Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Préface

Jacques Lasfargues

Texte intégral

1Lorsqu’en 1983 fut entreprise la fouille de l’avenue Adolphe Max, la première des interventions de sauvetage archéologique préalables à l’ouverture de la ligne D du métropolitain de Lyon, l’opération fut qualifiée d’exemplaire. La prise en compte du risque archéologique et le financement des fouilles par la SEMALY (Société d’Economie Mixte du Métropolitain de l’Agglomération Lyonnaise) contribuaient à repousser dans le domaine du passé les habitudes de destruction sans précautions du patrimoine lyonnais. C’est probablement à cette occasion que fut signée la première convention de cette importance entre archéologues et aménageurs.

2L’adoption de la technique du bouclier à bentonite pour creuser à grande profondeur l’essentiel de la ligne D a eu l’avantage de réduire considérablement les atteintes aux niveaux archéologiques, circonscrites aux stations et aux puits d’accès des engins. Les problèmes archéologiques ont sans doute contribué à ce choix technique, car la Direction des Antiquités Historiques a été associée très tôt à l’élaboration du projet par la SEMALY. En 1982, en effet, des sondages préliminaires furent entrepris par le Service Archéologique de la Ville de Lyon dans les deux principaux secteurs concernés dans l’emprise de la gare basse du funiculaire à Saint-Jean, et place Bellecour.

3L’importance des vestiges existant dans ces deux secteurs ayant ainsi été clairement démontrée, les négociations se sont conclues par la signature le 9 avril 1983 d’une convention passée entre le Ministère de la Culture et la SEMALY. Le texte fixait le calendrier des interventions : avenue Adolphe Max, îlot Tramassac et place Bellecour ; un contrôle des travaux était prévu pour le pont de la Guillotière. Elle précisait également le budget de ces fouilles préalables, prises en charge intégralement par l’aménageur et prévoyait, pour un montant non négligeable, l’étude et la publication des résultats. Les différents chantiers se succédèrent dès lors à un rythme soutenu : neuf mois furent consacrés à l’exploration de 1 100 m2 sur l’avenue A. Max ; huit mois à celle de 2 500 m2 des places Bellecour et Antonin Poncet en 1984-85 ; deux interventions, place Jutard, entre 1984 et 1986, permirent de reconnaître les étapes successives du pont de la Guillotière ; enfin, la fouille de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès sur 500 m2 se déroulèrent durant neuf mois en 1985-86.

4Pour être complet, il faut ajouter à ces fouilles en centre ville celle du quartier de Gorge-de-Loup à Vaise, de 1985 à 1987, qui donna lieu en 1986 à un avenant à la convention initiale. A cette époque, l’octroi d’un budget important pour les recherches de terrain avait tout lieu de satisfaire les archéologues. Mais avec le recul, il faut bien admettre que l’ensemble de l’opération est à considérer avec plus de modestie. En effet, si les moyens nécessaires à la fouille ont été correctement évalués, à quelques nuances près pour Saint-Jean et Bellecour, le problème posé par le pont de la Guillotière a été totalement sous-estimé. Saint-Jean et Bellecour ont bien été des fouilles préventives. Le pont n’a été qu’un sauvetage : bel exemple d’une opération manquée pour les archéologues, mais aussi pour la SEMALY qui aurait pu, grâce à une bonne (mais peu onéreuse) étude préalable, éviter de graves problèmes techniques. Dans ce cas d’ailleurs, la responsabilité en incombe d’abord aux archéologues.

5Autre difficulté, la sous-estimation de la phase d’exploitation des résultats surtout pour la fouille du puits A. Max, mais à moindre titre, également pour les autres. A cette erreur initiale (au demeurant fort répandue à l’époque, mais ce n’est pas une excuse) qui a relevé de l’excès de confiance et du manque de lucidité, s’est ajouté le phénomène de dispersion des équipes, directement lié à la structure même de l’archéologie préventive française. Cette dispersion a interdit l’exhaustivité et a induit un certain manque de cohérence, dans la présentation des résultats. Seuls l’opiniâtreté de certains, l’apport d’aides extérieures - celle du Conseil Général du Rhône a été essentielle-, et des financements complémentaires de la Sous-Direction de l’Archéologie ont permis d’aboutir à cette série de volumes qu’ouvre l’étude de l’avenue Adolphe Max. La joie réelle de le feuilleter n’efface pas totalement les angoisses récentes, et les dernières conventions signées en Rhône-Alpes qui prévoient expressément un volume minimum de moyens pour la phase de diffusion des résultats témoignent que la leçon, du moins, n’a pas été perdue.

6Certes, il eût été plus satisfaisant de réunir toutes les données recueillies dans le quartier Saint-Jean depuis la fouille du groupe cathédral et de présenter ainsi une vision synthétique de ce quartier essentiel pour l’histoire de Lyon. Mais la dispersion des équipes, le départ des directeurs d’opérations vers d’autres responsabilités, ont rendu provisoirement ce projet très aléatoire. Nous avions initialement envisagé de présenter trois monographies : avenue A. Max, îlot Tramassac-Carriès, Groupe Cathédral (auxquelles devait s’ajouter un volume sur le pont de la Guillotière) et de clore la série par un volume de synthèse sur le quartier Saint-Jean. Nous nous en tiendrons, pour l’instant à deux monographies, abondées de certaines études de mobilier, celles qui sont prêtes et dont il serait regrettable de retarder la diffusion. Excès de pragmatisme diront certains ? Peut-être, mais l’essentiel n’est-il pas de voir diffusées les données historiques nouvelles issues de fouilles importantes et complexes. Quatre ans après l’achèvement des travaux de terrain ? Publications que nous considérons aussi comme des appels à l’étude du mobilier qui n’a pu être traité et naturellement comme un moyen de faciliter la synthèse future qui devra bien voir le jour.

7Alors ne dissimulons pas notre plaisir d’accueillir dans les Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, la publication de la fouille de l’avenue A. Max par Madame Fr. Villedieu. Le volume précédent traitait de la naissance de la ville antique, celui-ci, comme celui qui sera, sous la direction de Madame J. Burnouf, consacré à l’îlot Tramassac-Carriès, concerne la naissance de la ville médiévale. L’histoire de Lyon commence à s’écrire en termes si nouveaux que ces pages ne sont pas seulement l’aboutissement d’une fouille préventive. Elles sont surtout le début d’une vaste réflexion dont les conclusions sont destinées tout autant aux chercheurs qu’à la culture contemporaine des Lyonnais.

8Je tiens à remercier l’entreprise Deluermoz TP qui a réalisé les terrassements archéologiques et finance cette édition et plus particulièrement la SEMALY, qui a compris très tôt que l’aménagement de la cité pouvait parfaitement intégrer la protection de son patrimoine et qu’une société ne vit bien que si elle protège, connaît et assume son histoire. L’expérience que nous avons menée en commun avec MM. R. Waldmann et J. Ferrand, dialogue permanent de techniciens responsables, est allée au-delà de Lyon et de Rhône-Alpes. Elle a permis à la fois de tester méthodes et techniques, d’établir une référence, de rendre en quelque sorte plus irréversible ce mouvement de prise en compte du patrimoine dans les grands aménagements. Que la SEMALY, ses responsables et tous ses collaborateurs en soient ici profondément remerciés.

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Alparaamazon.fr