Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Chapitre I. Un fleuve, un passage : contraintes et enjeux

Texte intégral

1De nos jours, étroitement endigué entre des perrés* élevés qui canalisent et réduisent son cours à une de 200 à 250 m largeur sur toute la traversée de la ville, le Rhône paraît un fleuve sans surprise. Les crues, autrefois dévastatrices, cantonnent leurs débordements actuels au bas-port. En réalité, les grands travaux entrepris au XIXe s. ont profondément remodelé le cours du fleuve et ses abords, à la suite d’une série d’inondations dont la plus violente, celle de 1856, emporta plusieurs centaines de bâtiments sur la rive gauche. Ces aménagements ont été de deux sortes : un relèvement général de la rive gauche pour la mettre à l’abri des crues, et un resserrement des berges pour donner plus de profondeur au cours d’eau, selon une technique appliquée dès le XVIIIe s. par Perrache au pont de la Guillotière. Digues et remblaiements ont ainsi complètement régularisé le tracé de la berge en éliminant les faux bras et les îles qui faisaient des rives une zone amphibie où se dispersait le cours du fleuve ; ils ont rendu inutile près de la moitié du pont dont les arches se sont progressivement enlisées au cours du XIXe s.

Le cours ancien du Rhône

L’environnement du fleuve

  • 2 Le croquis a été élaboré à partir de cinq documents : A.M.L. 2 S 179, A.M.L. 2 S 571, A.D.R. 1 PL 1 (...)

2La restitution du cours du Rhône (fig. 7), avant ces grandes transformations, est possible grâce à une documentation où les sources iconographiques tiennent une place essentielle, particulièrement les plans scénographiques et les gravures anciennes qui constituent, pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe s. une information beaucoup moins ambiguë que les textes2. Il s’agit toutefois de traiter avec prudence et discernement les variantes de représentations proposées par ces documents : certains détails peuvent en effet révéler des phénomènes d’ampleur séculaire, tels l’élargissement et la sinuosité croissante du chenal secondaire entre l’époque du plan scénographique (vers 1560) (A.M.L. 1 S 165) et celle du plan de Simon Maupin (1725) (A.M.L. 1 S 165) (fig. 8) qui sont les symptômes d’une modification hydrologique importante. En revanche, d’autres caractéristiques sont de moindre signification, soit qu’elles relèvent de modifications saisonnières, lorsqu’il s’agit de la hauteur d’eau dans les chenaux annexes du fleuve ou sous les arches du pont, soit qu’elles appartiennent aux déformations graphiques fréquentes dans ce type de représentations : c’est dans ce sens qu’il faut analyser, sur le plan de Maupin, l’allongement du pont à trente six arches ou la disproportion des brotteaux* par rapport à la ville sur la rive droite. Les textes, principalement ceux du fonds de l’abbaye d’Ainay, propriétaire de très nombreux brotteaux ne sont intervenus dans le cas présent qu’en complément ou en vérification des données figurées (A.D.R., série 11 G).

7- Le pont de la Guillotière et son environnement

7- Le pont de la Guillotière et son environnement

8- Extraits :
1) du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1560

8- Extraits :1) du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1560

Gravure. A.M.L. 1 S 165

2) du plan cavalier dressé par Simon Maupin vers 1725

2) du plan cavalier dressé par Simon Maupin vers 1725

Gravure. A.M.L. 1 S 171

Le cours du fleuve et le bras secondaire

  • 3les brotteaux de la plaine du Rhône peuvent être définis comme des îles et bancs de graviers couve (...)

3En fait, jusqu’à la fin du XVIIIe s., le Rhône est un fleuve très large, (500 m environ), à la rive gauche instable et mouvante constituée d’îles ou de bancs de gravier aux contours flous, les brotteaux, séparés par des bras plus ou moins larges selon les saisons et les époques3.

  • 4 La découverte, à l’arrière de la pile dix-neuf d’une palissade, que les analyses dendrochronologiqu (...)

4Dans l’immédiate proximité du pont, le paysage est sensiblement différent de ce qu’il est aujourd’hui : un bras secondaire se sépare du lit principal en face des Cordeliers et se disperse au-delà du pont en plusieurs brassières* dont la plus importante rejoint le Rhône en aval de Béchevelin, soit après un kilomètre de cours. Ce bras, toujours en eau quelle que soit la saison, mesure entre 50 et 55 m de large en période de hautes eaux, et présente une activité croissante au cours des XVIIe et XVIIIe s. En fonction de ces variations, la berge orientale du chenal est très mobile : ce n’est qu’à partir de 1720, date à laquelle un mur-digue est construit dans le prolongement de la pile dix-huit, qu’elle est fixée à un emplacement précis4. Les efforts répétés des ingénieurs parviendront, à la fin du XVIIIe s., à faire de ce chenal secondaire un bras mort.

Le brotteau du pont

  • 5 Guigue 1885, charte 246 “Littera de insula quae est subtus pontem Rodani inter duas aquas...
  • 6 Construction d’ouvrages de ce type près de la pile huit en 1511-1512 (A.M.L. CC 607), janvier 1511  (...)

5Déterminé par ce bras du Rhône, une bande de terre s’étend sous plusieurs arches du pont : c’est le brotteau du pont,5 mentionné dès 1260 dans l’un des premiers textes décrivant l’ouvrage. Long de 1 100 m environ, pour une largeur oscillant entre 85 et 185 m selon le débit du fleuve, il est extrêmement sensible aux variations climatiques et les plans anciens nous le montrent en constant élargissement : limité à la largeur de deux arches au XVIe s., il en occupe quatre en 1669 et cinq au début du XVIIIe s. Sa rive occidentale s’ensable tout au long de la période observée et met progressivement à sec l’arche neuf : cette évolution est probablement due aux épis construits à partir du XVIe s. sur cette même rive ouest pour protéger les piles sept et huit particulièrement affouillées6. Sujette à des morcellements répétés par la création inopinée de brassières temporaires, la topographie de ce brotteau apparaît très instable et mouvante, surtout dans sa partie méridionale ainsi que le reflètent les imprécisions du schéma présenté en fig. 7.

  • 7 Terme de droit médiéval : bail passé entre un seigneur foncier et un tenancier, donnant à ce dernie (...)

6A partir du XIVe s., les textes témoignent de l’existence d’un accès direct à ce brotteau depuis le pont, par des escaliers ou une passerelle légère. Sur le plan foncier, il est partagé entre la Ville de Lyon, au nord, et l’Abbaye d’Ainay, au sud, qui l’accensent7 régulièrement.

7En dépit de sa faible superficie, ce brotteau participe entièrement à l’histoire du pont : sa rive ouest, entre la huitième et la neuvième arche, constitue en effet la frontière entre Lyonnais et Dauphiné, et, à ce titre, a joué un rôle symbolique considérable.

Les débouchés du pont

8De part et d’autre du pont, les rives présentent des paysages très différents. Sur la rive droite du Rhône, le tissu urbain préexiste au pont médiéval. La ville se cantonne pendant tout le Moyen Age et la plus grande partie de l’époque moderne sur cette rive dont elle ne déborde pas. Elle se rassemble autour de deux pôles principaux : le plus ancien, situé en rive droite de la Saône, dans l’espace étroit situé au pied de la colline de Fourvière, est groupé autour de l’ensemble épiscopal, probablement installé à cet endroit dès le VIe s. Le deuxième, un peu plus récent, se trouve sur la presqu’île, autour de l’église Saint-Nizier. Dès le XIIe s., le contraste social est fort entre ces deux secteurs et il se maintiendra jusqu’au XVIIIe s. La rive droite de la Saône apparaît comme le quartier des riches et des puissants : à l’ensemble épiscopal a succédé au XIIe s. un quartier canonial clos d’une enceinte fortifiée, siège du pouvoir politique sur la ville puisque l’archevêque et le chapitre se partagent le titre de comte de Lyon ; le quartier qui se développe au nord, le long de la rue Saint-Jean jusqu’à l’église Saint-Paul, est celui des banquiers et des grands marchands, groupés autour du Change, puis celui des nantis qui y trouvent en quelque sorte la consécration de leur réussite.

9La rive gauche de la Saône, au contraire, est le secteur des artisans, des marchands de moindre envergure et du menu peuple (Gonthier 1978), symbolisé par l’église Saint-Nizier, siège des assemblées communales jusqu’au XVIe s. La zone urbaine ne sort guère de ces cadres initiaux, même après la grande poussée économique de la ville, entre 1460 et 1560 environ ; au prix d’une densification de l’habitat, sa superficie reste modeste, limitée au nord par les fortifications des Terreaux, au pied de la Croix-Rousse, et, au sud, par l’ancien terrain marécageux de la place Bellecour, au-delà de laquelle l’urbanisation ne se manifestera timidement qu’à la fin du XVIe s. et au XVIIe s., sans jamais empiéter sur l’île d’Ainay, où se trouve une abbaye bénédictine importante, qui occupe la pointe du confluent.

10Le grand axe de circulation qui, depuis Pierre-Scize, suit la rive droite de la Saône et emprunte le pont de Saône, construit au milieu du XIe s., traverse de part en part le quartier des artisans de la presqu’île par la rue Mercière et la rue Confort et, contournant les bâtiments de l’Hôtel-Dieu situés dans le prolongement de cet axe, aboutit au Pont du Rhône par un tracé détourné qui emprunte la rue Bourgchanin et la rue de la Barre. Au XVIIe s., grâce à la construction du pont de l’Archevêché, un nouvel axe transversal s’établira par cette rue qui reliera directement la rive droite de la Saône au pont de la Guillotière.

  • 8 Cette analogie entre le brotteau et la rive pourrait traduire une réalité : en 1444, la rive gauche (...)

11La rive gauche du Rhône apparaît comme un domaine essentiellement rural, à l’exception de la rue de la Guillotière et des rues qui lui sont adjacentes. Aux environs de 1560, le plan scénographique (fig. 8) présente un paysage champêtre avec des fossés et des petits cours d’eau, des lônes et des petits ponts encore visibles sur un plan du XVIIIe s. (A.M.L. 2 S 77) (fig 9). En aucun cas il ne s’agit d’eau dormante : la majorité de ces ruisseaux sont des restes d’anciens chenaux du Rhône alimentés par des apports phréatiques issus des terrasses fluvio-glaciaires qui limitent à l’est le lit majeur du fleuve. En aval, du côté de Béchevelin, la rive est mal différenciée des brotteaux ; la terminologie du XVe s. ne les distingue guère8.

9- Plan de la rive gauche du Rhône et des routes convergeant vers le pont, vers 1710

9- Plan de la rive gauche du Rhône et des routes convergeant vers le pont, vers 1710

Aquarelle (0,82 x 0,550 m)

A.M.L. 2 S 77

12Protégée du fleuve par des levées de terre ou des fascines* (fig. 8), la rive gauche, en amont du pont, devait être habituellement hors d’eau, comme en témoigne la présence de granges appartenant à divers établissements ecclésiastiques et à la Ville. Toutefois, le risque d’inondation restait réel : un texte de 1444 (Guigue 1876 : charte 123) rapporte que la

« dite rivière du Rosne... a eu cours et passaige, et enquores de présent a, quand elle est hors rives, par les dits brotiaux... » ;

13les chemins passant à proximité du pont sont souvent dégradés. D’autre part, aucune maison d’habitation n’apparaît dans ce secteur proche du Rhône à vocation essentiellement rurale, consacré d’après les textes aux arbustes et arbres de milieux humides (saules en particulier), ainsi qu’à une végétation en demi-friche. Les cartes du XVIIIe s. montrent que, deux siècles plus tard, la situation n’avait guère changé.

14Du Moyen Âge au XVIIIe s., un éventail de routes converge au pied du pont en un seul carrefour : l’axe nord/nord-est se divise ensuite vers Vaulx et Villeurbanne (chemin des Charpennes) ; l’axe est, soit la grande rue de la Guillotière, réunit les routes de Crémieu, Genas, Chambéry via Saint-Laurent de Mure, et la route de Vienne à partir de l’actuelle place Saint-Louis ; héritière du compendium romain de Vienne, cette dernière route se serait détournée de son axe initial, la rue des Trois Pierres (Salomon Reinach actuelle) qui débouchait sur le château de Béchevelin. Enfin, un axe sud, d’intérêt beaucoup plus local, relie le château de Béchevelin au pont. Transversalement, l’axe le plus important est la rue des Passants, qui aboutit à Béchevelin par le nord. Il est évident qu’il faut superposer à ce réseau principal celui des petits chemins secondaires (par exemple, celui qui reliait la maison de la Guillotière à la croix de Simandre) qu’il est très difficile d’identifier dans les textes.

