Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Annexe

Annexe 3. Le mobilier antique : datations

Texte intégral

1Les datations des différentes phases de l’occupation antique données dans l’exposé des résultats de la fouille, sont encore imprécises : elles couvrent pour cette raison des fourchettes chronologiques assez larges. Choisir d’examiner l’ensemble du mobilier recueilli, afin de pallier l’insuffisance et le caractère souvent lacunaire des données stratigraphiques (cf. annexe 2), avait en effet pour corollaire de rendre impossible l’analyse détaillée de chaque lot de matériel, nécessaire pourtant pour fixer exactement sa date de formation et donc celle de la couche concernée. Par ailleurs, la volonté d’alléger le texte consacré aux données de la fouille, surchargé déjà par le poids d’une information extrêmement riche, a conduit à éviter d’y introduire les faits et les raisonnements sur lesquels se sont fondées les datations proposées. Je souhaite donc les développer ici, en présentant tant les critères adoptés que les principales informations réunies, illustrées par la fig. 98, qui en fait la synthèse. Ce tableau est composé d’histogrammes construits en regroupant le mobilier de toutes les couches attribuées à une même période de l’occupation du site. Il nous donne donc une image moyenne de la composition des couches caractérisant chacune de ces séquences stratigraphiques, et met en évidence les principales tendances se manifestant dans l’évolution du mobilier, au sein duquel ont été sélectionnées uniquement les productions les plus fréquemment attestées. Ces productions sont réparties entre trois catégories : les céramiques fines, les céramiques utilitaires et les amphores de transport (fig. 94). Les pourcentages ont été calculés, pour chaque type, par rapport à la somme des objets appartenant à la même catégorie.

Les types

2Les types distingués peuvent couvrir l’ensemble de la production d’un atelier ou même d’une région, ou correspondre à un seul produit représenté par de grandes quantités d’objets facilement identifiables ; dans ce dernier cas le « type de production » se confond avec la « forme ». Le système adopté a été conçu en fonction des caractéristiques du mobilier traité : la fréquence de certains types, ou de certaines formes, leur donne plus de poids au niveau de l’analyse, l’aspect plus ou moins homogène des pâtes intervient aussi, mais également les connaissances et donc l’expérience de la personne qui a examiné le matériel. Ainsi, dans le cas des productions de céramique africaine, les sigillées A, C et D ont été distinguées (elles n’apparaissent pas fig. 98), de même que la sigillée A « de cuisine » et les céramiques communes africaines (types f et g). En revanche, les sigillées gauloises qui, il est vrai, sont issues dans la majorité des cas des ateliers du Centre de la Gaule et principalement de Lezoux, ont été groupées (type a). Sous le type « métallescente » (type e) sont réunis des restes de vases caractérisés par une pâte fine, très bien cuite, et un vernis généralement de bonne qualité, et ceux de production tardives à pâte souvent claire, beaucoup moins compacte, et vernis mal grésé. Il s’agit, le plus souvent, de productions du Centre de la Gaule, mais aussi parfois de celles des ateliers rhénans. Entre la sigillée claire Β et la luisante (types b et d), a été introduite une catégorie bâtarde, dans laquelle ont été relégués tous les tessons qui ne présentaient pas de caractères assez clairement marqués pour être attribués à l’une des deux productions (type c). Elle acquiert une certaine importance quand, entre le milieu du IIIe siècle et la fin du IVe, ces deux types de productions sont souvent associés et paraissent se concurrencer, avant que la sigillée luisante ne l’emporte. Ces incertitudes disparaîtront généralement - et donc aussi ce type - lorsque sera réalisée l’étude typologique.

