Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Introduction

Texte intégral

1Percée sous le Second Empire dans un tissu urbain dense et irrégulier, l’avenue Adolphe Max occupe l’emplacement de plusieurs îlots et rues anciennes, au pied de la colline de Fourvière, sur la rive droite de la Saône (fig. 1). Proche de la cathédrale Saint-Jean, elle appartient à un quartier dont l’occupation n’a pas connu d’interruption depuis la fin de l’Antiquité et qui a longtemps joué un rôle de premier plan dans la vie religieuse et politique de la ville. A l’époque médiévale, l’espace correspondant à l’emplacement du chantier était incorporé à la cité ecclésiastique, isolée du reste de la ville par une enceinte et domaine des chanoines de l’Église ainsi que de l’archevêque. Il en occupait l’angle sud-est, dans le voisinage immédiat du cloître canonial et du palais archiépiscopal.

2. Vue partielle du chantier (vers l’est)

2. Vue partielle du chantier (vers l’est)

2Lorsque la fouille fut entreprise, nous disposions d’une série d’informations glanées à travers une première approche des archives, l’examen des plans anciens, et le très riche ouvrage de A. Sachet sur le quartier Saint-Jean (Sachet 1914-1918). Elles ont guidé l’organisation des travaux et facilité la compréhension et l’interprétation des vestiges modernes et ont pu parfois orienter nos recherches quand sont apparus les niveaux médiévaux.

3En revanche, les données réunies sur l’occupation antique de cette partie de la ville étaient beaucoup plus floues et parfois discordantes. Dans leur très large majorité, les découvertes faites sur la rive droite de la Saône, à la veille de notre intervention, étaient représentées par des objets isolés, le plus souvent des inscriptions parmi lesquelles dominaient les épitaphes, trouvées à l’occasion de la démolition ou de la réfection d’édifices anciens et qui rarement paraissaient avoir été conservées dans leur contexte d’origine (cf. annexe 1 et fig. 93). En contrepartie, les vestiges d’habitat ou de monuments gallo-romains étaient extrêmement rares et le plus souvent signalés par des notices lapidaires. Les difficultés d’interprétation d’une telle documentation, dans le même temps abondante et quasiment stérile, expliquent que l’on ait pu élaborer les hypothèses les plus diverses sur l’histoire de ce secteur de la ville. L’on passe ainsi de la thèse avancée par A. Steyert, qui était convaincu que les exilés de Vienne, puis les colons de Plancus, s’étaient installés au pied de Fourvière, sur la rive droite de la Saône (Steyert 1895, p. 290), à celle que défend A. Audin, pour qui cet espace n’aurait pas été occupé avant le IVe siècle, mis à part sur ses marges nord et sud (voir en particulier, Audin 1947, pp. 99-113 ; Audin 1956, pp. 10-15). Le bras de la Saône qui -à son avis- isolait une grande partie de ces terres, entre Saint-Georges et le Change, n’aurait été colmaté qu’à cette date. Les résultats des fouilles du groupe épiscopal, effectuées sous la direction de J.-F. Reynaud, ont apporté des informations susceptibles de remettre en cause ou nuancer cette théorie ; toutefois, ayant choisi de conserver les bâtiments de l’Antiquité tardive, les fouilleurs n’ont pu atteindre les niveaux antérieurs (IIe et IIIe siècle : Boucher 1980, p. 519) qu’à travers des sondages trop exigus pour que l’on puisse en tirer des renseignements sur la topographie du quartier à cette époque.

