Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de Lyon

 | 
Christian Goudineau

Chapitre 4. La chronologie des premières trames urbaines à Lyon

Armand Desbat, Martine Genin, Colette Laroche et Philippe Thirion

Texte intégral

  • 1 Cette affirmation a été reprise telle quelle tout récemment (Audin 1985, p. 81-126). De même, Cheva (...)

1Les découvertes récentes, occasionnées par les fouilles du Métro dans le secteur de Gorge-de-Loup (fig. 2, 1), ont révélé les traces d’une occupation du Ve s. av. J.-C. Malgré le caractère exceptionnel de ces découvertes, il est prématuré d’en déduire l’existence d’une occupation pré-romaine importante et continue sur le site de Lyon. Il faut rappeler en effet l’absence, jusqu’à ce jour, de témoins d’une occupation de la Tène à Lyon. La recension effectuée il y a quelques années (Desbat 1981, p. 29-54) des vestiges matériels (monnaies, fibules, céramiques) souvent donnés pour preuve d’une occupation gauloise a montré qu’il s’agissait soit d’objets de l’âge du Bronze ou du Fer recueillis dans la Saône et qui peuvent se rapporter à des passages, soit d’objets recueillis dans des contextes gallo-romains et dont l’identification était souvent erronée. C’est le cas notamment de céramiques à vernis noir dites « campaniennes » (Audin 1979, p. 39) alors qu’il s’agit de productions de l’atelier de Loyasse postérieures à la fondation de la colonie, ou bien encore de céramiques peintes ou de céramiques grises modelées considérées comme « typiquement gauloises » alors que leur production se poursuit jusqu’au 1er s. ap. J.-C. (Chauffin 1972, p. 89-95)1.

  • 2 Autel dédié à Diane par C. Gentius Ollilus, Magister du pagus de Condate (C.I.L. XIII, 167, 07).
  • 3 Fouilles du service archéologique municipal conduites par Luc Jacquin et Christine Becker.
  • 4 Communication de Bernard Mandy, Directeur du service archéologique municipal, que nous avons le pla (...)

2Les fouilles réalisées depuis lors n’ont apporté aucun indice supplémentaire d’une occupation indigène antérieure à la fondation, même dans le secteur où l’on situe le pagus de Condate (Audin 1979, 1956). Un sondage réalisé en 1978, rue de la Martinière (fig. 2, 7) n’a pas livré de niveaux antérieurs à l’époque de Claude (Desbat 1981, p. 3435) et les fouilles, actuellement dirigées par J.-P. Lascoux dans le quartier Saint-Vincent (fig. 2, 7), à proximité du lieu de découverte de l’inscription qui mentionne le pagus de Condate2, n’ont pas davantage révélé d’occupation antérieure à l’époque romaine. Il en est de même dans les autres secteurs de la presqu’île où différentes fouilles de sauvetage ont été conduites ces dernières années. Même si l’on connaît maintenant des traces d’occupation qui remontent à l’époque augustéenne - îlot 24 par exemple3 (fig. 2, 8) ou quartier Saint-Vincent-, les témoins les plus anciens de l’occupation romaine restent circonscrits sur la colline de Fourvière où l’on a situé traditionnellement la colonie de Plancus. Il convient toutefois de rappeler que l’identification avec le forum ou le prétoire de Plancus des vestiges repérés en façade du théâtre (Audin 1965, p. 55 ; 1967, p. 11-48) ne s’appuie sur aucune donnée archéologique péremptoire (chronologique en particulier) ni même démonstrative. La chronologie et la destination de cet édifice restent donc entièrement à déterminer, d’autant que des sondages en façade du théâtre, s’ils ont bien rencontré des murs devant appartenir à cet édifice, n’ont pas apporté de précisions supplémentaires4.

3Dans l’état actuel de la recherche, les traces d’urbanisation les plus anciennes sur la colline ont été livrées par les fouilles de la rue des Farges (fig. 2, 4) et du Verbe-Incarné (fig. 2, 2). Ces deux sites sont en effet les seuls à avoir fourni un matériel stratifié permettant de proposer une datation pour les premières traces d’urbanisation.

  • 5 La fouille de cette fosse fut réalisée par Jacques Lasfargues ; nous le remercions de nous avoir pe (...)

4En dehors de ces vestiges, il faut signaler toutefois deux ensembles au moins aussi anciens que ceux de la rue des Farges et du Verbe-Incarné. Il s’agit pour le premier d’un dépotoir fouillé dans le secteur de Loyasse (fouille R. Pelletier en 1963) et désigné sous le nom de L3 (fig. 2, 6), et pour le second d’une fosse découverte en 1972 lors de la construction du musée de Fourvière5 (fig. 2, 5). Le matériel de L3, resté impublié, est malheureusement mal stratifié et contient des éléments récents associés au matériel précoce. Son exploitation est donc plus délicate et sa valeur démonstrative diminuée. Il n’a pas été pris en compte dans cette étude. Le matériel de la fosse ne comprend que peu de vases et constitue un lot isolé, mais il présente l’intérêt de montrer des associations de formes, complètes de surcroît.

Rue des Farges

Présentation des vestiges

5Les fouilles de sauvetage conduites de 1974 à 1980 sur un terrain d’un hectare situé au sud des théâtres (fig. 57) ont mis au jour un quartier d’habitation créé à la fin du Ier s. av. J.-C. et occupé jusqu’au IIIe s. (Desbat 1984).

57-Rue des Farges : plan de situation

57-Rue des Farges : plan de situation

6La première phase de construction montre déjà l’aménagement du site en terrasses et la création d’une rue nord-sud conduisant au plateau de la Sarra (fig. 58). Sur la terrasse supérieure, les fouilles ont révélé l’existence d’une maison et d’ateliers de métallurgie annexes. La terrasse médiane, très étroite, ne semble pas occupée dans un premier temps, alors qu’en contrebas est aménagée dès cette période une grande place sur laquelle s’installera au milieu du Ier s. un grand édifice thermal.

58-Rue des Farges : plan des structures antiques (état 1)

58-Rue des Farges : plan des structures antiques (état 1)

7Les contextes les plus anciens mis en évidence sur le site se localisent dans deux secteurs distincts, d’une part la terrasse supérieure (zone B) (fig. 58, 1) d’autre part la terrasse médiane (zone A) (fig. 58, 2).

Le matériel de la zone B

8Le matériel le plus ancien découvert sur le site provient en premier lieu de fosses creusées antérieurement à l’installation du premier habitat. De formes et de profondeur irrégulières, creusées dans la moraine constituant le substrat géologique, elles semblent correspondre à des fosses d’extraction de matériaux pour la construction, en l’occurrence des galets morainiques utilisés dans les maçonneries du premier état.

9Ces fosses n’ont pu être fouillées dans leur intégralité et leur comblement ne contenait que peu de matériel de surcroît très fragmentaire. Ce premier ensemble ne compte que 590 tessons qui représentent 32 vases (fig. 59).

