Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 2. Un château dans les Monts du Forez : l’apport des documents

Françoise Piponnier

Texte intégral

1Si la plaine du Forez est peuplée et urbanisée à l’époque romaine, rien n’indique la présence d’habitats à ce moment dans permanents les Monts du Forez. La pauvreté des archives antérieures au XIe s. concernant la région ne permet de déterminer ni le moment exact où les défricheurs se sont lancés à l’assaut de leurs pentes boisées et broussailleuses, ni quels ont été les promoteurs de ce mouvement.

Les défrichements

2Le toponyme d’Essertines suffit par lui-même à rattacher l’occupation de ce terroir à l’époque de la colonisation de nouvelles zones en friche, assez tôt sans doute, vu la proximité de la plaine et de la cité gallo-romaine de Moingt, avant la fin du Xe s., en tout cas, si le témoignage du plus ancien texte mentionnant Essertines a été transmis fidèlement par une copie médiévale, mais nettement postérieure.

3Ce n’est pas un hasard, non plus, si ce premier document est d’origine religieuse et doit attester l’existence d’une paroisse : le réseau des structures religieuses se met en place au moment même où commence le peuplement sur les fronts pionniers. Il s’agit d’une simple mention, dans la liste des possessions de l’église métropolitaine de Lyon (Guigue 1885 ; Feuillet et Guilhot 1985), où apparaît l’église Sainte-Marie d’Essertines avec chapelle et dépendances (ecclesia Sancte Marie de Exartinis cum capella et appenditiis). Daté de l’année 994, ce texte mentionne des personnages qui ont vécu au XIe et au début du XIIe s. L’énigme qu’il pose a retenu l’attention de plusieurs historiens. Les hypothèses d’interprétation qu’ils proposent vont du faux délibéré, rédigé avant 1233, à la réutilisation d’un inventaire authentique, effectivement dressé par l’évêque Burchard II (vers 978-1103), recopié dans la seconde moitié du XIIe ou au début du XIIIe s. en intercalant certaines nouvelles acquisitions au moment de la transcription du document dans le cartulaire.

4Cette dernière hypothèse paraît la plus vraisemblable. La cartographie des données qu’offre la plus récente étude du texte montre, pour le Forez, un réseau de paroisses assez dense dans la vallée de la Loire et quelques rares mentions d’églises sur les premières pentes des Monts du Forez. Leur présence reflète probablement l’état d’un front de colonisation relativement précoce, antérieur à la création du comté de Forez et à l’édification du château de Montbrison, qui interviennent seulement dans la seconde moitié du XIe s.

5La chapelle mentionnée comme faisant partie de la paroisse d’Essertines est difficilement identifiable en 994 à celle qui se dresse encore sur le site d’Essertines-Basses. C’est en effet à une date plus tardive que l’on doit assigner l’installation du château, en un lieu dont la valeur défensive est le seul atout. En outre, le style du bâtiment rattache cette chapelle, au plus tôt, au XIe s. La mention, au Xe s., d’une chapelle appartenant à la paroisse d’Essertines peut être le résultat d’une addition tardive, lors de l’établissement de la copie qui nous est parvenue, fin ΧΙΙ-début XIIIe ; elle peut aussi faire référence, si l’on ne retient pas cette première hypothèse, à une implantation religieuse dans une autre localité en cours de peuplement sur un front de défrichement. En effet, les paroisses montagnardes citées les plus proches sont Marcoux, au nord et Verrières au sud, ce qui laisse bien des possibilités pour placer dans l’intervalle des centres de colonisation, moins importants ou d’implantation plus récente, mais contemporains des trois paroisses mentionnées (Piponnier 1987, p. 32-33) (fig. 6).

6-Essertines et son environnement

6-Essertines et son environnement

6Ce document concernant la paroisse d’Essertines pose plus de questions qu’il n’en résout quant à la date du défrichement, donc de l’occupation paysanne. Notons que l’église paroissiale actuelle, édifice du XVIe s., est située au Bourg, peu distant d’Essertines-Basses à vol d’oiseau, mais nettement plus haut sur le rebord de la vallée du Vizézy, à proximité de terrains moins accidentés : le site d’Essertines-Basses culmine à 603 m d’altitude ; le Bourg s’élève entre 690 et 700 m. (fig. 7).