3Dans le cadre des céramiques utilitaires, le degré de définition des types est également très variable. Forment un groupe clairement défini : la sigillée A de cuisine et les communes africaines (types f et g), relativement abondantes au IIIe siècle, mais encore représentées aux Ve et VIe siècles par quelques exemplaires vraisemblablement résiduels, et les mortiers en terre blanche, dont l’indice de fréquence chute après le IIIe siècle. Le type « commune claire » (type i) fait aussi partie des plus fiables, puisqu’il regroupe en majorité des objets offrant des caractéristiques techniques homogènes et s’organisant le plus souvent en séries relativement standardisées. Toutefois, l’abondance, jusqu’à la fin du IIIe siècle environ, des vases appartenant à cette production contribue à en maintenir la fréquence durant les siècles suivants, alors que l’activité des ateliers qui les fabriquaient s’est notablement réduite. Parmi les autres céramiques utilitaires, la diversité régnant dans la composition des pâtes et parfois même l’hétérogénéité caractérisant des produits que l’on peut pourtant supposer issus d’un même atelier, n’a pas permis de définir des groupes satisfaisants à ce stade du traitement du mobilier. La distinction établie entre types « à pâte rouge » et types « à pâte grise » (types j et h) permet seulement d’exploiter le fait que la cuisson totalement réductrice, responsable de la teinte de certains vases, a connu un engouement croissant du IIe au VIIe siècle.

4Le type Gauloise 4 (type 1) occupe une position remarquable parmi les amphores : son indice de fréquence est très élevé dans les premières couches d’occupation, dessine un pic au IIIe siècle, puis, tout en diminuant progressivement, conserve une valeur importante jusqu’à la fin de la période considérée, et même au-delà puisqu’il réapparaît régulièrement jusque dans des couches modernes. Cette permanence sous forme résiduelle est clairement la conséquence de son extrême abondance durant la période de production, qui semblerait s’achever au cours du IIIe siècle (Ostia III, p. 542 : C. Panella ; Ostia IV, pp. 226-227 : D. Manacorda ; Laubenheimer, pp. 391-392). Les autres productions gauloises, généralement plus anciennes - du moins celles qui peuvent être raccrochées aux typologies publiées - sont mal représentées (elles n’apparaissent pas sur le tableau fig. 98). Les exemplaires d’amphores à huile de Bétique forme Dressel 20 (type m) sont également faciles à identifier et relativement abondants dans les couches anciennes, dans lesquelles ils constituent donc un bon fossile directeur. Les fragments de panses, trouvés dans les couches tardives, qui pouvaient être interprétés soit comme des tessons de Dressel 20 résiduels, soit comme des exemplaires de la forme Dressel 23, ainsi que les fragments dont l’appartenance à cette dernière est certaine, ont été réunis dans le cadre d’un même type, qui n’apparaît pas sur la fig. 98. Il s’agit dans les deux cas d’amphores de même origine et utilisées sans doute pour transporter le même produit. L’apparition de la forme Dressel 23 a été enregistrée au moment où ralentit, pour bientôt cesser totalement, la fabrication de la forme 20, vers le milieu du IIIe siècle ; toutefois sa diffusion paraît ne prendre un grand essor que plus tard, et c’est durant la première moitié du Ve siècle que pourrait se placer son apogée. Elle est représentée par quelques exemplaires dans les couches des périodes 6 et 7. Sous le titre « autres hispaniques » (type n) ont été classés les fragments peu nombreux d’amphores Dressel 7-11, Pélichet 46, Beltran IIB et Almagro 50 et 51 A-C. L’indice de fréquence de ces formes, qui se côtoient ou se succèdent du Ier siècle au Ve, reste assez stable sur ce site, où elles n’ont jamais été introduites en grandes quantités. Les amphores africaines, type ο ici, sont représentées par des exemplaires peu nombreux de la plupart des formes produites en Maurétanie Césarienne (Dressel 30, dans ses versions précoce et tardive), en Tripolitaine (tripolitaine III et forme Ostia I, fig. 453-454) et en Proconsulaire ou Byzacène (Africaine I A-B et II A, C, D ; amphores cylindriques du bas Empire ; types tardifs). Parmi les amphores orientales (type p) sont présents des exemplaires des types rhodiens, les formes Kapitän I et II, l’amphore mono-ansée, ainsi que quelques fragments de types tardifs (Riley-Carthage, L.R.A. 1, 2, 3, 4 et 5-6), qui fournissent des points de repère chronologiques intéressants.

