Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Chapitre 1. Genèse d’un quartier

Texte intégral

Un premier bâtiment

1La première occupation du site, datée du troisième quart du IIe siècle, est liée à la présence d’un bras secondaire de la Saône, qui traversait du nord au sud l’espace où a été ouverte la fouille, sur une largeur de treize mètres environ (pl. III). Des restes de poteaux maintenant des structures légères en bois, mis au jour dans la partie ouest du chantier, paraissent avoir eu pour fonction principale de préparer la construction du bâtiment 1A et B, en retenant les remblais qui étaient apportés dans cette perspective (fig. 6). La salle (1 A) qui a été dégagée, et à l’ouest de laquelle commençait à se dessiner une seconde pièce (1B), constituait la partie avancée d’un bâtiment qui se développait au-delà des limites du chantier.

  • 2 Hugues Savay-Guerraz note que “l’on a longtemps considéré que le calcaire jaune aalien du Mont d’Or (...)

2Les maçonneries faites de petits moellons bruts de granite, schiste et calcaire des Monts d’Or, mêlés à quelques galets, étaient liées par un mortier jaune2 ; elles supportaient une élévation en terre. Un enduit blanc paraît avoir revêtu l’ensemble. Les murs Ml et M2 furent bâtis entre deux phases de remblaiement, et le premier fut contreforté par trois massifs de maçonnerie, disposés au centre et dans les angles et masqués par le sol. Le mur M3 fut installé dans un second temps, alors que les remblais étaient en place (pl. I a). Quelques lambeaux du sol de la salle 1A, un opus signinum agrémenté de fragments de plaques de marbre, ont été mis au jour. Le sol de l’espace voisin (1B) était fait de terre battue.

5. Coupe sous le sol de la cave B

5. Coupe sous le sol de la cave B
  • 3 Ph. Columeau note que sur 923 fragments osseux, 908 appartiennent à des boeufs, 8 à des moutons, 1 (...)

3A l’extérieur du bâtiment, contre le mur M2, était aménagée une aire revêtue de mortier de tuileau, légèrement inclinée en direction d’un bassin établi également contre ce mur ; son contenu se déversait dans un second bassin, par un petit canal aménagé au sommet du muret qui les séparait. Ces deux bassins construits en galets et moellons bruts de schiste et de calcaire liés par un mortier jaune, étaient entièrement revêtus de mortier de tuileau, de même que la paroi méridionale du bâtiment. A ces restes de l’exercice d’une activité artisanale doivent sans doute être associés les très nombreux os de bovidés recueillis au pied des constructions, dans le lit du cours d’eau. Ils suggèrent que ces bassins pourraient avoir été utilisés par des bouchers ou, éventuellement, des tanneur3. L’eau puisée probablement dans le bras de la Saône pour remplir les bassins, s’y écoulait directement à l’issue des opérations.

4Il n’est pas certain que le puits M8 ait été contemporain de ces installations. Seules quelques assises incomplètes, faites de moellons bruts de granite et de schiste liés à la terre, ont été mises au jour, au-dessous du niveau du sol auquel il faudrait les rattacher.

5Le bassin sud fut réparé plusieurs fois, vraisemblablement à la suite de destructions partielles occasionnées par des crues. C’est l’une d’elles qui l’emporta en partie, assez violemment pour retourner une grande plaque de maçonnerie recouverte d’un mortier de tuileau et l’ensevelir dans une couche de sable, qui a livré un mobilier daté du premier quart du IIIe siècle environ.

6Pourtant, durant cette période, le lit du bras s’était progressivement rétréci, mais le débit de l’eau, réduit souvent à un filet, augmentait notablement en période de crue, ainsi qu’en témoignent cette destruction, de même que les alluvions composées parfois de particules de dimensions importantes, que seuls des courants puissants peuvent avoir transportées (fig. 5).

7Aucune trace d’une occupation contemporaine n’a été relevée sur l’autre rive du bras d’eau.

Colmatage du bras de la Saône et expansion de l’habitat

8Peu après la destruction du bassin, de grands travaux furent entrepris pour colmater le bras secondaire de la Saône et étendre l’habitat (pl. IV). L’opération paraît avoir été menée en deux temps.

