Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Synthèse. Les ponts de la Guillotière au fil des siècles

Texte intégral

1L’étude archéologique du pont de la Guillotière n’a porté que sur moins de la moitié de la totale du monument, longueur soit 530 m environ. Mais c’est l’histoire globale du pont qui se dégage des différentes méthodes d’enquête. Histoire des campagnes de construction, des techniques architecturales certes, mais aussi des contraintes géographiques et des enjeux politiques dont il a été l’objet. La combinaison de toutes ces informations ne fut pas toujours chose aisée ; des zones d’ombres ou des incohérences subsistent. Cependant, les principaux arguments pour une histoire des ponts de la Guillotière pendant près de huit siècles apparaissent dans la synthèse qui suit (dépliant couleur et hors-texte).

Les origines : XIIe siècle

2Les observations archéologiques ne permettent pas de trancher entre les trois hypothèses proposées sur la localisation du pont. On peut cependant affirmer qu’aux XIIIe-XIVe s., la construction du pont du Rhône ne se fait pas sur l’emplacement exact d’un pont antérieur : il semble inconcevable en effet qu’aucun vestige de celui-ci ne nous soit parvenu. De même, il est certain qu’à l’immédiate proximité de la construction des XIIIe-XIVe s., en amont certainement, est située une construction des années 1190 : les deux poutres trouvées à 2 m sous la pile quatorze sont associées à un niveau de travail en place, une autre poutre contemporaine est réutilisée dans la plate-forme de la pile dixhuit. Que peut-on en déduire ? la dendrochronologie souligne une coïncidence étrange avec l’accident de 1190 survenu au pont lors du passage des Croisés.

3La situation des vestiges dans le cours même du Rhône permet, par ailleurs, de supposer qu’ils aient pu appartenir à un pont. Cela signifierait alors qu’en 1190 on ait soit construit (fig. 13 hypothèse 1), soit réparé (hypothèse 2 ou 3) un pont situé en amont de celui de la phase des XIIIeXIVe s. Ce pont peut être restitué parallèle au tracé étudié (hypothèse 1 ou 3) ou aboutissant à proximité de celui-ci, en coupant de biais le cours du Rhône dans l’axe de la rue Confort (hypothèse 2).

Du pont de bois au pont de pierre : XIIIe-XVIe siècle

Du début du XIIIe siècle à 1335 : la construction du pont de bois

4Si le tracé du pont doit être définitivement fixé en 1226 sous l’épiscopat de Renaud de Forez, le secteur fouillé n’a curieusement livré aucune trace de cette époque. L’absence de vestiges viendrait confirmer le texte de 1260 situant la dernière pile sur le brotteau : le nouveau pont ne franchissait pas alors le bras secondaire du Rhône. Cependant dans l’arbitrage de 1334/1335, le passage d’une rive à l’autre ne semble pas poser de problème. Peut-on imaginer que le franchissement du bras secondaire était assuré par le vieux pont du XIIe s. ? Cette hypothèse n’est admissible que si ce dernier est bien situé juste en amont du tracé du pont du XIIIe s. Il aurait alors pu être conservé dans ce secteur en attendant l’achèvement de la nouvelle construction avec peut-être même une liaison en baïonnette entre les deux structures. Cette hypothèse, bien que fragile, permet de concilier des données apparemment incohérentes.

L’achèvement du pont de bois, l’apparition du pont de pierre : de 1335 à1389

5En 1335, le pont passe des mains de l’archevêque à celles de la Ville. Il est inachevé : d’après les textes, il est construit tant en bois qu’en pierre et ne possède qu’une seule arche de maçonnerie (la culée), édifiée récemment en rive droite. A cette période sont associés des faits archéologiques certains : les plus anciennes structures datent des années 1341/1383. Il semble en effet que les travaux s’intensifient : parallèlement au pont de pierre qui se substitue peu à peu au pont de bois en rive droite, on achève le pont de bois en rive gauche. Sa structure peut alors être reconstituée comme suit : il s’agit d’un pont construit sur chevalets de bois, ancrés dans des piles étroites fondées sur des pilotis de chêne. Chaque pile mesurait 2 m de large sur 7,50 m de longueur environ. Ces piles, de plan rectangulaire, étaient flanquées de deux becs vers l’amont et l’aval. La forme et la dimension de la pointe du bec nous ont été données par la découverte d’une pierre à bossage : le bec était pointu, en forme de triangle isocèle (fig. 54). La fondation était constituée d’environ deux cent pieux de chêne de 3 m de longueur en moyenne et 20 à 30 cm de diamètre. Il s’agit de troncs à peine écorcés, le plus souvent terminés par des pointes en fer à trois branches. Le corps de la pile était construit en pierres à bosse de granit (fig. 55). Ces dernières étaient de gros module à large liseré, à proéminence importante. Elles n’ont pas été trouvées en place sur les pieux de fondation ; mais leur relation avec les piles du XIVe s. a été mise en évidence par leur localisation stratigraphique. En effet, elles sont tombées de part et d’autre des piles du XIVe s. et ne sont jamais sous les pieux de ces piles. Elles sont recouvertes par les éléments appartenants à la phase de construction de 1559-1561.

