Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 3. La stratigraphie

Bruna Maccari-Poisson et Jean-Michel Poisson

Texte intégral

1La zone castrale a été divisée par un carroyage, matérialisé par des piquets équidistants de 5 m, implanté pour faciliter le relevé des vestiges et délimiter les différents sondages. La durée limitée des campagnes de fouille annuelles n’a pas permis d’envisager une fouille en aire ouverte qui aurait sans doute simplifié l’interprétation de l’histoire du site. Ces contraintes logistiques ont obligé à procéder à l’exploration par des sondages restreints, à l’ouest et à l’est d’une tranchée d’origine. De ce fait, la série des unités stratigraphiques relevées est abondante et les diagrammes montrent la complexité de leur mise en phase.

2Une fois découverts, dans la première tranchée exploratoire, les vestiges des murs de la tour, la fouille a été poursuivie d’une part à l’intérieur de cet édifice, d’autre part au sud de celui-ci, dans un espace qui se présentait comme une sorte de large terrasse, délimitée par le mur de la tour au nord et le mur de la première enceinte (fig. 9).

9 - Localisation du premier sondage dans la zone castrale

9 - Localisation du premier sondage dans la zone castrale

3Le sol naturel est marqué par de fortes dénivellations qui, tout au long de la fouille ont rendu impossible la mise en relation des couches de la partie supérieure du site et celles de la zone en contrebas. Ce pendage, d’ailleurs, était déjà lisible dès la surface qui présentait deux niveaux (fig. 10).

10 - La dénivellation de la zone castrale

10 - La dénivellation de la zone castrale

4Les structures mises au jour dessinent ainsi deux ensembles distincts, sans continuité stratigraphique, avec 2 m. de dénivellation.

5L’analyse de la stratigraphie rencontrée et des différentes phases d’occupation reconnues concerne donc deux zones :

  • Zone A : La cour. Elle occupe un replat horizontal situé à l’ouest à 599,80 m. d’altitude. En revanche, le terrain est très en pente à l’est. La limite nord est constituée par une haute paroi rocheuse qui rejoint le sommet du site.

  • Zone Β : La tour. Cet édifice a été construit sur la partie la plus élevée du piton rocheux qui culmine à 601,80 m. d’altitude. Ses murs englobent presque toute la surface plane et utilisable. A l’est, une petite plate-forme d’environ un mètre de large permet la circulation externe et, au sud, se relie à un étroit cheminement en pente douce qui amène à l’intérieur de la cour.

La cour - zone A

6L’exploration a concerné cinq carrés : Ζ 11, Ζ 12, Y 11, Y 12, et X 12. L’ensemble des couches rencontrées a permis de mettre en évidence la succession de plusieurs phases d’occupation (fig. 10,11).

11- Diagramme de la stratigraphique observée dans la cour

11- Diagramme de la stratigraphique observée dans la cour

Phase 1

7Bien avant le Moyen Âge, le site d’Essertines-Basses, et plus précisément la zone sur laquelle s’est implantée la cour, a connu une occupation à l’époque protohistorique.

8Son importance nous reste inconnue puisque les traces mises au jour sont fugaces. Cependant, le mobilier relativement abondant rencontré dans les creux du rocher ne peut être interprété que comme un témoignage, ténu bien sûr, de la présence humaine sur le site à cette époque. La situation défensive des lieux a sûrement joué un rôle déterminant pour l’installation d’un habitat dès les temps les plus anciens, ainsi que la présence toute proche d’une source et de la rivière en contrebas.

9Le mobilier prémédiéval a été rencontré presque exclusivement dans une terre de couleur ocre remplissant les inégalités du roc d’une façon très irrégulière. Cette terre, fine et sableuse, était mêlée à un cailloutis qui peut provenir de la décomposition du rocher, puisqu’elle a été repérée surtout dans les zones où celui-ci présente des failles, à l’est et à l’ouest (fig. 12).

12 - La cour : traces de l’occupation pré-médiévale, phase 1

12 - La cour : traces de l’occupation pré-médiévale, phase 1

10Les couches composées exclusivement de terre ocre et de cailloutis ont pu être identifiées en plusieurs endroits :

11u. s. 1595 et 1653 dans le carré X 12.
u. s. 1652 en X 11
u. s. 1264, 1269 et 1272 dans le carré Ζ 12.

12Cependant, on n’a pas toujours pu isoler les poches ou taches de terre ocre rencontrées au contact du rocher pendant la fouille des couches appartenant à l’occupation médiévale. Seul le mobilier qu’elles contenaient et leur localisation a permis de les rattacher à cette phase 1. Il s’agit en particulier de quelques lambeaux dans :

13u. s. 1184, 1460, 1556, 1580, 1581 et 1584 dans le carré Y 11.
u. s. 1558 dans le carré X 12.

14L’ensemble du mobilier prémédiéval comprend la moitié d’une hache en pierre polie, un nucleus, plusieurs silex et des fragments de céramique.

Phase 2

15De cette phase, la plus ancienne de l’occupation médiévale, très perturbée par les aménagements ultérieurs, ne restent en place que de rares vestiges. Les structures sont posées à même le rocher et ne conservent que peu de relations sûres avec des lambeaux de sol ou des couches d’occupation.

16L’ensemble le mieux conservé, parce qu’enfoui ultérieurement sous une épaisse couche de remblai, est celui qui constitue un accès aménagé formant un large escalier dans le carré X 12 (fig. 14).

13 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 2

13 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 2

14 - L’escalier de la phase 2, vu du nord

14 - L’escalier de la phase 2, vu du nord

17Ici le roc est très accidenté et des améliorations ont été nécessaires afin de pouvoir le fréquenter. En revanche, le bâtiment, établi sur la plate-forme à l’ouest, n’est que très partiellement conservé. Ses dimensions restent hypothétiques ainsi que ses agencements internes.

Les structures

18De l’est vers l’ouest on rencontre (fig. 13) :

19u. s. 1559 - Alignement de pierres de gros module posé sur le rocher, lié de terre et conservé sur deux assises sur son parement est. Au niveau de son assise supérieure, soigneusement horizontale, lui est liée une surface dallée, dont ce mur forme le rebord.
u. s. 1590 - Dallage de larges pierres posées à plat et constituant le sol d’une large marche de 2 m. Cette marche bute, à l’ouest, contre un autre alignement de pierres en élévation.
u. s. 1586 - Mur lié de mortier, parallèle à 1559.
Cette structure est complexe et répond à trois objectifs. A l’est, les pierres forment un parement soigné qui délimite le gradin. Au nord, le niveau supérieur de ce mur présente une surface plane, formée de petites pierres disposées irrégulièrement et scellées par du mortier. Il s’agit vraisemblablement du seuil donnant accès au bâtiment. A l’intérieur de l’édifice, pourtant, le roc est plus haut. On peut donc supposer qu’une troisième marche régularisait cette dénivellation, mais il n’en reste aucun vestige. Vers le sud, ce même mur 1586 forme le soubassement du mur 1300, la façade du bâtiment principal.

20Ce bâtiment n’est conservé que partiellement, à l’est et au nord où apparaissent des vestiges très arasés et endommagés.

21u.s. 1300. Fragment de mur de 0,80 m large, conservé sur quatre assises de pierres taillées de gros module, et liées au mortier. Seule la dernière assise devait être apparente. Son appareillage est beaucoup plus soigné que dans la partie inférieure. De direction nord-ouest/sud-est, il repose sur la structure 1586 qui forme son soubassement légèrement débordant et en saillie. Au nord, le mur 1300 s’arrête, dessinant le piédroit de la porte d’entrée. Au sud, il est coupé par la tranchée de fondation du mur de courtine postérieur (mur 864, phase 5).

22L’ensemble de la construction 1586/1300 se trouve dans le prolongement d’un autre fragment de mur, plus au nord.

23u.s. 1186 - Mur constitué d’une seule assise de trois pierres liées de mortier, d’orientation nord-est/sud-est et reposant directement sur le rocher. Le niveau du roc à cet endroit est plus haut que celui de l’entrée, au point que l’assise conservée de 1186 correspondrait à l’assise inférieure du mur 1300. Entre ce mur et le seuil, le rocher forme un dos d’âne sur lequel il ne reste plus aucun indice de construction. Il est impossible de déterminer si le mur se poursuivait d’un seul tenant jusqu’à l’entrée ou si une autre ouverture était ménagée au point culminant du dos d’âne, permettant ainsi d’emprunter le seul cheminement possible pour accéder à la plate-forme supérieure.

