Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Annexe

Annexe 6. (Support informatisé disponible sur demande)

Texte intégral

1. Ouverture de la rue de l’archevêché
17 Mai 1664

1A.D.R. 1 G 268.
Texte complet. Original en français.
Orthographe originale conservée ; ponctuation et accentuation modernisées.
Copie d’un acte capitulaire (livre 105. 10 G 177, f° 125) par les services de l’archevêché. Il existe plusieurs autres exemplaires de ce texte, à quelques mots près (10 G 177, f° 125 et f° 129-130 ; 10 G 595 ; 10 G 349) : celui-ci a l’avantage d’exposer à la fois la décision des chanoines et la réponse de l’archevêque.

2Depuis 1636, le pont de l’Archevêché établit une liaison permanente entre les deux rives de la Saône, dans le voisinage de l’espace fouillé : dans son prolongement s’installe, à travers la cour de Lyon, malgré la présence des deux portails qui en matérialisent la clôture théorique, un axe de circulation qui supplante l’itinéraire habituel de la rue Saint-Romain vers la place Saint-Jean. A partir de 1660 environ, l’archevêque prend acte de cette pratique et se résigne à accepter les modifications qui s’imposent : ouverture d’une rue dans l’axe du pont, clôture de la cour dont la superficie se trouve très réduite et déplacement de ses prisons. En même temps, il entreprend pour son propre compte de prolonger la galerie orientale du palais épiscopal qui, rejoignant la maison de la Trésorerie, enjambe la nouvelle rue par une voûte. Il doit pour cela solliciter l’accord du chapitre, maître des alignements et de la voirie dans le cloître : c’est l’objet de ce texte.

3Intérêt du texte

  • la rue a été retrouvée en fouille : nous avons ici la date de sa création, son tracé et sommairement les motivations qui ont présidé à sa création ;

  • en corollaire apparaît la transformation de la cour de l’archevêque, avec son nouveau système de clôture.

  • la position relative des « anciennes » et des « nouvelles » prisons de l’archevêché apparaît clairement dans ce texte : les premières (dont l’emplacement n’est pas évident dans la documentation antérieure) sont accolées à la future maison Maclas et gênent l’installation de la nouvelle clôture (copie 10 G 595 de ce texte), ce qui, entre autres raisons, a justifié leur déplacement ; les nouvelles prisons se situent « près du portail ouest, en face de l’auditoire du Comté » : elles ont été retrouvées en fouille (p. XVI) et sont décrites dans le texte 2.

Chapitre de l’Eglise de Lyon a été tenu le mardy dix septième may mil six cent soixante quatre, convoqué au son de la cloche à l’heure et manière accoutumée pour les affaires d’icelle, où estoient Messeigneurs les doyen, chantre, chamarier, maître du choeur et de Foudras, chanoines de l’Eglise, comtes de Lyon, capitulans.

Ledit sieur doyen a représenté à la compagnie qu’au dernier chapitre, il leur dit la proposition que luy avoit fait Monseigneur l’archevêque, l’étant allé voir à Vimy les/estes de Noël dernières à son départ pour la Cour, sur le dessein qu’il a de bâtir pour relever et agrandir la gallerie du palais de l’archevêché du côté du pont de bois, tirant de bize à vent, le long de la rivière de Saône depuis ledit palais jusques à la maison de la Trésorerie, pour faire sa bibliotèque ; et comme ladite galerie n’est pas asses large pour cela, il désiroit que le Chapitre luy permît de prendre une partie de la place joignant ledit pont et une partie du bord de la rivière dépendant de la justice du cloître et directe du Chapitre, afin que l’oeuvre fut régulière, et que ladite galerie ayt vingt-sept pieds de largeur dans oeuvre ; luy auroit aussy [f°l, v°] ledit seigneur dit ne pouvoir plus soufrir que la cour dudit archevêché soit commune à tout le monde, ny au passage des carrosses, charrettes et voituriers comme si c’estoit une rue publique au lieu d’aller passer vers Roanne, ou devant l’église de Saint Romain, et, pour ce, qu’il était en résolution de faire fermer la porte de ladite cour, comme on souloit faire cy-devant ; en tout cas, s’il se résolvoit de les laisser en l’état, en considération de la commodité publique, et faciliter les advenues dudit pont, il laisseroit comme en rue un espace de ladite cour convenable ; et pour se clorre et n’être pas à l’abandon comme il estoit, il feroit faire une muraille à droite ligne depuis le portail du côté dudit pont où sont les armes de l’archevêque de Talaru et celles du Chapitre jusques à l’autre portail du coté de la place Saint Jean, en laquelle muraille il feroit poser un portail pour les entrées et issues de l’église et dudit archevêché, sur lequel il feroit poser et remettre les armoiries susdites pour ne. rien changer des marques anciennes de l’Eglise ; et, de plus, vouloit ledit seigneur changer les prisons du lieu où elles sont présentement, les razer, et mettre en place pour se redimer des bruits et incommodités qu’il en recoit [f° 2, r°] et les remuer au bâtiment qui est vers l’autre portail, du côté de l’auditoire du cloître, où loge le batonnier. Et comme, audit chapitre, Messieurs ne prirent aucune résolution sur lesdites propositions, et ledit seigneur luy ayant, depuis, écrit qu’il étoit toujours dans le même dessein et prié de luy faire sçavoir leur volonté, étant pressé de bâtir, faisant même commencer à démolir ladite galerie, il prioit lesdits sieurs de délibérer quelle réponse il fera audit seigneur pour la luy écrire par le premier ordinaire.

Lesdites propositions mises en délibération, ont tous lesdits sieurs unanimement permis et accordé audit seigneur archevêque de prendre tant dans le bord de ladite rive que dans la place au devant lesdits 27 pieds de largeur de matin à soir, pour y creuser, fonder et bâtir les arcades, voûtes et galeries susdites depuis l’enchant du palais de l’archevêché, tirant de bize à vent jusques à la maison de la Trésorerie, de quelle hauteur que bon luy semblera ; auquel seigneur ils permettent aussy de clorre la cour dudit archevêché en laissant comme en rue une partie d’icelle de largeur suffisante pour la décharge et passage dudit pont, et pour ladite clôture faire une muraille depuis ledit portail du côté de matin jusques à celuy du côté de soir, en laquelle muraille il fera poser un portail qui femera jour et nuit, sur lequel il remettra les mêmes armoiries que dessus, et à la charge et condition que le Chapitre aura à perpétuité une clef des serrures dudit portail pour le faire ouvrir et fermer jour et nuit, afin d’entrer et sortir du côté de l’église et de celuy dudit pont toutes fois et quand bon semblera auxdits sieurs ; laquelle clef lesdits sieurs remettront au tirecorde pour qu’en même temps qu’il viendra ouvrir et fermer la porte de l’église, il vienne ouvrir et fermer par dedans ou par dehors celle de ladite cour, soit à Messieurs de cette compagnie, custodes, chevaliers, perpétuels que autres desserviteurs venant aux mâtines et autres ofices de l’église, à la charge aussy qu’au moyen de ladite clôture ledit seigneur archevêque ny ses successeurs ne pourront prétendre aucun droit en la propriété de ladite cour, desnier, refuser ny empêcher auxdits sieurs auxquels elle appartient le passage et usage d’icelle en toutes occasions pour les entrées, issues, attrait et voiture des matériaux que lesdits sieurs voudront faire amener, serrer et sortir de leur fusterie [f° 3, r°] par la porte d’icelle qui sort en ladite cour et aussy pour l’exercice de leur justice du cloître le cas échéant, déclarons lesdits sieurs n’empêcher ains consentir que ledit seigneur archevêque change comme bon luy semblera les prisons qui sont en ladite cour ayant veüe sur ledit pont, joignant la maison du sieur comte de La Liegue qui fut de la prébende Saint Mammert audit archevêché, et les remue audessus, du côté du portail de soir, à la charge aussy que les oficiers du chapitre continueront d’y exercer la justice ainsy qu’ils ont fait de tous temps comme étant tous lesdits lieux dans la totalle juridiction haute, moyenne et basse dudit cloître. Dont et de tout ce que dessus ledit seigneur archevêque passera acte en bonne forme, contenant acceptation au profit dudit chapitre. Fait audit chapitre, iceluy tenant en présence de noble Pierre de Tilly, prevost et receveur du comté, et Antoine Guillomon, commis grefier dudit Comté, témoins soussignés à la cede avec Monsieur le doyen, à la manière accoutumée. Signé Gazanchon, secrétaire.

S’ensuit la déclaration dudit seigneur archevêque.

Pardevant le notaire royal apostolique [f° 3, v°] demeurant à Lyon soussigné, et présens les témoins après-nommés fut présent Illustrissime et Révérendissime Camille de Neufville Archevêque et Comte de Lyon, primat de France, commandeur des ordres du Roy et son lieutenant général au gouvernement de la ville de Lyon, pays de Lionnois, Forests et Beaujolois, lequel, ayant désiré pour plus de bienséance et décoration de son palais archiépiscopal d’en faire rebatir la galerie qui étoit étroite, de peu de longueur et en danger de cheiite à cause de sa vieillesse, de faire clorre la cour dudit archevêché qui étoit exposée à toutes sortes de passages comme une rue publique en laissant un espace en rue pour le passage et décharge du pont de bois prochain, et de rebastir et transporter les prisons dudit archevêché attendu l’incommodité qu’elles y causoient par leur proximité, et la nécessité de les démolir pour faire ladite cloture, et, pour le sujet desdites constructions et adjancements, ayant conféré avec Monsieur le doyen pour avoir de Messieurs de son Chapitre les allignements nécessaires pour lesdites constructions, et leur consentement pour la [f° 4, r°] cloture de ladite cour de l’Archevêché commune, reconnoist par les présentes que Messieurs dudit Chapitre en conséquence des propositions par luy faites audit Sieur doyen, luy ont donné les allignements pour le bâtiment de ladite galerie et agrandissement d’icelle depuis le palais archiépiscopal jusques à la maison de la Trésorerie de l’Eglise de Lyon en longueur, et en largeur de 27 pieds de matin à soir, y compris l’espace qu’occupoit ladite ancienne galerie, comme apartenant auxdits sieurs du chapitre de donner lesdits allignements, la place de ladite galerie étant dans leur justice. Reconnoist de plus que lesdits sieurs ont consenty qu’il fit clorre ladite cour commune dudit Archevêché sous une condition commune entre eux, sçavoir que le tire-corde de ladite Eglise de Lion qui en garde les clefs en auroit aussy une de la porte de ladite cour commune pour l’ouvrir en même temps que celles de l’église, laquelle condition il accepte de nouveau et veut être exécutée, comme aussy consent que lesdits sieurs du Chapitre se servent des prisons nouvellement construites de la même manière qu’ils ont fait des précédentes, n’entendant [f° 4, v°] au surplus ledit seigneur Archevêque, au moyen desdites constructions de galerie, cloture et cour, et remuement de prisons, aquerir aucuns nouveaux droits, ny desroger ou préjudicier à ceux du Chapitre, promettant...obligeant... renonceant...etc. Fait et passé à Vimy, au château d’Ombreval, le samedy dix septième jour du mois de may mil six cent soixante quatre, après midy, en présence de Monsieur Jean Baptiste Portier, prieur de Bellegarde et aumônier dudit seigneur Archevêque, Jaques de Forestier, écuyer de la grande Ecurie du Roy, demeurant audit Lyon, et Maître Jean Poyraud, secrétaire dudit seigneur, soussignés avec ledit seigneur à la minutie signée Plassier, notaire.