59-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone B

59-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone B

(pourcentages calculés sur le nombre de tessons)

Tableau 1 : Rue des Farges, zone Β ; les différentes catégories de céramiques

Tableau 1 : Rue des Farges, zone Β ; les différentes catégories de céramiques

TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.

10- La céramique sigillée (fig. 66 n° 1-5)
Elle compte 24 tessons attribuables à 7 formes dont 2 formes précoces (n° 1 et 2), 1 anse de tasse (n° 4), 1 lèvre de plat Goudineau 15 (n° 3) et 1 fond estampillé [SERE] NI ( ?) ou [RASI] NI ( ?) attribuable à Pouzzoles (n° 5).

11- Les imitations de sigillée (fig. 66 n° 6-7)
Elles comprennent un plat à vernis noir à bord oblique (n° 6) et une assiette du service IB (n° 7).

  • 6 Cette identification repose sur la comparaison avec les frises de gobelets de l’atelier de Loyasse, (...)

12- La céramique à parois fines (fig. 66 n° 8-12)
5 vases appartiennent à cette catégorie : 2 gobelets à bord droit et pied mouluré (n° 8 et 9), un gobelet tronconique (n° 10), un pied d’ampoule (n° 11) et un gobelet d’Aco signé (HI)LAR(US) AC(O) attribuable à l’atelier de Loyasse (n° 12)6.

13- La céramique peinte
Elle n’est représentée que par 4 fragments du type « bol de Roanne ». Ces fragments possèdent tous la pâte chamois très micacée proche de celle que l’on connaît notamment sur les productions peintes de Saint-Romain-en-Gal (Arcelin 1981).

14- La céramique commune claire (fig. 66 n° 13-15)
Elle comprend 145 tessons et 8 formes, parmi lesquelles 2 cruches à lèvre striée (n° 13), un pot à anse (n° 15), un mortier (n° 14) et un rebord de vase à collerette interne.

15- La céramique commune sombre (fig. 66 n° 16-18)
Elle compte 298 tessons qui déterminent 6 formes, dont 5 modelées : 3 pots ovoïdes (n° 16), un vase à décor estampé (n° 18). La céramique tournée n’est représentée que par un rebord de jatte carénée (n° 17).

16- Les monnaies
Aucune monnaie n’a été découverte dans ces fosses, mais il faut signaler la trouvaille d’un denier de Marc Antoine (frappé en 30 av. J.-C.) dans le sol obturant la plus grande des fosses ; monnaie qui fournit un terminus post quern pour l’installation des habitats.

Le matériel de la zone A

17Le deuxième ensemble de matériel précoce, beaucoup plus abondant puisqu’il compte 6792 tessons, provient de couches de remblais déversées sur la terrasse médiane dans un secteur inhabité durant la première phase d’occupation. Ces couches qui suivent la pente naturelle du terrain ont été entaillées par les constructions de l’état 2 au début du Ier s. ap. J.-C.

18Le matériel également très fragmentaire, comprend les mêmes catégories de céramiques que le premier ensemble avec des pourcentages équivalents (fig. 60).

60-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone A

60-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone A

(pourcentages calculés sur le nombre de tessons)

Tableau 2 : Rue des Farges, zone A ; les différentes catégories de céramique

Tableau 2 : Rue des Farges, zone A ; les différentes catégories de céramique

TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.

19- La céramique sigillée (fig. 67 n° 1-19 ; fig. 68 n° 20-25)
Elle compte 299 tessons et 87 formes. Les formes précoces sont nombreuses (26 ex.) : plats Goudineau 1 (n° 1 = 4 ex.), bol du service IA (n° 8) mais surtout plusieurs formes encore mal définies dont la chronologie reste à préciser mais qui s’apparentent à des formes précoces de Bâle ou de Neuss (Furger-Gunti 1979, Ettlinger 1983) : plats de grand diamètre à lèvre saillante (n° 2-6), bols en forme de cloche et à petite lèvre (n° 7 et 9). Le service IB est représenté par des plats Goudineau 15 (n° 10 = 6 ex.), ainsi que des assiettes Goudineau 17 (n° 13 = 4 ex.) et des bols Goudineau 16 (n° 14, 9 ex.).
Le service IC figure également avec des plats Goudineau 23 (n° 18 = 5 ex.) et des bols Goudineau 18 et 24 (n° 19).
Plusieurs formes présentent des caractéristiques qui en font des types de transition entre 1B et 1C (n° 16 et 17). Une assiette (n° 16) présente en particulier une division interne qui l’apparente au service IC, alors que sa lèvre saillante donne à penser qu’il s’agit d’une forme précoce.
Le service II n’est représenté que par 6 exemplaires de bol Goudineau 27 (Ritt. 5) (n° 21).
On notera également la présence dans ce matériel de 2 assiettes à bord courbe Goudineau 19 (n° 20) et d’un rebord de tasse Haltern 14 (n° 22), formes qui sont généralement considérées comme récentes alors qu’elles sont présentes dans des contextes précoces du Magdalensberg et de Bolsena (Goudineau 1968 : b.a.4, p. 135 et b.a.5., p. 136 ; Schindler 1977).
On notera enfin l’absence dans ce lot, d’assiettes du service II (Goudineau 26) tout comme celle du bol type « Lyon » (Ettlinger 1983 : 196, Taf. 32, 1-11 ; Schnurbein 1983, Taf. 4-6).
Les estampilles sont au nombre de 4 : une radiale [...] IA/[...] SI (n° 23) et 3 centrales : L.TETTI/SAMIA (n° 24), A.V. (n° 25) et M.ANNEI ? (n° 7).

20- Les imitations de sigillée (fig. 68 n° 26-34)
Elles comprennent 193 fragments et 26 formes : assiettes et bols à parois obliques (n° 26-28), bols hémisphériques (n° 29 et 30), bols et plats du service I, (n° 31-34). Un bol (n° 31) présente une estampille, PRIM(US), attribuable à l’atelier de Loyasse.

21- La céramique engobée
Parmi les 70 tessons de céramique engobée, 4 formes ont été identifiées : 2 d’entre elles sont attribuables à des cruches carénées.

  • 7 Ces gobelets à panse striée sont également présents à Haltern, Oberaden et Rödgen (Simon 1976).
  • 8 Cette attribution repose sur l’analyse chimique de la pâte réalisée au laboratoire de céramologie d (...)

