Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Annexe

Annexe 1. Découvertes faites sur la rive droite de la Saône avant l’ouverture de la fouille

Texte intégral

93. Découvertes et fouilles effectuées sur la rive droite de la Saône

93. Découvertes et fouilles effectuées sur la rive droite de la Saône

1L’ambition de la recherche, dont les résultats sont exposés ici, était essentiellement de reconstituer un cadre des connaissances acquises, à la veille de l’ouverture du chantier, sur l’occupation des quartiers installés sur la rive droite de la Saône à l’époque romaine. Mon but était de cerner le contexte dans lequel les nouvelles données allaient s’insérer et non de dresser une carte archéologique exhaustive. Toutes les ressources bibliographiques n’ont pas été exploitées : les ouvrages utilisés par A. Allmer et P. Dissard ont rarement été repris et l’on glanera certainement encore quelques informations en achevant le dépouillement des publications (voir la bibliographie réunie dans Walker 1981).

2Bien qu’une occupation antique y soit clairement attestée, l’espace qui se développe au nord-ouest de Saint-Paul a été exclu de cette recherche, par rapport à laquelle il occupe une position trop marginale. La limite méridionale fixée au voisinage de Choulans se confond, au contraire, avec celle de la ville romaine.

3Les points portés sur la carte (fig. 93) pour localiser les découvertes anciennes et les fouilles, souvent en regroupant plusieurs d’entre elles, donnent l’illusion qu’existe une riche documentation sur le quartier. En réalité, dans la majorité des cas, les informations concernent des inscriptions, le plus souvent funéraires, réemployées dans des constructions postérieures, médiévales en général, quand il ne s’agit pas de pièces de la collection d’un amateur d’antiquités. Les dénominations des lieux employées par les auteurs cités ont été maintenues, systématiquement, faute de pouvoir dans certains cas donner une équivalence, sinon au prix d’un commentaire qui nous éloignerait trop du sujet traité (ainsi, dans le cas du Cloître Saint-Jean et de la rue des Estrées).

A. Saint-Paul

1. Saint-Paul / Passerelle Saint-Vincent

4Aux alentours de la passerelle Saint-Vincent, ont été recueillis de nombreux sceaux de douane et des tessères commerciales (Steyert 1895, pp. 253-254, fig. 299-308 ; voir infra n° 2). Ces découvertes et une tradition sont à l’origine de la localisation, dans ce secteur, d’un pont, d’un bourg gaulois et d’un temple romain dédié à Diane (Steyert 1895, pp. 294-295 ; Audin 1956, pp. 126 et 137 ; Audin 1981, p. 478). Des inscriptions funéraires antiques étaient réemployées dans les murs des églises Saint-Laurent et Saint-Paul, ainsi que dans celui du cimetière de cette dernière (Allmer 1888/93, III, pp. 345-347, n° 364 ; pp. 451 et 453).

2. Secteur Conservatoire / Quai de Bondy

5(rue de la Boucherie de Saint-Paul ; place de l’ancienne Douane)

6L’abondance des tessères et des sceaux de douane mis au jour (Steyert 1895, pp. 253-254, 294-295) ainsi que la découverte de piédestaux de statues érigées en l’honneur des nautes de la Saône, suggèrent de situer leur port ici (Steyert 1895, pp. 294-295 restitue, « du pont de Pierre jusqu’au-delà de Saint-Paul », un quartier industriel et « le siège le plus ancien du commerce lyonnais » ; Audin 1956, p. 137). Il ne semble pas possible de faire intervenir en faveur de cette hypothèse le fragment d’une liste de noms, gravée sur une plaque de marbre « trouvée en avril 1862, au quai de Bondy, dans la Saône » (Allmer 1888/93, II, pp. 514-515, n° 190). Deux autres inscriptions ont été retirées de la Saône en 1861 et 1862, vraisemblablement au cours des travaux de construction des quais, dans le voisinage de la précédente ou en aval (Allmer 1888/93, III, p. 432, n° 427 et p. 438, n° 438) ; une autre est indiquée quai de Bondy, en réemploi dans une écurie (Allmer 1888/93, II, pp. 471-474, n° 177) ; deux cippes ont été recueillis dans la Saône, au quai de Bondy (Allmer 1888/93, III, pp. 323-324 et 375-376, n° 383). La découverte d’une épitaphe est signalée place de l’ancienne Douane (Allmer 1888/93, pp. 411-412, n° 402)

3. Groupe scolaire

7A. Audin signale que des vestiges de thermes ornés de mosaïques ont été vus lors de la construction du bâtiment, mais il ajoute qu’il n’a « pu obtenir confirmation du fait » (Audin 1956, p. 137 ; Stern 1967, p. 39, n° 36).

