Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Annexe

Annexe 5. La documentation d’archives

Marie-Odile Mandy

Texte intégral

1La recherche documentaire effectuée pour le chantier archéologique de l’avenue Adolphe Max obéit aux contraintes spécifiques de toute investigation archivistique lorsqu’elle est appliquée à l’interprétation directe d’un site. Le choix des documents se fait en fonction des questions posées par le terrain (non pas en vertu d’une problématique théorique posée à l’avance), et les informations qui en découlent appartiennent au raisonnement et à la synthèse archéologique sans qu’on puisse les en dissocier, au même titre que toute autre technique auxiliaire de l’archéologie, telle que la céramologie ou l’ostéologie. Cette présentation ne prétend donc pas exposer les conclusions spécifiques de cette recherche documentaire exploitées plus largement ailleurs, mais seulement d’en préciser les sources, les méthodes, et surtout les limites.

  • 23 La recherche d’archives a été menée conjointement par C. Arlaud et F. Villedieu, puis par M-.O. Man (...)

2Nous avons d’abord présenté l’ensemble du matériau archivistique utilisé, et analysé la façon particulière dont il a été mis en oeuvre pour ce cas précis, tout en résumant rapidement les résultats obtenus. Ensuite, certains des textes utilisés au cours de cette recherche sont publiés en tant qu’exemples, soit parce que l’information qu’ils contiennent constitue un apport décisif (texte 1 ou 2), soit parce qu’ils sont représentatifs d’un type de renseignements et de la façon dont ceux-ci peuvent être exploités (texte 6). Enfin, des tableaux récapitulent l’historique de plusieurs des bâtiments concernés par le chantier (maison curiale, maison Pingon, maison d’Amanzé-Chauffailles, maison Maclas, pont de l’Archevêché), fournissent des repères chronologiques et font ressortir l’évolution individuelle et continue de chaque édifice. Il s’agit de tableaux récapitulatifs, mais non exhaustifs : toutes les mentions d’archives n’y figurent pas. Ces tableaux sont publiés sur support informatique (cf. introduction)23.

Les sources

3Pour l’étude de l’avenue Adolphe Max, l’essentiel de la documentation utile est rassemblé dans la sous-série 10 G des Archives Départementales du Rhône, cote qui recouvre l’ancien fonds du chapitre de la cathédrale Saint-Jean. En effet, l’enceinte canoniale, au coeur de laquelle se situe la fouille, est restée jusqu’en 1789 une enclave ecclésiastique autonome sous l’administration directe du chapitre qui n’y a jamais laissé intervenir aucune autre autorité, ni municipale, ni royale, ni même épiscopale, puisque l’archevêque n’y détenait en pleine propriété que son palais, sans aucun autre pouvoir.

4Le fonds est important : ayant apparemment peu souffert de la période révolutionnaire et post-révolutionnaire, il contient encore près de 3 700 liasses qui recouvrent à peu près tout l’éventail des activités du chapitre. Les tâches spirituelles y tiennent une place non négligeable ; mais le grand nombre d’archives consacrées aux affaires temporelles témoigne de l’importance qu’accordaient les chanoines à celles-ci : on ne compte pas moins de 1 700 liasses concernant les seigneuries et biens extérieurs à la ville de Lyon (mansions et obéances), 1 500 environ sur les divers titres et droits détenus à Lyon même, parmi lesquelles tous les documents relatifs au quartier circonscrit par l’enceinte canoniale appelée couramment « Cloître ».

5L’administration générale du Cloître est complexe : elle englobe aussi bien la défense des droits attachés au territoire canonial que l’organisation interne du chapitre et la gestion de ses bâtiments. Cette diversité se retrouve dans la multiplicité des rubriques sous lesquelles sont classées les archives : actes capitulaires, collation de bénéfices, droits honorifiques, documents sur les franchises du Cloître, procédures civiles et criminelles relevant du chapitre, enfin l’ensemble des archives foncières rassemblant les titres de propriété et de rentes attachés aux « anniversaires », aux prébendes ou aux dignités, les terriers, et les documents comptables.