4A l’heure de l’ouverture du chantier de l’avenue A. Max, nous savions que réapparaîtraient les vestiges d’un habitat médiéval et moderne dense. La présence, dans l’emprise du chantier, de l’église Saint-Romain, réputée d’antique origine, et le voisinage du groupe épiscopal rendaient probable l’existence de niveaux antiques tardifs, mais nous ne disposions d’aucun indice concernant les siècles antérieurs. Par ailleurs, ne pouvait être écartée, a priori, l’hypothèse émise par A. Audin d’une fréquentation de cet espace à l’époque pré-romaine, même si cet auteur ne considère, à ce propos, que la bande de terrain située immédiatement au pied de la colline de Fourvière, sur le tracé de la rue Tramassac (Audin 1957, pp. 59-61). Dans ces conditions, nous ne pouvions adopter qu’une stratégie : celle de fouiller, si possible, la totalité de l’espace condamné par les travaux de construction pour atteindre le sol antérieur à toute occupation et recueillir toutes les informations que ce secteur de la ville, encore fort mal connu, était susceptible de livrer.

5Une fouille en aire ouverte, autorisant une analyse synchronique des vestiges, aurait facilité toutes nos tâches et favorisé une compréhension plus immédiate de la stratigraphie. Cette solution n’a pu être adoptée car diverses contraintes, liées à la position du chantier dans le quartier, aux exigences du maître d’œuvre et à des problèmes d’évacuation des déblais, nous ont astreints à ouvrir tour à tour trois secteurs. En conséquence, dans chacun de ceux-ci, il nous a fallu examiner, parallèlement et donc sans respecter la progression chronologique, les niveaux conservés sous les sols des caves-gallo-romains dans la majorité des cas-tandis que nous analysions des séquences stratigraphiques plus complètes dans des espaces correspondant aux rues, et dans les cours des immeubles.

6Au niveau du revêtement de la rue, le périmètre du chantier correspondait aux contours du puits d’accès du tunnelier où il délimitait un espace de 1 200 m2 environ. En fin de fouille, la superficie était réduite à 1 100 m2 par suite de l’aménagement de talus destinés à éviter les glissements de terrain et aussi parce qu’un secteur n’a pu être traité (l’angle nord-est).

7Entre le début des travaux, en avril 1983, et leur clôture, le 23 décembre suivant, nous devions passer de l’altitude de 168 m -celle des sols des bâtiments détruits au XIXe siècle- aux niveaux 164 et 162 N.G.F. sur lesquels reposaient les vestiges antiques.
La nécessité d’opérer des choix s’imposait face à la richesse d’une stratification couvrant dix-neuf siècles de l’histoire de la ville, et à la relative brièveté des délais accordés. Il était impossible de faire enlever les vestiges les plus récents et supposés les mieux connus, car cela n’aurait eu pour résultat que de rendre plus ardue l’analyse de relations stratigraphiques caractérisées par des reprises, des recoupements et trop rarement de simples superpositions respectant la progression chronologique. L’examen des maçonneries modernes, s’il s’est révélé très fructueux, a certainement considérablement alourdi notre tâche puisqu’il a fallu entreprendre d’enlever les enduits pour identifier les reprises et retracer les étapes de l’existence de ces structures.

8Les vestiges des différentes périodes de l’occupation du site ont donc été fouillés et enregistrés de la même manière, mais nous avons choisi de traiter rapidement certains secteurs (la rue de l’Archevêché, la cour de la maison Pingon) et de consacrer plus de temps à d’autres (la rue Saint-Romain, la cour des Prisons, l’angle de l’église Saint-Romain). Dans tous les cas, nous avons exclu le recours aux techniques de la fouille fine : il ne nous a pas été possible de localiser les objets dans l’espace, ce qui aurait certainement permis parfois de mieux enregistrer les faits archéologiques, ou de passer la terre au tamis afin de recueillir tous les objets, et particulièrement des monnaies susceptibles de faciliter l’étude des vestiges de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Toutefois, si les outils employés pour les enlever n’étaient pas toujours très délicats, toutes les unités stratigraphiques ont été individualisées.