Extrait pris et collationné sur son expédition originnalle étant au livre 104 des actes capitulaires de l’Eglise de Lyon, fol. 125 et suivants, par nous secrétaire soussigné de ladite Eglise.

2. Les « nouvelles prisons » de l’archevêché
Octobre 1665

4A.D.R. 10 G 178, f° 164-168.
Actes Capitulaires, livre 105. Extrait d’un procès-verbal de visite.

5Original en français.
Orthographe, accentuation et ponctuation modernisées.

6En 1664, lors de l’ouverture de la rue de l’Archevêché (texte 1), les prisons archiépiscopales sont déplacées vers l’ouest. L’année suivante, un représentant du roi, effectuant une enquête sur les prisons du royaume, visite successivement celles du chapitre, adossées à la Manécanterie, et celles de l’archevêque ; il en dresse un procès-verbal qui établit sans ambiguïté le rôle et l’emplacement respectif de chacune.

7Ce court document est la seule description d’ensemble que nous ayions des bâtiments retrouvés au nord de Saint-Romain. Leur composition, leur rapport étroit avec l’église, sont clairement soulignés. En revanche, la chapelle, plusieurs fois mentionnée dans des constats d’évasion du XVIIIe siècle (10 G 3818), dans une description de 1733 (1G 269), et dont la position a pu être déterminée grâce à un texte de 1780 (10 G 3815. texte 6), ne semble pas encore construite en 1665 (pl. XVI).

« ...A côté dudit auditoire (de la justice du Cloître) sont les prisons dudit cloître composées d’une grande cour close de murailles élevées, d’une grande chambre en haut, outre celle du concierge ou bâtonnier, et deux cachots au rez-de chaussée, le tout en bon état ; lesquelles prisons... ne servent que pour la justice du glaive exercée par le Doyen comme juge ou Official du Chapitre, avec un promoteur et greffier pour les causes civiles et criminelles poursuivies contre les prêtres et desserviteurs de l’Eglise ; et dans lesquelles prisons n’a été trouvé aucun prisonnier, ceux de la dite justice temporelle du cloître et dépendances ayant toujours été mis dans les prisons appelées de l’Archevêché comme étant rière la juridiction du cloître.

Lesquelles prisons appelées de l’Archevêché étant vis-à-vis le susdit auditoire nous avons aussi visité ; avons trouvé qu’elles consistent en une grande cour close de hautes murailles ayant une fenêtre treillissée de gros barreaux de fer en grille ayant vue sur le grand autel de Sant Romain, par laquelle ouverture les prisonniers entendent la messe ; les bâtiments des dites prisons, tout neufs, sont composés de 13 chambres tant pour le concierge que pour les prisonniers, les fenêtres d’icelles treillissées à barreaux de fer bien et dûment ; en bas, 7 cachots à plain pied du rez-de-chaussée, le tout en bon et dû état.(...)

Fait ce 24 Octobre 1665, signé « de SEVE », et plus bas « TERRASSON », commis greffier susdit.

3. Réaménagement de la cour de l’archevêché transfert des écuries de l’archevêque dans l’église Saint-Romain désaffectée
1747

8A.D.R. 1 G 268.
Texte complet. Original en français.
Orthographe ancienne conservée ; ponctuation et accentuation modernisées.
Présentation originale du texte en deux colonnes juxtaposant les réflexions du chapitre et les objections émises par le représentant de l’archevêque.

9Le milieu du XVIIIe siècle correspond à un remodelage de tout le secteur de la cour de l’archevêché et de son environnement immédiat.

10La reconstruction des bâtiments administratifs du chapitre (nouvelle Manécanterie) et la transformation du palais épiscopal, entreprise par le cardinal de Tencin sur les plans de J.-G. Soufflot, imposent l’idée d’un programme architectural pour l’espace central qu’est la cour. Les grandes lignes en sont exposées dans ce texte : une harmonisation de la cour par l’agencement symétrique des côtés est et ouest et l’embellissement de la clôture (voir projet de J.-G. Soufflot, fig. 87) se superposent à un rétrécissement de l’espace (travaux de l’archevêque) et à une modification dans l’affectation des bâtiments qui l’entourent.

11Ce texte, qui n’est qu’un projet (partiellement exécuté), met en lumière les handicaps rencontrés pour la réalisation de tels aménagements dans le secteur : la rivalité et la méfiance opposant l’archevêque et le chapitre alourdissent les négociations, que complique le jeu des intérêts placés par les deux parties dans cette cour dont ils se partagent l’usage. La question de l’échange des écuries, théoriquement réglée dans ce document, en est un exemple : elle ne sera effectivement résolue qu’en 1760.

12L’église Saint-Romain est désaffectée depuis 1743. On assiste ici aux efforts du chapitre pour trouver une fonction à ce bâtiment devenu laïc.

[f° 1, r°]

Mémoire

Sur les cessions faites à Son Eminence par Messieurs les Comtes pour le terrein que doivent occupper les nouvelles constructions, et par les perpétuels pour les archives qu’on doit démolir pour servir aux garde-robes.

Au chapitre du 6 novembre 1747, Messieurs les députés ayant fait leur rapport de la quantité de terrein que demandoit Son Eminence pour les constructions projettées suivant le plan présenté par Monsieur Soufflot, Messieurs les comtes délibérèrent

1° d’accorder à Son Eminence tout le terrein qu’elle avoit demandé et qu’exigeoit le plan présenté par l’architecte.

2° de consentir à la construction d’un escalier pour communiquer du nouvel appartement de Son Eminence à la porte collatérale de leur église afin d’y entrer à couvert.

3° d’agréer l’échange des écuries de l’Archevêché contre l’église de Saint Romain.

4° de permettre la construction d’une grande porte d’entrée dans la cour du palais de l’Archevêché du côté de la rue en prenant tout le terrein nécessaire et de bâtir depuis cette porte jusqu’au mur du palais en tirant vers l’ancienne chapelle le nombre des remises que Son Eminence jugeroit à propos et sur la cour. [f°l,v°]

5° de prier Son Eminence de vouloir agréer que l’échange des écuries eut lieu dès à présent, et que Messieurs les Comtes puissent y former des remises ou des chantiers qu’ils loueroient ainsy qu’ils aviseraient en ouvrant une grande porte de communication du côté de la rue et vis à vis la rüe de l’Archidiaconé, Son Eminence demeurant libre dès lors de faire ajuster l’église de Saint Romain pour y faire ses écuries et fenières, et des chambres pour les cochers et palfreniers.

On observe sur l’article 5e que Messieur les Comtes désirent de s’assurer des écuries de l’Archeveché de crainte que si l’échange n’étoit pas exécuté et le local n’était pas dénaturé par un transport et par une jouissance actuelle, un nouvel Archevêque ne voulut point dans la suitte aller prendre ses écuries vers Saint Romain parce qu’il trouveroit que celles qui sont dans sa cour seroient plus commodes, ce qui arrêteroit l’execution du projet pour les bâtiments de leur manécanterie ;ils ajoutent que cet objet doit être indifférent à Son Eminence qu’elle y trouve même une facilité de faire ranger ses nouvelles écuries sans être incommodée et sans s’apercevoir de celles qu’on luy ôte.

de permettre que, dans la construction projettée de leur Manécanterie, ils forment des remises depuis la grande porte de l’Archevêché jusqu’aux nouveaux murs de face de leur Manécanterie dans la cour, et qui répèteront celles que Son Eminence aura fait faire de l’autre coté en tirant vers l’ancienne chapelle, avec la différence qu’on entrera dans leurs remises par la rue, et que la porte de celles pour le service de Son Eminence sera dans la cour du palais.

Comme les remises sont fort rares dans le quartier du cloître, Messieurs les comtes se réservent la faculté d’en faire pour leur usage et parallelles à celles que Son Eminence fera construire, ils disent qu’il en restera suffisament de l’autre côté pour l’usage de Son Eminence et des archevêques ; que, consentant que Son Eminence fasse construire son Officialité dans le nouveau bâtiment de leur Manécanterie, le terrein qu’ils veulent occuper pour ces remises seroit inutile aux archevêques, et qu’ils se flattent que Monsieur le Cardinal ne desaprouvera pas sur cela leur demande.

6° Les perpétuels consentent de céder la totalité de leurs archives et de dispenser Son Eminence de leur en bâtir de/nouvelles, la priant néanmoins de vouloir, pour la valeur du sol qui seroit cédé et ce qu’il en coûterait à Son Eminence pour leur en accommoder de nouvelles dans le rez de chaussée, dont l’estimation seroit faite par Monsieur Soufflot auquel ils s’en rapportaient, leur donner une somme d’argent pour fonder un annuel ou pour faire une acquisition au profit des perpétuels, qui se chargeraient pour lors de se faire des archives où ils jugeroient à propos, et donneraient à Son Eminence une valable décharge ou un utile employ de l’argent qu’elle fourniroit à cet effet.