24Le vestige du mur 1186 forme un angle droit avec un fragment de mur situé au nord-ouest : u.s. 1187 - Cette structure est composée d’une taille rocheuse de direction nord-est/sud-ouest surmontée par quelques pierres liées au mortier formant le parement interne. Rien ne subsiste du parement extérieur. Ces quelques pierres, ainsi que de nombreuses traces de mortier sont tout ce qui reste d’un mur dont on ne connaît ni la largeur ni la longueur. La diaclase du roc se poursuit en ligne droite sur plusieurs mètres. Il est possible que la construction de l’édifice en ait suivi l’alignement.

25A l’ouest, ainsi qu’au sud, les seules structures existantes sont les murs de courtine de la phase 5 (mur 864). Il n’est pas impossible que l’édification de ce dernier ait recouvert, voire même réutilisé les vestiges des murs de la phase 2. Une assise légèrement décalée dans l’aplomb du parement interne du mur 864, au sud, le laisserait supposer (fig·13).

26D’autre part, toujours au sud, entre le mur de courtine plus tardif et le rocher, dans une large dépression, plusieurs grosses pierres pourraient faire penser aux vestiges d’un mur :

27u. s. 2126 - Ensemble de grosses pierres assez bien alignées au nord pour suggérer un parement. Mais cet alignement peut être fortuit et dû à la présence d’une faille du rocher contre lequel viennent buter les pierres. De plus dans cette « structure » il n’existe aucune trace de mortier, tandis que le mur du bâtiment de la phase 2 présente ailleurs un liant de ce type.

28En ce qui concerne la toiture de cet édifice, la fouille n’a apporté aucun élément permettant de formuler des hypothèses.

Les sols

29Lors de cette phase d’occupation, le sol est constitué pour l’essentiel par le rocher. L’intérieur de l’édifice occupe une large plate-forme dont la surface apparaît usée et lissée. En revanche, à l’est, au-delà de la marche de l’escalier d’accès, le rocher est très irrégulier et dénivelé. Ici on a donc aménagé une surface plus régulière en apportant de la terre pour former un sol :

30u. s. 1599 - Sol constitué de terre argileuse très dure et tassée qui égalise le terrain naturel, sans pourtant pouvoir rattraper la pente du rocher qui plonge du nord-ouest vers le sud-est. A l’ouest, ce sol bute contre le rebord externe de la marche de l’escalier (u. s. 1559). Au nord il vient au contact du rocher qui, à cet endroit, est parfaitement horizontal avant de se dresser en paroi verticale. A l’est, ce sol apparaît coupé par une fosse postérieure (fosse 1651, phase 3). Au sud, il est également recoupé par la tranchée de fondation du mur de la cour 1597 (phase 5).

Les couches d’occupation

31Sur le sol de cette phase 2 se sont accumulées, dans le temps, de minces couches plus ou moins éparses de terre qui composent la couche d’occupation. En contact direct avec le roc, cette terre est partout très dure et tassée. Par endroits elle est mêlée de lambeaux de terre ocre farineuse contenant du mobilier prémédiéval et appartenant à la phase 1 (fig. 13).

32A l’intérieur du bâtiment cette couche d’occupation comprend :

33u. s. 1268, 1185, et 1581 - Terre de couleur brun clair, granuleuse, présentant quelques rares traces de feu sur la moitié nord et à l’est. Au sud-ouest, en revanche, les traces de feu sont plus nombreuses et dessinent une zone qui pourrait correspondre à un foyer. Vers le nord, cette couche d’occupation s’amincit contre les aspérités et les dénivellations du rocher. Au sud, au contraire, elle s’arrête brusquement, coupée par la tranchée de fondation du mur de courtine postérieur (phase 5).

34A l’extérieur de l’édifice se sont également accumulées de minces couches de terre :
u. s. 1585 - terre brune très granuleuse reposant sur le dallage 1590 et infiltrée entre les pierres.
u. s. 1598 - Mince couche de terre recouvrant irrégulièrement le sol 1599 à l’est.

35Dans l’angle nord-ouest de la zone extérieure au bâtiment, le sol 1599 et la couche 1598 ont été fortement bouleversés par la présence d’un élément perturbateur :

36u. s. 2127 - Il s’agit d’un gros bloc rocheux qui ne paraît pas en place et à proximité duquel la terre était plus meuble. Il témoigne sans doute d’un effondrement de la paroi rocheuse qui surplombe cette zone, au nord, et dont la chute a pu conduire à des réaménagements pour éviter d’accéder à la zone castrale par le côté sud-est.

Phase 3

37Lors de la phase 3, l’édifice principal reste probablement tel quel, mais la zone externe subit d’importantes transformations. L’escalier d’entrée à l’est est supprimé. Le mur 1559 formant le rebord oriental de la marche est surélevé par une assise de pierres mal assemblées. Il ne sert plus que de muret irrégulier au-delà duquel l’espace est utilisé comme dépotoir. Toute la surface devant l’entrée du bâtiment est réaménagée et l’accès se fait dorénavant par le sud (fig. 15).

15 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 3

15 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 3

38Le dallage d’origine (u. s. 1590) ainsi qu’une partie du gradin (u. s. 1559) sont recouverts par :
u. s. 1584 - Terre granuleuse brun clair mêlée de petite pierres ayant fonction d’apprêt de sol.
u. s. 1580 - Niveau supérieur de 1584 formant un sol de terre brune, damée et très dure. Ce sol vient s’appuyer à l’est contre les pierres qui délimitent le dépotoir ; à l’ouest il remonte contre le parement externe du mur 1300.

Les couches d’occupation

39Dans la zone correspondant à l’intérieur du bâtiment, aucun sol n’a pu être identifié de façon sûre mais on a rencontré plutôt des lambeaux de couches d’occupations (fig. 15) :
u. s. 1184 et 1267 - Ces deux couches se caractérisent par une terre brune et meuble à Test et plus dure et foncée à l’ouest. Parfois elle est mêlée de petit cailloutis. Partout ont été remarquées de nombreuses traces de feu très fugaces, sans que l’on ait pu circonscrire une zone de plus forte concentration.

40Dans la zone comprise entre le seuil (au nord du mur 1300) et le vague muret qui délimite la zone de rejet à l’est une couche d’occupation recouvre le sol 1580 :
u. s. 1556 - Terre jaune granuleuse, mêlée de petites pierres. A la fouille elle s’est présentée très dure, compacte et tassée : sans doute à cause de la circulation plus intense. Plus qu’à une couche d’occupation elle correspond, en fait, à un rechargement de sol.

41Se rattache aussi à la phase 3 une série de couches situées à l’est de la zone d’entrée et qui correspondent sans doute à un dépotoir puisqu’elles contenaient surtout des restes alimentaires (fig. 11) u. s. : 1592, 1593, 1651, 1594, 1588, 1591, 1583, 1582 et 1558. Le comblement de cette zone est formé essentiellement de terre noire très meuble, cendreuse, riche en gros morceaux de charbon de bois et d’ossements portant d’importantes traces de feu. Dans cette terre alternent, ou s’infiltrent des poches plus ou moins profondes de cendres, des strates de terre brune mêlée de pierres ou encore des plaques de terre jaune très tassée. L’ensemble de ces couches forme une épaisseur importante et son sommet arrive à recouvrir une partie du rocher qui était apparent auparavant au nord. Vers le sud, ce remblai de rejet est coupé par la tranchée de fondation du mur de courtine de la phase 5, ainsi que le sol sous-jacent de la phase 2.

Phase 4

42À cette phase correspondent d’importantes modifications de l’espace. Le dépotoir, qui avait sacrifié et condamné la zone est, se trouve recouvert d’un dallage de grosses pierres et peut être, ainsi, récupéré comme aire de fréquentation.

43Sur ce sol empierré, on a procédé à des aménagements dont témoigne une épaisse couche d’incendie postérieure et un trou de poteau, vestiges probables d’une structure en bois appuyée contre la paroi rocheuse au nord-ouest.