9Le bras était encore actif lorsque des structures furent élevées sur les deux berges. A l’ouest, fut érigé un corps de bâtiment quadrangulaire (2A) se raccordant à l’un des murs des bassins et, par son intermédiaire, au premier édifice bâti sur le site (1A-B). Les bassins furent alors bouchés et l’aire de travail disparut sous un sol de fragments de plaquettes de marbre moulurées ou lisses (fig. 7). Le mur M22 appartenait peut-être au même ensemble. Sur la rive opposée fut construit un mur (M34) dont le tronçon mis au jour n’est lié, à l’origine, à aucune autre structure.

10Ces maçonneries qui, à l’exception de M22, n’étaient conservées qu’en fondation, avaient été en partie coulées directement dans des tranchées creusées dans les couches d’alluvions fines, jusqu’à la couche de cailloux sous-jacente, puis élevées à l’air libre, avant d’être ennoyées dans des remblais (pl. I a, fig. 41). Elles furent réalisées en moellons bruts de schiste et de granite, auxquels se mêlaient quelques galets et que liait un mortier jaune.

11Les traces observées par C. Amoros sur la face ouest du mur M34, attestent que l’eau stagna encore dans le bras après sa construction, mais vraisemblablement pendant peu de temps puisque le lit fut colmaté par des remblais lorsque ces constructions furent achevées. Le mobilier de ces couches de terre rapportée caractérise le début du IIIe siècle, peut-être les années 210-230.

12Les autres structures dégagées (M 15-19, 2333), à l’ouest du mur M34, furent fondées dans les mêmes remblais, peu de temps après l’apport de ceux-ci (pl. I b, fig. 9). En attendant que soit réalisée une étude céramologique fine autorisant à fixer plus sûrement les datations, cette phase sera située dans le second quart ou vers le milieu du IIIe siècle. Ces constructions étaient probablement liées au corps de bâtiment auquel appartenait la salle 2B.

6. Coupe stratigraphique et relevé du mur nord de la cave D

6. Coupe stratigraphique et relevé du mur nord de la cave D

7. Sol de plaquettes de marbre (U.S. 1620 ; premier quart ou première moitié du IIIe siècle)

7. Sol de plaquettes de marbre (U.S. 1620 ; premier quart ou première moitié du IIIe siècle)

13Les segments de murs. M23-25 et 29, appartenaient à la même structure, assise sur une fondation faite de galets, en léger ressaut par rapport à l’élévation. Cette dernière fut réalisée en moellons bruts de granite et de schiste liés par un mortier jaune, puis en terre crue dans la partie supérieure, où il n’a pas été possible de déterminer plus précisément quelle technique fut adoptée (fig. 6, 10). Un mortier blanc revêtait la face sud du mur M24. Des lambeaux de sols de terre battue ont été retrouvés au nord de M23 (U.S. 1801) ainsi qu’au sud de M24 (pl. I b). Un foyer, peut-être une cheminée faite de briques, prenait appui contre le mur M23 (U.S. 2270).

14Les indices recueillis sur le terrain permettent de rattacher le tronçon de mur M20 au mur M21 ; bien qu’il ait été aligné sur le mur M23, il n’est pas certain qu’il en ait constitué un prolongement. Le mur M33 est dans la même situation par rapport au mur M29.

8. Plan général des structures antiques avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

8. Plan général des structures antiques avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

9. Cave G : mur nord et couches sous-jacentes

9. Cave G : mur nord et couches sous-jacentes

15Les murs M30 et M32 pourraient être contemporains de ces constructions, mais le terrain n’a pas livré d’indications assez claires pour l’affirmer.

16De même, les structures M14 à 19 demeurent isolées dans l’espace et il est, en outre, impossible de les dater. Ces fondations de piliers et de murs avaient été arasées bien au-dessous des sols contemporains, lors de l’aménagement des caves des immeubles modernes (pl. I a). L’emploi de moellons bruts de schiste et parfois de granite, et surtout celui d’un mortier jaune qui n’est pas attesté dans les constructions plus récentes, constitue presque le seul argument pouvant être invoqué pour rattacher ces structures à la phase de construction datée du IIIe siècle. Les structures M16 et M17, qui semblent être des piliers, furent coupées et partiellement recouvertes par des murs construits à la fin du IVe ou au début du Ve siècle (fig. 5, 15).