4. Rue Juiverie

8Un cippe, utilisé dans la construction d’une maison, est signalé par J. Spon (Spon 1673, p. 34 ; Allmer 1888/93, III, p. 457).

5. Montée Saint-Barthélémy

9La voie actuelle reprendrait un tracé antique, ainsi que semblent en témoigner les restes de dallages mis au jour à plusieurs reprises (Audin 1956, p. 126). Dans ce secteur, qui déborde du cadre géographique fixé à notre sujet, les découvertes de vestiges de constructions antiques sont nombreuses (Stern 1967, pp. 26 et s., Audin 1956, pp. 126, 138-139, etc.).

B. Le change

6. Loge du Change

10Durant les travaux de construction de la Loge du Change de J.-G. Soufflot, en 1740, ainsi que durant la construction, contemporaine, de la maison « qui fait l’angle de la rue Juiverie et de la rue de la Loge », fut enregistrée la présence de structures importantes dans la partie nord et à l’ouest de cet édifice ; à partir des observations consignées dans une note manuscrite qu’il avait trouvée aux archives de la ville, J.-F. Artaud propose d’identifier un quai (Artaud 1846, pp. 30-32 : sont signalés, deux « canaux » E-O et N-S, « un fourneau propre à faire cuire le cuivre », « une grande cuve en pierre », des monnaies, un piédestal de marbre, un autel et « un mur de forte maçonnerie de 12 pieds d’épaisseur, semblable à un mur de quai, auquel étaient adossés des escaliers comme aux descentes de pont ; le devant des dalles était piloté à double et triple rang, fort serré et garni de fortes assises de taille »). Cette interprétation est contestée par A. Audin, qui ajoute au dossier les informations que lui ont livré des tranchées ouvertes à l’est de la Loge, place du Petit Change, où sont apparus des restes de murs antiques : « le quartier était donc occupé jusqu’à l’actuelle rive de la Saône » (Audin 1956, pp. 137-138). Les mêmes auteurs localisent, un peu au nord, entre le Change et le Conservatoire, un bras mort de la Saône (Audin 1947, pp. 101-102 ; Audin 1956, pp. 137-138). Des fragments d’un monument votif sont localisés « à l’angle du Change » (Allmer 1888/93, II, pp. 69-74, n° 115).

7. Pont du Change

11Lors de la démolition de ce pont furent recueillis de nombreux blocs antiques (inscriptions : Allmer 1888/93, I. n° 7, 10, 13, 15, 44, 56 et p. 449 ; II, n° 112, 117, 121, 126, 129, 132, 134-136, 163, 170, 183 ; III, n° 193, 246, 255, 262, 273, 294, 308, 315, 369, 384, 391, 394). Plusieurs inscriptions ont été recueillies dans la Saône, près du pont du Change ou du pont de Nemours, qui fut bâti au même emplacement (Allmer 1888/93, I, pp. 204-205, n° 32 ; III, pp. 169-170, n° 258 : pp. 320-321, n° 348 ; pp. 358359, n° 373 ; pp. 419-420, n° 408). En 1860, A. Steyert vit des vestiges du départ d’un pont qui lui parut pouvoir être antique, à l’occasion de travaux réalisés sur le quai Humbert (Steyert 1895, p. 279).

8. Rue de Gadagne / Rue du Bœuf / Chemin Neuf

12J.-F. Artaud note la présence d’un « canal » antique qui « suivait la direction du Chemin Neuf » et dont un autre tronçon « a été vu rue du Boeuf n° 24 » (Artaud 1846, p. 29). A. Audin signale que, rue de Gadagne, « vers 1930, lors de la construction de l’égout de cette rue, le dallage reparut à 2 m de profondeur, sur un axe qui coïncidait avec le sien. Les grosses dalles polygonales de granit bleu étaient profondément creusées d’ornières » (Audin 1956, pp. 125 et 138). Au bas du Chemin Neuf a été notée, autrefois, la présence d’une épitaphe réemployée dans la façade d’une maison (Spon 1673, p. 29 ; Allmer 1888/93, III, p. 457) et une dédicace est mentionnée « à la base d’une porte cochère, rue du Boeuf, vis-à-vis un jeu de paume » (Allmer 1888/93, I, p. 453). Un cippe fut mis au jour, en 1884, « dans la cour de l’hôtel Chevrières » (rue du Boeuf) (Allmer 1888/93, pp. 288-289, n° 330) ; une dédicace à Mithra était réemployée dans l’escalier du même bâtiment (Spon 1673, pp. 29-30).