Un fleuve impétueux

Le régime du Rhône

15L’impétuosité du Rhône apparaît dans les textes comme un élément essentiel dans l’évolution du Pont du Rhône. Le fleuve est souvent perçu comme une puissance destructrice : depuis 1226 (Guigue 1885 : charte 76), date à laquelle les moines d’Ainay mentionnent la destruction de leurs biens par le « remous du fleuve », on voit se succéder les allusions « au cours de ses eaux coulant continuellement avec rapidité et élan » (1351) (Guigue 1876 : p. 179), à son « abondance » (1378) (Guigue 1876 : p. 53-55), aux affouillements* des piles dus à la violence des crues. C’est cet aspect là qui a frappé le plus les imaginations et il faut reconnaître que les conséquences en sont lourdes pour l’environnement. Un aperçu des grandes crues du Rhône montre en effet que, plusieurs fois par siècle, il y a un débordement catastrophique qui, parfois, emporte quelques arches du pont et envahit les zones habitées. Les actes consulaires nous dépeignent ainsi le faubourg de la Guillotière presque totalement détruit par l’inondation de 1570. La crue de 1711 noie complètement la presqu’île et celle de 1725, où Rhône et Saône se rencontrent à Bellecour, est sans doute d’une violence équivalente : le Rhône allie dans la traversée de Lyon une très faible profondeur à une pente rapide ; il déferle donc très loin et s’étale à la moindre hausse de niveau. Actes et comptes consulaires traduisent bien les lourdes conséquences de ces multiples alertes sur les activités riveraines du fleuve : repli des chantiers du pont, démontage des engins... et parfois disparition des matériaux emportés par le courant (A.M.L. CC 385, janvier 1407).

16Il faut cependant se garder de systématiser la fréquence et la gravité de ces crues, caractère qui a beaucoup varié d’un siècle à l’autre. Les travaux de M. Champion (Champion 1861), E. Le RoyLadurie et R Alexandre (Le Roy-Ladurie 1983, Alexandre 1987) et plus récemment, ceux de J.-P. Bravard sur le régime des fleuves alpins (Bravard 1989) ont montré que le XIIIe s. s’inscrit à la fin d’une longue période de calme hydrologique où le débit du Rhône a dû être modeste et les crues modérées, celle de 1226 constituant une exception. La tendance se renverse au début du XIVe où le climat devient plus instable et pluvieux, déclenchant à partir de 1330-1340 une succession de crues dangereuses du Rhône, dont celles de 1351 et 1378, citées par Guigue (Guigue 1876). La fréquence s’en accélère au XVIIe s., et surtout au XVIIIe s., dans une époque baptisée le « petit âge glaciaire » : au régime saisonnier contrasté du Rhône se superpose alors l’influence aggravante d’un phénomène de très grande envergure, climatique et écologique, responsable d’une augmentation importante de la charge et du débit, particulièrement au moment des crues. Les allusions faites par les textes, comme aussi la représentation tumultueuse du cours du Rhône sur le plan de Simon Maupin, suggèrent effectivement un débit amplifié du fleuve que confirme la relation de cinq crues au moins au cours du XVIIIe s.

  • 9 Cette donnée peut varier énormément. Un document de 1774 (A.M.L. DD 309) indique cependant une prof (...)

17En fait, le Rhône, avec les divagations de son lit et les chenaux multiples qu’on lui connaît sur tout son cours (Rossiaud 1978), présente géomorphologiquement toutes les caractéristiques d’un fleuve en tresse. Le tressage est, en théorie, la réponse du cours d’eau à une forte charge de fond, à un régime hydrologique contrasté, marqué par des crues violentes, et à une forte pente (elle est de 1 % environ dans Lyon). A l’état naturel, le Rhône ne disposait pas de l’énergie nécessaire pour assurer le transport de la charge caillouto-sableuse et construisait des îles temporaires. De plus, l’obstacle constitué par un pont aux piles multiples devait probablement perturber l’écoulement des eaux et le transit des matériaux. Un relevé des fonds du Rhône de 1902 (archives du Service de Navigation) permet d’en analyser les effets aux abords de la Guillotière. A l’amont du pont, la profondeur des eaux est inférieure à un mètre, à l’exception d’un chenal en rive droite qui atteint localement la profondeur de deux mètres et s’axe sur l’arche située entre les piles une et deux. Un léger affouillement est visible autour des avant-becs*. A l’aval du pont se situe le secteur d’affouillement avec des fosses de quatre à cinq mètres ; le chenal principal est déporté en rive gauche, sa profondeur est supérieure à deux mètres9, alors que le chenal de rive droite, au pied des quais de la presqu’île, considéré comme le « cours principal » du Rhône, a une profondeur inférieure à un mètre ; une immense plage de galets sépare ces deux axes d’écoule ment. Les risques principaux étaient donc doubles : premièrement, l’affouillement aval des piles du pont avec une dénivellation des fonds de quatre mètres, il est probable qu’il faille associer à ces surcreusements les effondrements d’arches enregistrés lors de fortes crues ; deuxièmement, l’érosion latérale en rive gauche, puisque le manque de profondeur à l’amont du pont obligeait l’eau à s’étaler du côté de la Guillotière, tandis qu’en aval se constituait un dépôt anarchique de bancs de gravier, dû à l’obstacle opposé par les piles au bras secondaire.

18En fonction de ces caractéristiques géomorphologiques, le Rhône présente une évolution sensiblement différente de son cours et de ses berges selon la conjoncture climatique. En période hydrologique calme, comme celle qui s’achève au début du XIVe s., l’action du Rhône est de faible conséquence : elle se limite à un ensablement régulier de la rive droite et à une érosion croissante de la rive gauche. En revanche, dans les conditions plus rudes des XVIIe et XVIIIe s., la violence accrue du fleuve a sans doute des répercussions beaucoup plus spectaculaires sur l’ensemble du paysage fluvial.

L’évolution du brotteau du pont

19Ainsi, au cours des XVIIe et XVIIIe s., les contemporains ont été très sensibles au déplacement du cours du fleuve vers le Dauphiné. Certes, dès le XIVe s., les observateurs remarquent que

« ...l’eau qui soloit venir et passer en sa plus grande abondance dessous le pont de pierre est tournée et prinse son cours par dessous le pont de bois » (Guigue 1876 : p. 54),

20c’est-à-dire vers l’est, contre la berge dauphinoise. Mais, avec le gonflement du débit relevé précédemment, l’aggravation est nette aux XVIIe et XVIIIe s. :

« ..le fleuve abandonne les ports de la ville en s’éloignant desdites murailles le long desquelles est son ancien cours... » (A.M.L. 305, 1643) ;

21or, de ce fait, il n’assainit plus les égouts des deux hôpitaux de l’Hôtel-Dieu et de la Charité. Un nouveau bras se forme à Saint-Clair et le Rhône menace de "délaisser le pont inutile » (A.M.L. 305, 1635). Le bras secondaire de la Guillotière se réactive aussi au point que, en 1643,

« ceux du faubourg de la Guillotière étaient en de perpétuelles appréhensions à cause du péril où ils estoient d’estre submergés » (A.M.L. 305, 1635)

22et que, quatre-vingts ans plus tard, l’ingénieur Gabriel redoute que ce bras ne sépare le pont du faubourg.

  • 10 A.D.R. 11 G 591 : en 1597, le Rhône a mangé plus de la moitié” du brotteau de la Ville jouxtant le (...)

23Au cours de la même période, la documentation figurée (Maupin 1715) fait apparaître aussi, à l’aval du pont, une fragmentation du brotteau associée à une dispersion du cours du fleuve en brassières multiples. Certains textes de cette époque insistent sur le caractère temporaire de ces phénomènes : des pans entiers de terrain apparaissant ou disparaissant au gré des crues10. A longue échéance cependant, ces aléas peuvent être lourds de conséquences : c’est à cause du grossissement et du déplacement progressif du bras secondaire du Rhône que le château de Béchevelin a peu à peu été investi par l’eau, au point qu’une de ses tours y baigne ; un plan de Dignoscyo de 1839 nous montre l’extension apparemment récente d’un important banc de gravier à l’ouest du brotteau aval (fig. 10).

10- Extrait du plan de Lyon par Dignoscyo, 1839

10- Extrait du plan de Lyon par Dignoscyo, 1839

A.M.L. 2 S 102.

Les digues

  • 11 A.M.L. CC 607, avril 1512 : “... les charpentiers (seront payés) pour la charpenterie des arches, l (...)

24Très tôt, l’homme a tenté d’intervenir, à la fois sur le cours du fleuve et sur l’altération de ses berges, par des aménagements appropriés. Les travaux sont entrepris dès 1395 sur la rive droite (A.M.L. CC 385 1395), puis à partir du XVIe s. ils se développent conjointement sur les deux rives en un dispositif plus complet qui rabat le courant principal vers la ville, et qui, en stabilisant la rive gauche, permet de protéger le pont qui souffre particulièrement du déplacement du fleuve. La documentation iconographique des XVIe, XVIIe et XVIIIe s. fait apparaître l’extension croissante de ces aménagements qui consistent essentiellement en ouvrages de berge ; elle permet d’en apprécier la diversité : le plan scénographique et les gravures de Simon Maupin mettent bien en évidence les murs-digues et les avant-murs bordant la ville sur la rive droite et, en opposition, les réalisations beaucoup plus rudimentaires de la rive gauche, qu’il s’agisse de levées de terre ou de rangées de pieux, simples ou doubles, renforcées de fascines, de graviers ou de fagots qui consolident la berge, et se prolongent parfois en épis obliques dans le cours du fleuve. Les plans du XVIIIe s. manifestent une utilisation plus systématique et plus efficace des digues : parfois disposées par deux ou trois, elles s’intègrent à des programmes d’aménagement généraux. A ces grandes réalisations s’ajoutent des ouvrages immergés, d’intérêt beaucoup plus ponctuel, tels les arches, sortes de caissons remplis de maçonnerie coulés en amont des piles les plus menacées du pont de la Guillotière, à partir du XVIe s.11.

25Les effets de ces grands travaux ont été divers ; certaines tentatives furent un échec :

« ...les trois digues qui avaient été construites au bord du Rhône du côté du Dauphiné vis-à-vis la maison des jésuites... ayant été endommagées à plusieurs endroits, et le courant les ayant pris par derrière en sorte qu’il s’est ouvert un passage considérable entre le bout de ces digues et les terres des brotteaux qu’il a ruiné, ce qui rend leur effet inutile et donne lieu de craindre que ce courant s’agrandissant ne porte le fort de l’eau de ce côté et ne le fasse quitter la ville... » (A.D.R. 1C 159).

  • 12 A.D.R. 11G 591, (fin XVIe s.) : son brotteau se consumait, faute d’y avoir fait les retenues et ré (...)

26En revanche, sur le plan de 1830 établi par Darmet (fig. 11), apparaît sur le flanc de l’ancien brotteau un ensablement qui prouve l’efficacité de la digue établie un siècle plus tôt pour barrer le bras du Rhône et en faire une eau dormante. Par ailleurs, les aménagements sommaires entrepris par des particuliers sur la rive de leurs brotteaux pendant trois siècles ont sans doute contribué à en ralentir la mobilité12.

11- Extrait du plan de Lyon par Darmet, 1832

11- Extrait du plan de Lyon par Darmet, 1832

A.M.L. 2 S 571.

Les activités suscitées par le Rhône

27Le cours ancien du Rhône apparaît donc comme un espace presque totalement indompté et, somme toute, très inhospitalier. Il est pourtant le lieu de nombreuses activités.

28Elles sont d’abord rurales. Les brotteaux, sujets à des inondations répétées et de plus en plus envahissantes au cours des XVIIe et XVIIIe s. sont le plus souvent consacrés à la plantation d’arbres ou d’arbustes proliférant en milieu humide, tels que les saules qui présentent l’avantage de fixer un sol très instable par nature. Cette exploitation est quelquefois entreprise à grande échelle puisqu’un contrat de 1597 mentionne « ...4 000 plansons au brotteau du pont, prêts à porter fruit... » (A.D.R. 11 G 591) et que la ville tire de ses brotteaux la plupart des fagots nécessaires à ses chantiers et à l’entretien de ses bâtiments. Mais il y a d’autres ressources : le sable et le gravier pour les chantiers de construction ; l’espace aussi, pour y installer des activités qui peuvent revêtir un caractère dangereux ou dont les matières premières transitent par voie d’eau : des fours à chaux y sont installés, visibles sur le plan de Simon Maupin (fig. 8) ; en 1260, on y « blanchit des toiles » (Guigue 1885, charte 246). Il ne s’agit donc pas de terrains vagues et entièrement libres d’accès : la municipalité en autorise parcimonieusement l’usage, dans un but communautaire. Le plus souvent, ces brotteaux sont accensés par leurs propriétaires, l’Abbaye d’Ainay et la ville de Lyon, de la même façon que des terres ordinaires : le contrat tient simplement compte, dans des clauses supplémentaires, de l’instabilité de ces îles et de la délimitation très aléatoire de leurs contours ; très souvent, elles sont encloses et interdites au pacage libre des animaux, et les procès à ce sujet sont fréquents.

29Le Rhône suscite bien sûr une activité fluviale principalement liée au transport. Compte tenu du peu de profondeur du chenal, les embarcations sont toutes à fond plat, le plan scénographique de 1560 en laisse deviner la diversité et la tradition en a conservé le souvenir. L’acheminement des matériaux utilitaires, particulièrement ceux destinés à la construction, tient une large place dans le trafic local lyonnais (Rossiaud 1972, Salmon 1976).

  • 13 En 1327, un moine d’Ainay fait le passeur auprès de son abbaye à cause de la rupture du pont (Guigu (...)

