Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les observations archéologiques, dendrochronologiques et historiques effectuées à l’occasion des travaux entrepris par la SEMALY pour la construction de la ligne D du métro à Lyon, (fig. 2) entre la place Gabriel Péri et les quais du Rhône, sur la rive gauche. Communément appelé « place du pont » par les Lyonnais, cet espace, gagné sur le lit du Rhône, garde effectivement le souvenir de l’ancien pont de la Guillotière, dont une partie était enfouie là. L’évolution du tracé du fleuve et son endiguement ont entraîné un colmatage progressif de la rive gauche (Guillotière) et une partie du pont a ainsi été remblayée, donc protégée au cours de l’histoire.

2- Tracé de la ligne D du métropolitain de Lyon : plan et coupe

2- Tracé de la ligne D du métropolitain de Lyon : plan et coupe

Lyon, carrefour fluvial

2La ville s’est développée sur un site de confluence, limité à l’ouest et au nord par une barrière de collines qui culminent entre 200 et 300 mètres. Venant du nord, la Saône franchit cette barrière par un parcours sinueux entre les collines de la Croix-Rousse et de Fourvière, pour rejoindre le Rhône qui, depuis l’est s’est incurvé vers le sud, peu avant le confluent, créant ainsi une presqu’île allongée, à fleur d’eau. Les fortes dénivellations du site ont été longtemps un frein à l’expansion de la ville. Depuis l’époque médiévale, celle-ci s’est essentiellement développée dans les secteurs les plus bas, sur les berges de la Saône et sur la presqu’île, malgré les inconvénients des crues et de l’humidité. A l’est de la ville, sur la rive gauche du Rhône, s’étend une plaine qui s’élève doucement vers le Dauphiné et qui constitue actuellement l’aire d’extension privilégiée de l’agglomération ; toutefois, jusqu’au milieu du XVIIIe s., cette zone est restée complètement en marge du développement urbain, le Rhône offrant une limite quasi infranchissable.

3La topographie du site constitue un lieu de contact géographique et un nœud de communication naturel qui met en relation la région de la Loire, la vallée de la Saône et la Bourgogne, les pays de l’Ain et la Suisse, et la plaine du Dauphiné où aboutissent les vallées alpines (fig. 3). Cette situation a fait de Lyon une plaque tournante commerciale, dont l’importance s’était imposée à l’époque romaine et se manifeste à nouveau dès le Xe s. Sous l’autorité du seigneur, archevêque comte, Lyon, au XIIe s., joue le rôle de ville frontière entre le royaume de France et l’Empire. Puis aux XIVe s. et XVe s. une économie florissante et les célèbres foires attirent de nombreux étrangers, en particulier des Italiens.

3- Lyon naturellement vers les pays alpins et l’Italie

3- Lyon naturellement vers les pays alpins et l’Italie

4Dès le XIe s., un axe de circulation principal s’organise à travers la ville, qui tient compte des contraintes topographiques : il suit un passage obligé le long de la Saône depuis le défilé de Pierre-Scize qui marquera longtemps la limite nord de l’expansion de la ville, et coupe en biais la presqu’île jusqu’au sud de celle-ci ; il rejoint, en traversant le Rhône, l’ancienne voie romaine qui suit la rive gauche du Rhône en direction de Vienne puis des pays alpins.

5Lyon se trouve donc relié aux grandes routes venant du Dauphiné, des Alpes et de l’Italie par la grande rue de la Guillotière située dans le prolongement du pont (fig. 4). Les nombreuses auberges qui existaient encore au début du siècle dans cette rue, de même que « l’Hôpital du pont du Rhône » au débouché du pont sur la rive droite, témoignent de l’importance de ce passage pour la ville de Lyon, le seul qui existât probablement depuis l’Antiquité entre Mâcon (sur la Saône, en amont) et Vienne (en aval, sur le Rhône), jusqu’en 1772, date de la construction du pont Morand, également sur le Rhône. Le pont de la Guillotière est évidemment primordial : la masse de documents anciens qui s’y rapporte, atteste de la nécessité pour les Lyonnais d’un pont solide et permanent pour faire face aux assauts d’un fleuve impétueux.

4- Vue perspective de la paroisse de la Guillotière avec la ville de Lyon au fond, prise à l’aplomb du domaine du Vinatier et montrant la convergence sur Lyon des routes dauphinoises

4- Vue perspective de la paroisse de la Guillotière avec la ville de Lyon au fond, prise à l’aplomb du domaine du Vinatier et montrant la convergence sur Lyon des routes dauphinoises

Verdier M 1697. Aquarelle (1,410 x 0,905 m). A.M.L. 1S 76.

Heurs et malheurs du pont du Rhône

6Du pont médiéval en bois du XIVe s. et des rares traces des édifices plus anciens conservées dans les fondations du pont de la Renaissance qui, lui, était demeuré en élévation jusqu’au tablier, il ne reste désormais presque plus rien. Cependant les travaux de 1953 à 1959 avaient épargné une partie des structures plus anciennes : la photographie réalisée au cours des démolitions de 1953 donne une idée de la structure initiale débarrassée de l’encorbellement de fonte qui la masquait (fig. 5). Huit des vingt arches du pont de pierre du XVIe s. sont encore visibles ; les autres ont été progressivement remblayées au cours du XIXe s. : les arches dix-neuf et vingt ont été enterrées en 1801, l’arche dix-huit entre 1825 et 1837, les arches douze à dix-sept en 1837 et 1842, et enfin les arches neuf à onze en 1860, tout en étant conservées en élévation jusqu’au tablier (dépliant hors-texte). La construction du pont actuel a entraîné la démolition des piles des huit arches anciennes utilisées jusqu’en 1953. Quelques observations archéologiques ont été alors effectuées par A. Audin en 1954 (Audin 1954). Les bases des douze piles orientales resteront enfouies jusqu’aux travaux du métro en 1984.