On a supputé que le sol cédé par les perpétuels et ce qu’il en coûterait pour rebâtir leurs archives, même dans le rez-de-chaussée avec des voûtes et des boisage, pouvoit valoir de 2 768 livres, sçavoir 256 piedsquarrés de terrein/à 3 livres le pied 768 livres pour les reconstructions desdittes archives 2 000 livres = 2 768 livres

A quoy on peut ajouter la difficulté de donner des jours convenables à leurs archives, pour lesquels il faudroit laisser une cour de dix pieds au moins, ce qui gêneroit les garderobes.

Je ne croirois pas qu’il fût avantageux à Son Eminence de fonder un annuel, parce qu’outre la valeur qui leur seroit payée, il en coûteroit à Monsieur le Cardinal pour la passation de l’acte, pour l’insinuation, le contrôle, le centième denier et le droit d’amortissement une somme considérable ; au lieu que l’argent donné pour leur procurer une maison seroit utilement colloqué en insérant dans l’acte que ce fond provient de Son Eminence pour la cession faite du terrein des archives des perpétuels.

4. Visite du palais archiépiscopal : projet d’aménagement de Saint-Romain en auditoire
1761

13A.D.R. BP 2561.
Extrait du texte. Original en français.
Orthographe, ponctuation et accentuation modernisées.

14A la mort du cardinal de Tencin, un litige éclate entre ses héritiers et son successeur à l’épiscopat, ce qui suscite la visite détaillée par un expert. Toussaint Loyer, architecte, des bâtiments administrés de son vivant par le défunt archevêque : les châteaux de Ternand et d’Irigny, le palais épiscopal et toutes ses dépendances.

15Le texte fait apparaître les transformations effectuées dans la cour de l’archevêché entre 1733 (1 G 269), 1747 (voir texte précédent) et 1761 :

  • un bâtiment a été construit au fond de la cour, conformément au projet de 1747, occasionnant le transfert de l’auditoire situé précédemment à cet endroit.

  • les écuries de l’archevêché situées sur le côté ouest de la cour ont été remises l’année précédente au chapitre, ainsi que le préconisait l’accord de 1747. Toussaint Loyer conteste toutefois le bien-fondé de leur transfert à Saint-Romain, qu’il juge plus propice à l’installation de l’auditoire de justice.

16Dans le cadre de cet aménagement, le texte donne une description précise de l’église Saint-Romain, la structure interne du bâtiment devant servir de support aux futures salles d’audience, salle du conseil et vestiaire. Les cotes indiquées ont permis une restitution très complète du plan du monument (le « pied » vaut 0,32 m ou 0,34 m, selon qu’il est « de Roi » ou « de ville"). Cet aménagement a toutefois été très éphémère : vingt ans plus tard, le texte 6 fait acte de la destruction de cette officialité, installée dans la nouvelle Manécanterie.

17Après la visite de Saint-Romain, Toussaint Loyer retourne dans l’enceinte du palais épiscopal pour y examiner l’emplacement qu’il envisage pour les écuries, ainsi que les appartements : cette partie du texte, qui ne concerne pas directement le sujet de cette étude, a été éliminée de la transcription.

Expertise de Toussaint LOYER ; architecte demeurant à Lyon, expert nommé par illustrissime et révérendissime seigneur, Monseigneur Antoine de MALVIN de MONTAZET archevêque comte de Lyon, primat de France d’une part.

[f°4 v°] (...) Nous nous sommes rendus en la ville de Lyon et étant toujours assistés comme ci-dessus, nous avons commencé la visite dudit palais archiépiscopal par le nouveau bâtiment que le Seigneur Cardinal de Tencin a fait construire à ses frais sur la cour principale de l’Archevêché au lieu de celui où s’exerçaient les juridictions dudit Siège.

Ce corps de bâtiment est composé d’un rez-de-chaussée sous lequel sont des caves voûtées. Ledit rez-de-chaussée contient, à l’entrée, le logement du suisse, une chambre pour le conseil archiépiscopal et plusieurs pièces pour les bureaux du secrétariat. Le premier étage est composé de quatre pièces avec plusieurs décharges et aisances qui forment un appartement très commode. Au-dessus sont des jacobines, le tout couvert à la mansarde. [f° 5 r°] Nous avons remarqué qu’il faut retenir à tranchée ouverte les couverts, réparer les plafonds ainsi que les carrelages des pièces non parquetées, remplacer les carreaux de verre qui manquent et nettoyer généralement les vitres. Ce bâtiment nous a paru utile et commode pour l’archevêché, et il convient de le laisser subsister.

Nous avons ensuite visité la chambre où ledit Seigneur Cardinal de Tencin faisait exercer les juridictions dudit Archevêché, depuis qu’il avait bâti sur l’emplacement où elles s’exerçaient avant lui. Cette chambre est au fond de la grande salle d’entrée, elle y a sa principale porte ; il y a une autre petite porte qui communique à une pièce y attenant et dont le sol est plus bas ; elle en est séparée par un gros mur ; elle est voûtée ; elle a vingt pieds en longueur sur quatorze en largeur, ce qui est insuffisant de beaucoup pour y exercer les juridictions de ce Siège : il faut un espace qui soit au moins deux ou trois fois plus considérable, et tel qu’était à peu près le bâtiment détruit. Nous avons examiné cette chambre, et après avoir réfléchi sur l’usage qu’on pourrait en faire, nous avons estimé qu’on devrait la destiner à servir d’archives audit archevêché, n’y ayant point d’autre lieu convenable, de l’aveu même des agents desdites parties, pour déposer les titres et papiers dudit Siège.

Les réparations necessaires pour cette destination consisteront à faire une double porte à la principale entrée, qui sera garnie de ses fiches, d’une forte serrure, et autres ferrures nécessaires, dont un des battants sera arretté ; on posera une porte en fer avec ses ferrures et serrures à la petite porte qui communique à la pièce qui est joignante ; on garnira le pourtour interieur de ladite chambre en bas d’armoires et rayons au-dessus, planchers par derrière, avec des cadres de portes par devant qui seront remplis en mailles de fil de fer, le tout verni ; et avec des fiches et serrures, on garnira la croisée, dans l’intérieur de ladite chambre et derrière les volets, de deux grandes [f°5 v°] barres de fer du haut en bas, qui seront roulantes et qui, lorsque les volets seront fermés, entreront dans des anneaux de fer posés à l’appui où elles seront arrêtées par des crochets qui les fixeront. Avec cette précaution, les titres et papiers dudit Archevêché seront en sûreté et dans un lieu sain ; cette destination ainsi que lesdites réparations nous ont paru nécessaires et indispensables.

Nous nous proposions de visiter ensuite le bâtiment des écuries et greniers à foin dudit palais, dont le bâtiment était situé à l’occident de la cour dudit archevêché. Les agents desdites parties nous ont représenté que, le vingt-quatre mai de l’année dernière, par acte reçu Brenot notaire en cette ville, il y eut transaction sous le bon plaisir de la Cour entre ledit seigneur Archevêque et messieurs les Comtes de son Eglise Primatiale, par laquelle, pour éviter toutes contestations, il a été arrêté suivant le projet fait par le seigneur cardinal de Tencin que ceux-ci auraient la pleine propriété du bâtiment desdites écuries, et que lesdits seigneurs archevêques auraient celle du bâtiment où était autrefois la chapelle de Saint-Romain avec les aisances situées derrière les prisons dudit archevêché, ce qui nous a determiné, toujours aux réquisitions desdits agents, d’aller visiter ledit bâtiment de Saint-Romain ; et, après l’avoir bien et dûment examiné, nous avons été d’avis, eu égard à son étendue en longueur et largeur, et à ce que d’un autre côté il est attenant aux prisons dudit archevêché, qu’il serait très convenable pour y faire les salles et appartements nécessaires à l’exercice des juridictions ecclésiastiques et séculières dudit archevêché et dépendances.

Ce bâtiment a environ quatre-vingt pieds de longueur sur dix-huit pieds de largeur, à l’exception de la partie du fond qui, dans la longueur n’a que quatorze pieds de largeur, mais il y a une petite pièce attenante à celle-ci qui est d’environ seize pieds de longueur sur six et demi de [f°6 r°] largeur ; séparées l’une de l’autre par un gros mur, ces deux pièces sont voûtées ; le plafond de tout le reste du bâtiment est à lambris, en cadres et moulures à la hauteur de vingt pieds. La principale porte de ce bâtiment est pratiquée dans le mur en largeur qui fait face au fond dudit bâtiment, et elle donne sur une petite place.

On peut pratiquer dans ce bâtiment :

  1. une grande salle d’audience de cinquante-deux · pieds de longueur qui, à la distance de trente-deux pieds de la porte principale, environ, serait séparée par une balustrade, et formerait une enceinte d’environ vingt-trois pieds en longueur, dans laquelle seraient posés les sièges des juges et des promoteurs, ainsi que les bancs des greffiers, avocats et procureurs.

  2. une salle du conseil de onze pieds & demi environ de longueur à la suite de la salle d’audience, et une tribune au-dessus.

  3. une salle servant de vestiaire et destinée en outre pour les huissiers et gens de livrée, à côté de laquelle serait un vestibule et une issue pour communiquer d’une part aux salles d’audience et du Conseil, et, d’autre part à la rue Saint-Romain.

Le tout peut s’exécuter facilement en faisant les constructions ou réparations comme s’ensuit :

Les deux vantaux de la porte d’entrée seront faits à neuf, garnis de leurs ferrures et serrures.

On fournira et posera dans la largeur de ladite porte un seuil en pierre de taille de six pouces de hauteur au-dessus du pavé de la rue, qui sera relevé et élevé de manière à donner un libre écoulement des eaux.

Pour déterminer la longueur de la salle desdites juridictions, il sera construit dans la largeur du bâtiment un mur en maçonnerie fondée sur le bon terrain à cinquante-deux pieds environ de la porte principale, et il sera élevé à la hauteur d’environ onze pieds.