7 - Essertines-Basses, dominant la vallée, et le Bourg d’Essertines (1) situé sur le rebord supérieur du plateau

7 - Essertines-Basses, dominant la vallée, et le Bourg d’Essertines (1) situé sur le rebord supérieur du plateau

Pouvoir comtal et luttes d’influences

7Cette zone des Monts du Forez a dû prendre de l’importance lorsque s’est constitué le comté de Forez, dans la seconde moitié du XIe s. Evincée de Lyon par les archevêques, la famille comtale installe sa résidence au débouché de la vallée du Vizézy dans la plaine, position centrale dans ses possessions. Les comtes commencent alors à construire le château de Montbrison, destiné à devenir le cœur de leur capitale. Le site choisi est une butte basaltique culminant à 429 m d’altitude, qui domine la plaine de 30 à 40 m. Le château comtal semble avoir été édifié entre 1075 et 1080 ; il existait en tout cas avant 1095-1097 puisque le comte Guillaume, tué à la Croisade en 1097, avait fondé avant son départ un hôpital destiné aux pauvres dans l’enceinte du château (in castello Montisbrisonis) (Fournial 1967).

8L’installation à cet endroit du siège du pouvoir et d’un habitat marque une rupture totale avec le schéma d’occupation antérieur. La capitale du Forez gallo-romain était Feurs, « Forum Segusiavorum », le « Foro Segustavaru » de la Table de Peutinger, situé sur la Loire à 25 km environ au nord-est de Montbrison. Un centre romain s’était développé aussi, près d’une source thermale, à Moingt, à 2 km au sud de l’emplacement choisi par le comte de Forez. Au pied du château comtal, où l’on ne trouvait auparavant qu’un hameau, se développe rapidement une ville qui supplante définitivement les centres d’origine romaine. Des maisons sont mentionnées dès le premier tiers du XIIe s. ; le marché hebdomadaire est institué en 1130. En 1173, à la suite du traité qui règle le conflit entre les archevêques de Lyon et le comte, ce dernier renonce à ses droits sur le Lyonnais et affirme sa suzeraineté sur l’ensemble du Forez, dont Montbrison devient la capitale.

9Dans le même temps se joue, au nord du comté, une lutte d’influences dont le principal protagoniste est le comte de Beaujeu, allié à une puissante famille installée sur un contrefort des Monts du Forez, à Couzan. Nulle part attesté avant 1100, ce château doit être contemporain de la forteresse comtale de Montbrison, et sa seigneurie s’étend largement dans la montagne comme dans la plaine, ponctuée de places fortes. Interrompue par des accords de paix aussitôt démentis par la reprise des hostilités, cette guerre s’étend sur tout le XIIe et le début du XIIIe s. (Perroy 1962, p. 204-216). Même après l’entrée du seigneur de Couzan dans sa vassalité, en 1223, le comte continue de susciter la construction de places fortes pour surveiller, dans les Monts du Soir, la forteresse de Couzan et celles qui en dépendent ; c’est ainsi qu’il autorise, par exemple, l’installation d’une maison forte à Chalmazel en 1231 (Perroy 1976, p. 497).

Les forteresses montagnardes

10C’est dans ce contexte, de l’installation des comtes à Montbrison et des luttes qu’ils doivent mener dans les Monts du Forez contre les Damas de Couzan, que s’inscrit l’apparition du château d’Essertines. La plus ancienne mention du « château d’Essertines », désignant en l’occurrence le mandement, remonte à 1190 (Huillard-Bréholles 1967, t.1 p. 8) ; mais le document perdu n’est connu que par des inventaires anciens. Il s’agit d’une composition entre membres d’une même famille de Montbrison qui se disputent des biens situés dans diverses châtellenies voisines de cette ville.

