signifiant.

177Les phases 2 D, 3 et 4 de la tour correspondent enfin aux phases 6 et 7 de la cour ; 2 D leur est comparable en raison des rejets dans la cour du mobilier de la tour lors de la destruction.

Approche ethnographique de la céramique

178On dispose, sur le site du château d’Essertines, de trop peu de formes reconstituées pour établir une typologie fondée sur les fonctions. Au demeurant, le vaisselier céramique semble avoir été si réduit en nombre de formes que nous n’aurions pu pousser l’analyse au-delà de généralités et que nous aurions sans doute conclu à la polyvalence des vases. De la même façon, on ne saurait établir sur des bases aussi floues une relation systématique entre forme et texture de la pâte, à l’exception de quelques exemples ponctuels et non généralisables.

179En réalité, seules les traces éparses de suie ou de brûlé, relevées sur des tessons qu’on ne peut pas toujours associer à une forme précise, permettent de réfléchir sur l’utilisation des ustensiles et leur rôle dans l’alimentation forézienne au Moyen Âge.

180Sur un site d’habitat, une approche ethnographique du mobilier céramique doit nécessairement succéder à la typologie classique. C’est par l’examen des traces d’utilisation sur les parois externes et internes des pots que cette seconde analyse est rendue possible. Pour la mener à bien, plusieurs conditions apparaissent nécessaires : d’abord, que le céramologue responsable de l’étude supervise lui-même le traitement des céramiques avant l’analyse : la plupart des traces utiles à cette étude (suie et charbon de bois collés sur la surface des tessons) sont en effet fugaces et disparaissent au lavage. Il faut surtout prendre garde de ne pas confondre origine accidentelle de ces traces et origine usuelle : certaines sont le fait non de l’utilisation mais des incendies qui ont affecté le bâti. En outre, procéder par soi-même au lavage des tessons, ce qui fut le cas pour le mobilier d’Essertines, et malgré le handicap certain que ce travail représente pour le chercheur (le temps de préparation du mobilier excède largement le temps nécessaire pour l’analyse visuelle), présente pourtant un avantage : celui de pouvoir procéder à des observations qui, lorsqu’on n’a pas accès aux techniques de laboratoire, renseignent sur la nature de la pâte ; ainsi, le degré de porosité, par exemple, n’est perceptible qu’à l’immersion à l’eau : pour le site d’Essertines dans la phase 6, on a pu remarquer que certains types de pâtes dépourvues de glaçure, correspondant à la forme « cruche », grésillaient au contact avec l’eau. Cette simple observation suffit à confirmer les hypothèses sur l’association forme/fonction que l’on peut attribuer à ce type d’ustensile : une pâte très poreuse facilite en effet, par évaporation, la conservation de l’eau au frais par temps chaud.

181À l’aide du repérage de ces traces d’usage, on peut déterminer, pour chaque groupe typologique, une variété limitée de fonctions. Cette limitation est un bon indicateur de la connaissance que les potiers avaient de l’usage qui devait être fait de leurs productions : la technique de fabrication semble bien être en relation étroite avec les modes d’utilisation des pots. Si à chaque forme ne correspond pas nécessairement une fonction différente, vu la polyvalence d’emploi des céramiques, polyvalence rendue d’autant plus nécessaire que le vaisselier est limité en types de formes, par contre le type de pâte, le dégraissant et le mode de cuisson sont des facteurs délibérément choisis par le potier en fonction d’un usage présupposé des pots. Ainsi, la présence de très gros dégraissant quartzeux dans les pâtes du groupe C et la forte épaisseur de la pâte obtenue au tournage ne doivent pas être interprétées comme l’indice d’une production « grossière ». Elles répondent, technologiquement parlant, à l’exigence de résistance aux chocs thermiques et mécaniques que l’on attend d’un pot à cuire. Et, finalement, c’est l’examen des traces d’usage relevées sur ces pots qui confirme le fait qu’ils étaient ou non effectivement utilisés dans le domaine de la cuisson des aliments.

182Pour le type C, on soulignera surtout les traces de noirci sur les fonds, côté externe, et la base de la panse (u.s. 1263 notamment), qui semblent impliquer une cuisson bouillie, le pot disposé à même les braises du foyer. Les fonds sont aussi particulièrement usés par des frottements ou des chocs qui ont laissé leur trace sur les faces externes. Un rangement à même le sol est par conséquent plausible (u. s. 1253, 1255, etc.).

183Le type B.b. présente plusieurs sortes de traces d’utilisation - ou des absences, qui ne sont pas moins significatives : les fonds plats ne portent aucune trace de brûlé (u. s. 1255 et 1258), ce qui conforte l’interprétation de ces vases comme récipients destinés à la préparation et/ou au stockage des aliments. Au reste, leur fond trop mince n’aurait pas résisté à la chaleur du feu.

184Comme pour le type C, les fonds du type Β sont assez systématiquement usés sur l’extérieur (u. s. 1189, 1255 et 1265). Cette dernière couche a également livré un fond renforcé d’une bande appliquée à impressions, quasi arasée par l’usure, et qui indique aussi un rangement à même le sol. Une jatte remployée présente, sur la face interne de son fond, partiellement découvert dans le donjon même, des traces de lame de couteau ou de hachoir qui attestent qu’on y a tranché ou hâché viandes, herbes ou épices. Des cruches présentent des mamelons de protection sur le pourtour de leur panse, mamelons dont les extrémités sont toutes usées ou abrasées, ou encore brisées par des chocs (u. s. 1196, 1253, 1265), ce qui indique assez à quel point leur rôle fut rempli. Ces traces de chocs semblent impliquer un rangement contre les murs.

185Le type A.b. présente ordinairement soit des traces de brûlé ou de grisé sur la partie extérieure du fond (u. s. 1191, 1255), similaires à celles recontrées pour le type C, et qui prouvent un même mode d’utilisation avec une cuisson à même les braises du foyer, soit des traces de brûlé ou de grisé sur la panse, alors que le fond n’est même pas grisé par la suie, ce qui témoigne plutôt d’une fonction de réchauffement du repas au coin du feu, le pot présentant sa panse à la chaleur, posé sur le sol, au plus près du foyer mais non à même les braises (u. s. 1196, 1266). Les céramiques de ce type ont au moins deux fonctions.

186Il faut encore noter l’absence de toute trace de brûlé ou de grisé d’usage sur les fonds plats des pichets glaçurés extérieurement, ce qui paraît logique car il s’agit de la vaisselle à boire.

187Enfin, la présence de traces d’usure parfois très prononcées sur le fond des pichets décorés (u. s. 1198 et 1256) atteste le rangement à même le sol de la vaisselle de table comme de la vaisselle de cuisine, même en ce qui concerne la partie la plus « luxueuse » du vaisselier. Seul le rangement sur des planches de bois d’une armoire murale ou à l’intérieur d’un coffre, comme on le voit parfois dans l’iconographie, semblent exclus par ces traces d’usure. Nous ignorons si les murs du château ont comporté des placards muraux. Dans les bâtiments du village, de tels aménagements sont rares et tardifs, et en outre trop petits pour avoir servi à ranger la vaisselle d’un foyer. Certes, le rangement dans un armoire de pierre aurait laissé les mêmes types de traces d’usures qu’un rangement à même le sol. Mais les armoires de rangement pour la vaisselle impliquent, par le volume concerné, une dimension importante, une structure en hauteur subdivisée par des étagères de bois.

188On doit maintenant se demander si, malgré leur utilisation dans des conditions identiques des pots à cuire du type C et de ceux du type A.b., il n’existe pas quelques différences dans la manière d’y préparer les aliments. En effet, si le type C se prête particulièrement bien à une cuisson bouillie à flamme directe, par immersion en pleine eau, le type A, avec sa glaçure partielle et localisée sur la face interne du fond, a pu servir aussi dans la cuisson de ragoûts et de viandes dont on fait revenir les morceaux au fond du pot comme on le ferait dans une poêle. La délimitation de la glaçure peut en effet connaître des causes économiques - moins il y a de glaçure, moins le pot est coûteux - mais l’adéquation à un usage courant, aux gestes des cuisiniers, est une option également envisageable.

189Cuisson à flamme ou braise directe, cuisson bouillie, cuisson de ragoût... On notera donc l’absence de toute forme se rattachant à une cuisson rôtie ou à la broche : la lèchefrite est inconnue dans le vaisselier médiéval d’Essertines. Cette observation correspond d’ailleurs aux renseignements fournis par les testaments foréziens étudiés, pour la même période, dans la même région. Marguerite Gonon constatait, à propos des repas de funérailles, que les seuls et uniques cas de préparations rôties étaient le fait de milieux urbains (Montbrison) aisés et cultivés : clercs, bourgeois, donzeaux...

190Il ne faudrait pas pour autant oublier le caractère nécessairement stéréotypé d’une telle analyse qui ne peut aborder, faute de preuves, le phénomène des utilisations imprévues. L’archéologie est foncièrement réductrice. Un pot du type pot à cuire peut servir à tout autre chose qu’à la cuisson des aliments : conservation des denrées ou pot à traire, voire pot « pissoir » sont quelques-unes de ses autres fonctions ; l’examen des poteries à travers les miniatures des XIVe et XVe s., de même que la lecture des livres de cuisine ou d’économie domestique suffisent à nous en convaincre (Alexandre-Bidon, 1990). Les fouilles d’Essertines, pour la période médiévale tout au moins, ne nous en offrent aucun exemple.

191En effet, l’apport des textes est indispensable et certains d’entre eux, d’origine régionale, viennent en coïncidence avec les données procurées par l’archéologie. On a déjà signalé la rareté des cuissons rôties, qui correspond à l’absence de toute forme céramique s’y référant. On peut encore citer la rareté des mentions de couvercles à couvrir les marmites, mentions qui, de plus, n’apparaissent qu’à la fin du XIVe s. Cette rareté répond tout-à-fait à la quasi absence d’une telle forme pour l’ensemble de la zone castrale et du donjon - un seul couvercle conique (u. s. 1178 et 1185) de céramique dans la tour. Les absences dans les documents écrits s’accordent parfois avec les absences de l’archéologie et reflètent donc peut-être la réalité statistique - dans une certaine mesure, celle où d’autres matériaux n’interviennent pas, ce qui n’est jamais certain ; le bois a pu être utilisé pour façonner des couvercles et il n’apparaîtrait vraisemblablement pas non plus dans les testaments foréziens. L’absence est un phénomène révélateur mais de signification incertaine.

192On ne peut donc se passer de faire référence aux documents écrits sans lequels cette étude resterait incomplète et les testaments sont ici d’un secours appréciable : si les mentions de pots de terre sont rares, comme souvent dans ce type de document, elles existent et indiquent au moins le nom sous lequel on désignait les pots dans les alentours immédiats d’Essertines.

193Tout au long du XIVe s., c’est le terme d’olla qui désigne le pot allant au feu, le chaudron, qu’il soit de terre ou de cuivre (Gonon, 1967), ce qui ne simplifie pas l’identification. C’est ce terme même que l’on retrouve, à quelque six siècles de distance, dans le nom du village de Saint-Bonnet-les-Oules, lieu de production médiéval.

194Dans les documents comptables (Fournial, 1967), en revanche, ce sont les termes génériques de « tupin », le pot, et de « tupinerie », la halle aux pots, - dont témoigne encore aujourd’hui la rue Tupinerie, à Montbrison - qui sont employés dans les textes fiscaux concernant les marchés de Montbrison, Saint-Haon-le-Chatel, Saint-Germain-Laval, Feurs et les autres villes de la plaine du Forez. Cette distinction entre olla et tupin est habituelle et ne se limite pas à la région, mais il est difficile d’affirmer qu’elle correspond ici, dans la réalité, à une quelconque différenciation, soit morphologique, soit de qualité. Connaître le nom des pots n’ajoute donc rien à l’analyse, si ce n’est le fait qu’il est inutile d’essayer de leur redonner aujourd’hui, dans le cours d’une étude céramologique, l’appellation qu’on leur attribuait autrefois...