6La dissémination des informations utiles à l’archéologue dans toutes les rubriques rend l’enquête aléatoire. Les actes capitulaires, qui se succèdent sans interruption entre 1361 et 1789 (hormis pendant les quelques années consécutives à l’insurrection protestante de 1562), rapportent toutes les affaires tant spirituelles que temporelles discutées lors des réunions du chapitre, qui avaient lieu plusieurs fois par mois. Ainsi, réparations de maisons, subventions aux chanoines y apparaissent au même titre que les problèmes moins matériels, avec les motivations qui ont présidé à la décision. Leur précision et leur abondance en font une source documentaire majeure sur l’ensemble de la vie du Cloître et de son évolution. Leur manipulation n’est cependant pas aisée car les textes sont enregistrés chronologiquement, dans quelques 230 volumes de grand format et il n’existe pas de table des matières pour tout ce qui précède le début du XVIIe siècle. La recherche exhaustive est donc rarement envisageable dans le cas d’une enquête archéologique ; leur consultation est, en revanche, très efficace, lorsqu’en préliminaire, le problème étudié a été bien cerné chronologiquement : le cas s’est présenté à plusieurs reprises, par exemple pour les prisons et Saint-Romain.

7Parmi tous les documents consacrés à la délimitation juridique du Cloître, à la définition des prérogatives respectives de l’Archevêque et du chapitre, seules quelques visites de bâtiments ou de « limite de cloître » et quelques cartes (10 G 614-615) ont été directement utilisables ici. De même, les plumitifs d’audience et autres pièces émanant du pouvoir judiciaire du chapitre ont été de peu d’usage, sauf lorsqu’ils donnaient des détails sur les prisons, situées dans l’emprise de la fouille. En revanche, la consultation des liasses concernant les différentes dignités du chapitre et l’organisation interne de celui-ci (nominations, réglements intérieurs, etc.) a apporté plus de renseignement : on cerne, à travers elles, le statut des différentes maisons et celui de leurs occupants. C’est parfois dans les livres fonciers des dignités qu’il a fallu rechercher la documentation sur certains biens, telles la maison curiale de Saint-Romain, la maison Pingon, et la maison d’Amanzé-Chauffailles qui figurent à partir du XVe siècle dans les terriers de l’archidiaconé dont elles dépendent.

8Il existe cependant dans les archives du Cloître deux sources d’informations privilégiées pour la présente étude :

  • en premier lieu, il s’agit des liasses traitant de l’entretien de la voirie et des permis d’alignement à l’intérieur de l’enceinte canoniale (10 G 3814-3815) : très épaisses, bien qu’elles portent essentiellement sur le XVIIIe siècle (sauf les 10 G 595-600), elles rassemblent des renseignements, souvent pittoresques, sur l’aménagement des façades, leur entretien, l’adjonction de boutiques volantes ou d’enseignes aux maisons, sur le pavage et l’assainissement des rues, leur éventuel élargissement, etc ;

  • en second lieu, une série de liasses (10 G 665 à 679) concerne directement les maisons canoniales. Elles rassemblent des documents pouvant remonter au XIIIe siècle et qui, pour les XVIIe et XVIlIe siècles, sont extrêmement détaillées : il s’agit de devis de travaux, de visites d’expertise, de baux de loyer, plus rarement de règlements de litiges ou de plans. Certes, l’information n’est pas exhaustive pour chacune des maisons du Cloître et comporte de nombreuses solutions de continuité ; mais elle constitue pour la plupart d’entre elles une documentation rapidement consultable.

9D’autres fonds d’archives ont été consultés, mais ils constituent plutôt des compléments d’informations. Il s’agit principalement :

  • du fonds spécifique de l’archevêché (1 G)
    L’archevêque est théoriquement tenu à l’écart de l’enceinte canoniale ; il y possède cependant le palais épiscopal avec quelques dépendances et, en co-gestion avec le chapitre, la cour de Lyon. Les documents concernant notre sujet ne représentent que quelques liasses au sein de ce fonds, peu abondant (300 liasses).

  • du fonds « églises, chapelles, cures » (28 G)
    Seul l’ensemble des archives paroissiales de l’église Saint-Romain, puis de Saint-Pierre-le-Vieux, soit une vingtaine de liasses (28 G 57 à 28 G 78) ont été utilisées.

10Enfin, des particularités de classement ou des problèmes très ponctuels nous ont conduits à consulter d’autres fonds. Ainsi, la visite d’expertise faite par Toussaint Loyer au palais épiscopal et à ses dépendances (texte 4) est déposée dans la sous-série de la Sénéchaussée (BP) des A.D.R. Les Archives Municipales de Lyon, ont par exemple, fourni de nombreux détails sur le pont de l’Archevêché, sur la voirie et la plus grande partie de l’iconographie.