On construira pareillement un autre mur en maçonnerie dans la largeur et hauteur du grand arc ; on fournira et posera contre ledit mur une cheminée en pierres noires dont le tuyau sera élevé jusqu’au-dessus du toit en briques couchées sur le [f° 6, v°] mortier ; on posera encore dans le même mur, à onze pieds de hauteur du carrelage du rez-de-chaussée, une baie de porte en pierre de taille avec sa fermeture et ses ferrures.

Dans l’étendue de cette partie qui formera la salle du Conseil desdites juridictions, on fera la charpente d’un plancher dont les poutres porteront sur les deux murs ci-dessus, et seront élevées du niveau du rez-de-chaussée d’environ dix pieds et demi ; ce plancher sera garni de soliveaux d’environ quatre pouces en carré avec des planches de sapin assemblées à languette et claies sur lesdits soliveaux, le dessus dudit plancher sera carrelé en carreaux de terre posés avec une couche de plâtre.

On démolira l’arc et la petite voûte adossée au mur de face donnant au midi ; on construira au-dessus dudit plancher un nouvel arc en maçonnerie au-dessus duquel on fournira et posera une croisée d’environ trois pieds de largeur sur trois et demi de hauteur, garnie de son chassis à verre et ferrures qui servira pour éclairer la tribune qui sera pratiquée au-dessus de la chambre du Conseil.

Pour éclairer la salle desdites juridictions, on percera dans le mur donnant au midi, et à environ sept pieds du carrelage, quatre croisées d’environ quatre pieds et demi de largeur et sept de hauteur en pierre de taille, garnies de leur chassis à verre et ferrures.

Dans le même mur, pour éclairer la salle du Conseil, on percera et posera à hauteur d’appui jusqu’aux environs du plancher une croisée en taille garnie de son chassis à verre et ferrures, barrées extérieurement avec montants et traverses en fer.

On pratiquera une communication intérieure de la salle desdites juridictions à la chambre du Conseil et, à cet effet, on percera au-dessous de la première croisée du fond de ladite salle une baie de porte d’environ deux pieds et demi de largeur sur aussi environ sept de hauteur ; et pour former un petit corridor, on [f° 7, r°] construira un mur d’environ douze pouces d’épaisseur qui prendra depuis le jambage de ladite baie de porte et sera terminée à l’angle du mur de face, faisant avant-corps de la rue Saint-Romain. Ce mur ne sera élevé qu’à la hauteur de la nouvelle baie de porte ; on y percera une petite croisée d’environ deux pieds de largeur ; et trois de hauteur, et on couvrira le corridor de dégagement par une dalle en pierre.

On élèvera les linteaux des deux portes qui donnent dans la chambre du Conseil, qui seront garnis de chambranles et de portes en menuiserie.

On pratiquera un petit vestibule du coté de la rue Saint-Romain ; on y ouvrira une baie de porte en taille de trois pieds de largeur, et neuf de hauteur ; sa fermeture aura environ sept pieds, garnie de ses ferrures ; on posera au-dessus un imposte avec un chassis à verre qui sera dormant.

On construira, extérieurement à ladite porte, un perron de trois marches d’environ six pouces de hauteur chacune et onze pouces de giron.

Pour éclairer la pièce voûtée qui est derrière celle de la chambre du Conseil et qui tient auxdits vestibules, on fera une ouverture dans le milieu de la voûte de quatre pieds en carré au-dessus de laquelle on construira un lanternin en charpente porté et assemblé sur la charpente du toit, et ledit lanternin sera garni de quatre croisées d’environ deux pieds de largeur et de deux pieds et demi de hauteur.

On construira dans cette même pièce un escalier en charpente pour monter à la tribune qui règnera sur la chambre du Conseil ; il sera composé de vingt-deux marches et de ses limons et faux limons, et d’un palier de repos à la hauteur de ladite tribune ; ces marches ainsi que le palier seront carrelés en carreaux de terre posés en plâtre, plafonnés par dessous aussi en plâtre ; on revêtira ledit escalier d’une rampe en fer composée de montants et d’une main-courante.

[f° 7, v°] Dans ladite tribune, sur le mur qui sépare la salle desdites juridictions de la chambre du Conseil, on fera dans toute la largeur un appui en cloison de briques et plâtre ou en menuiserie de bois de sapin, avec un grillage en bois au-dessus, qui sera élevé jusqu’à la naissance du lambris du plafond.

La totalité de ce lambris (qui est à cadres et moulures) étant en mauvais état sera retenue et duement réparée ; après quoi on le peindra dans toute son étendue de deux fortes couches de peintures à huile.

On mettra aussi en bon état la charpente du toit dudit bâtiment et le couvert en tuiles.

On fera à neuf tous les enduits des murs tant extérieurement qu’intérieurement.

On fera aussi à neuf les carrelages en terre cuite de la totalité dudit bâtiment.

On pratiquera dans la grande salle d’audience une enceinte d’environ vingt-trois pieds de longueur pour y placer les sièges des juges qui seront élevés à hauteur convenable, ainsi que les sièges de ceux qui exercent le ministère public, ceux des greffiers, huissiers, et, finalement, les bancs pour les avocats et procureurs ; on fournira lesdits sièges, tables, estrades et balustrades ; on fera même un lambris en menuiserie de hauteur convenable dans le pourtour de cette enceinte ; le tout sera mis en couleur ; et le surplus de ladite salle sera destiné pour les parties et autres personnes qui assisteront aux audiences.

Finalement, on construira à la porte principale dudit bâtiment, un tambour en menuiserie garni de ses portes.

5. Construction de la nouvelle manécanterie : projet d’alignement
1767

18A.D.R. 10 G 3814.
Texte complet.
Orthographe, ponctuation et accentuation modernisées.

19Les programmes architecturaux évoqués dans les deux précédents textes annoncent une politique urbanistique dont les exigences s’aiguisent durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le texte suivant, dans lequel la maison Pingon est directement concernée, en est un exemple : il s’agit d’un permis d’alignement correspondant au nouveau tracé prévu pour la rue de l’Archevêché. En effet, le projet de la nouvelle Manécanterie prévoit au sud de la cathédrale un bâtiment régulier, centré sur deux cours intérieures, aux façades sud et ouest remodelées. L’une d’elles doit déborder largement sur la rue de l’Archevêché. Avant l’engagement de la deuxième phase de travaux, une remise à l’alignement de plusieurs bâtiments existants, dont la maison Pingon, s’imposait sous peine d’obstruer le passage.

20Cette entreprise s’inscrit clairement dans le dessein d’ouvrir et d’embellir le quartier, en prolongeant la rue de l’Archevêché jusqu’à la rue Tramassac, au prix d’importantes reprises de façades, tout en veillant à établir une symétrie de part et d’autre de la cathédrale, entre la nouvelle Manécanterie et l’ancienne Custoderie de Sainte-Croix.

21Le comte de Pingon s’étant opposé avec succès au projet d’amputation de la maison dont il était titulaire, le tracé de la rue de l’Archevêché ne sera pas modifié, et seule sera construite la cour ouest de la nouvelle Manécanterie et les bâtiments qui la circonscrivent.

A Monsieur
Monsieur le juge Général
du Comté de Lyon

Vous remontre le procureur fiscal général que, les seigneurs Comtes de Lyon ayant arrêté de faire faire dès à présent la démolition et reconstruction de la partie orientale de la Manécanterie ou séminaire de leur église, et de faire faire après ladite reconstruction la démolition et réédification de la partie occidentale, il est indispensable de rectifier l’alignement qui existe et de le rendre plus régulier, même plus convenable au bien public, en prolongeant la rue de l’Archevêché, en droite ligne et dans toute la nouvelle largeur qu’elle aura, jusqu’à la rue Tramassac par la ruelle du Doyenné dite « des Deux Cousins ». C’est pourquoi ledit procureur fiscal général requiert qu’il soit ordonné que l’architecte qui conduira lesdites démolitions et reconstructions sera tenu de se conformer aux ordonnances et réglements sur le fait de la police et voirie, et de prendre les précautions nécessaires pour soutenir sur ladite rue de l’Archevêché la partie du vieux bâtiment qui ne sera pas sitôt démolie. Il fait en même temps ordonner que l’angle oriental et méridional du nouveau bâtiment sera reculé sur la cour de Lyon de deux pieds, tant pour donner en cet endroit à la rue de l’Archevêché vingt-quatre pieds neuf pouces de largeur que pour se raccorder au palais archiépiscopal et pour rapprocher plus directement à l’embouchure de la rue du Doyenné ou des « Deux Cousins », à laquelle il sera donné par la suite le même alignement et la même largeur ; et qu’en ce qui concerne l’angle méridional et occidental dudit nouveau bâtiment sur la place Saint-Jean, il avancera autant sur l’alignement joignant l’église primatiale que la maison de la custoderie de Sainte-Croix attenante à l’église de Saint-Etienne, et aura le même déclinant que l’entrée de la rue Saint-Jean, en sorte que le nouveau bâtiment à l’angle de la rue de l’Archevêché et de la place Saint-Jean avancera autant sur l’église primatiale que le repère qui sera fait sur une même longueur portée dans la rue Saint-Jean. Le tout à la charge : primo, que la partie du vieux bâtiment dans la rue de l’Archevêché, vis-à-vis la maison possédée par M. le Comte de Pingon, dans laquelle partie sera l’avant-corps du bâtiment neuf, ne pourra être reconstruite qu’après que la façade de ladite maison aura été reculée au point que ladite rue de l’Archevêché ait en cet endroit vingt-quatre pieds de largeur ; secundo de ne placer au bâtiment neuf aucune fermeture, porte, volet ni auvent saillant ; tertio, qu’aux chéneaux dudit bâtiment seront posés des canaux de descente qui pourront être encaissés ou noyés dans le mur de face, à dix ou douze pieds en contre-haut du pavé ; et, finalement, à la charge de faire plaquer à l’angle dudit bâtiment neuf, deux feuilles fer blanc, l’une au midi pour y mettre le nom de la rue et l’autre à l’occident pour y mettre le nom de la place ; et qu’il soit passé outre, comme pour fait de voirie et de police. Fait à Lyon, ce sept décembre mil sept cent soixante sept.