9. Place de la Baleine

13Un fragment de stylobate, portant partie d’une inscription, provient de la « rue de la Baleine » (Allmer 1888/93, II, pp. 55-56, n° 110 ; un autre bloc de la même inscription, gravée sur un monument du sanctuaire fédéral des Gaules, a été remis au jour au cours des fouilles du groupe épiscopal : cf. infra, n° 11 et Audin 1981, pp. 463-467). Une inscription tardive y a également été retrouvée (Burnand 1980, pp. 61-62 ; Burnand 1984, pp. 223-231).

C. Le cloître Saint-Jean

Non localisé

14Un sarcophage aurait, dans le passé, été placé dans une rue du Cloître (Allmer 1888/93, p. 455).

10. Quai de l’Archevêché, vers le Palais de Justice

15Sont signalés, la récupération d’une épitaphe trouvée lors de la démolition d’une maison située « à côté du Palais de Justice, entre le quai de l’Archevêché et la rue des Estrées » (Allmer 1888/93, III, p. 447) et un cippe provenant d’une maison voisine du Palais de Justice (Allmer 1888/93, III, p. 139, V, p. 64). Une épitaphe était visible, autrefois, devant le palais de Roanne, à l’emplacement du Palais de Justice (Allmer 1888/93, III, pp. 459-460) et une autre fut mise au jour lorsque fut bâti ce dernier (Allmer 1888/93, I, pp. 197199, n° 29).

11. Groupe épiscopal : découvertes fortuites et fouilles

16Dans Sainte-Croix, une inscription funéraire était employée pour supporter le bénitier (Spon 1673, p. 23 ; Allmer 1888/93, III, p. 458). En outre, J.-F. Artaud rapporte que des vestiges antiques furent aperçus lorsqu’elle fut démolie et il fait la même remarque à propos de Saint-Etienne (Artaud 1846, p. 188). Un bloc recueilli dans les fondations de l’église Sainte-Croix a pu être, grâce aux. découvertes faites au cours des fouilles du groupe épiscopal, attribué à un monument du sanctuaire fédéral de la Croix-Rousse (Allmer 1888/93, II, pp. 94-96, n° 123. ; Audin 1981, pp. 468-473). Un cippe et un autel ont été récupérés « dans les fondations » de Saint-Etienne, et deux inscriptions en remploi ont été signalées dans le même édifice (Allmer 1888/93 III, pp. 360-361, n° 374. P. 14, n° 200. II, pp. 479-481, n° 180. Spon 1673, pp. 24-25. Allmer 1888/93,I, pp. 187-189. III, pp. 453-454).

17A l’intérieur de la cathédrale, l’installation d’un système de chauffage en 1899, puis les recherches entreprises en 1935 à l’occasion de la tenue à Lyon du Congrès Archéologique de France, sont à l’origine du dégagement d’une abside antérieure à l’édifice actuel ; les restes de mosaïque remis au jour alors ont été datés du début du XIIe siècle par H. Stern (Aubert 1935, pp. 56-59 ; Stern 1967, pp. 117-118).