11Le premier document authentique date de 1207-1210 (Chartes du Forez, t.V n° 605). A ce caractère inattaquable, il joint l’avantage d’énumérer les éléments dont se compose l’ensemble castrai d’Essertines. En effet, le testament d’Albert de Thizy, chevalier richement possessionné en Beaujolais et en Forez, est très détaillé car ce personnage sans descendance y procède à la distribution de tous ses biens après avoir assuré le douaire de son épouse.

12Essertines figure à deux reprises dans ce texte, d’abord l’église paroissiale à laquelle est léguée une rente pour l’entretien d’une lampe dans le sanctuaire

(ecclesie beare Marie supra Essartines, III sol. debitales al olenarea ad accendendum lampadem union in perpetuo).

13Cette mention souligne la distinction faite entre la localité, alors appelée « Essartines » et l’église paroissiale, située plus haut dans les Monts.

14Un second legs concerne Essertines, ou tout au moins certains de ses édifices

(Alberto filio Ugonis de Siureu, domum d’Essartines et muram que est supra capellatn, et quicquid plus iuris habebat a Essartines, excepta solummodo parte quam habebat in turri et cortina quam dedit G. comiti Foresii..).

15Le bénéficiaire du legs, Albert fils de Hugues de Sury porte le même prénom que le donataire ; on peut en déduire qu’il s’agit d’un filleul. Il appartient à un lignage très proche, probablement apparenté à celui du testateur car son père Hugues, ainsi que son oncle Artaud sont désignés comme les exécuteurs du testament ; son cousin germain Encrin bénéficie aussi d’autres largesses posthumes d’Albert de Thizy.

16Les « droits » que possédait le testateur dans le mandement d’Essertines, probablement des redevances sur des terres, des maisons paysannes, voire des moulins, ne sont malheureusement pas détaillés. La partie « noble » d’Essertines, l’appropriation de ses composantes et même leur disposition dans l’espace sont définies clairement en quelques mots : Albert de Thizy lègue une maison seigneuriale (domum) et une ruine (muram) dont l’édition des Chartes du Forez suggère en note « que la mure soit spécifiée parce que ruine d’une maison seigneuriale ». Nous ne savons rien, bien sûr, quant à la longévité de ce type d’édifice, mais la présence d’une « mure » tendrait à confirmer que les édifices castraux d’Essertines ne sont pas, en ces premières années du XIIIe s., de construction récente. Ces éléments résidentiels, maison et « mure », distincts de la tour et de la courtine, sont situés au-dessus de la chapelle.

17Il est vraisemblable que la chapelle mentionnée correspond, au moins en partie, à l’édifice encore debout sur le site. L’une des fenêtres du chœur, dont le linteau monolithe est gravé de rayons imitant les joints d’un arc maçonné, est rattachée par les historiens de l’art au XIe s. En tout cas, même si la chapelle a été remaniée ou partiellement refaite, il est peu probable qu’elle ait changé de place.

18Soigneusement distinguées du legs destiné à Albert de Sury, la tour et sa courtine, partie essentielle de la forteresse sont cependant mentionnées. Albert de Thizy n’en avait possédé qu’une « part ». Cela n’a rien de surprenant car le partage d’un château et de son mandement entre plusieurs seigneurs « parçonniers » n’est pas rare. Mais on apprend aussi que le testateur avait fait don de cette part, antérieurement, au comte de Forez. Il est vraisemblable que le suzerain possédait déjà le reste de la tour et de la courtine d’Essertines. Le don apparaît ainsi, à côté des achats et des confiscations (Perroy 1976, achat p. 144, confiscation p. 438), comme l’un des moyens employés par les comtes de Forez dans la poursuite de leur politique systématique d’acquisition de châteaux. Ceux-ci servent à renforcer leur pouvoir militaire tandis que les revenus des châtellenies contribuent à accroître leur puissance économique.