44Dans la zone ouest, également, d’autres vestiges peuvent être interprétés comme des trous de poteaux. La présence de constructions en bois coïncide probablement avec un abandon des murs en pierre. Outre la présence de trous de poteau à l’intérieur du bâtiment des phases 2 et 3, certaines traces semblent confirmer cette hypothèse : un foyer est installé devant la zone correspondant au seuil de ces phases (u. s. 1551) ; et un deuxième foyer a été mis au jour au nord-ouest (u. s. 1259), au-delà de la limite de l’édifice primitif, et au-dessus de l’arase de son mur nord (u. s. 1187).

45Dans cette phase on peut distinguer deux périodes :
- 4 A : période de construction et d’occupation.
- 4 Β : période d’abandon à la suite d’un incendie.

Phase 4 A

46Les vestiges des structures correspondant à cette phase sont très ténus : quelques trous de poteaux sont la trace des probables constructions en bois. A ceux-ci s’ajoutent deux foyers, plus ou moins bien aménagés (fig. 16).

16 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 4

16 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 4

Les structures

47u. s. 2128 - Petite fosse à l’est formant un cercle rempli de terre meuble très farineuse, de blocs de cendres et de charbon de bois. C’est la seule trace d’un poteau enfoncé dans le sol 1557 et qui aurait brûlé lors de l’incendie qui met un terme à l’occupation de la phase 4.
u. s. 1263 - Trou de poteau au sud, reconnaissable par un cercle de petites pierres comportant de la terre noire très meuble au milieu (fig. 17).

17 - Calage de poteau 1263

17 - Calage de poteau 1263

48u. s. 1262 et 2129 - Deux dépressions de forme circulaire ou ovoïde remplies de terre noire meuble, à l’intérieur desquelles se trouve une large dalle rectangulaire posée à plat qui peut être interprétée comme un calage de soutien de poteau.
u. s. 1551 - Foyer formé par cinq pierres disposées en demi-cercle et délimitant une large zone de cendres.
u. s. 1259 - Foyer posé sur le rocher et en partie sur l’arase du mur nord de l’édifice antérieur.
Quelques pierres de petit module paraissent former une sorte de hérisson, mais elles sont très mal organisées et ne correspondent probablement pas à la volonté de dessiner une zone de feu construite. De gros blocs compacts de cendres sont mêlés à de la terre fortement rougie et brûlée.

Les sols

49Depuis la première occupation de cette zone de fouille, il existe une différence d’utilisation du sol entre le carré X 12 à l’est et le reste de l’espace. Cette distinction persiste également pendant la phase 4.

50Ici, la zone est soigneusement empierrée afin de sceller et effacer toute trace de l’ancien dépotoir ; à l’ouest, en revanche, le sol est encore une fois en terre battue.
u. s. 1557 - Hérisson de pierres d’environ 20-30 cm, bien calées les unes contre les autres. Par endroits ce sol est disjoint et incohérent, laissant place à de la terre.
u. s. 1554 - Terre noire comportant quelques traces de feu et s’infiltrant dans le sol empierré. A l’ouest elle devient plus granuleuse et plus claire, rejoignant le sol en terre battue sans que l’on ait pu repérer une césure nette ou une différence visible (fig. 16).

51L’empierrement, ainsi que la terre qui s’y était infiltrée, recouvrent largement au nord le rocher qui était apparent auparavant. En même temps ils sont en retrait par rapport à la limite sud du dépotoir de la phase 3. Le sol naturel est, dans cette zone, en forte pente nord-sud et plonge ensuite avec une paroi rocheuse à pic jusqu’à une terrasse inférieure. L’accumulation des couches a, par conséquent, subi un glissement constant durant des siècles vers le bas : au début de la fouille, la terre humifère avait une dénivellation de 2 m entre le nord et le sud.

52L’ensemble des sols en terre battue dans le reste du sondage est très homogène et sans différences remarquables :
u. s. 1550, 1552, 1460, 1177, 1260 et 1258 - Terre de couleur variant du brun clair au jaune selon les endroits. Généralement assez granuleuse, elle présente partout une surface damée très compacte et dure. De façon irrégulière et fugace ont été rencontrés des traces de feu et des fragments de charbon de bois. Toutefois en Y 11, au sud, les sols 1460, 1177 et 1260 s’arrêtent brusquement, coupés par la tranchée de fondation du mur de courtine postérieur. Vers le nord, au contraire, ils s’étendent sur le rocher au-delà des limites des couches des phases antérieures, recouvrant entièrement les traces ténues des murs du bâtiment en pierre de la phase 3 (fig. 16). Dans les phases suivantes cette progression du comblement du plateau rocheux s’accentuera de plus en plus : les couches les plus récentes finiront par buter contre le mur de la tour, situé environ cinq mètres au nord des limites de la phase 4. A cette époque, en fait, le rocher devait être utilisé comme sol de fréquentation dont les couches de terre battue constituent un prolongement.

Phase 4 Β

53Cette phase est exclusivement une phase de destruction et y sont comprises toutes les couches résultant d’un violent incendie qui a mis fin à l’occupation de la phase 4. Par la suite, toute l’esplanade rocheuse a subi à nouveau des réaménagements importants (fig. 11).

54Cet incendie touche principalement la partie est de la fouille. L’important volume de cendres, de charbon de bois et de terre brûlée laisse présumer la présence de structures comportant beaucoup de bois, dont l’existence a déjà été suggérée à propos des trous de poteaux relevés dans la phase 4 A.

Couches d’incendie

55A l’est, dans le carré X 12, où l’épaisseur de la couche d’incendie était particulièrement importante, le dépôt archéologique a été fouillé en deux passes mécaniques :
u. s. 1296 recouvrant u. s. 1456 et 1455 - Terre meuble fortement noircie ou rubéfiée par le feu, mêlée par endroits de gros blocs de cendres.

56En Y 11, l’incendie n’a laissé des vestiges nombreux qu’au nord-ouest.
u. s. 1459 partiellement recouverte par u. s. 1299 - Terre grise cendreuse, pleine de charbon de bois et formant une sorte de dôme.

57Plus au sud et à l’est (de part et d’autre du mur 1300). Les traces de l’incendie étaient plus atténuées, ce qui laisse imaginer que, là où la construction en pierre était encore partiellement utilisée, il y avait moins d’éléments en bois :
u. s. 1453 et 1454 - Terre brun clair mêlée de lentilles de terre jaune mais comportant en même temps de nombreuses traces de feu sous forme de plaques plus ou moins larges.

Phase 5

58Après le violent incendie de la phase 4 B, la terrasse a fait l’objet d’une reconstruction radicale qui a totalement changé son organisation ainsi que son utilisation. Les nombreuses opérations effectuées amènent à distinguer deux étapes, dont témoignent l’important volume des couches archéologiques relevées et la mise en œuvre d’une maçonnerie imposante.
Phase 5 A : démolition des structures antérieures, remblaiement et reconstruction ;
Phase 5 Β : nouveaux sols et couches d’occupation.

Phase 5 A

59Pendant la phase de travaux et de réorganisation de l’espace, le mur 1300, limite est du bâtiment primitif, a été démoli ; les murs de courtine, visibles encore avant le début de la fouille ont été édifiés et, à cette fin, on a recoupé en plusieurs endroits les sols sous-jacents. Le remblaiement le plus important, effectué avec les matériaux d’origine diverses, a été retrouvé à l’est, mais des traces en ont été rencontrées également ailleurs, bien que moins étendues (fig. 11).

Remblaiement

60u. s. 1294 - Couche de grosses pierres, souvent bien taillées, dans l’angle nord-est de Y 11, dans l’angle sud-est de Y 12 et dans la partie ouest de X 12. Il s’agit probablement de la démolition du mur 1300, plutôt que du matériel résiduel des pierres utilisées pour la construction des nouveaux murs d’enceinte ; cette couche ne se prolonge pas à l’ouest de l’emplacement du mur 1300 et est recouverte seulement en Y 11 par une autre strate de démolition :
u. s. 1283 - Pierres de petite taille mêlées à de la terre et à des blocs de mortier.