18La destruction d’un îlot dans le cadre d’un projet d’urbanisme, offrit l’occasion, à l’équipe placée sous la direction de J.-F. Reynaud, de fouiller, de 1973 à 1977 puis en 1983, les vestiges des églises Sainte-Croix et Saint-Etienne et de retrouver un tronçon d’un mur antique tardif, identifié à l’enceinte de la ville. Au cours des travaux furent analysés des vestiges médiévaux, et plus particulièrement les phases romanes des deux édifices religieux appartenant au groupe épiscopal, ainsi que leurs états antérieurs. Sont apparus ainsi, sous Saint-Etienne, les restes du baptistère dont la construction initiale est datée de la deuxième moitié du IVe siècle, et l’abandon, entre le VIe et le Ville siècle. Du milieu ou de la seconde moitié du IVe siècle daterait également l’une des phases de l’aménagement de l’enceinte, qui utilise de nombreux blocs parfois inscrits arrachés, à la Croix-Rousse, à des monuments du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, datés des IIe et IIIe siècles (Audin 1981, pp. 457-477 ; cf. supra et n° 9). Sous le baptistère, ainsi que sous Sainte-Croix, sont venus au jour des restes d’hypocaustes romains, en partie au moins utilisés pour asseoir les constructions postérieures. Quelques sondages ont permis d’atteindre une couche de limon et sable conservant les empreintes de trous de poteaux associées à des traces d’une occupation datée des IIe et IIIe siècles. Durant les mêmes campagnes de fouille, a été repris l’examen des restes de l’abside mise au jour au niveau de la croisée du transept de la cathédrale. La bibliographie sur le sujet est abondante ; en attendant la publication de la thèse de J.-F. Reynaud, on peut se référer à ses travaux les plus récents qui donnent la bibliographie antérieure (Reynaud 1981, pp. 119-156 ; Reynaud 1986 a, pp. 90-107) et suivre la progression de ces recherches à travers les Informations Archéologiques publiées dans Gallia (Leglay 1973, p. 525, Lancel 1975, p. 522, Boucher 1980, pp. 519-522. Boucher 1977, p. 488, Lasfargues 1980. p. 417).

12. Porte-Froc (porte et rue)

19Une épitaphe est signalée à la « Porte-Froc », et un piédestal de statue à l’angle de la rue de l’Archevêché et de la rue Porte-Froc (Allmer 1888/93, p. 352 ; I, pp. 134-136, n° 20, pp. 149-156, n° 21).

20« Près de l’église Saint-Jean » avait été notée la présence d’un fragment d’inscription (Allmer 1888/93, I, p. 138).

13. Rue Tramassac

21Les observations faites par J.-F. Artaud au cours des travaux de construction d’une maison occupant l’angle de la rue Tramassac et de la rue de la Bombarde, suggèrent la présence d’un bras mort de la Saône à cet emplacement : « à 15 pieds, le sable de la Saône formait une éminence, et plus loin, à 30 pieds au-dessous, nous avons retrouvé le sable de la même rivière » (Artaud 1846, p. 181). Il semble, d’après le contexte, qu’il ait vu aussi des vestiges de constructions antiques et il évoque la présence de l’enceinte canoniale. La construction d’une maison au n° 3 de la rue Tramassac permit à A. Audin et R. Méjat d’analyser à nouveau une situation similaire (Audin 1957, pp. 57-61 ; Guey 1958, pp. 359-360). Au cours des travaux vinrent au jour des restes de dallages d’une voie romaine, recouvrant des vestiges de murs et scellant un épais remblai, qui livra des céramiques romaines ainsi qu’une oenochoé, considérée par les auteurs comme un témoin de l’occupation ou de la fréquentation de ce secteur avant la fondation de la colonie de Plancus ; ils datent de même un hérisson identifié à un gué et considéré comme un « reste de la voie gréco-celte » (sur ce sujet, voir Desbat 1981a, pp. 29-54). Le niveau du gravier naturel révéla l’existence d’un bras de la Saône, dont les auteurs restituent le tracé entre l’emplacement du Change et l’église Saint-Georges. Quelques années plus tard, un nouvel examen des sables fluviatiles déposés par la Saône, en un autre point de la même rue où avait été ouverte une tranchée, conforta A. Audin et R Russo dans cette opinion (Russo 1964, p. 53).

22En 1979, l’aménagement d’un immeuble situé au n° 9 rue Tramassac a offert à J.-F. Reynaud et à ses collaborateurs, l’occasion d’entreprendre un sondage archéologique. Deux états de l’enceinte du quartier épiscopal ont ainsi pu être analysés, ainsi que les vestiges de constructions en usage durant l’Antiquité tardive ; la construction initiale de l’enceinte a été datée du XIIe siècle (rapport dactylographié déposé à la D.A.H.).

14. Rue des Deux-Cousins ( = rue Jean Carriès)

23J.-F. Artaud mentionne la présence de vestiges de constructions antiques, qu’il vit lors de la construction d’une maison, rue des Deux-Cousins, vis-à-vis l’hôtel d’Albon (Artaud 1846, p. 181).