22- La céramique à parois fines (fig. 69 n° 35-55)
Cette catégorie est relativement abondante avec 540 fragments et 75 vases. Elle regroupe plus d’une dizaine de types parmi lesquels des gobelets globulaires à panse striée (n° 35) bien représentés à Dangstetten (Fingerlin 1986)7, une variante à panse lisse (n° 36), des gobelets à bord concave, type « Rippenbecher » (n° 37-39), des gobelets « tonneaux » à lèvre en bourrelet (n° 41) ou à lèvre concave (n° 40), un gobelet tronconique (n° 42), des gobelets cylindriques à pied mouluré (n° 43, 44), un pied appartenant à une variante (n° 45), un rebord de tasse à deux anses (n° 46). Cette catégorie comprend également 10 gobelets d’Aco (n° 47-52) dont 3 peuvent être attribués à l’atelier de Loyasse. Un seul (n° 50) présente une signature : T.C. [AVIVS]. Dans ce lot figurent des ampoules (n° 53, 54) et un skyphos à glaçure plombifère (n° 55), également attribuable à l’atelier de Loyasse8.
Plusieurs de ces types sont attestés dans les productions des ateliers lyonnais, la Muette en particulier : gobelet tonneau, gobelet cylindrique ou gobelet tronconique et gobelet d’Aco (Lasfargues 1970, p. 222-224 ; 1967, p. 79-88). L’origine des autres types reste incertaine. Malgré une grande diversité des formes, deux types sont largement majoritaires : le gobelet tonneau et le gobelet cylindrique.

23- La céramique peinte (fig. 69 n° 56, 57)
Elle compte 123 tessons et 16 formes, toutes du type « bol de Roanne ».

24- La céramique à engobe interne rouge pompéien (fig. 69 n° 58, 59)
Elle comprend 24 tessons : 2 profils complets (n° 58, 59) appartiennent à des plats à rebord aplati.

  • 9 Par sa typologie et sa technique, cette céramique est assimilable à la terra nigra ; elle se distin (...)

25- La céramique grise fine tournée (fig. 70 n° 60-62)
Elle est peu abondante9. Elle ne compte que 39 tessons et 6 formes parmi lesquelles des assiettes à parois obliques (n° 60, 62) et des bols hémisphériques (n° 61).

26- La céramique commune claire (fig. 70 n° 63-67)
Elle comptabilise 1322 tessons et 55 formes qui appartiennent à 5 types : cruche à lèvre striée (n° 63), crache à 2 anses et lèvre plate (n° 64), pot à deux anses à fond plat (n° 65), mortier à lèvre en bandeau (n° 66), mortier à lèvre en poulie (n° 67).

27- La céramique commune sombre (fig. 70 n° 68-72 ; fig. 71 n° 73-75)
C’est la catégorie la plus abondante avec 2897 tessons et 251 formes. Elle offre un répertoire varié : écuelle à rebord rentrant (n° 68), écuelle à paroi évasée (n° 69) ou à bord droit (n° 70), jatte carénée (n° 71), marmite (n° 72), pichet à col tronconique (n° 73), couvercles dont un à décor de molette (n° 74), pot ovoïde à col côtelé (n° 75) ou à col lisse.

28- Les amphores (fig. 71 n° 76-89)
Les amphores représentent 1074 tessons, mais seulement 22 formes : 4 rhodiennes (n° 76-78), 3 Dressel 2/4 (n° 79, 80), 5 Pascual 1 (n° 81-83), 8 Dressel 7/11 (n° 85-89). On notera l’absence de Dressel 1 et la rareté des amphores italiques représentées seulement par 2 Dressel 2/4.

29- Les dolia
37 fragments appartiennent à des dolia mais aucun élément caractéristique, lèvre ou fond, n’a été retrouvé.

30- Les lampes
Elles comptent 174 tessons et appartiennent à deux types : lampes à tête d’oiseau et lampes à volutes. On notera l’absence des lampes à grènetis (Warzen lampen).

31- Les monnaies
5 monnaies ont été recueillies dans ces remblais :

  • 1 quinaire d’argent de T. Cloulius (98 av. J.-C.)

  • 2 aurei de Q. Cornuficius (44-43 av. J.-C.)

  • 1 denier de César frappé par L. Livineius Regulus (43 av. J.-C.)

  • 1 semis de la colonie de Nîmes (44-42 av. J.-C.)

Clos du verbe-incarne

Présentation des vestiges

32Le site du Verbe-Incarné a livré un matériel moins abondant mais qui présente l’intérêt d’être associé à des vestiges qui remontent à la période initiale d’occupation urbaine.

33Etablis sur les pentes du versant oriental du plateau de la Sarra, ces vestiges correspondent à une construction rectangulaire qui occupait toute la surface d’une parcelle située dans l’angle nord-ouest d’un îlot délimité par quatre voies orthogonales (fig. 61 A).

34L’emploi de terre crue pour les murs, élevés sur des solins de maçonnerie, et de tuiles pour la couverture est attesté par l’abondance de ces matériaux dans les décombres de l’édifice. L’organisation et la fonction de celui-ci nous échappent cependant pour l’essentiel, en raison de l’arasement résultant de la construction de la domus qui lui succède (fig. 61 Β). Ainsi, le tiers occidental a totalement disparu et ne peut qu’être restitué selon les limites de la parcelle ; seul le tiers oriental a conservé son sol en terre battue et quelques assises en maçonnerie (fig. 61 C).

61-Verbe-Incarné : Coupe stratigraphique montrant les niveaux du premier état urbain

61-Verbe-Incarné : Coupe stratigraphique montrant les niveaux du premier état urbain

A Situation de la parcelle 2 (en grisé) ; (B) Plan des structures et emplacement de la coupe A-B ; C Coupe stratigraphique A-B.

35Cette partie ouvre au nord sur la rue par une petite porte proche de l’angle. Son sol de terre battue présente une pente de 10 % environ qui suffit à exclure toute affectation de cette partie à une fonction d’habitat (fig. 62) ; deux négatifs de poteaux en bois suggèrent d’ailleurs plutôt un portique bordant une cour. Le caractère exclusivement domestique du mobilier recueilli rend cependant très probable l’hypothèse qu’une partie au moins de cet édifice, peut-être la moitié orientale détruite, a été réservée à l’habitat.

36Les couches d’occupation du sol de terre battue n’ont livré que peu de mobilier notable, si ce n’est un denier de J. César et un tesson de céramique arétine précoce ; les niveaux de construction étaient encore plus pauvres.

62-Verbe-Incarné : plan des structures de la parcelle 2, état 1

62-Verbe-Incarné : plan des structures de la parcelle 2, état 1

37En revanche, une quantité importante de matériel a été abandonnée lors de la démolition : une pointe de javelot, 3 monnaies gauloises et 2 monnaies républicaines, une fibule à arc plat nervuré et sillon médian strié (L =7,2 cm) et de nombreuses céramiques. Une partie de ce matériel a été retrouvée en amas sur le sol de terre battue, et l’autre a servi à combler une fosse d’extraction de matériau (loess), lors de la construction qui a suivi. C’est ce matériel, mélange d’objets, les uns contemporains de la démolition et les autres accumulés tout au long de l’occupation, qui est étudié ici.

Les fosses

38Un second ensemble de matériel provient de deux fosses d’extraction de matériau qui recoupaient le comblement du fossé aval (fig. 19). Aucune structure en relation avec ces fosses n’a pu être repérée, mais l’importance des remaniements dans ce secteur lors de périodes ultérieures de construction suffisent à expliquer cette absence.

Le matériel de la parcelle 2

39Ce premier ensemble comprend 3284 tessons, soit 205 vases qui se répartissent dans 10 catégories de céramiques (fig. 63).