5En « productions d’origine inconnue et fragments de formes non identifiées » (type r) sont classés certainement des fragments - généralement de panses - qui devraient prendre place dans les groupes précédents : il a paru plus sage de gonfler cette catégorie de cas indéterminés, plutôt que de proposer des identifications lorsque l’absence de critères distinctifs assez nets suscitaient quelques hésitations. Y ont été versés aussi des types mal ou pas connus (parce que leur fabrication et leur diffusion sont restées limitées) dont le nombre semble s’accroître au fil des siècles. Dans ce groupe, ont pu être isolées quelques productions dont les caractères morphologiques ont été relativement bien cernés. Certaines, que peuvent rapprocher l’aspect de la pâte très fine et compacte, contenant du mica et de couleur généralement beige, mais que distinguent nettement les profils des cols, pourraient avoir une origine régionale : aucun parallèle encore n’a pu être établi avec le mobilier trouvé dans d’autres régions de l’Empire et publié. Elles apparaissent dans des couches datées de la deuxième moitié du IIe et du IIIe siècle. En revanche, le type le plus fréquemment attesté, à partir du IIIe siècle qui correspond sans doute à sa période de majeure diffusion sur le site, peut être rapproché de l’amphore Peacock, fig. 1, 1-4, qui présente un profil très proche et dont la pâte est certainement identique (type q, fig. 94). Toutefois, les exemplaires publiés sont datés du 1er siècle et appartiennent donc à une phase plus ancienne de la même production (Peacock, pp. 264-265).

6D’autres types de céramiques, non cités encore, ne sont représentés que par un nombre infime de tessons ; ils n’ont pas été pris en compte lors de la réalisation des histogrammes fig. 98. Il s’agit des céramiques arétine (un fragment résiduel), à glaçure plombifère, de la céramique à engobe rouge pompéien, de l’allobroge, de la sigillée estampée grise, des vases à paroi fine, de la terra nigra et des céramiques peintes. L’indice de fréquence des lampes de céramique commune ou de sigillée africaine, est particulièrement faible, l’éclairage à l’huile ayant été apparemment abandonné durant les IIIe et IVe siècles et ne connaissant ensuite qu’une fort timide reprise. Les exemplaires de lampes africaines trouvées dans les couches tardives ont cependant joué un rôle fort important dans l’établissement des datations.

La composition des couches et son évolution du milieu du IIe siècle à la fin du VIe siècle

7Les observations qui précèdent mettent en relief la diversité des informations que peut livrer l’analyse statistique de ce mobilier. L’apparition d’un type fournit parfois le critère adopté pour dater une période d’occupation du site, mais dans la plupart des cas il a fallu introduire aussi l’identification de quelques formes de céramique. Cette nécessité s’est imposée particulièrement au cours du traitement des couches tardives, pour lesquelles les repères chronologiques sont souvent inexistants. Dans ce contexte, les productions importées, qui présentent l’avantage d’avoir été datées sur des sites proches de la Méditerranée, ont joué un rôle déterminant, bien qu’elles soient fort peu nombreuses à Lyon.

8L’histogramme 1, (fig. 98) construit à partir des restes de 4 596 vases recueillis dans les niveaux contemporains de la construction du premier bâtiment apparu sur le site, nous livre une image de la composition moyenne des lots que je propose de dater du troisième quart du IIe siècle. Parmi les céramiques fines, le nombre de vases de sigillée gauloise (a) double presque celui des vases de sigillée claire Β (b) (205 contre 114) ; la céramique à couverte métallescente (e) est représentée par les restes de 10 vases seulement. Dans le groupe des céramiques utilitaires, les types à pâte claire (i) sont les plus fréquents (1138 vases, contre 630 et 210 pour les types à pâte rouge ou grise, j et k). Les mortiers (h) sont relativement nombreux (75). Le volume de ce matériel écrase celui que représentent les 25 vases de sigillée africaine de cuisine et de commune africaine (f et g). De même, dans le cas des amphores, les 22 fragments attribués à des productions africaines, disparaissent face à l’abondance des amphores Gauloise 4 et Dressel 20 (1 et m), principalement. Les autres productions hispaniques (n : amphores à garum, à saumure) et les amphores vinaires orientales (p) sont encore relativement abondantes (respectivement 105 et 71 vases). La datation proposée pour cette phase de l’histoire du site tient particulièrement compte de la relative rareté des céramiques à couverte métallescente et des productions africaines, dont la diffusion connaît un essor remarquable au IIIe siècle. L’aspect des vases de sigillée B, représentés par des exemplaires dont la couverte est de teinte orangé clair, me semble indiquer qu’ils appartiennent à la toute première période de l’activité des ateliers, datée par N. Lamboglia de l’époque antonine (Lamboglia 1958, p. 297). La présence d’une monnaie émise en 158-160 fixe un terminus post quem plus précis.