15. Nouvelle Manécanterie

24Parmi les inscriptions regroupées ici, quatre sont données comme provenant de l’écurie ou de « l’estable » de la maison archiépiscopale, qui fut déplacée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle pour libérer un espace que devait occuper la Nouvelle Manécanterie, en face du palais archiépiscopal, à l’ouest de la cour de l’Archevêché (pl. XIX). C’est là que doivent être situées les écuries dont il est question dans ces notices (Allmer 1888/93, I, pp. 325, 448. II, p. 430, III. p. 470). Le « siège de l’Officialité » -il s’agit ici de celle du chapitre-en était voisin, et les découvertes qui y sont localisées ont été provoquées par les mêmes démolitions précédant l’édification de la Nouvelle Manécanterie (Allmer 1888/93, I, pp. 51-52 = I, pp. 283-284 ; III, p. 22). Si l’on peut considérer que les objets précédents n’étaient pas in situ, il est impossible d’être aussi affirmatif dans le cas de deux piédestaux et de deux autels trouvés « en creusant les fondations de la Nouvelle Manécanterie » (Allmer 1888/93, I, pp. 125127, n° 17, pp. 156-161, n° 22 ; I, p. 176-177, n° 25 ;

25II, p. 430 = III, p. 21) ; notons, cependant, l’emploi d’une expression similaire, « dans les fondations de l’église Saint-Etienne », à propos d’un cippe qui compte tenu des informations livrées par la fouille du groupe épiscopal ne peut guère avoir été retrouvé sur le lieu auquel il avait été destiné à l’origine (Allmer 1888/93, III, pp. 360-361, n° 374).

16. Église Saint-Romain et rue de l’Archevêché ( = avenue Adolphe Max)

26Les précisions que donne J.-F. Artaud sur la nature des vestiges, à la fin de la phrase suivante, semblent concerner l’église Saint-Romain : « les démolitions de Sainte-Croix et de Saint-Romain ont, comme celles de Saint-Etienne, mis à découvert des inscriptions et beaucoup de matériaux antiques... dans le voisinage de la seconde, on a rencontré un hypocauste semblable à ceux d’Irigny et de la Déserte » (Artaud 1846, p. 188). J. Spon releva, sur la façade de cette église, une inscription qui pourrait mentionner le nom de son fondateur et son épouse, et l’on sait qu’une autre inscription était visible à l’intérieur de l’édifice (Spon 1673, pp. 31-32, Allmer 1888/93, I, p. 238).

27Le cippe recueilli rue de l’Archevêché, en 1854, était certainement en réemploi : les résultats de la fouille de l’avenue Adolphe Max permettent de l’affirmer (Allmer 1888/93, I, p. 379, n° 70).

17. Porte de Colognac (ou Colignac) et Palais de l’Archidiaconé

28Dans la construction de la porte d’entrée du cloître, dont les vestiges se trouvent sans doute sous l’avenue Adolphe Max au voisinage de la rue Monseigneur Lavarenne, étaient employées deux inscriptions antiques (Allmer 1888/93, II, pp. 429-430). Une autre inscription était localisée in aedibus archidiaconi, le palais de l’Archidiaconé qui peut être situé sous les immeubles qui bordent, au sud, la même avenue (Allmer 1888/93, II, p. 431 ; pl. XIX).

D. Saint-Georges

18. Saint-Pierre-le-Vieux

29Trois cippes ont été recueillis « dans le voisinage de Saint-Pierre-le-Vieux », « dans la petite rue allant de Saint-Pierre... à la rue des Prêtres » et « dans un jardin installé à l’emplacement de l’ancien cimetière » de cette église (Spon 1673, pp. 30-31 ; Allmer 1888/93, III, p. 365, n° 377,I, pp. 371-372, III, p. 26).

19. Rue Ferrachat

30Audin (1956. p. 143) écrit : « M. G. Flachat m’a signalé l’existence de vestiges romains dans une cave de la rue Ferrachat ».

20. Rue du Doyenné

31En 1845, fut mise au jour une plaque de marbre conservant partie d’une liste de noms, « en creusant les fondations de la maison qui se trouve à l’angle nordouest des rues Pisse-Truie et du Doyenné » ; dans cette dernière, est localisée aussi la découverte d’un cippe (Allmer 1888/93, II, pp. 516-517, n° 191, III, pp. 289290, n° 331).

21. Rue Mourguet / Rue Tramassac

32A. Audin rapporte qu’il a vu « en mars 1949, à l’angle des rues Tramassac et Laurent Mourguet... deux dalles de la voie (antique) à 4 mètres sous le pavé moderne et à la cote 168 » (Audin 1956, p. 125, Wuilleumier 1949, p. 3).