11L’iconographie constitue, en effet, un secteur d’investigation très différent des archives écrites : la plupart des plans conservés ne sont pas antérieurs au XIXe siècle ; d’autre part, ce sont les projets d’alignement ou autres aménagements de voirie et d’urbanisme qui recèlent le plus d’informations utilisables en archéologie. A Lyon, les uns et les autres sont par principe déposés aux Archives Municipales. Pour la présente recherche, le hasard a voulu que les plus précis des plans, portant sur la réorganisation du palais épiscopal et de la voirie environnante à la fin du XVIIIe siècle, y soient également déposés. Seuls quelques plans du XVIIIe siècle, provenant du fonds 10 G, sont conservés aux A.D.R. Quant à l’iconographie ancienne, elle se limite quasiment au plan scénographique de 1555-1560 et au plan de Simon Maupin.

12Tout ceci ne doit pas faire oublier une caractéristique générale de la documentation archivistique qui est le déséquilibre quantitatif entre les archives de la période XVIIe-XVIIIe siècles et celles qui sont antérieures à 1550. Ce phénomène courant est aggravé pour les fonds de l’Eglise de Lyon par les événements de 1562. En effet, lors de la prise du Cloître, les troupes protestantes se sont livrées, semble-t-il, à des destructions systématiques qui ne sont pas sans conséquences pour la qualité documentaire. Entre la surabondance de détails dans les documents du XVIIIe siècle (voirie par exemple), et l’excessive sécheresse de ceux antérieurs au milieu du XVIe siècle, il est souvent difficile de rétablir l’exacte valeur des choses. Cette coupure autour de 1550 est d’autant plus grave que les bâtiments du Cloître ont beaucoup souffert en 1562 et ont ensuite connu de nombreuses transformations lors de la reconstruction (réaffectation de bâtiments, modification du réseau viaire, etc.). Il est parfois impossible de rétablir le lien entre les bâtiments mentionnés dans les archives antérieures à 1550 et ceux, bien localisés aux XVIIe et XVIIIe siècles.

13Il faut souligner, enfin, que cette enquête dans les archives n’a pas été exhaustive : la diversité des sources documentaires et le caractère aléatoire de la recherche qui y est menée lorsqu’elle est appliquée à l’archéologie, rendent très souvent cet objectif irréalisable ; de plus, dans ce cas précis, le nombre et la variété des points soulevés par les données archéologiques du chantier rendaient peu compatible le temps qui nous était imparti avec l’analyse de toute la documentation disponible sur chacun des sujets. Tout n’a donc pas été consulté : bien que nous ayions été conscients de leur éventuelle potentialité, nous avons laissé de côté certaines liasses, parce qu’elles concernaient trop indirectement le sujet et que leur consultation risquait d’être trop peu « rentable » (ainsi la série 4 G des A.D.R.). L’essentiel a été considéré cependant, et, par principe, dans chacune des questions étudiées, les points importants ont été au moins évoqués à défaut d’être toujours résolus.

Bilan des recherches

14La première étape de l’enquête a consisté à localiser sur le cadastre moderne les bâtiments et le parcellaire disparus. Cette opération s’est effectuée par le biais des plans du XIXe siècle qui en avaient gardé une trace, à savoir le cadastre de 1815, sa mise à jour de 1870 environ (4 S) et divers plans d’alignement intermédiaires, plus partiels (A.M.L., 3 S 313, 3 S 483, etc.). Les plans du XVIIIe siècle conservés aux A.M.L., pour la plupart axés sur le palais épiscopal et son environnement, ont apporté un appoint considérable pour comprendre l’évolution du quartier (A.M.L., 1 S 192 ; série 0 1).

15La recherche documentaire a suivi des méthodes différentes et rencontré des niveaux de difficulté divers selon les bâtiments dégagés par la fouille.

