Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Chapitre 3. Essor et transformations du quartier canonial

Texte intégral

Le paysage urbain aux XIVe et XVe siècles

1Dans la majorité des cas, les travaux réalisés au cours de cette période n’étaient plus attestés qu’au niveau des caves. Or, la stratigraphie n’a livré que peu d’informations les concernant, en raison d’une part, du procédé adopté pour les aménager, qui crée une coupure dans la sédimentation, et surtout à cause des reprises des élévations qui interrompirent les relations pouvant les lier à des couches contemporaines de leur installation. Seul le mobilier trouvé sous leurs sols apportera éventuellement quelques indications, bien que l’absence de revêtements rigides et les perturbations entraînées par les divers aménagements internes, réalisés puis détruits, aient largement compromis la conservation des niveaux primitifs. Ne pouvant établir les datations sur des bases sûres, je propose, pour l’heure à titre d’hypothèse, de situer aux XIVe et XVe siècles les travaux importants qui modifièrent totalement l’aspect du secteur fouillé et sans doute aussi du quartier, car les tendances qui se manifestent alors laissent entrevoir une évolution qui touche sans doute une grande partie de la ville (pl. II, XI-XII).

La rue Saint-Romain

2Dans l’espace examiné, l’événement majeur fut, au début de cette période, l’ouverture de la rue Saint-Romain, qui entraîna la démolition des constructions situées sur son tracé (pl. II a), mais également de celles qui s’élevaient à l’ouest. Au niveau de la rue, les vestiges décrits plus haut furent alors ensevelis sous des couches de terre riches en moellons et cailloux, alternant avec de véritables éboulis, ainsi que des plaques d’argile verte, produits par la destruction des édifices. Couches de démolition et remblais apportés peut-être des chantiers voisins surélevèrent le sol. La surface de la couche 811 constitua alors la voie, bien qu’elle ne fut pas particulièrement tassée ; ce sol, non pourvu d’un pavage, demeura fort peu utilisé jusqu’au XVIIe siècle. Il est probable, en outre, qu’une partie de cette couche se constitua après l’ouverture de la rue, l’absence de revêtement favorisant une sédimentation lente ayant pour résultat la formation d’une strate d’aspect et consistance homogène.

3Au-delà du tronçon fouillé, la rue s’orientait en direction de la Saône, entre le palais de l’Archidiaconé et l’église Saint-Romain, dont elle prit plus tard le nom (pl. XII).

La cure et les maisons canoniales

4La limite occidentale de la rue fut définie par la construction, ou plus vraisemblablement la reconstruction de maisons profondément modifiées à l’occasion de cette refonte de la trame urbaine. Des éléments antérieurs survécurent alors, essentiellement au niveau des alignements et de l’agencement des parties bâties. Ainsi, dans le cas de la cure de Saint-Romain, la limite nord de la maison correspondait exactement à celle du bâtiment 31, construit à la fin du IVe ou au début du Ve siècle et qui paraît avoir perduré pendant tout le Moyen Âge.

5Si l’étude du mobilier confirme l’hypothèse avancée sur le caractère plus ancien du puits perdu M125, un lien devra être établi entre la maison voisine et celle qui l’avait immédiatement précédée. Beaucoup plus audacieuse sans doute est la recherche d’une concordance entre la limite nord du péristyle du Ve siècle et le mur mitoyen des maisons Pingon et D’Amanzé, ce secteur ayant été à peine effleuré par la fouille.

6Les noms adoptés pour désigner ces maisons de chanoines sont ceux des occupants les plus souvent mentionnés dans les archives ; l’attribution des deux maisons concernées, contrairement à la cure, ne semble pas avoir été liée directement à une fonction.

7Les documents les plus anciens datent du XVe siècle (voir les tableaux sur disquette, accompagnant l’annexe 5). La maison Pingon est ainsi attestée à partir de 1401, la cure en 1439 ; en 1477 la maison D’Amanzé est déclarée de novo constructo à l’emplacement d’une maison plus ancienne. Les descriptions données dans les documents postérieurs permettent de penser qu’elles ne furent pas l’objet de travaux très importants durant les deux siècles suivants : il est donc possible d’admettre que les plans, bien établis pour le début du XVIIe siècle, étaient identiques alors à ceux du XVe, et ces derniers pouvaient éventuellement remonter à une date antérieure que seule l’étude du mobilier permettra de fixer. Cette hypothèse est renforcée, pour la maison Pingon, par le document daté de 1477 qui indique que « in qua domo sunt due curtes sive curie et unus putheus », certainement les deux cours et le puits qui existaient encore lorsque la maison fut démolie au XIXe siècle.

La maison curiale

8Appartenaient à la maison curiale, les deux pièces surmontant deux caves communicantes, mises au jour dans l’angle sud-ouest du chantier (fig. 35). A partir des plans modernes, ces deux pièces peuvent être replacées dans le cadre de l’ensemble du bâtiment, qui se développait vers le sud et dont la surface totale doublait à peine celle qui a été dégagée (pl. XII et XVII). La présence d’un passage mettant en communication la cave Β avec l’espace voisin (fig. 38) suggère l’existence d’une troisième cave dans l’angle sud-est de la maison, tandis qu’il est possible de localiser une cour au sud de la cave A à partir de la description transmise par un document daté de 1742 (A.D.R. 10 G 1535). Un puits créé en même temps que le mur de façade, en occupait l’angle nord. Il s’ouvrait dans la rue et peut-être aussi dans la cave Β (fig. 64, puits M187 et bouchage M338).

35. Vue de la cave Β après enlèvement des déblais et d’une partie de la voûte

35. Vue de la cave Β après enlèvement des déblais et d’une partie de la voûte

9Cette maison fut, à l’origine, une dépendance du palais de l’Archidiaconé, une ancienne propriété des comtes de Forez, qui l’avaient vendue en 1383 (A.D.R. 10 G 1522).

10Les caractères de la construction de la cave A, sa vétusté, ont paru justifier une datation plus haute que dans le cas de la cave voisine (fig. 36). Elle pourrait être antérieure à l’ouverture de la rue Saint-Romain et donc aux transformations de la maison durant lesquelles fut sans doute aménagée la cave B. Cette hypothèse repose uniquement sur l’analyse des murs faisant intervenir les rapports existants entre les différentes structures, les matériaux employés, les comparaisons fondées sur des critères typologiques établies principalement avec des caves plus récentes datées par des trouvailles monétaires ou grâce aux archives.

36. Coupe réalisée devant le mur nord de la cave A

36. Coupe réalisée devant le mur nord de la cave A

11L’appareillage des murs de la cave Β (M180, 182, 184 ; fig. 37-38) ne permettait pas de distinguer des différences nettes entre cette partie de la maison et les restes de l’élévation qui pourraient donc avoir été contemporains (murs M160, 176, 178-179, 181, 186 ; pl. XI, fig. 37-38). Les matériaux utilisés, des galets, des moellons et des blocs bruts ou sommairement équarris, souvent de forme allongée, étaient en granite, schiste ou calcaire ; des fragments de briques et de tuiles furent également mis en oeuvre. Il s’agissait vraisemblablement souvent d’éléments en remploi. Un mortier beige, peu abondant, les liait. La voûte en berceau était constituée de moellons bruts de schiste, longs et minces, bloqués au mortier. Aucune trace de reprise n’a été relevée au niveau des retombées sur les murs latéraux auxquels elle était liée. Deux murs du bâtiment antique 31 (les murs M46 et M53) furent pour partie repris et pour partie détruits lors de l’aménagement de cette cave (fig. 15, 37). C’est à cette occasion, sans doute, que fut repris le mur sud de la cave A, en élévation, en même temps, semble-t-il, que la voûte, refaite ou réparée (fig. 34). Le placard maçonné dans ce mur fut peut-être installé durant cette campagne de construction.

37. Relevé du mur séparant la cure de la maison Pingon, dans la cave B

37. Relevé du mur séparant la cure de la maison Pingon, dans la cave B

12La communication avec la cave A devrait avoir été pratiquée alors : la reprise d’une maçonnerie antérieure justifierait qu’elle ait été beaucoup moins bien parementée que le passage donnant dans la troisième cave (non fouillée). Sur les piédroits furent plaqués des blocs de calcaire jaune à grain fin.

13Dans cette cave fut installée, dès l’origine ou au cours d’une première période d’occupation, une structure utilisée, sans doute, comme glacière (M183 : fig. 38, 39). Dans une cavité en forme de tronc de cône ouvert vers le haut, furent plaquées sur le fond des dalles de schiste ; pour monter les parois, des éléments semblables furent employés à sec, posés à plat et en retrait d’une assise sur l’autre. La partie supérieure avait été abîmée à l’occasion d’un réaménagement de l’espace qui entraîna son abandon, et aucune trace du système de fermeture n’a été retrouvée.

38. Coupe stratigraphique dans la cave Β et relevé des murs sud

38. Coupe stratigraphique dans la cave Β et relevé des murs sud

39. La glacière aménagée dans la cave B

39. La glacière aménagée dans la cave B

14La représentation de la maison curiale sur le plan scénographique réalisé vers 1555 (fig. 45), permet d’identifier un étage au-dessus du rez-de-chaussée, et de restituer fort vraisemblablement la même disposition dès la fin du Moyen Âge.

La maison Pingon

15Le chantier ne couvrait qu’une partie de la maison Pingon, qui occupait une superficie deux fois plus importante que la précédente. L’agencement des corps de bâtiment donné par un plan du XVIIIe siècle (fig. 67, pl. XVII) permet de reconnaître les éléments décrits dans le document de 1477 cité plus haut : une première cour communique par un « passage » avec une seconde cour plus vaste dans laquelle était installé un puits. Ce dernier a été vu lorsque, avant l’ouverture du chantier, fut creusée une tranchée pour détourner un égout, dont le tracé actuel correspond à la limite occidentale de la fouille. Il est probable que la seconde cour, à l’origine, fût plus importante ; le corps de logis calé au fond de cet espace sur le plan du XVIIIe siècle fut sans doute ajouté plus tard. En effet, le développement de l’habitat aux dépens de jardins ou cours réservés à l’origine derrière la partie bâtie donnant sur la rue, fut systématique dans les quartiers installés sur la rive droite de la Saône, à partir de l’époque moderne (Gonthier 1981, pp. 266-267). L’examen de ce plan postérieur à un agrandissement (fig. 67) suggère de placer la limite primitive de la maison au niveau de l’alignement marqué par les structures M196, 171, 170, 168. Cependant, ce rôle semble revenir au mur M197 à partir des données de la fouille. Il faut imaginer, dans ce cas, qu’un couloir débouchant à l’est dans la rue Saint-Romain et se développant sur toute la longueur du bâtiment, desservait cours et corps de logis.