9Une partie des structures modernes a été démolie, après avoir été relevées et analysées (fig. 2 à 4), mais trop souvent, des difficultés techniques nous ont obligés à laisser en place certaines d’entre elles, alors qu’il aurait été nécessaire de les démonter pour retrouver les traces de remaniements dont elles avaient été l’objet, ou les vestiges plus anciens qu’elles masquaient. Les constructions médiévales et celles de l’Antiquité tardive ont été, en revanche, systématiquement enlevées pour permettre la progression jusqu’aux restes des premières installations. Au niveau de celles-ci, la découverte du lit d’un bras secondaire de la Saône encore en activité aux IIe-IIIe siècles de notre ère, a requis l’intervention d’un géographe, J.-P Bravard, et d’un écologue, C. Amoros.

3. Démolition des voûtes dans les caves des prisons

3. Démolition des voûtes dans les caves des prisons

10La documentation réunie sur le chantier – 2 350 fiches d’unités stratigraphiques, 450 relevés, 2 500 photographies et plus de 100 000 objets - paraissait bien difficile à gérer par une personne, spécialiste de l’Antiquité, bénéficiant seulement d’aides intermittentes. La solution consistant à ne traiter que la période gallo-romaine ne présentait pas suffisamment d’avantages. En effet, pour analyser les rapports stratigraphiques liant les vestiges antiques, il fallait, au moins sommairement, examiner l’ensemble des faits archéologiques enregistrés et les réorganiser dans le cadre d’un diagramme, et ce qui va être exposé ci-dessous repose essentiellement sur une simple lecture de ce diagramme. Ce choix aurait en outre notablement diminué l’intérêt d’un chantier dont les résultats permettent d’entreprendre une étude diachronique du quartier, à partir de vestiges matériels qui livrent des informations tant sur le cadre que sur les modes de vie, sur l’économie, le commerce et les techniques en usage au cours des différentes périodes représentées.

11L’examen du mobilier antique a constitué la tâche la plus considérable : il a duré 22 mois et il était indispensable. Maçonneries et stratifications avaient été en plusieurs points amputées par le creusement des caves ou par l’installation de nouvelles constructions, et seul le mobilier pouvait permettre de remettre en phase des vestiges isolés les uns des autres (pl. I, fig. 8). La méthode d’exploitation adoptée est née de cette exigence, mais aussi des difficultés rencontrées pour recueillir les informations qu’était susceptible de livrer un matériel tardif encore mal connu, sans entreprendre une étude céramologique fine (cette méthode est exposée dans l’annexe 2).

12La solution adoptée a consisté dans la réalisation d’un inventaire du mobilier, destiné à servir de base à des traitements statistiques. La fonction de cet inventaire était de définir la composition des lots de matériel et à les organiser les uns par rapport aux autres en tenant compte de la progression, de la succession et des associations des types de production. Pour gérer les 72 000 objets concernés (soit environ 90 000 fragments) appartenant à 585 couches archéologiques individualisées sur le terrain, il fallait avoir recours à un ordinateur et à l’aide de spécialistes. L’informaticienne de la Maison de l’Orient, M. Dalongeville, a bien voulu m’aider à adapter certaines possibilités du logiciel Texto et elle a mis au point un programme complémentaire qui a notablement allégé la saisie. Elle a, en outre, suivi de près celle-ci en intervenant fréquemment pour résoudre les problèmes qui se posaient. Son collègue statisticien, Y. Auda, a ensuite pris le relais pour élaborer un programme de traitement visant, dans un premier temps, à sérier les lots en se fondant sur l’importance respective des différents types de céramiques. La saisie et le traitement ont été effectués sur le mini-ordinateur de la Maison de l’Orient (CNRS, Lyon).