Les maisons

16L’étude des maisons est généralement fort simple. Celle de la maison Pingon l’a été particulièrement : après l’identification de la maison et le repérage sommaire des informations disponibles sur son évolution à travers les catalogues détaillés du XVIIIe siècle (10 G 56), l’ensemble de la documentation s’est révélée d’un abord très facile, à la fois abondante et variée, particulièrement pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Les quelques liasses consacrées aux maisons canoniales (10 G 671-672-674) ont livré pour ces deux siècles plusieurs visites d’expertise ou de fin de travaux, de nombreux devis de réparations, plusieurs baux de loyer que complètent les documents de voirie (10 G 595, 10 G 3814 et 3815), quelques alinéas d’actes capitulaires (10 G 139) et, fait notable, un plan entièrement légendé du rez-de-chaussée de la maison (10 G 1621). La consultation des terriers de l’archidiaconé (10 G 1527-15291532) a fourni plusieurs informations pour le XVIe et le début du XVIIe siècle.

17L’aspect et l’évolution de la maison Pingon sont donc connus de façon assez précise par les archives. Certes, pour les XVe et XVIe siècles seule apparaît la composition du bâtiment qui est alors à étage et possède deux cours, un puits et plusieurs « membres ». En revanche, la confrontation des textes et du plan permettent de reconstituer précisément la distribution intérieure et l’usage des locaux au XVIIIe siècle (voir introduction des textes 7 et 8). Ils renseignent également sur l’aspect extérieur de la maison, sur la condition de ses occupants et, même sur les litiges de voisinage dont elle a pu subir les conséquences (10 G 3814 : projet de Manécanterie, voir texte 5 ; 10 G 1509 : querelle au sujet d’un escalier mitoyen avec le doyenné, en 1703). A partir des textes, un repérage précis des lieux a donc été possible, facilitant l’analyse des vestiges dégagés par la fouille, ce dont témoignent les deux textes 7 et 8 donnés en annexe, ainsi que le commentaire archéologique.

18Pour les autres maisons situées dans le secteur fouillé, le résultat a été moindre, malgré une méthode d’investigation similaire : ceci est compréhensible pour la maison d’Amanzé-Chauffailles, disparue en 1637, qui n’apparaît donc que dans les terriers de l’archidiaconé dont elle dépendait (10 G 1529-1532).

19Mais il en est quasiment de même pour la cure de Saint-Romain, bien qu’elle perdure : aux mentions dans les terriers de l’archidiaconé, ne se joignent que quelques allusions dans un terrier de Saint-Romain (28 G 60), quelques unes dans les registres de voirie peu après sa vente à un particulier (10 G 595) et quelques détails supplémentaires dans les archives paroissiales de l’église Saint-Romain à laquelle elle était rattachée. Ces informations, très disparates, mettent plus en évidence les aléas de la bâtisse que ses caractéristiques architecturales : ainsi, elles indiquent en tout et pour tout au milieu du XVIIe siècle une maison « haute et basse », avec une cour (10 G 1531), qui est complètement modifiée en 1674 (10 G 595), et qui, en 1742, se présente avec quatre étages et une cour (10 G 1535). L’archéologue retiendra, en outre, que, alors que le bâtiment est dans un état de vétusté et de ruine très avancée en 1669, les experts affirment « qu’il n’y a que la cave et la muraille nord qui puissent subsister » (28 G 63) et que, lors de la réfection de 1674, la façade sur rue est reculée de 1,30 m vers l’est.

20Pour la maison connue dans les archives du XVIIIe siècle comme « maison Maclas », du nom de son détenteur à cette époque, s’est posé en préliminaire le problème de son identification dans les documents antérieurs. Une fois établie son identité avec la « maison étant dans les dépendances de la chapelle de Saint-Mammet fondée au palais archiépiscopal », mentionnée jusqu’en 1625, ainsi que son appartenance au curé de Saint-Romain dans les terriers duquel elle apparaît, le bâtiment n’est guère mieux connu par les archives que les deux précédents. A travers les quelques alinéas de terriers qui sont les seules informations disponibles avant 1740 (28 G 69-72-73-74), on perçoit sommairement la composition de la maison : à étages, elle possède plusieurs corps de logis et une cour. En 1625, sa façade principale regarde au sud ; un jardin est mentionné entre 1611 et 1625. Les indices d’évolution de la construction sont rares : mise à part, dans les textes, la disparition du jardin cité ci-dessus après 1625, seule est notable l’ouverture de trois arcs de boutiques à l’angle nord-est de la maison. Il n’existe apparemment ni en texte, ni sur plan, aucune description intérieure.

21Pour les bâtiments communautaires tels que les prisons de l’archevêché, l’église Saint-Romain et son hypothétique cimetière, la cour de Lyon, la recherche en archives est sensiblement plus complexe.