40. Maison Pingon : le puits perdu M124

40. Maison Pingon : le puits perdu M124

16La position des deux puits perdus successifs (pl. X-XI, fig. 27, 40) permet de supposer que la première cour, à l’origine, couvrait une surface plus étendue qu’au XVIIIe siècle, incluant éventuellement l’espace occupé plus tard par la pièce située dans l’angle formé par les deux caves. Cette hypothèse repose aussi sur l’analyse des murs de la cave C, qui conduit à attribuer la création de cette pièce ainsi que de la descente de cave remise au jour, à une campagne d’aménagement postérieure à la construction de la maison. En effet, les murs ouest et nord de la cave paraissent avoir été, l’un repris (M162), l’autre entièrement reconstruit (M 166 et M165) lorsque fut installé l’escalier, probablement au XVIIe siècle. Le mur sud, M361, contemporain de l’ouverture de la cave et donc de la construction primitive, était constitué par un simple parement plaqué contre une couche de terre qui le séparait du mur M123, appartenant à la cave A (pl. I a, fig. 41). L’élévation M176 fut reconstruite au cours de la même campagne. La création du mur 163 est liée à l’ouverture de la cave C, contemporaine, par ailleurs, de celle de la cave D. Dans cette dernière furent réutilisés plusieurs murs antiques remis au jour lorsqu’elle fut excavée et dont l’un d’eux pourrait avoir fixé la limite de son extension vers le nord. La maçonnerie M195 suréleva les restes du mur M23 bâti au IIIe siècle ; le bouchage M242 compléta l’ensemble (fig. 6). Le déjointoyage partiel du parement M199 a fait ressortir les restes du mur antique M51, arasé dans la cave, mais conservé à partir du niveau où il pouvait être intégré dans le nouveau mur (fig. 42). De même, le mur M52 qui appartenait aussi au complexe bâti vers la fin du IVe ou au début du Ve siècle, fut pour partie utilisé pour constituer le mur sud de la cave, pour partie sans doute démoli et complété par une nouvelle maçonnerie. M360 (fig. 43). Le mur M174 fut entièrement construit alors (fig. 44). Ces structures peu épaisses constituaient un simple parement plaqué contre les parois des excavations. Elles furent réalisées en matériaux hétérogènes : moellons et blocs bruts ou sommairement équarris, de granite, schiste et calcaire, fragments de briques et de tuiles, formant un appareil irrégulier lié au mortier et sans doute renforcé au cours des siècles par d’épais revêtements.

41. Relevé du mur sud de la cave C et coupe dans le terrain sous-jacent

41. Relevé du mur sud de la cave C et coupe dans le terrain sous-jacent

17Deux soupiraux donnant sur la rue SaintRomain (fig. 42) et un autre ouvert sur le passage reliant les deux cours de la maison (pl. I a), furent percés plus tard. En revanche, le renfoncement ménagé dans le mur sud était d’origine (fig. 43), mais sa destination pose problème car il ne débouchait pas sur un espace ouvert et semblait, en outre, devoir être associé à un encadrement de porte placé dans le mur mitoyen des deux maisons, au rez-de-chaussée (fig. 37). Cet élément fut introduit au cours d’une réfection effectuée au début du XVIIe siècle, une circonstance qui ne résoud pas le problème de sa destination mais le renvoie momentanément à une période ultérieure. Dans la cave, le renfoncement pourrait marquer l’emplacement d’une descente de cave primitive, qui, dans ce cas, aurait été réalisée en bois.

42. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur oriental de la cave D

42. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur oriental de la cave D

43. Relevé du mur sud de la cave D

43. Relevé du mur sud de la cave D

18L’encadrement rectangulaire de la porte mettant en communication les caves C et D était constitué par quatre dalles de calcaire jaune des Monts d’Or moulurées (fig. 44).

19Au rez-de-chaussée, l’appareillage des murs de refend se différenciait de celui des murs des caves et suggérait d’y reconnaître des reprises ; celles-ci pourraient être liées aux transformations contemporaines de la construction de l’escalier desservant les caves, ou postérieures, puisque ces murs furent remaniés encore au cours des travaux réalisés au XVIIIe siècle (pp. 91-94).

44. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur ouest de la cave D

44. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur ouest de la cave D

20Rien ne subsistait de la façade primitive donnant sur la rue Saint-Romain, depuis sa reconstruction complète au XVIIIe siècle. La représentation qu’en donne le plan scénographique du XVIe siècle (fig. 45) est certainement valable aussi pour le siècle précédent puisque le texte de 1477 déjà cité indique qu’elle était « haute et basse 0148, une description révélant qu’elle possédait deux étages au-dessus du rez-de-chaussée (Gonthier 1981, p. 263). Au niveau de ce dernier, sur le plan du XVIe siècle, la seule ouverture qui apparaisse est une porte d’entrée, décentrée, dont la position correspond probablement au couloir identifié sur le terrain.

La maison D’Amanzé

21La maison Pingon était flanquée, au nord, par la maison D’Amanzé située hors du périmètre de nos recherches derrière le mur M197. Un document daté de 1477, le plus ancien retrouvé, révèle qu’elle venait alors d’être reconstruite à l’emplacement d’une autre maison plus ancienne (A.D.R. 10 G 1527). Sa façade principale, composée de deux étages au-dessus du rez-de-chaussée (fig. 45) donnait sur la place Saint-Jean.

Le côté oriental de la rue Saint-Romain

22La fouille n’a pas livré de renseignement permettant de restituer les constructions qui auraient pu s’élever en face des maisons canoniales, au nord de l’église Saint-Romain. Pourtant, il est certain qu’il dut en exister, puisque la « cour de Lyon » qui, nous le verrons plus loin, s’étendait au nord-est, était fermée et qu’il fallait passer par une porte ouvrant sur la même rue pour y accéder. Sur le plan scénographique de la ville dessiné vers 1555 (fig. 45), un bâtiment apparaît entre cette porte et l’église. Au même emplacement, une construction a été mise au jour durant la fouille : sa façade formait une avancée sur la rue par rapport à l’église, une particularité que reproduit le plan scénographique. Pourtant, les deux bâtiments ne peuvent être confondus, car une monnaie découverte dans une couche contemporaine de la construction fouillée indique que celle-ci fut réalisée au plus tôt en 1615, et certainement avant 1664 puisque à cette date son existence est attestée par des archives (A.D.R. 1 G 268). Seul un reste de maçonnerie très isolé peut être éventuellement attribué au bâtiment antérieur (M137, fig. 32 et pl. X) ; il peut tout au plus suggérer, en liaison avec les autres indices réunis, qu’ils eurent tous deux une extension similaire. L’alignement de leurs façades pourrait avoir été identique : un trait tiré à partir de celle du XVIIe siècle et prolongé vers le nord rejoint et se confond avec le mur fermant les bâtiments bien antérieurs dans lesquels étaient installés la maison des clergeons, l’auditoire et les prisons du cloître (pl. XIV). Cet alignement était, en outre, parfaitement parallèle à celui du stylobate oriental du péristyle aménagé au Ve siècle. Ces similitudes conduisent à penser que ce bâtiment pourrait, à l’origine, avoir occupé l’espace qui, à la fin de l’Antiquité, séparait le péristyle des salles des thermes. Il s’était peutêtre étendu au-delà de cet espace au cours des siècles, mais sans doute plutôt vers la fin du Moyen Âge ou au tout début de l’époque Moderne. En effet, lors de la reconstruction de Saint-Romain, un segment du mur nord de l’église conserva son tracé antérieur, vraisemblablement parce que l’on respecta le bâtiment qui la jouxtait. La longueur de la maçonnerie concernée, une anomalie bien lisible en plan, correspondrait dans cette hypothèse à l’extension du bâtiment vers l’est. Il aurait donc occupé une partie de l’espace sur lequel s’étaient élevées la salle 3E et l’une des salles 4G. Réunis, ces différents indices ont conduit à élaborer la restitution proposée pl. XII.

La « cour de Lyon »

23Il est probable que l’ouverture de la rue Saint-Romain et l’exhaussement du niveau de circulation qui en résulta, furent opérés parallèlement au remblaiement de la cour située au nord-est du chantier, à l’emplacement de la cour des thermes antiques. Cet espace apparaît dans les textes sous le nom de « cour de Lyon » ou « cour de l’Officialité » (platea curie), deux dénominations déterminées par la présence du bâtiment de l’Officialité de la juridiction de l’archevêché, et plus souvent encore, mais un peu plus tard, sous le nom de « cour de Monsieur l’archevêque » ou « de l’archevêché » (sur cette cour, voir Sachet 1914-1918, I, pp. 102-103, II, p. 161 et 600 ; dans la liasse A.D.R. 10 G 1390 sont conservées des « Nottes sur la propriété de la cour de l’archevêché »). Partiellement dégagée durant nos travaux, elle s’étendait jusqu’au chevet de la cathédrale Saint-Jean, était bornée à l’ouest par le cloître et ses dépendances, à l’est par le palais de l’archevêché ainsi que d’autres constructions dont la destination est encore mal connue. Elle était fermée par deux portes donnant, l’une sur la rue Saint-Romain à l’ouest, l’autre sur la rue parallèle à la Saône (pl. XII). Sur cette dernière étaient sculptées les armes du chapitre et celles de l’archevêque Talaru, indique un texte du XVIIe siècle ; il ne précise pas auquel des trois prélats portant ce nom et qui dirigèrent l’église de Lyon entre le dernier quart du XIVe et la fin du XVe siècle pourrait être attribuée sa construction (A.D.R. 1 G 268, 17 mai 1664). Le plan scénographique du XVIe siècle nous en donne une représentation sommaire ; sur le chantier, dont le périmètre pouvait éventuellement inclure une partie de la porte occidentale, aucun vestige n’a pu leur être attribué. Plusieurs documents du XVe siècle utilisent ces portes comme points de repère (A.D.R. 10 G 1527, en 1442 ; 10 G 693, en 1449 ; 10 G 96, en 1467). Si elle ne signe pas l’acte de naissance de la cour qui, la fouille l’a démontré, existait depuis fort longtemps, l’introduction de ces portes pourrait correspondre à son réaménagement. Un acte daté de 1406, par lequel le chapitre et l’archevêché se partageaient la propriété d’une cour, signale aussi un changement de situation et évoque un contexte de rénovation et restructuration des espaces pouvant être mis en parallèle avec les informations livrées par le terrain (A.D.R. 10 G 1509). Toutefois, bien que cela soit fort probable, il est difficile d’affirmer que ce document traite de l’espace mis au jour par la fouille.

24Les travaux entraînèrent la formation de couches de démolition et de remblai, présentes dans l’espace qui correspondait à la cour des thermes. Le four à chaux rectangulaire ainsi que les diverses structures apparues au cours de la période antérieure, furent ensevelis. Les vestiges des anciennes salles 3E et 4F disparurent vraisemblablement alors.