13L’évolution qui se dessine à partir des modifications intervenant dans la composition des lots de céramiques doit permettre de replacer, en chronologie relative, les différentes phases de l’occupation antique. L’analyse statistique complète ainsi celle qui a été faite sur le terrain, et peut pallier, parfois, l’absence d’informations sur les rapports ayant existé entre différents vestiges isolés dans l’espace : des couches archéologiques sont regroupées sur cette base et des structures, coupées les unes des autres, peuvent être associées. Cependant, il n’a pas encore été possible de tirer pleinement parti de ces possibilités, ni d’enrichir cet outil pour fixer des datations, à partir de la présence de quelques « fossiles directeurs ». Les fourchettes chronologiques proposées seront donc assez larges et la description de la stratification ne peut pas être très précise. Les données qui ont été exploitées à cette heure livrent une image encore floue, en particulier lorsque sont abordées des périodes dont la culture matérielle est mal connue. Ainsi, les niveaux d’occupation de l’Antiquité tardive n’ont pu être clairement distingués les uns des autres et, en conséquence, la description qui en est donnée ne peut en restituer toutes les étapes et les nuances. Les difficultés s’accentuent avec les périodes suivantes, qui ont été étudiées à partir des seules données de terrain, sans que puissent être utilisées les informations que devrait livrer le mobilier, en intégrant uniquement celles qu’apportent parfois les archives.

14L’étude du matériel, grâce à laquelle cette analyse de la stratification pourra, ultérieurement, être affinée, a été conçue de manière à tirer le meilleur parti de l’outil informatique, en éliminant certaines des contraintes propres à ce type de recherche. Elle permettra de tirer d’autres bénéfices de l’informatisation de l’inventaire, car le programme a été pensé également dans la perspective de sa réalisation. Le matériel antique du chantier a été redistribué par productions pour les céramiques, ou par catégories (verre, ossements d’animaux…) pour les autres matériels, des regroupements qui facilitent l’identification des formes attestées et l’enregistrement des caractéristiques techniques. Transcrites sur ordinateur, ces informations seront enrichies automatiquement en réintroduisant le contexte stratigraphique et il sera aisé de suivre la diffusion de chaque forme, de calculer ses indices de fréquence à différents moments, de définir des associations de formes caractérisant chacune des périodes représentées dans la stratigraphie et, en retour, d’intégrer pour chaque couche les datations livrées par le matériel, pour en préciser la chronologie et étudier leur mode de formation.

15Il aurait certainement été très avantageux de traiter sur ordinateur d’autres données, telles que la définition des unités stratigraphiques, leur position sur le diagramme, la documentation graphique et photographique, puis de croiser ces informations avec l’inventaire du mobilier. Bien qu’ayant conçu un projet précis en ce sens, je ne disposais pas du temps nécessaire pour effectuer la saisie et affronter toutes les difficultés ponctuant la phase d’expérimentation d’un programme. La gestion de la documentation a donc été, à tous les niveaux, infiniment trop lourde et les informations n’ont pu, de ce fait être toujours pleinement exploitées.

16Les résultats de la fouille sont examinés, dans cet ouvrage, sous deux angles légèrement différents. Dans les quatre premiers chapitres, « l’exposé des résultats », la démarche archéologique guide la présentation des vestiges mis au jour et livre au lecteur les arguments sur lesquels reposent les interprétations proposées. Si les faits sont normalement retracés en suivant la progression chronologique, il a été nécessaire de faire une entorse à cette règle dans le cas de l’église Saint-Romain, en raison de la nature des informations réunies à son sujet. Afin de ne pas alourdir le texte, seule la dernière étape du raisonnement archéologique est exposée. La description de la stratification, écartée du texte, a été reversée sur l’illustration : les relevés de coupes ont été traités de manière à mettre en évidence, par le biais de légendes et de trames, les niveaux correspondant aux principales périodes de l’occupation du site. Une présentation succincte de ces séquences stratigraphiques a été introduite à la fin de l’étude numismatique (annexe 4), avec la liste des découvertes correspondant à chacune d’elles. De même, les arguments sur lesquels se fondent les datations des vestiges antiques n’apparaissent pas dans cet exposé. Ils sont discutés dans les annexes consacrées aux solutions adoptées pour exploiter le mobilier et aux résultats obtenus à cette heure (annexes 2 et 3).