195Par ailleurs, si l’archéologie met au jour les contenants, les textes, et notamment les testaments, dévoilent les contenus. Ainsi, que met-on à cuire dans l’olla ? Des légumes, choux, poireaux et raves, mets connus au XIVe s. en Forez à travers le terme générique d’oleribus, employé quatre fois dans les testaments foréziens : cuit en cuisson bouillie, il correspond, gustativement et sémantiquement, à notre actuel « potage » (ce qu’on met dans le pot). D’autres légumes ont pu être cuits dans les ollae, sans doute les pots à cuire du type C, tels les fèves (« potagio sive fabarum »), les pois au lard, les viandes bouillies ensuite servies accompagnées d’une sauce (« carnibus in aqua cum salsa ») qui nécessitaient peut-être l’utilisation simultanée de deux pots, l’un grand, l’autre petit. On connaît aussi le pulmentum, évoqué par les testaments foréziens, un potage épais ou un hachis de légumes et de chair pour la préparation duquel les pots du type A.b. semblent avoit été parfaitement adaptés : la glaçure du fond, qui empêche la préparation d’attacher, permet de réchauffer ce mets sans doute élaboré dans des récipients du même genre que la jatte (qui comporte des traces de couteau ou de hachoir), mais en bois.

196Si l’archéologie ne retrouve que les parties osseuses de l’alimentation et privilégie donc les viandes, en revanche les textes détaillent les légumes du jardin les plus couramment consommés dans le Forez médiéval : ortalia ou légumes verts, legumina ou légumes secs, parmi lesquels étaient mentionnés de manière privilégiée la rave puis le chou, cité deux fois plus souvent que le poireau, le tout consommé en potagio, les pois et les fèves complétant cette alimentation (Mariotto, 1991, p. 28-30 et 58).

197Quant aux boissons, c’est surtout aux vins que font allusion les documents écrits, et les vignes plantées au Moyen Âge sur le site même justifient la présence de pichets et de bassins à boire. Le vin rouge, vinum rubeum, est mentionné souvent dans les testaments foréziens. Il est même amoureusement précisé dans l’un d’eux qu’il était « vermeyl, puri et clari » et qu’il fallait le boire pur et frais. Le vin blanc, vino albo, est beaucoup moins connu. Sans doute importé, il n’est signalé que trois fois et dans des centres urbains, à Montbrison, à Villerest. On boit aussi du claret, vin mélangé avec des épices et du miel, du cidre ou du poiré, le « rapar » du XIVe s. en Forez, aujourd’hui encore appelé « rapi ». Cruches, pichets et petits bassins à boire correspondent, sur le site, à ces divers produits. Les ustensiles de terre, ici comme ailleurs, ne servent cependant en ce domaine qu’à la consommation, car vinaigre et vins étaient alors communément conservés en vaisselle de bois, une vaisselle vinaire bien connue par les inventaires après décès, les livres de cuisine ou de médecine médiévaux et les enluminures.

198Mais c’est également en repas intermédiaire, en « coupe-faim », qu’on consomme le vin en Forez : la « succana », pain trempé dans du vin sucré, était considérée à la fois comme un remède propre à redonner des forces et comme une friandise. Avec leur faible contenance, les coupes à boire du château d’Essertines du sous-groupe B. a. semblent particulièrement adaptées à cet emploi et peuvent être considérées comme à mi-chemin entre verre à boire et écuelle.

199Il manque enfin toute référence archéologique, dans le vaisselier céramique d’Essertines, à la fabrication des fromages, pourtant quotidiennement consommés. Certes, il n’était sans doute pas question, dans un château, même résidentiel, de les fabriquer sur place. Mais les faisselles à fromage frais, pour l’époque moderne, sur le site, sont fabriquées de manière si hâtive et dépourvue de toute finition qu’on éprouve l’impression d’un emballage perdu. Il aurait fort bien pu en aller de même à l’époque médiévale. Cette absence, significative, permet de rappeler méthodologiquement parlant que le mobilier céramique ne peut seul rendre compte de l’alimentation ni même des biens domestiques effectivement possédés par les habitants d’un site fouillé. On doit se souvenir que des objets domestiques en fer, en cuivre, et surtout en bois et en tissu ont avantageusement complété l’inventaire des ustensiles de cuisine. Ainsi, des faisselles textiles (fig. 84) pour couler et égoutter le fromage frais, sont dépeintes dans les miniatures des livres techniques médiévaux. Ainsi encore, pour prendre l’exemple du château des comtes de Savoie, en 1420, existait-il en cuisine à la fois des « oules grandes et communes a grant foyson pour potaiger » - les pots de terre - des « chaudieres », des « poyles penderesses pour cuire poyssons », des mortiers, des « grans casses a frire », des tines, des jalles et des cornues, des « grappes », des « poles de fer », des « rustisseurs », des broches et « hastes de fust » (bois) et des « chapelles » pour l’eau de rose qui entrait dans la composition des sauces (Scully, 1985).

84 - Substitut aux céramiques = le mobilier textile

84 - Substitut aux céramiques = le mobilier textile

Faisselle. Barthélemy l’Anglais, Livre des Propriétés des Choses, France, XVe s.

Bibl. Nat. Paris, ms. français 22532 f° 331 v°

200Même si le très petit château d’Essertines ne disposait pas d’une gamme aussi étendue d’ustensiles de cuisine, on comprendra, à l’énoncé d’une telle énumération, à quel point était circonscrit et restreint le rôle du vaisselier céramique dans la cuisine médiévale, à quel point aussi l’archéologie est limitée dans l’information qu’elle est à même de procurer sur la composition des accessoires de la cuisine.

201Ainsi, si l’on compare les maigres résultats de l’enquête céramologique avec ce que l’on sait de l’organisation de l’espace culinaire autour de l’âtre ou de la cheminée, en Forez au XIVe s., à partir des testaments, on doit vraisemblablement restituer les accessoires métalliques des pots de terre du château d’Essertines. En général, rares sont les crémaillères, de même que les trépieds de fer qui isolent les pots du contact du feu et les tiennent en équilibre lorsque leur fond est - comme c’est le cas ici - lenticulaire. En revanche, la poêle à frire, en fer, figure abondamment dans les objets inventoriés par les rédacteurs des testaments, de même que les chaudrons de fer et les marmites de cuivre. Il n’y a aucun doute sur le fait que les occupants de la tour d’Essertines possèdaient certainement d’autres ustensiles de cuisine, d’autres contenants, que les vases en terre. Leurs possessions n’allaient cependant peut-être pas au-delà de ces trois types de vases, en terre, en fer, en cuivre : en effet, la casserole est rarement citée, tout comme le couvercle de fer - mais le couvercle en général semble peu employé en cuisine médiévale et faisait plus vraisemblablement office de bouchon hors du feu. Quant au gril, à la broche, à la lèchefrite, ou au gaufrier, susceptibles d’être présents en cuisine dans un grand château, ils n’apparaissent en Forez qu’au titre d’unicum et il y a sans doute peu de chances que les résidents de ce petit château en aient disposé eux aussi. Mais l’incertitude demeure : même si des testaments sont ceux de nobles ou de donzeaux, ils ne concernent pas les châteaux.

202L’examen de la vaisselle céramique permet quelques conclusions supplémentaires. Les ustensiles découverts au château présentent une écrasante majorité de formes globulaires ; la lèchefrite de terre cuite est absente du mobilier et celle de fer était extrêmement rare dans le Forez du Moyen Âge ; on admettra donc qu’une alimentation principalement bouillie dans les poteries grises, ou en ragoût, dans les vases partiellement glaçurés, était de règle.

203En outre, sur le plan des rapports entre les techniques de fabrication et les modes de consommation alimentaires, il faut souligner la prééminence des gros pots à parois épaisses et à cuisson réductrice, puis également oxydante associée à une glaçure partielle et interne. Ces « qualités » de pots, qui impliquent des usages particuliers, pouvaient vraisemblablement épargner la possession d’une abondante vaisselle de cuisine métallique. En outre, les pots à pâte hétérogène et grise semblent parfaitement adaptés à la fonction de pots à cuire : gros dégraissant quartzeux et parois épaisses pour résister à la chaleur des flammes, large ouverture pour remuer les « potages » et servir les aliments à la louche, larges anses pour transporter ces vaisseaux de terre, lourds une fois remplis, sans se brûler du foyer à la table, fond lenticulaire pour les caler dans les braises ou sur un trépied, ou les ranger sur un sol vraisemblablement inégal voire aménagé de cavités arrondies pour les équilibrer.

204Pourtant, le déclin de cette production s’amorce, à en croire les trouvailles sur le site, dès le XVe s. et le vaisselier de la phase finale de l’occupation de la zone castrale ne correspond déjà plus à ce modèle. La disparition de la cuisson réductrice est le fait le plus marquant de cette période. De plus, sur les poteries grises encore en usage, on note l’abandon de toute technique décorative autre que fonctionnelle : l’estampage et les impressions au doigt disparaissent. Il n’est pas exclu que ces changements correspondent à une diffusion devenue plus large d’une vaisselle métallique auparavant coûteuse. Le vase céramique de base aurait dès lors eu moins d’attrait pour le consommateur, si ce n’est pour les chaudières à eau, du moins pour les récipients culinaires, mieux adaptés à leur fonction lorsqu’ils sont métalliques.

205Parallèlement, intervient une concurrence croissante des poteries glaçurées au plomb, par aspersion, et cuites à feu oxydant. Il s’agissait là d’un progrès à la fois technique et esthétique : il assure une meilleure imperméabilisation des parois, un nettoyage plus facile des pots après usage, une cuisine plus aisée à surveiller (les aliments attachant moins au fond du pot) et une note de couleur dans l’habitat : si la glaçure n’est généralement qu’intérieure, fonctionnelle et non décorative, les lèvres largement évasées de ces récipients brillent de leur teinte orange ou verte. Cette nouveauté technique, dans la région du moins, a pu inciter les habitants du château à renouveler en partie le vaisselier. Cependant, à l’instar des céramiques grises, l’épaisseur toujours importante des parois, notamment celle du fond, leur conserve un rôle prioritaire dans les préparatifs de la cuisson bouillie des aliments. Ce type de vase, souvent partiellement glaçuré sur la lèvre et sur le fond seulement, permet, conformément aux recettes de cuisine contemporaines, de faire revenir les ingrédients, lard, oignons émincés et viandes, sur la glaçure intérieure du fond du pot, avant de les ébouillanter pour achever la cuisson en bouilli.

206Enfin, l’analyse d’un mobilier céramique pose nombre d’autres questions que celles touchant aux fonctions des récipients, aux modes d’alimentation, à l’artisanat du potier en terre, mais non moins importantes : quel est le milieu social des utilisateurs ? Un site castral n’induit pas nécessairement un milieu uniquement seigneurial : nous savons que des paysans venaient prendre la garde et la résidence n’était pas installée au château d’Essertines. Dans quelle mesure l’échantillon analysé est-il représentatif ? Le mobilier est fragmenté à l’extrême et l’on n’a pas découvert le dépotoir. Et vaut-il pour la région ou seulement pour le site ? L’absence de fouilles médiévales de castra dans le département fait d’Essertines un site unique. Sans avoir la possibilité de résoudre toutes ces questions, on ne peut pas les éluder et l’on doit relever, pour tenter d’y répondre, toutes les indications susceptibles de renseigner sur le genre et le niveau de vie, tenter, par exemple, de reconnaître quelle est la part du nécessaire et du superflu dans l’ensemble du vaisselier de terre. C’est alors que l’aspect quantitatif intervient : quelles sont les formes les plus souvent représentées ? Les pièces uniques ou rares peuvent alors ressortir du domaine du luxe - ainsi le tailloir ou le présumé dessous-de-plat annulaire - soit encore caractériser un milieu particulier : c’est l’exemple même des trompes en milieu seigneurial.

207Ainsi, la vaisselle de terre, quantitativement obsédante, n’était pas - et de loin - l’unique ni la plus importante dans les possessions d’un foyer : simple maillon dans une chaîne d’accessoires culinaires, peu coûteuse et fragile, c’est paradoxalement elle que l’archéologue connaît le mieux. Mais il doit se garder de lui accorder une importance démesurée, qu’elle n’avait même pas dans la cuisine médiévale... Si l’inventaire est réduit à quelques formes, au château d’Essertines, n’est-ce pas justement parce qu’y suppléait une batterie de cuisine métallique, de bois, de verre ?