25La construction du four à chaux circulaire (pl. X) est postérieure au remblaiement. L’enceinte de moellons de schiste et de granite posés à sec et calés par des cailloux, sommairement équarris et assisés pour former le parement interne, définissait une tourelle mesurant environ 4,50 m de diamètre. Une épaisse couche de chaux recouvrait ce parement ainsi que le fond. Aucune trace de l’ouverture du foyer pouvant servir aussi au défournement n’a été retrouvée et l’importance des lacunes interdit de la localiser. Tout comme pour le four rectangulaire, l’absence d’aménagements internes permet d’établir qu’il appartenait à un type rudimentaire, dans lequel les pierres à chaux étaient disposées avant la cuisson de manière à former une voûte sous laquelle brûlait le combustible (voir la note 6). Compte tenu du contexte dans lequel apparaît ce four, il est possible de penser qu’il fut utilisé lorsque fut reconstruit le cloître à partir de 1419, ou lorsque l’archevêque Charles de Bourbon transforma l’ancienne maison fortifiée en palais en 1466 et 1467, ou encore dans les deux cas (Sachet 1914, I, pp. 75 et 102 ; Archevêché 1980). A. Sachet relève que, dans les textes concernant les travaux réalisés dans le cloître en 1458, la cour de l’Officialité sert constamment de point de repère et d’orientation : « a parte prati, a parte curie officialis » (Sachet 1914, I, p. 102).

45. Détail du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1555

45. Détail du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1555

Encadré : emplacement du chantier: D’après une édition originale publiée par les éditions de Trévoux, 1981

L’état des lieux vers 1555

26Le plan scénographique de Lyon (fig. 45), utilisé déjà maintes fois comme référence dans les pages qui précèdent, complète les données de la fouille en restituant les élévations disparues et fournit un point de repère chronologique important. Toutefois, il n’est pas toujours aisé d’identifier les vestiges aux bâtiments que ce plan représente, les difficultés rencontrées par son auteur pour se plier aux lois de la perspective cavalière l’ayant entraîné à déformer notablement des constructions dont il évaluait mal l’emprise au sol. Ainsi, dans le cas des maisons qui se dressaient à l’ouest de la rue Saint-Romain, le dessin semble réduire la maison D’Amanzé à sa façade nord et il ne nous donne aucune indication sur l’organisation des corps de bâtiment et la présence de cours. Les documents d’archives antérieurs à sa réalisation et les plans du XVIIIe siècle effacent cependant toutes les hésitations que ce plan pourrait faire naître à leur propos.

27De l’autre côté de la rue Saint-Romain, apparaît l’église flanquée au nord par un bâtiment dont aucune trace n’était conservée (cf. supra p. 63) et la porte donnant accès à la « cour de Lyon ». Le dessin permet de suivre, tout autour de cette dernière (pl. XII), d’abord le cloître, contre lequel est appuyé l’édifice abritant le local des clergeons ainsi que l’auditoire et les prisons du cloître, puis le chevet de la cathédrale au nord, à Test le palais épiscopal et ses dépendances, la porte orientale de la cour, puis une série de bâtiments s’achevant par la petite maison de la Porterie qui rejoint le chevet de l’église Saint-Romain. La fonction de celle-ci est à peine signalée par la présence d’une petite abside. La maison de la Porterie, qui ne fut démolie qu’au XIXe siècle, fournit un point de repère important pour situer en plan l’édifice de culte ; toutefois, il serait indispensable de s’assurer que la maison ne fut pas partiellement amputée à l’occasion de la transformation de l’église (ce que peut laisser supposer un texte de 1781 : A.D.R. 10 G 3815).

28Accolées au flanc nord de Saint-Romain, apparaissent au total trois bâtisses, ou plus vraisemblablement trois corps de bâtiment reliés les uns aux autres puisque seul le premier, à l’ouest, possède une porte d’entrée. Il est également le plus haut, mais il n’est pas certain qu’il ait compté un étage, car sur la façade visible n’apparaît pas de fenêtre. Les renseignements recueillis sur le terrain et permettant de replacer approximativement cette construction en plan, ont été examinés plus haut. Aux deux corps de bâtiment voisins correspondaient sur le site les restes de structures élevées au VIe siècle à l’intérieur des thermes. Les données de la fouille sont formelles : ce sont les seuls murs qui subsistèrent jusqu’à la seconde moitié du XVIe siècle, date à laquelle la reconstruction de l’église fut à l’origine de leur démolition. Si les informations livrées par ce plan n’étaient venues nous guider, il aurait été impossible de restituer l’agencement de ces vestiges au XVIe siècle. Ce document démontre, en outre, que ces structures très anciennes constituaient encore, pour le moins, les fondements de bâtiments en fonction dix siècles après leur création. Il faut noter par ailleurs que, sur le plan, leur représentation acquiert une importance excessive, particulièrement en regard des maisons, qui ont été le plus souvent aplaties. Sont dans ce dernier cas, certainement, les constructions fermant la cour à l’est de l’église. Dans ce secteur, il est impossible, pour l’heure, de concilier les renseignements livrés par le dessin avec ceux qui ont été recueillis dans les archives. Ces dernières nous donnent la distribution des lieux suivante :

  • sud-ouest est localisée l’église Saint-Romain ;

  • l’est de celle-ci s’élève une maison dépendant de la prébende de Saint-Mammet (la future maison Maclas),

  • à l’est par la rue,

  • l’ouest par une autre maison,

  • nord par la maison des prisons épiscopales.

29La même description apparaît dans quatre textes (A.D.R. 28 G 69 : début XVIe et 1538, 28 G 73 : 1550, 28 G 72 : 1611). Il n’y est jamais question de la porte qui ferme la « cour de Lyon » - et sert dans d’autres textes de point de référence (ainsi, dans le cas de la maison d’Ars : A.D.R. 10 G 1527, juin 1442)-ce qui permet de supposer que les bâtiments décrits étaient situés au sud de cette porte. Toutes les informations que recèlent les archives n’ont sans doute pas été exploitées, et les données de la fouille ne permettent pas non plus de résoudre cette question. En effet, seuls les murs M223 et 224 sont susceptibles d’appartenir à ce groupe de maisons. Le premier, aligné sur le chevet de l’église, et donc sur le mur occidental de la maison de la Porterie, suggère l’existence d’une parcelle rectangulaire, qui ne correspond pas du tout aux détails que donne le plan scénographique. Cet alignement ne fut introduit qu’à la fin du XVIe siècle, lorsque l’église fut reconstruite. L’aspect des murs M223 et 224, de même que leur position dans la stratification, m’inclinent à les attribuer à peu près à la même période, soit à la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle. Aucun autre indice de la présence de constructions occupant cet espace au début de l’époque moderne n’a été relevé. Si l’on peut émettre l’hypothèse que les bâtisses élevées sur les restes des thermes de l’Antiquité tardive pourraient avoir également perduré ici, pendant longtemps, il faut aussi rappeler que, dans cette partie du chantier, les caves avaient fait disparaître la presque totalité des vestiges antérieurs à leur aménagement. Face aux difficultés rencontrées pour concilier les différentes données, j’ai choisi de me laisser guider par le plan scénographique pour proposer la restitution de ce secteur donnée pl. XI à XIV.

30La superficie de la « cour de Lyon », en revanche, fut certainement surestimée par l’auteur du plan scénographique, de même que le fut la rue Saint-Romain et plus généralement les espaces non bâtis. Le four à chaux n’est pas représenté, ce qui ne nous autorise pas à le déclarer hors service car il semble que ce type d’aménagement n’ait pas été relevé par l’auteur du plan.

31Ce document a fourni une grande partie des informations utilisées pour replacer les vestiges dans la topographie du quartier (pl. XII). Cette restitution, tout comme celles qui concernent des périodes plus récentes (pl. XIII-XIV, XVI-XVII, XIX) a été élaborée en puisant à diverses autres sources, en particulier des plans réalisés au XVIIIe siècle (A.D.R. 10 G 1517, 10 G 1621, 3 pl. 453, A.M.L. 1 S 192, plan A.D.R. BP 2561, cadastre de 1815...) et des textes d’archives, mais aussi les résultats de la fouille, croisés aussi bien en suivant le fil du temps qu’en le remontant.

32Le secteur du quartier canonial touché par la fouille était encore, vers 1555 et pour presque un siècle encore, isolé et mal desservi. Il fallait alors, pour atteindre la rive de la Saône à partir de la place Saint-Jean, contourner l’îlot enserrant la « cour de Lyon ». A. Sachet rapporte qu’en 1569, lors des funérailles de Monsieur de Vichy « en allant quérir le corps, on passa par la brèche, par la rue des deux Cousins, au devant du Doyenné, par la rue Saint-Romain, sous les Êtres de l’archevêché... » (Sachet 1918, II, p. 161).

46. Vue partielle du chantier en fin de fouille

46. Vue partielle du chantier en fin de fouille

L’église Saint-Romain

33L’analyse de cet édifice, auquel il a déjà été fait allusion plus haut, ne peut se plier à un plan strictement chronologique compte tenu de la nature de notre documentation. Il convient de faire une synthèse des renseignements qui la concernent, ici, son existence n’étant attestée clairement par les vestiges dégagés qu’à partir du XVIe siècle (pl. Χ-ΧΙΙΙ).

La stratigraphie

34Seul l’angle nord-ouest de l’église, qui a pu être situé en plan grâce à des documents et plans anciens (fig. 62, 66, 89, 91) se trouvait dans l’emprise du chantier. Dans l’espace extrêmement réduit où nous pouvions travailler, à l’intérieur de ses murs, fut installée au XVIIIe siècle une fondation très profonde (M277-279, pl. XVIII), qui fit disparaître tous les sédiments archéologiques sur son flanc nord. Il ne restait plus à fouiller qu’un triangle de 3 x 1 m, dans lequel seules étaient conservées les relations stratigraphiques liant les couches à la fondation de la façade (fig. 46). Ce sondage a livré très peu de matériel, mais il a permis d’analyser la séquence suivante (fig. 47) :

  1. à la base ont été retrouvés les restes de la salle 2B construite au IIIe siècle (M 36) ;

  2. puis les couches qui se formèrent lorsque cette salle fut détruite (1671, 1677-1679) ;

  3. recouvertes par une couche noire (1672) sur laquelle reposait le dallage de la cour des thermes aménagés à la fin du IVe ou au début du Ve siècle. Ces dalles, conservées sous le mur nord de l’église (fig. 48, pl. II, b), avaient disparu dans l’espace fouillé ;

  4. s’y superposaient des couches de terre qui ont livré fort peu de mobilier, uniquement gallo-romain (1500 à 1489, 1492,1493) ;

  5. recouvertes par d’autres couches, apparemment des remblais comme dans le cas précédent, contenant aussi un mobilier peu abondant au sein duquel a été notée la présence de quelques tessons à glaçure plombifère pouvant dater de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne. Elles avaient été scellées par un sol de terre noire fine dont un fragment était encore associé au mur M209/M141. Derrière ce mur, en contrebas, a été retrouvé une partie du carrelage contemporain du sol de terre (1480).