54- Pierre à bosse mise au jour durant les fouilles archéologiques

54- Pierre à bosse mise au jour durant les fouilles archéologiques

55- Proposition de restitution de la maçonnerie d’une pile étroite du XIVe s

55- Proposition de restitution de la maçonnerie d’une pile étroite du XIVe s

Les pierres à bosse trouvées lors des fouilles archéologiques sont replacées sur ce dessin.

6L’entre-axe de deux piles était de 8 m environ, ce qui fait un intervalle de 6 m entre chaque pile. Neuf piles ont été restituées à partir de l’observation archéologique faite sur la pile quatorze. En effet, sous celle-ci, à l’est et à l’ouest, deux de ces piles étroites ont pu être identifiées en replaçant sur le plan général les échantillons numérotés et les dates fournies par le laboratoire. Cette mesure a pu être vérifiée et corroborée par les constatations suivantes : un texte de 1558 nous informe que le pont de bois est constitué de vingt-sept piles pour une longueur de 220 m environ. Le calcul est effectué à partir du plan de l’ingénieur Gabriel en 1734 (fig. 39) ; il est corrigé avec les données archéologiques et l’observation du plan scénographique, ce qui nous permet de retrouver l’entre-axe de 8,20 m auquel correspondent, par ailleurs, les échantillons datés du XIVe s. retrouvés sous les piles. Cet écartement, qui peut paraître réduit par rapport à celui des arches du pont de pierre, s’explique par la portée et la résistance des structures de bois. Les chevalets étaient constitués de deux ou trois supports verticaux ancrés dans la maçonnerie de la pile, maintenus parallèles par des raidisseurs en bois supportant une poutre transversale qui servait de soubassement au plancher du pont. Cette structure composite des piles, d’un type particulier (fondation en pieux de chêne recevant une base de pierres à bossage sur laquelle est ancrée le chevalet de bois), éclaire la mention de 1383 évoquant un pont de bois sur piles de pierre et explique le recours en 1413 à des maçons pour travailler au pont de bois. On peut donc supposer que cette technique architecturale mise en œuvre dès 1335/1341 pour achever le pont de bois reprend celle utilisée dès le début du XIIIe s. (fig. 56). En 1380, la culée en rive gauche semble déjà entièrement réalisée en maçonnerie ; on est peut-être en présence d’un phénomène similaire à celui qui se développe en rive droite depuis 1335, la transformation progressive du pont de bois en pont de pierre.

56- Proposition de restitution du pont au XIVe siècle

56- Proposition de restitution du pont au XIVe siècle

7Une estimation rapide, du matériau utilisé pour construire un tel pont de bois, long de 500 m et constitué d’environ soixante-dix piles, à partir des infrastructures dégagées, des données textuelles et iconographiques, fait apparaître une consommation considérable de bois : 13 300 arbres environ pour les superstructures (3 500 arbres de grande taille, et 9 800 de taille moyenne) 19 600 arbres pour les pieux de fondation.

Les vicissitudes du pont : de 1390-1557

8En 1409, le pont comporte trois tronçons, l’un en bois qui correspond à la zone fouillée, les deux autres en pierre. Le pont de pierre est en effet constitué d’une partie ancienne et d’une autre plus récente, les deux menaçant ruine. Il se peut que la partie récente comporte des arches qui réutilisent le système des piles étroites. Cette solution à l’économie, qui sera adoptée en 1558, n’aurait pas résisté au fleuve, car elle n’apparaît plus au tournant des XVe-XVIe s. A cette époque, les travaux sont en effet nombreux pour réparer les dégâts que le fleuve inflige au pont. L’archéologie, la dendrochronologie et les textes permettent d’en mesurer l’incidence pour l’année 1514 où une digue est réalisée en rive gauche et une pile étroite reconstruite à l’ouest de la pile onze.