208Au terme de l’analyse, c’est à une nouvelle classification fondée sur une typologie fonctionnelle que l’étude d’un site d’habitat devrait pouvoir aboutir. En effet, dès lors que l’on peut, grâce aux formes et aux traces d’usages, subdiviser le vaisselier en plusieurs rubriques (préparation des aliments, cuisson, consommation, conservation et stockage), il est possible de vérifier de quel type d’activité relèvent les différentes formes céramiques de chaque groupe typologique fondé sur la fabrication. Mais le château d’Essertines ne s’est pas prêté à un tel type d’exploitation. La tour a subi trop de bouleversements pour qu’une observation fine de la localisation des tessons procure des données pertinentes. Au plus peut-on indiquer, outre les indices de rangements à même le sol, que les tessons les plus petits sont regroupés dans les angles : effet du balayage ? Les espaces sinon vides du moins plus pauvres en mobilier (zone M, H et surtout G) correspondent-ils à des zones de circulation ? Faut-il, pour finir, voir l’indice d’aires d’activités différentes dans le fait qu’à l’étage, le type C est plus fortement représenté dans le quart nord-est de la tour et le long du mur ouest (espace de rangement ?), tandis que les productions à pâte fine, des types A et B, sont un peu mieux représentées dans le quart sud-ouest, l’une des coupes à boire provenant de l’angle sud-ouest ?

L’artisanat

La question des provenances

209En l’absence de fouille d’ateliers régionaux ou de prospection des gisements d’argile et des sites d’extraction, seuls les documents écrits, la toponymie et l’anthroponymie sont à même de livrer quelques indications sur les lieux de fabrication des produits céramiques. La documentation, partielle et incomplète, s’avère d’intérêt inégal : grâce aux comptes de construction, conservés par exemple pour le donjon du château de Montbrison, la Chambre des Comptes de cette ville et l’église de Bonlieu, on repère les tuiliers. Mais les potiers ne se laissent saisir qu’exceptionnellement, au fil d’un testament ou d’un nom de lieu évocateur de leur métier. Le Forez constitue heureusement un bon terrain d’étude pour l’exploitation des toponymes et des anthroponymes aux XIVe et XVe s. (fig. 85).

85 - L’artisanat céramique en Forez au Moyen Âge

85 - L’artisanat céramique en Forez au Moyen Âge

D’après les sources écrites

La toponymie

Les noms d’ustensiles céramiques

210Lorsque ces toponymes existent, il s’agit soit de lieux « en forme de conques, de creux, que l’imagination paysanne a rapprochés d’ustensiles de cuisine et de vases à vin ou à grains » (Gonon, 1973, p. 13) soit de sites où était implanté un atelier de production : si seuls les seconds nous importent, les premiers cependant livrent quelques indices précieux quant aux noms des objets et leur place dans les mentalités médiévales.

211Les noms d’ustensiles céramiques qui ont été à l’origine de toponymes foréziens, ou roannais, sont relativement peu nombreux. Les pots, « puet » ou « puez », n’ont pas engendré de lieux-dits. En revanche, « tupins », « oule » et « bichet » sont les principaux vecteurs de toponymes.

212Le premier fait surtout allusion au fabricant ou au vendeur de pots : on ne le retrouve guère, outre la rue principale de la ville de Montbrison, capitale des comtes de Forez - la rue Tupinerie - et un lieu-dit « La Tupinerie » à Dancé, que sous la forme « Tupinet » d’un hameau de la commune d’Arcinges et « Tupinier » d’un hameau de la commune de Vivans (Dufour. 1946, p. 1002) où est également localisée, de manière significative, une « grande chaume de la Tuillerie » ; le toponyme de Tupinet étant qualifié d’ancien (Bouiller, 1981, p. 42).

213« Bechec » (Bichet) est le nom d’un écart de la commune de Saint-Bonnet-des-Quartz. En 1507, un habitant de ce hameau portait le nom de Bechet (Dufour, 1946, p. 48), mais seule la proximité de la localité principale de la commune, vraisemblablement en rapport avec l’artisanat potier, permet d’avancer l’hypothèse de l’implantation d’un potier en ce lieu. Bichet, ou biche, est en effet le terme désignant de grandes mesures à grains en terre cuite.

214L’unique « Marmitou », maison isolée de la commune de Noirétable, fut jugé par Marguerite Gonon moderne et plus plaisant que significatif. Cependant, un récit de voyageur, au XIXe s., révèle l’origine plus ancienne de ce type de nom. Ce site, localisé sur le chemin allant de Montbrison à Pierre-sur-Haute, après la jasserie Garnier, est alors dénommé « Le Chale de la Marmite ou l’Ouïe » (Gras, 1864, et 1974, p. 47-49). Sans doute est-ce à la date à laquelle le récit est écrit, ou peu avant, que s’est produite la modernisation du nom, tout aussi significatif que celui d’oule, dérivé du latin médiéval alla.

215Aucune certitude sur la présence d’un artisanat potier ne peut, au demeurant, être inférée de ce lieu-dit avec une absolue certitude : l’utilisation des pots tout autant que leur fabrication doit être prise en considération et ce toponyme, localisé sur des terrains de jasseries, symbolise peut-être l’usage si ce n’est industriel du moins en fortes quantités de pots à traire ou de formes à fourmes. On retrouve d’ailleurs, dans la commune de Saint-Bonnet-le-Courreau, une « Jasserie-de-l’Oule » perchée à 1400 m d’altitude et dont le nom semble dater du XVIIIe s. (Dufour, 1946, p. 666).

216En revanche, le terme d’oule et ses dérivés sont médiévaux. Des pâturages de l’Ouïe, situés près du Lignon, sont mentionnés dans les chartes de donations faites à l’abbaye de La-Bénisson-Dieu, au XIIe s. (Gras, 1974, p. 30). A Montbrison, aujourd’hui traversé par une rue Tupinerie, une « porta ollarum juxta carrieram publicam Olarum » est connue sous ce nom depuis 1300 (Gonon, 1973, p. 14-15). Cette porte donnait sans doute en direction de l’un des centres d’approvisionnement en pots de terre des marchés de la ville : soit « Les Ollieres », situé dans la commune de l’Etrat, soit « Les Oleres », lieu voisin de Saint-Bonnet-les-Oules.

217Les dérivés du latin olla sont nombreux. « Ullier » et « Ulliec » sont, en Forez, rattachés à olla sous sa forme ollarius (Dufour, 1946, p. XII). Il s’agit en effet d’une traduction récente (fin du XIXe s.) d’Oliers, autrement dénommé « Oilliers », « Holliers » voire « Doliers ». Ainsi, le hameau d’Ulliec, situé dans la commune de Chenereilles, semble effectivement en relation étroite avec l’artisanat céramique si l’on en croit un document de 1451, citant un lieu « in territorio d’Oliers vocato au tuilhes » (ibid., p. 1003). Un « Ollaignono », vers Curcieu, serait douteux si les tuiliers approvisionnant le donjon de Montbrison n’étaient justement originaires de « Cursio » (Fournial et Gonon, 1967). Outre un écart de la commune de Cellieu, l’Olière, qui n’est signalé dans les textes qu’en 1622 et 1733, on relève un « Les Ollières » dans la commune de l’Etrat en 1373. Dufour indique que « ce terroir contient un gisement d’excellente argile ». On note également un « Les Oleres », lieu-dit détruit de la commune de Saint-Bonnet-les-Oules, dans un document de 1389 (Dufour, 1946, p. 657).

218Ces toponymes sont manifestement à mettre en relation avec le métier de potier, d’autant plus que la dédicace à saint Bonnet est, dans ces régions, vraisemblablement révélatrice de cet artisanat, dont il était le saint patron. En effet, évêque de Clermont, mort à Lyon en 700, on le disait protecteur des potiers parce qu’il existait, dans le trésor de sa cathédrale, un pot de terre où, disait-on, il se lavait les mains (Réau, 1955, p. 237, article saint Bonnet). D’autres invoquaient un pilier contre lequel il se serait appuyé, pris de faiblesse alors que la Vierge lui apparaissait : ce pilier s’était amolli et, telle l’argile, aurait conservé la forme de son corps. Des vitraux de la cathédrale de Clermont, au XIIIe s. et. en Forez, de l’église d’Ambierle, au XVe s., illustrent des scènes de sa légende.

Les hagiotoponymes

219Parmi les différents « Saint-Bonnet » foréziens, Saint-Bonnet-les-Oules. en effet, s’avère le plus significatif. Situé dans la commune de Saint-Galmier, il représente le cas d’un village qui a changé de nom à un moment de son existence, témoignant sans doute du même coup de la date d’émergence en ses murs de l’artisanat céramique. Jusqu’à la date de 1260-1317 environ, le village est simplement dénommé Saint-Bonnet-le-Froid, « Sanctus Bonitus Frigidus » ou « Seint Bonet le Freyt ». Mais à partir des années 1300, l’appellation de « Sanctus Bonitus les Olleres » ou « les Oleyres », « les Oles », voire, dès le XVIe s., « les Oulles » (Dufour, 1946, p. 853-854) devient l’unique nom de ce lieu. Compte tenu d’un nécessaire temps de latence pendant lequel l’artisanat potier, déjà présent, n’avait pas encore donné son nom au site, et sans pouvoir connaître avec certitude l’exacte période où il s’est implanté, cet artisanat a dû connaître à la fin du XIIIe et au XIVe s. une phase d’expansion suffisamment importante pour déterminer un changement du nom du lieu. Selon Dufour, c’est le toponyme « les Olieres » qui s’est surajouté à celui, proche, de Saint-Bonnet : « il y avait, dans cette partie basse de la paroisse, des gisements d’argile qui permirent à l’industrie des potiers de terre de prospérer pendant plusieurs siècles ». On retrouve ailleurs en France ce phénomène du changement de nom en relation avec une activité grandissante de l’artisanat céramique : c’est le cas, en Beauvaisis, de La Chapelle-des-Pots, appelée auparavant, jusqu’au milieu du XVIe s., La Chapelle-en-Bray, « bray » signifiant en effet « argile » (Chami. 1963, p. 93).

220Qu’en est-il des autres Saint-Bonnet foréziens ? Saint-Bonnet-le-Château, dans l’arrondissement de Montbrison, ne semble pas avoir entretenu de rapport avec l’artisanat potier. Il n’en va peut-être pas de même de deux autres toponymes, Saint-Bonnet-des-Quartz et Saint-Bonnet-le-Courreau.

221Saint-Bonnet-des-Quartz, dans le canton de la Pacaudière, était anciennement appelé « Sanctus Bonitus de Carris » dans une charte forézienne de 1290 (Dufour, 1946, p. 851). On trouve les dénominations de « Cayreaus » et « Cayres » en 1343, de « Quayros » en 1347, « Cadris » ou « Quadris » dès 1412, « Quars » et « Quarres » dès le début du XVIe s., et enfin « Quartz » au XVIIIe s. Si la dernière appellation évoque plus particulièrement le pot de mesure à vin, la « carra » forézienne (Gonon, 1973, p. 14), les premières ne seraient-elles pas relatives aux carreaux, peut-être de terre cuite ? Si le site était un lieu de fabrication des métiers de l’argile, s’agissait-il de tuilerie ou de poterie ? L’ambiguïté demeure.

222Saint-Bonnet-le-Courreau semble obéir au même schéma. Anciennement appelé de Kadrellis - dès le XIe s. (Dufour, 1946, p. 852) ou Corellis, en 1253, puis « de quareauz » en 1280. « Coureaulx » en 1417 et régulièrement à partir du XVIIIe s., l’origine de son nom proviendrait-elle d’un artisanat tuilier ou de l’implantation de carreleurs ?

223On retrouve peut-être encore un indice au nord de Charlieu, dans la plaine de la Loire avec un Saint-Bonnet-de-Cray : on parlait en effet, au XVe s., de « cray de potier » pour qualifier l’argile. C’est le terme qu’utilise la traduction française de l’agronome Pierre de Crescens, lorsqu’est évoqué l’olivier qui

« heyt croye de potier et terre qui est huylleuse » (Crescens, Livre 1 c, p. LV).