63-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier de la parcelle 2

63-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier de la parcelle 2

(pourcentages calculés sur le nombre de tessons)

Tableau 3 : Verbe-Incarné, parcelle 2 ; les différentes catégories de céramiques

Tableau 3 : Verbe-Incarné, parcelle 2 ; les différentes catégories de céramiques

TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.

  • 10 Les assiettes à bord courbe se rattachent traditionnellement au “service III”, mais il devient de p (...)

40- La céramique sigillée (fig. 72 n° 1-6)
Elle comprend 9 formes : 5 sont des plats et des bols à bord oblique (Goudineau 1 et 2). Au plat n° 1 (1 ex.) et au bol n° 2 (2 ex.), s’ajoutent 2 rebords de diamètre indéterminé pouvant appartenir à l’une ou l’autre série. On trouve également 2 assiettes à bord courbe (n° 3, 4) plus difficiles à identifier10. Les types Goudineau 8 et Goudineau 19 possèdent des profils assez comparables mais ils s’avèrent impossibles à distinguer si l’on ne dispose pas d’autres éléments d’identification, tels que la forme du pied. L’assiette n° 4 qui se caractérise par un ressaut à la liaison fond/paroi est peut-être à rattacher au type précoce Goudineau 8 (Goudineau 1968, p. 284). Le rebord n° 5 appartient à un plat ou une assiette du service IA, créé et diffusé par les ateliers italiques dès le début de leur activité. Le timbre TITIVS (n° 6) s’inscrit vraisemblablement dans le même horizon chronologique (Oxé 1968, n° 2003).

  • 11 Les engobes sombres (brun clair à noir = 9 vases) l’emportent nettement sur les engobes clairs (ora (...)

41- Les imitations de sigillée (fig. 72 n° 7-10)
Les 12 formes d’imitations de sigillée sont en majorité des plats et des bols à bord oblique à vernis noir ou rouge non grésé11. On observe tout au plus quelques variations dans les profils de bols de petits diamètres, parfois légèrement arrondis (n° 9). Comme précédemment, 4 rebords s’avèrent trop fragmentés pour être attribués à des plats ou des bols. Seul le plat n° 10 s’écarte davantage des modèles habituels sans constituer pour cela une série typologiquement distincte.

42- La céramique à parois fines (fig. 72 n° 11-19)
Parmi les 28 vases présents dans cette catégorie, prédominent les gobelets à bord concave avec 11 exemplaires. 2 d’entre eux possèdent un décor de semis d’épines disposés en quinconce (n° 11) tandis que le gobelet suivant (n° 12) est le seul dont on puisse assurer qu’il n’était pas décoré, les 8 autres exemplaires se réduisant à des fragments de rebords.
Le gobelet n° 13 reste isolé : son profil sensiblement différent interdit de le rattacher au premier groupe comme à tout autre type connu. Un deuxième groupe rassemble 6 gobelets d’Aco, représentés la plupart du temps par des fragments de fonds et de panses, plus rarement par des rebords comme le n° 14.

43L’importance numérique relative et l’association des gobelets à bord concave et des gobelets d’Aco semblent caractériser les premières occupations du site. En effet, ces deux types de gobelets n’apparaissent plus que d’une manière sporadique dans les divers contextes classiques connus à ce jour. Leur fréquence ici constitue un indice chronologique à ne pas négliger.

44Les autres vases à parois fines correspondent d’une part à des types minoritaires tels les balsamaires (n° 15) et les ovoïdes (n° 16), d’autre part à des formes qu’on a pu individualiser grâce à quelques fragments décorés : le motif qui orne le fragment n° 17 ne semble pas caractériser une série typologique bien définie. En revanche, le décor de stries qui apparaît sur le fragment suivant (n° 18) évoque un type de gobelet à panse striée déjà rencontré dans le matériel de la rue des Farges (fig. 69 n° 35).

45La petite coupe à marli (n° 19) possède des caractéristiques visuelles de pâte difficiles à définir et peut-être dues à des défauts de cuisson ; elle présente un profil original qui semble plus se rattacher au répertoire des céramiques fines italiques qu’à celui des céramiques communes.

46- La céramique peinte (fig. 72 n° 20)
9 des 11 vases peints sont des bols du type « bol de Roanne » ; le bol n° 20, qui est le mieux conservé, présente un décor simple de bandes rouges et blanches sur fond brun. Ces vases possèdent tous les caractéristiques visuelles des pâtes déjà observées sur les vases peints de la rue des Farges. Seuls 2 fragments semblent dénoter la présence de 2 formes hautes.

47- La céramique à engobe interne rouge-pompéien (fig. 73 n° 21, 22)
Les 5 plats de cette catégorie se rattachent à deux types distincts : la lèvre peut être allongée, en forme d’amande (n° 21 = 3 ex.) ou épaisse et se terminer par un méplat (n° 22 = 2 ex.).

48- La céramique grise fine (fig. 73 n° 23)
Elle est représentée par un bol dont le profil rappelle sensiblement la forme Lamboglia 1 du répertoire de la céramique campanienne B.

49- La céramique commune claire (fig. 73 n° 24-32)
On y trouve tout d’abord quelques séries de formes connues à Lyon sous Auguste : des cruches à lèvre striée (n° 24), des pots ovoïdes de grand diamètre (n° 25-27) comme de dimensions plus modestes (n° 28-30), et un seul mortier à lèvre en bandeau (n° 31). A cet échantillon s’ajoute ensuite une forme moins courante : il s’agit d’un vase tronconique à collerette interne (n° 32) dont la fonction exacte reste inconnue : on rencontre, en particulier sur le site de Saint-Romain-en-Gal, des vases similaires fabriqués aussi bien en céramique commune claire qu’en céramique engobée.

50- La céramique commune sombre (fig. 73 n° 33-35, 74 n° 36-48)

51C’est la catégorie la plus abondante avec 1320 fragments et 97 vases. La majorité d’entre eux représentent des vases non tournés.

  • Le rebord n° 33 appartient à un petit bol fabriqué comme les vases tripodes (n° 34 = 2 ex.) en céramique modelée. Mais plus de 65 % des vases de cette catégorie sont des pots ovoïdes dont on peut voir ici quelques variantes (n° 35-38) : les pots ovoïdes à col côtelé sont apparemment majoritaires avec 28 exemplaires.

  • On reconnaît également quelques formes de céramique grise tournée : des jattes carénées (n° 39 = 2 ex.), des écuelles à bord rentrant (n° 40 = 6 ex.) et des plats à bord oblique (n° 41 =2 ex.).

  • Une douzaine de couvercles, en majorité à pâte sombre, de dimensions et de profils divers, sont ici représentés par les rebords n° 42 et 43.