61Partout ailleurs, les couches de remblai semblent être formées par le surplus des matériaux utilisés pour les nouvelles constructions :
u. s. 1298, 1291, 1289, 1292 - Couches de gravier d’épaisseur décroissante de l’est vers l’ouest, au-dessus de la couche 1294 (démolition).
u. s. 1288, 1293 et 1295 - Remblai de terre jaune mêlée de pierres, traversé de haut en bas par deux petites fosses remplies de cendres, probablement en relation avec le foyer postérieur (u. s. 1286).
u. s. 948 et 926 - Terre brun clair mêlée de gravillons ou de cailloutis et, parfois, de mortier se présentant sous la forme d’un feuilletage de minces pellicules.

Construction

62Tout l’espace disponible constitué par une terrasse rocheuse plus ou moins plane est entouré d’une puissante muraille. La construction épouse les sinuosités du rocher et s’installe à l’aplomb du roc. Vers l’ouest elle est en demi-cercle et domine les pentes presque verticales qui descendent vers la vallée du Vizézy ; au sud, en revanche, elle suit la faille rectiligne qui sépare cette terrasse du plateau en contrebas, où sont installés les autres édifices castraux.
u. s. 864 - Grand mur d’enceinte construit de blocs équarris et liés de mortier. Au sud il présente trois trous de boulins. Au sud-est il se termine par une césure nette indiquant vraisemblablement l’emplacement de l’entrée. Au nord-ouest il est accolé et non chaîné à l’angle des murs de la tour. Un chemin de ronde était établi en son sommet, et un fragment en est encore visible là où le mur est conservé dans toute sa hauteur, (fig. 18).

18 - La cour : constructions de la phase 5

18 - La cour : constructions de la phase 5

63Tout le long du parement interne du mur de courtine ont été reconnues des tranchées de fondations plus ou moins profondes, selon le pendage du roc sous-jacent. Le terme de tranchée de fondation ne convient peut-être pas exactement pour caractériser ce fait archéologique. En effet, l’interruption sinueuse des sols, observée à proximité du mur, pourrait correspondre à la base des murs préexistants et entièrement récupérés. Dans ce cas, le remplissage de matériaux hétérogènes aurait été apporté pour compenser les inégalités du roc sur lequel s’appuient les murs de courtine.

64D’autre part, puisque les dimensions du bâtiment primitif restent hypothétiques dans cette zone, on ne peut pas exclure que les travaux de construction aient entraîné l’enlèvement des couches des phases 2, 3 et 4. Il s’agirait alors, à proprement parler, de véritables tranchées de fondation.

65Si les couches de remplissage le long des murs de courtine ne sont qu’un mélange de matériaux divers, l’abondant mobilier qu’elles contenaient présente beaucoup d’intérêt puisqu’il précise la chronologie de la phase 4, dont il est contemporain.

Phase 5 Β

66Une fois terminée la construction des murs, au-dessus de toutes les couches de gravier, pierres et terre mêlées de mortier, qui témoignent des travaux exécutés pour édifier le mur de courtine, dans l’espace ainsi délimité, ont été aménagés des sols correspondant à cette phase d’occupation.

Les structures

67Mis à part les murs de courtine, les seules autres structures appartenant à cette phase sont un foyer et deux fosses (fig. 19).

19 - La cour : sols et couches d’occupation de la phase 5 Β

19 - La cour : sols et couches d’occupation de la phase 5 Β

68u.s. 1286 - Foyer surélevé par rapport au sol situé à l’est. Posé sur un léger relief du rocher, creusé en cuvette, ce foyer était rempli de cendres, en couche épaisse.
u.s. 2130 et 2131 - Deux fosses de forme arrondie, assez profondes, excavées dans le remblai sous-jacent. Elles semblent être en relation avec l’utilisation du foyer 1286, auquel elles auraient pu servir de cendrier.

Les sols

69Dans la moitié ouest de la cour le sol est uniforme et homogène (fig. 19) :
u.s. 1254, 914, 945 et 1284 - Sol de terre battue brun-orange très damée et compacte ; nombreuses traces de feu éparpillées un peu partout et concentrées en particulier dans les environs du foyer. Ce sol recouvre en partie, et sur une faible épaisseur, le rocher qui affleure immédiatement au nord et qui était encore apparent à la phase antérieure.

70Au nord-est, le sol se présentait différemment :
u.s. 1285 et 1287 - Terre noire très tassée, homogène, apparemment sans traces de feu.

71La diversité observée laisse envisager, encore une fois, que les deux zones n’ont pas connu la même utilisation.

Les couches d’occupation

72A un seul endroit, très limité, a été rencontrée une couche d’occupation :
u.s. 883 - Au dessus du sol 945 : terre noire comportant beaucoup de charbon de bois et autres traces de feu. Elle pourrait éventuellement correspondre à un élargissement de la zone du foyer 1286 vers l’ouest.

Phase 6

73Cette phase témoigne d’un changement radical de l’occupation de la zone castrale. Elle est caractérisée par l’apport volontaire d’une épaisse couche de terre brune ou noire, meuble, qui a complètement effacé toute trace de l’habitat antérieur, et recouvert entièrement les structures délimitées par les murs de courtine. La grande enceinte, édifiée lors de la phase 5, encercle alors un espace utilisé probablement pour la culture. La cour a sans doute perdu, à ce moment, son rôle militaire et est utilisée comme une sorte de jardin (fig. 20).

20 - La cour : coupe stratigraphique nord-sud

20 - La cour : coupe stratigraphique nord-sud

74Selon les campages de fouille, et les carrés concernés, cette épaisseur de terre d’environ 0,300,40 m a été fouillée soit dans toute sa profondeur, soit en plusieurs passes mécaniques. Ceci explique le nombre de couches différent apparaissant dans le diagramme stratigraphique (fig. 11).

Phase 7

75Au dessus de la terre brune ou noire recouvrant entièrement la surface de la cour, a été rencontrée une couche de démolition très importante (pierres et mortier) qui s’est constituée à la suite de l’effondrement des divers murs de la zone castrale et, enfin, une couche de terre humifère. Comme pour la couche de terre noire de la phase 6, la fouille ne s’est pas déroulée partout de la même façon.

76La première année, dans l’ignorance de la stratigraphie du site, un décapage fin a été effectué dès la surface. Ensuite, on a fait appel à des terrassiers pour enlever conjointement humus et pierres de démolition. A la fin, deux couches ont été distinguées (fig. 11).

Hors phase

77Deux autres vestiges de murs ont été mis au jour, mais leur relation avec les phases identifiées est impossible à préciser. Très arasées et reposant sur le rocher, ces structures restent hors stratigraphie. Leur présence n’est qu’un témoignage de la complexité de l’organisation de l’espace dans cette zone de fouille. Comme les autres traces de construction, ces deux murs étaient enfouis sous la couche de terre noire de la phase 6 et lui étaient donc antérieurs :
u.s. 1290 - Un alignement de pierres liées de terre dans un creux de la paroi rocheuse au nord de Y 12. Il ne comporte qu’une seule assise, mais certaines encoches dans le rocher font penser à la possibilité d’une élévation. Il s’agissait probablement d’un mur de support, mais aucun lien stratigraphique ne permet de le rattacher à une phase plutôt qu’à une autre.
u.s. 2132 - Alignement de pierres liées de mortier en Ζ 12, au nord. Il était, au moment de sa découverte, en très mauvais état de conservation. S’il s’agissait d’un mur, il ne restait plus que les vestiges d’un parement sud.
u.s. 1597 - Mur lié de mortier dont il ne subsiste plus que le parement nord. Il est situé dans le prolongement, à l’est, du mur de courtine. Beaucoup plus étroit il ne semble pas être en relation avec ce dernier. Posé sur le rocher, il est conservé sur 60 cm. de hauteur.

La tour - zone Β

78La fouille de la plate-forme supérieure de la zone castrale a permis de mettre au jour les restes d’une tour qui était complètement enfouie sous une épaisse couche de démolition.

79L’édifice était installé sur une étroite plate-forme du rocher, ou plutôt une sorte de dôme, aplani à son sommet du côté nord-est et plongeant plus ou moins fortement vers le nord, l’ouest et le sud. Dans son état actuel, il s’agit d’un bâtiment de plan trapézoïdal avec une ouverture à l’est donnant sur une étroite terrasse rocheuse qui surplombe l’espace oriental de la cour (fig.10).

80Certains indices archéologiques permettent cependant de supposer un édifice plus étroit à l’origine, sans ouverture à l’est, et sans les contreforts dont la construction a dû être contemporaine, ou de peu postérieure, au percement de l’entrée encore visible, en vue de consolider les murs orientaux.