22. Gourguillon et jardin des Trinitaires

33J.-F. Artaud enregistre la présence de canaux de drainage antiques sous le Gourguillon et A. Steyert nous apprend que le revêtement de la voie romaine était visible, autrefois, entre la rue de Bourdy et la rue des Epis (Artaud 1846, p. 29 ; Steyert 1895, p. 297 ; Audin 1956, p. 74). « Au pied » ou « Montée du Gourguillon » ont été recueillies deux inscriptions pour lesquelles les circonstances de la découverte et son contexte ne sont pas autrement précisés ; deux autres étaient, l’une « dans la cour de l’ancienne demeure de l’antiquaire Du Choul », l’autre « au logis de Monsieur de Langes » (Allmer 1889/93, II, pp. 492-493 ; II, p. 517 et II, pp. 490-492, n° 182 ; III, p. 181, n° 265). La découverte d’une colonne est signalée également (Allmer 1888/93, II, p. 309).

34Les objets antiques qui étaient conservés chez les Trinitaires de Saint-Georges auraient fait partie de la collection du président Bellièvre et proviendraient en majorité ou en totalité de la ville haute, et plus précisément de Trion (Allmer 1888/93, I, pp. 138-139, pp. 368-370, n° 67 ; II, pp. 397-399, n° 158, pp. 474-477, n° 178 ; III, pp. 157-159, n° 251, pp. 261-262, n° 313, pp. 290-292, n° 332, pp. 310-311, n° 343, pp. 282385, n° 387, pp. 24, 140). Signalons, en outre, un cippe « trouvé dans les fondations de l’église des Trinitaires » (Allmer 1888/93, III, pp. 161-163, n° 253).

23. Gourguillon : Clos Vendôme

35La « salle de bains voûtée, que décorait la mosaïque du Gourguillon de la maison Vendôme » ( = montée du Gourguillon, n° 39) aurait, selon J.-F. Artaud, été alimentée par l’eau du réservoir dit « grotte Bérelle » (Artaud 1846, p. 70). Les deux mosaïques qui furent déposées en 1670 ou 1676, ont été datées de la première moitié du IIIe siècle (Stern 1967, n° 1 et 2). La « grotte Bérelle », bien que située hors de la zone considérée ici, pourrait éventuellement avoir contribué à alimenter les quartiers bas en eau (Allmer 1888/93, II, p. 305-306 ; Steyert 1895, p. 305 ; Fabia 1927, etc.)

24. Quai Fulchiron

36« Entre l’ancien port Sablet et le n° 18 quai Fulchiron » ont été recueillis des fragments d’une statue équestre en bronze et vus des vestiges de pilotis ayant sans doute supporté un appontement ; de la connaissance de ces vestiges, on a tiré argument pour localiser dans ce secteur le port des nautes du Rhône (Steyert 1895, p. 288 ; Audin 1956, p. 142 ; voir infra, n° 25).

25. Église et Commanderie de Saint-Georges ; rue Saint-Georges, rue de la Boucherie de Saint-Georges

37Un cippe fut trouvé « en creusant les fondations de la nouvelle abside de l’église Saint-Georges » (Allmer 1888/93, III, pp. 255-256, n° 309) et l’on sait qu’une inscription évoquant les nautes de la Saône était, autrefois, placée contre l’église Saint-Georges (Allmer 1888/93, III, pp. 255-256, n° 309 ; II, p. 482).

38C’est en creusant les fondations de la Commanderie de Saint-Georges que fut mise au jour l’inscription mentionnant un monument élevé in honorem nautarum Rhodanicorum, qui a paru justifier la localisation du port des nautes du Rhône dans ce secteur (Allmer 1888/93, II, pp. 307-308, 466-468, n° 175 ; Audin 195, p. 142). Cette hypothèse repose également sur les découvertes faites dans le voisinage, celle du quai Fulchiron (cf. supra) et celle de sceaux de douane « à Saint-Georges, vis-à-vis la rue Martin » (Allmer 1888/93, II, p. 319). De là provient aussi l’inscription funéraire s’achevant par une invitation à fréquenter les bains d’Apollon (Allmer 1888/93, II, pp. 504-507, n° 187).