19Il n’est plus question dans les autres documents du XIIIe s. des édifices castraux d’Essertines. Les mentions du « château » désignent en fait le mandement, la châtellenie. Mais sa dénomination subit une évolution progressive : le mandement d’Essertines devient mandement d’Essertines et Chatelneuf, puis n’est plus cité, le plus souvent, à partir du XIVe s., que comme mandement de Chatelneuf.

20Essertines n’est pas resté longtemps la seule place forte siège de châtellenie comtale sur les pentes des Monts du Forez à l’ouest de la capitale. A quelque 3 km au nord-ouest, le petit massif basaltique du Mont Semiol, culminant à 1021 m d’altitude, a dû offrir, pour l’installation de la forteresse de Chatelneuf. un certain nombre d’avantages décisifs : une situation plus avancée lorsque le front de colonisation eut escaladé les Monts du Forez : une position plus proche de la région où se joue la lutte contre les seigneurs de Couzan ; enfin, à une époque où le château médiéval cesse d’être une simple tour et prend de l’ampleur, un espace, moins bien protégé que l’éperon rocheux d’Essertines par des défenses naturelles, mais plus spacieux et permettant le déploiement d’édifices castraux et d’enceintes plus vastes.

21Il semble bien que ce château « neuf » ait été édifié par le comte de Forez au cours du XIIe s., puisque la plus ancienne mention du toponyme, celle d’un « moulin de Chatelneuf », antérieure même à la plus ancienne mention du château d’Essertines, remonte à 1181. Une église existe à Chatelneuf dès 1225 et le mandement est régulièrement cité à partir de 1250. L’intérêt que les comtes portent à Chatelneuf est souligné par le fait que ce château ait constitué, à plusieurs reprises, le douaire des comtesses de Forez.

  • 1 Je dois à l’obligeance de ma collègue Bernadette Barrière, (Professeur à l’Université de Limoges) q (...)

22Dans l’intervalle des châteaux que le comte édifie ou reprend en main, le réseau des forteresses se densifie avec l’apparition de maisons fortes ou maisons nobles fortifiées. Autour d’Essertines, nous voyons le comte autoriser l’un de ses fidèles à élever une maison forte à Chalmazel en 1231, sur une terre que celui-ci tenait en fief de lui, maison forte qu’il avoue jurable et rendable au comte. C’est aussi vers cette époque que les héritiers d’Albert de Thizy doivent avoir quitté la « maison » et la « mure » situées au-dessus de la chapelle d’Essertines. Le petit-fils d’Albert de Sury, mort en 1286, figure dans les chartes à partir de 1257 sous le nom de « Faucon de Sury du Chavalar » (Perroy 1976, p. 843). Dressé en 1333, le testament inédit d’un autre Faucon de Sury (Perroy 1976, p. 845), document inconnu d’Edouard Perroy1, mentionne déjà « lo Chavalar » comme résidence de tout son lignage (fig. 8). S’il lègue cette maison à son héritier principal, son fils Albert, il stipule que Miracle, son « épouse très chère » et un autre de ses fils, Dynet, doivent y recevoir « vivre et vêtement ». Très mal documentée car elle est toujours demeurée allodiale, la maison du Chevallard présente encore, du côté ouest, trois tours de plan circulaire reliées à une enceinte et les vestiges d’une autre tour, au nord-est. L’ensemble ébauche le plan, familier pour ce type de fortification, d’un quadrilatère flanqué de tours aux quatre coins. Plusieurs testaments de membres de cette famille sont conservés, mais aucun n’apporte d’information sur le castrum d’Essertines ou son château.