81Les couches archéologiques relevées ont été moins nombreuses que dans la zone de la courtine et on a pu identifier quatre phases distinctes (fig. 21).

21 - Diagramme de la stratigraphie observée dans la tour

21 - Diagramme de la stratigraphie observée dans la tour

Phase 1

82L’édifice installé sur le pic rocheux, situé à 601,80 m. d’altitude a englobé, dès son origine, la plus grande partie de la plate-forme, ne laissant à l’extérieur des murs qu’un étroit couloir de circulation, sauf au sud où la construction s’appuie en surplomb sur la paroi rocheuse qui barre la terrasse inférieure (fig. 22) :

22- La tour : plan des structures de la phase 1

22- La tour : plan des structures de la phase 1

83u. s. 866 - Mur nord, conservé sur environ 1,20 m. de hauteur. Il repose sur le rocher auquel il est lié par du mortier jaune mêlé de quelques petites pierres à l’est et de plus gros blocs à l’ouest. Tout son soubassement fait saillie par rapport à son parement interne.
u. s. 894 et 892 - Murs est. Ils reposent sur le rocher pratiquement plat et sont actuellement séparés par l’ouverture de l’entrée. Le mur 894 est chaîné au nord à 866. Conservé sur une hauteur d’environ 0,70 m, il comporte quatre assises. Sa base prend appui sur le rocher auquel il est lié par du mortier jaune.

84Le mur 892, chaîné au sud au mur 865, est conservé sur une hauteur d’environ 0,80 m. et comporte six assises. Son soubassement est formé d’un lit de petits cailloux et mortier jaune faisant saillie par rapport à son parement interne.
u. s. 865 - Mur sud. Il repose sur le rocher en pente, auquel il est lié par une semelle de mortier jaune et de pierres débordant largement à l’intérieur. Il est conservé sur 1,40 m. et comporte cinq assises sur 1 mètre de hauteur.

85Les angles des murs à l’extérieur sont très abîmés et particulièrement l’angle sud-est. Probablement les chaînages d’angles étaient-ils formés de grosses pierres de taille, comme ceux de la chapelle, encore existante, et ils ont dû être récupérés.

86Ceci a contribué à affaiblir les structures et à accélérer leur destruction. Un gros effondrement, quasiment d’un seul bloc, de l’angle sud-est de la tour a pu être observé en contrebas dans la cour (phase 7, u.s. 1261)(fig. 11). La comparaison avec la technique de construction de la chapelle peut suggérer l’existence d’angles appareillés en besace. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’une grosse pierre de taille rectangulaire retrouvée en place dans l’angle nord-ouest.

87Quant à la paroi ouest de ce premier bâtiment, plusieurs faits archéologiques, remarqués à différents stades de la fouille, permettent de conclure qu’elle ne correspondait pas avec celle encore existante (fig. 22, 23).

23 - La tour : lambeaux de sol de la phase 1

23 - La tour : lambeaux de sol de la phase 1

88La couche 1188 s’arrête brusquement au sud-ouest, ainsi que le sol 1183. A ce même endroit ont été découverts des vestiges ténus qui pourraient correspondre à un ancien mur.
u. s. 2133 - Alignement de trois grosses pierres liées de mortier dans le prolongement d’une large fente du rocher de direction nord-sud (fig. 22).

89Mais l’emplacement exact de la limite occidentale du bâtiment primitif reste cependant hypothétique. Les indices dont on dispose ne suffisent pas pour qu’on puisse exclure d’une façon certaine que la tour ait eu, à son origine, des dimensions différentes de celles encore conservées.

90Les murs de la tour reposent tous directement sur le rocher et il n’existe aucune véritable tranchée de fondation. Cependant, la pente plus ou moins forte du terrain naturel fait que leur base se trouve en contrebas de la plate-forme centrale. Un remblai a donc été établi afin d’égaliser la surface interne, surtout au nord et au sud. Ce comblement était probablement constitué des terres humifières et de décomposition du rocher prises sur place lors du décapage du terrain nécessaire pour dégager le roc avant la construction du bâtiment (fig. 22).
u. s. 944 et 947 - Terre brune mêlée de petites pierres remplissant une large dépression entre le rocher et le parement interne du mur 866. Ce remblai était plus tassé et plus sombre vers l’ouest, où ont été également retrouvées des traces de charbon de bois. Mais il ne contenait aucun mobilier.
u. s. 1181, 934 et 1188 - Terre jaune granuleuse, voire caillouteuse, mêlée de petites pierres en surface et de plus gros blocs au fond. En 1181 ont été retrouvés des taches de cendres et un peu de mobilier, mais dans l’ensemble ces couches de remblai au sud semblent comporter davantage de décomposition du rocher que le remblai au nord.

91Le sol d’occupation de cette première construction était en grande partie constitué par le rocher aplani au centre et au nord-est. Mais ailleurs ont été rencontrés des vestiges d’un sol en mortier qui était très abîmé, probablement par un incendie. Le seul endroit où ce sol ait été retrouvé encore conservé est au nord, contre le mur 866 (fig. 23) :
u. s. 941 - Mortier jaune très dur et compact lorsqu’on l’a dégagé, qui s’est vite décomposé pour former une surface damée de terre granuleuse jaune après une journée de pluie. Cette zone de mortier n’arrive pas au contact direct du mur 866, elle apparaît comme coupée ; cependant, contre le parement interne du mur, à la même hauteur, restait en place un autre bloc de mortier. Entre ces deux plaques de mortier il n’y avait que de la terre meuble. Ce manque de continuité du sol est le résultat de l’aménagement de la structure qui sera réalisé à cet endroit dans une phase postérieure (cf. phase 2, u. s. 942).

92Au sud, contre le mur 865, juste à l’opposé de 941, a été rencontrée une situation tout-à-fait comparable : là aussi une structure postérieure a perturbé le sol de cette phase (cf. phase 2, u. s. 932) :
u.s. 1183 - Terre dure, tassée, jaune et granuleuse, comportant par endroits des taches de brûlé et des poches de mortier jaune très dégradé. Ce vestige de sol vient s’appuyer contre le rocher au nord et contre le mur 865 en partie ; mais il s’arrête brusquement à l’ouest, dans le prolongement d’une large fente du rocher (et contre le mur disparu 2 133 ?). Au delà de la limite supposée de ce premier édifice, là où le rocher plonge profondément, aucune observation ne permet d’envisager la présence d’un sol comparable à 941 et 1183.
u. s. 929 - Terre jaune tassée dans laquelle alternent des lentilles de cendres d’épaisseur et de dimensions diverses, pouvant aller de la petite tache fugace à des plaques de 30-40 cm. de large et quelques poches de mortier dégradé, surtout le long du mur 865. Sur cette terre nivelée on ne peut pas affirmer l’existence d’un véritable sol en mortier, mais dans la coupe qui passe à la limite ouest de cette zone est apparue une couche de mortier jaune qui pourrait être un sol. Il n’est pas exclu que la terre jaune tassée et dure constituant ce sol 929 puisse être en réalité du mortier altéré entre deux campages de fouille.

24 - La tour : couches d’occupation de la phase 1

24 - La tour : couches d’occupation de la phase 1

93Sur le sol en mortier, ou en terre battue, ainsi que sur le rocher se sont accumulées deux couches d’occupation de différentes sortes (fig. 24) :
u. s. 938 - Terre rubéfiée mais de texture fine, cendreuse. Au nord elle apparaît coupée, comme le sol sous-jacent (u. s. 941). u. s. 940 - Terre jaune caillouteuse qui pourrait provenir d’une décomposition de mortier (vestige encore du sol sous-jacent très altéré et comparable donc à 929).
u. s. 922 - Terre brune rougie par le feu, mêlée de petit gravier. Partout cette couche remplit les creux du rocher affleurant qui est, lui aussi, fortement brûlé au nord-ouest. Au contact avec la couche 940, vers le centre du bâtiment, ont été observées trois petites dépressions de forme circulaire dont l’utilisation reste incertaine.

94L’ensemble des couches d’occupation présente de telles traces de feu qu’on ne peut l’interpréter que comme le résultat d’un vaste incendie, très violent puisque le rocher même en a été marqué. Les traces les plus importantes de cet incendie ont été retrouvées au nord-ouest :
u. s. 915 - Epaisse couche de cendres noires alternées avec des lentilles de cendres blanches recouvrant la couche 922 au nord jusqu’au centre du bâtiment et remplissant deux des trois petites fosses apparues dans celles-ci.

