Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Chapitre 3. Le pont du Rhône : des images et des textes

Texte intégral

1L’enquête historique dont les résultats sont présentés dans ce chapitre a été menée après l’intervention des archéologues sur le terrain ; elle tente de répondre aux questions soulevées lors de l’observation des vestiges du pont. Elle porte donc essentiellement sur l’architecture du bâtiment, l’évolution de sa construction, l’organisation des chantiers et les techniques employées.

2La recherche ainsi conçue est presque exclusivement fondée sur une consultation des archives originales : compte tenu de la dispersion et de la diversité des indications recherchées, les textes publiés ne représentent qu’une très faible proportion de la documentation disponible et laissent de côté trop d’informations pour que l’on s’en contente. C’est pourquoi, certains textes d’archives, les plus significatifs, ont été rassemblés en annexe à ce volume.

Les représentations iconographiques

Les plans

3Parmi les documents iconographiques, les plans entrent dans la catégorie des « perspectives géométrales ». Ils concilient la géométrie et la perspective et sont souvent appelés « plans scénographiques ». Ils portaient autrefois le nom de « portrait » de la ville. Trois plans donnent une représentation du pont du Rhône à différentes époques : le plan scénographique, le plan de Simon Maupin (fig. 8) et le plan de Braun.

4Le plan scénographique, que l’on date traditionnellement entre 1558 et 1570, permet d’observer certains aspects de la construction du pont de bois : pour la structure porteuse, une différenciation importante de représentation est faite entre les systèmes raidisseurs, en croix, et les systèmes porteurs, représentés deux à trois fois plus larges avec des traits horizontaux figurant généralement des moellons. Ces maçonneries, que l’on a baptisées piliers, auraient remplacé les chevalets de bois après 1558-1559 durant une année ou deux. Il est cependant curieux de noter le caractère composite du système constructif : l’association de la pierre et du bois. Il est légitime de se demander si les piliers n’ont pas enrobé les structures de bois du XIVe s. auxquelles seraient toujours liés les raidisseurs en croix. Ce système pourrait correspondre à cette phase intermédiaire qui aurait nécessité une faible reprise en sous-œuvre, sans transformer le tablier du pont. Ce serait une étape provisoire avant le remplacement par un pont de pierre entre 1559 et 1561. Ces observations permettent aussi de préciser la datation du plan scénographique dont la réalisation peut être désormais fixée entre 1558 et 1561.

5Sur le plan technique, le chevalet primitif serait formé de deux poutres verticales, ancrées sur une pile étroite, non visible sur la gravure, basse et formant un sabot*, supportant liée à elle, une poutre transversale, qui recevait les solives et le plancher de circulation. Cet ensemble constitue un portique dont la rigidité est assurée par un croisillon de deux poutres formant raidisseur. Le surplomb du système de plancher est également bien visible, débordant du système porteur. Sa disposition, planches posées dans le sens de la largeur du tablier, correspond bien au système d’explication proposé. Le système plancher/Solives est faiblement ancré sur le chevalet, toute la stabilité repose donc sur la liaison du chevalet et de son ancrage. Ce procédé exclut des arbalétriers de renfort latéraux et donc indique une mise en œuvre minimale.

6Sur cette gravure, la figuration du parapet est par ailleurs très précise. Il apparaît comme un moyen de stabilisation du tablier. Il remplace les bras de force et empêche l’écartement. Il joue donc le rôle d’une ferme*. Ce parapet n’est donc pas un simple garde-fou, c’est un élément de stabilité indispensable du pont. Cette fonction explique sa hauteur, entre 2,50 et 3 m, à partir de la grosse poutre du chevalet.

7Le système d’accès dans les châteaux, le couple pont dormant/pont de bois levant, adoptait aussi ce système comme le montre la miniature du mois de juillet dans les « Très riches heures du Duc de Berry ». Cette miniature offre un véritable catalogue des supports de pont (fig. 37) : de la simple poutre allant de la tour-porte du pont dormant à la berge (pont-levis) aux piles sans arches portant des solives (pont de bois sur piles de pierre) et au pont sur chevalet (l’un avec raidisseur et l’autre pas). Celui qui est représenté avec raidisseur est le système employé à la Guillotière. On voit la poutre qui relie les deux supports verticaux ; les solives support du plancher, reposent sur ce dispositif ; les plateaux du plancher sont placés dans le sens de la largeur du tablier. Cette miniature du XVe s. représente un système comparable à celui du pont de la Guillotière au milieu du XIVe s.

37- Le pont-levis du château de Poitiers

37- Le pont-levis du château de Poitiers

Enluminure extraite des « Très riches heures du Duc de Berry »

8L’étude du plan de Braun et Hogenberg (fig. 38) par J. Dérens (Dérens 1986), montre que le plan de Lyon, de même facture que celui de Paris, ferait partie d’une série levée par les mêmes équipes de cartographes. Il reprendrait des situations antérieures aux années 1520-1530. Le plan de Braun serait le résultat de reprises et de mises à jour de plans anciens, ce qui expliquerait son caractère composite : on note des décalages chronologiques entre les édifices et les parcellaires.

38- Plan de Braun

38- Plan de Braun

A. M. L. 3 S 1222

9Sur le plan Maupin (fig. 8) dont la première gravure date de 1630, on observe un autre choix de perspective et le fait que le pont soit entièrement représenté avec des arches de pierre. L’actualisation semble plus conforme à la situation du début du XVIIe s.

10Une comparaison entre ces trois plans permet de dégager deux types de représentations : le plan scénographique et le plan Braun qui offrent une contraction de la réalité topographique pour la plier aux normes de l’œuvre gravée. Sur ces plans, par exemple, le rapport entre l’espace libre et les chevalets comparé à celui des arches correspond à la réalité. L’analyse a montré que l’entre-axe entre les chevalets de 1558-1559 est de 8 m et l’espace entre chaque pile dans la partie en pierre est de 15 à 20 m. Ce qui fait un rapport de deux espaces entre les chevalets pour une arche. Mais le dessin, s’il est exact pour la partie en pierre, ne l’est pas pour la partie en bois : il n’y a pas un nombre suffisant de chevalets correspondants. Il y aurait seulement 11 espaces entre les chevalets au lieu des 27 cités dans le texte de 1558. Cette réduction était rendue nécessaire par le parti de représentation adopté. Le dessin insiste particulièrement sur le caractère hétéroclite du pont et manifeste une volonté de privilégier la partie en pierre plus prestigieuse pour l’image de marque de la ville. En revanche, le plan de Simon Maupin n’hésite pas à traiter cet espace dans sa vraie grandeur au moment où le pont, entièrement en pierre, est devenu un élément essentiel de la composition urbaine. Il devient avec 36 arches au lieu de 20, un véritable monument. En l’augmentant de 16 arches, on exagère cette monumentalité.

11Sur les autres plans du XVIIe s., le pont n’est qu’une vignette. Ils associent la perspective et le plan de situation et sont intéressants pour le mouvement du fleuve, la fluctuation du tracé des berges du Rhône et la localisation de la tour de Béchevelin.

12Les plans du XVIIIe s. reviennent aux grandes compositions scénographiques. Le pont est représenté dans sa plus grande largeur. A de rares exceptions près, le nombre d’arches n’est pas respecté. L’élément nouveau est la tête de pont du côté de la Guillotière, organisée à l’italienne, avec un bastion triangulaire dit « à la Vauban ».

13Au XIXe s., les plans sont plus précis et le nombre d’arches est figuré avec exactitude. A partir de 1805, la partie est du pont s’ensable. Sur le plan de 1805, entre la tour du pont et la rive de la Guillotière, il reste trois arches en eau vive et une à cheval sur la berge et dans l’eau. En 1847, une seule arche en eau vive et l’autre à cheval sur ce que la carte nomme un bas-port et qui deviendra le quai rive gauche.

Les élévations

14Trois exemples d’élévation ont retenu l’attention. La plus importante est celle de l’ingénieur Gabriel en 1734. Il s’agit d’un relevé assez précis, en plan et coupe, qui fait l’état des lieux (fig. 39). Sur celui qui est présenté ici, coexistent différents types d’informations, qui peuvent appartenir à plusieurs relevés ; l’élément important est la signalisation systématique de toutes les lézardes. On observe les divergences dans les claveaux et les gradins au pied des piles et dans les écartements des piles ou des arches. Il est plausible, au vu de la description des travaux dans le devis, que ces différences soient le fruit de reprises en sous-œuvre. L’analyse archéologique (cf. chapitre II) a confirmé l’authenticité des crèches dessinées sur le plan et les différences qui apparaissent sur les inclinaisons des avant-becs. C’est le premier relevé, au sens moderne du terme, même si quelques imprécisions sont dues à la mise au propre par les dessinateurs. Gabriel marque le début de « l’ère des ingénieurs » (Mesqui 1986) : son travail apporte implicitement des renseignements sur l’archéologie du pont ; ainsi il est possible de proposer que la pile vingt soit un vestige du pont primitif médiéval, une pile étroite, support de chevalet. Elle est la seule conservée, les autres ayant été ennoyées dans la maçonnerie ou détruites.

39- « Elévation du pont de la Guillotière, sur le fleuve du Rosne, à l’entrée de la ville de Lyon, en venant du Dauphiné. »

39- « Elévation du pont de la Guillotière, sur le fleuve du Rosne, à l’entrée de la ville de Lyon, en venant du Dauphiné. »

Relevés dressés par l’ingénieur Gabriel en 1734

A.D.R. 2 pl 187

  • 32 Ce plan appartient à un particulier qui a eu la gentillesse de nous contacter et de nous laisser le (...)

15Le plan B32 (fig. de couverture) est un document qui n’est pas daté. Les modalités d’accès au pont sont différentes : l’accès est direct et symétrique et non pas en chicane comme sur le plan de Gabriel. Ce relevé combine plan et élévation et décrit d’une manière plus schématique la physionomie du pont. Il apparaît comme antérieur à celui de Gabriel, en raison de l’absence de certaines crèches, pas encore installées, et du principe d’accès direct. Il est antérieur à la construction, en 1708, du réduit figuré sur le plan de Gabriel en tête du pont rive gauche. On peut se demander quelle est la signification de ce plan précis avant « l’ère des ingénieurs » et l’organisation des Ponts et Chaussées. Il s’agit peut-être d’un état des lieux avant un nouveau parementage de crèches que relevèrent plus tard les équipes de Gabriel.

16Le plan de Nicolas Guérard (1648-1719) est le seul qui représente une rampe d’accès à pente raide rive gauche (fig. 40). Il semble le plus sommaire des trois plans malgré des détails qui ne figurent pas sur les autres. Il est plus proche du plan Β que du plan Gabriel : l’accès est identique et l’absence de bâti et de chicane d’accès à l’entrée permettrait de proposer une date antérieure à 1688.

40- « Pont de la Guillotiere à Lion sur le Rosne. »

40- « Pont de la Guillotiere à Lion sur le Rosne. »

Plan dressé par Nicolas Guérard 1648-1719

B. M. L. Coste 476

17Outre ces plans, une série de dessins montre différentes vues du Rhône. Le dessin publié en 1560 par Simeoni (fig. 41) offre une figuration en vision réduite du pont de Lyon (contraction de la partie de bois). L’association des deux ponts, pierre et bois, serait donc antérieure à cette date.

41- « Gabriel Simeoni. L’origine e la antichita di Lione (1560) »

41- « Gabriel Simeoni. L’origine e la antichita di Lione (1560) »

Gravure extr …, un aventurier des lettres au XVIe s. publiée par T. Renucci, Paris 1943

  • 33 En 1958, des maquettes de restitution ont été réalisées à la demande de A. Audin.

18Quant aux maquettes de restitution de 195833 il s’agit d’une vision imaginaire qui ne repose sur aucune réalité archéologique. Le mode de remplacement progressif des chevalets de bois par des arches de pierre, est démenti formellement par l’observation des faits archéologiques.

19Les différentes phases de comblement des arches neuf à vingt sont bien visibles sur les plans du XIXe s. et sont par ailleurs contrôlables par des textes. Ces différents documents ont permis d’établir la chronologie suivante : en 1801, les arches vingt et dix-neuf sont déjà comblées (D.D.E., plan de l’An X) ; le 8 juin 1825, l’arche dix-huit est comblée au moins dans sa partie amont sinon en totalité (A.M.L. 358) ; le 3 avril 1833 on continue de remblayer de part et d’autre de l’arche dix-huit (A.M.L. 3569) ; vers 1837, seules les arches dix-huit à vingt sont comblées (A.M.L. 3570) ; en 1842, les arches douze à vingt ont été déjà comblées. Les arches douze à dix-sept ont donc été comblées entre 1837 et 1842 (A.M.L. 3572) ; enfin les arches neuf à onze auraient été comblées en 1860.

20Cette analyse de quelques-uns des éléments iconographiques bien connus des Lyonnais montre qu’il ne saurait y avoir une position de principe de méfiance par rapport à la documentation iconographique ancienne « qualifiée de conventionnelle ». En effet, ces images constituent un langage codé qu’il faut savoir déchiffrer mais elles peuvent, à condition de faire l’objet d’une critique rigoureuse et d’une confrontation, non seulement entre elles, mais aussi avec les autres données historiques (archivistiques et archéologiques), constituer une précieuse source d’information pour l’historien.

Les sources écrites

21La sélection des documents étudiés s’est adaptée de très près aux constatations archéologiques : le choix des périodes chronologiques a été fait en fonction des principales dates d’abattage des bois d’ouvrage déterminées par la dendrochronologie, qui, mises en relation avec les observations archéologiques, constituent l’une des informations majeures et l’une des démarches novatrices de ce chantier. Ces dates supposaient des phases de grands chantiers : il a donc paru primordial d’en vérifier l’existence, d’en percevoir l’importance et le déroulement à travers les textes et à la lumière de ces quelques « flashes », d’établir un portrait du pont à chacune de ces époques. Il est bien évident que la dendrochronologie n’a pas été l’unique critère de choix, toutes les autres constatations archéologiques ayant été prises en compte. L’apport de l’historiographie du pont de la Guillotière, bien que réduit, n’a pas été laissé de côté : il a conduit à être attentif à certains épisodes majeurs de l’histoire du pont dont bizarrement subsistaient à peine quelques traces dans le sous-sol. C’est ce qui explique la place faite à la période 1558-1560, phase de transformation du pont en pierre qui constitue un maillon essentiel dans son évolution et dans la compréhension de sa partie est, après le XVIe s.

22Ainsi ont été privilégiées plusieurs périodes ; au XIVe s., après une mise au point sur l’état du pont lors de sa transmission à l’administration municipale en 1335, la période 1385-1400 est présentée en relation avec des travaux entrepris entre 1383 et 1387 ; pour le XVIe s., trois phases ont été particulièrement retenues : entre 1510 et 1520, en relation avec des bois localisés à plusieurs endroits et datés de 1514 ; entre 1558 et 1560, phase essentielle de transformation de la moitié est de l’ouvrage en un pont de pierre ; entre 1579 et 1582 enfin, période pour laquelle les observations faites sur les piles et arches quinze, seize et dix-sept étaient une incitation. Pour le XVIIIe s., la période autour de 1720-1730 a retenu l’attention et illustre « l’ère des ingénieurs ».

23Pour toutes ces étapes, les textes consultés en archives donnent un aperçu de l’entretien du pont, des campagnes de travaux ou des transformations qui y sont entreprises, des modes d’approvisionnement en matériaux, de l’outillage ou de l’organisation des travaux. Les renseignements relatifs à l’architecture du pont sont présentés en première partie et afin de ne pas donner l’illusion d’un récit continu, la description du pont apparaît par tranches chronologiques bien séparées. En revanche, en deuxième partie, les aspects plus techniques sur les chantiers et leur organisation sont traités par rubriques thématiques.

Le pont de la Guillotière au XIVe siècle

24La première campagne de travaux signalée sur le pont grâce aux prélèvements qui ont été faits sur les éléments de bois conservés dans sa partie orientale date de 1387. C’est autour de 1335 que les renseignements les plus cohérents sont apportés, essentiellement à travers trois textes dont les informations se complètent, sur la structure du pont (dépliant hors-texte).

