Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château et la seigneurie du Vuache

 | 
Frédéric Raynaud

Conclusion

Texte intégral

1Par la mise en oeuvre et la confrontation de deux méthodes complémentaires : l'enquête historique dans la documentation scriptuaire et la fouille archéologique, tant par l'analyse des structures et des stratigraphies que par l'étude de l'ensemble du matériel recueilli, les recherches effectuées sur le château du Vuache attirent l'attention sur la complexité d'un édifice castrai et permettent l'évocation de l'histoire d'un des cadres essentiels de la vie rurale sous l'Ancien Régime, les seigneuries laïques.

2En analysant les cinq siècles d'existence du château, nous survolons une période chronologique s'étendant du bas Moyen Age jusqu'à l'abolition des droits seigneuriaux correspondant à une étape fondamentale de l'évolution millénaire du paysage agraire dont j'ai essayé d'éclairer la genèse et l'évolution à travers les données historiques et toponymiques correspondant aux sites antiques, aux villae carolingiennes et aux créations des paroisses.

3En ce qui concerne l'existence du château et de la seigneurie, malgré des aspects qui restent obscurs de par la discontinuité des sources historiques, trois époques principales se dégagent, suivant en cela l'évolution de l'environnement social et économique du monde rural.

4Un site castrai et un domaine aristocratique précédaient probablement la construction du château de pierre. Nous pouvons le supposer grâce au fait qu'un chevalier, portant le nom du village de Vulbens, est connu par le testament du comte Hugues de Sallenoves rédigé en 1239 et grâce aux vestiges partiellement reconnus d'un aménagement essentiellement caractérisé par la présence d'un segment d'enceinte de terre circulaire et antérieur au XIIIe s.

État 1

5La construction du château du Vuache est attribuable au comte Guillaume de Genève, soucieux de fortifier une zone de marche nouvelle créée au début du XIIIe s. entre le comté de Savoie sur la rive gauche du Rhône et celui de Genève sur la rive droite. La conception architecturale de cet édifice : enceinte maçonnée enfermant une surface réduite et flanquée de tours circulaires fortement saillantes permet de concentrer les moyens de défense passive afin d'assurer sa capacité de résistance, un guet efficace et révèle son importance stratégique. Cependant un vaste logis lui confère également un caractère résidentiel non négligeable. Aux chambres, servant de lieu d'habitation, est associée la grande salle ou aula, salle de réception et d'apparat et lieu d'exercice du pouvoir administratif du seigneur.

6Jusqu'à la fin du XIVe s„ le Vuache dépendra des comtes de Genève, soit directement, soit par l'entremise de membres proches de leur famille. Constituant en 1252 une partie de l'apanage d'Henri, frère du comte Raoul, le château et le mandement seront successivement tenus par leurs frères, évêques de Genève et de Langres durant une vingtaine d'années jusqu'en 1290. Six ans plus tard, le château et le domaine foncier sont concédés à ses nièces Jeanne et Comtesson par le comte Amédée II de Genève qui conserve la seigneurie politique ou droit de ban. De ce fait, le comte continue à y exercer ses droits prééminents de justice, de perception économique, de résidence, d'approvisionnement et de commandement militaire. Le château sert, en particulier, de gîte d'étape pour les armées comtales et pour les convois de bétail qui leur sont destinés et c'est le comte qui ordonne les transformations et la restauration de ces organes de défense, au début du XIVe s. : porte d'entrée fortifiée, réaménagement du fossé et du pont le traversant, restauration des coursières.

État 2

7C'est en usant du caractère monumental du château et, probablement, par spoliation de certains domaines ecclésiastiques voisins, que les comtes procéderont à la création de la circonscription géographique correspondant à la seigneurie telle que nous la saisissons dans les documents plus récents et dont ils revendiquent la domination.

8La réserve seigneuriale paraît, pour cette première époque et outre la basse-cour et les bois, limitée à quelques vignes et prés, occupant un espace très restreint par rapport aux tenures paysannes.

9En 1366, le comte autorise la vente du Vuache ; mais il ne s'agit certainement que du domaine foncier, à Marguerite de Banains dont le second époux Girard de Ternier qui, après la disparition de la famille de Genève, semble regrouper la seigneurie foncière et la seigneurie banale et rend hommage au comte de Savoie en 1397. A partir de cette époque, commence une mutation de l'économie seigneuriale, sous l'impulsion de la famille de Montchenu. En règle générale, les domaines aristocratiques ont connu, à la fin du XIVe s. et au début du XVe s., un appauvrissement économique du fait des difficultés conjoncturelles auxquelles le monde rural a affaire mais aussi à cause de la codification des usages, aux mouvements communautaires des habitants des villages et au développement progressif des pouvoirs du roi et des grands féodaux.

10Pour remédier à ces difficultés, les seigneurs du Vuache ont recours à deux stratégies : l'acquisition de parcelles à vocation agricole et exploitées en faire-valoir direct et vouées à des activités spéculatives : culture de la vigne et élevage, donc rémunératices, mais nécessitant une main-d'oeuvre salariée et l'affermage périodique d'une partie du domaine qui conduira à la construction de la maison-forte de Reclaz, ce mode de gestion décentralisée d'une partie de la réserve assurant un revenu fixe. Durant cette période, le château ayant perdu son rôle stratégique, son évolution architecturale (Etat 2) vise à apporter un supplément de confort aux habitants et à l'adapter à l'évolution du domaine utile : construction d'un escalier à vis et d'une nouvelle cuisine.

État 3

11À partir du milieu du XVIe s. et après vingttrois années d'occupation par une troupe militaire française, le mode de gestion du domaine est plus difficile à percevoir ; le château et le domaine du Vuache dépendent de la famille de MenthonLornay et sont, très probablement, périodiquement affermés comme le révèle l'inventaire de 1612. Après la tentative de restructuration par l'aménagement d'une cour centrale, le château médiéval est abandonné au profit d'un nouveau bâtiment construit vers 1640, le château de Faramaz.

12Au début du XVIIIe s., la seigneurie, indivise entre le comte de Menthon-Lornay et le marquis Millet de Challes et donc probablement affermée, est rachetée par le marquis de Lescheraine qui le laisse à son gendre de Coudrey de Blancheville qui semble, d'après la Mappe Sarde, exploiter le domaine en faire-valoir direct.

13Le marquis Jacques de Lescheraine reçoit le Vuache en 1758 et le conserve jusqu'en 1792, date de l'abolition des droits seigneuriaux. Les recherches effectuées sur le château et la seigneurie du Vuache les font apparaître dans leurs différentes fonctions, à travers leurs aspects militaire, administratif, économique, résidentiel et politique autour desquels s'organise la vie quotidienne des villageois. Ils correspondent essentiellement à un ensemble de biens fonciers et immobiliers exploitables et accumulables, engageables ou vendables selon les conjonctures et les besoins économiques auxquels les différents seigneurs qui se sont succédé ont eu à faire face.

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540