Nous, François Prost, écuyer seigneur du Royer, avocat du Parlement et de la Cour de Lyon, ancien échevin, premier conseiller de ville, juge général, seul voyer du comté de Lyon et cloître de Saint-Jean de ladite ville et autres terres en dépendant, avons donné acte au procureur fiscal de ses remontrances réquisitoriales ci-dessus, et, pour y être fait droit, ordonné que nous nous transporterons avec ledit procureur fiscal général et notre greffier sur la place de Saint-Jean, dans la rue de l’Archevêché et sur la cour de Lyon, à l’effet de vérifier, si c’est le cas, d’accorder les permission et alignement énoncés esdites remontrances ; en conséquence, nous nous sommes transportés sur le champ dans ledit endroit avec ledit procureur fiscal général et notre greffier, nous avons examiné et vérifié (lesdites remontrances en mains) les lieux énoncés en icelle, et avons reconnu que l’alignement proposé et demandé, loin d’être préjudiciable à quiconque, est très régulier et convenable au bien public, même à la décoration et embellissement du quartier ; c’est pourquoi nous ordonnons que lesdites permissions et alignements sont et demeurent accordés ainsi qu’ils sont expliqués auxdites remontrances réquisitoriales, et aux charges et conditions ci énoncées. Fait par nous, juge général, seul voyer du comté de Lyon susdit, le septième décembre mil sept cent soixante sept.

6. Installation des écuries de l’archevêque à la place des prisons de l’archevêché et de Saint-Romain
16 Octobre 1781

22A.D.R. 10 G 3815.
Texte complet.
Orthographe, ponctuation et accentuation modernisées.

23Ce texte, dont la teneur est apparemment beaucoup plus limitée que celle des précédents, présente deux pôles d’intérêt principaux :

24- en premier lieu, il atteste la destruction en 1780 ou 1781 des prisons de l’archevêché et de l’ancienne église Saint-Romain, qui avait tenu lieu d’auditoire de justice depuis 1761 (texte 4) : à la place sont construites les nouvelles écuries de l’archevêché.

25- par le repérage des murs appartenant aux structures récemment démolies, il constitue un apport archéologique important. Ainsi, les trois premiers murs cités restituent la position de la chapelle des prisons : c’est la seule source qui ait permis de localiser ce bâtiment en plan.

« Requête et procès-verbal qui constate qu’entre les ci-devant prisons de l’Archevêché et la maison de Maclas, il n’existe aucun intervalle »

A Monsieur le Juge général du Comté

Remontre Illustrissime et Révérendissime Seigneur Monseigneur Antoine de MALVIN de MONTAZET, conseiller du Roy en ses conseils, primat de France, Archevêque et Comte de Lyon, demeurant dans son palais archiépiscopal, paroisse Saint-Pierre-le-Vieux : et vous expose qu’il a fait démolir les anciennes prisons de l’Archevêché situées vis-à-vis la cour de son palais, et le bâtiment qui joignait lesdites prisons, qui donnait sur la rue de l’Archidiaconé où était/’Officialité ; et a fait reconstruire sur leur emplacement un corps de bâtiments destiné à former des écuries. Cette reconstruction a été faite conformément aux alignements que vous lui avez donnés.

En procédant à la démolition desdites prisons et du bâtiment les attenant, il s’est trouvé différents murs joignant immédiatement celui de la maison de la Dame Macla et la petite maison appelée de la Porterie. Il importe au seigneur remontrant de faire constater les vestiges de ces murs afin d’établir qu’ils joignent sans vide ni intervalle lesdites maisons.

C’est pour y parvenir qu’il requiert à ce qu’il vous plaise, Monsieur, vu l’exposé ci-dessus, vous transporter dans les bâtiments qu’il vient de faire construire pour y dresser procès-verbal de l’état des lieux, notamment des vestiges desdits murs joignant sans intervalle ni vide auxdites maisons, pour le susdit procès-verbal servir au seigneur Archevêque ce qu’il appartiendra.

Réponse

Vu la présente requête, et y faisant droit, nous nous sommes transportés avec le Greffier général et le Voyer, inspecteur du Comté de Lyon, dans les bâtiments que le seigneur Archevêque fait actuellement construire sur l’emplacement des anciennes prisons et de l’auditoire et prétoire des Officialités, à l’effet d’y dresser le procès-verbal requis ; vérification faite de l’état des lieux, nous avons reconnu que les murs des bâtiments démolis, au nombre de cinq, joignaient immédiatement et sans intervalle, vide, ni moyeu le bâtiment ou maison de la Dame Maclas et celui de la petite maison appelée de la Porterie ; qu’il a dix-sept pieds de distance entre l’ancien mur de clôture des prisons joignant la rue de l’Archevêché et celui de la chapelle des prisons ; que depuis ce dernier mur qui n’a qu’un pied d’épaisseur jusqu’à l’autre mur de la même chapelle qui a trois pieds d’épaisseur, il a dix pieds trois pouces sept lignes de distance ; que depuis ce dernier mur, qui est le troisième jusqu’au quatrième qui a deux pieds six pouces d’épaisseur, la distance est de onze pieds sept pouces ; et que depuis le quatrième mur jusqu’au cinquième, qui a deux pieds d’épaisseur et était le mur de clôture joignant la rue Saint-Romain, la distance est de neuf pieds sept pouces ; que lesdits cinq murs étaient liés dans ceux de la maison de ladite Dame Maclas et de la maison de la Porterie, dans lesquels murs existent encore les cavités et saillies qui a occasionné la démolition desdits cinq murs dont les fondations sont conservées.

Avons du tout dressé procès-verbal pour servir et valoir ce que de raison, et ainsi qu’il appartient. Fait par nous, Pierre-Thomas Gonyn de Lurieu, écuyer, avocat en Parlement et aux Cours de Lyon, le 16 Octobre 1781.

Et avons signé avec le Greffier général et le Voyer inspecteur.

La maison Pingon

26Les deux textes suivants (7 et 8) sont consacrés à la maison Pingon, pour la connaissance de laquelle ils apportent des informations complémentaires.

27Le premier se situe immédiatement après la réparation des façades sur les rues Saint-Romain et de l’Archevêché en 1746. Il fait apparaître l’essentiel de la structure et des articulations de la maison (deux étages desservis par trois escaliers), mais il reste très allusif quant à la distribution des appartements et ne donne aucune idée précise sur la dimension de la maison.

28Le deuxième texte est une visite, à laquelle sont jointes la nature et l’estimation des réparations à effectuer. Plus confus, mais aussi plus détaillé que le précédent, il donne beaucoup d’indications très ponctuelles sur les différents éléments de la maison. Il insiste particulièrement sur le sous-sol et le rez-de-chaussée (folios 1 à 7), ce qui est archéologiquement primordial. La disposition de la maison apparaît sommairement ainsi :

  • trois caves, dont une du côté du doyenné ;

  • un rez-de-chaussée occupé par plusieurs boutiques avec leurs dépendances, deux cours pavées et un puits [f° 7], qui constitue un point de repère dans plusieurs descriptions antérieures ;

  • au premier étage, deux appartements sont juxtaposés : celui du Comte de Pingon, le plus luxueux, essentiellement réparti le long de la rue Saint-Romain et de la rue de l’Archevêché et comprenant cinq à six pièces, dont une cuisine donnant sur la deuxième cour, et un autre logement, plus petit (3 pièces), « du côté du Doyenné ». Le deuxième étage semble occupé par des appartements plus petits et plus modestes : deux chambres et une cuisine du côté de la rue de l’Archevêché, une chambre et des greniers desservis par un petit escalier de bois, deux chambres et une cuisine du côté de la rue du Doyenné.

29Les deux textes s’accordent à mettre en évidence le contraste entre le luxe relatif de l’appartement du comte de Pingon et la médiocrité des autres niveaux, qui se répercute dans la qualité de l’entretien.

30Le texte 10 G 674 est particulièrement intéressant car il fournit un tableau complet de la maison à la fin de la période moderne ; de plus, il offre l’avantage de se conjuguer efficacement avec le plan 10 G 1621 (fig. 67), légèrement antérieur, qui donne une image du rez-de-chaussée absolument conforme à celle qui ressort de cette description. Enfin, il permet un report constant, grâce à sa précision, aux vestiges de la maison Pingon dégagés par la fouille.

7. Visite de la maison Pingon, aprés travaux
1747

31A.D.R. 10 G 670.
Texte complet.
Orthographe, accentuation et ponctuation modernisées.

Messeigneurs les Comtes de Lyon, ayant choisi Ferdinand Sigismond Delamonce, Ingénieur, et architecte de cette ville pour examiner les réparations et additions de la maison canoniale sise rue de l’Archevêché, entre le Doyenné et la prison dudit Archevêché, et desquelles réparations ils ont confié l’entreprise au sieur Masson leur architecte, et lesdits seigneurs Comtes voulant savoir si ces réparations sont en tout sens conformes aux plans, marché, et conventions passées entre eux, et ledit entrepreneur, ledit Delamonce se serait en conséquence transporté sur les lieux par leur ordre, et, après avoir lu mûrement ladite convention, observé les plans et les avoir confrontés avec toutes les parties de ces réparations, tant en dedans qu’en dehors, et ce en présence de Messeigneurs les Comtes de Chantelo, de Monjouvan, de Champier, de Saligny, et Montmorillon, le susdit archictecte nommé aurait premièrement observé que les murs dudit bâtiment étaient solidement construits, n’y trouvant aucune corruption, et aurait même remarqué que les tailles n’ont pas été épargnées, surtout à l’encoignure du soir, vers le Doyenné.

Ledit architecte étant ensuite entré dans la cour de ladite maison, et passé aux boutiques, arrière-boutiques, et bas, aurait reconnu qu’elles sont garnies de bonnes fermetures en bois de chêne avec leurs ferrures, de même que les volets des chassis à verre, et aurait trouvé que le carrelage en est neuf.

Il aurait observé de plus, que lesdites boutiques ont chacune leurs cheminées.

Ensuite il serait descendu dans une cave pratiquée sous un bas, et dont il aurait remarqué que la voûte est solide, de même que les murs repris sous oeuvre, et que la fermeture de l’entrée a été construite avec la précaution qui y était nécessaire.