Le pont autour de 1335

25L’administration du pont aux alentours de 1335, les droits qui y sont perçus et les enjeux politiques dont il est l’objet ont été présentés plus haut, il en résulte une image assez nette des conditions de son fonctionnement à cette période-charnière où les échevins lyonnais prennent en main sa gestion. En revanche, l’apparence extérieure du bâtiment et le matériau dont il est construit, n’ont jusqu’à présent pas été évoqués.

  • 34 Guigue 1885, charte 246 : “Littera de insula quae est subtus pontem Rodani inter duas aquas... ; (...)
  • 35 Témoin 10. Le “courrier” de la cité de Lyon remet à plusieurs reprises des malfaiteurs au châtelain (...)
  • 36 A.D.R. 10 G 815, 1314 : pons minatur ruinam etiam propter inundationes aquarum et dicti pontis rup (...)

26Malgré l’absence de mentions précises à ce sujet dans les textes, il semble évident que le pont de la Guillotière traverse complètement le Rhône à cette époque. Certes, un document de 1260, extrait du cartulaire d’Ainay qui cite à plusieurs reprises la « dernière pile » sur le brotteau « entre deux eaux »34 laisse entendre que le pont dont il est alors question s’arrête sur le brotteau, sans doute très près de la rive du bras secondaire du Rhône, sans franchir toutefois celui-ci. Mais l’enquête menée en 1334 au sujet du pont (A.D.R. 10 G 1472), auprès de soixante-quatre personnes témoignant sur la période 1275-1335, suggère un passage totalement libre d’une rive à l’autre du Rhône. Echanges de prisonniers et passages de troupes s’effectuent apparemment sans difficulté sur le pont au cours de la vingtaine d’années qui précède la rédaction de ce texte35 ; les seules interruptions signalées, nécessitant un transit par barque, sont dues à des ruptures accidentelles du pont lors de crues entre 1290 et 132836.

  • 37 Témoin 55. Le même échange de malfaiteurs se serait fait supra pontem Lugduni lapideum. Fréquente (...)

27En revanche, la plupart des témoins indiquent une différence notable de matériau entre la partie du pont du côté de Lyon et celle du côté de la Gui11otière37, la première étant en pierre la seconde en bois. Qu’en est-il vraiment ?

  • 38 A.D.R. 10 G 815, 1335 : ....videlicet per abbatem et conventum Alte Combe ad opus ligneum dicti po (...)
  • 39 A.D.R. 10 G 815, 1314 : Frater Conradus... tunc abbas dicti monasterii Altecombe dictum pontem lig (...)

28La construction du pont de pierre semble en 1335 assez avancée. La conjonction du document de 1334 avec les deux textes de 1314 et 1335, les premiers à citer les matériaux employés pour le pont, frôle à première vue la contradiction. En effet, ces deux derniers textes suggèrent que jusqu’en 1335 le pont est presque entièrement en bois et que la partie maçonnée se limite à un « demi-arc près de la porte » (de la ville ?) réalisé par l’abbé de Chassagne, détenteur de l’Œuvre du pont entre 1314 et 1335. Son prédécesseur n’aurait travaillé qu’au pont de bois38 ; ceci est confirmé par la teneur du texte de 1314 qui indique qu’effectivement, frère Etienne, moine de l’abbaye de Hautecombe, a « édifié le pont de bois bon et fort », et qu’il a seulement « préparé les matériaux pour l’ouvrage de pierre »39. Or, quelques lignes plus loin, le même document induit l’existence d’un pont de maçonnerie déjà existant :

  • 40 A.D.R. 10 G 815, 1314 : ...opus dicti pontis ad presens...in pluribus partibus minatur ruinam, tam (...)

« ...le pont, à présent menace ruine en plusieurs endroits, tant en sa partie de pierre qu’en sa partie de bois... »40.

29Quant à l’arbitrage de 1334, cité ci-dessus, il évoque, en plus du pont de bois touchant la rive gauche du Rhône, un ouvrage de pierre assez long puisque les représentants du comte de Savoie font la lecture publique des testaments de leur juridiction « sur le pont de pierre en-deçà de la croix » ; or cette croix, qu’on retrouve tout au long de l’histoire du pont, est traditionnellement placée à la pile huit. Qu’en conclure ?

30Deux interprétations sont possibles :

    • 41 A.D.R. 10 G 1472, 1334 : mentionne plusieurs fois la présence d’un pont de bois "pons postium" dans (...)

    la première : la construction du pont de pierre en 1335 serait beaucoup plus avancée qu’on ne le pense communément et atteindrait déjà le territoire savoyard ; mentionnée dans les textes ni au crédit de l’Abbaye de Hautecombe, ni à celui de l’Abbaye de Chassagne, cette construction en pierre serait l’œuvre des Frères du pont et donc antérieure à 1308, date de la remise du pont à l’Abbaye de Hautecombe. Un pont de bois complèterait le franchissement41. Certes, cette hypothèse pose de nouveaux problèmes, concernant cette première phase de pierre : s’est-elle substituée à un pont antérieur en bois, ou a-t-elle été conçue d’emblée en pierre, dans cette partie occidentale du pont ? S’agit-il du pont initial, ou de sa reconstruction au cours du XIIIe s. ?

  • la deuxième : la coexistence de la pierre et du bois dans la conception d’ensemble du pont, en une structure composite combinant superstructures de bois et piles de pierre ; l’extrait du texte de 1314 évoquant la « partie de bois et la partie de pierre du pont » viendrait à l’appui de cette supposition40 ; comme celle de la précédente hypothèse, cette structure ne pourrait être qu’antérieure à 1308 et due aux Frères du pont. En fait, il serait possible d’envisager cette structure composite dès 1260 pour l’ouvrage appuyé sur « la dernière pile du pont, sur le brotteau » et il est concevable qu’elle ait constitué une grande longueur, voire la totalité du pont.

31Compte tenu de la documentation écrite, il est donc difficile de trancher sur ce problème. Une seule certitude se dégage de cet exposé : à part un demi-arc à l’extrémité occidentale du pont, le pont « de pierre » date de 1308 au plus tard, et n’a quasiment pas été modifié entre cette date et 1335.

  • 42 A.D.R.10 G 1472, 1334 : pons postium, pons postium in fine ipsius pontis a parte domus Guilloter (...)
  • 43 Témoin 23 : exécution super pilam lapideam in introitu pontis postium. Témoin 36 : exécution sup (...)
  • 44 Témoin 57 : primum parvum pontem qui est ante domum Guilloterie.

32Le « pont de bois », ou littéralement « pont de poutres », est plus fréquemment évoqué que le "pont de pierre" dans les textes se rapportant au quartier de la Guillotière où il débouche42 ; mais on a peu de détails descriptifs : on suppose simplement un accès en Y, une des branches allant vers Béchevelin, l’autre vers la maison de la Guillotière (direction nord - nord/est). Le texte de 1334 établit l’existence d’une pile de pierre à l’entrée du pont, devant la même maison de la Guillotière43, et évoque un peu plus loin un autre petit pont enjambant probablement une brassière44. En revanche, aucune indication n’est donnée dans les textes sur la structure architecturale du pont : est-il entièrement en bois, ou possède-t-il des piles basses maçonnées, ainsi qu’il est supposé ci-dessus ?

  • 45 Le cartulaire d’Ainay mentionne “Saint-Nicolas” dans l’immédiate proximité du pont en 1327 (Guigue (...)

33Sur la rive droite, en bordure du Rhône, le pont est flanqué de deux chapelles, l’une en amont, la « chapelle du pont » citée dans le texte de 1335, l’autre en aval qui porte probablement dès cette époque le vocable de Saint-Nicolas45. Le pont s’intègre dans le tissu urbain par la rue de la Barre qui rejoint l’axe principal de la presqu’île, la rue Mercière en contournant le tènement de Hôtel Dieu par l’ouest (fig. 12).

  • 46 La maison de la Guillotière est, en 1320, le siège d’un incident politique en rapport direct avec l (...)
  • 47En regardons de la pile dudit pont du Rhône où soloient estre les degrés de pierre devant la maiso (...)

34Au débouché oriental du pont, la rive est au contraire très rurale. L’arbitrage de 1334, outre le carrefour routier qui se trouve au pied du pont et quelques bâtiments à peine évoqués (deux tavernes, la grange de Saint-Irénée « du côté de Béchevelin ») insiste surtout sur la saulaie en bordure du fleuve, et sur la « maison de la Guillotière » située « en face de la première pile du Pont du Rhône, près du chemin public » : cet établissement isolé, qui semble avoir été un point de repère important pour ses contemporains, au nord-nord-est du pont, est aujourd’hui mal connu, puisque on ignore sa localisation précise comme son statut46 ; la maison de la Guillotière semble, de toute façon, disparaître au début du XVe s. : en 1444 elle n’est plus qu’un souvenir47.

Le pont à la fin du XIVe siècle : un monument composite

35L’analyse dendrochronologique qui a révélé plusieurs échantillons de la période 1380-1390, dont certains en place, a déterminé l’enquête sur cette période. Les archives ont effectivement confirmé la réalisation de travaux visant à la fois à réparer et à prolonger le pont de pierre vers l’est, ainsi qu’à entretenir le pont de bois.

36La ville connaît alors certaines difficultés, passés les soubresauts de la lutte communale, elle ne retrouve pas, dans la deuxième moitié du XIVe s. l’atmosphère sereine qui aurait relancé son expansion économique. Le climat d’insécurité qui s’installe à Lyon, comme partout en France, incline plus à la contraction qu’à l’expansion. La ville investit dans la construction de murailles. Il est certain que le pont est intégré dans cette campagne de fortifications et qu’il joue un rôle dans la défense de la ville : son entrée du côté de la ville est fortifiée par un « portail » et le septième arc est aménagé en pont-levis, lui aussi équipé d’un portail, prenant ainsi le nom traditionnel « d’arc de la Trappe ». En 1390, cette mise en défense du pont n’est pas encore achevée, puisque J. de Beaujeu entreprend alors d’améliorer le « portail de la Trappe ». Autour de 1385-1400, le pont est donc le théâtre de travaux intenses. Toutefois, il faut effectuer dans la documentation un tri entre les travaux menés pour fortifier le pont, qui concernent peu la présente étude, et ceux entrepris au cours de la même période pour améliorer sa fonction de passage en particulier dans la partie est qui seule a fait l’objet d’observations archéologiques.

37Le texte qui nous permet le mieux d’appréhender le pont de la Guillotière en tant que bâtiment et de faire le point sur son développement date de 1396 (Guigue 1876 : p. 479, A.M.L. DD 303) : alarmés par le mauvais état de l’ouvrage, les échevins de la ville de Lyon demandent une visite d’experts pour estimer la gravité réelle de la situation et définir les réparations indispensables ; ceux-ci, quatre tailleurs de pierre et maçons choisis par les conseillers, procèdent à une inspection minutieuse du monument et rendent en décembre 1396 un verdict pessimiste et détaillé, à travers lequel apparaissent en filigrane des indications précieuses sur la structure du pont.

38Tout d’abord, la partie du pont examinée par ces spécialistes est constituée d’arcs entièrement en pierre. Une nette distinction est faite entre un « pont vieux », un « pont neuf » et un « pons postremus » à peine évoqué, à l’extrémité, du côté de la Guillotière ; le « pont vieux » compte au moins cinq arcs (puisque le quatrième et le cinquième arc de ce « pont vieux » ont été examinés l’année précédente), peut-être plus, et « menace ruine » tant à cause de sa vétusté que par affouillement et la violence du fleuve ou le défaut d’entretien » (Guigue 1876 : p. 479, lignes 6-7). Quant au « pont neuf », dont la date de construction est bien calée chronologiquement (1390-1391) (Guigue 1876 : p. 479, lignes 3-4), il compte huit arcs encore inachevés et le

« dommage est très grand que ce pont reste sans couverture (crépi ?) ; il aurait mieux valu moins avancer le chantier du pont et qu’il soit couvert et complet comme il convient, car la pierre dont est fait ce pont neuf est de telle nature que si elle n’est pas couverte de telle sorte que l’eau ne puisse l’atteindre elle devient compacte puis se putréfie ; ainsi le pont neuf qui n’a pas de couverture se détruit peu à peu à cause du ruissellement des eaux pluviales qui infiltrent les jointures des pierres par défaut de protection, et cela de plus en plus si on n’y remédie » (Guigue 1876 : pp. 479-480).

39Contrairement à ce qui avait été noté, a partir des textes en 1335, où, pour la partie ouest du pont, l’hésitation était permise entre une architecture combinant superstructures de bois et piles de pierre et, un ouvrage tout en pierre, aucune hésitation n’est permise, dans les textes en 1396 : il existe alors assurément une section du pont entièrement en pierre et constituée d’arcs, dont une partie est approximativement datée de 1390. Cette vision est confirmée et même complétée par une description de 1409 présentant le pont

« dont deux parties sont de pierre, dont l’une est vieille et ancienne, et l’autre a été faite depuis vingt ans ençà ; et l’autre partie est de boys ; lequel pont de pierre, tant le vieil que le nouvel (sera bientôt en ruines)... » (A.M.L. DD 303).

40Apparaît ici la troisième composante du pont, le pont de bois, dont aucune mention précise n’était faite dans l’expertise de maçonnerie de 1396.

Le pont de pierre (rive droite, côté presqu’île)

41En 1396, le pont de pierre atteint donc au minimum une longueur de treize arcs dont les dimensions ne sont pas précisées. Il est constitué de deux parties bien différenciées qui semblent correspondre à deux phases de construction, dans le prolongement l’une de l’autre, le « pont vieux » et le « pont neuf ».

Le « pont vieux »

42Que mettre exactement sous l’appellation « pont vieux » ? Le texte de 1396 commenté ci-dessus lui compte au minimum cinq arcs. D’autre part, cinquante ans auparavant, l’arbitrage de 1334 situe la limite du pont de pierre à la « croix du pont » matérialisant la limite du territoire savoyard, traditionnellement placée sur la pile huit du pont moderne ; et en 1397, un alinéa de compte consulaire évoque « l’arc de la Cruys du pont de pera vieil » (A.M.L. CC 384, f° 485), plaçant donc l’arc de la Croix dans le pont vieux. Sur la foi de ces documents, particulièrement des deux derniers, il serait possible d’imaginer que dans sa phase initiale le pont de pierre dit communément « pont vieil » ait possédé huit arches de grand gabarit qui auraient enjambé le cours majeur du Rhône, atteignant la berge ouest du brotteau ; sa construction serait antérieure au début du XIVe s.

  • 48le pont de la ville sur la rivière du Rhône dont les deux parties ou environ sont de boys.... Let (...)

43Cependant, les textes des années 1378-1382 suggèrent un pont de pierre plus court puisque, selon l’interprétation d’une lettre de barrage de 137848, les deux tiers environ du pont seraient en bois. Ils témoignent aussi d’une campagne de travaux qui peut aisément être analysée comme une construction (ou une reconstruction), effectuée en 1381 sur un arc défini comme

« joignant l’autre arc de pierre sur lequel est assise la tournelle ou eschiffe naguère faite sur le dit pont » (A.M.L. DD 303)

44qu’on pourrait identifier à l’arc huit.

45Le « pont vieil » comprend-il donc cinq, six, sept ou huit arches ? En fait, il paraît difficilement acceptable que, s’il ne l’a jamais fait, il atteigne encore la frontière savoyarde en 1380 compte tenu de la documentation des années 1378-1382, qui, tout au plus, limite la longueur du pont vieux à sept arcs. Y-a-t-il eu destruction accidentelle d’arcs en pierre entre 1334 et 1378, raccourcissant la section de pierre du pont entre ces deux dates ? D’autre part, il est envisageable que « l’arc de la croix du pont vieux » cité en 1387, désigne un autre arc que l’arc huit ; à savoir l’arc trois, et que le « pont vieux » comprenne en réalité moins de huit arcs (trois ou cinq ?). En effet, le plan de Braun figure une deuxième croix sur la pile trois, cette disposition est reprise dans des plans postérieurs (Maupin, Clerville). Cette croix existait-elle déjà au XIVe s. ? Et dans ce cas, l’arc trois n’était-il pas dénommé en toute logique « arc de la croix du pont vieux », ce qui serait plus compatible avec les autres informations ?