30Quant à la navigation transversale qu’est le passage d’une rive à l’autre du fleuve, comment se faisait-elle en dehors du pont de la Guillotière, unique pont de Lyon sur le Rhône jusqu’en 1772 ? Il est en effet difficile d’admettre qu’une ville dont l’activité économique était si intense ait pu se contenter d’une seule liaison avec la rive gauche, d’autant plus que le pont trop fragile ne supportait pas le passage des chariots très lourds, comme ceux des armées royales ! Au XIVe s., des traversées par bateaux sont attestées lors des ruptures du pont, mais elles sont épisodiques, ce passage sur le fleuve étant assujetti à un droit, plus ou moins bien contrôlé par les seigneurs des environs, qu’il s’agisse du comte de Savoie ou de l’Abbaye d’Ainay13. Apparemment, il n’est donc pas fait mention, avant 1500, d’autre passage régulier que le pont, date à laquelle la chute de plusieurs arches impose l’installation d’une traille *, un bac à câble ancré, au droit de la porte de la rue Neuve ; grâce aux services rendus, cet aménagement provisoire perdure (A.M.L. BB 24). Aux alentours de 1560, un autre bateau à câble ancré figure sur le plan scénographique, en face du fossé des Terreaux. En 1745, il existe trois trailles sur la rive droite du Rhône, en amont, du pont de la Guillotière entre les Cordeliers et les Terreaux ; les dispositifs apparaissent sur un plan terriste de 1750 (A.M.L. 2 S 13).

  • 14 A.D.R. 10 G 1472, 1335 : les bourgeois de Lyon demandent au comte Amédée de Savoie la permission d’ (...)
  • 15 A.M.L. BB 81, mai 1560 : ...et pour ce qu’il y a un moulin sur la dite rivière du Rhône qui gâte e (...)

31Une activité fluviale de moindre importance mérite cependant d’être mentionnée : celle des moulins, eux aussi représentés sur les plans (fig. 8), et souvent cités dans les textes. Le plus grand nombre est ancré entre Saint-Clair et la porte de la rue Neuve. Quelques uns cependant étaient établis dès le XIVe s. aux abords immédiats du pont de la Guillotière14. Parmi les textes consultés pour cette étude, un document de 1560 en localise un, accroché à une des piles, comme il était alors fréquent15 ; en réalité, les moulins devaient être alors assez nombreux dans ce secteur puisqu’en 1572 les marchands obtiennent qu’ils

  • 16 A.M.L. BB 90 ; A.M.L. BB 193 : en 1639, à la suite du déplacement du cours du Rhône, les moulins qu (...)

"soient transmarchés en la brassière en-dessous de Saint-Clair pour que le passage des bateaux soit libre et assuré"16.

32« Nemo ad impossibile obligatur.. » dit en 1335 le plus célèbre des textes relatifs au pont de la Guillotière. L’environnement géographique et le régime du Rhône montrent à quel point cette réalisation était une gageure ; il explique mieux aussi les dimensions de l’ouvrage, la lenteur et l’hétérogénéité de sa construction, ses démantèlements périodiques, jusqu’à son aménagement final.

Les origines du pont

33Un pont s’est installé à Lyon, sur le Rhône, à la fin du XIIe s., période propice correspondant à un grand calme hydrologique (Bravard 1989). Mais bien d’autres facteurs, autres que naturels, ont incité à la création de ce pont : facteurs économiques, liés à l’affrontement entre une communauté naissante de marchands et l’archevêque-comte pour s’assurer la maîtrise des accés à la ville ; facteurs politiques, le pont devait être pour les pouvoirs se mettant alors en place un instrument de puissance.

34Depuis 1032, Lyon, théoriquement rattachée à l’Empire, est en réalité soumise aux pouvoirs locaux qui s’imposent durant le XIe s.. Au cours du siècle suivant, après une lutte serrée entre le comte de Forez et l’archevêque, la ville tombe définitivement entre les mains de celui-ci avec un petit arrière-pays, situé pour l’essentiel au nord et à l’ouest ; l’archevêque et le Chapitre de l’Eglise de Lyon prennent le titre de comte de Lyon, l’archevêque détient, avec la seigneurie, les droits de haute et basse justice. La construction, aux environs de 1150, de l’enceinte canoniale fortifiée, couramment appelée « cloître Saint-Jean », bien groupée autour de l’ensemble cathédral et complètement isolée de la ville, peut traduire les relations existant alors entre les comtes et les Lyonnais.

35Durant cette période, la reprise des échanges commerciaux, amorcée depuis le IXe s., se confirme : Lyon, bien placée, connaît les prémices d’un grand commerce pour lequel l’ouverture vers l’Italie que constituerait un pont sur le Rhône est une nécessité. Dès lors se manifeste l’antagonisme entre les ambitions de l’archevêque, qui voit dans le développement économique de sa seigneurie un moyen d’asseoir son autorité, et les premiers grands marchands dont l’objectif est précisément une émancipation économique rapide.

36C’est dans cette atmosphère de lutte larvée que fut construit le pont du Rhône ; sa position initiale a suscité maintes suppositions. En effet, les premiers textes permettant de localiser sûrement le pont de la Guillotière sur son tracé actuel datent de la première moitié du XIVe s. (A.D.R. 10 G 518, Guigue 1876 et A.D.R. 10 G 1472), ce qui est relativement récent. Or, les textes antérieurs qui permettent de percevoir la phase de fondation du pont et le fonctionnement de celui-ci au cours de son premier siècle d’existence ont suggéré à plusieurs historiens que le pont avait pu être fondé ailleurs que sur le site actuel puis transféré à un moment quelconque entre sa fondation et 1335. Plusieurs hypothèses ont donc été émises, mais les textes qui les étayent constituent un inventaire hétérogène, souvent imprécis dans sa teneur, et dont certains éléments sont, de plus, remis en question. Notre objectif n’est pas de formuler ici des idées révolutionnaires sur le sujet, mais de reprendre le plus impartialement possible une analyse des textes de base. On verra ensuite comment fournir d’autres éléments de réponse.

Les textes relatifs à la fondation du pont

  • 17 Les Frères du pont sont à eux seuls un sujet d’étude qu’il ne convenait pas d’aborder ici. On s’est (...)
  • 18 Guigue 1885, charte 74 : confirmation aux Frères du pont de la terre contiguë à la maison du pont q (...)
  • 19 Guigue 1885, charte 77 : accord entre l’abbé d’Ainay et les Frères du pont au sujet de la chapelle (...)

37Le cartulaire de l’Abbaye d’Ainay, établissement propriétaire d’une part importante des deux rives du Rhône, à proximité du site du futur pont de la Guillotière, constitue l’essentiel de ces sources écrites. Les principales d’entre elles se répartissent en deux groupes chronologiques cohérents. En premier lieu, deux textes retracent l’installation des « Frères du pont » fondateurs puis administrateurs de l’ouvrage17 autour de 1185 : il s’agit de la concession aux citoyens de Lyon de deux parcelles sur la rive du Rhône pour « l’usage de l’œuvre du pont » (Guigue 1885 : charte 72, p. 143), puis des protestations de l’Abbaye d’Ainay contre la chapelle « du pont », demandant son transfert dans la paroisse voisine de Saint-Nizier (Guigue 1885 : charte 73, p. 143-144). Le deuxième ensemble chronologique de ces sources directes est centré sur les années 1225-1226. On assiste alors au développement d’un tènement foncier de part et d’autre de l’extrémité du pont, toujours sur la même rive droite du Rhône : projet d’une chapelle construite sur l’ouvrage même, dont le statut est soigneusement contrôlé par Ainay ; en bordure du Rhône, en amont et en aval des possessions antérieures, concession de deux terres apparemment assez vastes, dont les Frères du pont doivent assurer l’aménagement ; enfin, en amont de tout cela, renouvellement de concession pour deux parcelles, qui sont vraisemblablement, au vu des cens mentionnés, celles qui avaient été octroyées « à l’usage du pont » autour de 1185 et sur lesquelles se sont établies une maison appelée « fustaria », un four à chaux et une vigne18. Il faut joindre à ces deux groupes deux autres documents qui se rattachent directement, par leur contenu, aux précédents19 : le premier date de 1253 et relate, une nouvelle fois, l’opposition entre l’Abbaye d’Ainay et les Frères du pont au sujet de « l’église du pont », construite à la tête de celui-ci, sur son flanc sud, alors que les moines souhaitent qu’elle soit placée au nord « comme le voulait la coutume ». Le deuxième, de 1328, est une reconnaissance par le recteur des Frères du pont de toutes les possessions foncières déjà citées en 1185 et 1225-1226, ainsi que les charges qui y étaient attachées : s’il n’apprend rien de nouveau, ce texte atteste la permanence des biens et des structures initiaux de l’œuvre du pont entre 1226 et 1328.

  • 20 Il s’agit des bulles de :
    - Lucius III (1184), citée par Guigue (Guigue 1886) : “ frater Stephanus d (...)

38Un ensemble de documents secondaires apporte d’autres renseignements, à divers titres : les bulles pontificales constituent pour l’historiographie traditionnelle un élément essentiel. Au nombre d’une dizaine environ, elles ont été pour la plupart conservées dans les archives de l’Hôtel-Dieu, héritier des Frères du pont, comme garant de certains privilèges. Celles qui concernent notre propos sont échelonnées entre 1184 et 1264 : les premières (1184, 1187 et 1188) sont surtout relatives à la protection et au statut des biens de l’Oeuvre du pont ; les dernières (1261, 1264 et 1268) font référence à un chantier en cours20.

39L’exploitation de ces sources implique une prudence élémentaire : toutes sont en effet des copies tardives. Ceci est évident pour le cartulaire d’Ainay, dont les actes originaux, comme il est habituel pour ce type de document, ont été classés et recopiés lors de sa mise en forme en 1341 ; le risque d’erreur est donc double, puisqu’il a ensuite été transcrit et, parfois, interprété par Guigue (Guigue 1885). C’est le cas pour la charte 72, dont la date, omise dans le texte, a été arbitrairement rétablie « autour de 1180 » ; toutefois, les autres chartes étant datées dans le texte, et particulièrement la charte 73 qui lui succède, l’approximation ne peut guère excéder cinq ans, et la charte 72 se situerait donc au plus tard en 1185. Cependant, hormis quelques points de détail comparables à cet exemple et dont il faut tenir compte, le cartulaire d’Ainay apparaît, pour les textes concernant le pont du Rhône, une source assez crédible.

40Le problème est sensiblement différent pour l’ensemble de bulles pontificales dont seule subsiste dans les archives des Hospices de Lyon une compilation datant du XVIIe s., les originaux ayant été perdus ; compte tenu de l’intérêt qu’ils avaient toujours représenté pour les privilèges matériels et spirituels de l’Hôtel-Dieu, ces documents ont rencontré un crédit variable auprès des historiens : ainsi les trois bulles d’Urbain III et de Clément III, datées de 1187 et 1188 ont été adoptées par Guigue (Guigue 1876), éliminées par l’abbé Martin (Martin 1905) ; celle dite d’Innocent III (1210) par Guigue, est par l’abbé Martin datée de 1254 et attribuée à Innocent IV. De cette querelle de spécialistes émergent quelques pièces, qui ne sont pas pour autant exemptes de tout soupçon : il s’agit de la bulle de Lucius III (1184) rappelant le rôle de l’Oeuvre du pont et de ses structures annexes déjà en place (église et cimetière, maison d’accueil pour les pèlerins), et des bulles de 1261 faisant allusion à « la fabrication de ce pont », de 1264 et 1268 mentionnant « la chapelle que l’on sait être bâtie à la tête du pont nouveau ».

41L’éventail documentaire disponible se révèle donc très fragile, et surtout trop subjectif pour élaborer des théories définitives sur les origines du pont. Ce risque est aggravé par l’hétérogénéité des textes, qui, en l’absence de fil conducteur, ne permettent pas d’établir de liaison sûre entre les informations. De plus, la documentation pour cette période concerne presque exclusivement le débouché du pont sur la rive droite du Rhône, du côté de la ville, ce qui pose un problème méthodologique pour la présente étude, puisque les fouilles archéologiques qui en sont le support ont été faites uniquement sur l’autre rive du fleuve. Un certain nombre de faits relatifs à l’ensemble du pont peuvent cependant être observés, cautionnés par des actes bien datés, ou par des pièces plus tardives qui font apparaître nettement certaines caractéristiques plus anciennes. C’est particulièrement le cas de l’acte de 1335 (A.D.R. 10 G 518, ou 10 G 815, Guigue 1876), par lequel l’archevêque de Lyon partage l’Oeuvre du pont entre les consuls de la ville et l’Abbaye de Chassagne : le détail des possessions foncières de l’Oeuvre, répertoriées à cette occasion, recèle de nombreuses indications sur la structure ancienne de son patrimoine.

Les théories sur la localisation du pont

  • 21Vita Henrici II, Anglice regis, sub anno 1190, cité par Guigue (Guigue 1876 B, p. 43), Steyert (S (...)

42Le premier document daté faisant explicitement allusion au pont du Rhône est, paradoxalement, le récit relatant son effondrement lors du départ pour la Croisade des armées de Philippe Auguste et de Richard Cœur-de-Lion en 119021. Cités par Guigue et Croze, ces deux textes, extraits de chroniques contemporaines, indiqueraient donc que le pont du Rhône était en fonctionnement à la fin du XIIe s., ce qui s’accorderait avec les deux chartes d’Ainay 72 et 73, relatives à la préparation du chantier autour de 1185. Ainsi, la construction de l’ouvrage se placerait au cours de la décennie 1180-1190, plus probablement dans la seconde moitié de celle-ci.