Renfort des chevalets par des piliers de maçonnerie : 1558-1559

9Cette phase est marquée par une ultime campagne de travaux avec pont de bois. C’est ce que révèle le plan scénographique qui apparaît donc comme un document non seulement fiable mais encore actualisé, ce qui va dans le sens des interprétations données par J. Dérens (Dérens 1986). De l’état antérieur subsistent les piles étroites en pierres à bossage et le pont de bois. Mais pour les supports intermédiaires, deux hypothèses sont plausibles : il a été procédé soit au remplacement total des supports verticaux en bois par des piliers de maçonnerie, soit à l’habillage des supports verticaux de bois par la maçonnerie, ce qui permettrait de comprendre le maintien des raidisseurs en croix visibles sur le plan scénographique. La décision de ces travaux est prise durant l’hiver 1558, comme l’atteste le document (cf. Annexe, texte 3) qui permet de dater ces travaux. Les entrepreneurs semblent alors bien conscients qu’il s’agit d’une étape avant la mise en œuvre d’un pont entièrement en pierre qui réutiliserait les fondations des piles étroites et leur entre-axe de 8 m, ce qui obligerait à construire vingt-huit arches. Ce projet, économique, ne sera pas réalisé comme tel. Archéologiquement, si les structures en place fournissent des données précises sur les techniques de fondation du pont de bois durant la période 1335-1557, la datation des bois des chevalets et du tablier réutilisés en 1559-1560 lors de la reconstruction du pont sur le secteur étudié, témoigne, certes, de l’entretien apporté aux superstructures mais surtout de la conservation de celles-ci durant près de deux siècles. En effet, mis à part quelques bois datés de 1514, la grande majorité des bois remployés est de 1383-1387.

Les ponts de pierre : XVIe-XXe siècle

La suppression du pont de bois, l’achèvement du pont de pierre : 1559-1561

10Depuis 1558, le mauvais état du pont de bois, son coût d’entretien, l’image déplorable qu’il offre à l’entrée de la ville semblent le condamner. En 1559, lors des délibérations du Conseil de la Ville, l’argument esthétique et le prestige primant sur l’argument financier, la décision est prise d’achever le pont de pierre. Les travaux vont vite car l’ouvrage est presque terminé dès 1560. Si le prix-fait de 1559 semble en contradiction totale avec les structures observées lors de la fouille, on peut cependant sans hésiter identifier celles-ci aux travaux finis en 1561.

11Aux vingt-sept piles « étroites » du pont de bois succèdent neuf piles « larges » ; il s’agit des piles dix à dix-huit. La pile dix-neuf est sans doute une pile étroite réutilisée dans le nouveau système d’accès du pont de pierre, cette hypothèse peut être proposée du fait de ses dimensions. A la différence du pont de bois, les piles du pont de pierre ont pu être étudiées (sauf la pile onze). Les observations détaillées ont porté sur les piles douze à dix-huit, soit sept piles. De cette phase de construction subsisteraient dans leur intégralité les soubassements des piles douze, treize, quatorze et dix-huit, sauf les becs de celle-ci. La caractéristique commune à ces quatre piles est la présence d’une plate-forme en charpente. La plate-forme des piles douze, treize et quatorze repose sur un pilotis. Celle de la pile dix-huit n’est pas fondée : elle est posée directement sur le plancher alluvial. Systématiquement, ces plate-formes de charpente remploient des bois des superstructures du XIVe s. et du début du XVe s. (il n’y a jamais de réutilisation de pieux arrachés). On observe trois types différents de fondation pour les piles :

  • la plate-forme constituée d’un plancher d’éléments jointifs sur gros pieux de chêne (pile onze, et douze).

  • la plate-forme de poutres non jointives (l’espace entre les bois étant comblé par du béton) sur de petits pieux, très courts, en sapin (piles treize, et quatorze).

  • la plate-forme composée d’un cadre de poutres de chêne recouvert d’un plancher sans fondation de pieux (pile dix-huit, bec excepté).

12Cette différence de structure reflète-t-elle différentes étapes de la construction ? Il est plausible d’admettre que les travaux ont commencé à une extrémité du pont, quelle qu’elle soit : les piles qui sont de même facture, sont en effet côte à côte (treize et quatorze, onze et douze). Il y aurait un décalage chronologique et peut-être aussi une différence de maîtrise d’œuvre ; si le prix-fait attribue les travaux à un maître-maçon, deux charpentiers sont effectivement chargés des fondations.