17Le mur M26 suivait la même orientation que le mur M23-25, et doublait apparemment une canalisation, qui fut refaite au même emplacement à la fin du IVe ou au début du Ve siècle ; il est impossible de dire s’il s’agissait d’une adduction ou d’une évacuation.

  • 4 L’étude des restes d’enduits peints a été réalisée par A. Le Bot et M.-J. Bodolec ; elle sera publi (...)

18La salle 2B fut élevée à l’est du mur M34 et dotée d’un hypocauste dont seul le sol en mortier de tuileau portant l’empreinte de pilettes carrées était conservé lorsque nous avons fouillé (U.S. 1866, fig. 48). Le motif ornant un fragment d’enduit peint trouvé dans la couche de démolition de cette salle, appartient au répertoire décoratif caractéristique des thermes et atteste probablement l’existence d’une abside dans ce secteur, où nous n’en avons pas mis au jour d’autre trace4. Le mur oriental de cette salle (M36) était revêtu d’un enduit de tuileau. L’espace qui s’ouvrait alors à l’est et derrière le mur M35 ne fut apparemment pas couvert : nous n’avons pas retrouvé de vestiges d’un pavage (fig. 23, 48).

19A une dizaine de mètres de distance de la salle 2B, a été dégagée une seconde pièce à hypocauste (salle 2C), à laquelle il faut probablement associer les trois murs dont n’ont été retrouvées que les empreintes, imprimées en négatif, dans la partie orientale du chantier (U.S. 1196, 1278, 1280). D’autres traces d’aménagements, impossibles à interpréter, ont été relevées à l’emplacement de la salle 3D aménagée à la fin du IVe ou au début du Ve siècle, au nord de la pièce 2C.

20Une porte donnant accès à la salle 2C était conservée au niveau du seuil, taillé dans un bloc de calcaire blanc encastré dans le mur sud (M40). Le sol de son hypocauste portait les marques d’un fort échauffement dans la partie orientale, où fut certainement installé le foyer. Ce sol conservait aussi des empreintes de pilettes approximativement carrées, mesurant 19 à 22 cm de côté, dont la répartition ne paraît modifiée qu’au voisinage des murs, où elles étaient disposées sur deux rangs très rapprochés. Au-dessus de ceux-ci furent sans doute réalisés des aménagements particuliers, peut-être des banquettes.

21La base des murs et les fondations de la salle 2C, les seules maçonneries conservées de cet ensemble, étaient faites de moellons de granite et de schiste grossièrement équarris ou bruts, liés par un mortier jaune. Il n’a pas été possible de déterminer si la même technique avait été adoptée au niveau de l’élévation, ou si celle-ci avait été montée en briques crues ou en pisé. Le sol de l’hypocauste reposait sur un hérisson constitué de moellons bruts de schiste.

22Le sondage entrepris dans les couches sous-jacentes a livré un mobilier fort pauvre : des morceaux de panses d’amphores gauloises essentiellement, et des fragments d’enduits peints que l’on peut dater au plus tôt du IIe siècle (cf. note 4). Ces derniers démontrent que les bâtiments n’appartenaient probablement pas à la première période d’occupation du site. Par leur configuration, ils ne peuvent être aisément rattachés aux constructions datées de la première moitié du IIIe siècle, dont l’orientation est différente ; il est certain, par ailleurs, qu’ils étaient antérieurs aux thermes de la fin du IVe ou du début du Ve siècle, dans lesquels ils furent intégrés. Ils pourraient correspondre à une nouvelle étape de l’expansion de l’habitat qui, progressivement, dut s’étendre en direction de la rive actuelle de la Saône.

10. Vue prise en fin de fouille dans le secteur correspondant à la rue Saint-Romain

10. Vue prise en fin de fouille dans le secteur correspondant à la rue Saint-Romain

23Le plan de ces constructions comporte trop de lacunes pour autoriser une analyse de l’agencement des espaces. L’orientation des murs invite à distinguer plusieurs ensembles, dont le nombre peut être réduit à deux si l’on admet que la présence de systèmes de chauffage rapproche les salles situées à l’est du mur M34 et permet d’identifier, sans doute, des restes de thermes. La canalisation individualisée dans l’espace occidental constitue un indice matériel d’une possible communauté de fonction existant entre les deux secteurs. Le fait qu’elle ait été reprise lors de la construction des thermes de l’Antiquité tardive, et que la totalité de l’espace fouillé ait été remodelée au cours de la même campagne de construction, semble pouvoir être retenu en faveur de l’appartenance de toutes les structures à un même édifice. Enfin, les traces d’un incendie qui touche en même temps, au début du IVe siècle, les deux parties distinguées, renforce encore cette hypothèse. Tout comme dans le cas des thermes tardifs, les proportions des bâtiments correspondent plus à celles d’un édifice public qu’à des habitations.