5- Démolition du pont de la Guillotière durant le chantier de 1953

5- Démolition du pont de la Guillotière durant le chantier de 1953

7La section de la ligne D, située entre la place Gabriel Péri et la place Jutard, a été excavée à ciel ouvert sur une profondeur de quinze à vingt mètres. A partir de la place Jutard, deux tunnels parallèles ont été creusés vers, puis sous le Rhône, en direction de la place Antonin Poncet : le tracé de cette ligne suit donc presque exactement l’axe de l’ancien pont de la Guillotière. Les terrassements ont permis de mettre au jour les piles dix-neuf à onze du pont de la fin du XVIe s., les fondations des différents ponts qui se sont succédé depuis le XVIe s., ainsi que des éléments plus anciens des structures du XIIe s. Quant au tunnelier, il a rencontré les fondations de la pile dix et la ceinture de la crèche de la pile neuf (fig. 6).

6- Représentation schématique du système de forage du tunnel sous le pont de la Guillotière

6- Représentation schématique du système de forage du tunnel sous le pont de la Guillotière

Pour une histoire des ponts de la Guillotière

8Avant cette fouille on connaissait bien sûr l’existence des anciens ponts du Rhône et l’on pouvait supposer leur emplacement. Mais les études préexistantes s’attachaient avant tout à la construction même, aux travaux réalisés d’un point de vue technique et financier. Le présent ouvrage offre un éclairage délibérément plus large en ce qu’il dépasse la simple analyse architecturale et réunit les éléments d’une enquête pluridisciplinaire.

9Ainsi, les auteurs ont cherché à restituer le monument dans le cadre où il était installé, avec les contraintes qui guidèrent (alors) le choix des constructeurs. C’est pourquoi l’œil du géographe était indispensable à la compréhension des aléas de l’histoire d’un pont établi sur un fleuve aussi turbulent et impétueux que le Rhône. Jusqu’à une date récente, celui-ci a imposé à son lit majeur un paysage très original, mi-terrestre et mi-aquatique, peuplé d’une faune et d’une flore variée, lieu de nombreuses activités humaines.

10La contribution du dendrochronologue nécessite que soient constamment confrontés les résultats des datations qu’il propose et les investigations de terrain menées par les archéologues. Sans cette confrontation, toute analyse serait inutile car elle n’apporterait aucune information sur l’évolution de l’ouvrage. De ce point de vue, la méthode de terrain qui a été utilisée peut être présentée comme le minimum indispensable à toute recherche méthodique sur la structure et l’histoire d’un pont.

11Sans l’étude d’archives, l’analyse serait restée partielle ; elle a contribué à mettre en évidence les quatre grandes phases de l’évolution du pont. Tous les renseignements qui pouvaient être extraits de ces textes l’ont été, sans parti pris, sans éluder les questions économiques, politiques, techniques. Les textes d’archives réunis et commentés ici donnent à cet ouvrage une portée historique indéniable.

12Ce travail connaît une réelle dimension esthétique grâce à l’intervention d’un architecte : l’archéologie ne peut, en effet, plus se passer des restitutions graphiques qui traduisent en trois dimensions ce que l’archéologue observe en plan et en coupe, détruit, arasé, bouleversé. Une fois reconstitué le cheminement interprétatif, il faut faire comprendre à quoi ressemblait le pont au moment de son utilisation. Nous connaissons les infrastructures, mais que portaient-elles ? Quel crédit accorder aux documents iconographiques souvent hâtivement qualifiés de fantaisistes, faux, conventionnels ? Difficile de le comprendre sans intégrer la lecture architecturale, la dimension perspective, l’esthétique du siècle. La restitution impose des contraintes sévères : se fonder sur des données archéologiques mais aussi les interpréter dans une perspective monumentale, comprendre comment cela fonctionne, calculer et équilibrer les masses, et enfin restituer cette vision par le dessin.

13La collecte des informations, dans le cadre de ces différentes disciplines, est présentée, par commodité, en chapitres séparés. Cependant, tout au long de l’étude, les informations ont été recroisées et le raisonnement a progressé grâce au dialogue permanent établi entre spécialistes. C’est la raison pour laquelle les passages consacrés aux recherches de terrain proprement dites font sans cesse référence aux données de la dendrochronologie ; de même les chapitres historiques se nourrissent-ils des évidences archéologiques et des restitutions architecturales. Enfin, au stade ultime, il devient possible de proposer une histoire des ponts du Rhône qui s’appuie sur la convergence de toutes les données recueillies.

14C’est cette démarche interdisciplinaire qui est présentée. Travail certes restreint, limité dans l’espace et le temps, lacunaire, il prétend seulement apporter une réponse adaptée aux problèmes que pose l’archéologie des ponts. Souhaitons qu’après les fouilles du pont de la Guillotière et leur publication, l’histoire de ce type de monuments soit abordée d’une manière nouvelle.

Table des illustrations

Titre 2- Tracé de la ligne D du métropolitain de Lyon : plan et coupe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 3- Lyon naturellement vers les pays alpins et l’Italie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1635/img-2.png
Fichier image/png, 323k
Titre 4- Vue perspective de la paroisse de la Guillotière avec la ville de Lyon au fond, prise à l’aplomb du domaine du Vinatier et montrant la convergence sur Lyon des routes dauphinoises
Crédits Verdier M 1697. Aquarelle (1,410 x 0,905 m). A.M.L. 1S 76.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre 5- Démolition du pont de la Guillotière durant le chantier de 1953
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 6- Représentation schématique du système de forage du tunnel sous le pont de la Guillotière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 887k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access