La reconstruction : 1570-1582

13Une crue violente en 1570 emporte les piles seize et dix-sept, les becs de la pile dix-huit et endommage la pile quinze ; le phénomène a été observé archéologiquement : un fragment d’arche tombé entre les piles quinze et seize a été retrouvé au moment de la fouille. En 1579, après neuf ans d’attente durant lesquels les passerelles provisoires permettaient la circulation, les éléments endommagés sont reconstruits. Les travaux sont connus par deux textes de 1579. Une nouvelle technique de fondation est alors utilisée : un pilotis dense de forts pieux de chêne répartis sur toute la surface de la pile. Environ cent cinquante pieux sous un bec, deux cents sous le corps de la pile. Il n’y a pas de plate-forme en charpente. Cette différence de conception par rapport aux campagnes précédentes trouve peut-être son explication dans le fait que le bois n’est plus aussi abondant qu’en 1559 et 1560 où le vieux pont fournissait quantité de matériaux réutilisables. La plate-forme est en béton de cailloutis fluviatiles qui ennoye les têtes de pieux et sur laquelle était directement construite la maçonnerie de la pile. Un texte nous apprend que l’on épuise préalablement l’eau au moyen d’un batardeau, et que l’on a peut-être procédé au curetage du terrain autour, ensuite on a remblayé le terrain, puis on a battu les pieux. A l’avant-bec de la pile dix-sept, un fragment de structure, daté entre 1575 et 1579, peut être interprété comme la trace archéologique d’un batardeau, témoin des travaux mentionnés par le texte de 1579.

14Au travers de cet accident, on peut mesurer l’évolution hydrologique du bras secondaire du Rhône à la fin du XVIe s. où il redevient très actif. Tous les travaux ultérieurs viseront d’ailleurs à protéger les piles de l’affouillement.

Consolidation de la pile treize : 1645

15L’analyse dendrochronologique révèle des travaux de consolidation des fondations de la pile treize pour lutter contre les affouillements du fleuve par construction d’un vannage et élargissement de la base de la pile sur son flanc. Par ailleurs, le plan B, peu antérieur à 1688, nous renseigne sur la présence d’une ceinture de crèche autour de la pile quatorze (première de couverture).

L’oeuvre de l’ingénieur Gabriel : 1718-1721

16Le début du XVIIIe s. marque, pour la partie étudiée du pont du Rhône, la mise en place d’un programme de sauvegarde du pont de la Renaissance. Les travaux sont uniquement des renforcements des piles treize à seize par la construction de crèches autour des fondations des piles et d’une digue sur le flanc ouest de la pile dix-sept. Le principe de construction d’une crèche est le suivant : on commence par battre une ceinture de pieux, disposés à distance régulière entre eux et autour de la pile, à 4 m environ. On recèpe (retaille au même niveau) la tête des pieux et on taille de manière à former un tenon sur lequel on emboîte une poutre horizontale (chapeau) qui les relie entre eux. Au droit et à l’intérieur du cadre ainsi défini, on bat les palplanches côte à côte qui, recépées à leur tour, sont attachées sur le chapeau avec un clou barbé ou non (fig. 57). L’ensemble une fois terminé délimite un espace intérieur appelé crèche, au milieu duquel se trouve la pile. Cet espace est ensuite comblé par du béton. Dans le cas des piles quatorze à seize, ces crèches sont reliées entre elles au niveau des becs. Ce type de structure engage un volume de bois colossal et une grande quantité de métal puisqu’il faut un clou par palplanche et que chaque palplanche et chaque pieu sont ferrés.

57- Clous avec ou sans barbelure

57- Clous avec ou sans barbelure

Le comblement des arches en rive gauche : 1815-1860

17Depuis 1718/1721, la rive gauche du Rhône avance sur le lit du fleuve. Progressivement les terrains conquis sont construits et le pont remblayé. En 1815 une arche est comblée, six en 1833 ; en 1860 la construction du bas-port ramène la largeur du fleuve à 281 m et réduit le pont à neuf arches.

Les projets de reconstruction : 1860-1954

18Dès 1860, les projets de reconstmction du pont se succèdent. En 1904 une décision ministérielle est prise. Cependant en 1914-1918, le vieux pont de la Guillotière sera le seul à supporter les convois (fig. 58). Consolidé en 1925-1928, en 1932 et 1936, il sera même élargi. Partiellement détruit en 1944, son état jugé alarmant le condamnera définitivement en 1951. Les travaux de destruction puis de reconstruction seront réalisés en 1953-1954.

58- Le pont de la Guillotière et l’Hotel-Dieu

58- Le pont de la Guillotière et l’Hotel-Dieu

Fin XIXe, début XXe s. DR

Table des illustrations

Titre 54- Pierre à bosse mise au jour durant les fouilles archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 55- Proposition de restitution de la maçonnerie d’une pile étroite du XIVe s
Légende Les pierres à bosse trouvées lors des fouilles archéologiques sont replacées sur ce dessin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 56- Proposition de restitution du pont au XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 57- Clous avec ou sans barbelure
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 58- Le pont de la Guillotière et l’Hotel-Dieu
Légende Fin XIXe, début XXe s. DR
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 694k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access