98. Composition moyenne du mobilier des principales séquences de l’occupation antique (voir la codification des types donnée fig. 94)

98. Composition moyenne du mobilier des principales séquences de l’occupation antique (voir la codification des types donnée fig. 94)

9Entre la période correspondant à la construction du premier bâtiment (histogramme 1), puis à son utilisation (2) et enfin au colmatage du bras secondaire de la Saône qu’accompagne l’apparition de nouveaux bâtiments (3), l’évolution se dessine clairement. L’indice de fréquence de la sigillée claire B (b) s’élève progressivement, pour dépasser légèrement celui des sigillées gauloises (a) au cours de la troisième période considérée. Parallèlement, les céramiques à revêtement métallescent (e) deviennent plus nombreuses. Dans le groupe des céramiques utilitaires, les mortiers à pâte claire (h) sont de moins en moins abondants proportionnellement à l’ensemble, tandis que les céramiques africaines (f-g) se multiplient (ce que l’échelle adoptée fig. 98.ne permet pas de percevoir nettement). Toujours très abondantes, les céramiques communes à pâte claire dominent un peu moins nettement les types à pâte rouge et grise (i-j). Parmi les amphores, la diminution des amphores Dressel 20 (m) constitue l’événement le plus remarquable : leur indice de fréquence est alors de très peu supérieur à celui des amphores africaines et orientales (o-p). Le fort pourcentage d’amphores dont l’origine ou la forme n’ont pas été identifiées (r), masque un peu l’essor, pourtant notable, des arrivages d’amphores gauloises (1), représentées par 2 531 vases sur un total de 3 776 amphores attribuées à des productions connues. La présence de formes de sigillée africaine A produites durant le IIIe siècle et caractérisées par un revêtement de qualité médiocre indique que le seuil de ce siècle a été passé lorsque se constituent les couches de la troisième séquence considérée. En revanche, l’absence de sigillée africaine C (sur un total de 16 308 vases) suggère que les années 210-220, qui marquent le début de sa commercialisation, n’ont pu s’écouler depuis longtemps. Compte tenu du fait que ces importations n’ont jamais acquis une grande importance à Lyon (la sigillée C semble toutefois plus fréquente que la sigillée A), et que les premiers exemplaires de cette production peuvent y avoir été introduits avec un certain retard, je propose de dater cette phase d’aménagement du site entre 210 et 230.

10Dans les couches contemporaines d’une seconde campagne de constructions, qui succède au colmatage du bras de la Saône (séquence 4), l’importance de la sigillée B (b) augmente nettement par rapport aux sigillées gauloises (a), tandis que les céramiques à couverte métallescente (e) deviennent un peu plus nombreuses et que fait son apparition la sigillée luisante (d) représentée par 14 fragments sur un total de 4 610 vases. Dans le groupe des céramiques communes à pâte claire, rouge et grise (i-k), les forces tendent à s’équilibrer : les premières dépassent moins nettement les autres, et le volume des céramiques grises s’accroît. C’est au cours de cette période que doit se situer l’acmé des importations de vaisselle africaine (céramique fine et utilitaire). Parallèlement, les arrivages d’amphores de même origine (o) connaissent un développement, qui se dessine assez nettement dans un paysage que caractérise pourtant encore l’abondance des amphores du type Gauloise 4 (1). Si plusieurs changements mettent en évidence l’évolution chronologique qui sépare cette période de la précédente, l’élément qui m’a guidée le plus sûrement pour fixer la datation de cette séquence est l’apparition de la sigillée luisante, dont la commercialisation sur la côte ligure commencerait, selon N. Lamboglia, entre 260 et 280 (Lamboglia 1963, p. 170). Considérant, par ailleurs, que cette campagne de construction n’a pu être entreprise bien longtemps après la précédente - les structures appartenant vraisemblablement au même complexe - je l’ai datée du second quart, ou du milieu, du IIIe siècle.