Épisodes de l’histoire des bâtiments

Équipement et pécule d’un militaire

24Calé dans l’angle formé par le mur M13 et le bassin adossé au bâtiment 1 (M6, pl. III), un coffre de bois contenant des pièces d’armement et d’habillement appartenant à un militaire (voir photo au dos du volume), ainsi que sa bourse de cuir, avaient été enfouis sous le sol créé au IIIe siècle. Recoupé à l’ouest par une fosse médiévale, ses relations stratigraphiques avec l’espace voisin et les niveaux qui le recouvraient furent interrompues à l’époque moderne par l’ouverture d’une cave et la construction de deux de ses murs, nous privant ainsi d’informations précises sur sa position au sein des bâtiments, et donc sur les raisons ayant conduit leur propriétaire à cacher ses biens à cet endroit, une cachette qui de toute évidence resta inviolée durant l’Antiquité. Il est également impossible de déterminer si la totalité des objets déposés nous est parvenue, ou si une partie disparut lors du creusement de la fosse médiévale. Ceux qui ont été recueillis reposaient sur le fond du coffre et étaient recouverts par une terre argileuse qui semble s’être infiltrée progressivement. Seuls les clous de fer fixant les planches de la caisse ont été retrouvés.

25Le lot de monnaies, 182 antoniniani d’argent, avait adopté, en s’oxydant, la forme de la bourse qui l’avait contenu ; quelques traces marrons indiquaient qu’elle était vraisemblablement en cuir. Emises entre 215 et 259, ces pièces nous livrent la date de l’enfouissement : 259 ou 260 (l’étude des monnaies a été réalisée par A. Phoungas, voir l’annexe 4 ; elle fera l’objet d’une publication ultérieure, dans laquelle sera présentée une analyse plus exhaustive de l’ensemble). A côté, gisaient une cotte de maille, un glaive, une fibule, une boucle de ceinture, ainsi qu’un anneau et deux boutons d’ivoire (cf. photo au dos du volume).

26La cotte de maille, faite de maillons mesurant en moyenne 8 ou 9 mm de diamètre, est encore, après restauration, noyée dans une gangue d’oxyde de fer mêlée à des dépôts minéraux, qui interdit d’analyser leur enchaînement. Enroulée, sans doute, elle forme une masse compacte mesurant 48 x 29 x 10 cm dans ses plus grandes dimensions.

27Compte tenu de la longueur de la lame (c. 46 cm), l’arme mise au jour doit être identifiée au gladius (ou à la semispatha ?) et non à la spatha qui, selon P. Couissin, aurait remplacé le premier au cours du IIIe siècle (Couissin 1926, p. 37). Certains auteurs considèrent, toutefois, que l’évolution a porté sur le vocabulaire plutôt que sur la forme de l’arme ; A.-J. Reinach écrit à ce propos : « à la fin du IIe siècle, le nom de spatha s’étend au glaive de l’infanterie romaine » (Daremberg, art. spatha ; cf. également art. gladius). Sur des monuments du IIIe siècle, ou plus récents encore, sont figurés soit l’un, soit l’autre (Coulton 1987, p. 143 ; Couissin 1926, p. 491). L’axe de la lame est marqué par une nervure. La garde était réalisée dans un matériau dont aucune trace n’a été conservée, peut-être du cuir enroulé autour de la tige métallique de section rectangulaire qui, sur le plat, s’amincit vers le centre (L. 1,7 cm). Sur les restes de la fusée en bois, s’entrevoient les dépressions destinées à en faciliter la préhension. L’extrémité de la soie métallique apparaît à l’emplacement du pommeau, dont la forme ne peut être restituée, mais que l’on peut imaginer avoir été fait également en bois. De la garde à l’extrémité de la soie, cette partie de l’arme mesure 15 cm. Le fourreau est réalisé à partir d’une plaque de fer repliée et soudée sur une arête. Il mesure 46,5 cm de longueur, 0,9 à 1,3 cm d’épaisseur. La pointe est renforcée par une petite bouterolle mesurant 1 cm de longueur. A l’autre extrémité de la gaine apparaissent, d’un côté, les restes d’un passant, de l’autre, un élément de forme triangulaire qui dut avoir, à l’origine, une fonction décorative ; tous deux sont soudés sur le fourreau.