17A chacune des grandes périodes de l’occupation du site correspond, généralement, un plan, complété parfois par des restitutions. Cette documentation a été regroupée à la fin de l’ouvrage, avec les plans cadastraux, tant pour faciliter les recherches des lecteurs, que pour offrir la possibilité de suivre, en raccourci, l’évolution de l’espace fouillé au cours des dix-neuf siècles de son histoire. Les salles des bâtiments et les espaces ouverts sont individualisés par des chiffres, qui varient en fonction de la datation des constructions, suivis par des lettres destinées à distinguer les éléments contemporains. Cette numérotation permet, avec les trames, de différencier, sur chaque plan, les structures dont l’usage couvre plusieurs périodes, de celles qui ont été introduites durant la période considérée.

4. Vue prise en fin de fouille : les thermes tardifs, l’église Saint-Romain (à gauche), les caves des prisons (au fond)

4. Vue prise en fin de fouille : les thermes tardifs, l’église Saint-Romain (à gauche), les caves des prisons (au fond)

18La synthèse des informations recueillies constitue le second volet de cet ouvrage (chapitre 5). J’ai tenté, à travers ce passage de « l’archéologie à l’histoire », de replacer l’urbanisation et les transformations de l’espace fouillé dans le cadre du devenir de la ville. Les principales étapes de l’histoire du site y sont rappelées brièvement et reliées à toutes les autres informations que le terrain, le mobilier et les archives ont pu apporter sur la société, le commerce, l’économie, le cadre de vie, l’urbanisme.

19La partition n’a pu toujours être scrupuleusement respectée : dans quelques cas, l’analyse des vestiges ne pouvait rester exclusivement attachée aux renseignements donnés par le terrain, et les arguments développés alors, à partir des sources historiques et archivistiques, n’ont pas été repris systématiquement dans la seconde partie. Le lecteur, que seules les conclusions de la fouille intéressent, pourra être amené parfois à se reporter à la première partie s’il veut prendre connaissance de l’ensemble des arguments réunis sur un sujet précis. Ainsi, dans le cas de l’église Saint-Romain, toutes les informations utiles pour reconstituer le plan et l’histoire de l’édifice ont dû être prises en considération dans la première partie pour analyser les vestiges fouillés, et elles n’ont été que brièvement rappelées dans la seconde.

20Un tableau synchronique mettant en parallèle, d’une part, les grands événements de l’histoire de Lyon susceptibles d’avoir eu des conséquences dans l’espace fouillé, ainsi que les renseignements tirés des archives qui éclairent des épisodes importants de l’histoire des édifices et, d’autre part, les données de la fouille, conclut cette synthèse.

21L’emploi des temps du passé dans la description des vestiges fouillés surprendra le lecteur : il s’imposait ici, puisque ces vestiges ont été totalement détruits après que le chantier eut été rétrocédé à la société chargée de l’aménagement du métropolitain.

  • 1 Pour se procurer ces disquettes, contacter la Circonscription des Antiquités Historiques, Région Rh (...)

22En complément de ce travail, sont publiées des études portant sur les découvertes faites sur la rive droite de la Saône (annexe 1), sur le mobilier antique (annexes 2 et 3), sur les monnaies (annexe 4) et sur les archives (annexe 5). Le catalogue des monnaies antiques et les tableaux réalisés à partir des archives seront diffusés sur un support informatisé1.

23D’autres recherches, en cours ou en projet, permettront, dans l’avenir, de poursuivre l’exploitation des données recueillies durant cette opération.

Notes de fin

1 Pour se procurer ces disquettes, contacter la Circonscription des Antiquités Historiques, Région Rhône-Alpes.

Table des illustrations

Titre 2. Vue partielle du chantier (vers l’est)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 3. Démolition des voûtes dans les caves des prisons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 4. Vue prise en fin de fouille : les thermes tardifs, l’église Saint-Romain (à gauche), les caves des prisons (au fond)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 711k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Alparaamazon.fr