43Un relatif consensus se fait donc sur la construction d’un pont à la fin du XIIe s. ; en revanche, des divergences nombreuses portent sur son emplacement. La compilation des documents et l’analyse de la topographie environnante amènent les historiens à formuler trois théories : les deux premières envisagent un déplacement du pont entre sa fondation et le début du XIVe s. et, donc, l’existence d’un pont initial, dont le site serait sensiblement différent de celui connu entre le début du XIVe s. et 1953 ; la troisième, au contraire, suppose une permanence du pont sur le même site depuis sa fondation.

Dans l’axe de la rue Sainte-Hélène

  • 22 Notice de Gobin du 24 janvier 1868 citée par Guigue (Guigue 1876 b, pp. 10-11).

44La première thèse propose une localisation du pont dans l’axe de la rue Sainte-Hélène et de la rue de l’Université (fig.12-13). Certains arguments viennent à l’appui de cette hypothèse : les observations archéologiques effectuées lors de l’étiage de 1864, ont permis de mettre au jour, en travers du fleuve, un nombre important de pieux dans l’axe des rues de l’Université (sur la rive gauche)22 et Sainte-Hélène (sur la rive droite). Entre ces pieux, des enrochements constitués de blocs d’architecture ont été datés de l’Antiquité, mais il semble bien qu’un certain nombre d’entre eux soient des réutilisations dans un ouvrage postérieur à leur fabrication (Desbat 1982).

12- Situation du pont de la Guillotière sur un plan actuel de la ville de Lyon

12- Situation du pont de la Guillotière sur un plan actuel de la ville de Lyon
  • 23 Mesure calculée à partir de la position du château de Béchevelin sur la berge du bras du Rhône (fig (...)
  • 24 Guigue 1867, p. 40 : castrum juxta rippam Rhodani, sumptuose a fundo edificavit.

45Un autre argument venant à l’appui de cette première thèse est la présence du château à motte de Béchevelin qui se trouve dans l’axe exact supposé du pont, à 280 m à l’est de la berge actuelle23, c’est-à-dire à quelques mètres de la rive ancienne d’un chenal secondaire. Il n’est pas possible, en effet, d’ignorer la fréquente association entre pont et établissement seigneurial, ni les initiatives visant à exploiter ou détourner au profit des seigneurs locaux la conjonction d’un axe de circulation terrestre et d’un bac, d’un pont ou d’un gué (Mesqui 1987). Or, le château de Béchevelin, construit par Jean de Bellemains24 archevêque comte de Lyon et seigneur du lieu, entre 1181 et 1193, commande dès son origine un carrefour terrestre important, la convergence de l’ancien compendium romain de Vienne encore en usage au Moyen Age (sur le tracé de la rue Salomon Reinach) et d’un axe venant du nord (par Villeurbanne). L’hypothèse d’un passage sur le Rhône existant dans l’immédiate proximité du site s’intégrerait donc parfaitement dans le cas de figure qui vient d’être exposé. Enfin, la présence d’une recluserie à Sainte-Hélène, sur la rive droite, militerait en faveur de l’existence d’un passage sur la rivière à cet endroit : il est fréquent en effet de voir de tels établissements s’installer ainsi, au débouché d’un pont ou d’un gué.

46Si, effectivement, il y a eu un pont dans l’axe de la rue Sainte-Hélène, trois possibilités sont ouvertes pour en dater la construction : l’Antiquité, hypothèse que rendent peu plausible les remplois d’éléments antiques dans les structures ; l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Age, le pont aurait pu perdurer jusqu’à l’époque médiévale et aurait alors été réutilisé à son profit par le seigneur du château à motte de Béchevelin ; enfin, le Moyen Age, où il s’agirait d’un pont contemporain du château de Jean de Bellemains. Cette théorie a été soutenue, entre autres par Steyert (Steyert 1897 : tome 2, p. 354) ; la relation topographique entre les deux édifices et le flou du texte de 1183 (Guigue 1885 : charte 72), peu précis sur la localisation du pont alors mis en chantier, donnent à cette hypothèse une certaine vraisemblance.

Dans l’axe des rue Mercière - Confort

47La deuxième thèse propose la localisation d’un pont initial dont la tête ouest se serait située dans un secteur de 140 m environ en amont de l’actuel pont de la Guillotière entre l’actuelle rue de la Barre et le nord de la rue Serpillière aujourd’hui disparue (fig.12-13). Cette seconde hypothèse se fonde sur la permanence à cet endroit de l’HôtelDieu encore existant aujourd’hui, héritier partiel des biens de l’Oeuvre du pont. Or l’acte de partage de cette dernière, en 1335, indique que le tènement occupé par cet hôpital est à proximité du pont ; d’autre part, les textes de 1185, 1225-1226 et 1328 laissent percevoir une continuité entre certaines parcelles liées à l’ouvrage depuis sa fondation et ce même tènement (Guigue 1885 : chartes 72, 75, 78). Ceci suggérerait donc que le pont de la Guillotière, quels qu’aient été ses aléas, soit resté depuis l’origine dans ce secteur.

13- Localisation initiale du pont de la Guillotière

13- Localisation initiale du pont de la Guillotière

A)-1ere hypothèse : dans l’axe de la rue Sainte-Hélène.

ΒB’) 2eme hypothèse : dans l’axe des rues Confort - Mercière.

C) 3ème hypothèse : dans l’axe de la rue de la Barre.

BILAN

BILAN

Bilan : évolution et déplacements du pont de la Guillotière
1) Passage (bac) sous le contrôle de l’archevêque. (XIIe s.)
2) Emplacement initial du pont, (fin XIIe s., début XIIIe s.)
3) Emplacement initial du pont (attesté après 1226)
A : Aumonerie, MP : Maison du Pont, SN : Saint Nicolas,
HD : Hotel-Dieu.

48Dans le cadre de cette deuxième hypothèse, le pont initial se situerait très précisément au débouché de la rue Serpillière. La démonstration se fonde tout d’abord sur l’observation de la topographie urbaine et tire argument du parcellaire et des voies de circulation de la rive droite : le pont serait ainsi au débouché de l’axe vital et originel de la presqu’île, la rue Mercière, qui le relie directement au pont sur la Saône construit depuis 1050 environ. De plus, cette théorie tient compte de la structure des propriétés appartenant à l’Oeuvre du pont telle qu’elle se distingue encore très nettement dans l’acte de 1335 qui marque son démantèlement (A.D.R. 10 G 815, 10 G 518) (Guigue 1876 : pp 169-178). Deux ensembles similaires y apparaissent, constitués d’un hôpital et d’une chapelle pour le premier, de la « maison du pont », d’un hôpital et d’une chapelle pour le second. Or, le premier tènement se trouve à côté du pont tel qu’il existait alors en 1335, c’est-à-dire dans son tracé actuel, alors que le second, qui contient la « maison du pont », en est paradoxalement beaucoup plus éloigné (Guigue 1885 : charte 76) : en amont du premier et à un emplacement qu’on peut approximativement situer au coin de la rue Serpillière et de la rue Confort, selon la disposition ultérieure des bâtiments de l’Hôtel-Dieu. Cette dissociation est inhabituelle et suffit, à elle seule, à suggérer l’existence d’un pont initial à cet endroit. D’autres éléments, beaucoup plus ténus, pourraient venir à l’appui de cette hypothèse : l’appartenance à cet ensemble nord de deux parcelles qui, selon la charte 75, datent de l’origine du pont et sont probablement les deux aires destinées aux travaux en 1183 (Guigue 1885 : charte 72) ; le fait que, d’après le texte de 1185, la chapelle du pont se trouve à la limite des deux paroisses de SaintMichel et de Saint-Nizier, vraisemblablement matérialisée par la rue Serpillière, et que les abbés d’Ainay obtiennent qu’elle soit transférée au nord de celle-ci, position qui est celle de la future église de l’Hôtel-Dieu. Enfin, on pourrait retrouver dans le statut de l’église de l’Hôtel-Dieu aux XVIIe et XVIIIe s. (A.D.R. 15 G 103) une continuité avec les avantages, dont la bulle de Lucius III faisait bénéficier la chapelle du pont en 1184 ainsi qu’avec le statut semi-paroissial de la chapelle des Frères du pont dont témoigne le texte de 1185, ceci peut laisser supposer que l’église de l’HôtelDieu est l’héritière de la première chapelle du pont, plus que de celle édifiée sur le pont « de 1335 ».

49Il pourrait donc se faire que le pont du Rhône, lors de sa fondation, et pendant le temps où se seraient mises en place les structures annexes de l’Oeuvre du pont, se soit situé dans le prolongement de la rue Confort. Cette thèse a été soutenue principalement par Steyert et Croze (Steyert 1897 : p. 354, Croze 1866 : p. 10 et suiv.). Elle pose deux problèmes importants : le premier est celui de la date du transfert de ce pont initial à son emplacement actuel. L’autre est celui de son tracé, puisqu’il peut en présenter deux : l’un strictement perpendiculaire au courant le fait aboutir (compte tenu de la sinuosité du tracé du Rhône à cette époque), à 180 ou 190 m au nord de l’endroit où aboutira le pont ultérieur. L’autre serait en biais par rapport au tracé actuel, dans le prolongement de la rue Confort (Steyert 1897 : schéma p. 355) et ferait déboucher l’ouvrage sur la place G. Péri, au même endroit que le pont qui lui a succédé.

50Ces deux hypothèses paraissent très séduisantes. Un argument de taille y fait cependant objection : pour quelle raison l’archevêque Jean de Bellesmains aurait-il laissé édifier, dans la décennie qui a suivi la mise en place de son château de Béchevelin, un pont qui en aurait été aussi éloigné ? Ou bien pour quelle raison aurait-il construit ce château à Béchevelin, et non au débouché du pont en amont sur la rive gauche ?

Dans l’axe de la rue de la Barre

51Une troisième thèse réfute tout déplacement de l’ouvrage (Guigue 1876) (fig. 13). Elle suggère que le pont a été construit dès les environs de 1185 à l’emplacement actuel et qu’il y est toujours resté. Elle se fonde sur la plupart des arguments que nous venons de passer en revue dans la partie précédente pour déterminer l’emplacement du pont dans le secteur allant de la rue de la Barre à la rue Serpillière. Mais elle table beaucoup plus sur la permanence des structures et l’unité foncière de l’Œuvre du pont, tout en minimisant certains détails, tel que l’existence de deux tènements similaires au sein de cette Œuvre du pont, ou tel que la dissociation entre la « maison du pont » et le pont lui-même en 1335. Les considérations fondées sur le parcellaire sont laissées de côté. Cette hypothèse présente deux avantages : celui de la simplicité du schéma d’évolution proposé et celui d’évacuer le problème du déplacement du pont. En réalité, elle se justifie surtout par l’impossibilité de répondre à la simple question : le déplacement, pourquoi et quand ?

Que conclure ?

52L’existence au Moyen Âge d’un passage au niveau de la rue Sainte-Hélène et de la rue de l’Université ne peut être exclue. Au contraire, plusieurs arguments militent en faveur de cette possibilité : la présence du château de Béchevelin sur la rive gauche, la convergence des routes de tradition ancienne, l’existence d’une recluserie sur la rive droite. Un pont est donc admissible ; un bac le serait plus encore si l’on adhère à la théorie émise par J. Mesqui sur le pontonage, droit qui aurait été spécialement affecté au passage par bac et que l’ancien détenteur de celui-ci continuerait à prélever sur le pont qui s’y est substitué (Mesqui 1986 : vol. 1, p. 39-42) ; or, l’archevêque prélève effectivement un pontonage sur le pont de la Guillotière aux siècles postérieurs. Faut-il mettre les deux faits en relation et voir dans ce pontonage la compensation d’un ancien bac appartenant à l’archevêque, comme le suggère un texte du XVIe s. :

« si aucun pontonage fut donc introduit à ladite porte du pont du Rhône, ce fut avant que le dit pont fut fait, car il peut être que avant que ledit pont fut fait, il y avait boys ou bateau sur la rivière du Rhône pour passer les bonnes gens et leurs denrées... » (A.D.R. 10 G 1480, 1395).

53Mais cet éventuel bac se serait-il effectivement situé en face du château de Béchevelin ? Le seul texte existant ne précise ni la nature exacte, ni la position de ce « passage par bateau », et cette supposition relève de la seule logique historique. A moins qu’il ne faille voir dans ce « pontonage » qu’une confusion de termes, assez habituelle selon J. Mesqui, avec le « pontenage » ou « pontage », droit de passage beaucoup moins significatif, sans rapport avec les bacs ? Il n’existe donc sur ce premier point que de séduisantes présomptions.