  6. Une série de couches et fosses (1473, 1400, 1477/78, 1398, 1476) couronnées par un sol de terre peu compact (1397) lié à la reprise du seuil (M203) correspondait à une réfection opérée durant la période moderne.

  7. Les recouvraient, des remblais (526, 422) et le carrelage contemporains de l’aménagement de l’auditoire dans l’église désaffectée, entre 1761 et 1763,

  8. puis les remblais, sols (418, 343) et mur (423) de l’immeuble bâti entre 1791 et 1800,

  9. un nouveau carrelage installé au XIXe siècle (340)

  10. et les couches qui se formèrent lors de l’ouverture de l’avenue en 1866.

47. Sondage dans l’église Saint-Romain (limite méridionale de la fouille)

47. Sondage dans l’église Saint-Romain (limite méridionale de la fouille)

48. Angle nord-ouest de l’église Saint-Romain : parement interne

48. Angle nord-ouest de l’église Saint-Romain : parement interne

35Aucun vestige d’un sol pouvant être daté du Moyen Âge n’a été identifié dans cette stratification. Entre les niveaux correspondant au dallage des thermes antiques tardifs (point 3) et les couches qui peuvent être datées du bas Moyen Âge ou plus vraisemblablement du début de l’époque moderne, n’ont été retrouvés que des remblais ayant livré des fragments d’objets antiques. Cette situation, éclairée par l’analyse du mur nord dont les fondations furent assises, certainement au XVIe siècle, sur le dallage de la cour des thermes (fig. 48 et pl. II b) pourrait être le résultat de l’utilisation et du maintien du revêtement antique dans l’édifice primitif, puis de son abandon accompagné par la récupération des dalles lors de sa reconstruction au XVIe siècle.

36Ce hiatus constitue le seul argument fourni par la fouille pour dater la fondation de l’église, qu’il incite à placer à la fin de l’Antiquité ou durant le haut Moyen Âge (le revêtement de l’allée 3J étant resté en usage sans doute jusque vers la fin du premier millénaire). La date de la reconstruction de l’église a pu être établie tant à partir des sources historiques traditionnelles, qu’à travers une lecture des vestiges fouillés, éclairée par les informations données par le plan scénographique. Sur ce dernier point, la possibilité d’établir un rapport très clair entre la reconstruction de l’église et la démolition des bâtisses voisines encore debout en 1555, a permis d’identifier les parties de l’église reconstruite durant la deuxième moitié du XVIe siècle.

L’édifice : structures et plan

37Le plan scénographique de 1555 permet de restituer un petit édifice probablement à nef unique, s’achevant à l’est par une abside. Il ne possède pas de clocher alors que, pourtant, dans l’obituaire de l’Église de Lyon fut enregistré au XIIIe siècle le don de Guillaume de la Palud de « 12 sols forts ad campanam faciendam » (Guigue 1902, p. 57). Seuls quelques lambeaux d’un mur noyé dans des maçonneries postérieures pourraient être attribués au bâtiment médiéval (M140, pl. X). Les structures analysées sur le terrain se rattachaient à l’église reconstruite au XVIe siècle, ou avaient été remaniées pour y être intégrées.

38Une partie des fondations de la façade a été dégagée (M139/M202), ainsi qu’un segment important du mur nord (M204 et 210) auquel se raccordait un chaînage transversal (M209). Le mur ouest, bâti en petits moellons équarris de granite et calcaire, assez soigneusement assisés, était fondé très bas. La stratigraphie indiquait qu’il fut réalisé à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque Moderne (cf. supra, phase 5), ce qui conduit donc à l’associer à la reconstruction du mur nord. Il faut admettre, toutefois, que les deux structures furent bâties au cours de deux campagnes différentes car les matériaux employés les différenciaient, les moellons du mur M202 étant plus petits et plutôt plus réguliers que ceux du mur nord ; la présence du bouchage M357 (fig. 48) dans l’angle nord-ouest apportait la preuve qu’ils furent réalisés en deux temps, sans indiquer très clairement auquel devait être accordée l’antériorité.

39Le mur nord se subdivisait en deux tronçons formant, en plan, un décrochement l’un par rapport à l’autre (fig. 48, pl. II b). Le premier, situé du côté de la façade (M204) était caractérisé par une structure hétérogène et la reprise d’éléments anciens. Divers indices permettent d’y reconnaître les restes d’une structure antérieure aux travaux du XVIe siècle. A ces derniers se rattache la reprise de la maçonnerie M235 à l’intérieur du bâtiment (fig. 48). Fondée sur des dalles de la cour antique, elle prenait appui sur un blocage de moellons de calcaire et granite, bruts ou sommairement équarris, aux dimensions variables (M346) ; l’élévation était appareillée en blocs de calcaire de taille moyenne ou petite, équarris, calés parfois par des cailloux et liés comme les moellons de la fondation par un mortier blanchâtre. Au revers de ce mur, à l’intérieur d’une cave créée au XVIIe siècle, l’analyse du mur se fait d’autant plus complexe qu’il est impossible d’identifier avec certitude les reprises contemporaines de cet autre aménagement (pl. II b et fig. 54). A la base, le tronçon du mur correspondant à l’église repose sur une structure antique (M35) dont il reproduit parfaitement l’orientation. Un autre mur antique (M34) prend place dans cet ensemble ; c’est sur son emplacement que fut élevée, plus tard, la façade de l’église, sous laquelle il a été remis au jour mais dont il ne donne pas parfaitement l’axe. Arasé, le mur M35 fut recouvert, à la fin du IVe ou au début du Ve siècle, par le dallage de la cour des thermes. Au-dessus apparaissait une maçonnerie en petit appareil, sans doute contemporaine de l’ouverture de la cave, de même que les bouchages M522. Si les datations de ces diverses interventions sont condamnées à rester incertaines, la complexité de l’histoire de ce tronçon de mur, qui se traduit tant en plan qu’au niveau des parements, plaide en faveur de son antériorité par rapport aux travaux réalisés à la fin du XVIe siècle. S’ajoute au dossier la présence, sous ces diverses reprises, de traces d’une construction faite de moellons liés à la terre, mises en évidence par le démontage des maçonneries entrepris pour tenter d’en démêler la chronologie. Cette situation permet d’y reconnaître les restes du mur de l’église médiévale et ceux du bâtiment qui la jouxtait au nord-ouest sur le plan de 1555.

40Cette maçonnerie butait contre le second tronçon du mur nord, auquel était lié, en revanche, un mur orthogonal bâti uniquement en fondation. Le mur nord prenait appui sur des dalles antiques encore en place, dans la partie occidentale du segment dégagé (pl. II b, revêtement 1674) puis sur les restes de la salle 2C libérée alors des constructions postérieures. Ce mur, d’une largeur de 84 cm, était soigneusement parementé au moyen de blocs de petit et moyen appareil de calcaire blanc et jaune, liés par un mortier blanc et relativement bien assisés. Des blocs de grand appareil de calcaire blanc furent employés en harpe pour renforcer son extrémité occidentale, là où s’effectuait la liaison avec le chaînage transversal et le contact avec le tronçon primitif. A l’intérieur de l’édifice, la liaison entre ces deux parties fut assurée par un pan de mur oblique. Dans le chaînage transversal furent remployées des dalles du revêtement de la cour des thermes antiques tardifs.

41Ces quelques informations conduisent à supposer que la volonté de rénover l’église s’était traduite par une reconstruction totale de la nef, conçue comme corps indépendant, isolé sur le plan statique d’un espace dans lequel fut partiellement respecté l’état antérieur du bâtiment. L’analyse de plans dessinés au XVIIIe siècle apporte quelques renseignements complémentaires, éclairés encore par ceux que nous ont livré deux documents d’archives (A.D.R. BP 2561 et 28 G 60). Ces données ont permis de reconstituer le plan de l’édifice reconstruit au XVIe siècle (fig. 49B) et transformé par l’adjonction de la chapelle Notre-Dame du Bon Refuge que fit aménager son desservant, Jean Faure, en 1615 (Martin 1908-1909, p. 49 et A.D.R. 28 G 60). Sur les plans du XVIIIe siècle, le tracé du mur sud de l’église dessine une ligne brisée en deux points. Le premier, du côté de l’entrée, se situe au niveau du chaînage transversal où il renforce donc la différence notée déjà entre l’extrémité occidentale de l’édifice et la nef. Un peu plus loin, apparaît un décrochement plus net. L’état des lieux établi en 1761 par l’architecte Toussaint Loyer permet de supposer que cette « anomalie » correspondait à l’adjonction, en 1615, de la chapelle Notre-Dame du Bon Refuge. Le rapport rédigé en 1761 indique que cette chapelle était voûtée en berceau, de même que le choeur. Le « gros mur » qui les séparait, fut peut-être à l’origine celui qui fermait le chevet au sud, contre lequel aurait donc été appuyée la chapelle. La description des vestiges visibles après la démolition de cette partie de l’église, valide la représentation élaborée à partir des autres documents, tout en indiquant que les trois murs orientés d’est en ouest étaient liés au mur ouest de la maison de la Porterie (A.D.R. 10 G 3815, oct. 1781). Il est donc possible de supposer d’une part que cette maison fut touchée par les travaux réalisés à la fin du XVIe siècle, mais aussi peut-être que la chapelle aménagée au XVIIe siècle pourrait reprendre une structure antérieure, éventuellement la chapelle dédiée à la Vierge Marie, que Guillaume de Bames fit construire au début du XVe siècle et qui aurait été placée également à droite du maître-autel (Martin 1908-1909, p. 48). Le texte de 1781 permet, en outre, de penser que le chevet de l’église ne fut pas autrement modifié après le début du XVIIe siècle, bien que sa dissymétrie soit assez étonnante. Toutefois, il est certain que le plan dessiné à partir de ces sources est dépourvu des nuances qui pourraient justifier d’autres interprétations et une autre chronologie pour certains détails.

49. Saint-Romain : plans restitués à partir des données de la fouille et des archives

49. Saint-Romain : plans restitués à partir des données de la fouille et des archives
  • 7 Durant l’été 1989, la SEMALY a entrepris d’élargir le périmètre du chantier dans le secteur corresp (...)

