Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 La SEMALY a pris en charge les salaires de quatre personnes pendant trois mois pour laver le mobili (...)

1Ouvert au début d’avril 1983, le chantier de fouilles de l’avenue Adolphe Max a été rétrocédé à la société chargée d’aménager la nouvelle ligne du métropolitain à la fin du mois de décembre suivant.
A ces neuf mois d’un travail collectif auquel participèrent huit archéologues, un dessinateur et une céramologue, ont succédé quatre mois durant lesquels l’équipe a été maintenue, bien que ses effectifs aient été fortement réduits, essentiellement pour entreprendre de mettre en ordre la documentation et laver le mobilier recueilli. Passée cette période, l’absence de financement a provoqué sa dissolution. Les aides matérielles accordées par divers organismes ont pris quelque importance en s’additionnant au fil des années, mais elles sont restées insuffisantes et leur irrégularité a nui à l’organisation rationnelle du travail1.

2Dans ces circonstances, j’ai dû affronter, le plus souvent seule, une analyse des résultats recueillis, qui exigeait pourtant le concours d’un groupe de chercheurs. Toutefois, quelques personnes m’ont apporté leur collaboration, généralement bénévole : A. Audra, J.-L. Charlet, L. Jacquin et A. Phoungas ont étudié les monnaies, M.-O. Mandy, les archives, tandis que Y. Auda se chargeait d’effectuer le traitement statistique de l’inventaire du mobilier antique. Leurs recherches sont exposées à la suite de la présentation des données de la fouille. L’identification de certains matériaux employés dans les constructions, proposée par H. Savay-Guerraz, est intégrée dans la description des vestiges, de même que les premiers résultats de l’examen des ossements d’animaux entrepris par Ph. Columeau et ceux de l’étude de la géomorphologie et de l’écologie du site réalisée par C. Amoros et J.-P. Bravard.

3Reposant sur des informations qui n’ont pu être que partiellement exploitées, ce texte doit être considéré comme une simple présentation des vestiges et des principaux événements inscrits dans la stratification du terrain, un point de départ pour des recherches plus strictement historiques et l’étude des objets mis au jour.

4Durant la fouille, tous les membres de l’équipe ont pris part à l’élaboration de la documentation graphique sous la responsabilité de Ph. Chapon, chargé d’effectuer les relevés d’ensemble et toutes les tâches ayant trait à la topographie. Restitutions et mises au net ont été réalisées par C. Plantevin, par moi-même, ainsi que par P. Bonzi, qui leur a donné leur forme définitive.

5Je souhaite remercier ici les personnes qui, par leurs recherches, ont contribué à faire aboutir ce travail, et exprimer particulièrement ma gratitude à G. Ayala, L. Blanchard, J. Faletto, M. Monin et P. Bonzi, qui n’a pas seulement mis en oeuvre ses talents de dessinateur pour parfaire la présentation des illustrations, mais est aussi intervenu activement au stade de la réalisation du volume et m’a apporté ainsi une aide appréciable. Je voudrais que les membres de la Direction des Antiquités Historiques qui sont à l’origine de cet ouvrage trouvent ici, également, l’expression de ma reconnaissance. Enfin, je tiens encore à rappeler que l’exposé des résultats de cette fouille repose sur le travail accompli, sur le terrain, en collaboration avec C. Arlaud, Ph. Chapon, M. Corsi, G. Ducommet, M.-P. Feuillet, J.-O. Guilhot, B. Maccari-Poisson, H. Molet et A. Phoungas.

1. Plan de situation du chantier

1. Plan de situation du chantier

Notes

1 La SEMALY a pris en charge les salaires de quatre personnes pendant trois mois pour laver le mobilier recueilli et entreprendre un premier classement de la documentation ; le financement de treize autres mois de travail a été réparti entre diverses personnes qui ont participé au traitement du mobilier antique (G. Ayala et G. Ducommet), médiéval (B. Poisson), du verre moderne (J.-O. Guilhot), des archives (C. Arlaud, M.-O. Mandy), des monnaies (A. Phoungas) et de la documentation graphique (C. Plantevin). Le Conseil Général du Rhône a versé, en trois ans, 60 000.00 F et une “aide à la publication” de 30 000.00 F a été accordée par le Ministère des Affaires Culturelles. Deux mois de vacations ont été financés par l’Action thématique programmée “Histoire de Lyon”, dirigée par Y. Roman et cinq stagiaires, engagés sur des contrats de Travaux d’Utilité Collective par le Groupe Lyonnais de Recherches en Archéologie Gallo-Romaine, dirigé par L. Blanchard, ont participé au traitement du mobilier et à la saisie des données sur ordinateur.

Table des illustrations

Titre 1. Plan de situation du chantier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access