46La possibilité d’un « pont vieux » de huit arches en 1395 serait donc à considérer avec beaucoup de réserves. J. Mesqui (Mesqui 1986) lui en a supposé six, voyant dans la tour posée sur la pile six la fossilisation de la jonction pont de pierre-pont de bois maintenue ici pendant un temps assez long. D’autre part, l’hypothèse de sept arcs s’accorderait mieux avec le texte de 1381. L’analyse architecturale pourrait venir à l’appui de cette conclusion : le relevé de 1734 fait apparaître une homogénéité architecturale entre les sept premières arches du pont (portée de 11 à 12 toises), et une rupture de ce module au niveau de l’arc huit. Serait-ce le vestige de l’articulation entre « pont vieux » et « pont neuf » ? Et donc la confirmation de cette hypothèse ?

  • 49...car l’eaue, qui soloit venir et passer en sa plus grande habundance par dessoubz le pont de pie (...)

47A la fin du XIVe s., comme en témoigne la visite de 1396, cette partie ancienne est en mauvais état, par manque d’entretien et à cause des affouillements produits par le fleuve. En fait, dès cette époque se manifeste le déplacement vers l’ouest du chenal principal du Rhône, clairement analysé en 137849, qui cause une fragilité chronique de l’ouvrage sur la partie occidentale du cours majeur : les arcs six, sept et huit sont endommagés à plusieurs reprises entre 1380 et 1410.

Le « pont neuf » (jusqu’au brotteau)

48La deuxième étape du pont de pierre dite le « pont neuf », dans les textes de 1396 à 1420, est a priori plus nette : en 1396, elle apparaît composée de huit arcs dont nous n’avons pas de description globale, mais auxquels peuvent se rapporter plusieurs mentions individuelles de comptes consulaires évoquant le « troisième » ou le « quatrième arc neuf après l’arc de la Trappe » (arc sept) (A.M.L. CC. 391, f° 491 ; CC 391, f° 91). Plusieurs textes s’accordent pour en fixer l’édification autour de 1390-1391 : en fait, et bien que nous n’ayions pas dans les comptes consulaires de témoignage direct sur ces travaux vraisemblablement adjugés à prix-fait, il est probable que la construction de cette deuxième phase ait été plus étalée dans le temps et que les quatre arcs contigus qui semblent en cours d’achèvement en 1395 (A.M.L. CC 384 f° 382. cf. Annexe texte 1) dans l’immédiate proximité du brotteau, en fassent partie.

49Ce « pont neuf » pose cependant un intéressant problème de structure : huit arcs contigus au « pont vieux » et d’un module semblable à celui-ci nous donnent un pont de pierre de quinze ou seize arches : or, ceci est incompatible avec les informations dendrochronologiques et archéologiques qui attestent au niveau de la pile quatorze les vestiges d’une succession de piles étroites, de faible écartement (8 m environ), qui n’ont rien de commun avec les travées de 11 à 12 toises (22 à 24 m) du « pont vieux ». Qu’en déduire ? Le texte de 1409 cité ci-dessus (A.M.L. DD 303), indiquant que le pont possède « deux parties de pierre, dont l’une est vieille et ancienne, et l’autre a été faite depuis vingt ans ençà », exclut qu’il puisse s’agir de deux ponts contigus. D’autre part, le texte de la visite de 1396 est suffisamment explicite pour ne pas mettre en doute l’existence de ces huit arcs. Peut-on supposer qu’on a déjà utilisé en 1390 un procédé de substitution du bois par la pierre qui sera envisagé en 1558 (cf. Annexe, texte 2) ? Il s’agit de construire un pont de pierre qui conserve le schéma général du pont de bois qu’il doit remplacer, afin de pouvoir réutiliser le plus possible les structures déjà existantes (fondations et bases de piles). Dans ce cas de figure, qui expliquerait la construction assez rapide et discrète de cette tranche importante, le « pont neuf » se composerait donc de huit arcs soutenus par des piles maçonnées étroites, dont l’écartement se serait limité, comme dans l’ouvrage de bois, à 8 m environ d’entre-axe. Dans l’hypothèse la plus plausible, ces arcs auraient prolongé le « pont vieux » et se seraient situés approximativement à l’emplacement des arcs huit et neuf.

50Il faut remarquer cependant que l’existence de ce « pont neuf » a été souvent passée sous silence dans les synthèses sur le pont de la Guillotière. Certes sa structure architecturale est difficilement concevable, réduite à des hypothèses aussi gratuites que celle ci-dessus ; mais comment mettre en doute les témoignages cumulés du document de 1396 et des comptes consulaires qui se succèdent ensuite entre 1397 et 1415 mentionnant les « arcs neufs après l’arc de la Trappe » ? Leur fragilité, suggérée en 1396, confirmée ensuite par la fréquente allusion aux destructions de ces arcs au début du XVe s. sous l’effet des « grandes eaux et gelées » (A.M.L. CC 391. 1409 ; 1411 ; 1414), est peut-être cause de leur disparition prématurée de la documentation puis de leur oubli.

Le pont de bois (rive gauche, côté Guillotière)

51Le pont de bois qui constitue la troisième partie du pont, commence donc, autour de 13901395, à l’emplacement approximatif de la future pile neuf ou dix, sur le brotteau sans doute très près de la berge ouest de celui-ci, à cette époque.

52Parent pauvre parce que moins prestigieux que le pont de pierre, le pont de bois apparaît rarement dans les textes. Nous avons cependant la certitude qu’il existe : une description synthétique de 1409 le mentionne et sa présence est confirmée à plusieurs reprises dans les comptes consulaires entre 1393 et 1416 où, sans ambiguïté, il est dit

« le pont de fusta deis la Guillotière tirant jusques au pont nove de pierre du pont du Rhône ».

53Mais il n’en existe aucune description précise, le texte de 1396 le laissant totalement de côté et les autres documents ne lui consacrant que des allusions. De plus, il est très difficile à discerner dans les textes : en effet, les comptes consulaires désignent sous le même terme de « pont de fusta » assorti de localisations vagues aussi variables qu’interchangeables tous les ponts de bois en rapport avec le pont du Rhône, qu’il s’agisse des installations provisoires suppléant à un arc détruit ou non achevé, des pont-levis, des accès du pont ou des passerelles enjambant les chenaux environnants sur la rive comme en 1393 (A.M.L. CC 384, f° 247) (cf. Annexe, texte 1).

54Compte tenu de ce tri, un certain nombre de mentions semblent donc s’appliquer au « pont de bois » : elles sont rares (guère plus d’une quinzaine en vingt ans). D’après une indication de 1383 mentionnant une « pile de pierre du pont de bois » (DD 303/3), le pont devait se constituer d’une superstructure de bois reposant sur des piles maçonnées. Lors de la description des travaux entrepris sur l’ouvrage, cette structure de bois apparaît schématiquement : elle est constituée de chevalets verticaux et de tragits (travées ?) horizontaux, les uns et les autres en chêne ; la voie de circulation est faite d’un platelage bordé de chaque côté par des engardes ou garde-fous.

55Compte tenu du flou des termes employés dans les textes, la relation des différents éléments entre eux et leur fonction respective est parfois difficile à préciser : les chevalets sont plantés (A.M.L. CC 391, f° 106), et les tragits sont d’une seule pièce ; les uns et les autres sont constitués de grandes pièces de chêne « pos, travons et tras » (A.M.L. CC 391, f°184) assemblées par des crosses métalliques pesant chacune entre 200 et 100 g selon qu’elles sont précisées « grandes ou non », crosses qui servent à les claveller (clouer). Le platelage est assurément en chêne (A.M.L. CC 384, f° 483), alors que les engardes sont en sapin (A.M.L. CC 391, f° 184). En revanche, rien n’est précisé dans les archives sur les fondations, ni sur la largeur des travées.

56On discerne, en plus du pont principal qui relie le pont de pierre à la Guillotière, un

« pontet de fusta par où on descend du pont de fusta vers la Guillotière » (A.M.L. CC 384 f° 493, CC 393 f° 173)

  • 50 A.M.L. DD 303/3, 1383 : ...a quadam pila lapidea dicti pontis fustei in qua sunt gradus pro descen (...)

57qui est vraisemblablement une rampe d’accès et des accès latéraux plus secondaires : ainsi en 1383, un escalier descend au brotteau de la ville et perdurera jusqu’au XVe s. au moins50 ; la localisation du pont de fusta « de devant la loge » (fréquemment associé à « celi devers la Guillotière ») est moins certaine et pourrait désigner aussi une desserte annexe sur la rive gauche. Par recoupement avec les observations de 1335 et avec l’aménagement pratiqué lors de la reconstruction de 1560, il serait tentant de voir dans cet agencement un accès en Y à l’extrémité du pont, l’une des deux ailes desservant Béchevelin et le faubourg de la Guillotière, l’autre le nord, vers la maison de la Guillotière.

58Les comptes consulaires font défaut pour les années 1383-1387, dates des quelques pieux de ce pont de bois identifiés par la dendrochronologie, et ne peuvent donner l’exacte signification des travaux alors entrepris sur celui-ci. En revanche, les comptes de la période 1390-1400 donnent des indications sur l’entretien qu’il nécessite.

59Durant ces dix ans, on compte une dizaine d’interventions qui semblent relever de l’entretien courant : elles concernent principalement les superstructures (à deux reprises on remplace un tragit). Ceci implique généralement des moyens réduits (un ou deux ouvriers, un à trois jours de travail et deux à quatre francs de dépense à chaque fois en comptant main-d’œuvre et fourniture). La seule exception est un racoustrage un peu plus poussé en 1397 (juste après la visite-expertise de décembre 1396) (A.M.L. CC 384, f° 484 et suivantes) : trois semaines de suite on replatelle tous les ponts de bois, on fait des barrières pour empêcher le passage des charrettes, on rebouche les trous du pont, on déménage le vieux bois d’une grange à une autre, en plus de quelques travaux de réfection sur le pont de pierre : le tout ne requiert en définitive que 35 journées de travail, 6 à 7 francs de frais, dont à peine 2 pour les fournitures. Mais en aucun cas on ne note d’importants travaux de structure sur le pont de bois tels qu’une nouvelle plante de pieux ou une réparation de piles.

60Le « postremus pons » situé du côté de la Guillotière par le texte de 1396, peut difficilement être identifié avec le grand pont de bois qui vient d’être décrit et qui est le secteur traditionnellement sauvegardé des charpentiers. Le contexte laisse plutôt supposer un ouvrage de maçonnerie, de petites dimensions sans doute : s’agit-il d’un aménagement maçonné de l’accès oriental du pont, héritier de celui indiqué en 1334 près de la maison de la Guillotière ; ou bien est-ce, dans le même secteur, un petit pont enjambant une brassière ?

61Si l’on tente une reconstitution un peu détaillée, au risque d’hypothèses qui sont encore à prouver, trois sections sont identifiables : un pont de pierre ancien aux sept arcs d’une largeur de 22 à 24 m chacun ; un second pont de pierre, prolongeant le précédent, plus récent, comprenant huit arcs de 8 m environ, supportés par des piles étroites ; un pont de bois, lui aussi en « travées » de 8 m, soutenu par des piles étroites, nanti de quelques dessertes secondaires, et dont l’accès oriental est peut-être maçonné. Le contraste s’affirme entre un pont massif, aux arcs de grand gabarit, qui s’intègre architecturalement et militairement à la fortification de la ville, et un pont aux dimensions plus modestes, hérité de la conception ancienne de l’ouvrage. Les archives retracent grossièrement l’agencement de celui-ci ; mais beaucoup d’incertitudes subsistent encore dans son tracé et dans le détail de son architecture. Les travaux, auxquels correspondraient les échantillons de bois relevés dans les piles douze, treize et quatorze et datés par dendrochronologie de 1383 et 1387, s’appliquent à cet état du pont. Malheureusement, les archives disponibles sont trop récentes pour identifier précisément les travaux concernés ; en revanche, les indications qu’elles fournissent sur l’entretien du pont de bois dans les années suivantes (1390-1400) permettent d’établir que les travaux portant sur la réfection des structures basses devaient être assez exceptionnels et ne relevaient pas de l’entretien courant.

62Les travaux de 1383-1387 ne peuvent être ceux de la fondation de ce pont de bois, puisque l’ouvrage est attesté bien avant 1383. On pourrait émettre l’hypothèse qu’il a subi, entre 1383 et 1387 ou 1388, une légère modification de tracé, à peine perceptible aux observateurs étrangers à la ville, mais nécessitant une nouvelle fondation. Plus simplement, et compte tenu du petit nombre de vestiges retrouvés, il est plus raisonnable de supposer que cette campagne de travaux était destinée aux renforcements d’une structure déjà en place.

63L’état du pont de la Guillotière tel qu’il apparaît en 1396 a été transitoire. Il semble qu’il n’ait pas fonctionné très longtemps ainsi ; dès le début du XVe s., il souffre de destructions répétées : fragilité due à une construction trop rapide, ou dégradation du climat ? Il semble particulièrement vulnérable dans sa partie est : en 1409, à la suite des « grandes eaux et gelées » quatre piles et arcs s’effondrent, deux au « pont nouveau » et deux à l’ancien ; en 1411 on répare le troisième et le quatrième arc « du côté de la Guillotière » ; en 1414, c’est le quatrième arc après l’arc de la Trappe.

64On ne peut que constater la quasi-absence (un seul bois) de structures archéologiques datées du XVe s. par la dendrochronologie. Cet état de fait signifierait donc que, durant plus d’un siècle, le pont de bois n’a pas nécessité de travaux important tant en fondation qu’en élévation. En effet, la datation des éléments d’élévation, remployés dans la fondation des piles de 1559-1560 lors de la destruction du pont de bois et l’achèvement du pont de pierre, confirme ces observations. Il convient cependant de limiter cette affirmation au secteur fouillé car comme cela a été précisé, l’étude d’archives a été volontairement restreinte aux campagnes de travaux mises en évidence par la fouille et la dendrochronologie. Il apparaît donc que la structure du pont de bois qui est alors récente dans ce secteur (1341 mais surtout 1383 à 1387) résiste bien durant le XVe s. ou peut-être qu’elle résiste suffisamment pour que les dépenses se portent sur des réparations au pont de pierre, jugées plus urgentes. Cet entretien limité peut expliquer l’état catastrophique du pont de bois constaté au milieu du XVIe s. et la nécessité d’une reconstruction totale.

Le pont de la Guillotière au XVIe siècle

65C’est durant cette période que se met définitivement en place un pont entièrement en pierre remplaçant le pont "mixte" constitué, pour sa moitié ouest, de huit arches de pierre atteignant le brotteau du pont et, pour sa moitié est, de chevalets de bois sur piles de pierre. Toutefois, bien que les travaux de mise en œuvre ne se déroulent qu’entre 1558 et 1580, la mutation se met en place, dans les esprits et dans les faits, dès le début du XVIe s. Les analyses dendrochronologiques ont révélé dans la partie est du pont des vestiges importants datés de 1514, 1558-1560 et 1579-1580 qui reflètent apparemment trois campagnes de travaux successives. C’est ainsi qu’une importance particulière a été donnée à l’étude du XVIe s., à travers trois « fenêtres chronologiques » déterminées par les structures archéologiques découvertes.