224En revanche, les simples toponymes « Bonnet » sont rares et correspondent surtout à des maisons isolées sur le territoire des communes de Saint-Romain-la-Motte et Saint-Priest-la-Prugne ; il est bien difficile de leur supposer un rapport avec le métier de potier. Cependant, dans le cas du hameau « Les Bonnets », situé dans la commune de Saint-Marcel-de-Félines (Dufour, 1946, p. 87), la présomption est grande du fait du rapport étymologique avéré entre « Félines » et « Figulines » qui signifie argile - et argile façonnée - en ancien français. Une « Tuillière de Félines » existait d’ailleurs à proximité de Saint-Marcel-de-Félines (Bouiller, 1981, p. 37).

225Enfin, Saint-Georges-de-Baroille, en latin Barollia, important centre potier forézien au XVIIe s., outre sa dédicace à un saint qui fut aussi le patron du métier des tuiliers et couvreurs, doit peut-être son nom à la « baraille » ou vaisselle de terre ordinaire qui y était anciennement fabriquée (Theoleyre, Actorie, 1983, p. 15). On trouve en effet déjà mention de trois vases appelés barollia dans le testament d’un potier de Saint-Bonnet-les-Oules, en 1357 et, ailleurs, de vieux plats en « terre de Saint-Georges » (Gonon, 1967, p. 119, note 8).

Les ergotoponymes

226Outils de travail ou résidus de fabrication sont également à l’origine de plusieurs toponymes foréziens en rapport possible ou probable avec les artisanats céramiques. Les « La Teissonnière », nom de lieu dérivé du vocable « tesson » correspondent peut-être aux aires de rejet des fournées défectueuses des potiers ; le fait qu’un de ces toponymes soit présent justement dans la commune de Saint-Bonnet-les-Oules (Dufour, 1946, p. 970) et qu’une rivière « La Teyssonne » prenne sa source dans la commune de Saint-Bonnet-des-Quarts constitue un indice en ce sens. Il en va de même d’un « La Teissonnière », lieu détruit situé dans la commune de Luriecq ou de Mardo (ibid.), dont un terrier de 1501 précise la localisation

« juxta ites quo itur de Sancto Bonito apud Montembrisonem »,

227attestant la relation de cet écart avec Saint-Bonnet-les-Oules, dont l’activité potière est connue. La présence de ce type de nom de lieu à proximité immédiate d’un centre potier était déjà connue pour Sevrey, en Bourgogne par exemple (Renimel, 1974, p. 35, note 83). En outre, parmi les lieux-dits auvergnats portant le nom de « Teyssonnières » ou de « Les Teissonnières », l’un d’eux se rencontre à proximité d’un toponyme Félines (Dufour, 1946, p. 333), dont nous avons déjà souligné le rapport au métier de potier. Il en va de même en Forez.

228La prudence demeure cependant de mise lorsque le toponyme n’est pas en relation avec la proximité immédiate d’un autre nom de lieu révélateur des métiers de l’argile : en effet, la confusion est possible avec les lieux dénommés d’après leur fréquentation habituelle par les blaireaux - les « tayssons » en français médiéval.

229Rares et difficiles à interpréter sont les noms de lieux en relation avec les fours. Les « Fournel », « Fournache » (le terme médiéval correspondant à fournaise) ou « Fourneaux » sont suspects : il peut en effet s’agir de fours à chaux (ce qui ne serait pas un obstacle car fours à chaux et à poterie semblent avoir été parfois communs), ou encore de fourneaux à verre ou métallurgiques, voire de fours de boulangers ou banaux. Pour cette raison, nous n’avons retenu que le lieu-dit « Fourneau » hameau de la commune de Luriecq, parce qu’un chemin est localisé « tendens de Fornels versus Sanctum Bonitum » (Dufour, 1946, p. 366), d’après un document de 1420 et qu’un lieu-dit « La Teissonnière », déjà cité, en est proche.

230Plus fiables dans leur association aux métiers de l’argile sont les nombreux « Tuilière » ou « Tuilerie » et leurs antécédents « Thiollière ». On estime communément que les « La Tuilerie » sont des toponymes récents. Il s’agit parfois, en fait, de la traduction, au XIXe s., de toponymes plus anciens ; on ne doit donc pas les écarter sans examen : il s’agit de noms de lieux modernisés mais pas toujours modernes ; ainsi en témoigne une « La Tuilerie », maison isolée de la commune de Bouthéon, qui est repérée depuis 1314 au moins, sous la forme « La Tyoleri » (Dufour, 1946, p. 1 000). Proche, d’après Dufour, du lieu-dit « Milieu », lui-même en relation topographique avec un « Les Olieres » qui a donné son nom à l’actuel Saint-Bonnet-les-Oules, son rapport avec l’artisanat céramique médiéval semble assuré. Un « La Tuilerie », maison isolée de la commune de Bussy-Albieux, est connu depuis 1541. Il en va de même des lieux-dits « La Tuilerie » dans les communes de la Fouillouse et de Pommiers et « Les Tuileries » dans celle de Saint-Marcelin (ibid.).

231La modernisation du nom de lieu se justifiait et s’imposait peut-être le plus souvent en raison de la longue durée de vie de l’établissement artisanal : ainsi, le lieu d’extraction de l’argile ayant servi à la fabrication des tuiles et carreaux de l’église de Bonlieu, au XIVe s., était situé à la Bouteresse où une tuilerie existe encore aujourd’hui, de même que son lieu-dit (Gonon, 1955-1956, p. 34, note 14). Reste enfin à déterminer ce que recouvrait vraiment ce type de toponyme. Il semble, en effet, qu’en Forez on ait longtemps conservé l’acception médiévale de « pot de terre » ou d’argile en général pour le terme de « tuile » ; en parler local, à un « La tuilerie » daté de 1543 est parfois substitué, après le XVIIe s., un « La Poterie » : ainsi dans la commune de Poncins (Dufour, 1946, p. 1 000). Du reste, en français médiéval, « tuile » signifiait communément « argile cuite » et « faicte en vaisseaux » (B. L’Anglais, f° 223 v°). Il est par conséquent difficile de distinguer une poterie d’une tuilerie dans la toponymie.

232Parmi les noms de lieux signalant une tuilerie, les « Thiollière » et leurs dérivés méritent un examen attentif. Certains sont la modernisation, entre le XVIe et le XVIIIe s., de lieux-dits « La Tyoleri » médiévaux, ainsi dans la commune de Saint-Christô-en-Jarez (Dufour, 1946, p. 978).

233Ces noms de lieux peuvent être considérés comme de bons indicateurs de la présence d’un atelier ancien : ainsi, à Balbigny, un four à tuiles connu pour le milieu du XIVe s. est justement localisé sur le « territorium vocation La Tyolerie » (Bouiller, 1981, p. 16). Un « La tuilière », situé sur la rivière Aix, traversant les cantons de Saint-Justen-Chevalet et Saint-Germain-Laval, dans la commune de Saint-Georges-de-Baroille (Dufour, p. 979) connaît une situation privilégiée pour l’artisanat céramique : le bord de l’eau. Cette commune devient d’ailleurs, à partir du XVIIe s., le plus grand centre potier forézien. Enfin, un village « Thiollière » est localisé à la limite des communes de Saint-Jean-Bonnefonds et de Terrenoire, toponyme évocateur des épandages de cendres. Mais s’agit-il de celles occasionnées par les fournées des potiers ou des résidus de l’exploitation du charbon de terre ? Cependant, ce toponyme est connu depuis 1388 et le site est décrit comme village en 1538 (Dufour, 1946, p. 978). L’assimilation à cette industrie serait plus significative aux Temps Modernes, lorsque le charbon de terre fut employé pour alimenter les fours des potiers (A La Fortune du Pot, 1990, p. 121). Au demeurant, la combinaison d’un lieu d’extraction du charbon et de fabrication de pots ou de tuiles devait faire de tels sites des lieux de production particulièrement rentables et recherchés.

234Si les « La Poterie », « Les Pothiers » (« Poters » en 1334, « Potiers » en 1428, « Pottiers » au XVIIIe s. ) sont rares, ce phénomène s’explique par le fait que la terminologie médiévale, en Forez, connaissait plutôt les vocables d’oule et de tupin que celui de pot, et par conséquent, ceux de tupinier et d’oulier plutôt que de potier. Cependant, l’on sait - pour le début du XVIIIe s. - qu’un « village des Potiers » était effectivement habité par des potiers de terre (Bouiller, 1976, p. 4). On relèvera donc un « La Poterie » médiéval proche de Poncins - transformé en La Tuilerie à l’époque moderne, peut-être, mais pas nécessairement, à la suite d’un changement d’activité des artisans - un « Potier », hameau du Cergne (Gonon, 1973, p. 13) un « Poterie » dans la région de Charlieu, autre centre de production connu (Chopelin, 1969).

235Enfin, s’ajoutant à la toponymie, quelques documents écrits permettent de localiser d’autres centres de production ou d’en confirmer l’existence : une tuilerie est mentionnée en 1407 sur le chemin

« tendens de tegularia de Pomerii versus Sanctum Julianum. » (Bouiller, 1981, p. 28) :

236cette tuilerie a bel et bien donné naissance à un lieu-dit « La vieille thuilerie ». Des toponymes modernes peuvent donc témoigner de sites médiévaux.

237Ainsi, à en juger d’après la répartition de tels toponymes dérivés des tuileries, les régions de Pommiers, Saint-Just-en-Chevalet et Saint-Georges-de-Baroille sont dotées de poteries ou tuileries dès les XIVe et XVe s. au moins. Cependant, cette liste n’est pas limitative, seuls les centres importants pouvant être aisément détectés par l’étude des textes publiés et de la toponymie.

238Quant aux lieux d’extraction, ils ne semblent pas avoir laissé de trace dans la toponymie. Le « pratum meum vocatum de la Sableri » signalé dans le testament de Paule de Garda, bourgeoise fieffée de Montbrison, n’est plus localisable : ces micro-toponymes ont disparu à terme, peut-être parce qu’il s’agissait de sites à courte durée d’existence, déplacés après épuisement des gisements.

239Au bout du compte, on reconnaît à l’extrême dispersion des ergotoponymes, à leur position généralement isolée soit d’écarts, soit de hameaux, le caractère fondamental de l’artisanat céramique en Forez au Moyen Âge : un morcellement du métier, remarquable si on le compare à d’autres régions de France où, au contraire, le rassemblement en gros villages spécialisés était de règle. Mais, dans la plaine de la Loire surtout, un morcellement rarement situé dans le fond de vallée, toujours localisé à la rupture de pente, au contact avec la couverture forestière indispensable pour le combustible.

L’anthroponymie

240À l’examen de la toponymie peut aussi s’ajouter celui d’anthroponymes révélateurs pour les périodes auxquelles les patronymes ne se sont pas encore stabilisés pour désigner l’ensemble d’une lignée familiale. En Forez, au début du XIVe s., nombreux sont encore les patronymes fondés sur la profession de leur possesseur (Fondation Guichard, 1951, p. 150). Ils sont essentiellement repérables par le biais des testaments, où apparaissent, outre le testateur, les noms des témoins et le lieu de leur résidence. Les indices anthroponymiques viennent parfois corroborer les indices toponymiques : ainsi, en 1314, on compte parmi les témoins de M. Gaurand, de Montbrison, un « Jaquemet Aulognons de Curceu » (Fondation Guichard, 1951, p. 147-149). Or, il existe effectivement un lieu-dit « Ollaignons », dérivé du vocable olla, proche de Curcieu, localité d’où proviennent précisément les tuiliers chargés de la réfection de la toiture du donjon de Montbrison.

241En 1311, un Boniti Tayllifer (ibid., p. 146), habitant de Saint-Bonnet-le-Château, rappelle tout à la fois le phénomène de la dédicace au saint patron des potiers et une tuilerie, dite de Taillefer, connue encore au XIXe s., dans la commune d’Ambierle, village dont l’église est en outre ornée de vitraux honorant saint Bonnet, peut-être un don du corps de métier local. Sans que leur métier soit précisé dans le testament - ce qui lèverait tous les doutes - il faut envisager l’éventualité que les porteurs de ces patronymes soient potiers.