Revenant de ladite cave, il aurait observé que l’entrée (et le bois de la porte cochère est suffisamment ferré), étant d’ailleurs plafonnée en plâtre.

Il aurait de plus examiné le grand escalier, lequel est construit solidement en pierre de choin accompagné de sa balustrade de fer, et qu’il est éclairé autant qu’il est nécessaire, ainsi que son plancher plafonné en plâtre, et duquel escalier le palier distribue à l’appartement du bel étage par trois portes en bois de chêne, de même que les chambranles tous garnis de leurs ferrures.

Il aurait trouvé de plus ledit appartement duement éclairé, et les pièces qui le composent ornées de cheminées, savoir la principale de marbre rance, la seconde de choin rouge, et les autres de pierre d’Anse, et enfin leurs manteaux en plâtre, ainsi que les plafonds enrichis d’ornements convenables.

Il aurait vu les croisées en bois de chêne vitrées et avec toutes leurs ferrures nécessaires, ainsi que les portes en placards, et que le carrelage est en partie neuf.

Il aurait ensuite remarqué, dans une pièce de dégagement un moyen escalier duement exécuté en bois de chêne, et d’où, étant monté aux greniers, et au petit appartement du second étage, il aurait observé qu’ils sont garnis de leurs cheminées, et que leurs croisées en bois de chêne sont garnies de leurs volets, vitres et ferrures, ainsi que les portes.

Quant aux planchers en trabs de matte, ils auraient été trouvés en bois neuf, de même que la charpente du couvert sur la longueur de la grande façade du côté de bise, et aurait de plus remarqué, que tous les couverts ont été relevés, et regarnis en tuiles conditionnées, étant par conséquence en bon état.

De là il serait descendu par un petit escalier de pierre placé dans l’encoignure du soir, lequel lui a paru bien rétabli, et duement éclairé ; enfin ledit architecte nommé aurait reconnu toutes les parties dudit bâtiment énoncées ci-dessus, de toutes manières conformes aux plans, et à la convention mentionnée ; il aurait même observé plusieurs augmentations qui lui auraient semblé nécessaires tant que galerie, cheminées, plafonds en plâtre, chambranles de portes, et autres menues dépendances, qui ne lui auraient point paru faire partie de la convention mentionnée. Fait à Lyon ce 24 mai 1747.

8. Description de la maison Pingon
1780

32A.D.R. 10 G 674.
Texte complet.
Orthographe, accentuation et ponctuation modernisées. Les notes incluses dans le texte établissent la correspondance avec les vestiges dégagés lors de la fouille.

[f° 1, r°] Nous, Jean Baptiste Orijot d’Aspremont, chanoine de l’Eglise comte de Lyon, faisant pour Messire Guillaume Dupas de Bellegarde, prévôt de l’Eglise, comte de Lyon, l’un des maîtres de l’oeuvre, député du chapitre de ladite Eglise, pour faire la visite de la maison canoniale de Monsieur le comte de Pingon sise rue de l’Archevêché, constater son état actuel, dresser un devis estimatif des réparations à y faire, distinguer celles qui sont à la charge du chapitre des seigneurs comtes de Lyon comme grosses réparations, et celles qui sont à charge du seigneur usufruitier comme réparation usufrutière, savoir faisons que ce jourd’huy sept janvier et jour suivant 1780, sur les dix heures du matin, nous nous serions rendu en ladite maison avec le Sieur Jean Baptiste Perrot, conducteur et voyer des bâtiments du chapitre, où étant arrivé à la porte principale nous avons procédé à ladite visite ainsi qu’il suit, savoir :

La dite maison prend son entrée sur la rue de l’Archevêché, sa fermeture en bois de chêne est à panneaux à deux vantaux garnis de leurs ferrures, butte en fer, loqueteaux et une serrure à ressort, le tout en bon état.

Ayant examiné les murs de faces extérieurement, le mur de face sur la rue de l’Archevêché, et à son aplomb ; à l’exception, dans le milieu de cette façade sont des petites lézardes où il y a un appui de fenêtre de cassé au premier étage et quelques joints sont dégradés.

[f° 1, v°] Le mur de face sur la rue Saint-Romain nous a paru être en bon état sans aucune lézarde ni dégradation remarquable.

Les quatres murs de face dans la première cour nous ont paru en bon état, quoique le mortier est dégradé en plusieurs endroits.

Les murs de face de la seconde cour nous ont paru en bon état sauf un arc en pierre de taille qui a son appui contre le mur de face, à l’occident de la cour, et qui est un porte-à-faux ; et les couvertes des portes et fenêtre du mur de face au nord de la seconde cour sont en bois de sapin, et les jambages et les appuis en pierre de taille dont trois sont cassés.

Ce mur de face sera remaillé estimé à quatre livres à la charge du seigneur usufruitier, ci…………………………………………..….4 livres 0 sous

  • 24 Voir fouilles, pl. XVI à XIX.

Le vestibule de la porte d’entrée24 est pavé en cailloux et plafonné en plâtre et corniche assez en bon état sauf quelques légères lézardes qui sont au plafond, lesquelles seront bouchées ; estimées à trente sols à la charge du seigneur usufruitier ;

ci……………………………………………………………………………..1 £ 1 s

  • 25 Voir fouilles, pl. XVI à XIX.
  • 26 Puits M271.

[f° 2, r°] Le pavé de la première cour est en cailloux25, et dégradé autour du puits perdu26 que le chapitre a fait construire lorsque l’on a élevé le pavé de la rue.

Ce pavé sera rétabli et mis en bon état, le puits perdu sera nettoyé, estimé à douze livres à la charge du chapitre ci………………………………………………………………………………. 12 £ 0 s

Le pavé en cailloux de la seconde cour est assez en bon état sauf une partie joignant le Doyenné qui n’a jamais été pavé ; cette partie sera pavée et faire un ranvert en une bonne pente ; estimé à cinq livres à la charge du seigneur usufruitier ;

ci……………………………………………………………………………..5 £ 0 s

Nous nous serions transportés dessous le corps de logis sur la rue Saint-Romain pour examiner les caves, l’escalier en pierre, en bon état, sa porte audessus en bois de sapin doublée, garnie de ses ferrures serrures en bon état.

  • 27 Cave C.

Au bas duquel escalier est une cave27 séparée par des cloisons en planches de sapin dans laquelle sont deux portes en sapin garnies de leurs ferrures

serrures………………………………………………………………………22 £ 1 s

[f° 2, v°] Un placard dans le corridor garni de sa porte et rayon, ferrure, serrure en bon état à l’exception de la cloison en planche qui sera réparée ; estimée à deux livres, à la charge du seigneur usufruitier ; ci…………………………………………………………………….…………. 2 £ 0 s

  • 28 Cave D.

Dans ledit corridor est une porte à deux vantaux en mauvais état qui n’est d'aucune utilité, étant autrefois la porte de l’autre cave28, les cloisons en planche qui sont à la cave qui est sur la rue Saint-Romain appartenant à Monsieur le Comte de Pingon.

Ensuite est une autre cave séparée par des cloisons en planche de sapin, les deux portes en sapin garnies de leurs ferrures, serrures, la voûte, le tout en bon état.

Dessous le corps de logis joignant le Doyenné est une autre cave séparée par des cloisons en planche, une partie en bois de chêne et l’autre en sapin ; deux portes en chêne garnies de leurs ferrures, serrures, une autre porte en sapin aussi garnie de ses ferrures, serrures, le tout en bon état.

L’escalier en pierre de cette cave en bon état ; la porte à deux vantaux, au-dessus………………………………………………………………………… 24 £ 1 s

[f° 3, r°] les ferrures seront réparées ; estimées à quatre livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………….. 4 £ 0 s

Au rez-de-chaussée, sur la place du Doyenné est une porte pour communiquer au second étage, laquelle est à panneaux et parquet par le bas garnie de ses ferrures, serrures une boucle servant de manteau, le tout en bon état.

Ensuite est une boutique prenant son entrée sur la rue de l’Archevêché, la fermeture à coulisse en bois de chêne, la porte et portillon de même bois fermant avec un loquet et deux targettes, le tout assez en bon état, une cheminée sans plaque, le carrelage une partie en carreaux de terre cuite et l’autre en cadettes et cailloux en mauvais état, les enduits des murs sont dégradés sur trois faces le plancher supérieur en mauvais état ; les poutres sont trop faibles pour leur portée, une porte donnant dans la cour en bois de chêne et à brisseure garnie

………………………………………………………………………………28 £ 1 s

[f° 3, v°] de ses ferrures, serrures assez en bon état ; les planches glissantes seront réparées ; estimé à neuf livres à la charge du seigneur usufruitier

……………………………………………………………………………….9 £ 0 s

Il conviendrait de rétablir ledit plancher, y poser deux poutres et deux douzaines de tras et quatre douzaines de planches et refaire le carrelage du premier, estimé à cent-quatre-vingt livres à la charge du chapitre………………………………………………………………………. 180 £ 0 s

Ensuite, sur la seconde cour est une buanderie servant de bûcher prenant son entrée dans le passage, sa porte en sapin garnie de ses ferrures, serrure et clef sans gâche, une cheminée sans plaque, le manteau en bois, une porte communiquant à la boutique garnie de ses ferrures, serrure et clef en bon état, deux fenêtres sur la seconde cour, lesquelles sont barrées ; les chassis en sapin garnis de papier ferment avec des loqueteaux, le carrelage et plancher assez en bon état quoique les tras ont trop de portée pour leur grosseur.

Il conviendrait de poser une poutre dans le milieu pour fortifier le plancher ; estimé à soixante deux livres à la charge du chapitre ; ci………………………………………………………………………………. 62 £ 0 s

[f° 4, r°] Et à la porte de cette buanderie, il sera posé une gâche à deux plombures, estimée à vingtquatre sols à la charge du seigneur usufruitier…………………………………………………………………1 £ 14 s

Dans la seconde cour est un escalier en pierre de Saint-Cyr, le mur d’échiffre et couvert avec des cadettes, le palier garni d’une main-courante en fer en bon état.

Dessous lequel escalier est un petit cabinet garni d’une porte en chêne avec ses ferrures, serrures et clef assez en bon état.