28La fibule cruciforme en bronze peut être rattachée au type 31 A défini par M. Feugère (Feugère 1985, pp. 423-426). L’arc semi-circulaire présente une section en demi-cercle et porte un bulbe fixé du côté de la tête. Les extrémités du bras transversal sont, en revanche, dépourvues de ces éléments décoratifs, tout comme les exemplaires 2022 et 2023 classés par M. Feugère en type 31 A. Le pied est court : il occupe 1,7 cm sur une longueur totale de 5,8 cm. Cette fibule pourrait être l’un des exemples les plus anciens de ce type, dont l’apparition est fixée vers 260 (Feugère 1985. p. 426).

29La garniture de ceinturon, ou de baudrier, est constituée par une boucle dessinant un arc outrepassé, découpée dans une feuille de bronze et dont les extrémités s’enroulent autour de l’axe, tout comme l’ardillon fait d’une fine tige de métal, qui s’incurve dans la partie médiane, puis se redresse au niveau de la pointe glissée sous l’anneau. Un fin décor de lignes croisées le recouvre partiellement et des traces de dorure à l’or ont été relevées sur la boucle. A l’axe s’adapte également une plaque en tôle de bronze repliée pour recevoir la ceinture de cuir, assujettie par trois rivets de cuivre. La plaque mesure 3,6 cm de long sur 3,8 cm de large ; la boucle, 2,9 cm sur 3,9 cm.

30Les trois objets en ivoire - un anneau et deux boutons - constituaient certainement la garniture d’un type de cingulum militiae, dont on connaît plusieurs représentations sur des stèles funéraires de militaires datées du IIIe siècle (Schober 1923, fig. 77 n° 158, pp. 73-74 ; Scrinari 1972, fig. 350 et p. 119 ; C.S.I.R. I-1, n° pl. 17, 91, 96 et p. 28, 85, 90 ; etc. : cf. Coulton 1987, pp. 141156). Le disque, orné sur ses deux faces de moulures peu fouillées, mesure 1,5 cm d’épaisseur et 10,9 cm de diamètre, l’orifice central, 3,8 cm. Les boutons mesurent, respectivement, 2,8 et 2,9 cm de hauteur et leur diamètre moyen est de 3,2 cm ; ils se composent d’une première partie, à la base, en forme de disque (0,4 à 0,5 cm d’épaisseur), au-dessus de laquelle l’objet présente la forme d’un champignon, muni d’un « pied » (hauteur : 1 cm), que coiffe un « chapeau » au profil en arc de cercle. Le ceinturon était fait d’une lanière de cuir dont on glissait les deux extrémités dans l’anneau, pour les replier ensuite vers l’extérieur et les fixer chacune, de part et d’autre, au moyen des deux boutons (voir la restitution reproduite par Oldenstein 1976, fig. 2, p. 168). Anneau et boutons pouvaient être réalisés dans d’autres matières - en métal ou en os-, ainsi que le révèlent plusieurs découvertes. Les objets livrés par les fouilles, ainsi que les représentations figurées, attestent que ce cingulum à anneau a connu une large diffusion dans l’Empire, mais cette mode, qui illustre une tendance à la simplification et à l’allègement de l’équipement militaire, dont les manifestations ont déjà été relevées, ne semble pas avoir été en faveur au-delà du IIIe siècle (Oldenstein 1976, pp. 167-169 et pl. 46 ; Coulton 1987, pp. 143,146-147).