66L’époque est sans nul doute encline aux grandes réalisations comme aux opérations de prestige. La ville de Lyon bénéficie en effet, dans les deux premiers tiers de ce XVIe s., d’une prospérité exceptionnelle à laquelle le retour de la paix au cours du XVe s. a largement contribué. Les foires de Lyon, rétablies à la fin du XVe s., jouent un rôle majeur dans cet essor. A travers un système de franchises sur l’acheminement des marchandises et de paiements par « lettres de change » qui facilitent les opérations commerciales, les foires drainent vers Lyon, quatre fois par an, un trafic important de marchands et de marchandises. La ville devient une plaque tournante d’import-export, autant pour les denrées de luxe, telle la soie, qui venaient pour la plupart de l’étranger, que pour les produits plus modestes, telles certaines toiles d’usage courant (futaines, fleynes, toiles de Bretagne). Elle est aussi et surtout une grande place financière qui assied sa puissance sur l’activité des banques qui s’y sont installées. Les échanges commerciaux se font avec toute l’Europe ; mais c’est avec l’Italie, et, dans une moindre mesure, avec l’Allemagne, qu’ils sont le plus soutenus. On comprend, dans ces conditions, l’importance des routes et des accès à la ville depuis l’est.

De 1510 à 1520, entretien et restaurations

  • 51 Sources utilisées pour la période 1510 - 1520 A.M.L. CC 607 octobre 1511 - juillet 1512 A.M.L. CC 6 (...)

67Les études et les prélèvements dendrochronologiques ont mis en évidence à plusieurs endroits du pont des éléments qui ont été datés de 1514 : pieux de fondation aux piles onze et treize ; alignement de pieux non ferrés, de petite section, parallèles au cours du fleuve à proximité de la pile dix-neuf. Il importait de savoir si la documentation archivistique reflétait effectivement, pour cette période précise, une phase de travaux et si elle renseignait sur leur nature et leur importance : s’agissait-il d’une réfection ou d’une restructuration totale de cette partie du pont ? L’enquête a porté sur un laps de temps assez large entre 1510 et 1520 afin de détecter les éventuels ralentissements ou au contraire les accélérations dans le déroulement des opérations51.

68En fait, cette tranche de travaux est intervenue après des réparations importantes effectuées sur la section ouest du pont de pierre, plus précisément, sur les arcs sept et huit emportés par plusieurs crues au début du XVIe s. et dont la reconstruction a, semble-t-il, requis l’essentiel des ressources de la Ville entre 1505 et 1510. Ces travaux de maçonnerie sont achevés vers 1510.

69Un simple survol des documents entre 1511 et 1520 corrobore d’emblée les données de l’analyse dendrochronologique, faisant apparaître une activité importante sur la partie est du pont dite encore « de bois ». Plus précisément, ils mettent en évidence plusieurs types de travaux menés de front : d’une part, plusieurs campagnes de réparations ou d’entretien qui se succèdent sur le pont de bois, dont une très importante en 1514 ; et d’autre part, la mise en place de structures de berges, dont certaines sur la rive gauche du Rhône.

70Parmi ces différents travaux quatre « temps forts » apparaissent :

  • de janvier à décembre 1512 ; d’après les rôles hebdomadaires, les travaux se déroulent de façon ininterrompue sauf en septembre,

  • de février 1514 à décembre 1516,

  • d’avril à novembre 1517,

  • puis entre 1518 et 1520, le rythme général du chantier se ralentit considérablement, sauf pour une importante campagne de restauration au pont de bois.

71Entre ces périodes de travaux intensifs, des interventions courtes et très ponctuelles apparaissent tous les ans dans les comptes.

72Ce calendrier recouvre en fait tous les travaux exécutés simultanément sur le pont : à côté des travaux spécifiques affectés à la réparation du pont de bois et aux aménagements de berge appelés « arches et plessières », figurent de nombreuses interventions sur le pont de pierre qui, malgré la coûteuse reconstruction de 1505-1510, nécessite plusieurs remises en état en 1514, 1516 et 1517 (A.M.L. CC 635, CC 645).

Les travaux sur le pont de bois

73Le pont de bois est bien mieux connu à partir du XVIe s. Les textes, beaucoup plus explicites, permettent de préciser les différents éléments d’une structure dont la conception générale, malgré les réfections multiples, s’est probablement peu modifiée depuis 1385 et, peut-être même depuis 1335 : un pont de bois composé d’une série de piles étroites qui soutiennent une superstructure constituée de chevalets de bois portant un tablier. Le pont de pierre ayant, au début du XVIe s., huit arches attestées, le pont de bois débute donc approximativement sur la rive ouest du brotteau, qui à cette époque marquait la frontière avec le Dauphiné, ce qui lui donne une longueur de 250 m environ.

74Les piles étroites, reconnues en fouille, ne sont jamais décrites ; en mai 1514, il est simplement précisé qu’on

« mène du gravier dessous le pont de boys, alentour des paulx (pieux) et chevalets que l’eau avait mynés et déchaussés » (A.M.L. CC 623). Leur fondation, traditionnelle, consiste en pieux « plantés en dessous du pont de boys pour soutenir les chevalets » (A.M.L. CC 573).

75L’existence des grands chevalets de bois verticaux est attestée par les textes : en mars 1519 sont livrés deux sommiers* de 18 pieds* (environ 6 m) de long et un pied de « carrure »* (0,32 m) « pour servir et faire chevalets du pont de bois » (A.M.L. DD 305). Les croisées de bois placées entre les chevalets et destinées à servir de raidisseurs, figurées clairement sur le plan scénographique, sont citées aussi : un charpentier est rémunéré pour « avoir fait des croisées aux chevalets et pour rejoindre les dits chevalets » (A.M.L. CC 573, 13 novembre 1506) (fig. 42). Dans ce même texte, des « buttes » sont adjointes à ces chevalets : s’agit-il d’étais obliques destinés à les renforcer contre le courant ?

42- Détail du plan scénographique de la ville de Lyon

42- Détail du plan scénographique de la ville de Lyon

Les croisillons de bois renforçant la stabilité du pont

76Les chevalets sont dits « chapotés » (A.M.L. CC 573, 7 décembre 1506) : ce terme correspond-il à la grande poutre horizontale qui les surmonte et maintient leur écartement ? Le tablier lui-même est constitué d’une voie de circulation platelée de chêne, dont les éléments font en moyenne un pied de large et, le plus souvent, 7 à 7,50 m de long (soit la largeur du pont d’une seule pièce selon les constatations archéologiques). Cette voie de circulation, encadrée de coudières ou garde-fous, était régulièrement garnie de gravier (A.M.L. CC 573, 1504 et CC 615, 18 octobre 1512).

77Les accès sur la rive est sont toujours aussi difficiles à saisir : la mention « au droit du petit arc du bout du pont de boys » (A.M.L. CC 615, 26 octobre 1512) peut laisser penser que le débouché du pont sur la rive gauche se fait par un petit arc maçonné, tel qu’il existait probablement déjà en 1334 et tel qu’il apparaît encore sur le plan scénographique. Les autres dessertes, sur la rive gauche, semblent très légères : un « petit pont de boys » est indiqué « descendant en la grange de la ville » (construite depuis peu sur la rive gauche). L’accès au brotteau est très rudimentaire :

« Pierre Bourdelin descendit par l’échelle du pont du Rhône pour aller chasser certains qui coupaient du bois au brotteau de la ville » (A.M.L. BB 33, 21 juin 1515) ;

78il s’agit peut-être d’un état provisoire puisque un texte de 1516 suggère qu’on descend alors à ce même brotteau par la "tour du milieu " du pont du Rhône (A.M.L. CC 635).

79La structure du pont de bois semble cependant relativement fragile, au point de ne pas supporter les convois de chariots. Ainsi en témoignent les précautions prises lors des passages de l’artillerie royale, fréquents lors des guerres d’Italie, qui contraignent à des aménagements spéciaux et répétés : renforcement du pont avec des travons * et installation d’une couverture de foin sur le platelage (requérant le travail d’un charpentier et de dix-huit serviteurs pendant deux jours et une nuit) en mai 1513 (A.M.L. CC 613) ; en juillet 1508, deux canons sont transportés par bateau, pour ne pas dégrader le pont.

80La stabilité de l’ouvrage devait, par ailleurs, être éprouvée par la violence du fleuve ; certes, c’est le pont de pierre, placé sur le cours majeur du Rhône, qui souffre le plus. Mais la structure, piles de pierre - chevalets de bois, n’est pas moins vulnérable : le pont de bois est partiellement emporté en 1506 (A.M.L. CC 673) ; et entre 1510 et 1520 on semble redouter particulièrement les dégâts plus insidieux de l’eau (déchaussement et pourrissement) qui auraient pour conséquence la rupture des chevalets, en aval du pont surtout (A.M.L. CC 573, 3 décembre 1506).

81L’entretien régulier du pont passe d’abord par une surveillance assidue du bâtiment. Le conseil de la ville, administrateur du pont, se plie régulièrement à cette contingence, semble-t-il :

« (Les consuls) demandent au maître chapuis Lucas Cochin de voir et visiter le pont de bois pour y faire réparation et ce que faudra et sera nécessaire » (A.M.L. BB 27, 13 novembre 1506).

82De même, le 8 mars 1515, les échevins demandent une visite urgente du Pont du Rhône et, conséquemment, un achat de bois (A.M.L. BB 33, f° 215 r°).

83Cet entretien régulier requiert deux à cinq fois par an, pour des interventions courtes de deux à cinq jours, appelées « racoustrages » dans les textes, des équipes de trois ou quatre ouvriers, le maître charpentier et ses « serviteurs », éventuellement aidés de quelques manœuvres (entre trois et six) :

« les ouvriers, chapuis et manœuvres cy-après nommés ont vacqué à rhabiller le pont de boys, à y mettre plateaux, coudières et chevalets » (A.M.L. CC 623, 20 février 1513).

  • 52 A.M.L. CC 573 : On avait alors battu des pieux en dessous du pont de boys pour retenir un des gran (...)

84L’importance réelle de ces chantiers périodiques est cependant difficile à évaluer précisément : dans les rôles hebdomadaires, ils sont souvent comptabilisés en même temps que d’autres travaux exécutés par les mêmes ouvriers dans d’autres bâtiments communs de la ville. Les livraisons de bois en sont le seul indice véritable : elles font apparaître l’achat de 21 à 22 m de « largeur de plateaux » pour le pont en 150752, 41 à 44 m en 1513, 25 m en 1519 et 80 en 1520. Toutes en chêne, ces pièces de bois étaient-elles destinées uniquement à la voie de circulation ?

85La « restauration » de 1514 apparaît bien différente de ces racoustrages. Bien que l’équipe requise entre février et avril 1514 ne soit guère plus étoffée que celles mentionnées ci-dessus, le chantier auquel elle est employée pendant une dizaine de semaines ininterrompues dépasse par son importance le banal entretien régulier : il est difficile toutefois de parler de restructuration complète de l’ouvrage, puisque très peu de nouveaux pieux sont battus sauf en mars 1514 (A.M.L. CC 623, pièce 8 bis). Il s’agit apparemment de réparer plus méticuleusement que de coutume l’ensemble de la structure, particulièrement les chevalets, les coudières et les plateaux. Les livraisons de bois font effectivement apparaître des quantités de fournitures en hausse par rapport aux années précédentes, qu’il s’agisse de plateaux (une trentaine de mètres en 1514) ou de travons de chêne (273 en 1513, dont 18 ferrés ; une centaine, longs de 12 à 15 pieds (4 à 5 m) de janvier à avril 1514).

86Il semble que la consolidation des structures basses de l’ouvrage ait été spécialement surveillée : en avril 1514, fagots et graviers sont disposés à la base des piles (A.M.L. CC 623, pièces 15 et 16) pour prévenir les affouillements ; de mars à juin 1515, on construit au pied du pont de bois « vers la Guillotière » (A.M.L. CC 629) des « arches » en connexion directe avec l’ouvrage et qui semblent faire partie intégrante de cette phase de restauration ; puis, dès leur achèvement, de nouveaux pieux sont plantés. En septembre 1515, on

« assied des sommiers pour retenir et fortifier le pont de bois du pont du Rhône » (A.M.L. CC 629) après avoir « refait les sablières* pourries » (A.M.L. CC 629, 27 août 1515) ;

87les pieux circulaires et ferrés retrouvés à l’ouest de la pile onze pouvaient correspondre à cette phase d’importante remise en état.

88Malgré cette grosse opération, le pont de bois apparaît dès lors dans un état de délabrement irréversible : les réparations se multiplient entre 1516 et 1520, devenant à la fois plus fréquentes et plus lourdes : des chevalets sont remplacés en 1518, 1519 et 1520 (A.M.L. CC 655 ; DD 305, pièce 4) et des sablières en 1520 ; en 1519, on procède à une consolidation pour laquelle on se fournit en pièces de bois longues de 10 à 15 mètres.

Arches et plessières

89Les rôles de dépenses portant sur travaux de 1514 mentionnent, en relation avec la restauration du pont de bois, l’installation « d’arches » au pied du pont de la Guillotière. Or ces aménagements de berge, qui paraissent des éléments annexes et mineurs par rapport au pont lui-même, ont en fait une grande importance : ce sont les « arches et plessières » qui au cours des dix années 1510-1520 requièrent le plus de moyens et de main-d’œuvre11.

  • 53 A.M.L. CC 629, 2 avril 1515 ; A.M.L. CC 607, décembre 1511 : crosses pour clore les arches.
  • 54 Sans que soit précisé s’ils (les pieux) sont ferrés ou non.
  • 55 A.M.L. CC 573, octobre 1506 : planter des paulx,...les sengler, mettre entremys des fagots et grav (...)

90Ce terme semble spécifiquement lyonnais, il n’existe pas dans les textes du XVIe s. de description méthodique qui permette d’en donner une définition incontestable. L’accumulation des détails apportés, de semaine en semaine, par les « rôles de dépenses » ne peut en donner qu’une image confuse, parfois contradictoire. Les "arches" apparaissent comme des caissons constitués de plateaux et de travons53 ; sur le lieu de leur implantation, elles sont chargées de gravier et de fagots de façon à couler sur place, et ancrées dans le lit du fleuve par des pieux. Les pieux dont elles sont constituées, lorsqu’ils sont décrits, sont dits « aiguisés » ou « appointés »54. Selon les mêmes textes, les « plessières » sont plus sommaires : il s’agit d’une rangée unique ou d’une double file de pieux assujettis les uns aux autres par des traverses horizontales ou obliques (ou par un vannage) dont l’interstice est éventuellement rempli de gravier55.

  • 56 A.M.L. CC 573, octobre 1506 : planter des paulx derrière les arches” A.M.L. CC 629, septembre 1515 (...)
  • 57 A.M.L. CC 629, septembre 1515 : "en la plessière au dessus des arches, planter des paulx et mettre (...)

91Malgré cette apparente clarté, il est difficile de distinguer nettement les deux dispositifs ; tout d’abord, « arches » et « plessières » fonctionnent souvent simultanément sans que leur fonction et leur apparence respectives soient précisées56. Surtout, il apparaît une certaine ambivalence entre les deux mots : les allusions aux « plessières en façon d’arches » (A.M.L. CC 623) ou « en manière d’arches » sont nombreuses57 de même, l’emploi de l’un des termes à la place de l’autre pour désigner une de ces structures n’est pas rare. Le recours au plan scénographique, qui représente certains de ces ouvrages, n’apporte rien de précis.

  • 58 A.M.L. CC 629, 12 juin 1514 : construction d’arches neuves "au pied des grans de vieilles arches po (...)

92Il n’est guère plus facile de définir ces « arches et plessières » par le rôle qu’elles remplissent. En effet, à travers les textes, elles apparaissent tour à tour destinées à protéger les berges, à détourner la violence du courant58, ou à constituer une protection rapprochée du pont (ainsi les arches construites dans le cours du fleuve en amont de l’arc sept dit « de la Trappe »).