39« A deux reprises, des dalles de granit ont été dégagées rue Saint-Georges, au fond de la place Bertras » (Guey 1958, p. 359). En creusant les fondations de la dernière maison de cette rue, du côté de la Quarantaine, a été aperçue une colonne de granit, laissée en place car ses dimensions en rendaient l’extraction difficile (Allmer 1888/93, II, p. 308 ; Audin 1956, p. 143).

40Deux épitaphes chrétiennes ont été recueillies, l’une dans les « fondations d’une maison de la rue de la Boucherie de Saint-Georges », l’autre « en creusant les fondations du monastère des soeurs de Saint-Joseph, au coin » de la même rue (Allmer 1888/93, IV, pp. 147-148, n° 464 et pp. 151-152, n° 466).

26. Rue (ou quartier) de la Quarantaine

41Dans la rue (aux n° 8 et 10) ou dans le « quartier de la Quarantaine » ont été recueillies quatre inscriptions funéraires (Allmer 1888/93, III, pp. 151-153, n° 248 ; V, pp. 14-16, n° 80 bis ; Wuilleumier 1949, p. 4) ; une autre inscription a été trouvée près de l’entrée du tunnel de la Quarantaine (Allmer 1888/93, pp. 349350, n° 141). En outre, à plusieurs reprises a été notée la présence de vestiges en divers points du quartier : des tronçons d’égouts, sous les immeubles situés aux n° 1, 3 et 10 (Wuilleumier 1949, p. 3, Audin 1956, p. 125), les vestiges de thermes, au n° 16, « sous l’usine Bredin » (Wuilleumier 1949, p. 6 ; Audin 1956, p. 141), des restes de constructions et des débris de vases métalliques (Audin 1964, pp. 219-225). Des fouilles de sauvetage ont, en outre, reporté au jour des vestiges de constructions (Lasfargues 1982, p. 417 ; rapports dactylographiés déposés à la D.A.H. en 1978 et 1981).

42D’importants murs de soutènement antiques se dressaient « au-dessus de l’ancienne porte Saint-Georges » et « à l’extrémité sud de ces murs, se voyait autrefois un tombeau en forme de pyramide » (Artaud 1846, p. 73 ; Allmer 1888/93, II, p. 308 et « plan de Lyon antique » à la fin du vol. III ; Steyert 1895, p. 305 ; Audin 1956, p. 111).

E. Choulans

27. Fontaine de Choulans et environs

43Bien que le contexte des découvertes faites dans ce secteur ne soit pas, généralement, décrit clairement, il est probable que la plupart des objets aient été retrouvés en place. J.-F. Artaud a pu reconnaître les restes d’une voie antique dallée, bordée par des sépultures ; il signale, en outre, la présence d’une tombe attribuée à l’époque de Probus « derrière la maison Serlio », ainsi que des monnaies et des restes métalliques qui le conduisent à identifier une fonderie, peut-être au début de la rue de la Quarantaine (Artaud 1846, pp. 45-46 ; Wuilleumier 1949, p. 4 : restes du revêtement d’une voie Montée E. Vial). Il semble que l’on puisse situer à droite de la voie romaine les vestiges d’un hypocauste qu’il dit avoir vus chez M. Rougnard (Artaud 1846, pp. 38, 46). De la propriété de la même personne, proviennent, semble-t-il, trois inscriptions (Allmer 1888/93, II, pp. 503-504, n° 186, III, pp. 4-6, n° 194, pp. 460-461). Au XVIe siècle, un autel aux divinités des Augustes était visible près de la fontaine de Choulans (Allmer 1888/93, III, pp. 4-6, n° 194). Durant les travaux entrepris pour ouvrir le tunnel de Fourvière, furent recueillies diverses pièces : une fontaine ornée d’un cyclope datée du Ier siècle de notre ère, des tuyaux de plomb estampillés, un naiskos figuré, des inscriptions antiques et chrétiennes, un autel anépigraphe, une mosaïque et des restes de murs (Leglay 1976, pp. 5-43).

28. Saint-Laurent-de-Choulans : découvertes fortuites et fouilles

44En 1948, à l’occasion de la réalisation de travaux publics, montée Saint-Clair-du-Port, A. Audin vit des « vestiges médiocres de constructions à destination portuaire, vraisemblablement » (Audin 1956, p. 141).