54Quant à l’hypothèse d’un pont initial situé au débouché de l’axe Mercière - Confort - Serpillière, elle est acceptable dans la mesure où le transfert du pont à son emplacement actuel peut être daté ou prouvé. Les textes sont à ce propos assez ambigus, à cause de leur imprécision dans les localisations quand ils traitent du pont et de ses structures environnantes. Il est certain que plusieurs textes extraits du cartulaire d’Ainay peuvent suggérer un déplacement du pont aux environs de 1225-1226 (chartes 75 et 76) : l’importante extension à cette date du tènement appartenant à l’Oeuvre du pont vers le sud et l’aménagement de structures annexes nouvelles, dont une chapelle sur le pont, la persistance d’une « fustaria » et d’un four à chaux à proximité du site, tout cela évoque une phase préliminaire ou immédiatement consécutive à un grand chantier ; ceci pourrait correspondre à la reconstruction d’un nouveau pont, et, en liaison avec celui-ci, à la constitution d’un tènement nouveau formé autour d’un « hôpital autrefois appelée aumônerie » (A.D.R. 10 G 815, 1335). Selon le texte de 1335, il aurait été donné à l’Oeuvre par Renaud de Forez, archevêque de Lyon entre 1193 et 1226. La charte 76 qui cite distinctement une « chapelle » destinée au pont et une « église » apparemment en amont, pourrait suggérer l’existence de ces deux tènements similaires et donc du pont nouveau dès 1226 : la terminologie employée est, toutefois, trop ambiguë pour constituer une preuve.

55D’autre part, beaucoup plus tard, entre 1254 et 1264, deux bulles pontificales toutes contestables qu’elles soient, évoquent la « construction » (Innocent IV, 1254) ou la « fabrication » du pont (Urbain IV, 1264), une troisième bulle mentionnant en 1268, selon la copie qui subsiste,

« la chapelle élevée en tête du nouveau pont du Rhône » (citée par Dagier - Croze 1924).

56Faut-il réfuter en bloc toutes les informations que fournissent ces bulles sous prétexte qu’il s’agit de copies peu sûres ? D’autre part, dans la mesure où on les prend en considération, avec la prudence qui s’impose, comment interpréter la nature du chantier qu’elles évoquent ? S’agit-il de réparations ? Ou d’une substitution de matériaux, qui est peu probable puisqu’elle s’avère à peine amorcée en 1314 ? (A.D.R. 10 G 815 ; publication Guigue 1876). Ou bien s’agit-il effectivement de ce déplacement ? On n’a aucune certitude : le texte de 1253 concernant l’église « nouvellement faite à la tête du pont », au sud de celui-ci et au préjudice de l’Abbaye d’Ainay, laisserait plutôt penser que la chapelle contestée se trouve dans la même situation limitrophe entre deux paroisses qu’en 1185 (charte 73) probablement près de la rue Serpillière, et donc que l’ancien pont est encore en service à cette période. Mais n’existe-t-il pas d’autre possibilité d’interpréter ce litige vis-à-vis de l’Abbaye d’Ainay, très ombrageuse sur ses prérogatives paroissiales, comme le montreront plus tard ses conflits avec la chapelle du Saint-Esprit, adjacente au « nouveau » pont (A.D.R. 11 G 68) ?

57S’il y a eu réellement transfert d’un ancien pont à un nouveau sur un tracé sensiblement différent, cette opération a donc pu se produire soit autour de 1220-1225, soit aux environs de 1250-1265. Entre 1265-1270 et 1334, il devient en effet beaucoup plus difficile d’envisager une substitution : un document de 1260 (Guigue : charte 246) fait allusion à la « dernière pile » du pont qui serait sur le brotteau à cette date, ce qui suggère une structure maçonnée. Un arbitrage rédigé en 1334 et faisant appel à une soixantaine de témoignages sur divers aspects du pont mentionne le pont de pierre de Lyon, mais ne fait aucune référence aux travaux qu’aurait supposé le déplacement de ce pont dans les décennies précédant l’enquête. Quant à la coexistence, même épisodique, d’un ancien et d’un nouveau pont, il n’en existe aucune trace écrite dans les textes consultés pour cette étude, qu’il s’agisse de ceux de 1226, 1253, 1314, ou de la période 1320-1334 ; le passage sur le Rhône apparaît toujours unique, seul le texte de 1314, en mentionnant l’existence du « pont de bois bon et fort » et, parallèlement les préparatifs « de pierre et de bois pour le pont de pierre » a pu semer le doute, sans réel motif toutefois. Et peut-on raisonnablement envisager, au vu des textes, que le transfert se soit fait après cette date de 1334 ?

58En définitive, d’après les textes, le plus vraisemblable est que, sur la rive droite du Rhône, un pont ait été implanté dans le secteur compris entre la rue de la Barre et la rue Serpillière dès la fin du XIIe s. et qu’il ait été installé sur le site actuel du pont de la Guillotière au plus tard dans la deuxième moitié du XIIIe s. Cependant, à quoi correspond ceci du côté de la rive gauche, pour laquelle nous n’avons aucun texte relatif au pont avant 1260 ? L’orientation du tracé amenait-elle l’extrémité de l’ouvrage à 140 m au nord de la place Gabriel Péri, ou rejoignait-elle au terme d’une trajectoire oblique, la même place Gabriel Péri ? Seules les découvertes archéologiques peuvent apporter des éléments de réponse déterminants si elles sont conjuguées avec des études détaillées sur le parcellaire, sur l’évolution des limites paroissiales ou sur des sujets plus complexes encore, tels que les partages de souveraineté ou de justice sur le secteur.

Le pont, enjeu de rivalités

59Le pont sur le Rhône, en usage à la fin du XIIe s., suscite des convoitises. Les tentatives de mainmise ont été multiples, tant à partir de la rive droite qu’à partir de la rive gauche ; elles se manifestent de façon radicalement différente : sur la rive gauche, milieu rural, elles s’expriment dans l’affrontement traditionnel des deux puissances seigneuriales les plus ancrées dans le secteur ; sur la rive droite, dans un contexte urbain, elles s’intègrent dans la lutte communale qui oppose l’archevêque-comte et les Lyonnais. Le conflit prend également des formes différentes selon les époques. Toutefois, il faut reconnaître que les textes, très allusifs au XIIIe.s., apportent des informations surtout sur l’issue de cette lutte, qui au terme d’une crise aiguë au début du XIVe.s., aboutit à un règlement politique en 1335.

Sur la rive gauche

  • 25 Nous remercions vivement N. Gonthier et A. Bouvier des informations qu’elles ont bien voulu nous co (...)

60Le pont débouche, par son extrémité orientale, dans un petit territoire, le mandement de Béchevelin, qui correspond aujourd’hui au quartier de Lyon limité par les paroisses de Vénissieux, Bron, Villeurbanne et Vaulx-en-Velin ; géographiquement, il fait partie du Velin (la région comprise entre le Rhône au nord et à l’ouest, la Bourbre à l’est et l’Ozon au sud) qui correspondait au Moyen Age à l’archiprêtré de Meyzieu25. Or, tout ce secteur est jusqu’au XIVe s. dans la mouvance du Saint-Empire Romain Germanique, souvenir lointain du deuxième royaume de Bourgogne dont il faisait partie aux Xe et XIe s., en même temps que le Lyonnais, le Viennois, les vallées alpines et la Provence, avant de passer sous l’autorité impériale en 1032. En réalité, la souveraineté de l’empereur est totalement théorique et laisse dans le Velin un vide politique ouvert aux ambitions locales de tous niveaux. C’est ainsi qu’on le voit disputé entre trois pouvoirs principaux au cours des XIIe et XIIIe s. : l’archevêque de Lyon, le seigneur de Chandieu et le comte de Savoie.

61L’archevêque de Lyon est seigneur du mandement de Béchevelin, seul territoire de la rive gauche du Rhône qui soit resté dans le Comté de Lyon après le partage de 1173. Il s’y comporte comme vassal direct de l’empereur et n’y reconnaît aucune autorité intermédiaire : en d’autres termes, il agit en toute indépendance, assume les droits régaliens, construit aux environs de 1180 un château autour duquel il suscite paroisse et habitat, bat monnaie, perçoit péage et revendique les droits de haute justice, prétendant rattacher à cette juridiction le pont du Rhône « en dessus et dessous » (A.D.R. 10 G 13).

62Or, il se heurte là à un pouvoir en expansion continue, celui du comte de Savoie, possessionné dès le Xe s. dans le sud du Velin, dont l’intention poursuivie depuis le XIIe s. est de s’étendre sur toute la rive gauche. Il y rencontre évidemment de forts concurrents et cela ne se fait pas sans affrontements : pour l’entière possession du Viennois, il se bat avec le Dauphin depuis le début du XIIe s. en une lutte sporadique et meurtrière qui se prolongera jusqu’en 1355. Dans le Velin, il se heurte à deux obstacles principaux, qu’il s’efforce visiblement de surmonter sans violence. Le premier est le seigneur de Chandieu ; installé dans la région autour de 1050, celui-ci s’est très vite arrogé la suzeraineté d’une grande partie du Velin. Sa juridiction va jusqu’au fleuve et à plusieurs reprises il en organise une démonstration publique particulièrement imagée

« vers 1275, Jean du Camps de Vénissieux a vu Hugo Usard, chevalier, entrer dans le Rhône sur son cheval en portant une lance et crier à haute voix : « Que tous sachent que la juridiction du seigneur de Chandieu s’étend jusqu’au fleuve du Rhône, et dans le Rhône autant qu’un homme à cheval peut y entrer, au-delà d’une portée de lance ! »

63et il jette la lance aussi loin qu’il peut dans le Rhône. De cette façon, il est possible d’appréhender la juridiction et la possession en question (A.D.R. 10 G 1472, f° 3). C’est par le biais du lien vassalique que le comte de Savoie va contourner ce premier obstacle : dès la deuxième moitié du XIIe s., le sire de Chandieu lui est lié par hommage et fait donc partiellement cause commune avec la Savoie. En 1310, c’est la totalité des paroisses de Bron, Vénissieux, Villeurbanne, Vaulx et Feyzin que Chandieu remet à la Savoie avec leurs juridictions, substituant ainsi totalement le pouvoir du comte au sien. A rencontre de l’archevêque, le processus est tout autre : on assiste, de la part du comte de Savoie, à un harcèlement de petites actions plus symboliques que belliqueuses. Ce climat impose en 1334 la rédaction d’un arbitrage sur « la juridiction et les limites de territoire entre l’archevêque d’une part, le comte Aimon de Savoie, son épouse Blanche, et le seigneur de Chandieu d’autre part, sur le mandement de Béchevelin ». Le texte de cette enquête souligne le rôle qu’a joué le pont dans cette lutte d’influence sur le Velin et met en valeur les visées du comte de Savoie comme celles de l’archevêque sur le franchissement du Rhône.

Les mottes castrales et le pont de la Guillotière

  • 26 Les mottes castrales sont la première étape d’une implantation seigneuriale, qui se manifeste par l (...)

64Dans le contexte général de cette rivalité, et dans le cadre rural qui en est le théâtre, l’implantation de mottes castrales pourrait être la première manifestation de cette lutte pour le pont26.

65Probablement suscitées par l’important nœud de routes venant de l’est et du sud qui convergent sur la rive gauche, les mottes sont nombreuses de ce côté-ci du Rhône ; deux d’entre elles, par leur position géographique, peuvent être mises en rapport avec le pont : la motte de Béchevelin, et celle dite « la Petite Motte » située à 250 m environ à l’est de l’actuelle place Gabriel Péri. Steyert a vu dans l’une et dans l’autre deux dispositifs parallèles correspondant aux deux emplacements successifs du pont : Béchevelin aurait servi à protéger le premier, dans l’axe de la rue de l’Université, rue Sainte-Hélène, et « la Petite Motte » le deuxième, après le déplacement de l’ouvrage vers la Guillotière (Steyert 1897). Cependant dans l’ouvrage de Steyert, la question est traitée de façon un peu schématique, et la démonstration procède de l’a priori selon lequel le pont se serait déplacé aux environs de 1190 entre le secteur de Béchevelin et le site qu’il occupe actuellement ; or, nous l’avons vu, cette hypothèse est discutable. Pour discerner les rôles respectifs de ces deux mottes, il est donc préférable de reprendre le problème à la base, et de les replacer dans un environnement large qui ne prenne pas seulement en compte la présence de la rivière, mais aussi le parcellaire et le réseau routier.

Béchevelin

66Pour Béchevelin, les données sont relativement bien connues : la seigneurie appartient à l’archevêque de Lyon ; nous avons la date de la fortification et son emplacement exact, à la convergence de deux axes routiers anciens (un sud-est/nord-ouest et un est-ouest) (fig. 14). La motte est attestée par les textes et par l’iconographie ultérieure ; en tant que centre de la châtellenie, elle est le siège d’un péage terrestre perçu à l’origine dans son immédiate proximité (A.D.R. 10 G 752). De plus, comme il l’a été signalé plus haut, la perception d’un droit de pontonage permet de supposer la présence d’un passage sur le fleuve dans les environs immédiats du château à une date ancienne mais non déterminée. Il est donc envisageable que le château à motte de Béchevelin ait été érigé par l’archevêque en fonction du carrefour de voies qui traversaient sa châtellenie, et, éventuellement, en relation avec un franchissement du fleuve aménagé à proximité. Il est même possible, au vu de son tracé, que l’ancien compendium venant de Vienne ait été sensiblement modifié afin de déboucher directement sur le château. En tout cas, il y a manifestement volonté politique de la part de l’archevêque pour affirmer et renforcer son pouvoir à cet endroit, et le château à motte en est l’instrument. En revanche, rien ne permet d’établir un lien direct entre le pont de la Guillotière et le château à partir du XIIe s., mis à part le fait que, pour des raisons de facilité, le péage de Béchevelin autrefois perçu près du château l’est ensuite sur le pont.