93Les ouvriers travaillent aux « arches et plessières » tout au long de l’année 1512 puis, sans discontinuer, parallèlement à d’autres chantiers, en 1514, 1515, 1516. En général il s’agit de réparer des ouvrages déjà existants (certains depuis 1390) ; entre 1510 et 1515, cependant, de nouveaux aménagements sont entrepris dans l’immédiate proximité du pont et dans le but évident de le protéger : c’est le cas des « arches de la Trappe » construites en plusieurs étapes à partir du flanc ouest du brotteau pour protéger à distance les piles six et sept particulièrement menacées (A.M.L. CC 607, 1512 et CC 623, 1515) ; entre mars et juin 1515 sont aussi installées des « arches au pied du pont de bois de la Guillotière ».

94Ces dernières présentent pour cette étude une importance particulière puisque elles pourraient topographiquement coïncider avec les structures découvertes aux alentours de la pile dix-neuf. Ces restes évoquent plutôt une « plessière » ; or les textes de 1515 font obstinément allusion à des « arches » bâties en travons et plateaux (A.M.L. CC 629, 2 avril 1515) remplis de graviers et de fagots (A.M.L. CC 629, 11 avril 1515) ; mais aucune trace de caissons n’est apparue en fouille. Sommes-nous donc ici en présence de l’habituelle confusion de termes qui existe dans les textes entre « arches » et « plessières » ? S’agit-il de la « pleissière » qui accompagne ces « arches », comme c’est fréquemment le cas, sans qu’on ait jugé bon de la mentionner lors de sa construction ? Ou bien s’agit-il d’une toute autre structure du XVIe s. dont les textes n’ont gardé aucune trace ? Les coïncidences sont trop grandes cependant pour éliminer toute possibilité d’une relation entre l’ouvrage découvert à proximité de la pile dix-neuf et celui décrit dans les sources écrites ; et il y a de fortes chances que ce soient les « arches au pied du pont de bois » qui aient ainsi été dégagées, au moins partiellement.

95Les « arches et plessières » réclament la mise en œuvre d’une grande quantité de bois, très sensible dans le volume des livraisons de bois de construction : c’est particulièrement le cas entre les mois de mai 1514 et juin 1515. Il s’agit principalement de travons de 10 à 15 pieds (3,50 m à 5 m) ; les sommiers plus longs, de 3 à 5 toises soit 5,80 m à 7,60 m sont beaucoup plus rares (dans la livraison de 1514-1515, 33 sommiers et 300 travons). Les besoins en pièces de bois plus longues sont exceptionnelles : la seule mention est celle de l’achat en 1508 de 70 trabs de 5 et 6 toises, soit 10 à 12 m de long.

96Indirectement, cette recherche a permis d’aborder le problème majeur posé par le pont de bois au début du XVIe s. : malgré les réfections fréquentes qui remplacent, pièce par pièce, les éléments détériorés depuis le XIVe s., la structure est ancienne. De plus, la situation de cette moitié orientale du pont de la Guillotière, installée sur un brotteau à fleur d’eau et au-dessus d’un bras peu profond, est particulièrement néfaste pour un ouvrage en bois : tantôt immergées, tantôt hors d’eau, à cause des variations du niveau du Rhône, les structures étaient inévitablement vouées au pourrissement (A.M.L. CC 629). Comme de nombreux ponts de bois, et compte tenu de ces circonstances aggravantes, le pont de bois de la Guillotière devait être remplacé. Il est indéniable que les responsables municipaux en ont pris conscience dès ce moment.

97On peut s’étonner qu’une ville aussi prospère que Lyon ait conservé si longtemps, et dans de telles conditions, un ouvrage de bois à son entrée du côté des Alpes, alors que le pont de pierre existait déjà depuis plus d’un siècle sur la moitié de la longueur ? Crainte d’un investissement énorme pour un ouvrage de pierre d’une solidité très aléatoire, comme l’avaient prouvé les destructions récentes des arcs sept et huit ? J. Rossiaud y voit une position délibérée de la part des consuls et l’expression d’une double prudence : en premier lieu, le maintien d’un pont de bois aux piles nombreuses mais beaucoup plus minces que celles du pont de pierre garantissait à l’est du lit un exutoire aux eaux du Rhône lors des grandes crues, préservant ainsi le pont de pierre ; en second lieu, le pont de bois, facilement et rapidement démontable, aurait été un élément de sécurité pour la ville, coupant totalement et radicalement celle-ci de sa rive gauche en cas d’urgence.

98Ainsi peuvent se comprendre les efforts quotidiens de ses administrateurs pour maintenir le pont de bois en bon fonctionnement, entre 1510 et 1520 ; cependant leur réticence croissante à assumer le poids financier des réparations, qui n’est pas sans conséquence sur le déroulement du chantier, témoigne déjà d’une nouvelle option qui se concrétisera par la décision de 1559 d’achever le pont de pierre.

Du pont de bois au pont de pierre : 1558-1560

99Entre 1558 et 1560 s’achève le pont de pierre ; autrement dit, c’est dans ce laps de temps assez bref que s’élabore le projet, que se prend la décision et qu’est mise à exécution la transformation de la moitié orientale du pont (encore composite) en cohérence architecturale avec l’autre moitié du pont qui enjambe le cours principal du Rhône, entièrement en pierre depuis un siècle et demi au moins.

100Paradoxalement, cette phase si essentielle pour l’histoire du pont a laissé peu de traces dans le sol.

101La décision finale ne se prend pas d’emblée ; l’ensemble des textes consultés, reflété par les quatre textes publiés en annexe, fait apparaître deux épisodes successifs, dont le texte 4 représenterait la charnière : d’octobre 1558 à juin 1559, malgré les réalisations entreprises, une phase d’hésitation persiste entre pont de pierre et pont de bois ; le 5 juin 1559 la délibération du Conseil de la ville fait le point sur les différents arguments et clot le débat ; à partir d’août 1559 s’effectue la réalisation du pont de pierre.

La phase de décision (1558-1559)

102Il est certain qu’en 1558 l’entretien du pont de bois apparaît comme un véritable gouffre financier. Lors de la discussion du 5 juin 1559, son entretien est chiffré à 300 et 400 livres par an ; il faut y ajouter la nécessité de le refaire à neuf, pour 3 000 à 4 000 livres, tous les 10 ans. Certes, il n’est pas exclu que, pour orienter définitivement les esprits encore indécis, il y ait eu exagération et que les chiffres réels soient plus proches des 200 livres par an et 2 000 livres pour la réfection totale estimées par le dernier conseiller consulté, Guillaume de Montconys.

103Les réparations sont effectivement devenues très lourdes : ainsi, le 31 août 1558, on paie 251 livres à un charpentier pour 176 m de « largeur de plateaux » destinés au pont ; or, le coût de cet entretien est ressenti comme exagéré, ainsi qu’en témoigne la protestation des représentants de l’Eglise de Lyon auprès de la municipalité, car il n’est

« vraisemblable que tous les ans se facent tels et semblables frais pour l’entretenement du pont de bois » (A.M.L. CC 1058).

104La situation semble donc s’être considérablement dégradée depuis 1510-1520 où, pourtant, les interventions apparaissaient déjà importantes. Les structures du pont issues du XIVe s. sans avoir été reprises à fond sont réellement à bout de souffle. De plus, le pont est devenu dangereux, selon les témoignages des deux conseillers, Vincent et Bonvoisin (cf. Annexe, texte 4, f° 173 v°). Le remplacement du pont de bois par un pont de pierre semble une solution inéluctable, malgré les obstacles psychologiques.

La substitution « à l’économie » : le projet Gaban

105Le processus de remplacement du pont de bois par un pont de pierre est engagé dès octobre 1558, puisque on entreprend alors la substitution de piliers de maçonnerie aux vieux chevalets de bois verticaux sans changer la conception d’ensemble du pont (cf. Annexe, texte 2) ; en décembre de la même année, on entreprend, sur le projet de maître Pierre Gaban, de coiffer ces piles de vingt-huit arcs et d’un tablier, dans le dessein d’achever ainsi le « pont de pierre » (cf. Annexe, texte 3). Incontestablement, il s’agit d’une solution économique : un peu plus de 5 000 livres pour le tout (soit guère plus que la reconstruction totale d’un pont de bois) grâce à la réutilisation des fondations déjà existantes, la construction étant limitée aux superstructures. Cette entreprise amène cependant deux remarques : D’un point de vue architectural, le procédé est de petite envergure : ainsi la réutilisation des fondations d’un ouvrage déjà ancien et de structure très différente pour asseoir des maçonneries neuves. La construction semble de mauvaise qualité (remplissage des arcs en terre) ; l’ensemble devait être très massif (1 m de comblement sous le pavé, 0,50 m au-dessus) malgré la présence de pierres de taille. Quant à l’effet esthétique produit par l’alignement de vingt-six arches de 8 à 10 m de large environ, il manque assurément de brio. Il est remarquable que, dans ce projet, les structures anciennes restent extrêmement prégnantes : la restructuration consiste en fait à traduire en pierre le schéma du pont de bois sans tirer un autre parti des ressources spécifiques du nouveau matériau utilisé.

106La réalisation de ce projet est très vite abandonnée, non pour des raisons techniques ou esthétiques, mais à la suite de la mort en mars 1559 de Pierre Gaban. La décision de substitution du pont de pierre au pont de bois est alors remise en question et rediscutée par les conseillers : tacitement, il est évident que le parti architectural adopté par Pierre Gaban est, au premier chef, remis en cause.

Le choix définitif : un ouvrage de prestige

107La délibération du 5 juin 1559, pour décider à nouveau de la substitution, révèle précisément un parti pour lequel le pont est avant tout une « image de marque » plutôt qu’une simple voie de passage et qui, face au projet Gaban très étriqué, préconise un ouvrage beaucoup plus ostentatoire aux ambitions esthétiques avouées, plus en accord avec la prospérité de la ville alors à son sommet : le pont du Rhône est considéré comme la porte de la ville, et cette porte est d’autant plus importante qu’elle est précisément celle des Italiens dont la prépondérance a été soulignée dans les échanges commerciaux lyonnais :

« Guill. Regnaud dict que ce sera une belle décoration de ville du côté de Piedmont et de l’Ytallie, et une grande commodité pour les marchands qui viennent des pays estrangers aux foyres de Lyon » (cf. Annexe, texte 4 f° 173 r°).

108Derrière cet argument majeur, il en est un autre plus pragmatique : le coût exagéré de l’entretien du pont de bois et l’avantage financier que représente à longue échéance la construction d’un ouvrage de 12 000 livres qui serait « perpétuel ».

109Un nouveau projet existe déjà, un

« portraict du pont par arcs suivant les précédents arcs de pierre »

110qui reprendrait donc approximativement le module du « vieux pont » ; il a été établi par Olivier Roland et l’on sait qu’il était déjà entre les mains des conseillers le 18 mai 1559. Malgré l’âpreté de la discussion, la substitution d’un pont de pierre au pont de bois était donc probablement un point sur lequel la majorité des conseillers était déjà d’accord au mois de juin 1559. Seule restait à déterminer l’apparence du futur pont : le fait que ce soit la solution d’un ouvrage de prestige qui ait prévalu lors de la décision finale est donc très significatif de l’influence et de la lucidité des grands marchands lyonnais.

111Un fait reste obscur : quel était l’avancement réel des travaux du pont lorsque le maître-maçon Gaban meurt, le 14 mars 1559 ? Avait-il déjà commencé à construire les vingt-huit arcs dont il avait pris la charge le 20 décembre 1558 ? Le texte du 14 mars 1559 (A.M.L. BB 81) le laisserait penser. Il signale que le prix-fait est demeuré

« imparfait pour le décès advenu en sa personne » et qu’il est nécessaire de « faire visiter ledit pont par les maîtres maçons pour accorder avec les héritiers dudit Gaban » ;

112cependant, les 500 livres qui lui avaient été avancées sur son prix-fait sont restituées intégralement par les héritiers en août 1559 sous la forme de « murrain, tant pierres, boys que autres ouvrages et étoffés » ; il est donc très possible que Pierre Gaban n’ait eu que le temps de rassembler des matériaux, sans commencer effectivement son chantier.

La phase de réalisation (1559-1560)

Le chantier

113Les travaux sont engagés très rapidement après la décision du 5 juin 1559. Le prix-fait de construction de l’ouvrage proprement dit est adjugé dès le 27 août 1559 pour 13 000 livres à deux charpentiers et un maçon, avec obligation de rendre le travail terminé dans un délai de deux ans. Un prix-fait complémentaire y sera joint en décembre 1559 : pour 1 800 livres de plus, les mêmes prix-facteurs sont tenus de faire les

« parements et couronnements des voûtes et arcs en pierres de taille appelées cadettes » (A.M.L. BB 81,21 décembre 1559) alors qu’ils étaient auparavant prévus en pierre « roupte » appelée « millasse » (Guigue 1876 : p. 83).

114Les paiements « sur les prix-faits » se succèdent de novembre 1559 à mai 1560 (les adjudicataires ont déjà reçu la totalité de la somme, soit 13 000 livres) attestant que le chantier bat alors son plein (A.M.L. BB 81 et CC 1078). Le 19 mai 1560, l’essentiel de l’œuvre doit être terminée puisque

« les sieurs Echevins se sont transportés sur le Pont du Rhône nouvellement fait, lequel ont vu et visité » (A.M.L. BB 81).

115Comme pour tout ouvrage adjugé par prix-fait, on ne dispose d’aucun détail précis sur le déroulement des travaux qui est laissé à l’entière discrétion des adjudicataires.

116Entre mai et octobre 1560, on termine les accès et, sur le pont, le sol est nivelé puis pavé. La place aménagée au pied du pont est achevée le 29 août 1560. Quelques jours plus tôt (23 août 1560), le toisé des murailles faites

« aux deux ailes et descentes du Pont du Rhône à la part de la Guillotière, à savoir celle du côté de la Part-Dieu et celle du côté de Bechevelin »

117nous certifie que le gros-œuvre est alors terminé. Le pavage de l’ensemble s’achève en septembre 1560 (A.M.L. CC 1078) après un dernier nivellement du sol autour des piles. Les reliquats de paiements ne se feront cependant qu’en décembre 1561 (cf. Annexe, texte 5) soit dix-huit mois après l’achèvement effectif du chantier.

Le nouveau « pont de pierre »
  • 59 A.M.L. BB 81 : “Les Sieurs Echevins... ont trouvé qu’il est très requis et nécessaire faire abattre (...)

118Le pont est donc achevé en septembre 1560. Selon le prix-fait, il se compose de neuf arcs et de neuf piles avec becs. A son extrémité, il débouche par deux dessertes (dites « ailes de descente »), l’une vers le nord (Part-Dieu) l’autre vers le sud (Béchevelin) sur la Guillotière où a été aménagée au détriment des trois premières maisons du faubourg une grande place qui se voit encore sur les plans du XVIIIe s. (fig. 43) et qui a été faite dans un but avoué d’esthétique urbanistique59 (A.M.L. BB 81 et CC 1078). Les détails du prix-fait indiquent une construction solide (remplissage des piles jusqu’à hauteur des clés* des arcs avec de la maçonnerie) sans être vraiment luxueuse (pas de pierre de taille, sauf pour la base des voûtes destinée à supporter les cintres). Les arcs sont prévus pour mesurer 1,30 m d’épaisseur sur le front, et être comblés de 70 cm au-dessus des clés, à quoi s’ajoutent 90 cm de coudières (parapet).