242Ainsi encore, un Bonier apparaît propriétaire d’un lieu limitrophe d’un lieu-dit « l’Oleri » (ibid., p. 283). Un Anthonius Boniti provient de Balbigny, où est repérée une tuilerie en 1357 (ibid., p. 62).

243Mais ils ne valent pas preuve : tous les Bonnet ne sont pas des potiers, surtout s’il ne s’agit que d’un prénom : ainsi Bonitus Baconis est prêtre à Saint-Romain, et le seul Bonet signalé dans les Comptes de la réparation du château de Montbrison n’est ni potier ni tuilier mais manœuvre spécialisé aidant cependant, outre à « tira la piera », à « chargie la terra » (Fournial et Gonon, 1967, p. 15, art. 48). Dans ce dernier cas, il n’est pas exclu que cet aide-maçon vienne d’un village voué au travail de l’argile : car, pour  »terrer«  une latrine du donjon, on utilise justement la terra grassa de bord de fleuve, également utilisée par les tuiliers foréziens. Ce dernier terme a-t-il inspiré des sobriquets révélateurs ? Ainsi le Bonet de Balbigny témoigne accompagné d’un Nicetus « Grassi ».

244Le métier de potier, d’oulier, suscite également quelques anthroponymes. A Saint-Germain-Laval, l’un des marchés aux tupins connus par les textes pour la région, un Et. « Olerii, l’Olers » est témoin d’une mourante en 1316. La concordance du nom et de l’activité garantissent la fiabilité de l’indice (Fondation Guichard, 1951, p. 299). Un P. Olerii est cité comme témoin en 1314, mais sans indice supplémentaire (ibid., p. 145). A Feurs, un « Gilbert Dru, dit tuppin » est vraisemblablement potier : non seulement parce que l’indication provient de son sobriquet, mais encore parce que son « domaine » se trouve « au midi de la poterie » (ibid., p. 32, note 4). Feurs est certainement à placer parmi les lieux de production céramique du Forez médiéval.

245D’autres anthroponymes sont d’interprétation moins sûre. Les ustensiles peuvent à l’occasion signaler l’artisanat. Johannes « Gerllerii » fabriquait-il des gerles, ou cuves ? Mais elles étaient peut-être en bois. Plus sûr, en revanche, est le « Jacquemet Aulognons de Curceu » qui témoigne, à Montbrison, en 1314. Les tuiliers du donjon de Montbrison, nous l’avons vu, proviennent de Curcieu et « Aulognons » est un dérivé d’olla.

246Mais plus fiables sont les anthroponymes relatifs au métier de tuilier. Ainsi, un Michel Tyoler, originaire de Montbrison, est chargé de fournir au château de la ville les « chandars sive carrons » de terre cuite destinés à édifier une cheminée et à paver le grenier du cellier comtal (Fournial et Gonon, 1967). Un autre Tiolier habite Champdieu, où vit également un  »Boniti« . C’est un Dur. Tyolier qui est le maître tuilier, « magister tioler », responsable de la fabrication et de la pose des tuiles de l’église de Bonlieu, près de la Bouteresse (Gonon, 1955-56, p. 36, et note 56). Un André Tioler est ainsi signalé, en 1314, comme possesseur d’un « calfurnum » - un four de tuilier et/ou un four à chaux. Les associations de noms sont un indice supplémentaire : au testament de Jeannin Chalmo (Chalmeau, près de Saint-Bonnet-le-Château) sont conjointement cités trois témoins porteurs du même patronyme : T., E., et Garita de la Tyoleri. On devait venir en famille ou en corps constitué assister aux derniers moments d’un mourant. Le phénomène est encore plus net dans le cas du testament d’une habitante d’Arthun. Ses trois témoins, originaires semble-t-il du même lieu, se dénommaient respectivement G. de Furno, J. de Charlieu et - témoin absent - P. Teysserii (Fondation Guichard, 1951, p. 114). Le premier patronyme est susceptible de se référer au four, le second signale un grand centre potier au nord de la Loire (Chopelin, 1969, p. 22) d’où était peut-être originaire le porteur de ce nom, le dernier évoque le tesson ou la tessonnière du dépotoir d’un atelier. Même si de tels indices demeurent pure hypothèse, ils sont parfois les seules possibilités que nous ayons de localiser les lieux de productions, et il semble licite de les prendre en considération à un moment où les patronymes ne sont pas encore fixés, d’autant que l’association avec la profession effectivement exercée est valide dans le cas d’autres métiers du feu : en Forez, les Faber sont encore forgerons à cette même période (Fondation Guichard, 1951, p. 150).

Tableau- Ateliers céramiques attestés et supposés en Forez au Moyen Âge

Tableau- Ateliers céramiques attestés et supposés en Forez au Moyen Âge

D’après les sources écrites

247Ainsi, de manière marginale et comme involontaire, les testaments signalent des noms indicatifs de la profession de potier ou tuilier ; ponctuels et fugaces, ces renseignements n’en sont pas moins appréciables lorsqu’on ne dispose d’aucun autre indice exploitable pour localiser les ateliers. Joints aux rares indications désignant nommément un potier ou localisant précisément une tuilerie, les indices fournis par la toponymie et l’anthroponymie paraissent aptes à esquisser le  »paysage minimal«  de l’artisanat céramique dans le Forez de la fin du Moyen-Âge.

248Enfin, parmi les mentions fiables des sources écrites, deux potiers sont signalés comme habitant l’un à Saint-Bonnet-les-Oules en 1357, l’autre à Pommiers en 1375 (Gonon, 1961, Arch. Dep. Β. 1866, 16 et 1862, 171) et deux tuileries sont indiquées comme implantées à Pouilly-les-Feurs en 1375 et à Balbigny, en 1357. Une troisième devait fonctionner à la Fouillouse, dans la commune de l’Etrat (déjà mentionnée pour son toponyme  »Les Ollières«  et ses gisements d’argile), si l’on en croit les mémoriaux de la Chambre des comptes du Forez entre 1349 et 1356 (Fournial, 1964, p. 228, art. 510 et 511). C’est de là, en effet, que proviennent les tuiles de la maison forte et comtale de Teillères. On retrouve donc au moins deux des lieux qu’évoquaient toponymie et anthroponymie.

Les réseaux commerciaux

249C’est dans ce contexte général qu’il nous faut chercher à situer les céramiques domestiques et architecturales du château d’Essertines. Le marché le plus proche - 8 km du site - est sans conteste Montbrison, approvisionné par Saint-Bonnet-les-Oules sur le plan régional, par l’Auvergne et Lyon pour les productions extérieures. La probabilité que ces sites constituent la source d’approvisionnement en pots de terre des habitants d’Essertines est forte. La proximité immédiate du plus grand marché de la région, bi-hebdomadaire de surcroît, est un argument en faveur de ce choix. Quant aux tuileries, la plupart de celles recensées dans les textes sont sans doute trop éloignées du château pour avoir donné lieu à un commerce les reliant à Essertines : Pouilly-les-Feurs est situé à 50 km du site, et les tuileries de la région de Pommiers et de Saint-Just-en-Chevalet sont localisées à plus de 40 km de distance. En revanche, celle de Curtieux était aisément accessible : 5 km seulement séparaient cet atelier du château d’Essertines. Les villages placés sous la dédicace de saint Bonnet, via le marché de Montbrison, pour les poteries ordinaires à pâte grise, les sites les plus proches des Monts du Lyonnais pour les productions glaçurées, Curtieux pour les carreaux et pour les tuiles, sont à notre sens les centres de production où les habitants d’Essertines auraient eu la plus grande facilité à se fournir en matériaux céramiques. Une prospection effectuée en priorité sur ces sites permettra peut-être un jour de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

250Pour les produits moins ordinaires, l’achat des poteries pouvait s’effectuer communément sur les marchés, dans les villes foréziennes. A Montbrison, une « tupinerie », marché aux pots de terre, s’y tient, comme à Feurs, en pleine rue « in carreria tupinerie » (Fournial, 1967, p. 161). A Saint-Galmier, où exerce également un carreleur en 1394 (ibid, p. 645), les potiers de terre paient un droit de « terrage », redevance, en nature, d’un pot de terre en échange du droit d’étal de leurs produits, preuve de l’existence d’un centre de diffusion (ibid., p. 165). Des marchés aux tupins existaient également à Saint-Haon-le-Chatel, Sury-le-Comtal, Saint-Germain-Laval et Feurs, susceptibles de distribuer aussi bien les produits céramiques locaux que les productions plus lointaines. On achetait des trompettes de terre, à Lyon. Les courants commerciaux connus pour ces marchés indiquent les grandes directions du trafic des denrées, vers la Bourgogne, l’Auvergne, le Lyonnais, le Velay et la vallée du Rhône surtout (Fournial, 1967). Le transit s’effectuait, pour les céramiques, par chars traversant la région d’Essertines, du Lyonnais vers l’Auvergne, et notamment à proximité immédiate du site puisque « un char chargé de posts », dans les années 1400, passait par le péage de Châteauneuf, sur la route de Lyon au Puy, à environ 10 km d’Essertines (ibid., p. 351, note 89).

251Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, de repérer des provenances extérieures au Forez dans le mobilier céramique de la zone castrale, notamment pour les formes rares ou coûteuses réservées au milieu seigneurial et habituellement révélées par les fouilles des bâtiments de type castral. Ainsi, les trompes à flammules rouges et les trompes à glaçure stannifère bleue se retrouvent respectivement en Bourgogne et en Indre-et-Loire, dans les fouilles des mottes des châteaux de Suin et de Blanzy, à Savigny, et à Moulins-sur-Céphons, autre motte féodale. Sans connaître pour autant leur lieu de fabrication, c’est l’esquisse d’un réseau de distribution à longue distance pour des produits très spécifiques de l’artisanat céramique qui est ici tracée.

252Ainsi, outre les décors floraux des pichets de la zone castrale, des tessons de pichet à décor pastillé appliqué, identiques à ceux découverts dans les fouilles du château des Tours, à Anse (A La Fortune du Pot, 1990, p. 79, 80, 81 et pl. 1), sont apparus dans les couches médiévales de la barbacane qui défend la porte d’accès au castrum d’Essertines. Un fragment de pichet à décor en feuille de laurier, analogue à ceux retrouvés dans les fouilles de Dracy pour les années 1360-1370, a été relevé dans une couche de remblai d’une maison de la zone villageoise, à l’aplomb du château. Un couvercle estampé d’une étoile de David, retrouvé sous le dallage du XVe s. d’une maison du village, se rattache aux productions du Midi-Pyrénées. Un tesson découvert dans la zone villageoise porte un décor estampé complexe analogue à l’un de ceux observés à Rougiers (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 311, pl. 269 n° 6). Si dans les premiers cas, selon E. Boucharlat, de telles céramiques ont vraisemblablement été fabriquées dans toutes les régions, et ne révèleraient donc rien sur les réseaux de distribution, en revanche il n’en va pas de même des dernières, strictement circonscrites sur le plan géographique. On a récemment retrouvé à Toulouse, dans un contexte daté du XIVe s., de tels couvercles (Archéologie et Vie Quotidienne, 1990, p. 169, notice 215). Ainsi Bourgogne, Lyonnais, et plus sûrement sud de la Fance, semblent avoir été les seuls lieux d’importations détectables sur le site d’Essertines. Mais le très faible pourcentage de tessons témoignant de productions manifestement étrangères au Forez ne peut que souligner, par contraste, le ravitaillement purement régional, voire local, en ce qui concerne sans doute la quasi totalité de la vaisselle commune. Le caractère majoritaire de la production des céramiques à pâte grise (type C) le laissait déjà penser. La découverte sur le site, pour le début du XVIe s., d’une forte proportion de ratés de cuisson pourtant utilisés par les habitants du village (les tessons portent tous des traces d’usage), atteste finalement qu’on achetait les pots à cuire et la vaisselle de table courante, à proximité immédiate du lieu de l’habitat. Le transport à longue ou à moyenne distance de poteries défectueuses semble en effet improbable : le prix du transport aurait excédé celui des marchandises. Le Forez paraît donc avoir connu la même évolution que Lyon ou le Lyonnais, au XIVe comme encore au XVIe s., où aucune preuve n’existe d’un approvisionnement ordinaire à longue distance : ni grès du Beauvaisis, ni céramiques méditerranéennes ne figurent en effet dans les fouilles lyonnaises (A La Fortune du Pot, 1990, p. 69 et 88). Seules, à Essertines, les céramiques les plus décorées, pichets fleuris, inconnus à Lyon, trompe flammulée ou, dans le village, couvercle à l’étoile, ont sans doute échappé à cette règle.