Les prisons

22Le cas des prisons de l’archevêque est très représentatif de ces problèmes. Il comporte une première difficulté qui consiste à identifier de façon sûre les « prisons de l’archevêque » et celles du chapitre qui ne sont pas toujours clairement différenciées dans les textes, quelle que soit l’époque. En premier lieu, il a donc été nécessaire de procéder à un tri minutieux dans les inventaires, afin de les départager. D’autre part, l’étude d’archives a dû prendre en compte les deux emplacements qu’ont occupé successivement ces prisons à l’intérieur de la cour de Lyon, grande cour fermée qui s’étend au sud du palais épiscopal et englobe les dépendances de celui-ci : en 1664, en effet, le percement de la rue de l’Archevêché à travers cette cour provoque le déplacement des prisons, situées près du palais épiscopal et leur installation, plus à l’ouest, en face des prisons du chapitre (texte 1).

23Pour le bâtiment postérieur à 1664. couramment appelé « nouvelles prisons », les documents directs sont rares : détruit en 1780 (texte 6), il n’est resté à cet endroit guère plus d’un siècle. Or, même pour cette période riche en archives, les fonds de l’archevêque, détenteur de ces prisons, sont maigres, voire inexistants : une visite mentionnée en 1733 (1 G 268) est perdue ; Toussaint Loyer les passe sous silence (BP 2561). Quant au chapitre, mise à part une visite officielle retranscrite dans les actes capitulaires (10 G 178, texte 2), il n’a, logiquement, gardé aucune trace dans ses fonds de ces bâtiments dont il avait partiellement l’usage (en accord avec l’archevêque), sans assumer la charge de leur entretien. La documentation sur ces prisons de l’archevêque passe donc par une recherche très élargie, tributaire du hasard : les archives judiciaires de l’archevêque n’ont rien révélé (1 G 187 à 192) ; en revanche les procès-verbaux d’évasion établis par le chapitre (10 G 3818) ont fourni des indications précises et imagées sur la disposition des lieux.

24Les renseignements obtenus par les textes sur ces « nouvelles prisons » sont hétéroclites. Le texte 10 G 178 (texte 2) donne leur agencement général au XVIIe siècle : les bâtiments se composent de 13 chambres en étage, d’une loge de concierge et de 7 « cachots » en rez-de-chaussée ; ils sont desservis par une cour enclose de murailles, communiquant par une fenêtre grillagée avec le choeur de Saint-Romain, afin que les prisonniers puissent suivre les offices, la chapelle n’étant vraisemblablement pas encore construite. La documentation est trop succincte cependant pour permettre de reconstituer précisément la topographie des lieux, particulièrement celle des locaux.

25Les indications du XVIIIe siècle, issues de la liasse 10 G 3818 relatant diverses évasions hors de ces prisons, sont ponctuellement beaucoup plus détaillées. Elles permettent de discerner deux bâtiments différents : l’un, assez élevé (3 étages), donne sur la rue de l’Archevêché ; un autre, de trois étages aussi (dont un de greniers) est accolé à Saint-Romain dont il surplombe le toit ; il est probable qu’il ait été en retour sur la rue Saint-Romain (une de ses fenêtres ouvre à l’angle sur le parvis de l’église), sans qu’on sache si les deux bâtiments étaient en liaison. La porte principale de la prison, située rue de l’Archevêché, est flanquée du guichet du concierge, au-dessus duquel est une petite chambre à une fenêtre. Ces renseignements, très anecdotiques, n’assurent pas une vision globale de l’ensemble : l’articulation des bâtiments et des étages entre eux n’apparaît pas, la chapelle-qui existe alors (texte 4 et 6)-non plus. En conclusion, en dépit d’une accumulation de détails, les textes ne donnent qu’une connaissance imprécise de ces nouvelles prisons : seuls les vestiges découverts en fouille pourraient constituer un fil directeur entre les éléments qu’ils apportent.

26Les « nouvelles prisons » de 1664 s’installent sur un espace déjà construit sans qu’on sache exactement si les structures antérieures ont été réutilisées ou complètement détruites (texte 1, f° 2, r°). L’histoire de ces bâtiments est quasiment inconnue à travers les documents écrits, qu’il s’agisse des archives de l’église Saint-Romain à laquelle ils sont accolés (28 G) ou de celles de l’archevêché (1 G) : trop flous dans leur localisation, les textes n’ont permis d’en définir ni la nature, ni l’usage. Relevaient-ils déjà de l’archevêché à cette époque ? L’hypothèse, suggérée par quelques détails, serait à vérifier.