  • La spécificité de ce lot réside en fait dans la présence de 7 vases dont les profils et, pour certains, les décors, sont pour le moins inhabituels dans le contexte lyonnais (n° 44-48). Le premier est un grand bol à bord rentrant (n° 44) à anses pincées, pour lequel on ne connaît pas de précédent à Lyon. On trouve ensuite 4 vases à décor ondé : une jatte à fond convexe (n° 45), un pichet tronconique (n° 46) et des pots ovoïdes (n° 47 = 2 ex.). A leurs côtés, figurent deux vases à décor ocellé dont un seul est représenté par un fragment de rebord (n° 48).

52- Les amphores
On a pu dénombrer dans ce lot 14 formes distinctes à partir de fragments d’anses et de panses.

53Il est intéressant de noter que l’on compte en premier lieu 8 Dressel 1 pour une seule Dressel 2/4 italique. D’autres fragments correspondent d’une part à 2 amphores d’origine espagnole (Dressel 7/11 et Pascual 1), d’autre part à 1 amphore qui pourrait être une importation orientale. Les 2 dernières amphores n’ont pu être attribuées à des types précis ou à une zone de production donnée.

54- Les lampes
Cette catégorie est représentée par 10 fragments parmi lesquels on a pu individualiser 3 formes différentes : une anse qui pourrait appartenir à un type de lampe tardo-républicaine, un fragment de fond et un fragment de bec de types indéterminés.

55- Les monnaies
La couche d’occupation a livré une monnaie républicaine qui est un denier de J. César à l’éléphant (frappé en 49-48 av. J.-C.). Les couches d’abandon et de démolition ont livré 8 monnaies toutes nettement antérieures à notre ère :

  • Denier de C. Sulpicius (Rome, 106 av. J.-C.)

  • As de type Janus (IIe s.)

  • Denier de C. Antius C. F. Restio (Rome, 47 av. J.-C.)

  • Monnaie d’argent au cavalier (val. du Rhône, 1er s.)

  • Petit bronze attribué aux Ambiani (2e moitié Ier s.)

  • Petit bronze (Séquanes ?) (1er s.)

  • As de Copia (Lyon, 30 av. J.-C.)

  • As de Nîmes type 1 (Lyon, 28/27-9 av. J.-C.)

Le matériel céramique des fosses

56Le second ensemble correspond au remplissage de deux petites fosses qui recoupaient le fossé aval. Beaucoup moins abondant (163 tessons), il possède cependant un faciès ancien qui présente des points communs avec celui de la parcelle 2. Il est peu fragmenté puisque, sur les 25 vases dénombrés, 5 sont des vases entiers ou archéologiquement complets. Sa grande homogénéité permet de lui conférer une certaine valeur représentative que lui démentait, a priori, sa pauvreté numérique.

57- La céramique sigillée (fig. 75 n° 1)
La seule forme de céramique sigillée est un bol dont les traits morphologiques (lèvre débordante, pied à ressaut) évoquent les profils archaïques du service IA. Le timbre radial [C.SERTORIVS] OCE [lla] qu’on peut lire sur le fond confirme, s’il en était besoin, son caractère ancien (Oxé 1968 : n° 1780).

58- Les imitations de sigillée (fig. 75 n° 2, 3)
Elles sont représentées par des fonds de plats à vernis noir (n° 2 = 2 ex.) et un fond d’assiette à vernis orangé (n° 3) auxquels ne correspondaient pas de fragments de lèvres.

59- La céramique à parois fines (fig.75 n° 4)
Elle comprend, outre quelques tessons à engobe interne dénotant la présence d’un baisamaire, un seul rebord qui appartient à un gobelet à bord concave (n° 4) du même type que ceux déjà rencontrés dans la parcelle 2 (fig. 72 n° 11, 12).

60- La céramique peinte (fig. 75 n° 5-7)
3 formes représentées constituent un échantillon original : il s’agit tout d’abord d’un fond ombiliqué (n° 5) qu’on doit peut-être attribuer à un vase balustre, dont aucun autre fragment n’a pourtant été retrouvé. La forme suivante est un bol à lèvre en bourrelet et fond convexe (n° 6) d’un type extrêmement fréquent à Lyon : cet exemplaire se distingue néanmoins des précédents pour avoir été retrouvé intact et avoir conservé intégralement son décor. Le tonnelet cylindrique qui l’accompagne (n° 7) correspond au contraire à un type qui n’apparaît que rarement à Lyon, mais dont on connaît dans la Loire, quelques exemplaires dans des contextes de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. (Bessou 1976, pl. 63).

61- La céramique commune claire (fig. 75 n° 8-9)
Les vases à pâte claire, si l’on excepte 4 fonds annulaires d’identification incertaine, se réduisent à une crache à lèvre striée (n° 8) et un mortier à lèvre en bandeau (n° 9). Il est intéressant de souligner que l’on ne connaît pas, à l’époque augustéenne, d’autre type de mortier sur le site du Verbe-Incarné, contrairement au site de la rue des Farges où apparaissent également quelques mortiers à lèvre en poulie dans les premières couches d’occupation (fig. 70 n° 67).

62- La céramique commune sombre (fig. 75 n° 10-14)
Elle comprend 2 pots ovoïdes non tournés de facture grossière (n° 10 = 2 ex.), 1 pot ovoïde à col côtelé (n° 11), 1 jatte carénée (n° 12), 2 écuelles à bord rentrant à pâte grise (n° 13 = 2 ex.) et 1 seul couvercle (n° 14).

63Cet échantillon possède donc des points communs également évidents avec celui de la parcelle 2, même s’il ne comporte aucune des formes décorées (vases à décor ondé et à décor ocellé) présentées plus haut.

64- Les amphores
On trouve dans ce lot 2 seules lèvres d’amphore Dressel 1 qui recollent avec d’autres fragments de lèvres appartenant au comblement du fossé aval. Il est probable, compte tenu de la position stratigraphique de ces fosses, qu’une grande partie, voire la totalité du lot de tessons d’amphores associés à ces lèvres soit à rattacher au même comblement.

65- Les dolia
Cette catégorie est représentée par 4 fragments isolés ne permettant aucune identification.

La fosse du musée

Présentation

66En 1979, les travaux de terrassement nécessaires à l’édification du nouveau Musée de la Civilisation Gallo-Romaine à Fourvière provoquèrent la découverte de plusieurs vestiges (Lancha 1974, p. 489-524), parmi lesquels une fosse contenant du matériel augustéen précoce (fig. 57). Cette fosse incomplète n’a pu être mise en relation avec aucune structure. Le matériel peu abondant (265 tessons) se compose de plusieurs catégories de céramique.

Le matériel

67- La céramique sigillée (fig. 76 n° 1-5)
Elle est représentée par 52 fragments appartenant à 5 vases : 1 bol de forme précoce (n° 1) ; 1 rebord de bol guilloché (n° 2) que l’on peut rapprocher de l’exemplaire de la rue des Farges (fig. 68 n° 22) ou de Bolsena ; 2 assiettes Goudineau 1 (n° 3, 4) dont l’une estampillée C.SER/VILI ; 1 grand plat Goudineau 6 (n° 5) avec 4 estampilles radiales A. VIBI/SCR.