42Je propose, à partir de ces données, de distinguer à l’ouest un porche, dont le sol était un peu plus élevé que celui de la nef, le chaînage M209 formant une marche entre les deux. Au-dessus se dressait vraisemblablement un clocher : celui qui apparaît sur le petit plan Maupin réalisé vers 1630 (fig. 51). La documentation iconographique révèle qu’il fut bâti entre 1555 et 1630, donc au cours des travaux dont l’église fut l’objet. Un carrelage revêtait le sol de la nef (fig. 47, U.S. 1480). Le plafond de ces deux parties de l’édifice était « à lambris, en cadres et moulures à la hauteur de vingt pieds » (6,5 m environ) (A.D.R. BP 2561). La description des lieux et du projet d’aménagement d’un nouvel auditoire de justice présentée en 1761 a permis de le restituer en coupe (fig. 50). Le fait que seule une partie du projet fut réalisée et que le chevet ait été abattu contrairement à ce qui avait été envisagé au départ, pourrait être en rapport avec le délabrement de cette partie de l’édifice, où la présence d’une couverture voûtée en berceau est relativement surprenante. Il est tentant, compte tenu de ces circonstances, de supposer que dans cette partie de l’église avaient été conservés, à la fin du XVIe siècle, des vestiges de l’édifice antérieur7.

50. Saint-Romain : coupe est-ouest, restituée à partir du rapport

50. Saint-Romain : coupe est-ouest, restituée à partir du rapport

A.D.R. BP 2561

51. Détail du petit plan Maupin réalisé vers 1630

51. Détail du petit plan Maupin réalisé vers 1630

B.M.L. Coste 103 bis

Les documents

43La plupart des historiens lyonnais qui mentionnent ce monument n’ont fait que reprendre les descriptions transmises par les chroniqueurs des XVIe et XVIIe siècles (Lefebvre 1627, p. 57, de Colonia 1701, p. 140, id. 1738. p. 490). Seul le chanoine J.-B. Martin puisa à d’autres sources, qu’il ne cite malheureusement pas et qu’il interprète parfois hâtivement (Martin 1908-1909). Ces défauts, que souvent l’acquisition des données livrées par le terrain ont permis de contourner, n’entament pas l’intérêt réel du chapitre qu’il consacre à Saint-Romain et il faudra retourner à son texte, en particulier pour aborder les questions touchant le statut de l’église, celui de son clergé, ainsi que le décor de l’édifice (sur ce dernier point, voir aussi Vingtrinier 1901, pp. 31-32). Les documents qu’il utilisa pour le rédiger n’ayant pas encore été tous retrouvés, quelques informations concernant l’histoire du bâtiment, qui seule est abordée ici, lui seront donc empruntées directement.

44La mention d’un hospitale sancti Romani apparaît dans le Bref du début du IXe siècle conservé à la suite de la lettre adressée par Leidrade à Charlemagne. Rien ne permet d’assurer que cette institution eût quelque rapport avec l’église lyonnaise. La mention suivante concernant un village proche de Lyon, Saint-Genis, il est possible de penser dans ce cas aussi à un lieu extérieur de la ville et, en l’occurrence, à Saint-Romain de Couzon ou Saint-Romain d’Anse (Coville 1928, pp. 287-292).

45Cependant, l’antiquité de sa fondation, que paraît renforcer le vocable sous lequel elle était placée, est soulignée par les chroniqueurs. De Colonia indique dans un ouvrage qu’elle « paraît être du sixième siècle environ » (De Colonia 1701, p. 140) ; dans un autre, qu’elle est « une des plus ancienne de la ville... bâtie à la fin du Ve siècle » (De Colonia 1738, p. 490). Le saint que l’on honorait était sans nul doute le premier abbé de Condat, dans le Jura, né vers 400 et décédé à l’âge de 65 ans environ (Bibliotheca S. 1968, art. Romano, pp. 317-318). Il est peu probable qu’une église lui ait été dédiée avant que ne fût rédigé le premier récit de sa vie, vers 520.

46Quelques auteurs indiquent que « au-dessus de la porte qui ouvrait au couchant, était placé un bas-relief, avec les figures à mi-corps de Saint-Joachim et Sainte-Anne. Au-dessus une inscription perpétuait, en ces termes, le nom du fondateur » (Martin 1908-1909, p. 48 ; De Colonia 1701, p. 140 note 3 ; Spon 1673, p. 33 ; Meynis 1872, p. 72) :

47TEMPLI FACTORES FUERUNT FREDALDUS ET UXOR MARTYRII EGREGII (QUOD) CONSTAT HONORE ROMANI ILLIUS UT P.C. RECREANTUR SEDE PERENNI

  • 8 Cette interprétation de l’inscription m’a été suggérée par M. Ch. Pietri, que je remercie pour l’ai (...)

48Nous ignorons si ces éléments étaient déjà en place avant la reconstruction du portail à la fin du XVIe siècle. Toutefois, plusieurs détails, l’emploi de fuerunt et le fait que l’épouse de Fredaldus ne soit pas nommée, conduisent à dater la rédaction de l’inscription du bas Moyen Âge ou même de l’époque Moderne8. Sans doute s’inspira-t-on, alors, d’un document plus ancien, ainsi que permet de le supputer l’onomastique, qui renvoie au haut Moyen Âge -sur une inscription trouvée à Choulans apparaît le nom de Fredoaldus (Wuilleumier 1949, pp. 25-26)- mais cet indice ne peut être retenu pour fixer la date de fondation de l’édifice.

49Pour Isaac Lefebvre, l’église Saint-Romain

« est une des plus anciennes de Lyon et pouvons dire que nous ne scaurions donner autres marques de son antiquité que les anciennes reliques qu’elle conserve dans son sacré vaisseau : car de toute ancienneté l’on y a toujours gardé quelques corps de ces bien-heureux martyrs et innocents qui furent martyrisez en grand nombre au plus haut de la ville, aux lieux vulgairement appelé LA CROIX DE COLLE. Et tient-on par une vieille tradition que du sang sacré qui descendit par la rue de Gourguillon, dont elle a pris son nom, il en entra en ceste Eglise, et c’est pourquoi on n’y enterre personne » (Lefebvre 1627, p. 79).

50D’autres textes rappellent cette interdiction d’inhumer et invoquent, à ce propos, la même tradition (Meynis 1872, p. 74 ; Martin 1908-1909, p. 49 ; voir également, à ce propos, Sachet 1918, 2, p. 28). Fréquemment aussi, il est précisé que l’on n’enterrait pas dans Saint-Romain mais à Saint-Pierre-le-Vieux qui dépendait de cette paroisse (cette question sera reprise et développée dans la prochaine partie de cet exposé).

51Un texte du XIIIe siècle certifie que Saint-Romain portait alors le titre de paroisse (Guigue 1885-1893, II, p. 391). En 1655 ou 1656 les fonctions curiales et le service paroissial furent transférés à Saint-Pierre-le-Vieux, son annexe (Reynard 1860, p. 126 ; Meynis 1872, p. 74).

52Au début de l’époque Moderne, cette église paraît ne jouer qu’un rôle effacé. Les chroniqueurs des XVIe et XVIIe siècles lui accordent peu d’attention : Paradin, de Rubys, Nicolay ne lui consacrent pas de paragraphe spécial ; Isaac Lefebvre ajoute la notice qui la concerne à la fin de son ouvrage en avouant qu’il l’avait oubliée.

53La reconstruction commencée en 1560-1561, en partie prise en charge par Claude de Laurencin, « dont les armes étaient à la voûte » (Martin 19081909, p. 49 ; Meynis 1872, p. 74 ; Reynard 1860, p. 126) et achevée par Laurent de Simiane qui fut archidiacre de l’Église de Lyon entre 1592 et 1647, semble avoir conduit à agrandir un peu l’église ainsi que le démontrent les résultats de la fouille. J.-B. Martin distingue nettement deux phases dans ces travaux, « la restauration de l’église elle-même et la reconstruction complète de son portail », qu’il est aisé de mettre en parallèle avec les observations faites sur le terrain et qu’il serait utile d’analyser directement à partir des documents dont il a tiré ces détails.

Le cimetière de Saint-Romain et les aménagements contemporains

54L’interdiction d’inhumer dans l’église, rapportée par les chroniqueurs et dans les archives, paraît contredite par les données de la fouille, ainsi que par une information que donne J.-B. Martin à propos du transfert de sépultures de Saint-Romain à Saint-Pierre-Le-Vieux (Martin 1908-1909, p. 50). La difficulté paraît pouvoir être contournée si l’on admet que seules étaient visées les sépultures déposées à l’intérieur de l’édifice. Cependant, la découverte sur le site de deux fragments de pierres tombales introduit une nouvelle incertitude. Ces pierres avaient été remployées dans des constructions qui ont suivi, dans un cas, un remaniement important de l’église après 1761 (fig. 69), dans l’autre, sa démolition en 1791, ou peu après. Il est possible toutefois que l’interdiction d’ensevelir dans l’église n’ait pas toujours été respectée puisque Guillaume de Bames avait été autorisé au XVe siècle à se faire inhumer dans la chapelle dédiée à la Vierge Marie qu’il avait fait bâtir (Martin 1908-1909, p. 49). Il est certain qu’elle fut levée dans le cas des inhumations en terre, ainsi que l’a démontré la fouille.

55Lors de la reconstruction de l’église durant la deuxième moitié du XVIe siècle, les deux corps de bâtiment accolés contre son mur nord, les plus anciens sans nul doute, furent arasés. Sur l’aire remblayée et nivelée fut installée une grande structure en forme de « U » délimitant un espace de 7 x 9 m environ, ouvert vers le nord (pl. XI). Sur les trois autres côtés, ses limites étaient matérialisées, au sol, par les restes de grosses poutres calcinées mesurant en moyenne 60 cm de largeur, disposées par deux, parallèlement (fig. 52). Dans l’interstice marquant la séparation des deux éléments de chaque alignement, a été notée la présence de mortier de chaux, de quelques moellons et galets, et d’un peu d’argile. Aucune solution ne se dessine encore pour identifier ces structures ; leur largeur étonne dans la mesure où il semble qu’elles ne puissent correspondre à une clôture, et la destination du lieu rendant peu vraisemblable la restitution d’une toiture.

52. Cimetière de Saint-Romain : restes d’une structure (enclos ?)

52. Cimetière de Saint-Romain : restes d’une structure (enclos ?)

56Dans l’espace ainsi délimité, les sédiments archéologiques avaient été profondément bouleversés, mis à part en un point où a été remise au jour une sépulture. Le mobilier recueilli est hétérogène : sont associés des fragments d’objets antiques, médiévaux et du début de l’époque moderne ; le XVIIe siècle est certainement la période la mieux représentée en particulier par les monnaies et le verre. La fouille a permis en outre d’y recueillir de très nombreuses aiguilles de linceul en bronze. Il est donc clair que l’enclos délimita un cimetière, dont la création ne peut intervenir avant la deuxième moitié du XVIe siècle : l’analyse de la stratification l’indique et le fait qu’il n’apparaisse pas sur le plan scénographique le confirme. Les corps, à l’exception d’un seul sans doute oublié, ont été exhumés et ceci explique le bouleversement des couches dans ce secteur. La structure en « U » fut coupée par la façade des prisons bâtie en 1664 ou 1665 et le sol du cimetière fut recouvert par un remblai qui doit être mis en relation avec la même campagne de travaux.