Saint-Romain

27Les difficultés rencontrées pour Saint-Romain correspondent à deux types de problèmes archivistiques. Pour l’église, il y a pénurie d’informations, malgré l’existence d’une vingtaine de liasses consacrées à la paroisse dans la série 28 G : en fait, il subsiste peu de pièces antérieures à 1640 (quelques comptes de marguilliers, 28 G 62), et la majorité des documents concerne Saint-Pierre-le-Vieux qui s’est substituée tardivement à Saint-Romain. Les seules ressources pour la connaissance de cet édifice sont donc extérieures : quelques actes capitulaires (10 G 12 - 1560 ; 10 G 149 - 1625 ; 10 G 240 - 1743), et un texte postérieur à sa désaffectation (celui de Toussaint Loyer, texte 4).

28Cet ensemble de textes permet de connaître quelques détails architecturaux de l’église : ainsi l’existence de la chapelle construite en 1615 par le curé Jean Faure « du côté droit du grand autel au-dessous de la sacristie joignant la rue du côté de vent, sous le vocable de Notre-Dame-du-Bon-Refuge » (A.D.R. 28 G 60). Les autres documents font allusion à de petites réparations (porte, vitraux). Mais aucune description n’est synthétique avant l’état des lieux de Toussaint Loyer qui, alors que l’église est désaffectée depuis plusieurs années déjà, permet de reconstituer la structure de l’édifice en effectuant le relevé des murs encore utilisables (texte 4).

29Le cimetière de Saint-Romain pose un problème documentaire important. Aux XVIe et XVIIe siècles, les archives de la paroisse Saint-Romain et Saint-Pierre ne mentionnent jamais de cimetière auprès de Saint-Romain : lorsque l’inhumation dans l’église Saint-Romain est refusée en 1625 à Jean Faure, son ancien curé, c’est dans l’église Saint-Pierre qu’il est envoyé (10 G 149, f° 421 ; 10 G 149, f° 423). En revanche, le cimetière de Saint-Pierre-le-Vieux, dès le milieu du XVIIe siècle (1638), est cité à multiples reprises (28 G 62). Au début du XVIIIe siècle, un acte capitulaire (10 G 215) évoque l’installation d’un cimetière à Saint-Romain ; mais, que le projet ait été réalisé ou non, il n’y est plus jamais fait allusion dans les actes capitulaires qui, en 1743 et 1744 relatent pourtant en détail les épisodes successifs de la vente de Saint-Romain au chapitre ; la mention de la désaffectation du cimetière le 20 août 1743, signalée par J.-B. Martin n’a pu être ni retrouvée, ni vérifiée. Il y a donc, dans ce cas précis du cimetière de Saint-Romain, une totale discordance entre la documentation écrite et les vestiges archéologiques, qui n’a pas été résolue.

La cour de Lyon ou cour de l’archevêque

30Le problème posé par la cour de l’archevêque est d’un tout autre ordre. Rappelons que cette cour, qui existe probablement depuis le début du XVe siècle, et se développe au sud de l’archevêché, a été considérablement modifiée par le percement de la rue de l’Archevêché en 1664, aménagement qui détermine une nouvelle cour, beaucoup plus exiguë (texte 1). A partir de 1665 et pendant tout le XVIIIe siècle, l’aspect de celle-ci est assez bien connu à travers les multiples projets et transformations dont elle est alors l’objet. La série 1 G (1 G 268-269) est évidemment la source principale ; mais, les discussions entre archevêque et chapitre étant à cette occasion fréquentes, le fonds 10 G recèle lui aussi de nombreuses indications sur ces aménagements successifs, dont un dessin de J.-G. Soufflot (10 G 1621, fig. 87).