31Un examen plus attentif de la documentation concernant l’équipement des militaires permettra peut-être de déterminer à quel corps appartenait le propriétaire de ces objets. Seul paraît probable le fait qu’il ne faisait pas partie de la cavalerie, car aucune pièce de harnais n’a été retrouvée. A cet équipement manquent, pour qu’il soit complet, un bouclier, une arme de jet, lance ou javelot, un poignard et un casque. Dans le cas de ce dernier, notons que, d’une part, son usage a régressé au cours du Bas Empire (Coulton 1987, p. 148) et, d’autre part, il n’est pas exclu qu’il ait été réalisé en cuir, et donc que ses traces n’aient pas été identifiées durant la fouille. Il faut sans doute écarter la troisième solution possible, qu’il ait été porté par notre militaire, puisque celui-ci avait négligé de revêtir le cingulum, qui constituait la pièce maîtresse de la tenue de ville, au IIIe siècle (Herodianus, II, 12. 6-13. 2-4 et plus particulièrement la note 1, pp. 228-229 de l’édition Loeb ; Daremberg, art. cingulum ; Coulton 1987, p. 149). Bouclier et arme de jet n’ont pu, vraisemblablement, en raison de leurs dimensions, être logés dans le coffre, et seul le poignard pourrait avoir été porté par le militaire, s’il en possédait un. Ces observations, si elles nous amènent à conclure que le propriétaire de ces objets, en les déposant, s’est dépouillé de tous les insignes de sa fonction, ne contribuent pas à éclairer les circonstances dans lesquelles ils ont été cachés. Il est difficile, par ailleurs, de relier leur abandon à un événement historique connu, même si la date de 259260 indiquée par les monnaies évoque celle de l’invasion alamane. Cette découverte, en effet, reste isolée dans le cadre du chantier et plus généralement à Lyon, et il serait étonnant qu’un militaire ait caché ses armes dans un tel contexte. L’événement semble, en fait, n’avoir concerné que cet individu, pour lequel il fut probablement fatal.

Remaniements et incendie dans les bâtiments

32Le mur M21, dont seule la fondation a été retrouvée, fut bâti probablement durant la seconde moitié du IIIe siècle, ainsi que le suggère le mobilier trouvé dans les niveaux associés à cette opération. Il fut réalisé en moellons bruts de granite et calcaire, liés par le même mortier argileux, jaune, friable, qui caractérise les premières constructions. Son rôle dans le bâtiment n’a pu être défini.

33Dans deux secteurs ont été fouillées des couches qui paraissent contemporaines, et dont la composition apportait le témoignage d’une destruction violente, causée par un incendie, que les monnaies retrouvées en grand nombre sur les sols nous autorisent à dater du début du IVe siècle (cf. annexe 4).

34Dans l’angle formé par les murs M22 et 23, un nouveau sol vint rapidement sceller la couche de démolition ; il nous apprend que l’espace demeura en usage après cet épisode (pl. II a). La salle 2B semble, au contraire, avoir été abandonnée alors : son hypocauste fut entièrement détruit et la couche de déblais recouvrit son sol et fut en partie épandue dans l’aire à ciel ouvert voisine (fig. 23).

35En deux points, les murs limitant l’espace 2E s’étaient écroulés, sans doute par suite du tassement des couches de remblai dans lesquelles ils avaient été installés. La structure M31 correspond à un pan du mur M29, renversé. La date de ces destructions n’a pu être déterminée ; peut-être a-t-elle précédé de peu la construction des thermes tardifs.