14- Le mandement de Béchevelin, par Bouchet, 1702

14- Le mandement de Béchevelin, par Bouchet, 1702

Gravure (0,368 x 0,268 m)

A.M.L. 3 S 51.

La Petite Motte

  • 27 Il s’agit en priorité de deux plans terristes du XVIIIe s., A.M.L. 2 S 360 et A.D.R. 1 Pl 108. Plus (...)

67En ce qui concerne la « Petite Motte », tout vestige a disparu sur le terrain, le percement du cours Gambetta autour de 1860 ayant entraîné une profonde refonte du parcellaire. L’apport des textes est limité et très tardif. Les investigations ne peuvent donc être qu’iconographiques sur les documents antérieurs à 185027 (fig. 9 et 15). Située à une vingtaine de mètres en retrait de la rue des Passants (actuelle rue Dansart), du côté est, à 135 mètres du coin de la rue de la Guillotière, et donc aux deux tiers dans l’emprise du cours Gambetta, cette motte a été jusqu’au XIXe s. dans l’immédiate proximité de l’Hôpital des Passants, dont elle touchait la propriété au sud (fig. 16) ; depuis le XVIe s au moins (peut-être plus tôt), elle appartenait au patrimoine de Saint-Irénée, qui l’accensait régulièrement (A.D.R. 16 G 107).

15- Carte de la Guillotière et du mandement de Béchevelin, province du Lyonnais, XVIIIe s

15- Carte de la Guillotière et du mandement de Béchevelin, province du Lyonnais, XVIIIe s

(0,738 x 0,568 m)

A.M.L. 2 S 33.

68Comme le montre le schéma ci-joint (fig. 16), la « Petite Motte » se compose de deux éléments : une parcelle "d’accès" mesurant 25 m de large et 21 à 23 m de long, légèrement en retrait sur la rue des Passants (de 1,80 m à 2 m) et la motte elle-même, représentée sur le plan du XVIIIe s. sous la forme un peu fallacieuse d’un cercle parfait de 55 à 57 m de diamètre dans lequel la largeur des fossés était probablement comprise (A.D.R. 16 G 107). Plusieurs questions restent en suspens : à quel type de bâtiment a-t-elle servi de support ? Etait-elle isolée, ou possédait-elle une basse-cour, comme pourraient le suggérer les très grandes parcelles qui la joignent à l’est ?

16- La « Petite Motte ». Emprise dans les parcellaires (XVIIIe et XIXe s.)

16- La « Petite Motte ». Emprise dans les parcellaires (XVIIIe et XIXe s.)

A.D.R. 1 pl 107.

69A l’évidence, il s’agit ici d’une motte, avec fossés et tertre, dont les vestiges laissent supposer un établissement d’une certaine importance : or, cette « Petite Motte » n’a suscité aucune châtellenie, aucune implantation seigneuriale mémorable et même, nous ne disposons a priori d’aucun texte sur elle avant qu’elle ne devienne un espace cultivé. Sa fonction reste donc sujette à toutes les suppositions. Il est possible qu’elle ait été construite en relation avec le pont : elle se trouve en effet exactement dans son prolongement ; cependant, elle en paraît un peu éloignée (200 m environ) et surtout, aucune voie directe ne semble l’y relier, ni l’avoir jamais fait. D’autre part, placée en bordure d’un chemin vraisemblablement ancien (le chemin des Passants) desservant le nord-est lyonnais (Vaulx-en-Velin, Villeurbanne) et débouchant devant le château de Béchevelin, cette motte a pu constituer, dès avant l’existence du pont, un jalon sur cet itinéraire ; elle pourrait donc être plutôt en relation avec le système routier aboutissant à Béchevelin. Faut-il voir, dans cette réalisation à la fortune apparemment si brève, la tentative avortée d’un contre-pouvoir ? Ou bien une installation légale, devenue caduque très tôt, avant même d’avoir laissé une trace dans les textes ? Et, parmi les pouvoirs en présence sur la rive gauche, quel est celui qui l’aurait implantée, au XIIe ou au XIIIe s. ?

70En fait, l’analyse des deux mottes castrales les plus proches du pont de la Guillotière semble établir que ni l’une ni l’autre ne peut être directement mise en relation avec lui. En revanche, incontestablement, leur emplacement paraît avoir été déterminé par les itinéraires terrestres du secteur. Faut-il en conclure qu’elles ont été installées uniquement en fonction des routes, pour les contrôler ou les protéger, et que le pont est resté en dehors de ce système ? Etait-il trop tardif pour susciter encore ce type d’implantation ? Ce cas est-il rare ? Par ailleurs, s’il y a une intention politique évidente dans la construction de Béchevelin, elle ne concerne pas directement le pont ; Cette intention n’est pas connue pour la « Petite Motte ». De nombreuses questions restent donc posées.

Les conflits du XIVe siècle

71Au XIVe s., les rapports de force entre les puissances rivales sur la rive gauche du Rhône se concrétisent très différemment. L’hostilité entre le comte de Savoie et l’archevêque se déclare plus ouvertement.

72L’arbitrage établi en 1334 sur la juridiction et les limites des territoires respectifs du comte et de l’archevêque, évoqué plus haut (A.D.R. 10 G 1472), permet de constater, qu’au début du XIVe s., il y a litige déclaré entre l’archevêque de Lyon et le comte de Savoie, sur le territoire du pont en tant que support de juridiction. L’archevêque revendique en effet :

« le dessus et le dessous du pont du Rhône, et ce qui s’étend au-delà dudit pont dans la juridiction de Béchevelin » ; ceci interfère donc avec la « juridiction de Chandieu, de qui le seigneur comte (de Savoie) a eu et a son droit, (qui) va jusqu’à la croix du pont ».

73Cette croix, adoptée ensuite par le Dauphiné comme borne-frontière après l’échange de ce territoire avec la Savoie, se situe à l’emplacement de la pile huit du pont de la Guillotière. Pour juger un certain Jean de Mascherin, alors sénéchal de Lyon, qui avait blessé vers 1315 un homme de Vénissieux « sur le pont, près du premier pilier », il faut en préliminaire des pourparlers entre l’archevêque et le comte pour déterminer qui jugera le coupable ! Par ailleurs, il est indiqué dans ce texte que le comte de Savoie a, à plusieurs reprises, fait accomplir sur le pont-même des actes particulièrement « recognitifs » de son pouvoir : ainsi les publications de testaments importants « sur le pont de pierre, en deça de la croix... » et surtout l’exécution des peines de sang (mutilation de pied, poing, oreille) qui se font, elles aussi, sur le pont, en général sur la première pile près de la maison de la Guillotière. Est-ce, pour le comte, une façon spectaculaire de faire un exemple aux yeux de ses administrés ? Ou bien, dans ce climat d’incertitude, une manière de clairement manifester son autorité sur le pont face à l’archevêque ? Voire un défi à celui-ci ? De toute façon, ce conflit en recouvre un autre beaucoup plus large qui porte sur l’ensemble du mandement.

74Cette lutte sourde et endémique débouche sur quelques coups de force ; trois d’entre eux, centrés sur le pont, apparaissent à travers les témoignages recueillis auprès des habitants du mandement de Béchevelin en 1334, lors de l’enquête déjà citée. Ces trois incidents sont particulièrement révélateurs, bien que les tenants et les aboutissants des différentes actions ne soient pas toujours exprimés dans les récits qui en sont faits.

75La première se passe autour de 1320. Lorsque, pour la première fois, la ville de Lyon fit poser la « barre » (taxe sur les passages) sur le pont, le bailli de Vienne, haut fonctionnaire savoyard, demanda à l’archevêque de dispenser de ce péage les gens du comte, menaçant, sinon, d’installer sa propre « barre » et d’exiger péage des Lyonnais voulant traverser le fleuve. Devant le silence de l’archevêque, le comte mit sa menace à exécution : il installa un péage près de la maison de la Guillotière ; après trois jours, il y eut accord. L’irascibilité du comte de Savoie qui place d’emblée le conflit sur un plan personnel avec son rival habituel l’archevêque, et la rapidité de sa riposte, montrent bien sa prétention à être considéré comme partie prenante sur le pont, éventuellement comme co-seigneur.

76La deuxième action est racontée par le même bailli de Vienne, Gaudemar de Fayno, qui en a été un des principaux acteurs ; elle se place probablement entre 1320 et 1324, d’après un autre témoignage.

« En ce temps-là, un chaffal ou maison haute avait été construit dans la maison de la Guillotière. Le témoin (Gaudemar de Fayno) demanda à l’archevêque qu’il fasse enlever ce chaffal ou maison-forte ; l’archevêque ne répondant pas, le témoin demanda donc aux gens du comte (de Savoie) qui étaient à Saint-Symphorien et à Vénissieux de venir détruire cette maison-forte ; ayant reçu l’ordre, ils vinrent, et avec les gens du seigneur archevêque qui étaient venus au même moment, ils détruisirent ce chaffal ou maison-forte ; interrogé sur la façon dont il avait eu connaissance de ceci, le témoin répondit que, alors que ces gens démontaient le chaffal ou maison-forte et qu’ils en étaient presque à la fin, lui-même vint et les vit à l’œuvre » (A.D.R. 10 G 1472, f° 10).

77Ce texte présente deux faits essentiels : l’installation en toute illégalité d’un établissement fortifié dans l’immédiate proximité du pont et la réaction, radicale et dénuée de toute prudence diplomatique, du comte de Savoie qui n’hésite pas à faire raser l’ensemble au nom de son droit. Il pose également une question délicate, cette escarmouche est menée depuis la maison de la Guillotière, dont le détenteur nous est inconnu ; qui est-il, et dans quel but a-t-il fait ceci ? Aucun nom, aucun responsable n’est cité. Cependant, la violence de la réaction du comte de Savoie incite à penser que, à coup sûr, il y a eu tentative ouverte pour empiéter sur sa juridiction, voire sur le pont. Pourquoi le bailli de Vienne, sitôt connu l’événement, contacte-t-il l’archevêque : celui-ci serait-il propriétaire de la maison de la Guillotière ? Ou le bailli le soupçonnerait-il d’être le responsable de cette initiative ? Connaissant les difficultés qu’a l’archevêque avec la ville de Lyon au sujet du pont, il serait tentant de voir dans cette action un de ses coups d’éclat, pour tenter de reprendre par la rive gauche le pouvoir sur le pont qui lui échappait depuis la rive droite. Dans ce but, aurait-il essayé de rétablir à son profit, à la tête est du pont, le schéma traditionnel "fortification/pont" qui lui aurait permis de s’imposer face aux prétentions grandissantes du comte de Savoie ? La réaction de celui-ci serait alors encore plus significative, exprimant un rapport de forces en train de basculer en sa faveur. Les seules indications de ce texte ne nous permettent malheureusement pas d’émettre une quelconque interprétation. Il est cependant envisageable que sous cette escarmouche se cache une démarche politique délibérée.

78La troisième anecdote est moins explicite, à la fois plus ancienne et beaucoup plus laconique. Une soixantaine d’années avant l’enquête de 1334, les religieux de Saint-Irénée de Lyon auraient construit

  • 28 Lacune dans le texte.

« une tour forte près de la maison de la Guillotière, le chemin public allant à SaintGeorges d’Espéranche étant entre les deux ; le seigneur de Chandieu d’alors fit détruire cette tour car il ne voulait pas que soit construite une fortification dans sa (juridiction)28 sans sa permission ; et il la fit détruire de fond en comble ».

79Cette fois encore, il s’agit d’une fortification illégale rasée par le seigneur local, vers 1275. Mais les problèmes sont posés sur un plan très différent : quelles pouvaient être les motivations des religieux de Saint-Irénée ? Il n’est en effet guère possible qu’il y ait eu un rapport géographique immédiat entre cette tour et le pont, puisque les possessions de Saint-Irénée semblent avoir été de tout temps beaucoup plus au nord, au-delà de la maison de la Guillotière. S’agirait-il ici de la construction de la « Petite Motte » située près de la rue des Passants, à 250 m à l’est du pont ?

80Les textes du début du XIVe s., contrairement aux sources de la période précédente, font donc apparaître très nettement que le pont est alors un point névralgique (fig. 17) et qu’il représente, pour les seigneurs, de la rive gauche du Rhône un objectif essentiel. L’importance politique que confère son contrôle est certainement son plus grand attrait ; il ne faut pas mésestimer non plus les profits immédiats qu’il draine, qui, dans le premier incident rapporté, semblent primordiaux. Les moyens employés pour assurer ou conquérir cette suprématie au début du XIVe s. sont divers : ils passent souvent par des épreuves de force qui, sans aller jusqu’à l’affrontement direct, sont réglées finalement par la diplomatie ; il faut faire cependant une place à part à la construction de fortifications à l’entrée du pont, procédé cité deux fois, qui présente une certaine parenté avec d’autres phénomènes antérieurs, non expliqués, tel que l’émergence de la « Petite Motte ».

