Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1. Vue aérienne du chantier archéologique durant les travaux

1. Vue aérienne du chantier archéologique durant les travaux

Photo RUTTER. Semaly

  • 1 Les résultats de ces observations ont été consignés en 1983, par F. Villedieu, dans un rapport dact (...)

1La convention signée en 1983 entre le Ministère de la Culture et la SEMALY, à l’occasion de la création de la ligne D du métropolitain de Lyon, prévoyait des fouilles exhaustives dans les secteurs à risques comme le archéologiques quartier Saint-Jean, la place Bellecour et le vallon de Gorge-de-Loup ; sur le reste du tracé, seule une surveillance des travaux avait été envisagée. Ainsi, pour le secteur de la Guillotière, la surveillance de la destruction de plusieurs massifs de l’ancien pont du Rhône visait, à l’origine, la simple récupération de blocs antiques inscrits, éventuellement remployés dans les maçonneries. Certains avaient été en effet repérés en 1953 lors de travaux de démolition préalables à la construction du pont actuel. Les observations faites en août 1983 sur les massifs de deux piles ne révélèrent aucun bloc antique1.

2En 1984, la poursuite des travaux à ciel ouvert entre la place Gabriel Péri et la place Jutard (fig. 1) ne pouvait s’envisager sans une intervention archéologique qui, réalisée en marge de la convention, se déroula dans les conditions propres aux fouilles de sauvetage urgent. Les recherches archéologiques, placées sous la responsabilité de J. Burnouf, ont eu lieu du mois d’avril au mois de juin 1984, pour le secteur de la place Gabriel Péri, et du mois d’août au mois de novembre 1984, pour la partie du cours Gambetta comprise entre les deux places. Les travaux et observations dans le tunnel ont eu lieu à partir du début du mois d’août 1984. Ce sont au total 3 500m2 sur 15 m d’épaisseur de sédiments qui ont ainsi été explorés.

3Cette intervention archéologique était soumise aux contraintes suivantes : elle ne devait pas entraver la marche du chantier ; sa progression devait évoluer conjointement à l’activité des engins de terrassements. Faute d’étude historique et technique préalable qui aurait permis aux archéologues de définir une problématique pour mieux comprendre, donc mieux fouiller, un type de gisement auquel ils n’avaient jamais été confrontés, la méthode d’intervention a été mise en place au fur et à mesure des travaux, entraînant ainsi la perte irrémédiable d’informations. La nécessité de s’insérer dans le planning des terrassements a conduit à des choix techniques parfois peu satisfaisants scientifiquement. Ceci explique le caractère parfois inégal des informations recueillies.

4Ces contraintes ont conditionné non seulement la portée des observations archéologiques mais aussi celle des analyses dendrochronologiques : dans ces conditions, il est tout à fait remarquable que cette intervention ait permis de produire une nouvelle courbe de référence couvrant la période de 945 à 1721 en utilisant seulement 3 % des bois de construction mis au jour, ce qui donne une idée de ce qu’auraient pu être les résultats d’une étude exhaustive de l’ensemble du pont du Rhône !

5Il nous paraît essentiel d’insister sur ce point : nous présentons des résultats archéologiques nécessairement partiels mais auxquels l’analyse dendrochronologique donne un relief particulier. Devant l’ampleur des problèmes soulevés par la confrontation des données archéologiques et dendrochronologiques, et face à l’indigence, voire aux contradictions de l’historiographie traditionnelle du pont, nous avons davantage souhaité poser les questions de manière nouvelle qu’apporter des réponses définitives. De fait, la collaboration d’un archiviste s’est imposée, dans le but précis de répondre aux questions majeures issues des observations archéologiques et dendrochronologiques : il s’agissait, en fonction des découvertes, de mettre en évidence les éléments nouveaux, d’en mesurer la portée en les replaçant dans leur contexte immédiat ou de poser en termes différents les problèmes techniques qui s’y rapportaient. La sélection des textes étudiés est donc étroitement liée aux dates des grandes phases d’abattage fournies par la datation des pièces de bois ; elle tient également compte du fait que l’observation archéologique n’a porté que sur la partie orientale du pont qui avait été protégée jusqu’en 1984. Il en résulte, pour l’histoire du pont, une chronologie qui présente des lacunes importantes, telles celle de la phase de réfection du XVIIe s. pour laquelle nous n’avions pas de témoins archéologiques dans la partie orientale. Aussi avons-nous, pour la clarté de l’exposé, sensiblement franchi les limites initiales de l’étude ; il était, par exemple, indispensable, dans certain cas, de considérer le pont dans son ensemble ou encore d’élargir de plusieurs années la fourchette chronologique déterminée par la dendrochronologie.

6Aucune ambiguïté ne doit exister sur le rôle de cette recherche d’archives : en aucun cas il ne pouvait être question de développer ici une histoire complète du pont en se lançant dans une étude exhaustive de l’énorme masse documentaire le concernant. L’enquête est toujours restée liée aux données archéologiques ; les résultats offrent de nouvelles informations qui seront à prendre en considération dans les synthèses à venir. Quant à l’histoire même du pont, qui ne peut s’envisager sans une analyse complète de l’environnement politique, économique, culturel et hydrologique de l’édifice, il eût été hors de propos de la prendre en charge ici, et elle reste encore à faire.

7Toutefois, en accédant, grâce à la fouille, à une documention inédite et déjà enfouie, celle bien réelle et matérielle constituée par les vestiges mêmes des ponts de la Guillotière, les auteurs ont été amenés parfois à bousculer les théories historiques traditionnellement admises. Ainsi va la démarche scientifique : les thèses et hypothèses livrées ici seront probablement, à leur tour, remises en cause par de nouvelles observations...

Notes

1 Les résultats de ces observations ont été consignés en 1983, par F. Villedieu, dans un rapport dactylographié conservé à la Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes.

Table des illustrations

Titre 1. Vue aérienne du chantier archéologique durant les travaux
Crédits Photo RUTTER. Semaly
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access