Phase 2

95L’importance de l’incendie qui met un terme à la phase 1 a sans doute endommagé fortement l’édifice primitif. C’est à ce moment, semble-t-il, qu’on a modifié son plan, l’agrandissant vers l’ouest. A ce stade de la fouille a été constatée la superposition de couches de mortier blanc ou jaune qui paraît témoigner de réfections successives. On peut distinguer, pour cette phase, quatre moments distincts sans que l’on puisse exclure, cependant, qu’ils soient contemporains.
- 2 A : travaux de réaménagement,
- 2 Β : mise en place du sol,
- 2 C : réfection du sol,
- 2 D : couche correspondant à l’occupation de l’étage.

Phase 2 A

96Les vestiges qui témoignent des travaux effectués lors de cette deuxième phase sont parfois ténus et leur succession dans le temps n’est pas facile à saisir avec certitude. Ils se chevauchent souvent et leur ordre dans le diagramme est parfois hypothétique, puisqu’il peut s’agir de faits archéologiques contemporains. Cependant, nous n’avons pas voulu affirmer la contemporanéité de séquences d’ordre extrêmement différent telles que : la probable réfection des murs existants, la construction du mur ouest, le remblaiement correspondant, l’épandage de différents mortiers sur le sol. Sur le diagramme ces données figurent sur des lignes distinctes, mais leur ordre pourrait être interverti (fig. 21). Nous les avons présentées dans l’ordre qui nous a paru le plus logique mais qui reste hypothétique (fig. 25) :
u. s. 919 et 939 - Mortier blanc de faible épaisseur avec quelques taches de cendres, recouvrant irrégulièrement le centre de l’édifice. On peut se demander s’il ne correspondrait pas à une zone de gâchage pour la réparation des murs 866, 894, 892 et 865 qui présentent à plusieurs endroits, sur leur parement interne, des reprises en mortier blanc.
u. s. 867 - Mur ouest. Lié de mortier jaune et conservé sur 0,52 m. environ de hauteur. Il est soudé au rocher par une semelle de mortier où sont noyées des pierres non équarries qui, dans la moitié nord du mur, font saillie sur une hauteur de deux assises. L’on propose de rattacher l’édification de ce mur à la phase 2, parce que le sol du bâtiment antérieur semblait buter contre un mur disparu, mais également parce que d’autres vestiges des réaménagements observés le laissent supposer. Les couches de remblai apportées afin de compenser la pente du rocher pour rattraper le niveau de la plate-forme centrale sont tout-à-fait différentes de celles que l’on peut rattacher à la construction des autres murs (cf. phase 1) :
u. s. 925 - Dans l’angle nord-ouest. Terre très meuble riche en cendres et charbon de bois remplissant un creux du rocher. On peut supposer que l’on a rejeté vers un angle les éléments terreux et cendreux provenant de l’incendie de la phase 1 et qui devaient encombrer l’intérieur de l’édifice. Cette couche de cendres est recouverte en partie par un autre remblai plus hétérogène et plus étendu :
u. s. 923, 924 et 943 - Terre noire meuble mêlée de cailloux et de quelques grosses pierres. La couche 943 repose en partie sur le sol en mortier de la phase 1 (sol 941) et remplit le creux du rocher entre ce sol et le mur 866 (fig. 23).
u. s. 928 et 1182 - Couches de remblai reposant sur la semelle en mortier du mur 967, formées de terre brune meuble comportant beaucoup de charbon de bois même de grandes dimensions (encore des vestiges de l’incendie de la phase 1 ?).
u. s. 1180 - Remblai dans l’angle sud-ouest. Terre jaune caillouteuse mêlée de petites pierres ; probablement constituée essentiellement d’éléments de décomposition du rocher et de terre en place.

25 - La tour : murs et traces de réaménagement de la phase 2 A

25 - La tour : murs et traces de réaménagement de la phase 2 A

97A l’appui de l’hypothèse de la construction plus tardive du mur ouest de la tour, on peut mettre en évidence que le parement externe du mur 865, contre lequel il s’appuie vers le sud, présente une différence d’appareil à l’aplomb d’une faille du rocher et deux modules différents dans sa construction (fig. 26).

26 - La tour : parement sud du mur 865

26 - La tour : parement sud du mur 865

98C’est encore pendant cette phase de réaménagement qu’on peut situer l’ouverture de la porte et l’édification des deux contreforts à Test (fig. 25) :
u. s. 2134 - Percement de la porte à Test qui vient interrompre la continuité des murs 894 et 892. Cette continuité dans l’édifice primitif semble prouvée par un creusement du roc dans l’alignement du parement externe des deux murs ; cette rainure ne correspond pas à la feuillure de la porte dont l’emplacement est reconnaissable grâce à une pierre de taille de son embrasure. Le côté nord de l’ouverture est très ruiné mais au sud existe encore en place son piédroit. Les éléments architecturaux retrouvés dans la couche de destruction de la phase 4 ont permis de restituer l’aspect de l’arc qui complétait cette ouverture.

99Le percement de la porte 2134 a été vraisemblablement contemporain de l’édification des deux contreforts de soutien contre les murs 892 et 894 :

100u. s. 890 et 891 - Contreforts à l’est de part et d’autre de la porte 2134. Ils offrent le même type d’appareillage que les murs principaux de la tour mais, en plus, a été observée la présence de matériaux de remploi : de nombreux fragments de tuiles, certaines pierres de taille, un polyèdre basaltique, ainsi qu’un fragment de meule (fig. 27).

27- Meule dormante incluse dans l’appareil du contrefort 890

27- Meule dormante incluse dans l’appareil du contrefort 890

101Aux travaux effectués sur les murs externes de la tour correspondent probablement des aménagements à l’intérieur dont il reste encore quelque traces (fig. 25) :
u. s. 942 et 932 - Deux structures symétriques contre les murs nord et sud, reposant respectivement sur le remblai 943 et 1180. Elles sont très bien aménagées et constituées de grosses pierres taillées, superposées et posées à plat. Ces structures peuvent être interprétées comme des calages de poteaux.
u. s. 2135 - Pierre taillée, rectangulaire, posée à mi-distance entre 932 et 942, juste au milieu de la tour. Il s’agit probablement du support d’un troisième poteau servant à soutenir la poutre centrale de l’étage, de direction nord-sud.

Phase 2 Β

102Après ces réaménagements architecturaux, la surface intérieure de l’édifice a été recouverte d’un sol en mortier jaune. Très abîmé lors de sa découverte, il n’a été repéré que par larges plaques. Pourtant, la terre apparente à proximité semble être également du mortier, mais très décomposé. Il a donc été très difficile de saisir les limites du mortier, là où il était en contact avec ce sol dégradé, et de distinguer les rechargements postérieurs attestés par des colorations diverses. Ces strates se présentaient sous forme de minces pellicules et recouvraient surtout le centre et la moitié ouest du bâtiment. Au nord-est le sol était encore constitué par le rocher (fig. 28) :
u. s. 936 et 916 - Plaques de mortier jaune, au nord et à l’ouest. Au sud de la tour, le même mortier n’est apparu que sous forme de petites taches.
u. s. 933 et 917 - Sol de terre jaune/orange granuleuse, qui pourrait être du mortier dégradé, dur, tassé. Son niveau supérieur est lisse et horizontal. Ce sol présente parfois des traces de feu et contient des petits blocs de terre rougie et brûlée.
u. s. 1178 - Sol constitué de terre noire tassée, riche en charbon de bois. A l’ouest et au sud, ce sol n’arrive pas au contact des murs. Il paraît coupé à trois endroits par des cuvettes circulaires.
u. s. 906 - Trois excavations circulaires, peu profondes, remplies de terre noire (à l’est) et de charbon de bois (à l’ouest).

28 - La tour : sols de la phase 2 Β

28 - La tour : sols de la phase 2 Β

103Au-dessus du sol 1178, dans la zone où le so1 en mortier n’a, semble-t-il, jamais existé, on a rencontré une couche d’occupation :
u. s. 950 - Terre brune tassée, comportant de nombreuses traces de charbon de bois et particules de terre brûlée et rougie par le feu. En particulier contre le mur 865 a été observée une aire très dure et rougie qui fait envisager la présence d’un foyer, bien qu’il n’y ait aucune trace de structure construite.