Au fond de ladite cour, joignant le Doyenné est un caveau voûté, sa porte en bois de sapin en mauvais état, garnie de ses ferrures, serrures et clef.

Ladite porte sera hantée par le bas et le cornet de descente en fer blanc d’un évier contre le petit escalier en pierre sera fait à neuf ; estimé à sept livres à la charge du seigneur usufruitier ;

ci……………………………………………………………………………..7 £ 0 s

Ensuite est un autre bas servant de chambre, prenant son entrée au nord de la cour, sa porte à « brisseure » en chêne garnie [f° 4, v°] de ses ferrures, serrure et clef, une cheminée sans plaque, une conche et un évier garnis de leurs grilles, la planche des seaux garnie de deux crochets, une séparation en planches appartenant au Sieur Girard ; deux fenêtres, les chassis en chêne vitré, fermant avec des loqueteaux à ressort ; des volets à l’extérieur en sapin garnis de leurs ferrures, ferment avec des crochets ; au plancher supérieur manquent quelques bouts de planches le carrelage en bon état.

Audit plancher, il sera placé quelques bouts de planches ; et refaire le carrelage aux endroits ou l’on aura placé les planches ; estimées à douze livres à la charge du seigneur usufruitier ;

ci……………………………………………………………………………12 £ 0 s

Nous nous serions transportés au premier étage de la pièce ci-devant décrite, par un escalier en pierre, la porte au bas dudit escalier garnie de ses ferrures, serrure en bon état. Au-dessus est une chambre, la porte garnie de ses ferrures, serrures et clef, une cheminée sans plaque, un évier et une conche sur [f° 5, r°] l’escalier garnis de leurs grilles, la planche des seaux garnie de deux crochets, une séparation en planche appartenant au Sieur Girard ; deux fenêtres donnant sur la cour, les chassis en sapin en mauvais état, fermant avec des verroux, le carrelage et plafond supérieur en planche de sapin en bon état.

Le chassis en sapin de ces deux fenêtres seront réparés ; estimé à trois livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………….. 3 £ 0 s

Dessous l’escalier dont il est parlé est un petit caveau, sa porte en sapin garnie de ses ferrures serrure et clef en bon état.

Joignant la porte cochère sur la rue de l’Archevêché est une boutique, sa fermeture en planche à coulisse ; la porte et portillon en bois de chêne garnie de leurs ferrures, serrures et verroux ; le carrelage et plancher le tout en bon état.

Attenant est une cuisine communicante à la boutique, la porte en sapin garnie de ses ferrures, loquet, sans serrure. [f° 5, v°] Une fenêtre donnant sur la rue, garnie de son chassis vitré, un volet à l’extérieur fermant avec deux crochets ; une cheminée sans plaque, un évier sans conche, la planche des seaux avec un crochet, un petit cabinet dessous le grand escalier, sa porte et chassis en sapin fermant avec des targettes, une autre porte sur le corridor garnie de ses ferrures, serrure et clef, une troisième porte donnant sur la cour, garnie de ses ferrures, serrure sans clef, le plancher et carrelage, le tout en bon état.

Ensuite est une autre boutique sur l’angle du bâtiment prenant son entrée sur la rue de l’Archevêché, la fermeture en chêne, de même que la porte et le portillon, garnis de leurs ferrures, serrures en mauvais état ; une porte en sapin qui communique à la cuisine fermant avec un loquet ; le plancher et carrelage en bon état.

Les ferrures de la porte et du portillon dont il est parlé ci-devant seront réparées et mises en bon état, estimé à trois livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci…………………………………………………………………… 3 £ 0 s

[f° 6, r°] La porte vitrée et les chassis à vitre de la boutique appartenant à Monsieur le Comte de Pingon.

Attenant est une petite cuisine prenant son jour sur la rue Saint-Romain, la fenêtre garnie de son chassis vitré fermant avec des tourniquets en bois, des volets à l’extérieur en mauvais état fermant avec espagnolette, une cheminée garnie d’une petite plaque en fonte, laquelle appartenant à Monsieur le Comte de Pingon, ayant tenu lieu de paiement d’un locataire, une conche et un évier garnis d’une grille, la planche des seaux avec deux crochets, une porte communiquante au corridor en sapin garnie de ses ferrures, serrure, loquet et verrou ; le carrelage et plancher en bon état.

Les volets de la fenêtre seront réparés et mis en bon état ; estimé à six livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………….. 6 £ 0 s

Dans la première cour est un cabinet d’aisance, la porte en sapin, la serrure en mauvais état, la planche du siège et le plancher en bon état.

La serrure sera réparée et mise en bon état ; estimé à deux livres huit sols à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………….. 2 £ 8 s

  • 29 Voir pl. XVIII et XIX.
  • 30 Pièce occupant la partie nord de l’espace, correspondant, au rez-de-chaussée, à la cave D.

[f°6, v°] Sur la rue Saint-Romain est une boutique ; sa fermeture en bois de chêne, dont une planche est en mauvais état, la porte et portillon de même bois, les ferrures en mauvais état ; une fenêtre à chassis en sapin avec des volets à l’extérieur, fermant avec espagnolette, une conche et un évier et la planche des seaux garnie de deux crochets, la conche et l’évier garnis de leurs grilles, le carrelage et plancher assez en bon état, quoique les carreaux soient en partie cassés2930.

La fermeture de cette boutique sera réparée et les ferrures de la porte et portillon seront mises en bon état ; estimé à dix livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………… 10 £ 0 s

  • 31 Pièce qui prolonge la précédente à l’ouest ; elle est indiquée ici comme “bas” et comme “cave” sur (...)

Attenant est un bas31 prenant son entrée de la boutique, sa première porte en sapin fermant avec un loquet où il manque le « montonoir » ; une autre porte donnant sur la cour fermant avec un crochet ; une troisième porte donnant au corridor, fermant avec une targette en mauvais état ; le plancher et carrelage en bon état.

[f° 7, r°] A la première porte il sera posé un « mantonnoir » ; et la troisième sera réparée et mise en bon état ; estimé à quatre livres dix sols, à la charge du seigneur usufruitier……………………………………………………………………. 4 £ 10 s

  • 32 Deuxième boutique au-dessus de la cave D.

Ensuite est une autre boutique32, sa fermeture en planches glissantes en bois de chêne, la porte et portillon de même bois, garnis de leurs ferrures, serrure, passablement en bon état, une cheminée sans plaque de fonte, un évier garni d’une grille, la planche des seaux avec deux crochets, le carrelage et plancher en bon état.

Les planches glissantes seront réparées, estimé à six livres à la charge du seigneur usufruitier

ci…………………………………………………………………………… 6 £ 0 s

  • 33 Pièce correspondant à la cave C qui, sur le plan A.D.R. 10 G 1621, est désignée comme cuisine.

Attenant sur la cour33 est une autre chambre, sa porte dans le passage en sapin garnie de ses ferrures, serrure et clef en bon état.

La fenêtre donnant sur la cour, le chassis vitré, un volet à l’intérieur, une cheminée sans plaque de fonte, le carrelage et plancher en bon état.

  • 34 Ce puits, partiellement mis au jour, a été détruit lors du détournement d'un égout avant la fouille

[f° 7, v°] Attenant cette pièce, dans la seconde cour est un puits34, le dessus de la margelle en pierre de taille, une potence et poulie en bois en mauvais état, la charpente et toit du puits en bon état ; à côté est une pierre d’évier montée sur deux jambages en pierre de taille en bon état.

La potence en bois dudit puits sera réparée et mise en bon état ; estimé à trois livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci………………………………………………………….……………………. 3 £ 0 s

Nous nous serions transportés au premier étage par un escalier en pierre de taille à une seule rampe avec son plafond au-dessus de la rampe ; et le plafond garni d’une main-courante ou rampe en fer en bon état ; deux fenêtres dans ledit escalier garnies de leurs chassis et une avec des volets ; les deux ferment avec espagnolette ; le plafond supérieur en plâtre, où il y a quelques légères lézardes qui ne sont pas préjudiciables.

Nous serions entrés dans les appartement occupés par Monsieur le Comte de Pingon.

[f° 8, r°] La première porte à deux vantaux et à panneaux garnie de ses ferrures, serrure, en bon état.

Un vestibule éclairé sur la cour ; la fenêtre garnie de son chassis, volet fermant avec espagnolette ; le carrelage en bon état, quoiqu’il y a quelques carreaux de cassés ; le plafond supérieur en plâtre où il y a quelques légères lézardes qui sont sans danger.

Attenant sur la rue de l’Archevêché est un salon prenant ses jours sur ladite rue par deux fenêtres garnies de leurs chassis, volets, fermant avec espagnolette ; une porte doublée donnant sur l’escalier, deux autres portes à panneaux et à chambranle, à deux vantaux ; joignant le vestibule, une autre porte doublée donnant à la salle à manger, aussi à panneaux et à double chambranle ; toutes lesquelles portes sont garnies de leurs ferrures, serrures et clef en bon état ; une cheminée en marbre de « Susse » garnie d’une plaque en fonte appartenant à Monsieur le Comte de Pingon, le carrelage [f° 8, v°] et plafond supérieur en plâtre, les gorges et moulures, le tout en bon état ; les liteaux des tapisseries et les cimaises à hauteur d’appui appartenant à Monsieur le Comte de Pingon.

Attenant est une salle à manger éclairée par deux fenêtres sur la rue Saint-Romain, garnies de leurs chassis, volets en bois de chêne fermant avec des espagnolettes, une petite porte donnant au vestibule, garnie de ses ferrures, serrure et clef ; une autre porte donnant à un cabinet à deux vantaux à chambranle et à panneaux, une cheminée en choin rouge, garnie d’une plaque en fonte, la plaque appartenant à Monsieur le Comte de Pingon ; le carrelage et le plafond supérieur en plâtre, les gorges et moulures le tout en bon état.

Ensuite est un cabinet servant de chambre à coucher, éclairée par une fenêtre sur la rue SaintRomain, garnie de son chassis volet en chêne fermant avec espagnolette.

[f° 9, r°] Une cheminée en pierre peinte, la plaque en pierre de grès, le carrelage et plafond supérieur en plâtre, les gorges et moulures en bon état ; une porte communiquant à la cuisine qui est condamnée ; des séparations et suspentte en planche ; et une porte vitrée appartenant à Monsieur le Comte de Pingon.