68- La céramique à parois fines (fig. 76 n° 6)
Elle comprend 39 fragments qui appartiennent à une dizaine de vases : 2 gobelets d’Aco représentés par 11 tessons (n° 6), un gobelet à décor de semis d’épines et plusieurs formes lisses matérialisées par 3 fonds, 2 rebords et 1 anse.

69- La céramique à engobe interne rouge-pompéien (fig. 76 n° 7)
Elle est représentée par un seul plat à lèvre en amande (n° 7) et un fragment de couvercle.

70- La céramique commune claire
Aucune forme n’a pu être identifiée parmi les 10 fragments de cette catégorie.

71- La céramique commune sombre (fig. 76 n° 8)
153 fragments ont été dénombrés pour 4 formes : 1 écuelle à bord rentrant représentée par un seul tesson et 3 vases ovoïdes, dont un presque complet (n° 8).

72- Les amphores (fig.76 n° 9-10)
Elles comprennent 10 fragments, parmi lesquels une lèvre de Tarraconnaise (Léétanienne 1 ?) (n° 9) et un pilon (n° 10) appartenant probablement à une amphore orientale ; aucun fragment ne possède pas une pâte italique typique.

Conclusion

73Est-il possible, au vu de ces ensembles, de définir l’horizon chronologique auquel correspondent les premières trames urbaines de Lyon ?

74Les ensembles de la rue des Farges et du Verbe-Incarné présentent à la fois des points communs et des différences notables. Le matériel abondant de la rue des Farges révèle en effet une diversité typologique qu’on ne retrouve pas, au Verbe-Incarné, sur un échantillon restreint de formes. Il reste à savoir si l’on doit ces différences aux seules variations quantitatives ou à un réel décalage chronologique.

  • 12 Les remblais de la rue des Farges contiennent des fragments de tuiles et d’enduits peints qui tradu (...)

75Quoi qu’il en soit, le matériel de la rue des Farges comprend des formes du service II qui obligent à placer la date d’installation des remblais de la zone A, vers 12/10 av. J.-C. si l’on suit la chronologie proposée par C. Goudineau (Goudineau 1968, p. 297), vers 15/12 si l’on admet une datation légèrement antérieure pour l’apparition des bols du service II. La faible proportion de service II semble définir un horizon proche de celui de Dangstetten, mais il apparaît à l’évidence qu’une grande partie du matériel contenu dans ces remblais est plus ancien : on y trouve nombre de formes absentes, en particulier des camps de Dangstetten, Rödgen et Oberaden (fig. 67 n° 1-4). Il convient en effet de distinguer la date de constitution du dépôt fournie par les éléments les plus récents, ici les bols du service II, de la date de production et d’utilisation du reste du matériel contenu dans ce dépôt12.

76Le matériel du Verbe-Incarné, comme celui de la fosse du Musée, comprend presque exclusivement des types de sigillée archaïque, plats et bols à bord oblique, et quelques formes du service IA. L’importance relative des formes anciennes confère à ce mobilier un caractère encore plus ancien : il serait donc antérieur à l’horizon Dangstetten, ce que tend à confirmer l’absence de formes du service IB et, a fortiori, celle des formes du service IC et du service II.

77Seules deux assiettes posent un problème d’identification (fig. 72 n° 3, 4). On pourrait rattacher ces assiettes à bord courbe au type Goudineau 19 (ce qui obligerait alors à reconsidérer la date d’apparition de ce type), à moins qu’il ne faille les assimiler au type Goudineau 8 ; l’assiette n° 4 qui présente un ressaut à la liaison fond/paroi semble se rapprocher davantage du type précoce Goudineau 8 (Goudineau 1968, p. 284, 292-293). Quant au bol guilloché présent dans la fosse du Musée (fig. 76 n° 2), on a vu que des formes comparables existaient déjà dans des contextes anciens de Bolsena.

78L’étude des autres catégories de céramique semble confirmer l’antériorité des contextes du Verbe-Incarné et du Musée par rapport à ceux de la rue des Farges. On notera en particulier, pour les céramiques à parois fines, l’absence au Verbe-Incarné des gobelets tonneaux et des gobelets cylindriques majoritaires rue des Farges (fig. 69 n° 37, 38, 40) et, à l’inverse, la prédominance des gobelets à bord concave (11 ex. sur 28 pour la parcelle 2) (fig. 72 n° 11, 12).

  • 13 Plusieurs sites ont livré des traces d’occupation romaine plus anciennes. A Zurich-Lindenhof (Vogt (...)

79Malgré ces différences, le matériel céramique des premiers contextes lyonnais, pris globalement, reste antérieur à l’horizon Dangstetten-Rôdgen-Oberaden. Tout le problème est d’arriver à proposer une chronologie absolue, la difficulté majeure provenant du manque de sites de référence pour la période antérieure à 15 av. J.-C. (Desbat, à paraître)13. Les éléments dont nous disposons pour proposer une chronologie absolue sont d’une part les monnaies et d’autre part la comparaison avec d’autres contextes locaux, en particulier ceux de Saint-Romain-en-Gal.

  • 14 Il faut préciser que le seul as de Nîmes mis au jour dans ces niveaux de la parcelle 2 provient des (...)

80Il est tout d’abord frappant de constater que les contextes de la rue des Farges et du Verbe-Incarné n’ont livré que des monnaies échelonnées entre le IIe s. av. J.-C. et 43 av. J.-C. pour la rue des Farges, entre le IIe s. et 29/9 av. J.-C. pour le Verbe-Incarné (fig. 64). La rareté ou l’absence des as de Nîmes qui constituent de loin le type le plus répandu sur les camps de Dangstetten, Rôdgen et Oberaden, renforce donc les conclusions tirées de l’étude du matériel14.

64-Répartition comparée des monnaies provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon

64-Répartition comparée des monnaies provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon

81A Saint-Romain-en-Gal, les fouilles de la Maison des Dieux-Océans ont permis d’isoler trois contextes successifs qui correspondent au premier habitat (Desbat 1983). L’évolution des formes sigillées entre ces trois contextes est très marquée et conduit, par référence aux camps, à proposer pour le premier une datation antérieure à 15 av. J.-C., voire aux années 20/15 av. J.-C. Le matériel de la phase 1 comprend, à côté d’une faible majorité de formes précoces (23 ex.), 8 formes du service IB et 10 du service IC.

  • 15 VI1 désigne le premier habitat urbain du site. VI2 correspond au matériel de trois fosses situées d (...)

82Le tableau comparatif des contextes de SaintRomain-en-Gal et de Lyon (fig. 65)15 illustre tout d’abord l’antériorité du premier habitat du Verbe-Incarné sur ceux de la rue des Farges (association service I/service II). La mise en parallèle du matériel de la phase 1 de Saint-Romain (SRG 1) avec celui du Verbe-Incarné (VI 1) fait ensuite ressortir un hiatus chronologique manifeste dans la sigillée : ce hiatus nous permet de rattacher la première trame urbaine du Verbe-Incarné à une période antérieure aux années 20/15 av. J.-C.