Techniques de fabrication

Les outils

253Il nous faut à présent aborder l’étude des techniques de fabrication des céramiques du château d’Essertines. Il peut sembler abusif d’analyser, à partir d’un site secondaire, d’un lieu de consommation, l’artisanat potier d’une région. Cependant, en l’absence de toute fouille d’atelier ou de four, et compte-tenu du fait que, dans leur majorité, les productions semblent seulement locales, il n’existe pas d’autres moyens pour tenter de connaître les méthodes de cuisson ou les gestes du tournage des potiers foréziens.

254Les documents écrits, étudiés par Marguerite Gonon, sont de peu de secours. Ils ne signalent que deux potiers, léguant à leurs fils les outils du métier. L’inventaire, concis, est insuffisant pour cerner la totalité de Γ outillage. L’un d’eux lègue un chargement de pots,  »cocte vel non cocte« , cuits ou en cours de séchage (fig. 86). L’autre lègue une roue et un bâton à battre l’argile  »bateuri sive baculum ad batendum terram ad faciendum ollas« (Gonon, 1961, Arch. Dep., Β 1862, 171). Cette mention permet peut-être aussi d’identifier la méthode de tournage : l’opération s’effectuait à l’aide d’un tour en forme de roue de charrette. La roue était soit mue à l’aide d’un bâton, ustensile indispensable pour lancer et entretenir la rotation soit couplée à un disque de bois, au niveau du sol, disque entraîné au pied comme on le voit sur un bréviaire clunisien du XIIIe s. conservé à la mairie de Saint-Maurice-sur-Rhins, dans la Loire. Cette mention ne permet donc pas de restituer exactement le type forézien de tour de potier employé : ce dernier est en effet représenté, dans l’iconographie française du XIIIe au XVe s., sous deux variantes. La roue tourne soit au ras du sol, soit à hauteur de la taille du potier assis. Le bâton est d’autant plus long que le tour est en position basse. Dans les deux cas, la roue présente un profil tronconique et elle est fixée au sol par un axe de bois vertical terminé par une girelle épaisse mais de faible diamètre, ce qui interdit le tournage de formes très larges.

86 - Un potier à son tour au XIIIe siècle

86 - Un potier à son tour au XIIIe siècle

Bible Moralisée, Paris, vers 1245 (détail)

Bibl. Nat., Paris, ms. latin 11560 f° 174

255On peut douter que ces deux objets aient constitué l’ensemble des outils du potier forézien. Le notaire, sans doute, n’a cité que les pièces maîtresses du métier, sans forcément remarquer ni rechercher les tout petits outils - surtout s’ils n’étaient fabriqués qu’en matériaux organiques, par exemple le bois, le parchemin, la corde ; peut-être même n’en soupçonnait-il pas le rôle, à moins que leur valeur, négligeable voire nulle, n’eût rendu inutile leur recensement en vue de l’héritage.

256Ces petits outils, l’observation des tessons en révèle pourtant l’existence ; en effet, les potiers foréziens ne poussaient pas la finition jusqu’à masquer les étapes de la fabrication.

257Les premiers outils du potier sont ses doigts : bandes appliquées à impressions au pouce (types A, Β et C), profondes empreintes digitales qui témoignent du collage des anses à la panse (types Β et C) ou du raccord des calottes lenticulaires du fond avec la panse (types A et C), pressions des doigts pour obtenir les reliefs alternativement creux et bombés des anses tournées (type C), pincement des becs verseurs (type A), et enfin décor estampé à l’ongle (fig. 87) (type C, u.s. 1189), voire lissage partiel de la surface externe (type A.a, u.s. 904), qui a laissé des traces divergentes.

87 - Décor à l’ongle, éch. 1/1

87 - Décor à l’ongle, éch. 1/1

258Mais finitions et décors, même sommaires, nécessitent d’autres outils que les mains : il s’agissait, semble-t-il, de petits objets faits de végétaux, tels des grains de blé, de bois, voire de métal.

259Le lissage, rare, semble avoir parfois été effectué suivant deux techniques. La première s’opérait à l’aide d’un bouchon d’herbe, qui devait jouer le rôle actuellement tenu par l’éponge. Elle a laissé des fragments végétaux incrustés dans l’argile encore molle : on les retrouve, en négatif, comme fossilisés après cuisson (type C). Ces traces d’herbes sont toutes orientées dans le même sens, celui des stries de tournage. Il ne s’agit donc pas d’un dégraissant végétal - aucune empreinte d’herbe en profondeur dans les cassures des tessons n’a été observée - ni de vestiges d’un lit d’herbe ou de paille sur lequel le potier aurait mis les pots à sécher : les traces ne sont pas localisées exclusivement sur les fonds, ni même sur les parois externes. Un fragment du type A présente notamment une empreinte d’herbe visible juste au-dessous de la couche de glaçure écaillée, sous la lèvre. Le lissage est donc l’interprétation la plus plausible.

260Le potier lissait également les pots à l’aide de languettes plates (de bois ?) qui ont laissé l’empreinte de leurs stries parallèles, parfois assez nettement pour qu’on puisse mesurer leur largeur : 3 à 4 mm, sur 1 mm de profondeur (type C, u. s. 902). Le lissage de la panse s’effectuait, avec des reprises, dans plusieurs directions, par petits mouvements soit horizontaux, soit en biais dans l’intérieur du pot (type C). Cette technique correspond aux phases tardives de l’occupation de la cour. C’est à l’aide des mêmes languettes utilisées de profil, ou d’un couteau de bois, que l’on pouvait lisser les bandes aplaties non décorées (type C), tracer des stries parallèles à ces bandes (type C), ou inciser des stries parallèles à vocation décorative sur l’épaulement des vases. L’épaisseur de la languette, du couteau (voire de la pointe d’un tournassin) mesurait dans ce cas 1 mm.

261Outils de bois, encore, l’usage de bâtonnets à section circulaire est identifiable dans la confection de certaines bandes appliquées à reliefs semi-pyramidaux des types A et C : l’intervalle entre chacun formant un creux au profil arrondi régulier (fig. 88). Outils de bois toujours, les molettes qui ont permis l’estampage des décors en creux (types Β et C) dont on distingue le motif de triangles alternés et le bord inférieur de l’outil, le potier, inclinant trop fortement la molette vers le bas, l’ayant laissé s’imprimer en même temps que le décor. A la maladresse de ces impressions, on serait tenté d’imputer l’utilisation de rondelles tenues à la main et non emmanchées comme il est d’usage aujourd’hui.

88 - Un petit outil du potier : le bâtonnet, éch. 1/1

88 - Un petit outil du potier : le bâtonnet, éch. 1/1

262Outils de bois, sans doute, les peignes à quatre dents pour les décors peignés (types A et B.a, u.s. 902), les tournassins, les gabarits qui semblent avoir été utilisés pour calibrer les lèvres des types A et C, dont les proportions sont toujours identiques ou à peu près. Ces mêmes outils ont permis aux potiers de souligner l’inflexion extérieure entre la panse et le fond des pots à calotte lenticulaire (type C). Un fragment de fond présente notamment une carène visible du dehors, sans qu’il y ait d’inflexion marquée du côté interne. Leur emploi a enfin permis d’affiner l’arête de la base extérieure d’un fond plat (type B), par raclage en biseau de la base, sur deux registres.

263Outils de métal peut-être, en revanche, le poinçon pointu qui a servi à détacher un pichet de la girelle du tour (type A), la lame fine d’un couteau qui a servi à marquer, parallèlement à une bande appliquée, une strie et à scander une autre bande appliquée (type C) de très fines incisions verticales.

264Un tour, un bâton, doigts et ongles, un bouchon d’herbe, un bâtonnet, une languette ou un couteau de bois, une molette grossièrement sculptée et peut-être démunie de manche, un peigne et des tournassins de bois ou de métal, la lame d’un couteau et un poinçon, telle est la liste des modestes outils qui suffirent aux potiers foréziens pour monter et décorer les pots. Encore ne sont-ils pas possédés par chacun : les traces d’objets d’apparence métallique ne sont en effet observables que sur les poteries du type A. Les potiers fabricants des pots gris à pâte hétérogène se suffisaient d’un outillage en bois. Ces outils pouvaient être fabriqués par le potier lui-même, tandis que ceux de métal ne sont pas spécifiques du métier de potier.

265Au-delà des traces d’outils, nombreuses, chaque tesson apporte de surcroît le témoignage du niveau technique des potiers, de leurs méthodes de fabrication, voire de l’organisation du travail. L’examen des cassures, des surfaces, des colorations, permet donc également d’appréhender le tournage, le revêtement des pots, et le mode de cuisson.

Tournage et finitions

266La préparation de l’argile n’a pas laissé de trace visible sur les tessons récoltés sur le site. On ne peut que noter l’absence de bulles d’air qui auraient indiqué un malaxage défectueux de la pâte. Si le dégraissant quartzeux semble mal calibré avec ses gros grains qui traversent presque les parois des pots, c’est un fait volontaire : les pots acquièrent ainsi une meilleure résistance au feu ; l’hétérogénéité, l’aspect grossier des récipients, correspondent seulement à une bonne adaptation à leur fonction de pot à cuire.

267Le tournage est généralisé pour l’ensemble des poteries globulaires des types A et C, tournage marqué par l’ondulation régulière et fluide des parois. Les anses sont également tournées, découpées dans un cylindre d’argile avant que les bords n’en soient arrondis par repli sur la face interne. Le fond est, à la fin du Moyen-Age, plat et par conséquent tourné. Mais certains pots à fond lenticulaire ou quasi plats posent un problème. Des traces de doigts prouvent en effet un modelage ou un remodelage du fond, du côté interne comme du côté externe (u.s. 1265), avec l’empreinte d’un doigt en creux dans la paroi (u.s. 1197), ou un fond modelé avec une marque d’enfoncement des doigts dans la paroi intérieure (u.s. 1254 également). Plus encore, les cassures au niveau de l’inflexion entre la panse et le fond montrent parfois, en profil, la superposition de deux couches d’argile (fig. 89), l’une provenant de la paroi de la panse, et l’autre correspondant à la calotte du fond (type C, u.s. 2000 ; type B, u.s. 1265). Il y a donc là une utilisation simultanée de deux techniques, tournage et modelage. Mais le phénomène est rarement observable.

89 - Ajustement du fond à la panse : un exemple rare

89 - Ajustement du fond à la panse : un exemple rare

268Le type Β présente deux formes qui ont échappé au tournage. Les plus grands vases à stocker, difficiles à tourner sur un tour lancé au bâton, ont dû résulter eux aussi du mélange des deux techniques. Leurs tessons, de grand module, donnent l’impression d’un montage en colombins aplatis au fur et à mesure de l’élévation du vase, avec une finition au tour pour régulariser les parois. Mais ces tessons ne correspondent qu’aux phases tardives de la cour : le problème ne se posait donc pas aux potiers médiévaux.

269Si les traces d’outils observables sur les tessons concernent souvent le tournassage ou le lissage, voire les décors, ce souci de finition est cependant loin d’être généralisé et nombreux sont les fragments qui attestent le peu d’intérêt du potier pour cette phase du travail. Ceci n’est d’ailleurs pas un signe de négligence mais plutôt l’adéquation d’un mode de travail rapide à la fonction purement utilitaire de pots non destinés à être admirés, ceux de la cuisine. Le type C surtout correspond à cette définition. On y remarque, plus qu’ailleurs, cette absence de toute finition. Ainsi, on observe parfois sur la surface extérieure des pots gris de petites croûtes de terre qui ont cuit avec le pot, formant des irrégularités sur la paroi (type C, u.s. 1195). Ces parcelles d’argile, peut-être tombées des mains glaiseuses du potier après le façonnage, ne représentaient cependant qu’une imperfection mineure. En outre, l’application des bandes lisses qui barrent verticalement les pots est le plus souvent bâclée. Etalées plus qu’appliquées, ces bandes se délitent aisément (type C, u.s. 1194 ou 1265) et sont parfois retrouvées par la fouille séparées de leur support tandis que leur absence laisse une trace plus claire sur la paroi des pots. Non digitées, en effet, elles adhéraient moins bien au vase.