45La basilique Saint-Laurent a fait l’objet de fouilles menées en 1947 par A. Audin et P. Wuilleumier puis, de 1976 à 1978, par J.-F. Reynaud. La construction de la basilique funéraire, dans laquelle étaient réemployés des blocs antiques, pourrait dater du VIe siècle (une inscription avait été recueillie, antérieurement, lorsque l’église fut démolie : Allmer 1888/93, I, pp. 439-441. n° 90) ; la nécropole qui s’est développée dans le voisinage et à l’intérieur de l’édifice a livré de nombreuses épitaphes. Sous cette construction a été relevée la présence de structures antérieures ; les plus anciennes, orientées E/S.E et N/N.O, semblent avoir été arasées pour faire place à une seconde construction représentée par des « murettes » dont l’orientation est légèrement différente. Le « remblai » a livré des céramiques dont la production couvre « les trois premiers siècles » de notre ère (Wuilleumier 1949, pp. 8-31 ; Audin 1956, p. 141 ; Boucher 1977, pp. 488-490 ; Boucher 1980, p. 522, Reynaud 1986a, pp. 77-85).

29. Pont Kitchener

46La découverte d’un « gisement de monnaies romaines très important », ainsi que de sceaux en plomb et de céramiques, au cours des travaux de reconstruction du pont Kitchener en 1946 et 1948, est à l’origine de la localisation dans ce secteur, du port des nautes antérieur à l’époque d’Hadrien (Wuilleumier 1949, pp. 67 ; Audin 1956, pp. 25 et 141).

30. Les Étroits

47J.-F. Artaud signale la présence d’un four de potier sur le chemin des Étroits et un bas-relief, dans le voisinage (Artaud 1846, p. 44 ; Wuilleumier 1949, p. 6 ; Audin 1956, p. 141). Il mentionne également, dans le même secteur, la découverte d’un autel à Mars et d’une épitaphe (Allmer 1888/93, III. pp. 7-8, n° 196 ; pp. 282-283, n° 327).

31. Quai Jean-Jacques Rousseau

48« Au début du quai J.-J. Rousseau (...) dans les parages immédiats du quartier antique de Choulans (...) une découverte fortuite a révélé un gisement de dolia enterrés « à l’intérieur d’un grand bâtiment en dur » ; il s’agirait de docks (Leglay 1968, p. 570).

32. Montée Saint-Laurent

49« Près de la maison Gervézy », montée Saint-Laurent, aurait été mis au jour « une amphore remplie de monnaies du règne de Constantin » et un « canal-aqueduc, amenant les eaux de Fontanières et celles d’une source au-dessus du pavillon Grobon » (Artaud 1846, pp. 4445 ; Wuilleumier 1949, p. 6 et note 19 ; Audin 1956, p. 141). La voie antique aurait été bordée d’une double rangée de sépultures et revêtue de dalles de granite (Wuilleumier 1949, p. 3 ; Audin 1956, p. 125).

50Face à une aussi riche moisson et influencés par le caractère généralement laconique des notices relatant les circonstances de ces découvertes, certains auteurs ont hésité à admettre que les objets aient pu, dans la plupart des cas, être trouvés isolés de leur contexte d’origine (Audin 1956, pp. 142-143). Les résultats des fouilles réalisées durant la dernière décennie permettent maintenant de mieux interpréter cette documentation. Il est ainsi devenu difficile de soutenir l’hypothèse selon laquelle une nécropole aurait existé à l’emplacement du quartier Saint-Jean (Audin 1947, p. 113 ; Audin 1956, p. 142), et seule celle de Choulans est attestée dans cette partie de la ville. Par ailleurs, la présence, dans le mur mis au jour à l’est du groupe épiscopal, de gros blocs attribués à l’Ara Romae et Augusti, qui ne se dressait certainement pas dans cette partie de la ville, conduit à écarter un type de raisonnement qui a joué un rôle décisif dans le passé. L’argument a été invoqué en faveur de l’identification de l’un des ports des nautes du Rhône à l’emplacement de la Commanderie de Saint-Georges (Allmer 1888/93, II, pp. 307-308 ; Audin 1956, p. 142). En effet, les dimensions du bloc qui y fut découvert, et dont l’inscription suggère qu’il était placé dans le voisinage de ce port, avaient paru déterminantes pour justifier la localisation de celui-ci. On excluait, en effet, que, compte tenu de son poids, il ait pu être transporté loin du lieu où il avait été dressé à l’origine. Il est certain, toutefois, que cette observation ne conduit pas à écarter définitivement cette hypothèse.

Table des illustrations

Titre 93. Découvertes et fouilles effectuées sur la rive droite de la Saône
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Alparaamazon.fr