65-Répartition comparée des céramiques provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon

65-Répartition comparée des céramiques provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon
  • 16 Il est indispensable de faire une étude quantitative et non pas seulement qualitative. Il y a moins (...)
  • 17 On connaît en effet maintenant la production de Dressel 1 sur au moins deux sites de la vallée du R (...)

83Une datation haute paraît se heurter à une objection majeure - l’absence sur les deux sites lyonnais de céramique campanienne et, sur celui de la rue des Farges, d’amphores Dressel 1 - puisqu’on admet encore, pour le sud de la Gaule notamment, la diffusion de la campanienne et des Dressel 1 jusque vers 15 av. J.-C. (Py 1981, p. 91-100). Mais l’hypothèse d’une diffusion tardive de la campanienne est fortement contestée par J.-P. Morel, qui place l’arrêt des importations vers 50 av. J.-C. (Morel 1975, p. 149-168, 160-161). Un des arguments évoqué par J.-P. Morel qui va dans le sens de nos hypothèses, est l’absence de campanienne dans les niveaux d’Olbia, correspondant à la réoccupation du site après son abandon en 49 av. J.-C. Pour les Dressel 1, on s’appuie également sur leur présence à Oberaden et Haltern : il faut cependant souligner que, dans ces cas, elles ne représentent qu’une part infime des amphores16, sans compter qu’une partie d’entre elles pourrait être d’origine gauloise17. La comparaison entre les contextes de Saint-Romain et de Lyon montre, sur ce point, des différences considérables. Ainsi, à Saint-Romain-en-Gal, le matériel de la phase 1 comporte de la céramique campanienne (A et B) et des amphores Dressel 1 en abondance. Ces deux catégories sont encore représentées dans les contextes plus récents (SRG 2 - SRG 3), bien que ce dernier puisse être daté vers 15 ap. J.-C. (monnaie de Tibère, apparition de la sigillée de la Graufesenque).

84Au Verbe-Incarné, en revanche, on ne trouve pas un seul fragment de céramique campanienne dans les premiers niveaux d’occupation, et on rencontre en tout et pour tout 8 amphores Dressel 1 associées à des éléments plus récents (Dressel 2/4 italique, Dressel 7/11, Pascual 1).

85Cette divergence très nette entre Saint-Romain-en-Gal et Lyon ne peut être mise sur le compte d’une différence notable de chronologie entre les contextes : elle semble plutôt relever des caractères propres à chaque site.

  • La région viennoise a connu une occupation gauloise antérieure et le fait qu’on retrouve à Saint-Romain-en-Gal la même association Dressel 1/campanienne dans les phases 2 et 3 montre que tout ou partie de ce matériel doit être considéré comme résiduel.

  • A Lyon, l’association Dressel 1/campanienne n’existe pas en dehors du contexte des fossés du Verbe-Incarné. La présence de Dressel 1 dans les niveaux de la parcelle 2 paraît liée à l’épiphénomène que représente l’occupation antérieure à l’urbanisation du site.

86Il nous apparaît donc que l’absence de céramique campanienne et la rareté des amphores Dressel 1 ne sont pas forcément l’indice d’une datation basse.

87La chronologie relative que l’on peut établir d’après la distribution des monnaies et la fréquence des formes de sigillée nous conduit à proposer pour les premiers contextes du Verbe-Incarné une datation comprise entre 40 et 20 av. J.-C. et à situer par là même vers 40 av. J.-C. la première phase de construction sur le site.

88Rue des Farges, où un matériel ancien est associé à des éléments plus récents, il se pose un choix dans l’interprétation : soit considérer que les premiers habitats remontent à la même époque qu’au Verbe-Incarné et que le matériel recueilli dans les remblais résume l’occupation du site entre 40 et 15/10 av. J.-C. - date d’une restructuration du quartier ; soit considérer, ce qui semble plus probable, que le site a été urbanisé plus tard.

89Nous sommes conscients que des datations aussi hautes risquent de surprendre, voire de passer pour une provocation. Il est certain qu’elles devront être confortées par d’autres éléments mais il nous semble indispensable de reconsidérer les critères de datation pour la période charnière que constituent les années 50/15 av. J.-C.

90Par ailleurs, l’analyse comparative des contextes de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon confirme, s’il en était besoin, que la colonie de Lugdunum s’implante sur un site « sans histoire ».

66-Rue des Farges : mobilier de la zone Β (éch. 1/3)

66-Rue des Farges : mobilier de la zone Β (éch. 1/3)

1-5 : sigillée. 6-7 : imitation de sigillée. 8-12 : parois fines. 13-15 : céramique commune claire. 16-18 : céramique commune sombre.

67-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

67-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

Sigillée

68-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

68-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

20-22 : sigillée. 23-25 : sigillée estampillée. 26-34 : imitation de sigillée.

69-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

69-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

35-55 : parois fines. 56-57 : céramique peinte. 58-59 : céramique à engobe interne rouge pompéien.

70-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

70-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

60-62 : céramique grise fine. 63-67 : céramique commune claire. 68-72 : céramique commune sombre.

71-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

71-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)

73-75 : céramique commune sombre. 76-89 : amphores.

72-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

72-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

1-6 : sigillée. 7-10 : imitation de sigillée. 11-19 : parois fines. 20 : céramique peinte.

73-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

73-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

21-22 : céramique à engobe interne rouge pompéien. 23 : céramique grise fine. 24-32 : céramique commune claire. 33-35 : céramique commune sombre.

74-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

74-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)

36-48 : céramique commune sombre.

75-Verbe-Incarné : mobilier des fosses recoupant le fossé aval (éch. 1/3)

75-Verbe-Incarné : mobilier des fosses recoupant le fossé aval (éch. 1/3)

1 : sigillée. 2-3 : imitation de sigillée. 4 : parois fines. 5-7 : céramique peinte. 8-9 : céramique commune claire. 10-14 : céramique commune sombre.

76-Fosse du musée : mobilier (éch. 1/3)

76-Fosse du musée : mobilier (éch. 1/3)

1-5 : sigillée. 6 : parois fines. 7 : céramique à engobe interne rouge pompéien. 8 : céramique commune sombre. 9-10 : amphores.

Notes

1 Cette affirmation a été reprise telle quelle tout récemment (Audin 1985, p. 81-126). De même, Chevallier (1975, p. 916) mentionne la découverte d’une céramique peinte “dite gauloise” qui “atteste une occupation indigène du site”. On peut signaler aussi la découverte d’un tesson à décor ondé “imitation du gris phocéen”, “témoignage du Lugdunum pré-romain dans une pé riode proche de la conquête” (Dufournet 1965, p. 31-34). Quant aux monnaies gauloises, en dehors de trésors découverts à la périphérie de Lyon (Brotteaux, Fort Saint-Jean), il s’agit de découvertes isolées dans des remblais postérieurs à la conquête, comme la monnaie au cavalier découverte en 1943 entre les théâtres (Audin 1956 : 25 ; 1979).