270Le type A souffre des mêmes imperfections. Les finitions sont négligées sur les faces internes, voire externes : une anse, jugée peu solidement collée à la panse d’un pot, est renforcée par des pastilles de terre aplaties (type A, u.s. 1191). Une base de pichet décoré, relevant donc de la vaisselle de table, présente un bourrelet de terre inégal, débordant sur l’extérieur (type A, u.s. 1256).

271Ce bourrelet n’a pas même été enlevé ou égalisé : il semble que le tournassage n’ait pas été d’usage chez les potiers foréziens dans la majorité des cas. De même, la face externe d’une lèvre présente une petite excroissance de terre, tombée des doigts du potier au séchage ( ?) puis cuite avec le pot et fixée sous la couche de glaçure : aucune reprise des défauts mineurs à la suite du tournage n’était donc effectuée (u.s. 1193). Une lèvre de pichet, fissurée au séchage, a été réparée avant cuisson (u.s. 1171) : mais il s’agissait d’un accident majeur, qui riquait d’entraîner le bris du pot et en excluait légalement la vente, du moins dans les régions où le métier était organisé. Ainsi, en 1300, à Paris, il était interdit par l’addition aux règlements d’Etienne Boileau d’« embouser (coller) pos ne recuire pos que de tel façon come i sont fais, car l’embousement est fait d’oes (œuf) et de chaus » (Gay et Stein, 1887-1928. p. 409). A Essertines, dans une région où les potiers n’ont pas été, au Moyen-Âge, rassemblés en corporation, la pratique n’était pas interdite. Du reste, elle était efficace : si la trace est restée, la réparation a cependant tenu. Mais il faut souligner qu’il s’agit là d’un spécimen unique de ce type de réparation. Le faible prix des pots de terre ne rendait vraisemblablement pas utile ce genre de pratiques. Aucune réparation par agrafage n’est non plus visible dans le mobilier céramique du château d’Essertines.

272Globalement, les céramiques d’Essertines témoignent donc d’un travail efficace et solide mais rapide et réduit à sa plus simple expression sur le plan esthétique. Il faut pourtant un bon niveau technique pour obtenir des glaçures solides, qui ne se désolidarisent pas de la surface des pots. Celles d’Essertines le sont : six siècles après, pas le moindre fendillement, pas d’écaillage - à l’exception, et parfois seulement - des zones glaçurées sur engobe blanc où le potier a mal dominé sa technique en raison de la différence de retrait, à la cuisson, de deux terres de composition et de nature différentes. Cette qualité du glaçurage doit être soulignée : dès le XVIe s., en effet, sur le site, les glaçures se décollent parfois de la paroi.

273Les glaçures semblent toutes à base plombifère. Elles sont incolores, tirant pourtant sur le jaune, et prennent sur la pâte rougie en atmosphère oxydante finale une coloration orange qui vire souvent au verdâtre : ceci témoigne d’un mauvais contrôle de la température et du type d’atmosphère dans le four en fin de cuisson. Devenue momentanément et accidentellement réductrice, l’atmosphère de cuisson grise la surface des pots.

Les glaçures et l’approvisionnement en oxydes métalliques

274Roannais et Forez sont des régions riches en gisements métallifères. Il y a du manganèse en Roannais, du cuivre à Gumières et Bellegarde, de l’antimoine à Valfleury et près de Sainte-Colombe.

275En outre, le plomb est aisément disponible dans les montagnes du Forez. Bien que les documents soient quasi muets sur la question, l’exploitation de sites plombifères remonte au XIIIe s. Les mines de plomb de Saint-Just-en-Chevalet sont exploitées dès 1286 (Fournial, 1967, p. 430). Mais le plomb est accessible aux potiers régionaux antérieurement à cette date : dès 1266, il apparaît soumis au péage dans la charte de la ville de Saint-Galmier (Fournial. 1967, p. 181). Une exploitation métallurgique ponctuelle est suggérée par la microtoponymie dès les années 1350. Un lieu-dit « La Mineri » est par exemple signalé sur les terriers de Saint-Germain-Laval entre 1351 et 1388. Là, du plomb argentifère y est plus systématiquement exploité dès 1392, période d’essor de l’industrie métallurgique en Forez (ibid., p. 432 et 430). Au XVe s, les exploitations sont nombreuses : ce sont les mines de Jacques Coeur, mines de plomb et, dans le cas de celles de Le Vernay, de cuivre (Mollat, 1962, p. 251). Ce sont encore les mines de plomb de Joz, en Beaujolais (ibid., p. 349 et 273) et de la Montagne du Jour (ibid., p. 239). Le cuivre est donc rare dans la région avant le début du XVe s. Mais on le trouvait sur les frontières du Forez et en Lyonnais.

276Cependant, à la même date comme près d’un siècle plus tard, il n’apparaît pas dans les comptes de péages de la ville de Montbrison, le lieu de marché le plus proche du site d’Essertines. Si la production régionale consommée à Essertines était strictement locale, ces difficultés d’approvisionnement en plomb expliqueraient pourquoi la grande majorité du mobilier n’était pas glaçurée ou glaçurée à l’économie seulement, au fond et sur la lèvre.

277En revanche, dès 1390, le plomb parvient à Montbrison en grosses quantités, en provenance de la mine de Bussy, récemment ouverte. De fait, la glaçure semble se diffuser surtout au XVe s. Ce métal est exploité, au Moyen Âge final, dans les Monts du Lyonnais, à Saint-Pierre-la-Palud, Saint-Bel, Chessy, et Pampailly, dans la Montagne du Jour. Pourtant, malgré une proximité géographique relative qui rendait certainement le minerai accessible aux potiers, la glaçure demeure marginale jusqu’au milieu du XVe s. De surcroît, elle reste employée à l’économie : pour le type A.b, seuls les endroits stratégiques en sont pourvus. A l’opposé, seuls de rares tessons, appartenant au type A.a, présentent l’apparence de pots plus complètement recouverts de glaçure. Sa technique d’application, différente également - la limite de la surface glaçurée étant régulière et horizontale, on pense au badigeonnage ou au pinceau (type A.b, u.s. 04) - laisse entrevoir un centre de production différent, peut-être extérieur à la région. La raison de ce peu d’usage de la glaçure réside peut-être dans le prix du plomb, cher encore au XIVe s. (Fournial, 1967). Il a fallu attendre de meilleurs rendements et la baisse des prix pour que la glaçure puisse se généraliser. Enfin, l’intérêt pour le plomb en Forez est tardif : c’est surtout à partir des années 1380-1390 que des documents écrits en témoignent. La mine de Bussy n’est explorée qu’en 1390, celle de Cezay est concédée en 1395, celle de la Tronche, dans la châtellenie de Virigneux, ne l’étant qu’en 1400. Il apparaît que l’étude céramologique confirme ce début très tardif de l’utilisation du plomb, par l’observation de la présence et de la qualité de l’emploi des glaçures qui, de partielles et très localisées ou décoratives seulement, deviennent enfin couvrantes.

278Peut-on tirer, de ces informations d’histoire économique, des indices pour la datation du mobilier céramique du château d’Essertines ? Il n’est pas exclu que l’artisanat potier local n’ait évolué en fonction de l’exploitation minière régionale. Ainsi, les phases stratigraphiques n’ayant livré aucun tesson glaçuré correspondent-elles aux périodes antérieures à l’exploitation du plomb en Forez, c’est-à-dire le XIIIe s. ? Les premières glaçures, celles des pichets par exemple, seraient-elles postérieures à l’ouverture des mines ? Elles dateraient alors des années 1280. Mais il est délicat de rattacher des informations textuelles à des phénomènes archéologiques. Tout comme le rôle de l’anthroponymie dans la détermination des lieux d’exploitation, celui de la datation par l’évolution des techniques et des moyens de production demeure simple hypothèse de travail.

279Les glaçures observables sur le mobilier céramique d’Essertines ne sont pas toutes d’égale qualité. Contrairement aux céramiques du type A.a, poteries fines qui ne sont pas nécessairement fabriquées dans la région, aux glaçures fluides, nappées en couches d’égale épaisseur et d’une parfaite régularité, celles du type A.b présentent une glaçure épaisse, solide mais inégalement répartie, et parsemée de multiples et petits cratères. Ceux-ci caractérisent la technique d’aspersion de grenaille de plomb sur la surface des pots, préalablement enduite d’une colle végétale ou animale disparaissant à la cuisson.

280Les glaçures au plomb justifient le mode de cuisson, toujours oxydant pour les pots du type A. Elles exigent en effet une atmosphère oxydante finale pour être de belle venue et de couleur orange à rouge. C’est là un changement majeur par rapport à l’unique production antérieure, toujours en usage pourtant au XVe s., celle que recouvre le type C. Ce changement est autant esthétique que technique. Il ne représente pourtant pas une rupture avant le XIVe s., le type C demeurant majoritaire jusqu’à la fin du XVe s. Il n’atteint donc que la vaisselle de table.

281Un autre changement, bien que mineur sur le strict plan quantitatif, consiste en l’usage d’un autre minerai colorant que le plomb dans la glaçure. Des pichets à décor engobé blanc parsemé de projections vertes semblent attester l’emploi d’oxyde de cuivre dans le processus de coloration des glaçures.

282Ce phénomène est rare, sans doute parce que le cuivre est rare dans la région avant le début du XVe s. : l’on peut douter que les potiers locaux aient eu jusque là la possibilité d’en acquérir couramment : le cuivre n’apparaît pas dans les transactions, péages ni sur les marchés foréziens. Même au XVe s., les prix élevés, ainsi que les habitudes, ont fait que les potiers ne semblent pas avoir suivi les progrès de l’exploitation minière. La fouille du château d’Essertines prouve que le cuivre est d’abord utilisé en très faibles quantités, comme décor, pour colorer de petites appliques d’engobe blanche. Au contraire du plomb, l’emploi du cuivre ne semble se généraliser, en Forez, qu’au début du XVIIe s., utilisé comme colorant d’une glaçure couvrante. Ce phénomène coïncide avec l’évolution observée sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes où naît alors la mode du « service vert » à glaçure couvrante (A la Fortune du Pot, 1990, p. 115).

283Enfin, la glaçure livre des renseignements sur les méthodes d’empilement dans le four. Nous n’insisterons pas, car ce domaine est le moins fiable de ce que l’observation des tessons peut livrer. Sur les tessons de la zone castrale, le seul indice consiste en la présence de microscopiques taches de glaçure visibles sur la paroi externe d’une cruche à cabochons ne comportant par ailleurs aucune trace de glaçure. Ceci semble indiquer que les potiers cuisaient, à la fois, des pots glaçurés et des pots non glaçurés.

Les décors

284Le dernier point à soulever est celui de l’inspiration des potiers foréziens. Aucun motif anthropomorphe ou zoomorphe n’est employé : cela tient à l’absence de décors peints ou modelés, les potiers régionaux ne semblant pas formés à la technique du dessin au pinceau. Les seuls motifs décoratifs étant en relief ou en creux, la contrainte technique - celle du matériau - limite les possibiliés de décor à un éventail très restreint.

285Les bandes digitées ne caractérisent pas la fin du Moyen Âge ni même la région. Il s’agit là d’un geste ancien, à mi-chemin entre l’utilitaire et le décoratif. De telles bandes renforcent peut-être la paroi du pot, empêchent plus sûrement les mains de glisser lorsqu’on le soulevait surtout s’il était pris, chaud, à travers les pans d’un linge ou d’un tablier, comme le montre l’iconographie contemporaine.