57Les seules mentions du cimetière de Saint-Romain sont difficilement conciliables avec les renseignements donnés par la fouille. Dans les archives, M.-O. Mandy a relevé l’information suivante :

« sur ce qui a été représenté par Monsieur l’Archidiacre au sujet du cimetière que l’on veut établir en l’église de Saint-Romain (le chapitre) a commis l’Archidiacre et le Chamarier pour aller voir l’archevêque à ce sujet » (A.D.R. 10 G 215, f° 32).

58Toutefois, la date d’enregistrement du document, 1718, est bien postérieure à celle de l’abandon du cimetière fouillé. La seconde mention apparaît dans l’ouvrage du chanoine J.-B. Martin. Cet auteur écrit que le cardinal de Tencin, archevêque de Lyon, en prononçant l’interdit de l’église Saint-Romain le 20 août 1743 aurait précisé que

« les corps enterrés dans le cimetière seraient exhumés et déposés dans celui de (...) » Saint-Pierre-le-Vieux (Martin 1908-1909, p. 50).

59M.-O. Mandy a dépouillé en vain les actes capitulaires de 1743 : l’information n’y est pas consignée. Les résultats de la fouille sont très nets sur ce point : les corps furent certainement exhumés pour être ensevelis dans le cimetière de Saint-Pierre-le-Vieux, mais le transfert eut lieu vraisemblablement plus tôt, lorsque fut entreprise la construction des prisons de l’archevêché en 1664 ou 1665.

60Des restes de constructions réalisées en moellons bruts de schiste principalement, liés à la terre, ont été dégagés à l’ouest de cet enclos. Ils correspondaient à un mur orienté d’est en ouest, assez large (M213) ainsi qu’à un autre, plus mince ou moins bien conservé (M215), parallèle au premier. Une structure annulaire se rattachait au même ensemble ; il est exclu d’y voir un puits, le sol n’ayant pas été creusé à cet endroit, tandis que les deux assises de moellons conservées ne suffisent pas pour identifier un puits perdu. Sa fonction demeure donc inexpliquée. Ces constructions se développaient sans doute vers l’ouest, où les bâtiments postérieurs en ont gommé les traces.

61Deux murs mis au jour à l’est du chantier semblent apparaître au cours de la même période. Leur cas a déjà été abordé plus haut à propos du plan scénographique de Lyon, sur lequel il est impossible de les localiser. Le mur orienté du nord au sud (M223) constituait sans doute la façade occidentale de la maison. Au-dessus d’une large fondation, il fut monté en petits moellons équarris, de calcaire principalement, soigneusement assisés et liés par un mortier riche en chaux. Le retour de la façade doit être restitué sur le tracé de l’égout du XIXe siècle, qui fit disparaître tous les vestiges. Le mur M224 ne peut avoir été qu’une cloison compte tenu de sa faible largeur. Un sol fait de mortier a été dégagé dans l’angle formé par ces deux structures ; la fouille a été interrompue à son niveau dans cet espace devenu trop étroit. Ces structures appartenaient à un bâtiment que fit disparaître, au XVIIe siècle sans doute, la construction de la maison Maclas, qui reprenait son alignement occidental, mais dont la façade fut placée en retrait. Sans doute s’agissait-il de cette dépendance de la prébende de Saint-Mammet mentionnée dans les archives à partir de 1506, et à laquelle succède la maison Maclas (A.D.R. 28 G 69, f° 44 et 49 ; 28 G 70, f° 13 ; 28 G 72, f° 19 ; 28 G 73 ; 28 G 74, f° 1).

La construction du pont de Saint-Jean (XVIIe siècle)

62Avec la construction, achevée en 1636, d’un pont de bois sur la Saône, le secteur du quartier canonial où se situe la fouille va s’animer et connaître d’importants changements. Le 19 janvier 1635, le chapitre avait autorisé Christofle Marie, entrepreneur des ponts de France,

« de faire bastir et construire ledit pont à ses frais périls et fortune, à l’endroit des petites galleries du palais de l’archevêché et de la place de Rontalon et place de Belle Court » (Sachet 1918, II, pp. 317-320 ; le texte cité doit être tiré des Actes Capitulaires du 19.01.1635) (fig. 53).

53. Détail de la vue d’une partie de la ville de Lyon... dessinée par Cléric vers 1720 et gravée par Fr. Poilly

53. Détail de la vue d’une partie de la ville de Lyon... dessinée par Cléric vers 1720 et gravée par Fr. Poilly

B.M.L. Coste, 259

63Les « petites galleries du palais » se dressaient sur la rive de la Saône, à l’est de la cour de l’archevêché. Cette nouvelle liaison établie avec la presqu’île provoqua certainement un accroissement des activités et surtout des mouvements de personnes. L’utilisation de la cour de Lyon comme voie de circulation devient alors fréquente, ainsi que l’atteste un acte daté du 17 mai 1664. Dans ce document, le chapitre autorise l’archevêque à effectuer un certain nombre de travaux devenus nécessaires, par suite des changements intervenus depuis la construction du pont. Il nous apprend que Mgr Camille de Neuville

« dit ne pouvoir plus soufrir que la cour dudit archevêché soit commune à tout le monde, ny au passage des carrosses, charrettes, et voiturier comme si cestoit une rue publique au lieu d’aller passer vers Roanne, ou devant l’église de Saint-Romain, et, pour ce, qu’il étoit en résolution de faire fermer les portes de ladite cour, comme on soulait faire cy devant ; en tout cas s’il se résolvait à les laisser en l’état, en considération de la commodité publique, et faciliter les advenues dudit pont, ils laisseroit comme en rue un espace de ladite cour convenable et pour se clorre et n’être pas à labandon comme il estoit, il feroit faire une muraille à droite ligne depuis le portail du côté dudit pont (...) jusques à lautre portail du côté de la place St Jean (...) » (A.D.R. 1 G 268).

64Avec quelques réticences, l’archevêque accepte donc d’enregistrer la transformation de sa cour en rue et il propose une solution lui permettant de sauvegarder une partie de l’espace dont il jouissait.

65En outre, il demande et obtient de

« changer les prisons du lieu où elles sont présentement, et les remuer au bâtiment qui est vers l’autre portail du côté de l’auditoire du Cloître où loge le bâtonnier » (A.D.R. 1 G 268).

Le bâtiment préexistant aux prisons (pl. II, XI, XIV)

66Les prisons, qui étaient aménagées près ou dans le palais archiépiscopal, furent alors installées dans un bâtiment dont des vestiges ont été mis au jour avenue A. Max, ainsi qu’ont permis de l’établir avec certitude la documentation iconographique et les archives (fig. 61-62, 89 ; A.D.R. 10 G 178). A ce bâtiment appartenaient deux caves (E et F ; fig. 54) auxquelles on accédait alors par un escalier longeant la façade orientale. De celui-ci, seules ont été retrouvées les substructions : toutes les marches avaient été arrachées lorsqu’il fut condamné, probablement en 1664 ou 1665. Il donnait accès directement-nous n’avons pas trouvé trace de ferrures-à la petite pièce F dont le sol était fait de dalles, identiques à celles qui revêtaient la cour des thermes antiques tardifs, récupérées probablement durant les travaux ; un mur de la même époque avait été repris et utilisé comme marche au départ de l’escalier. Une niche était aménagée dans les murs M211 et 212, à cheval sur l’escalier et la pièce. Un fragment de dalle antique réemployée dans l’angle sud-ouest devait servir de banquette. Adossée à l’église Saint-Romain, la pièce était limitée au sud par le mur de cet édifice, repris en sous-oeuvre par un placage fait de petits moellons (fig. 54). Dans son dernier état, la couverture à voûte d’arête correspondait à une phase de remaniement, liée à la construction d’un nouvel escalier, vers 1664 vraisemblablement (pl. XV).

54. Vue prise en fin de fouille : cave Ε et église Saint-Romain

54. Vue prise en fin de fouille : cave Ε et église Saint-Romain

67Les montants de la porte livrant accès à la grande cave étaient réalisés en blocs de grand appareil quadrangulaire de calcaire gris à grain fin (fig. 55-56). Au-dessus d’un linteau monolithique, était aménagé un arc qui fut obturé par un blocage de petits moellons à une date qu’il est impossible de fixer, mais qui doit être postérieure à la création de la cave, car l’on avait masqué, ainsi, la moulure qui en soulignait le rebord. Des fragments de dalles antiques avaient été utilisés pour faire les marches permettant de descendre dans la cave E. Dans celle-ci, la structure des murs nord et ouest était uniforme ; mis à part les montants de la porte, toutes les maçonneries contemporaines de cette construction étaient réalisées en petits moellons de calcaire et parfois de granite ou de schiste, auxquels se mêlaient quelques fragments de briques et que liait un mortier de chaux. A la base des murs nord et est ont été mis au jour deux négatifs de gros poteaux en bois, utilisés pour asseoir plus solidement la fondation. Celle-ci n’ayant pas été entièrement enlevée, il n’est pas certain que ces poteaux aient été les seuls. La voûte en berceau retombant sur les murs nord et sud, était faite de moellons de schiste larges et peu épais (fig. 3).

68La construction du mur sud était beaucoup plus complexe (pl. II b). L’analyse a mis en évidence seize unités stratigraphiques différentes, parmi lesquelles les murs M34 et M35 datés du IIIe siècle et le dallage 1674 qui se rattache à l’ensemble thermal du IVe ou Ve siècle ; les reprises M522 sont probablement contemporaines de l’aménagement de la cave. La même chronologie pourrait être admise aussi dans le cas des maçonneries M311 et 201, ainsi que, éventuellement, pour la partie basse du mur M204. Certaines de ces maçonneries peuvent cependant appartenir à une phase de construction ou remaniement de l’église, ce mur étant commun aux deux édifices (partie basse de M204 ?). Toutefois, il n’a pas été possible d’établir un rapport entre cette face du mur et la partie de l’église fouillée derrière où Ton ne retrouve ni les mêmes interventions, ni des matériaux très proches (fig. 48). Les maçonneries M311 et 201 pourraient être, en revanche, plus récentes que la cave et se rattacher aux travaux de 1664. Les autres reprises de maçonnerie sont liées à l’installation d’un nouvel escalier à la fin du XVIIIe siècle.