2 Autel dédié à Diane par C. Gentius Ollilus, Magister du pagus de Condate (C.I.L. XIII, 167, 07).

3 Fouilles du service archéologique municipal conduites par Luc Jacquin et Christine Becker.

4 Communication de Bernard Mandy, Directeur du service archéologique municipal, que nous avons le plaisir de remercier ici.

5 La fouille de cette fosse fut réalisée par Jacques Lasfargues ; nous le remercions de nous avoir permis d’intégrer ce matériel dans notre étude.

6 Cette identification repose sur la comparaison avec les frises de gobelets de l’atelier de Loyasse, très différentes de celles de la Muette. Ce matériel étant inédit, nous devons à l’obligeance de Jacques Lasfargues d’avoir eu accès à la documentation ; qu’il trouve ici l’expression de nos remerciements les plus chaleureux.

7 Ces gobelets à panse striée sont également présents à Haltern, Oberaden et Rödgen (Simon 1976).

8 Cette attribution repose sur l’analyse chimique de la pâte réalisée au laboratoire de céramologie de Lyon par M. Picon.

9 Par sa typologie et sa technique, cette céramique est assimilable à la terra nigra ; elle se distingue cependant des productions à pâte kaolinitique du Centre de la Gaule qui se développent à partir de la fin du règne d’Auguste.

10 Les assiettes à bord courbe se rattachent traditionnellement au “service III”, mais il devient de plus en plus évident que la chronologie et la filiation entre les services, telles que les avait définies S. Loeschcke (1939), doivent être remises en question.

11 Les engobes sombres (brun clair à noir = 9 vases) l’emportent nettement sur les engobes clairs (orange-rouge = 3 vases).

12 Les remblais de la rue des Farges contiennent des fragments de tuiles et d’enduits peints qui traduisent la démolition ou la réfection d’habitats antérieurs à la date du dépôt.

13 Plusieurs sites ont livré des traces d’occupation romaine plus anciennes. A Zurich-Lindenhof (Vogt 1948) ou à Neuss (Ettlinger 1983), l’absence de stratigraphie empêche toutefois de cerner dans le matériel ce qui se passe avant l’horizon des camps. A Trêves-Petrisberg (Loeschcke 1939) ou à Goeblingen-Nospelt au Luxembourg (Thill 1966 et 1967, Metzler 1984), le matériel, trop peu abondant, ne permet pas d’établir des comparaisons absolument fiables. A Bâle-Munsterhügel (Furger-Gunti 1979), l’horizon II (couches 3 inf. et 3 sup.) est donné comme antérieur à l’horizon Dangstetten : or, cette datation, fondée sur un échantillon plus que restreint de formes, semble aujourd’hui contestée. Les sites de Bolsena (Goudineau 1968) et du Magdalensberg (Schindler-Scheffenegger 1977) présentent des ensembles stratifiés antérieurs à 15 av. J.-C. Mais leur éloignement et les divergences qui apparaissent dans le matériel entre ces deux sites empêchent de transférer tels quels sur la région lyonnaise les horizons typochronologiques qui les caractérisent.

14 Il faut préciser que le seul as de Nîmes mis au jour dans ces niveaux de la parcelle 2 provient des niveaux de construction de la domus qui succède au premier bâtiment.

15 VI1 désigne le premier habitat urbain du site. VI2 correspond au matériel de trois fosses situées dans le secteur arasé lors de la construction de l’ensemble monumental (zone A3). Ce matériel appartient à une période comprise entre 10/5 av. J.-C. et 10/15 ap. J.-C. FAR 2 désigne la deuxième phase d’occupation de la zone B.

16 Il est indispensable de faire une étude quantitative et non pas seulement qualitative. Il y a moins d’une dizaine de Dressel 1 à Haltern et Oberaden. Celles-ci sont par ailleurs absentes à Dangstetten (Fingerlin 1986).

17 On connaît en effet maintenant la production de Dressel 1 sur au moins deux sites de la vallée du Rhône : Lyon (Becker 1986) et Saint-Just-d’Ardèche (communication de F. Laubenheimer au colloque de Sienne).

Table des illustrations

Titre 58-Rue des Farges : plan des structures antiques (état 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 59-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone B
Légende (pourcentages calculés sur le nombre de tessons)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 1 : Rue des Farges, zone Β ; les différentes catégories de céramiques
Légende TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 60-Rue des Farges : histogramme du mobilier de la zone A
Légende (pourcentages calculés sur le nombre de tessons)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 2 : Rue des Farges, zone A ; les différentes catégories de céramique
Légende TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 61-Verbe-Incarné : Coupe stratigraphique montrant les niveaux du premier état urbain
Légende A Situation de la parcelle 2 (en grisé) ; (B) Plan des structures et emplacement de la coupe A-B ; C Coupe stratigraphique A-B.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 62-Verbe-Incarné : plan des structures de la parcelle 2, état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 63-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier de la parcelle 2
Légende (pourcentages calculés sur le nombre de tessons)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3 : Verbe-Incarné, parcelle 2 ; les différentes catégories de céramiques
Légende TS = sigillée ; C.E.I.R.P. = céramique à engobe rouge interne pompéien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 64-Répartition comparée des monnaies provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 65-Répartition comparée des céramiques provenant des plus anciens contextes romains des sites de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 66-Rue des Farges : mobilier de la zone Β (éch. 1/3)
Légende 1-5 : sigillée. 6-7 : imitation de sigillée. 8-12 : parois fines. 13-15 : céramique commune claire. 16-18 : céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 67-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)
Légende Sigillée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 68-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)
Légende 20-22 : sigillée. 23-25 : sigillée estampillée. 26-34 : imitation de sigillée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 69-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)
Légende 35-55 : parois fines. 56-57 : céramique peinte. 58-59 : céramique à engobe interne rouge pompéien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 70-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)
Légende 60-62 : céramique grise fine. 63-67 : céramique commune claire. 68-72 : céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 71-Rue des Farges : mobilier de la zone A (éch. 1/3)
Légende 73-75 : céramique commune sombre. 76-89 : amphores.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 72-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)
Légende 1-6 : sigillée. 7-10 : imitation de sigillée. 11-19 : parois fines. 20 : céramique peinte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 73-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)
Légende 21-22 : céramique à engobe interne rouge pompéien. 23 : céramique grise fine. 24-32 : céramique commune claire. 33-35 : céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 74-Verbe-Incarné : mobilier de la parcelle 2 (éch. 1/3)
Légende 36-48 : céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 75-Verbe-Incarné : mobilier des fosses recoupant le fossé aval (éch. 1/3)
Légende 1 : sigillée. 2-3 : imitation de sigillée. 4 : parois fines. 5-7 : céramique peinte. 8-9 : céramique commune claire. 10-14 : céramique commune sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 76-Fosse du musée : mobilier (éch. 1/3)
Légende 1-5 : sigillée. 6 : parois fines. 7 : céramique à engobe interne rouge pompéien. 8 : céramique commune sombre. 9-10 : amphores.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1554/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Alpara, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access