17- « Bayard gardant le pont de Garigliano »

17- « Bayard gardant le pont de Garigliano »

Bois gravé de la première biographie de Bayard publiée à Lyon par Champier en 1525

Sur la rive droite

81Du côté de la ville, la lutte engagée est probablement plus âpre encore que de l’autre côté du Rhône : elle se mène entre l’archevêque et la communauté des Lyonnais, qui l’un et l’autre aspirent à prendre le contrôle total du pont. Le conflit est d’autant plus dur qu’il s’inscrit dans le contexte plus large du mouvement communal (1193-1320).

82La ville est, depuis la fin du XIIe s., en plein essor économique. Entre 1200 et 1300 se développe le grand commerce et, en relation avec celui-ci, les premières installations bancaires sous l’influence des Italiens ; les artisans se multiplient et diversifient leurs activités. Se constitue donc, dès cette époque, une classe de marchands dont l’influence n’est pas à dédaigner. Toutefois, alors que les villes du Nord de la France et les communes italiennes ont déjà conquis leur liberté, la ville de Lyon est encore sous l’autorité de son archevêque comte, dont la puissance est en pleine expansion, puisque après les confirmations politiques de la Bulle d’Or (1157) et du traité de Montbrison (1173), il jouit d’un pouvoir incontestable sur la ville de Lyon et sur un petit état territorial bien groupé. Les intérêts respectifs de l’archevêque et des habitants les incitent à maîtriser, chacun pour son compte, l’essor économique de la ville : ils sont donc en concurrence ouverte et s’affrontent dès le début du XIIIe s.. Quelques avantages économiques accordés par l’archevêque Renaud de Forez aux citoyens apaisent provisoirement les hostilités après 1208 ; mais l’effervescence renaît avec violence dans la deuxième moitié du XIIIe s., émaillée d’émeutes qui opposent brutalement les Lyonnais à leur seigneur, et derrière lesquelles se dessine parfois l’influence de princes étrangers (en particulier le comte de Savoie en 1285) qui voient dans l’affaiblissement de l’archevêque l’occasion de mettre la main sur la ville. Au début du XIVe s., la tension atteint un paroxysme aboutissant finalement en 1312 à l’annexion de Lyon par le roi de France Philippe le Bel, qui enlève à l’archevêque l’essentiel de sa souveraineté sur la ville, puis en 1320 à la charte de franchise accordée aux Lyonnais par leur archevêque. Dorénavant, la communauté des bourgeois bénéficie donc d’un gouvernement municipal indépendant sous l’égide de conseillers nommés par leurs pairs, qui assurent la gestion et l’administration de la ville, la répartition des impôts et la décision pour les grandes entreprises communautaires. Toutefois, l’archevêque conserve la seigneurie sur la ville, avec la justice de première instance.

83Pendant le XIIIe s., les pressions politiques exercées sur le pont depuis la rive droite sont difficiles à connaître. Même le rôle de l’archevêque dans la création de l’ouvrage est mal connu : logiquement, en tant que seigneur de la ville, il a dû en être l’instigateur ; toutefois cette initiative, si elle a réellement eu lieu, n’est pas sensible dans les textes, complètement masquée par la présence des Frères du pont qui ont totalement endossé construction et entretien dès 1185, et qui apparaissent donc seuls dans les premiers documents concernant le pont. En revanche, il semble certain que, dès le départ, les citoyens de Lyon, non encore constitués en corps officiel, ont joué un rôle effectif dans la mise en œuvre du pont : ils sont cités dans la charte 72 du cartulaire de l’Abbaye d’Ainay comme « ayant la garde de l’Oeuvre du pont » et il est possible qu’ils aient été représentés parmi les Frères du pont. En fait, seule l’étude plus fine de cet ordre laïc, de son recrutement et de son fonctionnement, permettrait de comprendre le jeu des influences aux origines du pont : il se pourrait en effet, selon les exemples d’Arles ou d’Avignon où des structures semblables existent, que les attributions des Frères aient largement dépassé des fonctions hospitalières et, en particulier qu’ils aient aussi joué, à la fin du XIIe et au XIIIe s., un rôle diplomatique entre les partis en cause sur le pont17 Dans les années qui suivent la fondation, seule la réunion, au début du XIIIe s. de l’aumônerie à l’Oeuvre du pont par l’archevêque Renaud de Forez, rapportée en 1335 (A.D.R. 10 G 815, Guigue 1876) peut paraître une intervention active de celui-ci vis-à-vis de l’ouvrage.

84C’est au début du XIVe s. que les événements se précipitent, et c’est tout simplement la maîtrise sur le pont dans son ensemble qui va se jouer pendant ces trente-cinq années.

La lutte entre l’archevêque et la ville de Lyon

85Entre 1308 et 1310, l’archevêque Pierre de Savoie tente, semble-t-il, une reprise en main totale du pont. Il enlève l’Œuvre du pont à la confrérie des Frères du pont, et la remet à l’Abbaye de Hautecombe, avec toutes les obligations que cela implique : entretien du pont, maintenance de l’hôpital et de la chapelle installés à sa tête. Il l’a probablement fait pour des raisons financières, le pont étant alors devenu d’un entretien démesuré face aux ressources propres de l’Œuvre, alors que l’Abbaye cistercienne de Hautecombe, établie en Savoie, sur le bord du lac du Bourget, grand propriétaire foncier (en particulier forestier), offrait un répondant beaucoup plus considérable. Il a pu le faire aussi pour des raisons religieuses ; mais la formulation du texte de 1335 laisse supposer, sous celles-ci, des motifs politiques à peine voilés :

« ...il a transféré les chapelles et les bâtiments (appartenant à l’œuvre du pont) de l’administration laïque où ils étaient précédemment, à des hommes religieux et savants satisfaisant aux services divins selon l’ordonnance sacrée ».

86En fait, il est probable que, au plus fort de la lutte communale, alors que l’Eglise de Lyon tente de restructurer sa puissance et de s’imposer vis-à-vis du parti laïc (celui des citoyens révoltés), l’archevêque ait voulu écarter cette confrérie et la remplacer par des structures ecclésiastiques moins indépendantes et plus fidèles à sa cause. De plus, le choix de l’Abbaye de Hautecombe, bénéficiaire de ce transfert, n’est sans doute pas un hasard, la famille de Savoie, à laquelle appartenait l’archevêque, ayant toujours entretenu des relations privilégiées avec cet établissement. Sous le prétexte de ramener l’Oeuvre à une certaine orthodoxie en la mettant au pouvoir d’une institution plus conventionnelle, c’est peut-être son propre contrôle que Pierre de Savoie a essayé d’implanter sur le pont par ce moyen détourné.

  • 29 A.D.R. 10 G 815, 1314 : Frater Stephanus, olim pro dicto abbate rector dicti pontis et nunc abbas (...)
  • 30 Guigue 1876 A, p. 22 : supplique adressée au Pape par les Lyonnais (1328) : l’ordinarius loci song (...)

87Mais cette manœuvre est un échec : les revenus de Hautecombe ne purent y suffire ; ceux de l’Abbaye de Chassagne, à qui l’entretien de l’ouvrage avait été remis par un accord conclu en 1314 non plus29. De plus, selon une supplique adressée par les Lyonnais au Pape en 132830, ces nouveaux administrateurs consacrent les revenus de l’Oeuvre à des usages très éloignés du pont. Il est vrai que, selon les textes, les travaux entrepris par les deux abbayes se ralentissent considérablement par rapport aux réalisations du siècle précédent, puisque seule est signalée la construction de la moitié d’un arc en trente ans. L’ensemble de l’ouvrage semble en péril, ce qui déchaîne les protestations véhémentes, et sans doute très ostentatoires des Lyonnais, qui incriminent un entretien insuffisant du bâtiment. En fait, il semble que les conditions générales aient été mauvaises et que les religieux de Chassagne n’aient pas été aussi coupables qu’ont bien voulu laisser croire les Lyonnais, ennemis de leur cause : la ville traverse alors une crise due en partie à l’agitation communale, qu’aggrave une conjoncture économique contractée qui diminue les ressources disponibles. L’archevêque persiste cependant obstinément dans cette cause perdue jusqu’en 1335, ne se résolvant probablement pas à abandonner ce dernier espoir de puissance sur le pont. Les graves conséquences de toutes ces péripéties sur l’état de l’édifice sont imaginables.

88De leur côté, dès 1320, date d’obtention de leur charte de franchise, les Lyonnais tentent de reprendre en main leur pont et de l’arracher à une gestion qu’ils considèrent incompétente. Mais, face aux coups de force de l’archevêque, leur offensive se mène en sous-œuvre, pendant quinze ans. La première étape de leur action se place sur un plan financier : dès 1320, à peine détenteurs de l’existence légale que leur donne leur charte, et avant même d’être en pleine possession du pont, ils obtiennent du roi Philippe V un pavagium ou barragium (Guigue 1876). Il s’agit du « droit de barrage », défini par J. Mesqui comme un « des droits provisoires perçus sur le voyageur », particulièrement "destiné à financer la construction et la réparation" du pont (Mesqui 1986, p. 37) ; il est accordé ici pour cinq ans. Pour les Lyonnais un cap important est alors passé : ils se posent en responsables du pont et, de plus, en financiers de son entretien ; en 1332, ils réitèrent en obtenant du roi un nouveau barragium. Leur objectif est ensuite de participer à la gestion directe du pont : ils obtiennent du pape, en 1328, le désaveu quasi officiel de l’archevêque et de l’abbé de Chassagne ; l’administration de l’Œuvre du pont est dorénavant assurée par deux représentants des consuls et un de l’archevêque (Guigue 1862 : charte 15).

89L’acte de 1335 est donc l’aboutissement logique de ce cheminement : l’archevêque y feint, non sans hargne, d’agir de son propre fait ; en réalité, affaibli par les événements récents, il n’a sans doute plus le choix face aux exigences des Lyonnais qui détiennent depuis sept ans les deux tiers de la gestion de l’Œuvre, et sont maîtres d’une part importante de financement grâce au droit de barrage. L’archevêque, après un long rappel de la tâche réalisée sur le pont par les Abbayes de Hautecombe et de Chassagne, décide un partage des biens et des obligations relevant de l’Œuvre du pont :

« le pont du Rhône avec la chapelle posée dessus, la maison appelée aumônerie située à côté du pont, et leurs dépendances »

90sont remises à deux représentants des conseillers de la Ville, Barthélémy de Varey et Michel Cytharel qui, au nom de leurs pairs, assumeront l’administration de l’ensemble et, par conséquent, l’entretien du pont ; « la maison du pont, avec l’hôpital qui lui est adjacent et sa chapelle », restent à l’Abbaye de Chassagne, qui, avec l’obligation de faire fonctionner l’hôpital (qui deviendra l’Hôtel-Dieu), se voit dotée d’un patrimoine important. Même si le partage entre le pont et le futur Hôtel-Dieu fait la part belle à l’abbé de Chassagne qui semble garder l’essentiel, et même si l’archevêque (arguant sans doute de ses droits seigneuriaux) garde un droit de regard théorique sur l’Œuvre en exigeant que les comptes lui en soient rendus annuellement, les Lyonnais obtiennent en fait en 1335 ce qu’ils attendaient depuis 1185 : un pont et la possibilité d’en disposer eux-mêmes au mieux de leurs intérêts économiques.

Les droits perçus sur le pont

91Les droits prélevés au nom du pont ne sont vraiment connus qu’à partir de cette période. La ville de Lyon y perçoit la barre, un droit temporaire dont les deux premières « attributions » ont été citées ci-dessus, en 1320 et 1332 ; les conseillers de la Ville de Lyon, comme c’est souvent le cas, la font renouveler à plusieurs reprises au XIVe s. pour des périodes de 3 à 5 ans (Guigue 1866). A la différence de l’octroi qui, selon J. Mesqui, porte sur les marchandises en transit sur le pont et dont le profit semble avoir été consacré aux dépenses communes des villes telles que les fortifications, la barre est uniquement prélevée sur les voyageurs et leur monture et son profit destinée exclusivement au pont (Mesqui 1986). Son tarif, à Lyon, paraît relativement modique : une obole par piéton et deux deniers par cavalier en 1351, le double en 1364 sous Charles V. En fait, il semble qu’au XVe s., bien que toujours soumise à l’obtention de lettres « royaux », la barre ne soit plus vraiment considérée comme une taxe exceptionnelle et que, dans les faits, elle soit devenue régulière. Au cours du XVe s., elle est affermée au plus offrant : ainsi en septembre 1419, elle est adjugée à Jehan Andrivet

« pour le prix de 600 livres tournois, et ce après plusieurs criées faites tant aujourd’hui comme auparavant..., considéré aussi que ladite barre n’a valu ces deux années dernières passées plus de 548 livres tournois 12 sous 7 deniers pour chaque année » (Guigue 1862 : p. 192).

92La perception de cette barre, comme celle d’un certain nombre d’autres taxes, directement liées aux finances municipales et perçues sur les marchandises en transit, se faisait jusqu’au XVIIIe s. sur le pont, à la porte du côté de la ville ; elle était suspendue en période de foires.

  • 31 A.D.R. 10 G 1480, 1395 : il est exigé de toute bête chargée de grain passant par le pont entre le (...)

93Rappelons, que de son côté, l’archevêque détient depuis le XIVe s. un péage sur le trafic commercial du pont. Il y perçoit aussi un droit de pontonage, probable compensation des droits perçus sur un bac antérieurement31.Le pontonage a été supprimé en 1736.