69Le plan au sol du bâtiment auquel appartenaient les structures décrites ne peut être que partiellement restitué. Le mur M200, donne l’alignement de la façade sur la rue Saint-Romain, où elle se développait très probablement jusqu’à la porte fermant la cour de Lyon : c’est ce que suggèrent les indications données, pour le localiser, dans le document cité plus haut (A.D.R. 1 G 268). Les constructions réalisées en 1664 ou 1665 en ont fait disparaître les traces. Il était limité à Test par le mur M208 ainsi que par le mur M207, repris lors de l’aménagement de la cave G. Ce dernier, en effet, n’avait certainement pas pour seule fonction de soutenir l’escalier, comme le mur M212 qui est beaucoup moins bien fondé. La cave ne donne donc, semble-t-il, qu’une image incomplète de l’emprise au sol de ce bâtiment, dont la destination primitive n’est pas connue, mais dont la construction peut être datée à partir de 1615, et avant 1664, un médaillon commémorant le mariage d’Anne d’Autriche et de Louis XIII ayant été mis au jour dans l’un des remblais constituant le sol de la cave Ε et la seconde date correspondant aux travaux décrits ci-dessous. C’est lui, probablement que Ton entrevoit à droite de l’église sur le « petit plan Maupin » (fig. 51).

Construction des prisons et ouverture de la rue de l’archevêché (pl. XV-XVI)

70Dans le contexte évoqué précédemment, le bâtiment choisi pour installer les prisons ne fut pas, sans doute, jugé parfaitement adéquat puisque des travaux furent entrepris pour le modifier et qu’une partie de la « cour de Lyon », fermée par un mur puissant, lui fut affectée.

71Les transformations, dans ce cas encore, ne sont perceptibles pratiquement qu’au niveau du sous-sol où furent aménagées deux nouvelles caves (G et H). Les murs ouest et nord (M237 et 242), ainsi que le mur de refend (M241) furent établis en priorité ; le mur sud (M240), adossé au mur M206, fut installé dans un deuxième temps. A Test, le mur M207 était repris, chemisé à l’intérieur de la cave, et prolongé vers le nord par le mur M249 ; un soupirail y fut ouvert après la mise hors service de l’escalier (fig. 56). Dans la cave G, l’espace était subdivisé en quatre travées, dont les voûtes d’arête retombaient sur un pilier central. Une voûte en berceau supportée par les murs est et ouest couvrait la cave H.

72Parmi les matériaux employés, le calcaire doré dominait largement, à côté de quelques fragments de briques et de tuiles probablement en réemploi et utilisés principalement à la naissance des voûtes ; quelques blocs de grand appareil quadrangulaire taillés dans un calcaire blanc, sans doute eux aussi des réemplois, étaient visibles à la base des maçonneries (fig. 9, 57, 59). Les moellons, bien que très irréguliers, souvent épannelés mais parfois bruts, étaient généralement de taille nettement plus importante que ceux qui furent utilisés pour construire les caves antérieures ; leur disposition était assez régulière et ils avaient été liés par un mortier gris clair. Le calcaire doré fut utilisé également pour réaliser les voûtes sur un coffrage dont les empreintes étaient clairement lisibles. Au départ de l’élévation, au rez-de-chaussée, les moellons tendaient à devenir plus irréguliers et leur taille diminuait.

55. Coupe réalisée dans les caves E et F

55. Coupe réalisée dans les caves E et F

56. Coupe réalisée dans les caves E et H

56. Coupe réalisée dans les caves E et H

57. Relevé des murs des caves E et G et coupe dans une partie du terrain sous-jacent

57. Relevé des murs des caves E et G et coupe dans une partie du terrain sous-jacent

73Deux portes percées dans le mur M206 mettaient en communication les nouvelles caves avec la plus ancienne (fig. 55, 56). Celle qui ouvrait dans la cave H fut dotée d’un encadrement constitué de blocs allongés et minces, plaqués contre la maçonnerie. Le passage entre les caves G et Ε fut plus sommairement aménagé. Seul le montant droit, dans la cave E, fut l’objet d’une reprise réalisée en blocs quadrangulaires, qui lui confèrent un aspect relativement soigné (fig. 58) ; sur l’autre montant, les traces laissées par les outils ne durent être masquées que par un enduit.

58. Relevé du mur est de la cave G

58. Relevé du mur est de la cave G

74L’élévation du bâtiment antérieur fut reprise au cours des mêmes travaux : le mur M236 reposait sur les restes du mur M200, dont il modifia très légèrement l’orientation. Il délimitait, avec les murs M235, 207 et 243, le corps de bâtiment subdivisé au rez-de-chaussée par l’élévation des murs 206 et 240, ainsi que par des cloisons (M 239).

75Le procès-verbal de la visite faite en octobre 1665 nous livre quelques détails supplémentaires sur l’organisation de l’espace. Il signale que

« les bâtiments desdites prisons, tout neufs, sont composés de 13 chambres tant pour le concierge que pour les prisonniers, les fenêtres d’icelles treillissées à barreaux de fer, en bas 7 cachots à plain pied du rez de chaussée, le tout en bon état » (A.D.R. 10 G 278).

76A l’est de ce bâtiment, ont été mises au jour les fondations d’un avant-corps, apparemment divisé en deux parties, dont l’une est représentée par un massif compact couvrant un rectangle de 4 m x 5 m environ (M251-252), coupé au XIXe siècle par la galerie d’adduction d’eau du funiculaire (cf. p. 104), prolongé par une fondation en « U » (M253 et 254). Ces substructions avaient été réalisées en blocage de moellons ennoyés dans un mortier jaune, et coulées directement dans des tranchées, étayées parfois par quelques planches dont les empreintes et des lambeaux étaient conservés.

77Le mur M249 se prolongeait au-delà de la façade, où il était adossé à un massif de maçonnerie (M250), qui comme lui a été entaillé par un égout au XIXe siècle. La forme originelle de l’ensemble n’est donc pas connue : l’extension du mur n’a pu être déterminée, ni le plan complet du massif de maçonnerie, dont la largeur peut être estimée à un peu moins de 4 m. Dans la partie conservée, du côté de la façade des prisons, le contour de cette fondation suivait une ligne incurvée. Ces deux maçonneries étaient montées en moellons de calcaire, jaune dans la majorité des cas, liés par du mortier gris clair.

59. Relevé du mur sud de la cave G

59. Relevé du mur sud de la cave G

78La construction du corps de bâtiment reposant sur le massif de fondation M251 à 254, paraît être à l’origine de l’abandon du premier escalier, remplacé alors par un escalier appuyé contre le mur nord de l’église Saint-Romain, dont le parement fut repris pour encastrer les marches, supportées au nord par le mur M247 et appuyées contre un mur antique tardif que l’on dut entailler (M93) (pl. II, b). Un mur (M245) fut bâti pour fermer la pièce F et condamner l’escalier antérieur ; la niche aménagée dans les murs fut bouchée. La couverture de la cave F fut reprise alors et prolongée sur l’escalier ; la maçonnerie M246 est liée à ces remaniements.

79Un bloc mouluré, en calcaire gris pâle très dur (choin), réemployé dans une fondation de l’immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle, pourrait avoir fait partie de la construction qui vient d’être décrite (fig. 60).

60. Bloc mouluré réemployé dans une fondation de l’immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle

60. Bloc mouluré réemployé dans une fondation de l’immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle

80Les terrassements qui précédèrent les travaux entrepris à la fin du XVIIIe siècle, avaient fait disparaître les couches contemporaines de la construction des prisons, de leur utilisation et, semble-t-il aussi, des transformations dont elles furent l’objet et pour lesquelles nous n’avons trouvé de traces que dans les archives (A.D.R. 10 G 3815, 1781). Les structures elles-mêmes, avaient été arasées sous le niveau du sol, à l’exception de celles qui furent intégrées dans le nouvel immeuble. Ces circonstances ont aggravé les difficultés rencontrées pour tenter de restituer l’élévation des constructions. Le caractère ramassé des fondations M251 à 254 n’évoque pas des dispositifs courants dans l’architecture civile et il est tentant de les mettre en rapport direct avec la vocation de l’édifice. C’est certainement dans cette direction qu’il faudra chercher des exemples susceptibles d’orienter les hypothèses de restitutions.

81La présence de fondations qui obstruent la rue, que l’on vient pourtant de créer en fermant une partie de la cour de Lyon, tant au sud, avec les prisons, qu’au nord où se forme aussi le futur jardin de l’archevêché, ne trouve de sens qu’à condition d’admettre que le chapitre et l’archevêque ont restreint la portée des décisions prises, en reproduisant le système de fermeture qui bouclait antérieurement cet espace. Les réticences, évidentes dans le texte de 1664 (A.D.R. 1 G 268), que manifestait l’archevêque pour accepter les conséquences d’une évolution qu’il ne contrôlait pas, pourraient justifier une décision qui paraît peu rationnelle. Aucun témoignage de cet aménagement n’a été retrouvé dans les archives, et les plans du XVIIIe siècle révèlent qu’il avait été arasé avant le milieu du siècle (fig. 61, 62). C’est au XVIIIe siècle probablement que la rue fut dotée d’un revêtement de galets qui succédait à une série de sols de terre battue (fig. 63).

61. Détail du plan n° 1 illustrant le Terrier de l’Archidiaconé de 1743

61. Détail du plan n° 1 illustrant le Terrier de l’Archidiaconé de 1743

A.D.R. 10 G 1535, en couleurs

62. Terrier de Saint-Pierre-le-Vieux, réalisé entre 1743 et 1755

62. Terrier de Saint-Pierre-le-Vieux, réalisé entre 1743 et 1755

A.D.R. 28 G 74, en couleurs

63. Rue de l’Archevêché : pavage réalisé au XVIIIe siècle

63. Rue de l’Archevêché : pavage réalisé au XVIIIe siècle

82Le creusement de la cave J (pl. XVIII), à la fin du XVIIIe siècle, a fait disparaître toute trace d’éventuels aménagements occupant la partie orientale de la cour des prisons, à l’exception du puits, repris plus tard dans un mur M255 (fig. 70). La chapelle associée aux prisons (fig. 61, 62) et à la cour a pu être localisée assez précisément à partir d’une description des lieux faite en 1781 après sa démolition (pl. XVI ; cf. A.D.R. 10 G 3815). Elle pourrait avoir été bâtie après 1665, car le texte de la visite effectuée après l’exécution des travaux, révèle l’existence dans la cour d’une « fenêtre treillissée de gros barreaux de fer en grille ayant vue sur le grand autel de Saint-Romain, par laquelle ouverture les prisonniers entendent la messe », et il ne fait pas allusion à la chapelle (A.D.R. 10 G 178). Le puits était relié, par un conduit à ciel ouvert, à un puisard monté, à sec, en moellons bruts de schiste placés en encorbellement.