Phase 2 C

104Cette phase correspond à une série de réfections du sol antérieur avec un emploi massif de mortier blanc. L’utilisation du mortier est, encore une fois, réservée presque exclusivement à la moitié nord-ouest de l’édifice. Sans que l’on puisse en donner une explication précise, ces indices répétés mettent en évidence une utilisation particulière de cette zone ; peut-être le stockage de denrées alimentaires (fig. 29) ?
u. s. 912, 918, 1179 et 946 - Mortier blanc, mince et pulvérulent à l’est, plus compact et plus épais vers l’ouest où il remonte contre le parement interne du mur 867.

105En dehors de cette zone, le mortier a été utilisé abondamment près des structures correspondant à des calages de poteau :
u. s. 937 - Mortier blanc très compact qui vient s’appuyer contre la structure 932 au sud comme pour la soutenir et la renforcer. Il a été repéré également de part et d’autre de la structure 942, contre le mur nord, ainsi que près de la grande pierre rectangulaire au milieu du bâtiment (u. s. 2135).

29 - La tour : phase 2 C

29 - La tour : phase 2 C

106Deux autres faits archéologiques sont apparus aussi en relation avec les calages des poteaux au nord et au sud. Ils sont probablement les vestiges des poteaux en question et seraient plutôt à relier à la phase de destruction de la tour. Mais, en stratigraphie, ils sont au-dessous de la couche de démolition de l’étage qui, elle, correspond à la phase 2 D :
u. s. 907 - Couche de cendres noires, dure et compacte, formant une sorte de monticule entassé près du mur 867. Elle recouvre presque entièrement la terre rougie sous-jacente (u. s. 950, phase 2 B).
u. s. 909 - Cendres compactes formant un dôme au dessus de la structure 942 et recouvrant en partie les plaques de mortier blanc qui le renforcent des deux côtés (u. s. 937).

Phase 2 D

107La tour comportait vraisemblablement plusieurs étages mais il est impossible de déterminer s’ils existaient dès l’origine et s’ils ont fait l’objet de réfections ou de réaménagements. Un témoin archéologique de l’existence d’un étage a cependant été identifié : une couche épaisse de terre recouvrant entièrement le rez-de-chaussée (fig. 30).

30 - La tour : coupe stratigraphique nord-sud

30 - La tour : coupe stratigraphique nord-sud

108u. s. 873, 880, 902 et 904 - Couches de terre brune, parfois noire et mêlée de nodules de charbon de bois, fine et homogène. Ces couches avaient une épaisseur de 15 à 20 cm. environ et peuvent être interprétées comme le résultat de l’effondrement des étages. Plusieurs constatations le laissent supposer. Le mobilier y était particulièrement abondant, et cette concentration contraste avec la rareté constatée pour le sol du rez-de-chaussée sous-jacent et dans la couche de destruction qui s’est accumulée au-dessus. En particulier, le nombre important de clous confirme, semble-t-il, l’existence d’un plancher (fig. 31).

31 - La tour : plan de répartition des trouvailles métalliques relatives à la construction dans la couche d’effondrement de l’étage, phase 2 D

31 - La tour : plan de répartition des trouvailles métalliques relatives à la construction dans la couche d’effondrement de l’étage, phase 2 D

109Il faut également noter que dans le carré Y 13, contre le mur 892, à environ 1 mètre de l’entrée a été découverte une zone d’argile rubéfiée et compacte associée à beaucoup de charbon de bois. Il s’agit très probablement des vestiges d’un foyer établi à l’étage.

110La dispersion du mobilier, localisé avec précision pendant la fouille, ne peut certes être prise en compte comme reflet de son emplacement d’origine : l’effondrement du plancher en a sans doute bouleversé la disposition. On peut mettre toutefois en évidence le vide qui apparaît dans l’angle nord-est. Il est possible qu’un escalier ait occupé cet emplacement, afin d’accéder à l’étage. Certaines encoches volontaires, observées à ce même endroit sur le rocher, sembleraient confirmer cette hypothèse.

Phase 3

111La phase 3 correspond à une occupation qui aurait eu pour sol le niveau supérieur de la couche d’effondrement de l’étage de la tour. La surface est apparue, lors de la fouille, comme grossièrement aplanie, malgré la présence de tuileaux et de pierres qui témoignent déjà d’une certaine dégradation de l’édifice. Cette surface, assez irrégulière et fugace, était par endroits caractérisée par une mince pellicule de terre argileuse jaune damée et plane, surtout dans le carré Y 13. Ce nivellement semble correspondre à une occupation des anciennes structures, sans véritables aménagements (u. s. 871, 861 et 872).

Phase 4

112Dans cette phase sont comprises toutes les couches qui témoignent de la destruction de la tour. L’énorme masse de matériaux constituant les ruines de ce bâtiment comportait les vestiges de la toiture et des murs effondrés :
u. s. 900, 901 et 903 - Couches de tuiles brisées, formées à la suite de l’accumulation des strates de démolition de la toiture. Les tuiles étaient noyées dans une grande quantité de mortier pulvérulent et mêlées de grosses pierres.
u. s. 893, 889, 857, 859, 860, 899 et 898 - Couches de grosses pierres de démolition des murs, amalgamées dans de la terre brune ou jaune et du mortier parfois en gros blocs.
u. s. 887, 855, 858 et 888 - Couches de terre humifère recouvrant toute la démolition et tous les vestiges archéologiques de la tour.

Conclusion

113L’importance des affleurements rocheux sur lesquels ont été édifiées les structures de l’ensemble castral d’Essertines-Basses ont empêché, lors de la fouille, d’établir la corrélation stratigraphique entre la tour et la cour occupant deux replats séparés par une dénivellation d’environ deux mètres.

114Il est évident, pourtant, que la tour, située sur la plate-forme sommitale, et la cour en contrebas ont été deux éléments complémentaires, du moins à une certaine période de l’occupation. Mais la fouille a permis de reconnaître sept phases pour la zone de la cour et seulement quatre pour la tour, sans qu’un fait archéologique permette de les mettre en relation avec une totale certitude.

115Seuls un commentaire critique des stratigraphies relevées et l’analyse des éléments jouant un rôle déterminant dans leur interprétation peuvent restituer l’histoire du site.

116Les conclusions que l’on tentera de préciser sont, toutefois, basées sur des déductions et non sur des faits archéologiques incontestables. Les éléments de datation dont on dispose, notamment les trouvailles monétaires, semblent pourtant confirmer les hypothèses émises.

117Le premier élément qu’on ne saurait négliger concerne essentiellement l’édifice primitif mis au jour dans la cour (fig. 13). Ce bâtiment en pierres liées de mortier conservait encore une partie de son mur de façade et un large escalier devant l’entrée. La qualité de la construction et l’épaisseur du mur 1300, ainsi que le soin apporté pour aménager un ample accès, laissent supposer l’existence d’un édifice important. La présence simultanée d’un deuxième bâtiment, également important, à l’emplacement de la tour édifiée sur la plate-forme dominant la cour paraît, par conséquent, peu justifiée. A l’origine, la résidence principale coïncide probablement avec les vestiges les plus anciens retrouvés dans la cour.

118Lors de la phase 4 de cette zone, en revanche, les faits archéologiques observés invitent à supposer un abandon, au moins partiel, des structures en pierres et la présence, plutôt, de constructions en bois. On ne saurait pas expliquer autrement les vestiges des trous de poteaux et surtout l’importante couche d’incendie. L’épaisseur de celle-ci à l’est paraît correspondre à la présence, à cet endroit, d’une construction légère et/ou d’un accès en bois pour accéder à la plate-forme supérieure.

119Dans cette hypothèse, on peut envisager que l’édifice principal était alors en haut (la tour, phase 1) et que sur le replat inférieur ne trouvait place qu’un bâtiment annexe, moins important, faisant appel au bois plus qu’aux murs de pierre.