94Si l’on devait évaluer l’importance d’un bâtiment à l’intensité des convoitises qu’il suscite assurément, le pont du Rhône à Lyon trouverait une place de premier ordre ; il est clair que dès sa construction, il a été un symbole de pouvoirs politiques et économiques.

95Cette première partie de l’enquête, essentiellement fondée sur la documentation bibliographique, a en quelque sorte planté le décor. Ce bilan historique apporte nombre d’informations et soulève tout autant d’interrogations : la date de fondation d’un pont sur le Rhône, son emplacement initial, son déplacement éventuel ; les conditions naturelles difficiles, liées au régime du fleuve, et leurs conséquences sur les campagnes de construction de l’édifice ; les dissensions politiques et juridiques dont il fut l’objet et leur influence sur l’entretien de l’ouvrage. L’examen des vestiges mêmes du célèbre pont du Rhône devait en effet répondre en partie à ces questions, mais occasionner aussi bien des surprises...

Notes

2 Le croquis a été élaboré à partir de cinq documents : A.M.L. 2 S 179, A.M.L. 2 S 571, A.D.R. 1 PL 107, A.M.L. 2 S 102 et un plan terrier du XVIIIe s. Il ne constitue qu'une hypothèse.

3les brotteaux de la plaine du Rhône peuvent être définis comme des îles et bancs de graviers couverts de maigres saules (Bravard 1987, p. 138).

4 La découverte, à l’arrière de la pile dix-neuf d’une palissade, que les analyses dendrochronologiques datent de 1514, indique que la berge pouvait être encore plus à l’est au XVIe s.

5 Guigue 1885, charte 246 “Littera de insula quae est subtus pontem Rodani inter duas aquas...

6 Construction d’ouvrages de ce type près de la pile huit en 1511-1512 (A.M.L. CC 607), janvier 1511 : commencé une arche au-dessus de la Tour de l’arc de la Trappe

7 Terme de droit médiéval : bail passé entre un seigneur foncier et un tenancier, donnant à ce dernier libre disposition d’un fonds contre le versement d’une redevance (le cens) et de droits divers qui garantissent au seigneur le "droit éminent" sur son bien.

8 Cette analogie entre le brotteau et la rive pourrait traduire une réalité : en 1444, la rive gauche appartenant à Saint-Irénée est dite à plusieurs reprises “brotteau” (Guigue : 1876 A. pp. 300-303).

9 Cette donnée peut varier énormément. Un document de 1774 (A.M.L. DD 309) indique cependant une profondeur moyenne plus importante pour le Rhône : 12 pieds de hauteur (3,80 m environ).

10 A.D.R. 11 G 591 : en 1597, le Rhône a mangé plus de la moitié” du brotteau de la Ville jouxtant le pont au nord. En revanche, en 1637 sont signalées les pointes nouvellement faites et accrues aux broteaux d’Ainay. A la même date, M. de Liergues affirme que le brotteau qu’il prend à cens n’est plus de la contenance qu’il estoit lors de l’appensionation, mais qu’il en manque plus de la moitié emportée et ravagée par l’impétuosité du fleuve Rhône.

11 A.M.L. CC 607, avril 1512 : “... les charpentiers (seront payés) pour la charpenterie des arches, les manœuvres à gravier icelles arches, y mettre des fagots et pierre menue dessus pour les faire enfoncer.

12 A.D.R. 11G 591, (fin XVIe s.) : son brotteau se consumait, faute d’y avoir fait les retenues et réparations nécessaires.

13 En 1327, un moine d’Ainay fait le passeur auprès de son abbaye à cause de la rupture du pont (Guigue 1885, charte 46). Allusion analogue pour le début du XIVe s. : passage du Rhône par des nautiers ; le châtelain du Comte de Savoie prélève un arrivagium (A.D.R., 10 G 1472, f° 010).

14 A.D.R. 10 G 1472, 1335 : les bourgeois de Lyon demandent au comte Amédée de Savoie la permission d’accoler des moulins à la rive du fleuve, du côté des maisons de la Guillotière et de Béchevelin. J. Rossiaud (Rossiaud 1972) signale des moulins au droit de la rue Neuve.

15 A.M.L. BB 81, mai 1560 : ...et pour ce qu’il y a un moulin sur la dite rivière du Rhône qui gâte et ruyne la pile d’un des dits arcs contre lequel le dit moulin a été mis, a esté ordonné pour ôter le dit moulin.

16 A.M.L. BB 90 ; A.M.L. BB 193 : en 1639, à la suite du déplacement du cours du Rhône, les moulins qui étaient jusqu’alors sur la rive droite sont transférés à la part du Daulphiné.

17 Les Frères du pont sont à eux seuls un sujet d’étude qu’il ne convenait pas d’aborder ici. On s’est beaucoup interrogé sur leur rôle réel : une théorie abusive des XVIIIe et XIXe s. a voulu en faire un ordre structuré, bâtisseur de ponts dans la vallée du Rhône. En fait, selon l’ouvrage de J. Mesqui (Mesqui 1986) ils apparaissent à Lyon au XIIe s. comme une confrérie à majorité laïque, vivant en cercle fermé, dont la tâche matérielle était sans doute de rassembler des fonds pour le chantier, mais dont la mission principale était plus probablement de donner un sens religieux au pont qu’ils parrainaient, renforçant et christianisant son caractère traditionnellement sacré en y adjoignant une chapelle et un hôpital. J. Rossiaud (Rossiaud 1978) y voit un organisme plus complexe, très intégré dans les différentes factions de la vie urbaine de l’époque, et dont la fonction aurait été, en plus, de résoudre les concurrences et d’apaiser les rivalités entre les puissances intéressées par l’œuvre.

18 Guigue 1885, charte 74 : confirmation aux Frères du pont de la terre contiguë à la maison du pont que leur avait vendue Guill. de Fuer (1225).
- Guigue 1885, charte 75 : reconnaissance des Frères du pont pour la fustaria, la vigne qui lui est contiguë et un four à chaux (1226).
- Guigue 1885, charte 76 : concession du droit de construire une chapelle à la tête du pont, en amont de celui-ci ; concession de la terre située au-dessus de l’église” jusqu’au four à chaux ; concession d’une terre sur la rive du Rhône, en aval (1226).

19 Guigue 1885, charte 77 : accord entre l’abbé d’Ainay et les Frères du pont au sujet de la chapelle nouvellement construite à la tête du pont, côté sud.
- Guigue 1885, charte 78 : renouvellement de reconnaissances faites par l’abbé de Chassagne à l’abbé d’Ainay pour les biens mentionnés dans les chartes 74, 75 et 76 (1328).

20 Il s’agit des bulles de :
- Lucius III (1184), citée par Guigue (Guigue 1886) : “ frater Stephanus decreverit pontem edificare super aquas Rodani...” ; “capelle que ibi constructa dinoscilur sine prejudicio vestrarum ecclesiarum munus consecrationis impendi et fratribus cimiterium benedici”.
- Urbain II (1186), Innocent III ou IV (1209 ou 1254), citées par Guigue, (Guigue 1876 B, p. 163).
- Innocent IV (1247 et 1254) (Guigue, id., p. 44).
- Urbain V (1264) (Guigue, id., p. 164).
- Clément IV, (1268) citée par Croze (Croze, 1924, p. 11) : “...la chapelle que l’on sait être bâtie à la tête du pont nouveau”.

21Vita Henrici II, Anglice regis, sub anno 1190, cité par Guigue (Guigue 1876 B, p. 43), Steyert (Steyert 1897, t. 2, p. 354) et Croze (Croze, 1924, pp. 10 et suiv.).

22 Notice de Gobin du 24 janvier 1868 citée par Guigue (Guigue 1876 b, pp. 10-11).

23 Mesure calculée à partir de la position du château de Béchevelin sur la berge du bras du Rhône (fig. 13).

24 Guigue 1867, p. 40 : castrum juxta rippam Rhodani, sumptuose a fundo edificavit.

25 Nous remercions vivement N. Gonthier et A. Bouvier des informations qu’elles ont bien voulu nous communiquer à l’occasion de cette recherche.

26 Les mottes castrales sont la première étape d’une implantation seigneuriale, qui se manifeste par l’édification d’un tertre de terre surmonté d’une fortification de bois, plus tard de pierre. Cette installation, ainsi que l’ont établi les nombreuses études récentes consacrées à ce phénomène, se veut à la fois le véhicule et l’expression d’un pouvoir politique sur le secteur, qui, dans le meilleur des cas, se concrétise par l’apparition d’une châtellenie. Les voies commerciales ayant été ressenties tôt dans le Moyen Age comme un atout par les seigneurs potentiels, il est fréquent que les mottes s’édifient à proximité d’une voie de passage sous le prétexte d’en assurer la défense et surtout avec la motivation moins désintéressée d’y renforcer la puissance seigneuriale locale. La présence d’un franchissement de rivière constitue un attrait plus grand encore. Il arrive aussi, en contrepartie, que mottes ou fortifications suscitent le déplacement d’une voie, la création d’un pont (Mesqui 1987).

27 Il s’agit en priorité de deux plans terristes du XVIIIe s., A.M.L. 2 S 360 et A.D.R. 1 Pl 108. Plusieurs plans du XIXe s. ont aussi été utilisés : A.M.L. 3 S 525 : plan d’alignement de la rue des Passants (1842) - A.M.L. 3 S 40 : plan de la rue de Vendôme projetée à la Guillotière (1836). De plus, la Petite Motte apparaît sous une forme très schématique (avec son fossé dans un cas) sur deux plans généraux de la Guillotière, datés de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe (A.M.L. 2 S 33 et A.M.L. 2 S 77).

28 Lacune dans le texte.

29 A.D.R. 10 G 815, 1314 : Frater Stephanus, olim pro dicto abbate rector dicti pontis et nunc abbas dicti monasterii Alte Combe coram nobis asseruit quod nos ipsos ab hujusmodi onere liberaremus... et quictaremus, et ipsum opus et locum alicui alii concederemus et traderemus... quia opus dicti pontis est onus incessabile.... A.D.R. 10 G 815, 1314 : dictus abbas et ejus abbatia (Alte Combe) nulla habent nemora congrua ponti predicto, quamvis infinita nemora de die in diem sunt necessaria in eodem....
A.D.R. 10 G 815, 1335 : ...sunt adeo abbas et conventus Chassagnie pergravati quod non possunt ullathenus nedum ad refectionem sed nec ad sustentationem dicti pontis operis ipsorum sufficere facultates....

30 Guigue 1876 A, p. 22 : supplique adressée au Pape par les Lyonnais (1328) : l’ordinarius loci songeant plus à ses intérêts qu’à la conservation du pont a fait don de certains des biens (de l’Oeuvre du pont) parfois temporairement, parfois à vie....

31 A.D.R. 10 G 1480, 1395 : il est exigé de toute bête chargée de grain passant par le pont entre le 24 juin et la fête de Saint Julien un coupon dudit blé et du plus plus, et du moins moins.

Table des illustrations

Titre 7- Le pont de la Guillotière et son environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre 8- Extraits :1) du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1560
Crédits Gravure. A.M.L. 1 S 165
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-2.png
Fichier image/png, 791k
Titre 2) du plan cavalier dressé par Simon Maupin vers 1725
Crédits Gravure. A.M.L. 1 S 171
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-3.png
Fichier image/png, 804k
Titre 9- Plan de la rive gauche du Rhône et des routes convergeant vers le pont, vers 1710
Légende Aquarelle (0,82 x 0,550 m)
Crédits A.M.L. 2 S 77
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 10- Extrait du plan de Lyon par Dignoscyo, 1839
Crédits A.M.L. 2 S 102.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre 11- Extrait du plan de Lyon par Darmet, 1832
Crédits A.M.L. 2 S 571.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 12- Situation du pont de la Guillotière sur un plan actuel de la ville de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 13- Localisation initiale du pont de la Guillotière
Légende A)-1ere hypothèse : dans l’axe de la rue Sainte-Hélène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ΒB’) 2eme hypothèse : dans l’axe des rues Confort - Mercière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende C) 3ème hypothèse : dans l’axe de la rue de la Barre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre BILAN
Légende Bilan : évolution et déplacements du pont de la Guillotière1) Passage (bac) sous le contrôle de l’archevêque. (XIIe s.)2) Emplacement initial du pont, (fin XIIe s., début XIIIe s.)3) Emplacement initial du pont (attesté après 1226)A : Aumonerie, MP : Maison du Pont, SN : Saint Nicolas,HD : Hotel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 14- Le mandement de Béchevelin, par Bouchet, 1702
Légende Gravure (0,368 x 0,268 m)
Crédits A.M.L. 3 S 51.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 15- Carte de la Guillotière et du mandement de Béchevelin, province du Lyonnais, XVIIIe s
Légende (0,738 x 0,568 m)
Crédits A.M.L. 2 S 33.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre 16- La « Petite Motte ». Emprise dans les parcellaires (XVIIIe et XIXe s.)
Crédits A.D.R. 1 pl 107.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 17- « Bayard gardant le pont de Garigliano »
Légende Bois gravé de la première biographie de Bayard publiée à Lyon par Champier en 1525
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1636/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 606k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access