43- Plan de Lyon avec ses agrandissements dressé par L. Denis, 1780

43- Plan de Lyon avec ses agrandissements dressé par L. Denis, 1780

119Un problème se pose cependant au sujet des mensurations du pont telles qu’elles sont indiquées dans les prix-faits, où est utilisée l’unité « de Roy » ou « royale », c’est-à-dire la toise* à 1,94 m et le pied à 0,32 m (Tableau 1). Or, les mesures mentionnées dans le texte et dans le prix-fait du 25 août 1559 (A.M.L. BB 81 f° 191, CC 1063 et DD 305 pièce 36) ne correspondent pas aux documents antérieurs : en octobre 1558, dans le prix-fait, la longueur du pont de bois est dite de 250 m environ (129 toises) ; dans le texte d’août 1559, elle apparaît de 122,79 m. Il y a donc incompatibilité. Certes, il pourrait s’agir d’une erreur de copiste : mais il existe trois exemplaires différents de ce prix-fait et, d’autre part, l’ordre de paiement qui y correspond en décembre 1561 répète les mêmes bizarreries « pont à neuf arcs et neuf piles, de 23 pieds de large et 63 toises royales de longueur ». Or, le prix-fait de 1559 a été exécuté puisque le paiement en est ordonné. Qu’en déduire ? Les solutions les plus invraisemblables peuvent être envisagées : la fin du pont de pierre sur le brotteau, ou bien la réalisation du projet Gaban sur la moitié de la longueur qui lui avait été commandée, soit 120 m environ. Ces propositions sont peu satisfaisantes (fig. 44). De plus, aucune trace de fondations de piles conformes aux écartements présentés dans le projet de 1559 n’a été mise au jour.

Tableau 1 - Comparaison des dimensions de l’ouvrage données dans le projet de 1559 avec celles de la section concernée au XVIIIe s. (1 C 160), confirmées par les observations archéologiques

Tableau 1 - Comparaison des dimensions de l’ouvrage données dans le projet de 1559 avec celles de la section concernée au XVIIIe s. (1 C 160), confirmées par les observations archéologiques

44- Restitution de l’ouvrage décrit dans les prix-faits de 1559 (figurée en grisé) reportée sur la silhouette du plan dit de Gabriel : dans l’hypothèse d’un chantier débutant à la rive gauche (en haut) ou à la jonction des ponts de pierre et de bois (en bas)

44- Restitution de l’ouvrage décrit dans les prix-faits de 1559 (figurée en grisé) reportée sur la silhouette du plan dit de Gabriel : dans l’hypothèse d’un chantier débutant à la rive gauche (en haut) ou à la jonction des ponts de pierre et de bois (en bas)

120Un texte légèrement postérieur, un prix-fait de 1579 (cf. Annexe, texte 6), apporte un élément déterminant : en effet, en 1570, une partie du pont de pierre de 1559-1560 comprenant les arcs seize, dix-sept et dix-huit ainsi que les piles seize et dix-sept, est emportée par une crue ; elle est reconstruite en 1579 ; il est sûr que les restaurateurs ont alors respecté le schéma antérieur de cette partie de l’ouvrage sans modifier ses cotes essentielles puisque, ainsi que l’indique le texte du prix-fait, ils réutilisent les vestiges encore existants des piles quinze et dix-huit. L’exécution de ces travaux a été attestée par les constatations archéologiques. Or, les mesures d’arcs et de piles données à cette occasion en 1579 ne correspondent ni aux dimensions, ni même aux proportions annoncées dans le prix-fait de 1559. En revanche, elles sont très semblables à ce qui est relevé sur le plan de 1734. Il semble donc que, dès avant 1570, le pont de pierre ait eu, depuis la pile quinze jusqu’à la Guillotière, la silhouette qu’il avait encore au XVIIIe s.

121Il faut donc simplement retenir de ces constatations que, conformément à la teneur du document de 1561 publié (cf. Annexe, texte 5), le prix-fait de 1559 a bien été réalisé dans les mois qui ont suivi sa signature, puisque le pont de pierre oriental existe en 1570 et que les travaux de 1579 insèrent certaines de ses structures dégradées dans les réparations. Mais, aussi étrange que cela paraisse, il est très probable qu’il ait été bâti avec des cotes différentes de celles indiquées dans le prix-fait, mais avec des dimensions très comparables à celles du pont du XVIIIe s.

Les travaux de 1579

122En 1560, le pont du Rhône est pour la première fois entièrement en pierre, contribuant à la sécurité des voyageurs et au prestige de la ville de Lyon, au prix d’un lourd sacrifice financier. Et cependant, dix ans plus tard, en décembre 1570, le pont de pierre est à nouveau rompu : une crue (cataclysmique d’après la description qu’en fait un contemporain, Guillaume de Paradin) (Paradin 1573 : p. 386-389), envahit une partie de la ville et le faubourg de la Guillotière :

« Il n’y a maison en ce grand et spacieux faubourg qui se puisse vanter d’en être exempte : les excellentes maisons et bâtiments de plaisance qui décoraient et embellissaient cette belle plaine furent misérablement démolis et ruinés : un monde de beaux et précieux meubles gâtés et perdus ».

123Trois arches du pont du Rhône dans le tronçon récemment bâti sont abattues ; les restes de l’une d’entre elles ont été retrouvés lors de la fouille.

124Les conditions difficiles que traverse alors la ville de Lyon en ce dernier tiers du XVIe s. commencé si brillamment, ne sont pas sans influer sur la gestion du pont de la Guillotière. La région était gagnée aux idées de la Réforme, très actives aux environs de 1545, renforcées par une certain mécontentement populaire. Les deux partis, catholique et protestant, s’affrontent les armes à la main, pour Lyon : entre 1562 et 1564, la ville est prise par le baron des Adrets et gouvernée sous l’égide protestante pendant une année ; assiégée par les troupes catholiques du duc de Nemours elle retrouve une paix relative dans le camp catholique. Les séquelles sont lourdes pour la ville, pillée en 1562. Les désordres qui se généralisent au même moment dans toute la France prolongent les effets néfastes de ces événements par une paralysie des échanges commerciaux, une inflation incontrôlée et une fiscalité exagérément lourde. La récession économique lyonnaise est donc très nette à partir de 1565 environ pour les marchands (l’occupation protestante avait interrompu les foires), un peu plus tardive pour les banques (1585). Les difficultés financières rendent l’administration municipale moins prodigue encore qu’elle ne l’était. La catastrophe naturelle de 1570 tombe donc très mal : le désastre du pont ne sera réparé que dix ans plus tard, nécessitant des travaux importants et onéreux qui représentent l’ultime gros chantier mené sur le pont avant le XVIIIe s.

125Le dernier chapitre de l’histoire du pont au XVIe s. est centré sur ces travaux qui constituent en effet un jalon archéologique important puisque des vestiges de cette campagne de réparations ont pu être identifiés. De plus, ils ont suscité, outre les sources consulaires habituelles, deux documents particulièrement intéressants : le prix-fait de maçonnerie accordé en 1579 par la ville à Robert Danvin pour la réfection des arcs et des piles endommagés (cf. Annexe, texte 6) et le récapitulatif des sommes employées pour toutes les autres tâches nécessaires au chantier, entre 1579 et 1582 (cf. Annexe, texte 7). La conservation de ces deux documents complémentaires est un fait exceptionnel ; elle permet de reconstituer l’enchaînement des différentes opérations et de connaître le rôle de toutes les corporations intervenantes. Que les fouilles archéologiques aient dégagé et identifié les vestiges correspondant à ce chantier très bien documenté par les archives donne un grand intérêt à la confrontation des sources et justifie que le commentaire prenne en compte le déroulement complet du chantier.

Identification de la section du pont détruite en 1570

126Le texte du prix-fait de 1579 mentionne trois arcs jointifs, deux piles contiguës complètes, et préconise la consolidation de deux autres piles de part et d’autre, l’une d’entre elles étant la « seconde du côté de la Guillotière » ; il donne les dimensions approximatives des piles, 62,5 pieds de long pour 22,5 de largeur (environ 21,25 m x 6,80 m), et précise que, une fois terminé le battage des pieux, l’entrepreneur coulera entre eux un béton de « pierres à mortier, de chaux et de sable ».

127Or, lors de la fouille, deux fondations de piles, dont les têtes de pieux étaient noyées directement dans le mortier, sans plancher intermédiaire, ont été observées : il s’agit des piles seize et dix-sept. La pile dix-huit ne présentait cette structure que sous les becs. De plus, plusieurs pieux encore en place ont été datés de 1579. Ceci laisserait donc penser que les travaux de 1579 et 1581 portaient sur la reconstruction des piles seize et dix-sept, des arcs seize, dix-sept et dix-huit et sur la réfection partielle des piles quinze (épaississement) et dix-huit (épaississement et réfection des deux becs), ce qui correspond aux indications du texte. De plus, à quelques dizaines de centimètres près, il y a corrélation entre les mesures données dans le prix-fait et celles relevées au XVIIIe s. pour les piles seize et dix-sept (A.D.R. 1 C 161). Enfin, une portion entière de voûte effondrée entre deux piles et retrouvée lors de la fouille correspondrait au type de destructions occasionnées par la crue de 1570. Cette localisation apparaît donc sûre, d’autant plus que l’emprise des destructions correspond au tracé du bras secondaire du Rhône, soit le passage du flot le plus violent en période de crue.

Le déroulement du chantier

1570-1579

128La passerelle provisoire : pour cette période, temps de latence, il est intéressant de noter les délais et les modes d’intervention : le rétablissement du passage sur le pont se fait très rapidement, en un mois, grâce à une passerelle de bois ; puis pour des motifs divers, en priorité financiers, cette structure provisoire perdure pendant dix ans.

129En effet, l’inondation se produit du 2 au 4 décembre 1570 ; dès le 11 janvier, la passerelle (payée 725 livres à quatre maîtres-charpentiers de la ville) est achevée (A.M.L. BB 89 ; CC 1184). Elle est ensuite régulièrement visitée et entretenue (A.M.L. CC 1231, 1575 ; BB 91, 1573, 29 décembre) ; cependant, en 1577, le voyer de la ville fait état de « l’émynente ruyne du Pont du Rhône fait de bois » (A.M.L BB 98 ; 12). Quant à la ville, qui avait obtenu dès septembre 1571 (A.M.L. DD 305.40) 20 000 livres sur le montant des impôts à lever en 1572 sur la généralité de Lyonnais, elle adresse en novembre 1577 une supplique à l’intendant, car

« lesdits Echevins n’ont eu moyen, et n’ont encore, de refaire le pont du Rhône pour n’avoir deniers communs... vous supplient d’en faire très humble remontrance à Sa Majesté à ce qu’il lui plaise faire rétablir l’assignation de 20 000 livres que pour cet effet le feu Roy Charles leur avait donné sur sa recette générale » ! A.M.L. BB 98).

130Autrement dit, les finances municipales, lourdement grevées par l’achèvement du pont de pierre en 1560 puis par les aléas consécutifs à la guerre civile, ont des difficultés à faire face, malgré l’urgence de la situation...

1579-1582

131Les travaux effectifs : La reconstruction du pont n’est engagée qu’au début de l’année 1579, la décision ayant probablement été prise au cours du trimestre précédent. Le prix-fait de Robert Danvin, en mai 1579 (cf. Annexe, texte 6), prévoit l’achèvement du chantier en octobre 1579, soit en cinq mois. En réalité, et compte tenu des travaux annexes, le chantier commencé en mars 1579 ne s’achève qu’en mai 1582, le gros-œuvre des trois arcs étant terminé dès novembre 1581.

132Le principal intérêt du document récapitulatif (cf. Annexe, texte 7) est précisément de montrer l’ordonnance des différentes opérations les unes par rapport aux autres, et leur importance relative :

  • du 17 au 31 mars 1579 (sur prix-fait du 12 décembre précédent) : enlèvement des décombres ; l’entrepreneur commençant à cette occasion les tranchées, il faut supposer que les structures précédentes sont détruites jusqu’à la fondation. Il n’est pas fait mention d’arrachage de pieux.

  • d’avril jusqu’au début de mai 1579, les maçons prennent les mesures des piles à refaire. L’approvisionnement de pointes de pieux spécialement forgées commence.

  • de mai 1579 à juillet 1580, fondation des quatre piles endommagées : d’abord les deux piles à consolider (les piles quinze et dix-huit en juin-juillet 1579 et octobre-novembre 1579), puis les deux qui sont entièrement à refaire : la pile dix-sept en janvier-février 1580, et la pile seize en avril 1580. Le processus est toujours le même, en quatre phases successives très rapprochées qui apparaissent clairement dans les alinéas consacrés à la pile seize : les terrassements, les vidanges ou « épuisements* d’eau », autrement dit la mise hors d’eau des tranchées précédemment creusées, le battage* des pieux destinés à ancrer la pile (prix-fait particulier, f° 12 r°) ; et les fondations de maçonnerie (adjugées dans le prix-fait de maçonnerie). Pour cette phase de fondation, il semblerait qu’on ait opéré sans batardeau* et qu’on se soit limité à assécher les tranchées lors du battage des pieux ou des premiers travaux de maçonnerie. S’agit-il d’un procédé d’économie, bien que cela impose des surcroîts d’effectifs et de salaires : dans ce cas, en effet, il arrive que les équipes travaillent jour et nuit, et ces "journées extraordinaires" sont rémunérées hors prix-fait (cf. Annexe, texte 7, f° 8 v°, alinéa 2 ; f° 9 r°, alinéa 2 et 3 ; f° 10 r°, alinéa 2) ? Il est difficile d’évaluer l’efficacité de cette organisation : on a en effet peu d’indications sur l’outillage utilisé, sinon l’allusion a une « trompe propre à vider et égoutter l’eau » sans autre détail.

  • juillet 1579 - août 1581 : travaux de maçonnerie. Leur date de prise d’activité sur le chantier n’est pas précisée dans le texte. Comme pour tout chantier adjugé par prix-fait, seul le rythme des paiements faits à Robert Danvin par la Ville constitue un repère : cet argent est consacré à l’acquisition de matériaux autant qu’à la rémunération des ouvriers. Cependant, il est logique que le maçonnage de la semelle de fondation suive de très près la plante des pieux pour des raisons techniques que ne démentent ni les textes, ni la chronologie des versements faits au maçon. L’élévation des piles est-elle entreprise à ce moment-là ou bien correspond-t-elle aux « avances sur prix-fait » faites en mai 1580 ? En tout cas, les piles sont probablement achevées en juillet 1580 puisqu’on entreprend alors la construction des arcs.

  • juillet 1580 : pose des cintres* c’est-à-dire des coffrages de charpente sur lesquels sont posés et coulés les arcs seize, dix-sept et dix-huit. Adjugés par prix-fait particulier à un menuisier (et non à un charpentier comme c’est fréquemment le cas), les cintres semblent ici posés sur des pilotis ancrés dans le lit de la rivière (fourniture de 65 pieux) : le menuisier « fit vuyder les eaux lorqu’ils voulust poser les cintres » (cf. Annexe, texte 7, f°11 r°).

133A quel rythme Robert Danvin mène-t-il ensuite la construction des trois arcs et du tablier ? Les versements de la Ville reflètent une grande activité en octobre-novembre 1580 (notification d’achat de pierre à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, carrières situées au nord-ouest de Lyon « pour lier la massonnerie en partie des voûtes du pont du Rhône ») (A.M.L. CC 1294, 3 décembre 1580) et surtout d’avril à août 1581, avec de nombreux achats de pierre (pierre de taille et millasse), de chaux et de nombreux charrois de matériaux.

134En tout cas, les cinq mois qui avaient été impartis à Robert Danvin dans son prix-fait pour achever la totalité de l’ouvrage maçonné sont largement dépassés : en réalité, il a fallu au maître-maçon plus de deux ans, et 500 écus de surcoût sur son prix-fait (BB 107.237, 14 décembre 1581) (cf. Annexe, texte 7, f° 14 v°) ; et malgré ce supplément, il se désiste pour une partie de l’ouvrage à laquelle il s’était engagé (la réparation de l’avant-bec de la deuxième pile « près du pont de bois » qui est probablement la pile treize). Pendant ce temps continue à fonctionner le pont de bois provisoire : déjà très dégradé en 1577, il est « tellement pourri et gâté qu’il est très requis et nécessaire d’y pourvoir promptement » en février 1581 (A.M.L. BB 106/35). La réfection de l’avant-bec abandonné par Robert Danvin est assurée en régie directe par la ville, de septembre à décembre 1581, selon un processus analogue à celui précédemment décrit pour les piles quinze et dix-huit. En même temps, des réparations sont effectuées sur l’ensemble du pont.