11L’image que construit le mobilier des couches liées à la reconstruction des thermes (séquence 5) paraît écrasée, sans doute en raison de la relative abondance des résidus de productions anciennes introduits avec les remblais employés pour ennoyer les fondations les plus profondes et asseoir les sols. Il faut, en conséquence, réévaluer l’importance de la sigillée luisante (d), de la catégorie hybride qui réunit les fragments de sigillées Β et luisante les moins facilement identifiables (c), ainsi que celle de la céramique métallescente (e). En dépit de cette déformation, le développement des productions de céramiques communes à pâte rouge et grise (ik), apparaît clairement : pour la première fois, le type à pâte blanche abandonne sa prééminence en faveur, pour l’heure, de la catégorie à pâte rouge. Dans le groupe des amphores, on notera d’une part la chute des attestations d’amphores gauloises (1) et la multiplication des amphores africaines (o). Une monnaie émise entre 388 et 395 nous donne une première indication pour fixer une datation, que je suggère de repousser éventuellement jusqu’au début du Ve siècle, compte tenu de la présence de restes d’amphores orientales qui pourraient appartenir au type Riley L.R.A. 3, rarement attesté avant cette date (Riley 1977, p. 118 ; Riley 1980, p. 115).

12Les histogrammes des périodes 6 et 7 présentent d’étroites similitudes (ils ont été élaborés à partir de lots réunissant, respectivement, 3 073 et 1 458 restes de vases). Parmi les céramiques fines, la sigillée luisante (d) occupe maintenant la première place. Si les restes de sigillées gauloises et Β (a-b) peuvent être classés en matériel résiduel, les céramiques métallescentes (e) sont en grande partie représentées par des productions tardives qu’une pâte claire et une couverte mal grésée différencient nettement des productions antérieures. Les céramiques communes à pâte grise (k) sont maintenant plus abondantes que les autres catégories, et cette tendance ne cessera de s’accentuer par la suite. Entre ces deux périodes, la différence a pu être établie essentiellement à partir de détails : la présence de formes de sigillée claire D produites au Ve siècle dans le premier cas, celle de lampes de sigillée claire du type Hayes IIA et l’accroissement des amphores orientales, au sein desquelles il faut noter la relative fréquence des amphores de Gaza utilisées pour transporter un vin, fort prisé en Gaule au VIe siècle, ainsi qu’en témoigne Grégoire de Tours (Grégoire de Tours, Historia Francorum, VII, 29 et Liber in gloria confessarum c.64, Mon. germ. hist., Scrpt. rerum merov., éd. W. Arndt, t.I, Hanovre, 1885, p. 309 et pp. 785-786). Je propose de dater les couches regroupées dans la séquence 6 de la seconde moitié du Ve siècle, et du VIe siècle celles qui appartiennent à la période suivante. La sigillée estampée grise, peu fréquente à Lyon, apparaît presque exclusivement dans ces dernières, ou dans des niveaux plus récents.

13Les séquences stratigraphiques examinées ici correspondent aux périodes 18-20, 22, 24, 26-27 décrites à la fin de l’étude numismatique. Les autres séquences antiques ont été écartées, soit parce que le mobilier recueilli était peu abondant et, en conséquence, les histogrammes déformaient en les exagérant les tendances plus clairement illustrées par les autres ensembles (périodes 23 et 28), soit parce que les informations que pouvaient apporter des histogrammes supplémentaires paraissaient redondantes.

14Principaux ouvrages utilisés pour étudier ce mobilier : Anselmino 1977, Atlante 1981, Bonifay 1986, Carandini 1973, Carthage 1980, Fulford 1984, Hayes 1972 et 1980, Lamboglia 1958 et 1963, Laubenheimer 1985, Paunier 1981, Peacock 1974, Riley 1981, Villedieu 1984.

Table des illustrations

Titre 98. Composition moyenne du mobilier des principales séquences de l’occupation antique (voir la codification des types donnée fig. 94)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access