286Le partage du corpus décoratif avec d’autres corps de métier est une donnée moins connue mais pourtant bien représentée sur les céramiques d’Essertines. Le motif de fleur à cinq pétales, un thème connu pour des productions céramiques plus au nord de la Loire (Paris, Rouen) aux XIIIe et XIVe s. est aussi l’un de ceux de l’orfèvrerie (fig. 90). Il témoigne d’un phénomène classique d’influence exercée sur les arts céramiques par les arts du métal. Les décors de chevrons - motif textile à l’origine - apparaissent également sur des colonettes de pierre dès le XIIe s. (fig. 91). Il en va de même des décors estampés constitués de petits carrés alignés, ainsi que des décors losangiques (fig. 92) (Willesme, 1979, p. 237, n°166, n°94, 95 a, 95 b. pl. XXII 1 et 2, p. 112).

287Les motifs à profil en dents de scie, estampés sur des bandes appliquées par le passage d’une molette dentée, se retrouvent à l’identique dans la sculpture, de même que les décors dits « en taille de diamant », présents sur le matériau lithique dès la fin du XIIe s. Ce partage du corpus décoratif avec d’autres techniques replace la céramique, art mineur, dans les grands courants artistiques des temps médiévaux. Mais il ne permet pas d’attribuer une originalité propre aux productions céramiques du Forez médiéval. Aucune autre recherche technique ni esthétique, en effet, ne ressort de l’examen de ces produits solides et sans apprêt, peu caractéristiques, et ne pouvant servir, contrairement aux céramiques très décorées du nord de la France ou des régions méditerranéennes, à l’établissement d’une datation fine et précise.

90 –

90 –

a) Clou de ceinture en argent, 1325. Fouilles de la Bastide de Gironville
b) id. et son rivet
c) fleurette de pichet. Essertines, zone castrale
d) fleurette de pichet. Essertines, zone villageoise

91 - Décor de pichet : les chevrons

91 - Décor de pichet : les chevrons

92 - Décor losangique estampé

92 - Décor losangique estampé

L’organisation des métiers de l’argile

Les potiers

288Certains indices permettent enfin d’entrevoir quelques aspects de l’organisation du travail des métiers de l’argile. Les techniques simples, l’absence totale de décors peints et presque totale de glaçures, orientent l’interprétation du côté des « potiers paysans », d’autant que le métier reste libre, en Forez, jusqu’à la fin du Moyen Âge et au-delà ; les potiers n’étaient soumis à une contrainte -minime - que sur le plan de la commercialisation des produits, devant un droit de leyde ou de place -c’est-à-dire d’étal - annuel correspondant à la valeur d’un pot, versée sous forme de numéraire ou en nature.

289Parallèlement, les testaments foréziens étudiés par Marguerite Gonon établissent qu’un potier léguait ses outils de travail à son fils. On peut restituer une structure familiale du métier, le fils pouvant travailler avec son père en tant qu’aide ou apprenti, voire associé. Le travail des enfants n’était pas exclu. Une empreinte digitale de petit module est observable, en creux fortement prononcé, à la jonction de l’anse et de la panse d’un vase du type C (u.s. 1190).

290Une division du travail peut aussi être détectée à l’examen des stries parallèles aux bandes lisses appliquées verticalement ou en biais sur la panse. Or, ces bandes ne manifestent aucune intention décorative. Les stries sont rectilignes et régulières, à la différence de leur bande complémentaire, maladroitement étalée (type C, u.s. 1197, 1253, 1255). Elles n’accompagnent jamais les bandes appliquées à section triangulaire ni les bandes digitées qui exigent des gestes spécialisés. On notera particulièrement un fragment de pot à cuire du type C (u.s. 1256) avec une bande appliquée lisse, quasi plate, irrégulière, plutôt sinueuse et mal apposée ; or, la strie qui la jouxte à moins d’un centimètre de distance est parfaitement droite et régulière, sans souligner la bande ni respecter sa sinuosité. Elle a par conséquent pu être incisée avant la pose de la bande. Tout se passe comme si le potier avait préparé le travail en indiquant à l’avance, par cette strie ébauchée sur le pot encore frais, l’endroit où il fallait situer la bande à un apprenti, enfant ou adolescent (type C, u.s. 1265). Certes, cette interprétation n’est qu’une hypothèse, même s’il reste assuré que strie et pose de la bande n’ont pu être réalisées à un même moment de la fabrication, car ces deux gestes exigent deux stades de séchage successifs. L’indice le plus décisif est observable sur un tesson du type C (u.s. 1265). Un fragment porte une bande appliquée, lisse, partiellement délitée. Le délitage laisse apparaître, là ou la bande a disparu, une strie rectiligne du même genre. Cette strie, qui ne peut être décorative puisqu’elle était destinée à être dissimulée, a donc été tracée avant que la bande ne soit collée : ce qui implique une réalisation en deux temps successifs. On aimerait que plus nombreux soient ces indices fugaces de l’organisation - familiale et non réglementée - du métier de potier en Forez. Mais, tout comme ce qui concerne la composition du vaisselier, notre image de l’artisanat céramique demeure floue, sans doute pour longtemps.

Les tuiliers

291Du côté des tuiliers, les données, rares, sont pourtant plus précises : le métier de tuilier est, au XIVe s., déjà organisé officiellement. On le voit lors de la construction de l’église de Bonlieu, bâtie en briques et couverte de tuiles : un André Tiolier, responsable de la fourniture en tuiles, y est appelé « magister » et il est assisté d’un (ou plusieurs) « socius », aides ou compagnons, de même que d’hommes de peines (Gonon, 1955-1956).

292En revanche, on ne sait presque rien de leurs outils. Ceux-ci, du reste, comme il a longtemps été d’usage dans ce métier, semblent limités au minimum ; l’iconographie médiévale en témoigne : une table à entretoises pour le moulage, une forme de bois. Les fragments archéologiques ne peuvent porter témoignage que sur le moule : une forme, sablée, à façonner les tuiles creuses du château dont la face interne présente un aspect granuleux qui témoigne de cette pratique. Comme dans le cas des potiers, les mains semblent un outil essentiel : les tuiles sont lissées, peut-être à l’aide d’une languette de bois plane, dans le sens de la longueur, sur la face externe seulement. Puis le lissage est achevé manuellement : on observe en effet un sillon large et peu profond tracé au doigt, sur l’un des longs côtés. Le crochet de certaines tuiles creuses du château, à but décoratif, est également modelé puis pincé à la main, avant d’être lissé au doigt de manière à le solidariser à la tuile tout en poussant la finition. Aucune autre volonté décorative ne s’attache à ces objets, qui n’apparaissent exceptionnels en rien. Le château d’Essertines dans sa période finale, ne présentait qu’une toiture des plus communes, et il est presque décevant, pour finir, de noter que les seuls fragments de tuiles exceptionnels, sur le site, proviennent du village, avec un graffiti en lettres gothiques pour le XVe s. et d’autres graffitis apparemment figuratifs pour le XVIe s.

Conclusion

293A l’issue de cette étude, si ce n’étaient les trompes et, dans une moindre mesure, les pichets fleuris, nous pourrions qualifier le mobilier céramique du château d’Essertines de modeste voire de pauvre. Il n’en apparaît pas moins, en contrepartie, riche d’informations - éparses, ponctuelles, certes - ou d’indices sur le métier, les réseaux de distribution - essentiellement locaux - et l’alimentation des Foréziens du Moyen Âge.

294Dans une région également pauvre en fouilles d’habitats médiévaux, des points de comparaison sont difficiles à obtenir, surtout en ce qui concerne un mobilier de qualité aussi modeste, très peu diversifié si on le compare à d’autres sites, comme Rougiers, majoritairement dépourvu de toute caractéristique particulière. Quelques remarques s’imposent cependant. Ainsi, si la diversification du vaisselier est quasiment inexistante, ce caractère ne fait que souligner davantage le contraste patent entre la céramique de cuisine et la céramique de table. Si cette dernière ne représente qu’environ 1 % du total, ce phénomène n’est pas à mettre en liaison avec la médiocre qualité générale du mobilier du site, mais plutôt avec le peu de gens présents à la table de ce petit château. Et si peu de ces pichets très décorés ont été découverts -à l’état résiduel - il faut cependant insister sur la notion de recherche ou d’élégance de la table qu’ils suggèrent. On n’en trouve guère, en effet, d’autres exemples que dans les grandes villes ou les châteaux - jamais ou presque dans les villages -et encore pas dans tous les châteaux, notamment pas sur des sites purement militaires comme la Bastide de Gironville que fouille Jean-Michel Poisson et dont le mobilier céramique est étudié par Bruna Maccari-Poisson. Au niveau d’un très petit château, celà confine, me semble-t-il, au luxe. Ou du moins faut-il placer ces pichets décorés au rang des pichets d’étain qui contribuent au décor de l’habitat. Leur présence souligne en tout cas le rôle résidentiel de la tour d’Essertines tout comme la rencontre des trompes d’appel atteste son rôle militaire.

Table des illustrations

Titre 56 – Le vaisselier céramique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Titre 57 - Pot à sauce ( ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 58 - Bord de marmite à couvercle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 59 - Marmite à anse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 60 - Panse de marmite
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 61 - Décor tricolore de pichet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 62 - Décor floral de pichet, échelle 1/1
Légende a - Pichet à décor floral. (London museum A 2001) Provenance : Greyfriars’Monastery, Smithfield. XIIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 63 - Panse de marmite à décor de bandes appliquées et stries
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 64 - Fond de marmite
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 65 - Psautier de Jully-sous-Ravière
Légende France, XIIIe s.
Crédits Bibl. Mun. de la Part-Dieu, Lyon, ms 539 f° 235
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 66 - Coupes à boire (?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 67 - Décor à la molette
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 68 - Lèvre de pot à cuire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 69 – Décor géométrique gravé, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-14.png
Fichier image/png, 27k
Titre 70 – Anse large de pot à cuire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 71 - Impression digitale : poucier ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-16.png
Fichier image/png, 27k
Titre 72 - Couvercle ( ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 73 - Fragment de dessous de plat. ( ?), éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre 74 - Moule à lumignon, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 74 - a - b - moulage en cire de la forme en creux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 75 - Fusaïoles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 76 - 77 - Jetons, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 78 - La trompe de guetteur
Légende Œuvres de Virgile, Stase, Lucain, et all. Vers 1200
Crédits Bibl. Nat., Paris, ms Latin 7936 f° 53 v°
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 79 - Dessin en marge d’un terrier de Saint-Germain-Laval, Forez, 1351
Légende A gauche de la fortification, une bannière ; à droite, sortant d’une échauguette, la tête d’un guetteur sonnant de la trompe
Crédits Bibl. de Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 80 - Passant d’enguichure
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre 81 - Décor à flammules rouges, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pâte rouge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau : Schéma de la dispersion des tessons de trompe à pate rouge et à glaçure bleutée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 82 - Crochet de tuile
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 83 - Décor faîtier : crêtes et épis de faîtage
Légende Distiques de Caton, Psychomachie et autres textes, France, 1289
Crédits Bibl. Nat., Paris, ms. latin 15158 f° 57
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre TOUR : Résultats et totaux par phases
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre COUR : Résultats et totaux par phases
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 84 - Substitut aux céramiques = le mobilier textile
Légende Faisselle. Barthélemy l’Anglais, Livre des Propriétés des Choses, France, XVe s.
Crédits Bibl. Nat. Paris, ms. français 22532 f° 331 v°
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 85 - L’artisanat céramique en Forez au Moyen Âge
Légende D’après les sources écrites
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Tableau- Ateliers céramiques attestés et supposés en Forez au Moyen Âge
Légende D’après les sources écrites
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 86 - Un potier à son tour au XIIIe siècle
Légende Bible Moralisée, Paris, vers 1245 (détail)
Crédits Bibl. Nat., Paris, ms. latin 11560 f° 174
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre 87 - Décor à l’ongle, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 88 - Un petit outil du potier : le bâtonnet, éch. 1/1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 89 - Ajustement du fond à la panse : un exemple rare
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 90 –
Légende a) Clou de ceinture en argent, 1325. Fouilles de la Bastide de Gironvilleb) id. et son rivetc) fleurette de pichet. Essertines, zone castraled) fleurette de pichet. Essertines, zone villageoise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 91 - Décor de pichet : les chevrons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 92 - Décor losangique estampé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1681/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540