  • de décembre à mai 1582 : aplanissement et pavage du pont. Le calendrier de la campagne de travaux pour la réfection à neuf de trois arcs et deux piles, et pour la consolidation de deux piles, peut donc se récapituler ainsi : trois ans de travaux, se ventilant en quinze mois pour les fondations, deux ans pour la maçonnerie (approvisionnement compris) dont cinq mois de travaux intensifs. En ce qui concerne la maçonnerie, qui prévoyait la remise du travail achevé en cinq mois, les estimations de temps étaient apparemment sous-évaluées. L’évaluation du temps passé, la diversité des corps de métiers engagés, permettent de prendre la mesure de ce que représentait un chantier du pont dans son organisation pratique, alors même que l’opération décrite ici n’était, somme toute, pas énorme.

  • 60 A.M.L. CC 27, f° 58,1506 : “Faut ce qui s’ensuit pour faire ladite plante : premier, de gros paulx (...)

135Les deux textes traitant directement du chantier apportent des indications très concrètes sur certaines techniques de construction, d’autant plus intéressantes que des vestiges en ont été dégagés. Sur les pieux, le récapitulatif (cf. Annexe, texte 7) apporte des précisions, non pas sur la technique même, beaucoup plus détaillée lors de la campagne de 150660, mais sur le nombre de pieux par pile : 500 pour la pile dix-sept, 486 pour la pile seize ; il faut compter de 90 à 100 pieux pour un bec (98 pour le bec d’une pile fin 1581 et 187 pieux pour les deux becs de la pile dix-huit en octobre et novembre 1579). Les pieux étaient ferrés : « 75 pointes de fers pesans 93 livres », soit 6,20 livres (3 kg environ) pour chaque pieu. (cf. Annexe, texte 7, f 13 v°, alinéa 2). Quant aux cintres, supportés par des étais verticaux plantés dans le lit de la rivière (assèchement de l’aire de travail lors de la pose des cintres (f° 11 r°, alinéa 2) fourniture de pieux pour les pilotis des 3 arcs (f° 12 v°, alinéa 2), ils sont bâtis selon la méthode traditionnelle : fournis par un menuisier, il semble qu’ils soient posés par le maçon prix-facteur lui-même (f° 14 v°).

136Cette campagne de travaux 1579-1581 peut paraître d’un intérêt mineur par rapport à celle de 1559 qui avait vu une réelle métamorphose du pont du Rhône. En fait, elle présente l’incomparable attrait d’être très documentée et d’avoir livré des traces archéologiques. Les enseignements sur les techniques mises en œuvre et sur l’organisation d’un chantier sont importantes ; on a observé la technique employée pour la reprise totale des piles au niveau des pieux, ou le fait que les fondations aient été menées sans batardeau, le chantier étant maintenu hors d’eau par de simples fossés et beaucoup de main-d’œuvre humaine. Les dimensions des pieux et des autres fournitures, l’estimation de leur quantité, la division du travail très poussée entre les diverses corporations, constituent évidemment une référence très utile pour l’étude des ponts.

137Vingt ans seulement après qu’ait été prise la décision de construire un pont que les échevins voulaient "perpétuel", n’est-il pas paradoxal d’investir à nouveau tant d’énergie et de fonds pour le remettre purement et simplement en service ? A l’entretien astreignant, mais, simple du pont de bois, succède désormais celui du pont de pierre ; les interventions y sont certes, plus rares mais tout incident implique des réparations à la fois plus lourdes et techniquement plus complexes. Néanmoins, à la fin du XVIe s., le pont de la Guillotière a enfin trouvé un aspect homogène qui efface, dans les archives, la traditionnelle distinction entre le secteur ouest et le secteur est du pont.

L’ère des ingénieurs

138Au cours du XVIIe s., avec l’aggravation des conditions climatiques très sensibles sur le régime du Rhône, les réparations se multiplient sur les piles, mais il s’agit généralement d’opérations ponctuelles. La présence, attestée par la dendrochronologie, de pièces de bois datées de 1718 à 1721 dans la majorité des piles dégagées, a amené à s’interroger sur l’ampleur et la signification de cette campagne apparemment plus importante que les autres. L’étude qui en a été faite a permis de déceler une réfection générale sur un pont qui se délabrait, des fondations au parement, particulièrement dans le secteur est. Compte tenu de l’abondance d’archives à disposition (fig. 45), les indications techniques sont extraordinairement riches sur les dimensions de l’ouvrage, son aspect, les détails de la fondation, etc. : elles permettent quasiment une reconstitution pierre à pierre du monument. Il a donc fallu limiter le propos de cette présentation aux deux aspects essentiels abordés dans ces textes : l’architecture du bâtiment et la nature des travaux entrepris.

45- Détail d’un plan de Lyon au XVIIIe s

45- Détail d’un plan de Lyon au XVIIIe s

A.M.L. 3 S 313

État du pont au XVIIIe siècle

139Pour la première fois la documentation disponible permet d’avoir un panorama complet du pont et de ses abords. Le relevé pierre à pierre qui a été établi est la pièce maîtresse : il présente un ouvrage de pierre de grand appareil, comprenant 20 arcs en plein cintre (ou portion de cercle), à fronts de claveaux apparents supportés par des piles carrées flanquées, à l’amont et à l’aval, de becs à angles vifs (fig. 46). Le tout est surmonté d’un parapet plein et de quatre édicules annexes élevés au fil du temps sur les piles et les culées. L’île partiellement inondable qu’enjambe le pont est enfin clairement définie, sous les arches neuf à quatorze ; l’écoulement du « faux bras » du Rhône, très réduit par les travaux effectués en amont, est déjà partiellement obturé sous l’arc dix-sept par un mur-radier* élevé sur les recommandations de l’ingénieur Jacques Gabriel (cf. Annexe, texte 9) autour de 1720.

46- Détail du plan dit de Gabriel, 1734

46- Détail du plan dit de Gabriel, 1734

A.D.R. 2 pl 187

140L’ensemble n’est cependant pas si homogène qu’il y paraît : le parapet de pierre est "à bahut" au-dessus des onze premières arches, pas au-delà ; les éperons sont de formes et de hauteurs très diverses (fig. 39, piles deux, six, neuf, et quinze) ; la largeur des arches, comprise en général entre 22 et 26 m pour les huit premières, 19 et 11 m pour les dix suivantes est en réalité irrégulière. De même, les piles, bâties sur un module de base de 7,50 à 8 m de côté avec des becs de 8 à 10 m, montrent des variations importantes. La hauteur sous clé est de 8 à 12 m. En général la construction du pont apparaît sensiblement plus fruste dans la partie est.

141La structure même de l’ouvrage est ainsi conçue par J. Gabriel si l’on se réfère à l’exemple de la pile dix (cf. Annexe, texte 9) : la pile est sur une base, posée directement sur la plate-forme de fondation, et constituée d’assises en gradins, en retrait de 7,5 cm les unes par rapport aux autres jusqu’au niveau des plus basses eaux ; cette pile présente l’aspect extérieur d’un massif de pierre de choin* dont les assises, hautes de 0,32 m se composent alternativement de carreaux* de 1,30 m et de boutisses* de 0,80 m, ces dernières s’ancrant profondément dans le cœur de la pile (1,30 m à 1,60 m). Le parti adopté est celui de la solidité : toutes les pierres sont cramponnées les unes aux autres ; derrière le parement, des libages* (quartiers de pierre plus grossiers) posés en assises confortent le système et constituent une muraille de plus de deux mètres d’épaisseur. Le centre de la pile est comblé d’un blocage de moellons et de mortier, toutefois cette conception de la pile dix représente un idéal ; les constatations faites par le même Gabriel laissent entendre que, sans doute, de nombreuses piles ne remplissent pas ces conditions de solidité.

142Les voûtes qui prennent naissance très bas sur le pilier sont construites selon le même principe : elles font alterner des claveaux de 1,10 m et 0,80 m et laissent apparents, aux têtes d’arc, des voussoirs* de 1,10 m. Le chaînage des voûtes semble couramment utilisé dès la construction : on en pose quatre aux arches dix et onze.

143La fondation de la pile, très semblable dans son principe à l’illustration qui figure dans l’Encyclopédie (fig. 47), repose sur des pieux de 0,35 m environ de section et de 4,80 m de haut, appointés et ferrés à leurs extrémité d’un sabot de fer à quatre branches pesant 10 kg environ (fig. 48). Ces pieux sont enfoncés directement dans le lit du fleuve selon la technique dite "au refus du mouton". Ils sont plantés à raison de 3 à 4 par mètre carré (soit environ 500 pieux par pile) et supportent un réseau de racineaux* ou patins*, poutres carrées qui s’entrecroisent de manière orthogonale en un grillage dont la maille est de 1,50 m environ. Recépés* et noyés dans 0,35 m de béton, pieux et racineaux sont recouverts d’une plate-forme de planches de 0,15 m d’épaisseur et de 0,30 m de large, fixées par des chevilles de fer : c’est sur ce plancher qu’est édifiée la pile elle-même.

47- Fondation de pile. Extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

47- Fondation de pile. Extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Pl XIX, dans le recueil de planches ; L’Art de Charpenterie

48- Sabot de fer à quatre branches destiné à protéger la pointe d’un pieu

48- Sabot de fer à quatre branches destiné à protéger la pointe d’un pieu

144A partir de 1720 les piles, sauf la pile neuf, ont une crèche. Enceinte de pieux comblée de maçonnerie, la crèche est établie autour de la pile dont elle constitue en quelque sorte une défense avancée. Ce procédé est considéré comme la seule protection efficace contre les affouillements : progressivement adopté au cours du XVIIe s., il se généralise au XVIIIe s.

145Le projet de J. Gabriel qui préconise la reconstruction des crèches des piles une, trois, onze et douze, et la création d’une autre à la pile seize les présente toutes de la même manière en cohérence avec celles qui existent déjà : l’enceinte est constituée d’une file de pieux un peu plus hauts que des pieux de fondation (6,40 m de haut et 0,35 m de diamètre environ, ferrés) distants les uns des autres de 1,30 m, enfoncés très profondément dans le lit du fleuve (1,30 m en dessous du niveau des plus basses eaux, en général) à 1,50 m ou 2 m autour de la pile et solidarisés entre eux par une pièce horizontale d’un seul tenant, le chapeau ; enfoncées le long de ce bâti, des palplanches de 10 cm d’épaisseur longues de 6,50 m environ, ferrées, les plus jointives possible, ferment le dispositif qui est comblé de maçonnerie, recouvert de dalles de chouin et très souvent maintenu au corps de la pile par des tirants de fer. A plusieurs reprises, J. Gabriel recommande aussi la conservation des batardeaux et leur réutilisation comme encaissement de crèche.

146Ce panorama du pont ne serait pas vraiment complet si les digues qui en sont les plus proches et qui participent de son système n’étaient brièvement évoquées. Leur agencement a été entièrement repensé par J. Gabriel dans son projet de 1718 (cf. Annexe, texte 9 et dépliant couleur). La première, longue de 266 m, quasiment enterrée, constitue un prolongement vers le nord de la pile dix-huit : ensuite, trois digues associées, espacées les unes des autres d’une cinquantaine de mètres se trouvent à 450 m environ au nord du pont, à l’embouchure du « faux-bras » du Rhône que les ingénieurs tentent d’éliminer : constituées de pieux et de palplanches grossièrement alignés qui maintiennent un massif de

« pierre brute, de cailloux et de gravier jetés pêle-mêle » recouvert d’un « couronnement de pierre » (cf. Annexe, texte 11),

147elles apparaissent en réalité sous la forme d’épis très développés, profondément ancrés dans la berge. Tout nécessaire qu’il soit reconnu, l’entretien de ces digues apparaît considérablement moins bien suivi que celui du pont.

148Les quatre textes publiés, 8 à 11, donnent une idée assez précise de tous les types d’altérations encourues par le pont, et de leur réelle gravité.

149Les plus évidentes aux yeux des contemporains sont les dégradations de la superstructure : comme dans tout bâtiment soumis aux intempéries, les joints de mortier entre les piliers se désagrègent vite. L’ingénieur J. Lallié note des reprises à faire partout, parfois sur des surfaces importantes (pour la voûte six, le tiers de la superficie). Les empattements des piles et les crèches apparaissent souvent endommagés : les dalles déplacées ou carrément arrachées par la violence du courant ou les « crocs des mariniers » mettent alors en péril la stabilité de la pile.

150Les détériorations plus graves sont beaucoup plus rares : J. Lallié note cependant le tassement de 0,15 m environ d’une pile, qui occasionne des lézardes de 0,07 à 0,08 m de large sur tout le pourtour des arches trois et quatre. Plus inquiétant, en 1718, J. Gabriel constate que le basculement général d’une pile vers l’amont a provoqué entre l’avant-bec et le corps de celle-ci une fissure de 3 m de haut sur toute la largeur du massif de maçonnerie et un affaissement de 0,15 m sur trois assises, lézardant profondément les deux voûtes adjacentes.

151Il s’agit donc d’un tassement de la pile ; mais J. Gabriel pousse plus loin son analyse : si les racineaux et la plate-forme de fondation se sont cassés, ce qui est la cause directe de l’effondrement, c’est parce que

« la pile n’a été fondée que sur un gravier, peu en dessous des basses eaux (0,32 m) avec grillage et plate-forme sans aucun pilotis, et que les eaux du fleuve ayant afouillé sous le dit fleuve, avant et arrière bec ont fait baisser considérablement l’ensemble » (cf. Annexe, texte 8).

152L’affouillement est incontestablement le plus perfide et le plus grave des dangers pour un pont. J. Gabriel fait ici la démonstration des moyens très lourds ou très élaborés mis en œuvre pour diagnostiquer ce type de détérioration : constatant l’inefficacité des sondages faits depuis un bateau, il fait construire spécialement autour de la pile dix des digues de terre fraîche et de petits batardeaux, puis

« épuiser l’eau avec plusieurs pompes, bannaux* et égouteaux* jusqu’à 0,32 m sous la plateforme ».

Les différentes campagnes de travaux au XVIIIe siècle et leur nature

153Le XVIIIe s. est une période de travaux incessants, parmi lesquels il est parfois difficile de distinguer l’importance des différentes interventions. Il semble que Ton puisse sommairement discerner sept grandes périodes d’activité plus intense :

  • 1687-1694 : réparations aux cinq premières piles et arches, crèches et empattements compris.

  • 1698-1700 : réfection partielle des crèches des piles quatre, sept et dix.

  • 1711 : réparation de la pile onze et des crèches de deux autres piles.

  • 1718-1723 : allongement des cinq digues aux abords du pont, réfection totale de la pile dix et de sa crèche, des arches dix et onze, de la crèche de la pile onze de Tavant-bec et de la crèche de la pile douze, consolidation des piles treize et quatorze à leur base, reprise en sous-œuvre des flancs de la pile quinze, reconstruction totale des avants et arrière-becs, construction d’une crèche et consolidation d’un bec de la pile seize, réparations à la pile une, réfection de la crèche de la pile trois, réparations superficielles à la pile sept et à la pile huit, construction d’un radier entre les piles seize et dix-sept.

  • 1726-1728 : des travaux sont prévus aux éperons et crèches des piles une, deux et trois ; il ne semble pas qu’ils aient été effectivement réalisés.

  • 1740-1741 : réparation de plusieurs crèches.

  • 1762-1765 : réparations superficielles.

154Ce calendrier appelle plusieurs remarques : dans la plupart des cas, ce sont les crèches et à un moindre degré, les becs qui semblent souffrir le plus, ce qui est explicable par leur position très exposée au courant. Les campagnes de travaux sont fréquentes et coûteuses malgré une relative inefficacité : seule l’opération menée entre 1718 et 1723 qui avait l’ampleur d’une réfection générale, fait apparemment exception. En outre, il faut remarquer que la partie est du pont semble avoir beaucoup plus souffert que les arches une à huit pourtant de conception plus ancienne. Il est certain que le renforcement du cours du Rhône à Test de son lit a contribué à la relative faiblesse de cette moitié du pont, comme le souligna J. Gabriel dans son rapport de 1718.