83A ces aménagements était associé un sol de galets, qui était en usage en même temps que le bâtiment auquel appartenaient les murs M223 et M224 (pl. XI). Il est probable que ce bâtiment disparut relativement rapidement après la construction des prisons et l’ouverture de la me de l’Archevêché. Dans l’angle de la maison Maclas qui a été dégagé, a été relevée la présence d’une maçonnerie à la base de M260 (pl. XV) identique à la fondation des prisons et parfaitement alignée sur elle. Les similitudes sont telles, que je ne peux exclure qu’elle ait pu être réalisée au cours de la même campagne. La construction de la maison pourrait donc être soit contemporaine, soit de peu postérieure à celle des prisons. Les descriptions retrouvées dans les archives (fig. 61) laissaient supposer que la maison avait été reconstruite entre 1625 et 1743, ce que les vagues indications fournies par le terrain autorisent à établir plus fermement. Le document le plus ancien décrit « une maison haute moyenne et basse consistant en plusieurs membres avec une cour et un jardin joignant ensemble » (A.D.R. 28 G 73, de 1625) ; un texte daté de 1611 donne la même description (28 G 72, f° 19). Les détails enregistrés dans le texte de 1743 (A.D.R. 28 G 74, f° 1) correspondent, en revanche, au plan de la maison démolie en 1865 ou 1866 (A.M.L. 01, liasse Adolphe Max) : les corps de logis sont alors distribués autour d’une petite cour intérieure.

84Le reste d’une maçonnerie, M258, épargné par les fondations des grilles installées au XVIIIe puis au début du XIXe siècle pour fermer le jardin de l’archevêché, pourrait être attribué à une clôture antérieure, sans doute celle que Mgr Camille de Neuville déclare vouloir faire bâtir

« à droit ligne depuis le portail du côté dudit pont, où sont les armes de l’archevêque Talaru et celles du chapitre, jusques à lautre portail du côté de la place St Jean, en laquelle muraille il feroit passer un portail (...) sur lequel il feroit poser et remettre les armoiries deportez pour ne rien changer des marques anciennes de l’église » (A.D.R. 1 G 268).

Les maisons de la rue Saint-Romain

85Plusieurs documents dévoilent le mauvais état des maisons bordant à l’ouest la rue Saint-Romain au début du XVIIIe siècle. Dans un acte daté de 1604 (A.D.R. 10 G 56),

« le chapitre, après avoir ouï le rapport de la visite faite d’une muraille mitoyenne entre les maisons de Monsieur Doucieux (occupée plus tard par Mr de Pingon) et celle du Sieur Faure, curé de Saint-Romain, ordonne que les réparations nécessaires soient faites aux dépends desdits Doncieux et Faure à la forme dudit rapport »

86L’analyse de ce mur a mis en évidence de nombreuses reprises, parmi lesquelles il n’est pas aisé de reconnaître celle qui fut sans doute effectuée alors (fig. 37).

87L’entrepreneur Christofle Marie chargé de la construction du pont sur la Saône, avait également mission de démolir les maisons qui gênaient la circulation entre la rive de la Saône et la place de la cathédrale. Selon l’abbé Sachet, la maison Pingon aurait alors été menacée, mais nous n’avons pas retrouvé de texte corroborant ses dires. En revanche, les archives attestent que la maison voisine, dont le dernier occupant fut Jacques D’Amanzé, fut en partie détruite en 1637 (A.D.R. 10 G 532) et un acte daté de 1694 confirme que la partie démolie avait été transformée en place, tandis que l’autre était réunie à la maison Pingon (A.D.R. 10 G 1533 et 1535).

La maison Pingon

88C’est au cours de la même période, mais pas nécessairement au même moment, que durent être entrepris des travaux assez importants dans la maison Pingon. A. Sachet fait allusion à des transformations effectuées vers 1620 (Sachet 1914, II, p. 594) ; nous n’avons pas retrouvé les documents sur lesquels il s’appuie pour l’affirmer, mais des traces de remaniements ont été relevées sur le terrain. Bien qu’ils n’aient pas été datés encore à partir du mobilier recueilli, il est possible de les situer avant 1746, date à laquelle une visite de la maison établit l’existence des aménagements concernés, et donc d’avancer à titre d’hypothèse qu’il pourrait s’agir de ceux dont A. Sachet eut connaissance par les archives. A ces travaux correspond l’aménagement d’un escalier d’accès aux caves, en pierre, qui délimita une nouvelle pièce gagnée semble-t-il sur la cour, calée, en plan, dans l’angle formé par les caves ; on reprit aussi les murs nord et ouest de la cave C, le premier étant entièrement reconstruit alors que le second ne le fut que partiellement. La surface de la première cour de la maison, la seule que les fouilles ont touchée, aurait été alors réduite. L’aménagement interne de la cave D fut modifié également. Une excavation perça son sol et dans le remplissage a été relevée la présence d’un tronçon de colonne identique à celui qui fut utilisé dans la nouvelle pièce créée au rez-de-chaussée, noyé dans une maçonnerie servant de fondation à une structure non identifiée. Un nouveau sol se forma dans la cave D, dans lequel des poteaux servant à supporter des cloisons de bois avaient laissé leurs empreintes.

La maison curiale

89En 1665, considérant la vétusté de la maison curiale, la paroisse envisagea de l’abattre pour la reconstruire. Une autre solution fut adoptée : le curé de Saint-Romain fut installé dans une maison construite depuis peu dans le cimetière de Saint-Pierre-Le-Vieux, et l’ancienne cure fut vendue en 1669 à Charles Tardy, « bourgeois », à charge d’une pension versée au desservant de Saint-Romain (Beyssac 1921, p. 33 ; Martin 1908-1909, p. 49 ; A.D.R. 28 G 57).

90Peu après, en 1674, la façade fut reprise et alignée sur celle de la maison Pingon (A.D.R. 10 G 595). Dans la cave, la maçonnerie M231 et le soupirail se rattachaient à ces travaux (fig. 64). Des structures antérieures furent cependant conservées dans la partie nord du mur où la maçonnerie M53 appartenait au complexe thermal du IVe siècle, tandis que le puits (M 187) était lié à la façade précédente de la maison. Ce puits fut l’objet d’une reprise (M338), faite de petits moellons et de fragments de briques, rendue peut-être nécessaire par ces remaniements et, en particulier, par l’ouverture d’un second soupirail à ce niveau. Si les matériaux employés pour réaliser ce bouchage ne sont pas représentatifs des techniques de construction en usage alors, on peut penser que le maçon s’est simplement adapté au type d’intervention qu’il devait réaliser, et que ces différences ne signalent pas une chronologie diverse.

64. Relevé du mur oriental de la cave B

64. Relevé du mur oriental de la cave B

91Au niveau de la rue, la structure de l’élévation de la façade (M231) n’était pas uniforme et nous avons distingué plusieurs unités stratigraphiques, qui pourraient correspondre à des interventions plus récentes ou, plus probablement, illustrer l’hétérogénéité de l’appareil. En effet, celui-ci réunissait des blocs quadrangulaires de calcaire des Monts d’Or aux dimensions très variables, des moellons et des briques assez harmonieusement mais irrégulièrement distribués. Ce type de construction s’apparentait à celui qui fut adopté, dans les mêmes années, pour bâtir les prisons de l’autre côté de la rue.

92Les travaux qu’il semblait nécessaire d’entreprendre dans la maison, n’ont pas laissé d’autres traces aussi nettes. Les bases des murs conservées au rez-de-chaussée ont livré quelques indices de remaniements qu’il est impossible de dater car ils n’étaient pas, généralement, en relation avec des couches archéologiques. Il faudrait peut-être placer ici les modifications enregistrées dans l’aménagement interne des caves, où les sols ont été plusieurs fois rechargés. Dans la cave B, des cloisons en bois fixées sur des poteaux furent installées et l’on dut alors supprimer la glacière (fig. 38, pl. XV) ; ces structures disparurent avant le milieu du XIXe siècle. Sans l’aide des informations que pourra livrer le matériel lorsque nos connaissances dans ce domaine auront progressé, il n’est pas possible de rattacher ces transformations à des moments précis de l’histoire de la maison.

65. Fragment de chapiteau de pilastre

65. Fragment de chapiteau de pilastre

Notes

7 Durant l’été 1989, la SEMALY a entrepris d’élargir le périmètre du chantier dans le secteur correspondant au chevet de l’église. Étant alors en poste à Rome, je n’ai pu suivre ces travaux et, à l’heure où se conclut la réalisation de cet ouvrage, les archéologues n’ont pu encore intervenir.

8 Cette interprétation de l’inscription m’a été suggérée par M. Ch. Pietri, que je remercie pour l’aide qu’il m’a ainsi apportée.

Table des illustrations

Titre 35. Vue de la cave Β après enlèvement des déblais et d’une partie de la voûte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 36. Coupe réalisée devant le mur nord de la cave A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 37. Relevé du mur séparant la cure de la maison Pingon, dans la cave B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 38. Coupe stratigraphique dans la cave Β et relevé des murs sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 39. La glacière aménagée dans la cave B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 40. Maison Pingon : le puits perdu M124
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 41. Relevé du mur sud de la cave C et coupe dans le terrain sous-jacent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 42. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur oriental de la cave D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 43. Relevé du mur sud de la cave D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 44. Relevé et coupe stratigraphique au niveau du mur ouest de la cave D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 45. Détail du plan scénographique de la ville de Lyon réalisé vers 1555
Légende Encadré : emplacement du chantier: D’après une édition originale publiée par les éditions de Trévoux, 1981
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 46. Vue partielle du chantier en fin de fouille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 47. Sondage dans l’église Saint-Romain (limite méridionale de la fouille)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 48. Angle nord-ouest de l’église Saint-Romain : parement interne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 49. Saint-Romain : plans restitués à partir des données de la fouille et des archives
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 50. Saint-Romain : coupe est-ouest, restituée à partir du rapport
Crédits A.D.R. BP 2561
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 51. Détail du petit plan Maupin réalisé vers 1630
Crédits B.M.L. Coste 103 bis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-17.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre 52. Cimetière de Saint-Romain : restes d’une structure (enclos ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-18.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre 53. Détail de la vue d’une partie de la ville de Lyon... dessinée par Cléric vers 1720 et gravée par Fr. Poilly
Crédits B.M.L. Coste, 259
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre 54. Vue prise en fin de fouille : cave Ε et église Saint-Romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 55. Coupe réalisée dans les caves E et F
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 56. Coupe réalisée dans les caves E et H
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 57. Relevé des murs des caves E et G et coupe dans une partie du terrain sous-jacent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 58. Relevé du mur est de la cave G
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-24.png
Fichier image/png, 695k
Titre 59. Relevé du mur sud de la cave G
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-25.png
Fichier image/png, 604k
Titre 60. Bloc mouluré réemployé dans une fondation de l’immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 61. Détail du plan n° 1 illustrant le Terrier de l’Archidiaconé de 1743
Crédits A.D.R. 10 G 1535, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 62. Terrier de Saint-Pierre-le-Vieux, réalisé entre 1743 et 1755
Crédits A.D.R. 28 G 74, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 63. Rue de l’Archevêché : pavage réalisé au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre 64. Relevé du mur oriental de la cave B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 65. Fragment de chapiteau de pilastre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1573/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access