31Avant 1664, la cour est un espace clos par deux portails à l’est et à l’ouest, et son aspect est mal connu : la reconstitution des bâtiments qui la circonscrivaient s’impose cependant puisque des vestiges dégagés au nord-ouest et au sud-est de la fouille étaient susceptibles de leur appartenir. La recherche archivistique a donc dû déborder largement de son cadre initial, afin de localiser ou d’identifier certains de ces éléments mal connus : c’est le cas des « anciennes prisons » de l’archevêché qui posent un problème de méthode. En effet, A. Sachet les localisait en bordure de Saône, très éloignées de l’emprise de la fouille. Or, plusieurs textes, en particulier des alinéas de terriers (28 G 69 et suivants) et l’acte capitulaire relatif à l’ouverture de la rue de l’Archevêché (1 G 268), suggèrent, au contraire, que ces « anciennes prisons » étaient contiguës à la maison Maclas, au nord, et étaient donc probablement incluses dans l’espace de la cour de Lyon, appuyées à sa muraille orientale. Afin d’affiner ceci, l’enquête d’archives a porté sur des textes antérieurs, dont plusieurs visites de l’ancien palais épiscopal (10 G 1457-1458), des biens de l’archevêché (10 G 1389), des prisons (10 G 693), sur des extraits d’actes capitulaires (10 G 104 et 111), et des terriers du XVe siècle (10 G 1527). Ces textes, échelonnés de 1450 environ à 1530, apportent peu d’éléments nouveaux sur cette localisation, sans la démentir toutefois ; en revanche, ils donnent des descriptions plus explicites d’un bâtiment en élévation, et ils remettent en question plusieurs arguments de A. Sachet, inexacts ou insuffisants (10 G 1527).

32A défaut de certitude, l’étude des archives suggère que les vestiges mis au jour dans l’angle nord-est de la fouille et interprétés comme « auditoire de l’archevêque » par A. Sachet, sont probablement les anciennes prisons. En l’occurrence, cette étude ne permet d’établir qu’une hypothèse qu’il appartient à l’analyse archéologique de confirmer ou d’infirmer. Le problème de la porte est de la cour de Lyon, dont l’emplacement précis n’est jamais mentionné dans les textes, est laissé en suspens : sépare-t-elle la maison Maclas du bâtiment des prisons, ou se situe-t-elle au nord de celles-ci ?

33Par extension, la position de l’auditoire de l’archevêché, telle qu’elle est située par A. Sachet, immédiatement au nord de la maison Maclas est, elle aussi, remise en question. Toutefois, l’étude n’a pas été menée très loin : en effet, bien qu’ils suggèrent une proximité entre l’auditoire et les prisons de l’archevêché, les textes consultés ne signalent pas ce bâtiment dans les confins de la maison Maclas, au contraire des prisons (voir 28 G 69). Il est donc très probable que l’auditoire soit en dehors du cadre de la fouille : la solution complète du problème passant par un examen de tout le système judiciaire du chapitre et de l’archevêque, cette approximation nous a paru suffisante. A partir de la fin du XVIIe siècle (après 1664 ?), l’auditoire de l’archevêque est signalé dans le coin nord-est de la cour de l’archevêché (1 G 269).

34Les origines et le fonctionnement de la cour de Lyon entre la fin du Moyen Âge et 1664, importantes pour le commentaire de la fouille, ont suscité des recherches dans les archives anciennes qui se sont révélées peu explicites : la première mention incontestable de la cour, en 1449 (10 G 693), la présente déjà comme un espace clos, fermé par deux portes est et ouest, et les documents ultérieurs donnent uniquement des précisions sur son fonctionnement. De même, les textes apportent peu d’informations concrètes sur les portes, sinon quelques allusions à leurs vantaux ou leurs ferrures, bien que l’obligation théorique de fermeture quotidienne soit encore rappelée en 1611 et que les deux portails perdurent jusqu’en 1664.

35Les informations apportées uniquement par les textes sont donc, dans le cadre de la recherche archéologique de l’avenue Adolphe Max, de niveaux très divers : tantôt elles ont anticipé sur les découvertes et les ont très largement expliquées (maison Pingon, prisons postérieures à 1664), tantôt elles ont seulement permis une identification sans apporter plus de détails (maison Maclas), tantôt elles ont mis en évidence une éventualité que la fouille a confirmée ou non (anciennes prisons), tantôt elles ont été purement et simplement négatives (cimetière de Saint-Romain). En tout cas, ce travail souligne la parfaite complémentarité entre les deux démarches, archéologique et archivistique, et souligne le danger d’exploiter l’une ou l’autre isolément.

Notes

23 La recherche d’archives a été menée conjointement par C. Arlaud et F. Villedieu, puis par M-.O. Mandy qui a aussi assuré la présentation de cette annexe. Les tableaux récapitulatifs sont dus pour l’essentiel à C. Arlaud.

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access