Entre les deux cours au premier étage est une chambre prenant son entrée du vestibule, la porte à deux vantaux et à chambranle, garnie de ses ferrures, serrures et clef ; deux fenêtres donnant au nord de la première cour, garnies de leurs chassis, volets, fermant avec espagnolette ; une cheminée en pierre sans plaque de fonte ; un placard fermant à clef ; le carrelage et plafond supérieur en plâtre en bon état sauf quelques lézardes qui sont au plafond.

Ensuite est un second vestibule borgne garni de deux portes fermant avec des loquets, un escalier en bois en bon état.

[f° 9, v°] Joignant ce vestibule est une cuisine éclairée sur la seconde cour par une fenêtre garnie de son chassis vitré sans volet, fermant avec des verroux ; un potager garni de son cercle de fer et à six fourneaux ; une cheminée garnie de sa plaque de fonte ; le carrelage et plancher en bon état.

La bretagne ou plaque en fonte, les grilles du potager, et les placards qui sont dans la dite cuisine appartenant à Monsieur le Comte de Pingon.

Attenant sur la cour est une souillarde garnie d’une couche, un évier garni de ses grilles, la planche des seaux avec deux crochets, la porte fermant avec un loquet, deux fenêtres, une sans chassis garnie d’un volet, l’autre garnie d’un chassis à papier ; le carrelage et plancher en bon état.

Au second étage, sur la rue de l’Archevêché est une chambre éclairée par deux fenêtres garnies de leurs chassis, volet en bois de chêne, fermant avec espagnolette, une cheminée sans plaque, une porte donnant [f° 10, r°] dans le grenier, une autre porte communiquant aux autres appartements, les deux garnies de leurs ferrures, serrures et clefs, le carrelage et plancher ; le tout en bon état.

Ensuite est une petite chambre sans cheminée, les deux fenêtres garnies de leurs chassis volets en bois de chêne, fermant avec espagnolette, le carrelage et plancher en bon état.

Attenant est une petite cuisine prenant son jour sur la cour, le chassis vitré sans volet, une conche et un évier garni d’une grille,une cheminée sans plaque, la porte fermant avec des targettes, le carrelage et plafond supérieur en planche, en bon état.

Attenant est une porte en sapin garnie de ses ferrures, serrure, loquet et targette ; une galerie en pierre de taille garnie d’une hauteur d’appui en fer ; un cabinet d’aisance la porte, la planche, le tout en bon état.

Joignant la première chambre du second étage est un grenier éclairé par trois fenêtres [f° 10, v°] sur la rue Saint-Romain, les chassis en sapin garnis de papier, des volets fermant avec des verroux ; dans ledit grenier est une séparation en planche, et une partie dudit grenier est plafonné en planche, la séparation en planche ; le plafond supérieur et la partie de communication appartenant à Monsieur le Comte de Pingon, le carrelage et la charpente, le tout en bon état.

Au premier étage du côté du Doyenné est un vestibule, sa porte donnant sur le grand escalier en bon état ; une fenêtre garnie de son chassis, volet, fermant avec espagnolette, le carrelage et plancher assez en bon état ; mais la séparation en charpente, latte et mortier est dégradée ; elle sera réparée et mise en bon état ; estimé à deux livres dix sols à la charge du seigneur usufruitier ;

ci………………………………………………………………………..…. 2 £ 10 s

Attenant est une chambre, sa porte en sapin garnie de ses ferrures, serrure, une fenêtre garnie de son chassis, volet, fermant avec [f° 11, r°] espagnolette, une cheminée garnie d’une plaque en fonte, une porte à chambranle, et une séparation en planche ; un placard fermant à clef ainsi que la porte, le carrelage et plancher, le tout en bon état.

Ensuite est une cuisine, la porte du côté de la chambre en sapin garnie de ses ferrures, serrure ; une autre porte en chêne donnant sur le petit escalier qui est dans la cour, garni de ses ferrures, serrure, une fenêtre joignant la porte garnie de son chassis, volet, fermant avec espagnolette, une cheminée sans plaque, un potager à quatre fourneaux garnis de leurs grilles et cercle en fer ; une conche, un évier garnis de leurs grilles, la planche des seaux avec un crochet, le carrelage et le foyer sont dégradés, le plancher en bon état.

Le carrelage sera réparé ainsi que le foyer ; estimé à deux livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………….. 2 £ 0 s

[f° 11, ν°] Nous nous serions transportés au second étage sur la grande cour par un escalier en bois de sapin à façon d’échelle de meunier ; la porte au bas dudit escalier garnie de ses ferrures, serrure ; deux marches sont en mauvais état ; au-dessus est un grenier, les fenêtres sur la seconde cour, les chassis en sapin et à papier ; quelques chassis en mauvais état et une partie condamnée par des volets.

Les deux marches de l’escalier seront réparées ainsi que les chassis en sapin du grenier au-dessus ; estimé à six livres à la charge du seigneur usufruitier ; ci……………………………………………………………………………… 6 £ 0 s

Attenant est un autre grenier éclairé sur la première cour par deux fenêtres ; les chassis en sapin et papier, des volets, fermant avec des targettes ; une cheminée sans plaque, une séparation en planche de toute la hauteur, la porte en sapin garnie de ses ferrures, serrure ; le carrelage et charpente en bon état.

[f° 12, r°] Dans le grenier ci-devant décrit est une marche qui est hors de sa place, laquelle sera reposée ; estimé à quinze sols à la charge du seigneur usufruitier ;

ci…………………………………………………………………………… 0 £ 15 s

A deux degrés au-dessus est une chambre, sa porte en sapin garnie de ses ferrures, serrure ; une cheminée sans plaque, une conche et un évier sans grille ; la fenêtre sur la seconde cour, le chassis en mauvais état, le carrelage de même ; le plafond supérieur en lambris en sapin ; les joints sont dégradés.

Ce chassis de la fenêtre sera réparé, et au carrelage il sera fourni et posé environ quarante carreaux ; et aux lambris en sapin, il sera posé environ quarante pieds de « liteaux » sur les joints ; estimé à neuf livres à la charge du seigneur usufruitier ;

ci…………………………………………………………………………….9 £ 0 s

Joignant le Doyenné est un escalier en pierre qui conduit au second étage, les marches sans limon, seulement des barres de fer servant de main-courante ; en état.

[f° 12, v°] Au-dessus duquel escalier est un corridor ; la porte sur l’escalier garnie de ses ferrures, serrure ; une autre porte donnant sur la galerie en pierre, fermant avec un loquet et verrou, une séparation en planche ; la porte qui est dans ladite séparation garnie de ses ferrures, serrure ; le plancher supérieur, le carrelage, la séparation, les portes en bon état.

Sur la rué de l’Archevêché est une chambre, sa porte garnie de ses ferrures, serrure, la fenêtre garnie de ses chassis, volets en bois de chêne fermant avec une espagnolette ; une cheminée dont la plaque en fonte n’est pas « happée » contre le mur de hauteur d’appui ; les peintures sur les murs, le plancher supérieur, le carrelage, le tout en bon état.

Attenant est une autre chambre, sa porte garnie de ses ferrures, serrure ; la fenêtre garnie de ses chassis, volet en bois de chêne [f° 13, r°] fermant avec espagnolette, le carrelage et plancher supérieur en bon état.

Joignant la première chambre est un petit cabinet, sa porte fermant avec un demi-tour ; la fenêtre garnie de ses chassis, volets en bois de chêne fermant avec espagnolette ; le plancher supérieur, le carrelage, le tout en bon état.

Sur la première cour est une cuisine, la fenêtre garnie d’un chassis en chêne, sans volet, fermant à la capucine ; une cheminée sans plaque, une conche et un évier garni de leurs grilles, le cornet en fer blanc de l’évier en mauvais état ; la planche des seaux garnie de deux crochets ; le plancher supérieur, le carrelage, en bon état.

Le cornet en fer blanc de l’évier sera réparé et mis en bon état ; estimé à trente sols à la charge du seigneur usufruitier……………………………………………………………………... 1 £ 10 s

Ensuite est un grenier, sa porte garnie/de ses ferrures, serrure, une fenêtre

[f°, 13 v°] à chassis en sapin garni de papier, sans volet ; la lucarne garnie d’un chassis en sapin et papier ; la charpente du toit, le carrelage en bon état.

Dessus l’escalier dont il est parlé ci-devant est une suspente formant un cabinet que le Sieur Molin a fait construire à ses frais en demandant la permission à Monsieur le Comte de Pingon ; il lui a dit en notre présence qu’il lui donnait la permission à condition que ladite suspente resterait à la maison.

Les toits, en général, les chéneaux en fer blanc nous ont paru être en bon état, aucun des locataires nous ayant fait des plaintes sur des gouttières.

[f°, 14 r°] Les lézardes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur seront bouchées, c’est-à-dire les plus remarquables ; estimé à douze livres à la charge du seigneur usufruitier ;

ci……………………………………………………………………………12 £ 0 s

Nous, Guillaume Dupas de Bellegarde, prévôt de l’Eglise, comte de Lyon, maître de l’oeuvre, attendu le décès de Monsieur le Comte d’Apremont qui n’a pu avant sa mort signer le présent procès verbal, en avons fait le recolement ayant tout visité et vérifié par nous-même à Lyon le 23 mai 1780.

Notes

24 Voir fouilles, pl. XVI à XIX.

25 Voir fouilles, pl. XVI à XIX.

26 Puits M271.

27 Cave C.

28 Cave D.

29 Voir pl. XVIII et XIX.

30 Pièce occupant la partie nord de l’espace, correspondant, au rez-de-chaussée, à la cave D.

31 Pièce qui prolonge la précédente à l’ouest ; elle est indiquée ici comme “bas” et comme “cave” sur le plan A.D.R. 10 G 1621.

32 Deuxième boutique au-dessus de la cave D.

33 Pièce correspondant à la cave C qui, sur le plan A.D.R. 10 G 1621, est désignée comme cuisine.

34 Ce puits, partiellement mis au jour, a été détruit lors du détournement d'un égout avant la fouille.

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access