Notes

2 Hugues Savay-Guerraz note que “l’on a longtemps considéré que le calcaire jaune aalien du Mont d’Or, employé ici dans un bâtiment construit à la fin du IIe siècle, n’avait pas été utilisé à Lyon avant le Ve siècle (A. Commarmond, Description du Musée Lapidaire de la ville de Lyon, Lyon, 1846-1854, p. LXXI). C’est A. Audin qui, il y a une vingtaine d’années, a relevé sa présence dans le mur de terrasse situé derrière l’odéon, à l’emplacement d’une réparation du mur considérée comme tardive (A. Audin, Techniques de construction à Lugdunum, Bulletin des Musées et Monuments Lyonnais, vol. V, 1972, n° 3, pp. 37-48). Nous avons ici, avec le mur de terrasse des thermes de la rue des Farges, du milieu du Ier siècle (H. Savay-Guerraz, La pierre de taille des thermes de la rue des Farges, catalogue de l’exposition Jadis rue des Farges, archéologie d’un quartier de Lyon antique, Lyon, 1985, pp. 27-28), un deuxième exemple de son utilisation au cours du Haut-Empire.
Alors que les structures en opus caementicium sont à Lyon construites avec des roches locales, granites, micaschistes... et galets morainiques, l’utilisation systématique d’une roche calcaire affleurant à une dizaine de kilomètres au nord de la ville, pour la construction d’un mur en petit appareil, constitue une exception.
De plus, on a affaire ici à une roche que la fréquence des accidents siliceux rend hétérogène et difficile à mettre à forme. On ne peut donc pas, dans ce cas, expliquer ce choix par la qualité du matériau employé (ce même caractère se retrouve sur le mur de terrasse de l’odéon précédemment cité).
Nous n’avons pas la preuve que ce calcaire jaune du Mont d’Or fut utilisé à Lyon, durant la période romaine, comme pierre de taille, comme il le fut postérieurement. On connaît, néanmoins, à Saint-Romain-en-Gal, des blocs de ce calcaire utilisés dans l’habitat au début du Ier s. de notre ère (pierre de seuil, par exemple). On peut se demander si les moellons du mur de l’avenue A. Max ne sont pas les sous-produits de l’exploitation d’une carrière de pierre de taille, issus de bancs contenant des nodules siliceux et donc impropres à la réalisation de blocs d’architecture”.

3 Ph. Columeau note que sur 923 fragments osseux, 908 appartiennent à des boeufs, 8 à des moutons, 1 à une chèvre, 5 à des porcs et 1 à un sanglier, une canine inférieure mâle adulte portant des traces de scie à proximité de son extrémité distale (pointe). Pour les boeufs, sur 908 fragments, 875 proviennent du squelette céphalique et des dents, soit 96,3 % et 48 des membres (scapula et fémurs non compris), soit 5,2 %. Le reste du squelette n’apparaît pas (vertèbres, côtes, etc.).
L’examen des dents, de leur apparition et de leur usure, permet de dénombrer les individus par classe d’âge :
Image 1000000000000360000000BA89360853.jpg
Traces de découpage : peu d’indices permettent de reconstituer quelle a été l’histoire des animaux ou des carcasses dont les débris osseux ont été retrouvés. Des traces de découpage apparaissent sur quatre fragments : deux mandibules, un calcaneum et une cheville osseuse (processus cornualis). Sur les mandibules, les traces sont disposées plus précisément sur la branche de la mandibule (ramus mandibulae) sur la face dorsale, entre le bord caudal et le condyle (processus condylaire). Dans les deux cas, quatre coups de tranchoir sont visibles, portés perpendiculairement à l’axe de ramus mandibulae. L’examen des traces de découpage visibles sur le calcaneum indique que les coups ont été portés à l’aide d’un tranchoir, d’avant en arrière sur la face antérieure et au milieu du corps de l’os. Les entailles sont peu profondes. Enfin, une cheville osseuse a été sciée à la base.
La répartition des os, qui appartiennent presque tous à la même espèce (le boeuf) et à la même classe d’âge (entre un an et demi et trois ans, pour 80 % d’entre eux), peut faire penser a priori à des vestiges de boucherie. Mais le fait que les os proviennent, à plus de 95 % du crâne et des mandibules, sans présence de côte ni de vertèbre, pose un problème d’interprétation. Il est possible que les fouilles aient mis au jour une partie seulement de l’espace réservé à cette activité, partie où se déroulait plutôt le découpage de la viande pour la triperie - préparation des joues, du museau, de la langue. Le reste de la carcasse étant débité un peu plus loin.
Les mesures prises, peu nombreuses, nous aident un peu, les dimensions obtenues indiquant une taille des animaux, moyenne pour le lieu et pour l’époque.

4 L’étude des restes d’enduits peints a été réalisée par A. Le Bot et M.-J. Bodolec ; elle sera publiée ultérieurement avec les autres études consacrées au mobilier livré par la fouille.

Table des illustrations

Titre 5. Coupe sous le sol de la cave B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 6. Coupe stratigraphique et relevé du mur nord de la cave D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 7. Sol de plaquettes de marbre (U.S. 1620 ; premier quart ou première moitié du IIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 8. Plan général des structures antiques avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre 9. Cave G : mur nord et couches sous-jacentes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 10. Vue prise en fin de fouille dans le secteur correspondant à la rue Saint-Romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 824k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Alparaamazon.fr