8 - La maison fortifiée du Chevallard

8 - La maison fortifiée du Chevallard

23L’examen des documents concernant le site et l’ensemble des forteresses de cette petite région du Forez permet d’ébaucher à grands traits l’histoire des origines d’Essertines. Le défrichement des premiers contreforts des Monts du Forez se produit au cours du Xe s. sans doute. Une paroisse est installée à un endroit où le peuplement, probablement dispersé, est un peu plus dense, au-dessus de l’étroite vallée du Vizézy. Au moment où le comte s’installe en Forez et construit son château de Montbrison, dans le dernier quart du XIe s., cette zone prend une importance accrue. Le château d’Essertines a dû être édifié sans délai pour défendre l’approche du château comtal du côté occidental et pour assurer une domination seigneurale sur les espaces défrichés, source de nouveaux revenus, ce qui fut réalisé probablement dès le début du XIIe s. La proximité de la ville, marché et centre de consommation, dynamise l’économie agricole et pastorale des Monts ; les défrichements se poursuivent en altitude. Les luttes constantes avec les Damas de Couzan incitent le comte à renforcer son réseau de forteresses, par la construction d’une nouvelle génération de châteaux dont Chatelneuf fait partie, ou par sa mainmise sur les anciens châteaux (fin XII-XIIIe s.). Ultérieurement, maisons fortes et maisons nobles fortifiées densifient ce tissu en reproduisant le modèle castrai à l’échelle des moyens dont dispose une famille de petite noblesse (fin XIIIe, XIVe et même XVe s.)(Couturier et Piponnier 1986).

La fin de l’âge des châteaux

24Après le testament d’Albert de Thizy, il faut attendre le plein XVe s. pour retrouver un ensemble documentaire qui apporte une information précise sur le château et l’ensemble d’Essertines. Le terrier de la dame du Chevallard (Archives de la Diana, Montbrison, exemplaires les plus complets 1 Ε 174 et 1 Ε 175) ne concerne pas directement l’ensemble castrai, puisque tour et courtine sont aux mains du comte de Forez depuis de début du XIIIe s. La tour est citée pourtant à maintes reprises dans ce document qui décrit une à une les parcelles, bâties ou non, relevant de la censive des seigneurs du Chevallard. Elle apparaît soit comme confins de l’une de ces parcelles, soit comme aboutissement de la rue principale du castrum qui s’est constitué au pied de ce château. Etabli en 1437 et complété jusqu’aux dernières années du XVe s., ce terrier semble confirmer la disparition de toute maison noble appartenant au lignage héritier d’Albert de Thizy dans le castrum, au-dessus de la chapelle. Document incomparable pour la connaissance de l’habitat associé au château, dans le castrum et même en dehors, le terrier du Chevallard ne donne qu’une image très sommaire du château au XVe s.

25Le dessin de l’Armorial de Guillaume Revel est assurément un document important. Cette représentation fait partie d’un recueil établi vers 1445 à la demande du duc de Bourbon, héritier du comté de Forez. Outre les armoiries et devises des principales familles nobles établies dans ses possessions d’Auvergne, du Forez et du Bourbonnais, ce prince a voulu qu’y figurent les forteresses qui lui appartenaient. Les dessins sont de plusieurs mains et leur degré de réalisme, jugé satisfaisant pour l’Auvergne (Fournier 1973) doit être soumis à examen dans le cas du Forez.

26La confrontation entre la figuration d’Essertines et les vestiges visibles avant la fouille a montré d’emblée des discordances qui imposent une analyse critique. La chapelle, seul édifice conservé dans sa totalité, a été dotée par le dessinateur d’une abside nettement incurvée, alors que l’on peut encore observer son chevet plat qui prend appui sur une terrasse rocheuse à une altitude très inférieure à celle du sol de la chapelle. La pente sur laquelle elle est édifiée interdit d’envisager un autre mode de construction et rend tout aussi improbable la forme semi-cylindrique attribuée à la tour flanquant la porte d’accès de l’ensemble castrai du côté du village, à la même altitude que la chapelle.

27Les vestiges confirment l’existence d’une double enceinte même si, avant la fouille, aucune trace de la tour n’était visible au centre de ce dispositif. Cependant la position relative des enceintes représentées ne correspond que vaguement aux vestiges conservés. Cela tient, semble-t-il, au fait que le dessinateur n’a pas pris conscience de la situation du château sur un éperon, mais l’a représenté comme s’il était placé au sommet d’une montagne tronconique. Il a bien observé que les enceintes n’étaient pas disposées autour de la tour, la ceignant de toutes parts sur deux lignes. Mais il n’a pas vu, ou pas su rendre, le fait que cette double défense se dressait du seul côté de l’isthme rattachant l’éperon au flanc de la montagne, pour renforcer le fossé creusé à cet endroit. Dès les premiers relevés, il est apparu aussi que la forme arrondie attribuée à la courtine était à la fois exagérée et simplifiée par rapport au plan que dessine cette enceinte à l’ouest et au sud-ouest.