155Les réparations sont évidemment à la mesure des dommages ; le plus souvent, il s’agit donc de travaux légers de rejointoiement au mortier ou de remplacement de dalles ; éventuellement, on comble les cavités avec du mortier, du ciment et du moellon, ou bien on pose

« des voussoirs dérangés avec coins de bois dans les joints fichés en mortier ou ciment et garnis d’éclats de pierre dure, enfoncés de force jusqu’à 2 pouces des arètes pour les mieux retenir » (cf. Annexe, texte 11).

156La remise en état des crèches partiellement emportées par le courant, cas relativement fréquent (six au moins en 1718), est plus complexe : elle implique le battage de nouveaux pieux et de nouvelles palplanches dans un sol qui, malgré le dégagement des maçonneries antérieures, est parfois tellement encombré de « ruines ou de béton qui ne puisse s’enlever » (cf. Annexe, texte 9, f ° 13 v°) qu’il faut élargir la crèche et planter les pieux en avant des précédents.

157La détérioration des piles à leur base contraint le plus souvent à des reprises en sous-œuvre. S’il s’agit de petites surfaces, comme à la pile six en 1762 (2 m de long, 0,70 m de haut), l’intervention ne pose aucun problème. En revanche, en 1718, dans le cas des piles dix (à reconstruire totalement depuis ses fondements), onze, douze, quinze (où il faut reprendre la fondation de la pile en sous-œuvre) et seize, les dégâts apparaissent tellement importants que les ingénieurs sont obligés de recourir à la construction de batardeaux.

158La campagne de réparations entreprises entre 1718 et 1723, dont la dendrochronologie a identifié les traces, s’inscrit dans un projet de grande envergure puisque, en modifiant les digues à l’entrée du bras secondaire et en préconisant un mur-radier pour la pile dix-huit destiné à réduire l’importance du bras secondaire, J. Gabriel met en place des facteurs de protection irréversibles pour le pont. Le rapport Lallié prouve l’efficacité des mesures prises par Gabriel et s’avère relativement optimiste : en 1762 les structures fondamentales de l’ouvrage sont en bon état, ne nécessitant que des reprises superficielles.

159Les documents graphiques, très précis, apportent sur l’aspect extérieur du bâtiment les précisions architecturales que les textes consacrés aux travaux omettent d’indiquer. Ils sont suffisamment détaillés, pour mettre en évidence certaines anomalies dans l’homogénéité de l’ouvrage pouvant révéler un stade de son évolution, ainsi la rupture de rythme dans les arches au niveau de l’arche huit ou bien l’aspect sensiblement différent des arcs neuf à vingt du « pont nouveau ». L’histoire du pont ne s’achève évidemment pas au XVIIIe s., mais elle se modifie alors considérablement : avec la construction en 1772 d’un deuxième pont sur le Rhône (le pont Morand), puis de plusieurs autres à la charnière du XIXe s., le pont de la Guillotière perd sa fonction de passage obligé et une grande partie de son rôle symbolique. Puis le « faux-bras » du Rhône ayant enfin été éliminé et la rive gauche ramenée au niveau de la pile huit au début du XIXe s., il est peu à peu amputé des deux tiers de ses arches. Le pont de la Guillotière n’a dès lors plus d’autre suprématie que celle de sa tradition (fig. 49).

49- « Vue du pont de la Guillotière et du nouvel hôpital de Lyon »

49- « Vue du pont de la Guillotière et du nouvel hôpital de Lyon »

Dessin de Lallemand, 1785, (0,20 x 0,34 m)

B. M. L. Coste

160De l’histoire du pont de la Guillotière telle que la restituent les données, complémentaires des sources écrites et archéologiques, se dégagent nettement deux époques, celle du pont de bois, antérieure à 1558-1560, et celle du pont de pierre, qui se substitue au précédent, à partir de 1560. A ces deux périodes correspondent des structures et un mode d’entretien radicalement différents.

161Le pont de bois est constitué de chevalets de bois portant un tablier reposant sur des soutiens relativement rapprochés. La structure ne s’en modifie pas sensiblement entre 1335 et 1558, les réfections multiples pièce par pièce ne remettant pas en question la conception d’ensemble. La superstructure en bois apparaît de plus en plus clairement dans la documentation au fil des années. En 1385, seule est mentionnée l’ossature : chevalets verticaux, tragits (poutres) horizontaux, platelage pour la voie de circulation et garde-fous. En 1514, les éléments de base sont les mêmes ; quelques éléments supplémentaires sont cités tels que les croisées qui servent de raidisseur entre les chevalets.

162Le matériau dont sont constitués les soutiens de cette superstructure pose en revanche un problème. Des piles en pierre sont signalées, dont l’une à l’entrée du pont, près de la maison de la Guillotière, en 1334, et l’autre sur le brotteau en 1383. Elles ne sont pas mentionnées en 1514. Faut-il déduire de ces quelques cas que le pont est entièrement sur piles maçonnées dès le XIVe s., ou bien que les structures basses sont en général en bois et que les piles de pierre ne sont que des exceptions ? Les textes, sur ce sujet, ne peuvent apporter aucun élément décisif.

163Il est possible que le raccordement du pont de bois au pont de pierre se soit situé aux environs de 1395, entre l’emplacement de la future pile neuf et celui de la future pile dix, qu’il se soit ensuite fixé à proximité de la future pile huit jusqu’en 1558 ; de toute façon, il se trouve toujours en dehors de l’emprise de la fouille. A l’est, sur la rive gauche, l’accès du pont se partage en plusieurs branches ; en 1334, il y en a apparemment deux, l’une allant vers Béchevelin, l’autre vers la maison de la Guillotière ; en 1385 et 1514, les dessertes secondaires semblent à la fois plus modestes et plus nombreuses. Il est toutefois tentant d’y voir le schéma d’origine de l’accès en Y qui sera établi à l’entrée est du pont en 1560.

164Enfin il faut noter en 1514, au pied du pont, sur la rive gauche du cours secondaire, la présence « d’arches » destinées à protéger ce secteur particulièrement exposé aux excès du Rhône.

165L’entretien du pont de bois s’alourdit considérablement entre 1395 et 1514 : en 1395, il suffisait d’une campagne de réparations par an pour assurer l’entretien courant ; il en faut de deux à cinq par an en 1514 ; en revanche, le rythme d’une grosse réfection tous les dix ans se maintient jusqu’en 1559. Il est certain que l’âge et l’aggravation des conditions climatiques ont précipité la dégradation d’une structure de bois que le régime habituel du Rhône mettait déjà à rude épreuve.

166Après 1560, le pont de bois est remplacé par le pont de pierre, sans que la documentation puisse être d’un grand secours pour sa description, puisque les cotes données dans les deux pièces majeures relatives à cette réalisation sont inutilisables. Toutefois, il est sûr que le pont prend, dès cette date, l’aspect général qu’il a sur les relevés du XVIIIe s., à quelques exceptions près. Deux grosses interventions sont à signaler cependant. L’une, consécutive à une crue du Rhône en 1570, qui nécessite la réfection totale des arcs seize, dixsept et dix-huit et celle des piles correspondantes ; les travaux exécutés lors de cette campagne, sur les fondations des piles, ont été dégagés en fouille et d’autant mieux analysés que la documentation en donnait une description extrêmement détaillée. L’autre est une réfection totale du pont, particulièrement dans son secteur est, entre les piles onze et dix-sept préconisée et exécutée par J. Gabriel qui y rajoute plusieurs aménagements destinés à restreindre les effets néfastes du cours secondaire du Rhône sur le pont, en particulier un mur-radier sous l’arc dix-sept.

Notes

32 Ce plan appartient à un particulier qui a eu la gentillesse de nous contacter et de nous laisser le photographier, tout en tenant à rester anonyme. Aussi avons-nous baptisé ce plan : “le plan B”.

33 En 1958, des maquettes de restitution ont été réalisées à la demande de A. Audin.

34 Guigue 1885, charte 246 : “Littera de insula quae est subtus pontem Rodani inter duas aquas... ; inter magnam aquam Rodani, et aliam aquam que fluit versus Bechevellein subtus pontem juxta nunc ultimam pylam dicti pontis....

35 Témoin 10. Le “courrier” de la cité de Lyon remet à plusieurs reprises des malfaiteurs au châtelain savoyard de SaintSymphorien-d’Ozon supra dictum pontem receperunet et per ipsum pontem captos duxerunt et exinde apud Sanctum Symphorianum....

36 A.D.R. 10 G 815, 1314 : pons minatur ruinam etiam propter inundationes aquarum et dicti pontis rupturas... - Guigue 1884, charte 46, 1327 : ob culpam pontis rupti.

37 Témoin 55. Le même échange de malfaiteurs se serait fait supra pontem Lugduni lapideum. Fréquentes citations du pons postium a parte Guilloterie.

38 A.D.R. 10 G 815, 1335 : ....videlicet per abbatem et conventum Alte Combe ad opus ligneum dicti pontis, per abbatem vero et conventum Chassagne nedum ad ligneum verum etiam ad opus lapideum dicti pontis in constructione videlicet arcus dimidii juxta portam....

39 A.D.R. 10 G 815, 1314 : Frater Conradus... tunc abbas dicti monasterii Altecombe dictum pontem ligneum bonum et fortem construxit et edificavit, et subsequenter de lapidibus et fusta aliquantulum pro dicto ponte lapideo preparavit....

40 A.D.R. 10 G 815, 1314 : ...opus dicti pontis ad presens...in pluribus partibus minatur ruinam, tam in parte lapidea quam fustea.

41 A.D.R. 10 G 1472, 1334 : mentionne plusieurs fois la présence d’un pont de bois "pons postium" dans la partie est du pont.

42 A.D.R.10 G 1472, 1334 : pons postium, pons postium in fine ipsius pontis a parte domus Guilloterie”, etc.

43 Témoin 23 : exécution super pilam lapideam in introitu pontis postium. Témoin 36 : exécution super pilam quae est ante domum Guilloterie.

44 Témoin 57 : primum parvum pontem qui est ante domum Guilloterie.

45 Le cartulaire d’Ainay mentionne “Saint-Nicolas” dans l’immédiate proximité du pont en 1327 (Guigue 1887, charte 46).

46 La maison de la Guillotière est, en 1320, le siège d’un incident politique en rapport direct avec le pont.

47En regardons de la pile dudit pont du Rhône où soloient estre les degrés de pierre devant la maison de la Guillotière. (Guigue 1876, p. 300-303).

48le pont de la ville sur la rivière du Rhône dont les deux parties ou environ sont de boys.... Lettre de barrage de 1378, citée par Guigue, (Guigue 1876 A, p. 55).

49...car l’eaue, qui soloit venir et passer en sa plus grande habundance par dessoubz le pont de pierre, est tournée et prinse son cours par dessoubz le pont de boys.... Lettre de barrage de 1378, citée par Guigue (Guigue 1876 A, p. 55).

50 A.M.L. DD 303/3, 1383 : ...a quadam pila lapidea dicti pontis fustei in qua sunt gradus pro descendendo in dicto brotello, publié par Guigue (Guigue 1876 A, p. 263).

51 Sources utilisées pour la période 1510 - 1520 A.M.L. CC 607 octobre 1511 - juillet 1512 A.M.L. CC 615 octobre 1512 - juillet 1513 A.M.L. CC 623 octobre 1513 - août 1514 A.M.L. CC 629 octobre 1514 - septembre 1515 A.M.L. CC 635 octobre 1515 - septembre 1516 A.M.L. CC 645 septembre 1516 - septembre 1517 A.M.L. CC 655 novembre 1517 - septembre 1518 A.M.L. CC 654 décembre 1517 - août 1518

52 A.M.L. CC 573 : On avait alors battu des pieux en dessous du pont de boys pour retenir un des grands chevalets que le Rhône emmenait puis remplacement de plusieurs autres chevalets au cours de l’année 1507, remise en état du platelage et des coudières etc...

53 A.M.L. CC 629, 2 avril 1515 ; A.M.L. CC 607, décembre 1511 : crosses pour clore les arches.

54 Sans que soit précisé s’ils (les pieux) sont ferrés ou non.

55 A.M.L. CC 573, octobre 1506 : planter des paulx,...les sengler, mettre entremys des fagots et graviers. Idem en CC 623, juillet 1514.

56 A.M.L. CC 573, octobre 1506 : planter des paulx derrière les arches” A.M.L. CC 629, septembre 1515 : fere les arches neuves... et aussi en la plessière au-dessus des arches, planter des paulx et mettre des sangles.... Idem le 31 juillet et le 7 août 1514 : faire une plessière sur ledit arche ; plessières joignant aux arches.

57 A.M.L. CC 629, septembre 1515 : "en la plessière au dessus des arches, planter des paulx et mettre des sengles en façon et manière d’arches".

58 A.M.L. CC 629, 12 juin 1514 : construction d’arches neuves "au pied des grans de vieilles arches pour devoyer le Rosne devers la ville au dessus du brotteau de la ville... ".

59 A.M.L. BB 81 : “Les Sieurs Echevins... ont trouvé qu’il est très requis et nécessaire faire abattre et démolir les trois maisons étant au pied du dit pont, tant pour parfaire et parachever ycellui pont, pour la commodité des allants et venants, et pour l’embellissement et décoration d’icelluy”.

60 A.M.L. CC 27, f° 58,1506 : “Faut ce qui s’ensuit pour faire ladite plante : premier, de gros paulx longs, de carreure d’1,5 pié chacun. Item les planter près l’un de l’autre d’1,5 pié, tant profond que pourra. Item faire dans lesdits paulx les clefs pour les lier. Item mectre et gecter entre deux force de gravier et chaux vive, et faire la plate forme, et puis fonder là-dessus.

Table des illustrations

Titre 37- Le pont-levis du château de Poitiers
Légende Enluminure extraite des « Très riches heures du Duc de Berry »
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 38- Plan de Braun
Crédits A. M. L. 3 S 1222
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre 39- « Elévation du pont de la Guillotière, sur le fleuve du Rosne, à l’entrée de la ville de Lyon, en venant du Dauphiné. »
Légende Relevés dressés par l’ingénieur Gabriel en 1734
Crédits A.D.R. 2 pl 187
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 40- « Pont de la Guillotiere à Lion sur le Rosne. »
Légende Plan dressé par Nicolas Guérard 1648-1719
Crédits B. M. L. Coste 476
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 41- « Gabriel Simeoni. L’origine e la antichita di Lione (1560) »
Légende Gravure extr …, un aventurier des lettres au XVIe s. publiée par T. Renucci, Paris 1943
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre 42- Détail du plan scénographique de la ville de Lyon
Légende Les croisillons de bois renforçant la stabilité du pont
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 43- Plan de Lyon avec ses agrandissements dressé par L. Denis, 1780
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 1 - Comparaison des dimensions de l’ouvrage données dans le projet de 1559 avec celles de la section concernée au XVIIIe s. (1 C 160), confirmées par les observations archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 44- Restitution de l’ouvrage décrit dans les prix-faits de 1559 (figurée en grisé) reportée sur la silhouette du plan dit de Gabriel : dans l’hypothèse d’un chantier débutant à la rive gauche (en haut) ou à la jonction des ponts de pierre et de bois (en bas)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 45- Détail d’un plan de Lyon au XVIIIe s
Crédits A.M.L. 3 S 313
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre 46- Détail du plan dit de Gabriel, 1734
Crédits A.D.R. 2 pl 187
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-11.png
Fichier image/png, 382k
Titre 47- Fondation de pile. Extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert
Légende Pl XIX, dans le recueil de planches ; L’Art de Charpenterie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre 48- Sabot de fer à quatre branches destiné à protéger la pointe d’un pieu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 49- « Vue du pont de la Guillotière et du nouvel hôpital de Lyon »
Légende Dessin de Lallemand, 1785, (0,20 x 0,34 m)
Crédits B. M. L. Coste
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1638/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access