120Un autre indice archéologique, qui semble conforter cette interprétation, est le violent incendie qui marque la fin de la phase 4 dans la cour probablement le même que celui qui mit fin à la phase 1 de la tour. Dans les deux cas il a provoqué des destructions importantes : il a ravagé la zone est de la cour au point que tout l’espace a été réaménagé radicalement entraînant la destruction de ce qui restait du mur 1300 et l’édification du grand mur de courtine (phase 5). Dans la tour, l’incendie a été également très violent au point de marquer fortement le rocher au nord-est et d’endommager les murs. Ceux-ci ont conservé sur leur parement interne de nombreuses traces de feu et de reprises de mortier. Tout semble confirmer qu’il s’agit des traces du même événement.

121Si l’on admet la contemporanéité de cet incendie, les deux ensembles archéologiques distincts de la zone A et de la zone Β pourraient avoir une corrélation au moment de la phase 4B pour la cour et de la phase 1B pour la tour.

122Cette interprétation amène à décaler en conséquence les autres phases. Le tableau des correspondances ci-contre qui en découle permet de restituer une chronologie relative et absolue de deux ensembles archéologiques, qui est confirmée par l’étude du mobilier, céramique et métallique, ainsi que par les trouvailles monétaires. L’occupation de la zone castrale d’Essertines-Basses se diviserait ainsi en six périodes.

Tableau : Corrélation entre les phases d’occupation observés dans la tour et dans l’espace situé entre la tour et la courtine

Tableau : Corrélation entre les phases d’occupation observés dans la tour et dans l’espace situé entre la tour et la courtine

Période I

123Le premier édifice, ou la « tour » d’origine, était installé sur la plate-forme qui deviendra par la suite la cour. Ce bâtiment était sans doute important, mais on le connaît mal puisqu’il n’en reste que des vestiges ténus. Il ouvrait à l’est, donnant sur un escalier. La chronologie de cette occupation n’est pas précisable. Le mobilier était très rare et souvent non identifiable.

Période II

124A ce moment la résidence principale est encore le bâtiment d’origine, mais avec des modifications. L’escalier est supprimé entraînant ainsi un déplacement de l’accès. Celui-ci ouvre sur une large esplanade au sud, situé en contrebas. La chronologie absolue de cette période reste également imprécisable.

Période III

125C’est à cette période que l’on peut situer l’édification de la tour sur le sommet de l’éperon rocheux. L’habitat principal se déplace vers le haut et la terrasse inférieure n’abrite plus, vraisemblablement, que des bâtiments secondaires. A l’est on peut imaginer une annexe en bois constituant peut-être un abri pour des animaux. Dans cette zone ont été retrouvés, entre autres, une trentaine de clous de ferrure.

126La tour est, à ce moment, un édifice rectangulaire d’environ 8 m. de long et 5 m. de large, comme semblent l’attester plusieurs indices concordants.

127Les aménagements internes de la tour de cette période n’ont pas été conservés, et de même, reste problématique l’emplacement de son accès. Les murs actuels ne conservent que l’ouverture postérieure qui est venue interrompre la continuité du mur est.

128L’étude du matériel retrouvé dans les couches correspondant à cette période permet d’envisager une occupation entre le XIIe et le XIIIe s. Dans la cour ont été mis au jour deux éperons à pointe pyramidale dont l’usage se raréfie dans le courant du XIIIe s. Dans la tour, sur le sol le plus tardif, a été retrouvée une monnaie du XIIe s. (cf. étude numismatique). Puisque le sol de la tour de la période 4 était en plusieurs endroits très endommagé, cette pièce pourrait provenir du sol antérieur, juste au-dessous. De toute façon sa présence témoigne d’une fréquentation précoce du site.

129On ne saurait oublier, non plus, l’apport de la documentation écrite qui cite déjà dès le début du XIIIe s. l’existence de deux zones distinctes : la tour et la cour.

Période IV

130L’habitat correspondant à cette période est sans doute celui que l’on connaît le mieux. L’abandon du site qui a suivi a figé, de fait, les vestiges architecturaux. L’importance des structures mises au jour fait l’objet d’un chapitre à part et on ne s’y attardera pas ici (cf. chapitre 4).

131La cour est encore délimitée par ses grands murs d’enceinte et la tour conserve encore actuellement les vestiges de ses quatre murs périmétraux.

132Le rez-de-chaussée de l’édifice principal était vraisemblablement divisé en deux par une cloison utilisant les poteaux installés sur la ligne médiane nord-sud. Les zones ainsi délimitées semblent avoir connu une utilisation différente, si l’on considère les indices archéologiques qui ont été relevés.

133Le sol en mortier était très dégradé et usé sur toute la moitié est, en raison vraisemblablement d’une circulation plus intense. Près de la porte, en outre, devait se trouver l’escalier conduisant à l’étage (fig. 31).

134Dans la moitié ouest de la pièce, en revanche, le mortier était mieux conservé et certaines traces laissent imaginer qu’au-delà de la ligne de poteaux se trouvait la cuisine, au moins dans la phase d’occupation plus ancienne (cf. phase 2B). La terre brûlée et rougie, près du mur sud est le seul indice qui permette de signaler l’existence d’un foyer. Mais la fouille n’a retrouvé aucune structure construite. Ses éléments ont pu être enlevés s’ils existaient, ou sinon il faudrait imaginer un âtre à même le sol (fig. 28).

135Un peu plus au nord de ce foyer ont été relevées deux petites fosses ayant probablement servi à caler des vase.

136Dans un deuxième temps, toute la partie est a connu des réfections qui semblent indiquer un changement d’utilisation : une nouvelle couche de mortier recouvre le sol et le foyer est supprimé. S’agit-il alors d’une pièce de stockage ?

137En revanche les traces d’un nouveau foyer (ou d’un second si le premier était encore utilisé ?) ont été retrouvées dans la couche d’effondrement de l’étage.

138Cette couche a restitué, de plus, un mobilier particulièrement abondant qui a fourni plusieurs éléments de datation absolue. Les monnaies et les poids monétaires renvoient à la deuxième moitié du XIVe s. et cette datation est confirmée par un anneau sigillaire, par d’autres trouvailles métalliques (clef, décors de ceinture) ainsi que par le mobilier céramique.

Période V

139Les rares indices archéologiques qui ont été observés laissent imaginer qu’à cette période les constructions castrales ne concordaient plus avec leur fonction d’origine. L’irrégularité du sol de fréquentation à l’intérieur de la tour laisse plutôt imaginer une occupation sporadique, sans aménagements. Dans la zone de la cour, en outre, l’épaisse couche de terre recouvrant tous les vestiges antérieurs évoque un espace cultivé, une sorte de jardin.

140Les éléments de datation sont rares. Le seul objet identifiable est une clef, d’un type attribuable au XVe s. Cette occupation fut de courte durée, presque aussitôt suivie par la démolition des structures.

Période VI

141A cette époque se situe l’abandon total du site. Une épaisse couche de destruction recouvre la tour et la cour. Le début de l’effondrement des murs et de la toiture semble se situer vers la fin du XVe s. comme l’atteste la présence d’une monnaie dans les décombres (1483 - 1498).

Table des illustrations

Titre 9 - Localisation du premier sondage dans la zone castrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 10 - La dénivellation de la zone castrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 11- Diagramme de la stratigraphique observée dans la cour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 12 - La cour : traces de l’occupation pré-médiévale, phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 13 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 14 - L’escalier de la phase 2, vu du nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 15 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 16 - La cour : plan des structures et des sols de la phase 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 17 - Calage de poteau 1263
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 18 - La cour : constructions de la phase 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 19 - La cour : sols et couches d’occupation de la phase 5 Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 20 - La cour : coupe stratigraphique nord-sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre 21 - Diagramme de la stratigraphie observée dans la tour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 22- La tour : plan des structures de la phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 23 - La tour : lambeaux de sol de la phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 24 - La tour : couches d’occupation de la phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 25 - La tour : murs et traces de réaménagement de la phase 2 A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 26 - La tour : parement sud du mur 865
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 27- Meule dormante incluse dans l’appareil du contrefort 890
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 28 - La tour : sols de la phase 2 Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 29 - La tour : phase 2 C
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 30 - La tour : coupe stratigraphique nord-sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 31 - La tour : plan de répartition des trouvailles métalliques relatives à la construction dans la couche d’effondrement de l’étage, phase 2 D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau : Corrélation entre les phases d’occupation observés dans la tour et dans l’espace situé entre la tour et la courtine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1679/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access