28Même avant la fouille, il a semblé peu plausible d’attribuer les discordances entre le dessin de l’Armorial et les vestiges apparents à d’éventuelles modifications des édifices, intervenues postérieurement au milieu du XVe s. La tour d’Essertines cesse à ce moment d’apparaître dans les documents, alors que Chatelneuf figure encore dans un texte rendant compte d’une visite de châteaux dans la première moitié du XVIIe s. (Viallard 1992). Mais la disparition de Chatelneuf n’est pas mieux explicitée que celle d’Essertines ; un terrier forestier de 1680 révèle seulement la présence de ruines à son emplacement.

29À partir du XVIe s., toute la zone du château, du castrum et des pentes inférieures, jusqu’au Vizézy, prend le nom d’Essertines-Basses, qu’elle conserve sur les cadastres des XIX et XXe s. L’espace portant les ruines des enceintes est désigné au début du XIXe s. comme « rocher communal » et appartient encore aujourd’hui à la commune d’Essertines-en-Chatelneuf.

30L’éradication du château de Chatelneuf, plus tardive, a été plus complète, puisque le toponyme lui-même a été transporté à un autre habitat du terroir, en même temps qu’y était transféré le siège de la paroisse. Il ne reste plus que des ruines de l’église, dédiée à saint Gilles, attestée comme église paroissiale de Chatelneuf dès 1225.

31Quoique la région n’offre pas des ensembles documentaires particulièrement anciens, fournis et complets, ceux-ci permettent de retracer, avec l’aide des vestiges construits, les grands traits d’un développement castrai assez tardif, mais fortement maîtrisé par le pouvoir comtal installé à Montbrison. Essertines s’inscrit dans cet ensemble et peut se rattacher à la première génération des châteaux de pierre. Peu nombreux, les documents qui procurent plus qu’une simple mention de son nom sont d’un exceptionnel intérêt : le testament d’Albert de Thizy, le terrier du XVe s., le dessin de l’Armorial de Revel.

32L’histoire de ce château n’est pas, pour autant, pleinement élucidée à partir de ces seuls documents. Ceux-ci ne permettent pas de situer avec précision ses origines et laissent inexpliquée sa disparition. Le recours à l’exploration archéologique était le seul moyen envisageable pour tenter de compenser les lacunes documentaires ; le seul aussi susceptible d’apporter le type d’informations que les textes ne livrent pratiquement jamais : le plan des bâtiments, leurs matériaux, leurs aménagements, leurs modalités d’occupation et leurs évolutions.

33D’un point de vue méthodologique, la fouille archéologique avait aussi, à nos yeux, un rôle fondamental à jouer. Elle donnait l’occasion, rare, d’évaluer la fiabilité d’un document figuré médiéval. Face aux textes, l’approche archéologique devait aussi permettre de tester leur véracité. Plus important encore, la confrontation entre les données d’archives et les trouvailles de fouille devait permettre d’évaluer la contribution de ces deux ordres de sources à la connaissance de la civilisation médiévale.

Notes de fin

1 Je dois à l’obligeance de ma collègue Bernadette Barrière, (Professeur à l’Université de Limoges) que je remercie vivement, d’avoir pu utiliser une photocopie de ce document, conservé dans une collection particulière.

Table des illustrations

Titre 6-Essertines et son environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1678/img-1.png
Fichier image/png, 152k
Titre 7 - Essertines-Basses, dominant la vallée, et le Bourg d’Essertines (1) situé sur le rebord supérieur du plateau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 8 - La maison fortifiée du Chevallard
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1678/img-3.png
Fichier image/png, 894k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access